Mali, Bamako : onze morts dans les manifestations émeutières contre lesquelles a été déployée la FORSAT une unité d’élite anti terroriste entraînée entre autres par le RAID

Mali, Bamako. Les manifestations émeutières se poursuivent depuis plusieurs jours dans la capitale et leur répression a déjà fait onze morts et des dizaines de blessés. Le déploiement d’une unité d’élite antiterroriste, la Forsat, en plus des forces de sécurités serait à l’origine du caractère particulièrement meurtrier de cette répression. En effet, depuis trois jours, les forces de l’ordre tirent à balles réelles sur les manifestants et des journalistes disent avoir vu à plusieurs reprises des hommes encagoulés vêtus de noir, arme automatique à la main à l’arrière de pick-up dans les rues de Bamako, sans qu’il soit possible de déterminer leur unité. La Forsat a été créée en 2016 à la suite d’attentats meurtriers en 2015 dans la capitale Bamako, comme une force d’élite et de réaction rapide à toute forme de « terrorisme ». Elle est composée de 60 policiers, 60 gendarmes et 60 membres de la garde nationale, selon l’arrêté ministériel de sa création. Elle est supposé être exclusivement dédiée à la lutte antiterroriste. Cette unité d’élite est régulièrement formée par les partenaires internationaux du Mali, notamment la mission de formation de l’Union européenne, l’EUTM Mali, ou le RAID, l’unité d’élite de la police française. L’affectation de la Forsat à une mission de maintien de l’ordre « serait une violation claire de l’arrêté qui structure cette force, chargée exclusivement de lutter contre le terrorisme, et non de lever des barricades érigées par des manifestants », déclare Amnesty International.

#1204 vu sur www.lemonde.fr