Etats Unis, Midwest : des médecins des hotspots covid affirment qu’ils sont confrontés à des insultes, des menaces et à des formes diverses de prises à parti de personnes qui ne croient pas à l’existence du virus et refusent de prendre des précautions sanitaires

Etats Unis, Midwest. Les médecins et les responsables de la santé des hotspots de coronavirus américains affirment qu’ils sont confrontés à des insultes et à des formes diverses d’antagonisme de personnes qui ne croient pas à l’existence du virus et refusent de prendre des précautions sanitaires. Certains ont reçu des menaces de mort, ils sont qualifiés de “nazis” et de “tyrans”. Dans certains Etats comme au Dakota du Nord, 9 personnes sur dix ont été infectées. Si c’était un pays, il aurait le plus de cas de coronavirus pour le nombre d’habitants au monde.

#1725 vu sur news.yahoo.com

Russie : la situation sanitaire est catastrophique, des patients meurent dans les couloirs des hopitaux avant d’être examinés et des malades se mettent en grève de la faim pour obtenir d’être soignés

Russie. Les hôpitaux sont bondés et les morgues débordées. L’entrée des hôpitaux est parfois refusée aux personnes considérées comme trop âgées. Face aux vidéos qui se multiplient pour témoigner de la gravité de la situation, plusieurs établissements de santé ont banni les téléphones portables. Le ministère de la santé interdit aux médecins de s’exprimer dans les médias sans autorisation. Des anecdotes significatives transpercent ce mur du silence. A Jeleznogorsk, dans la région de Krasnoïarsk, les habitants sont obligés de se cotiser pour fournir des thermomètres à l’hôpital local. A Omsk, les ambulanciers amènent les malades devant le ministère de la santé, en signe de protestation. A Arkhangelsk, la présidente de l’Alliance des médecin relaye que des malades se mettent en grève de la faim pour exiger des médicaments. Les chiffres officiels de la mortalité due au Covid-19 restent particulièrement bas en Russie et sont fortement sujets à caution. Certaines régions qui ne savent plus où stocker les morts affichent seulement quelques centaines de décès depuis le début de l’épidémie au printemps.

#1710 Source Lemonde.fr

France, Brest : pour éviter toute intervention lors de la visite de Jean Castex à l’hôpital, les représentants des personnels ont été confinés dans un local par des policiers des Renseignements Territoriaux

France, Brest. Pour éviter toute prise à partie lors de la visite de Jean Castex à l’hôpital de Brest, les représentants des personnels hospitaliers ont été confinés dans un local. Alors qu’ils avaient prévus de remettre un courrier au premier ministre, ils ont été escortés jusqu’à leurs locaux syndicaux où ils ont été retenus pendant environ deux heures par des policiers des Renseignements Territoriaux et un agent du service de sécurité de Matignon, avec la promesse d’une rencontre ultérieure avec le premier ministre, qui est finalement directement rentré à Paris. Un des syndicats a déposé plainte vendredi soir pour entrave à la liberté de circulation.

#1706 Source Francebleu.fr

France, Montpellier : une “surmortalité extra Covid” est évoquée par un médecin, avec des consignes de tri et de priorisation en fonction de l’âge et de l’état de santé.

France, Montpellier. Un médecin anesthésiste du CHU de Montpellier évoque une “surmortalité extra covid”, nouvelle et intense par rapport à la précédente vague de la pandémie. Des rendez-vous en chirurgie cardiaque sont repoussés de plusieurs semaines, alors que les chances de guérison de certaines opérations diminuent grandement lorsqu’elles sont retardées. Des consignes existent déjà pour trier et prioriser les interventions médicales : “Les dernières instructions, c’est que pour mettre une assistance mécanique extra corporelle, on nous demande de cibler les indications, c’est-à-dire ne pas dépasser les 70 ans quand le patient n’a qu’une défaillance respiratoire. S’il a une défaillance multiviscérale, il faut diminuer l’âge à 65 ans. Pour l’instant ça n’a pas été fait mais on a ces instructions”.

#1697 Source Francetvinfo.fr

Italie : la deuxième vague de la pandémie frappe durement la population, montrant les limites des tests antigéniques et les hôpitaux seront très prochainement saturés

Italie. Cité comme exemple de résilience il y a quelques semaines, le pays se retrouve très durement frappé par une deuxième vague alors que le gouvernement a refusé de mettre en place un confinement de la population. Le ministre italien des Affaires régionales a annoncé que le gouvernement a réservé 15 000 lits d’hôtel pour les patients Covid. Les hôpitaux seront très prochainement saturés. À Naples, des patients sont parfois placés sous oxygène dans leur voiture, faute de place en réanimation. Dans le plus grand établissement de la ville, l’hôpital Cardarelli de Naples, un patient en attente d’hospitalisation a fini par être retrouvé mort aux toilettes et à Castellammare di Stabia, au sud de Pompei, quatre patients sont morts dans les ambulances en attendant d’être pris en charge. Les centres de dépistage sont encadrés par l’armée. La stratégie des autorités sanitaires repose avant tout sur les tests antigéniques et des millions de ces tests rapides de détection du coronavirus, dont les résultats négatifs permettent aux citoyens de circuler librement, ont été effectués. Des médecins remettent en question l’efficacité de leur utilisation dans ce cadre étant donné qu’ils ne sont précis qu’à un niveau de précision de 80/90%, et nécessitent d’être complétés par des tests PCR.

#1705 Source Lexpress.fr

Ecosse : une étude constate que face à la pandémie, les soignants ont trois fois plus de risque que le reste de la population d’être hospitalisés

Ecosse. Une étude constate que face à la pandémie, les soignants ont trois fois plus de risque que le reste de la population d’être hospitalisés. Ces données ont été obtenues suite à l’étude de 160 000 travailleurs évoluant dans le domaine de la santé âgés de 18 à 65 ans, ainsi que 230 000 membres du foyer de ces soignants. Leurs proches sont aussi surexposés, bien qu’un peu moins. Les membres du foyer des soignants ont ainsi 2 fois plus de risque d’être admis à l’hôpital pour infection au Sars-CoV-2 que les autres travailleurs.

#1655 Source www.lalsace.fr

Royaume Uni : d’après de nouveaux chiffres diffusés dans la presse, on dénombre plus de 30 000 décès “supplémentaires” à domicile depuis le début de la pandémie

Royaume Uni. D’après de nouveaux chiffres diffusés dans la presse, on dénombre plus de 30 000 décès “supplémentaires” à domicile en Angleterre et au Pays de Galles depuis le début de la pandémie. Les décès “supplémentaires” ou «décès en excès» – sont le nombre de décès qui sont supérieurs à la moyenne pour la période correspondante des cinq années précédentes.

