France, Paris : suite à l’évacuation du camp de migrants de Saint-Denis la semaine dernière, 500 migrants se sont installés sur la place de la République

France, Paris. Suite à l’évacuation du camp de migrants de Saint-Denis la semaine dernière, près de 500 migrants qui étaient depuis en errance se sont installés lundi 23 novembre au soir sur la place de la République, déployant de nombreuses tentes sur la place, rejoints par des membres d’associations humanitaires et des militants. A peine une heure après l’installation, la police est intervenue, a commencé à enlever une partie des tentes, parfois avec des personnes encore à l’intérieur, à coups de matraque et usant de grenades de désencerclement et de gaz lacrymogène pour disperser tout le monde dans les rues adjacentes. C’est la DSPAP, direction de la sécurité publique de l’agglomération parisienne, qui a dirigé l’opération. Un escadron de gendarmes mobiles a été engagé pour l’intervention, ainsi que des effectifs des brigades anti-criminalité (BAC) nuit et des compagnies de sécurisation et d’intervention (CSI). L’errance des centaines de migrants s’est poursuivie durant la nuit et aujourd’hui, repoussés par la police pour les chasser en dehors de Paris, jusqu’à Aubervilliers et Saint Denis. Des distributions alimentaires ont été organisées en pleine nuit au nord de la ville. Des vidéos prises de l’opération ayant été massivement diffusées, deux enquêtes ont été ouvertes, l’une par la défenseure des droits, l’autre par le parquet de Paris. Alors qu’aucune solution d’hébergement n’a été proposée depuis hier et que l’expulsion en dehors de Paris s’est poursuivie, un communiqué des Collectifs de Sans-papiers de la région parisienne, Utopia56, SOlidarité Migrants Wilson, Marche des Solidarités appelle à un rassemblement place de la république mardi à 18h : “Des centaines de migrants se sont installés lundi soir place de la République parce qu’en plein froid et en pleine crise sanitaire ils et elles sont à la rue, harcelés constamment par la police sans aucune solution décente d’hébergement. L’indignité de leur situation et la violence de la réaction policière ont choqué. Cette fois elle était filmée et a visé aussi bien les migrants que les journalistes, les éluEs et les personnes solidaires des collectifs et associations de soutien. Mais pour les migrantEs cette violence est quotidienne. C’est pourquoi nous appelons à un rassemblement ce mardi 24 novembre à 18h place de la République : pour une solution immédiate d’hébergement décent pour les migrantEs à la rue pour la régularisation de leur situation pour que soit mis fin au harcèlement policier contre le smigrantEs et les sans-papiers. Logement pour touTEs ! Liberté, Egalité, Papiers !”

#1720 vu sur lemonde.fr

France : la Cour nationale du droit d’asile considère désormais les migrants ayant fuit l’Afghanistan n’ont plus droit à une protection internationale, ce qui clôt de fait leurs demandes d’asile

France. La Cour nationale du droit d’asile considère désormais que la violence régnant en Afghanistan ne justifie pas d’octroyer une protection internationale, ce qui clôt de fait les demandes d’asile de migrants originaires de ce pays. Ces décisions mettent fin à la jurisprudence dite « Kaboul », en vigueur depuis 2018 qui facilitait l’octroi d’une protection temporaire aux demandeurs d’asile afghans. Les Afghans représentent 2,7 millions de réfugiés dans le monde. La majorité a fui vers le Pakistan voisin. Au sein de l’Union européenne (UE), ils sont les deuxièmes demandeurs d’asile, derrière les Syriens, avec environ 61 000 requêtes enregistrées en 2019. En France, les Afghans sont actuellement les premiers demandeurs d’asile.

#1707 Source Lemonde.fr

Espagne, Canaries : l’archipel est devenu une prison à ciel ouvert avec plus de 16 000 migrants arrivés depuis le début de l’année qui s’y retrouvent coincés

Espagne, Canaries. L’île de Grande Canarie fait face à un important afflux de migrants, avec plus de 16 000 arrivées depuis le début de l’année, six fois plus qu’en 2019 et des milliers de personnes se retrouvent coincées dans l’archipel parce que les expulsions sont de fait impossibles en raison de la fermeture des frontières. Les transferts vers le continent sont quasi inexistants et ne concernent que les personnes dites “vulnérables” (femmes, enfants, malades). En réalité les transferts sont très rares et aléatoires. Les Canaries sont devenues une prison à ciel ouvert. La Croix-Rouge gère l’accueil dans les hébergements où se retrouvent enfermés les migrants. Le gouvernement espagnol laisse pourrir la situation en attendant de pouvoir expulser une majorité des migrants débarqués récemment sur l’île.

#1711 Source infomigrants.net

France, Calais : une opération de défrichage et de déboisement est menée dans le but d’empêcher les migrants de s’installer ou de se cacher dans les feuillages et les buissons

France, Calais. Une opération de défrichage et de déboisement est menée au Fort-Nieulay dans le but d’empêcher les migrants de s’installer ou de se cacher dans les feuillages et les buissons. Cette méthode est fréquemment employée dans la région. Rendre le territoire hostile est une démarche militaire : il s’agit de faire la guerre aux migrants à tout prix en leur retirant toute possibilité de se réfugier ou de s’abriter.

#1691 Source Nordlittoral.fr

Grèce : un mail de l’agence frontalière Frontex, montre clairement que les garde-côtes grecs ont reçu l’ordre de repousser les migrants dans les eaux territoriales turques

Grèce. une organisation de soutien aux migrants a eu accès à l’intégralité d’un mail de l’agence frontalière de l’UE, Frontex, dont un paragraphe montre clairement que les garde-côtes grecs ont reçu des ordres pour repousser les migrants dans les eaux territoriales turques. Le mail daté du 6 mars 2020 décrit un incident au cours duquel les garde-côtes danois ont refusé des ordres de forcer les migrants et les demandeurs d’asile à rentrer en Turquie sur un petit bateau près de la côte de l’île grecque. Une phrase indique ensuite que les garde-côtes helléniques avaient en fait pris des ordres pour transporter des migrants sur un bateau pneumatique vers les eaux turques : «L’officier de liaison HCG – Équipement technique (LO-TE) a informé un équipage d’un ordre de son autorité de renvoyer les migrants sur le bateau pneumatique et de les escorter / les transporter dans les eaux territoriales TUR (TTW)». Les Danois avaient transmis cet ordre à leurs propres supérieurs, qui l’ont fait annuler. «Un nouvel ordre a été donné pour amener les migrants au port de Kos», indique le mail. Les autorités grecques ne cessent d’affirmer que de telles pratiques qui contreviennent au droit international n’existent pas et qu’il s’agit de propagande turque.

#1701 Source Euobserver.com

France, Pyrénées : 200 policiers et militaires, appuyés par un drone, contrôlent la frontière, et les contrôles à bord des trains sont systématiques à la gare de Perpignan

France, Pyrénées. Emmanuel Macron annonçait la semaine dernière un renforcement du contrôle aux frontières, et ce notamment à la frontière franco-espagnole, avec un doublement des effectifs policiers. C’est en effet ce qui est en train d’avoir lieu : 200 policiers et militaires, appuyés par un drone, contrôlent la frontière, et les contrôles à bord des trains sont maintenant systématiques à la gare de Perpignan. “Deux-cents hommes et femmes sont désormais quotidiennement engagés sur la frontière sur le département des Pyrénées-Orientales. Une compagnie de CRS, soit 60 hommes vont être positionnés au Perthus, à la barrière de péage qui voit passer environ 35 000 véhicules par jour. A Cerbère, des unités spécialisées et un drone pour la reconnaissance des chemins et une section sentinelle de 60 hommes appuyés par 60 militaires de la gendarmerie mobile pour les hauts cantons pour empêcher les gens de passer à travers les mailles du filet renforceront les effectifs”, précise Yannick Garden, commandant de la police aux frontières (PAF) des Pyrénées-Orientales. Il communique aussi que “Par rapport à 2019, on a constaté une hausse de 25% des interpellations sur les trois premiers mois de l’année et une augmentation de 50% entre juillet et septembre après le premier confinement”. Plus de 11 000 interpellations ont en effet eu lieu à la frontière depuis janvier, environ 60% se faisant à la gare de péage de Perthus. Deux sessions de deux-trois heures de surveillance téléguidée des chemins pyrénéens par drone sont réalisées tous les jours. En une semaine, six personnes ont été interpellées.

#1674 Source France3régions

France, Coquelles : un important campement de migrants a été démantelé au Fort-Nieulay avec 170 personnes évacuées

France, Coquelles. Un important campement de migrants a été démantelé au Fort-Nieulay avec 170 personnes évacuées. Une quarantaine de véhicules de CRS et de policiers nationaux ont été mobilisés avec une centaine de policiers déployés. La presse considère que c’est la première opération de police de grande envergure depuis 2015 dans le quartier. Deux bénévoles de l’association Human Rights Observer ont été verbalisés pour non-respect du confinement pendant l’évacuation, leurs attestations professionnelles n’étant pas considérées comme valables. Les migrants ont été emmenés dans des bus dont, d’après la préfecture, 70 vers des “structures d’hébergement”. Une partie des migrants aurait déménagé avant l’intervention. Plusieurs sites d’hébergement ont été réquisitionnés par la préfecture. Depuis le 5 novembre, deux fois par semaine, des “mises à l’abri” (alternative à la menace d’évacuation) sont proposées et 156 migrants “volontaires” ont accepté ce dispositif.

#1673 Source Lavoixdunord.fr

Méditerranée : un naufrage au large de la Libye fait au moins 74 morts, les 47 survivants ont été ramenés à terre par les garde-côtes libyens et des pêcheurs

Méditerranée. Au moins 74 migrants sont décédés lors d’un naufrage au large de la Libye. 47 survivants ont été amenés à terre par les garde-côtes libyens et des pêcheurs, et pour le moment 31 corps ont été repêchés. Depuis le début de l’année, au moins 900 personnes se sont noyées en Méditerranée en essayant d’atteindre les côtes européennes, parfois parce que les opérations de secours ont été empêchées par diverses tracasseries administratives des Etats concernés. Plus de 11.000 rescapés ont été renvoyés en Libye.

#1662 Source Ouest-France.fr

France, Calais : un migrant d’origine érythréenne est hospitalisé dans un état inquiétant après avoir été touché au visage par un tir de LBD 40 lors d’une intervention de CRS dans un campement

France, Calais. Un migrant d’origine érythréenne a été touché au visage par un tir de LBD 40 lors d’une intervention de CRS dans un campement. Il est encore hospitalisé dans un état inquiétant. Le tir aurait eu lieu dans un moment de harcèlement policier contre les déplacements des migrants. La préfecture affirme que l’opération de police en question a eu lieu parce que des migrants s’affrontaient avec les forces de l’ordre en lançant des projectiles. L’une des deux personnes qui a accompagné le blessé jusqu’à l’ambulance a été ensuite interpellée par la police et “formellement reconnu comme étant l’un des auteurs du caillassage”, assure la préfecture. Jugé au tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, il a été condamné à sept mois de prison avec sursis.

#1687 Source streetpress.com

Grèce : un homme de 25 ans d’origine afghane, père d’un enfant de 6 ans décédé en mer pendant la traversée vers l’île de Samos, se fait interpeller pour avoir mis la vie de l’enfant en danger

Grèce. Les autorités grecques arrêtent un homme de 25 ans d’origine afghane, père d’un enfant de 6 ans décédé en mer pendant la traversée vers l’île de Samos. Il est officiellement accusé avoir mis la vie de l’enfant en danger, crime qui lui fait encourir jusqu’à 10 ans de prison. Des associations de défense des migrants dénoncent une attaque directe au droit de demander l’asile.

#1651 Source washingtonpost.com

France : un nouveau décret restreint un peu plus l’accès à la protection maladie des personnes étrangères

France. Un nouveau décret restreint un peu plus l’accès à la protection maladie des personnes étrangères. Le gouvernement s’est déjà attaqué à la protection maladie des demandeurs d’asile en instaurant un délai de carence, qui a durcit les conditions d’accès à l’aide médicale d’Etat (AME). Dans les premiers jours du re-confinement, il limite la prolongation des droits à la prise en charge des frais de santé par l’assurance maladie, ce qui concerne 800 000 personnes étrangères. Des associations de soutien aux immigrés dénoncent “une politique de découragement et d’usure administrative conduisant à priver des usagers-ères de toute protection maladie”, qu’elles considèrent comme une politique d’incitation au « non-recours » aux droits et aux soins.

#1692 Source france-assos-sante.org

France, Lyon : une grève de la faim a commencé au CRA de Saint-Exupéry pour protester contre l’absence de mesures face à la diffusion rapide du Covid-19

France, Lyon. Des migrants enfermés en rétention au CRA Saint Exupéry ont commencé vendredi une grève de la faim face à la rapidité de la diffusion du virus dans ce qui constitue maintenant un cluster dans lequel aucune mesure sanitaire efficace ne protège les retenus. « C’est catastrophique, on ne porte pas de masques, on n’a pas de produit et les chambres ne sont pas désinfectées ! » affirme un des grévistes.

#1614 Source Leprogres.fr

France, Marseille : un incendie a débuté au 1er étage du CRA et des retenus d’autres bâtiments ont manifesté en criant “liberté” avant que la police n’intervienne

France, Marseille. Un incendie a débuté au 1er étage du centre de rétention lorsque vers 12h30, 3 cellules ont pris feu. Les retenus des autres bâtiments ont manifesté en criant liberté. La police est intervenue avec des matraques, des chiens et des boucliers pour fouiller et réprimer les prisonniers.

#1616 Source Mars-infos.org

Grèce, Lesbos : les autorités grecques ont commencé à évacuer le camp de Pikpa pour les personnes vulnérables au motif que l’occupation des lieux est illégale et que l’ONG qui le gère fonctionne sans aucun contrôle

Grèce, Lesbos. À Lesbos, le camp de Pikpa mis en place depuis 2012 par des bénévoles pour accueillir des “migrants vulnérables” (en majorité des femmes et des enfants ainsi que des personnes handicapées) est contraint de fermer ses portes et les autorités grecques ont commencé à l’évacuer, au motif que l’occupation des lieux est illégale et que l’ONG qui le gère fonctionne sans aucun contrôle. Les 74 personnes qui y étaient hébergées doivent été transférées dans un camp municipal près du port de Mytilène. Le gouvernement annonce la volonté de créer un camp fermé “d’ici l’été 2021” pour remplacer celui de Moria.

#1621 vu sur www.infomigrants.net

Italie, Trapani : une tentative d’évasion d’une vingtaine de migrants d’origine tunisienne a lieu dans le centre de Valderice qui enferme des migrants en quarantaine en attente de tests covid

Italie, Trapani. Une nouvelle tentative d’évasion d’une vingtaine de migrants d’origine tunisienne a eu lieu dans le centre de Valderice qui enferme des migrants en quarantaine en attente de tests covid. Le 23 septembre, une révolte avait éclaté, avec des incendies de matelas. Deux migrants avaient alors été blessés en sautant par la fenêtre.

#1598 vu sur trapanisi.it

Grèce, Lesbos : un mois après les incendies à la Moria, les pluies et inondations rendent invivable et dangereux le camp Kara Tepe établi dans l’urgence

Grèce, Lesbos. Un mois après les incendies à Moria, les pluies et inondations de l’automnerendent invivable et dangereux le camp Kara Tepe établi dans l’urgence sur l’île de Lesbos, en Grèce. Les réfugiés tentent de creuser des tranchées pour évacuer l’eau autour de leurs tentes mais les inondations de tentes semblent inévitable sur un terrain très mal drainé. Le HCR dénonce les dangers de la situation et déclare fournir du gravier et des bâches mais considère que la seule solution serait le transfert des 12 000 migrants qui y vivent dans d’autres lieux d’enfermement.

#1601 vu sur unhcr.org

France : un décret prévoit de baisser la contribution de l’Etat aux départements qui refuseraient de recenser les mineurs isolés dans un fichier biométrique

France. Un décret paru le 23 juin prévoit de baisser la contribution de l’État aux départements qui refuseraient de recenser les mineurs isolés dans un fichier biométrique dans le but qu’elles soient partagées sur tout le territoire pour faciliter les contrôles. La Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne ont déposé un recours auprès du Conseil d’État dénonçant un chantage financier. Il s’agit donc d’obliger à faire intervenir les préfectures dans le processus d’évaluation et d’identification de ces jeunes, qui doivent être ris en charge par l’Aide Sociale à l’enfance “en vue d’alimenter le fichier recueillant les informations biométriques” et de les comparer aux fichiers migratoires (Visabio et AGDREF).

#1578 Source infomigrants.net

France, Calais : des migrants se révoltent contre une intervention de police visant à empêcher l’installation d’un campement

France, Calais. Des migrants se révoltent contre une intervention de police visant à les empêcher d’installer un campement dans le quartier de Beau-Marais à Calais, et quelques jours après le démantèlement du gigantesque campement installé rue des Dunes (voir brève #1569). Huit CRS, visés par des jets de projectiles divers, ont été blessés, dont un gravement lors d’affrontement impliquant entre 80 et 100 migrants.

#1571 Source actu.orange.fr

France, Orléans : 150 migrants et quelques SDF ont été placés à l’isolement en raison du Covid dans deux centres d’hébergement

France, Orléans. 150 migrants et quelques SDF ont été placés à l’isolement en raison du Covid-19 dans deux centres d’hébergement. L’Agence régionale de santé et la Direction générale de la cohésion sociale annoncent qu’elles “maîtrisent la situation”. Les malades ont été évacués et les autres sont “invités à demeurer dans leur chambre” avec prise de température quotidienne et suivi médical si des symptômes apparaissaient.

#1582 Source Larep.fr

Italie, Méditerranée : au moins six navires humanitaires sont bloqués à quai par les autorités italiennes et les naufrages se poursuivent

Italie, Méditerranée. Au moins six navires humanitaires ont à nouveau été bloqués par les autorités italiennes en raison de chicaneries administratives diverses ou de mise en quarantaine liées à la présence de cas de covid parmi les migrants rescapés. À la date du 30 septembre, plus aucun navire humanitaire ne sillonne la zone de recherche et de sauvetage, ce qui induit forcément une hausse conséquente des décès en mer puisqu’il n’y a plus de navire pour secourir ceux qui font naufrage. L’Ocean Viking est ainsi bloqué au port sicilien de Porto Empedocle depuis le 22 juillet. Le Sea Watch 3 a été immobilisé le 8 juillet par les autorités italiennes. Le Sea Watch 4 est immobilisé au port sicilien de Palerme depuis le 19 septembre. “Il a fallu 11 heures d’inspection sur le Sea Watch 4 pour trouver suffisamment d’infractions pour empêcher le bateau de sortir du port”, a déclaré l’ONG allemande. L’équipage du navire humanitaire a été notamment accusé de “sauver systématiquement” les migrants même s’ils n’étaient pas en détresse. Un trop grand nombre de gilets de sauvetage à bord ou encore des lacunes dans le système d’évacuation ont aussi été invoqués. L’Open Arms est amarré au port de Palerme, en Sicile, où il subit une période de quarantaine. Le navire humanitaire de l’ONG espagnole ProActiva Open Arms a transféré le 18 septembre 140 migrants secourus en mer Méditerranée à bord d’un bateau italien. Les naufragés y ont été placés en quarantaine en raison des risques de propagation du coronavirus. Celle de l’équipage doit prendre fin vendredi 2 octobre, indique l’ONG mais l’Open Arms craint une nouvelle immobilisation par les autorités italiennes. L’Alan Kurdi est en quarantaine au port sarde d’Olbia depuis le 26 septembre. Le Mare Jonio est bloqué au port d’Augusta, en Sicile depuis le 24 septembre. Le Louise Michel, navire humanitaire affrété par Banksy est amarré au port espagnol de Burriana.

#1562 Source www.infomigrants.net

France, Calais : un nouveau démantèlement d’un important campement de migrants a lieu

France, Calais. Un nouveau démantèlement d’un important campement de migrants a lieu dès 7 heures du matin rue des Dunes, concernant 700 et 800 personnes, ont constaté des journalistes de l’AFP. L’opération a donné lieu à 21 interpellations. La préfecture prétend qu’il s’agit de protéger les migrants des conditions climatiques qui vont se détériorer pendant l’hiver, et précise que 150 migrants seront « mis à l’abri » dans le Pas-de Calais, 150 dans les autres départements des Hauts-de-France et les 500 autres acheminés dans des centres d’accueil de différentes régions. La zone en question devrait être rendue inaccessible pour éviter toute nouvelle installation.

#1569 Source www.courrier-picard.fr

France : certains migrants refusent de faire les tests covid afin de retarder les expulsions

France. Comme le test Covid est nécessaire pour l’expulsion, certains migrants refusent le test, ce qui devient une manière de la retarder. L’administration cherche à appliquer des moyens de coercition allant du placement à l’isolement jusqu’à la prison ferme. Plusieurs personnes ont déjà été condamnées en correctionnelle à des peines de prison ferme ou avec sursis, d’autres sont reparties en rétention avec un simple rappel à la loi. Les juges retiennent comme motif une “obstruction à l’exécution d’une mesure d’éloignement”. Pour l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE), qui regroupe une quinzaine d’associations, les autorités sont engagées dans une “dérive répressive”, “fermement décidée(s) à multiplier les expulsions en dépit du contexte pandémique”, dénonçant “ces poursuites qui sont absolument incompatibles avec les principes de bioéthique qui gouvernent le respect du corps humain”.

#1587 Source Sudouest.fr

Europe : la Commission européenne a publié son “Nouveau Pacte sur l’asile et la migration” qui remplace la notion “d’accueil” par celle “d’aide au retour”

Europe. La Commission européenne a publié son «Nouveau Pacte sur l’asile et la migration» qui propose un nouveau cadre politique et législatif aux politiques migratoires nationales et européennes. Le pacte remplace la notion d’accueil par celle “d’aide au retour”, donc propose comme si c’était dans l’intérêt des migrants, une série de mesures pour optimiser les expulsions. Il un système de «parrainage»: des pays de l’UE qui refusent d’accueillir des réfugiés tels que l’Autriche, la Pologne, la Hongrie ou la République tchèque pourront «parrainer» en aidant à financer l’expulsion des migrants vers leur pays d’origine, ce que le pacte assimile à une forme de solidarité. En dépit de toute considération sur “l’asile”, le pacte propose de faciliter l’expulsions de migrants potentiellement victimes de discrimination, de persécution et de torture dans leur pays de retour. Il incite aussi au renforcement de l’externalisation de la gestion des frontières en améliorant la coopération avec les pays tiers et en leur demandant de sceller leurs frontières et d’empêcher les gens de partir, ce qui se pratique déjà dans les balkans. Le pacte vise aussi à étendre les mécanismes d’évaluation des demandeurs d’asile et des migrants dans les pays où ils entrent pour la première fois pour permettre un «filtrage» effectué dans des camps de tri prévus à cet effet. Selon le nouveau système, les personnes seront identifiées dans un délai maximum de cinq jours et toute demande d’asile doit être traitée dans un délai de 12 semaines.

#1550 vu sur euromedrights.org

France, Plaisir : Le CRA de Plaisir va être transformé en “CRA Covid”

France, Plaisir. Le centre de rétention de Plaisir dans les Yvelines est réservé aux migrants positifs au Covid-19. Dans ce centre qui peut accueillir d’ordinaire un maximum de 26 exilés en situation irrégulière, “des places seront ouvertes” pour accueillir les migrants atteints du coronavirus et qui se trouvent dans d’autres CRA de la région parisienne a annoncé le ministère de l’Intérieur. La date de la transformation en “CRA Covid” de cet établissement du lieu n’est pas encore arrêtée. France Terre d’Asile, cogestionnaire du centre, participe à l’installation de cette unité spéciale. Ce n’est pas le premier CRA qui est exclusivement dédié aux personnes retenues positives. Depuis la mi-juillet, l’un des trois bâtiments du centre de rétention de Vincennes, à Paris, était utilisé comme tel, et a accueilli en septembre jusqu’à 17 retenus contaminés. Le choix du CRA de Plaisir, le plus petit de la région, pour supplanter celui de Vincennes, bien plus important, n’est pas innocent : il s’agit “de libérer de la place pour maintenir davantage en rétention”, d’après une intervenante dans le centre.

#1583 Source Bfmtv.com

Grèce, Samos : un incendie s’est déclaré dans le centre d’accueil et d’identification des demandeurs d’asile sur l’île de Samos, qui enferme environ 6 000 migrants

Grèce, Samos. 10 jours après l’incendie qui a ravagé le camp de la Moria à Lesbos, un incendie s’est déclaré dans le centre d’accueil et d’identification des demandeurs d’asile sur l’île de Samos, qui enferme environ 6 000 migrants. Trois conteneurs ont pris feu dans la zone réservée aux jeunes. Les camps de demandeurs d’asile en Grèce sont confinés depuis la mi-mars pour cause du Covid-19 alors que le reste du pays est retourné à la normalité début mai. Cette situation a fait monter les tensions surtout dans les camps surpeuplés sur les îles où le nombre des cas de nouveau coronavirus n’était toutefois que quelques dizaines jusqu’au début septembre. Selon les autorités, 21 cas du Covid-19 ont été détectés dans le camp de Samos jusqu’ici.

#1546 vu sur lefigaro.fr

Grèce, Lesbos : 9 000 des migrants qui vivaient dans le camp de la Moria avant l’incendie ont été installés dans un nouveau camp “temporaire” construit à la hâte sur un ancien champ de tir

Grèce, Lesbos. 9 000 des migrants qui vivaient dans le camp de la Moria avant l’incendie ont été installés dans un nouveau camp “temporaire” construit à la hâte sur un ancien champ de tir de l’île et prévu pour 8000 à 10000 personnes, qui pourrait être bien plus carcéral que le précédent. Parmi eux, plus de 200 ont déjà été testés positifs au coronavirus. La plupart d’entre eux, qui s’étaient installés ici ou là sur l’île, étaient réticents à rejoindre le nouveau camp, craignant d’être à nouveau enfermés, comme ils l’ont été pendant des mois dans le camp de Moria. Mais une opération de police appuyée par la menaces de ne pas traiter les demandes d’asile des récalcitrants, a poussé plusieurs milliers de réfugiés à entrer dans le nouveau camp. Suite aux tests effectués à leur arrivée, deux zones de quarantaine avec un enfermement renforcé ont été instaurées.

#1547 vu sur france24.com

Etats-Unis : l’agence de contrôle de l’immigration américaine est accusée de pratiquer des stérilisations forcées de femmes migrantes dans ses centres de détention

Etats Unis. L’ICE (agence de contrôle de l’immigration qui cogère un grand nombre de prisons pour migrants) est accusée de faire pratiquer des stérilisations forcées de femmes migrantes dans ses centres de détention. L’information de départ a été diffusée par une infirmière d’une de ces prisons privées qui a dénoncé la pratique d’hystérectomies (ablation de l’utérus) sur des femmes détenues au centre de détention du comté d’Irwin, dans l’État américain de Géorgie. Elle précise que certaines d’entre elles n’étaient même pas informées de l’opération chirurgicale qu’elles avaient subi. La pandémie a débridé l’imaginaire xénophobe qui préside à ce genre d’actes terribles. Les responsables de l’ICE sont en effet aussi accusés d’avoir pris des mesures proactives qui ont mis en danger les détenus pendant la pandémie, comme la pulvérisation de désinfectants puissants – qui peuvent causer des brûlures, des saignements et des problèmes respiratoires et ont rendu les détenus malades – dans des zones surpeuplées et mal ventilées, parfois jusqu’à 50 fois par jour. En juin, afin d’envoyer des agents à Washington pour réprimer les manifestations, les responsables de l’ICE ont affrété un avion pour transférer un groupe d’immigrants dans un centre de détention en Virginie. La seule raison apparente du transfert était d’exploiter une faille dans une règle interdisant aux employés de l’ICE de voyager dans des avions affrétés à moins qu’ils ne soient accompagnés d’immigrants détenus. Le résultat a été une épidémie de Covid-19 qui a infecté plus de 300 détenus et en a tué au moins un.

#1554 Source www.amnesty.org

France, Briançon : le nouveau maire a décidé d’expulser le lieu d’accueil des migrants qui transitent en nombre par la vallée haut-alpine depuis quatre ans

France, Briançon. Le nouveau maire a décidé d’ expulser le lieu d’accueil transitoire des migrants qui transitent en nombre par la vallée haut-alpine depuis quatre ans, après avoir traversé la montagne à pied depuis l’Italie voisine. L’association Refuges solidaires est donc mise à la porte des locaux dont elle disposait par convention depuis sa création en juillet 2017. L’injonction à quitter les lieux s’ajoute aux difficultés déjà rencontrées par le Refuge Solidaire, comme la fermeture imposée jusqu’à samedi dernier suite à la détection de cas de covid-19 la semaine dernière alors qu’a lieu un afflux très important de migrants.

#1540 vu sur ram05.Fr

Méditerranée, Malte : le cargo Maersk-Etienne attend de pouvoir débarquer ses passagers dont 27 migrants

Méditerranée, Malte. Depuis plus d’un mois, le cargo « Maersk-Etienne », qui avait récupéré 27 migrants sur un navire en perdition au large de Malte le 4 août, attendait de pouvoir débarquer ses passagers dans un port méditerranéen. Les migrants viennent seulement d’être transférés à bord du « Mare Jonio », le bateau humanitaire de l’ONG italienne Mediterranea Saving Humans, puis ont débarqué à Pozzallo en Sicile, où il rejoindront certainement un des camp pour migrants de l’île. Pendant trente-huit jours, le groupe danois auquel appartient le cargo a tenté en vain d’obtenir d’un Etat européen qu’il accueille les migrants, parmi lesquels se trouvent une femme enceinte et un enfant. La situation sur le pétrolier, immobilisé dans les eaux territoriales maltaises, s’était détériorée ces derniers jours. « Nous étions de plus en plus préoccupés par la santé mentale et physique des personnes secourues à la suite de leur séjour prolongé sur le Maersk-Etienne, explique la société Maers Tankers, dans un communiqué. La situation avait empiré à la suite d’un incident récent où trois personnes ont sauté par-dessus bord. » Depuis, certains menaçaient d’entreprendre une grève de la faim. Le capitaine du argo n’a cessé de rappeler que le Maersk-Etienne est « un cargo chimique, qui n’est pas équipé ni construit pour accueillir des gens à bord », et dont l’équipage, « composé de marins professionnels », n’est pas « qualifié pour assurer une assistance médicale ou des soins aux personnes secourues ». Les passagers ont depuis été transférés à bord du “Mare Jonio” (MAJ 11/sep)

#1531 vu sur lemonde.fr

France, Calais : les migrants ripostent lors d’un gigantesque démantèlement d’un campement

France, Calais. Des tensions ont eu lieu lors d’un gigantesque démantèlement d’un campements de migrants dans la zone industrielle des Dunes organisé au petit matin. Les migrants, au nombre d’environ 500, ont riposté par des jets de pierres et de projectiles divers. Un dispositif de police très important a été déployé pour boucler et quadriller la zone et de nombreux cars sont affrétés pour dispatcher les migrants dans des hébergements provisoires ou des centres de rétention. Cinq d’entre eux ont été interpellés, sous les huées des autres migrants jusqu’à ce que les forces de l’ordre envoient des gaz lacrymogènes. Des courses poursuites et une véritable traque a eu lieu ensuite dans d’autres points de la ville où des migrants s’étaient réfugiés pour échapper au déplacement forcé. De son côté, la préfecture annonce que : « de nouvelles maraudes (sic) ont été effectuées sur le site et ont permis de proposer à la population migrante une mise à l’abri (re sic) dans différents centres d’accueil et d’hébergement. À 12 heures, 519 personnes isolées, réparties dans 16 bus, ont été prises en charge et transportées vers des centres situés dans les Hauts-de-France et d’autres régions françaises. Par ailleurs, 13 personnes (familles et mineurs) ont été orientées vers des centres d’hébergement et de réadaptation sociale. Enfin, 20 personnes en situation irrégulière ont été interpellées en vue d’un placement en retenue administrative. » Ces dernières semaines, les associations d’aide aux migrants, notamment Utopia 62, affirmaient que 1 200 exilés étaient présents à Calais, ce que réfutent les services de l’État, qui recensent entre 700 et 750 migrants, tout en admettant une hausse du nombre d’individus. Cette augmentation s’explique notamment par le retour des migrants confinés dans des centres à cause du Covid-19 qui veulent tenter à nouveau la traversée de la Manche.

#1515 vu sur www.lavoixdunord.fr

France, Calais : la distribution de repas aux migrants par les associations non-mandatées est interdite en raison de “troubles à l’ordre public” et du “non-respect des gestes barrière”

France, Calais. Sur instruction de Gérald Darmanin, le préfet interdit la distribution de repas aux migrants par les associations non-mandatées en raison de “troubles à l’ordre public” et du “non-respect des gestes barrière”. Les associations qui donnent des repas aux migrants protestent contre cette “mesure indigne” qui va priver de nourriture la plupart des migrants dont les conditions de survie empirent avec les nombreuses évacuations de campement qui ont lieu actuellement dans la région. Cette annonce fait suite à une réunion avec la maire de la ville qui demande des mesures dissuasives et répressives contre les migrants. Depuis sa nomination au ministère de l’Intérieur, Darmanin multiplie les opération de “démantèlement” des campement de migrants, comme le démantèlement zone des Dunes, puis autour du complexe Calypso. Il a aussi confirmé l’arrivée de trente nouveaux policiers, qui s’ajoutent à la compagnie de CRS supplémentaire arrivée cet été.

#1512 vu sur www.lavoixdunord.fr

Grèce, Lesbos : le camp de La Moria est ravagée par deux incendies, les migrants manifestent au cri de “bye bye Moria”

Grèce, Lesbos. Le camp de La Moria est ravagée par deux incendies alors que plus de 10 000 migrants y sont enfermés pour certains depuis le début de l’épidémie. Les nouvelles restrictions annoncées qui font de ce camp une véritable prison ont exaspéré la plupart des migrants qui y sont enfermés. En plus de la plupart des tentes, l’intérieur du centre d’enregistrement et d’identification, les locaux administratifs et des services d’asile ont été complètement détruits. 13 000 personnes se retrouvent donc sans abri sur l’île où des tensions fortes ont lieu avec une partie des habitants, et sont pour la plupart sans nourriture ni eau. Les migrants font état d’un abandon total, sans secours ni des autorités, ni des ONG. Une grande partie d’entre eux manifestent au cri de “bye bye Moria” pour obtenir de quitter l’île. Certains pays européens vont accueillir des mineurs non accompagnés (principalement l’Allemagne et la France). Le gouvernement grec, qui en profite pour rejeter la faute des conséquences de l’incendie sur les migrants, annonce qu’il veut relancer son projet de “centres d’enregistrement” fermés.

#1517 vu sur www.lemonde.fr

Arabie Saoudite, Ethiopie : des travailleurs migrants en Arabie saoudite ont été menacés de «répercussions juridiques» par les autorités éthiopiennes s’ils continuaient à faire connaître leurs conditions de vie dans les camps

Arabie Saoudite, Ethiopie. Les autorités éthiopiennes ont mis en garde les travailleurs migrants actuellement enfermés dans des camps en Arabie saoudite contre des «répercussions juridiques» s’ils continuaient à faire connaître leurs conditions de vie sur les réseaux sociaux. Environ 200000 Éthiopiens travaillent en Arabie saoudite et des milliers d’entre eux se sont retrouvés enfermés dans des camps dans des conditions particulièrement désastreuses depuis le début de la pandémie. La presse britannique a décrit cette semaine les conditions dans un certain nombre de centres de détention pour migrants en Arabie Saoudite où les gens meurent de coups de chaleur, de maladies ou de suicide. Les photos publiées par le journal montrent des hommes émaciés allongés torse nu sur le sol dans des pièces sans air, certains portant des cicatrices de coups dans le dos. Le gouvernement saoudien justifie cet enfermement par la lutte contre l’épidémie et le fait que renvoyer ces migrants en Ethiopie est actuellement impossible. Alors que de plus en plus de migrants tentent de faire savoir dans quelles conditions ils sont enfermés depuis plusieurs mois, de gouvernement éthiopien a déclaré jeudi qu’il était “reconnaissant” à l’Arabie saoudite d’avoir accepté des migrants entrant dans le pays.

