Irlande du Nord, Belfast : les manifestations émeutières se multiplient, suite au retour des contrôles frontaliers qui se tiennent dans les ports liés à l’application du Brexit

Irlande du Nord, Belfast. Les manifestations émeutières se multiplient. De violents affrontements, avec des jets de pierres et de cocktails Molotov, ont eu lieu dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 avril entre les émeutiers et la police. Des centaines de jeunes hommes et adolescents se sont rassemblés dès le début de soirée jeudi dans un quartier de l’ouest de la ville. Masqués et munis de cagoules, ils ont catapulté des pierres, briques, pétards et bouteilles en direction des barrages érigés par la police antiémeute. Les policiers ont eu recours à un imposant canon à eau lorsqu’un groupe d’hommes a tenté de forcer un barrage à l’aide d’une voiture vandalisée. 50 policiers ont été blessés depuis le début des émeutes. La semaine dernière, des violences avaient d’abord éclaté dans la ville de Londonderry, avant de gagner un quartier loyaliste de Belfast et ses abords, pendant le week-end de Pâques. Ces émeutes suivent le retour des contrôles frontaliers qui se tiennent dans les ports, liés à l’application du Brexit puisque la république d’Irlande reste membre de l’union européenne.

#1989 Source le point.fr

Irlande du Nord : un formulaire pour dénoncer le non respect du confinement

Irlande du Nord. La police nord-irlandaise lance un formulaire en ligne où les citoyens peuvent dénoncer les personnes enfreignant les consignes officielles de distanciation sociale en pleine pandémie. Ce formulaire permet de signaler des personnes effectuant des déplacements « non essentiels », des réunions publiques ou privées de personnes n’appartenant pas au même ménage ou des bars restant ouverts malgré les interdictions en vigueur depuis le 28 mars. La police nord-irlandaise peut infliger une amende de 60 livres (environ 68 euros) en cas de non-respect des consignes de distanciation sociale, un montant qui peut être doublé si la violation se répète, avec un maximum de 960 livres.

#0336 Source lavoixdunord.fr