France, Seine Saint Denis : les agents d’entretien des collèges et des lycées dénoncent la forte augmentation de leur charge de travail avec les protocoles sanitaires mis en place dans les établissements scolaires

France, Seine Saint Denis. Les agents d’entretien des collèges et des lycées dénonce la forte augmentation de leur charge de travail avec les protocoles sanitaires mis en place dans les établissements scolaires, sans aucune compensation ni embauche. Beaucoup d’entre eux ont contracté le virus en particulier dans les cantines qui sont des lieux de diffusion importants de la maladie. Dans un lycée du 93, le gymnase est devenu un cluster avec les trois quart des professeurs d’EPS contaminés parce que les agents étaient trop peu nombreux pour le nettoyer, en plus de leur travail dans les salles de classe. Des mouvements de grèves ont eu lieu depuis les vacances de la Toussaint qui ont obtenu quelques embauches en interim qui ne peuvent pas résoudre le problème.

#1727 vu sur leparisien.fr

Le confinement va perdurer avec des “assouplissements” minimes, pour maintenir une “normalité” de 5000 cas par jours; des mesures pour renforcer l’isolement des personnes positives sont envisagées

France. Dans ses dernières annonces, Macron prévoit que le confinement perdure, avec des “assouplissements” comme la réouverture des petits commerce samedi prochain et l’extension de la zone de promenade à 20 km pour 3 heures, mais le maintien des attestations de déplacement. Il a surtout validé que le taux de 5000 contaminations journalière considéré comme le taux à partir duquel des assouplissements sont possibles devait être désormais considéré comme un taux normal, qui permet aux hôpitaux de gérer le flux de patients. Comme on le voit depuis le début de ce confinement, la question n’est pas la protection des populations mais l’optimisation de la gestion avec le maximum possible de mise au travail. D’autre part, il a annoncé que la contrainte sur l’isolement des personnes positives devait être plus efficace, sans préciser les moyens qui seraient mis en oeuvre. Il vient d’ailleurs de demander au Parlement de se saisir du débat sur l’isolement des personnes positives au Covid-19 pour proposer des mesures plus coercitives. “Ces personnes”, a précisé Macron, “seront accompagnées sur le plan matériel, sanitaire et psychologique. Cette nouvelle stratégie associera, outre les services de l’État, les maires, leurs services, comme les associations concernées”.

#1724 vu sur lci.fr

France : des manifestations ont eu lieu contre la loi de Sécurité Globale, dont un l’article vient d’être voté pour autoriser les policiers à être armés en dehors de leur service dans des établissements recevant du public

France. Dans le cadre du vote en cours de la loi de Sécurité globale, l’Assemblée vient de voter l’accès aux établissements recevant du public pour les policiers armés en dehors de leur service. Plusieurs manifestations ont eu lieu contre cette loi, en particulier contre l’article 24 voté la veille qui fait de la diffusion d’images de forces de l’ordre un délit.

#1703 Source francetvinfo

France, Marseille : des AED se mobilisent face aux conditions de travail aggravées par les protocoles sanitaires, une grève nationale est prévue le 1er décembre

France, Marseille. Des Assistants d’éducations (AED) se mettent en grève et se mobilisent face à la manière dont les protocoles sanitaires aggravent encore leurs conditions de travail dans les collèges et les lycées. Une grève nationale est prévue le 1er décembre.

#1702 Source Réseaux Sociaux

France : la Cour nationale du droit d’asile considère désormais les migrants ayant fuit l’Afghanistan n’ont plus droit à une protection internationale, ce qui clôt de fait leurs demandes d’asile

France. La Cour nationale du droit d’asile considère désormais que la violence régnant en Afghanistan ne justifie pas d’octroyer une protection internationale, ce qui clôt de fait les demandes d’asile de migrants originaires de ce pays. Ces décisions mettent fin à la jurisprudence dite « Kaboul », en vigueur depuis 2018 qui facilitait l’octroi d’une protection temporaire aux demandeurs d’asile afghans. Les Afghans représentent 2,7 millions de réfugiés dans le monde. La majorité a fui vers le Pakistan voisin. Au sein de l’Union européenne (UE), ils sont les deuxièmes demandeurs d’asile, derrière les Syriens, avec environ 61 000 requêtes enregistrées en 2019. En France, les Afghans sont actuellement les premiers demandeurs d’asile.

#1707 Source Lemonde.fr

France, Brest : pour éviter toute intervention lors de la visite de Jean Castex à l’hôpital, les représentants des personnels ont été confinés dans un local par des policiers des Renseignements Territoriaux

France, Brest. Pour éviter toute prise à partie lors de la visite de Jean Castex à l’hôpital de Brest, les représentants des personnels hospitaliers ont été confinés dans un local. Alors qu’ils avaient prévus de remettre un courrier au premier ministre, ils ont été escortés jusqu’à leurs locaux syndicaux où ils ont été retenus pendant environ deux heures par des policiers des Renseignements Territoriaux et un agent du service de sécurité de Matignon, avec la promesse d’une rencontre ultérieure avec le premier ministre, qui est finalement directement rentré à Paris. Un des syndicats a déposé plainte vendredi soir pour entrave à la liberté de circulation.

#1706 Source Francebleu.fr

France, Bretagne : une quarantaine de lycéens sont mobilisés par leur enseignante pour travailler gratuitement au développement d’entreprises actuellement fermées

France, Bretagne. Une enseignante du lycée Jean-Baptiste le Taillandier à Fougères mobilise ses quarante élèves de bac pro vente pour qu’ils travaillent gratuitement à la transformation digitale des entreprises confinées de la ville, pour développer le “click and collect”, à la place de leurs stages lycéens.

#1699 Source Francetvinfo

France, Montpellier : une “surmortalité extra Covid” est évoquée par un médecin, avec des consignes de tri et de priorisation en fonction de l’âge et de l’état de santé.

France, Montpellier. Un médecin anesthésiste du CHU de Montpellier évoque une “surmortalité extra covid”, nouvelle et intense par rapport à la précédente vague de la pandémie. Des rendez-vous en chirurgie cardiaque sont repoussés de plusieurs semaines, alors que les chances de guérison de certaines opérations diminuent grandement lorsqu’elles sont retardées. Des consignes existent déjà pour trier et prioriser les interventions médicales : “Les dernières instructions, c’est que pour mettre une assistance mécanique extra corporelle, on nous demande de cibler les indications, c’est-à-dire ne pas dépasser les 70 ans quand le patient n’a qu’une défaillance respiratoire. S’il a une défaillance multiviscérale, il faut diminuer l’âge à 65 ans. Pour l’instant ça n’a pas été fait mais on a ces instructions”.

#1697 Source Francetvinfo.fr

France : 1,6 million de tests antigéniques vont être livrés aux Ehpad, alors que plus d’un Ehpad sur cinq est touché par plusieurs cas de covid

France. La ministre déléguée à l’Autonomie, du ministère de la Santé, a déclaré que 1,6 million de tests antigéniques allaient être livrés aux Ehpad. Près de 1 600 Ehpad sont en effet touchés par plusieurs cas de Covid-19, soit plus d’un Ehpad sur cinq. Le ministère recommande d’effectuer chaque semaine des tests antigéniques sur le personnel, mais cela reste une recommandation, les modalités et l’organisation de ces tests étant laissées aux choix des différents établissements et aux membres du personnel. Les visites extérieures peuvent encore avoir lieu, elles aussi organisées selon chaque établissement, avec “un autoquestionnaire, strictement personnel et confidentiel rempli par les proches, avant leur entrée dans l’établissement”.

#1696 Source Francetvinfo

France : la presse relaie l’inquiétude des soignants en HP sur l’augmentation de formes de souffrances psychiques, Véran fait pour la première fois mention d’une “alerte sur la santé mentale” lors d’un point presse

France. Cela fait environ deux semaines que la presse relaye régulièrement, quasiment tous les jours, des témoignages de psychiatres et psychologues revenant sur leurs inquiétudes, sur l’augmentation massive de nouvelles consultations et de nouveaux symptômes de souffrance psychique, et ce notamment pour les personnes ayant des conditions de vie précaires, tandis que l’accueil dans les hôpitaux psychiatriques de jour est souvent débordé. Voir par exemple la brève du 9 Novembre 2020 concernant l’hôpital du Rouvray. Jeudi 19 novembre, Olivier Véran fait pour la première fois mention lors d’un point presse de cette alerte sur la “santé mentale”.

#1698 Source Francetvinfo

France, Noyarey : les clusters en Ehpad sont de plus en plus nombreux, l’un d’entre eux perd un tiers de ses résidents suite à une contamination au Covid

France, Noyarey (Isère). Un Ehpad perd un tiers de ses résidents suite à une contamination au Covid. 60 des 80 résidents de cet Ehpad avaient contracté le coronavirus et 24 en sont morts. Une vingtaine de salariés ont aussi été infectés. On observe une recrudescence de cluster dans les Ehpad, en lien avec la nouvelle hausse des contaminations.

#1693 Source www.sudouest.fr

France, Calais : une opération de défrichage et de déboisement est menée dans le but d’empêcher les migrants de s’installer ou de se cacher dans les feuillages et les buissons

France, Calais. Une opération de défrichage et de déboisement est menée au Fort-Nieulay dans le but d’empêcher les migrants de s’installer ou de se cacher dans les feuillages et les buissons. Cette méthode est fréquemment employée dans la région. Rendre le territoire hostile est une démarche militaire : il s’agit de faire la guerre aux migrants à tout prix en leur retirant toute possibilité de se réfugier ou de s’abriter.

#1691 Source Nordlittoral.fr

France : la pression sur la mise au travail s’accentue pendant le confinement, Pôle Emploi annonce une opération spécifique de contrôle systématique de la recherche d’emploi

France. Contrairement au confinement du printemps, Pôle emploi va continuer à contrôler la recherche d’emploi sur les métiers en « tension » et même vérifier systématiquement l’acceptation de « l’offre raisonnable d’emploi ». La pression sur la mise au travail ne baisse pas d’un cran pendant ce nouveau confinement, et cherche même à s’accentuer puisque c’est une opération spécifique de contrôle systématique qui est invoquée. Le risque est la radiation pour un mois pour « incapacité à justifier ses recherches d’emploi » donc un mois sans allocations chômage.

#1686 Source Rapportsdeforce.fr

France, Vaulx-en-Velin : des incidents ont à nouveau éclaté contre les forces de l’ordre, le commissariat a été visé à plusieurs reprises par des mortiers d’artifice

France, Vaulx-en-Velin. Des incidents ont à nouveau éclaté contre les forces de l’ordre et le commissariat a été visé à plusieurs reprises par des mortiers d’artifice. Un véhicule aurait aussi été dégradé par les projectiles enflammés. Les manifestations émeutières ont recommencé plusieurs heures après, vers 23h45, visant cette fois-ci la police municipale. Plusieurs interpellations ont eu lieu, et l’un des interpellés, majeur, ayant reconnu les faits, passera en comparution immédiate.

#1709 Source Lyonmag.com

France : le “Livre blanc” de la sécurité intérieure a été publié avec, notamment, la préconisation de tripler le budget des missions de sécurité d’ici 2030 pour “porter le ministère à la frontière technologique” (sic)

France. Le « Livre blanc » de la sécurité intérieure a finalement été publié après avoir été retardé depuis février 2020. Ses préconisations donnent l’orientation du programme législatif dans ce domaine pour les dix-huit mois à venir. Une partie des propositions visant à l’élargissement des compétences de la police municipale, à la réglementation de la sécurité privée et à la protection des fonctionnaires et des militaires figurent déjà dans la loi de sécurité globale en cours d’adoption. Mais une autre partie du Livre blanc préfigure une loi pour la programmation de la sécurité intérieure (Lopsi), la troisième après celles de 2002 et de 2011, annoncée par le gouvernement « à échéance 2022 ». Il s’agirait de porter le budget des missions de sécurité à 1 % du produit intérieur brut (PIB) du pays en 2030, ce qui représenterait un triplement du montant actuel avec en particulier l’acquisition de moyens aériens et le financement d’un nouveau système d’alerte des populations. La formule employée (qui n’a que peu de sens) est qu’il faudrait « porter le ministère à la frontière technologique ».

#1714 Source Lemonde.fr

France, Perpignan : la famille d’un détenu apprend son décès plus de trois semaines après qu’il soit survenu

France, Perpignan. La famille d’un détenu apprend son décès plus de trois semaines après qu’il soit survenu. Ce sont des détenus en permission de sortie, eux mêmes très peu informés, qui les ont alertés. Début novembre, le service d’insertion et de probation les rassure en leur disant qu’il va bien et qu’il reçoit bien ses mandats. Mais le 9 novembre, les services de l’état civil téléphonent à la famille et lui annoncent le décès qui date du 18 octobre et est attribué à une fausse route alimentaire. La famille découvre aussi que le corps a été conservé trois semaines à la morgue.

#1685 Source www.midilibre.fr

France : des catholiques fervents manifestent devant les églises ou célèbrent des “messes clandestines” dans une vingtaine de villes

France. Dans une vingtaine de villes (Rennes, Poitiers, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lyon), des catholiques plus ou moins intégristes manifestent devant les églises ou célèbrent des “messes clandestines” pour obtenir pour les cultes une dérogation à l’interdiction de rassemblement. Des prières collectives sont organisées sur le parvis des églises, en particulier à Nantes, Lyon et Versailles où des manifestations semblables avaient déjà eu lieu la semaine dernière. A Aix-en-Provence, une trentaine de personnes ont été verbalisées pour non-respect du confinement dimanche matin. Ils s’étaient réunis, sans masques, dans la chapelle Notre Dame de l’Immaculée. Une fermeture administrative de l’église en question pourrait être prononcée.

