Nigéria, Owerri : 1844 prisonniers ont été libérés lors d’une attaque de la prison qui a été partiellement détruite et incendiée par des insurgés lourdement armés

Nigéria, Owerri. 1844 prisonniers ont été libérés lors d’une attaque de la prison qui a été partiellement détruite et incendiée par des insurgés lourdement armés. Ils sont arrivés très nombreux dans plusieurs camionnettes et bus et ont utilisé de la dynamite, des explosifs lourds et des armes sophistiquées lors des attaques et ont également attaqué le poste de police d’Owerri. Ils ont libéré de nombreux prisonniers détenus dans les cellules du SCID et incendié de nombreux véhicules garés dans les locaux du siège, y compris le bâtiment du bureau du SCID. L’opération a duré près de trois heures. Des postes de contrôle militaires le long de la route d’Onitsha et de celle autour d’Ugwu Orji dans la région du gouvernement local d’Owerri Nord auraient également été attaqués et les militaires en faction ont abandonné leur poste. Aucun groupe n’a pour le moment revendiqué la responsabilité des attaques. En octobre 2020, lors des manifestations contre les violences policières qui avaient dégénéré en émeutes, plusieurs prisons de l’Etat de Lagos avaient été attaquées mais aucun détenu n’avait réussi à s’enfuir. Il s’agit de l’attaque la plus importante contre une prison dans l’histoire récente du Nigéria.

#1988 Source amwenglish.com

Nigéria : la révolte a gagné la plupart des grandes villes, avec de nombreuses manifestations émeutières, deux des plus grandes prisons du pays ont été attaquées

Nigéria. La révolte contre le gouvernement a gagné la plupart des grandes villes du pays, dont la capitale politique Abuja. La répression s’est avérée très violente et selon plusieurs sources indépendantes, au moins plus de 100 personnes ont perdu la vie depuis les premiers heurts entre manifestants et forces de l’ordre. Au cours des manifestations émeutières, deux des plus grandes prisons du pays ont été attaquées, dont la prison d’Ikoyi, en plein cœur d’un quartier riche de la ville. Des détenus ont été libérés, des commissariats et des banques ont été attaqués et beaucoup de pillages ont eu lieu. L’unité de police SARS, mise en cause par les manifestants, a été dissoute. Des bandes de manifestants continuent à circuler dans les grandes villes du pays.

#1633 Source www.connectionivoirienne.net

Nigeria, Kano : la ville est particulièrement touchée par le virus avec 600 morts en une semaine, toute la région est concernée par cette hausse de mortalité.

Nigeria, Kano. Cela fait quelques semaines que les fossoyeurs de Kano sont dépassés par le nombre de mort qui affluent. Plus de de 600 personnes sont mortes dans la semaine dans cette ville du Nord du pays qui est particulièrement touchée. Les autorités ont commencé par attribuer ces décès à d’autres causes telles que le diabète, l’hypertension et le paludisme, mais les résultats d’une mission officielle ont finalement conclu qu’ils étaient liés, pour la plupart d’entre eux, au coronavirus. Un employé du cimetière raconte être passé de deux à quarante tombes par jours en quelques jours et les foyers de «morts mystérieuses» se multiplient dans les États voisins : Jigawa, Yobe, et dernièrement dans la ville d’Azare, dans l’État de Bauchi, où une équipe d’épidémiologistes a été envoyée après le décès concomitant de 110 personnes. Des milliers d’enfants des rues ont été renvoyés par camions dans leur village au début du confinement, et on peut craindre qu’ils aient pu disséminer le coronavirus dans les régions voisines.

#0628 Source courrierinternational.com