Grèce, Athènes et Thessalonique : manifestations contre la nouvelle loi limitant le droit de grève et de manifester, des affrontements ont lieu devant le parlement

Grèce, Athènes et Thessalonique. Une manifestation contre la nouvelle loi limitant le droit de grève et de manifester rassemble plus de 10 000 personnes à Athènes. Des affrontements ont lieu devant le parlement où des manifestants lancent des cocktails molotov. La police a riposté avec des gaz lacrymogènes et des grenades flash. La police a déclaré avoir arrêté 24 personnes dont 15 pour interrogatoire. Des manifestations ont aussi eu lieu dans des dizaines d’autres villes et villages grecs, avec en particulier des affrontements à Thessalonique, alors que le projet de loi vient d’être approuve approuvé au Parlement.

#1155 vu sur news-24.fr

Grèce, Athènes : des milliers de personnes ont défilé au centre-ville contre le projet de loi présenté qui impose d’importantes restrictions sur le droit de grève et de manifestation

Grèce, Athènes. Des milliers de personnes ont défilé au centre-ville contre un projet de loi présenté par le gouvernement d’extrême droite pour imposer des restrictions sur les manifestations dans les lieux publics. Ce projet de loi, qui s’inspire de la loi de 1971 pendant la dictature, restreint, entre autres, le droit de grève et permet à la police d’interdire directement les manifestations et de pénaliser les organisateurs.

#1139 vu sur les réseaux et lemonde.fr

Grèce : le gouvernement a annoncé une nouvelle prolongation des mesures de confinement dans les camps de migrants, ce qui cause tensions et révoltes


Grèce. Le gouvernement a annoncé le 4 juillet une nouvelle prolongation des mesures de confinement dans les camps de migrants du pays, alors que le reste de la population grecque est déconfinée depuis le 4 mai. Les camps sont désormais verrouillés jusqu’au 19 juillet et les migrants ne peuvent sortir de l’enceinte de leur camp qu’entre 7h et 21h, par petit groupe de moins de 10 et dans la limite de 150 personnes par heure. La Grèce ayant été peu touchée par l’épidémie (moins de 200 morts), plusieurs ONG y voient une excuse pour contrôler et les limiter les déplacements des migrants, d’autant plus que le déplacement des touristes, y compris ceux qui viennent de pays où l’épidémie sévit fortement, est autorisé voire encouragé. Cette prolongation du verrouillage a augmenté les tensions à l’intérieur des camps et un migrant d’origine africaine s’est fait poignarder dans le camp de la Moria sur l’île de Lesbos. Pour manifester leur mécontentement, un groupe de migrants enfermé à la Moria a commencé, lundi midi, à bloquer l’entrée des convois de ravitaillements alimentaires. Une autre manifestation a démarré mardi matin avant d’être dispersée par la police anti-émeute usant de gaz lacrymogène.

#1134 vu sur infomigrants.net

Grèce, Lesbos : un rassemblement a eu lieu devant les bureaux fiscaux de Mytilène pour protester contre la restriction du droit au logement et au travail des migrants

Grèce, Lesbos. Un rassemblement a eu lieu devant les bureaux fiscaux de Mytilène à l’appel de l’Initiative antifasciste de Lesbos pour protester contre la restriction du droit au logement et au travail des migrants. Les autorités grecques ont sommé des milliers de réfugiés de quitter leur logement. Le délai pendant lequel un demandeur d’asile peut rester dans son lieu d’hebergement une fois qu’il a obtenu le statut est passé de 6 mois à 1 mois et depuis les 1er juin, ceux qui ont obtenu le statut avant le 1er mai 2020 ne sont don plus éligibles à un hébergement dans un centre d’accueil.
Grèce, Lesbos. Un rassemblement a eu lieu devant les bureaux fiscaux de Mytilène à l’appel de l’Initiative antifasciste de Lesbos pour protester contre la restriction du droit au logement et au travail des migrants. Les autorités grecques ont sommé des milliers de réfugiés de quitter leur logement. Le délai pendant lequel un demandeur d’asile peut rester dans son lieu d’hebergement une fois qu’il a obtenu le statut est passé de 6 mois à 1 mois et depuis les 1er juin, ceux qui ont obtenu le statut avant le 1er mai 2020 ne sont don plus éligibles à un hébergement dans un centre d’accueil.

#1059 vu sur infomigrants

Grèce, Lesbos : presque quotidiennement, des bateaux de fortune avec un grand nombre de migrants à leur bord sont repoussés par les gardes-côtes grecs, sans aucune considération pour la sécurité des personnes qui n’ont plus aucune possibilité de demander l’asile

Grèce, Lesbos. Presque quotidiennement, des bateaux de fortune avec un grand nombre de migrants à leur bord sont repoussés par les gardes-côtes grecs, sans aucune considération pour la sécurité des personnes qui n’ont plus aucune possibilité de demander l’asile. Le gouvernement a annoncé qu’il allait transformer tous les camps de réfugiés en structures fermées, ce qui commencent déjà avec la nouvelle prolongation de la quarantaine. Pour la Journée mondiale des réfugiés, des banderoles aux sigles de diverses organisations comme le HCR, EASOU et d’autres qui collaborent ouvertement avec le système d’asile européen ont été affichées. Le même jour un bateau a été perdu en mer et seulement trois corps ont été retrouvés.

#1049 vu sur enoughisenough14.org

Grèce, Thessalonique : une attaque explosive qui a eu lieu le 8 juin, veille des funérailles de Georges Floyd, contre le groupe Manpower est revendiquée en solidarité avec les émeutiers aux Etats Unis

Grèce, Thessalonique. Une attaque explosive qui a eu lieu le 8 juin, veille des funérailles de Georges Floyd, contre le groupe Manpower est revendiquée en solidarité avec les émeutiers aux Etats Unis dans un communiqué à lire ici .

#1030 Source athens.indymedia.org

Grèce : nouvelle prolongation jusqu’au 5 juillet de la fermeture totale des camps de migrants, annoncée quelques heures après la manifestation de plusieurs milliers de personnes dans le centre d’Athènes

Grèce. Le gouvernement annonce une nouvelle prolongation jusqu’au 5 juillet de la fermeture totale des camps de migrants, quelques heures après la manifestation de plusieurs milliers de personnes dans le centre d’Athènes pour marquer la Journée mondiale des réfugiés et dénoncer le traitement réservé par le gouvernement aux migrants. Bien qu’aucun décès de coronavirus connu n’ait été enregistré jusqu’à présent dans les camps et que seules quelques dizaines d’infections soient apparues, les mesures de quarantaine strictes prises dès la fin du mois de mars ont depuis été prolongées à plusieurs reprises. Les autorités grecques prévoient toujours de déplacer plus de 11 000 personnes pour faire de la place à d’autres demandeurs d’asile dans les camps des îles. Il restreint aussi les droits de ceux qui parviennent à avoir le statut de réfugié, faisant passer de 6 mois à 1 mois le temps durant lequel ils peuvent être hébergés. Beaucoup d’entre eux se retrouvent à la rue.