#1680 Source 20minutes.fr

France, Pyrénées : 200 policiers et militaires, appuyés par un drone, contrôlent la frontière, et les contrôles à bord des trains sont systématiques à la gare de Perpignan

France, Pyrénées. Emmanuel Macron annonçait la semaine dernière un renforcement du contrôle aux frontières, et ce notamment à la frontière franco-espagnole, avec un doublement des effectifs policiers. C’est en effet ce qui est en train d’avoir lieu : 200 policiers et militaires, appuyés par un drone, contrôlent la frontière, et les contrôles à bord des trains sont maintenant systématiques à la gare de Perpignan. “Deux-cents hommes et femmes sont désormais quotidiennement engagés sur la frontière sur le département des Pyrénées-Orientales. Une compagnie de CRS, soit 60 hommes vont être positionnés au Perthus, à la barrière de péage qui voit passer environ 35 000 véhicules par jour. A Cerbère, des unités spécialisées et un drone pour la reconnaissance des chemins et une section sentinelle de 60 hommes appuyés par 60 militaires de la gendarmerie mobile pour les hauts cantons pour empêcher les gens de passer à travers les mailles du filet renforceront les effectifs”, précise Yannick Garden, commandant de la police aux frontières (PAF) des Pyrénées-Orientales. Il communique aussi que “Par rapport à 2019, on a constaté une hausse de 25% des interpellations sur les trois premiers mois de l’année et une augmentation de 50% entre juillet et septembre après le premier confinement”. Plus de 11 000 interpellations ont en effet eu lieu à la frontière depuis janvier, environ 60% se faisant à la gare de péage de Perthus. Deux sessions de deux-trois heures de surveillance téléguidée des chemins pyrénéens par drone sont réalisées tous les jours. En une semaine, six personnes ont été interpellées.

#1674 Source France3régions

France, Nice : le retrait des bancs publics sur la promenade des Anglais, ainsi que d’autres mobiliers urbains dans la ville fait polémique

France, Nice. Le retrait des bancs et sièges publics sur la promenade des Anglais, ainsi que d’autres mobiliers urbains dans la ville fait polémique. La Mairie, qui se dit favorable à un couvre feu dès 20h, présente cette mesure comme une manière d’enrayer l’épidémie de Covid-19 en évitant toute installation même temporaire en extérieur.

#1668 Source lanicoise.info

France : les mesures prises il y a quinze jours sont maintenues, seul un renforcement des contrôles et des verbalisations est annoncé

France. La réévaluation promise du confinement donne un maintien en l’état des mesures prises il y a quinze jours. Aucune mesure sanitaires nouvelle n’est prise dans les collèges, qui ne bénéficient pas des possibilités de dédoublement mises en place dans les lycées. La seule annonce concerne le renforcement des contrôles et des verbalisations pour non respect du confinement. On dénombre d’ailleurs 100 000 verbalisations depuis le reconfinement dont 12 000 dans les dernières 24 heures. Le gouvernement prévient aussi qu’une attestation de déplacement sera nécessaire même au delà du 1er décembre.

`#1667 Source Lavoixdunord.fr

France, Coquelles : un important campement de migrants a été démantelé au Fort-Nieulay avec 170 personnes évacuées

France, Coquelles. Un important campement de migrants a été démantelé au Fort-Nieulay avec 170 personnes évacuées. Une quarantaine de véhicules de CRS et de policiers nationaux ont été mobilisés avec une centaine de policiers déployés. La presse considère que c’est la première opération de police de grande envergure depuis 2015 dans le quartier. Deux bénévoles de l’association Human Rights Observer ont été verbalisés pour non-respect du confinement pendant l’évacuation, leurs attestations professionnelles n’étant pas considérées comme valables. Les migrants ont été emmenés dans des bus dont, d’après la préfecture, 70 vers des “structures d’hébergement”. Une partie des migrants aurait déménagé avant l’intervention. Plusieurs sites d’hébergement ont été réquisitionnés par la préfecture. Depuis le 5 novembre, deux fois par semaine, des “mises à l’abri” (alternative à la menace d’évacuation) sont proposées et 156 migrants “volontaires” ont accepté ce dispositif.

#1673 Source Lavoixdunord.fr

France : la presse publie des chiffres de contaminations scolaires (12 487 collégiens et lycéens positifs au Covid-19 en l’espace de huit jours) qui démentent les hypothèses gouvernementales

France. Le lendemain de l’annonce du maintien de l’ouverture des établissements scolaires, appuyée sur l’affirmation que les enfants se seraient contaminés pendant les vacances et que les contaminations auraient baissé depuis la rentrée, la presse publie des chiffes qui démentent complètement cette hypothèse. En huit jours, le nombre d’enfants scolarisés positifs au Covid-19 est passé à 12 487 élèves, collégiens et lycéens, soit 3,5 fois plus que les semaines précédentes. Le chiffres semblent malgré tout assez faibles, mais il faut savoir qu’on est très loin de pouvoir comptabiliser les contaminations réelles parce que depuis la rentée les méthodes de remontées des cas masquent une grande partie des contaminations.

#1672 Source Leparisien.fr

France : le rapport de Santé publique sur l’épidémie dénombre de nombreux clusters dans différents lieux d’enfermement

France. Le rapport de Santé publique France sur l’épidémie dénombre 80 clusters dans des établissements pénitentiaires, 104 dans les “communautés vulnérables” (qualifiées comme “gens du voyages et migrants en situation précaire”), 104 aussi dans des établissements de l’aide sociale à l’enfance, et plus de 1200 en milieu scolaire ou universitaire.

#1664 Source Santepubliquefrance.fr

France, Auvergne-Rhônes-Alpes : 4 000 élèves infirmiers de la région vont être mobilisés un mois dans les hôpitaux et les EHPAD

France, Auvergne-Rhônes-Alpes. 4000 élèves infirmiers et élèves masseurs-kinésithérapeutes de la région, qui est la région la plus touchée par la pandémie actuellement, vont être sous peu temporairement mobilisés pour venir en renfort des soignants face à l’épidémie de covid-19, dans les hôpitaux et dans les maisons de retraite. Le président de la région Laurent Wauquiez a annoncé que les élèves seraient embauchés un mois au SMIC pour faire “face à l’imminence du pic hospitalier”, mais pas nécessairement affectés dans des services covid. Par ailleurs, il a annoncé l’interruption des formations continues des personnels infirmiers “pour deux mois”, comptant sur le fait que cela pourrait “rapatrier immédiatement 600 professionnels vers les hôpitaux et les Ehpad”, tandis qu’un partenariat entre la région et Pôle Emploi pour orienter les chômeurs vers des formations d’aide-soignants sera mise en place.

#1661 Source Challenges.fr

France, Loche : 10 résidents de L’EHPAD sont décédés, et quasiment tous les autres résidents sont positifs au Covid

France, Loche. Considéré comme le plus gros cluster de la région d’Indre-et-Loire avec 179 cas positifs au Covid-19, sur 205 résidents, l’Ehpad de Puy Gibault à Loches compte désormais 10 décès. Les personnes âgées sont enfermées depuis le 16 octobre dans l’établissement, sans aucune visite autorisée, testées et isolées dans leurs chambres. Fin octobre, l’Agence régionale de santé (ARS) avait identifié 41 clusters dans les Ehpad en région Centre-Val de Loire.

#1660 Source Franceinfo régions

France : 106 organisations signent un texte contre la loi de “sécurité globale”

France. 106 organisations signent un texte contre la loi de « sécurité globale » qui doit être votée la semaine prochaine dénonçant le fait qu’elle permet la transmission des flux vidéo au centre de commandement en temps réel rendant possible une analyse automatisée des images, et notamment la reconnaissance faciale des manifestants et des passants (8 millions de visages sont déjà enregistrés par la police dans ses divers fichiers). Le projet de loi autorise aussi la surveillance par drones alors qu’elle a été interdite plusieurs fois par le Conseil d’Etat pendant le premier confinement. Ce projet de loi vise aussi à empêcher de filmer et de diffuser des images des policiers et des gendarmes si elles permettent leur identification. Enfin, l’article 26 veut autoriser l’accès des policiers et des gendarmes armés en dehors des heures de service à des établissements recevant du public. Voir la brève #1607

#1678 Source Laquadrature.net

France, Argenteuil : depuis dix jours, de nombreux affrontements contre les forces de l’ordre ont lieu dans le quartier de la Zup avec des tirs de mortiers et de projectiles divers

France, Argenteuil. Depuis dix jours, de nombreux affrontements contre les forces de l’ordre ont lieu dans le quartier de la Zup à Argenteuil. La préfecture annonce deux policiers blessés et l’arrestation de sept personnes dont six mineurs. Des policiers sont quotidiennement visés par des tirs de mortier et des projectiles divers. Ces manifestations émeutières pourraient avoir un lien avec la mort de Sabri, décédé le 17 mai dernier dans un accident de moto-cross à Argenteuil impliquant des policiers. Le jeune homme aurait dû fêter ses 19 ans la semaine dernière. Sur les réseaux sociaux, des appels à mener des actions contre les forces de l’ordre ont circulé. La préfecture du Val-d’Oise a annoncé qu’elle allait prendre un arrêté préfectoral interdisant, la vente, le transport et l’utilisation de feux d’artifices et de pétards sur la voie publique.

#1676 Source actu.fr

France, Calais : un migrant d’origine érythréenne est hospitalisé dans un état inquiétant après avoir été touché au visage par un tir de LBD 40 lors d’une intervention de CRS dans un campement

France, Calais. Un migrant d’origine érythréenne a été touché au visage par un tir de LBD 40 lors d’une intervention de CRS dans un campement. Il est encore hospitalisé dans un état inquiétant. Le tir aurait eu lieu dans un moment de harcèlement policier contre les déplacements des migrants. La préfecture affirme que l’opération de police en question a eu lieu parce que des migrants s’affrontaient avec les forces de l’ordre en lançant des projectiles. L’une des deux personnes qui a accompagné le blessé jusqu’à l’ambulance a été ensuite interpellée par la police et “formellement reconnu comme étant l’un des auteurs du caillassage”, assure la préfecture. Jugé au tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, il a été condamné à sept mois de prison avec sursis.

#1687 Source streetpress.com

France : l’Unsa pénitentiaire demande la suspension de la distribution des colis de Noël aux détenus pour l’année 2020

France. L’Unsa pénitentiaire demande la suspension de la distribution des colis de Noël aux détenus pour l’année 2020, au motif que le contexte de la pandémie et l’alerte attentats vigipirate ne permettraient pas qu’ils soient suffisamment contrôlés. Cette mesure restreindrait encore plus les contacts avec l’extérieur des détenus, déjà fortement isolés par des mesures de “protection sanitaire” comme la limitation des parloirs, qui ne protègent pas les prisonniers de la diffusion du virus puisque 80 établissements pénitentiaires sont considérés comme des clusters…

#1675 Source www.ufap.fr

France : le parquet de Paris ouvre quatre informations judiciaires contre X, pour “mise en danger de la vie d’autrui”, “abstention volontaire de combattre un sinistre” et “homicides et blessures involontaires” à propos de la gestion de la crise sanitaire

France. Le parquet de Paris ouvre quatre informations judiciaires contre X, entre autres pour “mise en danger de la vie d’autrui”, “abstention volontaire de combattre un sinistre” et “homicides et blessures involontaires” à propos de la gestion de la crise sanitaire. Cinq mois après avoir ouvert une vaste enquête préliminaire, le pôle Santé publique du parquet de Paris a décidé de transmettre ses investigations à des juges d’instruction dans quatre informations judiciaires distinctes. Des perquisitions avaient eu lieu mi-octobre dans les bureaux d’Eouard Philippe, Agnès Buzyn, Olivier Véran, Sibeth Ndiaye et Jérôme Salomon.

#1653 Source Huffingtonpost

France : un nouveau décret restreint un peu plus l’accès à la protection maladie des personnes étrangères

France. Un nouveau décret restreint un peu plus l’accès à la protection maladie des personnes étrangères. Le gouvernement s’est déjà attaqué à la protection maladie des demandeurs d’asile en instaurant un délai de carence, qui a durcit les conditions d’accès à l’aide médicale d’Etat (AME). Dans les premiers jours du re-confinement, il limite la prolongation des droits à la prise en charge des frais de santé par l’assurance maladie, ce qui concerne 800 000 personnes étrangères. Des associations de soutien aux immigrés dénoncent “une politique de découragement et d’usure administrative conduisant à priver des usagers-ères de toute protection maladie”, qu’elles considèrent comme une politique d’incitation au « non-recours » aux droits et aux soins.

#1692 Source france-assos-sante.org

France : un décret élargit la liste des critères déterminant les “personnes à risque” pour le droit au chômage partiel mais réduit drastiquement son usage en le limitant aux cas où le poste de travail ne peut pas être adapté

France. Après l’annulation du précédent texte par le Conseil d’Etat, un nouveau décret renouvelle la liste des critères de vulnérabilité (les “personnes à risque”) ouvrant droit au chômage partiel pour les salariés concernés. La liste des critères est étendue puisqu’y sont rétablis des critères qui avaient été supprimés avant l’été, mais le droit au chômage partiel est en fait réduit parce qu’il n’est validé que si l’employeur ne peut garantir des mesures de protection renforcée sur le lieu de travail. C’est toujours la mise au travail qui prime sur la protection sanitaire.