#1503 vu sur www.middleeasteye.net

France, Mayotte : plusieurs ONG et des policiers des équipes de garde demandent la fermeture du centre de rétention pour raisons sanitaires

France, Mayotte. Plusieurs ONG mais aussi des policiers des équipes de garde demandent la fermeture pour raison sanitaire du centre de rétention où plusieurs dizaines de personnes ont été testées positives au Covid-19 et où les précautions sanitaires ne sont pas suffisantes. La préfecture refuse de fermer le centre ainsi que de donner des chiffres des contaminations, considérant que la solution au problème sanitaire est l’augmentation des expulsions. La réponse est révélatrice des choix de gestion de cette rentrée : « Je ne peux accéder à votre demande de fermeture du centre de rétention. Je m’étonne d’ailleurs de cette requête alors qu’il est établi que la société dans son ensemble va devoir apprendre à vivre avec ce virus. ». Certains fonctionnaires confirment que la priorité est la reprise du fonctionnement “normal” de la machine à expulser : « dès le début du confinement, il y avait une pression de la préfecture pour reprendre les expulsions. La seule chose qui compte pour eux, c’est faire du chiffre.” Un autre policier affirme : « c’est la lutte contre l’immigration clandestine qui passe avant tout. Souvent, dès le matin, quand le patron arrive dans les locaux, il nous dit qu’il faut interpeller car il n’y a pas assez de monde au Cra. » La directrice de l’ARS réfute le terme de”cluster” pour le centre alors que bien plus de 3 cas y ont été avérés et donne sa propre définition, floue et inopérante : « un cluster, ce sont des cas groupés avec des liens les uns envers les autres. Ce qui fait le cluster, c’est au-delà du nombre. Ça peut être quatre ou cinq cas, voire plus, ça dépend. Il faut tenir compte de plusieurs choses. Si vous avez deux cas dans deux familles différentes par exemple, ce n’est pas un cluster. » Les migrants attendent d’être testés sans aucune protection sanitaire, ce qui favorise dès le départ la propagation massive de l’épidémie. Un mineur d’origine comorienne arrêté devant le tribunal de Mayotte puis transféré au centre de rétention témoigne : « c’était horrible ! On était traités comme des chiens ! J’ai passé la nuit avec 17 personnes que je ne connaissais pas. Je ne sais pas s’il y avait parmi elles des malades. Ce n’est que le lendemain matin que j’ai été testé. » Le jeune homme, libéré car mineur se souvient qu’avec lui se trouvaient deux femmes enceintes inquiètes pour leur état de santé. Pour la préfecture, l’essentiel, c’est que « la machine à expulser rattrape son retard ». Une source policière confie que deux bateaux par semaine quittent l’île en direction des Comores voisines. Vendredi 28 août, l’un d’entre eux a encore pris la mer avec, à son bord, 120 personnes.

#1507 vu sur www.streetpress.com

Italie, Lampedusa : le principal centre d’accueil déjà saturé a vu arriver près de 370 nouveaux migrants, de nombreuses évasions ont lieu que l’armée et des rassemblements d’extrême droite essayent d’empêcher

Italie, Lampedusa.Le principal centre d’accueil, qui est déjà saturé avec 1160 personnes, a vu arriver dans la nuit de samedi à dimanche 30 août près de 370 nouveaux migrants, après 500 autre migrants venant de Tunisie à la fin de la semaine. De nombreuses évasions ont lieu que l’armée, déployée sur place cet été, a du mal à empêcher. Un rassemblement de militants d’extrême droite les attendaient à leur arrivée. Évoquant « une situation sans précédent », le maire de Lampedusa a annoncé la convocation lundi des représentants des associations professionnelles de l’île pour déclarer « une grève générale ». Il avait pris un décret il y a une semaine pour fermer tous les centres d’accueil de migrants de Sicile (dont Lampedusa fait partie), dénonçant des conditions d’hygiène intenables avec l’épidémie de Covid-19, une démarche rejetée par la justice italienne.

#1491 vu sur www.ouest-france.fr

Méditerranée : un nouveau bateau de sauvetage dit “féministe” financé par Banksy, la Louise Michel, se joint aux navires humanitaires de sauvetage des migrants pour les emmener vers les zones d’attentes et d’enfermement habituelles

Méditerranée. Banksy finance un bateau de sauvetage pour les migrants en détresse en Méditerranée. Le navire, nommé la Louise Michel, aurait été préparé et peint en rose vif par l’artiste “en secret” pour ne pas attirer l’attention de la presse et des forces de l’ordre. L’équipage est composé “d’activistes européens ayant une longue expérience dans les opérations de recherche et de sauvetage” et l’équipe est menée par Pia Klemp, une militante allemande, ancienne capitaine des navires Iuventa et Sea-Watch 3. Selon l’article qui présente le projet, “comme il s’agit d’un projet féministe, seules les femmes membres d’équipage sont autorisées à parler au nom de la Louise Michel”. Il vient de prendre la mer sous drapeau allemand depuis le port de Burriana près de Valence et se trouve en Méditerranée centrale, où très peu de bateaux de secours circulent actuellement parce que la plupart sont bloqués dans les ports sous des prétextes administratifs divers. Avec 89 personnes secourues à son bord dès jeudi puis 130 vendredi, il recherche maintenant un port pour débarquer les passagers ou les transférer sur un navire des garde-côtes européens. Parmi ces 219 personnes secourues, on déplore un décès Avec une vitesse de pointe de 27 nœuds, le Louise Michel serait en mesure d’espérer distancer les garde-côtes libyens. Ces missions de sauvetage aboutissent toujours à l’enfermement des migrants secourus dans les centres de rétentions ou les navires-zones d’attente actuellement mis en place principalement en Italie et à Malte. Bansky aurait contacté des militants du sauvetage en mer dès 2019 pour leur proposer d’utiliser de l’argent gagné suite à un travail sur la crise des migrants et commencer à construire ce projet.

#1476 vu sur www.theguardian.com

Bosnie-Herzégovine, Bihac : un millier de migrants enfermés dans un camp géré par l’ONU à la frontière avec la Croatie, ont manifesté contre le tabassage d’un migrant installé hors du camp, les autorités ont dépêché des forces de police spéciales

Bosnie-Herzégovine, Bihac. Des migrants bloqués dans la région de la Krajina, à la frontière de la Croatie, et enfermés dans le camp de Lipa géré par l’ONU ont manifesté en réaction au passage à tabac d’un migrant “sans-abri”, c’est-à-dire vivant en dehors du camp de tentes. Ils sont environ 2500 dans ce cas. Les autorités ont dépêché des forces de police spéciales pour réprimer la révolte d’un millier de migrants. Le personnel de l’Organisation internationale pour les migrations, qui gère les sept camps de migrants en Bosnie, s’est retiré du camp avant l’arrivée de la police spéciale. Les agents ont tiré plusieurs coups de semonce en l’air pour calmer les troubles des migrants qui lançaient des pierres. Un peu partout dans le pays la tension monte et les forces de l’ordre interviennent contre les migrants qui sont nombreux à y être bloqués par la crise sanitaire. Les frontières ont aussi été renforcées pour empêcher de nouveaux migrants d’arriver. La Croatie ayant renforcé ses frontières et érigé des clôtures, les migrants qui veulent passer d’Asie en Europe se retrouvent très nombreux à être bloqués en Bosnie et la situation dégénère. Dans deux autres camps à Bihac, enfermant chacun plus de 1000 hommes célibataires, huit migrants ont été testés positifs au coronavirus cette semaine. C’est la première fois que des infections ont été détectées dans les installations enregistrées par l’OIM en Bosnie. Deux d’entre eux se sont échappés de l’isolement et avaient fui, ce qui a causé des manifestations d’hostilité de la population locale, avec la création de “groupes d’autodéfense” qui menacent les migrants, en particulier ceux qui vivent hors des camps. Les autorités de la Krajina ont décidé la semaine dernière d’empêcher toutes les nouvelles arrivées de migrants et refoulent désormais tous les migrants. Sont également interdits le transport des migrants dans les trains, les bus ou les taxis, les rassemblement dans les lieux publics et les habitants n’ont pas le droit de louer ou de fournir un logement aux migrants. A la suite de ces mesures, les forces de police des régions adjacentes ont commencé à empêcher les migrants de retourner dans leurs zones. Plusieurs centaines de personnes, y compris des femmes et des enfants, ont été débarqués de bus ou de trains et laissées piégées sur une route près de la ville de Bosanska Otoka sans accès à de la nourriture ou à un abri.

#1469 vu sur apnews.com

Grèce, Lesbos : une soixantaine de détenus du camp de la Moria ont entamé une grève de la faim

Grèce, Lesbos. Une soixantaine de détenus du camp de la Moria ont entamé une grève de la faim. Ils sont enfermés depuis 174 jours pendant lesquels leur expulsion était de fait impossible à cause de la situation sanitaire. Du 5 au 8 avril de cette année, les détenus ont tenté de faire une grève de la faim qui a cessé après qu’une unité spéciale de la police a violemment interrogé les grévistes et frappé plusieurs d’entre eux dans des conditions qu’on ne connaît pas vraiment étant donné que la peur empêche les migrants de s’exprimer. A la Moria, les tentatives de suicide sont presque hebdomadaires. Le 6 janvier, un détenu iranien de 31 ans s’est suicidé après avoir été détenu à l’isolement et se voir refuser l’accès aux soins psychosociaux. Sa mort a déclenché une enquête criminelle sur le personnel et les services de l’établissement. Les passages à tabac – parfois proches de la torture – sont devenus une routine et ceux qui s’expriment sont menacés de violentes représailles.

#1483 vu sur enoughisenough14.org

France, Marseille : plusieurs dizaines de retenus du centre de rétention sont en grève de la faim pour protester contre leur enfermement et dénoncer l’attitude de Forum Refugiés qui cogère le CRA

France, Marseille. Plusieurs dizaines de retenus du centre de rétention à Marseille sont en grève de la faim pour protester contre leur enfermement en pleine crise du Covid-19, comme à Rennes, et au Mesnil Amelot, et dans d’autres centres de rétention en France. L’un d’entre eux à cessé de s’alimenter depuis 30 jours. Le communiqué des grévistes peut-être lu ici. Ils sont maintenus en rétention pour 60 jours, voire plus, alors que les frontières sont fermées, et sans précautions sanitaires suffisantes (même pas de masques…), alors que 4 cas de coronavirus ont été confirmés au sein de la PAF (Police aux frontières) qui garde le centre de rétention de Marseille, et pourtant rien n’est fait pour nous protéger. Le communiqué dénonce particulièrement l’association qui gère le CRA de Marseille, Forum Réfugiés, qui “ne s’occupe que des cas qu’elle considère défendables et laisse les autres dans la merde, par exemple ceux qui n’ont pas de famille dehors ni de visites en parloir”.

#1454 vu sur mars-infos.org

France, Lille : un jeune sans papiers est décédé pendant sa garde à vue, dans la cellule du commissariat où il avait été emmené parce qu’il s’est retrouvé soupçonné de “s’apprêter à commettre un vol à l’étalage”

France, Lille. Un jeune sans papiers est décédé pendant sa garde à vue, dans la cellule du commissariat où il avait été emmené parce qu’il s’est retrouvé soupçonné de “s’apprêter à commettre un vol à l’étalage” (!). Son état général avait été jugé “compatible avec la garde-à-vue” par le médecin qui l’avait examiné.

#1467 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Italie : Carla, arrêtée suite à un mandat d’arrêt européen dans le cadre de l’opération Scintilla, a été extradée en Italie pour y être jugée

France, Italie. Carla, arrêtée le 26 juillet à Saint Etienne, a été extradée en Italie pour y être jugée. Elle a été arrêtée suite à un mandat d’arrêt européen dans le cadre de l’opération Scintilla, initiée par les autorités italienne suite à la publication et à la diffusion de la brochure « I cieli bruciano » recensant les collabos de la machine à expulser italienne, cibles de nombreuses attaques au cours des dernières années, Elle est désormais incarcérée à la prison de Vigevano, près de Milan, en module AS3 (alta sicurezza 3). Elle a écrit une lettre depuis la prison de Fresnes avant son extradition qui peut être lue ici. Il est possible de lui écrire pour lui exprimer notre solidarité à l’adresse suivante :

Carla Tubeuf
casa circondariale di Vigevano Centralino
via Gravellona 240
27029 Vigevano (PV)

#1489 vu sur nantes.indymedia.org

Qatar : un nouveau rapport montre que la pratique des salaires impayés est généralisée dans au moins 60 entreprises du Qatar qui emploient presque exclusivement des travailleurs étrangers

Qatar. Un nouveau rapport d’Human Rights Watch montre que la pratique des salaires retenus et impayés, ainsi que d’autres abus de rémunération, est persistante et généralisée chez au moins 60 employeurs et entreprises du Qatar, qui emploient en grande majorité des travailleurs étrangers (95 % de la main-d’œuvre totale au Qatar). Le rapport intitulé « Comment peut-on travailler sans être payé ? :Abus salariaux subis par les travailleurs migrants avant la Coupe du monde de la FIFA 2022 au Qatar » étudie en particulier ce qui concerne les travaux liés à la coupe du monde de foot de 2022. En 2017, le gouvernement avait promis auprès de l’Organisation internationale du travail (OIT) de protéger les travailleurs migrants des abus de rémunération et abolir le système de kafala, qui lie les travailleurs migrants à leurs employeurs. Cas après cas, Human Rights Watch a constaté des abus de rémunération dans diverses professions, notamment des gardes de sécurité, serveurs de restaurants et cafés, videurs, gestionnaires et ouvriers du bâtiment. La situation a empiré pendant la crise du Covid et des milliers de travailleurs sont resté bloqués dans des immenses zones industrielles transformées en camps et gardés par les forces de l’ordre et avec le maintien du système de kafala, les employeurs disposent d’un pouvoir et d’un contrôle sans limites sur les travailleurs migrants.

#1456 vu sur hrw.org

Méditerranée, Lybie : plus de 200 migrants à bord du Sea Watch 4, seul bateau de sauvetage à intervenir à l’heure actuelle en Méditerranée

Méditerranée, Lybie. Plus de 200 migrants se trouvent désormais à bord du Sea Watch 4, seul bateau de sauvetage à intervenir à l’heure actuelle en Méditerranée, qui a effectué trois sauvetages en moins de 48 heures. De nombreux migrants sauvés en mer souffrent d’hypothermie aiguë et de brûlures au carburant. Les corps de 22 migrants ont été retrouvés au large de la ville côtière de Zwara. Depuis 2014, plus de 20 000 migrants sont morts en mer en essayant de rejoindre l’Europe depuis l’Afrique. Alarmphone confirme : «après des jours passés à recueillir les témoignages des survivants, à parler aux proches des personnes disparues et à procéder à des vérifications croisées, nous pouvons maintenant confirmer qu’au moins quatre naufrages ont eu lieu dans le centre de la Méditerranée entre le 17 et le 20 août». Le premier d’entre eux qui a eu lieu le 17 août est assurément la conséquence de tirs intentionnels des garde-côtes lybiens.

#1460 vu sur infomigrants.net

Méditerranée, Lybie : des survivants d’un naufrage ayant eu lieu 17 août qui a fait 45 morts affirment s’être fait tirer dessus par “des miliciens” d’un patrouilleur lybien

Méditerranée, Lybie. Des survivants du naufrage du 17 août affirment s’être faits tirer dessus par “des miliciens” d’un patrouilleur lybien. Le dériveur avec 81 personnes à bord (et non 65 comme on le pensait initialement) est parti entre le 14 et le 15 août de la Libye mais aurait presque immédiatement commencé à avoir des problèmes. 45 personnes sont mortes dans le naufrage, dont cinq enfants, tandis que les 36 survivants ont déjà été transférés dans un centre de détention libyen, l’un de ceux gérés par le gouvernement de Tripoli. Les migrants sont originaires du Sénégal, du Mali, du Tchad et du Ghana. «Nous étions à la dérive lorsque nous avons été rejoints par un patrouilleur libyen. Les miliciens nous ont dit qu’ils nous sauveraient et nous ramèneraient en Libye si on leur donnait des téléphones portables et de l’argent, mais nous n’avions pas d’argent. Une discussion a commencé et à la fin ils ont tiré sur le dériveur, ont heurté le moteur et quelques bidons d’essence. Nous avons sauté à l’eau, mais beaucoup d’entre nous sont morts.” Les survivants ont été sauvés quelque heures plus tard par un bateau de pêche. Un autre dériveur avec 100 migrants qui seraient partis entre dimanche et lundi dernier d la côte lybienne est aussi en perdition, il aurait coulé après l’explosion d’un des boudins qui assure la flottaison. La situation est rendue d’autant plus dramatique en méditerranée par l’absence de navires d’ONG, dont quatre sont toujours sous saisie pour irrégularités présumées alors que des dizaines de bateaux partent de Libye ou de Tunisie et tentent de rejoindre l’Italie dont les hotspot sont surpeuplés comme celui du district d’Imbriacola où sont enfermées 1137 personnes pour une capacité maximale de 192.

#1441 vu sur lmanifesto.it

Espagne, les Canaries : au moins 20 personnes sont mortes en deux jours sur la route migratoire des Canaries

Espagne, Les Canaries. Au moins 20 personnes sont mortes en deux jours sur la route migratoire des Canaries. Les corps ont été récupérés dans le cayuco situé à 130 km de Grande Canarie ainsi que onze survivants qui ont été transférés au port d’Arguineguín. Jusqu’à présent ce mois-ci, 127 immigrants ont perdu la vie ou ont disparu lorsqu’ils voulaient rejoindre la côte des îles Canaries en bateau, et 359 y sont parvenus. En août, sept personnes sont mortes lors du naufrage d’un bateau à Tarfaya (Maroc); dix autres lorsqu’un autre bateau a fait naufrage à Dakhla (Sahara) et le 6 août, 27 personnes sont mortes de faim et de soif dans un bateau à la dérive situé à Nouadhibou (Mauritanie). Ce jour-là également, un bateau pneumatique avec 63 personnes à bord qui cherchaient depuis trois semaines a été porté disparu. Selon les données du ministère de l’Intérieur, au 15 août de cette année, 3448 immigrants sont arrivés aux îles Canaries à bord de 144 bateaux, contre 556 personnes arrivées de cette manière en 2019.

#1440 vu sur www.eldiario.es

Royaume Uni : le gouvernement considère l’afflux de migrants par la Manche comme une menace nationale et depuis une semaine, un avion militaire patrouille pour effrayer les migrants

Royaume Uni. Le gouvernement considère l’afflux de migrants par la Manche comme une menace nationale et décrit la traversée de la Manche comme “stupide, dangereuse et criminelle”. Le ministre de l’intérieur a déclaré que tout serait fait pour “protéger” le pays de cette menace… Ces déclarations interviennent alors qu’à partir de 2021, les accords de Dublin sur le rapatriement vers d’autres pays de l’UE seront caducs et l’accès aux bases de données européennes sans aucune restriction ne sera plus possible. Depuis une semaine, un avion militaire traverse la Manche pour effrayer les migrants.

#1439 vu sur mars-infos.org

France, Toulouse : les locaux de la Croix Rouge qui participe à l’enfermement et à l’expulsion des sans papiers en veillant à ce que “tout se passe bien” ont été tagués

France, Toulouse. Les locaux de la Croix Rouge qui participe à l’enfermement et à l’expulsion des sans papiers ont été tagués : “Croix-Rouge : Alliée répressive et raciste des Etats, des frontières, de l’enfermement… Etouffe toi dans ta bonne conscience !”. Un communiqué à lire ici dénonce le rôle de cette organisation humanitaire qui veille “à ce que tout se passe bien” dans le fonctionnement de la machine à expulser au niveau européen.

#1437 vu sur iaata.info

Maroc/Epagne, Mellila : parmi les 300 migrants qui ont forcé la frontière, 50 ont réussi à passer et un migrant est mort en tombant de la clôture barbelée de 4 mètres de haut

Maroc/Epagne, Mellila. Un migrant tentant de passer en Espagne par la frontière marocaine est décédé alors que l’Espagne fait face à un nouvel afflux de migrants par l’enclave de Melilla. Il serait mort alors qu’il tentait avec environ 300 migrants en situation irrégulière, de passer du côté espagnol de la frontière en tombant de la clôture de barbelés de 4 mètres de haut qui fait office de frontière. Selon le rapport des autorités, 50 migrants ont réussi à passer du côté espagnol, et huit migrants et trois agents de la gendarmerie qui sont intervenus dans l’incident, ont été légèrement blessés.

#1445 vu sur www.aa.com.tr

Etats Unis, Portland : la police a déclaré avoir tiré des lacrymo et autres projectiles de contrôle des foules pour disperser un rassemblement d’environ 200 personnes s’étant attaqué au bâtiment de l’ICE, l’agence d’immigration américaine

Etats Unis, Portland. Plusieurs nuits émeutières ont eu lieu à Portland, la police a déclaré avoir tiré des munitions de contrôle des foules et des gaz lacrymogènes mercredi soir pour disperser un rassemblement d’environ 200 personnes qui ont lancé des pierres, allumé des incendies. La manifestation s’est particulièrement attaqué au bâtiment de l’agence d’immigration américaine (ICE).

#1443 vu sur www.reuters.com

Paris, Saint Denis : près de 400 migrants se sont installés sous le pont de l’autoroute A1, quinze jours après l’expulsion du campement d’Aubervilliers, le harcèlement policier est permanent

Paris, Saint Denis. Entre 300 et 400 migrants se sont installés sous le pont de l’autoroute A1 dans des conditions toujours aussi insalubres, quinze jours après l’expulsion du campement d’Aubervilliers. Il s’agit majoritairement d’hommes célibataires, originaires pour la plupart d’Afghanistan. Le harcèlement policier est permanent : «tous les jours, les policiers leur disent qu’ils viendront le lendemain à 6 heures du matin pour les déloger», explique un membre d’une des associations humanitaires qui dénoncent une situation absurde où expulsions et réinstallations se succèdent sans solution durable.

#1420 vu sur enoughisenough14.org

Italie, Messine : une quatrième évasion a eu lieu du hotspot de Bisconte, sur les 40 migrants qui ont tenté de s’échapper 20 y sont parvenu

Italie, Messine (Sicile). Une quatrième évasion a eu lieu du hotspot (lieu d’enfermement transitoire des migrants) de Bisconte, et sur les 40 migrants qui ont tenté de s’échapper, 20 ont réussi à le faire. Le maire de la ville, qui se plaint de la “dangerosité” des migrants, affirme qu’il fera fermer le centre le 26 aout, à la fin de la quarantaine des 20 personnes dont l’évasion a échoué et qui sont encore enfermées dans le centre. Il affirme que des évasions ont aussi eu lieu à Raguse, à Pozzallo ainsi qu’à Porto Empedocle et à Palerme. Plus de 4 000 migrants d’origine tunisienne ont débarqué dans la péninsule italienne durant le mois de juillet. Après avoir été mis en quarantaine sur des ferrys, ils se retrouvent enfermés dans les centres (ou “hotspot”) qui sont déjà surpeuplés et où les conditions de vie sont déplorables. Selon les données publiées par le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), entre début juin et fin juillet, 5 655 Tunisiens ont pris la mer pour rejoindre illégalement les côtes italienne, à seulement 140 kilomètres de distance.

#1429 vu sur www.blogsicilia.it

France, Marseille : des détenus du centre de rétention administrative du Canet refusent collectivement de se rendre au réfectoire depuis deux jours

France, Marseille. Dans la suite des grèves de la faim qui ont commencé dans des centres de rétentions à Nîmes, Toulouse, où encore Vincennes, les personnes détenues au centre de rétention administrative du Canet refusent collectivement de se rendre au réfectoire depuis deux jours. Ils protestent contre le traitement administratif absurde de leur dossier. Il sont retenus alors qu’il ne seront pas expulsés à cause du Covid-19, ce qui les mets dans la situation de subir l’équivalent d’une peine de prison en restant enfermé le maximum du délai autoriser pour les expulser. De plus les conditions sanitaires sont déplorables, comme dans la plupart des centres de rétentions français, et les mettent directement en danger. La presse évoque des distances de sécurité qui ne sont pas “tolérables” au réfectoire comme dans les chambres, ainsi que le non-respect des gestes barrières les plus élémentaires. Ces grèves de la faim sont très inquiétantes, puisque les détenus se mettent en danger dans une situation de grande insalubrité, ce qui témoigne d’un désespoir et d’une gravité de la situation à ne pas prendre à la légère. La solidarité par rapport à ce que vivent les migrants dans le monde entier est plus que jamais nécessaire !

#1417 vu sur www.laprovence.com

Grèce : au moins 1072 migrants auraient été récemment refoulés par les autorités grecques hors du territoire maritime sur des radeaux de sauvetage gonflables et abandonnés en pleine mer

Grèce. D’après un décompte fait par le New York Times, au moins 1072 migrants auraient été récemment refoulés par les autorités grecques hors du territoire maritime sur des radeaux de sauvetage gonflables et abandonnés par les autorités grecques. Le Times a analysé des preuves provenant de plusieurs sources, notamment des chercheurs universitaires, des garde-côtes turcs et des groupes de surveillance indépendants. Ils ont constaté que ces incidents ont notablement augmenté avec la crise sanitaire. Une enseignante syrienne de 50 ans, a déclaré que le 26 juillet, elle et 22 autres personnes, y compris des enfants en bas âge, avaient été emmenées par des policiers grecs masqués dans un centre de détention de l’île de Rhodes. Elle a déclaré au Times qu’ils avaient été laissés sur un “radeau de sauvetage sans gouvernail et sans moteur” et avaient fini par être secourus par les garde-côtes turcs. La Grèce nie ces pratiques qui sont pourtant avérées et récurrentes.

#1416 vu sur www.businessinsider.co.za

France, Paris : les 100 livreurs sans papiers de Frichti qui n’ont rien obtenu suite à l’accord signé fin juillet entre la CGT et la direction continuent la mobilisation

France, Paris. A la fin du mois de juillet, la moitié des 200 livreurs sans-papiers de Frichti ont obtenu l’accès à une procédure de régularisation après une grève de six semaines, suite à un accord qui n’a satisfait que la CGT et la presse qui a aussitôt titré sur “la fin du conflit”. Pourtant, les cent coursiers, arbitrairement écartés de cette procédure, poursuivent grève et manifestations. La start-up, tout en dénonçant des cas isolés en provenance d’un sous-traitant, a fait intervenir de nombreux agents de sécurité pour bloquer l’accès à ses locaux à tous ceux qui ne disposaient pas de papiers ce qui n’a fait que démontrer qu’ils étaient en réalité beaucoup plus nombreux que la direction ne l’affirmait. Par ailleurs la question de l’obligation de se déclarer comme travailleur indépendant pour être employé, et le fait que ce statut n’ouvre pas de droit à la régularisation n’a pas été résolu par l’accord signé fin juillet.

#1434 vu sur www.nouvelobs.com

Brésil, Campo do Meio : Quilombo campo Grande résiste à une tentative d’expulsion, des dizaines de policiers armés ont été amenés des villes voisines pour l’évacuer, avec des drones pour intimider les 450 occupants

Brésil, Campo do Meio. Depuis trois jours, le campement de Quilombo Campo Grande résiste à une tentative d’expulsion qui a débuté tôt le mercredi 12 août. Le campement situé dans la municipalité de Campo do Meio, dans l’état de Minas Gerais, abrite depuis 1998 450 familles. Des dizaines de policiers et de véhicules ont été amenés des villes voisines pour l’évacuer. Selon les habitants, les policiers sont entrés dans les maisons armés de fusils et de pistolets, cassant les portes et les fenêtres. Le MST (Mouvement des travailleurs ruraux sans terres) a affirmé que la veille de l’expulsion, la police avait encerclé le camp avec des véhicules et des drones, intimidant les familles.

#1411 vu sur www.brasildefato.com.br

Italie, Rome : six migrants ont tenté de s’évader du centre de rétention de Ponte Galeria en fuyant par les conduits de climatisation mais seul l’un d’entre eux a réussi

Italie, Rome. Six migrants emprisonnés dans le centre de rétention de Ponte Galeria ont tenté de s’évader en fuyant par les conduits de climatisation pour atteindre le toit et escalader les murs. Un seul d’entre eux a réussi à s’échapper, tandis que les cinq autres ont été repris. Le mois dernier, les manifestations à l’intérieur du centre de détention semblent nombreuses, avec plusieurs tentatives d’évasion et un incendie le 17 juillet. Actuellement, 43 hommes et 9 femmes sont incarcérés dans le CPR.

#1432 vu sur hurriya.noblogs.org

France, Rennes : huit sans-papiers enfermés au Centre de rétention sont en grève de la faim et décrivent des traitements dégradants et des propos racistes permanents de la part des policiers

France, Rennes. Huit sans papiers enfermés au Centre de rétention administrative de Rennes ont entamé une grève de la faim pour dénoncer un “manque de respect et d’hygiène” ainsi que leur enfermement malgré “l’absence de perspectives d’éloignement”. Dans une lettre adressée aux médias, ils font état de traitement dégradants et de propos racistes permanents de la part des policiers. Ils disent aussi ne pas avoir un accès suffisant à l’eau alors qu’on est en période de canicule. La préfecture d’Ille-et-Vilaine affirme avec cynisme que “sept personnes refusent les plateaux-repas mais continuent de s’alimenter via des distributeurs de boissons. Nous ne sommes pas très inquiets sur leur état de santé.” Par ailleurs, de plus en plus de cas sont détectés dans les centres de rétention, comme au Mesnil Amelot et à Toulouse, et les cours d’appel, qui refusent de considérer que la détection d’un cas de Covid est une situation nouvelle, refusent de libérer les retenus.

#1408 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Grenoble : la poste des Eaux Claires a été taguée avec des messages dénonçant la participation de cette institution à la traque des sans-papiers et évoquant la libération de Carla

France, Grenoble. La poste des Eaux Claires a été taguée avec des messages dénonçant la participation de cette institution à la traque des sans-papiers. L’attaque dont le communiqué peut être lu ici évoque la libération de Carla, arrêtée il y a deux semaines à Saint Etienne, qui était recherchée parce qu’elle était accusée d’avoir attaqué la poste italienne à Turin. En Italie comme en France, la Poste dénonce les sans-papiers aux flics et participe à leur enfermement et à leur expulsion.

#1388 vu sur nantes.indymedia.org

France, Mesnil Amelot : un foyer épidémique de Covid-19 a été déclaré au sein du centre de rétention administrative, avec des agents de police au frontières et des détenus contaminés, les mesures prises sont tardives et insuffisantes

France, Mesnil Amelot. Un foyer épidémique de Covid-19 a été déclaré au sein du centre de rétention administrative. Trois agents de la police aux frontières en poste au CRA n°3 ont été testés positifs le 7 août. Des associations demandent la fermeture immédiate du centre par précaution. La Cimade a interrompu sa présence physique et mis en place une permanence téléphonique pour répondre aux demandes des personnes enfermées. Le 10 août, information a été donnée que deux personnes privées de liberté dans le CRA n°3 et un agent de la police aux frontières du CRA n°2 étaient également testés positifs. Les salariés de l’entreprise chargée du nettoyage ont exercé leur droit de retrait lorsqu’ils ont appris la propagation de l’épidémie. L’Unité médicale du CRA (UMCRA) prône une fermeture pour désinfection et considère le maintien en rétention des personnes comme incompatible avec les mesures d’isolement à respecter pour limiter la contagion. Malgré cette situation et la suspension des nouveaux enfermements prononcée à partir du 10 août, de nouvelles personnes ont été enfermées ce week-end au Mesnil-Amelot où les tensions, selon les témoignages recueillis, sont fortes. Les deux personnes testées positives au CRA n°3 ont été transférées lundi au CRA de Vincennes (alors que les résultats des tests sont disponibles depuis samedi), en cellules d’isolement disciplinaire qui ne sont pas équipées pour accueillir des malades. Plusieurs autres personnes suspectées d’être infectées ne peuvent être isolées faute d’espace adapté. Certaines d’entre elles sont en cours de transfert vers d’autres CRA.

#1392 vu sur www.lacimade.org

Grèce, Lesbos : un important incendie s’est déclaré à l’intérieur du camp de la Moria, bouclé depuis plus de cinq mois ; des témoins affirment que des militants d’extrême droite sont entrés dans le camp et ont mis le feu

Grèce, Lesbos. Un important incendie s’est déclaré à l’intérieur du camp de la Moria qui est entièrement bouclé depuis plus de cinq mois. Le feu a pris à proximité de l’entrée. Des témoins affirment que des militants d’extrême droite sont entrés dans le camp et ont mis le feu. Le feu a finalement été éteint par des réfugiés après l’intervention de la police.

#1377 vu sur les réseaux sociaux

France, Fresnes : des feux d’artifices ont été tirés devant la prison des femmes de Fresnes pour saluer Carla arrêtée à Saint Etienne dans le cadre de l'”opération Scintilla” de la police italienne, et en solidarité avec tous les détenus

France, Fresnes. Des feux d’artifices ont été tirés devant la prison des femmes de Fresnes pour saluer Carla, qui était recherchée dans le cadre de l’opération Scintilla qui visait la répression d’une campagne contre la machine à expulser et qui a été arrêtée il y a deux semaines à Saint Etienne, et en solidarité avec tous les détenus. Elle est accusé de participation à des attaques de la poste italienne qui participe (comme la poste française) aux arrestations de sans papiers et se retrouve enfermée à Fresnes dans le cadre d’une procédure d’extradition vers l’Italie. Le communiqué complet de cette action de solidarité est à lire ici.

#1405 vu sur antes.indymedia.org

France, Vincennes : la moitié des prisonniers du CRA de Vincennes commencent une grève de la faim alors que les expulsions continuent vers les pays où c’est possible, et que les détenus sont à nouveau enfermés à deux, voire à quatre par cellules

France, Vincennes. La moitié des prisonniers du CRA de Vincennes commencent une grève de la faim. Depuis la fin du confinement les retenus avaient obtenu le droit à des cellules individuelles le temps que la situation sanitaire s’améliore. Mais depuis quelques semaines, alors que les expulsions continuent vers les pays où c’est possible (principalement vers la Roumanie et l’Albanie), les détenus sont à nouveau enfermés à deux par cellules. La direction du CRA à même décidé d’enfermer tout le monde dans le même bâtiment (au CRA1) et les détenus se retrouvent à quatre en cellule. Très rapidement un mouvement collectif de résistance s’est donc mis en place. A l’extérieur, les policiers qui gèrent l’entrée et les parloirs essayent de faire partir les proches en parlant de “suspicion de covid” et “d’attente de résultats de tests pour rouvrir les parloirs”. Les parloirs se tiendront malgré tout.

#1376 vu sur abaslescra.noblogs.org

Grèce : 134 migrants irakiens ont “volontairement” quitté Athènes pour rejoindre leur pays d’origine, dans le cadre du plan des “retours volontaires” de “migrants économiques”

Grèce. La Grèce débute les “retours volontaires” de “migrants économiques”. Un premier vol est parti d’Athènes jeudi, dans le cadre d’un programme de l’Union européenne jusque là mis en suspend par la crise sanitaire. 134 migrants irakiens ont “volontairement” quitté Athènes pour rejoindre leur pays d’origine. Des photos de leur embarquement dans l’avion montrent des hommes aux visages masqués. Certains brandissent fièrement leur passeport et agitent les bras en guise d’adieu. Au total, 5 000 personnes se verront proposer des incitations au départ de 2 000 euros pour remplir ces nouveaux charters. Il s’agit du “plus important retour sur une base volontaire de migrants économiques jamais mis en oeuvre dans notre pays, et le plus important en Europe cette année”, a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement. Pour faire partie de ce programme, les candidats doivent être entrés en Grèce avant le 1er janvier 2020, et être toujours présents sur les îles de Leros, Samos, Lesbos, Kos et Chios en mer Egée. Ils disposent d’un mois pour faire leur demande. Ce délai peut être prolongé d’un mois supplémentaire pour atteindre le nombre requis de candidatures si celles-ci sont peu nombreuses. La situation dans les camps est telle que les migrants sont de plus en plus nombreux à se résigner à retour au pays, sans qu’il s’agisse en aucune manière de l’expression d’une volonté…

#1370 vu sur www.infomigrants.net

Mauritanie : un bateau avec une quarantaine de migrants à bord a fait naufrage dans les eaux internationales, un seul rescapé a été retrouvé

Mauritanie. Un bateau avec une quarantaine de migrants à bord a fait naufrage dans les eaux internationales au large des côtes de la Mauritane, selon les autorités du pays. Un unique rescapé qui serait d’origine guinéenne a été trouvé par hasard sur une plage de Nouadhibou. Il a affirmé que lui et ses amis venaient du Maroc et se rendaient aux Canaries.

