Grèce : un mail de l’agence frontalière Frontex, montre clairement que les garde-côtes grecs ont reçu l’ordre de repousser les migrants dans les eaux territoriales turques

Grèce. une organisation de soutien aux migrants a eu accès à l’intégralité d’un mail de l’agence frontalière de l’UE, Frontex, dont un paragraphe montre clairement que les garde-côtes grecs ont reçu des ordres pour repousser les migrants dans les eaux territoriales turques. Le mail daté du 6 mars 2020 décrit un incident au cours duquel les garde-côtes danois ont refusé des ordres de forcer les migrants et les demandeurs d’asile à rentrer en Turquie sur un petit bateau près de la côte de l’île grecque. Une phrase indique ensuite que les garde-côtes helléniques avaient en fait pris des ordres pour transporter des migrants sur un bateau pneumatique vers les eaux turques : «L’officier de liaison HCG – Équipement technique (LO-TE) a informé un équipage d’un ordre de son autorité de renvoyer les migrants sur le bateau pneumatique et de les escorter / les transporter dans les eaux territoriales TUR (TTW)». Les Danois avaient transmis cet ordre à leurs propres supérieurs, qui l’ont fait annuler. «Un nouvel ordre a été donné pour amener les migrants au port de Kos», indique le mail. Les autorités grecques ne cessent d’affirmer que de telles pratiques qui contreviennent au droit international n’existent pas et qu’il s’agit de propagande turque.

#1701 Source Euobserver.com

Méditerranée : un naufrage au large de la Libye fait au moins 74 morts, les 47 survivants ont été ramenés à terre par les garde-côtes libyens et des pêcheurs

Méditerranée. Au moins 74 migrants sont décédés lors d’un naufrage au large de la Libye. 47 survivants ont été amenés à terre par les garde-côtes libyens et des pêcheurs, et pour le moment 31 corps ont été repêchés. Depuis le début de l’année, au moins 900 personnes se sont noyées en Méditerranée en essayant d’atteindre les côtes européennes, parfois parce que les opérations de secours ont été empêchées par diverses tracasseries administratives des Etats concernés. Plus de 11.000 rescapés ont été renvoyés en Libye.

#1662 Source Ouest-France.fr

Méditerranée, Malte : le cargo Maersk-Etienne attend de pouvoir débarquer ses passagers dont 27 migrants

Méditerranée, Malte. Depuis plus d’un mois, le cargo « Maersk-Etienne », qui avait récupéré 27 migrants sur un navire en perdition au large de Malte le 4 août, attendait de pouvoir débarquer ses passagers dans un port méditerranéen. Les migrants viennent seulement d’être transférés à bord du « Mare Jonio », le bateau humanitaire de l’ONG italienne Mediterranea Saving Humans, puis ont débarqué à Pozzallo en Sicile, où il rejoindront certainement un des camp pour migrants de l’île. Pendant trente-huit jours, le groupe danois auquel appartient le cargo a tenté en vain d’obtenir d’un Etat européen qu’il accueille les migrants, parmi lesquels se trouvent une femme enceinte et un enfant. La situation sur le pétrolier, immobilisé dans les eaux territoriales maltaises, s’était détériorée ces derniers jours. « Nous étions de plus en plus préoccupés par la santé mentale et physique des personnes secourues à la suite de leur séjour prolongé sur le Maersk-Etienne, explique la société Maers Tankers, dans un communiqué. La situation avait empiré à la suite d’un incident récent où trois personnes ont sauté par-dessus bord. » Depuis, certains menaçaient d’entreprendre une grève de la faim. Le capitaine du argo n’a cessé de rappeler que le Maersk-Etienne est « un cargo chimique, qui n’est pas équipé ni construit pour accueillir des gens à bord », et dont l’équipage, « composé de marins professionnels », n’est pas « qualifié pour assurer une assistance médicale ou des soins aux personnes secourues ». Les passagers ont depuis été transférés à bord du “Mare Jonio” (MAJ 11/sep)