#1652 Source thecanary.co

France, Bayonne : un hôpital mobile est installé pour palier à la saturation des services de réanimation

France, Bayonne. Un hôpital mobile est installé à Bayonne pour palier à la saturation des services de réanimation. La structure installée en 30 minutes est prévue pour répondre rapidement en cas d’attentat ou de catastrophe dite naturelle. Il s’agit d’un camion de 18 tonnes permettant le déploiement d’une structure de près de 70m2, équipée pour prendre en charge des patients de réanimation, beaucoup plus légère que les “hôpitaux de campagne” déployés au printemps avec l’armée.

#1638 Source Francebleu.fr

France, Allemagne : des malades nécessitant des soins intensifs sont transférés depuis les hôpitaux saturés vers d’autres régions ou pays, notamment vers l’Allemagne

France, Allemagne. Des malades nécessitant des soins intensifs sont transférés depuis les hôpitaux saturés vers des régions moins touchées pour le moment. Une vingtaine de malades du Covid-19 a déjà été transférée en avion médicalisé depuis la Provence-Alpes-Côte d’Azur vers la Bretagne, qui reçoit des patients de plusieurs régions. Les transferts de patients français en particulier du Grand Est vers l’Allemagne ont aussi repris, mais avec moins d’intensité qu’au printemps car les hôpitaux sont déjà plus encombrés par la deuxième vague.

#1635 Source Lemonde.fr

Danemark : tous les visons élevés au Danemark (entre 15 et 17 millions) ont été abattus suite à des risques de transmission d’une forme mutante de coronavirus

Danemark. Entre 15 et 17 millions de visons, ce qui constitue l’ensemble des élevages du Danemark, ont été ou vont être abattus. Des images montrent des cadavres entassés dans des hangars par des tractopelles. Cette décision prise par les autorités danoises fait suite à des risques de transmission de l’animal à l’homme d’une forme mutante du coronavirus.

#1650 Source Libération.fr

Russie, Sibérie : des vidéos montrent des empilements de cadavres s’empilant dans une morgue et un hôpital alors que la région est censé être très peu touchée

Russie. Une vidéo tournée le 25 octobre à Novokouznetsk, une ville sibérienne de 550 000 habitants par un employé de la morgue d’un hôpital montre ce qu’il appelle « la zone sale » dans laquelle des cadavres s’empilent dans un couloir, tous emballés dans des sacs en plastique comparables à de grands sacs-poubelle. « Vous voyez le tas », dit-il, d’un ton las. Il tente de se frayer un chemin. « On peut même tomber, poursuit-il, on est obligé de marcher sur des têtes. » Plusieurs salles sont ainsi remplies de cadavres. Une autre vidéo montre le même type d’images dans des sous-sols de l’hôpital n° 12 de la ville de Barnaoul (625 000 habitants), également en Sibérie. Ces images sont en contradiction totale avec le discours officiel qui comptabilise 13 morts depuis les débuts de l’épidémie pour cette région. Dans certains quartiers de Saint-Pétersbourg, l’écart entre le nombre de décès officiel et les incinérations pratiquées se compte en milliers. Vladimir Poutine s’en tient à son refus du confinement et délègue les dispositions précises aux autorités régionales qui se prononcent parfois en faveur de l’école et du travail à distance. À Moscou, l’arbitraire des décisions débouche sur des situations ubuesques comme l’annulation des titres de transport gratuits, une mesure qui serait destinée à empêcher les plus âgés de prendre le bus ou le métro.

#1620 Source Lepoint.fr

France : Un malade du Covid-19 qui avait développé une forme très grave de la maladie a été greffé des poumons pour la première fois en France

France. Un malade du Covid-19 qui avait développé une forme très grave de la maladie a été greffé des poumons pour la première fois en France à l’hôpital Foch de Suresnes. En juin, l’hôpital Northwestern de Chicago aux Etats-Unis avait annoncé avoir fait la première double greffe de poumon américaine sur un malade du Covid. Il s’agissait d’une femme d’une vingtaine d’années, auparavant en bonne santé, dont les poumons avaient été détruits de façon “irréversible” par le Covid-19. Des médecins chinois avaient aussi réalisé une double greffe en mars sur une femme sexagénaire.

#1671 Source Francetvinfo.fr

France, Lyon : plusieurs services de réanimation commencent à être saturés, les syndicats maintiennent la grève et dénoncent le manque d’embauches et de renouvellement de matériel.

France, Lyon. Plusieurs services de réanimation commencent à être saturés, les Hospices Civils de Lyon transfèrent des patient vers la Savoie avec plus de 95% des lits de réa déjà occupés. Les syndicats maintiennent la grève et dénonce le manque d’embauches et de renouvellement de matériel.

#1628 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Bordeaux : des hospitalisations d’enfants pour des complications de Covid mettent en question la faible contagiosité des enfants sur laquelle se fond la politique sanitaire dans les établissements scolaires

France, Bordeaux. Des hospitalisations d’enfants pour des complications de Covid mettent en question la faible contagiosité des enfants sur laquelle se fond la politique sanitaire dans les établissements scolaires. Quatre enfants sont actuellement hospitalisés au CHU pour Covid-19 dont deux en réanimation. Un rapport du Haut conseil de la Santé publique, publié le 9 septembre sur le site de l’institution, concluait pourtant que “les enfants sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la transmission du SARS-CoV-2”. Du point de vue de leur potentiel de contagiosité, “le risque de transmission existe surtout d’adulte à adulte et d’adulte à enfant et rarement d’enfant à enfant ou d’enfant à adulte”, ajoutait le HCSP. “Les transmissions surviennent surtout en intra-famille ou lors de regroupements sociaux avec forte densité de personnes en dehors des établissements scolaires”. Mais l’état des connaissances sur le Covid-19 chez les enfants reste parsemé de zones d’ombre, malgré les messages qui se veulent rassurants. A l’échelle mondiale, la part des cas pédiatriques de Covid-19 est estimée entre 1 % et 5 % de l’ensemble des cas. Les statistiques françaises tendent à montrer que l’épidémie s’accélère aussi chez les plus jeunes depuis la mi-août. Depuis, la rentrée a eu lieu et on dénombre, à la mi-septembre, 89 écoles et plus de 2100 classes fermées suite à des cas de Covid-19. Des cas qui touchaient autant les adultes que les enfants. “Nous déclenchons à peu près 250 protocoles par jour. C’est-à-dire 250 suspicions de Covid-19”, indiquait le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer début septembre, accusant systématiquement des sources de contaminations externes aux établissements scolaires.