#1366 vu sur www.francetvinfo.fr

Cameroun, Nguetchewe : au moins 19 personnes (17 dans le camp et les 2 kamikazes) ont été tuées lors d’une attaque qui a visé un camp de déplacés, selon les autorités locales

Cameroun, Nguetchewe. D’après les autorités locales, au moins 19 personnes (17 dans le camp et les 2 kamikazes) ont été tuées lors d’une attaque qui a visé un camp de déplacés dans ce village de l’Extrême-nord camerounais, frontalier avec le Nigeria. Il s’agirait d’un attentat qui n’est pas revendiqué mais est attribué par les autorités à Boko Haram. « Après avoir attaqué les membres du comité de vigilance local et d’autres civils deux kamikazes ont actionné des charges explosives», a précisé le gouvernement camerounais. Plus de 1.500 personnes ont fui vers la localité voisine de Mozogo selon le HCR.

#1387 vu sur www.aa.com.tr

Portugal, Maroc : les deux Etats se sont entendus pour “renforcer et intensifier la coopération dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la migration irrégulière et la traite des êtres humains”

Portugal, Maroc. Les deux Etats se sont entendus lors d’une rencontre de leurs ministres de l’intérieur, pour “renforcer et intensifier la coopération dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la migration irrégulière et la traite des êtres humains”. Depuis décembre 2019, la police maritime et la garde nationale portugaises ont intercepté 69 migrants arrivant au Portugal depuis le Maroc.
Il s’agit s’empêcher que s’installe ce qui apparaît comme une nouvelle voie d’entrée en Europe.

#1367 vu sur www.infomigrants.net

Espagne, Murcia : un migrant de 42 ans originaire du Nicaragua et travaillant comme saisonnier dans une plantation de pastèques est mort de déshydratation

Espagne, Murcia. Un migrant de 42 ans originaire du Nicaragua et travaillant comme saisonnier dans une plantation de pastèques est mort de déshydratation. Comme dans la plupart des ces exploitations agricoles, il devait travailler des heures sous un soleil de plomb, apparemment sans eau. Les patrons de l’exploitation n’ont pas appelé d’ambulance et ne l’ont secouru que très tardivement, attendant que tout le monde ait fini de travailler pour l’emmener. Il a ensuite été abandonné à l’extérieur d’un centre de soin alors qu’il était inconscient. Il est décédé peu après. Dans ces plantations de pastèques, le travail dure de 7 heures du matin à 18 heures en plein soleil et le salaire dépend du rendement de l’ouvrier et tourne autour de 5 euros de l’heure. Six euros sont déduits pour les frais de transport en camionnette… « On est humiliés ici. Ils me traitent d’âne, ils me crient dessus, ils me disent que je suis lent », s’était plaint la personne qui est décédée auprès de sa sœur lors d’un appel téléphonique. Les forces de l’ordre ont interpellé samedi soir un Équatorien de 50 ans, propriétaire de l’agence de travail temporaire qui avait engagé le défunt. Le propriétaire de l’exploitation comme les responsables sur place le jour du drame n’ont pour l’instant pas été inquiétés. Le rapatriement du corps coûtera quelques 5000 euros à sa femme et ses enfants restés au Nicaragua…

#1389 vu sur www.lematin.ch

Italie, Vintimille : sur décision préfectorale, le camp de transit pour migrants Roya, géré par la Croix Rouge italienne, a été démantelé,

Italie, Vintimille. Sur décision préfectorale, le camp de transit pour migrants Roya de Vintimille, géré par la Croix Rouge italienne, a été démantelé. La trentaine de migrants restants dans les lieux ont été transférés vers d’autres centres d’accueil de la région. Les autorités italiennes ont mis en avant la crise du coronavirus pour justifier cette fermeture. À Vintimille, il n’est pas rare de voir des migrants trouver refuge dans des bâtiments abandonnés, au bord du fleuve qui traverse la ville ou sur les plages, pour passer la nuit. Selon les associations, entre 100 et 200 personnes sont dans ce cas chaque jour.

#1374 vu sur www.infomigrants.net

France, Paris : un campement qui abritait depuis plus d’un mois plus de 70 jeunes mineurs étrangers dans le square Jules Ferry a été évacué, certains au gymnase Japy et d’autres en hôtel sociaux

France, Paris. Un campement qui abritait depuis plus d’un mois plus de 70 jeunes mineurs étrangers dans le square Jules Ferry a été évacué. Quarante-huit d’entre eux ont été conduits vers le gymnase Japy, dans le XIe arrondissement. Trente autres, considérés comme plus vulnérables en raison de pathologies médicales – dont sept jeunes filles – ont été logés en hôtels sociaux. La plupart d’entre eux sont en attente de recours parce que l’administration de plusieurs département les considère comme majeurs (le plus souvent suite à des tests osseux plus que douteux) et aucun hébergement n’est prévu en attendant que leurs recours soient audiencés. Les associations, comme MSF, qui demandent que ces jeunes soient considérés comme mineurs le temps de leur recours disent “accepter” qu’ils soient logés transitoirement au gymnase Japy. Un accord a, par ailleurs, été trouvé avec la mairie de Paris pour qu’un dispositif destiné à ces jeunes en recours soit créé : un site a récemment “été trouvé” et l’État est en discussion avec une association susceptible de le gérer. Ce serait une première en France.

#1362 vu sur www.infomigrants.net

France, Paris : la préfecture de police a évacué un campement de plus de 200 migrants installés à l’initiative d’une association humanitaire,

France, Paris. La préfecture de police a évacué un campement de plus de 200 migrants installé à l’initiative de l’association humanitaire d’aide aux migrants Utopia 56 devant la mairie pour réclamer un hébergement. L’association avait choisi de mettre en avant uniquement des familles avec enfants, espérant ainsi obtenir plus facilement un relogement. On retrouve parmi celles-ci de nombreux migrants qui dormaient auparavant dans les campements qui ont été expulsés cet été à Aubervilliers et Saint Denis, où résidaient aussi un grand nombre de célibataires. S’opposant à l’évacuation une fois celle-ci terminée; la mairie profite de l’occasion pour annoncer que les familles “seront accueillies au chaud à la mairie dans l’attente de solutions d’hébergement”, ce qui ne propose en aucun cas une solution pérenne aux migrants sans logements (ces familles là et tous les autres….)

#1495 vu sur www.huffingtonpost.fr

Royaume Uni : le gouvernement britannique appelle la France à durcir ses mesures pour empêcher la traversée de la Manche par les migrants

Royaume Uni. Le gouvernement britannique appelle la France à durcir ses mesures pour empêcher la traversée de la Manche par les migrants alors que de plus en plus d’embarcations illégales arrivent chaque jour sur les côtes anglaises (202 en une seule journée la semaine dernière). Le secrétaire d’État britannique à l’immigration suggère notamment des interceptions en mer et un retour direct des bateaux sur le sol français.

#1352 vu sur www.rfi.fr

Belgique : malgré la fermeture des frontières, 200 sans papiers sont maintenus en centres fermés jusqu’à 9 mois, grèves de la faim et actes de solidarités se multiplient

Belgique. 200 sans papiers sont maintenus en centres fermés (pour 600 places) et les règles Covid continuent à s’appliquer. Ils restent enfermés pour la plupart jusqu’à 9 mois, alors que les expulsions ne peuvent pas avoir lieu à cause de la fermeture des frontières et parce que les pays d’origines ne délivrent pas de laisser passer. Au centre fermé de Bruges, une grêve de la faim a commencé pour protester contre cet enfermement. Après 24 heures, sept grévistes ont été mis au cachot puis très rapidement transférés dans d’autres centres. Au centre fermé 127 bis, tous les détenus de l’aile R ont exigé d’être mis au cachot en solidarité avec l’un d’entre d’eux qui s’y était retrouvé pour s’être révolté.

#1341 vu sur gettingthevoiceout.org

Grèce, Lesbos : le centre Covid-19 mis en place par MSF dans le camp de la Moria est contraint de fermer parce que les autorités considèrent qu’il ne respecte pas les règles de l’urbanisme

Grèce, Lesbos. Le centre Covid-19 du camp de migrants de Lesbos mis en place par MSF pour soigner et isoler les personnes malades est contraint à fermer « après que les autorités locales ont infligé des amendes, avec de possibles poursuites criminelles, en raison du non respect des règles d’urbanisme ». Selon l’ONG, le système de santé public sur l’île grecque « serait incapable de gérer les ravages » causés par une vague épidémique à Moria, où se trouvent actuellement 16 000 migrants. Selon l’ONG, plus de 300 personnes peuvent être considérées comme très vulnérables en raison de leur âge et de leurs maladies chroniques.

#1358 vu sur www.nouvelobs.com

Etats unis, Chicago : l’ICE, agence américaine de l’immigration, a été inondée de milliers de fausses demandes de candidature pour son “académie citoyenne” de volontaires anti-immigrés

Etats unis, Chicago. L’ICE, agence américaine de l’immigration et de l’application des douanes (qui gère un parc énorme de prisons privées pour migrants) a été inondée de milliers de fausses demandes en réponse à son appel à candidatures pour son «académie des citoyens». Il s’agit de se porter volontaire pour faire partie d’une “Citizens Academy” de justiciers armés. Face à l’accusation de former des milices anti immigrés dans la population, ICE se défend en disant qu’il s’agit simplement “de dialoguer avec les civils et de «démystifier» les idées fausses sur l’ICE”. A Chicago, l’académie organisera “une formation basée sur des scénarios sur «les tactiques défensives, la familiarisation avec les armes à feu et les arrestations ciblées» afin que les résidents puissent voir comment les agents ICE font leur travail”. La formation qui doit commencer le 15 septembre et fait face à une forte mobilisation anti-raciste. L’appel aux fausses candidatures a été lancé par le groupe Never Again Action, un groupe d’action politique juif qui fait campagne pour abolir l’ICE et qui tire son nom du slogan «Never Again» invoqué en référence à la politique d’extermination menée par les nazis.

#1339 vu sur chicago.suntimes.com

Malte : deux tiers des 95 migrants qui ont dérivé 30 heures sans secours ont été testés positifs au coronavirus, ils ont tous été placés en quarantaine dans un hôtel

Malte. Deux tiers des 95 migrants récemment débarqués à Malte après avoir dérivés plus de 30 heures sur un canot sans secours ont été testés positifs au coronavirus. L’ensemble des 95 migrants ont été placés en quarantaine dans un hôtel.

#1359 vu sur www.infomigrants.net

Italie, Sicile : en moins d’une semaine, plus de 200 migrants se sont évadés des centres de rétention où ils étaient enfermés en quarantaine

Italie, Sicile. En moins d’une semaine, plus de 200 migrants se sont évadés des centres de rétention où ils étaient enfermés en quarantaine. Les autorités envisagent de recourir à des navires-prisons le long des côtes pour empêcher les évasions, comme c’est déjà le cas au port d’empédocle et à Malte. 125 d’entre eux ont été interpellés suite à plusieurs évasions de groupe. Le maire de la ville a demandé la fermeture du centre d’accueil de Pian del Lago, d’où un groupe de migrants s’est échappé en courant pieds nus dans les champs, qu’il juge “inadapté” pour accueillir des personnes en quarantaine. Des dizaines d’autres migrants, eux aussi placés en quarantaine, se sont glissés hors d’une tente surveillée par une unité de protection civile à Empedocle, sur la côte ouest de la Sicile. Plus de 500 personnes se trouvaient sous une cabane en tôle sans fenêtres, installée pour accueillir 100 migrants, et dans laquelle il fait plus de 50 degrés.

#1322 vu sur infomigrants.net

France, Ouistreham : des heurts ont éclaté dans la nuit alors que les gendarmes contrôlaient un groupe de migrants qui tentaient de rentrer dans un camion, deux gendarmes ont été blessés et un migrants aurait été blessé par un tir de LBD

France, Ouistreham. Des heurts ont éclaté dans la nuit alors que les gendarmes contrôlaient un groupe de migrants qui tentaient de rentrer dans un camion pour passer en Angleterre, deux militaires ont été blessés selon la gendarmerie nationale. Des associations affirment qu’un des migrant a été blessé par un tir de LBD, ce que la gendarmerie nie. Deux véhicules ont aussi été endommagés selon la gendarmerie nationale. Un des migrants a été interpellé et placé en centre de rétention administrative.

#1321 vu sur francebleu.fr

Lybie, Khums : deux migrants d’origine qui ont été interceptés par les autorités Lybiennes et ramenés au port d’embarquement ont été tués par les gardes-côtes à leur arrivée et trois autres ont été blessés.

Lybie, Khums. Deux migrants d’origine soudanaise qui tentaient de traverser la méditerranée et ont été interceptés par les autorités Lybiennes ont été tués à leur arrivée au point de débarquement de Khums, trois autres ont aussi été blessés dans la fusillade. Les autorités locales ont commencé à tirer lorsque les migrants ont tenté de s’échapper du point de débarquement. La police Lybienne intervient en bonne entente avec Frontex et avec le soutien de l’Union Européenne qui contribue au financement de la sécurisation des frontières externes de l’UE.

#1320 vu sur iom.int

France, Aubervilliers : à la demande de la mairie pour satisfaire des riverains mécontents, 2013 migrants ont été évacués par la force du campement installé au bord du canal, des gymnases ont été réquisitionnés en Seine Saint Denis

France, Aubervilliers. 2013 migrants ont été évacués par la force du campement installé à Aubervilliers au bord du canal. Cette opération de “mise à l’abri” (certains bénéficieront de quelque nuits d’hébergement temporaires…) a été demandé par la nouvelle maire de la ville : « Cela fait partie des dossiers dont j’ai hérité et j’ai très rapidement alerté le préfet sur cette situation car il fallait mettre fin à cette situation humaine dramatique, explique-t-elle. Avec l’épidémie de Covid qui reprend, les règles sanitaires n’étaient pas respectées. Et on ne peut pas se satisfaire de voir 2 000 personnes sous des tentes, avec ces épisodes de chaleur. » Ces dernières semaines, de nombreux riverains s’étaient plaints de la croissance exponentielle du campement, et des conditions d’hygiène sur place. En Seine-Saint-Denis, des gymnases ont été réquisitionnés pour quatre semaines sur les communes de Tremblay‑en‑France, Livry-Gargan, Neuilly-Plaisance et Gagny, pour établir un recensement des migrants et un examen rapide de leur situation. Le maire de Tremblay-en-France retrouve une rhétorique digne du PCF à propos des bidonvilles dans les années 60 : « Je constate que les gymnases sont réquisitionnés principalement dans les villes populaires du nord et de l’est de la région parisienne, c’est-à-dire les villes qui assurent déjà l’essentiel des efforts de solidarité envers les publics les plus fragiles. », rhétorique qui contribue au racisme ambiant en constituant l’accueil des migrants en “problème”. Des bus sont aussi partis en direction des autres départements de la région, dont Paris. Fin mars, un premier camp d’environ 500 personnes avait été évacuées par les forces de l’ordre avant de se reformer début mai.

#1345 vu sur actu.fr

Balkans : une organisation humanitaire documente et dénonce les expériences de 351 personnes qui ont subi divers actes de cruauté commis par des agents d’au moins dix autorités nationales européennes

Croatie, Serbie, et autres pays des Balkans. Une organisation humanitaire, Le Border Violence Monitoring Network (BVMN) dénonce des dizaines de cas de refoulements illégaux (20 pour le mois de juin) et a documenté les expériences de 351 personnes qui ont subi divers actes de cruauté commis par des agents d’au moins dix autorités nationales différentes lors de leur parcours migratoire vers l’Europe à travers les balkans. En Croatie, des policiers ont blessé des migrants lors de refoulement en leur infligeant des coupures au couteau dans les mains. Il s’agit apparemment de pratiques d’intimidation visant à dissuader d’autres migrants, sous les yeux desquels ces actes ont été commis, de franchir la frontière. Plusieurs migrants ont reçu des coups de crosse et ont vu ensuite leurs plaies badigeonnées de nourriture comme du ketchup. La ligne physique de la frontière n’est pas le seul endroit dangereux du parcours : au moins six personnes sont décédées en essayant de traverser les rivières Mrežnice et Korona. Leur nombre exact est difficile à déterminer, car les cadavres disparaissent souvent dans la rivière. En 2018, l’UE a accordé à la Croatie 6,8 millions d’euros pour la sécurité de ses frontières. Le système de contrôle qui était sensé se mettre en place pour garantir que les activités des autorités frontalières soient “proportionnées” et conformes aux droits fondamentaux et à la législation européenne en matière d’asile n’a jamais été mis en place. En Roumanie, des violences physiques et psychologiques sont également commises par les fonctionnaires des frontières. Des personnes ont été frappés avecdes câbles et des matraques. Les frontières sont sécurisées par la force afin d’éviter que des demandes d’asile ne soient faites dans le pays. Comme il est devenu presque impossible de demander l’asile en Hongrie, de plus en plus de personnes se rendent en Serbie, qui n’était jusqu’à présent pour beaucoup qu’un pays de transit. Actuellement, 6 000 personnes y vivent dans des camps. Il devient maintenant évident qu’il est extrêmement difficile d’y demander l’asile également : la procédure n’est pas claire, les délais sont courts, tous les documents doivent être remplis en serbe et seuls 3 % des migrants sont finalement enregistrés comme demandeurs. En outre, la “loi sur les étrangers” a été modifiée pour faciliter les expulsions et des accords de réadmission ont été conclus avec l’Irak, l’Afghanistan et le Pakistan. La Grèce et l’Italie sont partie prenante de ce fonctionnement répressif délirant. Le rapport peut être consulté dans son intégralité ici.

#1317 vu sur mars-infos.org

Allemagne, Manning : 480 employés d’une exploitation agricole, pour la plupart des saisonniers venus d’Europe de l’Est sont plaés en quarantaine sur l’exploitation où ils travaillent, suite à 174 tests positifs

Allemagne, Manning. 480 employés d’une exploitation agricole, pour la plupart des saisonniers venus de Hongrie, de Roumanie, de Bulgarie et d’Ukraine, sont placés en quarantaine après 174 cas positifs au coronavirus. Des campagnes de tests sont prévues dans d’autres exploitations de la région.

#1298 vu sur ouest-france.fr

Inde, Gurugram : une centaine d’habitants du bidonville de Shyam Chandra Jha sont installés à l’extérieur de la mairie qui a décidé de leur expulsions 5 jours plus tôt pour construire un parc

Inde, Gurugram. Depuis le 21 août, une centaine d’habitants du bidonville de Shyam Chandra Jha expulsé le 21 juillet pour construire un parc sont installés à l’extérieur de la mairie qui a décidé de ces expulsions, exigeant le relogement de tous ceux qui ont été expulsés. Depuis la crise sanitaire le nombre d’expulsion et de destruction de bidonvilles a fortement augmenté, en même temps que la pauvreté qui conduit de plus en plus de salariés à la journée qui ne trouvent plus de travail depuis la pandémie, à se retrouver à la rue. Une manifestante affirme : « pendant trois mois, le PM [Narendra] Modi nous a tous fait rester à la maison en invoquant les dangers du coronavirus. Maintenant quoi ? Nous n’avons plus de maison maintenant, qu’en est-il de la menace du coronavirus maintenant? Le MCG dit que nous devrions louer des maisons. Qui va nous donner de l’argent ou du travail maintenant?”.

#1485 vu sur thewire.in

Maldives, Malé : 80 migrants du secteur de la construction ont été arrêtés depuis une quinzaine de jours alors qu’ils manifestaient pour réclamer leurs salaires impayés et dénoncer des formes de “traites d’êtres humains”

Maldives, Malé. 80 migrants du secteur de la construction ont été arrêtés depuis une quinzaine de jours alors qu’ils manifestaient pour réclamer leurs salaires impayés et dénoncer des formes de “traites d’êtres humains”. Les impayés de salaires datent de plus de six mois d’avant la crise sanitaire et le confinement du pays, et plusieurs manifestations avec des affrontements contre mes forces de l’ordre ont eu lieu. La police a confirmé avoir arrêté 41 travailleurs migrants à Hulhumale, juste à l’extérieur de la capitale, le 13 juillet. Plusieurs autres arrestations avaient eu lieu ailleurs, portant le nombre total de personnes détenues à un peu plus de 80. Les Maldives, connues comme lieu de tourisme de luxe, ont fermé leurs frontières depuis mars jusqu’au 15 juillet pour contenir la propagation du coronavirus qui a infecté 3175 et tué 15 personnes. La majorité des infections touchent les travailleurs bangladais qui vivent souvent dans des conditions sordides sur l’île de la capitale.

#1288 vu sur straitstimes.com

Espagne, Huelva : suite à une série d’incendie touchant les logements de migrants saisonniers dans l’agriculture, l’ONU alerte sur leurs conditions de logements et de travail, ainsi que sur leur situation sanitaire

Espagne, Huelva. Suite à une série d’incendie touchant les logements des travailleurs saisonniers dans l’agriculture à Lepe et Lucena del Puerto qui laisse plus de 170 personnes à la rue, un expert indépendant des Nations Unies à Genève alerte sur le condition de vie et de travail des travailleurs saisonniers, particulièrement en période de pandémie et enjoint les gouvernements locaux espagnols à améliorer immédiatement « les conditions déplorables que les travailleurs migrants saisonniers endurent dans les bidonvilles autour des comtés de culture de fraises en Espagne avant que les gens ne meurent ». En juin dernier, le Rapporteur spécial avait déjà demandé aux autorités de veiller à ce que les travailleurs migrants se voient garantir des conditions décentes, notamment l’accès à des soins de santé adéquats, qui répondent aux normes internationales. Un mois plus tard, la situation ne cesse de se détériorer quotidiennement « de manière alarmante » et aggravée par la pandémie de Covid-19.

#1325 vu sur ledesk.ma

Etats Unis : le gouvernement Trump aura réduit l’immigration légale de 49% d’ici l’année prochaine

Etats Unis. D’après les objectifs qu’il se donne, d’ici l’année prochaine, le gouvernement Trump aura réduit l’immigration légale de 49% depuis qu’il est devenu président. Même s’il se retrouve obligé de reculer sur certaines mesures allant dans ce sens (comme pour les étudiants étrangers menacés de ne pas poursuivre leurs études et d’être expulsés dans les universités fonctionnant à distance à la rentrée prochaine), la logique d’ensemble se maintient et s’accélère. En plus de quelques changements législatifs, le gouvernement utilise surtout la marge de manoeuvre administrative laissée aux autorités policières pour augmenter les performances répressives, quitte à ce que des recours soient parfois engagées contre ces procédures expéditives. Les trois mesures à l’origine de cette baisse sont des interdictions d’entrée prises contre les pays principalement musulmans pendant la crise sanitaire, la proclamation présidentielle du 22 avril pour empêcher l’entrée de parents étrangers de citoyens américains, et toutes les autres mesures qui entravent le regroupement familial en particulier la “nouvelle règle de charge publique”. Le nombre de réfugiés obtenant la résidence permanente (une carte verte) devrait diminuer considérablement, avec un nombre d’admission qui est déterminé à l’avance chaque année. Pour 2020, l’administration Trump a établi un plafond annuel pour les réfugiés de 84% inférieur à celui de la dernière année de l’administration Obama. L’administration Trump a empêché les Centraméricains de demander l’asile à la frontière et a apporté de nombreux autres changements de nature à réduire le nombre de demandeurs d’asile approuvés chaque année.

#1271 vu sur www.forbes.com

Méditerranée, Espagne, Maroc : plus de 100 migrants ont été interceptés en mer en une seule nuit par la marine royale marocaine et renvoyés aux ports de Nador et Tanger, huit migrants sont morts au cours d’une de ces interventions menées par le Maroc ou l’Espagne

Méditerranée, Espagne, Maroc. Plus de 100 migrants ont été interceptés en mer Méditerranée en une seule nuit par la marine royale marocaine et renvoyés aux ports de Nador et Tanger, puis 107 deux jours plus tard. Huit personnes sont mortes la nuit suivante dans le détroit de Gibraltar alors qu’elles tentaient de rejoindre l’Espagne à bord d’embarcations de fortune. Une embarcation a chaviré pendant l’intervention de a marine marocaine, “deux migrants originaires du Sénégal sont morts à ce moment-là”, précise une militante. “De plus, six autres personnes ont perdu la vie la même nuit dans un autre canot secouru par les Espagnols”, ajoute-t-elle. Par ailleurs, les arrivées sur les îles Canaries continuent à une rythme important. Quatre-vingt onze personnes ont débarqué dans l’archipel pour la seule journée de mardi. Les flux migratoires, qui n’ont pas cessé pendant la pandémie, augmentent actuellement suite aux divers déconfinements.

#1256 vu sur infomigrants.net

France : le ministère de l’intérieur envoie un mail aux préfectures précisant les 28 pays vers lesquels il est envisageable d’expulser des personnes, dont les USA et le Brésil, les 2 pays les plus touchés par le COVID19

France. Le ministère de l’intérieur envoie un mail aux préfectures précisant les 28 pays vers lesquels il est envisageable d’expulser des personnes, dont les USA et le Brésil, les 2 pays les plus touchés par le COVID19. On y trouve aussi l’Egypte, la Turquie, l’Algérie et le Maroc, ainsi que la Tunisie même si cette dernière ne délivre pas de laissez-passer ce qui implique que les migrants doivent être “volontaires” pour se faire expulser. Dans une situation où malgré la réouverture des frontières le trafic aérien est encore compliqué par des restrictions diverses, les centres de rétentions continuent de se remplir et se retrouvent dans des situations sanitaires catastrophiques, sans compter la situation kafkaïenne des “dublinés” que l’Espagne et l’Italie continuent à refuser pour cause de pandémie.

#1272 vu sur canard enchainé

France, Calais : suite à plusieurs opérations de “mises à l’abri”, c’est à dire d’expulsion des campements, beaucoup de migrants n’ont plus accès à l’eau potable ou aux distributions de repas

France, Calais. Suite à plusieurs opérations de “mises à l’abri”, c’est à dire d’expulsion des campements, beaucoup de migrants n’ont plus accès à l’eau potable ou aux distributions de repas depuis le démantèlement du camp des Dunes le 10 juillet. Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, plusieurs associations alertent sur la dégradation des conditions de vie pour les migrants présents à Calais, en particulier en période de pandémie. Le nombre de migrants à la rue serait d’au moins 1200 soit le double de l’an dernier. Les autorités contestent ce constat et se vante d’avoir mis en place un service de bus pour conduire les migrants dans un lieu où ils peuvent se doucher. Ce service est proposé à raison de deux bus, cinq jours par semaine, afin d’acheminer les migrants par groupe de 14 maximum jusqu’aux douches situées à l’autre bout de la ville.

#1270 vu sur www.infomigrants.net

Suisse, Berne : dégradation de plusieurs véhicules de l’entreprise de sécurité privée Vüch qui patrouille pour empêcher les maisons expulsées d’être réoccupées et assure la sécurité dans certains camps pour demandeurs d’asile

Suisse, Berne. Plusieurs véhicules de l’entreprise de sécurité privée Vüch ont été dégradés (pneus crevés et peinture répandue à l’extérieur et à l’intérieur d’un des véhicules). Le communiqué à lire ici explique que cette entreprise patrouille autour des maisons anciennement occupées qu’elles ne soient pas squattées à nouveau et assure également la sécurité dans certains camps pour demandeurs d’asile.

#1300 vu sur barrikade.info

Méditerranée, Italie : l’équipage de l’Océan Viking dénonce le harcèlement administratif cynique qui le maintient au port et entrave sa mission de sauvetage

Méditerranée, Italie. Dans un communiqué, l’équipage du bateau d’SOS MEDITERRANEE l’Océan Viking dénonce le harcèlement administratif cynique qui le maintient au port et entrave sa mission de sauvetage. Aujourd’hui, par exemple, après une inspection de 11 heures menée par les garde-côtes italiens dans le port de Porto Empedocle en Sicile, l’Ocean Viking est détenu par les autorités italiennes, pour une période indéterminée. Le motif est énoncée ainsi : “le navire a transporté plus de personnes que le nombre autorisé par le certificat de sécurité pour navire de charge”. L’équipage conteste le fait de désigner comme “passagers” des personnes rescapées qui périraient en mer s’i elles ne montaient pas à son bord, et assure avoir toujours assuré la sécurité des personnes recueillies. Au cours des trois derniers mois, le même argument sur la sécurité a été systématiquement utilisé par les autorités italiennes pour arrêter quatre navires d’ONG menant des opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale. Une convention, la convention Solas, établit d’ailleurs que les naufragés qui se trouvent à bord, conformément à l’obligation du capitaine de porter assistance, ne doivent pas être comptabilisés dans la vérification de la conformité du navire. La situation est d’autant plus critique que très peu de navires sont aujourd’hui autorisés à partir en mer et des corps flottant au milieu de la mer sont actuellement repérés qui laissent présager plusieurs naufrages.

#1251 vu sur sosmediterranee.fr

France, Toulouse : évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie, avec de prétendues “propositions de relogement” sous conditions de suivi social

France, Toulouse. Suite à l’évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie installé sur les bords de la Garonne, avec destruction des cabanes et des affaires des habitants qui se retrouvent sans rien, la mairie publie le communiqué suivant : “le mercredi 22 juillet 2020 à 8h00, les services de l’Etat et de la Ville de Toulouse ont procédé, en application d’une décision de justice, à l’évacuation du campement précaire installé sur les berges de la Garonne, propriété de la commune, dans le quartier d’Empalot. Tous les occupants se sont vus proposer une solution d’hébergement.” Quelques informations glanées dans la presse nous permettent de confirmer les doutes plausibles à la lecture de la propagande municipale : quelques familles (ménages avec enfants) ainsi que certains couples sans enfants (soit 11 personnes – 8 adultes et 3 enfants) se voient proposer une hébergement conditionné par un suivi social appelé “accompagnement global” “afin de favoriser leur inclusion socio-professionnelle”. Il est précisé que ce dispositif prévoit notamment l’apprentissage de la langue française et “l’accès aux droits, aux soins, à la scolarisation des enfants, à la formation et à l’emploi”. Les autres (familles et célibataires) se sont vu proposer une “solution” qui consiste en un hébergement d’urgence de quelques jours en fonction des places disponibles en hôtels sociaux… La préfecture de la Haute-Garonne et la mairie rappellent quand même face à toute cette “générosité” institutionnelle, que ” la réglementation prévoit que les ressortissants européens, restant sur le territoire national au-delà de 3 mois, doivent disposer de ressources propres pour satisfaire leurs propres besoins”, ce qui ajoute à la destruction du lieu de vie des personnes en question la menace de l’expulsion…

#1249 vu sur actu.fr

Grèce : le confinement de tous les lieux d’accueil et d’enfermement de migrants est prolongé pour la sixième fois pour une période de quinze jours

Grèce. Le confinement des camps de migrants est prolongé pour la sixième fois pour une période de quinze jours, en même temps que le tourisme est encouragé, y compris de personnes venant de pays où la circulation du virus est bien plus forte qu’en Grèce. Ce confinement ciblé concerne cette fois toutes les structures accueillant ou enfermant des migrants, quelles qu’elles soient. Le confinement est d’autant plus insupportable que la chaleur monte et que l’accès à l’eau est le plus souvent très restreint dans ces camps. Plusieurs ONG protestent à propos de ces prolongations depuis début juillet, sans effet sur la politique gouvernementale.

#1278 vu sur plus.lesoir.be

Grèce : le gouvernement intensifie ses préparatifs en vue d’une éventuelle augmentation du nombre de migrants, prévoyant de nouveaux camps/lieu de quarantaine sur les îles

Grèce. Le gouvernement intensifie ses préparatifs en vue d’une éventuelle augmentation du nombre de migrants et de réfugiés atteignant les îles de la mer Égée depuis la Turquie. La police a arrêté six passeurs présumés de personnes ce week-end, utilisant des voiliers pour faire passer les migrants. Alors que les relations avec la Turquie se détériorent, la Grèce prévoit que l’assouplissement des mesures contre la pandémie en Turquie va augmenter considérablement le nombre de migrant passant d’un pays à l’autre par la mer Egée et renforce les contrôles avec l’aide de Frontex. Des camps supplémentaires à double vocation (enfermement et quarantaine) sont prévus sur les îles. «Nous devons être préparés et avoir mis en place des camps supplémentaires sur toutes les îles qui serviront également de zones de quarantaine étant donné le risque de Covid-19», a déclaré Manos Logothetis, secrétaire général du ministère des migrations chargé de l’accueil des demandeurs d’asile. Au cours du week-end, deux bateaux transportant 90 hommes, femmes et enfants ont atterri sur les rives de Lesbos.

#1240 vu sur www.theguardian.com

Allemagne, Pologne : une clôture électrifiée est en cours d’installation sur 62 km pour empêcher les sangliers infectés par la peste porcine de passer, elle poursuit les 248 km de clôtures déjà construites pour lutter contre l’immigration illégale

Allemagne, Pologne. La frontière entre l’Allemagne et la Pologne, au niveau des régions allemandes du Brandeburg, du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et de la Saxe, qui jusqu’en 2019 était non matérialisée (on pouvait passer à pied d’une forêt à une autre des deux pays), est en train d’être érigée pour empêcher les sangliers infectés par la peste porcine africaine (inoffensive pour les humains) de la transmettre aux porcs d’élevage (une des productions agro-alimentaire principales de l’Allemagne). Lundi 13 juillet, les autorités du Land du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale ont annoncé la construction d’une clôture, haute de 1,50 m et longue de 62 km, qui suivra le tracé de la frontière. Cet ensemble de clôtures a été annoncé durer au moins cinq ans. Cela complète les quelque 248 km de clôtures partiellement électrifiées, bâtis en début d’année par les autorités régionales du Brandeburg et de la Saxe entre autres pour lutter contre l’immigration illégale. Les contrôles aux frontières ont en effet été de plus en plus nombreux cette année, du côté de la Pologne comme du côté de la République Tchèque (les deux étant frontaliers avec la Saxe). Il y a 5 jours, 31 migrants ont été arrêtés par la police frontalière alors qu’ils étaient cachés dans un camion réfrigérant, chacun disposant de moins d’un mètre d’espace parmi les marchandises transportées.

#1236 Source Le Monde, Das Bild, Freie Presse

Turquie, Iran : 59 corps ont été retrouvés à ce jour dans le lac de Van à l’est de la Turquie, après le naufrage d’un bateau de migrants fin juin


Turquie, Iran. 59 corps ont été retrouvés à ce jour dans le lac de Van à l’est de la Turquie, après le naufrage d’un bateau de migrants fin juin. Il s’agit de migrants originaires du Pakistan, d’Afghanistan et d’Iran retrouvés plus de trois semaines après le naufrage de leur embarcation. Jusqu’à 100 personnes se sont noyées dans le lac de Van le 27 juin au cours d’un orage. Des villageois avaient également trouvé deux survivants qui ont contesté le chiffre de 60 à 70 personnes disparues, assurant que le bateau était massivement surpeuplé. La province de Van est le premier point de contact sur le territoire turc pour les personnes qui veulent fuir vers l’Europe après les guerres au Moyen-Orient et en Asie. La frontière et la région sont fortement militarisées. Avec l’aide de l’aide à la reconstruction de l’UE, deux bases militaires ont été construites de part et d’autre. En moyenne, entre 1 000 et 1 500 personnes originaires d’Afghanistan, d’Iran, d’Irak et d’Asie centrale arrivent à Van chaque jour. Le 26 décembre 2019, sept personnes ont été tuées lorsqu’un bateau transportant des réfugiés a coulé sur son chemin vers Bitlis. 64 personnes ont été secourues avec l’aide de villageois des environs.