#1665 Source egora.fr

France : à l’occasion de la grève contre la gestion de la pandémie dans l’éducation, plusieurs manifestations ont eu lieu, ainsi que des tentatives de blocus de lycéens

France. A l’occasion de la grève contre la gestion par le Ministère de l’Education nationale de l’épidémie, plusieurs manifestations et rassemblements d’enseignants ont eu lieu à Paris, Bordeaux, Marseille, Nantes, Clermont-Ferrand, Toulouse, Montpellier et au Mans. Par ailleurs, des tentatives de blocus par les lycéens ont eu lieu à Paris, notamment dans les lycées Racine (8e), Louis-Armand (15e), Charlemagne (4e), Colbert (10e), Bergson (19e) ou encore Brassens (19e), mais aussi dans d’autres villes de France. Au lycée Rosa-Parks de Thionville (Moselle), des pétards et des feux d’artifices ont été lancés sur les flics, et des feux de poubelles ont été allumés. Dix mineurs ont été interpellés.

#1658 Source Actu.fr

France : le gouvernement annonce un million de tests rapides pour le personnel de l’éducation nationale tout en continuant d’affirmer que les contaminations sont moindres dans le système éducatif

France. Pour tenter de justifier le maintien des établissements scolaires, le gouvernement annonce pour la semaine prochaine un million de tests rapides pour les personnels de l’éducation nationale tout en affirmant contre toute évidence que les contaminations recensées au sein du système éducatif restent « en dessous des proportions qu’on rencontre dans le reste de la population ». Seuls les membres du personnel (enseignants, administratifs, surveillants) seront concernés, non les élèves. Les tests seront pratiqués par les infirmières scolaires sur la base du volontariat. “Les tests seront destinés à tous les établissements situés dans des zones où l’accès aux tests virologiques (RT-PCR) est tendu et lorsque des cas de Covid-19 sont apparus dans l’établissement”, souligne le ministère.

#1647 Source Leparisien.fr

France : pour justifier ce confinement avec école et travail, le ministère de l’Education annonce des chiffres de contamination improbablement bas (moins de 4000 !) chez les jeunes scolarisés

France. Pour justifier ce confinement avec école et travail (avec écoles pour que le travail puisse continuer), le ministère de l’Education nationale annonce des chiffres de contamination improbablement bas chez les jeunes scolarisés. Blanquer a en effet évoqué 3 528 élèves atteints par le Covid-19 depuis le mois de septembre, et suggéré une stabilité des chiffres, alors que sur seulement 3 jours, entre le 2 et le 4 novembre, les autorités sanitaires annoncent 25 000 enfants et adolescents entre 0 et 19 ans testés positifs. Est-ce à dire que si peu d’entre eux seraient scolarisés ? Il faut dire que tout est fait pour que l’éducation nationale ne puisse pas comptabiliser les contaminations. Les remontées de cas ne se faisant qu’une fois par semaine, les délais entre le test et son résultat et le passage de 15 à 8 jours d’isolement invisibilisent totalement les contaminations. On est bien loin du fameux “triptyque” “tester, alerter, protéger” supposé justifier la possibilité du maintien de l’ouverture des établissements scolaires… Pire, les statistiques ministérielles, quand on les observe sur la durée depuis septembre, masquent la nette progression de l’épidémie chez les jeunes, dont témoignent les remontées des laboratoires.

#1644 Source Liberation.fr

France, Bourg en Bresse : des manifestations émeutières et des affrontements avec les forces de l’ordre ont eu lieu dans un quartier populaire de la ville

France, Bourg en Bresse. Des manifestations émeutières et des affrontements avec les forces de l’ordre ont eu lieu dans un quartier populaire de la ville. Entre 25 et 30 jeunes seraient impliqués d’après les voisins (qui ont manifestement joué le rôle de délateurs d’après ce qu’en dit la presse). Comme à Oyonnax, la police a été prise à partie dès son arrivée sur place et a répondu avec des tirs de flashball. « La consigne était de répondre avec fermeté », confirme la préfecture. Au moins 5 voitures ont été brûlées et sont littéralement détruites, avec à chaque fois le même procédé : un parpaing pour casser une vitre, de l’essence pour alimenter le feu et un bâton de feu d’artifice jeté dans l’habitacle.

#1643 Source Leprogres.fr

France, Lyon : 8 lycéens ont été interpellés par la BAC au cours d’un blocage pour dénoncer l’insuffisance du protocole sanitaire

France, Lyon. 8 lycéens ont été interpellés (6 d’après la presse) au cours d’un blocage et d’une manifestation pour dénoncer l’insuffisance du protocole sanitaire mis en place dans leur établissement. Le proviseur a fait intervenir la BAC suite au blocus réussi des lycéens. La préfecture précise que les lycéens ont été arrêtés pour des insultes, des jets de projectiles et, pour l’une d’entre eux, des tags. Le communiqué des lycéens dans lequel ils décrivent et dénoncent les conditions de ces interpellations est à lire ici

#1641 Source 20minutes.fr

France, Bayonne : un hôpital mobile est installé pour palier à la saturation des services de réanimation

France, Bayonne. Un hôpital mobile est installé à Bayonne pour palier à la saturation des services de réanimation. La structure installée en 30 minutes est prévue pour répondre rapidement en cas d’attentat ou de catastrophe dite naturelle. Il s’agit d’un camion de 18 tonnes permettant le déploiement d’une structure de près de 70m2, équipée pour prendre en charge des patients de réanimation, beaucoup plus légère que les “hôpitaux de campagne” déployés au printemps avec l’armée.

#1638 Source Francebleu.fr

France : le gouvernement envisage un contrôle actif des mises en quarantaine avec une amende en cas de non-respect de l’isolement des personnes positives

France. Le gouvernement envisage un contrôle actif des mises en quarantaine avec une amende en cas de non-respect de l’isolement des personnes positives. Cette mesure est déjà en vigueur en Suisse, en Grande-Bretagne et dans plusieurs pays d’Asie. Des députés réclament aussi la réquisition de chambres d’hôtels avec obligation pour les malades de s’y confiner.

#1636 Source Ladepeche.fr

France, Rouen : des soignants de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, déjà fortement mobilisés pendant le premier confinement, alertent sur les répercussions psychologiques du prolongement de la pandémie et des modalités de sa gestion

France, Rouen. Des soignants de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, déjà fortement mobilisés pendant le premier confinement, alertent sur les répercussions psychologiques du prolongement de la pandémie et des modalités de sa gestion. Les cas de dépressions et de décompensations anxieuses nécessitant une intervention en urgence, ainsi que les tentatives de suicide se multiplient, avec un nombre important de jeunes patients. Il y a deux ans, des soignants de cette unité hospitalière avaient entamé une grève de la faim très médiatisée et obtenu la création de 30 postes. La même année, les Blouses noires y ont vu le jour, un groupe de soignants qui a essaimé un peu partout en France et qui proteste contre la fermeture de lits dans les hôpitaux psychiatriques.

#1634 Source francetvinfo

France : la nouvelle Loi de Programmation de la Recherche crée le délit d’occuper ou de pénétrer dans l’enceinte d’une université, puni d’un an de prison et de 7 500 euros d’amende

France. La nouvelle Loi de Programmation de la Recherche (LPR) vient d’être validée dans sa forme finale par la commission paritaire chargée de l’examiner. Elle suscite beaucoup d’oppositions, en particulier un amendement tardif qui vise à rendre illégale toute occupation d’université, y compris dans le cadre d’un mouvement social, avec la création d’un nouveau délit puni d’un an de prison et 7.500 euros d’amende et constitué par “le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement supérieur […] dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement”. Le ministère de l’Enseignement supérieur assure de son côté que “cette mesure ne concerne en aucun cas les étudiants, mais les personnes extérieures aux établissements universitaires.”

#1669 Source Franceinter.fr

France, Ajaccio : un hypermarché Leclerc installe des “tunnels de désinfection” qui diffusent des ultrasons, des ultraviolets vaporisent un liquide “hypochloreux”

France, Ajaccio. Un hypermarché Leclerc installe des “tunnels de désinfection” pour rassurer sa clientèle. Les clients doivent faire prendre leur température puis passer au travers d’un portique diffusant des ultrasons, des ultraviolets et vaporisant un liquide “hypochloreux”. Des équipements similaires ont été disposés à l’entrée d’écoles ou d’universités en Iran, au Pakistan et en Ouzbékistan. En juin, un sas de désinfection a également été mis en place dans la résidence du président Vladimir Poutine par les autorités russes pour éviter toute contamination au coronavirus apportée par des visiteurs.

#1659 Source Nicematin.com

France : pour justifier le maintien de l’ouverture des écoles en dépit de la pandémie, Blanquer promet de les doter “d’outils numériques nouveaux” et notamment de “robots conversationnels”

France. Pour justifier son refus de fermer les écoles bien qu’elles constituent des lieux importants de circulation du virus, Blanquer promeut le “grand chantier de concertations et de mobilisation pour doter l’éducation d’outils numériques nouveaux” et affirme qu’un appel à projets a été lancé pour créer des “robots conversationnels” en particulier pour aider à l’apprentissage des langues.

#1657 Source Franceculture.fr

France, Bron : des affrontements ont éclaté dans le quartier du Terraillon, à Bron à proximité de Lyon

France, Bron. Des affrontements ont éclaté dans le quartier du Terraillon, à Bron à proximité de Lyon. Le maire dénonce de “très graves violences urbaines”. Les pompiers, appelés pour des départs de feux de poubelles ont été bloqués sur place et la police est intervenue, des heurts ont alors éclaté avec les forces de l’ordre, avec des tirs de feux d’artifice.

#1654 Source bfmtv

France, Pont l’Abbé : trois lycéens sont mis en examen pour avoir un lien avec le lancement d’un “engin explosif” sur un véhicule de gendarmerie pendant une manifestation lycéenne

France, Pont l’Abbé. Trois lycéens sont mis en examen pour avoir un lien avec le lancement d’un “engin explosif” sur un véhicule de gendarmerie au cours de la manifestation lycéenne qui a eu lieu devant le lycée Laënnec. Ils ont été interpellés le lendemain de la manifestation. Le parquet affirme que la fabrication aurait eu lieu la veille, en prévision du blocage de l’établissement. Les trois lycéens mineurs ont été laissés en liberté sous contrôle judiciaire et vont être convoqués devant un juge pour enfants.

#1639 Source letelegramme.fr

France : La création de demi-groupes est finalement préconisée dans les lycées par le gouvernement ; une grève nationale est prévue pour protester contre les incohérences de la gestion sanitaire des établissements

France. Après plusieurs consignes contradictoires qui ont conduit à diverses refontes totales des emplois du temps depuis la rentrée des vacances, le gouvernement préconise finalement la création de demi-groupes dans les lycées, reconnaissant qu’aucune distanciation n’était jusque là possible. Le choix du dispositif précis est laissé à l’appréciation des chefs d’établissements (dont beaucoup avaient refusé cette solution aux syndicats quelques jours plus tôt). Face aux incohérences et aux incertitudes de plus en plus présentes (comment va s’organiser l’enseignement à distance ? Comment les programmes et épreuves vont-ils être adaptés ? etc.), une grève nationale dite “sanitaire” est prévue mardi 10 novembre, et on peut s’attendre à de nombreux blocages de lycées par les élèves eux-mêmes.

#1637 Source Lesechos.fr

France, Allemagne : des malades nécessitant des soins intensifs sont transférés depuis les hôpitaux saturés vers d’autres régions ou pays, notamment vers l’Allemagne

France, Allemagne. Des malades nécessitant des soins intensifs sont transférés depuis les hôpitaux saturés vers des régions moins touchées pour le moment. Une vingtaine de malades du Covid-19 a déjà été transférée en avion médicalisé depuis la Provence-Alpes-Côte d’Azur vers la Bretagne, qui reçoit des patients de plusieurs régions. Les transferts de patients français en particulier du Grand Est vers l’Allemagne ont aussi repris, mais avec moins d’intensité qu’au printemps car les hôpitaux sont déjà plus encombrés par la deuxième vague.

#1635 Source Lemonde.fr

France, Roissy : un trafic de faux certificats de tests covid négatifs a été démantelé à l’aéroport

France, Roissy. Un trafic de faux certificats de tests négatifs démantelé à l’aéroport de Roissy et sept personnes, interpellées avec plus de “200 faux certificats négatifs” permettant d’embarquer sur des vols internationaux ont été placées en garde-à-vue. Les documents falsifiés étaient vendus illégalement à des voyageurs à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle pour 150 à 300 euros.

#1617 Source Francetvinfo

France, Lyon : une grève de la faim a commencé au CRA de Saint-Exupéry pour protester contre l’absence de mesures face à la diffusion rapide du Covid-19

France, Lyon. Des migrants enfermés en rétention au CRA Saint Exupéry ont commencé vendredi une grève de la faim face à la rapidité de la diffusion du virus dans ce qui constitue maintenant un cluster dans lequel aucune mesure sanitaire efficace ne protège les retenus. « C’est catastrophique, on ne porte pas de masques, on n’a pas de produit et les chambres ne sont pas désinfectées ! » affirme un des grévistes.

