Belgique : le ministère de l’Intérieur prévient qu’aucun rassemblement important ne sera toléré pour les fêtes de fin d’année et que “la police sonnera aux portes à Noël”

Belgique. Le ministère de l’Intérieur prévient qu’aucun rassemblement important ne sera toléré pour les fêtes de fin d’année et affirme : “Si nécessaire, la police sonnera aux portes à Noël”. Juste avant de préciser que la loi ne permet pas que la police rentre dans les domiciles privés pour ce type de contrôles. Chaque année, certains quartiers de Belgique s’adonnent pourtant à des célébrations pyrotechniques de qualités.

#1727 vu sur lesoir.be

Etats Unis, Midwest : des médecins des hotspots covid affirment qu’ils sont confrontés à des insultes, des menaces et à des formes diverses de prises à parti de personnes qui ne croient pas à l’existence du virus et refusent de prendre des précautions sanitaires

Etats Unis, Midwest. Les médecins et les responsables de la santé des hotspots de coronavirus américains affirment qu’ils sont confrontés à des insultes et à des formes diverses d’antagonisme de personnes qui ne croient pas à l’existence du virus et refusent de prendre des précautions sanitaires. Certains ont reçu des menaces de mort, ils sont qualifiés de “nazis” et de “tyrans”. Dans certains Etats comme au Dakota du Nord, 9 personnes sur dix ont été infectées. Si c’était un pays, il aurait le plus de cas de coronavirus pour le nombre d’habitants au monde.

#1725 vu sur news.yahoo.com

Etats-Unis : Joe Biden a jugé “contre-productif” un confinement national et promis de ne pas “arrêter l’économie” alors que l’épidémie est en phase exponentielle dans le pays

Etats-Unis. Lors d’une conférence de presse, le président élu Joe Biden, qui doit entrer en fonction en janvier, a jugé “contre-productif” un confinement national, et a promis de ne pas “arrêter l’économie”. Jeudi, le gouverneur de Californie a annoncé un couvre-feu d’un mois dans la plus grande partie de l’Etat. L’épidémie est en phase “exponentielle”, ont alerté les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies, demandant aux Américains de ne pas voyager pour Thanksgiving, la semaine prochaine.

#1695 Source Francetvinfo

Russie : la situation sanitaire est catastrophique, des patients meurent dans les couloirs des hopitaux avant d’être examinés et des malades se mettent en grève de la faim pour obtenir d’être soignés

Russie. Les hôpitaux sont bondés et les morgues débordées. L’entrée des hôpitaux est parfois refusée aux personnes considérées comme trop âgées. Face aux vidéos qui se multiplient pour témoigner de la gravité de la situation, plusieurs établissements de santé ont banni les téléphones portables. Le ministère de la santé interdit aux médecins de s’exprimer dans les médias sans autorisation. Des anecdotes significatives transpercent ce mur du silence. A Jeleznogorsk, dans la région de Krasnoïarsk, les habitants sont obligés de se cotiser pour fournir des thermomètres à l’hôpital local. A Omsk, les ambulanciers amènent les malades devant le ministère de la santé, en signe de protestation. A Arkhangelsk, la présidente de l’Alliance des médecin relaye que des malades se mettent en grève de la faim pour exiger des médicaments. Les chiffres officiels de la mortalité due au Covid-19 restent particulièrement bas en Russie et sont fortement sujets à caution. Certaines régions qui ne savent plus où stocker les morts affichent seulement quelques centaines de décès depuis le début de l’épidémie au printemps.

#1710 Source Lemonde.fr

Etats-Unis : une infirmière alerte à propos des nombreux patients qui dénient l’existence du virus et refusent de croire qu’ils sont contaminés, parfois jusqu’à leur mort

Etats Unis. Une infirmière travaillant dans le Dakota du Sud alerte à propos des nombreux patients qui dénient l’existence du virus et refusent de croire qu’ils sont contaminés, parfois jusqu’à leur mort. Elle affirme que leurs derniers mots sont par exemple “ça ne peut pas arriver, c’est pas réel”. “Ils vous disent qu’il doit y avoir une autre raison pour laquelle ils sont malades”. Elle rapporte aussi les récriminations et insultes de patients face aux mesures de protection des soignants, au motif qu’elles ne seraient pas nécessaires puisqu’ils sont persuadés qu’avoir le Covid est impossible parce que le virus n’existe pas, allant jusqu’à refuser de contacter leurs familles avant de mourir.

business man with his head buried in the sand

#1694 Source Bfmtv.com

France : des catholiques fervents manifestent devant les églises ou célèbrent des “messes clandestines” dans une vingtaine de villes

France. Dans une vingtaine de villes (Rennes, Poitiers, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lyon), des catholiques plus ou moins intégristes manifestent devant les églises ou célèbrent des “messes clandestines” pour obtenir pour les cultes une dérogation à l’interdiction de rassemblement. Des prières collectives sont organisées sur le parvis des églises, en particulier à Nantes, Lyon et Versailles où des manifestations semblables avaient déjà eu lieu la semaine dernière. A Aix-en-Provence, une trentaine de personnes ont été verbalisées pour non-respect du confinement dimanche matin. Ils s’étaient réunis, sans masques, dans la chapelle Notre Dame de l’Immaculée. Une fermeture administrative de l’église en question pourrait être prononcée.

#1680 Source 20minutes.fr

France, Nice : le retrait des bancs publics sur la promenade des Anglais, ainsi que d’autres mobiliers urbains dans la ville fait polémique

France, Nice. Le retrait des bancs et sièges publics sur la promenade des Anglais, ainsi que d’autres mobiliers urbains dans la ville fait polémique. La Mairie, qui se dit favorable à un couvre feu dès 20h, présente cette mesure comme une manière d’enrayer l’épidémie de Covid-19 en évitant toute installation même temporaire en extérieur.

#1668 Source lanicoise.info

France, Auvergne-Rhônes-Alpes : 4 000 élèves infirmiers de la région vont être mobilisés un mois dans les hôpitaux et les EHPAD

France, Auvergne-Rhônes-Alpes. 4000 élèves infirmiers et élèves masseurs-kinésithérapeutes de la région, qui est la région la plus touchée par la pandémie actuellement, vont être sous peu temporairement mobilisés pour venir en renfort des soignants face à l’épidémie de covid-19, dans les hôpitaux et dans les maisons de retraite. Le président de la région Laurent Wauquiez a annoncé que les élèves seraient embauchés un mois au SMIC pour faire “face à l’imminence du pic hospitalier”, mais pas nécessairement affectés dans des services covid. Par ailleurs, il a annoncé l’interruption des formations continues des personnels infirmiers “pour deux mois”, comptant sur le fait que cela pourrait “rapatrier immédiatement 600 professionnels vers les hôpitaux et les Ehpad”, tandis qu’un partenariat entre la région et Pôle Emploi pour orienter les chômeurs vers des formations d’aide-soignants sera mise en place.

#1661 Source Challenges.fr

France : le parquet de Paris ouvre quatre informations judiciaires contre X, pour “mise en danger de la vie d’autrui”, “abstention volontaire de combattre un sinistre” et “homicides et blessures involontaires” à propos de la gestion de la crise sanitaire

France. Le parquet de Paris ouvre quatre informations judiciaires contre X, entre autres pour “mise en danger de la vie d’autrui”, “abstention volontaire de combattre un sinistre” et “homicides et blessures involontaires” à propos de la gestion de la crise sanitaire. Cinq mois après avoir ouvert une vaste enquête préliminaire, le pôle Santé publique du parquet de Paris a décidé de transmettre ses investigations à des juges d’instruction dans quatre informations judiciaires distinctes. Des perquisitions avaient eu lieu mi-octobre dans les bureaux d’Eouard Philippe, Agnès Buzyn, Olivier Véran, Sibeth Ndiaye et Jérôme Salomon.

#1653 Source Huffingtonpost

France : pour justifier ce confinement avec école et travail, le ministère de l’Education annonce des chiffres de contamination improbablement bas (moins de 4000 !) chez les jeunes scolarisés

France. Pour justifier ce confinement avec école et travail (avec écoles pour que le travail puisse continuer), le ministère de l’Education nationale annonce des chiffres de contamination improbablement bas chez les jeunes scolarisés. Blanquer a en effet évoqué 3 528 élèves atteints par le Covid-19 depuis le mois de septembre, et suggéré une stabilité des chiffres, alors que sur seulement 3 jours, entre le 2 et le 4 novembre, les autorités sanitaires annoncent 25 000 enfants et adolescents entre 0 et 19 ans testés positifs. Est-ce à dire que si peu d’entre eux seraient scolarisés ? Il faut dire que tout est fait pour que l’éducation nationale ne puisse pas comptabiliser les contaminations. Les remontées de cas ne se faisant qu’une fois par semaine, les délais entre le test et son résultat et le passage de 15 à 8 jours d’isolement invisibilisent totalement les contaminations. On est bien loin du fameux “triptyque” “tester, alerter, protéger” supposé justifier la possibilité du maintien de l’ouverture des établissements scolaires… Pire, les statistiques ministérielles, quand on les observe sur la durée depuis septembre, masquent la nette progression de l’épidémie chez les jeunes, dont témoignent les remontées des laboratoires.

#1644 Source Liberation.fr

France, Ajaccio : un hypermarché Leclerc installe des “tunnels de désinfection” qui diffusent des ultrasons, des ultraviolets vaporisent un liquide “hypochloreux”

France, Ajaccio. Un hypermarché Leclerc installe des “tunnels de désinfection” pour rassurer sa clientèle. Les clients doivent faire prendre leur température puis passer au travers d’un portique diffusant des ultrasons, des ultraviolets et vaporisant un liquide “hypochloreux”. Des équipements similaires ont été disposés à l’entrée d’écoles ou d’universités en Iran, au Pakistan et en Ouzbékistan. En juin, un sas de désinfection a également été mis en place dans la résidence du président Vladimir Poutine par les autorités russes pour éviter toute contamination au coronavirus apportée par des visiteurs.

#1659 Source Nicematin.com

France : pour justifier le maintien de l’ouverture des écoles en dépit de la pandémie, Blanquer promet de les doter “d’outils numériques nouveaux” et notamment de “robots conversationnels”

France. Pour justifier son refus de fermer les écoles bien qu’elles constituent des lieux importants de circulation du virus, Blanquer promeut le “grand chantier de concertations et de mobilisation pour doter l’éducation d’outils numériques nouveaux” et affirme qu’un appel à projets a été lancé pour créer des “robots conversationnels” en particulier pour aider à l’apprentissage des langues.

#1657 Source Franceculture.fr

Danemark : tous les visons élevés au Danemark (entre 15 et 17 millions) ont été abattus suite à des risques de transmission d’une forme mutante de coronavirus

Danemark. Entre 15 et 17 millions de visons, ce qui constitue l’ensemble des élevages du Danemark, ont été ou vont être abattus. Des images montrent des cadavres entassés dans des hangars par des tractopelles. Cette décision prise par les autorités danoises fait suite à des risques de transmission de l’animal à l’homme d’une forme mutante du coronavirus.

#1650 Source Libération.fr

France : La presse rapporte une hausse notable des agressions racistes anti-asiatiques, avec des insultes et des agressions physiques en particulier à la suite d’un appel lancé sur les réseaux sociaux

France. Avec le retour du confinement, la presse rapporte une hausse notable des agressions racistes anti-asiatiques, avec des insultes et des agressions physiques en particulier à la suite d’un appel lancé sur les réseaux sociaux.

#1681 Source Libération.ffr

France : le dernier avis du Conseil Scientifique Covid-19 valide le principe d’un “confinement au travail, à l’école et au domicile”, privilégiant le fonctionnement économique sur la protection face au virus

France. Le Conseil Scientifique mis en place pour réfléchir aux différentes stratégies de gestion de la pandémie, et qui depuis l’été montre bien que la préoccupation économique est centrale (voir l’avis n°7 datant de juillet 2020, qui explicitait la nécessité “d’habituer la population à une surmortalité” pour éviter le plus possible un confinement généralisé trop coûteux pour le PIB) a rendu public son dernier avis, le 30 octobre 2020, juste avant la promulgation du confinement général “aménagé”. L’option d’un confinement au travail, à l’école et au domicile était bien envisagée par le Conseil Scientifique, mais on trouve aussi dans l’avis une option qui semblerait être pour le Conseil Scientifique sérieusement pratique, idéale d’un point de vue de la gestion du risque, mais trop complexe actuellement à mettre en place pour qu’elle devienne une possibilité tangible : c’est l’option d’une incitation forte à l’auto-confinement des personnes fragiles, impossible à mener réellement car anticonstitutionnelle à ce jour. L’isolement des “personnes à risque” nécessiterait par ailleurs de mettre en œuvre beaucoup de mesures d’accompagnement – telles que l’aménagement d’espaces ou d’horaires, par exemple à l’école, à l’université, spécialement dédiés à ces personnes. “Cette stratégie de protection nécessite de favoriser un auto-confinement strict d’une part importante de la population, environ 22 M de personnes”. Quant au confinement aménagé, plus simple à mettre en place, il est anticipé par le Conseil Scientifique au sein d’une perspective allant jusqu’au printemps de décisions “on/off”, de mesures restrictives suivies d’assouplissements, de re-restrictions, etc, selon les statistiques de contamination, jusqu’à un hypothétique vaccin annoncé pour le dernier trimestre de 2021. En parallèle, le Conseil Scientifique propose de mettre en œuvre davantage de quoi “tester-tracer-isoler”, ce qui passe par un traitement élargi d’indicateurs tels que la mobilité. Ainsi, l’avis commence en s’appuyant justement sur les rapports proposés chaque semaine par Google, recensant, au niveau international, pour chaque pays, chaque ville, chaque région, les fluctuations dans les déplacements de la population via les données émises par les smartphones : ainsi peut-on constater la baisse des sorties dernières dans les parcs en Île-de-France, l’augmentation du déplacement au domicile, etc. Le Conseil Scientifique envisage de s’appuyer de plus en plus sur les outils de collecte de données que peuvent être les réseaux sociaux, en plus de Google (facebook, opérateurs téléphoniques…).

#1606 Source solidarites-santé.gouv.fr

France, Côte d’Or : la préfecture interdit la position statique dans les parcs et jardins publics dans tout le département et annonce que “Les forces de sécurité feront preuve de discernement”.

France, Côte d’Or. La préfecture interdit la position statique dans les parcs et jardins publics dans tout le département, dans l’idée d’empêcher les rassemblements. Cette mesure absurde accompagne la mise en place du couvre-feu. Face aux protestations contre cette mesure, la préfecture annonce que “Les forces de sécurité feront preuve de discernement. Une personne qui déjeune seule sur un banc à midi ne ferait pas l’objet d’une verbalisation”. En revanche, il précise qu’un couple avec deux enfants par exemple qui voudrait pique-niquer sur l’herbe n’est pas autorisé à le faire.

#1623 vu sur www.francebleu.fr

France : la presse dénonce une baisse du nombre de lits en réanimation depuis le mois de mars en région parisienne à cause du manque de personnel

France. La presse dénonce une baisse du nombre de lits en réanimation depuis le mois de mars en région parisienne, ce qui contredit le fait que le gouvernement aurait tout fait pour faire face à la deuxième vague. Le nombre de possibilité d’accueil en réanimation serait actuellement de 1700 lits alors qu’il y avait 2500 places en avril dernier. Cette diminution serait liée au manque de personnel à déplacer depuis d’autres régions dans un contexte ou la pandémie se déploie sur tout le territoire et en l’absence de recrutements supplémentaires. Le canard enchainé révèle d’ailleurs que le ministère envisage d’employer des “non aides-soignants” (sic) en fonction d’aides-soignants avec des formations “très courtes dans des modules adaptés”.

#1626 vu sur canard enchainé

France : un projet de loi “sur la sécurité globale” vise à élargir la répression policière, à étendre la surveillance, à laisser leurs armes aux agents en dehors de leurs horaires et à interdire toute diffusion d’images de la police en fonction

France. Le 20 octobre 2020, un projet de loi “sur la sécurité globale” a été déposé à l’Assemblée Nationale. Dans l’esprit, le projet de loi vise à renforcer la coopération des différents corps de sécurité (police judiciaire, police municipale, agents de sécurité privés) pour renforcer le contrôle et la répression non seulement du terrorisme, mais aussi des “nouveaux défis à relever pour la sécurité des Français”, “depuis les incivilités dans les transports jusqu’aux violences graves sur les personnes en passant par les trafics – notamment de stupéfiants – en bas des immeubles, les violences urbaines ou les rixes entre bandes” : il s’agit donc de renforcer le contrôle quotidien et diffus de la police dans les rues et les espaces publics (un grand classique des mesures post-attentats). Le projet de loi prévoit cinq grandes mesures : – L’extension des pouvoirs des polices municipales, dans le contexte de la répression du trafic de drogues commencé cet été. Le projet de loi prévoit la mise en place d’une “période d’expérimentation” de trois ans au cours de laquelle les policiers municipaux pourront constater de nouvelles infractions, disposeront d’un pouvoir de saisie sur la voie publique, et pourront faire des contrôles d’identité en l’absence de la police judiciaire : il s’agit en bref d’augmenter le nombre de policiers habilités à embarquer, contrôler et fouiller dans la rue. – Le projet de loi prévoit le renforcement de la coopération entre la police et les agents de sécurité privés, qui exercent de plus en plus, via le Conseil national de sécurité privée, des fonctions de police. Le projet de loi propose qu’ils soient autorisés à constater certaines infractions, mais aussi à faire des contrôles d’identité ; il prévoit également un renforcement du contrôle sur l’embauche des agents de sécurité privés. – Le projet de loi cherche également à autoriser l’usage par la police judiciaire de vidéos en temps réel, et surtout de drones, notamment “lorsque les circonstances font craindre des troubles graves à l’ordre public” et “pour assurer la surveillance des littoraux et des zones frontalières”. – Concernant la police, le projet de loi propose que les policiers et les gendarmes soient autorisés à porter leurs armes lorsqu’ils ne sont pas en service, au prétexte de renforcer la sécurité de la population contre le terrorisme. A ceci s’ajoute que le projet de loi prévoit l’interdiction de la diffusion publique d’images de policiers (passible d’un an de taule et de 45 000e d’amende), visant ici explicitement les vidéos, systématiquement diffusées ces dernières années, des divers actes de brutalité de la police. En bref, le projet de loi vise non seulement à autoriser la police à disposer de toutes les images qu’elle voudra de ce qu’elle considère comme “un danger à l’ordre public” (c’est-à-dire tout le monde, puisqu’il s’agit ici de réprimer “l’ennemi intérieur”), mais il implique également l’interdiction pure et simple de diffuser des images de la police dans l’exercice de ses fonctions. Enfin, le projet de loi vise à renforcer le contrôle et la répression de la vente, l’achat et l’usage de feux d’artifices, notamment sur Internet – lesdits feux d’artifice étant l’un des moyens les plus courus d’attaquer les policiers, commissariats, etc. La proposition de loi est en cours d’examen et sera discutée à l’Assemblée le 17 novembre.

#1607 Source assemblee-nationale.fr

France : une enquête révèle que les masques DIM distribués par l’Education Nationale sont toxiques, en plus de ne pas protéger du virus

France. En plus du fait qu’ils ne protègent pas du virus selon l’ARS, une enquête révèle que les masques DIM distribués en début d’année aux enseignants par le ministère de l’Education et parfois aux élèves sont traités avec du zéolithe d’argent, un biocide considéré comme toxique pour la santé humaine et l’environnement. La presse relaye des analyses de divers biologistes qui affirment que le risque de porter ces masques sur une longue durée (6 à 8 heures par jour) tous les jours est bien réel. Leur port prolongé pourrait entraîner une accumulation de granules métalliques dans différents organes : le foie, les reins, l’intestin, les glandes surrénales et, dans de rares cas, la moelle épinière. Ils seraient aussi susceptibles de nuire à la fertilité.

#1589 Source Nouvelobs.com

Royaume-Uni : des salariés ont été invités par leur entreprise à couper l’appli de traçage des cas contact quand ils arrivent sur leur lieu de travail

Royaume Uni. Des salariés ont été invités par leur entreprise à couper l’appli de traçage des cas contact (qui est beaucoup plus développée qu’en France) quand ils arrivent sur leur lieu de travail. Son utilisation amènerait trop de salariés à devoir s’isoler. C’est notamment le cas chez le géant de l’industrie pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK), qui emploie 16.000 personnes, ainsi que chez Rix Petroleum, rapporte la BBC. Les entreprises se justifient par la crainte que l’isolement des salariés s’ils sont cas contact ne les dépriment… En France aussi on assiste à des contradictions flagrantes entre la volonté de mettre tout le monde au travail et les mesures de préventions sanitaires. Des demandes similaires auraient même été formulées dans les collèges britanniques. La direction des établissements ne souhaiterait pas voir tout leur personnel s’isoler à cause d’une alerte de cas contact lancée par l’application.

#1584 Source 20minutes.fr

Singapour : les croisières vers nulle part se développent pour relancer ce secteur économique

Singapour. Après les vols aériens “vers nulle part”, les croisières vers nulle part se développent pour relancer le secteur fortement touché par la gestion de la pandémie. Il s’agit donc de faire fonctionner en boucle avions et bateaux avec retour au lieu de départ en faisant payer leur place à des passagers qui acceptent ce non sens. L’organisation de croisières sans but ni destination est devenue un carton commercial instantané. Face au risque de propagation du virus, qui est présent avec ou sans destination, les autorités singapouriennes ont mis en place une certification spéciale, nommée CruiseSafe. Pour obtenir ce sésame, les navires ne doivent transiter par aucun autre port que celui de Singapour, leur capacité doit être réduite de 50%, un système de ventilation intégrale doit être opérationnel et les passagers ne peuvent monter à bord qu’après un test négatif au Covid-19, présentant cette expérience comme “l’option de voyage la plus sûre”.

#1581 Source korii.slate.fr

Etats-Unis, Sioux Fall : Le Dakota du Sud connaît un nombre d’hospitalisations sans précédent qui touche surtout des Amérindiens transférés dans des hôpitaux hors de l’Etat

Etats Unis, Sioux Fall. Un petit hôpital desservant la tribu Sioux de Cheyenne River a envoyé deux patients atteints de coronavirus dans un hôpital hors de l’État alors même que les principaux responsables de la santé du Dakota du Sud insistent sur le fait que l’État a une grande capacité hospitalière pour les patients COVID-19. Le service de santé de Cheyenne River Sioux a rapporté que 14 établissements ont déclaré qu’ils détournaient également des patients COVID-19. Le nombre d’hospitalisations liées au coronavirus dans l’État a de nouveau atteint un sommet sans précédent mercredi avec 273 patients dans tout l’État. Les Amérindiens représentent près d’un quart des hospitalisations dans tout l’État, alors qu’ils représentent 9% de la population. Environ 19% des 258 personnes décédées du COVID-19 dans le Dakota du Sud sont des Amérindiens.

#1579 Source minnesota.cbslocal.com

Israël, Jerusalem : des affrontements ont lieu entre les forces de l’ordre et des ultra-orthodoxes qui refusent les mesures de protection sanitaire

Israël, Jérusalem. Des affrontements ont lieu entre les forces de l’ordre et des ultra-orthodoxes qui refusent les mesures de protection sanitaire et le bouclage des quartiers où ils habitent. 18 personnes ont été interpellées. Selon les forces de l’ordre, deux agents ont été blessés et des véhicules endommagés pendant une opération visant à faire appliquer les règles contre la pandémie. Treize personnes ont aussi été placées en détention à Bnei Brak suite à de violents affrontements survenus alors que la police tentait de faire fermer une synagogue de cette ville ultra-orthodoxe, où des centaines de personnes s’étaient rassemblées pour prier, contrevenant en cela au confinement. Une étude rendue publique diffusée la semaine dernière établit que les contaminations dans la communauté ultra-orthodoxe sont 2,5 fois plus élevées que la moyenne nationale.

#1570 Source timesofisrael.com

France, Mulhouse : un employé de l’office HLM a été licencié pour faute grave après avoir fait un test PCR alors qu’il était asymptomatique sans se mettre en quarantaine dans l’attente du résultat

France, Mulhouse. Un employé de l’office HLM a été licencié pour faute grave parce qu’au mois de juillet il est venu travailler après avoir fait un test PCR sans se mettre en quarantaine en attendant le résultat. Or l’employé dit n’avoir pas eu de symptômes mais avoir fait le test en profitant d’une opération de tests gratuits sur le parking d’un super marché. Il reçoit un résultat positif le soir même, et effectue sa période de quatorzaine. Il est donc licencié pour être revenu travailler une journée après le test. Quand on sait que par ailleurs les employeurs mettent la pression aux employés pour qu’au contraire ils ne cessent pas de venir travailler même en ayant des symptômes ou ne prennent pas les jours de congés correspondant à l’attente des résultats de tests, l’incohérence générale est flagrante.

#1575 Source france3-regions.francetvinfo.fr

Etats-Unis : Amazon déclare que près de 20 000 de ses travailleurs de première ligne aux États-Unis ont contracté Covid-19 depuis mars

Etats Unis. Amazon déclare que près de 20 000 de ses travailleurs de première ligne aux États-Unis ont contracté Covid-19 depuis mars. Attaqué pour le manque de protection de ses employés, l’entreprise prétend que le taux d’infection est “moins élevé que prévu”, puisqu’il équivaudrait à 1,44% de ses 1,37 million de travailleurs sur Amazon et sa filiale Whole Foods. Amazon a fait énormément de profit en maintenant ses installations ouvertes tout au long de la pandémie pour répondre à une augmentation de la demande des acheteurs bloqués chez eux.

#1572 Source BBC.com

France : le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit qu’à partir de 2021, tout passage aux urgences non suivi d’une hospitalisation soit facturé au patient

France. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit qu’à partir de 2021, tout passage aux urgences non suivi d’une hospitalisation soit facturé au patient selon un forfait qui remplacera l’actuel ticket modérateur et sera payé par tous, sauf quelques exceptions. Il s’agit de décourager les malades de passer par les urgences, ce qui risque de décourager beaucoup de patient et d’accroître les difficultés pour se soigner, puisque le patient ne peut pas lui-même évaluer si son état est grave au point d’être hospitalisé.

#1567 Source Leparisien.fr

France : plusieurs contrôleurs SCNF ont caché qu’ils étaient contaminés afin de continuer à travailler et à gagner les primes au nombre d’amendes

France. Covid-19 : des contrôleurs SNCF ont caché qu’ils étaient contaminés pour pouvoir continuer à travailler et pour ne pas perdre les primes liées au nombre d’amendes qu’ils mettent par jour, qui constituent une part importante de leur rémunération et motivent leur efficacité répressive. Quatre cas sont avérés mais cette pratique pourrait avoir été très répandue au point que la CFDT demande le maintien de la rémunération moyenne en comptant les primes pour que les contrôleurs cessent de contribuer à la diffusion du virus…

#1561 Source Leparisien.fr

France, Île-de-France : 21 enfants et adolescents positifs au Covid sont actuellement hospitalisés, quatre ont été placés en réanimation

France, Ile de France. 21 enfants et adolescents sont actuellement hospitalisés en Île-de-France pour cause de Covid-19. Parmi eux, quatre ont été placés en réanimation dont deux qui ont moins de 9 ans. Malgré ce qu’affirme le ministre de l’éducation, les mineurs et notamment les enfants ne sont pas épargnés par le Covid-19. Dans son dernier point épidémiologique du 17 septembre, Santé Publique France notait d’ailleurs que la répartition par âge des hospitalisations en Île-de-France était en train de changer entre la première vague épidémique et la reprise épidémique avec des personnes hospitalisées plus jeunes tandis que la proportion de patients de plus de 60 ans baisse.

#1564 Source actu.fr

France, Bordeaux : des hospitalisations d’enfants pour des complications de Covid mettent en question la faible contagiosité des enfants sur laquelle se fond la politique sanitaire dans les établissements scolaires

France, Bordeaux. Des hospitalisations d’enfants pour des complications de Covid mettent en question la faible contagiosité des enfants sur laquelle se fond la politique sanitaire dans les établissements scolaires. Quatre enfants sont actuellement hospitalisés au CHU pour Covid-19 dont deux en réanimation. Un rapport du Haut conseil de la Santé publique, publié le 9 septembre sur le site de l’institution, concluait pourtant que “les enfants sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la transmission du SARS-CoV-2”. Du point de vue de leur potentiel de contagiosité, “le risque de transmission existe surtout d’adulte à adulte et d’adulte à enfant et rarement d’enfant à enfant ou d’enfant à adulte”, ajoutait le HCSP. “Les transmissions surviennent surtout en intra-famille ou lors de regroupements sociaux avec forte densité de personnes en dehors des établissements scolaires”. Mais l’état des connaissances sur le Covid-19 chez les enfants reste parsemé de zones d’ombre, malgré les messages qui se veulent rassurants. A l’échelle mondiale, la part des cas pédiatriques de Covid-19 est estimée entre 1 % et 5 % de l’ensemble des cas. Les statistiques françaises tendent à montrer que l’épidémie s’accélère aussi chez les plus jeunes depuis la mi-août. Depuis, la rentrée a eu lieu et on dénombre, à la mi-septembre, 89 écoles et plus de 2100 classes fermées suite à des cas de Covid-19. Des cas qui touchaient autant les adultes que les enfants. “Nous déclenchons à peu près 250 protocoles par jour. C’est-à-dire 250 suspicions de Covid-19”, indiquait le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer début septembre, accusant systématiquement des sources de contaminations externes aux établissements scolaires.

#1545 vu sur linternaute.com

France : un assouplissement du protocole sanitaire dans les écoles est annoncé alors que la pandémie se poursuit

France. Alors que 2000 classes sont fermées et que les indicateurs épidémiologiques sont inquiétants, le gouvernement annonce un assouplissement du protocole sanitaire dans les écoles. Désormais, il faudra trois cas testés positifs issus de familles différentes pour qu’une fermeture de classe soit éventuellement prononcée. On apprend par ailleurs de source directe que dans les collèges et lycées, la remontée de cas positifs chez les enseignants comme chez les élèves se fait désormais une fois par semaine et plus quotidiennement. Les préfectures ne veulent donc tout simplement plus savoir combien d’élèves ou d’enseignants positifs sont présents dans les établissements scolaires, ni faire quoi que soit pour empêcher les contagions. Face à l’inquiétude grandissante, ces mesures questionnent sur la politique sanitaire actuelle : la priorité serait avant tout le maintien au travail qui implique que les enfants soient à l’école, y compris au détriment de la santé. Ces mesures sont en totale contradiction avec le fameux “triptyque” “Protéger, tester et isoler” supposé permettre de “vivre avec le virus”, d’autant que dans les zones dites avec euphémisme “en tension”, les résultats des tests mettent de 4 à 8 jours pour être délivrés, ce qui ne permet justement pas de “tester et isoler” de manière à “protéger”.

#1557 Source LCI.fr

Cuba : une organisation de défense des prisonniers dénonce “le travail forcé” de médecins qui sont contraints de participer aux missions médicales internationales du pays

Cuba. L’organisation Prisoners Defenders, basée à Madrid, annonce le lancement, auprès de la Cour pénale internationale et des Nations unies, du processus pénal « 622 médecins cubains contre le gouvernement de Cuba ». Le dépôt de plainte comporte les témoignages de 622 médecins cubains qui protestent contre les missions médicales à Cuba. Depuis quelques mois, profitant de la pandémie et de la situation désastreuse que connaissent certains pays en matière de santé pour missionner de force du personnel médical à l’étranger. Cette “armée médicale” créée par Fidel Castro qui compte plus de 76.000 médecins, 15.000 dentistes et 89.000 infirmières se déploie dans le monde entier depuis les années 60. Elle est l’un des moteurs économiques de l’île et le gouvernement compte mettre à profit la crise sanitaire pour redorer son image en obtenant un prix Nobel par exemple. La France a également eu recours à l’aide médicale cubaine. Du personnel soignant a été envoyé en Guyane, un département en difficulté. Le personnel soignant doit s’engager pour mener une mission de trois ans, non accompagné par sa famille et la majeure partie de leur salaire est confisqu” par le gouvernement. Si les soignants enfreignent les règles, ils encourent une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison. L’ONG Prisoners Defenders précise «que beaucoup de médecins ont déserté».

#1548 vu sur florealanar.wordpress.com

Chine : dans le cadre de l’opération « union des ethnies en une seule famille », l’Etat chinois envoie des cadres dormir une semaine par mois dans les foyers ouïgours pour soumettre le dernier espace d’intimité à sa surveillance

Chine. Depuis 2016, dans le cadre de l’opération « union des ethnies en une seule famille », l’Etat chinois envoie des cadres dormir une semaine par mois dans les foyers ouïgours pour soumettre le dernier espace d’intimité à sa surveillance. Les faux “cousins chinois” inspectent tous les aspects de la vie intime des familles ouigoures, allant jusqu’à dormir sur un matelas dans leur chambre. Les enfants sont interrogés pour tout connaître des habitudes familiales. Une femme réfugiée depuis aux Etats Unis témoigne : « pour eux, ça semblait comme un jeu, mais qui consistait à nous espionner », Sa famille était surveillée par un cousin pour chacun de ses membres (soit trois hommes et une femme), le père faisant exception à la règle car il était étranger (pakistanais). Plus de 100 000 cadres et fonctionnaires ont été affectés à cette opération en 2016 et cette surveillance expérimentale s’est depuis intensifiée et généralisée.

