Etats-Unis : les responsables des usines Tysons Foods ont parié sur le nombre de cas positifs parmi leurs salariés après avoir contraint un salarié malade à venir travailler

Etats Unis, Iowa. En avril, les responsables de l’usine de traitement de viande Tyson Foods (qui se présente comme “une entreprise familiale”) pariaient sur combien de leurs employés seraient testés positifs au Covid-19. Plus de 1.000 employés ont contracté le virus dans l’usine, certains d’entre eux ont porté plainte. L’entreprise est aussi accusée d’avoir incité les ouvriers malades à continuer à se rendre à l’usine en pleine pandémie à travers un système de primes, en appelant à la “responsabilité” des employés pour que les Américains “ne meurent pas de faim”. Le pari en question a été organisé après qu’un ouvrier positif au covid a vomi sur la chaine de montage et a été contraint de rester travailler. Les responsables mis en cause ont été suspendus quand l’affaire a été rendue publique.

#1723 vu sur clicanoo.re

A Montréal, le nombre de personnes sans abris serait passé de 700 à 1000 depuis la crise sanitaire, un campement s’est installé dans la ville

Canada, Montréal. Un campement de personnes sans-abri, dont certaines à la rues depuis l’épidémie, s’est installé dans la ville. La mairie considère qu’il s’agit d’un phénomène nouveau, lié au contexte de la pandémie. Il estime que la crise sanitaire aurait fait passé le nombre de sans abri de 700 à 1000. Les personnes qui se sont installées au centre ville sont soit sans solution de logement, soit ont refusé les “solutions” d’hébergement d’urgence proposées.

#1722 vu sur information.tv5monde.com

France, Argenteuil : depuis dix jours, de nombreux affrontements contre les forces de l’ordre ont lieu dans le quartier de la Zup avec des tirs de mortiers et de projectiles divers

France, Argenteuil. Depuis dix jours, de nombreux affrontements contre les forces de l’ordre ont lieu dans le quartier de la Zup à Argenteuil. La préfecture annonce deux policiers blessés et l’arrestation de sept personnes dont six mineurs. Des policiers sont quotidiennement visés par des tirs de mortier et des projectiles divers. Ces manifestations émeutières pourraient avoir un lien avec la mort de Sabri, décédé le 17 mai dernier dans un accident de moto-cross à Argenteuil impliquant des policiers. Le jeune homme aurait dû fêter ses 19 ans la semaine dernière. Sur les réseaux sociaux, des appels à mener des actions contre les forces de l’ordre ont circulé. La préfecture du Val-d’Oise a annoncé qu’elle allait prendre un arrêté préfectoral interdisant, la vente, le transport et l’utilisation de feux d’artifices et de pétards sur la voie publique.

#1676 Source actu.fr

France, Bourg en Bresse : des manifestations émeutières et des affrontements avec les forces de l’ordre ont eu lieu dans un quartier populaire de la ville

France, Bourg en Bresse. Des manifestations émeutières et des affrontements avec les forces de l’ordre ont eu lieu dans un quartier populaire de la ville. Entre 25 et 30 jeunes seraient impliqués d’après les voisins (qui ont manifestement joué le rôle de délateurs d’après ce qu’en dit la presse). Comme à Oyonnax, la police a été prise à partie dès son arrivée sur place et a répondu avec des tirs de flashball. « La consigne était de répondre avec fermeté », confirme la préfecture. Au moins 5 voitures ont été brûlées et sont littéralement détruites, avec à chaque fois le même procédé : un parpaing pour casser une vitre, de l’essence pour alimenter le feu et un bâton de feu d’artifice jeté dans l’habitacle.

#1643 Source Leprogres.fr

France : plusieurs associations de travailleurs et travailleuses du sexe alertent sur les conséquences de ce second confinement sur leurs conditions de vie et de travail

France. Un communiqué commun signé par plusieurs associations qui défendent les droits des travailleurs-ses du sexe alerte sur les conditions de vie des travailleurs et travailleuses du sexe en ce début de second confinement en France. « Depuis l’instauration du confinement, les TDS sont une nouvelle fois confrontés-es à l’impossibilité de poursuivre leur travail. Ces restrictions engendrent une précarisation extrême de ces personnes déjà vulnérabilisées. Nos associations réclament des mesures de l’État, dont l’indifférence actuelle met en danger les vies des TDS ». En effet les TDS se retrouvent pour la plupart sans ressources. Le communiqué demande la mise en place d’un fonds d’urgence, un moratoire sur les amendes, la pénalisation des clients et les arrêtés anti-prostitution pris par les municipalités, la régularisation des travailleurs-ses du sexe sans-papiers sans quoi il est impossible d’accéder au travail dans l’économie formelle.

#1656 Source seronet.info

France : les expulsions de bidonvilles s’accélèrent, c’est le cas d’un campement de 400 personnes expulsé à Saint Denis

France. A l’approche de la trêve hivernale, les expulsions de bidonvilles s’accélèrent, comme à Saint Denis où un campement de quatre-vingt baraquements où vivaient environ quatre cent personnes a été expulsé le 22 octobre. La crise sanitaire ne change rien, voire accélère plutôt les procédures.

#1632 Source Lemonde.fr

Nigéria : la révolte a gagné la plupart des grandes villes, avec de nombreuses manifestations émeutières, deux des plus grandes prisons du pays ont été attaquées

Nigéria. La révolte contre le gouvernement a gagné la plupart des grandes villes du pays, dont la capitale politique Abuja. La répression s’est avérée très violente et selon plusieurs sources indépendantes, au moins plus de 100 personnes ont perdu la vie depuis les premiers heurts entre manifestants et forces de l’ordre. Au cours des manifestations émeutières, deux des plus grandes prisons du pays ont été attaquées, dont la prison d’Ikoyi, en plein cœur d’un quartier riche de la ville. Des détenus ont été libérés, des commissariats et des banques ont été attaqués et beaucoup de pillages ont eu lieu. L’unité de police SARS, mise en cause par les manifestants, a été dissoute. Des bandes de manifestants continuent à circuler dans les grandes villes du pays.

#1633 Source www.connectionivoirienne.net

Corée du Sud, Séoul : un syndicat dénombre quatorze livreurs morts de surmenage cette année parce qu’ils ont dû gérer un volume de colis nettement plus élevé en raison de la pandémie de coronavirus

Corée du Sud, Séoul. Un syndicat dénombre quatorze livreurs qui sont morts de surmenage cette année parce qu’ils ont dû gérer un volume de colis nettement plus élevé en raison de la pandémie de coronavirus, le dernier décès ayant eu lieu cette semaine avec le décès d’un employé de CJ Logistics Corp qui s’est effondré alors qu’il faisait une courte pause entre deux courses. Un livreur s’est aussi récemment suicidé après avoir laissé une note sur les conditions difficiles dans lesquelles il avait travaillé. Ces décès sont décrits comme «kwarosa» par les familles, un terme coréen utilisé pour désigner la mort subite due à une insuffisance cardiaque ou à un accident vasculaire cérébral résultant d’un travail acharné. L’entreprise, qui compte 20 000 livreurs, a présenté des excuses publiques pour la mort de cinq de ses employés, promettant d’améliorer les conditions de ses coursiers et d’indemniser les familles. Le gouvernement envisage de réglementer davantage les conditions de travail des livreurs, mais la plupart des contrats signés par les travailleurs le sont avec des agents indépendants qui agissent comme intermédiaires, plutôt qu’avec l’entreprise elle-même, les laissant hors du droit du travail.

#1625 vu sur www.straitstimes.com

Lybie, Tripoli : un migrant nigérian qui travaillait dans une usine de la banlieue de Tripoli a été aspergé d’essence et brûlé vif par trois hommes

Lybie, Tripoli. Un migrant nigérian, qui travaillait dans une usine de Tadjourah, en banlieue de Tripoli, a été aspergé d’essence et brûlé vif par trois hommes. Trois autres migrants ont été blessés. Depuis le début de l’année 2020, environ 200 migrants sont morts dans ce pays et au moins 175 autres ont disparu en mer Méditerranée, selon des chiffres de l’OIM.

#1591 Source www.infomigrants.net

Etats-Unis, New-York : une manifestation contre les expulsions locatives a lieu après que le gouverneur a refusé de prolonger la trêve

Etats Unis, New York. Une manifestation a lieu pour protester contre les expulsions locatives le jour où le gouverneur a refusé de prolonger la trêve des expulsions liée à la pandémie. A la place, il a signé un décret qui étend les protections aux locataires menacés d’expulsion avant la pandémie en vertu de la législation connue sous le nom de Tenant Safe Harbor Act, en vigueur avant la pandémie, qui ne constitue pas du tout un moratoire des expulsions puisque les locataires ne doivent pas avoir de dettes de loyer pour en bénéficier. Les manifestations ont visé spécifiquement les bureaux des deux leaders législatifs de l’État, le chef de la majorité au Sénat, Andrea Stewart-Cousins, et le président de l’Assemblée, Carl Heastie, situés dans le centre ville. Les manifestants ont simulé une expulsion en mettant des meubles dans la rue et 16 personnes ont été arrêtées.

#1566 Source gothamist.com

Etats-Unis : le CIVVL, un “Uber des expulsions” propose de participer à des expulsions locatives en freelance

Etats Unis. Le Civvl, un “Uber des expulsions”, propose de réaliser des expulsions locatives en freelance. S’appuyant sur l’observation que «Les expulsions sont les prestations qui connaissent la plus forte croissance, en raison du Covid-19», cette application propose de jouer les huissiers ou les déménageuses en free-lance, pour déloger des locataires qui n’auraient pas payé leur loyer. Le business plan de l’entreprise OnQall qui possède cette application et propose l’ubérisation de toutes sortes de services, s’appuie sur le fait que des milliers d’huissiers et de déménageurs sont nécessaires afin d’exécuter les procédures d’expulsion qui se multiplient dans le pays, et de résoudre ce nouveau besoin avec la flexibilité d’une sous-traitance où chacun reste son propre patron. La hausse du chômage devrait, selon ses prévisions, pousser de plus en plus de pauvres à rechercher ce genre d’emploi pour pouvoir continuer à payer leur propre loyer…

#1556 Source www.korii.slate.fr

France, Biarritz : la mairie stigmatise “les punks à chien, qui sont des marginaux extrêmement dangereux qui viennent des pays de l’Est ou de Roumanie et qui créent de l’insécurité” et ferme un accueil de jour pour SDF

France, Biarritz. La mairie de la ville veut fermer le Point Accueil Jour (PAJ) pour les sans-abris pour “des raisons de sécurité” et veut ouvrir à la place un accueil pour les femmes victimes de violences. A l’occasion de cette annonce, la maire affirme qu’elle veut “faire la différence entre le SDF “traditionnel” si je peux dire, parce que je n’aime pas ce terme, de certains punks à chien, qui sont des marginaux extrêmement dangereux qui viennent des pays de l’Est ou de Roumanie et qui créent de l’insécurité. Donc le traitement de ces populations sous l’appellation SDF ne doit pas être le même”.

#1555 Source Francebleu.fr

Grèce, Samos : un incendie s’est déclaré dans le centre d’accueil et d’identification des demandeurs d’asile sur l’île de Samos, qui enferme environ 6 000 migrants

Grèce, Samos. 10 jours après l’incendie qui a ravagé le camp de la Moria à Lesbos, un incendie s’est déclaré dans le centre d’accueil et d’identification des demandeurs d’asile sur l’île de Samos, qui enferme environ 6 000 migrants. Trois conteneurs ont pris feu dans la zone réservée aux jeunes. Les camps de demandeurs d’asile en Grèce sont confinés depuis la mi-mars pour cause du Covid-19 alors que le reste du pays est retourné à la normalité début mai. Cette situation a fait monter les tensions surtout dans les camps surpeuplés sur les îles où le nombre des cas de nouveau coronavirus n’était toutefois que quelques dizaines jusqu’au début septembre. Selon les autorités, 21 cas du Covid-19 ont été détectés dans le camp de Samos jusqu’ici.

#1546 vu sur lefigaro.fr

France, Marseille : 28 personnes ont été évacuées et hébergées temporairement dans un gymnase de la ville et un homme a perdu la vie dans un violent incendie qui s’est déclaré sur un terrain vague du 12ème arrondissement où un campement rom était installé.

France, Marseille. 28 personnes ont été évacuées et hébergées temporairement dans un gymnase de la ville et un homme a perdu la vie dans un violent incendie qui s’est déclaré sur un terrain vague du 12èùe arrondissement où un campement rom était installé.

#1543 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France : la ministre déléguée au Logement soutient un projet de loi qui devrait rendre bien plus rapides les procédures d’expulsion des squatteurs

France. La ministre déléguée au Logement soutient un projet de loi qui devrait rendre bien plus rapides les procédures d’expulsion des squatteurs. Après constatation du squat, les propriétaires devront déposer une plainte auprès du préfet en prouvant qu’ils sont les occupants légaux des lieux. Le préfet devra alors répondre à la demande sous 48 heures. Ensuite, le représentant de l’État informera les squatteurs et leur donnera 24 heures pour quitter les lieux. Il est aussi prévu de renforcer les peines encourues par les squatteurs qui seraient désormais fixées à 3 ans de prison.

#1535 vu sur rtl.fr

France, Calais : la distribution de repas aux migrants par les associations non-mandatées est interdite en raison de “troubles à l’ordre public” et du “non-respect des gestes barrière”

France, Calais. Sur instruction de Gérald Darmanin, le préfet interdit la distribution de repas aux migrants par les associations non-mandatées en raison de “troubles à l’ordre public” et du “non-respect des gestes barrière”. Les associations qui donnent des repas aux migrants protestent contre cette “mesure indigne” qui va priver de nourriture la plupart des migrants dont les conditions de survie empirent avec les nombreuses évacuations de campement qui ont lieu actuellement dans la région. Cette annonce fait suite à une réunion avec la maire de la ville qui demande des mesures dissuasives et répressives contre les migrants. Depuis sa nomination au ministère de l’Intérieur, Darmanin multiplie les opération de “démantèlement” des campement de migrants, comme le démantèlement zone des Dunes, puis autour du complexe Calypso. Il a aussi confirmé l’arrivée de trente nouveaux policiers, qui s’ajoutent à la compagnie de CRS supplémentaire arrivée cet été.

#1512 vu sur www.lavoixdunord.fr

Ouganda, Kampala : la pandémie de COVID-19 et la fermeture des écoles poussent des famille à faire travailler leurs enfants dans les carrières de pierre

Ouganda, Kampala. La pandémie de COVID-19 et la fermeture des écoles poussent des familles ougandaises à faire travailler leurs enfants dans les carrières de pierre. À Kasokoso, un bidonville en périphérie de la capitale, des centaines d’Ougandais travaillent dans des carrières de pierre, avec un salaire d’environ un dollar par jour. Les enfants même très jeunes sont désormais aussi au travail. Les carrières étant détenues par des groupes privés, le travail n’y est quasiment pas réglementé.

#1508 vu sur fr.africanews.com

Etats Unis : des livreurs Amazon suspendent des smartphones dans les arbres à proximité des stations de livraison de l’entreprise pour avoir une longueur d’avance sur leurs concurrents

Etats Unis. Des livreurs Amazon suspendent des smartphones dans les arbres à proximité des stations de livraison de l’entreprise pour avoir une longueur d’avance sur leurs concurrents. Il s’agirait de profiter de la proximité des combinés avec la station, associée à un logiciel qui surveille constamment le réseau d’expédition d’Amazon, devancer d’une fraction de seconde d’autres livreurs potentiels. Des livreurs se sont plaints de ce qu’ils considère comme un trucage du système d’expédition de livraison de l’entreprise car c’est le nombre de course accomplie qui conditionne leur salaire. Il s’agit donc d’être le plus proche possible du lieu de stockage pour se voir attribuer la livraison. Il s’agit en fait de prendre de vitesse l’algorithme d’Amazon pour répartir les courses. Dans la région de Chicago, les livreurs de Whole Food sont en concurrence pour les offres instantanées à livraison rapide, qui nécessitent une réponse immédiate et prennent généralement entre 15 et 45 minutes. Les offres instantanées sont envoyées par un système automatisé qui détecte les conducteurs à proximité via leurs smartphones. Lorsque les livreurs voient une offre instantanée, ils n’ont que quelques minutes pour accepter la livraison ou la perdre au profit d’une autre personne. Les téléphones dans les arbres semblent servir de dispositifs maîtres qui acheminent les itinéraires vers plusieurs conducteurs à proximité sur la parcelle, selon les conducteurs qui ont observé le processus. Amazon fait même l’hypothèse qu’un intermédiaire organiserait ce type service pour plusieurs chauffeurs à chaque fois. La mise en place de systèmes aussi complexes montrent comment la concurrence entre employés devient féroce, et d’autant plus en période de crise sanitaire et sociale.

#1493 vu sur www.bloomberg.com

Argentine : une mobilisation des livreurs devant le commissariat où l’un d’entre eux était détenu après avoir été frappé par un policier parce qu’il était vénézuélien, a permis d’obtenir sa libération

Argentine. Une mobilisation des livreurs, dont des livreurs en lutte de l’assemblée nationale des livreurs, devant le commissariat où l’un d’entre eux était détenu par la police, a permis d’obtenir sa libération. Il avait été délibérément attaqué par un policier alors qu’il traversait la rue pour une course. La xénophobie ambiante pourrait expliquer cette agression puisque le policier a commencé à le prendre à partie à propos de ses origines vénézuéliennes, avant de sortir son arme et de la pointer sur lui. Il a ensuite sorti une matraque et s’est mis à le frapper brutalement à la tête, ouvrant une importante plaie hémorragique. Les livreurs se sont mobilisés devant le commissariat 5A du quartier d’Almagro, CABA, en criant de «liberté maintenant», «assez de brutalité policière»; “Assez de violence policière.”

#1478 vu sur www.laizquierdadiario.com

Etats Unis, New York : des résidents d’un quartier riche menacent de poursuivre la ville parce que des milliers de sans-abri ont été placés dans des hôtels dont certains de luxe

Etats Unis, New York. Les résidents de l’Upper West Side de New York, quartier huppé de la ville, menacent de poursuivre la ville parce que des milliers de sans-abri ont été placés dans des hôtels de luxe en raison de la crise sanitaire. À l’heure actuelle, plus de 13 000 sans-abri sont effectivement hébergés dans 139 hôtels de la ville, dont trois hôtels de luxe – Le Belleclaire, Le Lucerne et Le Belnord – dans l’Upper West Side. Des habitants de ces quartiers riches agitent le fantasme d’une augmentation de la criminalité, de la drogue, et de la prostitution, prétendant même qu’il s’agit de délinquants sexuels dangereux. Ils demandent que les sans abris soient hébergés exclusivement dans des quartiers pauvres (où ils considèrent sans doute que la délinquance sexuelle est la norme… )

#1474 vu sur www.dailymail.co.uk

Etats Unis, Hollywood : des manifestants entourent les tentes d’un campement de sans abris pour empêcher son” nettoyage” par les forces de l’ordre dans le cadre du programme CARE, et bloquent les rues aux alentours

Etats Unis, Hollywood. Des manifestants entourent les tentes pour empêcher “le nettoyage” d’un campement de sans abris et bloquent les rues aux alentours. Le mois dernier, les autorités de Los Angeles ont relancé une initiative à l’échelle de la ville intitulée le “programme CARE” qui implique le nettoyage des rues où résident des sans-abri. Le processus oblige les personnes non logées à déplacer leurs tentes et leurs effets personnels jusqu’à ce que le nettoyage soit terminé, ce qui peut durer quelques heures ou une journée entière et implique des opérations de police importantes et le plus souvent la destruction des tentes. Les membres du groupe Services not Sweeps sont descendus dans les rues autour d’Hollywood en brandissant des banderoles avec les slogans: «Vos “balayages” sont violents. Nous ne resterons pas silencieux ”.

#1473 vu sur www.dailymail.co.uk

Bosnie-Herzégovine, Bihac : un millier de migrants enfermés dans un camp géré par l’ONU à la frontière avec la Croatie, ont manifesté contre le tabassage d’un migrant installé hors du camp, les autorités ont dépêché des forces de police spéciales

Bosnie-Herzégovine, Bihac. Des migrants bloqués dans la région de la Krajina, à la frontière de la Croatie, et enfermés dans le camp de Lipa géré par l’ONU ont manifesté en réaction au passage à tabac d’un migrant “sans-abri”, c’est-à-dire vivant en dehors du camp de tentes. Ils sont environ 2500 dans ce cas. Les autorités ont dépêché des forces de police spéciales pour réprimer la révolte d’un millier de migrants. Le personnel de l’Organisation internationale pour les migrations, qui gère les sept camps de migrants en Bosnie, s’est retiré du camp avant l’arrivée de la police spéciale. Les agents ont tiré plusieurs coups de semonce en l’air pour calmer les troubles des migrants qui lançaient des pierres. Un peu partout dans le pays la tension monte et les forces de l’ordre interviennent contre les migrants qui sont nombreux à y être bloqués par la crise sanitaire. Les frontières ont aussi été renforcées pour empêcher de nouveaux migrants d’arriver. La Croatie ayant renforcé ses frontières et érigé des clôtures, les migrants qui veulent passer d’Asie en Europe se retrouvent très nombreux à être bloqués en Bosnie et la situation dégénère. Dans deux autres camps à Bihac, enfermant chacun plus de 1000 hommes célibataires, huit migrants ont été testés positifs au coronavirus cette semaine. C’est la première fois que des infections ont été détectées dans les installations enregistrées par l’OIM en Bosnie. Deux d’entre eux se sont échappés de l’isolement et avaient fui, ce qui a causé des manifestations d’hostilité de la population locale, avec la création de “groupes d’autodéfense” qui menacent les migrants, en particulier ceux qui vivent hors des camps. Les autorités de la Krajina ont décidé la semaine dernière d’empêcher toutes les nouvelles arrivées de migrants et refoulent désormais tous les migrants. Sont également interdits le transport des migrants dans les trains, les bus ou les taxis, les rassemblement dans les lieux publics et les habitants n’ont pas le droit de louer ou de fournir un logement aux migrants. A la suite de ces mesures, les forces de police des régions adjacentes ont commencé à empêcher les migrants de retourner dans leurs zones. Plusieurs centaines de personnes, y compris des femmes et des enfants, ont été débarqués de bus ou de trains et laissées piégées sur une route près de la ville de Bosanska Otoka sans accès à de la nourriture ou à un abri.

#1469 vu sur apnews.com

Grèce, Lesbos : une soixantaine de détenus du camp de la Moria ont entamé une grève de la faim

Grèce, Lesbos. Une soixantaine de détenus du camp de la Moria ont entamé une grève de la faim. Ils sont enfermés depuis 174 jours pendant lesquels leur expulsion était de fait impossible à cause de la situation sanitaire. Du 5 au 8 avril de cette année, les détenus ont tenté de faire une grève de la faim qui a cessé après qu’une unité spéciale de la police a violemment interrogé les grévistes et frappé plusieurs d’entre eux dans des conditions qu’on ne connaît pas vraiment étant donné que la peur empêche les migrants de s’exprimer. A la Moria, les tentatives de suicide sont presque hebdomadaires. Le 6 janvier, un détenu iranien de 31 ans s’est suicidé après avoir été détenu à l’isolement et se voir refuser l’accès aux soins psychosociaux. Sa mort a déclenché une enquête criminelle sur le personnel et les services de l’établissement. Les passages à tabac – parfois proches de la torture – sont devenus une routine et ceux qui s’expriment sont menacés de violentes représailles.

#1483 vu sur enoughisenough14.org

France, Vitry-sur-seine : le bidonville du Parc des Lilas, où vivaient quelques 300 personnes, a été évacué et démoli par les forces de l’ordre

France, Vitry-sur-seine. Le bidonville du Parc des Lilas, où vivaient quelques 300 personnes, a été évacué et démoli par les forces de l’ordre. Les 300 personnes qui y vivaient, venant de Roumanie, de Moldavie ou d’Ukraine, avaient pour la plupart, fui quelques heures plus tôt et seules deux familles ont été prises en charge par les services sociaux et relogées très provisoirement (pour 7 jours) en hôtel. Pour bénéficier d’une telle “mise à l’abri”, il faut répondre à des critères très spécifiques : “avoir des enfants de moins de trois ans, être enceinte ou présenter une vulnérabilité apparente, être présent le jour de l’expulsion.” Et au bout d’une semaine, la prise en charge cesse… Selon l’association Romeurope, d’autres bidonvilles devraient être la cible d’expulsion « avant la fin de l’été », notamment à Drancy, Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Champs-sur-Marne, Noisiel (Seine-et-Marne) et Savigny-sur-Orge (Essonne).

#1459 vu sur actu.fr

France, Poissy : le local de l’association d’insertion LP Corneille a été détruit à la voiture-bélier

France, Poissy. Le local de l’association d’insertion LP Corneille a été détruit par une voiture-bélier. Le véhicule a été incendiée après avoir été encastré dans l’établissement. Cette association est spécialisée dans l’aide aux familles en difficulté et le domaine de l’insertion pour les personnes peu qualifiées.

#1465 vu sur www.leparisien.fr

Liban : les travailleuses domestiques faut aussi partie des nombreuses victimes collatérales de l’explosion du port de Beyrouth, à la rue sans ressources ni secours

Liban. Très touchées par la crise sanitaire à cause de leur statut, en particulier la kafala qui les fait dépendre entièrement de leurs employeurs, les travailleuses domestiques faut aussi partie des nombreuses victimes collatérales de l’explosion du port de Beyrouth. Un très grand nombre d’entre elles se retrouvent à la rue sans ressources ni secours. Elles sont nombreuses à faire partie des victimes directes, en particulier des femmes originaires des Philippines, dont les services sont très prisés par la bourgeoisie libanaise, dont beaucoup résident du côté d’Achrafieh, un quartier relativement aisé de Beyrouth, touché de plein fouet par l’explosion. Comme elles n’ont pas de papiers d’identité et ne sont répertoriées nulle part, elles ne sont pas recherchées et leur mort peut passer inaperçue. Après l’explosion du port, 300.000 personnes se sont retrouvées sans domicile. De nombreuses familles libanaises ont quitté Beyrouth pour s’installer temporairement dans les montagnes, chez des proches ou dans leur résidence secondaire, sans nécessairement emmener leur domestique avec elles. Celles qui continuent à travailler voent leurs rations de nourriture réduites jusqu’à souffrir de la faim. Les associations caritatives manquent de ressources et privilégient les nationaux : sur les murs de certains dispensaires de Bourj Hammoud, on commence d’ailleurs à voir apparaître des panneaux «Lebanese only» Depuis le début du mois de juin, plusieurs dizaines d’Éthiopiennes dorment dans la rue devant le consulat, à Hazmieh, au sud de Beyrouth. Renvoyées par leurs employeurs, elles arrivent chaque jour plus nombreuses, laissées sur le bord du trottoir par des taxis, avec ou sans valise. Une cinquantaine de Kényanes manifestent régulièrement devant le consulat, tandis que la Sûreté générale les menace d’emprisonnement si elles venaient à contacter des associations pour parler de leur situation.

#1461 vu sur www.slate.fr

Inde : des millions de travailleurs, en particulier dans le secteur de la santé, sont en grève pour protester contre les nouvelles mesures du gouvernement dans le contexte d’une hausse continue du nombre de cas de Covid

Inde. Des millions de travailleurs indiens sont en grève pour protester contre les nouvelles mesures du gouvernement dans le contexte d’une hausse continue du nombre de cas de Covid, en particulier des travailleurs sans contrat permanent des organismes de l’État – principalement des acteurs de santé publique agréés (ASHA). Ces grèves associent des exigences concernant leur protection sanitaire, les conditions de travail et le paiement des salaires à des demandes d’aide d’urgence alimentaire. Selon des responsables syndicaux, le gouvernement craint la propagation de ce mouvement et la police a arrêté et détenu des grévistes dans de nombreux États. Une grève massive des femmes qui travaillent dans l’usine JNS Instruments commence aussi à Manesar. Sur l’ensemble du territoire, 10 millions de travailleurs seraient en grève à l’heure actuelle.

#1453 vu sur www.wsws.org

Colombie, Bogota : la crise sanitaire et le confinement, interminable en Colombie, aggravent la pauvreté des habitants qui sont de plus en plus nombreux à devoir s’installer sur des terrains inoccupés

Colombie, Bogota. La crise sanitaire et le confinement, interminable en Colombie, aggravent la pauvreté des habitants qui sont de plus en plus nombreux à devoir s’installer sur des terrains inoccupés faute d’argent pour se loger, et les bidonvilles se développent de jour en jour dans la capitale. Le covid s’y répend à toute vitesse, en l’absence de mesures de protection sanitaires, qui sont impossibles à tenir dans ces conditions.

#1458 vu sur liberation.fr

Rwanda, Ouganda : ces deux pays qui avaient imposé un confinement strict avec des mesures extrêmement punitives menacent d’instaurer à nouveau un confinement strict face à une nouvelle augmentation des cas

Rwanda, Ouganda. Ces deux pays d’Afrique de l’est qui avaient imposé un confinement strict pour lutter contre le Covid-19 connaissent une nette augmentation de cas positifs au virus. « Un grand nombre de nouveaux (malades) du Covid-19 dans le pays sont infectés dans les espaces publics et les marchés et boutiques », a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué publié dimanche soir. Les autorités ont fait savoir qu’elles n’excluaient pas un nouveau confinement total, aussi strict que celui qui avait été mis en place le 22 mars dernier, possibilité qui inquiète les habitants.

#1457 vu sur afrique.lalibre.be

Qatar : un nouveau rapport montre que la pratique des salaires impayés est généralisée dans au moins 60 entreprises du Qatar qui emploient presque exclusivement des travailleurs étrangers

Qatar. Un nouveau rapport d’Human Rights Watch montre que la pratique des salaires retenus et impayés, ainsi que d’autres abus de rémunération, est persistante et généralisée chez au moins 60 employeurs et entreprises du Qatar, qui emploient en grande majorité des travailleurs étrangers (95 % de la main-d’œuvre totale au Qatar). Le rapport intitulé « Comment peut-on travailler sans être payé ? :Abus salariaux subis par les travailleurs migrants avant la Coupe du monde de la FIFA 2022 au Qatar » étudie en particulier ce qui concerne les travaux liés à la coupe du monde de foot de 2022. En 2017, le gouvernement avait promis auprès de l’Organisation internationale du travail (OIT) de protéger les travailleurs migrants des abus de rémunération et abolir le système de kafala, qui lie les travailleurs migrants à leurs employeurs. Cas après cas, Human Rights Watch a constaté des abus de rémunération dans diverses professions, notamment des gardes de sécurité, serveurs de restaurants et cafés, videurs, gestionnaires et ouvriers du bâtiment. La situation a empiré pendant la crise du Covid et des milliers de travailleurs sont resté bloqués dans des immenses zones industrielles transformées en camps et gardés par les forces de l’ordre et avec le maintien du système de kafala, les employeurs disposent d’un pouvoir et d’un contrôle sans limites sur les travailleurs migrants.

#1456 vu sur hrw.org

Etats Unis, Kenosha : pour la deuxième nuit consécutive des manifestations ont lieu suite au fait qu’un policier a tiré sept balles dans le dos d’un jeune afro américain

Etats Unis, Kenosha (Wisconsin). Pour la deuxième nuit consécutive des manifestations ont lieu à Kenosha suite au fait qu’un policier a tiré sept balles dans le dos d’un jeune afro américain, Jakob Blake, alors qu’il rentrait dans sa voiture où trois de ses enfants étaient assis. Malgré le couvre feu instauré à partir de 20h, des centaines de personnes se sont rassemblées devant le palais de justice et des affrontements ont eu lieu avec la frontière. 200 membres de la garde nationale ont été appelés en renfort pour réprimer les manifestations. Des incendies de voitures et des attaques contre le tribunal et un bâtiment de la police ont eu lieu dès la nuit suivante.

#1455 vu sur rfi.fr

France : le nombre de bénéficiaire de l’aide alimentaire a augmenté de près de 50 % depuis mars, de nouveaux profils de personnes sont passés dans la grande précarité, avec des baisses de revenus brutales liées au confinement

France. Suite à la crise sanitaire, le nombre de bénéficiaire de l’aide alimentaire a augmenté de près de 50 % depuis le mois de mars. Selon les chiffres de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), le nombre de demandeurs est passé de 5,5 millions avant le confinement à quelque 8 millions, une augmentation plus rapide et importante qu’après la crise économique de 2008. On constate aussi que de nouveaux profils de personnes sont passés dans la grande précarité, avec des baisses de revenus brutales liées au confinement.

#1451 vu sur www.ouest-france.fr

Méditerranée, Lybie : des survivants d’un naufrage ayant eu lieu 17 août qui a fait 45 morts affirment s’être fait tirer dessus par “des miliciens” d’un patrouilleur lybien

Méditerranée, Lybie. Des survivants du naufrage du 17 août affirment s’être faits tirer dessus par “des miliciens” d’un patrouilleur lybien. Le dériveur avec 81 personnes à bord (et non 65 comme on le pensait initialement) est parti entre le 14 et le 15 août de la Libye mais aurait presque immédiatement commencé à avoir des problèmes. 45 personnes sont mortes dans le naufrage, dont cinq enfants, tandis que les 36 survivants ont déjà été transférés dans un centre de détention libyen, l’un de ceux gérés par le gouvernement de Tripoli. Les migrants sont originaires du Sénégal, du Mali, du Tchad et du Ghana. «Nous étions à la dérive lorsque nous avons été rejoints par un patrouilleur libyen. Les miliciens nous ont dit qu’ils nous sauveraient et nous ramèneraient en Libye si on leur donnait des téléphones portables et de l’argent, mais nous n’avions pas d’argent. Une discussion a commencé et à la fin ils ont tiré sur le dériveur, ont heurté le moteur et quelques bidons d’essence. Nous avons sauté à l’eau, mais beaucoup d’entre nous sont morts.” Les survivants ont été sauvés quelque heures plus tard par un bateau de pêche. Un autre dériveur avec 100 migrants qui seraient partis entre dimanche et lundi dernier d la côte lybienne est aussi en perdition, il aurait coulé après l’explosion d’un des boudins qui assure la flottaison. La situation est rendue d’autant plus dramatique en méditerranée par l’absence de navires d’ONG, dont quatre sont toujours sous saisie pour irrégularités présumées alors que des dizaines de bateaux partent de Libye ou de Tunisie et tentent de rejoindre l’Italie dont les hotspot sont surpeuplés comme celui du district d’Imbriacola où sont enfermées 1137 personnes pour une capacité maximale de 192.

#1441 vu sur lmanifesto.it

Espagne, les Canaries : au moins 20 personnes sont mortes en deux jours sur la route migratoire des Canaries

Espagne, Les Canaries. Au moins 20 personnes sont mortes en deux jours sur la route migratoire des Canaries. Les corps ont été récupérés dans le cayuco situé à 130 km de Grande Canarie ainsi que onze survivants qui ont été transférés au port d’Arguineguín. Jusqu’à présent ce mois-ci, 127 immigrants ont perdu la vie ou ont disparu lorsqu’ils voulaient rejoindre la côte des îles Canaries en bateau, et 359 y sont parvenus. En août, sept personnes sont mortes lors du naufrage d’un bateau à Tarfaya (Maroc); dix autres lorsqu’un autre bateau a fait naufrage à Dakhla (Sahara) et le 6 août, 27 personnes sont mortes de faim et de soif dans un bateau à la dérive situé à Nouadhibou (Mauritanie). Ce jour-là également, un bateau pneumatique avec 63 personnes à bord qui cherchaient depuis trois semaines a été porté disparu. Selon les données du ministère de l’Intérieur, au 15 août de cette année, 3448 immigrants sont arrivés aux îles Canaries à bord de 144 bateaux, contre 556 personnes arrivées de cette manière en 2019.

#1440 vu sur www.eldiario.es

France : alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de villes, les masques envoyés aux bénéficiaires de la CMU sont de très mauvaise qualité et monocouches donc inefficaces…

France. Alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de villes, l’opération d’envoi de masques par la Poste pour les bénéficiaires de la CMU prend fin le 20 août. Le ministre de la santé avait annoncé en juillet que les personnes les plus précaires bénéficieraient de masques gratuits. Des distributions ont lieu pour les personnes sans domicile fixe. Cependant ces masques ne correspondent pas aux normes sanitaires et sont de tellement mauvaise qualité (une seule couche de tissu légère) qu’ils ne protègent pas du virus…

#1446 vu sur www.msn.com

Etats Unis, Portland : la police a déclaré avoir tiré des lacrymo et autres projectiles de contrôle des foules pour disperser un rassemblement d’environ 200 personnes s’étant attaqué au bâtiment de l’ICE, l’agence d’immigration américaine

Etats Unis, Portland. Plusieurs nuits émeutières ont eu lieu à Portland, la police a déclaré avoir tiré des munitions de contrôle des foules et des gaz lacrymogènes mercredi soir pour disperser un rassemblement d’environ 200 personnes qui ont lancé des pierres, allumé des incendies. La manifestation s’est particulièrement attaqué au bâtiment de l’agence d’immigration américaine (ICE).

#1443 vu sur www.reuters.com

Liberia : des travailleurs d’ArcelorMittal Liberia, licenciés en 2015 à cause d’Ebola, et qui n’ont rien obtenu depuis se sont emparés du chemin de fer de Sanniquellie

Liberia. Des dizaines de travailleurs licenciés d’ArcelorMittal Liberia se sont emparés du chemin de fer de Sanniquellie et ont bloqué les trains pour protester contre leur statut, depuis leur licenciement en 2015 en raison de l’épidémie de virus Ebola. En vertu de la “loi sur le travail décent” du paysan, les travailleurs licenciés dans de telles conditions doivent être réembauchés lorsque la condition pour laquelle ils ont été licenciés s’améliore, et une enquête menée par un comité interministériel comprenant les ministères du Travail et de la Justice a donné un résultat favorable. pour que les travailleurs licenciés soient réintégrés. Selon le porte-parole des travailleurs licenciés, ils ont attendu avec patience pendant longtemps sans obtenir de réparation de la direction de AML et ont fini six ans plus tard par passer à l’action. Ils se déclarent prêt à répondre par la violence à toute intervention contre eux du gouvernement.

#1438 vu sur www.liberianobserver.com

Paris, Saint Denis : près de 400 migrants se sont installés sous le pont de l’autoroute A1, quinze jours après l’expulsion du campement d’Aubervilliers, le harcèlement policier est permanent

Paris, Saint Denis. Entre 300 et 400 migrants se sont installés sous le pont de l’autoroute A1 dans des conditions toujours aussi insalubres, quinze jours après l’expulsion du campement d’Aubervilliers. Il s’agit majoritairement d’hommes célibataires, originaires pour la plupart d’Afghanistan. Le harcèlement policier est permanent : «tous les jours, les policiers leur disent qu’ils viendront le lendemain à 6 heures du matin pour les déloger», explique un membre d’une des associations humanitaires qui dénoncent une situation absurde où expulsions et réinstallations se succèdent sans solution durable.