#1244 vu sur anfenglishmobile.com

France, Aubervilliers : plus d’un millier de migrants campent sur les berges du canal Saint Denis, plusieurs cas suspect de Covid ont été détectés

France, Aubervilliers. Plus d’un millier de migrants campent sur les berges du canal Saint Denis. La semaine dernière, plusieurs cas suspect de Covid ont été détecté dans une situation particulièrement favorable à une contamination massive. L’association humanitaire pro-migrants Utopia 56 demande un dépistage de masse et des mesures sanitaires. La question devient vite de savoir comment un tel “cluster” éventuel serait traité et quelles mesures répressives seraient prises dans le cadre d’une mise en quarantaine. Le 5 juin dernier, l’Etat a été condamné à distribuer masques et gels hydroalcoolique. C’est la Croix Rouge, assistant gestionnaire de l’Etat pour les toutes formes d’enfermement administratif depuis des décennies, qui est supposé se charger des distributions, et sur place aucun masque n’est disponible et les migrants disent n’avoir eu aucune information à ce sujet. Depuis plusieurs jours, les associations sont obligées de distribuer « des petits-déjeuners en portion individuelle sous plastique », pour limiter les contacts entre les migrants

#1228 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Landes : des saisonniers, la plupart d’origine colombienne, travaillant sans contrats, saisissent l’Inspection du Travail et dénoncent les cadences, les conditions de logement et les violences verbales qu’ils subissent.

France, Landes. Des saisonniers, la plupart migrants (notamment depuis la Colombie) travaillant dans une exploitation de carottes des Landes (les Fermes Larrère à Liposthey) saisissent l’Inspection du Travail et dénoncent les cadences, les conditions de logement et les violences verbales qu’ils subissent. Pas de draps, pas de douche, de toutes petites chambres sales, des toilettes pleines de boue, des journées de travail de 12 heures en plein soleil, sans pause, avec des insultes. Ils sont employés sans contrat de travail, le seul contrat étant antidaté et envoyé a posteriori, une fois qu’ils sont de retour en Colombie. En pleine période de pandémie, les exploitations agricoles ressemblent véritablement à des camps de travail où les saisonniers peuvent être maintenus confinés, alors même qu’ils sont souvent logés dans des conditions précaires et que jusqu’à maintenant deux de ces lieux de travail et d’enfermement dans les Landes ont été identifiés comme des “clusters” (à Parentis-sur-Born et à Ychoux).

#1286 vu sur francebleu

Méditerranée : un corps non identifié a dérivé pendant près de 3 semaines, malgré les différentes alertes et demandes d’intervention sans aucune recherche sur ce qu’il est advenu des autres naufragés

Méditerranée. Un corps non identifié a dérivé en Méditerranée pendant près de 3 semaines malgré les demandes d’un groupe de secours en direction de la Libye, de l’Italie et de Malte. Le 29 juin, Seabird, un avion de surveillance exploité par le groupe de recherche et sauvetage Sea-Watch, montre le corps tourné vers le bas dans les eaux agitées de la Méditerranée, emmêlé dans un canot gris à demi coulé. Trois semaines plus tard, Sea-Watch a déclaré que le corps flottait encore, malgré les différentes alertes et demandes d’intervention. Les autres passagers de l’embarcation n’ont pas non plus été recherchés. Bien que chaque État ait la responsabilité de mener des opérations de recherche et de sauvetage dans une zone définie, la Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes stipule qu’il a l’obligation d’intervenir dans la zone d’un autre État s’il ne répond pas à une demande d’aide de cette zone. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), près de 400 personnes sont mortes en Méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe depuis les côtes africaines cette année. Une porte-parole de Sea-Watch a déclaré que cette situation met en évidence le manque croissant de collaboration des autorités dans la conduite des opérations de sauvetage. “Ils attendent des heures, laissant les gens à l’agonie avec la pensée qu’ils pourraient même mourir. Vendredi, les garde-côtes de Malte ont secouru 65 migrants qui étaient restés en mer pendant 30 heures malgré l’alerte d’AlarmPhone qui avait informé à plusieurs reprises les autorités maltaises et italiennes de la position du navire et de la panne du moteur. Au lieu de financer des opérations de sauvetage efficace, l’Union européenne aurait envoyé des centaines de millions de dollars en Libye, le principal point de départ pour les personnes essayant de rejoindre l’Europe depuis l’Afrique, finançant en particulier les manoeuvres de gardes côtes lybiens pour repousser les embarcations ainsi que la mise en place de centres de rétentions en Lybie. Jeudi, le Parlement italien a approuvé un financement supplémentaire pour les garde-côtes libyens. Cette décision intervient alors que la ministre italienne de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, était à Tripoli pour des entretiens de haut niveau visant à renforcer la collaboration entre les deux pays dans le contrôle des frontières.

#1230 vu sur www.aljazeera.com

France, Royaume Uni : la marine anglaise teste l’utilisation de filets pour piéger les migrants dans la Manche, pour stopper les embarcations de fortune venant de France

France, Royaume Uni. La marine anglaise teste l’utilisation de filets pour piéger les migrants dans la Manche alors que les traversées sont très nombreuses depuis la fin du confinement. Des navires militaires ont travaillé avec la UK Border Force en mai et juin pour mettre au point des techniques pour stopper les embarcations de fortune venant de France. Plus de 2 750 migrants auraient ainsi atteint le Royaume-Uni de cette année, dont 90 qui seraient arrivés à Douvres pour la seule journée du 15 juillet. L’angleterre met en cause l’efficacité répressive des autorités françaises.

#1222 vu sur www.fr24news.com

Italie, Rome : une émeute suivie d’une évasion massive trois jours plus tard a eu lieu dans le centre de rétention de Ponte Galeria

Italie, Rome. Une émeute et une évasion massive trois jours plus tard ont eu lieu dans le centre de rétention de Ponte Galeria. C’est un communiqués des syndicats des gardiens qui diffuse l’information et en profite pour demander à être mieux armés. 17 personnes ont déjà réussi à s’évader début juillet On ne sait pour l’instant rien de la manière dont la répression s’est abattue sur les migrants.

#1324 vu sur le facebook Hurriya

Europe : l’U.E finance un projet de développement de drones pilotés par intelligence artificielle pour patrouiller de manière autonome aux frontières de l’Europe

Europe. L’Union Européenne finance depuis le mois de mai un projet de développement de drones pilotés par l’intelligence artificielle et conçus pour patrouiller de manière autonome aux frontières de l’Europe. Les drones devraient opérer en essaims, coordonnant et corroborant les informations diffusées ensuite dans les flottes de quadricoptères, de petits avions à voilure fixe, de véhicules terrestres, de sous-marins et de bateaux, en vue d’interventions. Les développeurs du projet, connus sous le nom de Roborder, affirment que les robots seront en mesure d’identifier les humains et de décider sans intervention humaine s’ils représentent une menace. S’ils déterminent que vous avez commis un crime, ils en informeront la police des frontières. Les caméras de drones n’utiliseront pas la technologie de reconnaissance faciale dans le cadre de ce projet, a expliqué Ioannidis, directeur technique de Roborder, et ne pourront pas non plus déterminer les caractéristiques humaines, telles que la taille, le poids, l’âge, la couleur de la peau ou le sexe perçu. Pourtant, Ioannidis a admis que l’ajout de la reconnaissance faciale au système Roborder plus tard serait «technologiquement possible». De la même manière ces drones auraient pour mission d’informer les autorités et ne seraient donc pas armés, sans que cet état de fait ne donne aucune garantie sur l’avenir.

#1221 vu sur theintercept.com

Suisse, Fribourg : deux voitures de fonction ont été incendiées dans les locaux de Sécuritas, dont les agents assurent la sécurité dans plusieurs camps de migrants

Suisse, Friburg. Deux voitures de fonction ont été incendiées dans les locaux de Sécuritas. Un communiqué à lire ici donne une chronologie des violences racistes commises par des agents de cette entreprises qui assurent la sécurité dans plusieurs camps de migrants (ou centres de demandeurs d’asile). Il précise que cette entreprise a déjà été mise en cause lors de plusieurs actions, notamment un rassemblement à Genève et des banderoles à Lausanne. En Suisse allemande aussi plusieurs actions similaires se sont déroulées avec des actions contre Securitrans et contre les gestionnaires des camps l’ORS.

#1305 vu sur renverse.co

Suisse, Friburg : deux voitures de fonction ont été incendiées dans les locaux de Sécuritas qui assure la sécurité dans plusieurs camps de migrants

Suisse, Friburg. Deux voitures de fonction ont été incendiées dans les locaux de Sécuritas. Un communiqué à lire ici donne une chronologie des violences racistes commises par des agents de cette entreprise qui assurent la sécurité dans plusieurs camps de migrants (ou centres de demandeurs d’asile). Il précise que cette entreprise a déjà été mise en cause lors de plusieurs actions, notamment un rassemblement à Genève et des banderoles à Lausanne. En Suisse allemande aussi plusieurs actions similaires se sont déroulées avec des actions contre Securitrans et contre les gestionnaires des camps.

#1304 vu sur renverse.co

Etats Unis : le gouvernement Trump doit renoncer à priver de visa les étudiants étrangers dans les universités qui enseigneront à distance

Etats Unis. Le gouvernement Trump renonce à priver de visa les étudiants étrangers dont les cours resteront virtuels. La décision, qui avait été annoncée au début du mois de juillet, avait été attaquée en justice par l’université Harvard et le MIT ainsi que vingt Etats américains. Cette mesure faisaient risquer l’expulsion à un grand nombre d’étudiants étrangers en cours de scolarité. Elle s’inscrivait dans la suite de plusieurs mesures anti étrangers prises par le gouvernement américain, comme le gel jusqu’en 2021 de l’émission des cartes vertes – qui offrent un statut de résident permanent aux Etats-Unis – et de certains visas de travail, notamment ceux utilisés dans le secteur des nouvelles technologies, avec l’objectif affiché de réserver les postes aux Américains.

#1189 vu sur www.lemonde.fr

Méditerranée : la quarantaine imposée alors qu’aucun des membres de l’équipage n’a été testé positif au virus prend fin pour l’équipage du Mediterranea, les opérations de sauvetage empêchées vont reprendre

Méditerranée. La quarantaine ordonnée par les autorités sanitaires au port d’Augusta prend fin pour l’équipage du Mediterranea, après 50 jours en mer et 110 personnes récupérées. L’équipage témoigne : de nombreux cadavres ont été identifiés en mer par des avions humanitaires ou des bateaux de plaisance, et les garde-côtes libyens, en bonne entente avec l’agence Frontex de l’Union européenne,, capturent et repoussent ceux qui fuient la Libye. La mise en quarantaine qui a bloqué au port le navire pendant deux semaines, empêchant les intervention de sauvetage, a été imposée alors qu’aucun des membres de l’équipage n’a été testé positif au virus.

#1199 vu sur www.vita.it

Italie, Calabre : cédant aux pressions de la population locale, les autorités italiennes ont fait transférer 13 migrants malades du coronavirus depuis Amantea vers l’hôpital militaire à Rome

Italie, Calabre. Cédant aux pressions de la population locale, les autorités italiennes ont fait transférer 13 migrants malades du coronavirus depuis Amantea, en Calabre, vers l’hôpital militaire Celio à Rome. La gouverneure calabraise demande à ce que tous les migrants secourus en mer soit placés en quarantaine dans des bateaux au large des côtes italiennes. Les 13 migrants testés positifs faisaient, eux, partie d’un contingent de 70 Bangladais qui, après leur sauvetage, ont été répartis à travers la Calabre. A l’annonce des cas positifs au covid, des habitants d’Amantea ont alors commencé à protester contre l’arrivée de migrants, ils ont d’abord coupé une route nationale dimanche en formant une chaîne humaine puis se sont rassemblés pour manifester dans le centre de cette petite ville côtière de 14 000 habitants. Ils menacent de poursuivre les blocages et les manifestations si aucune mesure n’est prise pour éloigner les migrants malades. L’armée avait dû être appelée en renfort, mardi 14 juillet, pour maintenir le calme autour du bâtiment où se trouvaient les migrants.

#1323 vu infomigrants.net

France, Rennes : une trentaine de personnes ont occupé la basilique Saint-Sauveur en solidarité avec les sans papiers

France, Rennes. Une trentaine de personnes ont occupé la basilique Saint-Sauveur et au moins une quinzaine de sans-papiers s’apprêtent à dormir dans la basilique. Cette action a été organisée par plusieurs associations rennaises, et s’inscrit dans toute une série d’occupations, la première ayant eu lieu le 8 juillet avec l’occupation de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC).

#1185 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Calais : les services de l’Etat et de la police ont expulsé plus de 500 migrants d’une zone industrielle. Les associations humanitaires parlent de “chasse à l’homme”

France, Calais. Selon la préfecture, 516 migrants (plus de 1200 d’après une association locale) ont été expulsés d’une zone industrielle dans laquelle il avaient installé un campement, dans le cadre d’une opération de “mise à l’abri”, c’est-à-dire une opération de police menée par des CRS, des gendarmes et la police aux frontières pour détruire les habitations et contraindre les migrants à monter dans des bus pour les évacuer, soit en “centres d’accueil” ailleurs en France, soit directement en rétention administrative. La presse parle de 13 personnes (familles et mineurs) orientées vers des “centres d’hébergements” et de 20 personnes en centre de rétention. On ne connait pas la destination des autres (16 bus ont été déplacés pour l’occasion). Cette opération de répression policière s’est déroulée suite au fait que les propriétaires des terrains concernés ont saisi le Tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer qui a rendu deux ordonnances d’expulsion le 10 juin.. Les associations humanitaires proches ont toutes dénoncé l’opération, parlant de “chasse à l’homme”. Le matériel utile à la vie quotidienne présent (amassé jusque là par les habitants) sur place à été ramassé par une usine de nettoyage. C’est pratique, c’est propre et en plus ça donne moins envie de se réinstaller… Le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se rendra dimanche à Calais, sans doute pour vérifier que le “nettoyage” a été bien fait…

#1161 vu sur www.leparisien.fr

Méditerranée : l’Italie immobilise le navire Sea Watch 3, l’Ocean Viking est en quarantaine, aucun bateau de sauvetage ne circule alors que 250 migrants en perdition ont été signalés en mer

Méditerranée. L‘Italie immobilise le navire Sea Watch 3 en raison d’« irrégularités de nature technique et opérationnelle » non précisées. Les gardes-côtes ne précisent pas la nature de ces irrégularités et ajoutent avoir relevé « certaines violations » – également non spécifiées – « des règles de protection de l’environnement marin ». Le navire a donc été placé en « immobilisation administrative », qui ne sera levée que lorsque les irrégularités auront été corrigées. L’Océan Viking est en quatorzaine depuis le 7 juillet quand enfin, après 11 jours d’attente, il a pu débarquer les migrants rescapés qui étaient à bord qui ont été enfermés sur le Moby Zaza dans le port d’Empédocle en Sicile. Les bateaux de sauvetage sont donc tous les deux à nouveaux bloqués dans les ports, les avions observent les bateaux de migrants en détresse mais aucun sauvetage n’a lieu. La dernière observation concerne un bateau surchargé de migrants à 76 kilomètres d’Abu Kammash, en Libye. Moonbird, l’avion de l’ONG Sea Watch laissé seul pour patrouiller en Méditerranée a observé un bateau de fortune avec au 250 personnes visibles sur le pont, et sans doute d’autres à l’intérieur en perdition en mer. Le Talia, navire de commerce, est quant à lui toujours bloqué en mer. En février dernier, la barre des 20 000 migrants morts en Méditerranée depuis 2014 a été franchie, sans compter ceux de la période de pandémie.

#1153 vu sur www.leparisien.fr

Etats Unis : les étudiants étrangers inscrits dans des universités qui fonctionneront en ligne à la rentrée ne verront pas leur permis de séjour renouvelé et seront expulsables

Etats Unis. Le gouvernement annonce que les étudiants étrangers inscrits dans des universités qui fonctionneront en ligne à la rentrée ne verront pas leur permis de séjour renouvelé et seront expulsables. Plusieurs universités américaines dont Harvard ont déjà annoncé qu’elles fonctionneraient principalement en ligne. Les étudiants étrangers devront donc soit quitter le territoire, soit changer d’université. La mesure concerne les visas F1 (pour des études académiques) ou M1 (pour des formations professionnelles). Environ 1,2 million de personnes en étaient dotées en mars, dont une grande majorité d’Asiatiques (Chinois, Indiens, Sud-Coréens), selon les données officielles.

#1125 vu sur www.nbcnews.com

Méditerranée : l’Océan Viking débarque les 180 migrants sauvés en mers… qui seront enfermés en quarantaine sur le Moby Zaza

Méditerranée. Le navire humanitaire Ocean Viking a finalement reçu l’autorisation de débarquer les 180 migrants, qui attendaient depuis maintenant plus d’une semaine bloqués en mer. A leur arrivée en Sicile, ces 180 personnes seront transférées à bord d’un ferry du Port Empedocle, le Moby Zaza, pour y être placés en quarantaine pendant deux semaines. D’abord la mer comme zone d’attente, sur un bateau, bientôt le port, sur un autre bateau.

#1120 Source la-croix.com

Grèce : le gouvernement a annoncé une nouvelle prolongation des mesures de confinement dans les camps de migrants, ce qui cause tensions et révoltes


Grèce. Le gouvernement a annoncé le 4 juillet une nouvelle prolongation des mesures de confinement dans les camps de migrants du pays, alors que le reste de la population grecque est déconfinée depuis le 4 mai. Les camps sont désormais verrouillés jusqu’au 19 juillet et les migrants ne peuvent sortir de l’enceinte de leur camp qu’entre 7h et 21h, par petit groupe de moins de 10 et dans la limite de 150 personnes par heure. La Grèce ayant été peu touchée par l’épidémie (moins de 200 morts), plusieurs ONG y voient une excuse pour contrôler et les limiter les déplacements des migrants, d’autant plus que le déplacement des touristes, y compris ceux qui viennent de pays où l’épidémie sévit fortement, est autorisé voire encouragé. Cette prolongation du verrouillage a augmenté les tensions à l’intérieur des camps et un migrant d’origine africaine s’est fait poignarder dans le camp de la Moria sur l’île de Lesbos. Pour manifester leur mécontentement, un groupe de migrants enfermé à la Moria a commencé, lundi midi, à bloquer l’entrée des convois de ravitaillements alimentaires. Une autre manifestation a démarré mardi matin avant d’être dispersée par la police anti-émeute usant de gaz lacrymogène.

#1134 vu sur infomigrants.net

Méditerranée : un navire commercial, le Talia, a secouru 50 migrants au large de Malte, il est maintenant bloqué en pleine mer face au refus de Malte et de l’Italie de le voir débarquer

Méditerranée. Un navire commercial battant pavillon libanais, le Talia, a secouru 50 migrants en détresse au large de Malte. Seul navire situé à proximité de la zone, il a reçu le signal de détresse des migrants par Alarmphone et Seawatch, et a détourné sa route pour les secourir alors qu’une tempête approchait. Le bateau de marchandises est depuis bloqué en pleine mer, Malte refusant de laisser débarquer les rescapés tant qu’un accord de répartition n’est pas conclu au niveau européen. À bord, les conditions de vie des migrants sont catastrophiques, d’autant plus que les conditions météorologiques sont très mauvaises. Après le sauvetage, Malte a affirmé au capitaine qu’un navire arriverait rapidement sur les lieux pour prendre en charge ces migrants. Mais “ils ne sont jamais venus”, affirme le capitaine. Il s’est alors tourné vers l’Italie, mais les autorités italiennes lui ont également refusé l’entrée dans leurs eaux. Seul trois des migrants ont été finalement pris en charge par Malte à cause de leur état de santé catastrophique. Mais tous les naufragés souffrent d’insolation, de blessures, de déshydratation… Les conditions se dégradent. “Nous sommes 73 sur le bateau, or il n’est pas conçu pour accueillir autant de personnes en même temps”, alerte le capitaine. Les migrants dorment à même le sol, sans couvertures, dans l’espace réservé habituellement aux animaux. Si l’équipage distribue à l’heure actuelle nourriture et eau aux migrants, les vivres vont bientôt commencer à manquer et le navire commercial veut reprendre sa route vers l’Espagne. Si les migrants sont finalement débarqués, ce sera pour se retrouver enfermés dans un des bateaux transformé en zone d’attente dans le port d’Empédocle ou à Malte…

#1131 vu sur www.infomigrants.net

Méditerranée : au total, 180 migrants sont bloqués en mer depuis plus d’une semaine parce que l’Italie et Malte refusent toujours de leur ouvrir leurs ports

Méditerranée. Depuis une semaine qu’il circule à nouveau en Méditerranée entre Malte et la Lybie, l’Ocean Viking a secouru 81 personnes. Certaines sont à son bord depuis jeudi 25 juin et l’Italie et Malte refusent de les accueillir. ” Leur hantise est que nous les ramenions en Libye ” , explique un membre de l’équipage. ” Cette idée les terrifie “. Selon la réglementation maritime, c’est à ces deux pays, qui coordonnent le secours en mer dans les zones où les sauvetages ont eu lieu, de proposer un port d’accueil. ” Mais nous avons fait cinq demandes en six jours, et toutes sont restées lettre morte. ” Au total, 180 migrants sont bloqués depuis plus d’une semaine en Méditerranée parce que les gouvernements d’Italie et de Malte refusent d’ouvrir leurs ports. L’épisode qui s’appelle maintenant “la crise du sauvetage des migrants en Méditerranée” dans la presse a vu les différents Etats de l’UE se réunir pour essayer de gérer ces migrants, de les faire rentrer dans cette grande machine à exploiter et expulser, sans succès. La mer comme zone-d’attente et d’enfermement géante des sans-papiers donc.

#1106 vu sur www.ouest-france.fr

France, Seine-Saint-Denis : l’ASE refuse de prendre en charge un un mineur migrant qui se retrouve hospitalisé en psychiatrie à Ville Evrard après avoir réduit en esclavage en Lybie, MSF porte plainte contre l’administration

France, Seine Saint-Denis. Médecins sans frontières dépose une plainte contre la Seine-Saint-Denis pour mise en danger de la vie d’autrui, imputant à l’absence de prise charge adaptée les troubles psychiatriques déclarés par un migrant mineur atteint du VIH et positif au covid-19. Le jeune garçon, qui a fui la Côte d’Ivoire dans une situation de grave danger, et a été réduit en esclavage en Lybie au cours de son périple. MSF a déposé une plainte contre le département de Seine-Saint-Denis mercredi pour “délaissement d’une personne hors d’état de se protéger”, “mise en danger de la vie d’autrui” et “non-assistance à personne en danger”. C’est la première fois en France qu’une telle plainte est déposée contre l’administration dans ce genre de situation. L’hôpital Ville-Evrard où il a été hospitalisé pour des problèmes psychiatriques a effectivement adressé au département un signalement avec une demande de protection qui est restée sans suite. MSF et l’hôpital considèrent que les troubles dont il souffre sont indéniablement liés à son difficile parcours migratoire notamment en Libye, ainsi qu’à la précarité de sa situation actuelle. “Ce jeune homme est atteint d’une maladie chronique grave, il a été esclavagisé en Libye, il a un état dépressif caractérisé. Ce garçon est dans une situation de santé très préoccupante”, dénonce l’avocat de Médecins sans frontières. SI l’Aide sociale à l’enfance ne l’a pas pris en charge suite au signalement, c’est suite à un “test osseux” dont tout le monde connaît le caractère approximatif, et qui, comme la plupart du temps, a servi à décréter qu’il était peut-être en fait majeur, manoeuvre dilatoire qui permet aux autorités de ne rien faire en attendant que les adolescents soient effectivement majeurs pour ne pas avoir à les prendre en charge, voire de les expulser directement sur une suspicion de fraude sur leur âge. C’est d’ailleurs ainsi que se défossent les autorités : “Le Département de la Seine-Saint-Denis n’a pas procédé à une fin de prise en charge puisque ce jeune, au moment du signalement auprès de la CRIP de Seine-Saint-Denis, relevait tout simplement pas de son ressort.” Pendant ce temps, après son séjour en psychiatrie, il se retrouve à la rue sans aucune prise en charge, et il atteindra effectivement la majorité dans quelques mois, ce qui rendra possible son expulsion. “On joue la montre de façon délibérée et cynique. Ce n’est pas admissible”, dénonce l’avocat de MSF. Cette problématique concerne tous les départements de la région et bien d’autres situations similaires se produisent.

#1229 vu sur www.leparisien.fr

France, Seine Saint-Denis : bien qu’acceptés dans des cursus d’études supérieures, un collectif soutien plusieurs centaines de lycéens qui ne peuvent pas s’y inscrire, faute de papiers et risquent l’expulsion à leur majorité

France, Seine Saint-Denis. Bien qu’acceptés dans des cursus d’études supérieures, plusieurs centaines de lycéens ne peuvent pas s’y inscrire, faute de papiers et risquent l’expulsion à leur majorité. Un collectif de plus de 800 personnels de l’Education nationale de Seine-Saint-Denis demande toujours une procédure d’urgence pour leurs élèves étrangers sans papiers atteignant la majorité pour que leur situation soit régularisée avant septembre et qu’ils puissent poursuivre leur parcours scolaire.

#1165 vu sur www.liberation.fr

France, Calais : au CRA de Coquelles réouvert depuis mi-juin, un détenu à été déclaré positif au Covid19

France, Calais. Au Centre de Rétention Administratif de Coquelles, après sa réouverture récente à la mi-juin, les détenus ont été testés et un cas de covid19 est avéré, ce qui inquiète fortement les associations qui interviennent dans le centre. Dans des lieux d’enfermement comme Les Centres de Rétention Administratifs, si la contamination de l’endroit est théoriquement réduite à cause de la captivité et de l’isolement, une fois le virus à l’intérieur du bâtiment c’est l’insalubrité et le manque d’espace qui prennent le relais pour accélérer à sa diffusion.

#1112 vu sur www.nordlittoral.fr

France, Mayotte : entre 6 et 9 cas confirmés de Covid19 au centre de rétention qui a réouvert le 15 mai sans tests jusqu’au 25 juin, 200 personnes pourraient avoir été en contact

France, Mayotte. Entre 6 et 9 cas confirmés de Covid19 ont été déclarés au Centre de Rétention Administratif de Mayotte, assurément en contact avec nombre de détenus déclare un policier. Ce CRA à réouvert ses portes, ses expulsions et ses incarcérations le 15 mai sans tests jusqu’au 25 juin, laissant libre-cours à une diffusion rapide et inquiétante du virus. 200 personnes auraient circulé dans les lieux entre-temps. Les personnes positives arrivantes sur place sont transférées au centre d’hébergement de Tsararano en attendant… On ne sait pas quoi.

#1113 vu sur www.mayottehebdo.com

France, Rennes : pour entraver la remise en route de la machine à expulser, des manifestants ont bloqué la route menant au CRA de Saint-Jacques-de-la-Lande qui devait normalement ré-ouvrir ce lundi

France, Rennes. Afin d’empêcher la remise en route normale de la machine à expulser à Rennes, des manifestants ont bloqué la route menant au CRA de Saint-Jacques-de-la-Lande, qui devait normalement ré-ouvrir ce lundi. Sur place, la Cimade (qui cogère les centres de rétention) et des élus (qui cogèrent l’Etat) réclament un “véritable changement de cap de la politique menée à l’encontre des personnes étrangères”. (qu’ils cogèrent donc de concert…)

#1082 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Italie, Mondragone (Campanie) : 700 personnes sont enfermées dans une cité HLM depuis le 22 juin considérée comme une “zone rouge” car 50 cas de covid y ont été détectés, l’armée a été envoyée quand ils sont sortis pour manifester

Italie, Mondragone (Campanie). 700 personnes habitants d’une cité HLM, principalement des travailleurs immigrés saisonniers dans l’agriculture venus de Bulgarie qui n’ont pas actuellement d’emploi à cause de la crise sanitaire, sont enfermés depuis le 22 juin sur leur lieu d’habitation considéré comme une “zone rouge” car une cinquantaine de cas de covid y ont été détectés. Un cordon sanitaire a été établi autour des bâtiments. Des tensions ont éclaté avec des habitants de la ville, sur fond de racisme accentué par le contexte de la pandémie avec une assimilation entre immigration et risque de contagion. Quand les travailleurs bulgares sont sortis de la zone confinée pour manifester dans les rues de la ville et demander des vivres et des médicaments, le président de la région a décidé d’envoyer l’armée pour verrouiller la zone. La sécurité sanitaire a servi de prétexte pour intensifier par une gestion militaire la répression contre les travailleurs immigrés.

#1090 vu sur www.courrierinternational.com

France, Lesquin : plusieurs cas positifs au Covid-19 ont été avérés au centre de rétention alors que les expulsions reprennent à plein régime

France, Lesquin. Un test de dépistage du coronavirus a été réalisé sur plusieurs personnes, au centre de rétention administratif de Lesquin, qui a révélé que plusieurs étaient positifs au Covid-19, ce qui inquiète certains détenus quand aux conditions sanitaires exécrables auquel ils sont exposés au quotidien. Un détenu a dû s’occuper lui-même de s’occuper de désinfecter sa chambre, ce qui revient directement à le rendre responsable de son éventuelle contamination en cas de test positif futur.

#1083 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France. La France est condamnée par la cour européenne des droits de l’homme pour avoir placé des mineurs isolés en rétention

France. La France est condamnée par la cour européenne des droits de l’homme pour avoir placé des mineurs isolés en rétention. Elle avait été saisie en 2013 pour le placement en rétention et l’expulsion de deux enfants depuis Mayotte sans leurs parents. Les deux enfants de 5 et 3 ans étaient partis des Comores pour rejoindre leur père à Mayotte et avaient été interceptés parmi tout un groupe de migrants qui ont été mis en rétention puis expulsés, les enfants ayant été “rattachés arbitrairement” à un adulte du groupe pour que l’expulsion ait l’air légale. Le conseil d’Etat qui avait été saisi n’avait rien trouvé à redire à ce procédé, mais le père s’est tourné vers la CEDH qui vient, sept ans plus tard, de rendre son arrêt. Cette situation est d’ailleurs courante à Mayotte où il existe un droit dérogatoire qui prive les enfants de recours devant le juge administratif. « Soit il s’agit d’enfants interpellés quand ils arrivent sur le territoire, soit d’enfants qui sont là depuis longtemps déjà et sont rattachés à la procédure d’expulsion d’un adulte qui n’est ni leur père ni leur mère », détaille un avocat. L’Etat français se défend en arguant de la pression migratoire qu’il faut juguler par tous les moyens…

#1073 vu sur la-croix.com

Grèce, Lesbos : un rassemblement a eu lieu devant les bureaux fiscaux de Mytilène pour protester contre la restriction du droit au logement et au travail des migrants

Grèce, Lesbos. Un rassemblement a eu lieu devant les bureaux fiscaux de Mytilène à l’appel de l’Initiative antifasciste de Lesbos pour protester contre la restriction du droit au logement et au travail des migrants. Les autorités grecques ont sommé des milliers de réfugiés de quitter leur logement. Le délai pendant lequel un demandeur d’asile peut rester dans son lieu d’hebergement une fois qu’il a obtenu le statut est passé de 6 mois à 1 mois et depuis les 1er juin, ceux qui ont obtenu le statut avant le 1er mai 2020 ne sont don plus éligibles à un hébergement dans un centre d’accueil.
Grèce, Lesbos. Un rassemblement a eu lieu devant les bureaux fiscaux de Mytilène à l’appel de l’Initiative antifasciste de Lesbos pour protester contre la restriction du droit au logement et au travail des migrants. Les autorités grecques ont sommé des milliers de réfugiés de quitter leur logement. Le délai pendant lequel un demandeur d’asile peut rester dans son lieu d’hebergement une fois qu’il a obtenu le statut est passé de 6 mois à 1 mois et depuis les 1er juin, ceux qui ont obtenu le statut avant le 1er mai 2020 ne sont don plus éligibles à un hébergement dans un centre d’accueil.

#1059 vu sur infomigrants

Grèce, Lesbos : presque quotidiennement, des bateaux de fortune avec un grand nombre de migrants à leur bord sont repoussés par les gardes-côtes grecs, sans aucune considération pour la sécurité des personnes qui n’ont plus aucune possibilité de demander l’asile

Grèce, Lesbos. Presque quotidiennement, des bateaux de fortune avec un grand nombre de migrants à leur bord sont repoussés par les gardes-côtes grecs, sans aucune considération pour la sécurité des personnes qui n’ont plus aucune possibilité de demander l’asile. Le gouvernement a annoncé qu’il allait transformer tous les camps de réfugiés en structures fermées, ce qui commencent déjà avec la nouvelle prolongation de la quarantaine. Pour la Journée mondiale des réfugiés, des banderoles aux sigles de diverses organisations comme le HCR, EASOU et d’autres qui collaborent ouvertement avec le système d’asile européen ont été affichées. Le même jour un bateau a été perdu en mer et seulement trois corps ont été retrouvés.

#1049 vu sur enoughisenough14.org

Suède : 20 migrants sont en cours d’expulsion vers l’afghanistan, un vol groupé entre la Suède, l’Autriche et la Bulgarie vers Kaboul a déjà été organisé et financé par Frontex en mai

Suède. 20 migrants d’origine afghane doivent être expulsés aujourd’hui. La police suédoise résoud le problème posé par les expulsions en temps de pandémie en leur faisant signer un formulaire en anglais stipulant qu’ils sont volontaires. Le 28 mai, 25 migrants afghans ont été déjà renvoyés depuis Stockholm vers Kaboul sur un vol groupé entre la Suède, l’Autriche et la Bulgarie organisé et financé par l’agence Frontex. Ce vol a également fait escale en Autriche où 20 autres migrants sont montés dans l’avion, puis en Bulgarie, d’où deux migrants ont été expulsés. Ce type d’expulsion commune organisée entre plusieurs pays est courante depuis la signature des accords de Dublin. L’un des expulsés du 28 mai est marié à une Suédoise avec laquelle il attend un enfant. Les 25 migrants expulsés de Suède étaient pour la plupart de jeunes adultes dont la demande d’asile avait été rejetée, en raison de l’absence de documents d’identité afghans. Il semblerait que la Suède expulse souvent vers l’Afghanistan des personnes qui viennent d’Iran “parce que c’est leur appartenance ethnique”…

#1040 Source infomigrant.net et réseaux sociaux

Slovénie : la police slovène a annoncé avoir découvert 22 migrants originaires du Bangladesh, d’Inde, de Turquie et de Syrie, cachés dans des camion-citernes, “proches de la suffocation”, à la frontière croate

Slovénie. La police slovène a annoncé avoir découvert 22 migrants cachés dans des camion-citernes, “proches de la suffocation”, à la frontière croate. Un premier groupe de 13 migrants a été découvert lors d’un contrôle de police à la frontière. Le second groupe, composé de 9 personnes, a été trouvé peu après dans un autre camion appartenant à la même compagnie. Les migrants sont originaires du Bangladesh, d’Inde, de Turquie et de Syrie. Des milliers de migrants empruntent chaque année la route dite “des Balkans” malgré sa dangerosité. Un grand nombre d’entre eux font appel à des passeurs afin de traverser les frontières vers l’Europe occidentale dans des camions, plutôt que de tenter leur chance à pied. Craignant une recrudescence des passages clandestins à la suite de la réouverture des frontières intérieures de l’Europe, la Slovénie a annoncé, début juin, qu’elle envoyait 1 000 officiers de police en renfort à sa frontière avec la Croatie. Ces effectifs sont équipés de drones, de caméras thermiques et de détecteurs de mouvements.

#1045 Source infomigrants.net

Méditerranée, l’Ocean-Viking, navire humanitaire de SOS Méditerranée, est reparti en mer après trois mois d’arrêt en raison de la crise sanitaire, pour reprendre ses sauvetages entre l’Europe et la Libye.