#1542 vu sur lemonde.fr

Algérie : les autorités coupent l’accès aux réseaux sociaux dans tout le pays pour empêcher la triche aux examens

Algérie. L’accès aux réseaux sociaux est coupé dans tout le pays pour empêcher la triche aux examens, reportés pour cause de Covid. Le phénomène de fraude au brevet et au baccalauréat a pris de l’ampleur ces dernières années en Algérie, et les autorités ont adopté des sanctions pénales criminalisant la triche et la sanctionnant de prison ferme. Le code pénal, amendé en avril, criminalise “l’atteinte aux examens et concours” et toute personne impliquée dans la fraude aux examens encourt une peine allant d’un à 15 ans de prison. Selon le ministère de la Justice, les tribunaux du pays ont commencé à prononcer “les premières peines d’emprisonnement” pour des faits liés à la fuite de sujets du Brevet d’enseignement moyen (BEM), qui a eu lieu du 7 au 9 septembre, mais aussi à la diffusion de corrigés et à la “triche”. Un lycéen algérien s’est ainsi vu infliger une peine d’un an de prison pour avoir diffusé le corrigé d’une épreuve du brevet. Une autre personne, accusée d’avoir fait “fuiter le sujet de langue arabe par téléphone portable”, a été placée en détention provisoire par le tribunal de M’sila.

#1525 vu sur ouest-france.frr

France : le collectif des “stylos rouges” diffuse une carte des fermetures de classes et d’écoles suite à des cas de covid

France. Alors que le gouvernement ne diffuse que des informations très partielles sur l’état des contaminations dans les établissements scolaires, le collectif des “stylos rouges” diffuse une carte des fermetures de classes et d’écoles suite à la découverte de cas de covid qui peut être renseignée par les parents ou enseignants en cas de fermeture. Elle peut être consultée ici.

#1524 vu sur mediapart.fr

France. Le retour à l’école des élèves porteurs du covid se feront sur une attestation sur l’honneur des parents

France. Alors que les cas de suspiscion covid se multiplient dans les écoles, le ministère de l’éducation indique que le retour à l’école des élèves ayant été identifiés comme cas contacts ou présentant des symptômes du Covid-19 se ferait sur la seule foi d’une attestation sur l’honneur des parents indiquant soit que l’enfant a obtenu un test PCR négatif, soit qu’un médecin a écarté le diagnostic Covid-19. Selon le nouveau protocole, pour retourner en cours, aucun certificat, ni preuve de dépistage négatif au Covid-19 ne devra être demandé à l’élève potentiellement contaminé. Ce protocole intervient après des plaintes des médecins, surchargés par les demandes de certificats médicaux pour des enfants et adolescents cas contacts ou présentant des symptômes du coronavirus. Pour résumer, si un enfant est cas contact, il doit faire un test PCR 7 jours après son dernier contact avec le cas confirmé. Si le résultat est négatif, l’enfant peut revenir à l’école avec une attestation sur l’honneur signée de ses parents, indiquant que le test est négatif, mais sans besoin d’apporter de preuve que ce test a été réalisé. Si un enfant a des symptômes évocateurs du Covid, il ne peut revenir à l’école qu’avec une attestation sur l’honneur signée de ses parents, indiquant qu’une consultation médicale a eu lieu et que le médecin a écarté le diagnostic Covid-19. Là aussi, pas besoin de preuve qu’un médecin a été consulté.

#1532 vu sur bfmtv.com

Singapour : des “vols vers nulle part” mis en place pour aider les compagnies aériennes

Singapour. Pour aider les compagnies aériennes à survivre à l’année 2020 le gouvernement évoque la possibilité d’affréter des vols qui décolleraient et atterriraient au même endroit 3 heures plus tard, soit… « des vols pour nulle part ». Une compagnie taïwanaise a déjà proposé cette année des « vols pour nulle part » mais Singapour songe à aller plus loin et à proposer des offres en partenariat avec des hôtels pour réaliser des “staycations”, un mot-valise anglais que l’on peut traduire par « vacances à la maison ». Une étude réalisée sur plus de 300 Singapouriens met en confiance la compagnie aérienne. Les trois quarts ont déclaré être prêts à payer pour un de ces « vols vers nulle part » et près de la moitié sont prêts à débourser 360 euros pour un siège en classe affaires.

#1522 vu sur rfi.fr

France : l’ARS considère comme contacts à risque les profs qui portent les masques fournis à la rentrée et confirme qu’ils ne protègent pas du virus…

France. En considérant les enseignants porteurs de masques comme des “contacts à risque”, l’ARS confirme que les masques distribués aux enseignants lors de la pré-rentrée avec l’obligation d’un port permanent pendant toute la journée de cours ne protègent pas du virus. C’est pourtant la seule mesure finalement prise pour éviter les contaminations dans les établissements scolaires, en particulier dans les écoles maternelles et primaires où l’enseignant est le seul à le porter. Ces masques sont en effet en tissu très fin et sans pince-nez. L’ARS impose la quatorzaine les enseignants qui ont porté ces masques en tissu, et pas les autres. Les mesures prises en cas de contamination dans les classes sont d’ailleurs opaques et très variables selon les écoles. On met en quatorzaine des enseignants mais pas des animateurs, ou l’inverse, sans que les parents soient informés des résultats globaux des tests, comme dans les Ehpad où les proches ne sont informés que de la situation du patient qu’ils connaissent mais ne peuvent pas avoir de vision globale de la situation épidémique dans les établissements.

#1514 vu sur www.lemonde.fr

Allemagne : la notion de “super-épandeur” ou “super-diffuseur” établie grâce au contact tracing est utilisée par la presse désigner à la vindicte publique des personnes considérées comme responsables d’un très grand nombre de contamination

Allemagne, Bavière. L’application du contact tracing aux cas d’augmentation importante de taux d’infection permet aux infectiologue de développer la notion de “super-épandeur” ou “super-diffuseurs”, terme qui désigne des personnes qui seraient responsables d’un très grand nombre de contamination. La presse accuse par exemple une jeune femme d’origine américaine qui aurait fait exploser les cas en Bavière. Cette stigmatisation est toujours teintée de morale, et c’est le mode de vie qui est très vite mis en exergue : elle aurait fait la fête dans des bars malgré des symptômes de Coronavirus et aurait infecté 33 personnes. Le fait de rendre publiques ces informations pose question quant à l’utilisation des données du tracing bien au-delà des strictes dispositions sanitaires…

#1513 vu sur www.br.de

France : les annonces du gouvernement montrent une priorité donnée à la poursuite du fonctionnement économique et des institutions diverses en particulier les écoles au détriment de la protection sanitaire

France. Alors que le nombre de contaminations explose en France avec 42 département placés en zone rouge, les nouvelles annonces du gouvernement s’orientent clairement vers une priorité donnée à la poursuite du fonctionnement économique et des institutions diverses en particulier les écoles, avec une marge de manoeuvre importante laissée aux préfets pour décider ou nom de fermetures éventuelles. Jean Castex a d’ailleurs demandé aux préfets des « mesures complémentaires » pour Marseille, Bordeaux et la Guadeloupe, où est constaté une « évolution préoccupante des contaminations » : « Compte tenu des prévisions que nous pouvons faire à trois semaines sur l’occupation des lits de réanimation, j’ai demandé aux préfets concernés de me proposer lundi un ensemble de nouvelles mesures complémentaires, après avoir mené les concertations locales nécessaires. » Des établissements sont fermés, d’autres restent ouverts avec quelques classes confinées, dans une opacité totale, les enfants et leurs familles n’étant jamais informées de la situation épidémique. La seule mesure d’ampleur est la réduction de la quarantaine à 7 jours, avec promesse d’un renforcement des contrôles pour que cette quarantaine soit vraiment appliquée, ainsi que le renforcement des circuits de dépistages et de traçage avec l’embauche de 2000 personnes dédiées au traçage des “cas contacts”. La législation qui régit la quarantaine étant placée sous le statut de l’enfermement administratif, il est primordial d’être vigilant sur les mesures de contrôles et d’enfermement qui peuvent se mettre en place ici ou là au bon vouloir des préfets . Dans le même temps on apprend que les centres de dépistages sont pour la plupart saturés et qu’il faut parfois 10 à 15 jours pour obtenir des résultats qui s’avèrent du coup inutiles.

#1516 vu sur www.lemonde.fr

Maroc, Safi, Kénitra : des reconfinements locaux sont instaurés mais les ouvriers continuent de travailler sans mesures de protection sanitaire

Maroc, Safi, Kénitra. Des reconfinements locaux sont instaurés face à une augmentation de la propagation du virus, mais les ouvriers continuent de travailler sans mesures de protection sanitaire. Tous les lieux de travail qui réunissent de nombreux employés deviennent des foyers de propagation épidémique dans le pays et de plus en plus d’ouvriers manifestent pour exiger des mesures de protection et des tests. A Safi; depuis près de quatre jours, les sardinières de l’usine Unimer à Safi manifestent sur leur lieu de travail, exigeant des tests PCR. En effet, cette demande a été réitérée après la découverte d’un premier cas au sein de ces ouvrières puis la nouvelle du fait que 253 des 534 derniers tests positifs dans tout le pays se concentrent dans ce nouveau foyer infectieux. Au soir de l’annonce de ce nouveau foyer, les autorités locales se sont empressées de fermer les accès à la ville, désormais reconfinée. Les quartiers où vivent principalement les ouvrières de l’entreprise ont par ailleurs été isolés. A l’issue d’une réunion tenue le soir-même, le wali de la région Marrakech-Safi, Karim Kassi-Lahlou, a insisté par ailleurs sur le renforcement des mesures de confinement pour reprendre le contrôle de la situation. Les employeurs refusent systématiquement les demandes de protection et de dépistage massif, certain cachant même une partie de leurs employés dans des camions à l’arrière de l’usine lors des visites de contrôle pour faire croire que la distanciation est respectée. A Kénitra, les ouvriers d’une des nombreuses usines de câblage de voiture de la région, toutes fortement touchées par le virus et qui travaillent sans aucunes protections sanitaires sont menacés de licenciement parce qu’ils demandent des tests. Plusieurs manifestations spontanées et grèves sauvages ont eu lieu face au refus de employeurs de fournir des équipement de protection et d’organiser des dépistages. «Il y a tout juste quatre jours, 165 cas ont été identifiés au sein d’une seule unité parmi les trois principales, près de 35 dans une deuxième et 70 dans une troisième, sachant que ce ne sont que les chiffres que nous avons pu obtenir.» affirme un syndicaliste. Les quelques tests (positifs) qui ont pu être faits ont été accompagnés de représailles et de menaces de licenciement et depuis juillet au moins 120 personnes ont été “remerciées sans motif sérieux”, affirme-t-il.

#1509 vu sur www.yabiladi.com

France, Paris : alors qu’une ATSEM est testée positive le jour de la rentrée dans une maternelle le rectorat empêche la direction d’en informer les parents “pour ne pas les inquiéter”

France, Paris. Une source directe nous apprend que dans une école du 13ème arrondissement, alors qu’une ATSEM est testée positive le jour de la rentrée et que deux enseignantes sont en quarantaine, le rectorat empêche la direction d’en informer les parents pour ne pas les inquiéter. Dans plusieurs établissements, au hasard des conversations, on apprend que des cas de Covid ont été avérés chez les élèves ou les personnels, avec à chaque fois des procédures différentes mises en place. Le point commun restant qu’il ne faut pas informer les familles. Le protocole à suivre en cas de contamination dans les établissements scolaires reste mystérieux, y compris pour les premiers intéressés. 3 jours après la rentrée, le gouvernement annonce 22 écoles et une centaine de classes ont été fermées pour cause de Covid et se félicite du fait qu’il ne s’agirait pas d’une contamination massive. Elizabeth Borne renchérit : “la priorité ce sont des gardes d’enfants pour que les parents puissent continuer à travailler, on est en train de regarder quel est le bon dispositif”. Voilà la réalité de cette “rentrée normale” : l’urgence du retour au travail prime sur toute précaution sanitaire.

#1501 vu sur www.francetvinfo.fr et source directe

Etats Unis : des livreurs Amazon suspendent des smartphones dans les arbres à proximité des stations de livraison de l’entreprise pour avoir une longueur d’avance sur leurs concurrents

Etats Unis. Des livreurs Amazon suspendent des smartphones dans les arbres à proximité des stations de livraison de l’entreprise pour avoir une longueur d’avance sur leurs concurrents. Il s’agirait de profiter de la proximité des combinés avec la station, associée à un logiciel qui surveille constamment le réseau d’expédition d’Amazon, devancer d’une fraction de seconde d’autres livreurs potentiels. Des livreurs se sont plaints de ce qu’ils considère comme un trucage du système d’expédition de livraison de l’entreprise car c’est le nombre de course accomplie qui conditionne leur salaire. Il s’agit donc d’être le plus proche possible du lieu de stockage pour se voir attribuer la livraison. Il s’agit en fait de prendre de vitesse l’algorithme d’Amazon pour répartir les courses. Dans la région de Chicago, les livreurs de Whole Food sont en concurrence pour les offres instantanées à livraison rapide, qui nécessitent une réponse immédiate et prennent généralement entre 15 et 45 minutes. Les offres instantanées sont envoyées par un système automatisé qui détecte les conducteurs à proximité via leurs smartphones. Lorsque les livreurs voient une offre instantanée, ils n’ont que quelques minutes pour accepter la livraison ou la perdre au profit d’une autre personne. Les téléphones dans les arbres semblent servir de dispositifs maîtres qui acheminent les itinéraires vers plusieurs conducteurs à proximité sur la parcelle, selon les conducteurs qui ont observé le processus. Amazon fait même l’hypothèse qu’un intermédiaire organiserait ce type service pour plusieurs chauffeurs à chaque fois. La mise en place de systèmes aussi complexes montrent comment la concurrence entre employés devient féroce, et d’autant plus en période de crise sanitaire et sociale.

#1493 vu sur www.bloomberg.com

France : une grande partie de personnes dites vulnérables à des risque de formes graves de Covid-19 ne peuvent plus bénéficier des dispositions de chômage partiel

France. Une grande partie de personnes dites vulnérables à des risque de formes graves de Covid-19 ne peuvent plus bénéficier des dispositions de chômage partiel à compter du 1er septembre. Un décret paru dimanche 30 août au Journal officiel durcit ces règles, en réduisant sensiblement la liste des personnes pouvant en bénéficier, dont les « salariés partageant le domicile d’une personne vulnérable ». Le chômage partiel n’est désormais pris en compte que « pour les personnes atteintes de certaines pathologies qui présentent un risque particulièrement élevé de formes graves de Covid ». Selon le décret, ce sont les personnes souffrant d’un cancer évolutif sous traitement, ceux qui sont atteints d’une immunodépression congénitale ou acquise, les personnes en dialyse ou présentant une insuffisance rénale chronique sévère, et celles âgées de 65 ans ou plus souffrant d’un diabète associé à une obésité ou des complications micro ou macrovasculaires. Les maladies pulmonaires sont désormais exclues de la liste. Pour justifier ces restrictions, le gouvernement s’appuie non pas sur des données médicales, mais sur le risque de “désinvestissement professionnel” des salariés. Le seul recours des salariés fragiles sera donc bientôt le congé maladie longue durée, avec une baisse conséquente de leur rémunération.

#1505 vu sur www.lemonde.fr

Kenya : le gouvernement a annoncé que tous les élèves du pays devraient obligatoirement redoubler cette année, par crainte d’une baisse du niveau scolaire suite à la fermeture des écoles pendant le confinement

Kenya. Le gouvernement a annoncé que tous les élèves du pays devraient obligatoirement redoubler cette année, par crainte d’une baisse du niveau scolaire à cause de la fermeture des écoles pendant le confinement. Pres de 18 millions d’élèves, répartis au sein de 90 000 écoles dans le pays, sont concernés, auxquels il faut ajouter les 150 000 enfants et adolescents vivant dans les camps de réfugiés dont la rentrée est prévue au mois de janvier. C’est la première fois qu’un pays prend ce type de décision depuis le début de la pandémie de coronavirus.

#1496 vu sur www.lepoint.fr

France : la rentrée scolaire est prétendument “normale”, les élèves s’entassent avec le masque comme seule protection sanitaire, le ministère ne communique pas sur les classes et écoles déjà refermées pour cause de covid

France. La rentrée scolaire “normale” d’après le ministère a lieu, avec une gestion grandement simplifiée puisque toutes les mesures de protection sanitaire ou d’éloignement ont été levées, y compris dans le zones rouges, excepté le port du masque, obligatoire pour tous les enseignants et les élèves à partir du collège. Les élèves s’entassent donc, en toute normalité, jusqu’à 35 par classes, avec des sanitaires la plupart du temps en très mauvais état. En cas de découverte d’un cas positif parmi les élèves ou le personnel, les mesures à prendre seront laissée à l’appréciation du préfet et, si les principaux et proviseurs assurent que tous les scénarios sont prévus, aucune information n’est donnée à part qu’ils en informeront les autorités sanitaires et les préfecture qui prendront alors une décision, probablement de confinement très ciblé puisqu’il s’agit de forcer le retour à la normal et d’éviter toute mesure de confinement généralisé, quel que soit le devenir de la pandémie, quitte à “habituer la population à une surmortalité”.

#1492 vu sur Le Monde et sources directes

Mexique, Monterrey : un tatoueur propose aux malades du covid qui ont survécu de se faire inscrire gratuitement sur la peau “Covid-19 Survivor”

Mexique, Monterrey. Un tatoueur propose aux malades du covid qui ont survécu de se faire inscrire gratuitement sur la peau “Covid-19 Survivor”. Il s’agit selon lui de garder le souvenir de cette période “exceptionnelle” : “Comme ça, dans quelques années, ils pourront dire à leur petits-enfants et à leurs enfants, regarde, je me souviens qu’en 2020 j’ai eu le Covid, qui était alors une pandémie, une maladie mortelle, et j’ai survécu, voilà mon tatouage”. Le Mexique a enregistré officiellement plus de 64.000 morts et près de 600.000 personnes infectées par le Covid-19.

#1499 vu sur www.francebleu.fr

France, Mâcon : un ouvrier a été licencié pour faute grave pour “avoir toussé sur un collègue”, les prud’hommes devront établir si le non-respect des gestes barrières dans l’entreprise constitue une faute grave

France, Mâcon. Un ouvrier viticole des grands crus de Bourgogne a été licencié pour faute grave après avoir « toussé » sur un collègue en mars. Il a porté plainte devant le conseil des prud’hommes qui devra établir si le non-respect des gestes barrières dans l’entreprise pendant l’épidémie de Covid-19 constitue une faute grave pouvant justifier un licenciement. En effet, dans la lettre de licenciement datée du 17 avril, la direction lui reproche de s’être « mis à tousser sur l’un de (ses) collègues » le 16 mars, alors que l’employeur expliquait devant les salariés les gestes barrières. Quelques jours plus tard, une infirmière du CHU de Mâcon est intervenue « pour expliquer de nouveau les gestes barrières » au personnel. L’employé se serait alors « retourné » vers un salarié et aurait « toussé dans sa direction manifestement volontairement », sans tousser dans son coude. Le 23 mars, il aurait « à nouveau toussé sur » l’employeur. La direction a alors décidé de le mettre à pied à titre conservatoire, sans salaire avant de le licencier « pour faute grave », avec effet immédiat, sans aucune indemnité. L’employé quant à lui souligne qu’à cette période, l’entreprise ne fournissait « que des gants, pas de masques ni de gel hydroalcoolique » et nie avoir eu le comportement qu’on lui reproche. Il affirme a inventé une faute pour se débarrasser de lui parce qu’en 2017 et 2018 il a dû prendre plusieurs arrêts pour maladies professionnelles et pour un accident du travail.

#1498 vu sur www.lemonde.fr

Etats Unis : Trump contribue à faire circuler la théorie complotiste selon laquelle les taux de mortalités du Covid seraient une mystification, avec « 94 % de faux morts du Covid-19 »

Etats Unis. Le président américain contribue à faire circuler dans un tweet la théorie complotiste selon laquelle les taux de mortalités du Covid seraient une mystification et affirme qu’il y a « 94 % de faux morts du Covid-19 ». Il s’agit d’un délire qui circule dans les sphères complotistes : la quasi-totalité des morts attribués au Covid-19 seraient fictives, et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), l’équivalent américain de Santé publique France, l’auraient discrètement reconnu. D’après cette intox, seulement 6 % des morts attribuées au Covid-19 seraient véritablement liées à cette maladie. En fait, ce chiffre est obtenu en retirant des statistiques toutes les personnes décédées du Covid qui avaient des comorbidités ainsi que les personnes âgées. On remarquera que cette thèse complotiste ne fait que pousser à l’extrême et jusqu’à l’absurde une logique déjà présente dans les décomptes officiels qui, avec la notion de “surmortalité”, toutes les personnes dont on considère qu’ils auraient dû mourir de toute manière d’autre chose à ce moment-là… Le tweet présidentiel incriminé, qui affirmait : « cette semaine, le CDC a discrètement mis à jour ses statistiques du Covid pour reconnaître que seulement 6 % de tous les 153 504 morts répertoriés [aux Etats-Unis] étaient en réalité morts du Covid. Cela fait 9 210 décès. Les 94 % [restants] avaient deux, trois autres maladies sérieuses et l’écrasante majorité étaient d’un âge très avancé. » a depuis été supprimé par Twitter, mais la fausse info circule activement dans la presse d’extrême droite. Les autres journaux s’attachent à démontrer que c’est faux, sans pour autant remettre en question la notion pourtant discutable de “surmortalité”.

#1497 vu sur www.lemonde.fr

Etats Unis : les procureurs et les législateurs de plusieurs États multiplient les accusations criminelles contre les manifestants interpellés pendant les mobilisations suite à la mort de Georges Floyd

Etats Unis. Les procureurs et les législateurs de plusieurs États multiplient les accusations criminelles contre les manifestants interpellés pendant les mobilisations suite à la mort de Georges Floyd, ajoutant parfois la qualification de terrorisme. Les législations elles-mêmes sont en train d’être durcies, comme dans le Tennessee où une nouvelle loi criminalise le fait de participer à certains types de manifestations, y compris camper pendant la nuit sur la propriété de l’État, qui était auparavant un délit, avec la particularité que dans cet Etat, les personnes reconnues coupables de crimes perdent leur droit de vote. Dans d’autres Etats où la police a accusé en masse les manifestants de crimes, les procureurs ont rapidement abandonné ce type de charges pour les ramener à des délits de manifestation. La mobilisation se poursuit et retrouve régulièrement de l’intensité dans plusieurs Etats du pays. Lundi, les manifestants ont incendié un bâtiment du Département d’État des services correctionnels. La nuit suivante, des membres armés d’une milice suprémaciste blanche ont organisé des contre-manifestations pour protéger les bâtiments officiels.

#1502 vu sur theintercept.com

Allemagne, France, Angleterre : des manifestations “anti masques” ont eu dans les capitales, contre la “tyrannie médicale” et le “canular” du virus à Londres et devant le Reichstag en Allemagne

Allemagne, France, Angleterre. Des manifestations “anti masques” ont eu lieu à Londres, Paris et Berlin. A Paris, ils étaient plusieurs centaines à manifester aux cris de “Liberté ! Liberté ” dont certains identifiés comme “gilets jaunes”. Ils protestaient contre la généralisation du port du masque obligatoire y compris en extérieur. La police a distribué 123 amendes et une personne a été interpellée. A Londres, un millier de personnes ont manifesté contre la “tyrannie médicale” et contre les précautions sanitaires prises face à un virus considéré comme “un canular”. A Berlin, près de 40 000 personnes selon la police (le double de ce qui était attendu) ont manifesté contre les restrictions liées à la pandémie de Covid-19, en particulier le port du masque. Plusieurs centaines de personnes ont forcé les barrages policiers et tenté de pénétrer dans le Reichstag. La police annonce 300 interpellations.

#1486 vu sur www.leparisien.fr

France, Guadeloupe : au moins 20 cas de coronavirus ont été testés positifs à la prison de Baie-Mahault

France, Guadeloupe. Au moins 20 cas de coronavirus, onze détenus et neuf membres du personnel ont été testés positifs au Covid-19 à la prison de Baie-Mahault. Une campagne dépistage est toujours en cours et le nombre de nouveaux cas pourrait ainsi encore augmenter. Inquiétude dans une prison de Guadeloupe. Pour le moment “près de 120 tests ont déjà été effectués” dont “98 parmi les membres du personnel et une vingtaine sur les détenus” fait savoir la préfecture”…. L’ARS refuse encore de tester tout le monde et préfère plutôt cibler les cas contacts des personnes testées positives.

#1479 vu sur www.francetvinfo.fr

Etats Unis : le fabricant de bracelets connectés Fitbit prétend qu’ils permettraient de “prédire l’infection au Covid” suite à une étude pour développer des algorithmes de prédiction des problèmes de santé

Etats Unis. Le fabricant de bracelets connecté Fitbit prétend que ces objets permettraient de “prédire l’infection au Covid”. Une étude montrerait que les bracelets auraient détecté des signes précurseurs de la maladie chez certains porteurs en analysant des variations anormales des rythmes cardiaques et respiratoires, ce qui permettrait de détecter la présence du virus avant même l’apparition des premiers symptômes. Cette hypothèse a émergé au cours d’une étude entreprise pour développer des algorithmes de prédiction et a été complétée de mai à juillet auprès de 100 000 porteurs d’un bracelet de la marque dont 1181 ont été testés positifs au coronavirus par test PCR.

#1471 vu sur www.leparisien.fr

Etats Unis, Californie : depuis la deuxième guerre mondiale des détenus sont employés comme pompiers pour éteindre les nombreux incendies, cette année pour cause de covid s’y ajoutent des travailleurs saisonniers

Etats Unis, Californie. Depuis la deuxième guerre mondiale, quand il a fallu remplacer les hommes partis au front, des détenus gonflent les rangs des pompiers civils pour éteindre les incendies géants qui sévissent à cette saison dans cette région. Cette année il y a moins d’équipes de détenus mobilisés à cause des protocoles sanitaires, et l’agence officielle de lutte contre les incendies, Cal Fire, pour pallier au manque de cette main-d’œuvre des «hand crews» identifiables par leur leur tenue orange (appelés aussi les “orange angels”, exploités pour un salaire minable avec un chantage à la réinsertion), a recruté 800 travailleurs saisonniers.

#1482 vu sur www.liberation.fr

Corée du Sud : des employés payent 80 euros par jour pour être enfermés dans des conditions carcérales dans le but d’éviter le burn out

Corée du Sud. Des employés payent 80 euros par jour pour être enfermés dans des conditions carcérales dans le but d’éviter le burn out. La Corée du Sud est un de pays où les salariés cumulent le plus grand nombre d’heures de travail au monde et comme c’est mauvais pour la santé, des méthodes expéditives pour éviter le burn out sont mises en place, comme l’isolement volontaire du travail et de la vie sociale dans des cellules de 4 m2 équipées à cet effet. Les règles y sont dignes de l’univers carcéral. Les portes sont fermées à double tour pour éviter toute tentation. Le téléphone est confisqué et aucun contact avec l’extérieur n’est autorisé.

#1481 vu sur www.francetvinfo.fr

Espagne, Madrid : la rentrée se prépare avec un ratio d’élèves par classe diminué de 25 à 20 et l’installation de 6 000 caméras à l’intérieur des établissements et des classes

Espagne, Madrid. La rentrée se prépare avec un ratio d’élèves par classe diminué de 25 à 20 et une rentrée échelonnée du 4 au 18 septembre, ce qui implique l’embauche de 11 000 enseignants. Le masque est obligatoire dès 6 ans et un coordinateur COVID sera nommé dans chaque établissement. La possibilité d’un enseignement à distance est aussi préparée par l’achat de 70 000 ordinateurs. Mais le plus frappant reste l’installation de 6 000 caméras à l’intérieur des établissements et des classes pour que les élèves confinés puissent suivre les cours en ligne.

#1463 vu sur www.telemadrid.es

Vénézuela : alors que le nombre de cas de Covid connaît une forte accélération, les soignants manifestent et sont réprimés et 12 d’entre eux ont été arrêtés

Vénézuela. Le nombre de cas de Covid enregistrés quotidiennement au Venezuela connaît la plus forte accélération de ces dernières semaines et le matériel sanitaire manque en particulier pour la protection des personnels soignants, qui est particulièrement touché, puisqu’ils constituent un tiers des décès. Les masques sont utilisés plusieurs jours de suite dans les hôpitaux qui subissent des pénuries d’eau. Alors que le gouvernement vient de demander que les soignants soient applaudis, il réprime les manifestations et au moins 12 soignants qui dénoncent ouvertement leurs conditions de travail difficiles on été emprisonné.

#1447 vu sur amnesty.fr

Australie. Le gouvernement fait avancer un projet de loi qui donne au gouvernement fédéral des pouvoirs sans précédent comme celui d’envoyer des troupes sans l’autorisation d’un gouvernement d’État “en cas d’urgence ou de catastrophe nationale”

Australie. Le gouvernement fait avancer un projet de loi pour donner aux gouvernements fédéraux des pouvoirs sans précédent pour déclarer les situations d’urgence et appeler l’armée, avec ou sans accord du gouvernement de l’État. Ce projet institutionnalise certaines des mesures répressives d’urgence prises pendant la crise sanitaire. Comme aux États-Unis, les mesures proposées annuleraient la division constitutionnelle des pouvoirs des États fédéraux, afin de permettre aux premiers ministres d’envoyer des troupes sans l’autorisation d’un gouvernement d’État ou de territoire “en cas d’urgence ou de catastrophe nationale”. Dans le cadre de la crise du Covid, environ 3 500 militaires ont déjà été mobilisés pour «l’opération COVID-19 Assist», dont environ la moitié à la demande du gouvernement travailliste de l’État de Victoria, actuellement l’État le plus touché par le virus. Les soldats patrouillent dans les rues, frappent à la porte des maisons, s’occupent des postes de contrôle aux frontières, des aéroports et des quarantaines d’hôtels, et effectuent la recherche des contacts. Dans la capitale victorienne de Melbourne, ils aident la police à faire appliquer le couvre-feu de 20 heures à 5 heures. À Victoria, le gouvernement travailliste a en outre déclaré un «état de désastre», lui permettant de suspendre toute loi du Parlement et d’émettre des instructions qui prévalent sur toute loi ou loi. Ces pouvoirs peuvent être utilisés pour réprimer les troubles et interdire les grèves.

#1448 vu sur wsws.org

France : alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de villes, les masques envoyés aux bénéficiaires de la CMU sont de très mauvaise qualité et monocouches donc inefficaces…

France. Alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de villes, l’opération d’envoi de masques par la Poste pour les bénéficiaires de la CMU prend fin le 20 août. Le ministre de la santé avait annoncé en juillet que les personnes les plus précaires bénéficieraient de masques gratuits. Des distributions ont lieu pour les personnes sans domicile fixe. Cependant ces masques ne correspondent pas aux normes sanitaires et sont de tellement mauvaise qualité (une seule couche de tissu légère) qu’ils ne protègent pas du virus…

#1446 vu sur www.msn.com

Liberia : des travailleurs d’ArcelorMittal Liberia, licenciés en 2015 à cause d’Ebola, et qui n’ont rien obtenu depuis se sont emparés du chemin de fer de Sanniquellie

Liberia. Des dizaines de travailleurs licenciés d’ArcelorMittal Liberia se sont emparés du chemin de fer de Sanniquellie et ont bloqué les trains pour protester contre leur statut, depuis leur licenciement en 2015 en raison de l’épidémie de virus Ebola. En vertu de la “loi sur le travail décent” du paysan, les travailleurs licenciés dans de telles conditions doivent être réembauchés lorsque la condition pour laquelle ils ont été licenciés s’améliore, et une enquête menée par un comité interministériel comprenant les ministères du Travail et de la Justice a donné un résultat favorable. pour que les travailleurs licenciés soient réintégrés. Selon le porte-parole des travailleurs licenciés, ils ont attendu avec patience pendant longtemps sans obtenir de réparation de la direction de AML et ont fini six ans plus tard par passer à l’action. Ils se déclarent prêt à répondre par la violence à toute intervention contre eux du gouvernement.