#1420 vu sur enoughisenough14.org

Biélorussie : les ouvriers tournent massivement le dos au pouvoir en place et se mettent en grève en soutien aux manifestants

Biélorussie. Un grand nombre d’ouvriers tournent le dos au pouvoir en place et se mettent en grève en soutien aux manifestants, avec plus de 30% de grévistes dans certaines usines, comme à Soligorsk où les mineurs des mines de potasse ont cessé le travail. Le gouvernement tente une propagande peu efficace pour leur faire reprendre le travail, ainsi que des menaces de rétorsion. Mais les grèves se poursuivent et Alexandre Loukachenko se fait conspuer par les ouvriers en grève même quand il se déplace dans une foule soigneusement sélectionner pour essayer de montrer qu’il a toujours les faveurs des ouvriers. C’est ce qui s’est passé quand il s’est rendu dans l’usine de tracteurs de Minsk. Pour certaines usines, une solidarité se met en place par l’élaboration de chaînes de soutiens des grévistes avec de l’apport de nourriture en masses, d’argents, d’objets utilitaires, etc.

#1430 vu sur www.lemonde.fr

Liban, Beyrouth : les manifestations et les affrontements se poursuivent malgré la démission du gouvernement, suite à l’explosion qui a dévasté le port et les quartiers avoisinants

Liban, Beyrouth. Les manifestations et les affrontements avec les forces de l’ordre se poursuivent après l’annonce de la démission du gouvernement, alors que des quartiers entiers de la ville sont transformés en champs de ruines. Le 4 août 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium, une matière toxique et potentiellement explosive qui était stockée sans dispositif de sécurité adéquat dans le port depuis maintenant 6 ans explose sur le port de la capitale. L’explosion elle-même fait près de 200 morts et 6 500 blessés et laisse un cratère de 43 mètres de diamètre dans le port. L’onde de choc de l’explosion aurait été ressentie jusqu’à Chypre, en Grèce, à 200 kilomètres de la capitale libanaise. Les habitants craignent les vapeurs toxiques relâchées par l’explosion qui vont probablement faire encore beaucoup plus de victimes, et de manière beaucoup plus durable, que l’explosion en elle-même. Les hôpitaux, déjà surchargés à cause de la pandémie, et certains ayant été endommagés par l’explosion, n’ont pas pu gérer le flot de blessés qu’a entrainé la catastrophe. Plus de 500 blessés avaient par exemple été admis dès l’après-midi dans un hôpital, dont des dizaines nécessitant des opérations chirurgicales lourdes. Au lendemain des explosions, selon les autorités locales, 300.000 personnes environ se sont retrouvées sans domicile. Pour la population, déjà éprouvée par une crise économique inédite, l’explosion qui a dévasté une partie de la ville a été la catastrophe de trop, relançant un mouvement de contestation qui avait débuté en octobre pour dénoncer l’ensemble de la politique du gouvernement. Ce mouvement de contestation avait été freiné par la crise du Covid-19 avec l’interdiction des rassemblements et le confinement du Liban en mars et prend maintenant une dimension pratiquement insurrectionnelle. Peu de temps après l’explosion, en même temps que se mettait en place une solidarité diffuse pour sortir des décombres, les déblayer, s’organiser pour survivre, se sont mis à émerger des appels à manifester. Notamment, dans la nuit du 8 août les manifestants ont pris d’assaut le ministère des Affaires étrangères mais ont été finalement délogés par l’armée. La répression de ce mouvement de contestation fait des dizaines de blessés.

#1406 Sources diverses

Colombie, Bogota : près de 1000 livreurs de l’application mobile colombienne Rappi ont fait grève et ont manifesté pour protester contre leurs conditions de travail et un système de points qui leur fixe des objectifs impossibles

Colombie, Bogota. Près de 1000 livreurs de l’application mobile colombienne Rappi ont fait grève et ont manifesté dans la capitale pour protester contre leurs conditions de travail et un système de points qui fixe aux livreurs des objectifs impossibles à atteindre et sont nécessaires pour avoir le droit d’aller travailler dans les zones à forte demande. Rappi compte sur quelque 50000 coursiers, connus sous le nom de Rappitenderos, pour livrer principalement des produits d’épicerie et des plats à emporter. Beaucoup sont des migrants vénézuéliens qui ont fui la crise sociale et économique.

#1428 vu sur www.investing.com

Grèce : au moins 1072 migrants auraient été récemment refoulés par les autorités grecques hors du territoire maritime sur des radeaux de sauvetage gonflables et abandonnés en pleine mer

Grèce. D’après un décompte fait par le New York Times, au moins 1072 migrants auraient été récemment refoulés par les autorités grecques hors du territoire maritime sur des radeaux de sauvetage gonflables et abandonnés par les autorités grecques. Le Times a analysé des preuves provenant de plusieurs sources, notamment des chercheurs universitaires, des garde-côtes turcs et des groupes de surveillance indépendants. Ils ont constaté que ces incidents ont notablement augmenté avec la crise sanitaire. Une enseignante syrienne de 50 ans, a déclaré que le 26 juillet, elle et 22 autres personnes, y compris des enfants en bas âge, avaient été emmenées par des policiers grecs masqués dans un centre de détention de l’île de Rhodes. Elle a déclaré au Times qu’ils avaient été laissés sur un “radeau de sauvetage sans gouvernail et sans moteur” et avaient fini par être secourus par les garde-côtes turcs. La Grèce nie ces pratiques qui sont pourtant avérées et récurrentes.

#1416 vu sur www.businessinsider.co.za

France, Paris : les 100 livreurs sans papiers de Frichti qui n’ont rien obtenu suite à l’accord signé fin juillet entre la CGT et la direction continuent la mobilisation

France, Paris. A la fin du mois de juillet, la moitié des 200 livreurs sans-papiers de Frichti ont obtenu l’accès à une procédure de régularisation après une grève de six semaines, suite à un accord qui n’a satisfait que la CGT et la presse qui a aussitôt titré sur “la fin du conflit”. Pourtant, les cent coursiers, arbitrairement écartés de cette procédure, poursuivent grève et manifestations. La start-up, tout en dénonçant des cas isolés en provenance d’un sous-traitant, a fait intervenir de nombreux agents de sécurité pour bloquer l’accès à ses locaux à tous ceux qui ne disposaient pas de papiers ce qui n’a fait que démontrer qu’ils étaient en réalité beaucoup plus nombreux que la direction ne l’affirmait. Par ailleurs la question de l’obligation de se déclarer comme travailleur indépendant pour être employé, et le fait que ce statut n’ouvre pas de droit à la régularisation n’a pas été résolu par l’accord signé fin juillet.

#1434 vu sur www.nouvelobs.com

Etat Unis, Minneapolis : le campement tentaculaire de sans-abri de Powderhorn Park a résisté à une nouvelle tentative d’expulsion par les forces de l’ordre

Etat Unis, Minneapolis. Le campement tentaculaire de sans-abri de Powderhorn Park, réinvesti il y a deux mois, a résisté à une nouvelle tentative d’expulsion par les forces de l’ordre. Des affrontements ont eu lieu et la police a tiré des gaz lacrymogènes. Les policiers ont été «encerclés par une centaine de personnes», selon une communication radio rapportée par Crime Watch Minneapolis, et les flics du parc ont alors reçu l’ordre de regagner leurs véhicules et de quitter la zone.

#1419 vu sur alphanewsmn.com

Dans beaucoup de pays (dont en particulier l’Afrique du Sud) la pandémie perturbe l’approvisionnement en antirétroviraux, mettant en danger la vie de bon nombre des plus de 24 millions de personnes dans le monde qui luttent contre le VIH

Afrique du Sud. A cause de la gestion de la crise sanitaire, les hôpitaux manquent de toutes sortes de médicaments, en particulier les médicaments anti-VIH. Quelques pharmacies en vendent, mais profitent de la situation pour les vendre très cher alors qu’ils sont normalement pris en charge par le gouvernement. Dans toute l’Afrique du Sud, comme aussi dans d’autres pays du monde, la pandémie a perturbé l’approvisionnement en médicaments antirétroviraux, mettant en danger la vie de bon nombre des plus de 24 millions de personnes dans le monde qui ont besoin quotidiennement de ces traitements pour lutter contre le VIH. Rien qu’en Afrique subsaharienne, une étude de l’ONUSIDA a révélé qu’une interruption de six mois du traitement antirétroviral pourrait entraîner 500 000 décès supplémentaires liés au sida. En Afrique du Sud, 7,7 millions de personnes sont séropositives et 62% de celles-ci dépendent du programme antirétroviral du gouvernement. De plus, de nombreux patients séropositifs cessent de se rendre dans les cliniques souvent bondées de peur d’être exposés au coronavirus. Les cliniques du centre de Johannesburg (celles qui n’ont pas fermé parce que du personnel était contaminé par le COVID) ont constaté une baisse de 10 à 25% du nombre de personnes venant pour un traitement contre le VIH. “Les interruptions de ces médicaments sont un problème de santé publique. Il menace les pauvres et les plus vulnérables”, a déclaré le directeur adjoint du programme de Médecins sans frontières en Afrique du Sud, évoquant aussi les épidémies de rougeole liées au manque de vaccins et les cas de tuberculoses non diagnostiquées.

#1390 vu sur news-24.fr

Bolivie : la mobilisation contre le gouvernement s’intensifie avec en particulier beaucoup de blocages de routes et les circulations font l’objet de négociations ou d’affrontements

Bolivie. La mobilisation contre le gouvernement s’intensifie et de plus en plus de routes sont barrées par les manifestants avec des blocages pérennes, et beaucoup de circulations font l’objet de négociations ou d’affrontements. La circulation du virus explose dans le pays depuis la mi-juillet : 10 000 nouveaux malades par semaine et des hôpitaux qui voient leurs services se remplir. Le gouvernement joue sur la situation en accusant les manifestants d’être responsables des décès parce que les blocages rendraient difficile l’approvisionnement des hôpitaux. La Centrale ouvrière bolivienne a appelé à ce que tous les approvisionnements médicaux et les soignants puissent passer librement aux barrages.

#1397 vu sur www.franceculture.fr

Pérou, Loreto : trois manifestants d’origine autochtone qui participaient aux mobilisations en cours contre la compagnie pétrolière canadienne Petrotal ont été tués par balles, 11 ont été blessés

Pérou, Loreto. Trois manifestants d’origine autochtone qui participaient aux mobilisations en cours contre la compagnie pétrolière canadienne Petrotal ont été tués par balle au cours d’une violente répression policière dans la ville de Bretaña, située dans le bassin de la rivière Puinahua. La compagnie a depuis déclaré qu’elle cessait ses activités à cet endroit. Le parquet local et le ministère de l’Intérieur ont indiqué qu’ils enquêtaient toujours pour savoir s’il s’agissait de coups de feu, de plombs ou de gaz lacrymogène. Les manifestants demandaient l’arrêt des activités de la société pétrolière, l’envoi de médicaments et une meilleure compensation pour l’utilisation du territoire autochtone. Les affrontements avec les forces de l’ordre ont commencé samedi soir et ont duré jusqu’à l’aube d’aujourd’hui. 11 manifestants sont blessés, dont neuf par arme à feu. Des témoins rapportent que les forces de l’ordre ont tiré à balles réelles sur les manifestants dont certains étaient armés de flèches et de lances et affirment que la police est venue pour tuer les manifestants. Le gouvernement, qui considère que les manifestants étaient armés d’armes à feu, indique qu’un contingent de police avait été envoyé pour renforcer la sécurité dans la région où beaucoup de manifestations ont lieu en lien avec la gestion de la crise sanitaire et mettant en cause les compagnies pétrolières qui continuent à fonctionner sans souci de la sécurité sanitaire de leurs employés.

#1395 vu sur ojo-publico.com

Chili : avec la fermeture des frontières, les avortements clandestins sont encore plus dangereux, alors qu’ils ne sont autorisés que dans trois cas : viol, danger pour la vie de la mère ou quand le fœtus n’est pas viable

Chili. Avec la fermeture des frontières en lien avec la pandémie, les avortements clandestins sont encore plus dangereux qu’avant. Au Chili l’interruption de grossesse n’est autorisée que dans trois cas : viol, danger pour la vie de la mère ou quand le fœtus n’est pas viable. Hors de ces cas de figure, les femmes qui y ont recours risquent jusqu’à cinq ans de prison. On compte entre 60 000 et 200 000 avortements clandestins par an au Chili, selon les associations. Beaucoup de femme trouvaient sur internet des pilules avortives qui ne sont plus en vente aujourd’hui parce que les fournisseurs ne peuvent plus s’en procurer, et les prix ont augmenté au point de rendre l’achat inaccessible pour la plus part des habitants. Pour douze comprimés de misoprostol, le médicament considéré au Chili le plus sûr pour avorter chez soi, il faut maintenant débourser jusqu’à 300 000 pesos, pas loin de 400 dollars, soit presque un salaire minimum au Chili, environ trois fois plus qu’avant la pandémie. Des associations féministes craignent une forte hausse de la mortalité des femmes qui avortent.

#1364 vu sur www.rfi.fr

Cameroun, Nguetchewe : au moins 19 personnes (17 dans le camp et les 2 kamikazes) ont été tuées lors d’une attaque qui a visé un camp de déplacés, selon les autorités locales

Cameroun, Nguetchewe. D’après les autorités locales, au moins 19 personnes (17 dans le camp et les 2 kamikazes) ont été tuées lors d’une attaque qui a visé un camp de déplacés dans ce village de l’Extrême-nord camerounais, frontalier avec le Nigeria. Il s’agirait d’un attentat qui n’est pas revendiqué mais est attribué par les autorités à Boko Haram. « Après avoir attaqué les membres du comité de vigilance local et d’autres civils deux kamikazes ont actionné des charges explosives», a précisé le gouvernement camerounais. Plus de 1.500 personnes ont fui vers la localité voisine de Mozogo selon le HCR.

#1387 vu sur www.aa.com.tr

Brésil, Sao Paulo : un procès devant la cour suprême du pays met en débat la question de définir la politique actuelle vis à vis des populations autochtones comme un génocide

Brésil, Sao Paulo. Un procès devant la cour suprême du pays met en débat la question de définir la politique actuelle du gouvernement vis à vis des populations autochtones comme un génocide. «Il n’est pas exagéré d’avertir ce tribunal que nous avons un risque sérieux de génocide» affirme l’avocat Luiz Eloy Terena, lui-même autochtone, lors d’une audience en ligne de la Cour suprême. Il s’appuie sur le nombre alarmant de morts dans les populations autochtones et la politique gouvernementale qui ne permet pas de protection sanitaire pour ces populations et contribue au contraire sciemment à y favoriser la diffusion du virus. A ce constat s’ajoute le fait que, comme l’a montré un rapport de l’Institut socio-environnemental du Brésil en juin, pour les groupes isolés, le virus pose «un risque d’extermination de tout le groupe», avec un taux de mortalité bien supérieur au reste de la population. En réponse, la Cour suprême du Brésil a rendu une décision constatant le défaut de protection et forçant le gouvernement à protéger les peuples autochtones pendant la pandémie. Plus précisément, il a ordonné au gouvernement de

1) créer des barrières dites sanitaires, empêchant des tiers de pénétrer sur les terres autochtones;

2) créer une «salle de situation» où les responsables gouvernementaux et les représentants des peuples autochtones pourraient constamment discuter et actualiser un tel plan;

3) inclure dans le système de santé les terres autochtones qui ne sont pas encore officiellement reconnues comme telles par l’État;

et 4) adopter des mesures urgentes pour contenir et isoler les envahisseurs des terres autochtones, en particulier les mineurs illégaux.

Mais cette décision se fonde sur la possibilité de négociations et donc sur une relative “bonne volonté” supposée de Bolsonaro, hypothèse qui semble démentie par le fait que le jour suivant, le gouvernement a suspendu les actions répressives contre les mineurs illégaux dans les terres autochtones du nord-est de l’État de Pará. La décision de la cour suprême intervient quelques jours après que la Commission interaméricaine des droits de l’homme a également demandé à l’État brésilien de protéger les peuples autochtones pendant la pandémie, en particulier deux d’entre eux pour lesquels la situation est particulièrement critique : elle a recommandé «l’adoption des mesures nécessaires pour protéger les droits à la santé, à la vie et à l’intégrité personnelle des membres des peuples autochtones Yanomami et Ye’kwana» et a ordonné la mise en œuvre de “mesures préventives contre la propagation du COVID-19, en plus de leur fournir des soins médicaux adéquats”. Par ailleurs, cinq demandes sont déposées à la Cour pénale internationale pour ouvrir des enquêtes préliminaires pour “incitation au génocide” et “crimes contre l’humanité”.

#1400 vu sur www.americasquarterly.org

Bolivie : dans le cadre du mouvement de contestation qui s’amplifie avec un mot d’ordre de grève générale “pour la défense de la vie et de la démocratie”, plus de 75 autoroutes et routes ont été bloquées à travers le pays

Bolivie. Dans le cadre du mouvement de contestation qui s’amplifie avec un mot d’ordre de grève générale “pour la défense de la vie et de la démocratie en Bolivie”, plus de 75 autoroutes et routes ont été bloquées à travers le pays. Les syndicats soulignent que leur revendication n’est plus seulement des élections démocratiques, mais aussi la destitution immédiate de tout le gouvernement mis en place par le coup d’État.

#1375 vu sur www.pressenza.com

Italie, Vintimille : sur décision préfectorale, le camp de transit pour migrants Roya, géré par la Croix Rouge italienne, a été démantelé,

Italie, Vintimille. Sur décision préfectorale, le camp de transit pour migrants Roya de Vintimille, géré par la Croix Rouge italienne, a été démantelé. La trentaine de migrants restants dans les lieux ont été transférés vers d’autres centres d’accueil de la région. Les autorités italiennes ont mis en avant la crise du coronavirus pour justifier cette fermeture. À Vintimille, il n’est pas rare de voir des migrants trouver refuge dans des bâtiments abandonnés, au bord du fleuve qui traverse la ville ou sur les plages, pour passer la nuit. Selon les associations, entre 100 et 200 personnes sont dans ce cas chaque jour.

#1374 vu sur www.infomigrants.net

France, Paris : un campement qui abritait depuis plus d’un mois plus de 70 jeunes mineurs étrangers dans le square Jules Ferry a été évacué, certains au gymnase Japy et d’autres en hôtel sociaux

France, Paris. Un campement qui abritait depuis plus d’un mois plus de 70 jeunes mineurs étrangers dans le square Jules Ferry a été évacué. Quarante-huit d’entre eux ont été conduits vers le gymnase Japy, dans le XIe arrondissement. Trente autres, considérés comme plus vulnérables en raison de pathologies médicales – dont sept jeunes filles – ont été logés en hôtels sociaux. La plupart d’entre eux sont en attente de recours parce que l’administration de plusieurs département les considère comme majeurs (le plus souvent suite à des tests osseux plus que douteux) et aucun hébergement n’est prévu en attendant que leurs recours soient audiencés. Les associations, comme MSF, qui demandent que ces jeunes soient considérés comme mineurs le temps de leur recours disent “accepter” qu’ils soient logés transitoirement au gymnase Japy. Un accord a, par ailleurs, été trouvé avec la mairie de Paris pour qu’un dispositif destiné à ces jeunes en recours soit créé : un site a récemment “été trouvé” et l’État est en discussion avec une association susceptible de le gérer. Ce serait une première en France.

#1362 vu sur www.infomigrants.net

Chili, Collipulli : des manifestations et incendies ont lieu en soutien aux détenus Mapuche actuellement en grève de la faim

Chili, Collipulli. Des manifestations ont lieu pour soutenir les membres de la communauté Mapuche qui sont en grève de la faim en prison, au cours desquelles des dégradations diverses ont eu lieu comme des jets de pierres contre des maisons et le bureau du procureur et l’incendie d’un camion dans une station service. Une personne aurait été arrêtée en flagrant délit.

#1349 vu sur www.biobiochile.cl

Etats Unis, Iowa Park : une grève de la faim initiée par 141 prisonniers se poursuit depuis plus d’un mois dans l’unité Allred, les détenus font sortir des revendications en 13 points et appellent au soutien

Etats Unis, Iowa Park (Texas). Une grève de la faim, qui a commencé avec 141 prisonniers et à laquelle de nombreux autres participent depuis, se poursuit depuis le 4 juillet dans l’unité Allred de la prison. Le groupe de grévistes, qui se fait appeler «Team One», a publié un programme en 13 points qui aborde toute une série de problèmes, allant de l’amélioration immédiate des conditions (la nourriture, le rapport à la télévision, aux téléphones, etc.), jusqu’à des changements plus larges concernant les politiques d’admissibilité à la libération conditionnelle dans l’Etat, le paiement du travail pénitentiaire et le profilage raciste des prisonniers qui se voient attribuer le statut de STG ou de gang. La prison a réagi par diverses mesures de rétorsion comme des coupures d’eau, des brouillages intentionnels de téléphones, des fouilles punitives, etc. Les prisonniers en lutte ont fait sortir une demande de soutien à l’extérieur qui peut être lue ici

#1360 vu sur itsgoingdown.org

France, Paris : la préfecture de police a évacué un campement de plus de 200 migrants installés à l’initiative d’une association humanitaire,

France, Paris. La préfecture de police a évacué un campement de plus de 200 migrants installé à l’initiative de l’association humanitaire d’aide aux migrants Utopia 56 devant la mairie pour réclamer un hébergement. L’association avait choisi de mettre en avant uniquement des familles avec enfants, espérant ainsi obtenir plus facilement un relogement. On retrouve parmi celles-ci de nombreux migrants qui dormaient auparavant dans les campements qui ont été expulsés cet été à Aubervilliers et Saint Denis, où résidaient aussi un grand nombre de célibataires. S’opposant à l’évacuation une fois celle-ci terminée; la mairie profite de l’occasion pour annoncer que les familles “seront accueillies au chaud à la mairie dans l’attente de solutions d’hébergement”, ce qui ne propose en aucun cas une solution pérenne aux migrants sans logements (ces familles là et tous les autres….)

#1495 vu sur www.huffingtonpost.fr

France : au moins 10 bidonvilles où habitaient 441 personnes ont déjà été expulsées depuis le 10 juillet, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire et de la trêve hivernale

France. Les expulsions de bidonvilles se multiplient. Au moins 10 bidonvilles où habitaient 441 personnes ont déjà été expulsées depuis le 10 juillet, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire et de la trêve hivernale, et au moins 36 autres (soit environ 2 000 personnes, principalement des Roms), risquent de l’être en août. Plusieurs associations alertent sur la situation qui empire encore la situation sanitaire des expulsés, et pointent le fait que ces populations ne sont pas couvertes par les instructions données par le ministère du logement début juillet concernant les sans abris.

#1357 vu sur www.leparisien.fr

Etats Unis, Californie : de plus en plus de locataires sont en procédures d’expulsion, en pleine augmentation des cas de Covid : les propriétaires recourent à des méthodes de plus en plus expéditives et illégales

Etats Unis, Californie. De plus en plus de locataires sont en procédures d’expulsion, en pleine augmentation des cas de Covid. Les propriétaires recourent à des méthodes de plus en plus expéditives et illégales pour menacer les locataires et obtenir le paiement des loyers. Des associations affirment que la situation du logement est pire que dans les années 30. Lorsque la Californie est devenue l’un des premiers États à être confiné en mars et que des millions de personnes ont perdu leur emploi, le gouverneur a ordonné un moratoire sur les expulsions pour les personnes qui ne pouvaient pas payer de loyer et le système judiciaire de l’État a arrêté de traiter les expulsions en avril. Mais certains propriétaires ont continué à poursuivre les expulsions dans tout l’État et la fin des délais et moratoires annonce une catastrophe. Dans le même temps, les républicains du Congrès cherchent à réduire les allocations de chômage supplémentaires, ce qui pourrait être particulièrement difficile pour la Californie, où le taux de chômage a oscillé autour de 15%. Les experts prévoient donc un «tsunami d’expulsions» estimant par exemple que 495 000 ménages risquent d’être expulsés dans le comté de Los Angeles. Dans la Silicon Valley, l’une des régions les plus riches du monde, 43 000 ménages courent un risque élevé d’expulsion, et même si seulement 10% d’entre eux se retrouvent sans abri, cela pourrait tripler la population sans logement de la région. Un projet de loi pour interdire les expulsions jusqu’en avril 2021, ou 90 jours après la fin de l’urgence, est en cours d’examen mais ce que demandent les collectifs de locataires, c’est l’annulation pure et simple des loyers.

#1342 vu sur theguardian.com

Afrique du Sud, Cato Major : la municipalité a lancé une violente attaque contre les cabanes du terrain occupé d’eKhenana

Afrique du Sud, Cato Major. La municipalité a lancé une violente attaque contre les cabanes du terrain occupé d’eKhenana à Cato Manor. Les habitants sont pourtant protégés par une décision de justice qui a été rendue le 27 décembre de l’année dernière, puis réaffirmée le 24 avril de cette année. L’ANC a mené une guerre totale contre cette occupation. Il y a eu des attaques armées régulières de la part de la ville depuis 2008. Peu de temps après le début du confinement, le 24 avril de cette année, le chef de l’unité d’invasion terrestre de la ville, s’est rendu à eKhenana et a tiré à balles réelles sur les occupants, blessant gravement une personne. À plusieurs reprises pendant le confinement, l’armée a participé à ces attaques aux côtés de la police, de l’unité anti-invasion terrestre de la ville et du tristement célèbre Calvin & Family Security. C’est ce qui s’est à nouveau passé aujourd’hui. 13 maisons ont été détruites et des matériaux de construction ainsi que des biens personnels, de l’argent et beaucoup de téléphones portables ont été volés. Deux personnes ont été grièvement blessées lors de l’attaque et se trouvent maintenant à l’hôpital King Edward. Ils n’attaquent pas seulement les maisons de ce village auto-organisé, ils essaient également de détruire la coopérative que les habitants ont construite, qui produit de la nourriture et a financé des toilettes, des désinfectants, des masques faciaux et des frais de transport.

#1319 vu sur enoughisenough14.org

France, Niort : suite à une montée de la tension avec les forces de l’ordre dans ce quartier populaire de la ville, une soixantaine de CRS se sont déployés dans le quartier du Clou-Bouchet

France, Niort. Suite à une montée de la tension avec les forces de l’ordre dans ce quartier populaire de la ville, une soixantaine de CRS se sont déployés dans le quartier du Clou-Bouchet. La police parle de “montrer les muscles” pour éviter que la situation se détèriore et considère que les jeunes s’ennuient parce qu’ils n’ont pas pu “retourner voir leur famille à l’étranger” à cause de la fermeture des frontières : racisme et contrôles au faciès en perspective !

#1338 vu sur francebleu.fr

Inde, Bombay : d’après des tests sanguins menés par les autorités, 57 % des habitants des bidonvilles ont été exposés au virus, contre 16 % des résidents des autres quartiers

Inde, Bombay. Des tests sanguins menés par les autorités de la ville ont montré que 57 % des habitants des bidonvilles de la mégalopole de 20 millions d’habitants présentaient des anticorps et ont donc été exposés au coronavirus, alors que l’exposition au virus ne concerne que 16 % des résidents des autres quartiers. La question d’une possible immunité collective, alors que le nombre de nouveaux cas baisse à Bombay ces derniers jours. Bombay recense officiellement un peu plus de 110.000 contaminations et plus de 6.000 morts. Mais depuis le début de l’épidémie, les experts estiment que le bilan officiel des autorités est largement sous-estimé.

#1356 vu sur www.lesechos.fr

Pérou, Lima : plus de 900 femmes, dont 70% sont mineures, ont disparu au Pérou pendant les trois mois et demi de confinement.

Pérou, Lima. Plus de 900 femmes, dont 70% sont mineures, ont disparu au Pérou pendant les trois mois et demi de confinement. Avant le confinement, ont dénombrait cinq disparitions par jour en moyenne, mais ce chiffre est monté à huit sur cette période. Certaines sont réapparues par la suite, mais les registres de la polices ne permettent pas de savoir combien sont toujours portées disparues et pour la plupart ces “disparitions” sont en fait des meurtres dans le contexte familial.

#1315 vu sur www.lavoixdelest.ca

Bolivie, Cochabamba : émeute dans la prison de San Sebastian, les détenus exigent des soins médicaux urgents pour ceux qui présentent des symptômes de Covid-19 et de la nourriture, en plus de leur liberté…

Bolivie, Cochabamba. Emeute des détenus de la prison de San Sebastian. Les détenus sont montés sur le toit de la prison aux cris de “Libertad, Libertad !”. Ils exigent des soins médicaux urgents pour ceux qui présentent des symptômes de Covid-19 et de la nourriture qui leur manque depuis que parloirs et colis sont interdits. Ils demandent aussi la libération des détenus qui sont à quelques mois de purger leur peine et l’assouplissement des conditions pour ceux qui demandent la cessation de leur détention préventive. Ils refusent l’entrée de nouveaux détenus face à l’absence totale de mesures de protection sanitaire. La prison enferme plus de 700 détenus et trois décès dont la cause présumée est le Covid ont été enregistrés. Il y a quelques jours, le vice-ministre de la Sécurité citoyenne a exclu la possibilité d’isoler en dehors des prisons les personnes privées de liberté infectées par le nouveau virus, car – selon lui – cela générerait de nouveaux investissements économiques et une augmentation du personnel policier.

#1312 vu sur pressfrom.info

Guatemala, San Lucas Toliman : la mairie d’un village autochtone a été incendiée par des manifestants, après que la zone concernée a été classée en zone rouge

Guatemala, San Lucas Toliman. La mairie d’un village autochtone a été incendiée par des manifestants. La foule protestait contre les mesures de restriction de l’activité imposées pour freiner la progression de l’épidémie de Covid-19, a annoncé la police. L’émeute a commencé lorsque les villageois ont appris que leur localité était classée en zone rouge, et devait donc respecter les mesures de confinement les plus sévères du dispositif de gestion de la crise sanitaire. Bravant le couvre-feu, les habitants sont sortis de chez eux pour contester ce classement et les restrictions qui leur sont imposées. La manifestation a tourné à l’émeute durant la nuit et le bâtiment de la mairie a été incendié.

#1314 vu sur www.lefigaro.fr

Afrique du Sud, Le Cap : les habitants de plusieurs bidonvilles sont de nouveau descendus dans la rue pour protester contre leur expulsion et ont monté des barricades enflammées

Afrique du Sud, Le Cap. Les habitants des bidonvilles de Bloekombos et de Wallacedene sont de nouveau descendus dans la rue pour protester contre leur expulsion et la destruction de leurs logements par les forces de l’ordre de la ville. Les manifestants ont monté des barricades et de coups de feux ont été entendus. L’hippodrome de Tygerberg partiellement incendiés au cours des affrontements. De plus en plus de personnes vivent dans des habitats précaires parce que le confinement ne leur permet pas de réunir l’argent nécessaire pour un loyer.

#1310 vu sur www.iol.co.za

Etats Unis, Portland : alors que la mobilisation s’intensifie, le gouvernement envoie des dizaines d’agents fédéraux supplémentaires afin de procéder à d’avantages d’arrestations

Etats Unis, Portland. Alors que les mobilisations s’intensifient, en particulier devant le palais de justice fédéral en protestation contre la gestion répression par la police spéciale qui traque et enferme les manifestants, le gouvernement envoie plusieurs dizaines d’agents des forces de l’ordre fédéraux supplémentaires avec pour mission de procéder à d’avantage d’arrestations. Ils sont déjà 114 à être déployés sur place mais on ne sait pas de combien ce nombre va être augmenté. Les méthodes de ces forces de l’ordre, en particulier les détentions arbitraires qui s’apparentent à des kidnapping ont pourtant été fortement décriées, et la mobilisation en cours dans plusieurs autres villes du pays s’est aussi ranimée face à la menace d’envoyer ces troupes partout où la contestation s’exprime. En plus de leurs exactions quotidiennes, cette unité a déjà blessé gravement plusieurs manifestants, en particulier avec les munitions “non létales” utilisées en grand nombre lors des patrouilles nocturnes. Les manifestants développent des pratiques offensives pour contrer ces dispositifs répressifs. (masques à gaz, boucliers ou parapluies, et même des souffleurs de feuilles pour renvoyer les gaz lacrymogènes vers les forces de l’ordre).

#1301 vu sur opb.org

Allemagne, Manning : 480 employés d’une exploitation agricole, pour la plupart des saisonniers venus d’Europe de l’Est sont plaés en quarantaine sur l’exploitation où ils travaillent, suite à 174 tests positifs

Allemagne, Manning. 480 employés d’une exploitation agricole, pour la plupart des saisonniers venus de Hongrie, de Roumanie, de Bulgarie et d’Ukraine, sont placés en quarantaine après 174 cas positifs au coronavirus. Des campagnes de tests sont prévues dans d’autres exploitations de la région.

#1298 vu sur ouest-france.fr

Inde, Gurugram : une centaine d’habitants du bidonville de Shyam Chandra Jha sont installés à l’extérieur de la mairie qui a décidé de leur expulsions 5 jours plus tôt pour construire un parc

Inde, Gurugram. Depuis le 21 août, une centaine d’habitants du bidonville de Shyam Chandra Jha expulsé le 21 juillet pour construire un parc sont installés à l’extérieur de la mairie qui a décidé de ces expulsions, exigeant le relogement de tous ceux qui ont été expulsés. Depuis la crise sanitaire le nombre d’expulsion et de destruction de bidonvilles a fortement augmenté, en même temps que la pauvreté qui conduit de plus en plus de salariés à la journée qui ne trouvent plus de travail depuis la pandémie, à se retrouver à la rue. Une manifestante affirme : « pendant trois mois, le PM [Narendra] Modi nous a tous fait rester à la maison en invoquant les dangers du coronavirus. Maintenant quoi ? Nous n’avons plus de maison maintenant, qu’en est-il de la menace du coronavirus maintenant? Le MCG dit que nous devrions louer des maisons. Qui va nous donner de l’argent ou du travail maintenant?”.

#1485 vu sur thewire.in

Maldives, Malé : 80 migrants du secteur de la construction ont été arrêtés depuis une quinzaine de jours alors qu’ils manifestaient pour réclamer leurs salaires impayés et dénoncer des formes de “traites d’êtres humains”

Maldives, Malé. 80 migrants du secteur de la construction ont été arrêtés depuis une quinzaine de jours alors qu’ils manifestaient pour réclamer leurs salaires impayés et dénoncer des formes de “traites d’êtres humains”. Les impayés de salaires datent de plus de six mois d’avant la crise sanitaire et le confinement du pays, et plusieurs manifestations avec des affrontements contre mes forces de l’ordre ont eu lieu. La police a confirmé avoir arrêté 41 travailleurs migrants à Hulhumale, juste à l’extérieur de la capitale, le 13 juillet. Plusieurs autres arrestations avaient eu lieu ailleurs, portant le nombre total de personnes détenues à un peu plus de 80. Les Maldives, connues comme lieu de tourisme de luxe, ont fermé leurs frontières depuis mars jusqu’au 15 juillet pour contenir la propagation du coronavirus qui a infecté 3175 et tué 15 personnes. La majorité des infections touchent les travailleurs bangladais qui vivent souvent dans des conditions sordides sur l’île de la capitale.

#1288 vu sur straitstimes.com

Panama : le mécontentement de la population se traduit par une vague de protestations qui défient la quarantaine contre une nouvelle modification du code du travail

Panama. Le mécontentement de la population panaméenne se traduit par une vague de protestations qui défient la quarantaine, les manifestants protestent contre une nouvelle modification du code du travail et exigent une aide économique et du matériel sanitaire pour les soignants. Les manifestants protestent contre le fait que l’aide mensuelle de solidarité promise par le gouvernement pour les zones défavorisées et les chômeurs, n’est pas versée.

#1335 vu sur rezonodwes.com

Inde, Dehli : les travailleuses médicales des quartiers pauvres qui sont en première ligne pour combattre le Covid-19 sont en grève pour demander de meilleurs salaires et du matériel de protection sanitaire

Inde, Dehli. Les travailleuses médicales des quartiers pauvres qui sont en première ligne pour combattre le Covid-19 sont massivement en grève pour demander de meilleurs salaires et du matériel de protection sanitaire. 40 000 d’entre elles ont cessé le travail dans l’état du Karnataka, rejointe par celles de Delhi. Certaines témoignent qu’elles n’ont qu’un petit flacon de gel pour un mois de travail dans les bidonvilles. Elles sont chargé de tracer les cas de covid dans les bidonvilles, sans que cette tâche impossible ne soit véritablement rémunérée.

#1327 vu sur businessactuality.com

Kenya, Nairobi. Le couvre-feu dans les bidonvilles et la répression aveugle qui l’accompagne met beaucoup de femmes enceintes en danger de mort car elles ne peuvent pas sortir même pour l’accouchement

Kenya, Nairobi. La terreur engendrée par le couvre-feu dans les bidonvilles et la répression aveugle qui l’accompagne (au moins 23 personnes tuées par la police parce qu’elles circulaient dans les rues) met beaucoup de femmes enceintes en danger de mort car elles ne peuvent pas sortir même pour l’accouchement. Il n’y a aucun moyen de transport et la police frappe tous ceux qu’elle croise. Un médecin, alerté par le fait que presque aucune femme ne se présentait à l’hôpital pour accoucher, a créé un service d’urgence informel pour répondre à ce problème qu’il a appelé Wheels for Life. Il a partagé son numéro de téléphone sur Twitter, demandant aux femmes qui avaient besoin de consulter au sujet de leur grossesse de le contacter. Le tweet est rapidement devenu viral. Des taxis se sont proposés pour transporter les femmes enceintes qui appellent en urgence. Ce service pourrait se poursuive au-delà du couvre-feu, ciblant les résidents à faible revenu et se déplaçant au-delà du comté de Nairobi. En effet, la plupart des utilisateurs viennent de quartiers informels ou de zones à faible revenu. Le Kenya avait déjà l’un des pires taux de mortalité maternelle au monde, et les experts estiment que le nombre de femmes et de bébés qui meurent en couches a considérablement augmenté avec le confinement.

#1326 vu sur garconne-magazine.fr

Espagne, Huelva : suite à une série d’incendie touchant les logements de migrants saisonniers dans l’agriculture, l’ONU alerte sur leurs conditions de logements et de travail, ainsi que sur leur situation sanitaire

Espagne, Huelva. Suite à une série d’incendie touchant les logements des travailleurs saisonniers dans l’agriculture à Lepe et Lucena del Puerto qui laisse plus de 170 personnes à la rue, un expert indépendant des Nations Unies à Genève alerte sur le condition de vie et de travail des travailleurs saisonniers, particulièrement en période de pandémie et enjoint les gouvernements locaux espagnols à améliorer immédiatement « les conditions déplorables que les travailleurs migrants saisonniers endurent dans les bidonvilles autour des comtés de culture de fraises en Espagne avant que les gens ne meurent ». En juin dernier, le Rapporteur spécial avait déjà demandé aux autorités de veiller à ce que les travailleurs migrants se voient garantir des conditions décentes, notamment l’accès à des soins de santé adéquats, qui répondent aux normes internationales. Un mois plus tard, la situation ne cesse de se détériorer quotidiennement « de manière alarmante » et aggravée par la pandémie de Covid-19.