#1545 vu sur linternaute.com

France, Ris Orangis : une enquête est ouverte à propos des maltraitances envers les résidents polyhandicapés de la maison d’accueil spécialisé de la Briancière

France, Ris-Orangis. Une enquête est ouverte pour des insultes, coups et un défaut général de soins dans une maison pour handicapés suite au témoignage de six employés et plusieurs familles. La Maison d’accueil spécialisée de la Briancière se présente comme une maison recherchant le « bien-être » et « l’épanouissement » de ses résidents, des polyhandicapés qui cumulent des déficiences mentales et motrices lourdes. Mais selon les témoignages de six employés — actuels et anciens — de la Maison d’accueil spécialisée (MAS) la situation est loin de cette représentation idyllique qu’on peut trouver sur le site internet du lieu. Les employés décrivent des « pansements non changés », des blessures non soignées ou découvertes tardivement. « Un jour, une résidente ne réagissait plus, raconte-t-il. J’ai appelé les infirmières. On m’a répondu : ne t’inquiète pas : elle hiberne. Le lendemain, elle était hospitalisée dans un état grave et réanimée. » Une aide médico-psychologique confirme : « On signale les problèmes des résidents aux infirmières, mais elles nous répondent qu’il faut leur donner un Doliprane, que tout va bien… ». Certains résidents resteraient enfermés dans leur chambre toute la journée sans aucun accompagnement, avec des “munitions” comme des privations de repas, ou le refus de les changer. Les employés qui ont voulu dénoncer les maltraitances se seraient heurtés à un « clan d’une dizaine de personnes », proches de la direction, qui auraient cherché à les empêcher de témoigner.

#1529 vu sur leparisien.fr

Mexique : le pays aurait le plus fort taux de décès de soignants au monde à cause d’un manque de matériel de protection

Mexique. D’après Amnesty International, le Mexique aurait le plus fort taux de décès de soignants au monde. Au moins 7000 agents de santé seraient morts dans le monde après avoir été infectés par le coronavirus, dont 1320 au Mexique. Les autres pays ayant des taux de mortalité de soignants très élevés sont les États-Unis, le Brésil et l’Inde. Ces décès interviennent encore aujourd’hui alors que des protocoles de protection sanitaires sont maintenant établis. Il s’agit principalement d’un manque de matériel de protection.

#1504 vu sur www.reuters.com

Pérou : le personnel soignant entame une grève nationale de 48 heures contre des conditions de travail déplorables et le manque de protection face au virus alors que le pays fait face à un nombre toujours croissant de cas

Pérou. Alors que le pays fait face à un nombre toujours croissant de cas de coronavirus qui menace de saturer le système de santé, le personnel soignant entame une grève nationale de 48 heures contre leurs conditions de travail déplorables et le manque de protection face au virus. Les mêmes revendications s’expriment depuis des mois et une grève était déjà prévue en juillet mais elle avait été annulée suite aux promesses faites par le gouvernement. La situation n’ayant pas changé depuis, la grève a finalement lieu fin aout, alors que l’épidémie a encore progressé.

#1490 vu sur www.rfi.fr

France : plusieurs hôpitaux se sont mis en grève illimitée pour dénoncer un manque de moyens et réclamer plus d’effectifs, renforts qui font défauts face au nouveaux cas de Covid-19

France. Plusieurs hôpitaux se sont mis en grève illimitée. Les personnels des urgences à Saint-Brieuc, dans les Côtes-d’Armor, comme à Laval, en Mayenne, ont déposé des préavis de grève illimitée pour dénoncer un manque de moyens et réclamer plus d’effectifs. Les renforts alloués pendant la crise santaire ne sont plus là alors que de nouveaux cas de Covid nécessitent une hospitalisation.

#1442 vu sur www.francetvinfo.fr

Amérique du Sud : en six semaine le nombre de victimes du Covid a été plus que multiplié par deux, les autorités de certains pays, comme celles du Pérou, commencent à admettre que le nombre de morts pourrait varier du simple au double

Amérique du Sud. En six semaine, le nombre de victimes du Covid a été plus que multiplié par deux, passant de 100 000 fin juin à 230 000 mi août. Le continent est durement touché et, avec plus de 6 millions de cas recensés, la plupart des pays ne parviennent pas à endiguer la pandémie. Les autorités de certains pays, comme celles du Pérou, commencent à admettre que le nombre de morts pourrait varier du simple au double. L’Argentine, dont la population du Grand Buenos Aires est toujours en quarantaine, et ce depuis le 20 mars, connaît un pic de contaminations et de morts inédit : encore 7 498 cas et 149 morts le 13 août, pour un total de plus de 276 000 contaminations et plus de 5 300 morts.

Gravediggers carry the coffin of Avelino Fernandes Filho, 74, who passed away from the coronavirus disease (COVID-19), during his funeral in Rio de Janeiro, Brazil, May 18, 2020. REUTERS/Ricardo Moraes – RC2BRG9L2EB0

#1488 vu sur www.lemonde.fr

Emirats Arabes Unis : la compagnie Emirates Airlines fait la publicité de son assurance COVID-19 qui couvre les frais médicaux, de quarantaines et de funérailles en cas de test positif suite à un vol sur ses lignes

Emirats Arabes Unis. La compagnie Emirates Airlines propose une assurance COVID-19 à ses passagers, allant bien d’au-delà de la logique de sécurisation pour donner leur donner confiance par des mesures sanitaires renforcées. L’assurance d’Emirates stipule que si l’un de ses passagers reçoit un diagnostic de COVID-19 pendant son voyage, la compagnie aérienne basée à Dubaï couvrira ses frais médicaux, jusqu’à 150 000 € (environ 176 000 $), 100 € (118 $) par jour pour les frais de quarantaine – comme une chambre d’hôtel – pendant un maximum de deux semaines et 1500 € (environ 1765 $) pour les funérailles en cas de décès. Cette démarche s’inscrit dans la tendance en cours depuis quelques temps, à développer la communication autour des assurances contractées avec l’achat d’un produit, et de l’assurance en général. Ainsi, l’an dernier, les dépenses publicitaires dans le secteur de l’assurance ont atteint 7 milliards de dollars aux Etats Unis, soit environ 2,7% de toutes les dépenses publicitaires américaines. Il s’agit d’attirer l’attention du consommateur sur un aspect de ses achats et de l’organisation de sa vie qu’il souhaite plutôt ne pas prendre en compte en tant que tel. Pour vendre ce produit qui manque d’attrait en lui-même, l’agence GEICO par exemple a a lancé une campagne loufoque pour injecter de l’humour dans l’imagerie endormie et conservatrice de l’assurance. Depuis que cette campagne a fonctionné, les assureurs rivalisent d’ingéniosité dans le domaine. Il n’en reste pas moins que c’est la première fois qu’une marque propose des services d’enterrement comme incitation à l’achat…

#1348 vu sur www.forbes.com

France : les soignants intérimaires ne toucheront pas la prime Covid promise par Macron

France. Les soignants intérimaires ne toucheront pas la prime Covid promise par Emmanuel Macron. Les soignants employés en intérim viennent d’être bannis du dispositif de prime exceptionnelle créé pour les personnels ayant accompagné les malades du Covid-19. Patronat et syndicats de la branche du travail temporaire se sont mis d’accord pour envoyer une « lettre paritaire » au ministère des solidarités et de la santé dénonçant une « discrimination incompréhensible ».