#1438 vu sur www.liberianobserver.com

Philippines : le président Duterte continue sa guerre contre toutes les formes de dissidence, avec des arrestations et emprisonnements, mais aussi l’exécution sommaire d’opposants

Philippines. Le président Duterte continue sa guerre contre toutes les formes de dissidence et d’opposition, avec des arrestations et emprisonnements, mais aussi des formes plus violentes encore d’intimidation. Un leader du mouvement paysan, ainsi qu’une militante de la défense des droits de l’homme, ancienne directrice de l’éducation de l’alliance des droits de l’homme Karapatan, ont été été abattus, cette dernière par deux hommes qui se sont enfui à moto malgré les contrôles et checkpoints nombreux mis en place depuis le confinement. Elle est le 13e membre de cette organisation tué depuis la mi-2016. Ces exécutions sommaires surviennent quelques semaines après que Duterte a promulgué une loi anti-terroriste controversée, qui permet des arrestations sans mandat et des détentions plus longues sans inculpation.

#1436 vu sur newsinfo.inquirer.net

Brésil, Recife : des militants anti-avortement membres de groupes religieux évangéliques et soutiens de Bolsonaro ont tenté d’empêcher l’interruption de grossesse d’une fillette de 10 ans violée par son oncle

Brésil, Recife. Des militants anti-avortement membres de groupes religieux évangéliques soutiens de Bolsonaro ont tenté d’empêcher l’interruption de grossesse d’une fillette de 10 ans violée par son oncle. La ministre de la Famille (mais aussi “de la Femme et des Droits humains”), une pasteure intégriste, avait elle-même indiqué où se tiendrait l’intervention et avait déploré sur les réseaux sociaux la décision de justice autorisant l’interruption de grossesse de l’enfant. La petite fille, originaire d’une famille pauvre de la ville de São Mateus, dans l’État d’Espirito Santo (au nord de Rio de Janeiro), subissait des abus sexuels depuis l’âge de 6 ans, ce qui a motivé la justice, explique le journal, à autoriser l’avortement, interdit dans le pays. Mais pendant que l’affaire était examinée en justice, elle recevait déjà la visite de pasteurs évangéliques qui l’exhortaient à ne pas avorter, essayant également de faire pression sur la grand-mère en charge de l’enfant. L’enfant a dû être déplacée dans une autre région du pays, là où la ministre de la famille a révélé sa présence, car les hôpitaux locaux ont tous refusé de prendre en charge l’avortement. Au Brésil, sur les 66 000 viols enregistrés en 2018 dans le pays, 53,8 % ont concerné des mineures de moins de 13 ans, et la plupart dans le cadre familial.

#1435 vu sur www.courrierinternational.com

Côte d’Ivoire, Abidjan : les manifestations se multiplient contre la candidature du président pour un troisième mandat, l’opposition accuse le gouvernement de monter des milices appelées “les microbes” pour créer la panique

Côte d’Ivoire, Abidjan. Les manifestations se multiplient contre la candidature du président Alassane Ouattara pour un troisième mandat. De nombreux affrontements ont lieu, mais aussi des attaques de militants, et l’opposition accuse le pouvoir d’être à l’origine de ces troubles et de monter des milices pour créer la panique. La polémique enfle depuis plusieurs jours : « Les microbes attaquent les manifestants » peut-on lire à la Une de plusieurs quotidiens. Les « microbes » sont des jeunes hommes, souvent repris de justice, considérés comme dangereux, que l’opposition accuse d’être payés par le gouvernement pour faire ses basses oeuvres. L’opposition parle de “stratégie de la terreur” suite à ces attaques.

#1424 vu sur www.rfi.fr

Royaume Uni : après plusieurs manifestations étudiantes contre l’algorithme qui avait baissé de 40% des note du bac et du brevet, le gouvernement a dû reculer et laisser telles quelles les notes de contrôle continu

Royaume Uni. À la place de passer les examens du bac et du brevet, les étudiants anglais ont été notés en contrôle continu, avec une note “normalisée” par un algorithme. Or, la presse estime que l’algorithme a baissé les notes de près de 40% d’élèves. Une manifestation importante des étudiants a eu lieu contre cet algorithme qui décide de leur avenir scolaire en criant « Fuck the algorithm » devant le ministère de l’Éducation et « Fuck Eton », du nom de cette institution réservée à l’éducation de l’élite anglaise. En effet, les notes des lycées privées ont été algorithmiquement préservées alors que les élèves des zones défavorisées ont été bien plus touchés que ceux des établissements les plus prestigieux et les plus onéreux. Le même procédé de réévaluation (ou dévaluation) des notes pour corriger le contrôle continu par les statistiques obtenus par les établissements les années précédentes a été utilisé en France. Face à la mobilisation, le gouvernement a fini par céder et a restitué les notes de contrôle continu, bien plus favorables aux élèves

#1423 vu sur www.numerama.com

France, Marseille : 130 CRS supplémentaires ont été déployés pour surveiller le port du masque dans les sept arrondissements où il est obligatoire en extérieur, 80 amendes sont déjà tombées en une journée

France, Marseille. 130 CRS supplémentaires ont été déployés dans la ville pour surveiller le port du masque par les habitants dans les sept arrondissements où il est obligatoire en extérieur. Gabriel Attal, porte parole du gouvernement, a du mal à donner de la cohérence à la politique répressive à l’oeuvre et, sans craindre les contradictions, il affirme que les pouvoirs publics “continuent de faire de la pédagogie. Et on développe les moyens de contrôle. D’où cette annonce d’une compagnie de CRS supplémentaire à Marseille pour contrôler et sanctionner si nécessaire. Mais je vais être clair : il n’y aura jamais un gendarme ou un policier derrière chaque Français pour vérifier qu’il porte son masque. C’est avant tout une question de civisme et ce qu’il faut craindre, ce n’est pas l’amende, mais le virus qui guette et qui peut vous contaminer si vous ne portez pas votre masque.” 80 amendes sont déjà tombées en une journée dans le centre-ville.

#1422 vu sur www.francebleu.fr

Espagne, Madrid : des centaines de manifestants ont défilé contre le port obligatoire du masque et les autres mesures anti-Covid19, aux cris de «le virus n’existe pas»

Espagne, Madrid. Des centaines de manifestants ont défilé contre le port obligatoire du masque et les autres mesures anti-Covid19, aux cris de «Le virus n’existe pas», «Le masque tue» ou «Nous n’avons pas peur» et «Liberté !». De nombreux manifestants ne portaient pas de masques, bien que ce soit obligatoire en public en Espagne. Cette manifestation intervient deux jours après que le gouvernement a annoncé de nouvelles restrictions, dont la fermeture des discothèques et l’interdiction de fumer là où il est impossible de se tenir à moins de deux mètres les uns des autres.

#1427 vu sur www.cnews.fr

Russie, Bachkortostan : des dizaines de personnes ont été arrêtées à la suite d’affrontements entre des militants écologistes et des vigiles et travailleurs des syndicats de la société de construction Bashkir Soda appuyés par la police anti-émeute

Russie, Bachkortostan. Des dizaines de personnes ont été arrêtées sur la colline de Kushtau à la suite d’affrontements entre des militants écologistes et des travailleurs de la société de construction Bashkir Soda (BSK). La police a arrêté une cinquantaine de personnes et les a transportées en bus jusqu’à la ville de Sterlitamak, à une vingtaine de kilomètres à l’est. L’incident a éclaté après qu’une coalition de syndicats représentant des travailleurs de la chimie du Bachkortostan, y compris des employés de BSK, a appelé à une «flash mob» près d’un campement de 150 militants mis en place plus tôt par des écologistes pour bloquer l’exploitation par BSK de la colline, qui est un site protégé. Les vigiles de BSK et la police anti-émeute OMON se sont affrontés avec les militants.

#1425 vu sur www.rferl.org

Colombie, Bogota : près de 1000 livreurs de l’application mobile colombienne Rappi ont fait grève et ont manifesté pour protester contre leurs conditions de travail et un système de points qui leur fixe des objectifs impossibles

Colombie, Bogota. Près de 1000 livreurs de l’application mobile colombienne Rappi ont fait grève et ont manifesté dans la capitale pour protester contre leurs conditions de travail et un système de points qui fixe aux livreurs des objectifs impossibles à atteindre et sont nécessaires pour avoir le droit d’aller travailler dans les zones à forte demande. Rappi compte sur quelque 50000 coursiers, connus sous le nom de Rappitenderos, pour livrer principalement des produits d’épicerie et des plats à emporter. Beaucoup sont des migrants vénézuéliens qui ont fui la crise sociale et économique.

#1428 vu sur www.investing.com

Amérique du Sud : en six semaine le nombre de victimes du Covid a été plus que multiplié par deux, les autorités de certains pays, comme celles du Pérou, commencent à admettre que le nombre de morts pourrait varier du simple au double

Amérique du Sud. En six semaine, le nombre de victimes du Covid a été plus que multiplié par deux, passant de 100 000 fin juin à 230 000 mi août. Le continent est durement touché et, avec plus de 6 millions de cas recensés, la plupart des pays ne parviennent pas à endiguer la pandémie. Les autorités de certains pays, comme celles du Pérou, commencent à admettre que le nombre de morts pourrait varier du simple au double. L’Argentine, dont la population du Grand Buenos Aires est toujours en quarantaine, et ce depuis le 20 mars, connaît un pic de contaminations et de morts inédit : encore 7 498 cas et 149 morts le 13 août, pour un total de plus de 276 000 contaminations et plus de 5 300 morts.

Gravediggers carry the coffin of Avelino Fernandes Filho, 74, who passed away from the coronavirus disease (COVID-19), during his funeral in Rio de Janeiro, Brazil, May 18, 2020. REUTERS/Ricardo Moraes – RC2BRG9L2EB0

#1488 vu sur www.lemonde.fr

Australie, Melbourne : un nouvel état d’urgence est déclaré, qui donne à la police le pouvoir d’entrer dans des maisons privées sans mandat ni permission des propriétaires pour des «contrôles ponctuels»

Australie, Melbourne. Les autorités de l’Etat de Victoria déclarent un nouvel état d’urgence pour gérer la crise sanitaire, qui donne à la police le pouvoir d’entrer dans les maisons privées, sans mandat ni permission des propriétaires, afin d’effectuer des «contrôles ponctuels». Un couvre-feu ne permettant pas aux personnes de quitter leur domicile entre 20 h 00 et 5 h 00, sauf pour «des raisons professionnelles et essentielles de santé, de soins ou de sécurité» est instauré et pendant le reste de la journée, les gens ne peuvent quitter leur domicile que pour acheter de la nourriture et des articles essentiels, recevoir ou donner des soins, faire de l’exercice quotidien ou travailler. Les églises sont fermées sauf pour les funérailles, avec un maximum de 10 personnes en deuil autorisées à y assister, avec permis requis. Les écoles sont fermées, sauf pour les enfants “vulnérables” et les enfants des travailleurs autorisés. Les masques faciaux sont obligatoires partout en dehors de chez soi, même dans les espaces ouverts lorsque l’on est seul. Nul ne peut aller dans un domicile autre que le sien, sauf pour y donner des soins. Les gens ne peuvent se réunir en public qu’avec une seule personne extérieure à leur domicile. Le commissaire en chef de la police de Victoria a affirmé publiquement que la police avait dans certains cas brisé les vitres de voiture parce que des personnes à l’intérieur des véhicules ne coopéraient pas ou ne suivaient pas les directives sanitaires nouvellement imposées. Une gamme d’amendes et de pénalités est en vigueur pour ceux qui enfreignent les règles, y compris une amende immédiate de 200 dollars pour “ne pas se couvrir le visage, sans excuse légitime“, une amende immédiate de 1.650 dollars pour ceux qui sortent de chez eux hors des motifs “valables” et une amende de près de 5 000 $ sur place pour ceux qui ont été testés positifs au coronavirus et enfreignent les règles de quarantaine. Toutes ces amendes peuvent être considérablement augmentées pour les récidivistes.

#1413 vu sur www.medias-presse.info

Etats Unis, Floride : un shérif interdit l’usage du masque aux policiers et aux personnes amenées à entrer dans le commissariat pour améliorer la “clarté dans la communication avec la population” suite aux mobilisations contre la police…

Etats Unis, Floride. Alors que la Floride enregistre un nombre de décès record liés au coronavirus, le shérif Billy Woods a interdit l’usage du masque à ses agents de police en service à l’extérieur et à l’intérieur de son commissariat. Il leur a envoyé un mail indiquant : “Lorsque vous êtes en service/en train de travailler en tant que mes employés, représentant mon bureau, vous ne porterez pas de masque”, a-t-il écrit. Le shérif a toutefois précisé quelques exceptions, pour les agents travaillant dans des prisons, des écoles, des hôpitaux ou auprès de cas suspectés de coronavirus. Il interdit aussi le port du masque aux personnes amenées à entrer dans le commissariat, en justifiant cette mesure par une évocation des mobilisations contre la police suite au décès de Georges Floyd : “À la lumière des récents événements et considérant le ressentiment et/ou la haine contre les forces de l’ordre dans notre pays aujourd’hui”, les personnes entrant dans le commissariat devront, a-t-il écrit, ne pas porter de masque afin “d’assurer une communication claire et dans un but d’identification”. La Floride, où le port du masque n’est pas obligatoire mais recommandé, est l’un des épicentres de l’épidémie américaine, qui a connu une forte résurgence à partir de la fin juin.

#1404 vu sur www.sudouest.fr

France : L’ARS saisi la justice après la diffusion sur Facebook par une médecin généraliste d’un certificat médical permettant d’invoquer une contre-indication au port du masque

France. L’Agence Régionale de Santé (ARS) du Grand Est a saisi la justice en début de semaine après la diffusion sur Facebook, par une médecin généraliste alsacienne, d’un certificat médical permettant à tout un chacun d’invoquer une contre-indication au port du masque. Le document “certifie que Mr, Mme… présente une contre indication médicale au port du masque en continu et ponctuel”. Elle aurait été depuis suspendue. “Le masque est une arnaque totale et fait peur”, a-t-elle affirmé, soutenant avoir diffusé son certificat sur Facebook pour que “chacun choisisse pour sa santé”.

#1399 vu sur www.huffingtonpost.fr

Bolivie : la mobilisation contre le gouvernement s’intensifie avec en particulier beaucoup de blocages de routes et les circulations font l’objet de négociations ou d’affrontements

Bolivie. La mobilisation contre le gouvernement s’intensifie et de plus en plus de routes sont barrées par les manifestants avec des blocages pérennes, et beaucoup de circulations font l’objet de négociations ou d’affrontements. La circulation du virus explose dans le pays depuis la mi-juillet : 10 000 nouveaux malades par semaine et des hôpitaux qui voient leurs services se remplir. Le gouvernement joue sur la situation en accusant les manifestants d’être responsables des décès parce que les blocages rendraient difficile l’approvisionnement des hôpitaux. La Centrale ouvrière bolivienne a appelé à ce que tous les approvisionnements médicaux et les soignants puissent passer librement aux barrages.

#1397 vu sur www.franceculture.fr

L’Organisation internationale du travail s’inquiète du risque d’un “affaiblissement productif de toute une génération” qui se serait déshabituée du travail, comme si c’était un des symptômes du virus…

International. L’Organisation internationale du travail s’inquiète pour le futur des jeunes : selon une étude qu’elle publie, la pandémie a eu sur les jeunes de 18 à 29 ans un impact « systématique, profond et disproportionné » et qui « risque d’affaiblir le potentiel productif de toute une génération ». Il ne s’agit pas de séquelles neurologiques ou autre problème de santé à retardement, il s’agit bel et bien de s’inquiéter du fait qu’une génération se serait déshabituée du travail, et de présenter cette inquiétude comme un symptôme du virus… Le rapport affirme qu’ “un jeune sur six a dû arrêter de travailler, 42 % de ceux qui ont continué à travailler ont vu leurs revenus diminuer et près de 4 jeunes sur dix ont des doutes quant à leurs perspectives de carrière”. Si la cynique question d’une baisse de productivité à venir montre bien le mélange délétère entre soin prétendu et perspective de profit, le rapport fait aussi état de syndromes dépressifs et d’épisodes d’angoisse en fortes hausses dans cette tranche d’âge.

#1394 vu sur lecourrier.ch

Russie : Poutine affirme que la Russie a développé le «premier» vaccin contre le coronavirus dont plus d’un milliard de doses auraient déjà été commandées par 20 pays, les spécialistes sont sceptiques

Russie. Vladimir Poutine affirme que la Russie a développé le «premier» vaccin contre le coronavirus, assurant qu’il donnait une «immunité durable», dont plus d’un milliard de doses auraient déjà été commandées par 20 pays. Moscou souhaite lancer sa production industrielle dès le mois de septembre pour débuter une campagne massive de vaccination le mois suivant. D’ici là, l’Etat russe compte vacciner au plus vite les professionnels de santé, les enseignants et d’autres groupes jugés à risque, ainsi que “des dizaines de milliers de volontaires” et certaines personnalités russes auraient déjà bénéficié de ces injections expérimentales depuis le mois d’avril. Mais les essais cliniques, effectués dans un délai très court et sur moins d’une centaine de personnes, rendent les spécialistes sceptiques. Les essais auraient concerné deux groupes de 38 personnes dont la plupart sont des militaires. En effet, le vaccin russe ne figure pas parmi les principaux candidats vaccins contre le Covid-19 officialisés par les instituts de recherche internationaux, dont plusieurs ont atteint une phase avancée d’essais cliniques.

#1391 vu sur www.rfi.fr

Iran : un journal a été fermé par les autorités après la publication d’une interview d’un expert sanitaire mettant en cause le bilan de l’épidémie dans le pays, peut-être vingt fois plus lourd que les chiffres officiels

Iran. Un journal iranien a été fermé par les autorités après la publication d’une interview d’un expert sanitaire mettant en cause le bilan de l’épidémie de coronavirus dans la République islamique et affirmant qu’il pourrait être vingt fois plus lourd que les chiffres officiels. L’expert interviewé, ancien membre de l’équipe de lutte contre l’épidémie, avait déclaré notamment: “Les chiffres annoncés par les autorités sur les cas et les morts dus au coronavirus représentent seulement 5% du véritable bilan.” Selon un autre épidémiologiste, le virus a été détecté dès janvier par les autorités alors que les premières infections et les premiers décès ont été annoncés le 19 février. Le bilan officiel de l’épidémie en Iran s’établit actuellement à 18.616 morts et 378.844 cas de contamination.

#1393 vu sur www.challenges.fr

International : Google dit avoir “accidentellement activé” une fonctionnalité qui lance la surveillance ambiante de ses “haut-parleur intelligent” Google Home, sans que les utilisateurs le sache parce que l’un d’eux s’en est aperçu…

International. Google dit avoir “accidentellement activé” une fonctionnalité pour les utilisateurs de Google Home qui permet au “haut-parleur intelligent” d’écouter les sons des objets dans les maisons. En effet, un utilisateur a repéré une notification sur son téléphone de son haut-parleur intelligent qui l’a alerté sur le fait que son détecteur de fumée se déclenchait pendant qu’il cuisinait. Habituellement, les appareils Google Home ne répondent qu’aux «mots de réveil» prononcés pour les activer – tels que «Ok, Google» ou «Hey, Google» – mais dans ce cas, le haut-parleur écoutait un son sans avoir été activé. D’autres utilisateurs ont signalé avoir reçu des alertes pour des bris de verre, de film à bulles éclaté, et d’autres bruits aigus qui peuvent ressembler à des alarmes, alors qu’ils n’avaient pas activé leur haut parleur. Un porte-parole de Google a déclaré que la fonctionnalité avait été activée accidentellement par une mise à jour logicielle récente qui a maintenant été annulée. Les formes d’utilisation possibles de la surveillance ambiante sont particulièrement inquiétantes et les “politiques de confidentialités” particulièrement floues dans ce domaine, à partir du moment où le consentement de l’utilisateur est supposé avoir été recueilli ou si c’est lui qui détient le code pour le déclencher. Ce n’est pas la première fois que Google active une fonction de microphone que ses clients ignorent. En 2019, la société a installé des microphones cachés dans son système d’alarme Nest Secure et, une fois le procédé découvert, a déclaré que l’ajout n’avait “jamais été destiné à être un secret” et que le fait que cette fonction ne soit indiquée nulle part était une erreur. Google n’est pas la seule entreprise à proposer cette fonctionnalité de surveillance ambiante. Les haut-parleurs Echo d’Amazon ont ajouté une fonctionnalité comme celle-ci en 2018 appelée Alexa Guard. En plus d’écouter les bruits suspects, Alexa Guard vérifie également si l’appareil capte des chuchotements dans le but d’adapter son volume et de répondre plus doucement…

#1383 vu sur www.independent.co.uk

Etats Unis, Californie : un projet de loi propose un système de contrôle basé sur la “blockchain” qui enregistrerait les résultats des tests COVID-19, les stockerait et les utiliserait pour donner accès ou non aux lieux publics

Etats Unis, Californie. Un projet de loi propose un système de contrôle basé sur la blockchain qui enregistrerait les résultats des tests COVID-19, les stockerait et les utiliserait pour donner accès ou non aux lieux publics. Ce programme pilote serait mis en place pour créer des «certificats de santé vérifiables» en temps réel au fur et à mesure que les tests sont effectués.

#1371 vu sur www.eff.org

France, Paris : alors que l’inquiétude d’un rebond de l’épidémie grandit, le gouvernement annonce pour la rentrée un assouplissement global des mesures dans les écoles si elles entravent la “bonne marche” des établissements scolaires

France, Paris. Alors que le masque devient obligatoire en extérieur dans certains quartiers de la capitale, le ministère de l’Education rend discrètement publiques les mesures de protections sanitaires prévues pour la rentrée scolaire et diffusées aux directeurs d’établissements depuis le 20 juillet : il s’agit d’un assouplissement global des mesures de protection, du moins quand elles pourraient entraver la “bonne marche” des établissements scolaires. Ainsi la distanciation physique sera à respecter dans les classes “quand elle est possible”, c’est-à-dire sûrement pas dans les classe surchargées à 30 ou 35 élèves… Le port du masque serait obligatoire et le ministère affirme avoir un stock suffisant jusqu’au mois de décembre pour en fournir aux enseignants, mais pas aux élèves. Les universités vont rouvrir, elles aussi avec des mesures assouplies. Alors qu’en Italie, des dizaines de milliers d’enseignants sont embauchés pour obtenir des demi-classes qui doivent permettre aux élèves de rester éloignés les uns des autres pendant les heures de cours, la France choisit… de ne rien changer finalement !

#1384 vu sur www.sudouest.fr

Brésil, Sao Paulo : un procès devant la cour suprême du pays met en débat la question de définir la politique actuelle vis à vis des populations autochtones comme un génocide

Brésil, Sao Paulo. Un procès devant la cour suprême du pays met en débat la question de définir la politique actuelle du gouvernement vis à vis des populations autochtones comme un génocide. «Il n’est pas exagéré d’avertir ce tribunal que nous avons un risque sérieux de génocide» affirme l’avocat Luiz Eloy Terena, lui-même autochtone, lors d’une audience en ligne de la Cour suprême. Il s’appuie sur le nombre alarmant de morts dans les populations autochtones et la politique gouvernementale qui ne permet pas de protection sanitaire pour ces populations et contribue au contraire sciemment à y favoriser la diffusion du virus. A ce constat s’ajoute le fait que, comme l’a montré un rapport de l’Institut socio-environnemental du Brésil en juin, pour les groupes isolés, le virus pose «un risque d’extermination de tout le groupe», avec un taux de mortalité bien supérieur au reste de la population. En réponse, la Cour suprême du Brésil a rendu une décision constatant le défaut de protection et forçant le gouvernement à protéger les peuples autochtones pendant la pandémie. Plus précisément, il a ordonné au gouvernement de

1) créer des barrières dites sanitaires, empêchant des tiers de pénétrer sur les terres autochtones;

2) créer une «salle de situation» où les responsables gouvernementaux et les représentants des peuples autochtones pourraient constamment discuter et actualiser un tel plan;

3) inclure dans le système de santé les terres autochtones qui ne sont pas encore officiellement reconnues comme telles par l’État;

et 4) adopter des mesures urgentes pour contenir et isoler les envahisseurs des terres autochtones, en particulier les mineurs illégaux.

Mais cette décision se fonde sur la possibilité de négociations et donc sur une relative “bonne volonté” supposée de Bolsonaro, hypothèse qui semble démentie par le fait que le jour suivant, le gouvernement a suspendu les actions répressives contre les mineurs illégaux dans les terres autochtones du nord-est de l’État de Pará. La décision de la cour suprême intervient quelques jours après que la Commission interaméricaine des droits de l’homme a également demandé à l’État brésilien de protéger les peuples autochtones pendant la pandémie, en particulier deux d’entre eux pour lesquels la situation est particulièrement critique : elle a recommandé «l’adoption des mesures nécessaires pour protéger les droits à la santé, à la vie et à l’intégrité personnelle des membres des peuples autochtones Yanomami et Ye’kwana» et a ordonné la mise en œuvre de “mesures préventives contre la propagation du COVID-19, en plus de leur fournir des soins médicaux adéquats”. Par ailleurs, cinq demandes sont déposées à la Cour pénale internationale pour ouvrir des enquêtes préliminaires pour “incitation au génocide” et “crimes contre l’humanité”.

#1400 vu sur www.americasquarterly.org

Espagne, Murcia : un migrant de 42 ans originaire du Nicaragua et travaillant comme saisonnier dans une plantation de pastèques est mort de déshydratation

Espagne, Murcia. Un migrant de 42 ans originaire du Nicaragua et travaillant comme saisonnier dans une plantation de pastèques est mort de déshydratation. Comme dans la plupart des ces exploitations agricoles, il devait travailler des heures sous un soleil de plomb, apparemment sans eau. Les patrons de l’exploitation n’ont pas appelé d’ambulance et ne l’ont secouru que très tardivement, attendant que tout le monde ait fini de travailler pour l’emmener. Il a ensuite été abandonné à l’extérieur d’un centre de soin alors qu’il était inconscient. Il est décédé peu après. Dans ces plantations de pastèques, le travail dure de 7 heures du matin à 18 heures en plein soleil et le salaire dépend du rendement de l’ouvrier et tourne autour de 5 euros de l’heure. Six euros sont déduits pour les frais de transport en camionnette… « On est humiliés ici. Ils me traitent d’âne, ils me crient dessus, ils me disent que je suis lent », s’était plaint la personne qui est décédée auprès de sa sœur lors d’un appel téléphonique. Les forces de l’ordre ont interpellé samedi soir un Équatorien de 50 ans, propriétaire de l’agence de travail temporaire qui avait engagé le défunt. Le propriétaire de l’exploitation comme les responsables sur place le jour du drame n’ont pour l’instant pas été inquiétés. Le rapatriement du corps coûtera quelques 5000 euros à sa femme et ses enfants restés au Nicaragua…

#1389 vu sur www.lematin.ch

France, Clichy Sous Bois : des caméras ont été installées dans la piscine Rosa Parks pour contrôler le respect de la distanciation sociale, elles alertent en temps réel les maîtres nageurs si les baigneurs sont trop proches

France, Clichy Sous Bois. Des caméras ont été installées dans la piscine Rosa Parks pour contrôler le respect de la distanciation sociale. 16 caméras perchées au dessus du grand bassin alertent en temps réel les maîtres nageurs si les baigneurs sont trop proches. Il s’agit du système inventé par l’entreprise Poséidon installée à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. L’écran électronique accroché au bout du bassin passe du vert au rouge si des nageurs sont à moins de 1,50 m les uns des autres. Un algorithme a été développé pour compter les nageurs et donc pour faire respecter la distance obligatoire. Il s’agit au départ d’un dispositif de détection de noyades qui a été adapté à la crise sanitaire en cours.

#1381 vu sur actu.fr

Vénézuela, Tachira : les personnes qui enfreignent les règles sanitaires sont obligées de faire des travaux pénibles, avec parfois un panneau punitif dans le dos

Vénézuela, Tachira. Les personnes qui enfreignent les règles sanitaires sont obligées de faire des travaux pénibles. Des habitants ont ainsi été contraints de travailler à la construction d’une route surveillés par les forces de l’ordre, comme une forme de punition pour ne pas porter de masque, certains avec une pancarte dans le dos indiquant : « Je dois faire des travaux d’intérêt général pour ne pas porter de masque facial ». D’autres mesures de rétorsion sont aussi employées, comme l’obligation de faire des pompes, ou l’obligation de participer à la campagne de promotion des règles sanitaires en récitant un texte moralisateur.

#1379 vu sur news-24.fr

Emirats Arabes Unis : la compagnie Emirates Airlines fait la publicité de son assurance COVID-19 qui couvre les frais médicaux, de quarantaines et de funérailles en cas de test positif suite à un vol sur ses lignes

Emirats Arabes Unis. La compagnie Emirates Airlines propose une assurance COVID-19 à ses passagers, allant bien d’au-delà de la logique de sécurisation pour donner leur donner confiance par des mesures sanitaires renforcées. L’assurance d’Emirates stipule que si l’un de ses passagers reçoit un diagnostic de COVID-19 pendant son voyage, la compagnie aérienne basée à Dubaï couvrira ses frais médicaux, jusqu’à 150 000 € (environ 176 000 $), 100 € (118 $) par jour pour les frais de quarantaine – comme une chambre d’hôtel – pendant un maximum de deux semaines et 1500 € (environ 1765 $) pour les funérailles en cas de décès. Cette démarche s’inscrit dans la tendance en cours depuis quelques temps, à développer la communication autour des assurances contractées avec l’achat d’un produit, et de l’assurance en général. Ainsi, l’an dernier, les dépenses publicitaires dans le secteur de l’assurance ont atteint 7 milliards de dollars aux Etats Unis, soit environ 2,7% de toutes les dépenses publicitaires américaines. Il s’agit d’attirer l’attention du consommateur sur un aspect de ses achats et de l’organisation de sa vie qu’il souhaite plutôt ne pas prendre en compte en tant que tel. Pour vendre ce produit qui manque d’attrait en lui-même, l’agence GEICO par exemple a a lancé une campagne loufoque pour injecter de l’humour dans l’imagerie endormie et conservatrice de l’assurance. Depuis que cette campagne a fonctionné, les assureurs rivalisent d’ingéniosité dans le domaine. Il n’en reste pas moins que c’est la première fois qu’une marque propose des services d’enterrement comme incitation à l’achat…

#1348 vu sur www.forbes.com

France, Perpignan : l’œdicnème criard, une espèce d’oiseau protégée, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire…

France, Perpignan. Un couple de petits oiseaux d’une espèce protégée, des œdicnème criard, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire de Perpignan à proximité de Mas de la Guarrigue. Le site est déjà constructible, et les voix d’accès et les réseaux sont installés parce qu’Ikéa envisageait de s’y implanter il y a quelques années. La présence de ce petit oiseau a été détectée lors de l’inventaire obligatoire mené sur le site pour y recenser la faune et de la flore et, en tant qu’espèce protégée, il ne peut pas être tué ou chassé des lieux. La seule solution pour commencer le chantier est d’obtenir un arrêté qui autorise son élimination. La communauté urbaine de Perpignan aurait déjà fait des propositions auprès de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) pour proposer des “compensations environnementales” à cette destruction programmée, au nom de l’urgence de cette construction à cause de la vétusté de la prison actuelle.France, Perpignan. Un couple de petits oiseaux d’une espèce protégée, des œdicnème criard, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire de Perpignan à proximité de Mas de la Guarrigue. Le site est déjà constructible, et les voix d’accès et les réseaux sont installés parce qu’Ikéa envisageait de s’y implanter il y a quelques années. La présence de ce petit oiseau a été détectée lors de l’inventaire obligatoire mené sur le site pour y recenser la faune et de la flore et en tant qu’espèce protégée, il ne peut pas être tué ou chassé des lieux. La seule solution pour commencer le chantier est d’obtenir un arrêté qui autorise son élimination. La communauté urbaine de Perpignan aurait déjà fait des propositions auprès de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) pour proposer des “compensations environnementales” à cette destruction programmée, au nom de l’urgence de cette construction à cause de la vétusté de la prison actuelle.

#1363 vu sur www.francebleu.fr

Allemagne, Berlin : plus de 20 000 manifestants ont défilé contre les restrictions sanitaires, rassemblant des libertariens, des militants anti-vaccins, et un groupe d’extrême droite, des affrontements ont lieu avec des contre-manifestants

Allemagne, Berlin. Plus de 20 000 manifestants ont défilé contre les restrictions sanitaires mises en place par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Cette mobilisation, qui a eu lieu suite à un appel intitulé : “La fin de la pandémie – Jour de la liberté”, a rencontré des contre-manifestants anti-fascistes, dont un cortège de “grands-mères contre l’extrême droite”, qui ont insulté les militants, les qualifiant de “nazis”. La devise de la manifestation, “Jour de la liberté”, est effet le titre d’un film de la réalisatrice nazie Leni Riefenstahl sur la conférence du parti d’Adolf Hitler NSDAP en 1935. Selon l’agence Reuters, la manifestation a été très hétérogène et a notamment rassemblé des libertariens, des militants anti-vaccins, ainsi qu’un groupe de membres de l’extrême droite allemande. Hostiles aux mesures restreignant les libertés individuelles pour combattre le Covid-19, les manifestants ont défilé sans précautions sanitaires et sont descendus vers la porte de Brandebourg au cri de : “Nous sommes la deuxième vague”, “résistance” ou encore “la plus grande théorie conspirationniste est la pandémie du nouveau coronavirus”. Des affrontements ont eu lieux entre les manifestants et la contre manifestation qui s’est tenue dans le quartier de Neukoln, avant que la police ne les disperse à grand renfort de grenades désencerclantes et de projectiles en caoutchouc.