#1325 vu sur ledesk.ma

France, Montpellier : deux squats ont été expulsés par la police, le centre social Bonnard, avec 51 personnes dont 5 mineurs, ainsi qu’un squat connu sous le nom de “Casa del Sol”


France, Montpellier. Deux squats ont été expulsés par la police. Le squat du centre social Bonnard, avec 51 personnes dont 5 mineurs, ainsi qu’un squat connu sous le nom de “Casa del Sol”, installé depuis plusieurs mois dans une bâtisse historique de la rue du Faubourg-Saint-Jaumes, moins de trois semaines après le squat de la Soucoupe. Le plus gros squat de Montpellier, dans un ancien centre de vaccination d’Euromédecine, occupé depuis janvier 2019 par 100 à 200 sans-papiers, est lui aussi sous la menace d’une expulsion qui avait été annoncée pour le 21 juillet 2020

#1262 vu sur midilibre.fr

Etats Unis, New York : des centaines de manifestants des mobilisations Black Lives Matter ont été enfermés pendant plusieurs jours dans les prisons de la ville sans pouvoir contacter leurs proches ou leurs avocats

Etats Unis, New York. Depuis le début du mois de juin, des centaines de manifestants des mobilisations Black Lives Matter ont été enfermés pendant des jours voire des semaines dans les prisons de New York sans pouvoir contacter leurs proches ou leurs avocats : certains d’entre eux ont littéralement disparu. Dans une action en justice intentée contre le département de police de New York, des avocats de Legal Aid, une organisation de défense publique, ont affirmé que plus de 400 personnes ont été détenues plus de 24 heures dans les centres de détention de la ville sans voir de juge, en violation du droit de l’État. Les avocats ont accusé le service de police d’avoir délibérément ralenti les procédures pour maintenir les manifestants en détention, comme mesure de rétorsion contre les manifestations. Tous ces recours ont été refusés par un juge de Manhattan, au cours d’une seule audience dont la sentence a grandement attisé les tensions. Des milliers de personnes ont alors afflué au Foley Square de Manhattan, près des palais de justice de l’État et du gouvernement fédéral, pour exiger la libération des manifestants. Un projet de loi pour éviter ces disparitions et obliger à libérer les personnes détenus au bout de 24 heures si elles n’ont pas été audiencées par un juge tout en limitant les motifs pour lesquelles les personnes peuvent être mises en détention provisoires (nécessité pour la police de produire des preuves) a été adopté par l’ensemble du Sénat de l’État de New York mais il doit encore être validé par l’assemblée de l’Etat et le gouverneur Andrew Cuomo qui a lui-même appelé en juin les procureurs de la ville à garder les pillards en prison pendant plus de 24 heures.

#1250 vu sur theintercept.com

France, Toulouse : évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie, avec de prétendues “propositions de relogement” sous conditions de suivi social

France, Toulouse. Suite à l’évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie installé sur les bords de la Garonne, avec destruction des cabanes et des affaires des habitants qui se retrouvent sans rien, la mairie publie le communiqué suivant : “le mercredi 22 juillet 2020 à 8h00, les services de l’Etat et de la Ville de Toulouse ont procédé, en application d’une décision de justice, à l’évacuation du campement précaire installé sur les berges de la Garonne, propriété de la commune, dans le quartier d’Empalot. Tous les occupants se sont vus proposer une solution d’hébergement.” Quelques informations glanées dans la presse nous permettent de confirmer les doutes plausibles à la lecture de la propagande municipale : quelques familles (ménages avec enfants) ainsi que certains couples sans enfants (soit 11 personnes – 8 adultes et 3 enfants) se voient proposer une hébergement conditionné par un suivi social appelé “accompagnement global” “afin de favoriser leur inclusion socio-professionnelle”. Il est précisé que ce dispositif prévoit notamment l’apprentissage de la langue française et “l’accès aux droits, aux soins, à la scolarisation des enfants, à la formation et à l’emploi”. Les autres (familles et célibataires) se sont vu proposer une “solution” qui consiste en un hébergement d’urgence de quelques jours en fonction des places disponibles en hôtels sociaux… La préfecture de la Haute-Garonne et la mairie rappellent quand même face à toute cette “générosité” institutionnelle, que ” la réglementation prévoit que les ressortissants européens, restant sur le territoire national au-delà de 3 mois, doivent disposer de ressources propres pour satisfaire leurs propres besoins”, ce qui ajoute à la destruction du lieu de vie des personnes en question la menace de l’expulsion…

#1249 vu sur actu.fr

Grèce : le confinement de tous les lieux d’accueil et d’enfermement de migrants est prolongé pour la sixième fois pour une période de quinze jours

Grèce. Le confinement des camps de migrants est prolongé pour la sixième fois pour une période de quinze jours, en même temps que le tourisme est encouragé, y compris de personnes venant de pays où la circulation du virus est bien plus forte qu’en Grèce. Ce confinement ciblé concerne cette fois toutes les structures accueillant ou enfermant des migrants, quelles qu’elles soient. Le confinement est d’autant plus insupportable que la chaleur monte et que l’accès à l’eau est le plus souvent très restreint dans ces camps. Plusieurs ONG protestent à propos de ces prolongations depuis début juillet, sans effet sur la politique gouvernementale.

#1278 vu sur plus.lesoir.be

France, Paris : la moitié des livreurs sans papiers en lutte de Frichti pourraient obtenir la régularisation de leur situation en France, à condition d’occuper un emploi salarié dans les mois à venir…

France, Paris. Le conflit prend fin, après plus d’un mois de bataille, sur une bien maigre “victoire”. La moitié des livreurs sans papiers de Frichti pourraient obtenir la régularisation de leur situation en France, à condition d’occuper un emploi salarié dans les mois à venir. C’est l’engagement qu’ont obtenu les représentants des livreurs sans papiers, la CGT et un membre de la direction de Frichti qui étaient réunis pour l’annoncer à la presse. Environ la moitié des 200 travailleurs mobilisés vont donc entamer une procédure qui devraient les mener à une régularisation s’ils trouvent un emploi salarié, car une telle procédure impliquant des autoentrepreneurs n’existe pas pour le moment, et ce conflit est loin d’avoir régler cette situation. Les autres livreurs devraient être indemnisés par Frichti qui a abondé un fonds de solidarité. La start-up a aussi annoncé, par l’intermédiaire de son cofondateur Quentin Vacher, qu’elle allait embaucher quinze de ces livreurs en tant que salariés dans ses cuisines. Les participants aux négociations se disent plutôt satisfaits du résultat. Le Collectif des livreurs autonomes de Paris (Clap) souligne quant à lui qu’il laisse de côté au moins une quarantaine des livreurs qui ont été, selon lui, exclus injustement de la procédure avant la signature de l’accord. La CGT considère que ce sont des livreurs qui n’ont pas fait grève (sic) et que c’est donc normal qu’ils ne bénéficient pas du résultat.

#1273 vu sur www.liberation.fr

France, Guyane : suite à un appel syndical à la grève générale, une manifestation a eu lieu pour dénoncer les effets de gestion de crise sanitaire

France, Guyane. Suite à un appel syndical à la grève générale une manifestation a eu lieu pour dénoncer les effets de gestion de crise sanitaire qui touche particulièrement la Guyane, toujours sous couvre-feu. Les manifestants ont brandi des pancartes blanches barrées d’une croix rouge symbolisant les victimes de la Covid-19 (38 décès comptabilisés au 20.07.20). Des palettes ont été enflammées devant la façade de la préfecture.

#1269 vu sur www.franceguyane.fr

Etats Unis, Washington : trois unités “de type paramilitaire” ont bien été déployées pour aider à la répression des manifestations contre la violence policière à Portland

Etats Unis, Washington. La division des douanes et de la protection des frontières du département américain de la Sécurité intérieure a confirmé qu’elle avait déployé des agents de trois unités “de type paramilitaire” pour se joindre à une répression fédérale contre les manifestations contre la violence policière à Portland, sans en donner le nombre. Selon le site Web du CBP, l’une de ces unités, l’Unité tactique de la patrouille frontalière, «offre une capacité de réaction immédiate aux incidents émergents et à haut risque nécessitant des compétences et des tactiques spécialisées.» Le CBP a déclaré qu’avait également été envoyés des agents de ses équipes de recherche, de traumatologie, de sauvetage et d’intervention spéciale de patrouille frontalière. De nombreuses vidéos vidéos publiées en ligne montrent en effet des officiers en tenue de camouflage sans badges d’identification utilisant des véhicules non marqués pour transporter des manifestants arrêtés. Suite à la polémique sur la légalité de ces arrestations qui ressemblent fort à du kidnapping, les autorités locales demandent leur retrait tandis que Trump appelle à leur déploiement dans d’autres villes où les manifestations émeutières se poursuivent.

#1267 vu sur www.reuters.com

Brésil : l’hypothèse d’une contamination accrue des populations autochtones par les soignants de l’agence gouvernementale Sesai qui interviennent sans tests ni protections suffisantes se confirme

Brésil. Parmi d’autres causes identifiables, l’hypothèse d’une contamination accrue des populations autochtones vivant dans des zones très isolées par les soignants qui sont venu dans le cadre de la gestion de l’épidémie se confirme. En effet, beaucoup des personnels de santé affectés aux soins des autochtones étaient déjà infectés, sans disposer des tests qui leur aurait permis de le savoir ni des équipements de protection adéquats. Dans beaucoup de villages, les symptômes commencé environ une semaine après que le personnel médical du gouvernement ait effectué une visite de routine et plus de 1000 travailleurs du service fédéral de santé autochtone, connu sous le nom de Sesai, ont été testés positifs pour le coronavirus au début du mois de juillet. A ce jour, Plus de 15500 brésiliens autochtones ont été diagnostiqués positifs, dont au moins 10889 vivant dans des territoires protégés. Au moins 523 sont décédés. Dans un communiqué envoyé par courrier électronique, Sesai, qui est dirigé par un général de l’armée, a déclaré que les informations selon lesquelles des agents de santé avaient exposé des peuples autochtones au virus n’étaient «pas concluantes».

#1259 vu sur nytimes.com

Pérou, Espinar : deux véhicules des sociétés minières qui refusent de fournir du matériel sanitaire et de la nourriture à leurs salariés dans un contexte social très confrontatif ont été incendiés

Pérou, Espinar (Cusco). Des manifestants ont incendié deux véhicules à proximité de la ville d’Espinar selon la société minière Las Bambas. Le contexte social est très confrontatif et une série de manifestations ont eu lieu depuis le 15 juillet au moment où une grève illimitée a commencé contre la société minière Antapaccay. Il s’agit de lutter contre l’impact de la pandémie de COVID-19 et les situations de pauvreté terrible qu’elle engendre, ainsi que contre l’absence de protection sanitaire des travailleurs contre la propagation du virus. Suite à la mobilisation, les autorités de la région ont accepté de fournir des bons alimentaires, des médicaments et du matériel sanitaire contre le COVID-19. Cependant, les sociétés minières ont jusqu’à présent refusé de se conformer à l’accord, ce qui a déclenché une nouvelle vague de mobilisation dans la région.

#1257 vu sur telesurenglish.net

Royaume Uni, Leicester : les contaminations repartent à la hausse en particulier dans les usines textiles où des milliers de personnes travaillent pour environ 3,50 livres sterling l’heure sans avoir cessé pendant la pandémie et sans protection

Royaume Uni, Leicester. Les contaminations repartent fortement à la hausse dans le pays, et en particulier dans les usines textiles de Leicester où des milliers de personnes travaillent pour environ 3,50 livres sterling l’heure (3,86 euros), c’est-à-dire bien moins que le minimum légal (8,72 livres sterling pour les salariés âgés de 25 ans et plus). Ces contaminations sont liées au fait que ces ateliers ont continué à fonctionner sans protection sanitaire efficace pendant toute la phase de pandémie. Une ONG dit même « avoir collecté des informations selon lesquelles on a demandé aux gens de venir au travail même s’ils montraient des symptômes du Covid-19, sinon ils perdraient leur poste ». Le gouvernement britannique a réimposé début juillet un confinement strict dans la ville. Beaucoup de ces travailleurs et travailleuses sont issus du continent indien (37 % de la population locale).

#1255 vu sur lemonde.fr

Kenya, Nairobi : les tensions s’intensifient dans le bidonville de Mathare, où la police est impliquée dans la mort d’au moins 15 personnes depuis le début du couvre-feu

Kenya, Nairobi. Les tensions s’intensifient dans le bidonville de Mathare, où la police est impliquée dans la mort d’au moins 15 personnes depuis le début du couvre-feu lié à la pandémie de Covid-19. “C’est la police, pas le coronavirus, qui nous tue”, scandent des manifestants. Plusieurs rassemblements avec des affrontements avec les forces de l’ordre ont eu lieu dans ce quartier, le plus dense de la capitale kényane, qui abrite environ 500 000 personnes. La brutalité policière n’y est pas nouvelle mais depuis que les policiers sont chargés de faire respecter le couvre-feu, ils n’hésitent pas à distribuer des coups de fouet aux habitants qu’ils croisent dans les rues mais aussi à tirer à balles réelles, faisant régner la terreur. Dès la première nuit du couvre-feu à Mathare, un garçon de 13 ans a perdu la vie, touché par une balle perdue tirée par la police dans la rue alors qu’il se trouvait dans son appartement avec sa famille. “La journée, nous avons peur du coronavirus ; et la nuit, la police nous tire dessus”, résume le père de l’adolescent. Le virus continue lui aussi à faire des ravages dans le bidonville où les conditions sanitaires sont déplorables, sans que des chiffres fiables soient diffusés.

#1247 vu sur courrierinternational.com

Pérou, San Pedro : les personnes autochtones auxquelles un antiparasitaire vétérinaire a été injecté sous la menace de perdre leur emploi souffrent de nombreux effets secondaires

Pérou, San Pedro. Les personnes auxquelles un antiparasitaire vétérinaire a été injecté comme un médicament contre le coronavirus souffrent de nombreux effets secondaires comme des maux de tête, des étourdissements, des maux d’estomac et des difficultés à dormir. Une partie d’entre eux accusent l’administrateur et un contremaître d’une entreprise bananière appelée El Misionero. Le “vaccin” aurait été appliqué cet entreprise et présenté comme obligatoire pour continuer à travailler sur place. Deux personnes qui ont refusé l’injection ont finalement été renvoyés de leur travail. Une plainte a été déposée et un suivi sanitaire des personnes qui ont reçu l’injection se met en place

#1238 vu sur www.lanacion.com.py

La Chine utilise la main d’oeuvre des Ouïghours pour produire les masques faciaux utilisés dans le monde entier

Chine. Une enquête du Times révèle que la Chine utilise la main d’oeuvre des Ouïghours, qu’elle persécute et enferme, pour produire les masques faciaux utilisés ensuite aux Etats Unis et dans le monde entier pour limiter la propagation de l’épidémie. Des images, produites par la télévision d’Etat chinoise, montrent un groupe d’Ouïghours arrivant, joyeux, dans une entreprise textile qui a commencé à produire des masques en réponse à la pandémie. Il s’agit de la propagande autour du programme de travail gouvernemental, c’est-à-dire les camps de travail. Au Xinjiang, où vivent la plupart des Ouïghours, le nombre d’entreprises produisant des équipements de protection médicale est passé de 4 à 51 et au moins 17 d’entre elles participent au programme de “transfert de main-d’œuvre” des Ouighours. Mi-mars, le gouvernement a déplacé près de 2 000 Ouïghours de Hotan, dans le sud du Xinjiang. Leur destination est Urumqi, la capitale du Xinjiang au nord. Cinquante d’entre eux ont été envoyés à Tianshan Textile pour cette tâche. Les travailleurs sont ainsi déplacés au gré des besoins croissants sur les lieux de travail puis sont enfermés à proximité. Les images satellites de certaines usines où sont aussi employés des travailleurs chinois montrent des quartiers de travail et d’habitation séparés. La hausse soudaine de la demande liée à la pandémie favorise le recours à ce type de main d’oeuvre, utilisable au gré des besoins, et les Etats Unis et la France (entre autres) utilisent aussi le travail des prisonniers pour ces productions massives.

#1263 vu sur www.nytimes.com

France, Yvelines : depuis le 14 juillet, les policiers ne cessent pas d’être pris à partie et visés, eux_mêmes ou les commissariats, par des tirs de mortiers d’artifice

France, Yvelines. Les policiers continuent à être pris à partie et visés, eux_mêmes ou les commissariats, par des tirs de mortiers depuis le 14 juillet, par exemple à Mantes-La-Jolie ou au commissariat de Meaux. Un jeune garçon de 17 ans a été interpellé à Bois d’Arcy.

#1243 vu sur leparisien.fr

Brésil, Rio Pequeno : deux hommes ont été abattus lors d’une intervention de la police militaire, pour protester contre cette action les habitants de la favela ont mis le feu à un bus

Brésil, Rio Pequeno. Deux hommes ont été abattus lors d’une intervention de la police militaire dans une favela à l’ouest de la Sao Paulo. L’intervention meurtrière a été filmée par des habitants et on voit sur les images un garçon allongé sur le sol après avoir reçu une balle dans la jambe tirée par la police. D’autres enfants sont sur place et sa famille essaye de le protéger. Les policiers disent avoir tiré en l’air pour disperser la foule qui se regroupait et commençait à leur jeter des pierres. Plusieurs personnes ont été blessées dont certaines gravement, puis la scène s’est transformée en fusillade et deux hommes qui venaient secourir les blessés ont été abattus. Pour protester contre cette action, les habitants de la favela ont mis le feu à un bus sur l’autoroute Raposo Tavares.

#1232 vu sur ponte.org

Israël, Tel Aviv, Jérusalem : des manifestations rassemblent à nouveau des milliers de personnes contre le gouvernement et sa gestion de la pandémie, des affrontements ont lieu avec les forces de l’ordre

Israël, Tel Aviv, Jérusalem. Des manifestations rassemblent à nouveau des milliers de personnes pour dénoncer la corruption du gouvernement et la gestion de la pandémie de Covid-19 et de ses conséquences. Les affrontements avec les forces de l’ordre se multiplient et l’utilisation du canon à eau contre les manifestants est récurrente. De nouvelles restrictions ont été imposée face à la résurgence de l’épidémie. Pour “éviter un confinement général”, les autorités ont annoncé vendredi que la plupart des commerces non essentiels et lieux publics seraient fermés le week-end jusqu’à nouvel ordre, alors que les restaurateurs venaient à peine de refaire leur stock suite à la promesse d’une réouverture durable. L’incohérence des déconfinements et reconfinements cause un fort mécontentement, comme la mesure de fermeture des restaurants et bars alors qu’ils ne servaient déjà qu’en terrasse et que, d’après des épidémiologistes locaux, les foyers de contamination se trouvent plutôt dans les collèges, rouverts trop vite, les salles des fêtes et, désormais, les maisons et appartements des «familles nombreuses» (comprendre les ultra-religieux). Le taux de taux de chômage a fortement augmenté ces derniers mois, dépassant les 20%. A ce jour, Israël a officiellement enregistré plus de 49.000 contaminations et 400 décès. A la critique de la politique de gestion des conséquences économiques de la pandémie s’ajoutent les protestations contre le traçage des contamination par la sécurité intérieure qui utilise ses anti-terroristes pour identifier et tracer les personnes contaminées. En plus des moyens de contrôle que ces mesures renforcent, elles sont dénoncées comme globalement inefficace du point de vue de l’avancée de l’épidémie.

#1248 vu sur liberation.fr

Cambodge : des milliers de travailleurs dans les usines de vêtements et de chaussures qui ont fermé pendant la pandémie se mobilisent parce que leurs salaires ne sont plus payés

Cambodge. Des milliers de travailleurs de vêtements et de chaussures fermées pendant la pandémie se mobilisent parce que leurs salaires ne sont plus payés, ni les indemnités auxquels ils ont droit. Au moins douze usines employant 15 000 personnes sont dans ce cas. Certains employeurs ont commencé à payer mais la plupart ne le font toujours pas. Le ministère du Travail avait envoyé une directive en juin stipulant que les usines qui suspendaient leurs activités ou fermaient en raison de Covid-19 n’avaient pas besoin de prévenir les travailleurs. ni de les payer ou de les indemniser.

#1246 vu sur cambojanews.com

Egypte, Alexandrie : des manifestations massives d’habitants des quartiers pauvres ont lieu pour protester contre les expulsions de leurs maisons, 65 personnes ont été arrêtées et 45 emprisonnées

Egypte, Alexandrie. Des manifestations massives d’habitants des quartiers pauvres pour protester contre les expulsions de leurs maisons ont eu lieu dans la ville, avec de violents affrontement avec les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les manifestants. Des dizaines d’entre eux ont été blessés et un bébé de 4 jours est mort suffoqué par les gaz lacrymogènes. Suite à ces événements, le procureur militaire de la ville a décidé d’emprisonner 42 résidents de la région de Ma’wat al-Sayadin pendant 4 jours en attendant une enquête sur des accusations de «rassemblement, manifestation, agression et infliction de blessures à l’armée et aux forces de police» et les forces de sécurité ont arrêté 65 personnes. Les femmes ont été libérées tandis que les hommes ont été emmenés au camp de sécurité central de Merghem, en préparation de leur présentation au parquet militaire, qui a rendu sa décision de les détenir 4 jours en attendant l’enquête.

#1233 vu sur revsoc.me

Colombie, Tibu : l’Association des paysans de Catatumbo dénoncé le massacre de huit personnes attribué à un groupe armé, 120 personnes ont été déplacées

Colombie, Tibu. L’Association des paysans de Catatumbo dénonce un assacre dans le village de Totumito-Carboneras, dans la municipalité de Tibú ( au nord de Santander). L’action, attribuée au groupe armé Los Rastrojos, l’un des groupes qui se disputent le contrôle des cultures et des trafics de drogue près de la frontière avec le Venezuela. aurait fait environ huit morts. 120 personnes ont été déplacées suite à cette tuerie.

#1231 vu sur www.elpais.com.co

France, Aubervilliers : plus d’un millier de migrants campent sur les berges du canal Saint Denis, plusieurs cas suspect de Covid ont été détectés

France, Aubervilliers. Plus d’un millier de migrants campent sur les berges du canal Saint Denis. La semaine dernière, plusieurs cas suspect de Covid ont été détecté dans une situation particulièrement favorable à une contamination massive. L’association humanitaire pro-migrants Utopia 56 demande un dépistage de masse et des mesures sanitaires. La question devient vite de savoir comment un tel “cluster” éventuel serait traité et quelles mesures répressives seraient prises dans le cadre d’une mise en quarantaine. Le 5 juin dernier, l’Etat a été condamné à distribuer masques et gels hydroalcoolique. C’est la Croix Rouge, assistant gestionnaire de l’Etat pour les toutes formes d’enfermement administratif depuis des décennies, qui est supposé se charger des distributions, et sur place aucun masque n’est disponible et les migrants disent n’avoir eu aucune information à ce sujet. Depuis plusieurs jours, les associations sont obligées de distribuer « des petits-déjeuners en portion individuelle sous plastique », pour limiter les contacts entre les migrants

#1228 vu sur www.francetvinfo.fr

Thaïlande, Bangkok : plusieurs milliers de personnes ont manifesté pour dénoncer la politique du gouvernement, des affrontements avec la police ont eu lieu

Thaïlande, Bangkok. Plusieurs milliers de personnes dont beaucoup étaient vêtues de noir pour renvoyer aux protestataires de Hong Kong, ont manifesté ce samedi 18 juillet à Bangkok pour dénoncer la politique du gouvernement, dans un contexte de crise économique en raison de l’épidémie de Covid-19. Un très grand nombre de jeunes gens sont ou vont se retrouver au chômage dans les mois qui viennent. Des affrontements avec la police ont eu lieu et la foule a scandé du rap antigouvernemental. Des pancartes dénonçaient la loi 112 du code criminel sur la diffamation qui protège la monarchie en Thaïlande et le richissime monarque Maha Vajiralongkorn, régnant sous le nom de Rama X, contre toute forme de critique.

#1225 vu sur www.ouest-france.fr

France, Landes : des saisonniers, la plupart d’origine colombienne, travaillant sans contrats, saisissent l’Inspection du Travail et dénoncent les cadences, les conditions de logement et les violences verbales qu’ils subissent.

France, Landes. Des saisonniers, la plupart migrants (notamment depuis la Colombie) travaillant dans une exploitation de carottes des Landes (les Fermes Larrère à Liposthey) saisissent l’Inspection du Travail et dénoncent les cadences, les conditions de logement et les violences verbales qu’ils subissent. Pas de draps, pas de douche, de toutes petites chambres sales, des toilettes pleines de boue, des journées de travail de 12 heures en plein soleil, sans pause, avec des insultes. Ils sont employés sans contrat de travail, le seul contrat étant antidaté et envoyé a posteriori, une fois qu’ils sont de retour en Colombie. En pleine période de pandémie, les exploitations agricoles ressemblent véritablement à des camps de travail où les saisonniers peuvent être maintenus confinés, alors même qu’ils sont souvent logés dans des conditions précaires et que jusqu’à maintenant deux de ces lieux de travail et d’enfermement dans les Landes ont été identifiés comme des “clusters” (à Parentis-sur-Born et à Ychoux).

#1286 vu sur francebleu

Yemen : des milliers d’éthiopiens bloqués depuis le début de la pandémie et accusés d’être responsables de la propagation du virus, sont déplacés de force, pourchassés, harcelés et torturés

Yemen. Au moins 14 500 migrants africains, pour la plupart originaires d’Ethiopie, bloqués au Yémen depuis le début de la pandémie, ont été accusés d’être responsables de la propagation du virus et transférés de force à l’intérieur du pays. Les migrants se retrouvent stigmatisés en tant que porteurs potentiels du virus et sont pourchassés, harcelés, rassemblés et déplacés dans différentes provinces éloignées des principaux centres urbains selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Au cours des cinq années de guerre civile au Yémen, les migrants africains qui cherchent à atteindre l’Arabie saoudite sont particulièrement mis en danger lors de leur traversée du Yemen. Cette situation s’est grandement empirée avec la crise sanitaire. Un migrant a déclaré qu’il avait été détenu et torturé par des trafiquants pendant près de deux mois avant d’atteindre la capitale yéménite, Sanaa. “Parfois, les gens viennent nous donner des coups de pied ou nous frapper avec des bâtons pendant que nous essayons de dormir.” témoigne un autre migrant. En plus d’être déplacés de force, certains d’entre eux sont détenus dans des centres dans des conditions catastrophiques. Les autorités gouvernementales ont enregistré au moins 1 516 infections et 429 décès en quelques jours.

#1203 vu sur www.aljazeera.com

Grèce, Ménidi : un employé du Parnis Pallace qui a refusé de travailler pendant 16 heures consécutives a été violemment frappé, un rassemblement est appelé devant l’hôtel

Grèce, Ménidi. A l’hôtel Parnis Pallace appartenant à l’homme d’affaires Kavalaris, un employé qui a refusé de travailler pendant 16 heures consécutives a été violemment frappé. Dans ses différentes entreprises, de nombreux salariés travaillent sans assurance, les contrats de travail ne sont pas respectés et les salaires sont très réduits pour des charges de travail délirantes. Des formes mafieuses de chantage et des pressions diverses sont utilisés contre ceux qui essayent de protester contre cette situation. Un communiqué de soutien, qui dénonce l’accentuation de ces pratiques en période de pandémie et appelle à un rassemblement le 16 juillet devant l’hôtel Parnis Pallace est à lire ici.

#1202 vu sur athens.indymedia.org

Pérou : un rassemblement a eu lieu devant le ministère de la santé en solidarité avec les populations autochtones en Amazonie décimées par le coronavirus, dénonçant une entreprise génocidaire

Pérou. Un rassemblement a eu lieu devant les locaux du ministère de la santé en solidarité avec les populations autochtones en Amazonie décimées par le coronavirus. 10 000 personnes à ce jour y ont contracté le virus et environ 300 en sont morts. Ce chiffre alarmant est très certainement en dessous de la réalité de la diffusion de l’épidémie. Les organisation autochtones et ceux qui les soutiennent demandent que l’Etat donne les moyens s’occuper en temps utile et efficacement de la population infectée sur ses propres territoires et dénonce une entreprise génocidaire.

#1200 vu sur www.mocicc.or

Méditerranée : la quarantaine imposée alors qu’aucun des membres de l’équipage n’a été testé positif au virus prend fin pour l’équipage du Mediterranea, les opérations de sauvetage empêchées vont reprendre

Méditerranée. La quarantaine ordonnée par les autorités sanitaires au port d’Augusta prend fin pour l’équipage du Mediterranea, après 50 jours en mer et 110 personnes récupérées. L’équipage témoigne : de nombreux cadavres ont été identifiés en mer par des avions humanitaires ou des bateaux de plaisance, et les garde-côtes libyens, en bonne entente avec l’agence Frontex de l’Union européenne,, capturent et repoussent ceux qui fuient la Libye. La mise en quarantaine qui a bloqué au port le navire pendant deux semaines, empêchant les intervention de sauvetage, a été imposée alors qu’aucun des membres de l’équipage n’a été testé positif au virus.

#1199 vu sur www.vita.it

Russie, région du fleuve Amour : Des milliers de travailleurs migrants des «Renaissance Heavy Industries» se rebellent et affrontent les forces de l’ordre parce qu’ils n’ont pas perçu de salaire depuis 3 mois

Russie, région du fleuve Amour. Des milliers de migrants, majoritairement originaires d’Ouzbékistan, travaillant dans les «Renaissance Heavy Industries» principalement originaire d’Ouzbekistan se rebellent et affrontent les forces de l’ordre parce qu’ils n’ont pas perçu de salaire depuis 3 mois, jusqu’à contraindre le gouverneur et le consul d’Ouzbekistan à négocier une indemnité de mise en quarantaine et de paiements uniques pendant six mois ou plus pour les personnes qui ont été bloquées sur place. Le chantier en cours dirigé par l’entreprise Gazprom implique 29 000 travailleurs.

#1195 vu sur kun.uz

Espagne, Maroc : 7 200 travailleurs migrants, principalement des travailleuses saisonnières marocaines, sont bloquées en Espagne dans des conditions invivables, un groupe de 15 femmes a organisé une manifestation à Cartaya, Huelva

Espagne, Maroc. 7 200 travailleurs migrants, principalement des travailleuses saisonnières marocaines se considèrent comme « abandonnées » par le Maroc en Espagne et appellent à l’aide. Arrivées en Espagne pour cueillir des fruits en mars, elles sont prises au piège depuis la fin du mois de mai sans pouvoir rentrer chez elles parce que le Maroc a fermé ses frontières. Leurs conditions de vie sur place deviennent de plus en pus précaires. Jeudi, un groupe de 15 femmes a organisé une manifestation à Cartaya, Huelva.
Le ministère marocain des affaires étrangères a annoncé que ses frontières seraient rouvertes aux citoyens et aux résidents à partir du 14 juillet, mais on ne sait pas encore si ces mesures seront utiles aux femmes en détresse, car les ferries à destination du Maroc partiront exclusivement des ports de Sète, en France, et de Gênes, en Italie, qui sont tous deux à plus de 1 000 km de la province espagnole de Huelva. Les voyageurs, tant sur les ferries que sur les vols de retour vers le Maroc, devront également fournir un test de diagnostic du coronavirus datant de moins de 48 heures. Beaucoup de femmes travaillent dans des régions isolées et n’ont pas les moyens de se rendre dans les aéroports, de prendre l’avion ou de se faire tester. L’Espagne et le Maroc ont signé un accord en 2001 accordant aux travailleuses saisonnières des visas temporaires pour récolter des fruits en Espagne. Le gouvernement espagnol a prolongé les permis de séjour des femmes jusqu’en septembre mais sans rien faire pour rendre possible leur vie quotidienne. Depuis qu’elles se sont manifestées quelques mesures d’aide d’urgence ont été prises, sans résoudre la situation. Beaucoup habitent dans des lieux très précaires, des hangars où il fait une chaleur étouffante, sans eau.

#1194 vu sur moroccomail.fr

France, Calais : les services de l’Etat et de la police ont expulsé plus de 500 migrants d’une zone industrielle. Les associations humanitaires parlent de “chasse à l’homme”

France, Calais. Selon la préfecture, 516 migrants (plus de 1200 d’après une association locale) ont été expulsés d’une zone industrielle dans laquelle il avaient installé un campement, dans le cadre d’une opération de “mise à l’abri”, c’est-à-dire une opération de police menée par des CRS, des gendarmes et la police aux frontières pour détruire les habitations et contraindre les migrants à monter dans des bus pour les évacuer, soit en “centres d’accueil” ailleurs en France, soit directement en rétention administrative. La presse parle de 13 personnes (familles et mineurs) orientées vers des “centres d’hébergements” et de 20 personnes en centre de rétention. On ne connait pas la destination des autres (16 bus ont été déplacés pour l’occasion). Cette opération de répression policière s’est déroulée suite au fait que les propriétaires des terrains concernés ont saisi le Tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer qui a rendu deux ordonnances d’expulsion le 10 juin.. Les associations humanitaires proches ont toutes dénoncé l’opération, parlant de “chasse à l’homme”. Le matériel utile à la vie quotidienne présent (amassé jusque là par les habitants) sur place à été ramassé par une usine de nettoyage. C’est pratique, c’est propre et en plus ça donne moins envie de se réinstaller… Le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se rendra dimanche à Calais, sans doute pour vérifier que le “nettoyage” a été bien fait…

#1161 vu sur www.leparisien.fr

France : le gouvernement annonce la fin de la trêve hivernale qui se clôt en même temps que l’état d’urgence sanitaire parce qu’ “on ne peut pas prolonger éternellement les trêves pour les expulsions”

France. Le gouvernement annonce la fin de la trêve hivernale qui se clôt en même temps que l’état d’urgence sanitaire parce qu’ “on ne peut pas prolonger éternellement les trêves pour les expulsions” selon la ministre déléguée au Logement, avec la promesse vite faite que même si une expulsion est validée par le tribunal, les forces de l’ordre ne seront pas mandatées pour intervenir tant qu’une solution alternative n’est pas proposée. Les impayés de loyer sont en forte hausse depuis le début de la crise sanitaire et de nombreux locataires sont déjà en situation de risquer une expulsion. Le Samu social n’a jamais eu autant d’appels et refuse de l’aide faute de places d’hébergement à longueur de journées.

#1178 vu sur francetvinfo.fr

Etats Unis : foncer en voiture dans les manifestations contre le racisme et la police a été une pratique de “contre-manifestation” récurrente et défendue sur les réseaux sociaux par l’extrême droite depuis le début de la mobilisation

Etats Unis. Foncer en voiture dans les manifestations contre le racisme et la police a été une pratique de “contre manifestation” récurrente et défendue sur les réseaux sociaux depuis le début de la mobilisation aux Etats Unis. En effet au moins 68 personnes ont foncé en voiture dans des manifestants de Black Lives Matter depuis le 25 mai. La plupart du temps il s’agit de civils d’extrême droite, mais cinq fois il s’agit de policiers. Plusieurs manifestants ont été blessés et au moins une personne est décédée à Seattle alors que les manifestants avaient envahit l’autoroute. Selon une étude faite à Chicago, 18 des attaques sont avérées comme “délibérées”, mais la plupart sont encore sous enquête. Début juin, un scanner de la police de New York a diffusé des messages prônant le renversement des manifestants et en 2017, un officier de l’Oregon avait déjà posté sur le site de médias sociaux, disant: « Lors de la rencontre avec de telles foules rappelez-vous, il y a 3 pédales sur votre plancher.”

#1163 vu sur www.mic.com

Inde, Chennai : après que la police a maltraité un travailleur migrant, les salariés de la Greater Chennai Corporation ont organisé des manifestations-éclair devant un poste de police

Inde, Chennai. Des travailleurs de la Greater Chennai Corporation ont organisé des manifestations éclair devant le poste de police de Neelankarai et le bureau de la zone de Sholinganallur pour condamner leur harcèlement par la police, avec des violences verbales constantes. Les manifestations ont été organisées après que la police a maltraité la veille un travailleur parce qu’il refusait de déraciner un arbre près d’un poste de police à Akkarai. Plusieurs incidentes de ce genre ont eu lieu de la part de policiers au cours du dernier mois dans la zone de Sholinganallur. La ville de Chennai est en quarantaine totale depuis le 25 mars et le sort de centaines de travailleurs migrants, souvent originaires du Bengale qui ne trouvent toujours aucun moyen de retourner dans leur pays d’origine, reste inchangé et, en plus du harcèlement policier, ils sont contraints de rester dans des bâtiments délabrés dans des quartiers pauvres de la ville.

#1182 vu sur timesofindia.indiatimes.com

France, Guyane : la diffusion de l’épidémie se poursuit, et engendre une tension sociale grandissante, en particulier à cause des pénuries alimentaires qui touchent les pus pauvres

France, Guyane. La diffusion de l’épidémie se poursuite et s’accroit et engendre une tension sociale grandissante, en particulier due aux pénuries alimentaires qui touchent les pus pauvres. L’état d’urgence est prolongé jusqu’au 30 octobre prochain. Les trois hôpitaux français voisins du Brésil ont annoncé avoir déclenché le “plan blanc” pour faire face à l’épidémie de coronavirus. 48 réservistes sanitaires doivent arriver en Guyane cette semaine pour renforcer l’équipe de 153 soignants déjà sur place. Le service de santé des armées va également envoyer 20 militaires spécialisés dans la réanimation. Dans les bidonvilles de Cayenne, les habitants ne trouvent plus de petits boulots et n’ont plus aucuns revenus. L’aide alimentaire est très insuffisante face à la gravité de la situation, et des problèmes de malnutrition commencent à se manifester. Dans ce territoire qui compte 300.000 habitants officiels et de nombreux citoyens en situation irrégulière, les services de l’État recensent depuis la mi-mars “30.000” bénéficiaires “réguliers” de l’aide alimentaire, soit six fois plus qu’habituellement. Les migrants d’origine haïtienne, souvent en situation irrégulière sont les plus touchés, en plus de l’ostracisme grandissant dont ils font l’objet.

#1144 vu sur clicanoo.re

Chili, Santiago : plusieurs manifestations émeutières ont eu lieu dans le quartier de Villa Francia, un homme de 55 ans a été gavement blessé par une cartouche de lacrymo tirée dans la tête

Chili, Santiago. Plusieurs manifestations émeutières contre le système de retraite privé (AFP) et contre la pauvreté ont eu lieu dans le quartier de de Villa Francia proche la gare centrale, en plein confinement. Des barricades et des incendies ont accompagné les affrontements avec la police. Un homme de 55 ans a été gravement blessé par une cartouche de gaz lacrymogène reçue en pleine tête. Il est encore hospitalisé dans un état grave et restera probablement handicapé sans qu’on puisse savoir exactement jusqu’où son cerveau a été endommagé.