#1355 vu sur www.lemonde.fr

France, Condom : une employée de lME de Moussaron “Terre d’Envol”, qui avait été licenciée parce qu’elle avait dénoncé à l’ARS en 2013 des maltraitances sur les enfants et jeunes adultes handicapés gagne son recours

France, Condom (Gers). Une employée de l’Institut Médico Educatif de Moussaron “Terre d’Envol”, qui avait été licenciée parce qu’elle avait dénoncé à l’ARS en 2013 des maltraitances sur les enfants et jeunes adultes handicapés résidant dans ce centre, gagne aujourd’hui son recours. Elle avait été licenciée pour inaptitude. Des images étaient alors sorties dans la presse, montrant des enfants enfermés dans des box vitrés dépourvus de poignée intérieure, des adolescents faisant leur toilette ou allant aux toilettes en présence d’autres résidents du centre. La personne qui a dénoncé ces abus de pouvoir était employée en tant qu’aide médico-psychologique. L’ARS, après enquête, avait de fait relevé des manquements graves dans l’accueil de ces enfants et jeunes adultes, évoquant notamment un non-respect de la dignité, de l’intimité et du bien-être physique et psychologique s’apparentant à de la maltraitance institutionnelle. Licenciée en 2014 pour inaptitude la salariée avait déposé un recours auprès du tribunal des prud’hommes, mais l’affaire n’avait été examinée qu’en 2019 et elle avait alors été déboutée de sa demande. Mais la cour d’appel d’Agen vient de reconnaître que le licenciement n’avait pas de causes réelles et sérieuses et que l’IME aurait dû mettre en place une cellule de soutien psychologique pour aider les employés à faire face à ces situations (sic !). En janvier 2020, 7 anciens dirigeants de l’IME Moussaron ont aussi été mis en examen pour harcèlement moral.

#1295 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Paris : une plainte pour “délaissement de personnes vulnérables” dénonce le choix de laisser les malades mourir chez eux ou dans les structures où ils vivent

France, Paris. Une plainte criminelle pour « délaissement » de personnes vulnérables a été déposée à Paris par vingt-huit proches de victimes décédées du Covid19 soutenus par l’association Coronavictimes, mettant en cause la gestion de la crise sanitaire. C’est la première plainte criminelle déposée à ce sujet. Cette plainte s’appuie sur plusieurs cas concrets. – Un enseignant trentenaire, souffrant de dépression, a été contraint d’appeler une demi-douzaine de fois le SAMU en une semaine avant de parvenir à être hospitalisé et sera immédiatement placé en réanimation puis mourra très vite une fois son transfert à l’hôpital obtenu. Le SAMU lui avait répondu : « Les gens qui sont vraiment en grande détresse, en gêne respiratoire, ils parlent beaucoup moins bien » pour justifier de ne pas se déplacer. – Un couple de septuagénaires dans un Ehpad. La femme tente désespérément d’alerter le personnel sur l’état de son mari. L’établissement, jugeant son attitude « alarmiste » et « nuisible », propose de la renvoyer chez ses enfants pour la « séparer » de son époux. La famille finit par obtenir, de haute lutte, l’hospitalisation du vieil homme, atteint du Covid, puis de la femme, également malade. Les deux finissent par en mourir, à quinze jours d’intervalle. – Une nonagénaire autonome, en Ehpad, présente de graves symptômes du Covid-19. Son fils demande instamment l’hospitalisation. Une infirmière sollicite le SAMU et s’entend dire : « Elle a 93 ans, c’est ça ? (…) Donc elle ne sera pas hospitalisée. (…) Il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas, mais elle n’ira pas aux urgences. (…) Il faut contacter le médecin, qu’il vous donne des consignes pour qu’elle évolue dans le confort. » Dix autres épisodes qui illustre la gestion de la pénurie hospitalière et l’absurdité administrative sont consignés dans la plainte contre X avec constitution de partie civile pour « délaissement ayant provoqué la mort », « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner », « discrimination » et « entrave aux soins ». « En raison de leur âge, de leur isolement ou de leur condition physique ou psychique préexistante, ces treize personnes n’ont pas eu accès à des soins adaptés qui auraient pu les sauver », explique Me Anaïs Mehiri, l’avocate qui a déposé cette plainte collective.” Les plaignants dénoncent une « stratégie » consistant, selon eux, à « laisser les personnes souffrantes à leur domicile ou dans une structure d’accueil [Ehpad] jusqu’à ce qu’elles atteignent un état de santé critique ».

#1331 vu sur lemonde.fr

France : le chiffrage des décès du Covid en France est en cours, les notions de “surmortalité” et “d’effet moisson”en disent long sur la manière dont on se représente la mort et la vie…

France. Le chiffrage des décès du Covid en France est en cours. C’est une opération complexe qui en dit long sur la manière dont on considère aujourd’hui la vie, la mort, et dont on opère toutes sortes de tri pour gérer la réalité et les représentation du passage de l’une à l’autre. Santé Publique France estime entre 25.000 et 30.000 le nombre de décès liés au Covid-19 entre le 2 mars et le 31 mai 2020, ce qui donnerait une hausse de 60% de la mortalité au pic de l’épidémie. Se pose d’abord le problème de la comptabilisation des morts à domicile et d’une partie de ceux des Ehpad qui dépendent de la cause indiqué par le médecin et qui, en l’absence de tests, est longtemps resté aléatoire. Pour obtenir ces chiffres, Santé Publique France se base sur ce que l’on appelle la hausse des décès attendus. En clair, l’agence se base sur le nombre de décès moyen des années précédentes sur une période donnée, et compare ce chiffre avec le nombre de décès en France en 2020 pendant la même période. Du 2 mars au 31 mai 2020, il y a ainsi eu entre 25.000 et 30 000 décès supplémentaires, par rapport à la moyenne des années précédentes entre ces mêmes dates. Ainsi il s’agit d’évaluer parmi les morts du Covid, combien seraient morts de toutes manières d’autre chose, comme si c’était pareil… De plus on déduit aussi ce qui est appelé “l’effet moisson”, qui concernent les personnes “déjà fragilisées”, qui seraient mortes de toutes manières mais un peu plus tard, et auxquelles le Covid n’aurait enlevé qu’un peu de vie, moissonnés un peu plus tôt, donc… Il s’agit donc d’évaluer une “sur mortalité” par rapport à ce qui aurait dû se passer sans le Covid. Les calculs peuvent donc aller jusqu’à pendre en compte les personnes qui auraient dû mourir mais ne sont pas mortes “grâce au Covid”, par exemple les accidents de la route qui ont mathématiquement baissé en lien avec l’absence de circulation liée au confinement. Avec cette dernière mesure, on passe complètement du côté du décompte assuranciel puisqu’il ne s’agit plus de compter combien de personne sont mortes du virus, mais d’élaborer un chiffre supposé représenter une réalité (?) à partir de logiques de risque, appliquées au passé et non plus à la prévision de l’avenir. Toujours est-il qu’il faudra plusieurs mois pour affiner de tels calculs.

