Philippines : répression violente des opposants au régime, deux anarchistes abattus dans la rue par des “escadrons de la mort” ainsi que la femme de l’un d’entre eux [brève annulée suite à une enquête et clarification d’un groupe local]

Un communiqué du “Local Autonomous Network (LAN)” affirme que l’appel à soutien publié sur enoughisenough14.org qui a servi de source à cette brève est, après enquête, une mystification probablement crapuleuse. La politique répressive menée aux Philippines est effectivement très dure, mais il n’y a pas de groupe anarchiste dont les membres auraient été assassinés dans ces circonstances dernièrement. Le but serait de récupérer de l’argent sur le dos de la solidarité, ce qui est inacceptable. enoughisenough14.org l’a donc dépublié le 14 mai et a publié une clarification salutaire que nous invitons à lire ici.

Philippines. Des anarchistes alertent sur la situation répressive dans le pays. Des anarchistes et communistes jusqu’aux partis de gauche non institutionnels, en passant par les punks révoltés, la répression s’abat violemment sur ceux et celles qui s’opposent au gouvernement. Plusieurs personnes ont été emprisonnées et trois personnes dont deux militants ont été abattus. Le président Rodrigo Duterte utilise la crise sanitaire pour accroître son pouvoir répressif et a menacé le 24 avril de déclarer la Loi Martiale contre ceux et celles qui s’opposent à sa politique. Au cours des derniers mois, de nombreuses perquisitions ont eu lieu avec confiscation des livres et des ordinateurs, des réunions ont été interrompues par des descentes de police, des militants ont été harcelés et arrêtés. Juste avant le 1er mai, plusieurs personnes soupçonnées des préparer des actions ont été emprisonnées. Les DDS (Dutertres Death Squad, les escadrons de la mort de Dutertre), un groupe paramilitaire “secret” composé d’ex-policiers et soldats masqués avec des masques de ski, mènent des raids officieux, appelés des “raids silencieux”, généralement à l’aube. Ils menacent une première fois, puis interviennent violemment la deuxième. Les gens ont peur et ne parlent pas de ce qui se passe. Des anarchistes ont alerté l’Anarchist Communist Group, qui relaye : ” L’un de nos camarades a été abattu ainsi que sa femme, hier 2 mai à 19 h à bout portant à un poste de contrôle alors qu’il rentrait chez lui avec sa femme et leur fils de 6 ans. Il a reçu cinq balles dans la tête et sa femme a également été abattue de deux balles dans la tête tandis que leur fils a été touché par une balle perdue.” Les policiers du poste de contrôle ont dit avoir vu deux personnes à moto portant des masques de ski. Un autre militant proche des personnes qui témoignent a été abattue le 5 mai à 17h de cinq balles dans la tête par les mêmes “escadrons de la morts”. L’intégralité de ce récit est à lire ici.

#0508 Source enoughisenough14.org