#1174 vu sur www.biobiochile.cl

Kenya : une manifestation contre la violence de la police a eu lieu, avec des affrontements contre les forces de l’ordre suivis de 56 arrestations

Kenya. Une manifestation contre la violence de la police a eu lieu, avec des affrontements contre les forces de l’ordre suivis de 56 arrestations. Les exactions policières sont d’autant plus nombreuses pendant le confinement et 22 personnes au moins ont été tuées depuis le mois de mars, en particulier, un enfant de 13 ans nommé Moyo, qui a été assassiné par la police pendant les premiers jours du couvre-feu, qui est devenu l’un des symboles de la colère envers la police dans tout le pays. Les manifestants déclarent que la police cible spécifiquement le bidonvilles dans des opérations violentes et meurtrières. Par ailleurs, face à un développement important de l’épidémie, le gouvernement a décidé de ne pas rouvrir les écoles avant janvier prochain.

#1149 vu sur yeryuzupostasi.org

Pérou, Loreto : les communautés autochtones Achuar et Wampis dénoncent des incursions de la compagnie pétrolière chilienne Geopark sur leurs territoires pendant l’état d’urgence sanitaire

Pérou, Loreto. Les communautés autochtones Achuar et Wampis dénoncent des incursions de la compagnie pétrolière chilienne Geopark sur leurs territoires pendant l’état d’urgence sanitaire, avec des travaux pour extraire du pétrole de la parcelle 64 jusque là laissée en attente face au refus des populations locales. L’entreprise nie avoir effectué des travaux ou pénétré dans les communautés. Depuis le début de l’état d’urgence sanitaire, les plaintes pour ce genre de faits sont nombreuses.

#1147 vu sur ojo-publico.com

Brésil : le président Bolsonaro met son veto à ce qu’une obligation de fournir de l’eau et des lits d’hôpital aux populations autochtones soit indiquée dans la nouvelle loi sensée les protéger

Brésil. Le président Bolsonaro met son veto à ce qu’une obligation de fournir de l’eau et des lits d’hôpital aux populations autochtones soit indiquée dans la nouvelle loi sensée les protéger. La loi adoptée par le Congrès le 16 juin, a été publiée aujourd’hui avec les vetos au Journal officiel, dont un véto présidentiel aux articles qui auraient contraint le gouvernement brésilien à garantir aux peuples autochtones et aux quilombolas (descendants d’esclaves d’origines africaine qui ont fui et construit des communautés traditionnelles pendant l’esclavage) l’accès universel à l’eau potable et la distribution gratuite d’hygiène, de matériel de nettoyage et désinfection dans les villages ainsi que la fourniture de lits de soins intensifs dans les hôpitaux et de ventilateurs et de machines médicales d’oxygénation du sang.

#1146 vu sur 24.sapo.pt

Australie : en réaction à l’adoption de la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, l’Australie propose aux ressortissants de Hong Kong de prolonger leur séjour de cinq ans et annule les extraditions

Australie. En réaction à l’adoption de la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, l’Australie propose aux ressortissants de Hong Kong de prolonger leur séjour de cinq ans au delà de l’expiration de leur visa et annule les traités d’extraditions.Près de 10 000 titulaires de visa temporaires qualifiés, diplômés et étudiants en Australie seraient éligibles à ces nouvelles dispositions, ainsi que 2 500 autres en dehors de l’Australie et 1 250 demandes sont en cours.

##1145 vu sur theguardian.com

Etats Unis : environ 20 millions de locataires, soit 20% d’entre eux, pourraient être expulsés d’ici fin septembre en raison de la pandémie

Etats Unis. Environ 20 millions de locataires, soit 20% d’entre eux, pourraient être expulsés d’ici fin septembre en raison de la pandémie – avec un impact lourdement sur les locataires afro-américains et hispaniques. Selon un sondage, plus de 40% des locataires afro-américains et hispaniques disent ne plus pouvoir payer leur loyer. Une manifestation de klaxons et de véhicules a été organisée autour du bâtiment de la banque américaine. Le gouvernement fédéral prévoit de clore le moratoire sur les expulsions le 25 juillet et les mesures prises par les villes et les Etats pour assurer la protection des locataires ont commencé expirer en juin. Par ailleurs le rythme de propagation de la pandémie conduit à de nombreuses fermeture d’usines et d’entreprises et à un accroissement considérable du chômage. Dans le Wisconsin où les moratoires ont été levés dès le 27 mai, les expulsions ont augmenté de 42% les quinze premiers jours du mois de juin.

#1135 vu sur businessinsider.fr

Congo : des mineurs sont enfermés dans un confinement qui dure depuis des semaines dans les mines de cuivre et de cobalt où ils travaillent

Congo. En RDC, des mineurs sont enfermés dans un confinement qui dure depuis des semaines dans les mines de cuivre et de cobalt où ils travaillent. Les autorités congolaises annoncent que des discussions entre les dirigeants des compagnies minières actives dans le pays et le ministre des Mines vont commencer pour envisager qu’ils puissent rentrer chez eux dans le cadre d’un “moratoire sur le confinement”. Plusieurs ONG dénoncent depuis le 11 juin les conditions dans lesquelles ce confinement a lieu (rations de nourriture et d’eaux insuffisantes, logements complètement insalubres, cadences de travail augmentées). L’enjeu est de poursuivre coûte que coûte l’extraction minière. Combien de personnes sont ainsi enfermées par la gestion de l’urgence sanitaire dans des confinement ciblés qui ont tout du camp de travail ?

#1167 vu sur www.agenceecofin.com

Australie, Sydney : une manifestation contre le racisme et la police rassemble plusieurs milliers de personnes avec un très fort écho au sein de la communauté aborigène

Australie, Sydney. Une manifestation contre le racisme et la police rassemble plusieurs milliers de personnes. Le mouvement Black Lives Matter prend de l’ampleur aussi en Australie où la dénonciation des violences policières trouve un très fort écho au sein de la communauté aborigène avec en particulier la dénonciation de la mort de centaines d’Aborigènes dans des prisons (30% de la population carcérale pour 3% de la population du pays). Une cérémonie funéraire rituelle d’embaumement a eu lieu pendant la manifestation.

#1121 vu sur www.msn.com

France, Landes : 400 travailleurs agricoles dont 16 ont été testés positifs sont mis en quarantaine dans un camping tout en continuant à travailler

France, Landes. 400 travailleurs agricoles forment un cluster après que 16 aient été testés positifs et mis en quarantaine hors de l’exploitation. Ils sont testés au compte-goutte en continuant de travailler et en étant logés dans un camping. Quand l’un est testé positif, il est placé en quarantaine. On n’a pas d’informations à partir des médias sur les conditions de cet isolement, sur son rapport au contrat de travail ni sur la durée de l’isolement.

#1118 vu dans sudouest.fr

France, Seine-Saint-Denis : la préfecture juge finalement illégale l’annulation des loyers HLM à Bobigny, qui avait été promise par la ville en pleine crise sanitaire

France, Seine-Saint-Denis. La préfecture de la Seine-Saint-Denis juge finalement illégale l’annulation des loyers HLM à Bobigny, qui avait été promise par la ville en pleine crise sanitaire, le 23 avril, la ville de Bobigny s’était engagée à annuler l’ensemble des loyers d’avril pour les 4 000 locataires de son office public pour l’habitat. La plupart des initiatives de grève des loyers qui avait commencé durant le confinement se voient réprimées par les institutions.

#1117 vu sur lemonde.fr

Etats-Unis : la fête nationale a été l’occasion de manifestations émeutières mais aussi de fusillades meurtrières, près de 160 personnes ont été tuées par balles et quelque 520 autres blessées au cours du week-end

Etats Unis. D’Atlanta en Géorgie, à Chicago dans l’Illinois, en passant par Philadelphie en Pennsylvanie, dans plusieurs grandes villes des Etats-Unis le week-end du 4-Juillet, jour de la fête nationale, a été l’occasion de manifestations émeutières mais aussi de fusillades meurtrières. Près de 160 personnes ont été tuées par balles et quelque 520 autres blessées au cours du week-end, selon l’organisation Gun Violence Archives. Plusieurs enfants figurent parmi les victimes, en particulier à Chicago. Entre le soir du jeudi 2 juillet et le dimanche 5 juillet, la police de Chicago a recensé quarante-sept fusillades avec au total quatre-vingt-sept victimes, dont treize mineurs. Un adolescent de 14 ans et une petite fille de 7 ans comptent parmi les dix-sept personnes tuées dans ces violences. « Vous ne pouvez pas rejeter la faute sur un policier ». A Atlanta, onze fusillades ont éclaté entre le 3 et le 5 juillet. Elles ont fait 31 victimes, dont cinq morts dont une petite fille de 8 ans morte sur le siège arrière de la voiture familiale, alors que sa mère était au volant et refusait de s’arrêter au barrage informel aux abords du fast-food Wendy’s où, quelques semaines plus tôt, Rayshard Brooks, un Afroaméricain de 27 ans, avait été tué de deux balles dans le dos par un policier. Depuis sa mort, un groupe de personnes armées occupaient les lieux. La Géorgie est par ailleurs un « open and carry State », en d’autres termes, les propriétaires d’armes à feu, détenteurs d’un permis, sont autorisés à les porter ouvertement dans l’espace public. Suite à ce week end meurtrier, le gouverneur de l’Etat vient de déclarer l’état d’urgence. La crise sanitaire a également été marquée par une ruée sur les armes et les munitions. Le site The Trace précise qu’entre mars et mai 2,1 millions d’armes en plus de la demande habituelle ont été vendues.

Photo prise lors d’une manifestation Black Lives Matter, en Avril 2020

#1150 vu sur lemonde.fr

Brésil, Boa Vista : la communauté autochtone isolée des Yanomami proteste contre la mission militaire accompagnés de journalistes qui les a mis en danger pour produire des images de propagande

Brésil, Boa Vista. La communauté autochtone isolée des Yanomami proteste contre la mission militaire qui s’est déroulée récemment dans leur village, filmée par des journalistes. Mardi et mercredi, des soldats ont apporté des fournitures médicales par hélicoptère à des avant-postes à la frontière avec le Venezuela et ont réuni des familles yanomamis pour les tester, la scène étant filmée par un grand nombre de journalistes, sans doute pour dédouaner Bolsonaro de sa politique génocidaire envers les populations autochtones. “Nous ne voulons pas être utilisés comme propagande gouvernementale”, a déclaré Parana Yanomami. “Nous ne voulons pas que des étrangers viennent ici pour prendre des photos de nos enfants. La visite nous a pris par surprise.” Les Yanomami sont la dernière grande tribu à vivre dans un isolement relatif dans une vaste réserve sur la taille de l’État américain de l’Indiana et ont été envahis pendant des décennies par des mineurs d’or qui leur ont apporté plusieurs maladies mortelles. Mercredi, à la tête de la mission, le ministre de la Défense a déclaré aux journalistes que la pandémie était sous contrôle chez les Yanomami, car aucun cas n’avait été détecté alors que plus de 160 cas ont déjà été confirmés donc cinq décès.

#1132 vu sur www.swissinfo.ch

France, Seine-Saint-Denis : l’ASE refuse de prendre en charge un un mineur migrant qui se retrouve hospitalisé en psychiatrie à Ville Evrard après avoir réduit en esclavage en Lybie, MSF porte plainte contre l’administration

France, Seine Saint-Denis. Médecins sans frontières dépose une plainte contre la Seine-Saint-Denis pour mise en danger de la vie d’autrui, imputant à l’absence de prise charge adaptée les troubles psychiatriques déclarés par un migrant mineur atteint du VIH et positif au covid-19. Le jeune garçon, qui a fui la Côte d’Ivoire dans une situation de grave danger, et a été réduit en esclavage en Lybie au cours de son périple. MSF a déposé une plainte contre le département de Seine-Saint-Denis mercredi pour “délaissement d’une personne hors d’état de se protéger”, “mise en danger de la vie d’autrui” et “non-assistance à personne en danger”. C’est la première fois en France qu’une telle plainte est déposée contre l’administration dans ce genre de situation. L’hôpital Ville-Evrard où il a été hospitalisé pour des problèmes psychiatriques a effectivement adressé au département un signalement avec une demande de protection qui est restée sans suite. MSF et l’hôpital considèrent que les troubles dont il souffre sont indéniablement liés à son difficile parcours migratoire notamment en Libye, ainsi qu’à la précarité de sa situation actuelle. “Ce jeune homme est atteint d’une maladie chronique grave, il a été esclavagisé en Libye, il a un état dépressif caractérisé. Ce garçon est dans une situation de santé très préoccupante”, dénonce l’avocat de Médecins sans frontières. SI l’Aide sociale à l’enfance ne l’a pas pris en charge suite au signalement, c’est suite à un “test osseux” dont tout le monde connaît le caractère approximatif, et qui, comme la plupart du temps, a servi à décréter qu’il était peut-être en fait majeur, manoeuvre dilatoire qui permet aux autorités de ne rien faire en attendant que les adolescents soient effectivement majeurs pour ne pas avoir à les prendre en charge, voire de les expulser directement sur une suspicion de fraude sur leur âge. C’est d’ailleurs ainsi que se défossent les autorités : “Le Département de la Seine-Saint-Denis n’a pas procédé à une fin de prise en charge puisque ce jeune, au moment du signalement auprès de la CRIP de Seine-Saint-Denis, relevait tout simplement pas de son ressort.” Pendant ce temps, après son séjour en psychiatrie, il se retrouve à la rue sans aucune prise en charge, et il atteindra effectivement la majorité dans quelques mois, ce qui rendra possible son expulsion. “On joue la montre de façon délibérée et cynique. Ce n’est pas admissible”, dénonce l’avocat de MSF. Cette problématique concerne tous les départements de la région et bien d’autres situations similaires se produisent.

#1229 vu sur www.leparisien.fr

France, Seine Saint-Denis : bien qu’acceptés dans des cursus d’études supérieures, un collectif soutien plusieurs centaines de lycéens qui ne peuvent pas s’y inscrire, faute de papiers et risquent l’expulsion à leur majorité

France, Seine Saint-Denis. Bien qu’acceptés dans des cursus d’études supérieures, plusieurs centaines de lycéens ne peuvent pas s’y inscrire, faute de papiers et risquent l’expulsion à leur majorité. Un collectif de plus de 800 personnels de l’Education nationale de Seine-Saint-Denis demande toujours une procédure d’urgence pour leurs élèves étrangers sans papiers atteignant la majorité pour que leur situation soit régularisée avant septembre et qu’ils puissent poursuivre leur parcours scolaire.

#1165 vu sur www.liberation.fr

France, Calais : au CRA de Coquelles réouvert depuis mi-juin, un détenu à été déclaré positif au Covid19

France, Calais. Au Centre de Rétention Administratif de Coquelles, après sa réouverture récente à la mi-juin, les détenus ont été testés et un cas de covid19 est avéré, ce qui inquiète fortement les associations qui interviennent dans le centre. Dans des lieux d’enfermement comme Les Centres de Rétention Administratifs, si la contamination de l’endroit est théoriquement réduite à cause de la captivité et de l’isolement, une fois le virus à l’intérieur du bâtiment c’est l’insalubrité et le manque d’espace qui prennent le relais pour accélérer à sa diffusion.

#1112 vu sur www.nordlittoral.fr

France, Argenteuil : les amendes sont utilisées comme moyen de harcèlement répressif, avant et encore plus pendant le confinement

France, Argenteuil. Des jeunes gens qui ont tenté de porter plainte pour violence policières ont écopé d’une quarantaine d’amendes. D’autres ont été verbalisés 5 ou 6 fois en 15 minutes. « Je connais des jeunes qui ont 10.000 ou 12.000 euros d’amendes. Et ils ont 22 ans » témoigne un éducateur. Il s’agit d’un véritable harcèlement répressif et administratif qui s’est accentué avec les mesures de confinement. La police se justifie en disant que c’est leur seul moyen de coercition “pour tous les problèmes considérés comme déviants”, les policiers vont par exemple vont mettre plus d’amende là où ils soupçonnent des points de trafic de drogue, ce qui correspond précisément à une logique proactive. Parfois, les habitants découvrent les amendes après coup, le contrôle s’étant apparemment bien passé. Des habitants dénoncent aussi des pratiques particulièrement punitives qui consistent à faire en sorte que la personne ne soit pas au courant qu’elle a pris une amende (le papillon est jeté d’où l’expression “amende caniveaux”) et ne le savent que lorsque l’amende est majorée et une fois le délais de recours terminé.

#1109 vu sur www.streetpress.com

Amérique du Sud : les coursiers sont à nouveau en grève, en particulier au Brésil

Amérique du Sud. Les coursiers sont à nouveau en grève dans plusieurs pays du continent sud-américain. Des courriers du Costa Rica, du Guatemala, du Brésil, du Mexique, de l’Équateur, du Chili et de l’Argentine ont été appelés à cesser le travail et à descendre dans la rue pour contester le statu quo de leur situation professionnelle. C’est au Brésil que la grève a été le plus suivie, sans doute en lien avec la gestion catastrophique de l’épidémie qui les met, plus encore qu’ailleurs, en danger. Ils réclament un salaire minimum et une prime en cas d’urgence, la justice pour les livreurs qui ont été volés ou tués au travail, des équipement de protection et de santé suffisant en même temps que les longues heures de travail, la fin des courriers bloqués «arbitrairement» sur l’application de gestion.

#1101 vu sur contxto.com

France, Mayotte : entre 6 et 9 cas confirmés de Covid19 au centre de rétention qui a réouvert le 15 mai sans tests jusqu’au 25 juin, 200 personnes pourraient avoir été en contact

France, Mayotte. Entre 6 et 9 cas confirmés de Covid19 ont été déclarés au Centre de Rétention Administratif de Mayotte, assurément en contact avec nombre de détenus déclare un policier. Ce CRA à réouvert ses portes, ses expulsions et ses incarcérations le 15 mai sans tests jusqu’au 25 juin, laissant libre-cours à une diffusion rapide et inquiétante du virus. 200 personnes auraient circulé dans les lieux entre-temps. Les personnes positives arrivantes sur place sont transférées au centre d’hébergement de Tsararano en attendant… On ne sait pas quoi.

#1113 vu sur www.mayottehebdo.com

France : le conseil d’Etat valide des frais d’inscription à l’université de trois à quatre mille euros pour les étudiants étrangers extracommunautaires

France. Le Conseil d’Etat valide des frais d’inscription plus élevés pour les étudiants étrangers extracommunautaires à l’université et considère que leur demander de payer plus que les autres étudiants ne s’oppose pas à « l’exigence constitutionnelle de gratuité » visant à assurer l’égal accès à l’instruction. Les étudiants extracommunautaires devront payer 2 770 euros pour s’inscrire à une licence (contre 170 euros aujourd’hui) et 3 770 euros pour un master ou un doctorat (contre 243 euros et 380 euros aujourd’hui).

#1110 vu sur www.lemonde.fr

France : dans un contexte de hausse globale très forte du chômage, la société Bayes Impact reçoit 2 millions d’euros pour le déploiement de “Bob, service de retour à l’emploi” en France et ailleurs

France. Dans un contexte de hausse globale très forte du chômage en lien avec la gestion de la crise sanitaire, la société Bayes Impact reçoit 2 millions d’euros pour le déploiement de “Bob, service de retour à l’emploi”. Bob (anciennement Bob Emploi) fournit des conseils personnalisés de retour à l’emploi sous forme de “coaching personnalisé” fonctionnant sur la base de divers algorithmes. Le programme a remporté le premier prix de la fondation belge Degroof Petercam, d’une valeur d’un million d’euros, et a reçu la même somme de la part de la fondation Google.org. La société qui se déclare “philanthropique” prévoit grâce à cet argent de se déployer Belgique, au Royaume-Uni et en Europe de l’Est. Lors de sa création,Paul Duan avait déclaré : « J’ai lancé une ONG, Bayes Impact, avec l’idée qu’on peut se servir des algorithmes pour faire plus que du pognon pour des boîtes du web ». En parallèle de Bob, Bayes Impact nous apprend sur son site promotionnel que la société “a également développé un outil en ligne open source, URSUS, qui rassemble des données sur les violences policières, et a conçu des algorithmes pour Zidisha, outil permettant de réduire la fraude sur les micro-crédits aux entrepreneur·se·s ghanéen·ne·s. Plus récemment, Bayes Impact a lancé le site BriserLaChaine.org, alternative à StopCovid conçue sans technologie de traçage (sic).”

#1252 vu sur carenews.com

Colombie, Quibdo : la population subit des intimidations de groupes armés, en particulier le groupe «Los mexicanos», qui circule à moto pour imposer le respect de la quarantaine

Colombie, Quibdo. La population mise en quarantaine subit des intimidations de groupes armés, en particulier le groupe «Los mexicanos», qui opère à moto et armé et qui impose le respect de la quarantaine en circulant dans divers quartiers. Un témoin anonyme a déclaré qu’une dizaine de motos circulent ainsi dans la région en criant “tout le monde à l’intérieur” et en intimidant avec des armes ceux qu’ils rencontrent. Le gouvernement désavoue ces interventions et semble dépassé. Au cours des jours précédents, à travers des brochures menaçantes, «Les Mexicains» se sont auto désignés comme la deuxième autorité de la capitale et ont annoncé que 24 motos patrouilleraient à Quibdó, avertissant qu’ils n’hésiteraient pas à tuer ceux qu’ils croiseraiet après huit heures du soir dans les rues.

#1095 vu sur www.radionacional.co

France : à la sortie de leur période d’hospitalisation les malades du Covid-19 qui n’ont pas de mutuelle, ou leurs déscendants s’ils sont décédés, se voient facturer un reste à charge de plusieurs milliers d’euros

France. A la sortie de leur période d’hospitalisation, les malades du Covid-19 qui n’ont pas de mutuelle, ou leurs descendants s’ils sont décédés, se voient facturer un reste à charge de plusieurs milliers d’euros. Depuis début mars, selon les derniers chiffres de la Direction générale de la santé, 104 144 malades du Covid-19 ont été hospitalisés en France, dont 18 321 en réanimation. Pour les cas les plus graves, le passage en réanimation a duré plusieurs jours voire plusieurs semaines. Or, dans ces unités spécialisées, la journée coûte plus de 3 000 €. Les patients guéris et les enfants de patients décédés sans mutuelles ont eu la mauvaise surprise de se voir réclamer par les hôpitaux 20% de cette somme (le “reste à charge”, c’est-à-dire ce que la sécurité sociale ne rembourse pas) donc 600 euros par jour, multipliée par le nombre de jour d’hospitalisation alors que trois millions de personnes sont sans complémentaire santé en France, qui sont évidemment les plus précaires puisqu’ils ne peuvent pas payer une mutuelle.

#1091 vu sur www.la-croix.com

Allemagne, Berlin : un véhicule de l’ambassade de France a été incendié en solidarité avec les émeutiers des banlieues françaises et ceux qui se sont révoltés à Stuttgart et Göttingen

Allemagne, Berlin. Un véhicule de l’ambassade de France a été incendié en solidarité avec les émeutiers des banlieues. Le communiqué lié à cette attaque peut être trouvé en traduction anglaise ici. Il évoque également, entre autres, les affrontements contre la police qui ont eu lieu à Stuttgart et Göttingen ainsi que la solidarité avec Loïc, dont le procès se termine à Hambourg.

#1104 vu sur anarchistsworldwide.noblogs.org

Pérou, Lima : le climat de contestation sociale s’intensifie avec une forte répression, des affrontement ont lieu alors que 800 employés des services d’assainissement en grève manifestent

Pérou, Lima. Le climat de contestation sociale s’intensifie avec une forte répression de forces de l’ordre dans le cadre des manifestations contre la corruption. Des affrontements ont aussi eu lieu lors d’une manifestation de 800 employés des services d’assainissement de la ville actuellement en grève.

#1085 vu sur les réseaux sociaux

France, lieu-dit du Vallon (Hautes-Alpes) : un campement de gens du voyage a été saccagé par une voiture bélier

France, lieu-dit du Vallon (Hautes-Alpes). Un campement de gens du voyage a été saccagé par une voiture bélier. Plusieurs caravanes ont été abîmées alors que le campement était momentanément désert. L’installation de ce campement suscite depuis quelques temps déjà une certaine tension raciste dans la commune. D’après le maire, le terrain occupé est en zone inondable ce qui engagerait la « responsabilité morale » des élus, il est sensé chercher une autre solution, mais, le temps qu’il réfléchisse, certains de ses concitoyens n’ont visiblement pas eu la patience d’attendre…

#1084 vu sur www.ledauphine.com

Italie, Mondragone (Campanie) : 700 personnes sont enfermées dans une cité HLM depuis le 22 juin considérée comme une “zone rouge” car 50 cas de covid y ont été détectés, l’armée a été envoyée quand ils sont sortis pour manifester

Italie, Mondragone (Campanie). 700 personnes habitants d’une cité HLM, principalement des travailleurs immigrés saisonniers dans l’agriculture venus de Bulgarie qui n’ont pas actuellement d’emploi à cause de la crise sanitaire, sont enfermés depuis le 22 juin sur leur lieu d’habitation considéré comme une “zone rouge” car une cinquantaine de cas de covid y ont été détectés. Un cordon sanitaire a été établi autour des bâtiments. Des tensions ont éclaté avec des habitants de la ville, sur fond de racisme accentué par le contexte de la pandémie avec une assimilation entre immigration et risque de contagion. Quand les travailleurs bulgares sont sortis de la zone confinée pour manifester dans les rues de la ville et demander des vivres et des médicaments, le président de la région a décidé d’envoyer l’armée pour verrouiller la zone. La sécurité sanitaire a servi de prétexte pour intensifier par une gestion militaire la répression contre les travailleurs immigrés.

#1090 vu sur www.courrierinternational.com

Caraïbes néerlandaises, Curaçao. Depuis mercredi, des émeutes ont lieu dans une des îles des Pays Bas aux Caraïbes

Caraïbes néerlandaises, Curaçao. Depuis mercredi, des émeutes ont lieu dans une des îles des Pays Bas aux Caraïbes. Un couvre-feu a été déclaré et le gouvernement néerlandais a déployé l’armée en collaboration avec la police locale. Les manifestations contre les mesures d’austérité – adoptées pour bénéficier d’un soutien financier des Pays-Bas européens – sont devenues rapidement émeutières. Deux cents manifestants ont pénétré de force dans le palais du gouvernement, le fort d’Amsterdam. Des magasins du centre de Willemstad ont été pillés. Divers autres bâtiments, dont une école, ont été incendiés. Des dizaines d’émeutiers ont été arrêtés. Curaçao est nominalement autonome mais dépend en réalité des Pays-Bas européens. Avant même que la pandémie de coronavirus n’accroisse terriblement la pauvreté, Curaçao affichait un chômage de 21% et des inégalités de revenus très importantes. Les Pays Bas exigent des réductions de salaire de 12,5% dans le secteur public pour fournir une aide alimentaire.

#1077 vu sur atlanticsentinel.com

Colombie, Soacha : des habitants se révoltent contre une opération d’expulsion menée par la brigade anti-émeutes de la police mobile (ESMAD), un adolescent est tué d’une balle dans le cou

Colombie, Soacha. Des habitants se sont révoltés contre une opération d’expulsion à laquelle menée par la brigade anti-émeutes de la police mobile (ESMAD) dans le quartier pauvre de Ciudadela Sucre à Soacha, ville située à proximité de Bogota. Pendant les affrontements au cours desquels la police a tiré à balles réelles, un adolescent est décédé après avoir reçu une balle dans le cou tirée par un membre du groupe Esmad de la police métropolitaine de Bogota.

#1089 vu sur www.elheraldo.co

Chine : un rapport démontre une politique génocidaire de contrôle des naissances à l’encontre de la communauté musulmane des Ouïghour avec des stérilisations forcées sous la menace d’être interné en camps

Chine. Un rapport, dans lequel un expert allemand s’inquiète de la chute de naissance dans la communauté musulmane des Ouïghour en particulier depuis 2016, montre comment la Chine mène, dans sa région du Xinjiang (nord-ouest) à majorité musulmane, une politique de contrôle des naissances extrêmement coercitive avec des stérilisations forcées sous la menace d’être interné en camp. Ces pratiques sont génocidaires. Des organisations de défense des droits de l’Homme accusent la Chine d’avoir interné dans la région au moins un million de musulmans, dans ce qu’elles appellent des camps de rééducation politique. Pékin dément ce chiffre et parle de centres de formation professionnelle, destinés à aider la population à trouver un emploi et à l’éloigner ainsi de l’extrémisme et du terrorisme. La Chine fait savoir pour sa part que le Xinjiang est désormais “stable et harmonieux”.

#1108 vu sur lemonde.fr

Canada : les détenus inuits sont surreprésentés dans les données des contaminations recensés au sein des pénitenciers fédéraux depuis le début de la pandémie

Canada. Les détenus inuit sont surreprésentés dans les données des contaminations recensés au sein des pénitenciers fédéraux depuis le début de la pandémie. Ils constituent ainsi près de 5 % des cas de COVID-19 recensés dans les établissements correctionnels fédéraux*, alors qu’ils représentent en réalité moins de 1 % de la population carcérale. La majorité des Inuit ayant été déclarés positifs au nouveau coronavirus se trouvent dans un pénitencier du Québec en particulier. Plus largement, 21,5 % des détenus ayant attrapé la COVID-19 dans les prisons fédérales sont soit issus des Premières Nations, soit Inuit ou Métis, selon les données du bureau de l’enquêteur correctionnel du Canada. C’est par ailleurs au Québec que le plus grand nombre de cas de COVID-19 chez les détenus a été dénombré, soit 64,2 %. Des cinq établissements où l’on juge que l’éclosion est encore à ce jour “contenue”, trois se trouvent dans la province : l’établissement pour femmes de Joliette, l’établissement de Port-Cartier et le centre fédéral de formation, situé à Laval. Les deux autres pénitenciers identifiés par M. Zinger sont l’Établissement de Mission, en Colombie-Britannique, et l’Établissement pour femmes Grand Valley, en Ontario. Les autorités procèdent à des dépistages systématiques mais les cas d’infection auprès du personnel ne sont pas divulgués.

#1069 vu sur ici.radio-canada.ca

Cambodge : les patrons de la confection demandent la suspension du salaire minimum alors que des chômeurs et chômeuses attendent tous les matins un travail pour la journée

Cambodge. Un groupe représentant les usines de confection au Cambodge trouve comme solution pour sortir de la crise liée à la gestion de la pandémie de coronavirus la suspension du salaire minimum et demande au gouvernement une mesure dans ce sens. Le secteur de l’habillement et des chaussures emploie 800 000 personnes dans le pays où plus de 250 usines employant quelque 130 000 travailleurs ont suspendu leurs activités. Le calcul est simple : les salaires représentent 70% des coûts, la solution est donc de les baisser. À l’heure actuelle, les travailleurs de l’habillement suspendus à cause de la crise ont droit à un paiement mensuel de 70 $, qui comprend une allocation gouvernementale de 40 $ et une contribution de 30 $ des employeurs. Mais ces aides tardent à être versées et des ouvriers et surtout beaucoup d’ouvrières au chômage forcé se rassemblent avant l’aube pour attendre d’être embauchées à la journée par des courtiers des usines. On trouve dans ces rassemblements beaucoup de mineurs mis au travail par leurs familles pour échapper à la misère.

#1064 vu sur asia.nikkei.com

Brésil : la mairie de Rio mène une opération de destruction dans une favela près d’Uerj dans le nord de la ville.

 

Brésil. La mairie de Rio mène une opération de destruction dans une favela près d’Uerj dans le nord de la ville. La Coordination des opérations spéciales, qui est liée au Secrétariat municipal pour les infrastructures, le logement et la conservation, a démoli en très peu de temps une vingtaine de maisons. La sécurité a été renforcée par la police militaire et la garde municipale. Les constructions de fortune se sont multipliées depuis le début de la pandémie. Ces opérations sont souvent menée par les tristement célèbre unités du “BOPE” connus pour massacrer civils comme “délinquants” lors de sanglantes descentes.

Tireur d’élite du BOPE lors d’une opération de “pacification” dans la favela de Rocinha.

#1058 vu sur g1.globo.com

France, Mont de Marsan : par la magie de la reconnaissance préalable de culpabilité, un homme se retrouve condamné à 4 mois avec mandat de dépôt pour le vol de 3 euros 50 et d’une paire de lunettes

France, Mont de Marsan. Un homme de 54 ans condamné à de la prison ferme pour avoir fracturé deux voitures et volé une paire de lunette et 3 euros 50. Il a été reconnu sur les images de vidéosurveillance puis a accepté une condamnation sur reconnaissance préalable de culpabilité qui lui a valu quatre mois de prison ferme sans procès et une incarcération immédiate…

#1057 vu sur sudouest.fr

Etats Unis : appelées par les syndicats ou sauvages, les grèves se multiplient dans tout le pays, souvent en lien explicite avec les manifestations émeutières suite au décès de Georges Floyd.

Etats Unis. Sauvages ou appelées par les syndicats, les grèves se multiplient dans tout le pays, dans des secteurs très variés tous touchés par la crise sanitaire. Dans l’État de Washington, un mot d’ordre de grève générale a été suivi par des grèves sauvages dans plus de 250 lieux de travail. Le lien avec la mobilisation contre le racisme et la police est souvent explicite, comme à la Nouvelle Orléans. L’expiration de l’assurance chômage en juillet pourrait accentuer encore ce mouvement.

#1044 Source paydayreport

Inde, Amravati. Des infirmières font grève parce qu’elles n’ont par perçu leurs salaires au cours des trois derniers mois

Inde, Amravati. Des infirmières font grève parce qu’elles n’ont par perçu leurs salaires au cours des trois derniers mois. Leurs conditions de travail au plus près des malades du Covid19 sont par ailleurs déplorables. Elles affirment avoir dû travailler parfois 24h sur 24 sans même qu’on leur fournisse de nourriture.

#1075 vu sur timesofindia.indiatimes.com

Argentine, Fontana. : des policiers agressent et torturent des membres de la communauté autochtone de Qom, la scène est filmée et fait scandale

Argentine, Fontana. Des scènes choquantes d’agents de police agressant des membres de la communauté autochtone de Qom dans la ville de Fontana, province du Chaco (nord du pays) sont diffusées sur les réseaux sociaux. Face au scandale, les autorités locales sont intervenues en suspendant six officiers et en les plaçant sous enquête. Des policiers ont fait irruption pendant la nuit dans une maison du quartier de Banderas Argentinas, près de la ville de Fontana, et ont frappé les habitants, ont tiré sur eux des balles en caoutchouc et ont commis des agressions sexuelles. Selon la presse, les policiers ont arrêté et transféré deux femmes et deux hommes, en plus d’attaquer une autre femme qui se trouvait sur les lieux. Les proches de ces personnes affirment qu’elles ont été ensuite blessées et torturées au poste de police où elles ont été transférées. Un témoin raconte : “au poste de police, ils ont été torturés avec des méthodes qui rappellent des temps très sombres: les policiers ont éteint la lumière, les ont battus, les ont aspergés d’alcool au cri de” putains d’Indiens “et après, ils ont fait des blagues en allumant une cigarette à proximité.”

#1053 vu sur batimes.com.ar

Brésil, Amazonie : une organisation autochtone donne le chiffre à ce jour d’au moins 332 décès de Covid-19 et 7 208 cas dans 110 communautés, son représentant parle d’extermination sciemment orchestrée par le gouvernement

Brésil, Amazonie. L’organisation indigène Apib donne le chiffre d’au moins 332 décès de Covid-19 et 7 208 cas de coronavirus dans 110 communautés. “Nous sommes confrontés à l’extermination”, a déclaré son coordinateur exécutif. Le Covid décime en particulier les personnes les plus âgées qui ont une importance particulière dans la structuration sociale des communautés autochtones, détenant l’histoire et étant souvent chefs de tribus ou soignants. Certains accusent les agents de santé du gouvernement d’avoir amené le virus. Katia Silene Akrãtikatêjê, 51 ans, chef de la tribu Gavião dans l’État de Pará, pense qu’elle a attrapé Covid-19 après qu’une équipe de santé publique s’est rendue dans leur village pour donner des vaccins contre la grippe. Dans la plus grande réserve du Brésil – les Yanomami – quatre personnes sont mortes du Covid-19 et 146 cas de coronavirus ont été détectés. La tribu a déjà été décimée par des épidémies de rougeole et de grippe, et beaucoup craignent maintenant que le coronavirus soit propagé par les 20 000 orpailleurs illégaux – ou garimpeiros – qui envahissent la réserve. Chez les Kokama, dans la région amazonienne d’Alto Solimões, à 1000 km de Manaus, le Covid-19 a tué 57 personnes. Un homme de 64 ans, aurait contracté la maladie lorsqu’il s’est rendu dans une ville voisine pour percevoir un paiement d’aide d’urgence, ce qui est une contrainte imposée par le gouvernement. Quand il est tombé malade, on lui a promis un pont aérien médical à Manaus, mais cela ne s’est jamais concrétisé. Les Kokama qui tombent malades restent maintenant dans leurs villages, se soignant avec un thé à base de plantes amazoniennes, de citron vert, de gingembre, d’ail et d’aspirine. A la lutte désespérée contre le virus s’ajoute le manque de nourriture qui devient critique.

#1043 Source theguardian.com

Inde, New Dehli : un centre spirituel a été reconverti en gigantesque centre d’isolement de 10.000 lits gardé par des forces paramilitaires

Inde, New Dehli. Face à l’accroissement des décès dus à l’épidémie, un centre spirituel a été reconverti en gigantesque centre d’isolement de 10.000 lits. Sur les 10 000 lits prévus, 1000 seront dotés d’un accès à l’oxygène mais aucun ne sera équipé de respirateurs. Des forces paramilitaires vont être dépêchées pour prêter main-forte au «plus grand centre Covid du monde». Les soldats garderont notamment l’enceinte du campus afin d’empêcher la transmission du virus vers l’extérieur. La réouverture économique du pays s’accompagne d’une envolée inquiétante des cas de coronavirus, en dépit du confinement rapide et strict qui a été imposé durant près de deux mois par gouvernement. Rien qu’à Delhi, les autorités anticipent un demi-million de contagions à la fin du mois de juillet. Pour parer au choc, 80 000 lits vont être nécessaires, alors que la capitale n’en possède que 12 000. Le scénario qui se dessine est de plus en plus sombre et certaines ambassades ont prévenu leurs ressortissants sur l’éventualité d’être privés de soins en cas de nécessité. A l’heure actuelle, trouver une place pour être soigné relève du parcours du combattant. «Les hôpitaux de Delhi ne parviennent pas à faire face à la crise. Si on est malade, mieux vaut rester chez soi et mourir avec dignité» témoigne un habitant.

#1067 vu sur plus.lesoir.be

Brésil, Amazonie : l’Etat néglige sciemment les zones habitées par des autochtone dans les interventions contre les incendies qui ravagent l’Amazonie

Brésil, Amazonie. L’Etat néglige sciemment les zones habitées par des autochtone dans les interventions contre les incendies qui ravagent l’Amazonie. Les Guaranis qui ont contenu un incendie à Jaraguá dénoncent ces négligences criminelles. Beaucoup d’habitants ont été blessés en intervenant seuls pour endiguer le feu. Le gouvernement a laissé le feu se propager et devenir impossible à maîtriser pendant plusieurs heures avant d’envoyer les hélicoptères malgré plus d’une centaine au service d’incendie de la police militaire de l’État de São Paulo et des transmissions en direct avec des demandes d’aide. Les hélicoptères sont intervenus seulement sept heures après le début de l’incendie, en versant 1 200 litres d’eau sur le site ce qui était largement insuffisant, et: l’incendie a continué pendant six heures de plus. Sur la page officielle du service d’incendie de la police militaire de l’État de São Paulo une intervention longue et efficace est décrite alors que les camions sont repartis avant même d’intervenir en constatant qu’il était difficile d’atteindre le lieu de l’incendie.