#1347 vu sur des sources diverses

Russie : sous la pression de l’OMS, le gouvernement revoie à la hausse les chiffres des décès liés au Covid-19 en avril et mai, avec un taux de mortalité trois fois plus élevé

Russie. Le gouvernement publie de nouvelles statistiques sur les décès liés au Covid-19 en avril et mai, avec un taux de mortalité trois fois plus élevé que les données officielles précédentes. 15 277 décès liés au virus au cours de cette période de deux mois, et non plus 4 831 décès qui était jusque là le chiffre officiel. Les données antérieures n’incluaient pas les cas où le virus était présent mais n’était pas considéré comme la cause principale, mais certaines régions, y compris la capitale Moscou, ont également commencé à communiquer ces chiffres. Le gouvernement a dû remettre à jour ses chiffres sous la pression de l’Organisation mondiale de la santé qui a déclaré avoir eu des discussions avec la Russie sur la façon dont les responsables calculent le taux de mortalité, qui était jusqu’à présent bien en dessous de la moyenne mondiale. Le taux de mortalité des personnes contaminées serait de plus de 1,5 en Russie.

#1173 vu sur www.bloomberg.com

France, Toulouse : 25 urgentistes démissionnent et dénoncent le manque de moyens à l’hôpital

France, Toulouse. 25 urgentistes démissionnent et dénoncent le manque de moyens à l’hôpital. « La seule de nos revendications, celle de la sécurité de nos patients, est traitée avec le plus grand mépris », constatent les médecins. La direction du CHU de Toulouse vient de décider de suspendre les maigres moyens supplémentaires accordés pendant la crise sanitaire. « On se voit mal revenir à la situation de pénurie d’avant Covid, on est tous, à différents niveaux, à bout. On est tous fatigués, inflammables, désabusés », confie un des 25 signataires, qui préfère rester anonyme. Le mouvement pourrait s’étendre à d’autres villes.

#1154 vu sur www.lefigaro.fr

Brésil, Manaus et Boa Vista : trois bébés d’origine Yanomami sont morts du Covid19 dans des hôpitaux publics sans que leurs parents ne soient informés de ce que sont devenus leurs enfants, dont les tombes viennent d’être localisées

Brésil, Manaus et Boa Vista. Une agence de journalistes indépendants a localisé les tombes de trois bébés de l’ethnie Yanomami , deux du sous-groupe Sanöma. Les nouveau-nés sont décédés du Covid19 entre le 29 avril et le 25 mai dans les hôpitaux publics de Roraima mais leurs parents n’ont pas été informés de ce que sont devenus leurs enfants. Un quatrième bébé a subi le même sort pour un décès qui serait dû à une autre cause. Il a fallu plusieurs jours de fouille pour retrouver les corps. Les parents demandent que les corps soient retirés de la fosse commune du cimetière de Boa Vista pour les ramener au territoire indigène et pouvoir les incinérer et accomplir le rituel funéraire dans leurs villages d’origine, ce qui leur est refusé pour des raisons sanitaires.

#1080 vu sur amazoniareal.com.br

Honduras : une manifestation contre la pauvreté et la faim a été violemment réprimée à San Pedro Sula, ville la plus touchée par l’épidémie, le petit pays est submergé par les morts

Honduras. Une manifestation contre la pauvreté et la faim a été violemment réprimée à San Pedro Sula, ville du nord du pays la plus touchée par l’épidémie. Ce petit pays d’Amérique centrale est submergé par les morts. Les enterrements se font sous garde militaire. Quelques proches défient les soldats qui ont escorté le convoi funèbre dès la sortie de l’hôpital et ouvrent les cercueils scellés pour un dernier adieu au défunt. Le président du pays, lui-même hospitalisé la semaine dernière après avoir été testé positif, a reconnu que le système de santé est submergé par l’afflux de patients. Il considère que le pic de l’épidémie n’est pas atteint. Les chiffres officiels recensent 10.000 malades du coronavirus au Honduras, pays de 9 millions d’habitants, dont plus de 300 décédés. Cependant, “il faut multiplier ces chiffres par cinq, il y a 50.000 malades”, assure le secrétaire de l’Association des pompes funèbres. Dans le nord du pays où se trouve l’épicentre de l’épidémie, “ils enterrent la nuit entre dix et douze cadavres (entassés) dans des remorques”. “La morgue ne marche plus, les cadavres sont en état de décomposition, il va y avoir une large contamination”, avertit encore un responsable, qui a publié sur les réseaux sociaux une vidéo montrant 16 cadavres dans des sacs noirs, étendus sur des civières dans les couloirs.

#1036 vu sur information.tv5monde.com

Brésil : alors que le déconfinement s’étend et que l’épidémie se propage toujours le ministère de la santé efface de ses sites le nombre total des décès et ne rend public désormais que ceux des dernières 24 heures

Brésil. Alors que le monde entier s’inquiète des ravages réels de l’épidémie dans le pays, et que Bolsonaro menace de quitter l’OMS, le ministère brésilien de la santé annonce qu’il rendra public désormais uniquement le nombre des morts des dernières 24 heures. Le site internet avec les statistiques depuis les débuts de la pandémie a aussi été pour revenir en ligne le lendemain avec seulement les chiffres sur le dernier jour, sans bilan régional ni antérieur. Le Brésil fait face à une propagation rapide du nouveau coronavirus, avec un taux de mortalité exceptionnellement élevé. Il compte plus de 600 000 cas de contamination pour 35 000 décès officiels mais les méthodes de décompte sont considérées comme très lacunaires. Malgré cette situation, le gouverneur de Rio de Janeiro a annoncé l’assouplissement à partir de samedi des mesures de confinement et la réouverture partielle des bars, restaurants, centres commerciaux et la reprise de certaines activités sportives.

#0883 Source lematin.ch

Nicaragua : des associations de médecins dénoncent les mensonges du gouvernement face à l’étendue de la catastrophe sanitaire en l’absence de confinement, en particulier chez les soignants qui travaillent avec des protections de fortune

Nicaragua. Des associations de médecins dénoncent le « culte du secret » du gouvernement du président Ortega, qui a licencié un infectiologue reconnu pour avoir critiqué l’absence de mesures contre la propagation de la maladie. Les associations signataires dénoncent l’absence de mesures adéquates de protection pour les soins aux patients infectés. Beaucoup de soignants doivent acheter eux-mêmes du matériel de protection ou en improviser avec du plastique, selon le communiqué. Selon les statistiques officielles, 1118 personnes ont été contaminées, dont 46 sont décédées entre le 18 mars et le 2 juin. Cependant, une ONG qui s’appuie sur les remontées de la société civile, d’un collectif de médecin et des acteurs des réseaux sociaux, a comptabilisé 4217 cas de contaminations et « 980 décès par pneumonie ou cas suspects de COVID-19 » jusqu’au 30 mai. Le Nicaragua est le seul pays d’Amérique centrale qui n’a ni adopté de mesures de confinement, ni fermé ses frontières, ni suspendu l’école en raison de la pandémie. Au contraire, le gouvernement a encouragé les rassemblements et manifestations.