#1346 vu sur www.francetvinfo.fr

France : les soignants intérimaires ne toucheront pas la prime Covid promise par Macron

France. Les soignants intérimaires ne toucheront pas la prime Covid promise par Emmanuel Macron. Les soignants employés en intérim viennent d’être bannis du dispositif de prime exceptionnelle créé pour les personnels ayant accompagné les malades du Covid-19. Patronat et syndicats de la branche du travail temporaire se sont mis d’accord pour envoyer une « lettre paritaire » au ministère des solidarités et de la santé dénonçant une « discrimination incompréhensible ».

#1355 vu sur www.lemonde.fr

Etats Unis : Google propose désormais aux entrepreneurs de s’identifier en tant qu’entreprise dirigée ou tenue par des Noirs et présente cette mesure comme un soutien à la lutte contre le racisme

Etats Unis. Google propose désormais aux entrepreneurs de s’identifier en tant qu’entreprise dirigée ou tenue par des Noirs et présente cette mesure comme un soutien à la lutte contre le racisme. Un nouveau badge représentant un cœur noir a été créé pour l’occasion. Il apparaîtra sur la fiche Google du commerce dans les résultats de recherche et sur Google Maps. Google aurait constaté ces derniers mois une augmentation des recherches en ligne visant à trouver des établissements tenus par des afro-américain. Début juin, Google avait déjà annoncé plusieurs mesures pour soutenir la communauté noire, notamment le versement de plus de 12 millions de dollars à des organisations “qui s’efforcent de lutter contre les inégalités raciales”. Il y a deux ans, la firme avait dévoilé des badges de la même nature, à afficher pour indiquer que le commerce est “LGBTQ+ friendly” – y compris en France – ou s’il est dirigé par des femmes.

#1343 vu sur bfmtv.com

France, Nantes : des élèves infirmiers mobilisés et sous-rémunérés pour le Covid refusent de payer leurs frais d’inscription ; le CHU intervient auprès de Pôle emploi pour qu’ils soient déduits de leurs indemnités

France, Nantes. Des élèves infirmiers refusent de payer leurs frais d’inscription pour protester contre le fait qu’un tiers d’entre eux ont été mobilisés pendant le Covid en tant qu’aide-soignants tout en restant dans l’obligation de poursuivre les travaux nécessaires à la validation de leur année, puis de passer des partiels dans des conditions des conditions déplorables. Le CHU, qui a envoyé des huissiers pour percevoir les sommes dûes qui s’élève à un peu plus de 200 euros par élève, est même intervenu auprès de Pôle Emploi, afin qu’il retienne le montant de ces frais sur leurs indemnités chômage…

#1340 vu sur mediacites.fr

Zimbabwé, Harare : des manifestations contre la corruption à la tête de l’État ont lieu malgré le couver-feu et les intimidations et arrestations préventives

Zimbabwé, Harare. L’opposition a appelé à braver le confinement pour manifester contre la corruption à la tête de l’État. Le gouvernement avait prévenu qu’il ne laisserait pas les manifestations se tenir, et le centre-ville de la capitale est resté bouclé, tout comme celui de la seconde ville du pays, Bulawayo. Depuis plusieurs jours, les forces de sécurités sont visibles dans les rues où personne ne circule. Le contexte est d’autant plus tendu que s’ouvre le procès de l’ex-ministre de la Santé, limogé il y a 3 semaines, accusé d’avoir détourné des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19. Ces derniers jours les cas d’intimidations et de violences envers leurs militants se sont multipliés. De petits rassemblements ont eu lieu dans les banlieues des deux villes, menant à de multiples arrestations. De nombreuses arrestations préventives ont eu lieu les jours qui ont précédé et des dizaines d’opposants ont préféré s’enfuir parce qu’ils étaient recherchés par la police. Face à cette répression, certains opposants demandent la poursuite des manifestations tout au long du weekend. Depuis plusieurs jours, les forces de sécurités sont visibles dans les rues où personne ne circule. Le contexte est d’autant plus tendu que s’ouvre le procès de l’ex-ministre de la Santé, limogé il y a 3 semaines, accusé d’avoir détourné des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19. Ces derniers jours les cas d’intimidations et de violences envers leurs militants se sont multipliés.

#1334 vu sur rfi.fr

Grèce, Lesbos : le centre Covid-19 mis en place par MSF dans le camp de la Moria est contraint de fermer parce que les autorités considèrent qu’il ne respecte pas les règles de l’urbanisme

Grèce, Lesbos. Le centre Covid-19 du camp de migrants de Lesbos mis en place par MSF pour soigner et isoler les personnes malades est contraint à fermer « après que les autorités locales ont infligé des amendes, avec de possibles poursuites criminelles, en raison du non respect des règles d’urbanisme ». Selon l’ONG, le système de santé public sur l’île grecque « serait incapable de gérer les ravages » causés par une vague épidémique à Moria, où se trouvent actuellement 16 000 migrants. Selon l’ONG, plus de 300 personnes peuvent être considérées comme très vulnérables en raison de leur âge et de leurs maladies chroniques.

#1358 vu sur www.nouvelobs.com

Etats unis, Chicago : l’ICE, agence américaine de l’immigration, a été inondée de milliers de fausses demandes de candidature pour son “académie citoyenne” de volontaires anti-immigrés

Etats unis, Chicago. L’ICE, agence américaine de l’immigration et de l’application des douanes (qui gère un parc énorme de prisons privées pour migrants) a été inondée de milliers de fausses demandes en réponse à son appel à candidatures pour son «académie des citoyens». Il s’agit de se porter volontaire pour faire partie d’une “Citizens Academy” de justiciers armés. Face à l’accusation de former des milices anti immigrés dans la population, ICE se défend en disant qu’il s’agit simplement “de dialoguer avec les civils et de «démystifier» les idées fausses sur l’ICE”. A Chicago, l’académie organisera “une formation basée sur des scénarios sur «les tactiques défensives, la familiarisation avec les armes à feu et les arrestations ciblées» afin que les résidents puissent voir comment les agents ICE font leur travail”. La formation qui doit commencer le 15 septembre et fait face à une forte mobilisation anti-raciste. L’appel aux fausses candidatures a été lancé par le groupe Never Again Action, un groupe d’action politique juif qui fait campagne pour abolir l’ICE et qui tire son nom du slogan «Never Again» invoqué en référence à la politique d’extermination menée par les nazis.

#1339 vu sur chicago.suntimes.com

International : depuis le début du confinement, des milliardaires du monde entier achètent des permis de résidence et des passeports à prix d’or pour échapper à l’épidémie

International. Depuis le début du confinement, des milliardaires du monde entier achètent des permis de résidence et des passeports à prix d’or pour échapper à l’épidémie ou aux infrastructures de santé défaillantes de leur pays. Le prix des passeports dépend de leur “puissance”, c’est à dire du nombre de pays qu’ils permettent de visiter sans visa. Des sociétés, comme la société Astons à Londres, offrent des « solutions » en matière de citoyenneté, c’est à dire qu’elles facilitent l’obtention rapide de passeports partout où c’est possible pour des tarifs très importants. Et, quand les frontières sont fermées, il ne s’agit plus seulement d’avoir assez d’argent pour se déplacer en jet privé, il faut acheter un droit de résidence. Aujourd’hui, face à l’épidémie, c’est en Australie que les plus riches veulent majoritairement se rendre. Le passeport du Vanuatu présente quant à lui, l’un des meilleurs rapports qualité-prix. Livré par les services postaux en seulement un mois pour 130 000 euros, il est l’un des moins chers et l’un des plus rapides à obtenir. Les permis de résidence sont les plus prisés, en particulier ceux qui sont vendus par Chypre (les quotas de Malte ont déjà été atteints).

#1318 vu sur lemonde.fr

Etats Unis, Portland. Un accord a été établi pour prévoir le départ progressif des forces fédérales déployées dans la ville contre les manifestations émeutières

Etats Unis, Portland. Un accord a été établi entre la gouverneure démocrate et l’administration Trump, pour prévoir le départ progressif des forces fédérales déployées dans la ville contre les manifestations émeutières. De son côté, le ministre de la Sécurité intérieure par intérim a affirmé l’Etat de l’Oregon a finalement accepté de coopérer, que les agents fédéraux étaient « toujours là » et resteraient « jusqu’à ce que nous voyions que le plan fonctionne et que le tribunal n’est pas perpétuellement attaqué ». C’est police locale qui doit désormais assurer le maintien de l’ordre à l’extérieur des bâtiments. L’accord est intervenu juste après une déclaration de Trump qui parle de venir lui-même “nettoyer la ville” : ” S’ils ne sécurisent pas leur ville bientôt, nous n’aurons pas le choix, nous irons la nettoyer nous-mêmes. On fera ça très facilement ». Dans le même temps, le ministère de la Justice annonce l’envoi des forces fédérales à Milwaukee, Detroit et Cleveland dans les semaines à venir. Le procureur général a ordonné aux agents du FBI, du US Marshals Service, de la DEA et de l’ATF de se joindre aux autorités locales dans la lutte contre les crimes violents; 25 agents iront à Cleveland, 42 à Detroit et 25 à Milwuakee dans le cadre d’une extension de l'”opération legend” de Portland.

#1329 vu sur leparisien.fr et abc7chicago.com

France, Le Havre : opération de communication autour des “poney parloirs” (parloirs avec une activité poney pour certains pères détenus), qui ne fait pas oublier toutes les relations détruites par la prison, et que ces pères n’ont pas vu leurs enfants depuis 4 mois…

France, Le Havre. Une grosse opération de communication est relayée par la presse autour de cette initiative des “poney parloirs” qui existe depuis trois ans à la prison du Havre : des parloirs en extérieur avec une activité poney proposée aux pères détenus pour “renouer le lien” avec leurs enfants. On peut effectivement imaginer comment le lien parent-enfant pourrait se renouer en plein air autour d’une activité qui peut appartenir au quotidien des enfants dont les parents ne sont pas détenus. Sauf qu’on apprend au fil des articles et des témoignages de détenus émus de l’expérience (et on les comprend…) que la plupart n’ont pas pu voir leur enfants depuis quatre mois à cause des limitations de parloirs qui ont perduré après le déconfinement, qu’aujourd’hui il n’ont droit qu’à des parloirs vitrés qui empêchent tout contact, que l’activité est (évidemment…) surveillée par les matons, et que vu le peu de places proposées, les détenus sont “choisis” pour pouvoir y participer, très certainement au moins sur des critères de bonne conduite dans la prison. Les détenus qui en bénéficient doivent en outre payer cette “bouffée d’air frais” de deux semaines de mise en quarantaine. Ce n’est pas avec une journée “en famille” (tout en étant toujours en prison) et avec une heure de poney que peut être réparé ce que la prison détruit…

#1306 vu sur www.francebleu.fr

International, Chine : le label “éthique sur l’étiquette” (sic!) publie une liste d’entreprises internationales qui ont recours au travail forcé des Ouighours et autres minorités du Xinjiang en Chine ; un vêtement sur cinq passe par les camps de travail.

International, Chine. Le label “éthique sur l’étiquette” (sic !) fournit une liste (partielle) des entreprises internationales qui ont recours à un moment ou un autre de leur chaine de production, au travail forcé des Ouighours et autres minorités du Xinjiang en Chine. Abercrombie & Fitch, Adidas, C&A, Calvin Klein, Cerruti, Gap, H&M, Fila, Ikea, Lacoste, Muji, Nike, Patagonia, Puma, The North Face, Polo Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Uniqlo, Victoria’s Secret, Woolsworth… Il en ressort qu’environ un vêtement sur cinq vendu à travers le monde passe par les camps de travail du Xinjiang.

#1316 vu sur liberation.frliberation.fr

Etats Unis, Portland : alors que la mobilisation s’intensifie, le gouvernement envoie des dizaines d’agents fédéraux supplémentaires afin de procéder à d’avantages d’arrestations

Etats Unis, Portland. Alors que les mobilisations s’intensifient, en particulier devant le palais de justice fédéral en protestation contre la gestion répression par la police spéciale qui traque et enferme les manifestants, le gouvernement envoie plusieurs dizaines d’agents des forces de l’ordre fédéraux supplémentaires avec pour mission de procéder à d’avantage d’arrestations. Ils sont déjà 114 à être déployés sur place mais on ne sait pas de combien ce nombre va être augmenté. Les méthodes de ces forces de l’ordre, en particulier les détentions arbitraires qui s’apparentent à des kidnapping ont pourtant été fortement décriées, et la mobilisation en cours dans plusieurs autres villes du pays s’est aussi ranimée face à la menace d’envoyer ces troupes partout où la contestation s’exprime. En plus de leurs exactions quotidiennes, cette unité a déjà blessé gravement plusieurs manifestants, en particulier avec les munitions “non létales” utilisées en grand nombre lors des patrouilles nocturnes. Les manifestants développent des pratiques offensives pour contrer ces dispositifs répressifs. (masques à gaz, boucliers ou parapluies, et même des souffleurs de feuilles pour renvoyer les gaz lacrymogènes vers les forces de l’ordre).

#1301 vu sur opb.org

Corée du Nord, Kaesong : Kim Jong Un ordonne l’isolement totalement la ville de Kaesong près de la frontière en annonçant qu’un premier cas de covid aurait été détecté

Corée du Nord, Kaesong. Selon les médias d’Etat, Kim Jong Un a ordonné d’isoler totalement la ville de Kaesong près de la frontière avec la Corée du Sud parce qu’une personne aurait été détectée comme susceptible d’être infectée par le coronavirus. D’après la propagande gouvernementale, il s’agirait d’une personne qui serait entrée illégalement en Corée du Nord à travers la ligne de démarcation avec la Corée du Sud. Le franchissement de cette frontière gardée par des dizaines de milliers de militaires en passant à travers des champs de mines antipersonnel sur 4 km est particulièrement périlleux, voire impossible. C’est le premier cas de Covid annoncé par le gouvernement qui se prétendait complètement protégé de la propagation du virus. Le dirigeant du pays annonce que face à ce premier cas suspect, il resserrera le contrôle sur la population. Le commandant des forces américaines en Corée a déclaré que le virus avait probablement en fait déjà atteint la Corée du Nord. Contrairement à la frontière fortement militarisée de la Corée du Nord avec la Corée du Sud, la frontière de 880 milles du pays avec la Chine est poreuse – et les commerçants du marché noir qui ont traversé pendant des années des deux côtés ont été considérés comme une source plus probable d’introduction du virus.

#1289 vu sur bloomberg.com

Belgique : face à la hausse des cas de Covid19, le gouvernement impose aux habitants une ” bulle sociale” limitée à 5 personnes

Belgique, Anvers. Face à la hausse des cas de Covid19, le gouvernement impose aux habitants une ” bulle sociale” limitée à 5 personnes, dont chacun doit garder les coordonnées par écrit. Du traçage manuel, en somme. Dans les bars et restaurants, il faut signer une fiche d’identification pour pouvoir consommer.

#1294 vu sur sudinfo.be

Etats Unis, Austin : un manifestant a été abattu pendant une manifestation contre les violences policières et le racisme par le conducteur d’un véhicule qui roulait à travers la foule

Etats Unis, Austin (Texas). Un manifestant a été abattu pendant une manifestation contre les violences policières et le racisme par le conducteur d’un véhicule qui roulait à travers la foule. Plusieurs coups de feu ont éclaté alors qu’une centaine de personnes défilaient dans les rues de la ville. La police a arrêté un suspect. Avenue à 21h52. Un homme a été retrouvé blessé par balle et emmené à l’hôpital, où il a été déclaré mort peu après. “Les premiers rapports indiquent que la victime portait peut-être un fusil” quand il s’est approché d’un véhicule et que le suspect lui a tiré dessus, a déclaré Ratcliff.

#1292 vu sur axios.com

France, Janzé : un couvre-feu pour les mineurs est mis en place jusqu’au 31 décembre, pendant les vacances, les week ends et les jours fériés

France, Janzé (lIle et Vilaine). Un couvre-feu a été mis en place jusqu’au 31 décembre, pendant les vacances, les week ends et les jours fériés, pour les mineurs entre 23 h et 6 h du matin. La mesure a été prise par arrêté municipal pour lutter contre ” des faits de délinquance constatés part la gendarmerie” en plusieurs points de la ville, les dégradations étant chiffrées à 30 000 € pour l’année dernière. Cette année, les dégradations n’ont pas encore atteint le même niveau. « Mais on préfère anticiper, assure l’élu. Un bâtiment communal a été dégradé la semaine dernière. On a réparé et depuis l’arrêté, il a de nouveau été dégradé… » Un mineur en infraction avec cet arrêté sera reconduit à son domicile et ses parents du mineur concerné pourront faire l’objet de poursuites pénales.

#1280 vu sur ouest-france.f

France, Rouen : le conseil métropolitain annonce l’installation d’un système de vidéo-protection par analyse des comportements dans vingt bus circulant le soir et la nuit, en affirmant qu’il s’agit de protéger les femmes des agressions

France, Rouen. Le premier conseil métropolitain de Rouen vient de décider l’installation d’un système de vidéo-protection dans vingt bus circulant le soir et la nuit. Ces caméras, expérimentées sur un période de trois ans, alertent les services de police dès lors que les images montrent des “comportements anormaux”. Leur mise en place est supposé contribuer à “assurer la sécurité des femmes”. « Il s’agit de prévenir concrètement le harcèlement, jusqu’à l’acte le plus grave, l’agression », explique Myriam Mulot, vice-présidente en charge de la lutte contre les discriminations, de l’égalité homme/femme et du handicap à la Métropole. Le dispositif inclut un matériel de pointe, avec détection automatique de mouvements, visualisation en temps réel des situations à risque et retransmission instantanée au poste de commandement centralisé du réseau Astuce. Dans les véhicules, des “capteurs d’incivilité” (sic), par exemple, lanceront une alerte si le niveau sonore est trop élevé et une caméra intelligente détectera les objets abandonnés. La Métropole Rouen Normandie déboursera 254 000 euros pour cette expérimentation.

#1279 vu sur actu.fr

Inde, Dehli : les travailleuses médicales des quartiers pauvres qui sont en première ligne pour combattre le Covid-19 sont en grève pour demander de meilleurs salaires et du matériel de protection sanitaire

Inde, Dehli. Les travailleuses médicales des quartiers pauvres qui sont en première ligne pour combattre le Covid-19 sont massivement en grève pour demander de meilleurs salaires et du matériel de protection sanitaire. 40 000 d’entre elles ont cessé le travail dans l’état du Karnataka, rejointe par celles de Delhi. Certaines témoignent qu’elles n’ont qu’un petit flacon de gel pour un mois de travail dans les bidonvilles. Elles sont chargé de tracer les cas de covid dans les bidonvilles, sans que cette tâche impossible ne soit véritablement rémunérée.

#1327 vu sur businessactuality.com

Kenya, Nairobi. Le couvre-feu dans les bidonvilles et la répression aveugle qui l’accompagne met beaucoup de femmes enceintes en danger de mort car elles ne peuvent pas sortir même pour l’accouchement

Kenya, Nairobi. La terreur engendrée par le couvre-feu dans les bidonvilles et la répression aveugle qui l’accompagne (au moins 23 personnes tuées par la police parce qu’elles circulaient dans les rues) met beaucoup de femmes enceintes en danger de mort car elles ne peuvent pas sortir même pour l’accouchement. Il n’y a aucun moyen de transport et la police frappe tous ceux qu’elle croise. Un médecin, alerté par le fait que presque aucune femme ne se présentait à l’hôpital pour accoucher, a créé un service d’urgence informel pour répondre à ce problème qu’il a appelé Wheels for Life. Il a partagé son numéro de téléphone sur Twitter, demandant aux femmes qui avaient besoin de consulter au sujet de leur grossesse de le contacter. Le tweet est rapidement devenu viral. Des taxis se sont proposés pour transporter les femmes enceintes qui appellent en urgence. Ce service pourrait se poursuive au-delà du couvre-feu, ciblant les résidents à faible revenu et se déplaçant au-delà du comté de Nairobi. En effet, la plupart des utilisateurs viennent de quartiers informels ou de zones à faible revenu. Le Kenya avait déjà l’un des pires taux de mortalité maternelle au monde, et les experts estiment que le nombre de femmes et de bébés qui meurent en couches a considérablement augmenté avec le confinement.

#1326 vu sur garconne-magazine.fr

France, Paris : une plainte pour “délaissement de personnes vulnérables” dénonce le choix de laisser les malades mourir chez eux ou dans les structures où ils vivent

France, Paris. Une plainte criminelle pour « délaissement » de personnes vulnérables a été déposée à Paris par vingt-huit proches de victimes décédées du Covid19 soutenus par l’association Coronavictimes, mettant en cause la gestion de la crise sanitaire. C’est la première plainte criminelle déposée à ce sujet. Cette plainte s’appuie sur plusieurs cas concrets. – Un enseignant trentenaire, souffrant de dépression, a été contraint d’appeler une demi-douzaine de fois le SAMU en une semaine avant de parvenir à être hospitalisé et sera immédiatement placé en réanimation puis mourra très vite une fois son transfert à l’hôpital obtenu. Le SAMU lui avait répondu : « Les gens qui sont vraiment en grande détresse, en gêne respiratoire, ils parlent beaucoup moins bien » pour justifier de ne pas se déplacer. – Un couple de septuagénaires dans un Ehpad. La femme tente désespérément d’alerter le personnel sur l’état de son mari. L’établissement, jugeant son attitude « alarmiste » et « nuisible », propose de la renvoyer chez ses enfants pour la « séparer » de son époux. La famille finit par obtenir, de haute lutte, l’hospitalisation du vieil homme, atteint du Covid, puis de la femme, également malade. Les deux finissent par en mourir, à quinze jours d’intervalle. – Une nonagénaire autonome, en Ehpad, présente de graves symptômes du Covid-19. Son fils demande instamment l’hospitalisation. Une infirmière sollicite le SAMU et s’entend dire : « Elle a 93 ans, c’est ça ? (…) Donc elle ne sera pas hospitalisée. (…) Il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas, mais elle n’ira pas aux urgences. (…) Il faut contacter le médecin, qu’il vous donne des consignes pour qu’elle évolue dans le confort. » Dix autres épisodes qui illustre la gestion de la pénurie hospitalière et l’absurdité administrative sont consignés dans la plainte contre X avec constitution de partie civile pour « délaissement ayant provoqué la mort », « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner », « discrimination » et « entrave aux soins ». « En raison de leur âge, de leur isolement ou de leur condition physique ou psychique préexistante, ces treize personnes n’ont pas eu accès à des soins adaptés qui auraient pu les sauver », explique Me Anaïs Mehiri, l’avocate qui a déposé cette plainte collective.” Les plaignants dénoncent une « stratégie » consistant, selon eux, à « laisser les personnes souffrantes à leur domicile ou dans une structure d’accueil [Ehpad] jusqu’à ce qu’elles atteignent un état de santé critique ».

#1331 vu sur lemonde.fr

Etats Unis : le gouvernement Trump aura réduit l’immigration légale de 49% d’ici l’année prochaine

Etats Unis. D’après les objectifs qu’il se donne, d’ici l’année prochaine, le gouvernement Trump aura réduit l’immigration légale de 49% depuis qu’il est devenu président. Même s’il se retrouve obligé de reculer sur certaines mesures allant dans ce sens (comme pour les étudiants étrangers menacés de ne pas poursuivre leurs études et d’être expulsés dans les universités fonctionnant à distance à la rentrée prochaine), la logique d’ensemble se maintient et s’accélère. En plus de quelques changements législatifs, le gouvernement utilise surtout la marge de manoeuvre administrative laissée aux autorités policières pour augmenter les performances répressives, quitte à ce que des recours soient parfois engagées contre ces procédures expéditives. Les trois mesures à l’origine de cette baisse sont des interdictions d’entrée prises contre les pays principalement musulmans pendant la crise sanitaire, la proclamation présidentielle du 22 avril pour empêcher l’entrée de parents étrangers de citoyens américains, et toutes les autres mesures qui entravent le regroupement familial en particulier la “nouvelle règle de charge publique”. Le nombre de réfugiés obtenant la résidence permanente (une carte verte) devrait diminuer considérablement, avec un nombre d’admission qui est déterminé à l’avance chaque année. Pour 2020, l’administration Trump a établi un plafond annuel pour les réfugiés de 84% inférieur à celui de la dernière année de l’administration Obama. L’administration Trump a empêché les Centraméricains de demander l’asile à la frontière et a apporté de nombreux autres changements de nature à réduire le nombre de demandeurs d’asile approuvés chaque année.

#1271 vu sur www.forbes.com

Irlande : la période de confinement semble avoir eu comme effet collatéral étonnant la chute du nombre de naissances prématurées

Irlande. La période de gestion de la pandémie semble avoir un effet collatéral étonnant : la chute des naissances prématurées. C’est un article de médecins irlandais qui le montre. L’Irlande a confiné sa populations du 12 mars au 18 mai 2020 et le nombre de bébés dont le poids est « très bas » (inférieur à 1,5 kg) et « extrêmement bas » (moins de 1 kg) – signes quantifiés de prématurité – chute de 73% relativement à la moyenne des 20 années précédentes, avec, en plus, aucune naissance de bébés de moins de 1 kg. Une équipe danoise observe les mêmes résultats pour le Danemark avec une chute de 90 % des naissances prématurées. Ce serait le cas dans tous les pays où la situation socio-économique est similaire. Le travail pendant la grossesse (et les transports qu’il implique le plus souvent) seraient donc responsables de la plupart des naissances prématurées, ce qui devrait conduire à augmenter la durée du congé maternité, si du moins il est considéré qu’avoir moins de naissance prématurées est plus rentable que la perte d’exploitation occasionnée par cette possibilité de repos supplémentaire.

#1265 vu sur www.lemonde.fr

France : le chiffrage des décès du Covid en France est en cours, les notions de “surmortalité” et “d’effet moisson”en disent long sur la manière dont on se représente la mort et la vie…

France. Le chiffrage des décès du Covid en France est en cours. C’est une opération complexe qui en dit long sur la manière dont on considère aujourd’hui la vie, la mort, et dont on opère toutes sortes de tri pour gérer la réalité et les représentation du passage de l’une à l’autre. Santé Publique France estime entre 25.000 et 30.000 le nombre de décès liés au Covid-19 entre le 2 mars et le 31 mai 2020, ce qui donnerait une hausse de 60% de la mortalité au pic de l’épidémie. Se pose d’abord le problème de la comptabilisation des morts à domicile et d’une partie de ceux des Ehpad qui dépendent de la cause indiqué par le médecin et qui, en l’absence de tests, est longtemps resté aléatoire. Pour obtenir ces chiffres, Santé Publique France se base sur ce que l’on appelle la hausse des décès attendus. En clair, l’agence se base sur le nombre de décès moyen des années précédentes sur une période donnée, et compare ce chiffre avec le nombre de décès en France en 2020 pendant la même période. Du 2 mars au 31 mai 2020, il y a ainsi eu entre 25.000 et 30 000 décès supplémentaires, par rapport à la moyenne des années précédentes entre ces mêmes dates. Ainsi il s’agit d’évaluer parmi les morts du Covid, combien seraient morts de toutes manières d’autre chose, comme si c’était pareil… De plus on déduit aussi ce qui est appelé “l’effet moisson”, qui concernent les personnes “déjà fragilisées”, qui seraient mortes de toutes manières mais un peu plus tard, et auxquelles le Covid n’aurait enlevé qu’un peu de vie, moissonnés un peu plus tôt, donc… Il s’agit donc d’évaluer une “sur mortalité” par rapport à ce qui aurait dû se passer sans le Covid. Les calculs peuvent donc aller jusqu’à pendre en compte les personnes qui auraient dû mourir mais ne sont pas mortes “grâce au Covid”, par exemple les accidents de la route qui ont mathématiquement baissé en lien avec l’absence de circulation liée au confinement. Avec cette dernière mesure, on passe complètement du côté du décompte assuranciel puisqu’il ne s’agit plus de compter combien de personne sont mortes du virus, mais d’élaborer un chiffre supposé représenter une réalité (?) à partir de logiques de risque, appliquées au passé et non plus à la prévision de l’avenir. Toujours est-il qu’il faudra plusieurs mois pour affiner de tels calculs.

#1347 vu sur des sources diverses

France : des “systèmes d’armes létaux autonomes” (SALA) pour l’armée autrement appelés “robots tueurs” ont été présentés dans un rapport parlementaire

France. Deux députés présentent un rapport parlementaire sur les SALA, les “systèmes d’armes létaux autonomes” autrement appelés “robots tueurs” dans l’armée. L’intelligence artificielle est de plus en plus présente sur les champs de batailles, comme dans les interventions de police. Opérationnellement il y a peu de chances que ces “robots tueurs” existent prochainement, “même si technologiquement, on pourrait y arriver dans un temps relativement bref”, explique un responsable du rapport mais pour le moment, “on n’est pas toujours capable de faire le cheminement qu’a fait la machine et d’expliquer pourquoi elle a réussi à trouver tel résultat” (en terme d’identification de la cible de tir par exemple). Les rapporteurs se veulent rassurants : il faut donc que le chef militaire puisse “reprendre la main sur une machine à tout moment, afin de lui donner de nouveaux ordres, d’annuler des ordres précédents ou encore de fixer de nouvelles règles, il y a là une règle fondamentale de l’engagement militaire”. Les rapporteurs estiment que la France doit pousser à une règlementation internationale très contraignante allant dans ce sens. Comme dans d’autres domaines la course entre grande puissance est en route, et la France compte visiblement bien s’inscrire dans le processus en finançant largement la recherche dans ce domaine.

#1268 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Meaux : un juge a récemment rejeté environ 80 demandes de permissions de sortie de détenus parce que deux cas de covid ont été identifiés dans la prison

France, Meaux. Un juge du tribunal judiciaire de Meaux a récemment rejeté environ 80 demandes de permissions de sortie de détenus de la prison de Meaux-Chauconin “au regard du contexte sanitaire actuel”. La raison serait l’identification de deux cas de Covid-19 parmi les détenus, qui n’ont par d’ailleurs toujours pas les moyens de se protéger du virus malgré l’obligation du port du masque dans les lieux fermés.

#1254 vu sur leparisien.fr

Méditerranée, Italie : l’équipage de l’Océan Viking dénonce le harcèlement administratif cynique qui le maintient au port et entrave sa mission de sauvetage

Méditerranée, Italie. Dans un communiqué, l’équipage du bateau d’SOS MEDITERRANEE l’Océan Viking dénonce le harcèlement administratif cynique qui le maintient au port et entrave sa mission de sauvetage. Aujourd’hui, par exemple, après une inspection de 11 heures menée par les garde-côtes italiens dans le port de Porto Empedocle en Sicile, l’Ocean Viking est détenu par les autorités italiennes, pour une période indéterminée. Le motif est énoncée ainsi : “le navire a transporté plus de personnes que le nombre autorisé par le certificat de sécurité pour navire de charge”. L’équipage conteste le fait de désigner comme “passagers” des personnes rescapées qui périraient en mer s’i elles ne montaient pas à son bord, et assure avoir toujours assuré la sécurité des personnes recueillies. Au cours des trois derniers mois, le même argument sur la sécurité a été systématiquement utilisé par les autorités italiennes pour arrêter quatre navires d’ONG menant des opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale. Une convention, la convention Solas, établit d’ailleurs que les naufragés qui se trouvent à bord, conformément à l’obligation du capitaine de porter assistance, ne doivent pas être comptabilisés dans la vérification de la conformité du navire. La situation est d’autant plus critique que très peu de navires sont aujourd’hui autorisés à partir en mer et des corps flottant au milieu de la mer sont actuellement repérés qui laissent présager plusieurs naufrages.