#1022 vu sur france24.com

Grèce, Athènes : plus de 500 manifestants ont défilé à d’Athènes en solidarité avec les prisonniers en révolte dans la prison de Thèbes et les luttes des prisonniers contre les mesures liées à la gestion de la pandémie.

Grèce, Athènes. Plus de 500 manifestants ont défilé dans le centre-ville d’Athènes en solidarité avec la mobilisation des prisonniers en révolte dans la prison de Thèbes et les luttes des prisonniers contre les mesures liées à la gestion de la pandémie.

#0992 Source réseaux sociaux

Grèce : un bateau avec 67 migrants s’est signalé en détresse dans les eaux grecques, plusieurs navires grecs et un navire Allemand le “Berlin”, présents sur place, ne sont pas intervenus pour leur porter secours.

Grèce. Un bateau avec à bord 67 migrants s’est signalé en détresse dans les eaux grecques aux environs de Mytilene. Des navires grecs et un navire Allemand le “Berlin” qui étaient sur place ne sont pas intervenus pour leur porter secours. Le bateau a finalement été récupéré par les gardes-côtes turcs.

#0996 Source infomigrants.net

Grèce, Athènes : la police anti-émeute encercle la place Viktoria pour forcer 77 enfants et 44 adultes, qui résistaient depuis plusieurs jours à ces transferts, à monter dans des bus pour les emmener au camp d’Eleonas, une manifestation à été organisée

Grèce, Athènes. Pendant la nuit du 17 juin, des escouades de police anti-émeute ont encerclé Plateia Viktoria pour forcer 16 familles – environ 71 enfants et 44 adultes -, qui résistaient depuis plusieurs jours à ces transferts, à monter dans des bus pour les emmener au camp de réfugiés d’Eleonas. Ces migrants qui avaient passé des mois à Moria dans des conditions difficiles et dangereuses, étaient arrivés à Athènes quelques jours plus tôt et dormaient depuis sur le trottoir. Récemment, pour “désengorger les camps”, des centaines de personnes vivant à Moria ont soudainement reçu l’autorisation de partir – certaines ont finalement obtenu l’asile et d’autres ont tout simplement vu leur restriction géographique levée. La plupart d’entre eux fuient donc la Moria comme ils le peuvent, beaucoup dépensant l’intégralité de leur petite allocation alimentaire du HCR dans des billets de bateau pour Athènes. Rien n’est prévu à leur arrivée. La seule réponse de l’État aux demandes de logement est la possibilité de postuler pour le projet Helios, dirigé par l’OIM, dont des représentant se déplacent là où les migrants campement pour les pousser à s’y inscrire. Le programme «d’intégration» d’Helios est un projet restreint à destination de l’ensemble de la population grecque en difficulté de logement, qui propose à ceux qui sont sélectionnés une petite allocation de soutien locatif pendant six mois. L’alternative à cette fausse solution est l’embarquement dans des bus pour le centre de rétention. Lors de ses interventions, la police a passé des heures à menacer et à intimider, entourant les familles assises par terre avec des armes à feu. L’aberration est telle, que ceux qui y serons emmenés ne pourrons pas y rester longtemps car leur statut ne correspond pas à la rétention. De toutes manières ils refusent de retourner dans un camp. Des personnes solidaires sont restées avec les migrants pour les aider à éviter l’évacuation forcée. Lors de l’intervention du 17 juin, 110 personnes dormaient sur Plateia Viktoria. Une unité de police antiterroriste est entrée sur la place vers 3 heures du matin, suivie d’une escouade de police anti-émeute. Les personnes solidaires ont été arrêtées et emmenées au poste de police central de Gada. Dans les 15 minutes qui ont suivi, d’autres personnes sont arrivés, mais certains ont également été frappés et interpellés. Une manifestation a été organisée devant le camp Eleonas où les migrants ont été emmenés. Certains ont été remis à la rue rapidement, ou laissés à la porte du centre. Le 22 juin, ceux qui avaient été emmenés à Eleonas étaient toujours sans logement. Une trentaine de personnes ont été embarquées dans un bus et envoyées dans un camp à Serres, une région du nord de la Grèce, près de la frontière de la Bulgarie. Ils ont déclaré qu’ils ne voulaient toujours pas vivre dans un camp et ont refusé de descendre du bus. On leur a dit qu’ils devaient signer un formulaire en grec, sans traduction, indiquant en fin de compte qu’ils avaient «refusé l’hébergement». Ces personnes ont pu payer le chauffeur de leur propre argent pour les emmener à Thessalonique, où ceux qui pouvaient se le permettre ont pris le train pour Athènes. Au cours de la semaine dernière, un grand nombre de migrants se retrouvent ainsi contraints à voyager dans presque tout le pays sans jamais trouver d’endroits où s’installer. Le 19 juin, plusieurs autres familles sont arrivées à Plateia Viktoria. Une fois de plus, la police est venue et a poussé les gens dans des bus pour les emmener cette fois au centre de détention d’Amygdaleza, alors que la plupart d’entre elles avaient déjà obtenu l’asile, ce qui serait justifié par l’idée absurde de créer un camp pour les réfugiés à l’intérieur même du centre de rétention !… Le 23 juin, les arrivées et installations sur la place se sont poursuivies.

#1092 vu sur enoughisenough14.org

Grèce : les attaques de gardes-côtes grecs masqués contre les embarcations de migrants pour les repousser vers les côtes turques sont avérées par des témoignages

Screenshots Animation von Report Mainz

Grèce. Plusieurs organes de presse internationaux enquêtent sur les agissement des gardes-côtes grecs. Le témoignage d’un jeune migrant d’origine palestinienne est publié dans la presse allemande. Il raconte comment, alors que son embarcation arrivait à proximité de la côte grecque de l’île de Samos, un grand bateau arborant un drapeau grec s’est approché, avec à son bord des hommes masqués qui ont heurté le bateau de fortune avec un crochet, ont détruit le moteur et ont embarqué de force les réfugiés sur un radeau pour les repousser vers la côte turque, les abandonnant à leur sort une fois en pleine mer.