#0884 Source lapresse.ca

Inde, Mumbaï : avec plus de 37 000 infections, la ville la plus riche d’Inde est en train de devenir celle qui est la plus touchée par le virus, les hôpitaux et les morgues sont débordés

Inde, Mumbaï. Avec plus de 37 000 infections soit plus d’un cinquième du total des cas de Covid19 dans le pays, la ville la plus riche d’Inde est en train de devenir celle qui est la plus touchée par le virus, qui ravage les bidonvilles et les quartiers les plus pauvres. Les hôpitaux, les crematoriums et les morgues peinent à suivre le rythme de l’augmentation du nombre de malades à traiter et de décès. Des vidéos circulent montrant des personnes décédées allongées à côté de malades encore vivants dans l’hôpital principal de la ville, et les corps restent stockés dans les couloirs. Beaucoup de patients font la queue pendant des journées entières pour entrer à l’hôpital et un grand nombre sont refusés faute de place, et quatre hôpitaux ont été placés en quarantaine après la découverte de cas de Covid parmi le personnel.

#0831 Source urban-fusions.fr

Yemen, Aden : la situation face à la pandémie est catastrophique ; les hôpitaux, sous équipés, sont pleins et un nombre incalculable de malades qui ont des formes graves du virus meurent à domicile en quelques heures en l’absence de soins.

Yemen, Aden. La situation sanitaire face à la pandémie est de plus en plus catastrophique. Les membres du personnel médical ainsi que les proches de soignants sont gravement touchés par le virus par manque de matériel de protection, et les hôpitaux mal équipés pour répondre à la pandémie sont pleins et n’acceptent plus de patients. Médecin Sans Frontières gère le seul établissement dédié au traitement des patients Covid19. Depuis fin avril, un peu plus de 200 patients ont été admis et près de 100 sont décédés, et un nombre incalculable de malades meurent à domicile. En l’absence d’oxygénothérapie, les malades touchés par des formes graves meurent en quelques heures.

#0867 source www.nrp.org

Madagascar : depuis jeudi, le pays a enregistré 122 nouveaux cas de contamination, des corps ont été ramassés dans les rues sans que les causes des décès soient établies, le gouvernement continue à recommander une tisane “Covid Organics”

Madagascar. Depuis jeudi, le pays a enregistré 122 nouveaux cas de contamination. Des corps ont été ramassés dans les rues sans que les causes des décès soient établies. Pour rappel le gouvernement malgache préconise de consommer une tisane appelés “Covid Organics” à base d’artemisia pour lutter contre le Sars-Cov-2.

#0788 vu sur ouest-france.fr

Brésil : le pays est désormais considéré comme le deuxième pays au monde le plus touché par l’épidémie, après les États-Unis ; à Sao Paulo, des parcelles funéraires verticales sont construites dans trois cimetières pour enterrer près de 13 000 cercueils disposés verticalement.

Brésil. Le pays est désormais considéré comme le deuxième pays au monde le plus touché par l’épidémie, juste derrière les États-Unis. Les chiffres officiels donnent 330890 personnes infectées, 1 001 décès coronavirus par jour cette semaine, portant le nombre total de décès à 21 048. À Sao Paulo, la ville la plus touchée, une vidéo aérienne montre des rangées de parcelles ouvertes au cimetière de Formosa en prévision des décès du jour, et des parcelles funéraires verticales sont construites dans trois cimetières pour enterrer près de 13 000 cercueils disposés verticalement. Le nombre réel de cas et de décès est probablement beaucoup plus élevé que ne le suggèrent ces chiffres, et l’épidémie continue d’accélérer sa diffusion. Face aux incohérences de la politique de Bolsonaro, plusieurs experts de haut niveau en santé publique ont démissionné et ont été remplacés par des militaires.

#0740 Source reuters.com

Nicaragua : la presse révèle une dissimulation intentionnelle des décès liés au Covid19, alors que le président continue à minimiser l’épidémie

Nicaragua. Une enquête la presse locale et internationale a mis au jour un plan de dissimulation du nombre réel de décès du covid-19. Le président, Daniel Ortega a toujours minimisé l’ampleur de la pandémie dans le pays. Les décès sont attribués à d’autres pathologies, et des soignants et médecins relatent des voyages d’ambulance nocturnes pour enterrer clandestinement les corps des victimes. Le gouvernement se targue d’avoir contré la pandémie avec seulement 309 victimes officielles à ce jour. Une situation similaire a lieu en Tanzanie.

#0708 Source Courrier International

Tanzanie : pendant que le président dénie la réalité de l’épidémie et incite la population à ne pas porter de masques, les proches des victimes organisent des enterrements clandestins…

Tanzanie. Le gouvernement essaye de cacher le nombre de morts lié au covid-19. Des gens rapportent des enterrement en pleine nuit, à la lumière de phares de motos. Après avoir encouragé les gens à ne pas mettre de masques et à continuer à se rendre à l’église car le virus ne pourrait y entrer, le président et son gouvernement explique désormais, à propos des vidéos, que les cercueils seraient vides et que les vidéos seraient destinées à faire paniquer les tanzaniens à propos du virus. Il s’en remet à Dieu : « C’est l’heure de consolider notre foi et de continuer à prier Dieu, plutôt que de dépendre de masques sur le visage. N’arrêtez pas d’aller dans les églises et les mosquées pour prier, a-t-il déclaré en mars. Je suis sûr que c’est juste le vent qui tourne et que (le virus) disparaîtra comme d’autres avant lui ont disparu. » Le dernier décompte du nombre de victimes du covid fait état de 509 décès, mais ce chiffre officiel n’a pas bougé depuis le 29 avril.

#0688 Source Courrier international

Colombie : l’horreur gestionnaire trouve une solution pratique pour faire face à l’épidémie et invente le lit d’hôpital en carton qui se transforme en cercueil en quelques secondes.

Colombie. L’entreprise ABC Displays commercialise à Bogota un lit d’hôpital en carton qui peut se transformer en cercueil en quelques secondes. Ce lit répond à trois problématiques liées à la gestion de la pandémie : le nombre de lits d’hôpitaux disponibles, la propagation du virus et les coûts d’enterrement. Par ailleurs, en cas de décès du patient, aucun transfert du corps n’est nécessaire, limitant les contacts avec le virus. On peut donc désormais passer de la vie à la mort dans une boîte en carton.

#0661 Source fr.news.yahoo.com

Nigeria, Kano : la ville est particulièrement touchée par le virus avec 600 morts en une semaine, toute la région est concernée par cette hausse de mortalité.