Méditerranée. L’Ocean-Viking, navire humanitaire de SOS Méditerranée, est reparti en mer après trois mois d’arrêt en raison de la crise sanitaire, pour reprendre ses sauvetages entre l’Europe et la Libye. L’équipage peut s’attendre à trouver de nombreux naufragés puisque les départs, qui n’ont pas cessé pendant les derniers mois malgré la fermeture des ports. Les dernières données du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) confortent ce constat : entre début janvier et fin mai, les tentatives de traversée au départ de la Libye ont augmenté de 150 %, comparé à la même période l’an dernier, soit 8 311 personnes qui ont pris la mer sur des embarcations de fortune, contre 3 712. La réouverture des ports et frontières intra européennes pourraient augmenter encore le nombre de départs. Le Sea-Watch 3, de l’ONG allemande Sea-Watch, et la Mare-Jonio, de l’italienne Mediterranea Saving Humans, sont les deux premiers bateaux à être retournés dans cette zone, respectivement les 8 et 10 juin. Dimanche, Sea-Watch a annoncé le transbordement de 211 naufragés sur un ferry dans un port sicilien, où ils observeront une quarantaine. Le même jour, la Mare-Jonio a annoncé avoir débarqué, également en Sicile, 67 personnes secourues la veille. Les migrants sauvés de la noyade, ne sont pas libres pour autant puisqu’ils se retrouvent ensuite en quarantaines et enfermés dans des camps ou des centres de tris en attendant que les états statuent sur leur demande d’asile. Dans les prochains jours, un nouveau “pacte migratoire” qui va déterminer le sort de ces migrants doit être dévoilé à Bruxelles.

#1039 vu sur lemonde.fr

France, Toulouse : le CRA continue de se remplir mais les mesures restrictives comme la visioconférence et les visites restreintes perdurent

France, Toulouse. Le CRA de Toulouse continue de se remplir progressivement depuis la fin du confinement, les arrestations suite aux contrôles au faciès ont repris et les sortants de prison continuent d’être enfermés en rétention pour subir la double peine. On retrouve peu à peu la situation d’avant le Covid, les différents secteurs se remplissent, dont celui des femmes. Les mesures restrictives du confinement sont en revanche maintenues puisque les audiences continuent d’avoir lieu depuis le centre en visioconférence, ce qui empêche la présence du public et détériore le contact que peut avoir la personne avec son avocat. L’État cherche visiblement à pérenniser ce nouveau système et limiter ainsi les moyens de la défense tout en s’épargnant la gestion des transferts. Comme dans les prisons et les Ehpad, les visites sont toujours limitées et encadrées par des mesures sanitaires : la PAF a installé dans les parloirs un film plastique au milieu de la table et une seule personne peut entrer dans le parloir pour chaque visite.

#1035 vu sur toulouseanticra.noblogs.org

France, Grenoble : occupation du local de campagne de Eric Piolle en solidarité avec les jeunes majeurs étrangers, plusieurs manifestations de quelques centaines de personnes ont eu lieu dans différentes villes pour la “journée mondiale des réfugiés”

France, Grenoble. Plusieurs manifestations de quelques centaines de personnes ont eu lieu dans différentes villes pour la “journée mondiale des réfugiés”. A Grenoble, une centaine de soutiens aux jeunes majeurs étrangers ont investi le local de campagne d’Éric Piolle car la mairie refuse l’installation d’un campement sur le parvis du musée. la manifestation à l’issue de laquelle a eu lieu cette occupation a été autorisée par la préfecture mais interdite par la mairie.

#1028 vu sur francebleu.fr

Norvège, Oslo : une manifestation organisé par le groupe raciste “Stop l’islamisation de la Norvège” (Sian) a été contrée par plusieurs centaines de personnes, le leader a reçu tomates et oeufs pourris

Norvège, Oslo. Une manifestation organisé par le groupe raciste “Stop l’islamisation de la Norvège” (Sian) a été contrée par plusieurs centaines de personnes. La police est intervenue pour protéger les manifestants racistes des contre-manifestants. Le discours du leader du groupe, Lars Thorsen, a été recouvert de cris et de solgans pendant qu’il recevait des tomates, oeufs et fruits pourris au point que la police a protégé son départ.

#1038 vu sur aftenposten.no

Grèce : nouvelle prolongation jusqu’au 5 juillet de la fermeture totale des camps de migrants, annoncée quelques heures après la manifestation de plusieurs milliers de personnes dans le centre d’Athènes

Grèce. Le gouvernement annonce une nouvelle prolongation jusqu’au 5 juillet de la fermeture totale des camps de migrants, quelques heures après la manifestation de plusieurs milliers de personnes dans le centre d’Athènes pour marquer la Journée mondiale des réfugiés et dénoncer le traitement réservé par le gouvernement aux migrants. Bien qu’aucun décès de coronavirus connu n’ait été enregistré jusqu’à présent dans les camps et que seules quelques dizaines d’infections soient apparues, les mesures de quarantaine strictes prises dès la fin du mois de mars ont depuis été prolongées à plusieurs reprises. Les autorités grecques prévoient toujours de déplacer plus de 11 000 personnes pour faire de la place à d’autres demandeurs d’asile dans les camps des îles. Il restreint aussi les droits de ceux qui parviennent à avoir le statut de réfugié, faisant passer de 6 mois à 1 mois le temps durant lequel ils peuvent être hébergés. Beaucoup d’entre eux se retrouvent à la rue.

#1022 vu sur france24.com

Italie, Agrigente : un policier est accusé d’avoir violenté et humilié des migrants d’origine tunisienne dont un mineur dans un centre de détention pour migrants

Italie, Agrigente . Un policier est accusé d’avoir frappé des migrants d’origine tunisienne dans un centre de détention pour migrants clandestins où les détenus sont maintenus en quarantaine, et de les avoir obligés à se gifler entre eux, l’un d’entre eux étant mineur, jusqu’à ce qu’un des migrants s’écroule de douleur. Une video filmée par l’un des détenus fait scandale et aboutit à l’ouverture d’une enquête.

#1027 vu sur lecourrierdelatlas.com

Grèce : un bateau avec 67 migrants s’est signalé en détresse dans les eaux grecques, plusieurs navires grecs et un navire Allemand le “Berlin”, présents sur place, ne sont pas intervenus pour leur porter secours.

Grèce. Un bateau avec à bord 67 migrants s’est signalé en détresse dans les eaux grecques aux environs de Mytilene. Des navires grecs et un navire Allemand le “Berlin” qui étaient sur place ne sont pas intervenus pour leur porter secours. Le bateau a finalement été récupéré par les gardes-côtes turcs.

#0996 Source infomigrants.net

Grèce, Athènes : la police anti-émeute encercle la place Viktoria pour forcer 77 enfants et 44 adultes, qui résistaient depuis plusieurs jours à ces transferts, à monter dans des bus pour les emmener au camp d’Eleonas, une manifestation à été organisée

Grèce, Athènes. Pendant la nuit du 17 juin, des escouades de police anti-émeute ont encerclé Plateia Viktoria pour forcer 16 familles – environ 71 enfants et 44 adultes -, qui résistaient depuis plusieurs jours à ces transferts, à monter dans des bus pour les emmener au camp de réfugiés d’Eleonas. Ces migrants qui avaient passé des mois à Moria dans des conditions difficiles et dangereuses, étaient arrivés à Athènes quelques jours plus tôt et dormaient depuis sur le trottoir. Récemment, pour “désengorger les camps”, des centaines de personnes vivant à Moria ont soudainement reçu l’autorisation de partir – certaines ont finalement obtenu l’asile et d’autres ont tout simplement vu leur restriction géographique levée. La plupart d’entre eux fuient donc la Moria comme ils le peuvent, beaucoup dépensant l’intégralité de leur petite allocation alimentaire du HCR dans des billets de bateau pour Athènes. Rien n’est prévu à leur arrivée. La seule réponse de l’État aux demandes de logement est la possibilité de postuler pour le projet Helios, dirigé par l’OIM, dont des représentant se déplacent là où les migrants campement pour les pousser à s’y inscrire. Le programme «d’intégration» d’Helios est un projet restreint à destination de l’ensemble de la population grecque en difficulté de logement, qui propose à ceux qui sont sélectionnés une petite allocation de soutien locatif pendant six mois. L’alternative à cette fausse solution est l’embarquement dans des bus pour le centre de rétention. Lors de ses interventions, la police a passé des heures à menacer et à intimider, entourant les familles assises par terre avec des armes à feu. L’aberration est telle, que ceux qui y serons emmenés ne pourrons pas y rester longtemps car leur statut ne correspond pas à la rétention. De toutes manières ils refusent de retourner dans un camp. Des personnes solidaires sont restées avec les migrants pour les aider à éviter l’évacuation forcée. Lors de l’intervention du 17 juin, 110 personnes dormaient sur Plateia Viktoria. Une unité de police antiterroriste est entrée sur la place vers 3 heures du matin, suivie d’une escouade de police anti-émeute. Les personnes solidaires ont été arrêtées et emmenées au poste de police central de Gada. Dans les 15 minutes qui ont suivi, d’autres personnes sont arrivés, mais certains ont également été frappés et interpellés. Une manifestation a été organisée devant le camp Eleonas où les migrants ont été emmenés. Certains ont été remis à la rue rapidement, ou laissés à la porte du centre. Le 22 juin, ceux qui avaient été emmenés à Eleonas étaient toujours sans logement. Une trentaine de personnes ont été embarquées dans un bus et envoyées dans un camp à Serres, une région du nord de la Grèce, près de la frontière de la Bulgarie. Ils ont déclaré qu’ils ne voulaient toujours pas vivre dans un camp et ont refusé de descendre du bus. On leur a dit qu’ils devaient signer un formulaire en grec, sans traduction, indiquant en fin de compte qu’ils avaient «refusé l’hébergement». Ces personnes ont pu payer le chauffeur de leur propre argent pour les emmener à Thessalonique, où ceux qui pouvaient se le permettre ont pris le train pour Athènes. Au cours de la semaine dernière, un grand nombre de migrants se retrouvent ainsi contraints à voyager dans presque tout le pays sans jamais trouver d’endroits où s’installer. Le 19 juin, plusieurs autres familles sont arrivées à Plateia Viktoria. Une fois de plus, la police est venue et a poussé les gens dans des bus pour les emmener cette fois au centre de détention d’Amygdaleza, alors que la plupart d’entre elles avaient déjà obtenu l’asile, ce qui serait justifié par l’idée absurde de créer un camp pour les réfugiés à l’intérieur même du centre de rétention !… Le 23 juin, les arrivées et installations sur la place se sont poursuivies.

#1092 vu sur enoughisenough14.org

France : la mobilisation des livreurs sans papiers de Frichti (la moitié des employés) se poursuit, le statut d’auto entrepreneur exigé par l’entreprise entrave leur régularisation

France. Le mouvement de grève des livreurs de Frichti débutée le 4 juin se poursuit. Près de la moitié des livreurs autoentrepreneurs employés par Frichti sont sans papiers. Ils manifestent presque tous les jours devant les dépôts de la plateforme. Après la publication d’un article de presse sur le quotidien d’un des «livreur de bonheur» non payé depuis le confinement, la firme avait privé de travail tous les autres livreurs sans papiers. 219 livreurs sont inscrits sur la liste exigeant la régularisation. Le statut d’autoentrepreneur exigé par l’entreprise pour l’embauche rend la régularisation difficile car aucun dossier de ce type n’a été validé en France ou ailleurs. De nouvelles manifestations sont prévues. Les sans-papiers représentent quasiment la moitié des livreurs employés par l’entreprise.

#0974 vu sur libération.fr

Espagne, Mellila : des familles de migrants tunisiens bloqués dans cette enclave espagnole ont fait un sit-in devant l’ambassade d’Espagne en Tunisie pour exiger que leurs proches soient autorisés à pénétrer en Espagne.

Espagne, Mellila. Des familles de migrants tunisiens bloqués dans cette enclave espagnole en Afrique du Nord, ont fait un sit-in devant l’ambassade d’Espagne en Tunisie pour exiger que leurs proches soient autorisés à pénétrer en Espagne. Elles dénoncent le « traitement humiliant » qu’ils subissent dans le centre de Melilla où plus de 800 migrants d’origine tunisienne sont en détention, dont certains depuis plus d’un an, dans des conditions déplorables. Certains d’entre eux ont entamé une grève de faim, d’autres se sont automutilés en se cousant la bouche. Les proches dénoncent l’absence d’intervention de la Tunisie face à cette situation.

#0981 vu sur leconomistemaghrebin.com

Grèce : les attaques de gardes-côtes grecs masqués contre les embarcations de migrants pour les repousser vers les côtes turques sont avérées par des témoignages

Screenshots Animation von Report Mainz

Grèce. Plusieurs organes de presse internationaux enquêtent sur les agissement des gardes-côtes grecs. Le témoignage d’un jeune migrant d’origine palestinienne est publié dans la presse allemande. Il raconte comment, alors que son embarcation arrivait à proximité de la côte grecque de l’île de Samos, un grand bateau arborant un drapeau grec s’est approché, avec à son bord des hommes masqués qui ont heurté le bateau de fortune avec un crochet, ont détruit le moteur et ont embarqué de force les réfugiés sur un radeau pour les repousser vers la côte turque, les abandonnant à leur sort une fois en pleine mer.

#0976 vu sur De Spiegel (spiegel.de)

Grèce : trente-six migrants originaires d’Iran et d’Afghanistan à bord d’une embarcation en provenance de la Turquie ont été laissés sans secours pendant 14 heures

Grèce. Trente-six migrants dont dix femmes, dix enfants et seize hommes, tous originaires d’Iran et d’Afghanistan à bord d’une embarcation en provenance de la Turquie ont été laissés sans secours pendant 14 heures. Une personne a dû être hospitalisée, les autres ont été transférés dans une installation temporaire pour migrants et placés en quarantaine pour sept jours en vertu des mesures actuelles concernant la lutte contre le Covid-19. Il s’agit de la troisième embarcation arrivée à Lesbos depuis le début du mois de juin. Au total 108 migrants ont été secourus au large de l’île ces quinze derniers jours.

#0965 vu sur www.infomigrants.net

France, Le Mans : malgré l’interdiction de manifestation, 500 personnes manifestent devant la Préfecture contre la police et le racisme mais aussi pour la régularisation de tous les sans papiers

France, Le Mans. Malgré l’interdiction de manifestation décrétée par le préfet, 500 personnes manifestent devant la Préfecture contre les violences policières et le racisme mais aussi pour la régularisation de tous les sans papiers. Un second appel avait également circulé sur les réseaux sociaux, pour un rassemblement à la même heure et au même endroit en hommage à Georges Floyd et Adama Traoré et contre les violences policières et le racisme. Un appel est lancé pour la semaine prochaine, samedi 20 juin 2020.

#0949 vu sur ouest-france.fr

Etats Unis, Bakersfield : comme le craignait l’Etat, la mobilisation contre le racisme et la police entre en prison avec une grève de la faim dans la prison pour migrants de Mesa Verde en solidarité avec les émeutiers

Etats Unis, Bakersfield (Californie). Dans la prison pour migrant de Mesa Verde, une grande partie des détenus entament une grève de la faim dans les suites du mouvement contre la police et le racisme. Une grève de la faim a déjà eu lieu dans cette prison pour protester contre les conditions de détention pendant la pandémie de COVID-19. Les détenus se déclarent solidaires des émeutiers aux États-Unis et dans le monde. Ils ont diffusé la déclaration suivante : «Nous, les personnes détenues des dortoirs A, B et C du centre de détention de Mesa Verde ICE, protestons et faisons une grève de la faim en solidarité avec les personnes détenues au centre de détention d’Otay Mesa. Nous commençons notre protestation à la mémoire de nos camarades George Floyd, Breonna Taylor, Oscar Grant et Tony McDade. Presque nous tous avons également souffert du système de justice pénale corrompu et raciste de notre pays avant d’être remis entre les mains de l’ICE ». La possibilité d’une généralisation d’un mouvement de révolte dans les prisons fait partie des craintes du gouvernement fédéral qui a pris des mesures d’isolement sévères le 2 juin dès les premières manifestations.

#0989 Source ourprism.org

Grèce : le Conseil de l’Europe a exigé de la Grèce qu’elle prenne “des mesures urgentes et adopte des politiques sur le long terme” à propos de la “crise migratoire” dont l’Europe prévoit l’intensification

Grèce. Le Conseil de l’Europe a exigé de la Grèce qu’elle prenne “des mesures urgentes et adopte des politiques sur le long terme” à propos de la “crise migratoire” dont l’Europe prévoit l’intensification. Au total, plus de 31 000 clandestins vivent sur les cinq îles de la mer Egée, dont Lesbos, alors que la capacité d’accueil maximale est de 6 000 places. Depuis le 1er juin, une nouvelle législation grecque sur l’asile a réduit de six mois à un mois la période pendant laquelle les migrants ayant obtenu l’asile peuvent rester dans des logements sociaux prévus dans ce but. Plus de 11 200 migrants seraient menacés par cette législation. Face à la vague migratoire qui semble s’annoncer à cause de la crise mondiale à venir, les pays se préparent : ils commencent à se renvoyer les migrants les uns aux autres, rendant leurs législations migratoires plus strictes et s’accusant les uns les autres de ne plus être assez accueillant.

#0928 vu sur valeursactuelles.com

Afrique de l’Ouest : la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) enregistre 30 000 migrants ivoiriens bloqués dans la zone par la fermeture des frontières du fait du Covid-19

Afrique de l’Ouest. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) enregistre 30 000 migrants ivoiriens bloqués dans la zone par la fermeture des frontières du fait du COVID-19. Plus de 1 500 personnes qui essayaient de contourner les barrages mis en place ont été refoulés, des centaines d’engins à deux ou trois roues interceptés, des dizaines de personnes interpellées. Ces barrages, “couloirs de passages”, ont été installés sur la demande de l’OMS, afin de laisser un passage pour du ravitaillement alimentaire et sanitaire. Ces barrages, maintenant que les mesures sanitaires s’assouplissent, servent aussi à trier les migrants qui restent de ceux qui partent et à mieux gérer le drame humain migratoire prévisible suite à la réouverture en cours des frontières.

#0915 vu sur aip.ci

République Dominicaine, Port-au-Prince : environ 1 200 militaires dominicains ont été appelés en renfort sur la frontière entre la République Dominicaine et Haïti afin de bloquer l’arrivée de migrants dans le pays

République Dominicaine, Port-au-Prince. Environ 1 200 militaires dominicains ont été appelés en renfort sur la frontière entre la République Dominicaine et Haïti. Au total 10.000 soldats dominicains ont été mobilisés pour contrôler 391 kilomètres de lignes de frontières entre les deux pays. Ce renfort vise à empêcher une deuxième vague de la pandémie du nouveau coronavirus dans la partie Est de l’île où plus de 20.000 personnes ont déjà été contaminé et fait 544 décès, selon les données officielles. Mais ce dispositif sert surtout à renforcer les frontières pour empêcher toute une masse migratoire haïtienne de passer, rendant encore plus précaire la situation de ces migrants qui quittent des situations sociales et sanitaires terribles pour des voyages dangereux et incertains et risquent de se retrouver bloquer dans des zones d’attentes insalubres. Un grand nombre d’Etats commencent dès maintenant à se préparer en prévision d’une vague migratoire qui risque d’être désastreuse pour les migrants, et d’autant plus désastreuse à cause du repli-sur-soi à toutes les échelles qui se généralise aujourd’hui.

#0916 vu sur www.vantbefinfo.com

Grèce, Petrou Ralli : 16 des 26 femmes incarcérées dans la prison pour migrants de Petrou Ralli ont commencé une grève de la faim et pour certaines de la soif en protestation contre les mauvais traitements qu’elles subissent

Grèce, Petrou Ralli. 16 des 26 femmes incarcérées dans le centre de détention pour migrants de Petrou Ralli ont commencé une grève de la faim pour protester contre les conditions sanitaires et alimentaires qui leurs sont imposées, qui causent des maladies diverses chez les détenues. 9 d’entre elles la poursuivent sous forme de grève de la faim et de la soif jusqu’à leur libération. Ces derniers mois, 5 tentatives de suicide ont eu lieu dans cette prison, certaines par immolation. L’une d’entre elles a été expulsée le 10 juin en Georgie et se trouve en quarantaine pour 15 jours en Géorgie.

The detention center in Petrou Ralli. Migrants inside the detention facilities are completely exposed to the whims of police authorities. Athens, June 23, 2017.

#0931 Source athens.indmedia.org

France, Paris : les livreurs sans papiers de Frichti sont en grèves et manifestent depuis plusieurs jours pour demander leur régularisation et leur réintégration dans les effectifs

France, Paris. Les livreurs sans papiers de Frichti sont en grèves et manifestent depuis plusieurs jours pour demander leur régularisation et leur réintégration dans les effectifs. Le premier blocage du hub de la plateforme a eu lieu a eu lieu après l’annonce de la décision de Frichti d’interdire l’accès aux coursiers ne disposant pas d’un passeport de l’espace économique européen. Les livreurs sont contraints au statut d’auto entrepreneurs, ce qui complique leurs possibilités de régularisation. Ils sont actuellement plus de 200 à se réunir et à manifester.

#0905 vu sur www.liberation.fr

Italie, Malte : suite à la menace d’un kidnapping, le gouvernement finit par autoriser à débarquer plusieurs centaines de migrants enfermés dans des bateaux de tourisme.

Italie, Malte. 425 migrants ont été autorisés à débarquer à Malte dans la nuit de samedi à dimanche 7 juin, a annoncé le gouvernement dans un communiqué. Ce débarquement met fin à plus d’un mois d’incertitude pour ces personnes venues de Libye, qui étaient jusqu’alors maintenues par les autorités maltaises à la limite des eaux territoriales à bord de bateaux de tourisme. Jusque là, les autorités avaient refusé le débarquement pour limiter la propagation du virus sur leur territoire, exigeant que d’autre pays les prennent en charge, en les laissant dans une situation de précarité dangereuse. Selon le premier ministre Robert Abela, le gouvernement aurait été forcé de débarquer les migrants sous la menace d’un kidnapping de l’équipage d’un des bateaux de tourisme.

#0895 source infomigrant.net

Grèce : les mesures contre la propagation du Covid-19 ont été prolongées jusqu’au 21 juin pour les résidents des “centres d’accueil et d’identification”

Grèce. Les mesures contre la propagation du Covid-19 ont été prolongées pour les résidents des” centres d’accueil et d’identification” jusqu’au 21 juin. Le gouvernement avait imposé le 21 mars un confinement aux camps de migrants installés sur les îles de la mer Egée comme à ceux de la partie continentale du pays. Il avait ensuite décidé un confinement général le 23 mars qui a été maintenu jusqu’au 4 mai. Le confinement des camps avait déjà été prolongé à deux reprises, le 10 mai puis le 21 mai, jusqu’au 7 juin. Pour les sans-papiers, la double-peine imposée par le confinement continue dans des conditions sanitaires invivables, et ce jusqu’à ce que la machine à expulser reprenne tout son aplomb et son tri morbide de qui reste travailler et qui part se faire exploiter (ou couler) plus loin.

#0894 source ouest-france.fr

France, Ouistreham : un rassemblement en soutien aux sans-papiers retenus en CRA exige la fermeture de tout les centres de rétentions et la régularisation de tout les sans-papiers.

France, Ouistreham. Un rassemblement en soutien aux sans-papiers retenus en CRA a eu lieu, dénonçant aussi par la même leurs conditions de vies déplorables à tous points de vues, et notamment sanitaires. D’après la presse, 150 personnes se seraient retrouvées dans la rue ce jour-là, exigeant la fermeture de tout les centres de rétentions et la régularisation de tous les sans-papiers.

#0893 source actu.fr

Colombie, Bogota : 2000 migrants vénézueliens sont bloqués à 2 400 mètres d’altitude, dans des conditions sanitaires propices à la transmission du Covid-19

Colombie, Bogota. Quelques 2000 migrants vénézueliens sont bloqués à Bogota, à près de 2 400 mètres d’altitude, dans des conditions sanitaires propices à la transmission du Covid-19. Environ 69.000 Vénézuéliens sont rentrés depuis que la Colombie a fermé cette frontière dès le 14 mars, selon le bureau des migrations. Récemment, le gouvernement a restreint le passage des migrants d’environ 300 par jours à 100 tous les trois jours, décision administrative gestionnaire qui met en difficulté des milliers de personnes. La Colombie fait état d’un millier de morts du Covid-19, le Venezuela d’à peine vingt. Mais ce bilan est mis en cause par des experts et des ONG dans ce pays dont le système de santé est en faillite.

#0880 source www.challenges.fr

Grèce : des migrants naufragés racontent s’être fait saboter leur embarcation et refouler par la police grecque

Grèce. Des migrants naufragés racontent qu’une embarcation d’hommes masqués les ont attaqués, ont arraché et coulé leur moteur, et auraient tenté de remorquer la barque jusqu’aux eau turques, faisant remous et vagues pour éloigner le bateau hors du territoire grec. Dans les eau turques, la police turque aurait agit de la même manière. Selon les naufragés, ces hommes feraient partie de la marine grecque, et ce mode opératoire ne serait pas nouveau et serait surtout de plus en plus fréquent. La quarantaine de migrants à bord, originaires d’Afghanistan et de différents pays africains, a fini par être secourue quelques heures plus tard par des garde-côtes turcs.

#0881 source blogs.médiapart.fr

Malte : manifestation au centre d’accueil de Marsa, face au blocage total de la situation des 400 personnes qui y sont enfermées et des 400 autres enfermés sur des bateaux

Malte. Une manifestation s’est déroulée au centre d’accueil pour migrants de Marsa face au blocage total de la situation des 400 personnes qui y sont enfermées, auxquelles il faut ajouter les 400 personnes supplémentaires gardées en mer sur des bateaux de croisière réaffectés en prisons pour migrants. Malte vient de signer un accord avec la Lybie dans le but de renforcer “la lutte contre l’immigration illégale” en mer Méditerranée. Le texte prévoit la création de “centres de coordination” à Tripoli et La Valette qui seront opérationnels dès le mois de juillet.

#0862 source infomigrant.net et réseaux sociaux

Italie : les refoulements collectifs et individuels de migrants vers la Slovénie sont de plus en plus nombreux

Italie, Slovénie. Les refoulements collectifs et individuels de migrants vers la Slovénie sont de plus en plus nombreux, alors même que des tribunaux administratifs comme celui de Gênes, reconnaissent les risques encourus par les migrants qui sont ensuite la plupart du temps expulsés vers la Croatie. Les rapports d’expulsions informelles quotidiennes à la frontière italo-slovène sont pourtant de plus en plus courants.

#0846 source medium.com

Malte. 75 personnes qui se sont signalées comme étant en détresse sur un bateau de fortune n’ont reçu pour l’instant aucuns secours et ont passé une nuit seuls en mer.

Malte. 75 personnes qui se sont signalées comme étant en détresse sur un bateau de fortune n’ont reçu pour l’instant aucuns secours et ont passé une nuit seuls en mer. Ces migrants qui ont fui la Lybie, se trouvent dans la zone de recherche et de sauvetage maltaise et se dirigent vers la zone de recherche italienne sans avoir été secourus.

#0835 vu sur alarmphone

Grèce : suite à une loi votée en novembre mais dont l’application a été repoussée en période de pandémie, près de 11 000 migrants ayant obtenu le statut de réfugiés vont être expulsés des logements sociaux qui leur ont été attribués

Grèce. Près de 11000 migrants ayant obtenu le statut de réfugiés vont êtres expulsés des logements sociaux qui leur ont été attribués. Ces expulsions, qui étaient programmées initialement en avril, ont été repoussées à cause de la crise sanitaire. En effet, une nouvelle législation, votée en novembre, a réduit de six à un mois la période pendant laquelle les migrants ayant obtenu l’asile de rester dans ces appartements.

#0823 Source francetvinfo.fr

Grèce, Athènes : 500 personnes ont défilé dans le quartier d’Exarcheia contre la répression, en solidarité avec la lutte des réfugiés et avec tous les rebelles, dans les rues de Minneapolis et d’ailleurs !

Grèce, Athènes. 500 personnes ont défilé dans le quartier d’Exarcheia contre la répression, en solidarité avec la lutte des réfugiés et avec tous les rebelles, dans les rues de Minneapolis et d’ailleurs ! Des affrontements avec la police ont eu lieu.

#0804 vu sur les réseaux sociaux.

France : à Maubeuge et Paris ont lieu deux manifestations rassemblant des milliers de personnes pour la première fois depuis le début du confinement

France. Deux manifestations, qui sont considérées par la presse comme les premières majeures manifestations depuis le début du confinement se sont déroulés ce samedi. A Maubeuge, des milliers de personnes ont marché pour protester contre un plan social du constructeur Renault prévoyant la suppression de 15.000 emplois dont 4600 en France. A Paris, c’est une manifestation de solidarité avec les sans-papiers qui réunit une dizaine de millier de personnes. Les manifestants ont été nassés place de la République et ont subi un gazage conséquent jusqu’à ce qu’ils brisent les lignes de CRS pour s’extirper du dispositif. Les manifestants, dont un bon nombre de sans papiers, sont restés déterminés même après avoir passé les lignes et ont fait face aux policiers en attendant que tout le monde soit hors de danger.

 

#0813 vu sur francebleu.fr

France, Metz : des manifestants réunis devant le CRA de Metz se sont pris une amende punitive de 135 euros

France, Metz. Des manifestants, réunis devant le centre de rétention de Metz se sont pris une amende punitive de 135 euros. « Pas question de payer. On fera un recours » affirme un manifestant. Ces amendes pleuvent, en répression immédiate et quasiment systématiques des moindres tentatives d’établissement d’une solidarité en acte avec les sans-papiers ou les personnes arrêtées lors des manifestations.

#0808 vu sur republicain-lorrain.fr

Bosnie : la police bosniaque a annoncé que deux hommes avaient été poignardés à mort lors de ce qui semble être une bagarre entre migrants à Cazin près de la frontière avec la Croatie alors que 100 à 150 personnes tentent chaque jour de passer la frontière.


Bosnie. La police bosniaque a annoncé que deux hommes avaient été poignardés à mort lors de ce qui semble être une bagarre entre migrants à Cazin, un petit village du nord du pays, près de la frontière avec la Croatie. Ce drame survient alors que le nombre de migrants qui affluent sur la route migratoire dite des Balkans est en augmentation depuis que les mesures de confinement dues au coronavirus commencent à s’assouplir à travers l’Europe. Plusieurs milliers de migrants ont été bloqués le long de cette route réputée particulièrement dangereuse pendant des semaines à cause des différentes mesures de confinement et de la fermeture des frontières. Le flux semble reprendre peu à peu ces derniers jours et, en ce moment, entre 100 et 150 migrants arrivent quotidiennement dans cette région du nord-ouest, en provenance d’autres régions du pays, dans l’espoir d’entrer en Croatie et donc dans l’Union européenne. La police croate est régulièrement accusée de violences et de refoulements illégaux de migrants vers la Bosnie. Plus tôt cette semaine, la Cour européenne des droits de l’Homme a d’ailleurs demandé des comptes à la Croatie après trois plaintes déposées par des réfugiés syriens.

#0802 Source infomigrants.net

France, Paris : vingt-quatre heures seulement après l’installation d’un campement de migrants au bassin de la Villette sur le quai de Loire organisé par une association humanitaire dans le but d’attirer l’attention sur leur sort, 80 migrants ont été évacués et emmenés vers des places d’hébergement et les tentes ont été enlevées du bassin de la Villette.

France, Paris. Vingt-quatre heures seulement après l’installation d’un campement de migrants au bassin de la Villette sur le quai de Loire organisé par une association humanitaire dans le but d’attirer l’attention sur leur sort, 80 migrants ont été évacués et emmenés vers des places d’hébergement et les tentes ont été enlevées du bassin de la Villette. Ce campement était essentiellement composé de femmes isolées et de familles originaires d’Afrique subsaharienne, arrivées en France avant le confinement. “Depuis le début du confinement, quatre opérations de “mise à l’abri” (sic) ont permis à 1.100 personnes en situation de rue de bénéficier d’un hébergement d’urgence ainsi que d’un accompagnement social et sanitaire”, a indiqué l’administration dans un communiqué. “Il n’y a que les actions coup-de-poing et le rapport de force qui marchent”, déplore de son côté Florent Boyer, un responsable de l’association d’aide aux migrants Utopia56, qui a participé à l’installation du campement pour “rendre visible” ces personnes qui avaient été “oubliées” par les autorités. Les personnes prises en charge jeudi “sont passées sous les radars des maraudes, probablement parce qu’ils étaient dans des squats”, concède Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile, association qui a participé, aux côté de la préfecture, à l’opération. Il reste toutefois entre 200 et 400 exilés toujours dans la rue à la lisière de Paris et de la Seine-Saint-Denis, rappelle-t-il, “des chiffres qui recommencent à augmenter”.

#0803 Source lepoint.fr

Iran, Turquie. De plus en plus de migrants meurent sur les routes des hautes montagnes de la frontière entre la Turquie et l’Iran, les dangers du trajets étant accrus par la pandémie.

Iran, Turquie. De plus en plus de migrants meurent sur les routes des hautes montagnes de la frontière entre la Turquie et l’Iran, les dangers du trajets étant accrus par la pandémie. un membre de la Migration Research Association à Van prévient : “S’il était difficile pour ces personnes de trouver un logement et de la nourriture dans des conditions normales, la situation est maintenant bien pire. Ils manquent de soins de santé et, comme les réfugiés sont toujours considéré comme secondaire à ce stade, personne n’écoute sa voix. ” Les migrants sont gérés comme un “problème de sécurité sanitaire”. Les migrants ne sont généralement pas admis dans les hôpitaux et le gouvernement ne pense même pas qu’il soit nécessaire de divulguer le nombre de réfugiés décédés.

#0794 vu sur anfenglishmobile.com

Grèce, Athènes. Une manifestation nocturne est prévue à Athènes pour protester contre la politique répressive menée au niveau national et en solidarité avec les migrants, ainsi que contre les expulsions de squat et le “nettoyage” de la place Exarcheia

Grèce, Athènes. Une manifestation nocturne est prévue à Athènes pour protester contre la politique répressive menée au niveau national et en solidarité avec les migrants, ainsi que contre les expulsions de squat et le “nettoyage” de la place Exarcheia décidé par la mairie et l’Etat. L’appel à manifester est à lire en grec ici et en anglais ici.

#0793 vu sur https://enoughisenough14.org

Koweit : des hashtags anti travailleurs étrangers se propagent et font porter la responsabilité du covid-19 sur les migrants d’origine égyptienne présents dans le pays.

Koweit. Les travailleurs étrangers, égyptiens notamment, sont accusés de propager le Covid-19 dans le pays, par des koweïtiens de plus en nombreux. Ils trouvent ainsi un bouc-émissaire, afin de pouvoir se plaindre du confinement qui leur est imposé pour lutter contre le coronavirus en rejetant la faute sur des migrants d’origine égyptienne. Les Egyptiens, par ailleurs pour la plupart bloqués sur place par la fermeture des frontières, représentent la plus grande communauté étrangère de la cité-Etat avec les Indiens, et se retrouvent être la cible privilégiée de cette poussée de xénophobie, qui se marie très bien avec cette époque du repli-sur-soi. Les hashtags appelant à leur expulsion pullulent sur les réseaux sociaux. Fin mars, la députée Safa Alhashem a déclaré que le renvoi de travailleurs illégaux permettrait de « purifier le pays ».

#0783 vu sur lemonde.fr

France : le ministère précise que les travailleurs saisonniers étrangers qui seront prochainement recrutés par centaine de milliers resteront en quatorzaine enfermés sur leur lieu de travail pour éviter de contaminer le reste de la population !

France. Alors que des centaines de milliers de travailleurs saisonniers vont être recrutés pour venir travailler pour les agriculteurs français dans le contexte de la pandémie de coronavirus, le ministre de l’agriculture Didier Guillaume précise qu’à leur arrivée, “ils seront en quatorzaine sur l’exploitation agricole” et qu’ils “ne pourront vraisemblablement pas sortir”. Cette autorisation exceptionnelle de voyager dans l’espace Schengen malgré la fermeture des frontières est nécessaire parce qu’il “faut environ 100 000 travailleurs saisonniers par mois pour tenir toute la saison”. Le projet est donc clair : faire venir de la main d’oeuvre avec des contrats de travail précaires et un droit au séjour temporaire (quand il s’agit de travailleurs qui ne viennent pas de l’espace Shengen), et les enfermer administrativement pendant ce temps pour éviter tout contact avec le reste de la population !

