Mali, Bamako : les manifestations contre le gouvernement ont repris, rassemblant des milliers de personnes

Mali, Bamako. Les manifestations contre le gouvernement ont repris au Mali. Des milliers de personnes se sont rassemblées à Bamako. la mobilisation dure depuis plus de deux mois mais les manifestation avaient cessé depuis la trêve annoncée le 21 juillet par l’opposition pour la fête musulmane de l’Aïd al-Adha. Les pancartes brandies par les manifestants visaient le président Keïta, au pouvoir depuis 2013, mais aussi son Premier ministre Boubou Cissé.

#1396 vu sur www.20minutes.fr

Mali, Bamako : onze morts dans les manifestations émeutières contre lesquelles a été déployée la FORSAT une unité d’élite anti terroriste entraînée entre autres par le RAID

Mali, Bamako. Les manifestations émeutières se poursuivent depuis plusieurs jours dans la capitale et leur répression a déjà fait onze morts et des dizaines de blessés. Le déploiement d’une unité d’élite antiterroriste, la Forsat, en plus des forces de sécurités serait à l’origine du caractère particulièrement meurtrier de cette répression. En effet, depuis trois jours, les forces de l’ordre tirent à balles réelles sur les manifestants et des journalistes disent avoir vu à plusieurs reprises des hommes encagoulés vêtus de noir, arme automatique à la main à l’arrière de pick-up dans les rues de Bamako, sans qu’il soit possible de déterminer leur unité. La Forsat a été créée en 2016 à la suite d’attentats meurtriers en 2015 dans la capitale Bamako, comme une force d’élite et de réaction rapide à toute forme de « terrorisme ». Elle est composée de 60 policiers, 60 gendarmes et 60 membres de la garde nationale, selon l’arrêté ministériel de sa création. Elle est supposé être exclusivement dédiée à la lutte antiterroriste. Cette unité d’élite est régulièrement formée par les partenaires internationaux du Mali, notamment la mission de formation de l’Union européenne, l’EUTM Mali, ou le RAID, l’unité d’élite de la police française. L’affectation de la Forsat à une mission de maintien de l’ordre « serait une violation claire de l’arrêté qui structure cette force, chargée exclusivement de lutter contre le terrorisme, et non de lever des barricades érigées par des manifestants », déclare Amnesty International.

#1204 vu sur www.lemonde.fr

Mali : une manifestation émeutière contre le président et le gouvernement a lieu dans la capitale, l’assemblée nationale a été attaquée et saccagée avec 20 blessées et un mort au cours des affrontements avec la police qui a tiré à balles réelles

Mali. Une manifestation émeutière contre le président et le gouvernement a lieu dans la capitale. Il s’agissait de la troisième grande manifestation organisée en moins de deux mois à l’initiative de la coalition du Mouvement du 5 juin, formée de chefs religieux, d’hommes politiques et de la société civile, qui conteste le président Keïta au pouvoir depuis 2013. En fin de manifestation, l’assemblée nationale a été attaquée et saccagée, 20 personnes auraient été blessées et un manifestant serait mort au cours des affrontements avec la police qui a tiré à balles réelles. Les locaux des deux chaînes de la télévision publique malienne ORTM ont été aussi attaquées par des manifestants et ne diffusent plus depuis vendredi après-midi alors que les premiers rassemblements avaient lieux. Deux des trois ponts de la ville ont été bloqués. Des incendies sporadiques se sont déclarés en différents endroits où des pneus ont été brûlés. Internet aurait été fortement ralenti et même parfois coupé pendant l’après-midi suite à une opération de censure.

#1166 vu sur www.lemonde.fr

Mali, Bamako : une tentative d’évasion se solde par 8 blessés dont un surveillant de prison et une civile, et par la mort de 4 détenus.

Mali, Bamako. Une tentative d’évasion, ratée selon le gouvernement, se solde par huit blessés dont un surveillant de prison et une civile, et par la mort de quatre détenus. Selon le gouvernement malien cette tentative d’évasion est une « mutinerie en marge du rassemblement tenu ce vendredi 5 juin » . « Certains détenus surexcités ont réussi à défoncer les portes de leurs cellules et ont pris à partie les surveillants de prison. Aucune évasion n’a été enregistrée».

#0897 source malijet.co

Mali, Kayes : la mort d’un jeune homme tué par un policier alors qu’il circulait à moto a été suivie de plusieurs jours d’émeutes, la préfecture de police de la ville a été incendiée, des centaines de rues ont été bloquées et deux autres jeunes gens ont perdu la vie dans les affrontements.

Mali, Kayes. La mort d’un jeune homme tué par un policier alors qu’il circulait à moto a été suivie de plusieurs jours d’émeutes. Pendant l’enterrement, la préfecture de police de la ville a été incendiée, des centaines de rues de la ville ont été bloquées et deux autres jeunes gens ont perdu la vie dans les affrontements. Mamadou Coulibaly, le président de la société civile de Kayes, considère que cette situation de tension est liée au couvre-feu: « C’est la première fois que cela se passe au niveau de notre ville. La plupart des jeunes sont dans l’économie informelle. Avec le couvre-feu, cela a beaucoup impacté leurs activités. Ils dénoncent leurs conditions de vie et de travail.

#0618 Source rfi.fr

Mali, Bamako : des émeutes ont lieu depuis une semaine contre l’instauration du couvre-feu

Mali, Bamako. Kayes, Kati, Sikasso, Ségou, Mopti et d’autres quartiers de Bamako connaissent depuis près d’une semaine des nuits d’émeutes contre le couvre-feu imposé par le gouvernement malien avec des rues barricadées, des pneus brulés, des postes de police incendiés, entres autres. Les forces de l’ordre répriment ces manifestations par des tirs de gaz lacrymogènes jusque dans les domiciles, ou par des tirs à balles réelles comme le 7 mai, dans la région de Sikasso, où il y aurait eu une victime selon les medias locaux. Le président malien Ibrahim Boubacar Keita tient en ce moment un conseil extraordinaire de défense nationale pour évoquer le sujet.

#0537 Source www.dw.com

Mali, Kayes : manifestations émeutières pour protester contre le couvre feu qui se tient pendant une période particulièrement caniculaire (49° de jour)

Mali, Kayes. Des manifestants ont pris la rue pour protester contre le couvre feu qui se tient pendant une période particulièrement caniculaire (49° de jour). Impossible de vivre le jour par une telle chaleur, mais impossible d’avoir un semblant de vie hors de chez soi à cause du couvre feu qui interdit tout déplacement à partir de 19h. Les manifestants, parfois armés, ont brûlé des barricades de pneus et affronté les flics avec divers projectiles. De nombreux habitants protestent contre les pratiques d’extorsion et de rançonnement des policiers pendant le confinement ainsi que contre la violence de la répression. Des manifestations contre la gestion de l’épidémie et le couvre-feu ont également eu lieu à Kati, Sikasso, Ségou, Mopti ou encore plusieurs quartiers de Bamako, avec des épisodes émeutiers.

#0562 Source maliweb.net