#0976 vu sur De Spiegel (spiegel.de)

Grèce : trente-six migrants originaires d’Iran et d’Afghanistan à bord d’une embarcation en provenance de la Turquie ont été laissés sans secours pendant 14 heures

Grèce. Trente-six migrants dont dix femmes, dix enfants et seize hommes, tous originaires d’Iran et d’Afghanistan à bord d’une embarcation en provenance de la Turquie ont été laissés sans secours pendant 14 heures. Une personne a dû être hospitalisée, les autres ont été transférés dans une installation temporaire pour migrants et placés en quarantaine pour sept jours en vertu des mesures actuelles concernant la lutte contre le Covid-19. Il s’agit de la troisième embarcation arrivée à Lesbos depuis le début du mois de juin. Au total 108 migrants ont été secourus au large de l’île ces quinze derniers jours.

#0965 vu sur www.infomigrants.net

Grèce, Athènes : un communiqué signé “Ομάδα εκδίκησης George Floyd” (groupe de vengeance Georges Floyd) revendique l’attaque au cocktails molotv du commissariat de Nea Ionia le 3 juin

Grèce, Athènes. Un communiqué signé “Ομάδα εκδίκησης George Floyd” (groupe de vengeance Georges Floyd) et revendiquant l’attaque au cocktails molotv du commissariat de Nea Ionia le 3 juin dernier est à lire ici. Assorti dune video, il met cette attaque en lien avec l’intensification du contrôle et de la répression pendant le confinement ainsi qu’avec les émeutes aux Etats Unis suite au décès de Georges Floyd tué par la police.

#0943 Source athens.indymedia.org

Grèce : le Conseil de l’Europe a exigé de la Grèce qu’elle prenne “des mesures urgentes et adopte des politiques sur le long terme” à propos de la “crise migratoire” dont l’Europe prévoit l’intensification

Grèce. Le Conseil de l’Europe a exigé de la Grèce qu’elle prenne “des mesures urgentes et adopte des politiques sur le long terme” à propos de la “crise migratoire” dont l’Europe prévoit l’intensification. Au total, plus de 31 000 clandestins vivent sur les cinq îles de la mer Egée, dont Lesbos, alors que la capacité d’accueil maximale est de 6 000 places. Depuis le 1er juin, une nouvelle législation grecque sur l’asile a réduit de six mois à un mois la période pendant laquelle les migrants ayant obtenu l’asile peuvent rester dans des logements sociaux prévus dans ce but. Plus de 11 200 migrants seraient menacés par cette législation. Face à la vague migratoire qui semble s’annoncer à cause de la crise mondiale à venir, les pays se préparent : ils commencent à se renvoyer les migrants les uns aux autres, rendant leurs législations migratoires plus strictes et s’accusant les uns les autres de ne plus être assez accueillant.

#0928 vu sur valeursactuelles.com

Grèce, Salonique et Prévéza : un mouvement de protestation a lieu contre les nouvelles lois sur l’éducation proposées le 22 avril qui accentuent la privatisation du système scolaire et exclu les plus pauvres tout en prévoyant un grand nombre de licenciement d’enseignants

Grèce, Salonique et Prévéza. Un mouvement de protestation qui a commencé pendant le confinement, période pendant laquelle le gouvernement grec a fait passé de nombreuses réformes pour éviter toute contestation, a lieu contre les nouvelles lois sur l’éducation proposées le 22 avril qui accentuent la privatisation du système scolaire et exclu les plus pauvres tout en prévoyant un grand nombre de licenciement d’enseignants. Ce projet de loi veut aussi instaurer l’installation systématique de caméras dans les salles de classe.Des affiches ont été apposée à proximité de nombreuses écoles. Une manifestation d’une centaine de personne a eu lieu à Prévéza. Des milliers de personnes ont manifesté à Thessalonique.

#0926 vu sur athens.indymedia.org

Grèce, Petrou Ralli : 16 des 26 femmes incarcérées dans la prison pour migrants de Petrou Ralli ont commencé une grève de la faim et pour certaines de la soif en protestation contre les mauvais traitements qu’elles subissent

Grèce, Petrou Ralli. 16 des 26 femmes incarcérées dans le centre de détention pour migrants de Petrou Ralli ont commencé une grève de la faim pour protester contre les conditions sanitaires et alimentaires qui leurs sont imposées, qui causent des maladies diverses chez les détenues. 9 d’entre elles la poursuivent sous forme de grève de la faim et de la soif jusqu’à leur libération. Ces derniers mois, 5 tentatives de suicide ont eu lieu dans cette prison, certaines par immolation. L’une d’entre elles a été expulsée le 10 juin en Georgie et se trouve en quarantaine pour 15 jours en Géorgie.

The detention center in Petrou Ralli. Migrants inside the detention facilities are completely exposed to the whims of police authorities. Athens, June 23, 2017.

#0931 Source athens.indmedia.org

Grèce : les mesures contre la propagation du Covid-19 ont été prolongées jusqu’au 21 juin pour les résidents des “centres d’accueil et d’identification”

Grèce. Les mesures contre la propagation du Covid-19 ont été prolongées pour les résidents des” centres d’accueil et d’identification” jusqu’au 21 juin. Le gouvernement avait imposé le 21 mars un confinement aux camps de migrants installés sur les îles de la mer Egée comme à ceux de la partie continentale du pays. Il avait ensuite décidé un confinement général le 23 mars qui a été maintenu jusqu’au 4 mai. Le confinement des camps avait déjà été prolongé à deux reprises, le 10 mai puis le 21 mai, jusqu’au 7 juin. Pour les sans-papiers, la double-peine imposée par le confinement continue dans des conditions sanitaires invivables, et ce jusqu’à ce que la machine à expulser reprenne tout son aplomb et son tri morbide de qui reste travailler et qui part se faire exploiter (ou couler) plus loin.

#0894 source ouest-france.fr

Grèce : des migrants naufragés racontent s’être fait saboter leur embarcation et refouler par la police grecque

Grèce. Des migrants naufragés racontent qu’une embarcation d’hommes masqués les ont attaqués, ont arraché et coulé leur moteur, et auraient tenté de remorquer la barque jusqu’aux eau turques, faisant remous et vagues pour éloigner le bateau hors du territoire grec. Dans les eau turques, la police turque aurait agit de la même manière. Selon les naufragés, ces hommes feraient partie de la marine grecque, et ce mode opératoire ne serait pas nouveau et serait surtout de plus en plus fréquent. La quarantaine de migrants à bord, originaires d’Afghanistan et de différents pays africains, a fini par être secourue quelques heures plus tard par des garde-côtes turcs.

