Etats Unis, Détroit : le chef de la police reconnaît que la reconnaissance faciale utilisée dans la ville à partir d’un logiciel développé par la société DataWorks Plus se trompe à 96%, et qu’elle discrimine les afro-américains

Etats Unis, Détroit. Le chef de la police de Détroit lui-même reconnaît que la reconnaissance faciale utilisée dans la ville à partir d’un logiciel développé par la société DataWorks Plus se trompe à 96%, et qu’elle discrimine les afro-américains. Todd Pastorini, directeur général de DataWorks Plus, accuse la presse de manipulation et rétorque : ” Vous savez peut-être comment fonctionne une pelle – vous la collez le sol pour ramasser la saleté et vous pourriez l’utiliser comme une arme. La reconnaissance faciale a été militarisée dans une certaine mesure par les médias.” Il compare le logiciel DataWorks Plus aux systèmes d’identification d’empreintes digitales automatisés qui renvoie à des dizaines ou des centaines de correspondances potentielles. Depuis le début de l’année cette technologie a été utilisée 70 fois, selon des données publiées par le département de police de Détroit et, dans 68 des cas, la photo introduite dans le logiciel était celle d’un afro-américain.

#1102 vu sur vice.com