#1037 vu sur brasildefato.com.br

Honduras : une manifestation contre la pauvreté et la faim a été violemment réprimée à San Pedro Sula, ville la plus touchée par l’épidémie, le petit pays est submergé par les morts

Honduras. Une manifestation contre la pauvreté et la faim a été violemment réprimée à San Pedro Sula, ville du nord du pays la plus touchée par l’épidémie. Ce petit pays d’Amérique centrale est submergé par les morts. Les enterrements se font sous garde militaire. Quelques proches défient les soldats qui ont escorté le convoi funèbre dès la sortie de l’hôpital et ouvrent les cercueils scellés pour un dernier adieu au défunt. Le président du pays, lui-même hospitalisé la semaine dernière après avoir été testé positif, a reconnu que le système de santé est submergé par l’afflux de patients. Il considère que le pic de l’épidémie n’est pas atteint. Les chiffres officiels recensent 10.000 malades du coronavirus au Honduras, pays de 9 millions d’habitants, dont plus de 300 décédés. Cependant, “il faut multiplier ces chiffres par cinq, il y a 50.000 malades”, assure le secrétaire de l’Association des pompes funèbres. Dans le nord du pays où se trouve l’épicentre de l’épidémie, “ils enterrent la nuit entre dix et douze cadavres (entassés) dans des remorques”. “La morgue ne marche plus, les cadavres sont en état de décomposition, il va y avoir une large contamination”, avertit encore un responsable, qui a publié sur les réseaux sociaux une vidéo montrant 16 cadavres dans des sacs noirs, étendus sur des civières dans les couloirs.

#1036 vu sur information.tv5monde.com

Canada : un troisième travailleur migrant saisonnier meurt du Covid19 alors qu’un rapport sorti le 8 juin dénonce les conditions sanitaires déplorables dans lesquels ils travaillent

Canada. Un troisième travailleur migrant saisonnier embauché dans l’agriculture meurt du Covid19 alors qu’un rapport du 8 juin établi par un groupe “représentant les travailleurs migrants au Canada” alertait sur les conditions sanitaires déplorables dans lesquelles les saisonniers travaillent. Des centaines d’infections et deux morts étaient alors déjà signalés. Le rapport pointe le manque de nourriture, d’eau chaude, de repos et d’équipement de protection individuelle. Il y est aussi mentionné les cas fréquents de salaires non payés ou volés. Au moins 164 travailleurs des fermes Scotlynn du comté de Norfolk ont reçu un diagnostic positif après avoir subi un test de dépistage de la COVID-19, selon les autorités locales de santé publique. Selon la Migrant Workers Alliance for Change, une ferme de pêches et de raisins à Niagara a demandé à ses employés de signer un contrat qui stipulait que le salaire versé pendant la période de quarantaine était un prêt qui devait être remboursé et un quart des travailleurs sondés pour ce rapport affirment ne pas avoir été payés pendant leur période de quarantaine alors que selon les lignes directrices établies par le gouvernement fédéral pour les employeurs de travailleurs étrangers temporaires concernant la COVID-19, “l’employeur doit les payer pour au moins 30 heures par semaine au taux de salaire horaire précisé […] dans l’offre d’emploi” pendant la période de quarantaine.

#1026 vu sur ici.radio-canada.ca

Grèce, Thessalonique : une attaque explosive qui a eu lieu le 8 juin, veille des funérailles de Georges Floyd, contre le groupe Manpower est revendiquée en solidarité avec les émeutiers aux Etats Unis

Grèce, Thessalonique. Une attaque explosive qui a eu lieu le 8 juin, veille des funérailles de Georges Floyd, contre le groupe Manpower est revendiquée en solidarité avec les émeutiers aux Etats Unis dans un communiqué à lire ici .

#1030 Source athens.indymedia.org

Tunisie, Tataouine : les forces de sécurité sont intervenues pour mettre fin à la mobilisation des chômeurs qui avaient repris depuis plus de 10 jours à proximité du site d’exploitation pétrôlière et gazière d’Al Kamour, en plein désert

Tunisie, Tataouine. Les forces de sécurité sont intervenues pour mettre fin à la mobilisation qui avaient repris depuis plus de 10 jours sur le site d’Al Kamour, en plein désert, où les manifestants ont érigé des tentes et bloqué la route du désert aux camions appartenant à des sociétés d’exploitation de gaz et de pétrole. Les manifestants réclament l’application d’un accord, conclu après des mois de sit-in ainsi que des heurts en 2017, prévoyant d’employer dans ces sociétés des milliers de chômeurs de cette région marginalisée. Dans la soirée du jeudi 18 juin, ils ont également bloqué la route reliant Tataouine et Médenine. Suite à l’arrestation d’un protestataire samedi soir, des affrontements ainsi que plusieurs arrestations ont eu lieu. Ce dimanche la situation est tendue avec des débuts d’affrontement entre des jeunes et les forces de l’ordre dans le centre ville de Tataouine. Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur qui fait état de dix arrestations, un groupe de personnes a “tenté d’attaquer les commissariats de police avec des cocktails Molotov, ce qui a poussé les forces de l’ordre à défendre leurs postes en usant de tous les moyens légaux”. Un appel à la grève générale circule.

#1019 vu france24.com

Pérou, Loretao : un groupe évangélique injecte un vaccin antiparasitaire vétérinaire à des milliers de personnes en prétendant les protéger ainsi du Covid-19, avec l’appui du gouverneur.

Pérou, Loretao. Un groupe évangélique injecte un vaccin vétérinaire à des milliers de personnes en prétendant les protéger ainsi du Covid-19, avec l’appui du gouverneur. Au moins 5 000 habitants de l’Amazonie péruvienne ont reçu de l’ivermectine vétérinaire, un vaccin antiparasitaire pour animaux. Dans cette région isolée du Pérou, où vivent près d’un million de personnes, dont 300 000 indigènes, la peur de Covid-19 et le manque d’assistance de l’État ont conduit de nombreuses personnes à accepter l’injection de l’antiparasitaire, qui a été présenté dans une propagande radiophonique insistante, comme un palliatif à la maladie. Des injection ont eu lieu sur les points d’entrée des régions habitées par les populations autochtone de la rivière Marañon. Certains pasteurs évangéliques de Loretao ont lié le nouveau coronavirus au diable et à la fin du monde, offrant ces injections «comme salut». Des témoignages font état d’effets secondaires importants, comme une forte accélération cardiaque et de très fortes diarrhées. Dans la communauté de Cuninico, où une grande partie de la population avait des symptômes de covid-19, le technicien du module de santé a tenté en vain de s’opposer à ces injections. “L’explication des volontaires était claire et directe que [l’antiparasitaire] est approuvé par la loi et qu’il s’agit d’un traitement animal qui donne des résultats positifs en tant que vaccin”, a déclaré l’apu (chef indigène) de Cuninico, Wadson Trujillo Acosta. Les évangélistes ont prétendu qu’il était administré dans tout le pays. Dans cette région, 60% des plus de 18 ans ont reçu le médicament. «Presque tout le monde ici a des symptômes de Covid-19 et le traite avec des remèdes maison», explique Trujillo. «Nous avons des problèmes d’approvisionnement en médicaments. Nous avons reçu 27 tests de diagnostic rapide pour la communauté. Sept étaient positifs et nous en avons économisé sept en cas d’aggravation ». Des volontaires évangéliques ont également appliqué le médicament vétérinaire dans les communautés de Santa Rita de Castilla et Saramurillo, entre autres.

#1015 brasil.elpais.com

Colombie, Chinu : des systèmes de piloris pour punir ceux et celles qui ne respectaient pas le confinement.

Colombie, Chinu. Les autorités colombiennes auraient mis en place des systèmes de piloris pour les gens qui ne respectaient pas le confinement. Les contrevenant se voyaient enfermer la jambe dans un système en bois afin de les punir publiquement. Le système serait aussi utilisé pour certains “délits” tel que l’adultère

#01003 vu sur wikipedia

Allemagne : plus de 700 des 5000 salariés du plus grand abattoir d’Europe ont été testés positifs au covid

Allemagne. Plus de 700 des 5000 salariés ont été testés positifs dans le plus grand abattoir d’Europe. Plusieurs abattoirs ont concentré des nombres importants de cas en France et en Allemagne. La raison avancée serait le manque d’hygiène, ce qui peut sembler inquiétant. Plusieurs journaux allemands n’hésitent pas à relayer une explication ouvertement raciste qui consiste à incriminer le fait que de nombreux travailleurs étrangers, notamment d’Europe de l’Est sont employés dans ces abattoirs.

#1007 vu sur www.huffingtonpost.fr

France : les associations d’aide alimentaire font face à un « raz de marée de la misère »

France. Les associations d’aide alimentaire font face à un « raz de marée de la misère ». La crise économique et sanitaire a obligé un nouveau public à se tourner vers ces associations, qui commencent l’été avec des stocks au plus bas. Le “resto du coeur” de Paris 11ème connaît une hausse de fréquentation de 70 % par rapport à la même période l’année dernière.

#01002 vu sur lemonde.fr

France : les expulsions de campement de “gens du voyage” reprennent en force avec la fin du confinement

France, Guidel et Locmiquélic (Morbihan). Les gendarmes mobiles expulsent un campement de “gens du voyage”. Partout en France, la fin du confinement marque le retour en force de ces expulsions, souvent appuyées par les riverains. Une constante : des territoires qui ne respectent pas les schémas d’accueil, des aires insalubres, des abus dans les périodes de fermetures administratives.

#0997 Source ouest-france.fr

France, Rennes : un conseiller Pôle Emploi est convoqué pour une sanction pour avoir aidé des chômeurs à récupérer des allocations non versées.

France, Rennes. Un conseiller Pôle Emploi à Rennes est convoqué le 23 juin à un entretien préalable pour une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement pour avoir aidé des chômeurs à récupérer des allocations non versées. La direction évoque de son côté un dossier personnel. Il affirme d’ailleurs avoir découvert “de vraies anomalies couvertes par une chaîne de décideurs, par exemple des salaires exclus automatiquement par le système de calcul des allocations chômage” ou encore des informations “sur les droits des allocataires que l’on donne très peu, voire quasiment jamais aux intéressés”. Un collectif de soutien s’est constitué, à l’initiative d’organisations et de syndicats de l’intermittence de l’emploi, du spectacle, des arts et de la culture.

#01001 france3-regions.francetvinfo.fr

Indonésie, Balikpapan : alors que le slogan “Papouan lives matter” se répand dans l’archipel, plusieurs militants papous ont été condamnés à de lourdes peines de prison pour trahison suite aux manifestations antiracistes en Papouasie l’an dernier.

Indonésie, Balikpapan. Alors que le slogan “Papouan lives matter” se répand dans l’archipel, sept militants papous ont été condamnés mercredi à de lourdes peines de prison pour trahison en liaison avec une vague de manifestations antiracistes qui avaient secoué la Papouasie, la province la plus à l’est de l’archipel d’Asie du Sud-Est, l’an dernier. Des manifestations et des émeutes avaient alors éclaté en Papouasie et d’autres régions d’Indonésie pendant plusieurs semaines, faisant des dizaines de morts, après l’arrestation d’étudiants papous et en réaction à des injures racistes proférées à leur encontre à Surabaya, la deuxième ville du pays.Trois militants indépendantistes ont été condamnés à 11 mois de prison ferme, et quatre étudiants jugés à leurs côtés ont écopé de 10 mois de prison. La sentence a été prononcée par visioconférence pour cause de pandémie. Jakarta a eu recours de façon croissante aux accusations de trahison contre les voix discordantes. Une cinquantaine de militants papous ont été accusés de trahison après les manifestations de l’an dernier. Des militants ont organisé des manifestations cette semaine pour dénoncer le racisme contre les Papous.

#0999 Source tahiti-infos.com

Grèce, Athènes : la police anti-émeute encercle la place Viktoria pour forcer 77 enfants et 44 adultes, qui résistaient depuis plusieurs jours à ces transferts, à monter dans des bus pour les emmener au camp d’Eleonas, une manifestation à été organisée

Grèce, Athènes. Pendant la nuit du 17 juin, des escouades de police anti-émeute ont encerclé Plateia Viktoria pour forcer 16 familles – environ 71 enfants et 44 adultes -, qui résistaient depuis plusieurs jours à ces transferts, à monter dans des bus pour les emmener au camp de réfugiés d’Eleonas. Ces migrants qui avaient passé des mois à Moria dans des conditions difficiles et dangereuses, étaient arrivés à Athènes quelques jours plus tôt et dormaient depuis sur le trottoir. Récemment, pour “désengorger les camps”, des centaines de personnes vivant à Moria ont soudainement reçu l’autorisation de partir – certaines ont finalement obtenu l’asile et d’autres ont tout simplement vu leur restriction géographique levée. La plupart d’entre eux fuient donc la Moria comme ils le peuvent, beaucoup dépensant l’intégralité de leur petite allocation alimentaire du HCR dans des billets de bateau pour Athènes. Rien n’est prévu à leur arrivée. La seule réponse de l’État aux demandes de logement est la possibilité de postuler pour le projet Helios, dirigé par l’OIM, dont des représentant se déplacent là où les migrants campement pour les pousser à s’y inscrire. Le programme «d’intégration» d’Helios est un projet restreint à destination de l’ensemble de la population grecque en difficulté de logement, qui propose à ceux qui sont sélectionnés une petite allocation de soutien locatif pendant six mois. L’alternative à cette fausse solution est l’embarquement dans des bus pour le centre de rétention. Lors de ses interventions, la police a passé des heures à menacer et à intimider, entourant les familles assises par terre avec des armes à feu. L’aberration est telle, que ceux qui y serons emmenés ne pourrons pas y rester longtemps car leur statut ne correspond pas à la rétention. De toutes manières ils refusent de retourner dans un camp. Des personnes solidaires sont restées avec les migrants pour les aider à éviter l’évacuation forcée. Lors de l’intervention du 17 juin, 110 personnes dormaient sur Plateia Viktoria. Une unité de police antiterroriste est entrée sur la place vers 3 heures du matin, suivie d’une escouade de police anti-émeute. Les personnes solidaires ont été arrêtées et emmenées au poste de police central de Gada. Dans les 15 minutes qui ont suivi, d’autres personnes sont arrivés, mais certains ont également été frappés et interpellés. Une manifestation a été organisée devant le camp Eleonas où les migrants ont été emmenés. Certains ont été remis à la rue rapidement, ou laissés à la porte du centre. Le 22 juin, ceux qui avaient été emmenés à Eleonas étaient toujours sans logement. Une trentaine de personnes ont été embarquées dans un bus et envoyées dans un camp à Serres, une région du nord de la Grèce, près de la frontière de la Bulgarie. Ils ont déclaré qu’ils ne voulaient toujours pas vivre dans un camp et ont refusé de descendre du bus. On leur a dit qu’ils devaient signer un formulaire en grec, sans traduction, indiquant en fin de compte qu’ils avaient «refusé l’hébergement». Ces personnes ont pu payer le chauffeur de leur propre argent pour les emmener à Thessalonique, où ceux qui pouvaient se le permettre ont pris le train pour Athènes. Au cours de la semaine dernière, un grand nombre de migrants se retrouvent ainsi contraints à voyager dans presque tout le pays sans jamais trouver d’endroits où s’installer. Le 19 juin, plusieurs autres familles sont arrivées à Plateia Viktoria. Une fois de plus, la police est venue et a poussé les gens dans des bus pour les emmener cette fois au centre de détention d’Amygdaleza, alors que la plupart d’entre elles avaient déjà obtenu l’asile, ce qui serait justifié par l’idée absurde de créer un camp pour les réfugiés à l’intérieur même du centre de rétention !… Le 23 juin, les arrivées et installations sur la place se sont poursuivies.

#1092 vu sur enoughisenough14.org

Guyane : Cayenne est désormais le plus grand cluster de la région avec une augmentation fulgurante des cas Covid-19, incontrôlable dans les quartiers défavorisés

Guyane, Cayenne. Cayenne est désormais le plus grand Cluster de Guyane. On y enregistre une augmentation fulgurante des cas Covid-19 et la propagation du coronavirus semble incontrôlable dans les quartiers défavorisés. La mairie a commencé une opération de distribution de masques au porte à porte mais les conditions sanitaires dans les bidonvilles et les quartiers pauvres sont désastreuses, en particulier le manque d’eau courante. Un couvre-feu est instauré à Cayenne de 19h à 5h du matin en semaine.

France : la mobilisation des livreurs sans papiers de Frichti (la moitié des employés) se poursuit, le statut d’auto entrepreneur exigé par l’entreprise entrave leur régularisation

France. Le mouvement de grève des livreurs de Frichti débutée le 4 juin se poursuit. Près de la moitié des livreurs autoentrepreneurs employés par Frichti sont sans papiers. Ils manifestent presque tous les jours devant les dépôts de la plateforme. Après la publication d’un article de presse sur le quotidien d’un des «livreur de bonheur» non payé depuis le confinement, la firme avait privé de travail tous les autres livreurs sans papiers. 219 livreurs sont inscrits sur la liste exigeant la régularisation. Le statut d’autoentrepreneur exigé par l’entreprise pour l’embauche rend la régularisation difficile car aucun dossier de ce type n’a été validé en France ou ailleurs. De nouvelles manifestations sont prévues. Les sans-papiers représentent quasiment la moitié des livreurs employés par l’entreprise.

#0974 vu sur libération.fr

Russie, Azerbaïdjan : des affrontements ont eu lieu entre la police russe et des centaines d’Azerbaïdjanais bloqués en Russie depuis plus de deux mois en raison des mesures anti-coronavirus

Russie, Azerbaïdjan. Des affrontements ont eu lieu entre la police russe et des centaines d’Azerbaïdjanais bloqués en Russie depuis plus de deux mois en raison des mesures anti-coronavirus. En colère face à l’impossibilité de rentrer dans leur pays à cause de la fermeture des frontières, des Azerbaïdjanais résidents dans un camps temporaire ont attaqué quatre policiers et endommagé plusieurs véhicules. D’après les autorité locale, 400 personnes aurait participé à ces émeutes et bloqué l’autoroute fédérale. La situation se serait stabilisée dans la nuit, avec au final 7 policiers blessés, 5 véhicules de la police endommagés et 90 personnes arrêtées.

Liban : des banques et des commerces ont été attaqués et pillés au cours de manifestations émeutières qui se poursuivent depuis plusieurs jours

Liban. Le soulèvement entamé le 17 octobre a repris depuis la fin du confinement avec plus de vigueur encore. Tout le week-end, les affrontements ont été violents entre manifestants et forces de l’ordre alors que la population a de plus en plus de mal à se nourrir. À Tripoli, la révolution qui avait commencé en chansons se poursuit désormais à coups de cocktails Molotov et de balles en caoutchouc. À Beyrouth aussi, des dizaines de personnes ont défilé pacifiquement dans le centre-ville, reprenant les slogans du mouvement déclenché le 17 octobre 2019 contre une classe dirigeante presque inchangée depuis des décennies, avant que des centaines de jeunes hommes arrivés sur des scooters ne se mettent à jeter pierres et panneaux de signalisation sur les forces de l’ordre. Des banques et des commerces ont été attaqués et pillés au cours de manifestations émeutières qui se poursuivent depuis plusieurs jours. L’armée libanaise a annoncé lundi avoir arrêté 36 personnes pour des actes de vandalisme.

#0962 vu sur AFP, réseaux sociaux

Etats Unis, Nouvelle Orléans : les travailleurs de l’assainissement, très majoritairement afro-américains, sont en grève depuis plus d’un mois maintenant.

Etats Unis, Nouvelle Orléans. Les travailleurs de l’assainissement à la Nouvelle Orléans, très majoritairement afro-américains, sont en grève depuis plus d’un mois maintenant. Le contexte des mobilisations suite à la mort de Georges Floyd intensifie les confits menés par les travailleurs pauvres un peu partout dans le pays. Ces travailleurs de l’assainissement, également connus sous le nom de «trémies» (parce qu’ils montent et descendent des camions pour vider les poubelles), ont cessé le travail depuis le mois de mai pour protester contre les bas salaires et le manque d’équipement de sécurité. Dans plusieurs villes du pays, des grèves dans ce secteur ont abouti sur l’instauration de primes de risque et d’équipements de protection individuelle. Leur employeur, Metro Service Group, fournit des services d’assainissement à la Nouvelle-Orléans, ainsi qu’à d’autres villes du Sud et à Philadelphie. Metro emploie ces salariés par l’intermédiaire d’une agence de recrutement privée, PeopleReady, ce qui les empêche d’avoir droit aux avantages sociaux (congés maladie, congés payés, etc.) des autres employés gérés par la municipalité. Ceux d’entre eux qui poursuivent la grève depuis plus d’un mois survivent grâce à la générosité des voisins qui apportent de la nourriture chaude et de l’épicerie sur les piquets de grève assurés dès le petit matin, et un GoFundMe qui a réuni plus de 135 000 $. Au cours de la deuxième semaine de grève, Metro Service Group avait remplacé les travailleurs en grève par du personnel pénitentiaire à libération conditionnelle par l’intermédiaire d’une autre entreprise privée, Lock5 LLC . Ces travailleurs incarcérés sont payés encore moins que les salariés en grève.

#01000 vu sur scalawagmagazine.org

Grèce : trente-six migrants originaires d’Iran et d’Afghanistan à bord d’une embarcation en provenance de la Turquie ont été laissés sans secours pendant 14 heures

Grèce. Trente-six migrants dont dix femmes, dix enfants et seize hommes, tous originaires d’Iran et d’Afghanistan à bord d’une embarcation en provenance de la Turquie ont été laissés sans secours pendant 14 heures. Une personne a dû être hospitalisée, les autres ont été transférés dans une installation temporaire pour migrants et placés en quarantaine pour sept jours en vertu des mesures actuelles concernant la lutte contre le Covid-19. Il s’agit de la troisième embarcation arrivée à Lesbos depuis le début du mois de juin. Au total 108 migrants ont été secourus au large de l’île ces quinze derniers jours.

#0965 vu sur www.infomigrants.net

Etats-Unis : de plus en plus de cas d’intimidations et de menaces de propriétaires contre des locataires qui ne payent pas leur loyer

Etats-Unis. Il y a de plus en plus de cas d’intimidations et de menaces de propriétaires contre des locataires qui ne payent pas leur loyer, comme des refus d’effectuer des réparations pourtant obligatoires, des actes de vandalisation pour rendre la vie quotidienne des locataires insupportable ou des tentatives d’expulsions illégales malgré le moratoire encore en vigueur pour quelques semaines.

#0964 vu sur www.nbcnews.com

Brésil, Sao Paulo : plusieurs milliers de personnes ont manifesté contre le racisme, le fascisme et la politique du président, Bolsonaro. C’est la troisième manifestation consécutive de ce type

Brésil, Sao Paulo. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté contre le racisme, le fascisme et la politique de Bolsonaro. C’est la troisième manifestation consécutive de ce type. Des organisations soulignent à quel point les plus pauvres sont les plus durement touchés par le Covid19 dont une grande partie appartiennent à la communauté noire. La manifestation s’est déroulée sans incidents.

#0955 vu sur brasildefato.com.br

Australie : des milliers de manifestants ont défilé contre le racisme samedi dans plusieurs villes et le slogan “Black lives matter” est repris pour défendre les populations autochtones aborigènes

Australie. Des milliers de manifestants ont défilé contre le racisme samedi dans plusieurs villes. La plus importante manifestation a rassemblé, à Perth, la grande ville de l’Ouest du pays, plusieurs milliers de personnes brandissant des drapeaux aborigènes et des pancartes proclamant “Black Lives Matter”. Le mouvement a eu un écho particulier en Australie où il représente toutes les formes de discriminations et est repris pour celles qui concernent les Aborigènes qui sont, par exemple, surreprésenté au sein de la population carcérale. 400 d’entre eux sont morts en détention lors des 30 dernières années, sans que cela n’entraîne de poursuites, malgré de nombreuses enquêtes et avec, parfois, des preuves évidentes de mauvais traitements. Des manifestations pour les droits des Aborigènes d’Australie ont également eu lieu à Darwin, principale ville du Territoire du Nord et dans des villes de l’Etat du Queensland voisin (Nord-Est), deux régions du pays abritant de nombreuses communautés aborigènes.

#0966 vu sur www.challenges.fr

Etats Unis : de plus en plus de personnes ne peuvent plus payer leur loyer, le moratoire fédéral sur les expulsions locatives expire dans quelques semaines ainsi que le relèvement fédéral des prestations de chômage qui prendra fin le 31 juillet

Etats Unis. Le moratoire fédéral sur les expulsions – qui ne s’applique qu’aux logements locatifs soutenus par le gouvernement – expire dans quelques semaines. En outre, le relèvement fédéral des prestations de chômage que de nombreux travailleurs licenciés ont utilisé pour payer leur loyer devrait prendre fin le 31 juillet. Le moratoire couvre les expulsions, pas les paiements de loyer, et près de 26 millions de personnes auront du mal à payer le loyer d’ici septembre au milieu de la crise économique causée par la pandémie. Ces problèmes de logement touchent surtout les plus pauvres et en particulier les communautés afro-américaines et latinos : selon le dernier instantané du recensement, réalisé la dernière semaine de mai, 44% des locataires afro-américains ont déclaré avoir peu ou pas confiance en leur capacité à payer leur prochain loyer. Environ 74% des ménages blancs sont propriétaires, pour 44% des ménages afro-américains et 49% des ménages latinos. Le gouvernement craint que les expulsion massives qui se profilent alimentent encore presque sûrement les révoltes émeutières suite à la mort de Georges Floyd, d’autant qu’un important mouvement pour la grève des loyers a débuté dans le pas sur tout le territoire.

#0933 Source politico.com

France, Paris: une manifestation réunit plus de 15 000 personnes à l’appel du Comité pour Adama, Place de la République ; un important dispositif policier empêche le départ en manifestation, affrontements et pillages ont lieu.

France, Paris. Une manifestation réunit plus de 15 000 personnes à l’appel du Comité pour Adama, Place de la République. Un important dispositif policier empêche le déplacement de la manifestation, qui reste bloquée sur la place. Malgré les nombreux appels au calme provenant du camion des organisateurs de la manifestation, depuis lequel il est demandé de cesser les multiples jets de projectiles au nom du respect des volontés de la famille, et l’intervention d’un service d’ordre pour protéger les magasins et empêcher les manifestants de les piller, les affrontements avec la police durent longtemps, des arrestations sont empêchées par les manifestants, un bouclier anti-émeute est récupéré et brûlé et des vitrines sont brisées. 26 interpellations à Paris sont à déplorer ce jour-là (dont 14 proches de Génération Identitaire pour avoir déployé une banderole raciste du toit d’un immeuble).

#0947 vu sur leparisien.fr

Grèce : le Conseil de l’Europe a exigé de la Grèce qu’elle prenne “des mesures urgentes et adopte des politiques sur le long terme” à propos de la “crise migratoire” dont l’Europe prévoit l’intensification

Grèce. Le Conseil de l’Europe a exigé de la Grèce qu’elle prenne “des mesures urgentes et adopte des politiques sur le long terme” à propos de la “crise migratoire” dont l’Europe prévoit l’intensification. Au total, plus de 31 000 clandestins vivent sur les cinq îles de la mer Egée, dont Lesbos, alors que la capacité d’accueil maximale est de 6 000 places. Depuis le 1er juin, une nouvelle législation grecque sur l’asile a réduit de six mois à un mois la période pendant laquelle les migrants ayant obtenu l’asile peuvent rester dans des logements sociaux prévus dans ce but. Plus de 11 200 migrants seraient menacés par cette législation. Face à la vague migratoire qui semble s’annoncer à cause de la crise mondiale à venir, les pays se préparent : ils commencent à se renvoyer les migrants les uns aux autres, rendant leurs législations migratoires plus strictes et s’accusant les uns les autres de ne plus être assez accueillant.

#0928 vu sur valeursactuelles.com

Corée du Nord : l’insécurité alimentaire a explosé alors que 40% de la population était déjà en grande précarité avant la crise sanitaire

Corée du Nord. Depuis l’épidémie du coronavirus l’insécurité alimentaire a explosé en Corée du Nord où une partie de la population souffre de la faim. La frontière avec la Chine est fermée depuis le 21 janvier, par où passent 80 % de ses approvisionnements. La terrible famine du milieu des années 1990 avait provoqué la mort de plus d’un million de Nord-Coréens. La situation alimentaire s’étant considérablement améliorée à la fin des années 2000, il n’y a plus de famine en Corée du Nord, mais l’insécurité alimentaire demeure dans certaines provinces du centre du pays. De nombreux témoignages de réfugiés au Sud font état d’une flambée des prix et d’une détérioration inquiétante de la situation alimentaire. Le Programme alimentaire mondial (PAM, agence de l’ONU) estime que 40 % de la population nord-coréenne était déjà en insécurité alimentaire avant la crise du coronavirus.

#0972 vu sur www.la-croix.com

Croatie, Bosnie-Herzégovine : un rapport d’ONG évoque des cas de violences policières et de torture sur des migrants

Croatie, Bosnie-Herzégovine. Un rapport de l’ONG Amnesty International évoque des cas de violences policières et de torture sur des migrants, à la frontière de la Croatie avec la Bosnie-Herzégovine. Le rapport développe par exemple le cas d’un groupe de Pakistanais et d’Afghans interpellés par des policiers croates dans la nuit du 26 au 27 mai près de Lake Plitvice. Selon leurs récits et les témoignages de médecins les ayant pris en charge, ils ont été battus pendant plusieurs heures, et humiliés, avant d’être “rendus” à la police des frontières qui les a ramenés vers la Bosnie-Herzégovine. “Ils ont […] étalé du ketchup, de la mayonnaise et du sucre qu’ils avaient trouvé dans un des sacs à dos, sur les têtes ensanglantées des migrants, leurs cheveux et leurs pantalons.”.

#0927 vu sur infomigrant.fr

Belgique : les centres fermés se préparent à la réouverture des frontières internes à l’Europe prévue le 15 juin

Belgique. Les centres fermés se préparent à la réouverture des frontières internes à l’Europe prévue le 15 juin : rattrapage du temps perdu pour les expulsions et préparation à se remplir à nouveau. Les détenus restants sont enfermés pour la majorité depuis avant le confinement, pour beaucoup, depuis 5, 6, jusqu’à 10 mois et viennent d’Éthiopie, d’Algérie, de Guinée, du Bangladesh, du Maroc, du Cameroun, du Bénin, du Mali, de la Tunisie, de Gaza… et ils sont maintenus en attente de la reprise des vols. De nombreux détenus se questionnent sur cet acharnement alors qu’une partie d’entre eux a été libérée pendant la pandémie. A Bruges : il reste encore une bonne dizaine de personnes enfermées. Un homme qui se scarifie régulièrement a été déplacé depuis des mois du cachot au service médical et vice-versa. Trois d’entre eux ont été mis au cachot puis transférés dans d’autres centres suite à un début de grève de la faim. A Caricole, 26 personnes sont enfermées depuis le début de l’année, dont beaucoup de femmes arrêtées à l’aéroport en janvier 2020 avec une détention qui se prolonge de 2 mois en 2 mois.

#0925 vu sur www.gettingthevoiceout.org

France : une des recommandations du projet sur “la place du numérique dans la santé en France” est une “banque d’heures d’innovations” qui permettrait aux salariés d’y verser du temps de travail pouvant être utilisé par d’autres salariés

France. Le Conseil national du numérique (Cnnum) a publié une liste de recommandations sur “la place du numérique dans la santé en France”. Dans le cadre d’une réflexion sur “l’intégration des personnels de santé et des citoyens dans l’innovation”, le gouvernement prône la mise en place de mécanismes incitatifs tels qu’une “banque d’heures d’innovations” qui permettrait aux salariés d’y verser du temps de travail pouvant être utilisé par d’autres salariés investis dans des projets d’innovation dans le domaine de la santé, en échange d’un intéressement dans lesdits projets. On se souvient qu’au mois de mai le gouvernement avait déjà proposé que les salariés “reversent” aux soignants des jours de RTT…

#0954 vu sur usine-digitale.fr

Tunisie, Lybie : le bilan du naufrage du bateau de fortune au large des côtes tunisiennes s’élève désormais à 34 morts, principalement des femmes et des enfants

Tunisie, Lybie. Le bilan du naufrage du bateau de fortune au large des côtes tunisiennes s’élève désormais à 34 morts, après la découverte de 20 corps. Il s’agit de 23 femmes, 9 hommes et 3 enfants. L’embarcation de 53 personnes avait à son bord une majorité de femmes et d’enfants qui ont été bloqués dans des camps lybiens pendant la quarantaine liée à l’épidémie, comme la plupart des embarcations actuellement interceptées en mer et refoulées vers la Lybie. En une journée, hier, 200 personnes dont plusieurs enfants ont été refoulés par les garde-côtes lybiens.

#0919 vu sur www.rtl.fr

Afrique de l’Ouest : la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) enregistre 30 000 migrants ivoiriens bloqués dans la zone par la fermeture des frontières du fait du Covid-19

Afrique de l’Ouest. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) enregistre 30 000 migrants ivoiriens bloqués dans la zone par la fermeture des frontières du fait du COVID-19. Plus de 1 500 personnes qui essayaient de contourner les barrages mis en place ont été refoulés, des centaines d’engins à deux ou trois roues interceptés, des dizaines de personnes interpellées. Ces barrages, “couloirs de passages”, ont été installés sur la demande de l’OMS, afin de laisser un passage pour du ravitaillement alimentaire et sanitaire. Ces barrages, maintenant que les mesures sanitaires s’assouplissent, servent aussi à trier les migrants qui restent de ceux qui partent et à mieux gérer le drame humain migratoire prévisible suite à la réouverture en cours des frontières.

#0915 vu sur aip.ci

Liban : un grand nombre femmes d’origine éthiopienne travaillant comme domestiques se retrouvent abandonnées par leurs employeurs, 35 d’entre elles, qui dormaient dans la rue, ont été évacuées

Liban. 35 employées de maison éthiopiennes qui dormaient dans la rue ont été évacuées dans un hôtel de la capitale par le ministère du Travail, en attendant d’être fixées sur leur sort. Un grand nombre femmes d’origine éthiopienne travaillant au Liban comme domestiques se retrouvent abandonnées par leurs employeurs qui ne peuvent plus les payer en raison de la crise économique que traverse le pays. La pandémie de coronavirus a envenimé la situation. Au Liban, les emplois domestiques ne sont pas réglementés par le code du travail. Le système dit de “Kafala” (garantie) fait de l’employeur le tuteur de son employée, ouvrant la voie à de graves abus. Des dizaines de jeunes femmes ont été ainsi abandonnées ou “jetées comme des sacs poubelles” devant le consulat éthiopien à Beyrouth, souligne une expatriée éthiopienne. Débordée par la situation, la représentation diplomatique éthiopienne a suspendu ses services, explique une ancienne travailleuse domestique. Côté éthiopien, le ministère des Affaires étrangères annonce que plus de 600 personnes ont été rapatriées fin mai et que d’autres opérations suivront, mais les modalités de retour restent très floues. Le vol de rapatriement vers Addis Abeba est facturé 1 450 dollars, dont 680 pour le billet d’avion et 770 pour l’hôtel où les employées de maison devront observer une quarantaine de 14 jours, selon un communiqué de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, et les ex employeurs refusent de payer. Des milliers de travailleuses éthiopiennes restent bloquées à l’étranger sans revenus et sans aides.

#0932 Source francetvinfo.fr

Etats Unis : face aux mobilisations anti-racistes, Adidas promet que 30% des nouvelles embauches seront désormais des personnes originaires des communautés noires et latinos

Etats Unis. Face aux émeutes et aux manifestations anti-racistes aux Etats-Unis, Adidas promet que 30% des nouvelles embauches seront désormais des personnes originaires des communautés noires ou latinos. “Les événements de ces quinze derniers jours nous ont tous forcés à réfléchir à ce que nous pouvons faire pour nous opposer aux forces culturelles et systémiques qui nourrissent le racisme”, a déclaré Kasper Rorsted, le PDG d’Adidas. Le groupe a également annoncé qu’il allait porter à 20 millions de dollars, dans les quatre ans à venir, les montants qu’il consacre à des programmes de soutien de la communauté noire aux Etats-Unis (un programme de basket pour communautés défavorisés, des fonds supplémentaires pour l’école de design de chaussures ou encore un programme de soutien de la communauté noire par le sport). Il a aussi promis 50 bourses d’études pour 50 de ses employés noirs par an pendant les cinq prochaines années. Adidas a annoncé ces mesures le jour même des obsèques de George Floyd.

#0924 vu sur capital.fr

Inde : le pays annonce 10 000 nouveaux cas de coronavirus en une journée suite à la levée de la quarantaine et à la réouverture des espaces publics après deux mois de confinement

Inde. L’Inde enregistre 10 000 nouveaux cas de coronavirus en une journée, ce constat aparait suite à la levée de la quarantaine et la réouverture des espaces publiques après deux mois de confinement. L’Inde est pour l’instant le 5eme pays avec le plus de cas au monde. Une deuxème vague épidémique est très redouté notamment au vu de la gestion de la crise dans les quartiers et bidonvilles les plus pauvres. comme ici, à dravi.

#0900 vu sur aljazeera.com

France : alors que le nombre de chômeurs explose en lien avec la gestion de la crise sanitaire, les contrôles, les radiations et les récupération de “trop perçus” reprennent à Pôle emploi

France. Alors que le nombre de chômeurs explose en lien avec la gestion de la crise sanitaire, les contrôles, les radiations et les récupération de “trop perçus” reprennent dès le 18 mai à Pôle emploi, après un moratoire pendant le confinement. Malgré des consignes de “souplesse” données aux conseillers, le retour des sanctions va accentuer l’accroissement de la pauvreté, en pleine crise sociale.

#0899 vu sur www.alternatives-economiques.fr

France, Vitry : des kits “anti-Covid” sont distribués au 286 habitants d’un bidonville, ces interventions humanitaires sont accompagnées d’un recensement

France, Val de Marne. Des kits “anti-Covid” sont distribués au 286 habitants d’un bidonville à Vitry. Des ONG tentent d’organiser des “cliniques mobiles” dans les bidonvilles dans la crainte dune contagion rapide, même si elle est retardée par l’exclusion sociale des habitants. Ces interventions, financées par Sanofi, l’ARS et la fondation Abbé Pierre commencent par un recensement des habitants pour “évaluer les besoins”.