#1614 Source Leprogres.fr

France, Oyonnax : des policiers ont été blessés par des tirs de mortiers lors de l’intervention de pompiers pour éteindre des débuts d’incendies

France, Oyonnax (Ain). Des policiers ont été blessés par des tirs de mortiers lors d’émeutes nocturnes, au cours desquelles ont eu lieu aussi des incendies de voitures et de poubelles. C’est lorsque les pompiers escortés par la police sont intervenus pour éteindre les débuts d’incendie, que l’escorte policière a été attaquée. Un important dispositif policier a été déployé. Des incidents similaires ont eu lieu à Paris et au Mans ces derniers jours, et les préfectures considèrent que e confinement, sans être l’élément déclencheur, constituerait une situation propice à l’émergence de “violences urbaines”.

#1630 vu sur www.leparisien.fr

France : La presse rapporte une hausse notable des agressions racistes anti-asiatiques, avec des insultes et des agressions physiques en particulier à la suite d’un appel lancé sur les réseaux sociaux

France. Avec le retour du confinement, la presse rapporte une hausse notable des agressions racistes anti-asiatiques, avec des insultes et des agressions physiques en particulier à la suite d’un appel lancé sur les réseaux sociaux.

#1681 Source Libération.ffr

France, Marseille : un incendie a débuté au 1er étage du CRA et des retenus d’autres bâtiments ont manifesté en criant “liberté” avant que la police n’intervienne

France, Marseille. Un incendie a débuté au 1er étage du centre de rétention lorsque vers 12h30, 3 cellules ont pris feu. Les retenus des autres bâtiments ont manifesté en criant liberté. La police est intervenue avec des matraques, des chiens et des boucliers pour fouiller et réprimer les prisonniers.

#1616 Source Mars-infos.org

France, Monataire : des tentatives de blocage ont lieu dans de nombreux lycées, avec des affrontements avec la police et des débuts d’incendie au lycée Malraux de Monataire

France, Monataire. Les lycéens tentent des blocus en région parisienne et dans plusieurs grandes villes. Ces tentatives sont la plupart du temps mises en échec par d’importantes interventions policières et/ou le déploiement des EMS (vigiles du rectorat). A Montreuil, le lycée Jean Jaurès est cependant bloqué toute la journée. Devant le lycée Malraux de Monataire, des affrontement ont lieu avec les forces de l’ordre et des débuts d’incendie sont allumés en protestation contre la suppression des récréations pour raisons sanitaires. Trois adolescents ont été interpellés. Les débuts d’incendie ont mobilisé 27 pompiers et une trentaine de membres des forces de l’ordre. La voiture d’un membre du personnel a été partiellement incendiée. Des incidents et affrontement se sont produits également au lycée Marie-Curie de Nogent-sur-Oise, mais dans une moindre ampleur ainsi qu’à Pau, Mantes-la-Jolie, Saint-Nazaire, Lyon, Nantes et Alès.

#1615 Source Oisehebdo.fr

France : plusieurs associations de travailleurs et travailleuses du sexe alertent sur les conséquences de ce second confinement sur leurs conditions de vie et de travail

France. Un communiqué commun signé par plusieurs associations qui défendent les droits des travailleurs-ses du sexe alerte sur les conditions de vie des travailleurs et travailleuses du sexe en ce début de second confinement en France. « Depuis l’instauration du confinement, les TDS sont une nouvelle fois confrontés-es à l’impossibilité de poursuivre leur travail. Ces restrictions engendrent une précarisation extrême de ces personnes déjà vulnérabilisées. Nos associations réclament des mesures de l’État, dont l’indifférence actuelle met en danger les vies des TDS ». En effet les TDS se retrouvent pour la plupart sans ressources. Le communiqué demande la mise en place d’un fonds d’urgence, un moratoire sur les amendes, la pénalisation des clients et les arrêtés anti-prostitution pris par les municipalités, la régularisation des travailleurs-ses du sexe sans-papiers sans quoi il est impossible d’accéder au travail dans l’économie formelle.

#1656 Source seronet.info

France : le gouvernement veut interdire la réduction de peine pour les détenus condamnés pour avoir attaqué les forces de l’ordre

France. Le gouvernement veut interdire la réduction de peine pour tous les détenus incarcérés pour avoir attaqué les forces de l’ordre. Cela correspond au régime exceptionnel de peines actuellement en vigueur pour les personnes condamnées pour terrorisme, qui s’étendrait donc, alors que jusqu’ici les incarcérations pour avoir attaqué les forces de l’ordre bénéficiaient des crédits accordés de façon automatique à toute incarcération définitive – le “régime normal”. “Il y aura l’interdiction de la réduction de peine pour ceux qui s’attaquent à des policiers et à des gendarmes”, a confirmé lundi 2 novembre sur BFMTV le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. “S’en prendre à un policier ou un gendarme c’est s’en prendre à la République”, a-t-il expliqué. Déjà abordée lors d’une rencontre avec les syndicats de police, cette mesure va être prise à l’initiative du ministre de la Justice, dans les prochains mois.

#1605 Source Francetv.info

France : Un malade du Covid-19 qui avait développé une forme très grave de la maladie a été greffé des poumons pour la première fois en France

France. Un malade du Covid-19 qui avait développé une forme très grave de la maladie a été greffé des poumons pour la première fois en France à l’hôpital Foch de Suresnes. En juin, l’hôpital Northwestern de Chicago aux Etats-Unis avait annoncé avoir fait la première double greffe de poumon américaine sur un malade du Covid. Il s’agissait d’une femme d’une vingtaine d’années, auparavant en bonne santé, dont les poumons avaient été détruits de façon “irréversible” par le Covid-19. Des médecins chinois avaient aussi réalisé une double greffe en mars sur une femme sexagénaire.

#1671 Source Francetvinfo.fr

France : le dernier avis du Conseil Scientifique Covid-19 valide le principe d’un “confinement au travail, à l’école et au domicile”, privilégiant le fonctionnement économique sur la protection face au virus

France. Le Conseil Scientifique mis en place pour réfléchir aux différentes stratégies de gestion de la pandémie, et qui depuis l’été montre bien que la préoccupation économique est centrale (voir l’avis n°7 datant de juillet 2020, qui explicitait la nécessité “d’habituer la population à une surmortalité” pour éviter le plus possible un confinement généralisé trop coûteux pour le PIB) a rendu public son dernier avis, le 30 octobre 2020, juste avant la promulgation du confinement général “aménagé”. L’option d’un confinement au travail, à l’école et au domicile était bien envisagée par le Conseil Scientifique, mais on trouve aussi dans l’avis une option qui semblerait être pour le Conseil Scientifique sérieusement pratique, idéale d’un point de vue de la gestion du risque, mais trop complexe actuellement à mettre en place pour qu’elle devienne une possibilité tangible : c’est l’option d’une incitation forte à l’auto-confinement des personnes fragiles, impossible à mener réellement car anticonstitutionnelle à ce jour. L’isolement des “personnes à risque” nécessiterait par ailleurs de mettre en œuvre beaucoup de mesures d’accompagnement – telles que l’aménagement d’espaces ou d’horaires, par exemple à l’école, à l’université, spécialement dédiés à ces personnes. “Cette stratégie de protection nécessite de favoriser un auto-confinement strict d’une part importante de la population, environ 22 M de personnes”. Quant au confinement aménagé, plus simple à mettre en place, il est anticipé par le Conseil Scientifique au sein d’une perspective allant jusqu’au printemps de décisions “on/off”, de mesures restrictives suivies d’assouplissements, de re-restrictions, etc, selon les statistiques de contamination, jusqu’à un hypothétique vaccin annoncé pour le dernier trimestre de 2021. En parallèle, le Conseil Scientifique propose de mettre en œuvre davantage de quoi “tester-tracer-isoler”, ce qui passe par un traitement élargi d’indicateurs tels que la mobilité. Ainsi, l’avis commence en s’appuyant justement sur les rapports proposés chaque semaine par Google, recensant, au niveau international, pour chaque pays, chaque ville, chaque région, les fluctuations dans les déplacements de la population via les données émises par les smartphones : ainsi peut-on constater la baisse des sorties dernières dans les parcs en Île-de-France, l’augmentation du déplacement au domicile, etc. Le Conseil Scientifique envisage de s’appuyer de plus en plus sur les outils de collecte de données que peuvent être les réseaux sociaux, en plus de Google (facebook, opérateurs téléphoniques…).

#1606 Source solidarites-santé.gouv.fr

France, Bapaume : onze détenus du centre de détention se sont révoltés et une moitié d’entre eux ont grimpé sur le toit du bâtiment, armés de bâtons et de projectiles

France, Bapaume. Onze détenus du centre de détention se sont révoltés et une moitié d’entre eux ont grimpé sur le toit du bâtiment, armés de bâtons et de projectiles. Une unité Eris (équipe régionale d’intervention et de sécurité) a été appelée sur place pour maîtriser la situation.

#1610 Source Lavoixdunord.fr

France : les expulsions de bidonvilles s’accélèrent, c’est le cas d’un campement de 400 personnes expulsé à Saint Denis

France. A l’approche de la trêve hivernale, les expulsions de bidonvilles s’accélèrent, comme à Saint Denis où un campement de quatre-vingt baraquements où vivaient environ quatre cent personnes a été expulsé le 22 octobre. La crise sanitaire ne change rien, voire accélère plutôt les procédures.

#1632 Source Lemonde.fr

France, Côte d’Or : la préfecture interdit la position statique dans les parcs et jardins publics dans tout le département et annonce que “Les forces de sécurité feront preuve de discernement”.

France, Côte d’Or. La préfecture interdit la position statique dans les parcs et jardins publics dans tout le département, dans l’idée d’empêcher les rassemblements. Cette mesure absurde accompagne la mise en place du couvre-feu. Face aux protestations contre cette mesure, la préfecture annonce que “Les forces de sécurité feront preuve de discernement. Une personne qui déjeune seule sur un banc à midi ne ferait pas l’objet d’une verbalisation”. En revanche, il précise qu’un couple avec deux enfants par exemple qui voudrait pique-niquer sur l’herbe n’est pas autorisé à le faire.

#1623 vu sur www.francebleu.fr

France : la presse dénonce une baisse du nombre de lits en réanimation depuis le mois de mars en région parisienne à cause du manque de personnel

France. La presse dénonce une baisse du nombre de lits en réanimation depuis le mois de mars en région parisienne, ce qui contredit le fait que le gouvernement aurait tout fait pour faire face à la deuxième vague. Le nombre de possibilité d’accueil en réanimation serait actuellement de 1700 lits alors qu’il y avait 2500 places en avril dernier. Cette diminution serait liée au manque de personnel à déplacer depuis d’autres régions dans un contexte ou la pandémie se déploie sur tout le territoire et en l’absence de recrutements supplémentaires. Le canard enchainé révèle d’ailleurs que le ministère envisage d’employer des “non aides-soignants” (sic) en fonction d’aides-soignants avec des formations “très courtes dans des modules adaptés”.

#1626 vu sur canard enchainé

France, Lyon : plusieurs services de réanimation commencent à être saturés, les syndicats maintiennent la grève et dénoncent le manque d’embauches et de renouvellement de matériel.

France, Lyon. Plusieurs services de réanimation commencent à être saturés, les Hospices Civils de Lyon transfèrent des patient vers la Savoie avec plus de 95% des lits de réa déjà occupés. Les syndicats maintiennent la grève et dénonce le manque d’embauches et de renouvellement de matériel.

#1628 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Poissy : deux bus ont été attaqués par une trentaine de jeunes à Poissy après la mort d’un automobiliste tué par un policier lors d’une course-poursuite à Poissy le 17 octobre

France, Poissy (Yvelines). Deux bus ont été attaqués par une trentaine de jeunes après la mort d’un automobiliste tué par un policier lors d’une course-poursuite à Poissy le 17 octobre. Un adolescent de 17 ans a été interpellé. Un barrage constitué de poubelles enflammées a apparemment été mis en place, puis lors de leur arrêt forcé à cet endroit, les deux véhicules ont été les cibles de tirs de mortier d’artifice et de jets de pierre.