#1531 vu sur lemonde.fr

Méditerranée : un nouveau bateau de sauvetage dit “féministe” financé par Banksy, la Louise Michel, se joint aux navires humanitaires de sauvetage des migrants pour les emmener vers les zones d’attentes et d’enfermement habituelles

Méditerranée. Banksy finance un bateau de sauvetage pour les migrants en détresse en Méditerranée. Le navire, nommé la Louise Michel, aurait été préparé et peint en rose vif par l’artiste “en secret” pour ne pas attirer l’attention de la presse et des forces de l’ordre. L’équipage est composé “d’activistes européens ayant une longue expérience dans les opérations de recherche et de sauvetage” et l’équipe est menée par Pia Klemp, une militante allemande, ancienne capitaine des navires Iuventa et Sea-Watch 3. Selon l’article qui présente le projet, “comme il s’agit d’un projet féministe, seules les femmes membres d’équipage sont autorisées à parler au nom de la Louise Michel”. Il vient de prendre la mer sous drapeau allemand depuis le port de Burriana près de Valence et se trouve en Méditerranée centrale, où très peu de bateaux de secours circulent actuellement parce que la plupart sont bloqués dans les ports sous des prétextes administratifs divers. Avec 89 personnes secourues à son bord dès jeudi puis 130 vendredi, il recherche maintenant un port pour débarquer les passagers ou les transférer sur un navire des garde-côtes européens. Parmi ces 219 personnes secourues, on déplore un décès Avec une vitesse de pointe de 27 nœuds, le Louise Michel serait en mesure d’espérer distancer les garde-côtes libyens. Ces missions de sauvetage aboutissent toujours à l’enfermement des migrants secourus dans les centres de rétentions ou les navires-zones d’attente actuellement mis en place principalement en Italie et à Malte. Bansky aurait contacté des militants du sauvetage en mer dès 2019 pour leur proposer d’utiliser de l’argent gagné suite à un travail sur la crise des migrants et commencer à construire ce projet.

#1476 vu sur www.theguardian.com

Méditerranée, Lybie : plus de 200 migrants à bord du Sea Watch 4, seul bateau de sauvetage à intervenir à l’heure actuelle en Méditerranée

Méditerranée, Lybie. Plus de 200 migrants se trouvent désormais à bord du Sea Watch 4, seul bateau de sauvetage à intervenir à l’heure actuelle en Méditerranée, qui a effectué trois sauvetages en moins de 48 heures. De nombreux migrants sauvés en mer souffrent d’hypothermie aiguë et de brûlures au carburant. Les corps de 22 migrants ont été retrouvés au large de la ville côtière de Zwara. Depuis 2014, plus de 20 000 migrants sont morts en mer en essayant de rejoindre l’Europe depuis l’Afrique. Alarmphone confirme : «après des jours passés à recueillir les témoignages des survivants, à parler aux proches des personnes disparues et à procéder à des vérifications croisées, nous pouvons maintenant confirmer qu’au moins quatre naufrages ont eu lieu dans le centre de la Méditerranée entre le 17 et le 20 août». Le premier d’entre eux qui a eu lieu le 17 août est assurément la conséquence de tirs intentionnels des garde-côtes lybiens.