#0881 source blogs.médiapart.fr

Grèce, Athènes : au moins 4000 personnes manifestent à Athènes en solidarité avec les émeutiers américains, contre le racisme et contre la police, l’ambassade des Etats Unis est attaquée avec des cocktails molotov

Grèce, Athènes. Au moins 4000 personnes manifestent à Athènes en solidarité avec les émeutiers américains, contre le racisme et contre la police, l’ambassade des Etats Unis est attaquée avec des cocktails molotov..

#0855 vu sur breakingnews.fr

Grèce : le ministre grec des migrations et de l’asile a annoncé une série de mesures visant à lutter contre les “migrants illégaux” notamment avec des contrôles d’accès renforcés dans les camps

Grèce. Le ministre grec des Migrations et de l’Asile a annoncé une série de mesures visant à lutter contre les “migrants illégaux”, avec un plan en trois étapes. Ce plan comprend le renforcement des contrôle aux frontières et la distinction entre réfugiés et migrants économiques, entre autres. Le ministre prévoit aussi de rendre les structures recevant des migrants “plus petites (…) et plus sûres avec des mesures de sécurité et des contrôles d’accès”. Le centre de Malakasa, à une trentaine de kilomètres d’Athènes, sera, dans les semaines à venir, le premier site à accès contrôlé en Grèce continentale.

#0848 vu sur infomigrants.net

Grèce : suite à une loi votée en novembre mais dont l’application a été repoussée en période de pandémie, près de 11 000 migrants ayant obtenu le statut de réfugiés vont être expulsés des logements sociaux qui leur ont été attribués

Grèce. Près de 11000 migrants ayant obtenu le statut de réfugiés vont êtres expulsés des logements sociaux qui leur ont été attribués. Ces expulsions, qui étaient programmées initialement en avril, ont été repoussées à cause de la crise sanitaire. En effet, une nouvelle législation, votée en novembre, a réduit de six à un mois la période pendant laquelle les migrants ayant obtenu l’asile de rester dans ces appartements.

#0823 Source francetvinfo.fr

Grèce, Athènes : 500 personnes ont défilé dans le quartier d’Exarcheia contre la répression, en solidarité avec la lutte des réfugiés et avec tous les rebelles, dans les rues de Minneapolis et d’ailleurs !

Grèce, Athènes. 500 personnes ont défilé dans le quartier d’Exarcheia contre la répression, en solidarité avec la lutte des réfugiés et avec tous les rebelles, dans les rues de Minneapolis et d’ailleurs ! Des affrontements avec la police ont eu lieu.

#0804 vu sur les réseaux sociaux.

Grèce, Thèbes : un rassemblement a eu lieu devant la prison dans le cadre des journées d’action internationales pour les prisonniers

Grèce, Thèbes. Un rassemblement a eu lieu à la prison de Thèbes, où des révoltes ont eu lieu contre les mesures de confinement, dans le cadre des journées d’actions internationales pour les prisonniers. Des slogans ont été criés, tandis que les détenus des ailes A et D ont répondu avec des sifflets et des cris. Le récit de cette manifestation est à lire ici .

#0819 Source athens.indymedia.org

Etats Unis, Portland (Oregon) : des émeutiers ont pris d’assaut le Multnomah County Justice Center (qui abrite la prison du comté et le siège de la police), ont ravagé les bureaux et ont tenté d’y mettre le feu.

Etats Unis, Portland (Oregon). Les émeutes se multiplient dans plusieurs villes du pays suite à la mort de Georges Floyd tué par la police. A Portland, des émeutiers ont pris d’assaut le Multnomah County Justice Center qui abrite la prison du comté et le siège de la police, se sont introduits dans le bâtiment, ont brisé les vitres, ravagé les bureaux et ont tenté d’y mettre le feu.

#0805 vu sur www.opb.org

Grèce, Athènes. Une manifestation nocturne est prévue à Athènes pour protester contre la politique répressive menée au niveau national et en solidarité avec les migrants, ainsi que contre les expulsions de squat et le “nettoyage” de la place Exarcheia

Grèce, Athènes. Une manifestation nocturne est prévue à Athènes pour protester contre la politique répressive menée au niveau national et en solidarité avec les migrants, ainsi que contre les expulsions de squat et le “nettoyage” de la place Exarcheia décidé par la mairie et l’Etat. L’appel à manifester est à lire en grec ici et en anglais ici.

#0793 vu sur https://enoughisenough14.org

Grèce, Ioannina : une manifestation de 150 personnes a bloqué un rassemblement anti-immigration avec comme banderole “au pays des expatriés, les réfugiés sont les bienvenus.”

Grèce, Ioannina. Une manifestation de 150 personnes a bloqué un rassemblement anti-migration sur la place principale de la ville. Les manifestants ont occupé leur point de rencontre et ont déployé une banderole disant : “Au pays des expatriés, les réfugiés sont les bienvenus.”

#0752 Source réseaux sociaux

Grèce, région d’Athènes : diverses attaques ont eu lieu contre des banques et des véhicules de supermarchés

Grèce, région d’Athènes. Diverses attaques ont eu lieu dans la semaine précédente contre des banques et des véhicules de supermarchés : un guichet automatique de la banque AlphaBank à Nea Smyrni, un camion de la chaîne de supermarchés “Market In” à Chalandri, deux camions de la chaîne de supermarchés ” Masoutis » à Lambrini, trois véhicules de la société de courrie r« General Post Office » à Kallithea, un ATM de la banque AlphaBank à Nea Smyrni, deux véhicules de la société 9 à Nea Smyrni, un véhicue de la chaîne de supermarchés “Sklavenitis”, à Kypseli, un véhicule de la chaîne de supermarchés “Sklavenitis” à Pangrati. Le communiqué qui informe de ces attaques est à lire ici.

#0722 Source athens.indymedia.org

Grèce, Athènes : 27 migrants, expulsés du 58 rue Themistocleous, qui s’étaient installés sur la place d’Exarcheia ont été soudainement emmenés par la police au camp Eleonas à proximité d’Athènes.

Grèce, Athènes. 27 migrants, expulsés du 58 rue Themistocleous, qui s’étaient installés sur la place d’Exarcheia et avaient été temporairement hébergés par des personnes solidaires, ont été soudainement emmenés par la police au camp Eleonas à proximité d’Athènes. Ils avaient refusé de s’installer dans les deux conteneurs prévus par le gouvernement.

#0725 Source Radio Fragmata

Grèce, Lesbos : avec 1400 refus dans la matinée, le fonctionnement du Bureau Régional d’Asile a repris à plein régime.