#1627 vu sur www.ouest-france.fr

France : un projet de loi “sur la sécurité globale” vise à élargir la répression policière, à étendre la surveillance, à laisser leurs armes aux agents en dehors de leurs horaires et à interdire toute diffusion d’images de la police en fonction

France. Le 20 octobre 2020, un projet de loi “sur la sécurité globale” a été déposé à l’Assemblée Nationale. Dans l’esprit, le projet de loi vise à renforcer la coopération des différents corps de sécurité (police judiciaire, police municipale, agents de sécurité privés) pour renforcer le contrôle et la répression non seulement du terrorisme, mais aussi des “nouveaux défis à relever pour la sécurité des Français”, “depuis les incivilités dans les transports jusqu’aux violences graves sur les personnes en passant par les trafics – notamment de stupéfiants – en bas des immeubles, les violences urbaines ou les rixes entre bandes” : il s’agit donc de renforcer le contrôle quotidien et diffus de la police dans les rues et les espaces publics (un grand classique des mesures post-attentats). Le projet de loi prévoit cinq grandes mesures : – L’extension des pouvoirs des polices municipales, dans le contexte de la répression du trafic de drogues commencé cet été. Le projet de loi prévoit la mise en place d’une “période d’expérimentation” de trois ans au cours de laquelle les policiers municipaux pourront constater de nouvelles infractions, disposeront d’un pouvoir de saisie sur la voie publique, et pourront faire des contrôles d’identité en l’absence de la police judiciaire : il s’agit en bref d’augmenter le nombre de policiers habilités à embarquer, contrôler et fouiller dans la rue. – Le projet de loi prévoit le renforcement de la coopération entre la police et les agents de sécurité privés, qui exercent de plus en plus, via le Conseil national de sécurité privée, des fonctions de police. Le projet de loi propose qu’ils soient autorisés à constater certaines infractions, mais aussi à faire des contrôles d’identité ; il prévoit également un renforcement du contrôle sur l’embauche des agents de sécurité privés. – Le projet de loi cherche également à autoriser l’usage par la police judiciaire de vidéos en temps réel, et surtout de drones, notamment “lorsque les circonstances font craindre des troubles graves à l’ordre public” et “pour assurer la surveillance des littoraux et des zones frontalières”. – Concernant la police, le projet de loi propose que les policiers et les gendarmes soient autorisés à porter leurs armes lorsqu’ils ne sont pas en service, au prétexte de renforcer la sécurité de la population contre le terrorisme. A ceci s’ajoute que le projet de loi prévoit l’interdiction de la diffusion publique d’images de policiers (passible d’un an de taule et de 45 000e d’amende), visant ici explicitement les vidéos, systématiquement diffusées ces dernières années, des divers actes de brutalité de la police. En bref, le projet de loi vise non seulement à autoriser la police à disposer de toutes les images qu’elle voudra de ce qu’elle considère comme “un danger à l’ordre public” (c’est-à-dire tout le monde, puisqu’il s’agit ici de réprimer “l’ennemi intérieur”), mais il implique également l’interdiction pure et simple de diffuser des images de la police dans l’exercice de ses fonctions. Enfin, le projet de loi vise à renforcer le contrôle et la répression de la vente, l’achat et l’usage de feux d’artifices, notamment sur Internet – lesdits feux d’artifice étant l’un des moyens les plus courus d’attaquer les policiers, commissariats, etc. La proposition de loi est en cours d’examen et sera discutée à l’Assemblée le 17 novembre.

#1607 Source assemblee-nationale.fr

France, Champigny-sur-Marne : le commissariat a été attaqué avec des mortiers d’artifice et d’autres projectiles divers par une quarantaine de personnes

France, Champigny-sur-Marne. Une quarantaine de personnes ont pris pour cible le commissariat de Champigny-sur-Marne, avec des tirs de mortiers d’artifice et divers projectiles dont des boules de pétanques. Ce commissariat, situé au cœur d’une cité avait déjà été attaqué au mois d’avril. Parmi les nombreuses sources de tension récurrentes liées à la présence policière, la presse relève qu’un jeune homme habitant ce quartier a été récemment blessé par des agents “en tombant de son scooter”. Le Maire raconte que des mesures de pacification ont été tentées : “On a essayé d’apaiser le climat ces derniers jours et organisé des réunions entre des jeunes et la police.”, ce qui a manifestement échoué. En effet, le quartier était considéré comme une zone de “reconquête républicaine” expérimentant les bienfaits de “la police de sécurité du quotidien”, nouvelle forme de police de proximité supposée restaurer la confiance avec “les jeunes”. Cet événement donne lieu à une avalanche de discours sécuritaires affirmant qu’il faut instituer des peines plancher pour ceux qui s’attaquent aux forces de l’ordre et d’appels à autoriser les policiers à tirer à vue sur les adolescents.

# 1597 Sources presse diverses

France. A l’approche des vacances de la Toussaint, le ministère annonce la mise en place d’un couvre-feu dans 9 métropoles pour une durée d’au moins 4 semaines

France. A l’approche des vacances de la Toussaint, le ministère annonce la mise en place d’un couvre-feu dans 9 métropoles pour une durée d’au moins 4 semaines. A Lille, Paris et toute l’Ile de France, Lyon, Rouen, Saint Etienne, Toulouse, Montpellier, Grenoble et Aix-Marseille toute circulation est interdite entre 21h et 6h du matin. Par ailleurs, l’objectif étant de: « réduire les interactions dans la sphère privée. », les réunions de plus de 6 personnes y sont interdites. Les dérogations sont restreintes (travail, urgences médicales, secours à un proche). La priorité étant clairement donnée au maintien du travail et de l’activité économique, les compagnies de transport fonctionnent et on pourra sortir entre 21h et 6h pour prendre un train ou un avion qui partirait ou arriverait dans ce créneau avec le billet comme justificatif. L’amende sera de 135 euros la première fois et 1500 euros en cas de récidive.

#1604 vu sur lavoixdunord.fr

France, Toulouse : une quarantaine d’enseignants du lycée Bellevue ont exercé leur droit de retrait et cessé le travail face au manque de mesures sanitaires

France, Toulouse. Une quarantaine d’enseignants du lycée professionnel Bellevue ont exercé leur droit de retrait et cessé le travail pour “que le personnel et les élèves ne soient pas mis en danger” face au manque de mesure sanitaire effective. Ils dénoncent entre autres le fait que les locaux ne soient pas suffisamment lavés et désinfectés faute d’agents en nombre suffisant pour le faire. Les classes comprennent en moyenne 35 élèves, installés dans 50 à 60m2, ce qui fait évidemment moins de 4m2 par élève. En outre, le protocole prévu n’est pas appliqué : “On a des distributeurs de gel à l’entrée du bâtiment mais ils sont vides depuis une dizaine de jours”, détaille un enseignant. “Les tables ne sont pas nettoyées entre chaque classe, alors que huit élèves se succèdent dans la journée sur une même table de cours. Les postes d’ordinateur ont été filmés pour faciliter leur nettoyage mais ils ne sont pas désinfectés.” À la demi-pension, il y a un goulet d’étranglement et tous les élèves sont en train de manger presque en même temps, les uns à côté des autres. Cette situation semble bien partagée par un grand nombre d’établissements scolaires. Dans un lycée de Noisy-le-sec, alors que le gymnase où les élèves font cours de sport sans masque, n’était ni nettoyé ni désinfecté à cause d’un manque de personnel, la moitié des enseignants de sport ont récemment été testés positifs au covid. Face à cette situation une partie du personnel enseignant s’est mis en grève quelques jours plus tard.

#1590 Source Francetvinfo.fr

France : une enquête révèle que les masques DIM distribués par l’Education Nationale sont toxiques, en plus de ne pas protéger du virus

France. En plus du fait qu’ils ne protègent pas du virus selon l’ARS, une enquête révèle que les masques DIM distribués en début d’année aux enseignants par le ministère de l’Education et parfois aux élèves sont traités avec du zéolithe d’argent, un biocide considéré comme toxique pour la santé humaine et l’environnement. La presse relaye des analyses de divers biologistes qui affirment que le risque de porter ces masques sur une longue durée (6 à 8 heures par jour) tous les jours est bien réel. Leur port prolongé pourrait entraîner une accumulation de granules métalliques dans différents organes : le foie, les reins, l’intestin, les glandes surrénales et, dans de rares cas, la moelle épinière. Ils seraient aussi susceptibles de nuire à la fertilité.

#1589 Source Nouvelobs.com

France, Nouméa : un détenu a été remis en liberté pour conditions de détention considérées comme constituant “un traitement dégradant”.

France, Nouméa (Nouvelle Calédonie). Un détenu de la prison de Nouméa a été remis en liberté pour conditions de détention indignes. La chambre d’instruction de la cour d’appel ordonne sa remise en liberté avec assignation à résidence sous surveillance électronique après avoir considéré que ses conditions actuelles de détention «constituent un traitement dégradant au sens de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’Homme». Cette décision intervient après un arrêt de la cour de cassation de juillet 2020, jugeant que «des conditions indignes de détention peuvent constituer un obstacle à sa poursuite». Il s’agit de la première décision nationale mettant fin à une incarcération pour ces raisons. En novembre 2019, la contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) avait fait une série de recommandations en urgence pour cet établissement pénitentiaire surpeuplé et délabré, situé dans d’anciens bâtiments du bagne. Elle avait notamment souligné que «159 cellules sur 239 sont des containers maritimes», sans ventilation ni éclairage.

#1602 vu sur lefigaro.fr

France, Champigny-sur-Marne : une attaque aux mortiers et feux d’artifices a lieu contre le commissariat après que la police a blessé un habitant en scooter

France, Champigny-sur-Marne. Une quarantaine de personnes ont pris pour cible le commissariat de Champigny-sur-Marne, avec des tirs de mortiers d’artifice et des boules de pétanques. Ce commissariat, situé au coeur d’une cité avait déjà été attaqué au mois d’avril. Parmi les nombreuses sources de tension récurrentes liées à la présence policière, la presse relève qu’un jeune homme habitant ce quartier a été récemment blessé par des agents “en tombant de son scooter”. Le Maire raconte que des mesures de pacification ont été tentées : “On a essayé d’apaiser le climat ces derniers jours et organisé des réunions entre des jeunes et la police.”, ce qui a manifestement échoué. En effet, le quartier était considéré comme une zone de “reconquête républicaine” expérimentant les bienfaits de “la police de sécurité du quotidien”, nouvelle forme de police de proximité supposée restaurer la confiance avec les jeunes. Cet événement donne lieu à une avalanche de discours sécuritaires affirmant qu’il faut instituer des peines plancher pour ceux qui s’attaquent aux forces de l’ordre et d’appels à autoriser les policiers à tirer à vue sur les adolescents.

#1597 vu sur différentes sources de presse

France, Breteuil : un contrôle anti-stupéfiants massif et spectaculaire a été effectué auprès de collégiens du Collège Compère-Morel

France, Breteuil. Suite à l’adoption de dispositions répressives visant les consommateurs de cannabis, un contrôle anti-stupéfiants massif et spectaculaire a été effectué auprès de collégiens du collège Compère-Morel . « 10 bus et plus de 200 élèves ont été contrôlés sans qu’aucune infraction ne soit relevée « , indique la préfète de l’Oise sur sa page Facebook. Les adolescents (entre 11 et 15 ans) ont donc été descendus du bus et fouillés par la police assistée de maîtres-chien à leur arrivée en cours.

#1592 Source Courrier-Picard.fr

France, Lézigneux : un détenu condamné à 10 mois de prison, s’est évadé en profitant d’une sortie pédagogique à dos d’âne

France, Lézigneux. Un détenu, incarcéré à la maison d’arrêt de la Talaudière et condamné à 10 mois de prison, s’est évadé en profitant d’une sortie pédagogique à dos d’âne autour de l’étang de Vidrieux. Il a prétexté une envie pressante pour prendre la poudre d’escampette. 5 jours plus tard, il n’a toujours pas été retrouvé.

#1596 vu sur leprogres.fr

France : les médecins scolaires se disent débordés par les signalements de cas ou de suspicion de cas de covid

France. Alors que la diffusion de l’épidémie de Covid dans les établissements scolaires est fortement minimisée, notamment par la nouvelle directive qui demande que les cas ne soient remontés qu’une fois par semaine, et dans un contexte où très peu d’informations filtrent sur la situation générale de chaque établissement, dont ni les enseignants, ni les parents ne sont informés, les médecins scolaires (déjà trop peu nombreux) se disent débordés par les signalements de cas ou de suspicion de cas qui leur parviennent. C’est aussi le cas des infirmières qui passent leur temps à renvoyer en classe des élèves symptomatiques faute de solutions pour les mettre à l’écart.

#1576 Source francetvinfo.fr

France : un décret prévoit de baisser la contribution de l’Etat aux départements qui refuseraient de recenser les mineurs isolés dans un fichier biométrique

France. Un décret paru le 23 juin prévoit de baisser la contribution de l’État aux départements qui refuseraient de recenser les mineurs isolés dans un fichier biométrique dans le but qu’elles soient partagées sur tout le territoire pour faciliter les contrôles. La Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne ont déposé un recours auprès du Conseil d’État dénonçant un chantage financier. Il s’agit donc d’obliger à faire intervenir les préfectures dans le processus d’évaluation et d’identification de ces jeunes, qui doivent être ris en charge par l’Aide Sociale à l’enfance “en vue d’alimenter le fichier recueillant les informations biométriques” et de les comparer aux fichiers migratoires (Visabio et AGDREF).

#1578 Source infomigrants.net

France : une aide-soignante en Ehpad a été licenciée de son CDI suite à son témoignage à visage découvert à propos des maltraitances dans les maisons de retraite

France. Une aide-soignante en Ehpad a été licenciée de son CDI suite à son témoignage à visage découvert sur Envoyé Spécial dans une émission consacrée aux dérives dans les maisons de retraite. Elle a raconté les draps souillés, la solitude, l’abandon de personnes avec des difficultés cognitives pendant des heures… Alors qu’elle tente de retrouver du travail en interim, elle se rend compte que plus aucun établissement ne veut l’employer.

#1573 Source Leparisien.fr

France, Calais : des migrants se révoltent contre une intervention de police visant à empêcher l’installation d’un campement

France, Calais. Des migrants se révoltent contre une intervention de police visant à les empêcher d’installer un campement dans le quartier de Beau-Marais à Calais, et quelques jours après le démantèlement du gigantesque campement installé rue des Dunes (voir brève #1569). Huit CRS, visés par des jets de projectiles divers, ont été blessés, dont un gravement lors d’affrontement impliquant entre 80 et 100 migrants.