#1251 vu sur sosmediterranee.fr

Etats Unis, New York : des centaines de manifestants des mobilisations Black Lives Matter ont été enfermés pendant plusieurs jours dans les prisons de la ville sans pouvoir contacter leurs proches ou leurs avocats

Etats Unis, New York. Depuis le début du mois de juin, des centaines de manifestants des mobilisations Black Lives Matter ont été enfermés pendant des jours voire des semaines dans les prisons de New York sans pouvoir contacter leurs proches ou leurs avocats : certains d’entre eux ont littéralement disparu. Dans une action en justice intentée contre le département de police de New York, des avocats de Legal Aid, une organisation de défense publique, ont affirmé que plus de 400 personnes ont été détenues plus de 24 heures dans les centres de détention de la ville sans voir de juge, en violation du droit de l’État. Les avocats ont accusé le service de police d’avoir délibérément ralenti les procédures pour maintenir les manifestants en détention, comme mesure de rétorsion contre les manifestations. Tous ces recours ont été refusés par un juge de Manhattan, au cours d’une seule audience dont la sentence a grandement attisé les tensions. Des milliers de personnes ont alors afflué au Foley Square de Manhattan, près des palais de justice de l’État et du gouvernement fédéral, pour exiger la libération des manifestants. Un projet de loi pour éviter ces disparitions et obliger à libérer les personnes détenus au bout de 24 heures si elles n’ont pas été audiencées par un juge tout en limitant les motifs pour lesquelles les personnes peuvent être mises en détention provisoires (nécessité pour la police de produire des preuves) a été adopté par l’ensemble du Sénat de l’État de New York mais il doit encore être validé par l’assemblée de l’Etat et le gouverneur Andrew Cuomo qui a lui-même appelé en juin les procureurs de la ville à garder les pillards en prison pendant plus de 24 heures.

#1250 vu sur theintercept.com

France, Toulouse : évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie, avec de prétendues “propositions de relogement” sous conditions de suivi social

France, Toulouse. Suite à l’évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie installé sur les bords de la Garonne, avec destruction des cabanes et des affaires des habitants qui se retrouvent sans rien, la mairie publie le communiqué suivant : “le mercredi 22 juillet 2020 à 8h00, les services de l’Etat et de la Ville de Toulouse ont procédé, en application d’une décision de justice, à l’évacuation du campement précaire installé sur les berges de la Garonne, propriété de la commune, dans le quartier d’Empalot. Tous les occupants se sont vus proposer une solution d’hébergement.” Quelques informations glanées dans la presse nous permettent de confirmer les doutes plausibles à la lecture de la propagande municipale : quelques familles (ménages avec enfants) ainsi que certains couples sans enfants (soit 11 personnes – 8 adultes et 3 enfants) se voient proposer une hébergement conditionné par un suivi social appelé “accompagnement global” “afin de favoriser leur inclusion socio-professionnelle”. Il est précisé que ce dispositif prévoit notamment l’apprentissage de la langue française et “l’accès aux droits, aux soins, à la scolarisation des enfants, à la formation et à l’emploi”. Les autres (familles et célibataires) se sont vu proposer une “solution” qui consiste en un hébergement d’urgence de quelques jours en fonction des places disponibles en hôtels sociaux… La préfecture de la Haute-Garonne et la mairie rappellent quand même face à toute cette “générosité” institutionnelle, que ” la réglementation prévoit que les ressortissants européens, restant sur le territoire national au-delà de 3 mois, doivent disposer de ressources propres pour satisfaire leurs propres besoins”, ce qui ajoute à la destruction du lieu de vie des personnes en question la menace de l’expulsion…

#1249 vu sur actu.fr

Etats Unis : Trump déclare vouloir déployer dans d’autres villes et Etats les forces de sécurité fédérales qui sévissent déjà à Portland

Etats Unis. Trump déclare vouloir déployer dans d’autres villes et Etats, en particulier à New York, Chicago, Philadelphie, Detroit, Baltimore et Oakland, en Californie, des villes contrôlées par des «démocrates libéraux». les forces de sécurité fédérales qui sévissent déjà à Portland suite à la validation de son nouveau décret visant à protéger les monuments américains. Les maires et gouverneurs de ces ville ou Etats ont déjà annoncé qu’ils refusaient cette mesure et s’opposaient à ce déploiement, qui poseraient selon eux des problèmes juridiques car en vertu de la Constitution américaine, les gouverneurs d’État ont généralement le pouvoir de maintenir l’ordre à l’intérieur des frontières de leur État. Cependant, une autre loi, l’Insurrection Act, permet aux présidents de déployer des forces fédérales pour réprimer une insurrection nationale. Les deux cas cités, sous Eisenhower et Kennedy, concernent des épisodes où un Etat refusait d’appliquer des mesures décidées au niveau fédéral concernant le système universitaire, et non des manifestations ou des révoltes.

#1260 vu sur reuters.com

Brésil : l’hypothèse d’une contamination accrue des populations autochtones par les soignants de l’agence gouvernementale Sesai qui interviennent sans tests ni protections suffisantes se confirme

Brésil. Parmi d’autres causes identifiables, l’hypothèse d’une contamination accrue des populations autochtones vivant dans des zones très isolées par les soignants qui sont venu dans le cadre de la gestion de l’épidémie se confirme. En effet, beaucoup des personnels de santé affectés aux soins des autochtones étaient déjà infectés, sans disposer des tests qui leur aurait permis de le savoir ni des équipements de protection adéquats. Dans beaucoup de villages, les symptômes commencé environ une semaine après que le personnel médical du gouvernement ait effectué une visite de routine et plus de 1000 travailleurs du service fédéral de santé autochtone, connu sous le nom de Sesai, ont été testés positifs pour le coronavirus au début du mois de juillet. A ce jour, Plus de 15500 brésiliens autochtones ont été diagnostiqués positifs, dont au moins 10889 vivant dans des territoires protégés. Au moins 523 sont décédés. Dans un communiqué envoyé par courrier électronique, Sesai, qui est dirigé par un général de l’armée, a déclaré que les informations selon lesquelles des agents de santé avaient exposé des peuples autochtones au virus n’étaient «pas concluantes».

#1259 vu sur nytimes.com

Etats Unis, Sarasota (FL) : alors que le coronavirus continue de se propager rapidement, des personnes affirment avoir reçu des résultats positifs sans avoir été testées et sont obligées ensuite de prouver qu’elles ne sont pas contaminées

Etats Unis, Sarasota, Floride. Alors que le coronavirus continue de se propager rapidement à travers l’État, des personnes affirment avoir reçu des résultats positifs sans avoir été testées, à cause d’une mauvaise traçabilité des tests. «J’ai reçu un appel me demandant et ils m’ont dit que j’avais été testé positif. Je me suis dit: “Positif pour quoi ?” Ensuite, la dame a dit pour COVID, et j’ai dit: «C’est impossible. Je n’ai jamais été testé, madame » témoigne une habitante de la région, qui s’était présentée au centre de test mais n’avait pas pu l’effectuer car il était réservé aux personnes présentant des symptômes. Les nombreuses personnes qui se retrouvent dans cette situation doivent ensuite prouver qu’elles ne sont pas contaminées pour être retirée de la base de données des infectés et faire supprimer l’information de leur propre dossier médical.

#1258 vu sur msn.com

Royaume Uni, Leicester : les contaminations repartent à la hausse en particulier dans les usines textiles où des milliers de personnes travaillent pour environ 3,50 livres sterling l’heure sans avoir cessé pendant la pandémie et sans protection

Royaume Uni, Leicester. Les contaminations repartent fortement à la hausse dans le pays, et en particulier dans les usines textiles de Leicester où des milliers de personnes travaillent pour environ 3,50 livres sterling l’heure (3,86 euros), c’est-à-dire bien moins que le minimum légal (8,72 livres sterling pour les salariés âgés de 25 ans et plus). Ces contaminations sont liées au fait que ces ateliers ont continué à fonctionner sans protection sanitaire efficace pendant toute la phase de pandémie. Une ONG dit même « avoir collecté des informations selon lesquelles on a demandé aux gens de venir au travail même s’ils montraient des symptômes du Covid-19, sinon ils perdraient leur poste ». Le gouvernement britannique a réimposé début juillet un confinement strict dans la ville. Beaucoup de ces travailleurs et travailleuses sont issus du continent indien (37 % de la population locale).

#1255 vu sur lemonde.fr

Inde, Bombay : les autorités promeuvent des “casques intelligents” utilisés par des organisations humanitaires pour “tester” les habitants des bidonvilles

Inde, Bombay. Les autorités de Bombay, ville indienne la plus touchée par la pandémie de coronavirus, promeuvent des “casques intelligents” pour lutter contre la flambée des cas dans les bidonvilles. Ces casques, qui ont déjà été utilisés à Dubaï, en Chine et en Italie, permettent de mesurer la température de dizaines de personnes par minute, ce qui est beaucoup plus rapide que les méthodes de dépistage. Ce sont des ONG qui les utilisent dans les bidonvilles : “Vous allez dans un bidonville de 20.000 personnes et cela vous prend trois heures pour dépister 300 personnes”, a expliqué à l’AFP Neelu Jain, un volontaire de l’ONG Bharatiya Jain Sanghatana. “Quand vous utilisez ces casques, tout ce que vous avez à faire c’est de demander aux gens de sortir de chez eux, vous mettre devant eux et vous pouvez dépister 6.000 personnes en deux heures et demie”. Quatre “casques intelligents”, d’une valeur estimée à 600.000 roupies (environ 7.000 euros) sont utilisés à Bombay et dans ville voisine de Pune, toutes deux confinées pour lutter contre la pandémie. L’Inde est devenue vendredi la troisième nation à franchir la barre du million de cas détectés de Covid-19, après les Etats-Unis et le Brésil. Mais nombre d’experts pensent que ce chiffre est très inférieur à la réalité, car le taux de dépistage demeure faible. Plus de 28.000 malades ont péri. L’Etat du Maharashtra (ouest), où se trouve Bombay et ses bidonvilles, est le plus touché, devant New Delhi et le Tamil Nadu (sud).

#1281 vu sur notretemps.com

Pérou, San Pedro : les personnes autochtones auxquelles un antiparasitaire vétérinaire a été injecté sous la menace de perdre leur emploi souffrent de nombreux effets secondaires

Pérou, San Pedro. Les personnes auxquelles un antiparasitaire vétérinaire a été injecté comme un médicament contre le coronavirus souffrent de nombreux effets secondaires comme des maux de tête, des étourdissements, des maux d’estomac et des difficultés à dormir. Une partie d’entre eux accusent l’administrateur et un contremaître d’une entreprise bananière appelée El Misionero. Le “vaccin” aurait été appliqué cet entreprise et présenté comme obligatoire pour continuer à travailler sur place. Deux personnes qui ont refusé l’injection ont finalement été renvoyés de leur travail. Une plainte a été déposée et un suivi sanitaire des personnes qui ont reçu l’injection se met en place

#1238 vu sur www.lanacion.com.py

La Chine utilise la main d’oeuvre des Ouïghours pour produire les masques faciaux utilisés dans le monde entier

Chine. Une enquête du Times révèle que la Chine utilise la main d’oeuvre des Ouïghours, qu’elle persécute et enferme, pour produire les masques faciaux utilisés ensuite aux Etats Unis et dans le monde entier pour limiter la propagation de l’épidémie. Des images, produites par la télévision d’Etat chinoise, montrent un groupe d’Ouïghours arrivant, joyeux, dans une entreprise textile qui a commencé à produire des masques en réponse à la pandémie. Il s’agit de la propagande autour du programme de travail gouvernemental, c’est-à-dire les camps de travail. Au Xinjiang, où vivent la plupart des Ouïghours, le nombre d’entreprises produisant des équipements de protection médicale est passé de 4 à 51 et au moins 17 d’entre elles participent au programme de “transfert de main-d’œuvre” des Ouighours. Mi-mars, le gouvernement a déplacé près de 2 000 Ouïghours de Hotan, dans le sud du Xinjiang. Leur destination est Urumqi, la capitale du Xinjiang au nord. Cinquante d’entre eux ont été envoyés à Tianshan Textile pour cette tâche. Les travailleurs sont ainsi déplacés au gré des besoins croissants sur les lieux de travail puis sont enfermés à proximité. Les images satellites de certaines usines où sont aussi employés des travailleurs chinois montrent des quartiers de travail et d’habitation séparés. La hausse soudaine de la demande liée à la pandémie favorise le recours à ce type de main d’oeuvre, utilisable au gré des besoins, et les Etats Unis et la France (entre autres) utilisent aussi le travail des prisonniers pour ces productions massives.

#1263 vu sur www.nytimes.com

France : le 20 ou 21 juillet, le port du masque sera obligatoire dans tous les établissements clos recevant du public, mais pas sur les lieux de travail qui fixent leurs propres règles sur la question

France. Le décret rendant obligatoire le port du masque dans tous les établissements clos recevant du public entrera en vigueur la semaine prochaine, lundi 20 ou mardi 21 juillet. Il ne sera par contre pas obligatoire sur les lieux de travail, qui fixent leurs propres règles là-dessus. S’agissant des mesures répressives pour encadrer cette obligation, c’est le ministère de l’intérieur qui doit s’en charger, en discussion avec les préfets, dont certains ont déjà mis en place de tels dispositifs. Si les moyens de contrôle ne sont pas encore précisés, le montant de l’amende en cas de non-respect devrait être identique à celui prévu pour les transports, c’est-à-dire 135 euros.

#1212 vu sur www.lemonde.fr

Méditerranée : un corps non identifié a dérivé pendant près de 3 semaines, malgré les différentes alertes et demandes d’intervention sans aucune recherche sur ce qu’il est advenu des autres naufragés

Méditerranée. Un corps non identifié a dérivé en Méditerranée pendant près de 3 semaines malgré les demandes d’un groupe de secours en direction de la Libye, de l’Italie et de Malte. Le 29 juin, Seabird, un avion de surveillance exploité par le groupe de recherche et sauvetage Sea-Watch, montre le corps tourné vers le bas dans les eaux agitées de la Méditerranée, emmêlé dans un canot gris à demi coulé. Trois semaines plus tard, Sea-Watch a déclaré que le corps flottait encore, malgré les différentes alertes et demandes d’intervention. Les autres passagers de l’embarcation n’ont pas non plus été recherchés. Bien que chaque État ait la responsabilité de mener des opérations de recherche et de sauvetage dans une zone définie, la Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes stipule qu’il a l’obligation d’intervenir dans la zone d’un autre État s’il ne répond pas à une demande d’aide de cette zone. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), près de 400 personnes sont mortes en Méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe depuis les côtes africaines cette année. Une porte-parole de Sea-Watch a déclaré que cette situation met en évidence le manque croissant de collaboration des autorités dans la conduite des opérations de sauvetage. “Ils attendent des heures, laissant les gens à l’agonie avec la pensée qu’ils pourraient même mourir. Vendredi, les garde-côtes de Malte ont secouru 65 migrants qui étaient restés en mer pendant 30 heures malgré l’alerte d’AlarmPhone qui avait informé à plusieurs reprises les autorités maltaises et italiennes de la position du navire et de la panne du moteur. Au lieu de financer des opérations de sauvetage efficace, l’Union européenne aurait envoyé des centaines de millions de dollars en Libye, le principal point de départ pour les personnes essayant de rejoindre l’Europe depuis l’Afrique, finançant en particulier les manoeuvres de gardes côtes lybiens pour repousser les embarcations ainsi que la mise en place de centres de rétentions en Lybie. Jeudi, le Parlement italien a approuvé un financement supplémentaire pour les garde-côtes libyens. Cette décision intervient alors que la ministre italienne de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, était à Tripoli pour des entretiens de haut niveau visant à renforcer la collaboration entre les deux pays dans le contrôle des frontières.

#1230 vu sur www.aljazeera.com

France, Royaume Uni : la marine anglaise teste l’utilisation de filets pour piéger les migrants dans la Manche, pour stopper les embarcations de fortune venant de France

France, Royaume Uni. La marine anglaise teste l’utilisation de filets pour piéger les migrants dans la Manche alors que les traversées sont très nombreuses depuis la fin du confinement. Des navires militaires ont travaillé avec la UK Border Force en mai et juin pour mettre au point des techniques pour stopper les embarcations de fortune venant de France. Plus de 2 750 migrants auraient ainsi atteint le Royaume-Uni de cette année, dont 90 qui seraient arrivés à Douvres pour la seule journée du 15 juillet. L’angleterre met en cause l’efficacité répressive des autorités françaises.

#1222 vu sur www.fr24news.com

Etats Unis : comme en réponse aux mobilisation Black Lives Matter, le secrétaire à la Défense américain diffuse un décret interdisant le déploiement du drapeau confédéré, symbole de ralliement aux idées racistes

Etats Unis. Le secrétaire à la Défense américain diffuse un décret interdisant le déploiement du drapeau confédéré, drapeau rouge barré d’une croix bleue avec 13 étoiles, adoptée pendant la guerre civile (1861-1865). Ce drapeau est devenu un symbole de ralliement aux idées racistes et certains Etats comme le Mississippi ont déjà la décision de retirer de leur drapeau le symbole confédéré début juillet. En effet cette décision, qui va à l’encontre des souhaits de Trump qui a affirmé que le drapeau confédéré appartient au patrimoine national, apparaît comme une réponse aux mobilisations Black Lives Matter. Trump avait aussi déclaré que la décision de faire flotter le drapeau confédéré relevait de la « liberté d’expression ».

#1218 vu sur www.ouest-france.fr

Europe : l’U.E finance un projet de développement de drones pilotés par intelligence artificielle pour patrouiller de manière autonome aux frontières de l’Europe

Europe. L’Union Européenne finance depuis le mois de mai un projet de développement de drones pilotés par l’intelligence artificielle et conçus pour patrouiller de manière autonome aux frontières de l’Europe. Les drones devraient opérer en essaims, coordonnant et corroborant les informations diffusées ensuite dans les flottes de quadricoptères, de petits avions à voilure fixe, de véhicules terrestres, de sous-marins et de bateaux, en vue d’interventions. Les développeurs du projet, connus sous le nom de Roborder, affirment que les robots seront en mesure d’identifier les humains et de décider sans intervention humaine s’ils représentent une menace. S’ils déterminent que vous avez commis un crime, ils en informeront la police des frontières. Les caméras de drones n’utiliseront pas la technologie de reconnaissance faciale dans le cadre de ce projet, a expliqué Ioannidis, directeur technique de Roborder, et ne pourront pas non plus déterminer les caractéristiques humaines, telles que la taille, le poids, l’âge, la couleur de la peau ou le sexe perçu. Pourtant, Ioannidis a admis que l’ajout de la reconnaissance faciale au système Roborder plus tard serait «technologiquement possible». De la même manière ces drones auraient pour mission d’informer les autorités et ne seraient donc pas armés, sans que cet état de fait ne donne aucune garantie sur l’avenir.

#1221 vu sur theintercept.com

Chine : une économie parallèle de vente illégale de données de reconnaissance faciale se développe, pour 0,06 euro, on peut acheter une image faciale

Chine. Alors que les systèmes fondés sur la reconnaissance faciale, présentés par le pouvoir comme garantie de la sécurité publique, se sont fortement développés pour sécuriser toutes sortes d’échanges ou de contrats, une économie parallèle de la vente illégale de ces données s’est aussi mise en place. Sur ce marché noir, pour cinquante centimes de yuans, soit 0,06 euro, on peut acheter une image faciale. Un vendeur a ainsi proposé “un total de 20 000 images, prix non négociable”, sur le réseau social WeChat, aux journalistes de l’agence de presse officielle qui enquêtent sur ce trafic. Les journalistes constatent que “de nombreuses personnes vendent ouvertement des données faciales” sur différentes plateformes de vente en ligne. Certains vendeurs proposent également un logiciel d’“animation des photos” pour transformer un portrait en animation 3D qui “cligne des yeux, ouvre la bouche, hoche la tête”, des expressions souvent demandées lors de l’identification dans les dispositifs sécurisés par ce procédé.

#1209 vu sur www.courrierinternational.com

Chili, France, Grande Bretagne : des chiens sont entraînés pour détecter la présence du virus dans la transpiration ; des brigades canines”covidog” pourraient être déployées dans les gares et les aéroports dès le mois d’août

Chili, France, Grande Bretagne. La police chilienne a commencé à dresser des chiens pour repérer les malades du Covid-19 en détectant la présence du virus dans leur transpiration. Les chiens sélectionnés, trois golden retrievers et un labrador âgés de 4 à 5 ans, étaient jusqu’ici employés à rechercher des drogues, des explosifs ou des personnes disparues. Ce programme est né de la collaboration de la police nationale du Chili, les Carabineros et de spécialistes de l’Université catholique du Chili. Des initiatives similaires ont eu aussi en France et en Grande-Bretagne et les brigades canines anti covid pourraient être déployées dans les gares et les aéroports dès le mois d’août. En France, le CHU de Strasbourg associé au laboratoire des sciences de l’ingénieur, de l’informatique et de l’imagerie ainsi qu’à des chercheurs et virologues du CNRS ont lancé en mai le projet Covidog, dans le but de trouver des moyens “non invasifs et immédiat” de détecter le porteurs du virus. Il est développé grâce la startup strasbourgeoise Twistaroma, spécialiste de l’analyse des molécules organiques volatiles. Des expérimentations ont été aussi lancées fin mai à l’école vétérinaire de Maison Alfort, dans le Val-de-Marne, ainsi qu’en Corse. On peut imaginer ce que Covidog donnerait dans la réalité des contrôles une fois que les chiens seraient aux mains des policiers…

#1187 vu sur www.leparisien.fr

Yemen : des milliers d’éthiopiens bloqués depuis le début de la pandémie et accusés d’être responsables de la propagation du virus, sont déplacés de force, pourchassés, harcelés et torturés

Yemen. Au moins 14 500 migrants africains, pour la plupart originaires d’Ethiopie, bloqués au Yémen depuis le début de la pandémie, ont été accusés d’être responsables de la propagation du virus et transférés de force à l’intérieur du pays. Les migrants se retrouvent stigmatisés en tant que porteurs potentiels du virus et sont pourchassés, harcelés, rassemblés et déplacés dans différentes provinces éloignées des principaux centres urbains selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Au cours des cinq années de guerre civile au Yémen, les migrants africains qui cherchent à atteindre l’Arabie saoudite sont particulièrement mis en danger lors de leur traversée du Yemen. Cette situation s’est grandement empirée avec la crise sanitaire. Un migrant a déclaré qu’il avait été détenu et torturé par des trafiquants pendant près de deux mois avant d’atteindre la capitale yéménite, Sanaa. “Parfois, les gens viennent nous donner des coups de pied ou nous frapper avec des bâtons pendant que nous essayons de dormir.” témoigne un autre migrant. En plus d’être déplacés de force, certains d’entre eux sont détenus dans des centres dans des conditions catastrophiques. Les autorités gouvernementales ont enregistré au moins 1 516 infections et 429 décès en quelques jours.

#1203 vu sur www.aljazeera.com

Pérou : un rassemblement a eu lieu devant le ministère de la santé en solidarité avec les populations autochtones en Amazonie décimées par le coronavirus, dénonçant une entreprise génocidaire

Pérou. Un rassemblement a eu lieu devant les locaux du ministère de la santé en solidarité avec les populations autochtones en Amazonie décimées par le coronavirus. 10 000 personnes à ce jour y ont contracté le virus et environ 300 en sont morts. Ce chiffre alarmant est très certainement en dessous de la réalité de la diffusion de l’épidémie. Les organisation autochtones et ceux qui les soutiennent demandent que l’Etat donne les moyens s’occuper en temps utile et efficacement de la population infectée sur ses propres territoires et dénonce une entreprise génocidaire.

#1200 vu sur www.mocicc.or

Italie, Calabre : cédant aux pressions de la population locale, les autorités italiennes ont fait transférer 13 migrants malades du coronavirus depuis Amantea vers l’hôpital militaire à Rome

Italie, Calabre. Cédant aux pressions de la population locale, les autorités italiennes ont fait transférer 13 migrants malades du coronavirus depuis Amantea, en Calabre, vers l’hôpital militaire Celio à Rome. La gouverneure calabraise demande à ce que tous les migrants secourus en mer soit placés en quarantaine dans des bateaux au large des côtes italiennes. Les 13 migrants testés positifs faisaient, eux, partie d’un contingent de 70 Bangladais qui, après leur sauvetage, ont été répartis à travers la Calabre. A l’annonce des cas positifs au covid, des habitants d’Amantea ont alors commencé à protester contre l’arrivée de migrants, ils ont d’abord coupé une route nationale dimanche en formant une chaîne humaine puis se sont rassemblés pour manifester dans le centre de cette petite ville côtière de 14 000 habitants. Ils menacent de poursuivre les blocages et les manifestations si aucune mesure n’est prise pour éloigner les migrants malades. L’armée avait dû être appelée en renfort, mardi 14 juillet, pour maintenir le calme autour du bâtiment où se trouvaient les migrants.

#1323 vu infomigrants.net

Russie, région du fleuve Amour : Des milliers de travailleurs migrants des «Renaissance Heavy Industries» se rebellent et affrontent les forces de l’ordre parce qu’ils n’ont pas perçu de salaire depuis 3 mois

Russie, région du fleuve Amour. Des milliers de migrants, majoritairement originaires d’Ouzbékistan, travaillant dans les «Renaissance Heavy Industries» principalement originaire d’Ouzbekistan se rebellent et affrontent les forces de l’ordre parce qu’ils n’ont pas perçu de salaire depuis 3 mois, jusqu’à contraindre le gouverneur et le consul d’Ouzbekistan à négocier une indemnité de mise en quarantaine et de paiements uniques pendant six mois ou plus pour les personnes qui ont été bloquées sur place. Le chantier en cours dirigé par l’entreprise Gazprom implique 29 000 travailleurs.

#1195 vu sur kun.uz

Etats Unis, Pontiac : une adolescente de 15 ans qui n’avait pas fait ses devoirs en ligne est incarcérée depuis mi-mai en détention pour mineurs parce qu’un juge a décidé que ne pas faire ses devoirs violait sa probation

Etats Unis, Pontiac (Michigan). Une adolescente de 15 ans qui n’avait pas fait ses devoirs en ligne est incarcérée depuis mi-mai en détention pour mineurs pendant la pandémie de Covid parce qu’un juge a décidé que ne pas faire ses devoirs violait sa probation. C’est apparemment le seul cas de cette nature à être connu. Sa mère explique la situation par une discrimination liée au fait que la jeune fille es d’origine afro-américaine dans un quartier à prédominance blanche et dans un comté où un pourcentage disproportionné de jeunes noirs sont impliqués dans le système de justice pour mineurs. Sur l’ensemble du territoire, les districts scolaires ont recensé des dizaines de milliers d’élèves qui n’ont pas réussi à se connecter ou à terminer leurs travaux scolaires : 15000 élèves du secondaire à Los Angeles, un tiers des élèves des écoles publiques de Minneapolis et environ un quart des élèves des écoles publiques de Chicago. Par ailleurs plusieurs Etats ont donné des consignes visant à limiter le nombre de mineurs en détention en période de pandémie. Dans le Michigan, un décret exécutif a été publié en mars pour suspendre temporairement l’emprisonnement des mineurs qui violent la probation, sauf indication contraire d’une ordonnance du tribunal. Depuis deux mois, la situation reste inchangée et sa mère se voit refuser toute visite.

#1190 vu sur www.propublica.org

Espagne, Catalogne : le reconfinement d’une zone autour de la ville de Lérida, à 150 km de Barcelone, décidé par le gouvernement de Catalogne a été supendu

Espagne, Catalogne. Le reconfinement d’une zone autour de la ville de Lérida, à 150 km de Barcelone, décidé par le gouvernement de Catalogne a été supendu par la justice au niveau national en Catalogne. Selon ce jugement, la région outrepasse ses compétences en limitant la liberté de mouvement des citoyens, car cette décision relève de « la compétence de l’Etat » espagnol. C’est la première fois depuis la fin du confinement en Espagne qu’une décision de reconfinement était prise dans le pays. La zone concernée avait déjà été isolée du reste de la Catalogne samedi dernier, afin que les habitants n’en sortent pas.

#1183 vu sur www.20minutes.fr

Espagne, Maroc : 7 200 travailleurs migrants, principalement des travailleuses saisonnières marocaines, sont bloquées en Espagne dans des conditions invivables, un groupe de 15 femmes a organisé une manifestation à Cartaya, Huelva

Espagne, Maroc. 7 200 travailleurs migrants, principalement des travailleuses saisonnières marocaines se considèrent comme « abandonnées » par le Maroc en Espagne et appellent à l’aide. Arrivées en Espagne pour cueillir des fruits en mars, elles sont prises au piège depuis la fin du mois de mai sans pouvoir rentrer chez elles parce que le Maroc a fermé ses frontières. Leurs conditions de vie sur place deviennent de plus en pus précaires. Jeudi, un groupe de 15 femmes a organisé une manifestation à Cartaya, Huelva.
Le ministère marocain des affaires étrangères a annoncé que ses frontières seraient rouvertes aux citoyens et aux résidents à partir du 14 juillet, mais on ne sait pas encore si ces mesures seront utiles aux femmes en détresse, car les ferries à destination du Maroc partiront exclusivement des ports de Sète, en France, et de Gênes, en Italie, qui sont tous deux à plus de 1 000 km de la province espagnole de Huelva. Les voyageurs, tant sur les ferries que sur les vols de retour vers le Maroc, devront également fournir un test de diagnostic du coronavirus datant de moins de 48 heures. Beaucoup de femmes travaillent dans des régions isolées et n’ont pas les moyens de se rendre dans les aéroports, de prendre l’avion ou de se faire tester. L’Espagne et le Maroc ont signé un accord en 2001 accordant aux travailleuses saisonnières des visas temporaires pour récolter des fruits en Espagne. Le gouvernement espagnol a prolongé les permis de séjour des femmes jusqu’en septembre mais sans rien faire pour rendre possible leur vie quotidienne. Depuis qu’elles se sont manifestées quelques mesures d’aide d’urgence ont été prises, sans résoudre la situation. Beaucoup habitent dans des lieux très précaires, des hangars où il fait une chaleur étouffante, sans eau.

#1194 vu sur moroccomail.fr

Russie : sous la pression de l’OMS, le gouvernement revoie à la hausse les chiffres des décès liés au Covid-19 en avril et mai, avec un taux de mortalité trois fois plus élevé

Russie. Le gouvernement publie de nouvelles statistiques sur les décès liés au Covid-19 en avril et mai, avec un taux de mortalité trois fois plus élevé que les données officielles précédentes. 15 277 décès liés au virus au cours de cette période de deux mois, et non plus 4 831 décès qui était jusque là le chiffre officiel. Les données antérieures n’incluaient pas les cas où le virus était présent mais n’était pas considéré comme la cause principale, mais certaines régions, y compris la capitale Moscou, ont également commencé à communiquer ces chiffres. Le gouvernement a dû remettre à jour ses chiffres sous la pression de l’Organisation mondiale de la santé qui a déclaré avoir eu des discussions avec la Russie sur la façon dont les responsables calculent le taux de mortalité, qui était jusqu’à présent bien en dessous de la moyenne mondiale. Le taux de mortalité des personnes contaminées serait de plus de 1,5 en Russie.

#1173 vu sur www.bloomberg.com

France, Champlitte : les services de protection des animaux découvrent un petit enfant vivant à l’abandon au milieu d’excréments et de cadavres d’animaux, alors que la famille était suivie par les services sociaux

France, Champlitte (Haute-Saône). Les services de protection des animaux découvrent un enfant qui vivait à l’abandon au milieu d’excréments et de cadavres d’animaux. La famille, comportant quatre adultes dont sa mère, était pourtant suivie par les services sociaux du département que les voisins ainsi que le maire avaient de nombreuses fois alertés sans qu’ils interviennent dans le logement. Il était scolarisé et faisait l’objet d’une mesure AEMO (action éducative en milieu ouvert), comprenant un suivi par un éducateur. Plusieurs adultes extérieurs à la famille, qui l’ont donc côtoyé régulièrement, avec pour mission de le protéger, n’ont rien perçu de sa situation… Les descriptions et images diffusées par le presse de cet appartement sont insoutenable. Les bas de porte sont défoncés, sans doute par les animaux qui ont essayé de fuir par tous les moyens : pour accéder à l’étage, la famille devait passer à côté d’un cadavre de rottweiler en putréfaction, quasiment momifié. C’est d’ailleurs les services de protection des animaux à l’appel de “30 Millions d’amis” qui interviennent finalement et découvrent l’enfant. Les services sociaux refusent de s’exprimer sur cette situation. Une ordonnance de placement provisoire de l’enfant a été délivrée à la suite de la saisie des animaux lundi mais la mesure n’a pas été appliquée car la mère et l’enfant se sont enfuis.

#1177 vu sur www.estrepublicain.fr

France : la police participe aux dites “vacances apprenantes” et des rencontres sont organisées entre des policiers et des enfants des écoles élémentaires

France. La police participe aux dites “vacances apprenantes” et des rencontres sont organisées entre des policiers et des enfants des écoles élémentaires. L’opération “vacances apprenantes” est un dispositif mis en place par le ministère de l’Éducation nationale “pour lutter contre le décrochage scolaire lié au confinement” pendant les 15 premiers jours de juillet et les 15 derniers jours d’août, associées aux “colos apprenantes” dans 200 000 quartiers populaires. La police de Corbeil (Essonne) se félicite que les enfants aient découvert le matériel des policiers et participé à un jeu des questions réponses.