Nigeria, Kano. Cela fait quelques semaines que les fossoyeurs de Kano sont dépassés par le nombre de mort qui affluent. Plus de de 600 personnes sont mortes dans la semaine dans cette ville du Nord du pays qui est particulièrement touchée. Les autorités ont commencé par attribuer ces décès à d’autres causes telles que le diabète, l’hypertension et le paludisme, mais les résultats d’une mission officielle ont finalement conclu qu’ils étaient liés, pour la plupart d’entre eux, au coronavirus. Un employé du cimetière raconte être passé de deux à quarante tombes par jours en quelques jours et les foyers de «morts mystérieuses» se multiplient dans les États voisins : Jigawa, Yobe, et dernièrement dans la ville d’Azare, dans l’État de Bauchi, où une équipe d’épidémiologistes a été envoyée après le décès concomitant de 110 personnes. Des milliers d’enfants des rues ont été renvoyés par camions dans leur village au début du confinement, et on peut craindre qu’ils aient pu disséminer le coronavirus dans les régions voisines.

#0628 Source courrierinternational.com

France : hausse journalière de 31,5% de la mortalité par rapport aux années précédentes, la mortalité a doublé en Ile de France.

France. La mortalité enregistre une hausse journalière de 31% sur l’année 2020 par rapport aux moyennes journalières entre 2000 et 2019 sur cette période de l’année. Le pic de mortalité est d’autant plus grand en Ile de France ou il à quasiment doublé. De la morgue installée à Rungis aux caissons réfrigérés installés en urgence dans les hôpitaux, l’épidémie de covid, de par sa rapidité et son ampleur, a pris de court les systèmes de gestion post mortem et a créé, comme dans de nombreux autres pays, une incapacité à disposer des corps dans des temps et des conditions acceptables.

#0495 Source Le Monde du 05/05

Brésil : hécatombe de cas et de décès, les chiffres réels seraient 12 à 18 fois supérieurs aux données du ministère de la santé

Sao Paulo

Brésil. Avec 5 901 décès et 85 380 cas confirmés jeudi 30 avril, beaucoup plus si l’on en crois d’autres observateurs, le Brésil est en train de devenir l’un des pays du monde les plus touchés au monde par le coronavirus. Selon les chiffres divulgués par le ministère de la santé, le nombre de victimes aurait doublé en un peu plus d’une semaine. Ces chiffres seraient par ailleurs fortement sous-estimés, plusieurs municipalité déclarant ouvrir des fosses communes pour gérer l’augmentation rapide des décès. Le groupe COVID-19 BRASIL, réunissant chercheurs et épidémiologiste du pays, a estimé le nombre de cas entre 1,1 et 1,6 million, soit 12 à 18 fois plus que les données du ministère de la santé. A Sao Paulo, épicentre de l’épidémie, 13 000 sépultures doivent être creusées dans les prochaines semaines pour accueillir les décès à venir, liés en particulier au coronavirus.

#0457 Source lemonde.fr

Etats Unis, New York : une soixantaine de dépouilles en décomposition retrouvées entreposées dans un camion frigorifique

Etats Unis, New York. Une soixantaine de dépouilles en décomposition ont été retrouvées entreposées dans des camions devant une entreprise de pompes funèbres de Brooklyn. Avec 17 000 morts depuis le début de l’épidémie, la ville peine à gérer la situation. Le propriétaire des pompes funèbres a indiqué au New York Times que son établissement, comme beaucoup d’autres, avait été débordé par l’afflux de corps, et avait dû en placer dans des camions, après avoir rempli sa morgue de plus de 100 cadavres. « Je n’avais plus de place », a-t-il indiqué. « On a des cadavres à ne plus savoir qu’en faire ».

#0429 leparisien.fr

Angleterre : le bilan des décès explose maintenant que sont intégrés dans les chiffres officiels les décès dans les Ehpad.

Angleterre. Le bilan des décès dus au Covid19 explose avec le décompte des décès dans les Ehpad. Le bilan de la pandémie de coronavirus au Royaume-Uni a brutalement augmenté à 26 097 morts mercredi, soit le deuxième plus lourd en Europe après l’Italie, du fait de l’inclusion des maisons de retraite, ont indiqué les services de santé.

#0422 Soucre sudouest.fr

Brésil, Manaus : la région la plus touchée du Brésil peine à gérer l’épidémie

Brésil, Manaus. Le nombre de mort ne fait qu’augmenter (207 décès dans la région de Manaus) et les cimetières peinent à suivre la cadence mortuaire. Embouteillages de corbillards, maximum de cinq personnes autorisées par enterrement, fosses communes creusées massivement par manque de place, cadavres entassés dans les camions frigorifiques, la région la plus touchée du Brésil gère difficilement l’épidémie, des lits d’hôpitaux aux places de cimetière.

#0318 Source afp.com

Turquie : la situation liée au Covid19 semble bien plus grave que ce que la propagande gouvernementale laisse filtrer

Turquie. Pendant des semaines, le président Recep Tayyip Erdogan a présenté la performance de la Turquie dans la gestion du coronavirus comme l’une des plus réussies au monde. La propagande gouvernementale censure les rapports des hôpitaux, des lieux de sépulture et les témoignages des proches en deuil. Plusieurs médecins qui se sont prononcés sur les réseaux sociaux ont été sanctionnés et 410 personnes ont été arrêtées en mars pour des posts “provocateurs et abusifs”. Les données compilées par le New York Times à partir des enregistrements de décès à Istanbul indiquent que la Turquie est aux prises avec une calamité bien plus grande du coronavirus que les chiffres et les déclarations officielles ne le suggèrent. La ville a enregistré environ 2100 décès au-delà des données “prévisibles”, du 9 mars au 12 avril, bien plus que ce que les autorités ont signalé pour l’ensemble de la Turquie pendant cette période. Même d’après les chiffres officiels, les cas confirmés en Turquie ont dépassé dernièrement le chiffre de 90 000, ce qui place la Turquie au 7ème rang des pays les plus touchés au monde, au-dessus de la Chine.

#0296 Source www.nytimes.com

Etats Unis, Detroit : le personnel du service des urgences de l’hôpital Sinai-Grace fournit à CNN des photos montrant des corps empilés les uns sur les autres dans des chambres réfrigérées ou dans des salles de repos et d’études destinées aux employés.

Etats Unis, Detroit. Le personnel du service des urgences de l’hôpital Sinai-Grace fournit à CNN des photos montrant des corps empilés les uns sur les autres dans des chambres réfrigérées ou dans des salles de repos et d’études destinées aux employés. “En réponse à cet incident, l’hôpital a décidé d’acheter des réfrigérateurs portables pour stocker les corps”, affirment deux employés des urgences. Cinq unités de stockage réfrigérées ont effectivement été vues dans le parking. Depuis, les corps s’accumulent de manière chaotique dans ces espaces. «Les corps sont clairement empilés les uns sur les autres à même le sol. Il n’y a pas de machine pour nous aider à soulever les corps et les mettre sur les étagères», explique un membre du personnel. Le porte-parole de l’hôpital considère que les personnes qui y décèdent sont traités avec respect et dignité.