Grèce, Lesbos. Le fonctionnement du Bureau Régional d’Asile a repris à plein régime avec 1400 refus de décisions d’asile en une matinée, après deux mois de “suspension” en raison de la pandémie. Pendant la “suspension”, le Bureau régional de l’asile de Lesbos a rendu des décisions de rejet à 1 789 demandeurs d’asile. La police a infligé des amendes de 150 euros aux personnes qui se sont rendues dans la ville de Mytilène à la recherche d’une assistance juridique gratuite qui n’est pas fournie dans le camp. Le ministère de l’Immigration et de l’Asile annonce qu’il a l’intention de renvoyer immédiatement 11 000 demandeurs d’asile en Turquie.

#0698 Source réseaux sociaux

Grèce : un rapport sur la répression et la résistance pendant la pandémie est à disponible en ligne

Grèce. Un rapport détaillé “sur les efforts en cours du gouvernement grec, avec les patrons, la police et les fascistes, pour profiter de la pandémie pour intensifier la répression – et les efforts des anarchistes, des migrants, des prisonniers, des travailleurs rebelles et autres pour riposter et ouvrir des espaces de liberté” établi en coordination avec le collectif de médias anarchistes RadioFragmata, est disponible en anglais ici.

#0666 Source crimethinc.com

Grèce, Nea Smyrni : les habitants d’un campement Rom résistent à une ordonnance de quarantaine, et refusent que les personnes testées positives soient évacuées par la police

Grèce, Nea Smyrni (Larissa). Les habitants d’un campement Rom situé en Grèce centrale près de Larissa résistent à une ordonnance de quarantaine, et organisent de violentes manifestations en réponse aux mesures prises à leur encontre et contre la stigmatisation dont ils font l’objet. Depuis que 35 personnes y ont été testées positives, le gouvernement a ordonné une quarantaine du campement et l’évacuation des personnes infectées par le coronavirus. Les habitants ont résisté en érigeant des barricades enflammées et des bennes à ordures ont été incendiées. Un journaliste local a été caillassé et frappé au visage. Les responsables de la santé qui se sont déplacés sur place ont été chassés. Le gouvernement déclare qu’une nouvelle opération sera menée prochainement pour évacuer les personnes infectées et ont renforcé les patrouilles autour du campement pour faire respecter la quarantaine. Un des manifestants a expliqué que des tests sérologiques avaient montré que les autres personnes sur le campement ont développé les anticorps pour résister au virus, mais les responsables de la santé rejettent les résultats, considérant que les dépistages ne sont pas fiables. La police fait le siège du campement et menace de faire des arrestations si les malades ne sont pas évacués. Ce camp avait déjà été mis en quarantaine pour 15 jours le 11 avril dernier.

#0663 Source voanews.com

Grèce, Patras : un rassemblement en solidarité avec les migrants parvient à empêcher la tenue d’un rassemblement anti-immigrés suite à un appel non signé, associant au “problème des migrants” les antennes 5G et la gestion des masques.

Grèce, Patras. Un rassemblement en solidarité avec les migrants a lieu à 16h place Georgiou. Dans le même temps, à 17 heures, un rassemblement anti-immigrés a été convoqué au même endroit par un appel non signé, associant au “problème des migrants” des angles d’attaque hétéroclites, des antennes 5G à la question des masques. Les manifestants ont maintenu leur présence sur place, empêchant les militants anti-immigrés de se rassembler. Les forces de l’ordre ont permis le transfert en toute sécurité du rassemblement nationaliste à un autre endroit où les manifestants les ont suivi, empêchant de nouveau qu’ils se rassemblent. Le communiqué des manifestants est à lire ici

#0714 Source athens.indymedia.org

Grèce, Athènes : des motards de la police attaquent une distribution de nourriture des «Anti-Covid19 – Mutual Help Network» à Exarcheia, un rassemblement les contraint à renoncer.

Grèce, Athènes. Des motards de la police ont harcelé des membres de «Anti-Covid19 – Mutual Help Network» en train de distribuer de la nourriture sur la place Exarcheia dans le cadre de l’épidémie et de la pauvreté qu’elle engendre. Face à l’attroupement de plus en plus nombreux pour assister à la scène, les policiers ont été contraints de battre en retraite. La même chose s’est produite trois semaine avant au marché de fruits et légumes d’Exarchia, une fois de plus à la table de «Anti-Covid19 – Mutual Help Network». Et encore une fois, les policiers ont été forcés de partir sous la solidarité des gens et les chants anti-flic.

#0616 Source actforfree.nostate.net

Grèce, Fylakio : une révolte a eu lieu dans le centre de rétention de Fylakio, à la frontière greco-turque, où certains migrants sont retenus depuis plus de six mois, deux personnes ont été condamnées le lendemain à six ans et huit mois de prison ferme.

Grèce, Fylakio. Des demandeurs d’asile ont manifesté dans le centre de rétention de Fylakio, à la frontière greco-turque, mettant le feu à des matelas et jetant des pierres contre les policiers pour protester contre la durée d’examen de leur dossier. Plusieurs conteneurs dans lesquels ils vivaient ont ainsi été endommagés ainsi que d’autres installations. Plusieurs dizaines de personnes ont été interpellées, la police affirmant avoir essuyé des attaques avec des tournevis, des lames métalliques et des haches. Deux demandeurs d’asile afghans ont été condamnés dès le lendemain à six ans et huit mois de prison ferme pour “violences”, vingt-six autres personnes seront jugés ultérieurement. Une centaine de migrants sont enfermées dans ce camp, dont des mineurs non accompagnés, certains depuis plus de six mois, dans l’attente d’une réponse à leur demande d’asile.

#0700 Source infomigrants.net

Grèce, Samos : des gardes-côtes ont été filmés en train de remorquer un radeau de sauvetage pour l’expulser illégalement

Grèce, Samos. La semaine dernière, des gardes-côtes grecs ont été filmés en train de remorquer un radeau de sauvetage au sud-est de Samos. Il n’y a pas eu d’arrivées officiellement enregistrées sur Samos depuis le 12 mars et malgré ses dénégations, la police portuaire de Samos expulse illégalement des migrants.

#0591 groupe facebook aegean boat report

Grèce : le gouvernement annonce la prolongation jusqu’au 21 mai du confinement imposé depuis mars aux camps de migrants ; pas d’assouplissement, pour les migrants la double-peine perdure.

Grèce. Le gouvernement annonce la prolongation jusqu’au 21 mai du confinement imposé depuis mars aux camps de migrants, qui devait initialement être levé le 11. Cela fait six jours que les mesures de confinement mises en place s’assouplissent dans le pays, la machine économique reprenant le pas, mais pour les camps de migrants, la double-peine perdure.