#1168 vu sur réseaux sociaux et ladepeche.fr

Indonésie, Lombok : un responsable impose aux femmes fonctionnaires de sa région de porter le voile au lieu du masque contre la propagation du virus

Indonésie, Lombok. Un responsable impose aux femmes fonctionnaires de sa région de porter le voile au lieu du masque contre la propagation du virus. «C’est uniquement pour la prévention du Covid-19. Ce n’est pas fondé sur les enseignements religieux radicaux ou le fanatisme», s’est défendu Mohammad Suhaili Fadhil Thohir, régent du district central de Lombok, île indonésienne voisine de Bali. Il affirme que cette décision a été prise parce que des femmes se sont plaintes de l’obligation de porter le masque lors des exercices sportifs obligatoires. Environ 90% des quelque 4.000 femmes employées par l’administration de Lombok centre sont musulmanes, mais le voile se porte habituellement uniquement sur les cheveux en Indonésie et ne couvre pas le visage. La mesure fait donc polémique parce qu’elle apparaît comme une forme de propagande religieuse, dans la même logique que la mesure récente rendant le hidjab obligatoire pour les filles musulmanes dans les écoles publiques de l’archipel. d’autant plus que le voile ne protège pas du virus… Certaines régions parmi les plus conservatrices, comme Aceh sur l’île de Sumatra ont imposé le hidjab à toutes les femmes, tandis qu’à Lombok il ne se retrouve obligatoire que pour les fonctionnaires.

#1216 vu sur www.la-croix.com

Etats Unis, Floride : le dirigeant de la “Genesis II Church of Health and Healing” a été inculpé avec ses trois fils pour la vente d’un mélange toxique supposé guérir du Covid-19,

Etats Unis, Floride. Un partisan de Trump et dirigeant d’une église sectaire, la “Genesis II Church of Health and Healing”, a été inculpé avec ses trois fils pour avoir vendu un mélange toxique ressemblant à du désinfectant en prétendant qu’il guérissait plusieurs maladies, dont le Covid-19, mais aussi Alzheimer, l’autisme, le cancer du cerveau, le sida et la sclérose en plaques. Ils vantaient et ont commercialisé pour 500 000 dollars sur internet un produit baptisé la Solution Minérale Miracle (MMS). Plusieurs personnes ont dû être hospitalisées, et certaines sont mortes avoir bu du MMS.

#1159 vu sur www.laprovence.com

France : 91,5% de reçus au bac, l’enseignement supérieur ne pouvant pas “absorber” cette quantité d’étudiant, l’algorithme de Parcours sup risque bien de proposer n’importe quoi aux candidats

France. 91,5% des candidats ont été déclarés reçus au bac. Avec ce taux record de réussite, qui n’empêche pas que certains fassent les frais d’une gestion arbitraire avec quelques classes entières recalées, la question se pose de savoir comment l’enseignement supérieur va pouvoir absorber le flot de nouveaux bacheliers. Les universités préviennent qu’elles ne sont pas prêtes, et les mystérieux algorithmes de Parcours sup risquent bien de proposer n’importe quoi à n’importe qui étant donné qu’ils sont supposés proposer une solution à chaque bachelier. On sait déjà que c’est plutôt l’ouverture de filières courtes type BTS qui est prévue dans l’urgence. Consigne est aussi donnée d’éviter les redoublement en première année de fac pour libérer des places.

#1343 vu sur huffingtonpost.fr

France : face aux taux records de réussite au bac, les universités préviennent qu’elles ne sont pas prêtes, et les mystérieux algorithmes de Parcours sup risquent bien de proposer n’importe quoi puisqu’ils sont supposés proposer une solution à chaque bachelier

France. 91,5% des candidats ont été déclarés reçus au bac. Avec ce taux record de réussite, qui n’empêche pas que certains fassent les frais d’une gestion approximative avec quelques classes entières recalés, la question se pose de savoir comment l’enseignement supérieur va pouvoir absorber le flot de nouveaux bacheliers. Les universités préviennent qu’elles ne sont pas prêtes, et les mystérieux algorithmes de Parcours sup risquent bien de proposer n’importe quoi à n’importe qui étant donné qu’ils sont supposés proposer une solution à chaque bachelier. Parmi les solutions proposées, plus de 3600 places dans des filières courtes post-bac (comme des BTS) seront d’ores et déjà créées cette année, selon la rue de Grenelle. Consigne est aussi donnée d’éviter les redoublement en première année de fac pour libérer des places.

#1344 vu sur www.huffingtonpost.fr

France, Toulouse : 25 urgentistes démissionnent et dénoncent le manque de moyens à l’hôpital

France, Toulouse. 25 urgentistes démissionnent et dénoncent le manque de moyens à l’hôpital. « La seule de nos revendications, celle de la sécurité de nos patients, est traitée avec le plus grand mépris », constatent les médecins. La direction du CHU de Toulouse vient de décider de suspendre les maigres moyens supplémentaires accordés pendant la crise sanitaire. « On se voit mal revenir à la situation de pénurie d’avant Covid, on est tous, à différents niveaux, à bout. On est tous fatigués, inflammables, désabusés », confie un des 25 signataires, qui préfère rester anonyme. Le mouvement pourrait s’étendre à d’autres villes.

#1154 vu sur www.lefigaro.fr

Syrie : Moscou et Pékin menacent des millions de personnes de famine en voulant imposer de confier la répartition de l’aide humanitaire au régime de Bachar Al Assad

Syrie. L’aide humanitaire est suspendue à la bonne volonté de Moscou et Pékin qui ont tenté de mettre leur véto à une reconduction du dispositif permettant aux agences onusiennes d’acheminer des denrées alimentaires nécessaires à la survie de plusieurs millions de personnes dans les régions qui échappent au contrôle du régime d’Al-Assad. Après avoir réussi à rétablir l’autorité du régime de Bachar al-Assad par les armes, la Russie veut l’imposer aux Syriens par une menace sur leurs vivres dont ils veulent confier à gestion au régime. Ils ont été depuis contraints à accepter une prolongation provisoire en limitant les points de passage. Les autorités kurdes et l’opposition syrienne accusent depuis des années le régime d’Al-Assad de détourner l’aide internationale à son profit en pointant sa corruption.

#1196 vu sur www.liberation.fr

Pérou, Loreto : les communautés autochtones Achuar et Wampis dénoncent des incursions de la compagnie pétrolière chilienne Geopark sur leurs territoires pendant l’état d’urgence sanitaire

Pérou, Loreto. Les communautés autochtones Achuar et Wampis dénoncent des incursions de la compagnie pétrolière chilienne Geopark sur leurs territoires pendant l’état d’urgence sanitaire, avec des travaux pour extraire du pétrole de la parcelle 64 jusque là laissée en attente face au refus des populations locales. L’entreprise nie avoir effectué des travaux ou pénétré dans les communautés. Depuis le début de l’état d’urgence sanitaire, les plaintes pour ce genre de faits sont nombreuses.

#1147 vu sur ojo-publico.com

Brésil : le président Bolsonaro met son veto à ce qu’une obligation de fournir de l’eau et des lits d’hôpital aux populations autochtones soit indiquée dans la nouvelle loi sensée les protéger

Brésil. Le président Bolsonaro met son veto à ce qu’une obligation de fournir de l’eau et des lits d’hôpital aux populations autochtones soit indiquée dans la nouvelle loi sensée les protéger. La loi adoptée par le Congrès le 16 juin, a été publiée aujourd’hui avec les vetos au Journal officiel, dont un véto présidentiel aux articles qui auraient contraint le gouvernement brésilien à garantir aux peuples autochtones et aux quilombolas (descendants d’esclaves d’origines africaine qui ont fui et construit des communautés traditionnelles pendant l’esclavage) l’accès universel à l’eau potable et la distribution gratuite d’hygiène, de matériel de nettoyage et désinfection dans les villages ainsi que la fourniture de lits de soins intensifs dans les hôpitaux et de ventilateurs et de machines médicales d’oxygénation du sang.

#1146 vu sur 24.sapo.pt

Israël : les ultra-orthodoxes refusent toujours les consignes sanitaires et le gouvernement ferme à nouveau les bars, boîtes de nuit et salles de sport face à une “seconde vague” de l’épidémie

Israël. Le gouvernement ferme à nouveau les bars, boîtes de nuit et salles de sport, en attendant un possible reconfinement total face à une “seconde vague” (ou une nouvelle flambée épidémique) considérée comme «hors de contrôle». C’est surtout chez les ultra-orthodoxes qui ont refusé toute mesure de protection sanitaire ou de distanciation sociale que l’épidémie s’est diffusée. A Jérusalem, les trois quart des contaminations ont été constatées dans les quartiers ultra-orthodoxes qui ont été bouclés par l’armée et la police pour Pessah. Après un déconfinement rapide à partir du 4 mai, le virus se répand aujourd’hui à nouveau de manière inquiétante dans l’ensemble de la population.

#1136 vu sur leparisien.fr

Philippines : 24 jours de détention pour terrorisme sans aucun chef d’accusation, possibilité d’arrestations sans mandat… la nouvelle loi antiterroriste adoptée par le gouvernement doit être examinée par la cour suprême

Philippines. La nouvelle loi antiterroriste promulguée en pleine crise sanitaire doit être examinée par la Cour suprême. Le nouveau texte prévoit l’institution d’un conseil dont les membres, issus du gouvernement, auront le pouvoir d’ordonner des arrestations sans mandat. Il autorise également les détentions de personnes suspectées de terrorisme jusqu’à 24 jours sans aucun chef d’accusation, alors que ce délai est fixé à 3 jours par la Constitution. La définition du terrorisme y est par ailleurs très élargie puisqu’il s’agit de toutes formes d’opposition au gouvernement.

#1127 vu sur www.20min.ch

Etats Unis : les étudiants étrangers inscrits dans des universités qui fonctionneront en ligne à la rentrée ne verront pas leur permis de séjour renouvelé et seront expulsables

Etats Unis. Le gouvernement annonce que les étudiants étrangers inscrits dans des universités qui fonctionneront en ligne à la rentrée ne verront pas leur permis de séjour renouvelé et seront expulsables. Plusieurs universités américaines dont Harvard ont déjà annoncé qu’elles fonctionneraient principalement en ligne. Les étudiants étrangers devront donc soit quitter le territoire, soit changer d’université. La mesure concerne les visas F1 (pour des études académiques) ou M1 (pour des formations professionnelles). Environ 1,2 million de personnes en étaient dotées en mars, dont une grande majorité d’Asiatiques (Chinois, Indiens, Sud-Coréens), selon les données officielles.

#1125 vu sur www.nbcnews.com

Zimbabwe : treize infirmiers et infirmières sont accusés d’avoir enfreint les règles du confinement en manifestant, ils se sont faits arrêter sur leur lieu de travail et auront un procès pour cela

Zimbabwe. Treize infirmiers et infirmières sont accusés d’avoir enfreint les règles du confinement en manifestant pour réclamer une augmentation de salaires et de meilleures conditions de travail. Ils se sont faits arrêter sur leur lieu de travail. Ils ont été libérés sous cautions mais passeront en procès. Des manifestations ont eu lieu pour demander leur libération et en solidarité avec la lutte des soignants.

#1193 vu sur www.amnesty.org

Inde : un riche homme d’affaire débourse 4.000 dollars pour se faire fabriquer un masque en or, réalisé sur mesure, supposé le protéger du coronavirus

Inde. Un riche homme d’affaire débourse environ 4.000 dollars pour se faire fabriquer un masque en or, réalisé sur mesure, supposé le protéger de l’épidémie de coronavirus qui frappe le pays. Huit jours ont été nécessaires pour permettre à des artisans de réaliser ce masque de 60 grammes. “C’est un masque fin qui a de petites pores qui m’aident à respirer”, a-t-il expliqué à l’AFP. “Je ne suis pas sûr qu’il soit efficace pour me protéger du coronavirus alors je prends d’autres précautions”, a-t-il cependant précisé.

#1158 vu sur www.huffingtonpost.fr

France, Liancourt: une femme enceinte venue rendre visite à un détenu a été “oubliée” dans la nuit de dimanche à lundi dans un parloir du centre pénitentiaire

France, Liancourt (Oise). Une femme enceinte venue rendre visite à un détenu a été “oubliée” dans la nuit de dimanche à lundi dans un parloir du centre pénitentiaire. Elle y a passé la nuit entière avant d’être retrouvée à la réouverture des lieux. Une enquête pour négligence a été ouverte.

#1138 vu sur ladepeche.fr

Grèce, Athènes : des milliers de personnes ont défilé au centre-ville contre le projet de loi présenté qui impose d’importantes restrictions sur le droit de grève et de manifestation

Grèce, Athènes. Des milliers de personnes ont défilé au centre-ville contre un projet de loi présenté par le gouvernement d’extrême droite pour imposer des restrictions sur les manifestations dans les lieux publics. Ce projet de loi, qui s’inspire de la loi de 1971 pendant la dictature, restreint, entre autres, le droit de grève et permet à la police d’interdire directement les manifestations et de pénaliser les organisateurs.

#1139 vu sur les réseaux et lemonde.fr

Brésil, Boa Vista : la communauté autochtone isolée des Yanomami proteste contre la mission militaire accompagnés de journalistes qui les a mis en danger pour produire des images de propagande

Brésil, Boa Vista. La communauté autochtone isolée des Yanomami proteste contre la mission militaire qui s’est déroulée récemment dans leur village, filmée par des journalistes. Mardi et mercredi, des soldats ont apporté des fournitures médicales par hélicoptère à des avant-postes à la frontière avec le Venezuela et ont réuni des familles yanomamis pour les tester, la scène étant filmée par un grand nombre de journalistes, sans doute pour dédouaner Bolsonaro de sa politique génocidaire envers les populations autochtones. “Nous ne voulons pas être utilisés comme propagande gouvernementale”, a déclaré Parana Yanomami. “Nous ne voulons pas que des étrangers viennent ici pour prendre des photos de nos enfants. La visite nous a pris par surprise.” Les Yanomami sont la dernière grande tribu à vivre dans un isolement relatif dans une vaste réserve sur la taille de l’État américain de l’Indiana et ont été envahis pendant des décennies par des mineurs d’or qui leur ont apporté plusieurs maladies mortelles. Mercredi, à la tête de la mission, le ministre de la Défense a déclaré aux journalistes que la pandémie était sous contrôle chez les Yanomami, car aucun cas n’avait été détecté alors que plus de 160 cas ont déjà été confirmés donc cinq décès.

#1132 vu sur www.swissinfo.ch

Ethiopie, Addis-Abeba. Des manifestations émeutières ont lieu depuis la port d’Hachalu Hundessa, célèbre chanteur de l’ethnie majoritaire Oromo

Ethiopie, Addis-Abeba. Des manifestations émeutières ont lieu depuis la port d’Hachalu Hundessa, célèbre chanteur appartenant à l’ethnie majoritaire Oromo. Les autorités déclarent que les violences auraient éclaté quand un groupe de jeunes nationalistes oromo a demandé à ce que l’artiste soit inhumé à Addis Abeba et non à Ambo. L’armée éthiopienne a été déployée face aux groupes armés qui parcourent les rues. Les manifestations marquées par des violences communautaires ont secoué plusieurs autres régions du pays. Au moins 81 personnes ont été tuées depuis le début de ces manifestations.

#1105 vu sur actucameroun.com

France, Seine-Saint-Denis : l’ASE refuse de prendre en charge un un mineur migrant qui se retrouve hospitalisé en psychiatrie à Ville Evrard après avoir réduit en esclavage en Lybie, MSF porte plainte contre l’administration

France, Seine Saint-Denis. Médecins sans frontières dépose une plainte contre la Seine-Saint-Denis pour mise en danger de la vie d’autrui, imputant à l’absence de prise charge adaptée les troubles psychiatriques déclarés par un migrant mineur atteint du VIH et positif au covid-19. Le jeune garçon, qui a fui la Côte d’Ivoire dans une situation de grave danger, et a été réduit en esclavage en Lybie au cours de son périple. MSF a déposé une plainte contre le département de Seine-Saint-Denis mercredi pour “délaissement d’une personne hors d’état de se protéger”, “mise en danger de la vie d’autrui” et “non-assistance à personne en danger”. C’est la première fois en France qu’une telle plainte est déposée contre l’administration dans ce genre de situation. L’hôpital Ville-Evrard où il a été hospitalisé pour des problèmes psychiatriques a effectivement adressé au département un signalement avec une demande de protection qui est restée sans suite. MSF et l’hôpital considèrent que les troubles dont il souffre sont indéniablement liés à son difficile parcours migratoire notamment en Libye, ainsi qu’à la précarité de sa situation actuelle. “Ce jeune homme est atteint d’une maladie chronique grave, il a été esclavagisé en Libye, il a un état dépressif caractérisé. Ce garçon est dans une situation de santé très préoccupante”, dénonce l’avocat de Médecins sans frontières. SI l’Aide sociale à l’enfance ne l’a pas pris en charge suite au signalement, c’est suite à un “test osseux” dont tout le monde connaît le caractère approximatif, et qui, comme la plupart du temps, a servi à décréter qu’il était peut-être en fait majeur, manoeuvre dilatoire qui permet aux autorités de ne rien faire en attendant que les adolescents soient effectivement majeurs pour ne pas avoir à les prendre en charge, voire de les expulser directement sur une suspicion de fraude sur leur âge. C’est d’ailleurs ainsi que se défossent les autorités : “Le Département de la Seine-Saint-Denis n’a pas procédé à une fin de prise en charge puisque ce jeune, au moment du signalement auprès de la CRIP de Seine-Saint-Denis, relevait tout simplement pas de son ressort.” Pendant ce temps, après son séjour en psychiatrie, il se retrouve à la rue sans aucune prise en charge, et il atteindra effectivement la majorité dans quelques mois, ce qui rendra possible son expulsion. “On joue la montre de façon délibérée et cynique. Ce n’est pas admissible”, dénonce l’avocat de MSF. Cette problématique concerne tous les départements de la région et bien d’autres situations similaires se produisent.

#1229 vu sur www.leparisien.fr

France, Argenteuil : les amendes sont utilisées comme moyen de harcèlement répressif, avant et encore plus pendant le confinement

France, Argenteuil. Des jeunes gens qui ont tenté de porter plainte pour violence policières ont écopé d’une quarantaine d’amendes. D’autres ont été verbalisés 5 ou 6 fois en 15 minutes. « Je connais des jeunes qui ont 10.000 ou 12.000 euros d’amendes. Et ils ont 22 ans » témoigne un éducateur. Il s’agit d’un véritable harcèlement répressif et administratif qui s’est accentué avec les mesures de confinement. La police se justifie en disant que c’est leur seul moyen de coercition “pour tous les problèmes considérés comme déviants”, les policiers vont par exemple vont mettre plus d’amende là où ils soupçonnent des points de trafic de drogue, ce qui correspond précisément à une logique proactive. Parfois, les habitants découvrent les amendes après coup, le contrôle s’étant apparemment bien passé. Des habitants dénoncent aussi des pratiques particulièrement punitives qui consistent à faire en sorte que la personne ne soit pas au courant qu’elle a pris une amende (le papillon est jeté d’où l’expression “amende caniveaux”) et ne le savent que lorsque l’amende est majorée et une fois le délais de recours terminé.

#1109 vu sur www.streetpress.com

France : le conseil d’Etat valide des frais d’inscription à l’université de trois à quatre mille euros pour les étudiants étrangers extracommunautaires

France. Le Conseil d’Etat valide des frais d’inscription plus élevés pour les étudiants étrangers extracommunautaires à l’université et considère que leur demander de payer plus que les autres étudiants ne s’oppose pas à « l’exigence constitutionnelle de gratuité » visant à assurer l’égal accès à l’instruction. Les étudiants extracommunautaires devront payer 2 770 euros pour s’inscrire à une licence (contre 170 euros aujourd’hui) et 3 770 euros pour un master ou un doctorat (contre 243 euros et 380 euros aujourd’hui).

#1110 vu sur www.lemonde.fr

France : dans un contexte de hausse globale très forte du chômage, la société Bayes Impact reçoit 2 millions d’euros pour le déploiement de “Bob, service de retour à l’emploi” en France et ailleurs

France. Dans un contexte de hausse globale très forte du chômage en lien avec la gestion de la crise sanitaire, la société Bayes Impact reçoit 2 millions d’euros pour le déploiement de “Bob, service de retour à l’emploi”. Bob (anciennement Bob Emploi) fournit des conseils personnalisés de retour à l’emploi sous forme de “coaching personnalisé” fonctionnant sur la base de divers algorithmes. Le programme a remporté le premier prix de la fondation belge Degroof Petercam, d’une valeur d’un million d’euros, et a reçu la même somme de la part de la fondation Google.org. La société qui se déclare “philanthropique” prévoit grâce à cet argent de se déployer Belgique, au Royaume-Uni et en Europe de l’Est. Lors de sa création,Paul Duan avait déclaré : « J’ai lancé une ONG, Bayes Impact, avec l’idée qu’on peut se servir des algorithmes pour faire plus que du pognon pour des boîtes du web ». En parallèle de Bob, Bayes Impact nous apprend sur son site promotionnel que la société “a également développé un outil en ligne open source, URSUS, qui rassemble des données sur les violences policières, et a conçu des algorithmes pour Zidisha, outil permettant de réduire la fraude sur les micro-crédits aux entrepreneur·se·s ghanéen·ne·s. Plus récemment, Bayes Impact a lancé le site BriserLaChaine.org, alternative à StopCovid conçue sans technologie de traçage (sic).”

#1252 vu sur carenews.com

France : à la sortie de leur période d’hospitalisation les malades du Covid-19 qui n’ont pas de mutuelle, ou leurs déscendants s’ils sont décédés, se voient facturer un reste à charge de plusieurs milliers d’euros

France. A la sortie de leur période d’hospitalisation, les malades du Covid-19 qui n’ont pas de mutuelle, ou leurs descendants s’ils sont décédés, se voient facturer un reste à charge de plusieurs milliers d’euros. Depuis début mars, selon les derniers chiffres de la Direction générale de la santé, 104 144 malades du Covid-19 ont été hospitalisés en France, dont 18 321 en réanimation. Pour les cas les plus graves, le passage en réanimation a duré plusieurs jours voire plusieurs semaines. Or, dans ces unités spécialisées, la journée coûte plus de 3 000 €. Les patients guéris et les enfants de patients décédés sans mutuelles ont eu la mauvaise surprise de se voir réclamer par les hôpitaux 20% de cette somme (le “reste à charge”, c’est-à-dire ce que la sécurité sociale ne rembourse pas) donc 600 euros par jour, multipliée par le nombre de jour d’hospitalisation alors que trois millions de personnes sont sans complémentaire santé en France, qui sont évidemment les plus précaires puisqu’ils ne peuvent pas payer une mutuelle.

#1091 vu sur www.la-croix.com

Inde, Chennaï : pour dissuader les récalcitrants au confinement, la police s’est associée à un artiste local pour créer un casque en forme de virus supposé sensibiliser la population

Inde, Chennaï. Pour dissuader les plus récalcitrants de braver les interdictions du confinement en vigueur depuis le 24 mars et les sensibiliser aux dangers du coronavirus, la police s’est associée à un artiste local pour créer un casque en forme de virus. “Si vous sortez de chez vous, je rentre avec vous” dit un policier portant ce casque aux passants et aux automobilistes qui sortent sans masque de protection. Gowtham, l’artiste qui a créé l’objet, a choisi de travailler avec la police pour sensibiliser la population.

#1283 vu sur courrierinternational.com

Singapour : le gouvernement distribue des dispositifs de traçage des contacts compatibles Bluetooth qui ne nécessitent pas d’avoir de smartphone puisqu’il s’agit d’un objet en plastique qui peut se porter autour du cou ou dans la poche

Singapour. Le gouvernement distribue des dispositifs de traçage des contacts compatibles Bluetooth qui ne nécessitent pas d’avoir de smartphone puisqu’il s’agit d’un objet en plastique qui peut se porter autour du cou ou dans la poche. Les “jetons TraceTogether”, qui ont une autonomie allant jusqu’à 9 mois, sont donc une alternative à l’application smartphone de suivi des contacts déjà mise en place par le gouvernement et posent les mêmes problèmes en ce qui concerne le recueil et la conservation de données personnelles et le contrôle de tout un chacun. Le premier lot d’appareils est distribué aux personnes âgées vulnérables qui ont peu ou pas de soutien familial ou qui ont des problèmes de mobilité. Les utilisateurs seront alertés par un agent de recherche des contacts s’ils sont détectés comme ayant été à proximité d’une personne infectée par le coronavirus. S’il est ensuite confirmé qu’ils ont contracté le Covid-19, les données personnelles seront téléchargées à partir de l’appareil et sont sensées être cryptées et détruites au bout de 25 jours. Le gouvernement singapourien a annoncé que son application pour smartphone TraceTogether a été téléchargée par 2,1 millions de personnes depuis le mois de mars, ce qu’il considère comme très insuffisant. Dimanche, les autorités ont signalé 213 nouvelles infections à Singapour, dont 202 dans les flyers de travailleurs étrangers.

#1087 vu sur www.bbc.com

Guatemala, Chimay : un médecin et guérisseur traditionnel qui participait à un projet pharmaceutique avec l’University College de Londres a été brûlé vif par la foule après avoir été accusé de sorcellerie

Guatemala, Chimay. Un médecin et guérisseur traditionnel qui participait à un projet pharmaceutique avec l’University College de Londres a été brûlé vif par la foule après avoir été accusé de sorcellerie. Le projet auquel il participait étudie l’utilisation de la biodiversité sur la médecine maya au Guatemala en partenariat avec l’Université del Valle de Guatemala, aux côtés du Conseil des sages mayas, des autorités gouvernementales, de la biodiversité indigène et de la Convention sur le commerce des espèces menacées.

#1074 vu sur independant.co.uk

Etats Unis, Détroit : le chef de la police reconnaît que la reconnaissance faciale utilisée dans la ville à partir d’un logiciel développé par la société DataWorks Plus se trompe à 96%, et qu’elle discrimine les afro-américains

Etats Unis, Détroit. Le chef de la police de Détroit lui-même reconnaît que la reconnaissance faciale utilisée dans la ville à partir d’un logiciel développé par la société DataWorks Plus se trompe à 96%, et qu’elle discrimine les afro-américains. Todd Pastorini, directeur général de DataWorks Plus, accuse la presse de manipulation et rétorque : ” Vous savez peut-être comment fonctionne une pelle – vous la collez le sol pour ramasser la saleté et vous pourriez l’utiliser comme une arme. La reconnaissance faciale a été militarisée dans une certaine mesure par les médias.” Il compare le logiciel DataWorks Plus aux systèmes d’identification d’empreintes digitales automatisés qui renvoie à des dizaines ou des centaines de correspondances potentielles. Depuis le début de l’année cette technologie a été utilisée 70 fois, selon des données publiées par le département de police de Détroit et, dans 68 des cas, la photo introduite dans le logiciel était celle d’un afro-américain.

#1102 vu sur vice.com

Brésil, Manaus et Boa Vista : trois bébés d’origine Yanomami sont morts du Covid19 dans des hôpitaux publics sans que leurs parents ne soient informés de ce que sont devenus leurs enfants, dont les tombes viennent d’être localisées

Brésil, Manaus et Boa Vista. Une agence de journalistes indépendants a localisé les tombes de trois bébés de l’ethnie Yanomami , deux du sous-groupe Sanöma. Les nouveau-nés sont décédés du Covid19 entre le 29 avril et le 25 mai dans les hôpitaux publics de Roraima mais leurs parents n’ont pas été informés de ce que sont devenus leurs enfants. Un quatrième bébé a subi le même sort pour un décès qui serait dû à une autre cause. Il a fallu plusieurs jours de fouille pour retrouver les corps. Les parents demandent que les corps soient retirés de la fosse commune du cimetière de Boa Vista pour les ramener au territoire indigène et pouvoir les incinérer et accomplir le rituel funéraire dans leurs villages d’origine, ce qui leur est refusé pour des raisons sanitaires.

#1080 vu sur amazoniareal.com.br

Inde. Face à l’accroissement de la pandémie, des hôtel de luxe sont réquisitionnés pour accueillir les malades

Inde. Face à l’accroissement de la pandémie, des hôtel de luxe sont réquisitionnés pour accueillir les malades. La levée du confinement accélère la circulation du virus, en particulier dans les grandes villes et les quartiers pauvres. A New Delhi, on compte désormais 73.000 malades et 2.400 morts depuis le début de la pandémie. La situation est telle que la ville est obligée d’employer les grands moyens pour faire face à l’afflux de patients : elle a ordonné la réquisition d’hôtels de luxe, de wagons de train et de salles de réception pour les accueillir. Et ce sont les employés de ces hôtels qui seront chargés de prêter main-forte au personnel hospitalier. “Nous avons reçu une formation de l’hôpital sur la manière de porter l’équipement de protection individuelle et de l’enlever. C’est quelque chose que je n’aurais jamais pensé avoir à faire au cours de ma carrière dans l’hôtellerie”, témoigne un manager de l’hôtel Suryaa, où les premiers malades arriveront sous peu. Dans son hôtel, deux cents lits sont prévus pour accueillir les malades les moins touchés : asymptomatiques ou patients présentant des symptômes modérés. Les patients devront payer pour ce séjour, et même si la somme est plafonnée à 60 euros par jour, repas compris, c’est inabordable pour la plupart des habitants. Des lignes rouges ont été tracées pour mettre en œuvre la distanciation physique. Pour développer leurs capacités d’accueil de malades, les autorités ont ainsi réquisitionné une trentaine d’hôtels, chaque établissement étant rattaché à un hôpital référent. Les hôtels réquisitionnés ont tenté de faire valoir que beaucoup de leurs employés avaient plus de 50 ans et étaient donc à risque, et que leur personnel n’avait aucune formation pour prodiguer des soins ou gérer des déchets bio-médicaux. Le tribunal ne leur a donné que partiellement raison : plutôt que de servir d’hôpitaux de campagne, les hôtels ne seront que des centres d’accueil pour les malades les moins graves.

#1076 vu sur lci.fr

France : plusieurs académies proposent aux enseignants des badges “pour valoriser leur engagement” pendant l’épidémie de Covid19, leur donnant les valeureux titres de “explorateur-trice”, “utilisateur-trice”, “passeur-euse” ou “bâtisseur-euse”

France. Plusieurs académies proposent aux enseignants des badges “pour valoriser leur engagement” pendant l’épidémie de Covid19. Les enseignants peuvent être badgés “explorateur-trice”, “utilisateur-trice”, “passeur-euse” ou “bâtisseur-euse”. Sur la page “agilité pédagogique” de l’académie de Montpellier par exemple, l’académie explique, dans un langage ubuesque (il y a même une vidéo), le fonctionnement de ces badges qui matérialisent une sorte d’évaluation de compétence. Ces badges, qui sont qualifiés d'”objet sociaux”, sont “sécurisés” et existent aussi dans les entreprises. Ils donnent accès à une plateforme qui “fédère les détenteurs de badges sous la forme d’un réseau social”, avec la disposition d’un compte personnel avec tous les badges dont l’utilisateur dispose, et pas seulement ceux de l’académie (parce qu’il y a d’autres sortes de badges…). L’utilisateur peut ainsi gérer quels badges il veut rendre visible. Parce qu’elle est “soucieuse de donner la meilleure visibilité aux compétences des personnels”, l’académie met en place grâce à ces badges une “cartographie de ces compétences”. On sent bien qu’il y a du contrôle de ce côté-là mais il est difficile de se représenter ce qui est contrôlé et dans quel but… Apparemment il s’agirait de pouvoir rechercher des personnels en fonction de leurs badges pour pourvoir des postes par exemple. Il y a aussi d’autres “open badges” pour constituer un “territoire apprenant”, et ça vaut le coup d’œil, en cliquant ici. On peut être par exemple “classe inversée, explorateur-trice” et plein d’autres fonctions qui ont peut-être du sens dans une autre dimension.

#1088 vu sur www.ac-montpellier.fr

France, Ile-de-France : un policier de la PAF blesse sa collègue aux cervicales en lui faisant une démonstration de clé d’étranglement…

France, Ile de France. Après une discussion sur les gestes techniques d’intervention, un policier de la police aux frontières a fait une démonstration en immobilisant sa collègue par une clé d’étranglement alors qu’ils effectuaient une patrouille dans un TER en direction de Paris. Blessée aux cervicales, elle a porté plainte. « Il m’a serré très fort le cou, m’a mis son genou sur la colonne vertébrale et m’a entraînée au sol », raconte la victime (qui a simplement vécu ce que la police fait subir régulièrement à ceux qu’elle interpelle…). Selon elle, malgré ses demandes, la pression ne relâche pas, et même s’intensifie. Après une visite chez le médecin, la gardienne de la paix se fera diagnostiquer un « traumatisme du rachis cervical », une « discopathie » et une « position asymétrique de l’odontoïde ». L’enquête a été confiée à l’IGPN.