#0771 Source francetvinfo.fr

Méditerranée, Tunisie : deux bateaux de migrants tentant de rejoindre l’Italie ont fait naufrage près de la côte tunisienne, l’un avec 70 personnes à bord, tous sains et saufs, mais 6 à 8 des 20 passagers de la deuxième embarcation ont disparu.

Méditerranée, Tunisie. Deux bateaux de migrants tentant de rejoindre l’Italie ont fait naufrage près de la côte tunisienne. Les deux bateaux ont chaviré, l’un avec 70 personnes à bord, qui ont pu être secourues (puis arrêtée), l’autre avec 20 personnes, dont 6 à 8 sont disparues, jusqu’à présent, un seul corps a été retrouvé.

#0769 Source alarmphone.org

Italie, Sicile : un important groupe de migrants débarque sur une plage de Sicile (la préfecture avance le chiffre de 400 personnes, puis 70), la plupart d’entre eux ont fini par être arrêtés.

Italie, Sicile. Un important groupe de migrants qui seraient d’origine tunisienne débarque sur une plage de Sicile. La préfecture avance le chiffre de 400 personnes, puis annonce finalement en dénombrer 70, en tous cas un nombre bien plus important que ce qui se passe habituellement. Les migrants arrivés sur la plage ont tenté de s’enfuir par petits groupes, le long des routes et à travers la campagne, demandant souvent de l’eau aux automobilistes et à monter dans les voitures. La plupart d’entre eux ont été arrêtés. Samedi, une vingtaine de personnes sont arrivées à bord d’un pneumatique, au milieu des baigneurs, sur une plage de Marsala, commune de l’est de la Sicile. En outre, six Tunisiens ont réussi à accoster avec une minuscule barque à Lampedusa samedi, tandis que 40 de leurs compatriotes étaient ensuite interceptés près du littoral de cette île et escortés jusqu’au port par les garde-côtes. Une barque a aussi réussi à accoster en Sardaigne.

#0768 Source leparisien.fr

Malte : le Bahari, troisième navire de la compagnie touristique Captain Morgan à servir de prison pour 300 migrants en période de pandémie.

Malte. Excepté 19 d’entre eux (principalement des enfants et leurs parents, ainsi que des femmes enceintes) qui ont été emmenés sur la terre ferme pour des raisons humanitaires, les 140 rescapés du naufrage qui a eu lieu le 21 mai ont été transférés le lendemain en dehors des eaux territoriales maltaises, sur un bateau de croisière, le Bahari, troisième navire de la compagnie touristique Captain Morgan à servir de prison pour les migrants en période de pandémie. Près de 300 migrants sont actuellement enfermés sur ces trois bateaux.

#0778 vu sur courrierinternational.com

Chypre : le ministère de l’intérieur a annoncé que 17 migrants soupçonnés d’activités terroristes allaient êtres expulsés

Chypre. Le ministère de l’intérieur à annoncé que 17 migrants allaient êtres expulsés, ils seraient soupçonnés d’activités terroristes. L’expulsion aura lieu lorsque le trafic aérien, interrompu depuis la fin du mois de mars par mesure sanitaire contre le Covid-19, aura repris. La machine à expulser, ralentie mais jamais complètement stoppée par le confinement, se prépare à reprendre un fonctionnement plus habituel dans toute l’Europe.

#0782 vu sur infomigrants.net

Inde, Gowainghat upazila : un ressortissant bangladais a été abattu par les forces de sécurité indiennes le long de la frontière de Jaflong

Inde, Gowainghat upazila (Sylhet). Un ressortissant bangladais a été abattu par les forces de sécurité indiennes le long de la frontière de Jaflong. “L’incident s’est produit dans la zone Zero Point de la frontière vers 11 h 20 lorsque l’homme est allé chercher des billes et des bambous dans la zone”, a déclaré le lieutenant-colonel des gardes-frontières du Bangladesh.

#0747 Source thedailystar.net

Allemagne, Hambourg : plusieurs centaines de personnes manifestent devant la mairie pour que la ville accepte d’accueillir un millier de migrants venant des camps grecs

Allemagne, Hambourg. Plusieurs centaines de personnes manifestent devant la mairie, malgré une interdiction préfectorale, pour que la ville accepte d’accueillir un millier migrants venant des camps grecs qui sont dans un état de surpopulation extrême. L’Allemagne, la Belgique et le Royaume Uni ont déjà accueilli quelques dizaines de migrants et le Portugal doit voir arriver 500 mineurs isolés.

#0754 Source infomigrants.net et alamyimages.fr

Etats Unis, Boca Raton (Floride) : des housses à cadavres ont été placées devant le siège de GEO, le 2ème plus gros gestionnaire de prisons privées aux Etats-Unis, pour protester contre les nombreux cas d’infections et décès de détenus dans les prisons pour migrants.

Etats Unis, Boca Raton (Floride). Des housses à cadavres ont été placées devant le siège de GEO, le 2ème plus gros gestionnaire de prisons privées aux Etats-Unis, pour protester contre les nombreux cas d’infections et décès de détenus dans les prisons pour migrants.

#0735 Source itsgoingdown.org

Grèce, Ioannina : une manifestation de 150 personnes a bloqué un rassemblement anti-immigration avec comme banderole “au pays des expatriés, les réfugiés sont les bienvenus.”

Grèce, Ioannina. Une manifestation de 150 personnes a bloqué un rassemblement anti-migration sur la place principale de la ville. Les manifestants ont occupé leur point de rencontre et ont déployé une banderole disant : “Au pays des expatriés, les réfugiés sont les bienvenus.”

#0752 Source réseaux sociaux

Royaume Uni, Douvres : de plus en plus de migrants, dont beaucoup de mineurs, tentent la traversée par la mer face à la difficulté accrue de monter dans les camions en période de pandémie

Royaume Uni, Douvres. Monter dans un camion est devenu plus difficile avec les restrictions de circulation, alors les mineurs non accompagnés sont de plus en plus nombreux à tenter de prendre la mer depuis la France pour rejoindre le Royaume-Uni. Tandis que le comté de Kent (où se trouve Douvres, principal port d’entrée depuis le continent) gérait 230 à 250 jeunes migrants il y a un an, ce chiffre aurait presque doublé et approcherait les 47O. Selon l’administration, “de nouvelles arrivées continuent tout le temps”. Les tentatives de traverser se sont multipliées depuis fin 2018, malgré le danger lié à la densité du trafic, aux forts courants et à la faible température de l’eau. En 2019, 2.758 migrants ont ainsi été secourus par les autorités françaises et britanniques, soit quatre fois plus qu’en 2018, selon la préfecture maritime, côté français. La pandémie a renforcé cette tendance, la diminution du trafic de poids lourds poussant les migrants à tenter la traversée dans de petites embarcations. Au moins un millier de migrants sont arrivés au Royaume-uni de cette manière depuis l’annonce du confinement, le 23 mars, avec au moins 145 arrivées la journée du 8 mai. Depuis le début de l’année, 230 tentatives de traversées ont été recensées par la police, dont 79 en avril. Le confinement et la fermeture des plages ont permis au migrants de tenter des traversées avec moins de risques de se faire dénoncer aux autorités locales par les riverains. L’an dernier, la police a procédé à 418 arrestations pour des infractions liées à l’immigration et 111 passeurs ont été condamnés à des peines de prison. Pour dissuader les candidats à la traversée de la Manche, le Royaume-Uni travaille avec la France pour renvoyer davantage de migrants qui tentent la traversée.

#0719 Source AFP

Birmanie : un reporter birman prend deux ans de prison ferme pour avoir écrit qu’un réfugié Karen rapatrié de Thaïlande suite aux mesures de confinement était décédé du Covid19

Birmanie, Myawaddy. Pour avoir écrit qu’une personne était décédée du Covid-19, un reporter birman passera deux ans derrière les barreaux. Quand la Thaïlande a instauré ses mesures de confinement, la région de Myawaddy qui a une frontière commune avec la Thaïlande, a vu arriver un grand nombre de réfugiés birmans d’origine Karens qui vivaient dans des camps en Thaïlande. Enquêtant sur ces retours potentiellement risqués en terme de contagion, Zaw Ye Htet, le journaliste aujourd’hui incarcéré, a indiqué qu’“une personne était morte du Covid dans la ville de Myawaddy le 3 avril”.

#0738 Source courrierinternational.com

Etats-Unis, Florence (Arizona) : des migrants détenus au Centre de détention de Florence ont débuté une grève de la faim pour protester contre leurs conditions d’enfermement.

Etats-Unis, Florence (Arizona). Des migrants détenus au Centre de détention de Florence ont débuté une grève de la faim pour protester contre leurs conditions d’enfermement. La réponse de l’administration pénitentiaire a été de mettre la climatisation au plus bas et de leur confisquer leurs manteaux.

#0784 vu sur le twitter @Puenteaz

Inde, région de Gujarat : des travailleurs migrants ont affronté les policiers lors de manifestations pour réclamer des aides d’urgence, le paiement de leur salaire, et la possibilité de rentrer dans leur pays d’origine

Inde, région de Gujarat. Une centaine de travailleurs migrants ont affronté les policiers lors de manifestations pour réclamer des aides d’urgence, le paiement de leur salaire, et la possibilité de rentrer dans leur pays. En tentant de les disperser, la police a tiré des grenades lacrymogènes pendant que les travailleurs répliquaient à coup de pierres. Depuis le début du confinement, la région de Gujarat à connu plus d’une douzaine d’affrontements entre les travailleurs migrants et la police.

#0709 thehindu.com

Etats Unis : depuis le début de l’épidémie, l’administration Trump a expulsé des centaines d’enfants et d’adolescents migrants seuls – dans certains cas, sans en informer leurs familles et sans qu’ils puissent faire de demande d’asile

Etats Unis. Depuis le début de l’épidémie, l’administration Trump a expulsé des centaines d’enfants et d’adolescents migrants seuls – dans certains cas, sans en informer leurs familles et sans qu’ils puissent faire de demande d’asile ou être vus par un travailleur social. Le nombre des expulsions a explosé ces dernières semaines à la frontière sud-ouest. L’administration est supposée fournir aux jeunes migrants qui se présentent à la frontière sans tuteurs adultes un abri, une éducation et des soins médicaux. Maintenant certains sont réveillés au milieu de la nuit pour être expulsés de l’autre côté de la frontière sans pouvoir prévenir personne. L’administration Trump justifie ces nouvelles pratiques en vertu d’une loi de 1944 qui accorde au président un large pouvoir d’empêcher les étrangers d’entrer dans le pays afin de prévenir la “menace grave” d’une maladie dangereuse. Certains des jeunes ont été renvoyés au Mexique, où des milliers de migrants vivent dans des camps de tentes dans des conditions terribles.

#0713 Source nytimes.com

Grèce, Athènes : 27 migrants, expulsés du 58 rue Themistocleous, qui s’étaient installés sur la place d’Exarcheia ont été soudainement emmenés par la police au camp Eleonas à proximité d’Athènes.

Grèce, Athènes. 27 migrants, expulsés du 58 rue Themistocleous, qui s’étaient installés sur la place d’Exarcheia et avaient été temporairement hébergés par des personnes solidaires, ont été soudainement emmenés par la police au camp Eleonas à proximité d’Athènes. Ils avaient refusé de s’installer dans les deux conteneurs prévus par le gouvernement.

#0725 Source Radio Fragmata

Grèce, Lesbos : avec 1400 refus dans la matinée, le fonctionnement du Bureau Régional d’Asile a repris à plein régime.

Grèce, Lesbos. Le fonctionnement du Bureau Régional d’Asile a repris à plein régime avec 1400 refus de décisions d’asile en une matinée, après deux mois de “suspension” en raison de la pandémie. Pendant la “suspension”, le Bureau régional de l’asile de Lesbos a rendu des décisions de rejet à 1 789 demandeurs d’asile. La police a infligé des amendes de 150 euros aux personnes qui se sont rendues dans la ville de Mytilène à la recherche d’une assistance juridique gratuite qui n’est pas fournie dans le camp. Le ministère de l’Immigration et de l’Asile annonce qu’il a l’intention de renvoyer immédiatement 11 000 demandeurs d’asile en Turquie.

#0698 Source réseaux sociaux

Serbie, Sid : l’armée a été déployée à proximité des trois camps de migrants de la ville alors qu’aucun incident n’a été signalé, il s’agirait de “sécuriser les camps” de manière spectaculaire dans le cadre de la campagne électorale en cours

Serbie, Sid. Des militaires sont déployés en grand nombre dans la ville de Sid qui abrite trois camps de migrants. Les associations humanitaires qui interviennent habituellement dans ces camps ne comprennent pas la raison de ce déploiement qui n’est lié à aucun incident particulier. Les autorités serbes disent vouloir “sécuriser” les trois camps. “Nous ne nous attendons pas à de gros problèmes, mais nous voulons aider nos citoyens à se sentir mieux, plus calmes, plus sûrs et surtout à ne pas permettre aux migrants qui pourraient être hors des camps de causer des problèmes”, a-t-il déclaré. La “question des migrants” est devenue un enjeu de la campagne électorale en cours, avec une stigmatisation des migrants qui seraient porteurs du virus, et certains partis d’opposition appellent le gouvernement à cesser d’autoriser toute entrée sur le territoire. Pendant l’état d’urgence imposé en raison de la pandémie de COVID-19, tous les camps en Serbie ont été placés sous la garde de l’armée pour s’assurer que personne n’y entrait ou n’en sortait. Des unités de l’armée et de la police spéciale sont intervenues à l’intérieur des camps quand les règles de la quarantaine n’étaient pas strictement respectées.

#0694 Source balkaninsight.com

Grèce : un rapport sur la répression et la résistance pendant la pandémie est à disponible en ligne

Grèce. Un rapport détaillé “sur les efforts en cours du gouvernement grec, avec les patrons, la police et les fascistes, pour profiter de la pandémie pour intensifier la répression – et les efforts des anarchistes, des migrants, des prisonniers, des travailleurs rebelles et autres pour riposter et ouvrir des espaces de liberté” établi en coordination avec le collectif de médias anarchistes RadioFragmata, est disponible en anglais ici.

#0666 Source crimethinc.com

France, Paris : la police tente d’empêcher une assemblée contre les CRA et verbalise ceux qu’elle identifie comme y ayant participé

France, Paris. Dans le 20ème arrondissement, à la Place de la Réunion, un appel circule pour une assemblée publique contre les centres de rétentions. A 14h, heure du rendez-vous, la place du marché est cernée par les flics. La discussion a donc lieu malgré tout dans une cour d’immeuble à proximité, jusqu’ç ce qu’elle soit interrompu par l’arrivée des flics. Les personnes présentes à l’AG parviennent à repartir sans problème. Une partie d’entre eux se dirige à nouveau vers la Place de la Réunion. Là, une dizaines de flics à vélo, un fourgon et une voiturent banalisée arrivent et parviennent à contrôler une dizaine de personnes qui se prennent tous des amendes. Certaines personnes ont même été verbalisées trois heures plus tard, à 20min de la place, parce que les flics les auraient reconnus comme ayant participé à l’assemblée. Un rendez-vous est proposé le lendemain pour discuter de la manière collective de réagir à ces amendes.

#0706 Source abaslescra.noblogs.org

Toulouse : le CRA de Cornebarrieu a repris à plein régime malgré la fermeture des frontières, des expulsions sont prévues pour le 3 juin

France, Toulouse. Alors que les frontières sont officiellement fermées, le CRA de Toulouse Cornebarrieu continue de se remplir au fil des arrestations et des sorties de prisons de personnes qui n’ont pas de papiers. Des retenus ont été transférés de Paris, Marseille et Perpignan. Deux ressortissants roumains risquent d’être expulsés. Des départs seraient prévus le 3 juin.

#0690 Source toulouseanticra.noblogs.org

Italie, Lampedusa : un énorme Ferry a été transformé en prison pour mettre les migrants en quarantaine, il doit les emmener dans le port d’Empédocle à proximité d’Agrigente en Sicile.

Italie, Lampedusa : un énorme Ferry de la compagnie Moby Lines, le “Moby Zaza”, transformé en prison pour migrants mis en quarantaine, vient d’aborder à Lampedusa. 68 migrants, dont 26 femmes et 2 enfants, qui ont débarqué hier à Cala Madonna, doivent y être embarqués avant qu’il s’installe dans le port d’Empedocle à proximité d’Agrigente. En même temps, un bateau en détresse à proximité de Malte avec à son bord une centaine de personnes aurait été secouru par un bateau de pêche. Les rescapés embarqueront sans doute aussi sur le ferry. Comme tous les pays d’Europe en ce moment, le gouvernement italien cherche à la fois à éloigner et à enfermer les migrants, et la répression à leur encontre empire avec les mesures liées à la gestion de la pandémie.

#0670 Source rainews.it

France, Calais : dix-sept migrants, dont cinq enfants et un bébé qui tentaient de rejoindre l’Angleterre ont été récupérés en mer, ils vont devoir subir la mise en quarantaine administrative de quinze jours

France, Calais. La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord annonce avoir récupéré au large de Calais dix-sept migrants, dont cinq enfants et un bébé, qui tentaient de rejoindre l’Angleterre. Etant donné les nouvelles dispositions liées à la gestion de l’épidémie, ils devraient subir la mise en quarantaine administrative de quinze jours avant que la question de leur séjour irrégulier soit traitée.

#0667 Source ouest-france.fr

Malte : suite à la fermeture des ports en méditerranée, les bateaux de migrants qui ont été laissés à la dérive étaient surveillés par Malte et Frontex depuis des avions, plusieurs personnes ont été ainsi laissées pour mortes ou en détresse, affamées, en passe de se noyer…

Malte. Peu de temps après que l’Italie et Malte ont déclaré leurs ports «dangereux» et se sont efforcés de les fermer pour les débarquements de migrants, des bateaux de migrants ont été laissés à la dérive tout en étant surveillés par les autorités européennes depuis les airs. Plusieurs personnes en détresse ont été laissées pour mortes, affamées ou noyées tout en étant étroitement surveillées par Malte et Frontex. Quatre bateaux se sont signalés à Alarm Phone autour de Pâques, du 10 au 13 avril 2020. Un bateau avec 47 personnes à bord a été laissé à la dérive dans la zone maltaise pendant plusieurs jours, ils ont fini par être secourus le 13 avril. Un deuxième bateau avec 77 personnes à bord est arrivé de façon autonome à Portopalo di Capopassero, en Sicile le même jour. Un troisième bateau avec 63 personnes à bord a été illégalement repoussé en Libye les 14 et 15 avril. Au moins 12 personnes sont décédées en raison de l’absence d’assistance de Malte. Un quatrième bateau avec 101 personnes à bord a atteint Pozzallo, en Sicile, le 12 avril.

Carte établie par Alarmphone à partir des signalements des migrants en détresse qui informent de leur position, de leur situation et du nombre de personnes sur le bateau

#0770 Source alarmphone.org

Allemagne, Bornheim : des travailleurs saisonniers venus de Roumanie se sont mis en grève et ont déserté les champs

Allemagne, Bornheim. Les travailleurs saisonniers de la ferme de fraises et d’asperges Ritter se sont mis en grève et ont déserté les champs. Ils se sont rassemblés dans la cour adjacente de la ferme Spargel Ritter pour protester contre la perte de salaire liée à la gestion de la pandémie. mais aussi contre leurs conditions de logement et de travail. Le groupe de gréviste rassemble une partie des 240 travailleurs saisonniers d’origine roumaine actuellement employés par l’entreprise pour les récoltes. Certains grévistes affirment avoir reçu 100 à 200 euros pour tout salaire pour un mois de travail. La nourriture que l’entreprise est supposée prendre en charge est constituée de pain moisi et de salami déjà périmé. Un autre gréviste rapporte qu’il a été payé 500 euros pour 500 heures de travail. En pleine pandémie, l’Allemagne, comme d’autres pays d’Europe du Nord, a fait venir par charter 80 000 travailleurs roumains pour travailler dans le secteur agricole.

#0657 vu sur general-anzeiger-bonn.de/

Hong Kong : plusieurs résidents de Hong Kong de retour d’Afrique du Sud cette semaine ont témoigné des conditions difficiles dans des camps de quarantaine où ils ont été enfermés à leur arrivée.

Hong Kong. Plusieurs résidents de Hong Kong de retour d’Afrique du Sud cette semaine ont témoigné des conditions difficiles dans des camps de quarantaine où ils ont été enfermés à leur arrivée. Ils sont facturés 200 HK $ par personne et par jour dans un complexe d’appartements sans eau chaude ni réfrigérateur, la nourriture qui leur est fournie est immangeable. Hong Kong exige que les résidents revenant d’Afrique du Sud, d’Inde et de trois autres pays restent dans ces camps pendant 14 jours parce que le gouvernement considère que les tests ne sont pas assez fiables dans ces pays. Les résidents en provenance de pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni, qui ont beaucoup plus de décès et de cas confirmés, sont autorisés à s’isoler chez eux.

#0684 Source bloomberg.com

Grèce, Patras : un rassemblement en solidarité avec les migrants parvient à empêcher la tenue d’un rassemblement anti-immigrés suite à un appel non signé, associant au “problème des migrants” les antennes 5G et la gestion des masques.

Grèce, Patras. Un rassemblement en solidarité avec les migrants a lieu à 16h place Georgiou. Dans le même temps, à 17 heures, un rassemblement anti-immigrés a été convoqué au même endroit par un appel non signé, associant au “problème des migrants” des angles d’attaque hétéroclites, des antennes 5G à la question des masques. Les manifestants ont maintenu leur présence sur place, empêchant les militants anti-immigrés de se rassembler. Les forces de l’ordre ont permis le transfert en toute sécurité du rassemblement nationaliste à un autre endroit où les manifestants les ont suivi, empêchant de nouveau qu’ils se rassemblent. Le communiqué des manifestants est à lire ici

#0714 Source athens.indymedia.org

Canada : la propagation du virus se poursuit au Canada et touche particulièrement la population pauvre et immigrée

Canada. La propagation du virus se poursuit au Canada et touche particulièrement la population pauvre et immigrée. A Montréal le virus se développe surtout dans les arrondissements les plus pauvres dont Montréal-Nord, Mercier – Hochelaga-Maisonneuve et Ahuntsic-Cartierville. Les premières contaminations dans les régions plus riches ont été mieux maîtrisées. «Quiconque voit ces inégalités en matière de santé se manifester n’a rien de surprenant», a déclaré Nicholas King, professeur à l’Université McGill à Montréal, qui effectue des recherches sur l’éthique et les politiques de santé publique. Au Québec ce sont des centaines de demandeurs d’asile qui se retrouvent en soins de longue durée. Beaucoup d’entre eux occupent des emplois où ils sont susceptibles d’être exposés à la maladie, en particulier dans les épiceries, ou au bas de l’échelle du secteur des soins de santé.

#0649 Source cbc.ca

Croatie : des policiers marquent des migrants à la peinture avec une croix orange peinte à la bombe sur le crane.

Croatie. Des ONG ont signalé que des policiers ont marqué à la peinture des migrants refoulés à la frontière entre la Serbie et la Croatie, avec une croix orange peinte à la bombe sur le crane. Plus tôt dans le mois, avait déjà été relevé que la police des frontières croates rackettait les migrants qui passaient, humiliant, volant argent et portables, et encore une fois les aspergeant de peinture, afin de les marquer visuellement comme migrants, la bonne vielle technique de la marque au tison ardent ou autre signe spécifique d’identification des indésirables n’est pas si loin…

#0646 Source fr.news.yahoo.com

Suisse, Lucerne : le bureau des migrations été attaqué à la peinture contre les frontières et en protestation contre la situation qui est faite aux migrants en Suisse et partout dans le monde.

Suisse, Lucerne. Le bureau des migrations de Lucerne été attaqué à la peinture contre les frontières et en protestation contre la situation qui est faite aux migrants en Suisse et partout dans le monde. Le communiqué relatant cette attaque est à lire ici.

#0691 Source barrikade.info

Italie : un “porte parole des travailleurs clandestins” appelle à la grève des travailleurs migrants dans le secteur de l’agriculture

Italie. Un syndicaliste de la Coordination des travailleurs agricoles, “porte parole des travailleurs clandestins” appelle à la grève des travailleurs migrants dans le secteur de l’agriculture si le gouvernement ne régularise pas les travailleurs clandestins. Un affrontement verbal a eu lieu au journal télévisé : « Mais les clandestins font grève maintenant ? De grâce, mais dans quel pays vivons-nous », s’est insurgé Matteo Salvini. « C’est une grève qui vous concerne aussi en tant que consommateur, parce que la nourriture consommée est le fruit de l’exploitation. C’est une grève pour 60 millions d’Italiens. C’est une grève des travailleurs étrangers qui luttent aux côtés des ouvriers agricoles italiens », a répondu le syndicaliste.

#0653 paru sur valeursactuelles.com

France : l’injonction de libérer de rétention les étrangers testés positifs au coronavirus dans les CRA n’est plus en vigueur et la machine à expulser, qui ne s’est jamais arrêté, se prépare à tourner à nouveau à plein régime

France. Le juge des référés du Conseil d’État a mis fin à l’injonction de lever la rétention des étrangers testés positifs au coronavirus dans le centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes. La machine à expulser, qui ne s’est jamais complètement interrompue, se prépare à tourner à nouveau à plein régime.

#0627 Source dalloz-actualite.fr

Hongrie, Serbie : quatre migrants bloqués dans la zone de transit de Röszke à la frontière avec la Serbie, dans le contexte de la pandémie, aucun des deux pays ne veut les récupérer.

Hongrie, Serbie. Quatre migrants originaires d’Iran et d’Afghanistan sont bloqués dans la zone de transit de Röszke, à la frontière hongro-serbe. Une demande d’asile rejetée par la Hongrie et un refus de récupérer les quatre personnes par la Serbie, finissent par coincer quatre personnes dans des conditions plus qu’insalubre à cause du cauchemar administratif. La Hongrie à érigé une clôture partiellement électrifiée tout le long de sa frontière avec la Serbie et de celle avec la Croatie.

#0645 Source infomigrants.net

Grèce, Fylakio : une révolte a eu lieu dans le centre de rétention de Fylakio, à la frontière greco-turque, où certains migrants sont retenus depuis plus de six mois, deux personnes ont été condamnées le lendemain à six ans et huit mois de prison ferme.

Grèce, Fylakio. Des demandeurs d’asile ont manifesté dans le centre de rétention de Fylakio, à la frontière greco-turque, mettant le feu à des matelas et jetant des pierres contre les policiers pour protester contre la durée d’examen de leur dossier. Plusieurs conteneurs dans lesquels ils vivaient ont ainsi été endommagés ainsi que d’autres installations. Plusieurs dizaines de personnes ont été interpellées, la police affirmant avoir essuyé des attaques avec des tournevis, des lames métalliques et des haches. Deux demandeurs d’asile afghans ont été condamnés dès le lendemain à six ans et huit mois de prison ferme pour “violences”, vingt-six autres personnes seront jugés ultérieurement. Une centaine de migrants sont enfermées dans ce camp, dont des mineurs non accompagnés, certains depuis plus de six mois, dans l’attente d’une réponse à leur demande d’asile.

#0700 Source infomigrants.net

Qatar : des centaines de milliers de travailleurs migrants licenciés suite au confinement sont enfermés dans une zone industrielle et n’ont plus de quoi se nourrir

Qatar, Doha. Des travailleurs migrants, enfermés depuis le début de l’épidémie dans une zone industrielle dont les entrées sont contrôlées par les forces de l’ordre, n’ont plus de quoi se nourrir. Ils sont sans ressources et ne peuvent pas rentrer dans leurs pays d’origine à cause de la fermeture des frontières. Ils se retrouvent enfermés dans une vaste zone d’usines et d’entrepôts où ils travaillaient et étaient logés, à la périphérie de Doha, et dont une grande partie a été totalement mise à l’arrêt en mars. Cette zone industrielle est devenue une sorte de camp pendant l’épidémie : des centaines de milliers de personnes, logées dans des dortoirs délabrés et surpeuplés y ont été enfermées, la police gardant les accès fermées par de lourdes barrières métalliques. Le gouvernement ravitaille la zone mais de manière très insuffisante et prétend avoir débloqué une somme pour venir en aide aux travailleurs privés d’emploi par l’épidémie mais la plupart ont été licenciés et n’en bénéficient donc pas. Une directive du gouvernement a autorisé mi-avril les entreprises qui ont cessé leurs activités en raison des restrictions liées aux coronavirus à mettre les travailleurs en congé sans solde ou à résilier leur contrat. Les employeurs ont aussi cessé de fournir nourriture et logement. Ce sont les domestiques qui sont particulièrement vulnérables. Un groupe de domestiques originaires du Népal, qui travaillent dans des maisons privées pendant la journée mais retournent dans leurs propres chambres la nuit, ont déclaré qu’elles avaient été laissées sans ressources après avoir refusé d’emménager avec les familles qu’elles servaient, craignant à la fois le virus et le risque d’abus, qui est courant chez les travailleurs et travailleuses domestiques dans les pays du Golfe. Le Qatar fait travailler plus de 2 millions de travailleurs migrants et son taux d’infection par habitant est désormais l’un des plus élevés au monde avec près de 18 000 cas sur une population d’à peine 2,8 millions d’habitants. La grande majorité de ceux qui ont été testés positifs au virus sont des travailleurs migrants. Les migrants vivent ce genre de situation dans tous les pays du golfe. Au Koweït, des migrants ont aussi été «piégés» sans travail ni moyen de rentrer dans leur pays d’origine, et certains se sont révoltés contre cette situation, tandis que l’Arabie saoudite a expulsé des milliers de travailleurs domestiques vers l’Ethiopie.

#0599 Source theguardian.com

Grèce, Samos : des gardes-côtes ont été filmés en train de remorquer un radeau de sauvetage pour l’expulser illégalement

Grèce, Samos. La semaine dernière, des gardes-côtes grecs ont été filmés en train de remorquer un radeau de sauvetage au sud-est de Samos. Il n’y a pas eu d’arrivées officiellement enregistrées sur Samos depuis le 12 mars et malgré ses dénégations, la police portuaire de Samos expulse illégalement des migrants.

#0591 groupe facebook aegean boat report

France, Calais : une “opération de mise à l’abri” de migrants, c’est à dire des contrôles et évacuations forcées, est en cours depuis ce matin, les migrants sont embarqués dans des cars.

France, Calais. Une “opération de mise à l’abri” de migrants, c’est à dire des contrôles et évacuations forcées, est en cours depuis ce matin. Les migrants sont embarqués dans des cars. Un important dispositif de forces de l’ordre est déployé. Une précédente opération similaire avait donné lieu le 22 avril à des confrontations entre migrants et policiers.

#0584 Source lavoixdunord.fr

Indonésie : parmi les trois priorités indiquées par le président indonésien pour faire face à la pandémie, le renforcement de la surveillance des travailleurs migrants qui vont revenir dans le pays vient en deuxième position après la généralisation des tests.

Indonésie. Parmi les trois priorités indiquées par le président indonésien pour faire face à la pandémie de COVID-19, le renforcement de la surveillance des travailleurs migrants qui vont revenir dans le pays vient en deuxième position après la généralisation des tests. En effet le retour de 34.000 travailleurs migrants est prévu en mai et juin, en raison des conséquences économiques du confinement imposé dans leurs pays d’accueil. “Chacun d’entre eux doit subir un examen complet et rester en quarantaine pendant 14 jours”. Des discriminations diverses et agressions sont à craindre dans la mesure où ces travailleurs migrants sont considérés comme potentiellement porteurs du virus.

#0585 Source missionsetrangeres.com

Afghanistan, Herat : environ 300 manifestants se sont rassemblés devant le consulat iranien pour protester contre l’assassinat par noyade de plusieurs dizaines de migrants afghans par des gardes-frontières le 30 avril

Afghanistan, Herat. Environ 300 manifestants se sont rassemblés devant le consulat iranien à Herat dans l’ouest de l’Afghanistan pour protester contre l‘assassinat par noyade de plusieurs dizaines de migrants afghans par des gardes-frontières iraniens le 30 avril. Les gardes-frontières iraniens ont alors forcé 55 migrants afghans à rentrer dans la rivière Harirud et beaucoup se sont noyés. Dix-huit cadavres, certains portant des traces de tortures et coups, ont été retrouvés pour l’instant, et de nombreux migrants restent portés disparus.

#0577 Source lefigaro.fr

Grèce : le gouvernement annonce la prolongation jusqu’au 21 mai du confinement imposé depuis mars aux camps de migrants ; pas d’assouplissement, pour les migrants la double-peine perdure.

Grèce. Le gouvernement annonce la prolongation jusqu’au 21 mai du confinement imposé depuis mars aux camps de migrants, qui devait initialement être levé le 11. Cela fait six jours que les mesures de confinement mises en place s’assouplissent dans le pays, la machine économique reprenant le pas, mais pour les camps de migrants, la double-peine perdure.

#0565 Source 20minutes.fr

Etats Unis : le gouvernement confirme l’expulsion de 20 000 migrants en avril à la frontière mexicaine au nom de l’ordre de santé publique émis le 20 mars

Etats Unis. Le gouvernement américain a confirmé que des responsables de la frontière avec le Mexique ont expulsé massivement plus de 20 000 adultes, familles et enfants, y compris des mineurs isolés, en vertu d’un vaste ordre de santé publique émis fin mars en réponse à la pandémie de coronavirus. Plus de 90% des adultes, des familles et des enfants non accompagnés rencontrés par la patrouille frontalière en avril ont été expulsés. L’Office of Refugee Resettlement, chargé de s’occuper de mineurs migrants non accompagnés, n’a reçu en avril que 58 enfants des autorités frontalières, alors qu’il y en a eu 1 852 pour le mois de mars. Les autorités affirment qu’“il ne s’agit pas d’immigration” mais de lutte contre la pandémie. L’ordonnance qui permet ces reconduites massives vient d’être renouvelée à la fin du mois dernier pour 30 jours supplémentaires.Etats Unis : le gouvernement confirme l’expulsion de 20 000 migrants en avril à la frontière mexicaine au nom de l’ordre de santé publique émis le 20 mars

#0521 breakingnews.fr

Etats Unis, San diego : un premier décès annoncé dans la prison pour migrants d’Otay Mesa, 705 cas de contamination sont actuellement recensés dans ces prisons privées sur tout le territoire, dont 105 dans cet établissement

Etats Unis, San Diego (Californie). La police de l’immigration américaine a annoncé un premier décès d’un migrant sans-papiers des suites du Covid-19 dans l’un de ses centres de détention réservés aux migrants, au centre Otay Mesa près de San Diego en Californie. 705 cas sont officiellement recensés dans ces prisons privées sous contrat, dont 132 pour le seul centre d’Otay Mesa. Respecter les règles de distanciation physique est quasiment impossible dans ces centres, où la surface disponible est de seulement 110 m2 pour 100 détenus, d’après des témoignages de migrants. Saisi par l’ACLU, un juge fédéral a ordonné la semaine dernière la remise en liberté immédiate des détenus les plus vulnérables dans ces centres. Selon l’organisation, la police de l’immigration (ICE) avait identifié 130 personnes répondant à ces critères mais n’en a libéré que deux. De nombreuses révoltes ont lieu dans ces prisons depuis le début de l’épidémie.

#0522 Source lefigaro.fr

Bangladesh : le gouvernement met en service le camp de détention cauchemardesque qu’il a fait construire sur l’îlot insalubre de Bhasan Char (“l’île qui flotte”) pour y mettre des migrants Rohingya en quarantaine.

le camp..

