Japon, Kumamoto : en pleine période des crues, une maison de retraite a été envahie par les eaux d’un fleuve, quatorze personnes y ont été trouvées en “arrêt cardio-respiratoire”

Japon, Kumamoto. Alors que c’est la période des crues au Japon, une maison de retraite a été envahie par les eaux d’un fleuve en crue à Kuma, dans la région de Kumamoto. Quatorze personnes y ont été trouvées en “arrêt cardio-respiratoire”. Plus de 203 000 habitants des préfectures de Kumamoto et Kagoshima, sur l’île de Kyushu, dans le sud de l’archipel, ont reçu des recommandations d’évacuer leur domicile. L’armée est déployée pour l’évacuation des habitants. Les crues ont causé la mort de 57 personnes jusqu’a présent.

#1116 vu sur francetvinfo.fr

Japon : des bars et restaurants installent des cabines qui projettent une brume désinfectantes sur les clients pendant 30 seconde à leur entrée.

Japon. Des bars et restaurants installent des cabines, qui ressemblent au scanners de sécurité des aéroports, où une brume désinfectante est projetée durant 30 secondes sur les clients. Personne ne peut entrer dans ces établissements sans suivre ce protocole. “Nous voulons que les clients se sentent en sécurité lorsqu’ils entrent à l’intérieur” affirme un restaurateur.

#0811 news.yahoo.fr

Japon, Tokyo : une manifestation contre le racisme, la brutalité de la police et en solidarité avec les émeutiers aux Etats Unis a lieu dans les rues de Tokyo, la veille un migrant d’origine Kurde de Turquie a été blessé, la tête écrasée par deux policiers

Japon, Tokyo. Une manifestation contre le racisme, la brutalité de la police et en solidarité avec les émeutiers aux Etats Unis a lieu dans les rues de Tokyo. La veille un migrant d’origine Kurde de Turquie a été blessé, la tête écrasée par deux policiers et la vidéo prise par un ami qui était avec lui s’est répandue sur internet.

#0812 vu sur les réseaux sociaux.

Japon : des milliers de travailleurs précaires à la rue à cause de la fermeture des cybercafés dans lesquels ils vivaient au quotidien

Japon. Des milliers de travailleurs précaires risquent de se retrouver sans toit au Japon, la pandémie de coronavirus ayant récemment entraîné la fermeture temporaire de nombreux cybercafés où beaucoup d’entre eux, surnommés les «réfugiés du net», résident habituellement. «Je n’ai nulle part où aller, peu de connaissances», explique un intérimaire, qui se retrouve également sans travail, beaucoup de chantiers étant à l’arrêt à cause de la pandémie. Il a finalement trouvé refuge dans une grande salle de judo de Yokohama (sud-ouest de Tokyo) reconvertie depuis samedi dernier en centre d’hébergement d’urgence par le gouvernement régional. Le site accueille quelques dizaines de personnes auxquelles sont fournis des lits de camp ou en carton, entourés de tentures. A l’origine, les cybercafés ouverts 24H/24 accueillaient plutôt des employés de bureau quittant trop tard leur travail, mais avec la précarisation des emplois, les tarifs bon marché des cybercafés ont progressivement fait évoluer leur clientèle vers la nouvelle classe des travailleurs pauvres qui y vivent quotidiennement. Tokyo compterait environ 4.000 réfugiés du net ainsi que 2.000 sans-abri, estime Tsuyoshi Inaba, responsable d’une organisation japonaise d’aide aux personnes démunies interrogé par l’AFP.

#0221 Source : la-croix.com