#0565 Source 20minutes.fr

Grèce, Lesbos : opération de communication du président autour de l’inauguration d’une “zone médicale” en même temps que s’implante une nouvelle “installation de police autonome” pour réprimer les révoltes des migrants.

Grèce, Lesbos. Le président est venu faire une opération de communication au camp de La Moria pour inaugurer une “zone médicale” dans le camp. Dans le même temps l’implantation d’une nouvelle “installation de police autonome” a été annoncée. Il s’agit de monter d’un cran la répression contre les migrants qui sont déjà harcelés dès qu’il sortent du campement, ont été de nombreuses fois verbalisés et ont organisé plusieurs manifestations pour protester contre leur situation. L’assouplissement des conditions des restructions de confinement risque par ailleurs de permettre aux militants racistes présents sur l’île d’attaquer plus facilement les migrants. Des militants de la No Border Kitchen Lesvos craignent que ces mesures annoncent une fermeture imminente du camp. Leur communiqué est à lire ici.

#0509 Source enoughisenough14.org

Grèce, Arnissa : des manifestations et attaques xénophobes accueillent les migrants rapatriés de Lesbos sur le continent.

Grèce, Arnissa. Des scènes d’une xénophobie hallucinante se sont déroulées dans le nord de la Grèce lors du rapatriement des migrants de Lesbos. Des habitants d’une région où des migrants doivent être hébergés ont tenté d’empêcher leur arrivée et ont attaqué les infrastructures où ils doivent être installés. Des barrages routiers ont été mis en place pour empêcher l’accès aux hôtels prévus pour les migrants, forçant les convois à changer de destination. Des dizaines de manifestants racistes dont, d’après des témoins locaux, des groupes d’extrême droite de Macédoine, se sont rassemblés devant l’hôtel où les migrants ont finalement été installés après deux nuits passées dans les bus. Ils ont investi le bâtiment, ravagé les chambres, et ont tenté d’y mettre le feu. La police anti-émeute est intervenue faisant plusieurs arrestations.

#0502 Source omniatv.com

Grèce : transfert de près de 400 migrants de l’île de Lesbos vers les camps installés sur le continent pour réduire la surpopulation dans les camps des îles.

Grèce. La Grèce transfère près de 400 migrants de l’île de Lesbos vers le continent pour réduire la surpopulation dans les camps des îles. Le mois dernier, les autorités ont annoncé leur intention de transférer progressivement 2 380 demandeurs d’asile et leurs familles des îles vers les installations du continent après le 19 avril. Près de 37 000 personnes sont actuellement enfermées dans des camps sur les îles grecques, tandis que la Moria à Lesbos enferme à elle seule près de 19 000 personnes dans un espace conçu pour environ 3 000 personnes. Le virus est présents dans les camps installés sur le continent qui se transforment de plus en plus en centres de rétention. En avril, 150 personnes hébergées dans un hôtel pour migrants de la ville de Kranidi ont été testées positives et le camp de Malakasa, situé près d’Athènes, a été complètement bouclé après qu’un résident a été trouvé infecté par le virus, ainsi que celui de Ritsona en Grèce continentale où 20 personnes ont été testées positives.

#0491 Source news-24.fr

Grèce, Thessalonique : attaque incendiaire de deux véhicules d’ELTA (la poste grecque) le 10 avril et d’un véhicule d’une entreprise de sécurité le 15 avril

Grèce, Thessalonique. Attaque incendiaire de deux véhicules d’ELTA (la poste grecque) le 10 avril et d’un véhicule d’une entreprise de sécurité le 15 avril. Le communiqué lié à ces attaques en solidarité avec les prisonniers et les migrants détenus dans les camps est à lire ici .

#0468 Source actforfree.nostate.net

Grèce, Athènes : sur la prison de Korydallos, lieu de révolte contre la gestion de la crise sanitaire, on peut voir une banderole suspendue par les détenus aux fenêtres de leurs cellules sur laquelle il est écrit en grec, turc et kurde : ” Vive le 1er mai “

Grèce, Athènes. Sur le bâtiment de la cinquième aile de la prison de Korydallos, lieu de révolte contre la gestion de la crise sanitaire, on peut voir une banderole suspendue par les détenus aux fenêtres de leurs cellules sur laquelle il est écrit en grec, turc et kurde : ” Vive le 1er mai “.

#0451 Sources diverses

Grèce : “Derrière les masques, la colère prend force”, actions coordonnées en solidarité avec les prisonniers, les migrants, les patients enfermés dans les hôpitaux psychiatriques et les maisons de retraite… tags et traductions

Grèce. Des actions coordonnées ont eu lieu dans plusieurs villes. Autour de Thessalonique, des tags et affiches sur des hôpitaux, des cliniques, des pharmacies et des magasins de matériel médical, autour d’Athènes et du Pirée, contre le contrôle et l’état d’urgence sanitaire et en solidarité avec les prisonniers, les migrants, les patients enfermés dans les hôpitaux psychiatriques et les maisons de retraite. Le texte qui les recense est à lire ici.

Voici les photos de tags autour d’Athènes et du Pirée qui ont été diffusées et les traductions que nous avons pu en faire :

A Pankrati, quartier d’Athènes
LA SOLIDARITE N’INFECTE PAS EN QUARANTAINE, LES LUTTES SOCIALES VAINCRONT
FACE A LA PEUR ET LA CONTRAINTE, ECRASONS LE TOTALITARISME D’ETAT
Continuer la lecture de « Grèce : “Derrière les masques, la colère prend force”, actions coordonnées en solidarité avec les prisonniers, les migrants, les patients enfermés dans les hôpitaux psychiatriques et les maisons de retraite… tags et traductions »

Grèce, Lesbos : 300 migrants détenus à la Moria ont manifesté devant le camp

Grèce, Lesbos. 300 migrants détenus dans le camp de la Moria ont manifesté devant le camp pour obtenir leur liberté et la fin des camps où ils sont retenus, qui les mettent encore plus en danger aujourd’hui avec le virus. Sur les banderoles, on peut lire en anglais : “pourquoi les migrants sont-ils emprisonnés sans avoir commis aucun crime ?”, “Où est le reste de l’Europe ?”, “Pourquoi n’y a-t-il pas de soins de santé pour les migrants ?”, “Pourquoi les migrants sont-ils traités comme si c’était le Moyen Âge ?”

#0437 Voices of Freedom (facebook)

International : le site Crimethinc propose un recueil d’autocollants, affiches et tags provenant d’Autriche, du Brésil, du Chili, de France, d’Allemagne, de Grèce, du Mexique, de Slovénie, d’Espagne et des États-Unis, en lutte contre la pandémie et sa gestion.