Bangladesh. Le gouvernement profite de la pandémie pour enfermer des migrants Rohingya sur un îlot submersible, l’île de Bhasan Char (« l’île qui flotte », en bengali). Alors que, face aux protestations de l’ONU, il avait renoncé au projet d’installer 103 000 réfugiés rohingya sur cet îlot perdu dans le golfe du Bengale, le gouvernement vient de faire débarquer sur place 29 membres de cette minorité ethnique, au nom du risque de contagion qu’ils représenteraient. Il s’agit de migrants rescapés du bateau qui a erré depuis début mars entre le golfe du Bengale et la mer d’Andaman. Un autre navire où s’entasseraient entre 500 et 800 « boat people » a été repéré dans les eaux territoriales birmanes. Arguant de la pandémie de Covid­19, Kuala Lumpur a interdit tout accostage sur ses côtes, et les deux embarcations, après une autre tentative avortée en Thaïlande, ont rebroussé chemin pour regagner le Bangladesh, d’où elles étaient parties. Les quarante rescapés de la première embarcation ont échoué sur le rivage, à proximité de la piste de l’aéroport. Une dizaine d’entre eux se sont échappés, tandis que les autres, huit hommes, quinze femmes et cinq enfants affamés, ainsi qu’un homme qui sera accusé plus tard d’être un trafiquant d’êtres humains, ont été arrêtés par la police. Tous ont été remis aux gardes-­côtes qui les ont transportés sur l’île de Bhasan Char, à trois heures de navigation de là. Il s’agit d’une terre insalubre, apparue il y a une vingtaine d’années par accumulation de sédiments charriés depuis l’Himalaya par le Gange et le Brahmapoutre. L’île menacée par les cyclones a été entourée de digues en terre de 3 mètres de haut, qui n’empêchent pas le risque qu’elle soit submergée pendant la mousson. Le gouvernement y a fait bâtir un camp de rétention de la taille d’une ville, avec plusieurs centaines d’immeubles collectifs, des dispensaires, des écoles, des mosquées et de nombreuses caméras de surveillance dans la perspective d’y enfermer les Rohingya. L’utilisation à des fins de mises en quarantaine de ces lieux présage de leur mise en service pérennes malgré les diverses protestations internationales. « Si les migrants arrivés par la mer en avril ont été placés en quarantaine dans des lieux prévus à cet effet à Cox’s Bazar (sur le continent), on se demande bien pourquoi, soudain, les nouveaux arrivants ne pourraient pas rester sur la terre ferme et devraient être envoyés dans cette île qui est un véritable camp de concentration », estime Rezaur Rahman Lenin, un consultant indépendant spécialiste de la question des Rohingya.

#0514 Source Le Monde du 06/06

Grèce, Lesbos : opération de communication du président autour de l’inauguration d’une “zone médicale” en même temps que s’implante une nouvelle “installation de police autonome” pour réprimer les révoltes des migrants.

Grèce, Lesbos. Le président est venu faire une opération de communication au camp de La Moria pour inaugurer une “zone médicale” dans le camp. Dans le même temps l’implantation d’une nouvelle “installation de police autonome” a été annoncée. Il s’agit de monter d’un cran la répression contre les migrants qui sont déjà harcelés dès qu’il sortent du campement, ont été de nombreuses fois verbalisés et ont organisé plusieurs manifestations pour protester contre leur situation. L’assouplissement des conditions des restructions de confinement risque par ailleurs de permettre aux militants racistes présents sur l’île d’attaquer plus facilement les migrants. Des militants de la No Border Kitchen Lesvos craignent que ces mesures annoncent une fermeture imminente du camp. Leur communiqué est à lire ici.

#0509 Source enoughisenough14.org

France, Lille : révolte dans un bâtiment du CRA, qui est toujours rempli avec 45 retenus

France, Lille. Le Centre de rétention de Lille-Lesquin est toujours rempli. Plus de 45 personnes y sont actuellement enfermées, les conditions sont toujours aussi désastreuses et les tensions se sont exacerbées avec le début du Ramadan : la nourriture rentre de façon arbitraire dans certains bâtiments et pas dans d’autres. Les retenus du bâtiment B se sont révolté pour protester contre les conditions pendant le Ramadan. Trois personnes, désignées comme les leaders de la révolte, ont été transférées à Metz pour l’un d’entre eux après avoir été mis à l’isolement et tabassé pendant la nuit. Une 4e personne du bâtiment C est transférée de la même manière avec les autres prisonniers, parce qu’il “restait une place” et parce qu’il aurait été accusé d’avoir menti à un des policier.

#0548 Source abaslescra.noblogs.org

Allemagne, Autriche : plus de 100 000 travailleurs roumains amenés par charter ou en train pour travailler dans l’agriculture ou les services à la personne, à travers des ponts aériens (pendant que d’autres sont expulsés dans d’autres charters…)

Allemagne, Autriche. En pleine épidémie, les travailleurs roumains continuent à être corvéables à merci, amenés en charters pour travailler à travers des ponts aériens malgré la fermeture des frontières, ou expulsés d’Europe par d’autres charters… Depuis début avril, 80 000 ressortissants roumains ont ainsi « bénéficié » d’une ouverture exceptionnelle des frontières pour être conduits en Allemagne pour aller cueillir des asperges. L’agriculture et le bâtiment sont principalement concernés, mais pas seulement : 33 000 aides-soignants roumains feront le voyage en train pour l’Autriche à partir du 9 mai. La contamination de 300 employés dont plus de la moitié sont roumains dans un abattoir allemand souligne la précarité des employés des secteurs agricole et alimentaire, souvent issus des pays de l’Est.

#0547 Source ouest-france.fr

Grèce, Arnissa : des manifestations et attaques xénophobes accueillent les migrants rapatriés de Lesbos sur le continent.

Grèce, Arnissa. Des scènes d’une xénophobie hallucinante se sont déroulées dans le nord de la Grèce lors du rapatriement des migrants de Lesbos. Des habitants d’une région où des migrants doivent être hébergés ont tenté d’empêcher leur arrivée et ont attaqué les infrastructures où ils doivent être installés. Des barrages routiers ont été mis en place pour empêcher l’accès aux hôtels prévus pour les migrants, forçant les convois à changer de destination. Des dizaines de manifestants racistes dont, d’après des témoins locaux, des groupes d’extrême droite de Macédoine, se sont rassemblés devant l’hôtel où les migrants ont finalement été installés après deux nuits passées dans les bus. Ils ont investi le bâtiment, ravagé les chambres, et ont tenté d’y mettre le feu. La police anti-émeute est intervenue faisant plusieurs arrestations.

#0502 Source omniatv.com

France : les expulsions continuent avec, entre autres, un charter affrété pour la Roumanie et au moins quatre personnes expulsées vers l’Albanie

France. Les expulsions (et donc aussi l’enfermement en centres de rétention) continuent malgré la ” fermeture des frontières”. Les audiences se tiennent en visio-conférence. Un charter est parti de Paris vers la Roumanie avec plus d’une trentaine de prisonniers à l’intérieur, notamment du Mesnil-Amelot et de Lille. Le 24 avril, quatre personnes ont aussi été expulsées vers l’Albanie. A Toulouse, parmi les deux ressortissants roumains expulsés la semaine dernière, l’un venait de faire une tentative de suicide par pendaison.

#0546 Source toulouseanticra.noblogs.org

Grèce : transfert de près de 400 migrants de l’île de Lesbos vers les camps installés sur le continent pour réduire la surpopulation dans les camps des îles.

Grèce. La Grèce transfère près de 400 migrants de l’île de Lesbos vers le continent pour réduire la surpopulation dans les camps des îles. Le mois dernier, les autorités ont annoncé leur intention de transférer progressivement 2 380 demandeurs d’asile et leurs familles des îles vers les installations du continent après le 19 avril. Près de 37 000 personnes sont actuellement enfermées dans des camps sur les îles grecques, tandis que la Moria à Lesbos enferme à elle seule près de 19 000 personnes dans un espace conçu pour environ 3 000 personnes. Le virus est présents dans les camps installés sur le continent qui se transforment de plus en plus en centres de rétention. En avril, 150 personnes hébergées dans un hôtel pour migrants de la ville de Kranidi ont été testées positives et le camp de Malakasa, situé près d’Athènes, a été complètement bouclé après qu’un résident a été trouvé infecté par le virus, ainsi que celui de Ritsona en Grèce continentale où 20 personnes ont été testées positives.

#0491 Source news-24.fr

Etats Unis, Los Angeles. Une camionnette Amazon, qui participe à l’enfermement des migrants a été incendiée.

Etats Unis, Los Angeles. Une camionnette Amazon a été incendiée. Le communiqué, à lire ici, évoque la propagation du virus dans les prisons pour migrants de l’ICE et le fait qu’Amazon participe à l’enfermement des migrants en fournissant les serveurs cloud de la base de données utilisée par ICE et d’autres agences fédérales pour traquer et expulser les immigrants. Il affirme aussi une solidarité avec les migrants actuellement en grève de la faim dans les installations de l’ICE dans tout le pays ainsi qu’avec les employés des entrepôts engagés dans des grèves sauvages le 1er mai.

#0489 Source anarchistsworldwide.noblogs.org

L’Inde déclare qu’elle va envoyer une marine et une flotte d’avions pour rapatrier les travailleurs migrants bloqués en quarantaine par le coronavirus dans les Etats du Golfe.

Inde. L’Inde déclare qu’elle va envoyer une marine et une flotte d’avions pour rapatrier les travailleurs migrants bloqués en quarantaine par le coronavirus dans les Etats du Golfe. Les économies y sont au point mort depuis début mars, laissant les chantiers vacants et les travailleurs migrants confinés dans des camps, où le nombre de cas de Covid-19 dépasse de loin celui des citoyens des pays de la région, notamment Oman, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Bahreïn, le Qatar et le Koweït. Après des semaines de pression de la part de ses ressortissants, l’Inde a annoncé lundi qu’elle avait lancé un plan de rapatriement de masse. Cependant, cette décision a suscité des critiques immédiates car l’Inde veut que la plupart des migrants paient pour leur voyage et veut leur imposer une quarantaine obligatoire de deux semaines à leur arrivée. Le plan d’évacuation concerne jusqu’à 200 000 Indiens actuellement bloqués. Des centaines de milliers d’autres migrants travaillent dans la région, des travailleurs pakistanais, sri lankais, népalais, soudanais et arabes bangladais, y compris des Égyptiens, occupant presque tous les postes non qualifiés mais aussi des postes qualifiés dans les États producteurs de gaz et de pétrole.

#0485 urban-fusions.fr

Koweït : émeute de travailleurs migrants égyptiens bloqués en quarantaine.

Koweït. Une émeute a lieu dans un camp de migrants d’origine égyptienne bloqués en quarantaine au Koweït. Des travailleurs égyptiens, dont certains ont brandi des meubles alors que les forces de sécurité leur tiraient dessus avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, se sont révoltés parce qu’on les empêche de retourner en Egypte. L’émeute violemment dispersée par la police.

#0484 Source zemag.info

France, Vienne : les préfectures continuent à délivrer des OQTF

France, Vienne. Pandémie ou pas, les préfectures poursuivent leur travail administratif d’examen des dossiers d’immigration et distribuent des Obligations de quitter le territoire français (OQTF). Ainsi, dans la Vienne, quatre jeunes majeurs, tous africains, viennent de se voir refuser leur titre de séjour. Certains centres de rétention continuent par ailleurs à fonctionner malgré la fermeture des frontières et les cas de Covid19 qui y sont constatés.

#0479 Source france3-regions.francetvinfo.fr

Sahara occidental, Laâyoune : mutinerie dans un centre de migrants, 78 détenus ont tenté de s’évader

Sahara occidental, Laâyoune. Mutinerie dans un centre de migrants, 78 détenus ont tenté de s’évader, avec des ustensiles de cuisine pour se défendre les flics, avant de prendre d’assaut la porte extérieure du centre. Après des tirs de balles en caoutchouc, quatre policiers et autant de mutins ont été transférés à l’hôpital après avoir souffert d’ecchymoses et de contusions.

#0454 Source bladi.net

Bangladesh : deux millions de migrants bangladais, ballottés au gré des besoins économiques, pourraient être rapatriés depuis divers pays où il émigrent pour trouver du travail.

Bangladesh. Deux millions de migrants bangladais pourraient être rapatriés par divers pays où il émigrent pour trouver du travail. Ils sont douze millions de Bangladais à travailler à l’étranger. Déjà, l’Arabie saoudite et le Koweït ont procédé, par charter, au retour d’un millier d’entre eux. « Des États qui emploient ces migrants ont demandé au gouvernement bangladais d’envoyer des avions pour rapatrier ceux dont ils n’ont plus besoin. Si le Bangladesh ne le fait pas, ils ont menacé de ne plus faire appel à l’avenir à ses travailleurs », l’ONG Okup qui aide les migrants. Certains pays gèrent la question autrement : le Bahreïn a promis de légaliser temporairement ceux qui n’avaient pas de visas de travail. Singapour se serait engagé à payer le salaire des migrants sans emploi tout en les enfermant dans des foyers avec une assistance médicale. L’Italie a décidé de donner des papiers ( très provisoires !) aux 600 migrants bangladais arrivés sur ses côtes. Elle va les employer pour les récoltes, car l’Italie n’a plus de travailleurs saisonniers venant de l’Europe de l’Est.

#0435 Source lacroix.com

France, Angleterre : de plus en plus de migrants tentent la traversée de la Manche

France, Angleterre. L’épidémie de coronavirus n’arrête pas les traversées de migrants de la France jusqu’à l’Angleterre. Au contraire, leur nombre explose depuis le début du confinement. Plus de 1 200 migrants ont été interceptés en mer selon les dernières données de la préfecture de la Manche et de la mer du Nord. De plus en plus de migrants s’installent provisoirement à Calais dans l’espoir de traverser et l’Angleterre confirme le rythme soutenu des débarquements sur son territoire, ainsi que le nombre croissant de migrants en quarantaine à cause de l’épidémie.

#0480 Source valeursactuelles.com

Malte : les autorités maltaises affrètent des navires privés pour renvoyer les bateaux de migrants en Lybie

Malte, Lybie. Une enquête du New York Times publiée le 30 avril révèle que les autorités maltaises ont affrété, depuis le mois d’avril, une flotte de navires privés afin d’empêcher les migrants d’atteindre l’île et de les renvoyer en Libye. Selon le quotidien américain – qui s’appuie sur les témoignages d’un capitaine de l’un de ces bateaux, commandant en chef des garde-côtes libyens, et d’un ancien responsable maltais impliqué dans l’opération – les trois chalutiers de pêche affrétés appartiennent à des particuliers mais ont agi sur les instructions des forces armées maltaises. Actuellement, un bateau avec 90 personnes à bord, récemment secouru par le cargo Marina, ne parvient pas à accoster car aucun port ne l’accueille. Il est à craindre que les migrants à son bord soient renvoyés vers la Lybie qu’ils ont fui.

#0478 Source infomigrants.net

Etats Unis, Vermont : une manifestation a eu lieu à l’extérieur de la prison, les détenus y ont répondu de l’intérieur

Etats Unis, Vermont. Plusieurs collectifs contre la prison ont organisé un rassemblement bruyant devant le bâtiment du département des services correctionnels du comté de Sullivan. Les détenus ont répondu par des chants. Selon l’administration, les détenus ont causé des «perturbations» et des dégradations minimes à l’intérieur de l’établissement.

#0551 Source itsgoingdown.org

Etats Unis, Bristol : révolte et affrontements dans la prison pour migrants de Bristol, dix détenus ont refusé d’être transférés dans une aile médicale

Etats Unis, Bristol. Dix personnes détenues dans une prison pour migrants du comté de Bristol ont refusé d’être transférées dans une aile médicale après avoir montré des symptômes de COVID-19. « Ces personnes craignaient, à juste titre, d’être exposés dangereusement à un risque d’infection étant donné la contamination croisée avec de nombreuses personnes différentes venant de partout dans l’établissement…», selon des avocats qui demandent leur libération. Les forces de l’ordre ont tenté de transférer de force les prisonniers et des incidents ont eu lieu lorsque des renforts sont intervenus en utilisant du gaz poivré et des chiens face à la résistance physique des détenus. Le shérif lui-même est venu participer activement à la répression de la révolte. Plusieurs policiers ont été hospitalisés.

#0550 Source www.wbur.org

Allemagne, Berlin : occupation d’un hôtel Ibis dans le cadre d’une semaine d’action “evacuate Moria – shut down capitalism”

Allemagne, Berlin. L’hôtel Ibis situé sur la Rosenthaler Platz a été occupé dans le cadre d’une semaine d’action “evacuate Moria – shut down capitalism”. Un communiqué diffusé sur la page Facebook “TOP B3RLIN” fait le lien entre les ponts aériens organisés pour faire venir des travailleurs migrants dont a besoin le fonctionnement du capitalisme et la situation des migrants aux portes de l’Europe, en particulier dans le camp de la Moria à Lesbos.

#0438 Source Top B3rlin (page facebook)

Etats Unis : point sur les prisons privées pour migrants dont 40 ont été construites depuis l’arrivée de Trump au pouvoir.

Etats Unis. Le maintien en rétention des migrants est en forte hausse aux Etats-Unis depuis l’élection de Donald Trump. 40 nouveaux centres en grande partie gérés par des opérateurs privés ont été construits, ce qui amène à 220 le nombre de ces prisons pour migrants gérées par l’ICE, la plupart du temps privées. “Le système de rétention a explosé, générant des milliards de dollars pour des opérateurs privés”, écrivent les grandes organisations de défense des droits humains ACLU, Human Rights Watch et National immigrant Justice Center. Le gouvernement a demandé une enveloppe de 4,1 milliards de dollars pour financer les centres de rétention en 2021 dans le but de porter à 60.000 le nombre d’étrangers détenus chaque jour en moyenne, à quoi il faut ajouter les 20 000 migrants détenus aux frontières. Ces structures, déjà mal équipées pour faire face aux urgences médicales, sont complètement défaillantes au niveau sanitaire face au Coronavirus. Selon ICE, 449 des près de 30.000 étrangers actuellement détenus dans ces centres, et 36 gardiens, sont malades du Covid-19. De nombreuses révoltes, mutineries et tentatives d’évasion ont lieu actuellement dans ces prisons.

#0436 nouvelobs.com

Afghanistan, Herat : des dizaines d’Afghans tentant de quitter le pays pour entrer en Iran se sont noyés quand des gardes frontières les ont forcés à pénétrer dans la rivière Harirud.

Afghanistan, Herat. Des dizaines d’Afghans tentant de quitter le pays pour entrer en Iran se sont noyés quand des gardes frontières les ont forcés à pénétrer dans la rivière Harirud. Le gouvernement afghan dont un responsable affirme que sept migrants sont morts 30 sont portés disparus, a lancé une enquête. La Commission afghane des droits de l’homme a déclaré dimanche qu’elle avait parlé à des survivants qui accusaient les forces iraniennes de les avoir battus, torturés et forcés à la noyade. Il y a entre 1,5 million et trois millions de réfugiés afghans qui vivent et travaillent en Iran, la plupart en tant que travailleurs salariés sur des projets de construction.

#0476 Source tribune.net.ph

Grèce, Lesbos : 300 migrants détenus à la Moria ont manifesté devant le camp

Grèce, Lesbos. 300 migrants détenus dans le camp de la Moria ont manifesté devant le camp pour obtenir leur liberté et la fin des camps où ils sont retenus, qui les mettent encore plus en danger aujourd’hui avec le virus. Sur les banderoles, on peut lire en anglais : “pourquoi les migrants sont-ils emprisonnés sans avoir commis aucun crime ?”, “Où est le reste de l’Europe ?”, “Pourquoi n’y a-t-il pas de soins de santé pour les migrants ?”, “Pourquoi les migrants sont-ils traités comme si c’était le Moyen Âge ?”

#0437 Voices of Freedom (facebook)

International : le site Crimethinc propose un recueil d’autocollants, affiches et tags provenant d’Autriche, du Brésil, du Chili, de France, d’Allemagne, de Grèce, du Mexique, de Slovénie, d’Espagne et des États-Unis, en lutte contre la pandémie et sa gestion.

International. Le site Crimethinc propose un recueil d’autocollants, affiches et tags provenant d’Autriche, du Brésil, du Chili, de France, d’Allemagne, de Grèce, du Mexique, de Slovénie, d’Espagne et des États-Unis, en lutte contre la pandémie et sa gestion. On peut le consulter ici.

#0726 Source fr.crimethinc.com

Suisse, Bâle : projection de peinture sur le bureau des douanes de la ville contre la “forteresse Europe” et le rôle de la Suisse dans Frontex.

Suisse, Bâle. De la peinture a été projetée sur le principal bureau des douanes de la ville. Le communiqué est à lire ici. Il souligne que cette action a été faite pour envoyer un signe de résistance à la “forteresse Europe” et par rapport au rôle de la Suisse qui fournit son propre personnel aux garde-frontières de Frontex.

#0448 Source barrikade.info

Etats Unis : les migrants qui se présentent à la frontière avec le Mexique sont systématiquement refoulés

Etats Unis. Les États Unis refoulent vers le Mexique tous les migrants qui se présentent à la frontière entre les deux pays. Ce procédé, justifié par la lutte contre la pandémie de Covid-19, contredit les accords conclus en 2019 et qui faisait du Mexique l’antichambre de l’examen des demandes d’asile aux États-Unis.

#0403 courrierinternational.com

Lybie : l’ONU estime que la Lybie a refoulé près de 1500 migrants depuis début janvier.

Lybie. L’Onu estime que la Libye a refoulé près de 1500 migrants depuis début janvier, en violation de ses obligations internationales. Les près de 1500 migrants et réfugiés refoulés ont été acheminés vers au moins quatre pays, a précisé à la presse un porte-parole du HCDH. Il explique qu’il n’a pas été clarifié qui est migrant ou demandeur d’asile. L’Onu redoute davantage de refoulements à l’avenir. Comme les ports sont fermés et les opérations de sauvetage suspendues, la plupart de ces refoulement conduisent les migrants à errer en méditerranée dans des conditions souvent fatales.

#0401 www.rtbf.be

Etats Unis et Guatemala : les Etats Unis expulsent des personnes positives au Covid19 vers d’autres pays, le Guatemala proteste.

Etats Unis et Guatemala. L’administration Trump poursuit son programme agressif d’application de la loi en matière d’immigration, en expulsant des milliers de personnes vers leur pays d’origine, dont certaines sont atteintes du virus. Selon des autorités du Guatemala, des dizaines de Guatémaltèques expulsés des Etats Unis ont été testés positifs à leur arrivée. Les autorités américaines ont déclaré qu’elles suspendaient les renvois vers le Guatemala en attendant une enquête sur les protestations de ce pays. Les responsables de l’immigration américaine ont déclaré qu’ils effectuaient un «contrôle visuel» des expulsés (!) et vérifiaient les températures avant de monter à bord des vols. Les autorités guatémaltèques ont signalé plus de 380 cas confirmés de Covid-19 dans le pays et 11 décès au 24 avril. Le décompte inclut des personnes qui ont été renvoyées des États-Unis par des vols d’expulsion au cours des dernières semaines. Les habitants sont de plus en plus méfiants à l’égard des personnes expulsées des Etats Unis et, d’après le gouvernement, plusieurs conseils communautaires de Quetzaltenango, une ville des hauts plateaux occidentaux du pays, auraient prévu d’incendier un bâtiment gouvernemental où 80 déportés étaient mis en quarantaine. Les États-Unis, a déclaré le Dr Monroy, “sont pratiquement devenus le Wuhan d’Amérique.”

#0397 Source Libération du 28/04

Grèce, Samos : trois incendies se déclarent deux jours consécutifs dans le camp de Vathy faisant plusieurs centaines de sans-abris.

Grèce, Samos. Trois incendies ont ravagé le camp de réfugiés de Vathy, sur l’île grecque de Samos, détruisant un grand nombre de tentes et conteneurs et laissant environ 200 personnes sans abri. Deux des feux se sont déclarés le 26 avril et un le 27 avril. Ils ont détruit une bonne partie du camp, qui accueille près de 7 000 personnes demandeuses d’asile, bien qu’il ne soit conçu pour en accueillir que 648. Des forces anti-émeutes ont été déployées et sept personnes ont été interpellées selon la police locale, qui a attribué la cause des feu à des bagarres entre détenus. Près de 200 demandeurs d’asile ont été testés positifs au Covid-19 dans des camps en Grèce continentale, aucun test de dépistage n’a été réalisé sur les îles.

#0409 Source 20mn.ch

Allemagne, Leipzig : une quarantaine de personnes ont manifesté dans la ville en solidarité avec les migrants du camp de la Moria en Grèce, contre le pouvoir répressif de l’Etat en période de pandémie et contre l’extrême droite

Allemagne, Leipzig. Une quarantaine de personnes ont manifesté dans la ville en solidarité avec les migrants du camp de la Moria en Grèce, contre le pouvoir répressif de l’Etat en période de pandémie et contre l’extrême droite. Le communiqué à lire ici évoque le fait que la situation à Lesbos s’est récemment aggravée et que les 20 000 personnes qui y vivent n’ont pratiquement pas accès aux soins médicaux et à la nourriture. En plus des pénuries, les migrants de la Moria sont également menacés par des habitants d’extrême droite de l’île. Un avocat connu pour son racisme a tiré au fusil de chasse contre quatre migrants qui n’ont été, heureusement, que légèrement blessés. Pour soutenir le tireur, des manifestations fascistes ont eu lieu dans la ville, et d’autres sont annoncées pour les prochains jours. Ils attirent aussi l’attention sur la situation des migrants en Allemagne, qui sont également isolés dans des camps et mis à l’écart des soins nécessaires dans le cadre de la pandémie. De plus, les conditions d’hygiène y sont très mauvaises. Le nombre de manifestations de droite et de fascistes en Allemagne a récemment augmenté à nouveau, et les attaques nazies sont également devenues de plus en plus courantes à Leipzig.

#0463 Source de.indymedia.org

Etats Unis : deux évasions collectives, quatorze hommes à Washington et neuf femmes dans le Dakota.

Etats Unis. Deux évasions collectives ont eu lieu : quatorze hommes se sont évadés de la maison d’arrêt de Yakima (Washington) et neuf femmes se sont évadées d’un centre de travail communautaire dans le Dakota du Sud. De nombreuses grèves de la faim se déroulent également dans les centres de rétention administrative. La lenteur de la mise en place d’une réponse sanitaire dans les prisons et la gravité de l’épidémie se traduisent par des mouvements de prisonniers (émeutes, refus des repas, grèves de la faim, etc.) rapportés dans un grand nombre d’États du pays.

#0400 Source lejournal.cnrs.fr

France, Nimes : le centre de rétention est encore ouvert pour onze détenus, encore parfois à deux par cellules

France, Nimes. Le centre de rétention administrative de Nîmes fait partie des CRA encore ouverts à l’heure actuelle. Normalement il y a 140 places, sept bâtiments de dix cellules pour deux personnes. Un témoignage montre que dans la zone B1 ,quatre des cellules ne devraient pas être occupées à cause du lavabo bouché et de fuites d’eau, mais malgré les risques que cela représente, avant hier il y avait des gens qui étaient 2 par cellule, des nouveaux arrivants notamment. Aux dernières informations, onze prisonniers y sont encore détenus.

#0356 Paru sur abaslescra.noblogs.org le 23 avril 2020

Grèce, Lesbos. Les milliers de migrants du camp de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, s’inquiètent de la propagation du coronavirus alors que les gestes barrières ne peuvent être assurés.

Grèce, Lesbos. Les milliers de migrants du camp de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, s’inquiètent de la propagation du coronavirus alors que les gestes barrières ne peuvent être assurés. Une source de stress supplémentaire pour ces migrants dont le quotidien était déjà précaire.

#0356 Paru sur www.infomigrants.net

Italie, San Fernandino (Reggio di Calabra) : des migrants manifestent pour refuser l’intervention humanitaire de la municipalité pour leurs repas, quinze jours plus tard leur campement a été évacué

Italie, San Fernandino (Reggio di Calabra). La situation des personnes contraintes de vivre dans des campements comme la “ville de tentes” de San Ferdinando où logent beaucoup de migrants, est particulièrement difficile. Le 1er avril, un groupe de migrants a manifesté contre le fait que l’Etat et la municipalité prennent en charge la fabrication de leurs repas. La manifestation a été violemment réprimée. Le vice-président de la région de Calabre avait déclaré: «Je suis déconcerté, et attristé. Il est inacceptable que les migrants refusent la nourriture avec violence, alors que des milliers de Calabrais, que nous aidons de toutes façons, n’ont même pas un euro pour entrer dans les supermarchés.” Deux habitants du bidonville ont expliqué leur refus du contrôle que cette mesure permettrait, sur les ondes de deux radios militants, Radio Onda Rossa et Radio Blackout. Quinze jours plus tard, le maire de San Ferdinando a ordonné la destruction du campement pour violation du règlement et “comportement grave incompatible avec le fait de rester sur le terrain “.

#0603 hurryia.noblogs.org

Singapour : explosion du nombre de cas d’infection dans les dortoirs pour travailleurs étrangers qui se retrouvent confinés dans des conditions épouvantables

Singapour. Explosion du nombre de personnes infectées par le coronavirus dans les dortoirs des travailleurs étrangers qui vivent dans des conditions sanitaires déplorables et se retrouvent confinés donc enfermés dans leurs logements surpeuplés. Les tests effectués ont révélé, lundi 20 avril, que 1 400 ouvriers étaient porteurs du virus. Le lendemain, 1 111 cas de plus étaient décelés, portant à 10 141 le nombre de cas positifs sur le territoire. Le premier ministre Lee Hsien Loong a annoncé le 21 avril, que les mesures de restrictions au commerce, aux affaires et à la scolarité seraient prolongées jusqu’au 1er juin. Il en a profité pour faire passer un message en dépit de la réalité : « Je voudrais insister à nouveau, à l’adresse des travailleurs étrangers, que nous prenons soin d’eux comme nous prenons soin des Singapouriens. »

#0341 Source Le Monde du 24/04

France, Matoury (Guyane). Malgré le contexte de crise sanitaire du Covid-19 et la quasi impossibilité d’effectuer les reconduites aux frontières, les placements au centre de rétention administratif de Matoury n’ont jamais cessé.

France, Matoury (Guyane). Malgré le contexte de crise sanitaire du Covid-19 et la quasi impossibilité d’effectuer les reconduites aux frontières, les placements au centre de rétention administratif de Matoury n’ont jamais cessé. Le 17 mars, jour d’instauration du confinement, une dizaine de personnes enfermées au CRA avaient été libérées mais, en un peu plus d’un mois, 41 personnes y ont été placées. Sept d’entre elles étaient encore en rétention lundi. « Nous avons fait en sorte, malgré les difficultés liées au confinement et à la fermeture des frontières, de continuer à procéder à deux types de placements au CRA : les sortants de prison et les personnes représentants un risque pour l’ordre public » explique Daniel Fermon, sous-préfet directeur général de la sécurité, de la réglementation et des contrôles. La machine à expulser se démène pour faire perdurer son fonctionnement.

#0357 vu sur www.franceguyane.fr

Grèce, Lesbos : deux migrants du camp de la Moria se sont fait tirer dessus pour ne pas avoir respecté le confinement.

Grèce, Lesbos. Deux demandeurs d’asiles, un Iranien et un Afghan se sont fait tirer dessus par les autorités grecques pour être sorti du camp de Moria et donc « enfreint » les règles du confinement autoritaire. Plusieurs dizaines de demandeurs d’asile ont organisé une manifestation devant le camp, du fait de l’aggravation de leurs conditions de vie depuis le début de la pandémie, le camp étant un endroit ou bien évidemment le Covid-19 se répand particulièrement facilement.

#0410 Source lefigaro.fr

Mexique, Tapachula : révolte des prisonniers du centre de rétention qui voient leur enfermement prolongé indéfiniment

Mexique, Tapachula. Les prisonniers du centre de rétention Siglo XXI se sont révoltés contre l’extension indéfinie de leur durée de détention alors que les mesures durant l’épidémie empêchent tout rapatriement. Les détenus ont brûlé des matelas et menacé de se mettre en grève de la faim.

#0345 Source actforfree.nostate.net

France, Vincennes : feu d’artifice devant le centre de rétention

France, Vincennes. Dans la soirée, des feux d’artifice ont été tirés devant le centre de rétention administrative, et les prisonniers racontent qu’ils ont entendu crier “Liberté” pendant quelques minutes. Les flics à l’intérieur n’ont visiblement pas apprécié le spectacle et ont voulu mettre les retenus qui se manifestaient à l’isolement : les prisonniers ont résisté et ont réussi à empêcher les flics de les diviser. Feu aux CRA !

#0398 Source abaslescra.noblogs.org

Grèce, Lesbos : des centaines de migrants manifestent devant le camp de la Moria pour demander d’être évacués de l’île

Grèce, Lesbos. Des centaines de migrants, surtout des ressortissants de pays africains, ont manifesté devant le camp de la Moria en réclamant d’être évacués de l’île pour éviter la propagation du virus, qui «équivaudrait à la mort». Au cours du premier trimestre 2020, le gouvernement a transféré 10.000 personnes vulnérables des camps surpeuplés situés sur des îles en mer Egée, dont celle de Lesbos, en Grèce continentale. En avril seulement 627 transferts ont été effectués alors que de nombreuses ONG de défense des droits de l’homme, dont Human Rights Watch, ont appelé le gouvernement grec à décongestionner «immédiatement» ces camps craignant une crise sanitaire.

#0374 Source lefigaro.fr

Lybie, Méditerranée : la fermeture des ports en Méditerranée rend la situation des migrants qui cherchent à la traverser de plus en plus critique

Lybie, Méditerranée. La fermeture des ports en Méditerranée rend la situation des migrants qui risquent leur vie pour rejoindre l’Europe de plus en plus critique. Le 7 avril, l’Italie annonce la fermeture officielle de ses ports, suite à son refus d’accueillir le bateau de l’ONG Sea Eye qui cherchait un port sûr pour y débarquer les 150 personnes rescapées qu’elle avait à son bord. Deux jours après, Malte adopte des dispositions similaires, ajoutant que sa garde côtière ne serait plus en mesure de porter secours aux migrants en détresse en mer. Beaucoup d’embarcations sont refoulées vers la Lybie après une longue errance et dans la foulée, la Libye déclare elle aussi ses ports comme étant non-sûrs.

Continuer la lecture de « Lybie, Méditerranée : la fermeture des ports en Méditerranée rend la situation des migrants qui cherchent à la traverser de plus en plus critique »

France, Calais : affrontements entre migrants et forces de l’ordre lors d’une tentative de démantèlement de campement.

France, Calais. Des affrontements ont lieu entre migrants et forces de l’ordre. Deux gendarmes et deux CRS ont été blessés et un véhicule associatif de l’Auberge des migrants utilisé par l’association britannique Collective Aid a fini en cendres. C’est suite à une opération d’évacuation d’un campement que les affrontements ont débuté. « Des migrants ont refusé de quitter le terrain illégalement occupé, détaille le service communication de la préfecture du Pas-de-Calais. Ils ont dû alors être évincés par les forces de l’ordre. Un peu plus tard, une quarantaine de migrants (en fait au moins une soixantaine) ont jeté des projectiles sur les forces de police et de gendarmerie mobile. » Un migrant raconte : « Comme tous les deux jours, les gendarmes sont venus retirer les tentes (pour un démantèlement). Mais là, ils en ont réveillé certains qui étaient encore en train de dormir et ça a dégénéré. »

#0328 Source nordlittoral.fr

France, le Mesnil Amelot : un retenu a été condamné pour des menaces, outrages et violences contre un gardien

France, Le Mesnil Amelot. Un sans-papiers a été condamné à quatre mois de prison ferme, avec mandat de dépôt, pour des menaces, outrages et violences contre un policier du centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot. Il a déclaré pour se défendre : « Si j’avais voulu être violent, je l’aurais découpé. Dans mon pays, j’ai vu des gens se faire découper devant moi. Je n’ai pas aimé qu’il m’attrape par le vêtement ». Il reste une cinquantaine de sans-papiers au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, toujours retenus dans des conditions intenables

#0322 Source : leparisien.fr

France : le conseil d’Etat décide qu’aucun nouveau sans papiers ne doit être incarcéré dans le centre de vincennes, et que les retenus malades doivent être orientés vers un centre de l’ARS après la levée de leur rétention

France. Saisi en référé-liberté, le tribunal administratif de Paris décide que le centre de rétention de Vincennes ne sera plus utilisé pour des placements en rétention pour les quinze prochains jours, et oblige à isoler et confiner les personnes symptomatiques présentes dans le centre. Les personnes testées positives au covid-19 doivent être orientés vers un centre de l’Agence régionale de Santé après la levée de la rétention. La gestion de l’Etat suit son cours, y compris quand elle se retrouve contrainte d’aller dans le sens des diverses associations demandant la remise en liberté et la fermeture de CRA, et la préoccupation gestionnaire reste bien évidemment la suivante : comment ne laisse t-on surtout pas de répit aux détenus ?