#1460 vu sur infomigrants.net

Méditerranée, Lybie : des survivants d’un naufrage ayant eu lieu 17 août qui a fait 45 morts affirment s’être fait tirer dessus par “des miliciens” d’un patrouilleur lybien

Méditerranée, Lybie. Des survivants du naufrage du 17 août affirment s’être faits tirer dessus par “des miliciens” d’un patrouilleur lybien. Le dériveur avec 81 personnes à bord (et non 65 comme on le pensait initialement) est parti entre le 14 et le 15 août de la Libye mais aurait presque immédiatement commencé à avoir des problèmes. 45 personnes sont mortes dans le naufrage, dont cinq enfants, tandis que les 36 survivants ont déjà été transférés dans un centre de détention libyen, l’un de ceux gérés par le gouvernement de Tripoli. Les migrants sont originaires du Sénégal, du Mali, du Tchad et du Ghana. «Nous étions à la dérive lorsque nous avons été rejoints par un patrouilleur libyen. Les miliciens nous ont dit qu’ils nous sauveraient et nous ramèneraient en Libye si on leur donnait des téléphones portables et de l’argent, mais nous n’avions pas d’argent. Une discussion a commencé et à la fin ils ont tiré sur le dériveur, ont heurté le moteur et quelques bidons d’essence. Nous avons sauté à l’eau, mais beaucoup d’entre nous sont morts.” Les survivants ont été sauvés quelque heures plus tard par un bateau de pêche. Un autre dériveur avec 100 migrants qui seraient partis entre dimanche et lundi dernier d la côte lybienne est aussi en perdition, il aurait coulé après l’explosion d’un des boudins qui assure la flottaison. La situation est rendue d’autant plus dramatique en méditerranée par l’absence de navires d’ONG, dont quatre sont toujours sous saisie pour irrégularités présumées alors que des dizaines de bateaux partent de Libye ou de Tunisie et tentent de rejoindre l’Italie dont les hotspot sont surpeuplés comme celui du district d’Imbriacola où sont enfermées 1137 personnes pour une capacité maximale de 192.

#1441 vu sur lmanifesto.it

Méditerranée, Espagne, Maroc : plus de 100 migrants ont été interceptés en mer en une seule nuit par la marine royale marocaine et renvoyés aux ports de Nador et Tanger, huit migrants sont morts au cours d’une de ces interventions menées par le Maroc ou l’Espagne

Méditerranée, Espagne, Maroc. Plus de 100 migrants ont été interceptés en mer Méditerranée en une seule nuit par la marine royale marocaine et renvoyés aux ports de Nador et Tanger, puis 107 deux jours plus tard. Huit personnes sont mortes la nuit suivante dans le détroit de Gibraltar alors qu’elles tentaient de rejoindre l’Espagne à bord d’embarcations de fortune. Une embarcation a chaviré pendant l’intervention de a marine marocaine, “deux migrants originaires du Sénégal sont morts à ce moment-là”, précise une militante. “De plus, six autres personnes ont perdu la vie la même nuit dans un autre canot secouru par les Espagnols”, ajoute-t-elle. Par ailleurs, les arrivées sur les îles Canaries continuent à une rythme important. Quatre-vingt onze personnes ont débarqué dans l’archipel pour la seule journée de mardi. Les flux migratoires, qui n’ont pas cessé pendant la pandémie, augmentent actuellement suite aux divers déconfinements.

#1256 vu sur infomigrants.net

Méditerranée, Italie : l’équipage de l’Océan Viking dénonce le harcèlement administratif cynique qui le maintient au port et entrave sa mission de sauvetage

Méditerranée, Italie. Dans un communiqué, l’équipage du bateau d’SOS MEDITERRANEE l’Océan Viking dénonce le harcèlement administratif cynique qui le maintient au port et entrave sa mission de sauvetage. Aujourd’hui, par exemple, après une inspection de 11 heures menée par les garde-côtes italiens dans le port de Porto Empedocle en Sicile, l’Ocean Viking est détenu par les autorités italiennes, pour une période indéterminée. Le motif est énoncée ainsi : “le navire a transporté plus de personnes que le nombre autorisé par le certificat de sécurité pour navire de charge”. L’équipage conteste le fait de désigner comme “passagers” des personnes rescapées qui périraient en mer s’i elles ne montaient pas à son bord, et assure avoir toujours assuré la sécurité des personnes recueillies. Au cours des trois derniers mois, le même argument sur la sécurité a été systématiquement utilisé par les autorités italiennes pour arrêter quatre navires d’ONG menant des opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale. Une convention, la convention Solas, établit d’ailleurs que les naufragés qui se trouvent à bord, conformément à l’obligation du capitaine de porter assistance, ne doivent pas être comptabilisés dans la vérification de la conformité du navire. La situation est d’autant plus critique que très peu de navires sont aujourd’hui autorisés à partir en mer et des corps flottant au milieu de la mer sont actuellement repérés qui laissent présager plusieurs naufrages.