#1571 Source actu.orange.fr

France, Orléans : 150 migrants et quelques SDF ont été placés à l’isolement en raison du Covid dans deux centres d’hébergement

France, Orléans. 150 migrants et quelques SDF ont été placés à l’isolement en raison du Covid-19 dans deux centres d’hébergement. L’Agence régionale de santé et la Direction générale de la cohésion sociale annoncent qu’elles “maîtrisent la situation”. Les malades ont été évacués et les autres sont “invités à demeurer dans leur chambre” avec prise de température quotidienne et suivi médical si des symptômes apparaissaient.

#1582 Source Larep.fr

France, Mulhouse : un employé de l’office HLM a été licencié pour faute grave après avoir fait un test PCR alors qu’il était asymptomatique sans se mettre en quarantaine dans l’attente du résultat

France, Mulhouse. Un employé de l’office HLM a été licencié pour faute grave parce qu’au mois de juillet il est venu travailler après avoir fait un test PCR sans se mettre en quarantaine en attendant le résultat. Or l’employé dit n’avoir pas eu de symptômes mais avoir fait le test en profitant d’une opération de tests gratuits sur le parking d’un super marché. Il reçoit un résultat positif le soir même, et effectue sa période de quatorzaine. Il est donc licencié pour être revenu travailler une journée après le test. Quand on sait que par ailleurs les employeurs mettent la pression aux employés pour qu’au contraire ils ne cessent pas de venir travailler même en ayant des symptômes ou ne prennent pas les jours de congés correspondant à l’attente des résultats de tests, l’incohérence générale est flagrante.

#1575 Source france3-regions.francetvinfo.fr

France, Calais : des Accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) se sont mis en grève suite à leur redéploiement soudain un mois après la rentrée

France, Calais. Des Accompagnants des Élèves en Situation de Handicap (AESH) se sont mis en grève suite à leur redéploiement soudain un mois après la rentrée. Sur la cinquantaine d’AESH présents sur le secteur concerné, une trentaine se sont déclarés grévistes. Plusieurs d’entre eux ont reçu de nouvelles affectations effectives les obligeant à laisser les enfants dont ils s’occupaient depuis la rentrée scolaire.

#1574 Source Nordlittoral.fr

France, Saint-Quentin Fallavier : des détenus se révoltent et montent sur le toit d’un bâtiment du centre pénitentiaire

France, Saint-Quentin Fallavier. Une révolte a lieu et des détenus montent sur le toit d’un bâtiment du centre pénitentiaire. Les incidents ont commencé suite au fait que quatre détenus qui demandaient leur transfert ne l’ont pas obtenu. Le détenus projetaient de rester dur le toit mais ils ont été délogés par les ERIS et la gendarmerie nationale.

#1565 Source france3-regions.francetvinfo.fr

France : alors que les écoles étaient supposées ne pas être des lieux de contaminations intenses, on apprend la veille ds vacances que 1.733 élèves et 440 personnels d’encadrement ont été testés positifs.

France. Alors que jusque là les écoles étaient supposées ne pas être des lieux de contaminations intenses, on apprend la veille des vacances scolaires que 1.733 élèves et 440 personnels d’encadrement ont été testés positifs au sein des écoles, en une journée. L’information (forcément très partielle vue les protocoles mis en places qui retardent par tous les moyens possibles la remontée des cas) est diffusée lors du point santé du ministère de l’éducation nationale. Le ministère décompte 8.223 élèves positifs au Covid-19, soit une augmentation de 3.000 cas en près d’une semaine. En tout, 2.063 cas positifs ont été identifiés parmi les personnels. D’ailleurs selon un rapport de Santé publique France, calculé à partir de la situation du 9 mai au 5 octobre, 25% des clusters se trouveraient dans les entreprises et 21,2% dans des établissements scolaires et universitaires.

#1599 vu sur cnews.fr

France : le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit qu’à partir de 2021, tout passage aux urgences non suivi d’une hospitalisation soit facturé au patient

France. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit qu’à partir de 2021, tout passage aux urgences non suivi d’une hospitalisation soit facturé au patient selon un forfait qui remplacera l’actuel ticket modérateur et sera payé par tous, sauf quelques exceptions. Il s’agit de décourager les malades de passer par les urgences, ce qui risque de décourager beaucoup de patient et d’accroître les difficultés pour se soigner, puisque le patient ne peut pas lui-même évaluer si son état est grave au point d’être hospitalisé.

#1567 Source Leparisien.fr

France : l’Agence du travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle lance le label “produit en prison” (Pep’s) pour promouvoir l’exploitation des détenus…

France. L’Agence du travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle lance le label “produit en prison” (Pep’s) pour “favoriser l’insertion professionnelle des personnes condamnées et valoriser les entreprises qui apportent du travail en prison”. Le garde des sceaux Eric Dupont-Moretti inaugure une “boutique éphémère” pour la promotion de ce label honteux quand on connaît les conditions de travail en milieu carcéral.

#1568 Source Twitter du ministère de la justice

France : “L’école n’est pas le nid du virus” annonce le ministre de l’éducation alors que plusieurs indicateurs montrent bien le contraire

France. Alors que plusieurs indicateurs montrent que les établissements scolaires contribuent largement à la diffusion du virus, le ministre de l’éducation affirme que “L’école n’est pas le nid du virus” et que seuls 10 établissements sont fermés, alors même que tout est fait pour que les cas de Covid ne soient ni correctement détectés, ni répertoriés de manière à réagir rapidement. Il estime donc que la réouverture des écoles avec pour seule protection sanitaire le masque à partir du collège est une réussite. Pourtant Santé publique France dénombrait un tiers des foyers de contamination en milieu scolaire et universitaire. Le ministre fait une distinction entre les deux, accusant une contagiosité extérieure aux établissements, liée par exemple aux fêtes étudiantes. Il continue à affirmer par ailleurs que les enfants ont une faible contagiosité.

#1559 Source Bfmtv.com

France, Calais : un nouveau démantèlement d’un important campement de migrants a lieu

France, Calais. Un nouveau démantèlement d’un important campement de migrants a lieu dès 7 heures du matin rue des Dunes, concernant 700 et 800 personnes, ont constaté des journalistes de l’AFP. L’opération a donné lieu à 21 interpellations. La préfecture prétend qu’il s’agit de protéger les migrants des conditions climatiques qui vont se détériorer pendant l’hiver, et précise que 150 migrants seront « mis à l’abri » dans le Pas-de Calais, 150 dans les autres départements des Hauts-de-France et les 500 autres acheminés dans des centres d’accueil de différentes régions. La zone en question devrait être rendue inaccessible pour éviter toute nouvelle installation.

#1569 Source www.courrier-picard.fr

France, Blanc-Mesnil : les élèves du lycée Mozart bloquent leur établissement

France, Blanc-Mesnil. Les élèves du lycée Mozart bloquent l’établissement en protestation contre l’absence de mesures de protection sanitaire et contre l’application de la réforme Blanquer. Les EMS (Equipes mobiles de sécurités, corps de vigile directement géré par le rectorat) sont déployés pour intimider les élèves et des parents viennent faire pression sur les lycéens pour qu’ils cessent le blocus. Un communiqué de soutien des enseignants dans lequel ils protestent contre les violences commises par les EMS à l’encontre des élèves est à lire ici (lien https://paris-luttes.info/blocus-au-lycee-mozart-au-blanc?var_mode=calcul).

#1558 Paris-luttes.info

France : plusieurs contrôleurs SCNF ont caché qu’ils étaient contaminés afin de continuer à travailler et à gagner les primes au nombre d’amendes

France. Covid-19 : des contrôleurs SNCF ont caché qu’ils étaient contaminés pour pouvoir continuer à travailler et pour ne pas perdre les primes liées au nombre d’amendes qu’ils mettent par jour, qui constituent une part importante de leur rémunération et motivent leur efficacité répressive. Quatre cas sont avérés mais cette pratique pourrait avoir été très répandue au point que la CFDT demande le maintien de la rémunération moyenne en comptant les primes pour que les contrôleurs cessent de contribuer à la diffusion du virus…

#1561 Source Leparisien.fr

France, Île-de-France : 21 enfants et adolescents positifs au Covid sont actuellement hospitalisés, quatre ont été placés en réanimation

France, Ile de France. 21 enfants et adolescents sont actuellement hospitalisés en Île-de-France pour cause de Covid-19. Parmi eux, quatre ont été placés en réanimation dont deux qui ont moins de 9 ans. Malgré ce qu’affirme le ministre de l’éducation, les mineurs et notamment les enfants ne sont pas épargnés par le Covid-19. Dans son dernier point épidémiologique du 17 septembre, Santé Publique France notait d’ailleurs que la répartition par âge des hospitalisations en Île-de-France était en train de changer entre la première vague épidémique et la reprise épidémique avec des personnes hospitalisées plus jeunes tandis que la proportion de patients de plus de 60 ans baisse.

#1564 Source actu.fr

France, Biarritz : la mairie stigmatise “les punks à chien, qui sont des marginaux extrêmement dangereux qui viennent des pays de l’Est ou de Roumanie et qui créent de l’insécurité” et ferme un accueil de jour pour SDF

France, Biarritz. La mairie de la ville veut fermer le Point Accueil Jour (PAJ) pour les sans-abris pour “des raisons de sécurité” et veut ouvrir à la place un accueil pour les femmes victimes de violences. A l’occasion de cette annonce, la maire affirme qu’elle veut “faire la différence entre le SDF “traditionnel” si je peux dire, parce que je n’aime pas ce terme, de certains punks à chien, qui sont des marginaux extrêmement dangereux qui viennent des pays de l’Est ou de Roumanie et qui créent de l’insécurité. Donc le traitement de ces populations sous l’appellation SDF ne doit pas être le même”.

#1555 Source Francebleu.fr

France, Bordeaux : des hospitalisations d’enfants pour des complications de Covid mettent en question la faible contagiosité des enfants sur laquelle se fond la politique sanitaire dans les établissements scolaires

France, Bordeaux. Des hospitalisations d’enfants pour des complications de Covid mettent en question la faible contagiosité des enfants sur laquelle se fond la politique sanitaire dans les établissements scolaires. Quatre enfants sont actuellement hospitalisés au CHU pour Covid-19 dont deux en réanimation. Un rapport du Haut conseil de la Santé publique, publié le 9 septembre sur le site de l’institution, concluait pourtant que “les enfants sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la transmission du SARS-CoV-2”. Du point de vue de leur potentiel de contagiosité, “le risque de transmission existe surtout d’adulte à adulte et d’adulte à enfant et rarement d’enfant à enfant ou d’enfant à adulte”, ajoutait le HCSP. “Les transmissions surviennent surtout en intra-famille ou lors de regroupements sociaux avec forte densité de personnes en dehors des établissements scolaires”. Mais l’état des connaissances sur le Covid-19 chez les enfants reste parsemé de zones d’ombre, malgré les messages qui se veulent rassurants. A l’échelle mondiale, la part des cas pédiatriques de Covid-19 est estimée entre 1 % et 5 % de l’ensemble des cas. Les statistiques françaises tendent à montrer que l’épidémie s’accélère aussi chez les plus jeunes depuis la mi-août. Depuis, la rentrée a eu lieu et on dénombre, à la mi-septembre, 89 écoles et plus de 2100 classes fermées suite à des cas de Covid-19. Des cas qui touchaient autant les adultes que les enfants. “Nous déclenchons à peu près 250 protocoles par jour. C’est-à-dire 250 suspicions de Covid-19”, indiquait le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer début septembre, accusant systématiquement des sources de contaminations externes aux établissements scolaires.

#1545 vu sur linternaute.com

France, Plaisir : Le CRA de Plaisir va être transformé en “CRA Covid”

France, Plaisir. Le centre de rétention de Plaisir dans les Yvelines est réservé aux migrants positifs au Covid-19. Dans ce centre qui peut accueillir d’ordinaire un maximum de 26 exilés en situation irrégulière, “des places seront ouvertes” pour accueillir les migrants atteints du coronavirus et qui se trouvent dans d’autres CRA de la région parisienne a annoncé le ministère de l’Intérieur. La date de la transformation en “CRA Covid” de cet établissement du lieu n’est pas encore arrêtée. France Terre d’Asile, cogestionnaire du centre, participe à l’installation de cette unité spéciale. Ce n’est pas le premier CRA qui est exclusivement dédié aux personnes retenues positives. Depuis la mi-juillet, l’un des trois bâtiments du centre de rétention de Vincennes, à Paris, était utilisé comme tel, et a accueilli en septembre jusqu’à 17 retenus contaminés. Le choix du CRA de Plaisir, le plus petit de la région, pour supplanter celui de Vincennes, bien plus important, n’est pas innocent : il s’agit “de libérer de la place pour maintenir davantage en rétention”, d’après une intervenante dans le centre.