#0321 Source : dalloz-actualite.fr

Etats-Unis, Adelanto : les détenus de la prison pour migrants sont en grève de la faim

Etats-Unis, Adelanto. La prison pour étrangers dépendant de l’Immigration & Customs Enforcement (autorité gestionnaire des illégaux aux USA) de Adelanto connaît une série de grèves de la faim pour protester contre l’enfermement et les conditions sanitaires au sein du lieu. Comme de nombreuses prisons pour étrangers aux Etats-Unis, le lieu est géré sous contrat par des boîtes privée comme le groupe GEO qui est la plus grosse société de gestion de centres pénitentiaires au monde.

#0320 Source itsgoingdown.org

France : 25 personnes sont encore retenues au centre de rétention de Vincennes.

France, Vincennes. Il reste 25 personnes retenues au centre de Rétention Administratif de Vincennes, Parmi les cas recensés, certains ont étés transférés au CRA de Mesnil-Amelot en Seine-et-Marne, certains ont étés hospitalisés, et d”autres ont étés libérés. L’insalubrité de la rétention continue donc à Vincennes, même si que les expulsions ne sont plus d’actualités.

#0319 Source : leparisien.fr

Niger : à Arlit, des migrants subsahariens se révoltent contre une quarantaine sans fin.

Niger. A Arlit, des migrants subsahariens se révoltent contre une quarantaine sans fin. Des centaines de migrants subsahariens sont en quarantaine depuis plus de trois semaines dans le nord du Niger. Le 20 avril, plusieurs d’entre eux ont forcé les portes d’un magasin d’alimentation du camp d’Arlit et l’ont cambriolé. Des témoignages montrent que les conditions de vie dans ce camp se dégradent gravement.

#0433 Source infomigrants.net

Niger : des centaines de migrants subsahariens sont en quarantaine depuis plus de trois semaines dans le nord du Niger

Niger. Des centaines de migrants subsahariens sont en quarantaine depuis plus de trois semaines dans le nord du Niger pour respecter les conditions sanitaires imposées par l’Etat suite au Covid-19. Le 20 avril, plusieurs d’entre eux ont forcé les portes d’un magasin du camp d’Arlit, dans la région d’Agadez et l’ont cambriolé.

#0355 Vu sur fr.news.yahoo.com le 20 avril 2020

Royaume-Uni. L’un des plus grands fournisseurs de produits frais du Royaume-Uni, G’s Fresh, a déclaré qu’il avait affrété un avion pour amener des travailleurs au Royaume-Uni depuis la Roumanie.

Royaume-Uni. L’un des plus grands fournisseurs de produits frais du Royaume-Uni, G’s Fresh, a déclaré qu’il avait affrété un avion pour amener des travailleurs au Royaume-Uni depuis la Roumanie jeudi “afin de s’assurer que nous avons suffisamment de travailleurs agricoles saisonniers pour continuer à nourrir notre nation”, a déclaré Air Charter Service à CNN. Les précautions sanitaire de ces vols et les conditions des emplois promis sont honteuses…

#0275 Paru sur ze-mag.info

Canada, Surrey : manifestation devant le centre de rétention, ainsi que devant 5 autres centres du pays

Canada, Surrey. Une manifestation a lieu devant le centre de rétention de Surrey, dans le cadre d’un appel national pour que les migrants détenus soient remis en liberté. Quatre autres manifestations ont eu lieu à l’extérieur des centres de Toronto, Ottawa, Kingston (Ontario) et Montréal, organisées avec Solidarité sans frontières, un groupe de soutien aux migrants basé à Montréal. Cette “caravane multi-villes contre l’emprisonnement” fait suite à la grève de la faim de huit jours entamée par plusieurs migrants détenus au Centre de surveillance de l’immigration de Laval au Québec.

# 0283 Source globalnews.ca

Italie, Campo Roya : double enfermement pour 200 personnes confinées dans un camp pour migrants à la frontière italienne

Italie, Campo Roya. Dans ce camps pour migrants, géré par la Croix Rouge italienne avec le soutien de la Croix-Rouge monégasque, situé à la frontière franco-italienne près de Nice, plus de 200 personnes sont complètement confinées, en plus d’être enfermées. Cela fait suite au fait qu’un des demandeurs d’asile a été testé positif au COVID-19.

#0274 Paru sur france3-regions.francetvinfo.fr

Grèce, Chios : révolte dans le camp pour migrants de Vial situé sur l’île de Chios, après le décès d’une femme d’origine irakienne.

Grèce, Chios. Révolte dans le camp pour migrants de Vial situé sur l’île de Chios, après le décès d’une femme d’origine irakienne. Le camp, prévu pour 1000 personnes, en héberge actuellement 5000. Plusieurs cas de coronavirus sont désormais identifiés dans les camps de réfugiés en Grèce, qui sont confinés depuis le 18 mars et se transforment en prisons.

#0265 Paru sur rfi.fr le 19 avril 2020

Grèce : plusieurs mesures viennent d’être décidées pour éviter la catastrophe sanitaire d’une diffusion du virus dans les camps de migrants où la situation est critique.

Grèce. Plusieurs mesures viennent d’être décidées pour éviter la catastrophe sanitaire d’une diffusion du virus dans les camps de migrants où la situation est critique. A partir de dimanche, la Grèce va transférer vers sa partie continentale des centaines de migrants hors des camps surpeuplés de Lesbos , Chios et Samos. Le ministère en charge des migrations a précisé qu’il s’agissait d’évacuer 2.380 personnes vers des appartements, des hôtels ou d’autres camps de réfugiés. L’opération qui vise « à réduire le risque d’une flambée » de contaminations, selon le ministère, concerne les plus « vulnérables », soit 200 demandeurs d’asile âgés de plus de 60 ans mais aussi un ensemble de 1.730 personnes souffrant de maladies antérieures à l’épidémie avec leurs proches. Une goutte d’eau au regard de la masse des 36.000 migrants qui survivent depuis des années sur ces îles dans des conditions d’hygiène désastreuses.

#0278 Paru sur lesechos.fr le 17 avril 2020

France, Vincennes : le virus continue de se propager au CRA de Vincennes

France, Vincennes. Le virus continue de se propager au CRA de Vincennes, où cinq nouveaux cas de covid chez les retenus et deux chez les policiers ont été identifiés lors d’une opération de test des détenus et des matons. Les conditions sanitaires sont évidemment déplorables. Le centre de rétention enferme encore une cinquantaine de personnes, alors que le Conseil d’Etat a refusé la fermeture des CRA demandées par plusieurs associations. « Le centre de rétention de Vincennes est un cluster. La configuration des locaux est telle que le confinement y est impossible », a rappelé ce vendredi Me Henri Braun, avocat de l’une des associations.

#0245 Source : leparisien.fr

Australie, Sydney : révolte des détenus du Villawood Immigration Detention Centre

Australie, Sydney. Des détenus se sont révoltés et ont réussi à monter sur le toit du Villawood Immigration Detention Centre (Centre de rétention administratif) afin d’y accrocher des banderoles. Une trentaine de détenus avaient déjà entamé une grève de la faim depuis cinq jours. Les équipes de police et les équipes anti-émeutes ont repris le dessus en fin d’après midi.

#0290 Source : www.sbs.com.au

Bangladesh : 382 migrants rohingyas qui tentaient de passer en Thaïlande et en Malaisie récupérés après 2 mois d’errance en mer dans des conditions effroyables

Bangladesh. Les gardes-côtes du Bangladesh ont annoncé avoir secouru dans les eaux territoriales du pays 382 réfugiés rohingyas « affamés » après presque deux mois d’errance en mer sur un bateau qui devait les faire passer en Thaïlande et en Malaisie. Une soixantaine de personnes ont perdu la vie sur le bateau. “Nous n’avions presque pas de nourriture, d’eau potable et de médicaments” a raconté un survivant. “Le capitaine a tenté de violer l’une de nos femmes et une rixe a éclaté. Nous l’avons tué dans la bagarre et l’avons jeté à la mer”. Chaque année, des milliers de Rohingyas tentent, depuis le Bangladesh ou la Birmanie, de fuir par la mer vers des pays d’Asie du Sud-Est à bord d’embarcations précaires et bondées, dans l’espoir d’une vie meilleure. Beaucoup d’entre eux souhaitent rejoindre la Malaisie, nation à majorité musulmane où se trouve une importante diaspora rohingya.

#0241 Source : ouestfrance.fr

Lybie : une embarcation de fortune avec 73 migrants à son bord erre une semaine en méditerranée avant d’être refoulée en Lybie.

Lybie. Une embarcation de fortune avec à son bord 73 migrants erre une semaine en méditerranée en envoyant de multiples signaux de détresse, auquel il a été répondu qu’à cause du Covid aucune opération de sauvetage n’était envisageable. Le bateau a fini par être refoulé en Lybie, et à l’arrivée, 7 personnes ont disparu en mer et 5 sont mortes de faim et de déshydratation. Ce sinistre périple est documenté jour après jour, mais bien d’autres embarcations de migrants subissent le même sort et la dangerosité habituelle de la traversée est augmentée du fait que personne ne veut prendre la responsabilité d’éventuels sauvetages.

#0236 Source : alarmphone.org

France, Oissel : grève de la faim dans le centre de rétention à la suite de la révolte du CRA du Mesnil AMelot

France, Oissel. Le CRA de Oissel est isolé dans une école de flics au milieu d’une foret à 20 km de Rouen et a 4 km de la gare de Oissel. Les prisonniers racontent souvent que c’est l’un des pires à la fois pour la violence des équipes de flics et aussi pour le peu d’aide que fournit l’association humanitaire sensée faire du soutien juridique (France terre d’Asile) qui est à l’intérieur. Le 12 Avril, le lendemain de la révolte au Mesnil-Amelot, les retenus de Oissel commencent une grève de la faim pour demander leur libération.

#0205 Source : abaslescra.noblog.org

Chili : 800 boliviens sont enfermés en quarantaine à Colchane dans le Nord du pays.

Chili, Colchane. 800 Boliviens, coincés à la frontière chilienne depuis plusieurs jours, vont être placés en quarantaine au Chili avant de pouvoir rentrer dans leur pays, conformément à un accord conclu entre les deux pays. Ils sont depuis une semaine bloqués dans des campements de fortune dans la petite localité frontalière de Colchane (nord du Chili). Il y a plusieurs jours, certains avaient tenté de forcer le passage pour entrer en Bolivie, mais des militaires boliviens les en avaient empêchés. Des affrontements avaient fait au moins deux blessés. Le Chili et la Bolivie ont conclu un accord prévoyant que ces migrants soient placés en quarantaine dans la ville côtière chilienne de Iquique, à 250 km à l’ouest de Colchane.

#0220 Source : voaafrique.com

France, Ile de France : le tribunal administratif de Paris interdit l’accueil de nouveaux retenus durant les 14 prochains jours

France, Ile de France. Alors que plusieurs cas de coronavirus ont été détectés au CRA de Vincennes, le tribunal administratif de Paris, saisi par plusieurs associations, interdit l’accueil de nouveaux retenus durant les 14 prochains jours. A ce jour, 48 personnes sont encore retenues au CRA de Vincennes dont l’un des deux bâtiments a été fermé dans le contexte de l’épidémie.

#0217 Source : infomigrants.net

France, Ile de France : à l’heure actuelle, il est impossible de faire de demande d’asile

France, Ile de France. Avec plusieurs autres associations de soutien aux sans-papiers, le Gisti proteste, contre la fermeture de la plate-forme téléphonique de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), tandis que les guichets des préfectures sont fermés. Il n’est actuellement plus possible de déposer une demande d’asile en Ile-de-France, ce qui empêche aussi les personnes en attente d’asile de bénéficier des droits associés.

#0215 Source : gisti.org

Etats-Unis, Florida. Le gouverneur de Floride, DeSanti, assure par décret que la machine à expulser américaine fonctionnera bien à plein régime même durant l’épidémie.

Etats-Unis, Florida. Le gouverneur de Floride, DeSanti, assure par décret que la machine à expulser américaine fonctionnera bien à plein régime même durant l’épidémie. Le décret améliore la coordination entre l’agence de répression de l’immigration (ICE) et les shérifs des différentes région de l’Etat. Le gouverneur de Floride est responsable de 58 prisons dont 49 sont privées.

#0195 Paru sur orlandoweekly.com le 14 avril 2020

Allemagne, Berlin : mise en place de vols aériens spéciaux pour les travailleurs étrangers saisonniers

Allemagne, Berlin. Mise en place de vols aériens spéciaux pour les travailleurs étrangers saisonniers en provenance de Roumanie et de Bulgarie qui viennent travailler dans l’agriculture, et qui sont soupçonnés d’être potentiellement infectés du Covid19 mais dont le travail est nécessaire pour l’agriculture allemande. Après le scandale des images d’un vol où aucune précaution sanitaire n’est prise, l’Allemagne déclare limiter à 80 000 le nombre de saisonniers qui pourront venir travailler en Allemagne en avril et en mai, et met en place quelques mesures sanitaires (essentiellement une prise de température à l’arrivée). Des syndicats de paysans protestent contre le fait que les saisonniers sont logés à plusieurs par chambre et demandent qu’on leur interdise l’entrée du pays et qu’on recrute des saisonniers allemands.

France : dans le CRA de Vincennes, les prisonniers se révoltent après l’annonce du 4ème cas officiel de Covid19

France, Vincennes. Au CRA de Vincennes alors qu’un quatrième cas de corona virus est déclaré, l’état continue dans sa logique d’enfermement, sans aucune considération pour la vie des retenues, alors même que les frontières sont fermées. Les prisonniers se sont révoltés ce dimanche 12 avril au soir pour exiger l’hospitalisation de quelqu’un de très malade ayant les symptômes du coronavirus.

#206 Source abaslescra.noblog.org

France, Mesnil-Amelot. 8 prisonniers du Mesnil-Amelot ont été transférés dans d’autres CRA suite à la révolte

France, Mesnil-Amelot. 8 prisonniers du Mesnil-Amelot ont été transférés dans d’autres CRA suite à la révolte (visiblement pas de GAV). Au CRA de Lesquen (près de Lille) ils sont 5 et isolés du reste du centre : les flics ont rouvert un bâtiment qui était fermé juste pour les y enfermer. Les 3 autres auraient été transférés au CRA de Oissel (près de Rouen) où les prisonniers sont en grève de la faim depuis hier soir. En plus de la violence qu’ils ont subie, la répression, c’est aussi l’isolement loin des autres et loin des proches dans un bâtiment ou les cabines sont hors service.

#0189 Paru sur abaslescra.noblogs.org

France, Mesnil Amelot : les prisonniers du CRA 2 occupent la cour du bâtiment et bloquent la promenade aux cris de “liberté !”

France, Mesnil Amelot. A 20h, les prisonniers du CRA 2 du Mesnil-Amelot occupent la cour du bâtiment et bloquent la promenade aux cris de “liberté !” Depuis le début de l’urgence sanitaire les personnes enfermées demandent à être libérées face à la fermeture des frontières et à la situation sanitaire catastrophique dans ces lieux d’enfermement. Ils sont restés ensemble pour exiger leur libération, jusqu’à ce matin quand la police a chargé. Sept personnes ont été emmenées en garde-à-vue. Le communiqué des révoltés est à lire ici

#0188 Paru sur abaslescras.noblogs.org le 11 avril 2020.

Inde, Dehli : un centre pour travailleurs étrangers incendié par ses occupants après la mort par noyade de quatre d’entre eux

Inde, Dehli. Un foyer / centre pour travailleurs étrangers à été incendié par ses occupants après qu’une altercation avec les matons au sujet de la nourriture servie dans le centre a poussé quatre détenus à sauter dans la rivière Yamuna. La colère a éclaté après la noyade de l’un d’eux.

#0176 Source : paru sur ndtv.com le 12 avril 2020

France : à Calais, 263 migrants évacués dans des centres d’hébergement du département

France, Calais. 263 migrants de Calais ont été « mis à l’abri » dans des centres d’hébergement du département, notamment dans un centre de vacances de Merlimont, dans un hôtel à Fouquières-les-Béthune et dans un centre sportif de Liévin, dans le Pas-de-Calais. Dans le même temps des opérations continuent d’être réalisées sous l’autorité du procureur de Boulogne-sur-Mer ayant pour but « d’éviter la constitution de campements insalubres qui deviendraient en peu de temps des bidonvilles », a expliqué la préfecture, assurant que chaque opération était « accompagnée de propositions de mise à l’abri », c’est-à-dire de déplacement forcé vers divers lieux d’hébergement. D’autres départs doivent être organisés la semaine prochaine. Dans une lettre ouverte, plusieurs associations ont alerté mardi le préfet du Pas-de-Calais « sur la situation matérielle désastreuse des personnes exilées qui survivent à Calais », pointant notamment les repas distribués par l’État et la quantité d’eau mise à disposition des réfugiés qu’ils jugent insuffisants. Les associations ont aussi exprimé leur « incompréhension totale » face « aux opérations d’expulsions quotidiennes qui sont en incohérence avec le contexte sanitaire actuel ». Entre 650 migrants, selon la préfecture, et un millier, selon les associations, vivent actuellement à Calais dans l’espoir de rejoindre l’Angleterre, en majorité des personnes originaires du Soudan, d’Erythrée, d’Afghanistan et d’Iran.

#0145 Source : Le Parisien du 10/04/2020

Les Etats Unis ont expulsé environ 10 000 migrants vers le Mexique depuis le début de la crise sanitaire.

Etats Unis. L’administration Trump a expulsé environ 10.000 migrants clandestins vers le Mexique et d’autres pays en moins de trois semaines. Les mesures d’urgence de santé publique adoptées pendant l’épidémie de coronavirus ont donné aux services des douanes et de contrôle des frontières des États-Unis (CBP) un large pouvoir pour contourner les lois sur l’immigration en vigueur en temps normal.

#0123 Source : maroc-diplomatique.net

Niger : situation critique pour les migrants entre le Niger et l’Algérie

Niger. Le Niger est un point de transit important, autant pour les migrants à destination de l’Europe que pour les travailleurs saisonniers à destination de l’Algérie et de la Lybie. Les expulsions d’Algérie vers le Niger qui étaient en baisse en 2019 sont reparties à la hausse depuis février et le début de l’épidémie. Les migrants doivent désormais subir une quarantaine de 14 jours, sous tentes, dans une zone où la température peut atteindre les 50°C. La fermeture de nombreuses frontières sur le continent africain risque de les obliger à un séjour prolongé au Niger. Malgré la fermeture des frontières, les mouvements de population continuent. 8000 personnes ont été refoulées par l’algérie depuis février, ce qui augmente fortement la pression sur les services de santé locaux

#0124 Source : aljazeera.com

France : un cas de Covid19 annoncé au CRA de Vincennes, mobilisation des retenus.

France, Vincennes. Annonce d’un cas de COVID19 au centre de rétention de Vincennes. Les conditions de la rétention se sont énormément dégradées depuis le début du confinement, et les révoltes, à Vincennes comme ailleurs, sont quotidiennes, grèves de la faim, mobilisations collectives pour la libération de tous les retenus et dénonciation des conditions sanitaires.

#0119 Source : abaslescras.noblogs.org

France, Ile de France : inquiétude face à la situation sanitaire dans les foyers, des habitants du hangar squatté par d’anciens résidents du foyer Bara alertent sur leur situation sanitaire.

France, Ile de France. Inquiétude face à la situation sanitaire dans les foyers. A Montreuil des habitants du hangar squatté par d’anciens résidents du foyer Bara alertent sur leur situation sanitaire. « Un médecin du centre municipal de santé est passé les 26 et 30 mars, puis le 7 avril, explique Anne-Claire Mialot, préfète déléguée pour l’égalité des chances de Seine-Saint-Denis. Il a recensé trente personnes fragiles, parce que malades et-ou âgées, et huit suspectées d’être contaminées par le Covid, immédiatement “mises à l’abri” dans un hôtel à Bondy. » Mais, lors du dernier passage de ce médecin, aucun résident n’a accepté d’être examiné, car la crise du Covid réveille la crainte d’expulsion du squat, voire du pays, et parce que les résidents refusent d’être dispersés dans d’autres lieux d’hébergements . Le neuropsychologue Sébastien Bogajewski, responsable d’un collectif local de médecins libéraux qui a visité cinq des treize foyers de la ville, demande que le désir des résidents de rester ensemble soit respecté et que leur soient fournis les moyens de contrôler et d’améliorer leur situation sanitaire (masques, gel désinfectant, thermomètres et saturomètres). Selon le  préfet de la région, « sur 90 000 résidents dans les 300 structures collectives et centres d’hébergement de la région, seuls 737 cas suspects ou avérés ont été recensés. Il n’y a pas d’accélération », rassure-t-il en minimisant une situation très inquiétante. L’isolement des malades est prévu à travers la réquisition de 8 200 places d’hôtels dans la France entière, dont 5 500 en Ile-de-France. Quatre-vingts centres d’hébergement Covid, pour l’accueil des malades sans-abri ou provenant des centres d’hébergement mais n’ayant pas besoin d’être hospitalisés ont aussi été ouverts. En Ile-de-France, 150 des 445 places “Covid” sont occupées. Deux grands centres sportifs, l’Insep, dans le bois de Vincennes, et le Creps, à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), jouent aussi le rôle de sas pour extraire au plus vite les malades suspectés d’être infectés, le temps de les tester. Dans les foyers gérés par Adoma (88000 résidents) et Coallia (30 000), toutes les structures collectives ont été fermées.

#0162 paru sur lemonde.fr le 11 avril 2020

Grèce, Lesbos : les prisonniers détenus au centre de détention pré-renvoi à l’intérieur du camp de la Moria à Lesbos sont en grève de la faim.

Grèce, Lesbos. Les prisonniers détenus au centre de détention pré-renvoi à l’intérieur du camp de la Moria à Lesbos sont en grève de la faim. Ils demandent leur libération immédiate pour éviter les conséquences désastreuses d’une diffusion du virus dans la prison.

#0172 Paru sur dm-aegean.bordermonitoring.eu le 8 avril 2020

France, Montreuil. Un trentaine de personnes manifestent malgré le confinement depuis l’immeuble occupé par d’anciens résidents du foyer Bara, installés là après plusieurs expulsions

France, Montreuil. Un trentaine de personnes manifestent malgré le confinement depuis l’immeuble occupé par d’anciens résidents du foyer Bara, installés là après plusieurs expulsions. Derrière une banderole “Nous voulons des papiers et des logements”, la manif rejoint une boulangerie pour réceptionner 250 baguettes fournies en solidarité avec leur lutte. Ils dénoncent la précarité de leur situation, renforcée par les mesures de confinement et les difficultés sanitaires qu’ils vivent au quotidien.

#0158 Paru sur autonomiedeclasse.org

Grèce, Paranesti Dramas : la police anti-émeute a battu et torturé des migrants en grève de la faim à Paranesti Dramas.

Grèce, Paranesti Dramas. La police anti-émeute a brutalement frappé des migrants en grève de la faim à Paranesti Dramas. Les responsables du camp ont enfermé les migrants à l’intérieur de conteneurs, dans le but de les isoler et de les terroriser afin de stopper leur mobilisation. De plus, en guise de punition, ils ont réduit les rations de nourriture. Après les avoir gardés emprisonnés pendant des heures à l’intérieur des conteneurs, vers 21 heures, l’escouade anti-émeute est arrivée avec les policiers de l’OPKE (unités lourdement armées) et deux camionnettes pleines de policiers entièrement armés. Les forces de l’ordre  ont ouvert les portes des conteneurs un par un et ont violemment frappé les migrants qui en sortaient. Les migrants disent que des tasers ont aussi été utilisés. Le texte complet qui relate cet épisode est à lire ici.

 

#0173 Paru sur 325.nostate.net le 9 avril 2020

Grèce : le nouveau système d’accès au soin entre en vigueur, il exclut les migrants de l’accès au soin.

Grèce. Le nouveau système d’accès au soin, voté en novembre et dont les décrets d’application ont été signés en janvier, entre en vigueur. Le numéro d’identification sociale pour les migrants est supprimé, ce qui leur enlève aussi le droit aux services de santé. Seuls les demandeurs d’asile enregistrés ou les personnes ayant déjà obtenu l’asile sont couverts. « Ceux qui sont arrivés sur les îles, qui sont pré-enregistrés ou ne sont pas encore enregistrés, n’ont aucune couverture », déplore Apostolos Veizis, directeur de MSF Grèce.

#0261 paru sur bastamag.net le 15 avril 2020

France, Charente maritime : mise en place du dispositif « Main-d’œuvre saisonnière, les réfugiés en renfort ! »

France, Charente maritime. Mise en place du dispositif « Main-d’œuvre saisonnière, les réfugiés en renfort ! » : on propose à des migrants ayant le statut de réfugiés de se porter volontaires pour travailler dans les champs, en échange… d’une expérience (et un peu d’argent, c’est à dire pas un salaire !). Il s’agit de faire face à la pénurie de main d’œuvre liée à la crise du coronavirus et à la fermeture des frontières qu’elle induit, en exploitant à moindre frais les plus précaires, auquel on refuse par ailleurs des titres de séjour pérennes. Tout le monde est supposé être content, surtout le dieu Travail qui gagne encore du terrain sur ” les assistés”. Chaque année, des Portugais, des Algériens, des Marocains ou des citoyens des pays de l’Est rejoignent habituellement les exploitations françaises pour le ramassage printanier des fruits et légumes. Avec la fermeture des frontières due au Covid-19, les effectifs sont affaiblis. Une soixantaine d’hommes, principalement originaires de la Corne de l’Afrique et des pays avoisinants se disent prêts à participer à l’opération. Ils ont manifesté leur intérêt auprès des cinq centres d’hébergement provisoires que compte la Seine-et-Marne.

#0453 Source la croix.com

France. Plusieurs associations demandent la remise en liberté urgente des quelque 900 personnes présentes dans les centres de rétention administrative en France.

France. Plusieurs associations demandent la remise en liberté urgente des quelque 900 personnes présentes dans les centres de rétention administrative en France. Des lieux, qu’elles jugent inadaptés aux mesures de protection contre le coronavirus prônées par le gouvernement.

#0031 Source : infomigrants.net

France. Le Conseil d’Etat refuse de fermer les CRA durant la période de confinement

France. Le Conseil d’Etat refuse la fermeture des CRA durant la période (un recours allant dans ce sens a été fait par le GISTI, la Cimade, l’ADDE, le syndicat des avocats et le conseil national des barreaux). Le Conseil d’Etat refuse la demande en indiquant : “Le nombre des personnes nouvellement placées en rétention s’est très substantiellement réduit et devrait être marginal dans la période à venir. Alors que les 26 centres de rétention ont une capacité d’accueil totale d’un peu plus de 1 800 places, ils ne comptaient ainsi que de l’ordre de 350 personnes retenues à la fin de la semaine du 16 mars 2020 et seulement 152 personnes à la date du 26 mars 2020. A cette dernière date, 9 centres de rétention ne comptaient aucun étranger retenu, 5 centres comptaient moins de 5 étrangers retenus et 5 centres comptaient entre 6 et 16 étrangers retenus. Seuls deux centres dépassaient ce dernier effectif, avec 37 personnes retenues au Mesnil-Amelot, pour une capacité de 120 places si elles sont regroupées dans un seul des deux centres situés dans cette localité, et 53 personnes retenues à Vincennes, pour une capacité de 237 places.” Alors que la demande de fermeture temporaire des CRA était liée au fait que les expulsions du territoire ne sont de toute façon pas possible en ce moment (pas d’avions, frontières fermées, transports limités, etc), le Conseil d’Etat répond quand même que “l’autorité administrative a pu procéder, dans la période récente, à des éloignements du territoire, en dépit des restrictions mises par de nombreux Etats à l’entrée sur leur territoire de ressortissants de pays tiers et de la très forte diminution des transports aériens.”

Le Mesnil-Amelot et Vincennes, ainsi que d’autres centres encore ouverts, sont déjà en train, à ce moment-là, de devenir des foyers actifs de contagion…

#0041 Source : www.conseil-etat.fr

Etats Unis : grève de la fin d’une soixantaine de détenus dans une prison pour migrants de Louisiane

Etats Unis, Monroe (Louisiane). Une soixantaine de détenus de la prison de l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) du Richwood Detention Center ont commencé une grève de la faim pour demander leur libération. La grève a cessé lorsque les matons ont menacé les prisonniers de les mettre à l’isolement et de leur prendre leur téléphone portable.

#0143 Source : perilouschronicle.com

Canada, Laval : grève de la fin d’une trentaine de personnes dans un centre de rétention pour migrants qui demandent leur libération immédiate.

Canada, Laval (Québec). Une trentaine de personnes enfermés dans un centre de rétention pour migrants (le CBSA Laval Immigration Holding Centre) ont commencé une grève de la faim pour demander leur libération immédiate et de meilleures mesures pour réduire les risques de contamination au Covid-19.

#0139 Source : perilouschronicle.com

Etats Unis : émeute dans une prison privée pour migrants au Texas.

Etats Unis, Pearsall (Texas). Au South Texas ICE Processing Center environ 60 migrants ont refusé de retourner en cellule et ont commencé émeute devant le manque de réponse de l’établissement face à la menace que représente le COVID-19. Le South Texas ICE Processing Center est une prison privée sous contrat avec l’Immigration and Custom’s Enforcement (ICE).

#136 source : perilouschronicle.com

Etats Unis : grève de la fin dans une prison privéée pour migrants à Moore Haven en Floride

Etats Unis (Moore Haven, Florida). Des migrants emprisonnés au Glades County Detention Center ont commencé une grève de la faim pour demander des mesures sanitaires permettant de lutter contre la propagation du Covid-19. Le Glades County Detention Center est une prison privée sous contrat avec l’Immigration and Custom’s Enforcement (ICE).

#0134 Source : perilouschronicle.com

France, Mayotte : le centre de rétention administrative de Mayotte est désormais transformé en zone de quarantaine pour les ressortissants arrivant des Comores par “voie légale ou clandestine”.

France, Mayotte. Le centre de rétention administrative de Mayotte est désormais transformé en zone de quarantaine pour les ressortissants arrivant des Comores par “voie légale ou clandestine”. En effet, le virus vient de commencer à se répandre sur l’île et il est supposé avoir été amené par des ressortissants des autres îles des Comores.

#0358 Paru sur secours-catholique.org

Grèce : ouverture d’un camp supplémentaire pour les migrants à Klidi dans le Nord de la Grèce, près de Serres

Grèce. Ouverture d’un camp supplémentaire pour les migrants à Klidi dans le Nord de la Grèce, près de Serres, alors que les camps de la Moria à Lesbos, et ceux de Malakasa et Ritsona à proximité d’Athènes sont strictement confinés depuis trois jours dans des conditions sanitaire épouvantables. Une médecin raconte ainsi ce qu’elle y a vu : « Le camp est entouré de fils barbelés. Il est en zone inondable. Il n’est relié ni au réseau électrique, ni à l’eau courante. Les tentes de la Croix rouge n’ont pas de lit, mais juste des palettes et des matelas pneumatiques ! Que va-t-il se passer à la fonte des neiges ? La rivière risque de quitter son lit… Ce sera une catastrophe ! » Elle dénombre beaucoup d’enfants, de personnes vulnérables, de femmes, certaines enceintes ou malades. En plus de la propagation du virus, les associations humanitaires craignent que le confinement ne serve de prétexte pour transformer définitivement ces camps en centres fermés.

#0260 paru sur bastamag.net le 15 avril 2020

Etats Unis : grève de la faim de dans une prison privée pour migrants à Elizabeth (New Jersey)

Etats Unis, Elizabeth (New Jersey). Au moins 40 migrants détenus à l’Elizabeth Detention Center ont commencé une grève de la faim pour protester contre les mauvaises conditions sanitaires alors qu’une personne de l’équipe médicale a été testée positive au Covid19.
Les prisonniers protestent contre le fait que l’administration ne leur fournit ni gants ni masques alors qu’ils dorment à douze dans des dortoirs communs. L’Elizabeth Detention Center est une prison privée sous contrat avec l’Immigration and Custom’s Enforcement (ICE).

#0132 Source : perilouschronicle.com

France, Cornebarrieu. Le juge des libertés et de la détention vient d’ordonner la libération de 10 personnes étrangères retenues au CRA (Centre de Rétention Administrative ) de Cornebarrieu, près de Toulouse.

France, Cornebarrieu. Le juge des libertés et de la détention vient d’ordonner la libération de 10 personnes étrangères retenues au CRA (Centre de Rétention Administrative ) de Cornebarrieu, près de Toulouse.

#0087 paru sur france3-regions.francetvinfo.fr le 10 mars 2020

Etats Unis : 120 migrants en grève de la faim dans une prison privée sous contrat pour à Kerney (New Jersey)

Etats Unis, Kerney (New Jersey). 120 migrants emprisonnés à l’Hudson County Corrections and Rehabilitation Center ont commencé une grève de la faim en réponse au risque élevé de diffusion du Covid-19. L’Hudson County Corrections and Rehabilitation Center est une prison privée sous contrat avec l’Immigration and Custom’s Enforcement (ICE).

#0129 Source : perilouschronicle.com

Etats Unis : un groupe de migrants en grève de la faim dans une prison privée sous contrat avec l’Immigration and Custom’s Enforcement

Etats Unis, Newark (New Jersey). Un groupe de migrants emprisonnés à l’Essex County Correctional Facility organise une grève de la faim pour demander leur mise en liberté immédiate. L’Essex County Correctional Facility est une prison privée sous contrat avec l’Immigration and Custom’s Enforcement (ICE) qui a pour but de “protéger l’Amérique des crimes transfrontalier et de l’immigration illégale qui menacent la sécurité de la nation et la sécurité publique”

#0128 Source : perilouschronicle.com

Espagne : révolte au centre de rétention d’Aluche (Madrid)

Espagne, Madrid. Révolte au CIE (Centre de rétention) de Aluche. Les retenus font sortir le communiqué suivant : ” Aux juges, à la presse, aux journalistes, aux citoyen.ne.s de Madrid, par la présente nous vous informons de notre situation actuelle, aujourd’hui 17 mars 2020, dans un moment de pandémie mondiale. Notre état de santé est en grand danger, parce qu’il y a beaucoup de détenus avec des symptômes de cette pandémie qu’on appelle Coronavirus.” Lire l’intégralité du communiqué ici

#0114 Source : abaslescras.noblogs.org

France : révolte des retenus du centre de rétention de Lille-Lesquin

France, Lille-Lesquin. Les retenus du centre de rétention de Lille-Lesquin font parvenir le communiqué suivant : ” Vendredi, le 13/03/2020, nous avons appris qu’au moins un cas de coronavirus a été confirmé au sein du CRA. Si la personne a été évacuée, aucune mesure n’a été prise pour notre sécurité vis-à-vis de l’épidémie. Les policiers de la Police aux Frontières (PAF) ont des gants et des masques, et nous, rien. Nous avons donc décidé d’arrêter de fréquenter les espaces collectifs du centre de rétention, afin de nous protéger, ce qui implique le réfectoire. Nous ne mangeons donc plus depuis maintenant trois jours pour beaucoup d’entre nous.” et “Pour notre survie et le respect de nos droits, nous exigeons la liberté immédiate de toutes les personnes enfermées au CRA de Lesquin et dans tous les centres de rétention !” Le communiqué est à lire ici.

#0115 Source : abaslescras.noblogs.org

Grèce, frontière avec la Turquie : l’armée grecque a probablement tué par balle un migrant d’origine pakistanaise décédé début mars alors que, parmi des milliers de personnes, il tentait de franchir la frontière grecque depuis la Turquie.

Grèce, frontière avec la Turquie. L’armée grecque est probablement responsable de la mort d’un migrant d’origine pakistanaise décédé début mars alors que, parmi des milliers de personnes, il tentait de franchir la frontière grecque depuis la Turquie. Une enquête est en cours pour déterminer si, comme l’affirment plusieurs journalistes, c’est l’armée grecque qui a tiré. Ils affirment qu’au moins six autres personnes ont été blessées. Les autorités grecques continuent de rejeter toute accusation et ont à plusieurs reprises parlé de “fausses nouvelles” instillées par le gouvernement turc.

#0746 Source balcanicaucaso.org