#1251 vu sur sosmediterranee.fr

Méditerranée : un corps non identifié a dérivé pendant près de 3 semaines, malgré les différentes alertes et demandes d’intervention sans aucune recherche sur ce qu’il est advenu des autres naufragés

Méditerranée. Un corps non identifié a dérivé en Méditerranée pendant près de 3 semaines malgré les demandes d’un groupe de secours en direction de la Libye, de l’Italie et de Malte. Le 29 juin, Seabird, un avion de surveillance exploité par le groupe de recherche et sauvetage Sea-Watch, montre le corps tourné vers le bas dans les eaux agitées de la Méditerranée, emmêlé dans un canot gris à demi coulé. Trois semaines plus tard, Sea-Watch a déclaré que le corps flottait encore, malgré les différentes alertes et demandes d’intervention. Les autres passagers de l’embarcation n’ont pas non plus été recherchés. Bien que chaque État ait la responsabilité de mener des opérations de recherche et de sauvetage dans une zone définie, la Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes stipule qu’il a l’obligation d’intervenir dans la zone d’un autre État s’il ne répond pas à une demande d’aide de cette zone. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), près de 400 personnes sont mortes en Méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe depuis les côtes africaines cette année. Une porte-parole de Sea-Watch a déclaré que cette situation met en évidence le manque croissant de collaboration des autorités dans la conduite des opérations de sauvetage. “Ils attendent des heures, laissant les gens à l’agonie avec la pensée qu’ils pourraient même mourir. Vendredi, les garde-côtes de Malte ont secouru 65 migrants qui étaient restés en mer pendant 30 heures malgré l’alerte d’AlarmPhone qui avait informé à plusieurs reprises les autorités maltaises et italiennes de la position du navire et de la panne du moteur. Au lieu de financer des opérations de sauvetage efficace, l’Union européenne aurait envoyé des centaines de millions de dollars en Libye, le principal point de départ pour les personnes essayant de rejoindre l’Europe depuis l’Afrique, finançant en particulier les manoeuvres de gardes côtes lybiens pour repousser les embarcations ainsi que la mise en place de centres de rétentions en Lybie. Jeudi, le Parlement italien a approuvé un financement supplémentaire pour les garde-côtes libyens. Cette décision intervient alors que la ministre italienne de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, était à Tripoli pour des entretiens de haut niveau visant à renforcer la collaboration entre les deux pays dans le contrôle des frontières.

#1230 vu sur www.aljazeera.com

Méditerranée : la quarantaine imposée alors qu’aucun des membres de l’équipage n’a été testé positif au virus prend fin pour l’équipage du Mediterranea, les opérations de sauvetage empêchées vont reprendre

Méditerranée. La quarantaine ordonnée par les autorités sanitaires au port d’Augusta prend fin pour l’équipage du Mediterranea, après 50 jours en mer et 110 personnes récupérées. L’équipage témoigne : de nombreux cadavres ont été identifiés en mer par des avions humanitaires ou des bateaux de plaisance, et les garde-côtes libyens, en bonne entente avec l’agence Frontex de l’Union européenne,, capturent et repoussent ceux qui fuient la Libye. La mise en quarantaine qui a bloqué au port le navire pendant deux semaines, empêchant les intervention de sauvetage, a été imposée alors qu’aucun des membres de l’équipage n’a été testé positif au virus.