#0940 Source leparisien.fr

Grèce, Salonique et Prévéza : un mouvement de protestation a lieu contre les nouvelles lois sur l’éducation proposées le 22 avril qui accentuent la privatisation du système scolaire et exclu les plus pauvres tout en prévoyant un grand nombre de licenciement d’enseignants

Grèce, Salonique et Prévéza. Un mouvement de protestation qui a commencé pendant le confinement, période pendant laquelle le gouvernement grec a fait passé de nombreuses réformes pour éviter toute contestation, a lieu contre les nouvelles lois sur l’éducation proposées le 22 avril qui accentuent la privatisation du système scolaire et exclu les plus pauvres tout en prévoyant un grand nombre de licenciement d’enseignants. Ce projet de loi veut aussi instaurer l’installation systématique de caméras dans les salles de classe.Des affiches ont été apposée à proximité de nombreuses écoles. Une manifestation d’une centaine de personne a eu lieu à Prévéza. Des milliers de personnes ont manifesté à Thessalonique.

#0926 vu sur athens.indymedia.org

République Dominicaine, Port-au-Prince : environ 1 200 militaires dominicains ont été appelés en renfort sur la frontière entre la République Dominicaine et Haïti afin de bloquer l’arrivée de migrants dans le pays

République Dominicaine, Port-au-Prince. Environ 1 200 militaires dominicains ont été appelés en renfort sur la frontière entre la République Dominicaine et Haïti. Au total 10.000 soldats dominicains ont été mobilisés pour contrôler 391 kilomètres de lignes de frontières entre les deux pays. Ce renfort vise à empêcher une deuxième vague de la pandémie du nouveau coronavirus dans la partie Est de l’île où plus de 20.000 personnes ont déjà été contaminé et fait 544 décès, selon les données officielles. Mais ce dispositif sert surtout à renforcer les frontières pour empêcher toute une masse migratoire haïtienne de passer, rendant encore plus précaire la situation de ces migrants qui quittent des situations sociales et sanitaires terribles pour des voyages dangereux et incertains et risquent de se retrouver bloquer dans des zones d’attentes insalubres. Un grand nombre d’Etats commencent dès maintenant à se préparer en prévision d’une vague migratoire qui risque d’être désastreuse pour les migrants, et d’autant plus désastreuse à cause du repli-sur-soi à toutes les échelles qui se généralise aujourd’hui.

#0916 vu sur www.vantbefinfo.com

Cambodge : le gouvernement annonce que les étrangers devront prendre en charge les frais de leurs tests et de leur quarantaine, soit de plus de 1 400 $ si quelqu’un est testé positif sur un vol, en supposant qu’ils n’ont pas besoin de traitement médical supplémentaire ou d’hospitalisation

Cambodge. Le gouvernement annonce que les étrangers voulant accéder au territoire cambodgien devront prendre en charge les frais de leurs tests et de leur quarantaine. À compter du 9 juin, les étrangers devront payer 5 $ pour un seul voyage entre l’aéroport et le centre d’attente pour les résultats des tests, suivis d’un test COVID-19 obligatoire d’un coût de 100 $. L’hébergement coûtera 30 $ aux étrangers pendant qu’ils attendent 24 heures pour les résultats, plus 30 $ supplémentaires pour trois repas par jour. Le ministère a confirmé que si un passager à bord des tests en vol est positif pour COVID-19, tous les passagers seront soumis à une période de quarantaine obligatoire de 14 jours, coûtant 84 $ par jour pour couvrir la nourriture, l’hébergement et les contrôles médicaux. Avant d’être libérés de la quarantaine, les étrangers devront payer 100 $ pour un test COVID-19 supplémentaire, ainsi que 30 $ supplémentaires pour un certificat les déclarant en bonne santé. Si un étranger doit être hospitalisé pour le traitement de COVID-19, un lit d’hôpital lui coûtera désormais 225 $ par jour. Au total, les étrangers arrivant au Cambodge dont le vol ne contient aucun cas de COVID-19 à bord peuvent s’attendre à payer 195 $ pour le transport, les tests, l’hébergement et la nourriture. Si quelqu’un à bord des tests en vol est positif pour COVID-19, les étrangers recevront une facture de plus de 1 400 $ en supposant qu’ils n’ont pas besoin de traitement médical supplémentaire ou d’hospitalisation.

#0920 vu sur cambodianess.com

France, Paris : les livreurs sans papiers de Frichti sont en grèves et manifestent depuis plusieurs jours pour demander leur régularisation et leur réintégration dans les effectifs

France, Paris. Les livreurs sans papiers de Frichti sont en grèves et manifestent depuis plusieurs jours pour demander leur régularisation et leur réintégration dans les effectifs. Le premier blocage du hub de la plateforme a eu lieu a eu lieu après l’annonce de la décision de Frichti d’interdire l’accès aux coursiers ne disposant pas d’un passeport de l’espace économique européen. Les livreurs sont contraints au statut d’auto entrepreneurs, ce qui complique leurs possibilités de régularisation. Ils sont actuellement plus de 200 à se réunir et à manifester.

#0905 vu sur www.liberation.fr

Liban : des manifestations émeutières se déroulent au centre de Beyrouth, l’armée a été déployée

Liban. Plusieurs centaines de manifestants ont rallié le centre de Beyrouth en protestation contre l’inefficacité du plan de relance économique adopté par le gouvernement en avril. L’effondrement économique du pays se poursuit avec une hausse sans précédent du chômage et de la misère. Des heurts ont éclaté contre les forces de l’ordre et contre des partisans du mouvement chiite du Hezbollah. Quarante-huit personnes ont été blessées. Ce rassemblement est le premier depuis que les autorités ont commencé à alléger le confinement imposé à la mi-mars. Des incidents se sont poursuivis dans la soirée avec des vitrines détruites, des bennes à ordure incendiées et des affrontements contre les forces de l’ordre. L’armée a été déployée dans la soirée.

#0888 Source lepoint.fr

Brésil : les Guarani Kaiowá, le deuxième groupe ethnique autochtone du Brésil voient les cas graves de la maladie progresser de façon exponentielle

Brésil. L’épidémie s’étend dans les villages autochtones, en même temps que la pauvreté accrue par les mesures de gestion de la crise sanitaire. Les Guarani Kaiowá, le deuxième groupe ethnique du Brésil voient les cas graves de la maladie progresser de façon exponentielle. Dans la réserve de Dourados, dans le Mato Grosso do Sul, 74 personnes ont été infectées en 17 jours.

#0912 vu sur epoca.globo.com

Qatar : plus de 100 travailleurs migrants ont dû attendre l’intervention d’une ONG auprès de la FIFA pour être partiellement payés pour la construction d’un des stades de la coupe du monde de football 2022

Qatar. Plus de 100 travailleurs migrants ont dû attendre l’intervention d’une ONG auprès de la FIFA pour être partiellement payés pour la construction d’un des stades de la coupe du monde de football 2022. Ces travailleurs sont employés par l’entreprise Qatar Meta Coats (QMC) sur le grand stade Al-Bayt. Ils n’ont pas perçu de salaires sur une période de sept mois. Certains ont finalement reçu une paye partielle le 7 juin.

#0952 vu sur rfi.fr

Italie, Malte : suite à la menace d’un kidnapping, le gouvernement finit par autoriser à débarquer plusieurs centaines de migrants enfermés dans des bateaux de tourisme.

Italie, Malte. 425 migrants ont été autorisés à débarquer à Malte dans la nuit de samedi à dimanche 7 juin, a annoncé le gouvernement dans un communiqué. Ce débarquement met fin à plus d’un mois d’incertitude pour ces personnes venues de Libye, qui étaient jusqu’alors maintenues par les autorités maltaises à la limite des eaux territoriales à bord de bateaux de tourisme. Jusque là, les autorités avaient refusé le débarquement pour limiter la propagation du virus sur leur territoire, exigeant que d’autre pays les prennent en charge, en les laissant dans une situation de précarité dangereuse. Selon le premier ministre Robert Abela, le gouvernement aurait été forcé de débarquer les migrants sous la menace d’un kidnapping de l’équipage d’un des bateaux de tourisme.

#0895 source infomigrant.net

Grèce : les mesures contre la propagation du Covid-19 ont été prolongées jusqu’au 21 juin pour les résidents des “centres d’accueil et d’identification”

Grèce. Les mesures contre la propagation du Covid-19 ont été prolongées pour les résidents des” centres d’accueil et d’identification” jusqu’au 21 juin. Le gouvernement avait imposé le 21 mars un confinement aux camps de migrants installés sur les îles de la mer Egée comme à ceux de la partie continentale du pays. Il avait ensuite décidé un confinement général le 23 mars qui a été maintenu jusqu’au 4 mai. Le confinement des camps avait déjà été prolongé à deux reprises, le 10 mai puis le 21 mai, jusqu’au 7 juin. Pour les sans-papiers, la double-peine imposée par le confinement continue dans des conditions sanitaires invivables, et ce jusqu’à ce que la machine à expulser reprenne tout son aplomb et son tri morbide de qui reste travailler et qui part se faire exploiter (ou couler) plus loin.

#0894 source ouest-france.fr

Etats Unis et autres : des manifestations géantes ont eu lieu dans plusieurs villes américaines ainsi que dans plusieurs métropoles dans le reste du monde, la Maison Blanche est transformée en camp retranché

International, Etats, Unis. Des manifestations géantes ont eu lieu ce samedi dans de nombreuses villes aux Etats Unis, ainsi que dans plusieurs capitales comme Londres, Melbourne, Berlin ou Sydney où des dizaines de milliers de personnes ont manifesté en solidarité avec les émeutiers aux états unis suite au décès de Georges Floyd entre les mains de la police. Le centre ville de Washington a été transformé en camp retranché en dépit du fait que la maire de la capitale ait fait peindre « Black Lives Matter » en lettres géantes dans la rue devant la Maison Blanche dans l’espoir vain d’apaiser les tensions.

#0886 Source leparisien.fr

France, Ouistreham : un rassemblement en soutien aux sans-papiers retenus en CRA exige la fermeture de tout les centres de rétentions et la régularisation de tout les sans-papiers.

France, Ouistreham. Un rassemblement en soutien aux sans-papiers retenus en CRA a eu lieu, dénonçant aussi par la même leurs conditions de vies déplorables à tous points de vues, et notamment sanitaires. D’après la presse, 150 personnes se seraient retrouvées dans la rue ce jour-là, exigeant la fermeture de tout les centres de rétentions et la régularisation de tous les sans-papiers.

#0893 source actu.fr

Etats Unis, Redlands : un gigantesque entrepôt d’Amazon ainsi que des camions de l’entreprise sont entièrement détruits par un incendie

Etats Unis, Redlands (Californie). Un immense centre de distribution d’Amazon servant à entreposer des objets de grande taille, dont la surface représente trois terrains de football, a été ravagé par les flammes dans la nuit. Les pompiers ont eu du mal à venir à bout de l’incendie. Plusieurs camions d’Amazon ont brûlé sur les quais de chargement du bâtiment. Amazon refuse de confirmer que le bâtiment lui appartient. Aucun blessé n’a été signalé et la cause de l’incendie fait toujours l’objet d’une enquête.

#0885 Source abc7.com

Mexique, Chiapas : des prisonniers d’origine autochtone annoncent une grève de la faim pour protester contre les mesures punitives comme la fermeture des salle de bains

Mexique, Chiapas. Des prisonniers d’origine autochtone annoncent une grève de la faim pour protester contre les mesures punitives comme la fermeture des salle de bains qui empirent gravement les conditions sanitaires en période de pandémie. Leur communiqué est à lire ici.

#0870 source enoughisenough14.org

Colombie, Bogota : 2000 migrants vénézueliens sont bloqués à 2 400 mètres d’altitude, dans des conditions sanitaires propices à la transmission du Covid-19

Colombie, Bogota. Quelques 2000 migrants vénézueliens sont bloqués à Bogota, à près de 2 400 mètres d’altitude, dans des conditions sanitaires propices à la transmission du Covid-19. Environ 69.000 Vénézuéliens sont rentrés depuis que la Colombie a fermé cette frontière dès le 14 mars, selon le bureau des migrations. Récemment, le gouvernement a restreint le passage des migrants d’environ 300 par jours à 100 tous les trois jours, décision administrative gestionnaire qui met en difficulté des milliers de personnes. La Colombie fait état d’un millier de morts du Covid-19, le Venezuela d’à peine vingt. Mais ce bilan est mis en cause par des experts et des ONG dans ce pays dont le système de santé est en faillite.

#0880 source www.challenges.fr

Emirats Arabes Unis, Abou Dhabi : des jeunes migrants, enfermés dans un camp de travail et employés par un sous-traitant d’une entreprise française dirigée par un candidat aux municipales soutenu par la gauche, dénoncent le non-versement de leur salaire en bloquant l’accès aux lieux de travail

Emirats Arabes Unis, Abou Dhabi. Un mouvement de protestation se déroule depuis la mi-mai dans cet Etat très surveillé du Golfe Persique. Des jeunes migrants, enfermés dans un camp pour travailleurs, dénoncent le non-versement de leur salaire en bloquant l’accès aux lieux de travail. « Cela fait deux mois que notre employeur ne nous paye pas, expliquait un jeune homme d’origine indienne. Même si l’on reçoit de la nourriture, nous avons beaucoup de problèmes, nous ne pouvons plus recharger nos téléphones. C’est pour cela que nous empêchons les rares personnes qui ont encore du travail d’aller travailler », ajoutait-il, face à la porte métallique du camp, maintenue close. L’employeur de ces ouvriers en colère est l’entreprise AMB-Hertel, une filiale de la multinationale française de fabrication d’échafaudages Altrad, dont le siège est à Montpellier. Le groupe, qui compte 15 000 employés dans le Golfe, est dirigé par son fondateur, Mohed Altrad, 31e fortune française, candidat à la mairie de Montpellier, qui vient d’obtenir, pour le second tour (le 28 juin), le soutien d’écologistes et de militants de gauche locaux.

#0879 source lemonde.fr

Etats Unis, New York : en solidarité avec Jamel Floyd, détenu asthmatique décédé dans sa cellule aspergé de gaz lacrymogène, une manifestation traverse Brooklyn jusque devant la prison

Etats Unis, New York. Une manifestation a eu lieu à Brooklyn jusqu’au Metropolitan Detention Center pour protester contre le décès d’un détenu, Jamel Floyd, mort d’une crise cardiaque après que des matons l’ont aspergé de lacrymo au poivre dans sa cellule mercredi matin alors qu’il était asthmatique. Selon le Bureau fédéral des prisons, Jamel Floyd, s’est “barricadé à l’intérieur de sa cellule et brisant la fenêtre de porte de cellule avec un objet métallique. ” Les mauvais traitements infligés aux détenus sont pointés du doigt depuis longtemps dans cette prison, et l’hiver dernier, une manifestation avait eu lieu pour protester contre le fait que les détenus n’aient ni eau chaude, ni chauffage alors que les températures étaient en dessous de zéro.

#0878 source bklyner.com

Mali, Bamako : une tentative d’évasion se solde par 8 blessés dont un surveillant de prison et une civile, et par la mort de 4 détenus.

Mali, Bamako. Une tentative d’évasion, ratée selon le gouvernement, se solde par huit blessés dont un surveillant de prison et une civile, et par la mort de quatre détenus. Selon le gouvernement malien cette tentative d’évasion est une « mutinerie en marge du rassemblement tenu ce vendredi 5 juin » . « Certains détenus surexcités ont réussi à défoncer les portes de leurs cellules et ont pris à partie les surveillants de prison. Aucune évasion n’a été enregistrée».

#0897 source malijet.co

Iran : la police aux frontières iranienne a mis le feu à une voiture dans laquelle trois réfugiés afghan se cachaient et les ont brûlés vivants.

Iran. la police aux frontières iranienne a mis le feu à une voiture dans laquelle trois réfugiés afghan se cachaient et les ont brûlés vivants. Cet incident fait écho à la mort par noyade que les policiers frontaliers ont infligé à des migrants. La situation sanitaire s’ajoute à la situation catastrophique des migrants afghan qui veulent s’enfuir vers l’Iran.

#0904 vu sur ARSAorg

France, Ile de France : la région s’allie à l’application StaffMe faite pour proposer des petits boulots “de manière ludique” aux moins de 30 ans, dans le cadre de la gestion de la hausse du chômage liée à la gestion de la pandémie

France, Ile de France. La région Ile-de-France a annoncé s’allier à StaffMe, application supposée proposer des jobs de manière ludique pour préserver l’emploi des jeunes et endiguer la hausse du chômage liée à la gestion de la pandémie. Cette application propose aux moins de 30 ans des missions ponctuelles de petits boulots (nettoyage, manutention, livraison, vente…). «L’idée, c’est d’être très efficace pour que les demandeurs d’emploi puissent très vite accéder à de l’emploi», expliquait l’un des fondateurs de StaffMe interrogé par la presse. La plateforme exige le statut d’auto-entrepreneur pour réaliser ces missions, en lieu et place de celui d’intérimaire.

#0891 Source dawn.com

Etats Unis, Houston : 60 000 personnes manifestent en hommage à Georges Floyd dans la ville d’où il est originaire, une douzaine de “cow boys noirs” des Nonstop Riders prennent la tête de la manifestation à cheval

Etats Unis, Houston (Texas). 60 000 manifestent en hommage à Georges Floyd dans la ville d’où il est originaire. Une douzaine de “cow boy noirs” des Nonstop riders prennent la tête de la manifestation à cheval, acclamés par la foule.

#0856 vu sur franceinter.fr

Algérie, Alger : après l’éradication de la majorité des bidonvilles dans la capitale avant et pendant le confinement, de nombreux nouveaux sites de baraquements ont vu récemment le jour, les autorités ne parvenant pas à faire face à la crise du logement

Algérie, Alger. Après l’éradication de la majorité des bidonvilles dans la capitale avant et pendant le confinement, de nombreux nouveaux sites de baraquements ont vu récemment le jour, les autorités ne parvenant pas à faire face à la crise du logement. Sur le prolongement de la RN24, à partir de la localité de Qahouet Chergui, des bidonvilles poussent comme des champignons, particulièrement au lieudit Chebcheb, où était installé, avant son évacuation, un bidonville tentaculaire. En face de l’ancien quartier de Bordj El Bahri, un hangar abandonné se trouvant en face d’une salle de sports a été transformé en lieu d’habitation pour des dizaines de familles qui ont ajouté des extensions en parpaings. Des immeubles à la cité «Diplomatique», dont la construction est inachevée, ont été récemment squattés par des dizaines de familles.

#0940 Source elwatan.com

Mexique : suite la mort d’un jeune homme lors de son arrestation par la police à Guadalajara, deux véhicules de la police ont été incendiés et le bâtiment du gouvernement régional a été vandalisé.

Mexique. Des incidents ont eu lieu lors d’une manifestation après la mort d’un jeune homme arrêté par la police à Guadalajara. Des dizaines de personnes sont descendues dans la rue après la mort Giovanni Lopez, début mai suite à son arrestation par la police municipale début mai parce qu’il ne portait pas de masque, mais sa famille ne l’a fait savoir que cette semaine. La manifestation a tourné à l’émeute lorsque deux véhicules de patrouille de la police ont été incendiés. Le bâtiment du gouvernement régional a été vandalisé.

#0873 source lefigaro.fr

France, Massy : un jeune homme pris en flagrant délit lors de la destruction au marteau d’une caméra de vidéoprotection a été condamné à un an de prison ferme avec mandat de dépôt.

France, Massy. Un jeune de 23 ans, pris en flagrant délit lors de la destruction au marteau d’une caméra de vidéoprotection de la place de France à Massy, a été condamné à un an de prison ferme avec mandat de dépôt, les faits étant assimilés à de la criminalité organisée. Le commissariat local avait mis en place une surveillance de la caméra en place, ayant “eu vent” du projet de la détruire pour faciliter l’organisation d’un trafic de stupéfiants. Trois personnes munies d’une échelle auraient fait leur apparition peu après minuit et détruit la caméra. « Quand les policiers sont intervenus, deux d’entre eux ont pris la fuite, poursuit le juge en s’adressant au seul inculpé. Mais vous, vous êtes resté sur l’échelle. »

#0868 source www.leparisien.fr

Etats Unis, Canada : Uber Eats mène une opération de com “antiraciste” en proposant de ne pas faire payer les frais de livraison si les commandes sont passées à des restaurateurs noirs

Etats Unis, Canada. Uber Eats mène une opération de communication antiraciste qualifiée dans la presse de “Black washing” en proposant de ne pas faire payer les frais de livraison si les commandes sont passées à des restaurateurs noirs. Surfer sur la vague de protestation contre les discriminations devient une technique de marketing, alors que la gestion des société de livraisons et en particulier d’Uber est fortement remise en question dans le cadre de la crise sanitaire.

#0913 vu sur www.franceculture.fr

Autriche, Vienne : une manifestation d’au moins 50 000 personnes rejoint la mobilisation internationale contre la police et le racisme, et pour dénoncer la mort de George Floyd

Autriche, Vienne. Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Vienne en rejoignant la mobilisation internationale contre le racisme et pour dénoncer la mort de George Floyd. La police a fait état d’une “très forte affluence” et a finalement estimé à environ 50.000 personnes le nombre de participants.

#0864 source afp.com

Sénégal : de nouvelles émeutes ont eu lieu ces deux derniers jours contre le couvre-feu de imposé de 21h à 5h du matin depuis le mois de mars

Sénégal. Après des émeutes dans le sud du pays il y a quelques jours pour un accès à de l’eau potable qui ont été réprimées à balle réelles, de nouvelles émeutes ont eu lieu ces deux derniers jours contre le couvre-feu imposé depuis mars. Il y a officiellement 45 morts du Covid-19 depuis le début de l’épidémie et les restrictions drastiques du gouvernement mènent de plus en plus de personnes à encore plus de précarité. Des émeutes ont eu lieu dans plusieurs villes, des barricades ont été organisées, des départs de feu, des voitures de flics ont cramé, le local de la radio nationale a été attaqué et un hôpital qui s’occupe des cas de Covid a été caillassé. L’Etat parle de 74 interpellés, toutes villes réunies.

#0860 source francetvinfo.fr

Sénégal : le député maire de Ziguinchor à déclaré vouloir entreprendre un assouplissement des mesures de sécurité sanitaire liées au Covid-19 pour calmer les émeutes

Sénégal. Suite à la vague émeutières des derniers jours qui protestait notamment contre le couvre-feu en vigueur dans le pays, le député maire de Ziguinchor à déclaré vouloir entreprendre un assouplissement des mesures de sécurité sanitaire liées au Covid-19. Face à la détermination des émeutiers, il a dit vouloir considérer les émeutes comme de la “désobéissance de survie”, tentant par la même de calmer les révoltes tout en rappelant chacun à ses obligations de respect de l’ordre social.

#0882 source www.teledakar.net

Suisse, Basel : dans le centre fédéral pour requérants d’asile des témoins attestent de mauvais traitements, d’intimidations et de tabassages

Suisse, Basel. Des rapports de témoins attestent de mauvais traitements, d’intimidations voire de tabassages de la part des matons sur les migrants retenus dans le centre fédéral pour requérants d’asile de Basel. En Suisse, depuis le printemps 2019, les demandeurs d’asile sont maintenus dans ces centres en attente de régularisation ou d’expulsion. On trouvera plus d’information sur ces centres, qui les gère et quelles actions ont eu lieu contre ces derniers autant de l’intérieur qu’à l’extérieur ici

#0858 source 325.nostate.net

Etats Unis, Washington : Trump en appelle à l’armée et au déploiement par les Etats de la garde nationale, il y a deux jours les émeutiers ont allumé plusieurs départs de feu aux abords de la Maison Blanche

Etats Unis, Washington. Le quartier de la Maison blanche est gardé par l’armée, avec des murs anti-émeutes de plusieurs mètres de haut. Il y a deux jours, des manifestants ont accédé au Lafayette Square sous les fenêtres de la Maison Blanche, qui s’est retrouvée dans le noir complet, de multiples départs de feu ont été allumés, l’église St John dite “église des présidents” ainsi que le siège syndical AFL-CIO ont été vandalisés. Trump, qui a été descendu par deux fois dans le bunker sous la Maison Blanche au cours des émeutes, en appelle à l’armée pour mater les émeutes et encourage les différents Etats à déployer la garde nationale.

#0841 Source presse diverse

Grèce, Athènes : au moins 4000 personnes manifestent à Athènes en solidarité avec les émeutiers américains, contre le racisme et contre la police, l’ambassade des Etats Unis est attaquée avec des cocktails molotov

Grèce, Athènes. Au moins 4000 personnes manifestent à Athènes en solidarité avec les émeutiers américains, contre le racisme et contre la police, l’ambassade des Etats Unis est attaquée avec des cocktails molotov..

#0855 vu sur breakingnews.fr

Grèce : le ministre grec des migrations et de l’asile a annoncé une série de mesures visant à lutter contre les “migrants illégaux” notamment avec des contrôles d’accès renforcés dans les camps

Grèce. Le ministre grec des Migrations et de l’Asile a annoncé une série de mesures visant à lutter contre les “migrants illégaux”, avec un plan en trois étapes. Ce plan comprend le renforcement des contrôle aux frontières et la distinction entre réfugiés et migrants économiques, entre autres. Le ministre prévoit aussi de rendre les structures recevant des migrants “plus petites (…) et plus sûres avec des mesures de sécurité et des contrôles d’accès”. Le centre de Malakasa, à une trentaine de kilomètres d’Athènes, sera, dans les semaines à venir, le premier site à accès contrôlé en Grèce continentale.

#0848 vu sur infomigrants.net

Etats Unis, Chicago : manifestations et pillages se poursuivent dans le centre ville et les quartiers pauvres de Chicago, la garde nationale est déployée, deux manifestants ont été tués par balles

Etats Unis, Chicago. Deux manifestants ont été tués par balles et au moins 60 autres ont été arrêtées alors que les manifestations et les pillages se poursuivent dans les quartiers pauvres de Chicago et sa banlieue, ainsi que dans le centre ville qui a été largement pillé samedi soir. Le quartier central des affaires et le quartier du Loop ont été fermés. Le gouverneur de l’Illinois a annoncé le déploiement de 250 soldats supplémentaires de la Garde nationale; en plus des 375 déjà mobilisés, et de 300 membres de la police de l’Etat pour renforcer les services de police. Il a également déclaré sept comtés de l’Etat zones sinistrées. Le couvre-feu qui s’étend de 21h00 à 06h00 du matin est en vigueur depuis samedi et les trains de banlieue ont été mis à l’arrêt.

#0842 source www.yeclo.com

Etats Unis, Saint Louis : quatre policiers ont été blessés par balles à Saint-Louis pendant les émeutes provoquées par la mort de George Floyd.

Etats Unis, Saint Louis. Quatre policiers ont été blessés par balles à Saint-Louis (Missouri) pendant les émeutes provoquées par la mort de George Floyd. D’après les forces de l’ordre de la ville, des fusillades se poursuivent. Un autre policier a été touché à la tête à Las Vegas

#0843 source www.lesoir.be

Nouvelle Zélande, Pays Bas, Canada, Allemagne, … : de nombreuses manifestations ont lieu en hommage à Georges Floyd et contre la police et contre le racisme

International. En Nouvelle Zélande 4000 personnes ont manifesté devant l’ambassade américaine contre le racisme et en soutien aux émeutiers aux Etats Unis.

Pays Bas, Amsterdam. 5 000 manifestants se sont rassemblés place du Dam contre la police et le racisme suite à la mort de George Floyd aux États-Uni. De nombreuses critiques sont émises concernant l’absence de distanciation entre les participants, et les organisateurs précisent qu’ils attendaient au maximum 300 personnes.

Amsterdam le 1er juin.

Chine : des centaines de livreurs poursuivent leur grève dans un mouvement qui a commencé en mai pour protester contre les conditions de travail pendant le confinement

Chine. Des centaines de livreurs sont en grève dans un mouvement qui a commencé en mai pour protester contre les conditions de travail pendant le confinement et se poursuit alors que les entreprises pour lesquels les livreurs, de plus en plus nombreux, travaillent ont augmenté leurs commissions.

#0854 vu sur les réseaux sociaux.

France, Toulouse : l’incendie d’un poste d’alimentation électrique a interrompu la circulation d’une partie de la ligne A du métro à Basso Cambo

France, Toulouse. L’incendie d’un poste d’alimentation électrique, à Basso Cambo a mis à l’arrêt forcé une partie de la ligne A du métro. L’incendie s’est déclenché alors que des tests de roulage étaient en cours peu avant 4h du matin, et les réparations sont annoncées pour durer au moins jusqu’au soir.

#0853 vu sur 20minutes.fr

France, Marseille : l’opération COVIDep Homeless a été lancée début juin pour mesurer l’impact de la pandémie sur les personnes sans abri, elle commence par un recensement…

France, Marseille. L’opération COVIDep Homeless a été lancée début juin pour mesurer l’impact de la pandémie sur les personnes sans abri, elle est menée par les Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM) en partenariat avec Médecins du Monde et la coordination ASSAb qui regroupe des association humanitaires locales. 2 000 personnes sans-abri (vivant dans la rue, en hébergement d’urgence ou en habitat précaire : squats et bidonvilles) seront suivis pendant 3 mois avec un dépistage systématique par tests sérologiques rapides.

#0979 sur perelafouine.com

Canada, Montréal : plus de 10 000 manifestants défilent au centre ville contre le racisme et en solidarité avec les émeutiers aux Etats Unis, des pillages et des affrontements ont lieu en fin de manifestation.

Canada, Montréal. Plus de 10 000 manifestants défilent au centre ville contre le racisme et en solidarité avec les émeutiers aux Etats Unis. Des manifestants ont crié le nom de Fredy Villanueva, tué en 2008 sous les balles d’un policier à Montréal-Nord. Des pillages ont eu lieu en fin de manifestation et, alors que le boulevard Saint-Laurent était bloqué par un groupe de manifestants, un automobiliste s’est impatienté et est passé à travers le groupe. Personne n’a été blessé, mais l’un des manifestants aurait répliqué en sortant une arme et aurait tiré des coups de feu.

#0826 Source journaldemontreal.com

Sénégal, Cap Skirring : émeute face au manque d’eau potable, alors que des espaces touristiques construisent les forages qui assèchent la région.

Sénégal, Cap Skirring. L’absence d’eau potable a exacerbé les tensions à Cap Skirring, dans le sud du Sénégal, à proximité des sites touristiques les plus prisés de la région, d’autant plus que les hôtels de luxe et autre Club Med construisent des forages qui assèchent encore plus la région. Le sous-préfet de l’arrondissement a empêché les jeunes de la ville de tenir une conférence de presse à ce sujet dans le lieu qu’ils avaient choisi. Devant leur insistance, les forces de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes auxquels les jeunes ont riposté par des jets de pierres, jusqu’à ce que les gendarmes se replient. Ils ont alors tiré sur les jeunes à balles réelles. Deux personnes ont été gravement touchées, et plusieurs gendarmes ont été blessés. La situation a alors tourné à l’émeute. Des dizaines de jeunes se sont faits arrêter et un rassemblement a eu lieu pour demander leur libération immédiate.

#0832 vu sur afrik.com

Etats Unis, Nashville : parmi la trentaine de bâtiments attaqués ce jour là, des émeutiers tentent de mettre le feu au Davidson County Court House qui abrite le palais de justice et l’hôtel de ville.

Etats Unis, Nashville (Tennessee). Des émeutiers s’attaquent au Davidson County Court House qui abrite le palais de justice et l’hôtel de ville et commencent à y mettre le feu. Selon la police, au moins 30 bâtiments ont été endommagés dans les émeutes ce jour là et au moins 28 personnes ont été arrêtées.

#0821 Source ajc.com

Etats Unis, Portland (Oregon) : des émeutiers ont pris d’assaut le Multnomah County Justice Center (qui abrite la prison du comté et le siège de la police), ont ravagé les bureaux et ont tenté d’y mettre le feu.

Etats Unis, Portland (Oregon). Les émeutes se multiplient dans plusieurs villes du pays suite à la mort de Georges Floyd tué par la police. A Portland, des émeutiers ont pris d’assaut le Multnomah County Justice Center qui abrite la prison du comté et le siège de la police, se sont introduits dans le bâtiment, ont brisé les vitres, ravagé les bureaux et ont tenté d’y mettre le feu.

#0805 vu sur www.opb.org

Etats-Unis, Saint-José : Manifestation en solidarité aux événements de Minneapolis qui bloque l’autoroute 101.

Etats-Unis, Saint-José. Plus de 1000 personnes ont défilés dans les rues de Saint-José en solidarité des événements de Minneapolis, bloquant l’autoroute 101 et, après l’arrivée de la police et le jet des premières lacrimos, ont commencé à allumer des feux dans la rue, à construire des barricades et à jeter des projectiles à la police. Des fenêtres de magasin sont brisées et l’émeute continue jusqu’à environ 2h du matin. Au cours de ces événements un SUV a foncé dans la foule, blessant 2 manifestants.

#0859 source itsgoingdown.org

France, Valence : suite à une vidéo montrant l’interpellation violente d’une mineur, le bâtiment hébergeant les bureaux de l’agglo et un poste de police municipale a été incendié à coups de Molotov lors d’une nuit d’émeute, au point de rester fermé jusqu’au 15 juin

France, Valence. Le bâtiment hébergeant les bureaux de l’agglo et un poste de police municipale a été incendié à coups de Molotov lors d’une nuit d’émeute, au point de rester fermé jusqu’au 15 juin. Les policiers ont été temporairement déplacés dans d’autres commissariats à proximité. De nombreux incidents se sont déroulés dans le quartier Fontbarlettes cette même nuit, de multiples feux de poubelles et de barricades ont été allumés dans les rues du quartier. Sur décision de la préfecture, le quartier a été placé sous occupation des CRS pour une durée d’au moins quatre jours. Les incidents seraient partis d’une vidéo montrant un mineur de 17 ans se faisant violemment interpeller par deux policiers.

#0892 Source francebleu.fr

France, Paris : vingt-quatre heures seulement après l’installation d’un campement de migrants au bassin de la Villette sur le quai de Loire organisé par une association humanitaire dans le but d’attirer l’attention sur leur sort, 80 migrants ont été évacués et emmenés vers des places d’hébergement et les tentes ont été enlevées du bassin de la Villette.

France, Paris. Vingt-quatre heures seulement après l’installation d’un campement de migrants au bassin de la Villette sur le quai de Loire organisé par une association humanitaire dans le but d’attirer l’attention sur leur sort, 80 migrants ont été évacués et emmenés vers des places d’hébergement et les tentes ont été enlevées du bassin de la Villette. Ce campement était essentiellement composé de femmes isolées et de familles originaires d’Afrique subsaharienne, arrivées en France avant le confinement. “Depuis le début du confinement, quatre opérations de “mise à l’abri” (sic) ont permis à 1.100 personnes en situation de rue de bénéficier d’un hébergement d’urgence ainsi que d’un accompagnement social et sanitaire”, a indiqué l’administration dans un communiqué. “Il n’y a que les actions coup-de-poing et le rapport de force qui marchent”, déplore de son côté Florent Boyer, un responsable de l’association d’aide aux migrants Utopia56, qui a participé à l’installation du campement pour “rendre visible” ces personnes qui avaient été “oubliées” par les autorités. Les personnes prises en charge jeudi “sont passées sous les radars des maraudes, probablement parce qu’ils étaient dans des squats”, concède Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile, association qui a participé, aux côté de la préfecture, à l’opération. Il reste toutefois entre 200 et 400 exilés toujours dans la rue à la lisière de Paris et de la Seine-Saint-Denis, rappelle-t-il, “des chiffres qui recommencent à augmenter”.

#0803 Source lepoint.fr

Brésil, Sao Paulo : le lendemain de l’annonce de l’assouplissement du confinement au Brésil, la région de São Paulo a enregistré le record de 6 382 nouveaux cas confirmés de coronavirus en 24 heures avec près de 300 nouveau décès déclarés

Brésil, Sao Paulo. La région de São Paulo a enregistré le record de 6 382 nouveaux cas confirmés de coronavirus en 24 heures avec près de 300 nouveau décès déclarés, selon les données du Département d’État de la Santé. Ces chiffres sont annoncés le lendemain du jour où le gouvernement a annoncé l’assouplissement progressif du confinement dans cette région.

#0807 vu sur g1.globo.com

Argentine, Villa Azul : les autorités argentines ont décrété lundi la mise en quarantaine totale du bidonville de Villa Azul pour tenter de freiner la propagation du coronavirus.

Argentine, Villa Azul. Les autorités argentines ont décrété lundi la mise en quarantaine totale du bidonville de Villa Azul pour tenter de freiner la propagation du coronavirus. «Le quartier a été encerclé par les forces de sécurité. Personne n’est autorisé à en sortir, sauf pour des raisons de santé». Situé à dix-sept kilomètres au sud de Buenos Aires, Villa Azul compte environ 3000 habitants. Un foyer de 53 cas de Covid-19 y a été détecté, et 50 cas suspects en cours d’analyses.

#0787 vu sur euronews.com

Mexique, Guerrero : les travailleurs d’une mine appartenant à des intérêts canadiens se sont mis en grève suite à la contamination d’au moins 40 travailleurs contractuels étrangers, les travailleurs mexicains n’ont été ni prévenus ni protégés au niveau sanitaire

Mexique, Guerrero. Les travailleurs d’une mine appartenant à des intérêts canadiens se sont mis en grève suite à la découverte de la contamination d’au moins 40 travailleurs contractuels étrangers, les travailleurs mexicains n’ont ni été prévenus ni été protégés au niveau sanitaire.

#0772 réseaux sociaux

France : le ministère précise que les travailleurs saisonniers étrangers qui seront prochainement recrutés par centaine de milliers resteront en quatorzaine enfermés sur leur lieu de travail pour éviter de contaminer le reste de la population !

France. Alors que des centaines de milliers de travailleurs saisonniers vont être recrutés pour venir travailler pour les agriculteurs français dans le contexte de la pandémie de coronavirus, le ministre de l’agriculture Didier Guillaume précise qu’à leur arrivée, “ils seront en quatorzaine sur l’exploitation agricole” et qu’ils “ne pourront vraisemblablement pas sortir”. Cette autorisation exceptionnelle de voyager dans l’espace Schengen malgré la fermeture des frontières est nécessaire parce qu’il “faut environ 100 000 travailleurs saisonniers par mois pour tenir toute la saison”. Le projet est donc clair : faire venir de la main d’oeuvre avec des contrats de travail précaires et un droit au séjour temporaire (quand il s’agit de travailleurs qui ne viennent pas de l’espace Shengen), et les enfermer administrativement pendant ce temps pour éviter tout contact avec le reste de la population !

#0771 Source francetvinfo.fr

Italie, Bologne : comme dans beaucoup d’autres villes et pays, en particulier en Amérique du Sud, les livreurs de plusieurs compagnies de livraison à domicile se mettent en grève de manière coordonnée

Italie, Bologne. Comme dans beaucoup d’autres villes et pays, en particulier en Amérique du Sud, les livreurs de plusieurs compagnies de livraison à domicile se mettent en grève de manière coordonnée pour protester contre leur conditions de travail en général et en particulier en période de pandémie.

