Pays bas : fermeture de quatre prisons, la justice continue de punir par de plus en plus de bracelets électroniques et de peines alternatives

Pays Bas. Les Pays-Bas annoncent la fermeture prochaine de quatre prisons, faute de détenus. Un tiers des cellules devrait être inoccupée dans les 5 ans à venir. Il ne s’agit donc pas d’une libération massive liée au coronavirus : c’est un choix de politique de gestion du système judiciaire mis en place depuis plusieurs années. La justice ne cesse évidemment pas de punir. Ces baisses du nombre d’incarcérations s’explique par le recours massif aux peines alternatives. Ces mesures risquent fort de concerner des personnes qui n’auraient pas été incarcérées, parce que les juges ont tendance à les distribuer avec plus de “largesse”. La surveillance des prévenus au moyen de bracelets électroniques est devenue monnaie courante. Par ailleurs, les juges néerlandais prononcent davantage de peines de substitution, comme les travaux d’intérêt général. Il y a quelques années les Pays-Bas avaient loué des cellules vides de leurs prisons à la Belgique et la Norvège, toutes deux confrontées à une pénurie de cellules.

#0539 Source rtl.fr