#1081 vu sur www.lepoint.fr

France. Le conseil d’Etat valide le délit de violation réïtérée du confinement. Selon la loi du 23 mars, quatre violations du confinement en trente jours sont passibles de six mois de prison et 3 750 euros d’amende

France. Le conseil d’Etat valide le délit de violation réïtérée du confinement dans une décision du 26 juin. Selon la loi du 23 mars, quatre violations du confinement en trente jours sont passibles de six mois de prison et 3 750 euros d’amende. Au cour du premier mois de confinement, Christophe Castaner, ministre de l’intérieur, avait déjà annoncé que 1 733 gardes à vue avaient eu lieu pour des cas de violations répétées du confinement. La mesure avait été attaquée pour son imprécision. Dans sa décision de vendredi, le Conseil constitutionnel estime que « ni la notion de verbalisation, qui désigne le fait de dresser un procès-verbal d’infraction, ni la référence aux “déplacements strictement indispensables aux besoins familiaux et de santé” ne présentent de caractère imprécis ou équivoque. Par ailleurs, en retenant comme élément constitutif du délit le fait que la personne ait été précédemment verbalisée “à plus de trois reprises”, le législateur n’a pas adopté des dispositions imprécises. » La décision de vendredi écarte un autre grief soulevé au sujet de la présomption d’innocence, les droits de la défense et le droit à un recours juridictionnel effectif. De fait, la loi fait passer la violation du confinement d’une simple contravention à un délit au bout de la quatrième violation dans les trente jours… sans laisser la possibilité de contester éventuellement la réalité des premières infractions devant un juge. Les avocats avaient rappelé que le délai légal de contestation d’une contravention, de quarante-cinq jours habituellement, avait été porté à quatre-vingt-dix jours pendant l’état d’urgence. Le Conseil constitutionnel leur rétorque qu’il n’y a aucune présomption de culpabilité, puisque le tribunal correctionnel saisi en comparution immédiate « apprécie les éléments constitutifs de l’infraction et notamment la régularité et le bien-fondé des précédentes verbalisations ». Si ce délit n’est plus en vigueur depuis le 11 mai et la fin du confinement, il reste inscrit dans la loi. Le gouvernement est donc en mesure de l’actionner de nouveau en cas de restrictions de déplacement imposées à une partie du territoire, comme l’y autorise jusqu’à l’automne la loi organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire.

#1078 vu sur lemonde.fr

France. Certaines communes ont pris l’initiative d’installer des caméras thermiques à l’entrée d’écoles et de bâtiments administratifs


France. Certaines communes ont pris l’initiative d’installer des caméras thermiques à l’entrée d’écoles et de bâtiments administratifs Des entreprises aussi ont fait installer de tels dispositifs. Le 22 mai, une décision du tribunal administratif de Versailles avait validé cette possibilité de contrôle automatique de la température de ceux et celles qui passent à proximité. Mais un référé en urgence au conseil d’Etat vient d’obtenir leur interdiction, au motif qu’elles saisissent des données personnelles sans le consentement des personnes, et qu’il y a traitement de ces données (puisque des décisions sont prises suite à leur prise en compte, comme le renvoi des enfants chez eux ou l’interdiction d’entrée dans un bâtiment) même si elles ne sont pas stockées. A la lecture de cette décision, il suffirait d’un formulaire par lequel les personnes qui passent sous une caméra acceptent individuellement le dispositif pour qu’il sorte du cadre de cette interdiction.

#1072 vu sur ouest-france.fr

Chine : un rapport démontre une politique génocidaire de contrôle des naissances à l’encontre de la communauté musulmane des Ouïghour avec des stérilisations forcées sous la menace d’être interné en camps

Chine. Un rapport, dans lequel un expert allemand s’inquiète de la chute de naissance dans la communauté musulmane des Ouïghour en particulier depuis 2016, montre comment la Chine mène, dans sa région du Xinjiang (nord-ouest) à majorité musulmane, une politique de contrôle des naissances extrêmement coercitive avec des stérilisations forcées sous la menace d’être interné en camp. Ces pratiques sont génocidaires. Des organisations de défense des droits de l’Homme accusent la Chine d’avoir interné dans la région au moins un million de musulmans, dans ce qu’elles appellent des camps de rééducation politique. Pékin dément ce chiffre et parle de centres de formation professionnelle, destinés à aider la population à trouver un emploi et à l’éloigner ainsi de l’extrémisme et du terrorisme. La Chine fait savoir pour sa part que le Xinjiang est désormais “stable et harmonieux”.

#1108 vu sur lemonde.fr

France, Paris : deux école ferment après la détection de cas de covid chez des enseignants et des enfants, la mise en isolement demandée par l’ARS ne concerne que les enfants et les adultes travaillant dans l’école et pas leurs proches

France, Paris. Deux jours après la réinstauration de l’obligation de scolarisation, deux école ferment après la détection de cas de covid chez des enseignants et des enfants. Dans le 4ème arrondissement, où une enseignante est positive, la mise en isolement demandée par l’ARS ne concerne que les enfants et les adultes travaillant dans l’école et pas leurs proches. « Les autres membres de la famille ne sont pas concernés », précise le mail de la directrice. Une mesure qu’ont du mal à comprendre certains parents, une mère s’interroge par exemple sur le fait qu’elle doive mettre sa fille en quarantaine mais que son mari continue de travailler dans une entreprise de 4000 personnes. Dans le douzième arrondissement, trois cas ont été détectés, un enseignant et deux enfants mais la sutuation n’est pas traitée comme un cluster car “un cluster est défini par la détection simultanée de trois cas dans une communauté. Si l’école du 12ème arrondissement n’est pas étiquetée comme telle, c’est que les trois cas sont répartis dans le temps ». Ces situations mettent en évidence l’absurdité gestionnaire qui adapte sa logique aux nécessités du moment, en l’occurrence la validation coûte que coûte du bien fondé de la réouverture des écoles à tous les enfants.

#1066 vu sur leparisien.fr

Cambodge : les patrons de la confection demandent la suspension du salaire minimum alors que des chômeurs et chômeuses attendent tous les matins un travail pour la journée

Cambodge. Un groupe représentant les usines de confection au Cambodge trouve comme solution pour sortir de la crise liée à la gestion de la pandémie de coronavirus la suspension du salaire minimum et demande au gouvernement une mesure dans ce sens. Le secteur de l’habillement et des chaussures emploie 800 000 personnes dans le pays où plus de 250 usines employant quelque 130 000 travailleurs ont suspendu leurs activités. Le calcul est simple : les salaires représentent 70% des coûts, la solution est donc de les baisser. À l’heure actuelle, les travailleurs de l’habillement suspendus à cause de la crise ont droit à un paiement mensuel de 70 $, qui comprend une allocation gouvernementale de 40 $ et une contribution de 30 $ des employeurs. Mais ces aides tardent à être versées et des ouvriers et surtout beaucoup d’ouvrières au chômage forcé se rassemblent avant l’aube pour attendre d’être embauchées à la journée par des courtiers des usines. On trouve dans ces rassemblements beaucoup de mineurs mis au travail par leurs familles pour échapper à la misère.

#1064 vu sur asia.nikkei.com

France, Millau : des manifestants reçoivent une amende de 135€ pour rassemblement interdit suite à l’analyse des caméras de vidéo-surveillance.

France, Millau. Suite aux manifestations qui ont eu lieu dans la ville de Millau au mois de mai à la sortie du confinement, une cinquantaine de personnes ont reçu une ou plusieurs amendes de 135€ pour « rassemblement interdit sur la voie publique dans une circonscription territoriale où l’état d’urgence sanitaire est déclaré » sans qu’aucun contrôle de police n’ait eu lieu. Ils auraient été identifiés par les caméras de vidéosurveillance de la ville. La mairie a confirmé la saisine des enregistrements par la préfecture. Le samedi 12 juin, en réponse à une manifestation réunissant plusieurs centaines de personnes qui demandait des comptes à la mairie et à la préfecture, les autorités ont expliqué les identifications auraient été faites par les RG et que les caméras n’auraient servi qu’à les « confirmer ». La préfecture a déclaré : ” la vidéoprotection n’est qu’un support pour accréditer les destinataires du PV et non le contraire ». Pourtant les caméras ne sont pas censées être des outils d’identification, c’est en tout cas le discours qui avait été déployé pour faire accepter l’installation des caméras dans la ville depuis 2017 ( 48 caméras, dont trois “nomades”, c’est-à-dire déplaçables selon les envies de la municipalité) grâce auxquelles aujourd’hui le fichage des RG se transforme en sanction.

#1061 vu sur technopolice.fr

Etats Unis : la société Mobilewalla, qui vend des données personnelles issues des téléphones portables diffuse des “informations” sur la répartition par “race”, âge et sexe des individus qui ont participé aux manifestations dans plusieurs villes américaines pendant le week-end du 29 mai

Etats Unis. La société Mobilewalla, qui “améliore la modélisation prédictive” des entreprises en utilisant “des données tierces” (c’est-à-dire qu’elle collecte des données personnelles pour les fournir à des entreprises qui les utilisent pour cibler leurs consommateurs par exemple) publie un rapport détaillant la répartition par “race”, âge et sexe des individus qui ont participé aux manifestations dans plusieurs villes américaines pendant le week-end du 29 mai. Cette société de technologie utilise les données de localisation recueillies sur leurs appareils sans que les utilisateurs puissent le savoir. Mobilewalla a récupéré les données de 16 902 appareils (1 866 à Atlanta, 4 527 à Los Angeles, 2 357 à Minneapolis et 8 152 à New York). Cette plateforme privée utilise l’IA pour déterminer statistiquement les données démographiques d’une personne (race, âge, sexe, code postal, etc.) en fonction des données de localisation, des identifiants des appareils et des historiques du navigateur. L’entreprise vend ensuite ces informations aux clients afin qu’ils puissent “mieux comprendre leur client cible”. “Ce rapport montre qu’un grand nombre d’Américains – probablement sans même le savoir – remettent leur historique complet de localisation à des courtiers de données de localisation sans aucune restriction sur ce que les entreprises peuvent en faire”, a déclaré un membre du Sénat. “Ces entreprises peuvent même vendre ces données au gouvernement, qui peut les utiliser pour l’application de la loi et de l’immigration.”

#1103 vu sur engadget.com

France : le ministre de l’éducation annonce des évaluations renforcées en septembre, faisant encore un peu plus de l’école un vaste parcours de bilan de compétences

France. Le ministre de l’éducation annonce des évaluations renforcées en septembre et promet “un plan ultra volontariste” contre le décrochage scolaire après le confinement lié au coronavirus. Des évaluations seraient mises en place pour les entrant en sixième et peut-être pour d’autres niveaux. Ces mesures ne font qu’étendre le principe des évaluations nationales déjà mises en place en début de primaire et dont les enseignants dénoncent largement l’absurdité. Des questions stéréotypées peu en lien avec ce que les enfants ont réellement fait, un temps énorme consacré à les faire passer avec un mode d’emploi extrêmement contraignant pour tout le monde, aucun usage pédagogique dans la progression de chaque enseignant : ces évaluations servent surtout à renseigner une lecture statistique globale utile aux experts auxquels sont confiées de plus en plus de décisions qui prétendent à l’objectivité. Par ailleurs, l’évaluation envahit le temps scolaire et devient une activité en soi, appuyée sur la notion de compétences dont on vérifie en permanence le niveau d’acquisition. Les enfants sont ainsi habitués depuis leur plus jeune âge et tout au long de leur scolarité à se retrouver en “bilan de compétence” comme ce sera le cas tout au long de leur vie.

#1047 Source huffingtonpost.fr

Inde, Amravati. Des infirmières font grève parce qu’elles n’ont par perçu leurs salaires au cours des trois derniers mois

Inde, Amravati. Des infirmières font grève parce qu’elles n’ont par perçu leurs salaires au cours des trois derniers mois. Leurs conditions de travail au plus près des malades du Covid19 sont par ailleurs déplorables. Elles affirment avoir dû travailler parfois 24h sur 24 sans même qu’on leur fournisse de nourriture.

#1075 vu sur timesofindia.indiatimes.com

Brésil, Amazonie : une organisation autochtone donne le chiffre à ce jour d’au moins 332 décès de Covid-19 et 7 208 cas dans 110 communautés, son représentant parle d’extermination sciemment orchestrée par le gouvernement

Brésil, Amazonie. L’organisation indigène Apib donne le chiffre d’au moins 332 décès de Covid-19 et 7 208 cas de coronavirus dans 110 communautés. “Nous sommes confrontés à l’extermination”, a déclaré son coordinateur exécutif. Le Covid décime en particulier les personnes les plus âgées qui ont une importance particulière dans la structuration sociale des communautés autochtones, détenant l’histoire et étant souvent chefs de tribus ou soignants. Certains accusent les agents de santé du gouvernement d’avoir amené le virus. Katia Silene Akrãtikatêjê, 51 ans, chef de la tribu Gavião dans l’État de Pará, pense qu’elle a attrapé Covid-19 après qu’une équipe de santé publique s’est rendue dans leur village pour donner des vaccins contre la grippe. Dans la plus grande réserve du Brésil – les Yanomami – quatre personnes sont mortes du Covid-19 et 146 cas de coronavirus ont été détectés. La tribu a déjà été décimée par des épidémies de rougeole et de grippe, et beaucoup craignent maintenant que le coronavirus soit propagé par les 20 000 orpailleurs illégaux – ou garimpeiros – qui envahissent la réserve. Chez les Kokama, dans la région amazonienne d’Alto Solimões, à 1000 km de Manaus, le Covid-19 a tué 57 personnes. Un homme de 64 ans, aurait contracté la maladie lorsqu’il s’est rendu dans une ville voisine pour percevoir un paiement d’aide d’urgence, ce qui est une contrainte imposée par le gouvernement. Quand il est tombé malade, on lui a promis un pont aérien médical à Manaus, mais cela ne s’est jamais concrétisé. Les Kokama qui tombent malades restent maintenant dans leurs villages, se soignant avec un thé à base de plantes amazoniennes, de citron vert, de gingembre, d’ail et d’aspirine. A la lutte désespérée contre le virus s’ajoute le manque de nourriture qui devient critique.

#1043 Source theguardian.com

France, Meaux : une jeune femme de 19 ans a été écrouée avec mandant de dépôt pour 3 mois faute de place en semi-liberté…

France, Meaux (Seine-et-Marne). Une jeune femme de 19 ans a été écrouée faute de place en semi-liberté par le tribunal correctionnel de Meaux qui l’a condamnée à trois mois de prison ferme avec mandat de dépôt, après avoir constaté qu’il n’existe aucune place dans une structure adaptée en région parisienne. Elle est accusée d’avoir commis des dégradations dans une chambre d’hôtel. Elle a été immédiatement écrouée à Fleury-Mérogis.

#1054 vu sur leparisien.fr

Brésil, Amazonie : l’Etat néglige sciemment les zones habitées par des autochtone dans les interventions contre les incendies qui ravagent l’Amazonie

Brésil, Amazonie. L’Etat néglige sciemment les zones habitées par des autochtone dans les interventions contre les incendies qui ravagent l’Amazonie. Les Guaranis qui ont contenu un incendie à Jaraguá dénoncent ces négligences criminelles. Beaucoup d’habitants ont été blessés en intervenant seuls pour endiguer le feu. Le gouvernement a laissé le feu se propager et devenir impossible à maîtriser pendant plusieurs heures avant d’envoyer les hélicoptères malgré plus d’une centaine au service d’incendie de la police militaire de l’État de São Paulo et des transmissions en direct avec des demandes d’aide. Les hélicoptères sont intervenus seulement sept heures après le début de l’incendie, en versant 1 200 litres d’eau sur le site ce qui était largement insuffisant, et: l’incendie a continué pendant six heures de plus. Sur la page officielle du service d’incendie de la police militaire de l’État de São Paulo une intervention longue et efficace est décrite alors que les camions sont repartis avant même d’intervenir en constatant qu’il était difficile d’atteindre le lieu de l’incendie.

#1037 vu sur brasildefato.com.br

Suisse : l’application de traçage SwissCovid sera disponible le 25 juin sur Apple Store et Google Play Store.

Suisse. L’application de traçage SwissCovid sera disponible le 25 juin sur Apple Store et Google Play Store. Destinée à retracer les chaînes de transmission du coronavirus, l’application fonctionne grâce à la technologie bluetooth. Les utilisateurs qui auront été en contact avec une personne infectée seront avertis. Le téléchargement de cette application est sensé rester facultatif. La Suisse et le Liechtenstein comptent désormais 31’292 cas confirmés en laboratoire. Au total, 507’736 tests ont été effectués, dont 7% étaient positifs.

#1030 vu sur rts.ch

France : un logiciel de traçage Covid-19 est apparu dans les paramètres des téléphones Android et des iPhones dans le cadre d’une mise à jour de leur système d’exploitation sans que les utilisateurs n’aient fait de démarche particulière pour l’obtenir.

France. Un logiciel de traçage Covid-19 est apparu dans les paramètres des téléphones Android et des iPhones dans le cadre d’une mise à jour de leur système d’exploitation sans que les utilisateurs n’aient fait de démarche particulière pour l’obtenir. L’outil de “notification d’exposition” est désactivé par défaut et n’est pas considéré comme une application de traçage, même si il en a toutes les caractéristiques. L’application mesure la distance entre deux combinés et alerte le propriétaire du téléphone quelqu’un qu’il a approché est testé positif au Covid-19. Un informaticien précise : “Ce n’est pas une nouvelle application mais un élément supplémentaire ajouté aux systèmes d’exploitation des téléphones pour permettre aux développeurs agréés de créer des applications qui peuvent potentiellement avertir de la proximité de personnes infectées” espérant ainsi rassurer les utilisateurs qui ont pu penser que Stopcovid, qui n’est pas compatible avec ces logiciels, s’installait tout seul à leur insu sur leurs téléphones. Il reste quand même avéré que ces logiciels de traçage ont été installés par défaut sans que les utilisateurs aient fait une quelconque démarche pour les obtenir. Plusieurs entreprises développant ce type d’application se plaignent en outre des critiques contre les applications de traçage, qu’ils considèrent comme “de la désinformation”, en arguant du fait que l’accès à des données qui mettent en cause la vie privée n’est pas prouvé…

#1029 vu sur pressafrik.com

Norvège, Oslo : une manifestation organisé par le groupe raciste “Stop l’islamisation de la Norvège” (Sian) a été contrée par plusieurs centaines de personnes, le leader a reçu tomates et oeufs pourris

Norvège, Oslo. Une manifestation organisé par le groupe raciste “Stop l’islamisation de la Norvège” (Sian) a été contrée par plusieurs centaines de personnes. La police est intervenue pour protéger les manifestants racistes des contre-manifestants. Le discours du leader du groupe, Lars Thorsen, a été recouvert de cris et de solgans pendant qu’il recevait des tomates, oeufs et fruits pourris au point que la police a protégé son départ.

#1038 vu sur aftenposten.no

Pérou, Loretao : un groupe évangélique injecte un vaccin antiparasitaire vétérinaire à des milliers de personnes en prétendant les protéger ainsi du Covid-19, avec l’appui du gouverneur.

Pérou, Loretao. Un groupe évangélique injecte un vaccin vétérinaire à des milliers de personnes en prétendant les protéger ainsi du Covid-19, avec l’appui du gouverneur. Au moins 5 000 habitants de l’Amazonie péruvienne ont reçu de l’ivermectine vétérinaire, un vaccin antiparasitaire pour animaux. Dans cette région isolée du Pérou, où vivent près d’un million de personnes, dont 300 000 indigènes, la peur de Covid-19 et le manque d’assistance de l’État ont conduit de nombreuses personnes à accepter l’injection de l’antiparasitaire, qui a été présenté dans une propagande radiophonique insistante, comme un palliatif à la maladie. Des injection ont eu lieu sur les points d’entrée des régions habitées par les populations autochtone de la rivière Marañon. Certains pasteurs évangéliques de Loretao ont lié le nouveau coronavirus au diable et à la fin du monde, offrant ces injections «comme salut». Des témoignages font état d’effets secondaires importants, comme une forte accélération cardiaque et de très fortes diarrhées. Dans la communauté de Cuninico, où une grande partie de la population avait des symptômes de covid-19, le technicien du module de santé a tenté en vain de s’opposer à ces injections. “L’explication des volontaires était claire et directe que [l’antiparasitaire] est approuvé par la loi et qu’il s’agit d’un traitement animal qui donne des résultats positifs en tant que vaccin”, a déclaré l’apu (chef indigène) de Cuninico, Wadson Trujillo Acosta. Les évangélistes ont prétendu qu’il était administré dans tout le pays. Dans cette région, 60% des plus de 18 ans ont reçu le médicament. «Presque tout le monde ici a des symptômes de Covid-19 et le traite avec des remèdes maison», explique Trujillo. «Nous avons des problèmes d’approvisionnement en médicaments. Nous avons reçu 27 tests de diagnostic rapide pour la communauté. Sept étaient positifs et nous en avons économisé sept en cas d’aggravation ». Des volontaires évangéliques ont également appliqué le médicament vétérinaire dans les communautés de Santa Rita de Castilla et Saramurillo, entre autres.

#1015 brasil.elpais.com

Etats-Unis : le président Trump à déclaré hier qu’il ralentirait le nombre de test de dépistage du virus car “plus vous testez de gens, plus il y a de cas identifiés”…

Etats-Unis. Le président Trump à déclaré hier qu’il ralentirais le nombre de test de dépistage du virus car c’est une stratégie à “double-tranchant” , il explique, : “plus vous testez de gens, plus il y a de cas identifiés.” Epatant. Au moins 25 millions de personnes ont été testées au Etats Unis et plus de 120 000 personnes sont décédées suite à la pandémie. La déclaration du POTUS s’accompagne de commentaires racistes sur l’origine du virus, qualifié de “Kung Flu”.

#1014 vu sur theguardian.com

Etats Unis, New York : un rapport qui n’a jamais été publié montre que la police de la ville aurait tué deux fois plus de personnes que le décompte officiel

Etats Unis, New York. Un rapport qui n’a jamais été publié montre que la police aurait tué deux fois plus de personnes que le décompte officiel. Une ancienne commissaire à la santé de New York signale qu’au cours de son mandat en 2015 le service de santé de la ville avait commencé à effectuer un examen interne des rapports sur les décès impliquant des policiers. Les conclusions établies en 2017, étaient frappantes : bien que moins de personnes par habitant meurent aux mains de la police à New York que dans presque n’importe quel autre endroit aux États-Unis, la ville sous-déclarait considérablement les décès. L’examen révélait que le nombre de décès aux mains de la police était cinq fois plus élevée pour les afro-américains. 105 personnes auraient été tuées par la police ou des activités policières au cours de la période de 2010 à 2015, soit plus du double des 46 que l’agence avait signalées publiquement pour ces années. Parmi les décès non signalés, 13 étaient des passants touchés par des balles de la police ou des piétons tués par des accidents de voiture pendant des interventions policières. A son départ, ce rapport a été enterré et la police newyorkaise a continué à publier ses propres statistiques mensongères.

#1006 vu sur www.nytimes.com

France, Paris : en dépit de la réalité, les organisateurs de la manif des soignants se désolidarisent des affrontements qui ont animé les Invalides et accusent de prétendus “éléments extérieurs” liés aux mobilisations contre le racisme et la police.

France, Paris. 18 000 soignants et personnes solidaires manifestent en soutien aux soignants à Paris et 220 cortèges réunissant parfois plusieurs milliers de personnes défilent dans toute la France. Des incidents divers ont lieu pendant plusieurs heures sur la place des Invalide avec des affrontementscontre les forces de l’ordre et des feux de poubelles. Alors que les images de l’interpellation brutale d’une infirmière accusée d’avoir jeté des projectiles sur les policiers fait scandale, les organisateurs de la manifestation se désolidarisent en affirmant que les affrontements sont le fait “d’éléments extérieurs” aux manifestants. En dépit de la réalité, Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes hospitaliers de France s’illustre par des propos véhéments pour dissocier “bons” et “mauvais” manifestants en affirmant “ce ne sont absolument pas les soignants qui ont causé ces dégradations et provocations contre la force publique” et “cela reste des voyous, des grands crétins ultra violents” qui sont à l’origine des affrontements. Il va jusqu’à dénoncer ceux auxquels il attribue les débordements qui auraient commencé alors que : ” des groupuscules arrivaient, dont certains avec des tee-shirts Adama Traoré”, cherchant ainsi à dissocier la mobilisation des soignants des manifestations contre le racisme et la police. Il poursuit en appelant aussi au “dopage” des services d’ordre pour contrôler les manifestations à l’avenir. On apprend d’ailleurs dans la presse que les services d’ordre syndicaux, en particulier ceux de l’UNSA, de FO et de la CGT ont collaboré de manière serrée avec la police. Plus de trente personnes ont été interpellées.

Cambodge : comme après la défaite des Khmers Rouges, les épouvantails portant des fusils en plastique sont de plus en plus nombreux dans les campagnes

Cambodge. Une armée d’épouvantails s’est déployé petit à petit au Cambodge. Beaucoup portent des fusils en plastique attachés à leurs bras en bois. La croyance est que si des esprits malfaisants voient un épouvantail tenir une veillée devant une maison, ils ne pourront pas y entrer. C’est la première fois que ces épouvantails, ou ting mong, sont aussi présents, depuis la chute du régime génocidaire des Khmers rouges en 1979. Cette année-là les gens se sont mis à représenter ainsi les soldats khmers rouges et ont ensuite brûlé les épouvantails dans des feux de joie. La pandémie de coronavirus a réactivé cette tradition.

#0969 vu sur foreignpolicy.com

France, Paris : un voisin qui voit une banderole de Génération Identitaire se dérouler devant sa fenêtre se met à la découper et à en jeter les morceaux dans la manifestation contre les violences policières

France, Paris. Un voisin qui voit une banderole de Génération Identitaire se dérouler devant sa fenêtre se met à la découper et à en jeter les morceaux dans la manifestation contre les violences policières appelée par le Commité Vérité et Justice pour Adama, sous les acclamations des manifestants. Des slogans en référence à l’extrême droite suprémaciste blanche américaine accompagnent le message. La banderole a ensuite été arrachée par un manifestant grimpeur.

#0946 vu sur les réseaux et de source directe.

Brésil : le président Bolsonaro demande à la population de filmer des hôpitaux, en pleine expansion de la pandémie de Covid-19, pour vérifier les taux d’occupation qu’il met en doute

Brésil. Le président brésilien Jair Bolsonaro a suscité un tollé après avoir demandé à la population de filmer des hôpitaux, en pleine expansion de la pandémie de Covid-19, pour vérifier les taux d’occupation. «Ce serait bien que vous alliez dans un hôpital près de chez vous (…) et trouviez un moyen d’entrer pour filmer», a lancé le chef de l’Etat lors de sa transmission hebdomadaire en direct sur Facebook. «D’après mes informations, je me trompe peut-être, mais pratiquement personne n’a perdu la vie par manque de respirateur ou de lit en soins intensifs», a affirmé le président toujours dans le déni de l’épidémie. Depuis le début de la pandémie, les chiffres officiels ont fait état par moments d’une occupation de plus de 95% des lits en soins intensifs dans de nombreux Etats, même si ce taux a baissé ces derniers jours à Rio de Janeiro et Sao Paulo, où une réouverture graduelle des commerces a débuté. «Quand Jair Bolsonaro demande à des partisans d’envahir des hôpitaux, sous prétexte de filmer les lits, il met des vies en péril impunément», a protesté un député. Les courbes de la pandémie sont en pleine ascension au Brésil, qui a dépassé le seuil des 40.000 morts et des 800.000 contaminations.

#0941 Source cnews.fr

Etats-Unis : suite à la polémique de la note interdisant aux employés de porter des signes “BLM”, l’entreprise Starbuck crée un t-shirt “Black Lives Matter”

Etats Unis. Starbuck maîtrise le marketing anti-raciste. Face au scandale de la diffusion de la note dans laquelle l’entreprise interdit à ses employés de porter des signes de la mobilisation “Black Lives Matter”, Starbucks crée un T-shirt “Black Lives Matter” que les employés pourront porter s’ils le souhaitent. Le T-shirt représente des panneaux de protestation avec des phrases comme «Black Lives Matter», «Speak Up» et «Time for Change». Un signe montre un poing noir levé et le slogan “Ce n’est pas un moment, c’est un mouvement”, lit la chemise. La semaine dernière, la Fondation Starbucks s’est engagée à donner 1 million de dollars à des organisations qui promeuvent l’équité raciale et la justice sociale. Starbucks a déjà été mis en cause pour des problèmes liés au racisme En 2018, tous les magasins ont été fermé pour une formation antiraciste après l’arrestation de deux hommes noirs dans un Starbucks de Philadelphie parce qu’un directeur de magasin a appelé la police parce qu’un client s’était installé sans rien commander. En 2015 suite à une autre polémique, l’entreprise avait fait écrire ““Race Together” sur ses tasses.

#0957 vu sur news.yahoo.com

France : 76 % des français ont une bonne opinion de la police et 65% affirment qu’elle est raciste… combien sont-ils par la magie des sondages à avoir confiance dans une police qu’ils considèrent comme raciste ?

operation de securisation et de controle d’identite de voyageurs, fouille, palpation de securite, presentation des papiers d’identite, gare du Nord

France. Un sondage nous apprend que plus des trois quarts des sondés (76 %) affirment conserver une bonne opinion des forces de l’ordre. Mais dans le même temps, deux-tiers des Français (65%) estiment qu’en France les personnes de couleur ou d’origine étrangère sont victimes de discriminations ou de racisme de la part des policiers. Même sans être très fort en calculs, il est clair que selon cette représentation de “l’opinion publique”, un grand nombre de français considèreraient qu’il est normal que la police soit raciste…

#0936 Source midilibre.fr

Cambodge : le gouvernement annonce que les étrangers devront prendre en charge les frais de leurs tests et de leur quarantaine, soit de plus de 1 400 $ si quelqu’un est testé positif sur un vol, en supposant qu’ils n’ont pas besoin de traitement médical supplémentaire ou d’hospitalisation

Cambodge. Le gouvernement annonce que les étrangers voulant accéder au territoire cambodgien devront prendre en charge les frais de leurs tests et de leur quarantaine. À compter du 9 juin, les étrangers devront payer 5 $ pour un seul voyage entre l’aéroport et le centre d’attente pour les résultats des tests, suivis d’un test COVID-19 obligatoire d’un coût de 100 $. L’hébergement coûtera 30 $ aux étrangers pendant qu’ils attendent 24 heures pour les résultats, plus 30 $ supplémentaires pour trois repas par jour. Le ministère a confirmé que si un passager à bord des tests en vol est positif pour COVID-19, tous les passagers seront soumis à une période de quarantaine obligatoire de 14 jours, coûtant 84 $ par jour pour couvrir la nourriture, l’hébergement et les contrôles médicaux. Avant d’être libérés de la quarantaine, les étrangers devront payer 100 $ pour un test COVID-19 supplémentaire, ainsi que 30 $ supplémentaires pour un certificat les déclarant en bonne santé. Si un étranger doit être hospitalisé pour le traitement de COVID-19, un lit d’hôpital lui coûtera désormais 225 $ par jour. Au total, les étrangers arrivant au Cambodge dont le vol ne contient aucun cas de COVID-19 à bord peuvent s’attendre à payer 195 $ pour le transport, les tests, l’hébergement et la nourriture. Si quelqu’un à bord des tests en vol est positif pour COVID-19, les étrangers recevront une facture de plus de 1 400 $ en supposant qu’ils n’ont pas besoin de traitement médical supplémentaire ou d’hospitalisation.

#0920 vu sur cambodianess.com

France, Montauban : les soignants de l’hôpital de la ville doivent participer à une tombola pour se répartir les dons recueillis par l’hôpital pendant la période de crise sanitaire

France, Montauban. Les soignants de l’hôpital de la ville doivent participer à une tombola pour se répartir les dons recueillis par l’hôpital pendant la période de crise sanitaire, sous forme de séjours à la montagne pour deux personnes ou de bons d’achat. Les syndicats proposent plutôt un tirage au sort…

#0906 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Brésil : alors que le déconfinement s’étend et que l’épidémie se propage toujours le ministère de la santé efface de ses sites le nombre total des décès et ne rend public désormais que ceux des dernières 24 heures

Brésil. Alors que le monde entier s’inquiète des ravages réels de l’épidémie dans le pays, et que Bolsonaro menace de quitter l’OMS, le ministère brésilien de la santé annonce qu’il rendra public désormais uniquement le nombre des morts des dernières 24 heures. Le site internet avec les statistiques depuis les débuts de la pandémie a aussi été pour revenir en ligne le lendemain avec seulement les chiffres sur le dernier jour, sans bilan régional ni antérieur. Le Brésil fait face à une propagation rapide du nouveau coronavirus, avec un taux de mortalité exceptionnellement élevé. Il compte plus de 600 000 cas de contamination pour 35 000 décès officiels mais les méthodes de décompte sont considérées comme très lacunaires. Malgré cette situation, le gouverneur de Rio de Janeiro a annoncé l’assouplissement à partir de samedi des mesures de confinement et la réouverture partielle des bars, restaurants, centres commerciaux et la reprise de certaines activités sportives.