#0767 Source réseaux sociaux

Brésil, Amazonie : d’après une étude d’un organisme indépendant, le taux de mortalité pour les populations autochtones touchées par le virus serait de 12,6%, soit le double du taux de mortalité de l’ensemble de la population du pays

Brésil, Amazonie. D’après une étude d’un organisme indépendant, le taux de mortalité pour les populations autochtones touchées par le virus est le double de celui de l’ensemble de la population brésilienne. Cette organisation a enregistré plus de 980 cas de coronavirus officiellement confirmés et au moins 125 décès, avec un taux de mortalité de 12,6% – contre 6,4% au niveau national. L’Amazonie est la région du pays la plus touchée par l’épidémie et la région où le système hospitalier est le plus défaillant : la distance moyenne entre les villages autochtones et l’unité de soins intensifs la plus proche est de 315 kilomètres. Et pour 10% des villages, cette distance se situe entre 700 et 1 079 kilomètres.

#0765 Source

France, Mulhouse : des échauffourées ont lieu dans le quartier des Coteaux, des pompiers et des policiers ont été caillassés, un escadron de gendarmes mobiles a été déployé

France, Mulhouse. Des échauffourées ont lieu dans le quartier des Coteaux. Des caméras de surveillances avaient déjà été incendiées la nuit précédente. En fin d’après-midi, des pompiers et des policiers, qui intervenaient sur un incendie de voiture, ont été la cible de jets de pierres par une vingtaine de jeunes. Selon la police, ces incidents seraient intervenus suite à un accident survenu mercredi après-midi, où un adolescent de 17 ans en moto-cross a été gravement blessé après avoir heurté une voiture. Un policier a été blessé et un jeune homme interpellé et un escadron de gendarmes mobiles a pris position aux abords du quartier.

#0742 Source francebleu.fr

Grèce, région d’Athènes : diverses attaques ont eu lieu contre des banques et des véhicules de supermarchés

Grèce, région d’Athènes. Diverses attaques ont eu lieu dans la semaine précédente contre des banques et des véhicules de supermarchés : un guichet automatique de la banque AlphaBank à Nea Smyrni, un camion de la chaîne de supermarchés “Market In” à Chalandri, deux camions de la chaîne de supermarchés ” Masoutis » à Lambrini, trois véhicules de la société de courrie r« General Post Office » à Kallithea, un ATM de la banque AlphaBank à Nea Smyrni, deux véhicules de la société 9 à Nea Smyrni, un véhicue de la chaîne de supermarchés “Sklavenitis”, à Kypseli, un véhicule de la chaîne de supermarchés “Sklavenitis” à Pangrati. Le communiqué qui informe de ces attaques est à lire ici.

#0722 Source athens.indymedia.org

Chili, Santiago : à la suite des émeutes du quartier d’El Bosque, des habitants du quartier pauvre de La Pintana, ont défié le confinement obligatoire en manifestant pour réclamer une aide alimentaire d’urgence

Chili, Santiago. Des habitants du quartier pauvre de La Pintana, ont défié le confinement obligatoire en manifestant pour réclamer une aide alimentaire d’urgence. La situation de ceux qui n’ont plus de ressources à cause du confinement devient catastrophique. A la suite des émeutes du quartier d‘El Bosque, les habitants ont manifesté avec des banderoles, des concerts de casseroles, des slogans qui accusent le pouvoir de se désintéresser de leur sort, et ont incendié des barricades. L’épidémie est en pleine croissance au Chili, avec un total de près de 54 000 cas et 544 décès.

#0710 Source rfi.fr

Argentine : forte hausse des cas de Covid19 due à la diffusion du virus dans les bidonvilles avec un certain décalage étant donné l’isolement social des personnes qui y vivent.

Argentine. Les cas de coronavirus détectés jeudi ont bondi pour atteindre les 648 sur les dernières 24 heures, soit plus du double des bilans quotidiens d’il y a deux semaines. Cette hausse serait due à la diffusion du virus dans les bidonvilles avec un certain décalage étant donné l’isolement social des personnes qui y vivent. Ce décalage dans les ravages du virus dans les espaces isolés du reste de la population, quelle qu’en soit la raison, est à craindre partout dans le monde.

#0762 Source ouest-france.fr

International : un mot d’ordre de grève internationale des livreurs de Glovo, Uber Eats, Rappi et d’autres applications de services de livraison à domicile a débuté le 22 avril, les débrayages sont toujours en cours

International. Une grève internationale des livreurs de Glovo, Uber Eats, Rappi et d’autres applications de services de livraison à domicile a débuté le 22 avril. Des livreurs d’Équateur, du Brésil, d’Argentine, du Pérou, du Costa Rica, du Guatemala, du Mexique et d’Espagne y participent déjà. Avec les quarantaines dues au coronavirus, l’achat de repas en ligne a augmenté, tout comme le taux de chômage. Être livreur est devenu l’une des rares options d’emploi disponibles, car c’est l’un des rares marchés du travail qui se développe actuellement, dans des conditions de plus en plus inacceptables. Rien qu’en mars, l’application iFood a reçu 175 000 candidatures, soit deux fois plus qu’en février. Au Brésil, ces mobilisations sont étroitement liées aux grèves d’autres travailleurs qui doivent continuer de travailler pendant la pandémie, comme les opérateurs de centres d’appels et les professionnels de la santé, dont les emplois ont été décrétés services essentiels mais qu’on prive de conditions de travail sûres. Les débrayages sont toujours en cours. Le 14 mai, des livreurs de repas de Vitória, la capitale de l’État d’Espírito Santo, ont organisé une manifestation pour fermer l’application iFood pendant deux heures. À Jundiaí, dans l’intérieur de l’État de São Paulo, des travailleurs appellent leurs collègues de tout le Brésil à se joindre à une grève le 30 mai.

#0753 Source wsw.org

Inde, région de Gujarat : des travailleurs migrants ont affronté les policiers lors de manifestations pour réclamer des aides d’urgence, le paiement de leur salaire, et la possibilité de rentrer dans leur pays d’origine

Inde, région de Gujarat. Une centaine de travailleurs migrants ont affronté les policiers lors de manifestations pour réclamer des aides d’urgence, le paiement de leur salaire, et la possibilité de rentrer dans leur pays. En tentant de les disperser, la police a tiré des grenades lacrymogènes pendant que les travailleurs répliquaient à coup de pierres. Depuis le début du confinement, la région de Gujarat à connu plus d’une douzaine d’affrontements entre les travailleurs migrants et la police.

#0709 thehindu.com

France : les enfants handicapés ne peuvent pas retourner à l’école alors qu’ils font partie de ceux pour lesquelles les écoles rouvrent, l’incohérence est flagrante

France. Les enfants handicapés sont de fait exclus de la reprise scolaire alors qu’ils sont supposé faire partie des enfants pour lesquelles cette mesure a été prise. En effet les mesures de distanciations sociales sont bien souvent impossibles à mettre en œuvre quand il faut aider les enfants dans les gestes du quotidien. Beaucoup de parents sont déroutés par l’absence d’aide et de prise en charge depuis le début du confinement, qui se poursuite malgré les effets d’annonce.

#0703 Source la-croix.com

Etats Unis, Sans Francisco : “Pendant l’épidémie de coronavirus, la maire de San Francisco a décidé de ne pas abandonner les plus démunis”, c’est ainsi que la presse américaine évoque le “camp favorisant la distance sociale” dans lequel la ville de San Francisco a commencé à parquer les sans abris

Etats Unis, Sans Francisco. “Pendant l’épidémie de coronavirus, la maire de San Francisco a décidé de ne pas abandonner les plus démunis.” C’est ainsi que la presse américaine évoque le “camp favorisant la distance sociale” dans lequel la ville de San Francisco a commencé à parquer les sans abris, au centre de la ville, à proximité de la mairie. La ville souhaite mettre en place davantage d’espaces anti covid-19 semblables à ce premier camp dans les prochains jours.

#0737 Source huffingtonpost.fr

Etats Unis : la population des indiens Navajo qui représente environ 175000 personnes installés aux frontières de l’Arizona, de l’Utah et du Nouveau-Mexique montre un taux d’infection par habitants 10 fois plus élevé que le reste de la population

Etats Unis. La population des indiens Navajo qui représente environ 175000 personnes installés aux frontières de l’Arizona, de l‘Utah et du Nouveau-Mexique montre un taux d’infection par habitants 10 fois plus élevé que le reste de la population de l’Arizona, et le nombre de cas a dépassé celui de la ville de New York. La région ne compte que 12 établissements de soins de santé sur 27000 miles carrés, et de nombreux navajos souffrent de problèmes de santé chroniques comme le diabète, les maladies cardiaques et l’obésité qui les expose ceux qui contractent le coronavirus à un risque plus élevé de maladie grave. Face au manque de place dans les hôpitaux (6 lits de soins intensifs), un tri est effectué sous des “tentes de dépistage” et les patients sont transférés dans d’autres régions. Les navajos ont d’autant moins les moyens de respecter les mesures sanitaires qu’il ont rarement l’eau courante et que les entreprises où ils travaillent, comme le casino et la mine de charbon sont à l’arrêt.

#0953 vu sur people.com

Canada, Hamilton : le système de signalisation sur une ligne principale du CN à Hamilton a été saboté à l’aide de câbles volant en solidarité avec les habitants autochtones de Wet’suwet’en et contre la poursuite des travaux sur le pipeline Coastal GasLink

Canada, Hamilton. Le système de signalisation de voie sur une ligne principale du CN à Hamilton a été saboté la semaine dernière à l’aide de câbles volant, en solidarité avec la lutte des habitants autochtones de Wet’suwet’en et contre la poursuite des travaux sur le pipeline Coastal GasLink de TC Energy durant la pandémie. Le communiqué lié à cette action est à lire ici.

#0723 Source actforfree.nostate.net

Inde, Bangladesh : face à l’arrivée du cyclone Amphan, des millions de personnes sont en cours d’évacuation alors que les abris sont utilisés comme centres de quarantaine.

Inde, Bangladesh. Des millions de personnes vont être évacuées dans le contexte de la pandémie suite à l’arrivée prochaine du cyclone Amphan qui s’annonce très violent et va en particulier toucher Calcutta. La situation est compliquée par le fait qu’une partie des centres d’évacuation sont utilisés comme lieu de quarantaine, et par la difficulté de maintenir les mesures de distanciation sanitaire dans les abris. Entre leurs habitations qui risquent d’être détruites et les évacuations au cours desquelles les mesures sanitaires vont être très peu efficaces, les habitants font face à un choix impossible.

#0705 Source rfi.fr

L’Italie annonce la régularisation prochaine de 600 000 travailleurs migrants avec des titres de séjour temporaires, pour pallier au manque de main d’œuvre dans l’agriculture

Italie. Les besoins des économies européennes en terme de main d’œuvre fluctuent, et, au rythme de ces fluctuations, ces pays font venir des migrants, régularisent et expulsent. Ainsi, l’Italie veut régulariser 600 000 sans-papiers pour pallier le manque de main d’œuvre dans l’agriculture dû au fait que les 300 000 travailleurs étrangers saisonniers – principalement originaires d’Europe de l’est – qui viennent chaque année travailler aux récoltes n’ont pas pu rejoindre la péninsule comme ils le font chaque année, en raison de la pandémie de coronavirus. Les régularisations se font sur des statuts très précaires liés aux contrats de travail. L’extrême droite s’agite autour de ce qu’elle appelle l’arrivée d'”une armée de clandestins”.

#0702 Source infomigrants.net

France, Nanterre : des incendies et affrontements nocturnes ont lieu suite à ce que la presse appelle “un guet-apens” dans la cité Pablo Picasso.

France, Nanterre. Des affrontements ont duré plus d’une heure dans la nuit suite à ce que les médias appellent “un guet-apens” dans la cité Pablo-Picasso. Un flics et un pompier ont été légèrement blessés, et une interpellation est à déplorer : un jeune homme de 29 ans , placé en garde à vue pour “violences en réunion avec arme sur personne dépositaire de l’autorité publique” et “rébellion”. Les camions des sapeurs-pompiers ont été abîmés par des pavés. Quelques heures plus tard, un incendie a touché un Carrefour Market situé à proximité.

#0674 Source fr.sputniknews.com

Chili, El Bosque : émeutes de la faim dans une banlieue de Santiago, une manifestation violente a eu lieu pour protester contre les pénuries alimentaires pendant le confinement.

Chili, El Bosque. Emeutes de la faim dans une banlieue de Santiago. Une manifestation violente a eu lieu pour protester contre les pénuries alimentaires pendant le confinement. Des barricades ont été dressées, et les manifestants ont affronté, à coup de bâtons et de jets de pierres, les gaz lacrymogènes et les canons à eau des forces de l’ordre. La police déclare trois interpellations. Avant la crise sanitaire, le Chili a connu de longs mois d’agitation sociale et de révoltes, parties de l’annonce en octobre d’une hausse du prix du ticket de métro à Santiago.

#0695 Source lefigaro.fr

Emirats Arabes Unis : des centaines de travailleurs migrants népalais se sont mis en grève car leurs employeurs ne leur ont pas versé de salaire au cours des deux derniers mois.

Emirats Arabes Unis. Des centaines de travailleurs migrants népalais se sont mis en grève car leurs employeurs ne leur ont pas versé de salaire au cours des deux derniers mois. Près de 500 travailleurs, employés dans un hôtel à Ruwais à Abu Dhabi, ont cessé le travail. La plupart d’entre eux sont confinés dans leur appartement depuis deux mois sans travail alors que l’entreprise ne leur a rien payé pour la période. Les grévistes ont organisé des piquets de grève pour bloquer les entreprises. «Nous n’avons laissé personne aller travailler », a déclaré un des grévistes. Le nombre de migrants qui se retrouvant sans travail ni ressources bloqués dans les pays du golfe a augmenté sans précédent ces dernières semaines. Le gouvernement prévoit de rapatrier ces travailleurs migrants, mais rien de concret n’est pour l’instant mis en place.

#0693 Source kathmandupost.com

Italie, Bologne : des militants du collectif de travailleur et travailleuses précaires “Padrone di merda” sont visés par des mesures d’éloignement de la ville et d’autres inculpations

Italie, Bologne. Des militants du collectif “Padrone di merda”, un “collectif de travailleuses et de travailleurs précaires qui refusent d’être exploités et escroqués par leurs patrons de merde” ont été réveillés par des policiers, qui leur ont notifié les mesures préventives prises à leur encontre : cinq d’entre eux ont reçu l’ordre de quitter Bologne et un autre s’est vu interdire de s’approcher de son ancien lieu de travail et de ses anciens patrons. Treize autres travailleurs ont également été inculpés. Leur communiqué est à lire ici.

#0690 ilpadronedimerda

Argenteuil, France : émeutes et tensions à Argenteuil après la mort d’un jeune homme de 18 ans en moto qui venait de croiser une voiture de la BAC…

Argenteuil, France. Emeutes et tensions à Argenteuil après la mort d’un jeune homme de 18 ans dont la moto a percuté un poteau électrique. Des témoins assurent que la voiture banalisée de la BAC qui était présente sur les lieux lui a coupé la route, l’obligeant à monter sur le trottoir. Des incendies ont eu lieu dans plusieurs points de la ville, et des affrontements avec les flics ont égayé la nuit.

#0671 Source francebleu.fr

Grèce : un rapport sur la répression et la résistance pendant la pandémie est à disponible en ligne

Grèce. Un rapport détaillé “sur les efforts en cours du gouvernement grec, avec les patrons, la police et les fascistes, pour profiter de la pandémie pour intensifier la répression – et les efforts des anarchistes, des migrants, des prisonniers, des travailleurs rebelles et autres pour riposter et ouvrir des espaces de liberté” établi en coordination avec le collectif de médias anarchistes RadioFragmata, est disponible en anglais ici.

#0666 Source crimethinc.com

Qatar : une nouvelle loi punit de 3 ans de prison et une forte amende la circulation sans masque, et les chantiers de constructions continuent de fonctionner, en particulier ceux liés à la FIFA 2022, malgré le danger qu’ils constituent pour les travailleurs immigrés qui y sont exploités

Qatar. Des lois extrêmement répressives concernant le port du masque durant l’épidémie de covid19 viennent de se mettre en place au Qatar. Le port du masque est obligatoire dans tous les espaces publics sous peine de 3 ans d’emprisonnement et d’une lourde amende. Le Tchad et le Maroc appliquent des règles presque aussi strictes avec respectivement 15 jours et 3 mois de prison ferme pour non port du masque dans l’espace public. Au Qatar, les écoles, restaurants, supermarchés et mosquées restent fermées tandis que les immenses chantiers de construction continuent de fonctionner, mettant en péril la vie de nombreux travailleurs, notamment les travailleurs immigrés engagé pour la construction des stades et infrastructures de la coupe du monde FIFA 2022. De nombreux morts étaient déjà à déplorer sur ces chantiers pharaoniques qui emploient principalement des travailleurs migrants, et ceux dont les entreprises sont à l’arrêt sont parqués sur leur ancien lieu de travail.

#0669 Source trtworld.com

Brésil, Amazonie : avec 92 décès, 446 cas identifiés, et 38 villages touchés, le virus est en train de se propager parmi les populations autochtone qui sont contraints d’aller en ville pour récupérer les aides gouvernementales

Brésil, Amazonie. Avec 92 décès, 446 cas identifiés et38 villages touchés, le virus est en train de se propager parmi les populations autochtone. Il faut dire que l’aide gouvernementale n’est pas acheminée sur place et que des habitants des villages reculés se rendent en ville pour ramener des vivres, ce qui a beaucoup contribué à la propagation du virus. Les habitants des villages barrent eux-même les routes d’accès pour limiter la propagation.

#0678 Source aljazeera.com

Japon : les soignants et leurs enfants, ainsi que les malades, assimilés à la contagion du virus, sont ostracisés

Japon. Les soignants et leurs enfants, assimilés à la contagion du virus, se retrouvent ostracisés à travers tout le pays dans des proportions inouïes. En parallèle, le manque de personnel a poussé l’hôpi­tal Namihaya d’Osaka, qui compte une centaine de malades, à forcer deux infirmières, pourtant contaminées, à venir travailler. Beaucoup d’hôpitaux refusent des malades par peur d’avoir mauvaise réputation : durant le mois d’avril, presque 2 000 personnes se sont vues refuser l’accès à un établissement de soin et ont dû faire cinq hôpitaux différents avant de trouver une place. Un octogénaire a dû être hospita­lisé à 350 km de chez lui, à Tokyo, où il est mort. « Même si nous décidons à notre niveau d’accepter un patient, la di­rection peut refuser », explique un médecin des soins intensifs. Les établissements privés redou­tent de devoir fermer. L’hôpital Kosei de Tokyo a dû cesser toute activité pendant un mois pour désinfection, après la découverte d’un malade atteint du Covid­19. Les patients habituels pourraient ne plus revenir parce que l’image d’un hôpital qui a eu un cas de Covid se retrouve dégradée.

#0658 vu dans Le Monde du 16 mai 2020.

Allemagne, Bornheim : des travailleurs saisonniers venus de Roumanie se sont mis en grève et ont déserté les champs

Allemagne, Bornheim. Les travailleurs saisonniers de la ferme de fraises et d’asperges Ritter se sont mis en grève et ont déserté les champs. Ils se sont rassemblés dans la cour adjacente de la ferme Spargel Ritter pour protester contre la perte de salaire liée à la gestion de la pandémie. mais aussi contre leurs conditions de logement et de travail. Le groupe de gréviste rassemble une partie des 240 travailleurs saisonniers d’origine roumaine actuellement employés par l’entreprise pour les récoltes. Certains grévistes affirment avoir reçu 100 à 200 euros pour tout salaire pour un mois de travail. La nourriture que l’entreprise est supposée prendre en charge est constituée de pain moisi et de salami déjà périmé. Un autre gréviste rapporte qu’il a été payé 500 euros pour 500 heures de travail. En pleine pandémie, l’Allemagne, comme d’autres pays d’Europe du Nord, a fait venir par charter 80 000 travailleurs roumains pour travailler dans le secteur agricole.

#0657 vu sur general-anzeiger-bonn.de/

Suisse, Bâle : dans la nuit du 14 au 15 mai, la façade d’une succursale du Credit Suisse à Bâle a été repeinte en rouge avec un extincteur.

Suisse, Bâle. Dans la nuit du 14 au 15 mai, la façade d’une succursale du Credit Suisse à Bâle a été repeinte en rouge avec un extincteur. Le communiqué à lire ici salue tous ceux qui se battent pour un monde sans domination ni oppression et pointe les conséquences de la gestion de la pandémie sur les migrants et les travailleurs pauvres, ainsi que les difficultés pour payer les loyers.

#0683 Source barrikade.info

Grèce, Nea Smyrni : les habitants d’un campement Rom résistent à une ordonnance de quarantaine, et refusent que les personnes testées positives soient évacuées par la police

Grèce, Nea Smyrni (Larissa). Les habitants d’un campement Rom situé en Grèce centrale près de Larissa résistent à une ordonnance de quarantaine, et organisent de violentes manifestations en réponse aux mesures prises à leur encontre et contre la stigmatisation dont ils font l’objet. Depuis que 35 personnes y ont été testées positives, le gouvernement a ordonné une quarantaine du campement et l’évacuation des personnes infectées par le coronavirus. Les habitants ont résisté en érigeant des barricades enflammées et des bennes à ordures ont été incendiées. Un journaliste local a été caillassé et frappé au visage. Les responsables de la santé qui se sont déplacés sur place ont été chassés. Le gouvernement déclare qu’une nouvelle opération sera menée prochainement pour évacuer les personnes infectées et ont renforcé les patrouilles autour du campement pour faire respecter la quarantaine. Un des manifestants a expliqué que des tests sérologiques avaient montré que les autres personnes sur le campement ont développé les anticorps pour résister au virus, mais les responsables de la santé rejettent les résultats, considérant que les dépistages ne sont pas fiables. La police fait le siège du campement et menace de faire des arrestations si les malades ne sont pas évacués. Ce camp avait déjà été mis en quarantaine pour 15 jours le 11 avril dernier.

#0663 Source voanews.com

Argentine : le nombre de cas de Covid-19 explose dans le bidonville Villa 31 où vivent 40 000 personnes en plein cœur de Buenos Aires

Argentine, Buenos Aires. Le nombre de cas de Covid-19 explose à Villa 31, un bidonville situé au cœur de a ville où vivent 40 000 personnes. Fin avril un premier cas avait été positif, 511 personnes ont été testées positives mardi. Une femme de 84 ans, mère du premier habitant contaminé, est décédée. Une bonne partie du bidonville a été privée d’eau pendant huit jour récemment. Beaucoup d’habitants travaillent dans l’économie informelle, qui représente plus de 25% du marché du travail dans le pays et qui est à l’arrêt depuis le début du confinement. « La consigne était de rester à la maison, mais si tu restes confiné, tu n’as rien à manger; alors, soit tu meurs du coronavirus, soit tu meurs de faim » témoigne un habitant. Les autorités ont lancé des campagnes de tests dans les bidonvilles de l’agglomération de Buenos Aires. A Villa 31, plus de 50% des tests réalisés se sont révélés positifs.

#0631 Source journaldemontreal.com

Canada : la propagation du virus se poursuit au Canada et touche particulièrement la population pauvre et immigrée

Canada. La propagation du virus se poursuit au Canada et touche particulièrement la population pauvre et immigrée. A Montréal le virus se développe surtout dans les arrondissements les plus pauvres dont Montréal-Nord, Mercier – Hochelaga-Maisonneuve et Ahuntsic-Cartierville. Les premières contaminations dans les régions plus riches ont été mieux maîtrisées. «Quiconque voit ces inégalités en matière de santé se manifester n’a rien de surprenant», a déclaré Nicholas King, professeur à l’Université McGill à Montréal, qui effectue des recherches sur l’éthique et les politiques de santé publique. Au Québec ce sont des centaines de demandeurs d’asile qui se retrouvent en soins de longue durée. Beaucoup d’entre eux occupent des emplois où ils sont susceptibles d’être exposés à la maladie, en particulier dans les épiceries, ou au bas de l’échelle du secteur des soins de santé.

#0649 Source cbc.ca

France, Stains : un Macdonald’s incendié

France, Stains. Le McDonald’s situé avenue Stalingrad à Stains (Seine-Saint-Denis) a été détruit par un incendie. Les pompiers ont mis deux heures à éteindre e feu à cause de la structure qui menaçait de s’écrouler. Il n’y a eu aucun blessé.

#0648 Source actu.fr

Hong Kong : un premier nouveau cas de contamination dans un quartier pauvre de la ville où les gens vivent entassés dans des “appartements cercueils”, une nouvelle campagne de dépistage commence.

Hong Kong. Les autorités ont annoncé la découverte d’un premier nouveau cas de contamination dans un quartier défavorisé de la ville depuis près d’un mois. Dans certains de ces quartiers, les habitant vivent dans des multiples réduits étriqués, des appartements divisés en un maximum d’espaces où s’entassent des familles ou des personnes seules. Ces logement sont si petits qu’on leur donne le nom d’ “appartements-cercueils”, car on ne peut que s’y allonger. En 2016, les autorités estimaient à 200.000 le nombre de personnes vivant dans des réduits de moins de 50 pieds carrés (4,6 mètres carrés). Les autorités ont commencé à tester des centaines d’habitants des environs.

#0640 Source afp.com

Italie : un “porte parole des travailleurs clandestins” appelle à la grève des travailleurs migrants dans le secteur de l’agriculture

Italie. Un syndicaliste de la Coordination des travailleurs agricoles, “porte parole des travailleurs clandestins” appelle à la grève des travailleurs migrants dans le secteur de l’agriculture si le gouvernement ne régularise pas les travailleurs clandestins. Un affrontement verbal a eu lieu au journal télévisé : « Mais les clandestins font grève maintenant ? De grâce, mais dans quel pays vivons-nous », s’est insurgé Matteo Salvini. « C’est une grève qui vous concerne aussi en tant que consommateur, parce que la nourriture consommée est le fruit de l’exploitation. C’est une grève pour 60 millions d’Italiens. C’est une grève des travailleurs étrangers qui luttent aux côtés des ouvriers agricoles italiens », a répondu le syndicaliste.

#0653 paru sur valeursactuelles.com

Europe : la crise sociale et économique succède à la crise sanitaire, de plus en plus de catégories de personnes sont pris en charge pour des aides d’urgence

Europe. La crise sociale et économique prend le re­lais de la crise sanitaire, et elle n’épargne pas l’Europe. Médecins Sans Frontière intervient se voit pour la première fois depuis sa création en 1971, au Royaume­ Uni et en Allemagne. En Italie, en France, en Espa­gne et en Belgique, la demande d’aide d’urgence a déjà augmenté de 20 % à 25 %. Ces aides concernent dé­sormais des nouvelles populations qui ont perdu leur emploi – ou un job précaire – avec la fermeture des bars, restaurants et commerces, et dont les conditions de loge­ment sont devenues sour­ces aggravantes de contamination.

#0624 Source Le Monde du 14/05

Kenya, Nairobi : le gouvernement a mis un place un projet destiné à mettre au travail les jeunes gens du pays durant la pandémie de coronavirus, les salaires n’étant pas payé, ils se sont mis en grève, de nombreux affrontements se sont déroulés au cours de la manifestation.

Kenya, Nairobi. Le gouvernement kenyan a mis un place un projet (‘Kazi Mtaani’ déstiné à 10 000 personnes) afin de mettre au travail les jeunes gens du pays durant la pandémie de coronavirus. Beaucoup de salaires manquent, et pour certains depuis plus de trois semaines. Pour protester contre cette situation, des travailleurs se sont mis en grève et ont manifesté pour réclamer leur dû. De nombreux affrontements se sont déroulés au cours de la manifestation et flics et émeutiers ont échangé pierres et lacrymos pendant quelques heures.

#0638 Source kenyans.co.ke

Haïti, Hinche : émeutes contre la hausse des prix des produits de première nécessité et contre les coupures de courant, la police blesse un jeune homme par balle

Haïti, Hinche. Des mouvements de révoltes contre la hausse des prix des produits de première nécessité et contre les coupures de courant se sont organisé à Haïti. Des manifestants ont bloqué la route nationale à l’aide de camions. La police est intervenue et les policiers ont été reçus à coup de pierres. Les policiers ont ouvert le feu pour disperser la foule, blessant un jeune homme par balle. Les incidents se poursuivent à Mirebalais. Les protestataires sont rassemblés devant le commissariat et réclament que les agents de l’Unité de maintien d’Ordre affectés au commissariat de Hinche leur soient livrés. Durant les affrontements avec les forces de l’ordre une femme a perdu la vie renversée par une voiture. Huit blessés sont dénombrés pour l’instant dont deux agents de l’unité de maintien d’ordre et six personnes dans les rangs des manifestants. Un camion qui se trouvait sur la cour du commissariat est incendié.

#0635 Source vantbefinfo.com

France, Guadeloupe : des “comités de l’eau” manifestent et organisent des barrages sur les routes pour protester contre la pénurie d’eau potable et imposer une annulation définitive des factures pour la période du confinement.

France, Guadeloupe. Les pénuries d’eau potable perdurent depuis trois ans en Guadeloupe et prennent une dimension particulièrement inacceptable pendant l’épidémie. De nombreuses familles en sont régulièrement privées en raison d’un réseau vétuste et mal entretenu. Pourtant, les factures ont doublé alors que la pénurie s’aggrave de jour en jour. Des habitants manifestent et ont organisé des barrages sur les routes. Ces “comités de l’eau” demandent un moratoire et une annulation définitive des factures pour la période du confinement.

#0632 Source francetvinfo.fr

France : des manifestations de soignants ont lieu dans plusieurs villes de France pendant que le gouvernement demande aux salariés de donner des jours de congé aux soignants ! A Paris, le cortège circule à l’intérieur de l’hôpital Debré.

France, Paris. Une centaine de soignants ont manifesté devant l’hôpital Debré pour dénoncer les conditions de travail des médecins et soignants, et le manque de moyens dans les hôpitaux publics. Le cortège a circulé à l’intérieur de l’hôpital. Le même jour le gouvernement incite les salariés à donner une partie de leurs congés aux soignants… Les soignants du “Collectif Inter-Hôpitaux” se disent prêts à démissionner administrativement. Plusieurs médecin chef l’ont d’ailleurs déjà fait. Des manifestations semblables ont eu lieu dans plusieurs autres villes de France.

#0629 Source lexpress.fr

Colombie, Bogota : expulsion d’un bidonville dans le quartier Altos de la Estancia, la police anti-émeute intervient violemment pour empêcher tout débordement

Colombie, Bogota. Près de 700 familles pauvres vivant dans le quartier Altos de la Estancia ont été expulsées violemment en pleine diffusion de la pandémie. Le terrain était occupé par des sans-abri, des migrants, des paysans, des indigènes et des chômeurs depuis plus de 20 ans. Le bidonville abritait 1000 familles quand les expulsions ont commencé. Le ministre du Logement avait interdit les expulsions jusqu’en juin, mais des responsables ont déclaré que les maisons d’Altos de la Estancia étaient illégales et que la région était menacée de glissements de terrain. Les expulsions se font avec la participation de la police antiémeute de l’ESMAD qui réprime violemment tous ceux qui s’y opposent, plusieurs personnes ont été blessées.

#0651 Source breakingnews.fr

Etats Unis, New York : la situation des plus pauvres empire avec la gestion de l’épidémie, les banques alimentaires sont débordées.

Etats Unis, New York. Les banques alimentaires sont débordées. Depuis l’annonce de la fermeture des école à la mi-mars et pour compenser le fait que la cantine de midi était parfois le seul repas pris par les enfants, un système a été mis en place pour fournir des repas : un repas à emporter à 7 h 30 et 13 h 30, disponibles pour tout enfant de moins de 18 ans. De 2 000 repas la première semaine après l’annonce, on est passé à 450 points de distribution dans les écoles des quartiers les plus défavorisés. Les services de la ville ont fini par ajouter la distribution d’un dîner. Sur 8,5 millions de New-Yorkais, 1,1 million sont considérés actuellement comme étant en insécurité alimentaire, auxquels s’ajoutent les 500 000 personnes au moins qui ont perdu leur emploi.

#0622 Source lemonde.fr

Liban, Beyrouth : les éboueurs de la société Ramco sont en grève, ils ont occupé les locaux de l’entreprise, la brigade anti-émeute des forces de sécurité intérieure est intervenue pour les déloger.

Liban, Beyrouth. Les employés de la société Ramco en charge du ramassage des ordures, sont en grève. Ils dénoncent la détérioration de leurs conditions de travail et le fait que la compagnie ne leur paie pas leur salaire en dollar comme stipulé par contrat ou même en livre libanaise au taux du marché. Ils ont occupé le siège de l’entreprise. La brigade anti-émeute des forces de sécurité intérieure est intervenue pour les déloger.

#0619 Source libannews.com

Mali, Kayes : la mort d’un jeune homme tué par un policier alors qu’il circulait à moto a été suivie de plusieurs jours d’émeutes, la préfecture de police de la ville a été incendiée, des centaines de rues ont été bloquées et deux autres jeunes gens ont perdu la vie dans les affrontements.

Mali, Kayes. La mort d’un jeune homme tué par un policier alors qu’il circulait à moto a été suivie de plusieurs jours d’émeutes. Pendant l’enterrement, la préfecture de police de la ville a été incendiée, des centaines de rues de la ville ont été bloquées et deux autres jeunes gens ont perdu la vie dans les affrontements. Mamadou Coulibaly, le président de la société civile de Kayes, considère que cette situation de tension est liée au couvre-feu: « C’est la première fois que cela se passe au niveau de notre ville. La plupart des jeunes sont dans l’économie informelle. Avec le couvre-feu, cela a beaucoup impacté leurs activités. Ils dénoncent leurs conditions de vie et de travail.

#0618 Source rfi.fr

Guinée, Coyah : des affrontements avec la police lors de manifestations contre les barrages routiers établis pour isoler la capitale font sept morts.

Guinée, Coyah. Une manifestation contre les barrages routiers établis pour isoler la capitale à cause du covid19, a tourné à l’émeute à Coyah, ville située à 50 km de Conakry et sept personnes ont été tuées dans les affrontements avec la police. Des affrontement ont aussi eu lieu à Dubreka. Le pays est sous tensions un peu partout, dans le nord des émeutes ont éclaté pour protester contre les coupures d’électricité.

#0626 Source afriksoir.net

Qatar : des centaines de milliers de travailleurs migrants licenciés suite au confinement sont enfermés dans une zone industrielle et n’ont plus de quoi se nourrir

Qatar, Doha. Des travailleurs migrants, enfermés depuis le début de l’épidémie dans une zone industrielle dont les entrées sont contrôlées par les forces de l’ordre, n’ont plus de quoi se nourrir. Ils sont sans ressources et ne peuvent pas rentrer dans leurs pays d’origine à cause de la fermeture des frontières. Ils se retrouvent enfermés dans une vaste zone d’usines et d’entrepôts où ils travaillaient et étaient logés, à la périphérie de Doha, et dont une grande partie a été totalement mise à l’arrêt en mars. Cette zone industrielle est devenue une sorte de camp pendant l’épidémie : des centaines de milliers de personnes, logées dans des dortoirs délabrés et surpeuplés y ont été enfermées, la police gardant les accès fermées par de lourdes barrières métalliques. Le gouvernement ravitaille la zone mais de manière très insuffisante et prétend avoir débloqué une somme pour venir en aide aux travailleurs privés d’emploi par l’épidémie mais la plupart ont été licenciés et n’en bénéficient donc pas. Une directive du gouvernement a autorisé mi-avril les entreprises qui ont cessé leurs activités en raison des restrictions liées aux coronavirus à mettre les travailleurs en congé sans solde ou à résilier leur contrat. Les employeurs ont aussi cessé de fournir nourriture et logement. Ce sont les domestiques qui sont particulièrement vulnérables. Un groupe de domestiques originaires du Népal, qui travaillent dans des maisons privées pendant la journée mais retournent dans leurs propres chambres la nuit, ont déclaré qu’elles avaient été laissées sans ressources après avoir refusé d’emménager avec les familles qu’elles servaient, craignant à la fois le virus et le risque d’abus, qui est courant chez les travailleurs et travailleuses domestiques dans les pays du Golfe. Le Qatar fait travailler plus de 2 millions de travailleurs migrants et son taux d’infection par habitant est désormais l’un des plus élevés au monde avec près de 18 000 cas sur une population d’à peine 2,8 millions d’habitants. La grande majorité de ceux qui ont été testés positifs au virus sont des travailleurs migrants. Les migrants vivent ce genre de situation dans tous les pays du golfe. Au Koweït, des migrants ont aussi été «piégés» sans travail ni moyen de rentrer dans leur pays d’origine, et certains se sont révoltés contre cette situation, tandis que l’Arabie saoudite a expulsé des milliers de travailleurs domestiques vers l’Ethiopie.

#0599 Source theguardian.com

Guinée, Kamsar et Dubréka : au moins cinq morts dans des émeutes qui ont éclaté contre les coupures du réseau électrique, le domicile privé du maire de Kamsar a été mis à sac et incendié.

Guinée, Kamsar et Dubréka. Comme à Boffa, des émeutes ont éclaté contre les coupures du réseau électrique. Le domicile privé du maire de Kamsar a été mis à sac et incendié. Le maire, qui considère que la situation n’est pas de son ressort a déclaré “être dans les mains de Dieu”. La situation est extrêmement tendue dans plusieurs villes du pays et au moins cinq personnes sont mortes dans ces affrontements avec la police.

#0594 Source guineenews.com

Bolivie, Cochabamba : des émeutes ont lieu dans les quartiers les plus pauvres de la ville avec des blocage de routes et d’une compagnie pétrolière alors que le gouvernement vient de prolonger la quarantaine jusqu’au 31 mai et en profite pour faire passer des mesures très contestées.

Bolivie, Cochabamba. Des manifestations contre le gouvernement et les mesures de gestion de la pandémie secouent le pays. La zone sud de la ville de Cochabamba, où se trouvent les quartiers les plus pauvres de la ville, se révolte. Des routes et une compagnie pétrolière ont été bloquées. La répression a été violente, avec des tirs de plomb et de gaz lacrymogène ont fait au moins un blessé par balle. Dans ces quartiers fortement touchés par les mesures liés à la gestion de la pandémie, l’eau courante n’est pas toujours distribuée. Le gouvernement vient de prolonger la quarantaine jusqu’au 31 mai sans aucunes mesures d’aide à ceux que le confinement jette dans une misère totale. Le président Añez en profite pour faire passer des décrets très contestés : le 8 mai il promulgue un décret qui accélère l’utilisation d’OGM dans l’agriculture nationale et le 10 mai, à l’occasion de la journée nationale des journalistes et de la liberté d’expression, il a rendu public un texte visant à réprimer la liberté d’expression, encore une fois sous couvert de lutte contre le Covid-19. Ce texte indique que « les personnes qui incitent au non-respect de ce décret ou diffusent des informations de tout type, que ce soit sous forme écrite, imprimée, artistique et / ou par toute autre procédure qui met en danger ou affecte la santé publique, qui génère de l’incertitude dans la population, seront passibles de plaintes par la commission des délits établis dans le Code pénal ».