International. Le site Crimethinc propose un recueil d’autocollants, affiches et tags provenant d’Autriche, du Brésil, du Chili, de France, d’Allemagne, de Grèce, du Mexique, de Slovénie, d’Espagne et des États-Unis, en lutte contre la pandémie et sa gestion. On peut le consulter ici.

#0726 Source fr.crimethinc.com

Grèce, Samos : trois incendies se déclarent deux jours consécutifs dans le camp de Vathy faisant plusieurs centaines de sans-abris.

Grèce, Samos. Trois incendies ont ravagé le camp de réfugiés de Vathy, sur l’île grecque de Samos, détruisant un grand nombre de tentes et conteneurs et laissant environ 200 personnes sans abri. Deux des feux se sont déclarés le 26 avril et un le 27 avril. Ils ont détruit une bonne partie du camp, qui accueille près de 7 000 personnes demandeuses d’asile, bien qu’il ne soit conçu pour en accueillir que 648. Des forces anti-émeutes ont été déployées et sept personnes ont été interpellées selon la police locale, qui a attribué la cause des feu à des bagarres entre détenus. Près de 200 demandeurs d’asile ont été testés positifs au Covid-19 dans des camps en Grèce continentale, aucun test de dépistage n’a été réalisé sur les îles.

#0409 Source 20mn.ch

Grèce, Grevena : Vasilis Dimakis, transféré de la prison de Korydallos suite aux révoltes des prisonniers contre la gestion carcérale de la crise sanitaire, annonce, après six jours grève de la faim, le début d’une grève de la soif

Grèce, Grevena. Vasilis Dimakis, transféré de la prison de Korydallos à celle de Grevena suite aux révoltes des prisonniers contre la gestion carcérale de la crise sanitaire à Korydallos annonce, après six jours grève de la faim, le début d’une grève de la soif. Il demande de pouvoir poursuivre les études qu’il a commencées à l’université d’Athènes. Sa lettre est à lire ici.

#0449 Source Indymedia Athènes

Grèce, Lesbos. Les milliers de migrants du camp de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, s’inquiètent de la propagation du coronavirus alors que les gestes barrières ne peuvent être assurés.

Grèce, Lesbos. Les milliers de migrants du camp de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, s’inquiètent de la propagation du coronavirus alors que les gestes barrières ne peuvent être assurés. Une source de stress supplémentaire pour ces migrants dont le quotidien était déjà précaire.

#0356 Paru sur www.infomigrants.net

Grèce, Lesbos : deux migrants du camp de la Moria se sont fait tirer dessus pour ne pas avoir respecté le confinement.

Grèce, Lesbos. Deux demandeurs d’asiles, un Iranien et un Afghan se sont fait tirer dessus par les autorités grecques pour être sorti du camp de Moria et donc « enfreint » les règles du confinement autoritaire. Plusieurs dizaines de demandeurs d’asile ont organisé une manifestation devant le camp, du fait de l’aggravation de leurs conditions de vie depuis le début de la pandémie, le camp étant un endroit ou bien évidemment le Covid-19 se répand particulièrement facilement.

#0410 Source lefigaro.fr

Grèce, Lesbos : des centaines de migrants manifestent devant le camp de la Moria pour demander d’être évacués de l’île

Grèce, Lesbos. Des centaines de migrants, surtout des ressortissants de pays africains, ont manifesté devant le camp de la Moria en réclamant d’être évacués de l’île pour éviter la propagation du virus, qui «équivaudrait à la mort». Au cours du premier trimestre 2020, le gouvernement a transféré 10.000 personnes vulnérables des camps surpeuplés situés sur des îles en mer Egée, dont celle de Lesbos, en Grèce continentale. En avril seulement 627 transferts ont été effectués alors que de nombreuses ONG de défense des droits de l’homme, dont Human Rights Watch, ont appelé le gouvernement grec à décongestionner «immédiatement» ces camps craignant une crise sanitaire.

#0374 Source lefigaro.fr

Grèce, Thèbes : Pola Roupa décrit dans une lettre le traitement des prisonniers dans le cadre de la gestion de l’épidémie en Grèce.

Grèce, Thèbes. Pola Roupa, transférée à la prison pour femmes de Thèbes pour avoir participé à la révolte de la prison de Korydallos (Athènes) où elle était détenue, fait sortir une lettre dans laquelle elle décrit à la fois les conditions de détention liées à la gestion de la pandémie et les révoltes que la situation suscite. Elle note en particulier que l’Etat a donné la consigne aux administrations des prisons de ne plus transporter à l’hôpital les détenus qui auraient besoin de soins ou d’opérations pour ne pas prendre de places pour les prisonniers dans des hôpitaux menacés de saturation par l’épidémie. L’intégralité de sa lettre intitulée “révolte contre la mort et le fascisme en prison” est à lire ici.

#0286 Source : amwenglish.com

Grèce, Chios : révolte dans le camp pour migrants de Vial situé sur l’île de Chios, après le décès d’une femme d’origine irakienne.

Grèce, Chios. Révolte dans le camp pour migrants de Vial situé sur l’île de Chios, après le décès d’une femme d’origine irakienne. Le camp, prévu pour 1000 personnes, en héberge actuellement 5000. Plusieurs cas de coronavirus sont désormais identifiés dans les camps de réfugiés en Grèce, qui sont confinés depuis le 18 mars et se transforment en prisons.

#0265 Paru sur rfi.fr le 19 avril 2020

Grèce. Troisième jour de la grève des prisonniers dans la prison de Korydallos. Les prisonniers qui travaillent dans la cuisine de la prison et ceux qui la nettoient sont en grève.

Grèce. Troisième jour de la grève des prisonniers dans la prison de Korydallos. Les prisonniers qui travaillent dans la cuisine de la prison et ceux qui la nettoient sont en grève. Les prisonniers ne reçoivent en ce moment que deux sandwich par jour. Les deux derniers jours, il y a eu une manifestation de bruit symbolique des prisonniers. Dans le secteur Delta, des prisonniers ont mis le feu hier. Après l’incendie, les MAT (flics anti-émeute) ont emmené un détenu avec eux.

#0246 Paru sur 325.nostate.net

Grèce : plusieurs mesures viennent d’être décidées pour éviter la catastrophe sanitaire d’une diffusion du virus dans les camps de migrants où la situation est critique.

