Indonésie,Tangerang et Bekasi : plusieurs anarchistes encourent de lourdes peines suite à leur arrestation dans le cadre d’une répression qui s’intensifie, deux mineurs sont déjà condamnées à plusieurs mois de prison

Indonésie, Tangerang et Bekasi. Depuis le 9 avril, plusieurs anarchistes encourent de lourdes peines suite à leur arrestation dans le cadre d’une répression qui s’intensifie, dont deux mineurs qui sont déjà condamnées à plusieurs mois de prison. Trois d’entre eux ont été interpellés pour des tags qui ont été qualifiés de “crimes graves”. Les tags incriminés sont : «sudah krisis, saatnya membakar ” (il y a déjà une crise, il est temps de brûler) et” melawan atau mati konyol » (combattre ou périr).

Peu de temps après, deux autres anarchistes ont également été arrêtés par la police à Tangerang et Bekasi. Suite à leur arrestation, ils ont été frappés et torturés, ils ont eu la tête enveloppée dans des sacs en plastique et ont été gardés au commissariat en dehors de tout statut légal, sans que ni leurs proches ni leurs avocats ne puissent avoir des nouvelles ni intervenir.

Trois d’entre eux font actuellement l’objet d’un procès dans lequel ils encourent jusqu’à 10 ans de prison. Les deux autres, qui sont encore mineurs, sont déjà condamnés à 4 mois de prison. L’appel à solidarité est à lire ici, avec la possibilité de participer à la solidarité financière face à la répression.

#1079 reçu par mail

Indonésie, Balikpapan : alors que le slogan “Papouan lives matter” se répand dans l’archipel, plusieurs militants papous ont été condamnés à de lourdes peines de prison pour trahison suite aux manifestations antiracistes en Papouasie l’an dernier.

Indonésie, Balikpapan. Alors que le slogan “Papouan lives matter” se répand dans l’archipel, sept militants papous ont été condamnés mercredi à de lourdes peines de prison pour trahison en liaison avec une vague de manifestations antiracistes qui avaient secoué la Papouasie, la province la plus à l’est de l’archipel d’Asie du Sud-Est, l’an dernier. Des manifestations et des émeutes avaient alors éclaté en Papouasie et d’autres régions d’Indonésie pendant plusieurs semaines, faisant des dizaines de morts, après l’arrestation d’étudiants papous et en réaction à des injures racistes proférées à leur encontre à Surabaya, la deuxième ville du pays.Trois militants indépendantistes ont été condamnés à 11 mois de prison ferme, et quatre étudiants jugés à leurs côtés ont écopé de 10 mois de prison. La sentence a été prononcée par visioconférence pour cause de pandémie. Jakarta a eu recours de façon croissante aux accusations de trahison contre les voix discordantes. Une cinquantaine de militants papous ont été accusés de trahison après les manifestations de l’an dernier. Des militants ont organisé des manifestations cette semaine pour dénoncer le racisme contre les Papous.

#0999 Source tahiti-infos.com

Indonésie : parmi les trois priorités indiquées par le président indonésien pour faire face à la pandémie, le renforcement de la surveillance des travailleurs migrants qui vont revenir dans le pays vient en deuxième position après la généralisation des tests.

Indonésie. Parmi les trois priorités indiquées par le président indonésien pour faire face à la pandémie de COVID-19, le renforcement de la surveillance des travailleurs migrants qui vont revenir dans le pays vient en deuxième position après la généralisation des tests. En effet le retour de 34.000 travailleurs migrants est prévu en mai et juin, en raison des conséquences économiques du confinement imposé dans leurs pays d’accueil. “Chacun d’entre eux doit subir un examen complet et rester en quarantaine pendant 14 jours”. Des discriminations diverses et agressions sont à craindre dans la mesure où ces travailleurs migrants sont considérés comme potentiellement porteurs du virus.

#0585 Source missionsetrangeres.com

Indonésie : mobilisation contre la répression à l’encontre des anarchistes qui s’intensifie

Indonésie. Des anarchistes de Tangerang ont été arrêtés pour des tags incitant aux émeutes, avec une campagne de presse délirante accusant les anarchistes de fomenter un soulèvement dans le pays, la police allant jusqu’à monter un scénario ridicule dans lequel un petit criminel qu’ils ont attrapé a été forcé de faire une vidéo en direct se déclarant “Le seul chef des anarchistes”. Dans toute l’Indonésie, il y a en ce moment des pillages et des émeutes. De jeunes anarchistes ont aussi été arrêtés à Java Ouest et plus récemment dans la ville de Malang, Java Est. La police a déclaré aux médias que ces anarchistes sont poursuivis uniquement parce qu’ «ils sont anticapitalistes» et les considère comme responsables de la situation. Un journaliste très critique à l’égard de la politique du gouvernement, Ravio Patra, a aussi été arrêté. Leur analyse de la situation est à lire ici. On peut aussi consulter les précédentes brèves sur la question ici et ici

#0458 Source mpalothia.net

Indonésie : arrestations et mises à l’isolement, la chasse aux anarchistes continue

Indonésie. La chasse aux anarchistes évoquée précédemment ici continue en Indonésie, de nombreux compagnons sont arrêtés pour des faits mineurs puis mis à l’isolement. Beaucoup d’arrestations sont aussi liées à la diffusion d’informations sur la manière dont l’Etat indonésien gère la crise du covid. Des informations mises à jours à trouver ici

#0347 Source anarchistsworldwide.noblogs.org

Indonésie, Tangerang. Quatre anarchistes arrêtés pour des tags et incarcérés dans un contexte de grande tension sociale et alors que la police orchestre une campagne médiatique qui incrimine les anarchistes.

Indonésie, Tangerang. Quatre anarchistes ont été arrêtés pour des tags et incarcérés dans un contexte de grande tension sociale et alors que la police orchestre une campagne médiatique qui incrimine les anarchistes. Le communiqué qui analyse la situation est à lire ici

#0254 Paru sur anarchistsworldwide. noblogs.org le 12 avril 2020

Indonésie, Java : dans le département de Sragen, ceux qui ne respectent pas le confinement sont mis en quarantaine dans des “maisons hantées”.

Indonésie, Java. Les Indonésiens du département de Sragen qui ne respectent pas le confinement sont condamnés à être enfermés dans des “maison hantée”. Les responsables locaux ont été chargés d’identifier les maisons abandonnées qui sont considérées comme hantées, mettant à profit les croyances bien ancrées en des êtres surnaturels qui peuplent le folklore indonésien.

#0344 Source francetvinfo.fr