#0633 Source laizquierdadiario.com.bo

Cameroun, Bafoussam : situation émeutière dans la ville chef-lieu de la région de l’Ouest, suite à la mort d’un jeune homme lors d’une interpellation policière, tué d’un coup de feu à bout portant.

Cameroun, Bafoussam. Situation émeutière dans la ville chef-lieu de la région de l’Ouest, suite à la mort d’une personne lors d’une interpellation policière, qui s’est soldée par un coup de feu à bout portant. En vengeance, les révoltés ont barricadé des routes, détruit des voitures et la police a enregistré une tentative d’incendie contre la brigade de gendarmerie de Djandam, lieu de service du gendarme auteur présumé du coup de feu. L’émeute a fini par être stoppée tard dans la nuit, la situation restant (selon une source policière) tendue et conflictuelle. Une dizaine d’arrestations sont à déplorer.

#0563 Source cameroun-info.net

Afghanistan, Firoz Koh : une manifestation durant une distribution d’aide alimentaire tourne à l’émeute, la police tire sur la foule depuis laquelle seraient partis des tirs contre la police, les affrontements font six morts dont deux policiers et 19 blessés.

Afghanistan, Firoz Koh. Une manifestation d’une centaine de personnes durant une distribution d’aide alimentaire tourne à l’émeute, la police tire sur la foule depuis laquelle seraient partis des tirs contre la police. Les affrontements font six morts dont deux policiers, 19 personnes sont blessées. La manifestation a attaqué le bureau du gouvernement local a été attaqué. La manifestation avait pour but de dénoncer la corruption au sein des distributions alimentaires, lors desquelles il faut avoir des connexions avec le gouvernement local pour obtenir de la nourriture.

#0561 Source tdg.ch

Belgique : deux ans de prison requis pour un inculpé arrêté lors des émeutes d’Anderlecht le 11 avril, il est aussi poursuivi pour avoir enfreint les mesures de confinement

Belgique. Deux ans de prison ont été requis contre un inculpé arrêté suite aux émeutes qui ont éclaté à Anderlecht le 11 avril. L’inculpé est prévenu pour avoir jeté un pavé sur un véhicule de police. Il aurait été reconnu sur des images de vidéosurveillance. Il est également poursuivi pour avoir enfreint à cinq reprises les mesures de confinement, édictées pour ralentir la propagation du Covid-19.

#0557 Source sudinfo.be

Kenya, Nairobi : des émeutes et manifestations se sont produites dans un faubourg de Nairobi suite à la destruction au bulldozer d’une partie du bidonville de Korogocho

Kenya, Nairobi. La ville poursuit son opération de destruction des bidonvilles et des émeutes ont éclaté vendredi dans un faubourg de Nairobi suite à la destruction au bulldozer d’une partie du bidonville de Korogocho. La police de Nairobi a utilisé des canons à eau, des gaz lacrymogènes et des armes à feu contre des manifestants descendus dans la rue pour protester contre la démolition des habitations qui laisse des milliers de personnes sans abris. Les manifestations se sont ensuite étendues le long d’un périphérique qui relie cette zone au reste de la capitale du Kenya. Les manifestants ont brûlé des pneus et érigé des barricades.

#0553 Source voaafrique.com

France, Yvelines : des émeutes ont éclaté dans la nuit à Sartrouville, Saint-Cyr-L’Ecole, Conflans-Sainte-Honorine, La Verrière et Maurepas, une voiture de police a été attaquée.

France, Yvelines. Des émeutes ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi à Sartrouville, Saint-Cyr-L’Ecole, Conflans-Sainte-Honorine, La Verrière et Maurepas. Une voiture de police a été encerclée par une vingtaine d’émeutiers qui l’ont caillassée jusqu’à ce qu’elle tombe en panne. La bac est intervenue pour protéger la sortie des policiers du véhicule sous les tirs de mortiers d’artifice, tirant à cinq reprises au LBD. Un homme a été interpellé et une policière a été légèrement blessée.

#0552 Source leparisien.fr

Mali, Bamako : des émeutes ont lieu depuis une semaine contre l’instauration du couvre-feu

Mali, Bamako. Kayes, Kati, Sikasso, Ségou, Mopti et d’autres quartiers de Bamako connaissent depuis près d’une semaine des nuits d’émeutes contre le couvre-feu imposé par le gouvernement malien avec des rues barricadées, des pneus brulés, des postes de police incendiés, entres autres. Les forces de l’ordre répriment ces manifestations par des tirs de gaz lacrymogènes jusque dans les domiciles, ou par des tirs à balles réelles comme le 7 mai, dans la région de Sikasso, où il y aurait eu une victime selon les medias locaux. Le président malien Ibrahim Boubacar Keita tient en ce moment un conseil extraordinaire de défense nationale pour évoquer le sujet.

#0537 Source www.dw.com

Inde et Bangladesh : manifestations violentes dans les usines de textile pour réclamer la réouverture et le paiement des salaires

Inde et Bangladesh. Des révoltes ont éclaté à Gazipur dans la capitale du textile au Bangladesh d’où proviennent une majorité des produits textiles consommés dans les magasins du monde entier. La ville est malheureusement connue pour ses nombreux accidents et décès d’ouvriers dus aux terribles conditions de travail. De nombreux morts dans les usines ces dernières années ont déclenché des mouvements de révolte parmi les ouvriers. Les ouvrier de l’usine RMG ont manifestés pour la réouverture des usines et le paiement des salaires (la plupart vivent dans des situation d’extrême pauvreté et l’usine est leur seul espoir de subsistance) , ils ont répondus aux balles en caoutchouc avec des pierres et ont répliquer aux matraques avec des bâtons. Une douzaine d’ouvriers de l’usine RMG ont été bléssés. En Inde, des centaines de travailleurs immigrés de Chenab Textile Mills (CTM) dans le district de Jammu-et-Cachemire à Kathua ont manifesté pour protester parce que leurs salaires n’étaient pas payés. Il y a eu de nombreuses dégradations et les affrontements avec la police ont fait plusieurs blessés. Les manifestants sont allé bloquer l’autoroute. Plus d’une vingtaine de personnes ont été arrêtées pour avoir endommagé des véhicules de police et pour d’autres dégradations, a indiqué la police.

#0533 et 0541 Source newagebd.net et zeenews.india.com

France, Mayotte : les émeutes et pillages lors des combats de boxes se poursuivent alors que le déconfinement est reporté à cause de la situation sanitaire liée à la fois au Covid19 et à l’épidémie de Dingue

France, Mayotte. Le déconfinement est reporté sur l’île à cause de la situation sanitaire liée à la fois au Covid19 et à l’épidémie de Dingue. L’île connaît de nombreuses pénuries et plusieurs manifestations émeutières s’y sont déroulées. Le couvre-feu instauré n’y est plus du tout respecté. Les incidents lors des « murengués » (combats de boxe) se multiplient depuis trois jours. 32 de ces événements ont eu lieu depuis le début du ramadan et la plupart du temps ils sont l’occasion de pillages et d’affrontement avec la police (200 émeutiers le 22 mai, voir brève). À l’est de l’île, du côté de Dzaoudzi, les gendarmes ont aussi été ciblés par des jets de pierres pendant qu’une autre unité ne tombe dans un guet-apens. Le lendemain, les militaires à nouveau fait usage de grenades de désencerclement. Dans la nuit de lundi à mardi, de nouveaux affrontements ont éclaté, faisant plusieurs blessés. Un porte-hélicoptères amphibie (PHA) de la Marine nationale doit amener sur l’île 500 tonnes de fret pour ravitailler l’île qui fait face à de nombreuses pénuries alimentaires et médicales.

#0518 Source le figaro du 06/05

Maroc : les migrants sub-sahariens se retrouvent souvent sans abris et ne bénéficient d’aucune mesure de protection face à l’épidémie.

Maroc. Des associations humanitaires décrivent depuis plus d’un mois une situation de détresse humanitaire sans précédent chez les migrants subsahariens souvent sans abris, majeurs comme mineurs, due à l’absence de protection sanitaire face au COVID-19 et dénoncent l’absence de mesures gouvernementales pour leur venir en aide. Si 3000 d’entre eux ont été hébergés depuis le début de l’épidémie, ce sont essentiellement suite à des opérations de contrôle auxquels ces personnes essayent d’échapper car elles sont le plus souvent sans papiers. De nombreux migrants subsahariens ont été expulsés de leurs logements faute d’avoir pu s’acquitter de leurs loyers, ou simplement parce que les propriétaires profitent de l’état d’urgence sanitaire pour les mettre dehors.

#0515 Source ecoactu.ma

Mexique : grèves sauvages massives dans les maquiladoras à la frontière avec les Etats Unis pour exiger que l’état américain ferme les ateliers pour raisons sanitaires

Mexique. Les ateliers de misère des maquiladoras implantés par les Etats Unis à la frontière nord du Mexique où travaillent 1,7 millions de personnes sont en grève sauvage. 31 usines à Tijuana, Mexicali, Ciudad Juárez et Matamoros, Nogales, et Gómez Palacio ont cessé le travail pour exiger la fermeture avec maintien du salaire à cause nombreux cas de Covid19 parmi les salariés (au moins treize en sont morts). Ces usines situées à proximité de la frontière des Etats Unis sous-traitent pour le secteur hospitalier, mais aussi dans le domaine de l’électronique, des télécommunications et de l’ingénierie, pour des entreprises comme Honeywell, Lear Corporation, Electrical Components International, Syncreon, Legrand et Hyundai, avec des salaires bien moins élevés que ceux des mêmes emplois de l’autre côté de la frontière. Le gouvernement américain la fermeture de ces ateliers pour raisons sanitaires alors que la plupart des entreprises locales ont déjà cessé de fonctionner. Il s’agit de grèves sauvages, qui ne sont pas coordonnées par les syndicats.

Grèves de 2019, “les syndicats et les patrons tuent la classe ouvrière”

#0611 Source roundrobin.info

Colombie : à travers le pays, des habitants accrochent des vêtements et des drapeaux rouges à leurs fenêtres et balcons pour protester et montrer qu’ils ont faim.

Colombie. À travers le pays, des habitants accrochent des vêtements et des drapeaux rouges à leurs fenêtres et balcons pour protester et montrer qu’ils ont faim. La gestion de la pandémie et l’impossibilité de travailler cause des pénuries qui pèsent de plus en plus sur l’ensemble de la population et les aides alimentaires promises ne sont pas distribuées

#0496 New York Times du 05/05

Kenya, Nairobi : la destruction d’un bidonville fait 5000 sans abris alors que la situation dans les quartiers les plus pauvres est de plus en plus tendue. A Kibera une bagarre lors d’une distribution alimentaire fait deux morts et des dizaines de blessés.

Kenya, Nairobi. En pleine épidémie, la destruction au bulldozer du bidonville de Kariobangi fait, du jour au lendemain, 5000 sans-abris. Ce serait le propriétaire, la compagnie des eaux Nairobi Water and Sewerage Company qui aurait initié cette opération pour récupérer le terrain. Alors que Nairobi fait face à une forte diffusion du virus, se déplacer ailleurs pour trouver où loger est rendu très difficile par les restrictions de circulation liées au confinement autour de la capitale. La situation est de plus en plus tendue dans les bidonvilles de la région : à Kibera, le plus grand bidonville de Nairobi, une bagarre générale lors d’une distribution de farine et d’huile, a fait des dizaines de blessés et deux morts.

#503 et 496 Sources Le Monde du 05/05 et the-star.co.ke

Etats Unis : la grève des loyers, partie de New York, s’étend sur tout le territoire avec 200 000 arrêts de paiement signalés

Etats Unis. De New York à Los Angeles, la grève des loyers s’étend sur tout le territoire et on compte déjà 200 000 initiatives avérées d’arrêt des paiements des quittances. Le mouvement est parti de New York, la métropole qui possède le plus d’appartements à la location (2,2 millions). Dès avril, un tiers des locataires se sont trouvés dans l’impossibilité de payer leur loyer. A travers la diffusion du mot d’ordre #CancelRent (Annulez les loyers), des associations et des responsables politiques tentent de faire pression pour que le gouvernement annule les loyers du mois d’avril en tentant de recréer une initiative du type “Occupy Wall Street” après la crise financière de 2008. Mais les locataires n’attendent pas que ces enjeux politiques se concrétisent pour cesser déjà massivement de payer. En france aussi et dans le monde, la grève des loyers prend de l’ampleur.

#0532 Source L’Humanité du 06/05

Sierra Leone, Tombo : des pêcheurs sierra-léonais ont attaqué un commissariat, un centre de santé, et la maison du maire, après l’annonce surprise d’une limitation drastique du nombre de navire autorisés à sortir en mer.

Sierra Leone, Tombo. Des pêcheurs sierra-léonais ont attaqué un commissariat, un centre de santé, et la maison du maire, après l’annonce surprise d’une limitation drastique du nombre de navire autorisés à sortir en mer dans le cadre des mesures contre l’épidémie. “Nous avons imposé un couvre-feu pendant la journée avec les militaires pour restaurer le calme. Des dizaines de personnes ont été interpellées et conduites au commissariat pour les besoins de l’enquête”, a ajouté le maire. Un témoin affirme avoir entendu des coups de feu.

#0543 Source voaafrique.com

Belgique : émeutes à Saint Gilles et Anderlecht suite à la mort du jeune Adil après une course poursuite avec le police

Belgique, Saint Gilles. Des émeutes éclatent suite à la mort d’Adil, après une course poursuite avec la police, deux policiers sont blessés. Le porte-parole du parquet de Bruxelles Denis Goeman indique que « plusieurs individus ont entouré les policiers, qui ont reçu des projectiles et plusieurs coups ont été portés envers les policiers ». Au cours de cette affrontements, deux policiers ont été blessés. « Une enquête est en cours pour identifier certains suspects », commente encore Denis Goeman. « Via les caméras de surveillance, certains auraient déjà été identifiés. » Des affrontements ont aussi éclaté samedi à Anderlecht. 65 personnes ont été arrêtées samedi, une trentaine dimanche.

La brève de l’accident se trouve ici

#0516 Source lesoir.be

Mali, Kayes : manifestations émeutières pour protester contre le couvre feu qui se tient pendant une période particulièrement caniculaire (49° de jour)

Mali, Kayes. Des manifestants ont pris la rue pour protester contre le couvre feu qui se tient pendant une période particulièrement caniculaire (49° de jour). Impossible de vivre le jour par une telle chaleur, mais impossible d’avoir un semblant de vie hors de chez soi à cause du couvre feu qui interdit tout déplacement à partir de 19h. Les manifestants, parfois armés, ont brûlé des barricades de pneus et affronté les flics avec divers projectiles. De nombreux habitants protestent contre les pratiques d’extorsion et de rançonnement des policiers pendant le confinement ainsi que contre la violence de la répression. Des manifestations contre la gestion de l’épidémie et le couvre-feu ont également eu lieu à Kati, Sikasso, Ségou, Mopti ou encore plusieurs quartiers de Bamako, avec des épisodes émeutiers.

#0562 Source maliweb.net

Guinée, Boffa : manifestations émeutières pour protester contre les coupures d’eau et d’électricité

Guinée, Boffa. Depuis deux semaines des habitants de la commune urbaine de Boffa protestent contre les coupures intempestives d’eau et de courant électrique dans les quartiers pauvres de la ville. Ces coupures interviennent suite à l’annonce du Premier ministre qui a promis la gratuité du courant et de l’eau pendant trois mois. Après des manifestations de contestation et des situations émeutières, la situation s’est apaisée quand des représentants des manifestants ont fini par accepter la médiation du préfet.

#0500 guineenews.org

France, Clichy-la-garenne : de lourdes peine dont une incarcération immédiate pour les sept inculpés des émeutes du 21 avril

France, Clichy-la-garenne. Sept jeunes hommes passent en procès pour avoir participé à des émeutes urbaines à Clichy­-la-­Garenne suite au fait qu’une voiture de police ait percuté un motard à Villeneuve-la-garenne, le 21 avril. Les sept inculpés ont été interpellés suite à l’identification d’une vingtaine de personnes sur les caméras de vidéosurveillance. Cinq d’entre eux ont été placés en détention provisoire le 22 avril quand le procès a été renvoyé, les deux autres ont été libérés sous contrôle judiciaire. A la barre, alors que leur présence sur les lieux pendant la nuit est, en soi, incriminé par la juge, l’un d’entre eux, qui se voit reprocher les faits les plus graves, affirme « Sur Snapchat, il y avait un message parlant d’un gros rassemblement pour faire une émeute contre la police. C’est des gens de Villeneuve qui l’ont posté pour foutre le bordel. » La présidente : « Donc vous aviez l’intention de participer à l’émeute ? » Lui : « Ben oui». La juge suit les réquisitions du procureur et les condamne à des peines de prison allant de cinq mois avec sursis à neuf mois ferme, peine aménageable. Un seul d’entre eux, qui a gardé le silence, prend ses sept mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Il est donc reparti en détention. Voilà pour ce qui est d’une justice supposée fonctionner “au ralenti” et des prisons sensées se “désengorger” !

La brève concernant l’accident qui à déclenché les émeutes se trouve ici

#0517 Source Le Monde du 06/05

Grèce, Thessalonique : attaque incendiaire de deux véhicules d’ELTA (la poste grecque) le 10 avril et d’un véhicule d’une entreprise de sécurité le 15 avril

Grèce, Thessalonique. Attaque incendiaire de deux véhicules d’ELTA (la poste grecque) le 10 avril et d’un véhicule d’une entreprise de sécurité le 15 avril. Le communiqué lié à ces attaques en solidarité avec les prisonniers et les migrants détenus dans les camps est à lire ici .

#0468 Source actforfree.nostate.net

Argentine, Buenos Aires : un premier décès du au coronavirus dans le bidonville de la villa 31

Argentine, Buenos Aires. Un premier décès dû au coronavirus a été annoncé à la Villa 31, bidonville de Buenos Aires. Nacho Levy, membre du mouvement social d’appui aux bidonvilles La Poderosa a annoncé la mort de Torobia Balbuena, 84 ans, résidant à Villa 31, morte sans avoir reçu les soins nécessaires et une lettre ouverte a été écrite par la présidente de l’Association des Mères de la place de Mai au chef du gouvernement de la ville de Buenos Aires, exigeant que « l’on n’abandonne pas le bidonville Villa 31 ». D’autres habitants dénoncent l’absence de soin pour les malades des bidonvilles, le manque d’eau (8 jours sans eau à la Villa 31) et s’inquiètent des conséquences de la diffusion de la maladie. La Poderosa écrit : “elle n’est pas morte, elle a été tuée par abandon ! Ils l’ont tuée par négligence, ils l’ont tuée par indifférence, ils l’ont tuée par mesquinerie”.

#0481 et #0473 Source pressenza.com

Sénégal, Dakar : des habitant du quartier de “Niéti Mbar” ont bravé le couvre feu et se sont affrontés avec les flics qui avaient pourchassé deux habitants jusque dans leur maison

Sénégal, Dakar. Des habitant du quartier de “Niéti Mbar” ont bravé le couvre feu et se sont affrontés avec les flics après qui avaient pourchassé deux habitants jusque dans leur maison. Deux policiers sont blessés à la suite de ces affrontements et une arrestation est à déplorer.

#0465 Source lanouvelletribune.info

Suisse, Genève : les situations de grande pauvreté augmentent et deviennent visibles en Suisse

Suisse, Genève. La grande pauvreté augmente et devient visible avec les restrictions liées à la gestion de la pandémie. Plus de 2500 personnes ont fait la queue sur plusieurs centaines de mètres et environ trois heures d’attente à la patinoire des Vernets pour obtenir un colis alimentaire d’une valeur de 20 francs suisses, une situation inédite dans le pays. « Cette crise a révélé une précarité invisible, sous le radar des institutions. Celle de familles qui s’en sortaient juste-juste et qui ont soudainement basculé dans la pauvreté », explique Alain Bolle, directeur du Centre social protestant.

#0486 Source lecourrier.ch

France, Toulouse : le tribunal administratif refuse de rouvrir les points d’eau de la ville pour les personnes sans abris

France, Toulouse. En pleine crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, cinq associations caritatives qui dénonçaient le manque d’accès à l’eau et à des sanitaires, pour les personnes vivant dans des bidonvilles ont vu leur demande refusée par le tribunal administratif. Selon leurs constatations, près de 2 500 personnes vivent actuellement dans la rue ou dans des habitats précaires à Toulouse. Les associations demandaient de rouvrir “toutes les bornes fontaines et celles des sanisettes publiques, nettoyées et désinfectées régulièrement, avec savons ou désinfectants à l’intérieur”. Elles demandaient aussi pour les squats et les bidonvilles le “raccordement à un point d’eau avec des robinets en nombre suffisant et espacés” et “le ramassage régulier des ordures ménagères et des encombrants” .

#0482 Source francetvinfo.fr

Inde, ouest du Bengal : les habitants se révoltent ont contre un office de distribution de rations de nourriture, redistribuent les denrées et attaquent le logement du gérant.

Inde, ouest du Bengal. Des révoltes ont eu lieu contre un office de distribution de rations de nourriture. Les habitants, insatisfaits de la manière dont les rations étaient distribuées, ont attaqué la maison du gérant avant de redistribuer la nourriture et de vandaliser son logement. Vendredi, les proches d’un patient décédé du Coronavirus ont vandalisé l’hôpital Sagar Dutta.

#0462 Source opindia.com

France, Mamoudzou (Mayotte) : nuit d’émeute après la répression d’un mourengué (boxe traditionnelle mahoraise) sans autorisation

France, Mamoudzou (Mayotte). Nuit d’émeute après la répression d’un mourengué (boxe traditionnelle mahoraise) sans autorisation. Selon la presse, neuf gendarmes et un policier ont notamment été blessés par des jets de pierre face à une foule de 200 personnes. Une supérette a aussi été pillée, selon des témoignages recueillis sur place, et un camion est venu récupérer la marchandise volée. Les propriétaires estiment les pertes à 50 000 euros. Des poubelles, des bennes pour les tris sélectifs et un panneau solaire ont aussi été brûlés. Le mobilier brulé a été utilisé pour construire des barricades dans la nuit. Ce n’est pas la première émeute qui secoue mayotte, des magasins alimentaires avaient déjà été pillés début avril. “L’objectif principal est de piller les magasins en organisant des mrengués pour attirer les forces de l’ordre. Une fois arrivées sur place, elles sont caillassées pour faire diversion et permettre un autre groupe de s’attaquer aux commerces” déclare un élu de la ville.

#0475 Source francetvinfo.fr

Etats Unis : les cas de contamination explosent dans les réserves indiennes, qui ont très peu de moyens pour lutter contre la pandémie, en particulier en termes d’accès au soin

Etats Unis. les cas de contamination explosent dans les réserves indiennes, qui ont très peu de moyens pour lutter contre la pandémie, en particulier en termes d’accès au soin. Seulement douze centres de soins sont accessibles sur 71 000 km2. Dans la réserve Navajo, qui a un taux de contamination par le Covid-19 presque équivalent à celui de la mégalopole new-yorkaise, le premier cas d’infection au coronavirus a été détecté le 17 mars dernier. Une quarantaine de jours plus tard, leur quantité explose, dépassant désormais les 1 280 personnes contaminées. Le nombre de morts, plus d’une cinquantaine, reste modéré, mais les Navajos ne se font pas d’illusions : des malades sont grièvement atteints, et le bilan ne peut que s’alourdir. La protection sanitaire est particulièrement difficile à mettre en place puisqu’environ 30% des familles navajos n’ont pas d’accès à l’eau courante, et doivent aller en chercher jusqu’à une quarantaine de kilomètres de leurs habitations.

#0487 Source euronews.com

Etats Unis, Austin (Texas) : dans le cadre du mouvement pour la grève des loyers qui se poursuit une manifestation d’une trentaine de voitures avec banderoles a été organisée. Plusieurs personnes se sont faites arrêter.

Etats Unis, Austin (Texas). Le mouvement pour la grève des loyers se poursuit. Dans plusieurs villes, il prend la forme de manifestations ou « caravanes » de véhicules. Le 1er mai, une caravane d’une trentaine de voitures organisée par Rent Strike ATX a descendu la I-35 avec des banderoles à propos de la grève des loyers mais aussi des slogans évoquant la gratuité des soins de santé, la liberation des prisonniers et la suppression des dettes. La police a établi un barrage devant la caravane pour couper le chemin vers l’autoroute. Après avoir pris les permis et l’immatriculation des conducteurs, ils ont ordonné aux voitures de quitter l’autoroute ou d’être arrêtées. Quand les voitures ont commencé à quitter l’autoroute, un bataillon de policiers s’est mis à leur bloquer la route et à diriger toutes les voitures vers un parking privé où ont commencé les arrestations ciblées de certains conducteurs. Des passagers ont aussi été arrêtés et accusés « d’intrusion criminelle ». Une petite foule de passants se sont rassemblés pour soutenir les manifestants et documenter les arrestations. Le récit et l’analyse de cette action sont à lire ici.

#0634 Source itsgoingdown.org

Liban, Tripoli : les émeutes se poursuivent, plus de quarante blessés surtout chez les militaires qui s’affrontent aux émeutiers

Liban, Tripoli. Les émeutes se poursuivent. Quatrième nuit de violentes manifestations à Tripoli, qui ont opposé des émeutiers aux militaires, avec de nombreuses dégradations et de nombreux départs de feux ainsi que des pillages. Plus d’une quarantaine de personnes, notamment des militaires, ont été blessés mercredi.

#0427 Source lorientlejour.com

Hong Kong : des manifestations ont lieu deux jours consécutifs suite à l’assouplissement des restrictions de déplacement liées au coronavirus

Hong Kong. La police a interrompu une manifestation contre le gouvernement pour la deuxième journée consécutive, signe que l’assouplissement des restrictions sur les coronavirus dans la ville pourrait déclencher une nouvelle vague de manifestations. Depuis juin dernier, plus de 7 000 personnes ont été arrêtées pour leur implication dans les manifestations dans le pays.

#0444 Source urban-fusion.fr

Canada, Ville St-Laurent : les bureaux de la CORPIQ (Corporation des propriétaires immobiliers du Québec) ont été intentionnellement inondés, causant d’importantes dégradations.

Canada, Ville St-Laurent. Les bureaux de la CORPIQ (Corporation des propriétaires immobiliers du Québec) ont été intentionnellement inondés, causant d’importantes dégradations. Le communiqué, à lire ici, souligne que la CORPIQ exerce des pressions sur la régie du logement pour qu’elle reprenne les audiences d’expulsion, encourage les proprios à exiger les loyers comme à l’habitude et cherche à miner la crédibilité des appels à une grève des loyers internationale. Le communiqué envoie des “salutations chaleureuses à tous-tes les grévistes des loyers qui s’organisent pour se soutenir les un-e-s les autres et qui répandent la grève” et exprime sa solidarité avec les prisonniers-ères et avec tout le monde qui se retrouve coincé dans des relations coercitives avec l’État et le capital”.

#0467 Source mtlcontreinfo.org

International : le site Crimethinc propose un recueil d’autocollants, affiches et tags provenant d’Autriche, du Brésil, du Chili, de France, d’Allemagne, de Grèce, du Mexique, de Slovénie, d’Espagne et des États-Unis, en lutte contre la pandémie et sa gestion.

International. Le site Crimethinc propose un recueil d’autocollants, affiches et tags provenant d’Autriche, du Brésil, du Chili, de France, d’Allemagne, de Grèce, du Mexique, de Slovénie, d’Espagne et des États-Unis, en lutte contre la pandémie et sa gestion. On peut le consulter ici.

#0726 Source fr.crimethinc.com

Liban : deux banques attaquées à l’explosif durant les émeutes qui se poursuivent et s’intensifient

Liban. Les émeutes se poursuivent et s’intensifient à Tripoli et dans le reste du pays. Deux établissements bancaires à Saïda et Tyr ont été attaqués à l’explosif. Dans un communiqué circulant sur les réseaux sociaux, un groupe inconnu se faisant appeler le « Tribunal de la révolution armée » a revendiqué ces attaques. Il a également menacé les banquiers et leurs familles, des graffitis « Vous êtes en danger » ayant été écrits sur la façade de plusieurs banques à Saïda.

#0407 Source lorientlejour.com

Inde, Mumbai : plus de 300 cas de covid19 recensés à Dharavi, le plus grand bidonville d’Asie

Inde, Mumbai. Le nombre de cas de nouveau coronavirus (COVID-19) recensés à Dharavi (le plus grand bidonville d’Asie), a dépassé le seuil des 300 mardi avec 42 nouveaux cas détectés au cours des dernières 24 heures, selon le dernier bulletin d’information des autorités civiles de la ville. Le nombre total de cas dans ce bidonville s’est élevé à 330, avec 18 décès, dont quatre enregistrés ce mardi. Ces 42 nouveaux cas enregistrés constituent la plus forte augmentation en une journée jusqu’à présent dans le bidonville où vivent près d’un million de personnes. Près de 12,5 % des habitants se trouvent désormais dans les zones renforcées de confinement du coronavirus, selon les autorités civiles, c’est-à-dire qu’elles n’ont plus le droit de sortir du tout.

#0474 Source french.xinhuanet.com

France, Aubervilliers : les bailleurs sociaux constatent 20 à 30% de loyers impayés

France, Aubervilliers. Face aux difficultés financières, de nombreux locataires partout en France ont décidé de ne pas payer leur loyer. Dans cette ville de Seine Saint Denis, certains bailleurs sociaux constatent 20 à 30 % de loyers impayés. L’Office public de l’habitat d’Aubervilliers accuse ainsi 700 000 euros de pertes par rapport à la même période de l’an passé.

#0391 Source Libération du 28/04

France, Bobigny : l’OPH annonce qu’il n’annulera pas les loyers d’avril contrairement à ce qu’avait promis la mairie

France, Bobigny. Dans un courrier qui doit être distribué aux locataires, le président de l’OPH de Bobigny (Seine-Saint-Denis) explique qu’il ne va pas annuler les loyers d’avril, comme l’annonçait la mairie de la ville en une sur son site. Le bailleur fait état de ses difficultés financières et de “difficultés juridiques” prétextant que la préfecture pourrait annuler cette décision s’il la prenait. Les appels à une grève des loyers continuent à se diffuser en France et ailleurs.

#0428 leparisien.fr

Colombie, Bogota : des personnes issues des populations autochtone de Colombie sont bloquées en ville, ils ne peuvent ni trouver les moyens d’y subsister à cause de la quarantaine, ni regagner leurs territoires

Colombie, Bogota. Des personnes issues des populations autochtone de Colombie sont bloqués en ville, ils ne peuvent ni trouver les moyens d’y subsister à cause de la quarantaine, ni regagner leurs territoires qui sont complètement fermés par crainte des ravages que provoquerait un début de contagion. Au cœur de Bogota, quelque 360 indiens Emberas, qui ont fui il y a quatre mois les départements du Choco (ouest) et du Risaralda (centre) à cause des conflits armés, protestent depuis début avril pour réclamer des aides qu’ils n’obtiennent pas faut d’être inscrits sur les registres.

#0652 Paru sur www.goodplanet.info

Russie, Ossétie et Ingouchie : plusieurs centaines de personnes manifestent contre les mesures de confinement et l’accroissement de la pauvreté qu’elles engendrent, des affrontements et des arrestations ont lieu

Russie, Ossétie et Ingouchie. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté à Vladikavkaz, dans le Caucase russe, contre les mesures de confinement pour enrayer la pandémie de Covid-19, et l’accroissement de la pauvreté qu’elles engendrent dans cette région qui est une des plus pauvres de Russie. Des affrontements ont eu lieu, certains policiers ont refusé de disperser les manifestants. qui ont commencé à jeter des pierres aux policiers restants. Beaucoup d’arrestations ont eu lieu. En Ingouchie dans le Nord-Caucase, la population a aussi massivement refusé de se conformer à la quarantaine et protester contre l’extrême pauvreté dans laquelle se retrouvent la plupart des habitants.

#0572 Source feverstruggle.net et lci.fr

France, Bagnolet : vingt et une familles locataires d’un même immeuble ont décidé de suspendre le paiement de leurs loyers, Lokalis (le bailleur) leur op­pose une fin de non ­recevoir.

France, Bagnolet. Fin avril, les vingt et une familles locataires d’un immeuble situé 10 rue de la liberté ont unanimement décidé de suspendre le paiement des loyers à leur propriétaire. Une banderole sur l’immeuble proclame « Revenus 0 = Loyers 0 ». Dans sa réponse écrite aux loca­taires, datée du 4 mai, Lokalis (le bailleur) op­pose une fin de non ­recevoir, considérant que « les loyers ne fe­ront pas l’objet d’une suspension ou d’une annulation », mais ouvre la porte à d’éventuels délais de paiement accordés au cas par cas.”

#0744 Le Monde du 22/05

Vénézuela, Guarero : deux journées consécutives de manifestations des indigènes ont lieu pour protester contre les pénuries alimentaires et le manque de moyens pour lutter contre le Covid19, la police tire à balles réelles et blesse une manifestante.

Vénézuela, Guarero. Deux journées consécutives de manifestations des indigènes ont lieu pour protester contre les pénuries alimentaires et le manque de moyens pour lutter contre le Covid19. Une femme a été blessée à coup de chevrotine. La Garde nationale bolivarienne, un corps militarisé chargé du maintien de l’ordre, a alors fait usage “de gaz lacrymogène, de chevrotine et même de balles réelles”, a affirmé une ONG. Les amérindiens Wayuu vivent à cheval sur la frontière dans des zones pauvres du Venezuela et de la Colombie. Au Venezuela, ils sont souvent confrontés à des pénuries d’eau potable. Les Wayuu qui manifestaient à Guarero ont l’habitude d’aller en Colombie pour acheter à manger. Or la frontière est actuellement fermée pour tenter d’enrayer la progression du nouveau coronavirus.

#0461 Source francetvinfo.fr

France : ouverture d’un centre pour les SDF contaminés par le covid19 à Saint Menoux géré par la Croix Rouge

France, Saint Menoux (Allier). Un centre pour les SDF contaminés par le Covid-19 ouvrira le 14 avril dans les locaux d’un centre de vacances appartenant à la ville de Bobigny et sera géré par la Croix Rouge. Il pourra accueillir jusqu’à 75 personnes. D’autres centres semblables sont actuellement en train de s’organiser dans d’autres départements.

#0156 Source : francebleu.fr

France : des associations humanitaires demandent que les sans-abris soient inclus dans la gestion préventive du coronavirus.

France. Amnesty International, la Ligue des droits de l’homme, Médecins sans Frontières et 89 autres associations ou ONG ont saisi ce jeudi sept rapporteurs spéciaux des Nations unies pour que le gouvernement français « inclue » mieux les plus démunis dans la gestion du coronavirus. « Cette saisine fait état de ce que les personnes vivant à la rue, dans des squats ou des bidonvilles ne bénéficient pas pleinement des mesures de prévention du Covid-19​ », expliquent les 92 associations, ONG et collectifs signataires, dont Amnesty International, la Ligue des droits de l’homme ou Médecins sans Frontières. On se demande bien quelles seront les modalités de cette “inclusion” !

#0108 Source : 20minutes.fr

Mexique : nombreux pillages et autoreductions sur tout le territoire.

Mexique. De nombreux pillages et auto-réductions ont lieu à travers tout le Mexique dans des magasins alimentaire, bureau de tabac et de matériel electroménager. De nombreuses personnes sur les réseaux encouragent au vol, au pillage et au désordre. Les autorités ont réussi à en retrouver beaucoup notamment grâce à l’utilisation des réseaux Facebook ou Whatsapp qui diffusent des appels allant dans ce sens. Restez prudents !

#0349 Source elpais.com

France, Lyon : les services de la mairie et la police expulsent des personnes qui avaient monté un campement sommaire sur la presqu’île de Lyon.

France, Lyon. Les services de la mairie et la police expulsent des personnes qui avaient monté un campement sommaire sur la presqu’île de Lyon. Les personnes sans abri ont été réveillés à 8 heures pour « une désinfection nécessaire liée au covid 19 », mais c’est en fait une opération d’expulsion. Les forces de l’ordre leur signalent l’existence de lieux d’hébergements, qui sont situés loin du centre et ne répondent à aucune garantie sanitaire puisque les personnes sont trois par chambre. Le collectif “Hébergement en Danger” avait alerté le 24 mars sur la situation des sans-abris à Lyon, en montrant comment les mesures liées au confinement empirent les conditions de vie concrète des les populations vivant à la rue ou en hébergement précaire (fermeture des accueils de jour, fermetures des permanences d’accès aux soins et au droits, suspension des équipes mobiles de psychiatrie et d’addictologie, arrêt de certaines maraudes alimentaire, fin des hébergements à la nuitée).

#0164 paru sur rebellyon.info le 11 avril 2020

Inde : déplacements de population et camps en Inde suite au confinement brutal de l’ensemble du pays

Inde. A 20 heures, le premier ministre Narendra Modi annonce à la télévision qu’à partir de minuit, l’Inde tout entière entre en confinement. En 4 heures, les marchés se retrouvent fermés, tous les moyens de transport publics et privés supprimés et interdits. Des millions de personnes appauvries, affamées, assoiffées, congédiées, pour un grand nombre d’entre elles, par leurs employeurs et propriétaires, jeunes et vieux, hommes, femmes, enfants, malades, aveugles, handicapés n’ayant plus nulle part où aller, sans moyen de transport public en vue, ont entamé une longue marche de retour vers leurs villages. Ils ont marché des jours durant à destination de Badaun, Agra, Azamgarh, Aligarh, Lucknow, Gorakhpur – à des centaines de kilomètres de leur point de départ. Certains d’entre eux sont morts en cours de route. En chemin, certains ont été brutalement frappés et humiliés par la police chargée de faire respecter scrupuleusement le couvre-feu. Des jeunes hommes ont été forcés à s’accroupir et à avancer en sautillant comme des grenouilles sur la route. Un groupe, arrêté aux environs de Bareilly, a été rassemblé et aspergé de désinfectant chimique au tuyau d’arrosage. Quelques jours plus tard, inquiet à l’idée que cette population puisse répandre le virus dans les campagnes, le gouvernement a donné l’ordre de fermer les frontières interétatiques, y compris aux piétons, et ceux qui marchaient depuis si longtemps ont été obligés de rebrousser chemin vers des camps dans les villes qu’ils avaient été forcés de quitter.

#0095 Source : Le Monde du 06/04/2020.

France: des consignes gouvernementales données aux hébergements d’urgence médicalisés (les LHSS et les LAM) pour SDF font cesser toute activité autre que médicale,

France. Des consignes gouvernementales données aux hébergements d’urgence médicalisés (les LHSS et les LAM) pour SDF font cesser toute activité autre que médicale et toute possibilité de visite. Est préconisé si possible un isolement des patients atteints en chambres individuelles, ce qui n’est pas faisable dans certains centres. Un contaminé qui ne présente pas de risques trop graves doit être au maximum pris en charge au centre d’hébergement, plutôt que transféré dans un établissement de soin.

#0044 Source : solidarites-sante.gouv.fr