Grèce. Plusieurs mesures viennent d’être décidées pour éviter la catastrophe sanitaire d’une diffusion du virus dans les camps de migrants où la situation est critique. A partir de dimanche, la Grèce va transférer vers sa partie continentale des centaines de migrants hors des camps surpeuplés de Lesbos , Chios et Samos. Le ministère en charge des migrations a précisé qu’il s’agissait d’évacuer 2.380 personnes vers des appartements, des hôtels ou d’autres camps de réfugiés. L’opération qui vise « à réduire le risque d’une flambée » de contaminations, selon le ministère, concerne les plus « vulnérables », soit 200 demandeurs d’asile âgés de plus de 60 ans mais aussi un ensemble de 1.730 personnes souffrant de maladies antérieures à l’épidémie avec leurs proches. Une goutte d’eau au regard de la masse des 36.000 migrants qui survivent depuis des années sur ces îles dans des conditions d’hygiène désastreuses.

#0278 Paru sur lesechos.fr le 17 avril 2020

Grèce, Domokos : les détenus de Domokos se mobilisent en exigeant la décongestion des prisons

Grèce, Domokos. Les détenus de Domokos se mobilisent en exigeant la décongestion des prisons à partir d’aujourd’hui vendredi 17 avril. Ils annoncent qu’il vont refuser le verrouillage pendant les heures de déjeuner (12h-15h) et commencer une grève du travail et des repas à partir du mardi 22. L’Etat réprime et terrorise ceux qui se mobilisent. Dans l’aile D de la prison de Domokos, des forces de police spéciales ont fait une descente dans la cellule de Nikos Maziotis sur ordre du ministère. Ils l’ont menotté et lui ont dit qu’il allait être transféré dans un quartier disciplinaire. Des perquisitions ont aussi eu lieu dans la prison de Korydallos à Athènes. Le communiqué de l’Assemblée de solidarité avec les membres de la lutte révolutionnaire est à lire ici, ainsi que la déclaration des prisonniers de l’aile D2 des prisons de Domokos.

#0255 Paru sur actforfree.nostate.net le 17 avril 2020

Grèce : révolte dans la prison pour femmes de Thèbes en Grèce

Grèce, Thèbes. Une révolte a eu lieu hier dans la prison pour femmes de Thèbes suite au décès d’une détenue malade du coronavirus. Les prisonnières avaient alerté sur son état de santé mais l’administration a refusé de l’envoyer à l’hôpital. S’en sont suivis des incendies de draps et de matelas et diverses dégradations dans la prison.

#0111 Source : athens.indymedia.org

Grèce, Lesbos : les prisonniers détenus au centre de détention pré-renvoi à l’intérieur du camp de la Moria à Lesbos sont en grève de la faim.

Grèce, Lesbos. Les prisonniers détenus au centre de détention pré-renvoi à l’intérieur du camp de la Moria à Lesbos sont en grève de la faim. Ils demandent leur libération immédiate pour éviter les conséquences désastreuses d’une diffusion du virus dans la prison.

#0172 Paru sur dm-aegean.bordermonitoring.eu le 8 avril 2020

Grèce, Paranesti Dramas : la police anti-émeute a battu et torturé des migrants en grève de la faim à Paranesti Dramas.

Grèce, Paranesti Dramas. La police anti-émeute a brutalement frappé des migrants en grève de la faim à Paranesti Dramas. Les responsables du camp ont enfermé les migrants à l’intérieur de conteneurs, dans le but de les isoler et de les terroriser afin de stopper leur mobilisation. De plus, en guise de punition, ils ont réduit les rations de nourriture. Après les avoir gardés emprisonnés pendant des heures à l’intérieur des conteneurs, vers 21 heures, l’escouade anti-émeute est arrivée avec les policiers de l’OPKE (unités lourdement armées) et deux camionnettes pleines de policiers entièrement armés. Les forces de l’ordre  ont ouvert les portes des conteneurs un par un et ont violemment frappé les migrants qui en sortaient. Les migrants disent que des tasers ont aussi été utilisés. Le texte complet qui relate cet épisode est à lire ici.

 

#0173 Paru sur 325.nostate.net le 9 avril 2020

Grèce : le nouveau système d’accès au soin entre en vigueur, il exclut les migrants de l’accès au soin.

Grèce. Le nouveau système d’accès au soin, voté en novembre et dont les décrets d’application ont été signés en janvier, entre en vigueur. Le numéro d’identification sociale pour les migrants est supprimé, ce qui leur enlève aussi le droit aux services de santé. Seuls les demandeurs d’asile enregistrés ou les personnes ayant déjà obtenu l’asile sont couverts. « Ceux qui sont arrivés sur les îles, qui sont pré-enregistrés ou ne sont pas encore enregistrés, n’ont aucune couverture », déplore Apostolos Veizis, directeur de MSF Grèce.

#0261 paru sur bastamag.net le 15 avril 2020

Grèce : ouverture d’un camp supplémentaire pour les migrants à Klidi dans le Nord de la Grèce, près de Serres

Grèce. Ouverture d’un camp supplémentaire pour les migrants à Klidi dans le Nord de la Grèce, près de Serres, alors que les camps de la Moria à Lesbos, et ceux de Malakasa et Ritsona à proximité d’Athènes sont strictement confinés depuis trois jours dans des conditions sanitaire épouvantables. Une médecin raconte ainsi ce qu’elle y a vu : « Le camp est entouré de fils barbelés. Il est en zone inondable. Il n’est relié ni au réseau électrique, ni à l’eau courante. Les tentes de la Croix rouge n’ont pas de lit, mais juste des palettes et des matelas pneumatiques ! Que va-t-il se passer à la fonte des neiges ? La rivière risque de quitter son lit… Ce sera une catastrophe ! » Elle dénombre beaucoup d’enfants, de personnes vulnérables, de femmes, certaines enceintes ou malades. En plus de la propagation du virus, les associations humanitaires craignent que le confinement ne serve de prétexte pour transformer définitivement ces camps en centres fermés.

#0260 paru sur bastamag.net le 15 avril 2020

Grèce, frontière avec la Turquie : l’armée grecque a probablement tué par balle un migrant d’origine pakistanaise décédé début mars alors que, parmi des milliers de personnes, il tentait de franchir la frontière grecque depuis la Turquie.

Grèce, frontière avec la Turquie. L’armée grecque est probablement responsable de la mort d’un migrant d’origine pakistanaise décédé début mars alors que, parmi des milliers de personnes, il tentait de franchir la frontière grecque depuis la Turquie. Une enquête est en cours pour déterminer si, comme l’affirment plusieurs journalistes, c’est l’armée grecque qui a tiré. Ils affirment qu’au moins six autres personnes ont été blessées. Les autorités grecques continuent de rejeter toute accusation et ont à plusieurs reprises parlé de “fausses nouvelles” instillées par le gouvernement turc.

#0746 Source balcanicaucaso.org