Tchétchénie : le président Kadyriv se met en scène dans des vidéos où il menace de tuer les personnes infectées par le virus et enferme un grand nombre de personnes pour non respect du confinement.

Tchétchénie. Le président Kadyriv se met en scène dans des vidéo menaçantes pour contraindre au confinement de la population dont il estime qu’il n’est pas assez respecté. « Messieurs du FSB, faites quelque chose avec ces sous-hommes qui nous provoquent. Vous voulez que nous devenions des criminels, c’est ça ? L’un d’entre nous endossera la responsabilité et ira en prison pour tout le monde. Ne nous forcez pas à devenir des assassins !» ou encore «Je préfère frapper une personne qu’en enterrer 1 000. C’est pour ça que je prends des mesures très dures. S’il faut, je frappe à coups de matraque. S’il le faut, je jette en prison dans une cave, mais je défendrai mon peuple.» . Un grand nombre de personnes sont détenues par les forces de sécurité pour avoir violé le « régime d’auto-isolement ». Dès la fin mars, alors que la Tchétchénie ne compte que trois cas, – le dernier bilan officiel est de 615 cas et 8 morts – Kadyrov a pris publiquement à partie l’une des personnes infectées en l’accusant de n’avoir pas observé la quarantaine. « Celui qui a créé ce problème, si vous voulez mon avis, il aurait dû être tué, car non seulement il tombe malade lui-même mais il infecte aussi sa famille et ses voisins ». Pourtant le 3 mai, en cette période qui est aussi celle du Ramadan, le président tchétchène a réuni les dirigeants des institutions médicales du pays, dont le ministre de la santé, sans aucune précautions sanitaires, pour un dîner de la rupture du jeûne qu’il fait filmer et diffuser. Il se déclare fier de sa stratégie de communication à laquelle il accorde beaucoup d’attention.

#0529 Source Le Figaro du 06/05