#1583 Source Bfmtv.com

France : un assouplissement du protocole sanitaire dans les écoles est annoncé alors que la pandémie se poursuit

France. Alors que 2000 classes sont fermées et que les indicateurs épidémiologiques sont inquiétants, le gouvernement annonce un assouplissement du protocole sanitaire dans les écoles. Désormais, il faudra trois cas testés positifs issus de familles différentes pour qu’une fermeture de classe soit éventuellement prononcée. On apprend par ailleurs de source directe que dans les collèges et lycées, la remontée de cas positifs chez les enseignants comme chez les élèves se fait désormais une fois par semaine et plus quotidiennement. Les préfectures ne veulent donc tout simplement plus savoir combien d’élèves ou d’enseignants positifs sont présents dans les établissements scolaires, ni faire quoi que soit pour empêcher les contagions. Face à l’inquiétude grandissante, ces mesures questionnent sur la politique sanitaire actuelle : la priorité serait avant tout le maintien au travail qui implique que les enfants soient à l’école, y compris au détriment de la santé. Ces mesures sont en totale contradiction avec le fameux “triptyque” “Protéger, tester et isoler” supposé permettre de “vivre avec le virus”, d’autant que dans les zones dites avec euphémisme “en tension”, les résultats des tests mettent de 4 à 8 jours pour être délivrés, ce qui ne permet justement pas de “tester et isoler” de manière à “protéger”.

#1557 Source LCI.fr

France, Toulouse : 7 personnes ont été condamnées en comparution immédiate à deux mois de prison ferme avec mandant de dépôt suite à une arrestation pour tags et collage d’affiches

France, Toulouse. 7 personnes ont été condamnées en comparution immédiate à deux mois de prison ferme avec mandant de dépôt suite à une arrestation pour tags et collage d’affiches. Le communiqué qui appelle à la solidarité ainsi que les affiches en question sont à consulter ici . Ils sont donc à l’heure actuelle enfermés à la maison d’arrêt de Seysses. Ils sont accusés d’avoir collé des affiches contre les flics, les juges, les matons, les bourgeois, l’etat, le patriarcat…, p ar exemple « Le feu tue les virus… brûle ton comico » « Balance ton smartphone, pas ton voisin » « Ne relevons pas l’économie, détruisons là » « Avec ou sans masque, ce monde est irrespirable. Détruisons ce qui nous étouffe » « Crève les poukaves » « Squat ton préfet » « Plutôt mourir libre que vivre confiné » « la police tue, confinons la » « ACAB le pire des virus c’est l’autorité »… La ville de Toulouse ainsi que deux syndics de copropriété (dont la SOGEM) se sont portés partie civiles à l’audience. Alors que les personnes présentes dans la salle et à l’extérieur protestaient contre le verdict, le juge a demandé l’arrestation d’une d’entre elles pour « outrage à magistrat ».

#1549 vu sur https://iaata.inf

France, Maubeuge : deux véhicules du SPIP ont été incendiés sur le parking du centre pénitentiaire

France, Maubeuge. Deux véhicules ont été incendiés vers 2h30 du matin sur le parking du centre pénitentiaire. Selon un syndicaliste de Force ouvrière pénitentiaire, il s’agit apparemment d’un acte volontaire puisque “une brique a été retrouvée dans l’une des voitures”. Les véhicules appartiennent au Service pénitentiaire d’insertion et de probation et étaient stationnés sur le parking réservé au personnel de l’établissement. Pour le syndicaliste, il s’agit ni plus ni moins que d’un “coup de pression. C’est pour dire aux personnels que si on ne peut pas les atteindre à l’intérieur, on peut les avoir à l’extérieur” .

#1527 vu sur lobservateur.fr

France : le collectif des “stylos rouges” diffuse une carte des fermetures de classes et d’écoles suite à des cas de covid

France. Alors que le gouvernement ne diffuse que des informations très partielles sur l’état des contaminations dans les établissements scolaires, le collectif des “stylos rouges” diffuse une carte des fermetures de classes et d’écoles suite à la découverte de cas de covid qui peut être renseignée par les parents ou enseignants en cas de fermeture. Elle peut être consultée ici.

#1524 vu sur mediapart.fr

France, Marseille : 28 personnes ont été évacuées et hébergées temporairement dans un gymnase de la ville et un homme a perdu la vie dans un violent incendie qui s’est déclaré sur un terrain vague du 12ème arrondissement où un campement rom était installé.

France, Marseille. 28 personnes ont été évacuées et hébergées temporairement dans un gymnase de la ville et un homme a perdu la vie dans un violent incendie qui s’est déclaré sur un terrain vague du 12èùe arrondissement où un campement rom était installé.

#1543 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Briançon : le nouveau maire a décidé d’expulser le lieu d’accueil des migrants qui transitent en nombre par la vallée haut-alpine depuis quatre ans

France, Briançon. Le nouveau maire a décidé d’ expulser le lieu d’accueil transitoire des migrants qui transitent en nombre par la vallée haut-alpine depuis quatre ans, après avoir traversé la montagne à pied depuis l’Italie voisine. L’association Refuges solidaires est donc mise à la porte des locaux dont elle disposait par convention depuis sa création en juillet 2017. L’injonction à quitter les lieux s’ajoute aux difficultés déjà rencontrées par le Refuge Solidaire, comme la fermeture imposée jusqu’à samedi dernier suite à la détection de cas de covid-19 la semaine dernière alors qu’a lieu un afflux très important de migrants.

#1540 vu sur ram05.Fr

France. Le retour à l’école des élèves porteurs du covid se feront sur une attestation sur l’honneur des parents

France. Alors que les cas de suspiscion covid se multiplient dans les écoles, le ministère de l’éducation indique que le retour à l’école des élèves ayant été identifiés comme cas contacts ou présentant des symptômes du Covid-19 se ferait sur la seule foi d’une attestation sur l’honneur des parents indiquant soit que l’enfant a obtenu un test PCR négatif, soit qu’un médecin a écarté le diagnostic Covid-19. Selon le nouveau protocole, pour retourner en cours, aucun certificat, ni preuve de dépistage négatif au Covid-19 ne devra être demandé à l’élève potentiellement contaminé. Ce protocole intervient après des plaintes des médecins, surchargés par les demandes de certificats médicaux pour des enfants et adolescents cas contacts ou présentant des symptômes du coronavirus. Pour résumer, si un enfant est cas contact, il doit faire un test PCR 7 jours après son dernier contact avec le cas confirmé. Si le résultat est négatif, l’enfant peut revenir à l’école avec une attestation sur l’honneur signée de ses parents, indiquant que le test est négatif, mais sans besoin d’apporter de preuve que ce test a été réalisé. Si un enfant a des symptômes évocateurs du Covid, il ne peut revenir à l’école qu’avec une attestation sur l’honneur signée de ses parents, indiquant qu’une consultation médicale a eu lieu et que le médecin a écarté le diagnostic Covid-19. Là aussi, pas besoin de preuve qu’un médecin a été consulté.

#1532 vu sur bfmtv.com

France : l’application de traçage StopCovid continue de se déployer sans qu’aucune évaluation de la part de la Cnil n’ait lieu

France. Des nouvelles de StopCovid, qui ne sert décidément pas à grand chose mais continue pourtant “son déploiement”. Fin août, StopCovid n’avait permis d’alerter que 72 personnes qu’elles étaient des cas contacts d’une personne contaminée et rien ne permet de savoir si parmi les 72 cas contacts notifiés en trois mois d’existence de StopCovid, se trouvaient bien un ou plusieurs cas de Covid-19. Un peu plus de 1 100 personnes s’étaient déclarées positives dans l’application. Par ailleurs, si le nombre de téléchargements cumulés de StopCovid est resté stable – autour de 2 millions –, on ne connaît pas le nombre de désinstallations… Le temps passe et la Cnil qui avait pourtant affirmé suspendre son jugement en fonction d’une évaluation de l’efficacité du dispositif ne prend pas acte de la situation, les organismes d’évaluation s’appuyant sur le faible nombre d’utilisateur pour considérer que cette évaluation n’est pas possible… Kafka n’est pas loin !

#1521 vu sur acteurspublics.fr

France : la ministre déléguée au Logement soutient un projet de loi qui devrait rendre bien plus rapides les procédures d’expulsion des squatteurs

France. La ministre déléguée au Logement soutient un projet de loi qui devrait rendre bien plus rapides les procédures d’expulsion des squatteurs. Après constatation du squat, les propriétaires devront déposer une plainte auprès du préfet en prouvant qu’ils sont les occupants légaux des lieux. Le préfet devra alors répondre à la demande sous 48 heures. Ensuite, le représentant de l’État informera les squatteurs et leur donnera 24 heures pour quitter les lieux. Il est aussi prévu de renforcer les peines encourues par les squatteurs qui seraient désormais fixées à 3 ans de prison.

#1535 vu sur rtl.fr

France : l’ARS considère comme contacts à risque les profs qui portent les masques fournis à la rentrée et confirme qu’ils ne protègent pas du virus…

France. En considérant les enseignants porteurs de masques comme des “contacts à risque”, l’ARS confirme que les masques distribués aux enseignants lors de la pré-rentrée avec l’obligation d’un port permanent pendant toute la journée de cours ne protègent pas du virus. C’est pourtant la seule mesure finalement prise pour éviter les contaminations dans les établissements scolaires, en particulier dans les écoles maternelles et primaires où l’enseignant est le seul à le porter. Ces masques sont en effet en tissu très fin et sans pince-nez. L’ARS impose la quatorzaine les enseignants qui ont porté ces masques en tissu, et pas les autres. Les mesures prises en cas de contamination dans les classes sont d’ailleurs opaques et très variables selon les écoles. On met en quatorzaine des enseignants mais pas des animateurs, ou l’inverse, sans que les parents soient informés des résultats globaux des tests, comme dans les Ehpad où les proches ne sont informés que de la situation du patient qu’ils connaissent mais ne peuvent pas avoir de vision globale de la situation épidémique dans les établissements.

#1514 vu sur www.lemonde.fr

France : les annonces du gouvernement montrent une priorité donnée à la poursuite du fonctionnement économique et des institutions diverses en particulier les écoles au détriment de la protection sanitaire

France. Alors que le nombre de contaminations explose en France avec 42 département placés en zone rouge, les nouvelles annonces du gouvernement s’orientent clairement vers une priorité donnée à la poursuite du fonctionnement économique et des institutions diverses en particulier les écoles, avec une marge de manoeuvre importante laissée aux préfets pour décider ou nom de fermetures éventuelles. Jean Castex a d’ailleurs demandé aux préfets des « mesures complémentaires » pour Marseille, Bordeaux et la Guadeloupe, où est constaté une « évolution préoccupante des contaminations » : « Compte tenu des prévisions que nous pouvons faire à trois semaines sur l’occupation des lits de réanimation, j’ai demandé aux préfets concernés de me proposer lundi un ensemble de nouvelles mesures complémentaires, après avoir mené les concertations locales nécessaires. » Des établissements sont fermés, d’autres restent ouverts avec quelques classes confinées, dans une opacité totale, les enfants et leurs familles n’étant jamais informées de la situation épidémique. La seule mesure d’ampleur est la réduction de la quarantaine à 7 jours, avec promesse d’un renforcement des contrôles pour que cette quarantaine soit vraiment appliquée, ainsi que le renforcement des circuits de dépistages et de traçage avec l’embauche de 2000 personnes dédiées au traçage des “cas contacts”. La législation qui régit la quarantaine étant placée sous le statut de l’enfermement administratif, il est primordial d’être vigilant sur les mesures de contrôles et d’enfermement qui peuvent se mettre en place ici ou là au bon vouloir des préfets . Dans le même temps on apprend que les centres de dépistages sont pour la plupart saturés et qu’il faut parfois 10 à 15 jours pour obtenir des résultats qui s’avèrent du coup inutiles.

#1516 vu sur www.lemonde.fr

France, Calais : les migrants ripostent lors d’un gigantesque démantèlement d’un campement

France, Calais. Des tensions ont eu lieu lors d’un gigantesque démantèlement d’un campements de migrants dans la zone industrielle des Dunes organisé au petit matin. Les migrants, au nombre d’environ 500, ont riposté par des jets de pierres et de projectiles divers. Un dispositif de police très important a été déployé pour boucler et quadriller la zone et de nombreux cars sont affrétés pour dispatcher les migrants dans des hébergements provisoires ou des centres de rétention. Cinq d’entre eux ont été interpellés, sous les huées des autres migrants jusqu’à ce que les forces de l’ordre envoient des gaz lacrymogènes. Des courses poursuites et une véritable traque a eu lieu ensuite dans d’autres points de la ville où des migrants s’étaient réfugiés pour échapper au déplacement forcé. De son côté, la préfecture annonce que : « de nouvelles maraudes (sic) ont été effectuées sur le site et ont permis de proposer à la population migrante une mise à l’abri (re sic) dans différents centres d’accueil et d’hébergement. À 12 heures, 519 personnes isolées, réparties dans 16 bus, ont été prises en charge et transportées vers des centres situés dans les Hauts-de-France et d’autres régions françaises. Par ailleurs, 13 personnes (familles et mineurs) ont été orientées vers des centres d’hébergement et de réadaptation sociale. Enfin, 20 personnes en situation irrégulière ont été interpellées en vue d’un placement en retenue administrative. » Ces dernières semaines, les associations d’aide aux migrants, notamment Utopia 62, affirmaient que 1 200 exilés étaient présents à Calais, ce que réfutent les services de l’État, qui recensent entre 700 et 750 migrants, tout en admettant une hausse du nombre d’individus. Cette augmentation s’explique notamment par le retour des migrants confinés dans des centres à cause du Covid-19 qui veulent tenter à nouveau la traversée de la Manche.