#0238 Source : 20mn.ch

France : la morgue de Rungis est confiée au groupe privé OGF, leader français des services funéraires.

France. La gestion de la morgue provisoire de Rungis a été confiée par l’Etat au groupe privé OGF, leader français du marché des services funéraires – et concurrent de PFF. Selon un document révélé par l’Agence France-presse (AFP), un « forfait de six jours » à 159 euros est prévu par OGF pour « l’admission et le séjour en condition de conservation du cercueil fermé et scellé ». En cas de dépassement du délai légal de six jours – récemment étendu à vingt et un jours par décret – pour inhumer un défunt, dépassement fréquent ces temps-ci, « la journée supplémentaire est facturée 35 euros ». En outre, un espace de recueillement est à la disposition des familles au prix de 55 euros pour « une heure maximum ».

#0119 Source : Le Monde du 08/04

Royaume Uni, Oxford. Des travaux ont commencé dans la base militaire désaffectée de la RAF Upper Heyford, dans l’Oxfordshire, au Royaume-Uni.

Royaume Uni, Oxford. Des travaux ont commencé dans la base militaire désaffectée de la RAF Upper Heyford, dans l’Oxfordshire, au Royaume-Uni. Deux hangars sont d’ores et déjà prêts à stocker chacun 600 corps, mais le lieu pourrait être agrandi pour accueillir plus de 5.000 corps, d’après un ouvrier travaillant sur ce chantier.

#0072 Paru sur sudinfo.be le 6 avril 2020

Royaume Uni, Londres : une immense morgue est en cours de construction dans l’est de Londres

Royaume Uni, Londres. Une immense morgue est en cours de construction dans l’est de Londres, Low Hall Depot à Leyton, sur un site précédemment utilisé pour stocker les camions à ordures. Ceux qui habitent et travaillent à proximité ne sont pas informés de l’usage prévu pour ces nouveaux bâtiments.
Une autre morgue, de la taille de deux terrains de football, est en cours d’aménagement à Newham, sur un terrain forestier à proximité du crématorium et du cimetière de la ville de Londres

#0079 Paru sur news24.fr le 04 avril 2020

Equateur : le pays peine à enterrer ses morts, alors que les corps continuent de s’accumuler.

Equateur. L’Equateur peine à enterrer ses morts, alors que les corps continuent de s’accumuler. L’Etat se prépare à ouvrir un “camp pour les morts” alors que le pays connait la crise du COVID la plus grave d’Amérique Latine. Les morgues et hôpitaux du pays arrivent à saturation et les corps sont déposés dans les rues.

#0020 Source Al-Jazeera en avril 2020

Des conteneurs réfrigérés utilisé comme morgues temporaires en Equateur

Équateur, Guayaquil. Le gouvernement de l’Équateur a commencé à utiliser des conteneurs réfrigérés comme morgues temporaires en raison du nombre croissant de décès qui dépassent la capacité des hôpitaux de Guayaquil, épicentre du coronavirus dans le pays andin. L’Équateur a confirmé samedi que quelque 318 personnes sont mortes de contagion et de suspicion de coronavirus, mais le président Lenín Moreno a déclaré que jusqu’à 100 corps sont collectés par jour.

#0094 Source : breakingnews.fr

France, Jossigny. Des camions frigorifiques stationnent 24h/24 à proximité de l’entrée de la morgue de l’hôpital de Jossigny

France, Jossigny. Des camions frigorifiques stationnent 24h/24 à proximité de l’entrée de la morgue de l’hôpital de Jossigny. En milieu de semaine, deux camions sont arrivés et, depuis ce matin, vendredi 3 avril, les corps de victimes du coronavirus commencent à s’y entasser, faute de place dans la chambre mortuaire de l’établissement.

#0074 Paru sur magjournal77.fr vendredi 3 avril 2020

France, Ile de France. Réquisition d’un batiment de Rungis.

France, Ile de France. Face au grand nombre de décès survenus et à venir en Ile-de-France à cause du coronavirus, la préfecture de police de Paris a pris la décision de réquisitionner un bâtiment du marché de Rungis, dans le Val-de-Marne, pour le transformer en morgue. Les premiers cercueil seront accueillis le 3 avril. Lors de la canicule de l’été 2003, un entrepôt réfrigéré de Rungis avait déjà été réquisitionné, pour faire face au grand nombre de décès. Il s’agissait d’un lieu fermé de 4000 mètres carrés où la température ne dépasse pas les 5°C.

# 0023Paru sur BFM le 2 avril 2020

France : environ 9000 décès à domicile ne seraient pas comptabilisés dans les bilans nationaux

France. Environ 9 000 décès à domicile du Covid-19 ne sont pas comptabilisés dans les bilans nationaux, chiffre induit par le nombre très réduit de tests effectués, selon le syndicat des médecins généralistes. Ce chiffre vient d’une enquête menée auprès de plus de 2 300 généralistes sur l’occurrence, parmi leurs patients, de décès dus au Covid-19. Comme les tests ne sont pas effectués, il ne s’agit que de “suspicion” de la maladie.

#0371 Source francetvinfo.fr

Etats Unis : à New York, des détenus inhument les corps des malades décédés du Covid19 sur Hart Island

Etats Unis, New York. L’état de New York “offre” aux prisonniers de la Rikers Island jail 6$ de l’heure (!) et une garantie d’avoir des EPI pour creuser des fosses communes sur l’île d’Hart. Cette île avait déjà été identifiée en 2008 comme une zone de mise en terre en cas d’afflux de corps en cas d’éventuelle pandémie. Cependant l’espace d’inhumation y est limité et ne pourrait pas accueillir les 50.000 à 200.000 corps attendus.

#0107 Source : theintercept.com le 31/03/2020

France. Le transport et la mise en bière d’un cadavre peuvent être réalisés sans déclaration préalable

France. Le transport et la mise en bière d’un cadavre peuvent être réalisés sans déclaration préalable, les délais d’inhumation peuvent ne pas être respectés par les pompes funèbres, il est désormais intégré dans la loi qu’un cadavre puisse être mis “dans un dépositoire” (et donc non plus seulement un crématorium ou lieu habituel) jusque six mois.
Ce décret est complété le 1er avril 2020 par le décret n°2020-384 qui interdit définitivement les soins de conservation et les toilettes mortuaires des corps des morts du coronavirus.

#0040 Source : décret n° 2020-352 portant adaptation des règles funéraires

Espagne, Madrid: les militaires sont chargés de pénétrer dans les chambres de l’hôpital et d’emporter les cadavres des malades qui s’y trouvent

Espagne, Madrid. Les militaires sont chargés de pénétrer dans les chambres de l’hôpital et d’emporter les cadavres des malades qui s’y trouvent (et ainsi de libérer des lits), avant de les transporter vers ce qui est devenu la nouvelle grande morgue de Madrid : la patinoire.

#0075 Sourcer libération.fr le 24 mars 2020