Russie, Sibérie : des vidéos montrent des empilements de cadavres s’empilant dans une morgue et un hôpital alors que la région est censé être très peu touchée

Russie. Une vidéo tournée le 25 octobre à Novokouznetsk, une ville sibérienne de 550 000 habitants par un employé de la morgue d’un hôpital montre ce qu’il appelle « la zone sale » dans laquelle des cadavres s’empilent dans un couloir, tous emballés dans des sacs en plastique comparables à de grands sacs-poubelle. « Vous voyez le tas », dit-il, d’un ton las. Il tente de se frayer un chemin. « On peut même tomber, poursuit-il, on est obligé de marcher sur des têtes. » Plusieurs salles sont ainsi remplies de cadavres. Une autre vidéo montre le même type d’images dans des sous-sols de l’hôpital n° 12 de la ville de Barnaoul (625 000 habitants), également en Sibérie. Ces images sont en contradiction totale avec le discours officiel qui comptabilise 13 morts depuis les débuts de l’épidémie pour cette région. Dans certains quartiers de Saint-Pétersbourg, l’écart entre le nombre de décès officiel et les incinérations pratiquées se compte en milliers. Vladimir Poutine s’en tient à son refus du confinement et délègue les dispositions précises aux autorités régionales qui se prononcent parfois en faveur de l’école et du travail à distance. À Moscou, l’arbitraire des décisions débouche sur des situations ubuesques comme l’annulation des titres de transport gratuits, une mesure qui serait destinée à empêcher les plus âgés de prendre le bus ou le métro.

#1620 Source Lepoint.fr