#0883 Source lematin.ch

Nicaragua : des associations de médecins dénoncent les mensonges du gouvernement face à l’étendue de la catastrophe sanitaire en l’absence de confinement, en particulier chez les soignants qui travaillent avec des protections de fortune

Nicaragua. Des associations de médecins dénoncent le « culte du secret » du gouvernement du président Ortega, qui a licencié un infectiologue reconnu pour avoir critiqué l’absence de mesures contre la propagation de la maladie. Les associations signataires dénoncent l’absence de mesures adéquates de protection pour les soins aux patients infectés. Beaucoup de soignants doivent acheter eux-mêmes du matériel de protection ou en improviser avec du plastique, selon le communiqué. Selon les statistiques officielles, 1118 personnes ont été contaminées, dont 46 sont décédées entre le 18 mars et le 2 juin. Cependant, une ONG qui s’appuie sur les remontées de la société civile, d’un collectif de médecin et des acteurs des réseaux sociaux, a comptabilisé 4217 cas de contaminations et « 980 décès par pneumonie ou cas suspects de COVID-19 » jusqu’au 30 mai. Le Nicaragua est le seul pays d’Amérique centrale qui n’a ni adopté de mesures de confinement, ni fermé ses frontières, ni suspendu l’école en raison de la pandémie. Au contraire, le gouvernement a encouragé les rassemblements et manifestations.

#0884 Source lapresse.ca

Etats Unis, Canada : Uber Eats mène une opération de com “antiraciste” en proposant de ne pas faire payer les frais de livraison si les commandes sont passées à des restaurateurs noirs

Etats Unis, Canada. Uber Eats mène une opération de communication antiraciste qualifiée dans la presse de “Black washing” en proposant de ne pas faire payer les frais de livraison si les commandes sont passées à des restaurateurs noirs. Surfer sur la vague de protestation contre les discriminations devient une technique de marketing, alors que la gestion des société de livraisons et en particulier d’Uber est fortement remise en question dans le cadre de la crise sanitaire.

#0913 vu sur www.franceculture.fr

France : nouvel avis du conseil scientifique Covid-19 qui décrit 4 scénarios possibles pour la période post-confinement ; la ligne directrice, c’est d’éviter un nouveau confinement généralisé pour sauvegarder l’économie, et ce même dans le pire des scénarios où l’impossibilité de tout contrôle de la propagation du virus est envisagé.

France. L’avis n°7 du conseil scientifique COVID-19 a été publié : “Quatre scénarios pour la période post-confinement, anticiper pour mieux protéger”. L’objectif principal énoncé par le conseil scientifique est de tout faire pour éviter un confinement généralisé, qui fait prendre le risque de paralyser l’économie. Même dans le cas du quatrième scénario, le pire – une perte de contrôle de l’épidémie – le conseil scientifique prévoit de faire le choix de maintenir l’activité économique en s’habituant à une surmortalité : “Si l’objectif est uniquement de diminuer la mortalité liée à COVID 19, un confinement permanent ou extrêmement précoce sera toujours préférable, mais cela ignore l’impact délétère du confinement sur la société française. Un objectif alternatif est d’assumer tout en la limitant une surmortalité hospitalière COVID 19 associée à la mise sous tension des services de réanimation”.

#0874 source Site du ministère de la santé

Bolivie : la présidente par interim Jeanine Anez profite de la pandémie pour repousser les élections et maintenir en place son gouvernement qui mêle militarisation et zèle religieux et déverse de l’eau bénite sur les villes depuis des hélicoptères militaires

Bolivie. La présidente par interim Jeanine Anez profite de la pandémie pour repousser les élections et maintenir en place son gouvernement qui mêle militarisation et zèle religieux. L’une des premières mesures qu’elle a prise a été d’autoriser la police et l’armée à tuer les opposants. Le décret a ensuite été annulé, mais les forces de sécurité ont, entre temps, exécuté 28 personnes et de nombreux opposants au gouvernement ont été arrêtés et enfermés. Outre la quarantaine imposée depuis le 17 mars, les mesures contre l’épidémie consistent à appeler la population à «jeûner et prier» et à organiser des bénédictions spectaculaires avec arrosage d’eau bénite depuis des hélicoptères de l’armée au-dessus des principales villes du pays.

#0865 source theguardian.com

Japon : des bars et restaurants installent des cabines qui projettent une brume désinfectantes sur les clients pendant 30 seconde à leur entrée.

Japon. Des bars et restaurants installent des cabines, qui ressemblent au scanners de sécurité des aéroports, où une brume désinfectante est projetée durant 30 secondes sur les clients. Personne ne peut entrer dans ces établissements sans suivre ce protocole. “Nous voulons que les clients se sentent en sécurité lorsqu’ils entrent à l’intérieur” affirme un restaurateur.

#0811 news.yahoo.fr

Etats Unis : Trump déclare dans un tweet qu’il veut classer les “antifa” comme “organisation terroriste”

Etats Unis. Donald Trump cible la mouvance anti-fasciste et déclare dans un tweet qu’il veut classer les “antifa” comme “organisation terroriste”. Cette déclaration peut très bien n’avoir aucune conséquence légale car cette catégorie n’existe pas en tant que telle pour les groupes américains. Mais le ministre de la justice a assuré que les “antifascistes” faisaient l’objet d’une attention particulière du FBI dans le cadre des manifestations et émeutes en cours.

#0829 Source lemonde.fr

France, Paris : des bars et restaurants chics envisagent de proposer des repas sous des cloches en plastiques individuelles pour rassurer les clients, ce qui n’empêchera pas les employés sous-payés de cracher dans la soupe !

France, Paris. Des restaurateurs chics envisagent de proposer à leurs clients de prendre leurs repas sous des cloches en plastiques individuelles pour éviter la contagion. Ce qui n’empêchera pas les cuisiniers sous payés de cracher dans la soupe… Une idée lumineuse où le client devient l’ampoule !

#0810 vu sur lapress.ca

Koweit : des hashtags anti travailleurs étrangers se propagent et font porter la responsabilité du covid-19 sur les migrants d’origine égyptienne présents dans le pays.

Koweit. Les travailleurs étrangers, égyptiens notamment, sont accusés de propager le Covid-19 dans le pays, par des koweïtiens de plus en nombreux. Ils trouvent ainsi un bouc-émissaire, afin de pouvoir se plaindre du confinement qui leur est imposé pour lutter contre le coronavirus en rejetant la faute sur des migrants d’origine égyptienne. Les Egyptiens, par ailleurs pour la plupart bloqués sur place par la fermeture des frontières, représentent la plus grande communauté étrangère de la cité-Etat avec les Indiens, et se retrouvent être la cible privilégiée de cette poussée de xénophobie, qui se marie très bien avec cette époque du repli-sur-soi. Les hashtags appelant à leur expulsion pullulent sur les réseaux sociaux. Fin mars, la députée Safa Alhashem a déclaré que le renvoi de travailleurs illégaux permettrait de « purifier le pays ».

#0783 vu sur lemonde.fr

Madagascar : depuis jeudi, le pays a enregistré 122 nouveaux cas de contamination, des corps ont été ramassés dans les rues sans que les causes des décès soient établies, le gouvernement continue à recommander une tisane “Covid Organics”

Madagascar. Depuis jeudi, le pays a enregistré 122 nouveaux cas de contamination. Des corps ont été ramassés dans les rues sans que les causes des décès soient établies. Pour rappel le gouvernement malgache préconise de consommer une tisane appelés “Covid Organics” à base d’artemisia pour lutter contre le Sars-Cov-2.

#0788 vu sur ouest-france.fr

Pérou, Tanara : le maire de la ville a simulé sa mort en rentrant dans un cercueil avec un masque pour éviter un contrôle de police, alors qu’il bravait le confinement

Pérou, Tanara. Le maire de la ville a simulé sa mort en rentrant dans un cercueil pour éviter un contrôle de police, alors qu’il bravait le confinement. L’objectif était apparemment d’aller boire des coups dans un bar où a eu lieu une intervention policière pour tapage nocturne. Pour éviter d’être arrêté, le maire a décidé s’est installé dans un cercueil avec un masque sur la bouche afin de faire croire aux agents qu’il faisait partie des plus de 317 000 morts du coronavirus.

#0754 Source midilibre.fr

Brésil : le pays est désormais considéré comme le deuxième pays au monde le plus touché par l’épidémie, après les États-Unis ; à Sao Paulo, des parcelles funéraires verticales sont construites dans trois cimetières pour enterrer près de 13 000 cercueils disposés verticalement.

Brésil. Le pays est désormais considéré comme le deuxième pays au monde le plus touché par l’épidémie, juste derrière les États-Unis. Les chiffres officiels donnent 330890 personnes infectées, 1 001 décès coronavirus par jour cette semaine, portant le nombre total de décès à 21 048. À Sao Paulo, la ville la plus touchée, une vidéo aérienne montre des rangées de parcelles ouvertes au cimetière de Formosa en prévision des décès du jour, et des parcelles funéraires verticales sont construites dans trois cimetières pour enterrer près de 13 000 cercueils disposés verticalement. Le nombre réel de cas et de décès est probablement beaucoup plus élevé que ne le suggèrent ces chiffres, et l’épidémie continue d’accélérer sa diffusion. Face aux incohérences de la politique de Bolsonaro, plusieurs experts de haut niveau en santé publique ont démissionné et ont été remplacés par des militaires.

#0740 Source reuters.com

Brésil : le projet de loi pour “soutenir les populations autochtones” dans la lutte contre l’épidémie finit par légaliser le séjour des missionnaires dans les territoires indiens isolés.

Brésil. Ce qui était censé être un projet de loi pour soutenir les populations autochtones dans la lutte contre les coronavirus (engagement du gouvernement à fournir de l’eau potable, des tests rapides pour détecter la contamination par le coronavirus, du matériel d’hygiène personnelle, la garantie d’une réserve de lits pour les populations autochtones contaminée) s’est changé en son inverse : une manœuvre du banc évangélique de la Chambre des députés a légalisé le séjour des missionnaires dans les territoires indiens isolés. Les populations autochtones demandaient expressément que ces incursions soient interdites à cause du danger de contamination qu’elles font courir aux habitants. Au départ, le texte prévoyait une peine de cinq ans de prison pour quiconque accédait aux territoires autochtones sans l’autorisation de la National Indian Foundation (Funai). Angela Amanakwa Kaxuyana, de la Coordination des organisations autochtones de l’Amazonie brésilienne (COIAB) a qualifié la mesure de «tragédie». Pour un autre de leurs représentants, ce texte revient à échanger la vie des habitants des villages les plus isolés contre une protection sanitaire très réduite et incertaine pour ceux qui le sont moins.

#0739 Source brasildefato.com.br

Birmanie : un reporter birman prend deux ans de prison ferme pour avoir écrit qu’un réfugié Karen rapatrié de Thaïlande suite aux mesures de confinement était décédé du Covid19

Birmanie, Myawaddy. Pour avoir écrit qu’une personne était décédée du Covid-19, un reporter birman passera deux ans derrière les barreaux. Quand la Thaïlande a instauré ses mesures de confinement, la région de Myawaddy qui a une frontière commune avec la Thaïlande, a vu arriver un grand nombre de réfugiés birmans d’origine Karens qui vivaient dans des camps en Thaïlande. Enquêtant sur ces retours potentiellement risqués en terme de contagion, Zaw Ye Htet, le journaliste aujourd’hui incarcéré, a indiqué qu’“une personne était morte du Covid dans la ville de Myawaddy le 3 avril”.

#0738 Source courrierinternational.com

France : l’altérophobie qui fait le lit de la délation est flagrante dans ces sondages où plus de 90% des français pensent qu’ils respectent parfaitement les règles sanitaires, que leurs proches les respectent un peu moins bien mais surtout que tous ceux qu’ils ne connaissent pas font n’importe quoi

France. L’absurdité de certains sondages d’opinion publique où les personnes sont appelées à commenter le comportement général de la population peut néanmoins donner à réfléchir. Dans tous les sondages établis depuis les débuts de l’épidémie, une constante est remarquable : plus de 90% des personnes interrogées considèrent qu’elles respectent elles-mêmes parfaitement le confinement, que leurs proches le respectent moins bien qu’elles, mais quand même convenablement. En revanche tous ceux et celles qu’elles ne connaissent pas font n’importe quoi et sont complètement irresponsables. L’altérophobie qu’on peut lire dans ces résultats fait le lit de toutes les politiques fondées sur la délation et la surveillance généralisée.

#0729 Sources diverses

Turquie, Izmir : le système d’appel à la prière de la ville a été piraté de manière à faire diffuser le chant de révolte italien “Bella ciao” depuis les minarets de plusieurs mosquées

Turquie, Izmir. En pleine période de fin du ramadan, le système d’appel à la prière de la ville a été piraté de manière à faire diffuser le chant de révolte italien “Bella ciao” depuis les minarets de plusieurs mosquées locales à la place de l’appel à la prière. Les mosquées sont fermées depuis deux mois en raison du coronavirus. La situation a été rétablie et une enquête a été ouverte, mais des vidéos avaient déjà fait le tour des réseaux sociaux. Des usagers de ces réseaux pourraient être poursuivis pour “dénigrement des valeurs religieuses” après avoir applaudi cette action ou l’avoir relayée.

#0751 Source ladepeche.fr

Etats Unis, Dakota : une entreprise de construction, Fisher Sand & Gravel, a remporté le contrat de construction du mur frontalier prévu sur 42 miles en Arizona, de Nogales à la frontière orientale de la réserve Tohono O’odham

Etats Unis, Dakota. Une entreprise de construction du Dakota du Nord, Fisher Sand & Gravel, a remporté le contrat de construction du mur frontalier pour 1,28 milliard de dollars. Environ 42 miles de mur de frontière son prévus en Arizona, de Nogales à la frontière orientale de la réserve Tohono O’odham. Environ 180 miles ont été construits depuis janvier 2017, et le secrétaire par intérim du département de la Sécurité intérieure, Chad Wolf, a déclaré la semaine dernière qu’il s’attend à voir jusqu’à 400 miles de mur achevé cette année, ce qui fait de cet édifice du contrôle et de la répression le plus grand édifice américain.

#0712 Source upi.com

Tanzanie : pendant que le président dénie la réalité de l’épidémie et incite la population à ne pas porter de masques, les proches des victimes organisent des enterrements clandestins…

Tanzanie. Le gouvernement essaye de cacher le nombre de morts lié au covid-19. Des gens rapportent des enterrement en pleine nuit, à la lumière de phares de motos. Après avoir encouragé les gens à ne pas mettre de masques et à continuer à se rendre à l’église car le virus ne pourrait y entrer, le président et son gouvernement explique désormais, à propos des vidéos, que les cercueils seraient vides et que les vidéos seraient destinées à faire paniquer les tanzaniens à propos du virus. Il s’en remet à Dieu : « C’est l’heure de consolider notre foi et de continuer à prier Dieu, plutôt que de dépendre de masques sur le visage. N’arrêtez pas d’aller dans les églises et les mosquées pour prier, a-t-il déclaré en mars. Je suis sûr que c’est juste le vent qui tourne et que (le virus) disparaîtra comme d’autres avant lui ont disparu. » Le dernier décompte du nombre de victimes du covid fait état de 509 décès, mais ce chiffre officiel n’a pas bougé depuis le 29 avril.

#0688 Source Courrier international

Brésil : beaucoup d’hôpitaux n’ont plus de respirateurs disponibles à cause de la gestion du gouvernement qui minimise l’épidémie, dans un des hôpitaux de campagne, il n’y a pas d’unité de soins intensifs !

Brésil. Dans ce pays qui est très fortement touché par l’épidémie, beaucoup d’hôpitaux n’ont plus de respirateurs disponibles. La gestion du gouvernement qui minimise l’épidémie est mise en cause : dans un des hôpitaux de campagne ouvert spécifiquement pour les patients atteint par le virus, il n’y a pas d’unité de soins intensifs ! La politique sanitaire du ministère de la santé est incohérente : après avoir acheté 15 000 respirateurs en Chine, il a ensuite annulé le contrat au milieu du mandat éclair du ministre Nelson Teich, affirmant que le fabricant ne livrerait pas à temps. La production locale devait en fournir 14 000 respirateurs mais, la matière première étant importée, la production s’avère impossible à réaliser.

#0675 Source brasil.elpais.com

France : scandales autour de la rémunération des soignants, des stagiaires infirmiers contraints de renforcer les équipes covid pour autour d’un euro de l’heure, des hôpitaux exclus de la prime aux soignants, etc.

France. Les stagiaires infirmières et infirmiers, payés entre 0,80 et 1,40 euros de l’heure selon leur années, malgré leur plus de 45h hebdomadaire, se sont vus dans l’obligation de renforcer les équipes médicales durant l’épidémie, sans bénéficier des protections nécessaires à leur condition (masques, tests…), ni des systèmes de priorisation dans les transports. De plus certains hôpitaux du sud du pays sont exclus du dispositif de prime aux soignants comme ceux de Cannes et Grasse. Par ailleurs certains soignants, internes ou stagiaires, se sont vus facturer les tests Covid qu’ils ont dû effectuer dans le cadre de leur travail.

#0644 Source L’Humanité du 15/05 franceinfotv.fr

Italie, Florence : un collier qui sonne et s’allume quand les visiteurs ne respectent pas la “distanciation sociale” est mis en place pour la réouverture du Duomo

Italie, Florence. La cathédrale de Florence met en place un système pour permettre aux touristes de respecter la distanciation sociale lors de la réouverture : un collier qui sonne quand les personnes se rapprochent de trop près. “Il s’agit d’un dispositif (…) fourni gratuitement aux touristes au début de la visite qui signale avec un son, des vibrations et des lumières que la distance minimale autorisée n’a pas été respectée”, indique un communiqué du Duomo.

#0716 Source sudouest.fr

Croatie : des policiers marquent des migrants à la peinture avec une croix orange peinte à la bombe sur le crane.

Croatie. Des ONG ont signalé que des policiers ont marqué à la peinture des migrants refoulés à la frontière entre la Serbie et la Croatie, avec une croix orange peinte à la bombe sur le crane. Plus tôt dans le mois, avait déjà été relevé que la police des frontières croates rackettait les migrants qui passaient, humiliant, volant argent et portables, et encore une fois les aspergeant de peinture, afin de les marquer visuellement comme migrants, la bonne vielle technique de la marque au tison ardent ou autre signe spécifique d’identification des indésirables n’est pas si loin…

#0646 Source fr.news.yahoo.com

Europe : la Commission euro­péenne décide que le virus n’atteint pas le niveau maximum de dangerosité prévu dans la lé­gislation sur la protection des tra­vailleurs, traitant le Covid comme s’il y avait un traitement et comme si la contagiosité était peu élevée !

Europe. Les États membres et la Commission euro­péenne ont décidé que le virus n’atteint pas le niveau maximum de dangerosité prévu dans la lé­gislation sur la protection des tra­vailleurs contre ce type de risque. Dans la directive européenne de 2000 sur la protection des tra­vailleurs contre les risques liés à l’exposition à des agents biologi­ques, l’échelle de gravité des ger­mes comporte quatre paliers. Le moins dangereux est non «sus­ceptible de provoquer une maladie chez l’homme» (groupe 1). Le plus dangereux (groupe 4), en sus de provoquer des maladies graves, « constitue un danger sérieux pour les travailleurs » et présente « un risque élevé de propagation dans la collectivité ». Pour cette catégo­rie, « il n’existe généralement pas de prophylaxie ni de traitement efficace ». Dans ce groupe, sont notamment rangés des virus cau­sant des fièvres hémorragiques comme Ebola ou Marburg. Fin avril, la Commission lance une procédure accélérée, afin de ranger le SARS­CoV­2 dans l’un de ces quatre groupes et de l’ajouter à la liste des « agents biologiques » – virus, bactéries, parasites et champignons – faisant l’objet de mesures de protection des tra­vailleurs dans l’Union européenne (UE). Puis, le 7 mai, elle propose qu’il intègre le groupe 3. Pour ce dernier, pourtant, la directive sti­pule qu’« il existe généralement une prophylaxie ou un traitement efficace» – ce qui n’est pas encore le cas pour le coronavirus causant le Covid­19. Mais aussi que le risque de propagation n’est pas « élevé », comme dans le groupe 4. Plus de 40 % de l’humanité a pourtant été confinée pendant plusieurs semai­nes pour freiner sa dissémination. Malgré ça, la Commission se défend de vouloir remettre la population au travail à tout prix…

#0642 Source Le Monde du 15/05

Hongrie, Serbie : quatre migrants bloqués dans la zone de transit de Röszke à la frontière avec la Serbie, dans le contexte de la pandémie, aucun des deux pays ne veut les récupérer.

Hongrie, Serbie. Quatre migrants originaires d’Iran et d’Afghanistan sont bloqués dans la zone de transit de Röszke, à la frontière hongro-serbe. Une demande d’asile rejetée par la Hongrie et un refus de récupérer les quatre personnes par la Serbie, finissent par coincer quatre personnes dans des conditions plus qu’insalubre à cause du cauchemar administratif. La Hongrie à érigé une clôture partiellement électrifiée tout le long de sa frontière avec la Serbie et de celle avec la Croatie.

#0645 Source infomigrants.net

Brésil, Amazonie : alors que le président Bolsonaro a nommé un ancien missionnaire de l’organisation chrétienne fondamentaliste New Tribes à la direction de l’agence censée protéger les populations isolées du Brésil, des tribus indigènes veulent faire cesser les interventions de missions évangélistes qui perdurent malgré les risques de transmission du Covid19 face auxquels ces populations seraient particulièrement fragiles.

Brésil, Amazonie. La récente épidémie de coronavirus a exacerbé des tensions entre tribus indigènes et missionnaires chrétiens évangéliques. Dans les régions les plus reculées de l’Amazonie brésilienne, les tribus avertissent de l’hécatombe que peut engendrer le virus parmi les leurs et militent pour interdire l’accès à leurs terres à des groupes religieux d’évangélisation qui pourraient apporter le covid19 (en plus de la foi !). Le 17 mars, alors que l’épidémie de coronavirus se propageait au Brésil, les ministères de la justice et de la santé du pays ont recommandé aux Brésiliens non indigènes d’éviter tout contact avec les tribus, afin de les protéger de l’épidémie. New Tribes Mission au Brésil a cependant continué d’envoyer son hélicoptère dans la vallée du Javar. Mi-avril, un juge a énoncé l’interdiction aux missionnaires de pénétrer dans la vallée du Javari, une région reculée située le long de la frontière qui sépare le Brésil du Pérou, et où vivent de nombreuses tribus autochtones – dont au moins 16 groupes isolés n’ayant jamais eu aucun contact avec d’autres communautés. La décision de justice nomme expressément trois missionnaires, ainsi que l’organisation chrétienne fondamentaliste New Tribes Mission au Brésil, affiliée à une œuvre missionnaire évangélique de plus grande ampleur aux États-Unis. En février dernier, le président Bolsonaro a nommé Ricardo Lopes Dias, un ancien missionnaire de New Tribes, à la direction de l’agence censée protéger les populations isolées du Brésil. Selon Joenia Wapichana, première femme indigène élue au congrès brésilien en 2018, “si le coronavirus devait frapper des terres indigènes, ce serait une tragédie. Nous ne disposons d’aucune zone protégée, et l’investissement dans la santé et les équipements de protection pour les indigènes est inexistant.” Les autorités sanitaires ont annoncé le 15 avril qu’un adolescent de 15 ans membre de la tribu des Yanomami avait succombé au Covid-19 à l’hôpital de la ville de Boa Vista.

#0527 Source huffingtonpost.fr

Tchétchénie : le président Kadyriv se met en scène dans des vidéos où il menace de tuer les personnes infectées par le virus et enferme un grand nombre de personnes pour non respect du confinement.

Tchétchénie. Le président Kadyriv se met en scène dans des vidéo menaçantes pour contraindre au confinement de la population dont il estime qu’il n’est pas assez respecté. « Messieurs du FSB, faites quelque chose avec ces sous-hommes qui nous provoquent. Vous voulez que nous devenions des criminels, c’est ça ? L’un d’entre nous endossera la responsabilité et ira en prison pour tout le monde. Ne nous forcez pas à devenir des assassins !» ou encore «Je préfère frapper une personne qu’en enterrer 1 000. C’est pour ça que je prends des mesures très dures. S’il faut, je frappe à coups de matraque. S’il le faut, je jette en prison dans une cave, mais je défendrai mon peuple.» . Un grand nombre de personnes sont détenues par les forces de sécurité pour avoir violé le « régime d’auto-isolement ». Dès la fin mars, alors que la Tchétchénie ne compte que trois cas, – le dernier bilan officiel est de 615 cas et 8 morts – Kadyrov a pris publiquement à partie l’une des personnes infectées en l’accusant de n’avoir pas observé la quarantaine. « Celui qui a créé ce problème, si vous voulez mon avis, il aurait dû être tué, car non seulement il tombe malade lui-même mais il infecte aussi sa famille et ses voisins ». Pourtant le 3 mai, en cette période qui est aussi celle du Ramadan, le président tchétchène a réuni les dirigeants des institutions médicales du pays, dont le ministre de la santé, sans aucune précautions sanitaires, pour un dîner de la rupture du jeûne qu’il fait filmer et diffuser. Il se déclare fier de sa stratégie de communication à laquelle il accorde beaucoup d’attention.

#0529 Source Le Figaro du 06/05

Amérique du Sud : plusieurs Etats en appellent à Dieu et aux prières collectives pour endiguer le Coronavirus

Brésil, Bolivie, Nicaragua, Mexique, Vénézuela, Salvador. En Amérique du Sud, plusieurs Etats appellent Dieu à la rescousse et invitent à des réunions de prière qui peuvent encourager le développement de la pandémie. Le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé la nomination d’André de Almeida Mendoça, avocat et pasteur presbytérien, comme nouveau ministre de la Justice et de la Sécurité publique, à la place de Luz Henrique Mandetta, qui a préconisé la quarantaine dans les grandes villes, et voulu interdire les réunions organisées par les églises évangéliques. Il a aussi appelé la population à des journées de jeûne collectif et de prière pour libérer le Brésil de l’épidémie de coronavirus. Au Nicaragua, les appels au sacré sont quotidiens. Le président, le 15 avril, a déclaré que la pandémie était « un signe de Dieu » pour changer le monde et son épouse et vice-présidente Rosario Murillo, apparaît chaque jour pour appeler à la protection divine de l’au-delà. Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador a demandé aux habitants de porter sur eux des amulettes et des images pieuses pour arrêter le coronavirus. Le président du Salvador, Nayhid Bukele, a déclaré en février qu’il avait parlé directement à Dieu. Le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a encouragé il y a quelques semaines l’organisation d’une chaîne de prière pour l’obtention d’un vaccin définitif contre le covid-19.

#0450 Source 14ymedio

France, Amiens : un office religieux comme au temps de la peste a eu lieu pour protéger l’humanité de l’épidémie…

France, Amiens. Un office religieux comme au temps de la peste s’est déroulé à Amiens. L’évêque d’Amiens, seul (confinement oblige), va vénérer la Sainte Relique du Chef de Saint Jean-Baptiste présente dans la ville depuis le 13ème siècle, et lui demander d’intercéder en faveur des Hommes en pleine épidémie de coronavirus.

#0378 Source francebleu.fr

France, La Châtre. Les personnels soignants des ehpad Jean-Louis-Boncoeur et la Petite Fadette reçoivent une facture leur demandant de payer de leur poche pour les tests Covid19 qu’il ont dû passer.

France, La Châtre. Les personnels soignants des ehpad Jean-Louis-Boncoeur et la Petite Fadette reçoivent une facture leur demandant de payer de leur poche pour les tests Covid19 qu’il ont dû passer. Ils ont reçu chacun une facture de 66, 78 €.

#0365 vu sur lanouvellerepublique.fr

Ukraine, Dnipro : pour inciter les habitants de sa ville à respecter le confinement, le maire leur fait creuser des centaines de tombes

Ukraine, Dnipro. Pour inciter les habitants de sa ville à respecter le confinement, le maire leur fait creuser des centaines de tombes et prépare ostensiblement 2000 sacs mortuaires. La ville compte 13 cas et pour l’instant aucun décès mais le maire veut faire comprendre qu’il se prépare au pire.

#0353 Source ouestfrance.fr

Liechtenstein : expérimentation d’un bracelet de la société Suisse Ava qui est sensé détecter en temps réel si son porteur est infecté; en cas d’alerte, l’individu contaminé sera rapidement placé en quarantaine.

Liechtenstein. La société Suisse Ava commercialise un bracelet qui est sensé détecter si les personnes qui le portent sont contaminés à partir de diverses données mesurées en permanence (température, rythme cardiaque, respiration…). L’algorithme est supposé détecter en temps réel si le porteur du bracelet a contracté le virus. En cas d’alerte, l’individu contaminé sera rapidement placé en quarantaine. Ce bracelet était au départ destiné à aider les femmes à déterminer leurs périodes d’ovulation. Ce bracelet biométrique est déjà en cours de test auprès de 2100 habitants du Liechtenstein. D’ici la fin de l’année 2020, ce programme de dépistage numérique massif sera ouvert à tous les habitants de la principauté.

#0717 Source phonandroid.com

Hongrie : 10 000 patients non Covid brutalement mis à la porte des hôpitaux pour libérer des lits

Hongrie. Dans ce pays peu touché jusqu’ici par l’épidémie, le gouvernement multiplie les mesures spectaculaires face à un premier pic de mortalité en particulier dans les Ehpad. Des militaires ont été déployés auprès des directeurs d’hôpitaux et dans les directions d’entreprises jugées stratégiques, comme les supermarchés Auchan ou le pétrolier MOL. Avant le week­end de Pâques, les hôpitaux ont reçu l’ordre de libérer du jour au lendemain plus de 10 000 lits. Cette décision a déclenché des situations dramatiques avec des personnes en maladies chroniques brutalement mises à la porte d’hôpitaux. Le 30 mars, le gouvernement a fait voter un état d’urgence lui permettant de légiférer par décret sans limite de durée.

#0339 Source Le Monde du 24/04

France, Paris : une messe clandestine nocturne organisée chez les intégristes de Saint Nicolas du Chardonneret, avec la bénédiction de la préfecture

France, Paris. Une messe clandestine nocturne, organisée par des catholiques intégristes pour Pâques, a eu lieu à Saint Nicolas du Chardonnet, une église proche du groupe d’extrême droite Civitas. En plein confinement, la police est venue sur place alertée par des voisins, mais quand ils ont présenté « leur rapport oralement à l’état-major de la Préfecture de Police », dirigée par le préfet Didier Lallement, « il leur a été ordonné de rentrer à leur base ». Personne des 20 à 40 intégristes présents n’a été verbalisé, seule le prêtre a finalement écopé d’une amende. A Nantes, le 22 mars, en plein confinement également, des catholiques intégristes s’étaient déjà rassemblés dans la chapelle du Christ-Roi et ils avaient même organisé une procession en pleine rue.

#0406 Source lahorde.samizdat.net

Pérou, Panama : les deux pays ont mis en place pendant le confinement des sorties alternées selon que les habitants sont des hommes ou des femmes, la communauté des personnes transgenres craint des arrestations

Pérou, Panama. Pour restreindre les circulation en période d’épidémie, les deux pays mettent en place des sorties alternées selon que les habitants sont des hommes ou des femmes. Au Panama, la communauté des personnes transgenres craint des arrestations. Les contrôles se sont multipliés dans les rues de la capitale. Des vigiles contrôlent aussi l’identité des clients à l’entrée des supermarchés. Le président du Pérou a souligné que les militaires et policiers qui patrouillent devraient “respecter les homosexuels et transsexuels”.

#0963 vu sur www.voaafrique.com

Indonésie, Java : dans le département de Sragen, ceux qui ne respectent pas le confinement sont mis en quarantaine dans des “maisons hantées”.

Indonésie, Java. Les Indonésiens du département de Sragen qui ne respectent pas le confinement sont condamnés à être enfermés dans des “maison hantée”. Les responsables locaux ont été chargés d’identifier les maisons abandonnées qui sont considérées comme hantées, mettant à profit les croyances bien ancrées en des êtres surnaturels qui peuplent le folklore indonésien.

#0344 Source francetvinfo.fr