Méditerranée, l’Ocean-Viking, navire humanitaire de SOS Méditerranée, est reparti en mer après trois mois d’arrêt en raison de la crise sanitaire, pour reprendre ses sauvetages entre l’Europe et la Libye.

Méditerranée. L’Ocean-Viking, navire humanitaire de SOS Méditerranée, est reparti en mer après trois mois d’arrêt en raison de la crise sanitaire, pour reprendre ses sauvetages entre l’Europe et la Libye. L’équipage peut s’attendre à trouver de nombreux naufragés puisque les départs, qui n’ont pas cessé pendant les derniers mois malgré la fermeture des ports. Les dernières données du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) confortent ce constat : entre début janvier et fin mai, les tentatives de traversée au départ de la Libye ont augmenté de 150 %, comparé à la même période l’an dernier, soit 8 311 personnes qui ont pris la mer sur des embarcations de fortune, contre 3 712. La réouverture des ports et frontières intra européennes pourraient augmenter encore le nombre de départs. Le Sea-Watch 3, de l’ONG allemande Sea-Watch, et la Mare-Jonio, de l’italienne Mediterranea Saving Humans, sont les deux premiers bateaux à être retournés dans cette zone, respectivement les 8 et 10 juin. Dimanche, Sea-Watch a annoncé le transbordement de 211 naufragés sur un ferry dans un port sicilien, où ils observeront une quarantaine. Le même jour, la Mare-Jonio a annoncé avoir débarqué, également en Sicile, 67 personnes secourues la veille. Les migrants sauvés de la noyade, ne sont pas libres pour autant puisqu’ils se retrouvent ensuite en quarantaines et enfermés dans des camps ou des centres de tris en attendant que les états statuent sur leur demande d’asile. Dans les prochains jours, un nouveau “pacte migratoire” qui va déterminer le sort de ces migrants doit être dévoilé à Bruxelles.

#1039 vu sur lemonde.fr