#1199 vu sur www.vita.it

Méditerranée : l’Italie immobilise le navire Sea Watch 3, l’Ocean Viking est en quarantaine, aucun bateau de sauvetage ne circule alors que 250 migrants en perdition ont été signalés en mer

Méditerranée. L‘Italie immobilise le navire Sea Watch 3 en raison d’« irrégularités de nature technique et opérationnelle » non précisées. Les gardes-côtes ne précisent pas la nature de ces irrégularités et ajoutent avoir relevé « certaines violations » – également non spécifiées – « des règles de protection de l’environnement marin ». Le navire a donc été placé en « immobilisation administrative », qui ne sera levée que lorsque les irrégularités auront été corrigées. L’Océan Viking est en quatorzaine depuis le 7 juillet quand enfin, après 11 jours d’attente, il a pu débarquer les migrants rescapés qui étaient à bord qui ont été enfermés sur le Moby Zaza dans le port d’Empédocle en Sicile. Les bateaux de sauvetage sont donc tous les deux à nouveaux bloqués dans les ports, les avions observent les bateaux de migrants en détresse mais aucun sauvetage n’a lieu. La dernière observation concerne un bateau surchargé de migrants à 76 kilomètres d’Abu Kammash, en Libye. Moonbird, l’avion de l’ONG Sea Watch laissé seul pour patrouiller en Méditerranée a observé un bateau de fortune avec au 250 personnes visibles sur le pont, et sans doute d’autres à l’intérieur en perdition en mer. Le Talia, navire de commerce, est quant à lui toujours bloqué en mer. En février dernier, la barre des 20 000 migrants morts en Méditerranée depuis 2014 a été franchie, sans compter ceux de la période de pandémie.

#1153 vu sur www.leparisien.fr

Méditerranée : l’Océan Viking débarque les 180 migrants sauvés en mers… qui seront enfermés en quarantaine sur le Moby Zaza

Méditerranée. Le navire humanitaire Ocean Viking a finalement reçu l’autorisation de débarquer les 180 migrants, qui attendaient depuis maintenant plus d’une semaine bloqués en mer. A leur arrivée en Sicile, ces 180 personnes seront transférées à bord d’un ferry du Port Empedocle, le Moby Zaza, pour y être placés en quarantaine pendant deux semaines. D’abord la mer comme zone d’attente, sur un bateau, bientôt le port, sur un autre bateau.

#1120 Source la-croix.com

Méditerranée : un navire commercial, le Talia, a secouru 50 migrants au large de Malte, il est maintenant bloqué en pleine mer face au refus de Malte et de l’Italie de le voir débarquer

Méditerranée. Un navire commercial battant pavillon libanais, le Talia, a secouru 50 migrants en détresse au large de Malte. Seul navire situé à proximité de la zone, il a reçu le signal de détresse des migrants par Alarmphone et Seawatch, et a détourné sa route pour les secourir alors qu’une tempête approchait. Le bateau de marchandises est depuis bloqué en pleine mer, Malte refusant de laisser débarquer les rescapés tant qu’un accord de répartition n’est pas conclu au niveau européen. À bord, les conditions de vie des migrants sont catastrophiques, d’autant plus que les conditions météorologiques sont très mauvaises. Après le sauvetage, Malte a affirmé au capitaine qu’un navire arriverait rapidement sur les lieux pour prendre en charge ces migrants. Mais “ils ne sont jamais venus”, affirme le capitaine. Il s’est alors tourné vers l’Italie, mais les autorités italiennes lui ont également refusé l’entrée dans leurs eaux. Seul trois des migrants ont été finalement pris en charge par Malte à cause de leur état de santé catastrophique. Mais tous les naufragés souffrent d’insolation, de blessures, de déshydratation… Les conditions se dégradent. “Nous sommes 73 sur le bateau, or il n’est pas conçu pour accueillir autant de personnes en même temps”, alerte le capitaine. Les migrants dorment à même le sol, sans couvertures, dans l’espace réservé habituellement aux animaux. Si l’équipage distribue à l’heure actuelle nourriture et eau aux migrants, les vivres vont bientôt commencer à manquer et le navire commercial veut reprendre sa route vers l’Espagne. Si les migrants sont finalement débarqués, ce sera pour se retrouver enfermés dans un des bateaux transformé en zone d’attente dans le port d’Empédocle ou à Malte…

#1131 vu sur www.infomigrants.net

Méditerranée : au total, 180 migrants sont bloqués en mer depuis plus d’une semaine parce que l’Italie et Malte refusent toujours de leur ouvrir leurs ports

Méditerranée. Depuis une semaine qu’il circule à nouveau en Méditerranée entre Malte et la Lybie, l’Ocean Viking a secouru 81 personnes. Certaines sont à son bord depuis jeudi 25 juin et l’Italie et Malte refusent de les accueillir. ” Leur hantise est que nous les ramenions en Libye ” , explique un membre de l’équipage. ” Cette idée les terrifie “. Selon la réglementation maritime, c’est à ces deux pays, qui coordonnent le secours en mer dans les zones où les sauvetages ont eu lieu, de proposer un port d’accueil. ” Mais nous avons fait cinq demandes en six jours, et toutes sont restées lettre morte. ” Au total, 180 migrants sont bloqués depuis plus d’une semaine en Méditerranée parce que les gouvernements d’Italie et de Malte refusent d’ouvrir leurs ports. L’épisode qui s’appelle maintenant “la crise du sauvetage des migrants en Méditerranée” dans la presse a vu les différents Etats de l’UE se réunir pour essayer de gérer ces migrants, de les faire rentrer dans cette grande machine à exploiter et expulser, sans succès. La mer comme zone-d’attente et d’enfermement géante des sans-papiers donc.

#1106 vu sur www.ouest-france.fr

Méditerranée, l’Ocean-Viking, navire humanitaire de SOS Méditerranée, est reparti en mer après trois mois d’arrêt en raison de la crise sanitaire, pour reprendre ses sauvetages entre l’Europe et la Libye.

Méditerranée. L’Ocean-Viking, navire humanitaire de SOS Méditerranée, est reparti en mer après trois mois d’arrêt en raison de la crise sanitaire, pour reprendre ses sauvetages entre l’Europe et la Libye. L’équipage peut s’attendre à trouver de nombreux naufragés puisque les départs, qui n’ont pas cessé pendant les derniers mois malgré la fermeture des ports. Les dernières données du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) confortent ce constat : entre début janvier et fin mai, les tentatives de traversée au départ de la Libye ont augmenté de 150 %, comparé à la même période l’an dernier, soit 8 311 personnes qui ont pris la mer sur des embarcations de fortune, contre 3 712. La réouverture des ports et frontières intra européennes pourraient augmenter encore le nombre de départs. Le Sea-Watch 3, de l’ONG allemande Sea-Watch, et la Mare-Jonio, de l’italienne Mediterranea Saving Humans, sont les deux premiers bateaux à être retournés dans cette zone, respectivement les 8 et 10 juin. Dimanche, Sea-Watch a annoncé le transbordement de 211 naufragés sur un ferry dans un port sicilien, où ils observeront une quarantaine. Le même jour, la Mare-Jonio a annoncé avoir débarqué, également en Sicile, 67 personnes secourues la veille. Les migrants sauvés de la noyade, ne sont pas libres pour autant puisqu’ils se retrouvent ensuite en quarantaines et enfermés dans des camps ou des centres de tris en attendant que les états statuent sur leur demande d’asile. Dans les prochains jours, un nouveau “pacte migratoire” qui va déterminer le sort de ces migrants doit être dévoilé à Bruxelles.

#1039 vu sur lemonde.fr