#1515 vu sur www.lavoixdunord.fr

France, Calais : la distribution de repas aux migrants par les associations non-mandatées est interdite en raison de “troubles à l’ordre public” et du “non-respect des gestes barrière”

France, Calais. Sur instruction de Gérald Darmanin, le préfet interdit la distribution de repas aux migrants par les associations non-mandatées en raison de “troubles à l’ordre public” et du “non-respect des gestes barrière”. Les associations qui donnent des repas aux migrants protestent contre cette “mesure indigne” qui va priver de nourriture la plupart des migrants dont les conditions de survie empirent avec les nombreuses évacuations de campement qui ont lieu actuellement dans la région. Cette annonce fait suite à une réunion avec la maire de la ville qui demande des mesures dissuasives et répressives contre les migrants. Depuis sa nomination au ministère de l’Intérieur, Darmanin multiplie les opération de “démantèlement” des campement de migrants, comme le démantèlement zone des Dunes, puis autour du complexe Calypso. Il a aussi confirmé l’arrivée de trente nouveaux policiers, qui s’ajoutent à la compagnie de CRS supplémentaire arrivée cet été.

#1512 vu sur www.lavoixdunord.fr

France, Ris Orangis : une enquête est ouverte à propos des maltraitances envers les résidents polyhandicapés de la maison d’accueil spécialisé de la Briancière

France, Ris-Orangis. Une enquête est ouverte pour des insultes, coups et un défaut général de soins dans une maison pour handicapés suite au témoignage de six employés et plusieurs familles. La Maison d’accueil spécialisée de la Briancière se présente comme une maison recherchant le « bien-être » et « l’épanouissement » de ses résidents, des polyhandicapés qui cumulent des déficiences mentales et motrices lourdes. Mais selon les témoignages de six employés — actuels et anciens — de la Maison d’accueil spécialisée (MAS) la situation est loin de cette représentation idyllique qu’on peut trouver sur le site internet du lieu. Les employés décrivent des « pansements non changés », des blessures non soignées ou découvertes tardivement. « Un jour, une résidente ne réagissait plus, raconte-t-il. J’ai appelé les infirmières. On m’a répondu : ne t’inquiète pas : elle hiberne. Le lendemain, elle était hospitalisée dans un état grave et réanimée. » Une aide médico-psychologique confirme : « On signale les problèmes des résidents aux infirmières, mais elles nous répondent qu’il faut leur donner un Doliprane, que tout va bien… ». Certains résidents resteraient enfermés dans leur chambre toute la journée sans aucun accompagnement, avec des “munitions” comme des privations de repas, ou le refus de les changer. Les employés qui ont voulu dénoncer les maltraitances se seraient heurtés à un « clan d’une dizaine de personnes », proches de la direction, qui auraient cherché à les empêcher de témoigner.

#1529 vu sur leparisien.fr

France, Paris : alors qu’une ATSEM est testée positive le jour de la rentrée dans une maternelle le rectorat empêche la direction d’en informer les parents “pour ne pas les inquiéter”

France, Paris. Une source directe nous apprend que dans une école du 13ème arrondissement, alors qu’une ATSEM est testée positive le jour de la rentrée et que deux enseignantes sont en quarantaine, le rectorat empêche la direction d’en informer les parents pour ne pas les inquiéter. Dans plusieurs établissements, au hasard des conversations, on apprend que des cas de Covid ont été avérés chez les élèves ou les personnels, avec à chaque fois des procédures différentes mises en place. Le point commun restant qu’il ne faut pas informer les familles. Le protocole à suivre en cas de contamination dans les établissements scolaires reste mystérieux, y compris pour les premiers intéressés. 3 jours après la rentrée, le gouvernement annonce 22 écoles et une centaine de classes ont été fermées pour cause de Covid et se félicite du fait qu’il ne s’agirait pas d’une contamination massive. Elizabeth Borne renchérit : “la priorité ce sont des gardes d’enfants pour que les parents puissent continuer à travailler, on est en train de regarder quel est le bon dispositif”. Voilà la réalité de cette “rentrée normale” : l’urgence du retour au travail prime sur toute précaution sanitaire.

#1501 vu sur www.francetvinfo.fr et source directe

France (Auvergne Rhône-Alpes) : des caméras thermiques ont été installées dans 3 lycées “test”

France (Auvergne Rhône-Alpes). Trois lycées ont installé des caméras thermiques qui ont été inaugurées par le président de la région Laurent Wauquiez à la rentrée, contre l’avis de la CNIL. Si le test est jugé concluant, des appareils seront proposés aux 576 lycées de la région. Des caméras thermiques ont été mises en place dès la mi-mai à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle pour contrôler la température des voyageurs. Fin juillet, la SNCF en a également installé Gare de Lyon. Pour autoriser ces dispositifs, la Cnil veut que leur utilité soit démontrée au regard de l’impact qu’ils peuvent avoir sur la vie privée des personnes filmées, étant donnée que ces caméras accèdent à des données particulièrement privées. Pour la Cnil, il s’agit toujours d’une question de ratio entre le contrôle effectué et son “bénéfice”. La question de l’anonymat est aussi discuté dans la mesure où ces dispositifs pourraient servir à effectuer du traçage grâce à la reconnaissance faciale. La région affirme que dans ce cas les données ne sont pas stockées et que seul l’élève est informé de sa température, estimant que le dispositif reste “sur une base de volontariat”, affirmations largement contradictoires ! A l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle, où les caméras mises en place balayent un large champ de vision et où les voyageurs filmés ne peuvent donc pas “donner leur autorisation au préalable”, le dispositif est toujours en place. La Cnil va jusqu’à proposer de permettre aux personnes qui s’opposent au prélèvement de leurs données personnelles de l’exprimer par un «non» de la tête, pour autoriser le dispositif. Le Conseil d’État a pris une position plus ferme que la Cnil en interdisant fin juin l’installation de ces appareils dans une école de l’Essonne.

#1518 vu sur www.lefigaro.fr

France, Mayotte : plusieurs ONG et des policiers des équipes de garde demandent la fermeture du centre de rétention pour raisons sanitaires

France, Mayotte. Plusieurs ONG mais aussi des policiers des équipes de garde demandent la fermeture pour raison sanitaire du centre de rétention où plusieurs dizaines de personnes ont été testées positives au Covid-19 et où les précautions sanitaires ne sont pas suffisantes. La préfecture refuse de fermer le centre ainsi que de donner des chiffres des contaminations, considérant que la solution au problème sanitaire est l’augmentation des expulsions. La réponse est révélatrice des choix de gestion de cette rentrée : « Je ne peux accéder à votre demande de fermeture du centre de rétention. Je m’étonne d’ailleurs de cette requête alors qu’il est établi que la société dans son ensemble va devoir apprendre à vivre avec ce virus. ». Certains fonctionnaires confirment que la priorité est la reprise du fonctionnement “normal” de la machine à expulser : « dès le début du confinement, il y avait une pression de la préfecture pour reprendre les expulsions. La seule chose qui compte pour eux, c’est faire du chiffre.” Un autre policier affirme : « c’est la lutte contre l’immigration clandestine qui passe avant tout. Souvent, dès le matin, quand le patron arrive dans les locaux, il nous dit qu’il faut interpeller car il n’y a pas assez de monde au Cra. » La directrice de l’ARS réfute le terme de”cluster” pour le centre alors que bien plus de 3 cas y ont été avérés et donne sa propre définition, floue et inopérante : « un cluster, ce sont des cas groupés avec des liens les uns envers les autres. Ce qui fait le cluster, c’est au-delà du nombre. Ça peut être quatre ou cinq cas, voire plus, ça dépend. Il faut tenir compte de plusieurs choses. Si vous avez deux cas dans deux familles différentes par exemple, ce n’est pas un cluster. » Les migrants attendent d’être testés sans aucune protection sanitaire, ce qui favorise dès le départ la propagation massive de l’épidémie. Un mineur d’origine comorienne arrêté devant le tribunal de Mayotte puis transféré au centre de rétention témoigne : « c’était horrible ! On était traités comme des chiens ! J’ai passé la nuit avec 17 personnes que je ne connaissais pas. Je ne sais pas s’il y avait parmi elles des malades. Ce n’est que le lendemain matin que j’ai été testé. » Le jeune homme, libéré car mineur se souvient qu’avec lui se trouvaient deux femmes enceintes inquiètes pour leur état de santé. Pour la préfecture, l’essentiel, c’est que « la machine à expulser rattrape son retard ». Une source policière confie que deux bateaux par semaine quittent l’île en direction des Comores voisines. Vendredi 28 août, l’un d’entre eux a encore pris la mer avec, à son bord, 120 personnes.

#1507 vu sur www.streetpress.com

France : une grande partie de personnes dites vulnérables à des risque de formes graves de Covid-19 ne peuvent plus bénéficier des dispositions de chômage partiel

France. Une grande partie de personnes dites vulnérables à des risque de formes graves de Covid-19 ne peuvent plus bénéficier des dispositions de chômage partiel à compter du 1er septembre. Un décret paru dimanche 30 août au Journal officiel durcit ces règles, en réduisant sensiblement la liste des personnes pouvant en bénéficier, dont les « salariés partageant le domicile d’une personne vulnérable ». Le chômage partiel n’est désormais pris en compte que « pour les personnes atteintes de certaines pathologies qui présentent un risque particulièrement élevé de formes graves de Covid ». Selon le décret, ce sont les personnes souffrant d’un cancer évolutif sous traitement, ceux qui sont atteints d’une immunodépression congénitale ou acquise, les personnes en dialyse ou présentant une insuffisance rénale chronique sévère, et celles âgées de 65 ans ou plus souffrant d’un diabète associé à une obésité ou des complications micro ou macrovasculaires. Les maladies pulmonaires sont désormais exclues de la liste. Pour justifier ces restrictions, le gouvernement s’appuie non pas sur des données médicales, mais sur le risque de “désinvestissement professionnel” des salariés. Le seul recours des salariés fragiles sera donc bientôt le congé maladie longue durée, avec une baisse conséquente de leur rémunération.

#1505 vu sur www.lemonde.fr

France : la rentrée scolaire est prétendument “normale”, les élèves s’entassent avec le masque comme seule protection sanitaire, le ministère ne communique pas sur les classes et écoles déjà refermées pour cause de covid

France. La rentrée scolaire “normale” d’après le ministère a lieu, avec une gestion grandement simplifiée puisque toutes les mesures de protection sanitaire ou d’éloignement ont été levées, y compris dans le zones rouges, excepté le port du masque, obligatoire pour tous les enseignants et les élèves à partir du collège. Les élèves s’entassent donc, en toute normalité, jusqu’à 35 par classes, avec des sanitaires la plupart du temps en très mauvais état. En cas de découverte d’un cas positif parmi les élèves ou le personnel, les mesures à prendre seront laissée à l’appréciation du préfet et, si les principaux et proviseurs assurent que tous les scénarios sont prévus, aucune information n’est donnée à part qu’ils en informeront les autorités sanitaires et les préfecture qui prendront alors une décision, probablement de confinement très ciblé puisqu’il s’agit de forcer le retour à la normal et d’éviter toute mesure de confinement généralisé, quel que soit le devenir de la pandémie, quitte à “habituer la population à une surmortalité”.

#1492 vu sur Le Monde et sources directes

France, Mâcon : un ouvrier a été licencié pour faute grave pour “avoir toussé sur un collègue”, les prud’hommes devront établir si le non-respect des gestes barrières dans l’entreprise constitue une faute grave

France, Mâcon. Un ouvrier viticole des grands crus de Bourgogne a été licencié pour faute grave après avoir « toussé » sur un collègue en mars. Il a porté plainte devant le conseil des prud’hommes qui devra établir si le non-respect des gestes barrières dans l’entreprise pendant l’épidémie de Covid-19 constitue une faute grave pouvant justifier un licenciement. En effet, dans la lettre de licenciement datée du 17 avril, la direction lui reproche de s’être « mis à tousser sur l’un de (ses) collègues » le 16 mars, alors que l’employeur expliquait devant les salariés les gestes barrières. Quelques jours plus tard, une infirmière du CHU de Mâcon est intervenue « pour expliquer de nouveau les gestes barrières » au personnel. L’employé se serait alors « retourné » vers un salarié et aurait « toussé dans sa direction manifestement volontairement », sans tousser dans son coude. Le 23 mars, il aurait « à nouveau toussé sur » l’employeur. La direction a alors décidé de le mettre à pied à titre conservatoire, sans salaire avant de le licencier « pour faute grave », avec effet immédiat, sans aucune indemnité. L’employé quant à lui souligne qu’à cette période, l’entreprise ne fournissait « que des gants, pas de masques ni de gel hydroalcoolique » et nie avoir eu le comportement qu’on lui reproche. Il affirme a inventé une faute pour se débarrasser de lui parce qu’en 2017 et 2018 il a dû prendre plusieurs arrêts pour maladies professionnelles et pour un accident du travail.

#1498 vu sur www.lemonde.fr

France, Guadeloupe : une personne maîtrisée par deux gendarmes a été frappé à coups de matraque par un troisième lors d’un contrôle de port du masque, une manifestation de soutien devant les grilles de la gendarmerie a réuni une centaine de personnes

France, Guadeloupe. Un gendarme est accusé d’avoir porté des coups de matraque à une personne déjà maîtrisée par deux de ses collègues lors d’un contrôle de port du masque. L’interpellation a eu lieu à Terre-de-Haut, aux Saintes alors que le masque est obligatoire sur l’île depuis le 15 août. Emmené en garde à vue, l’homme interpellé a été libéré le jour même, alors qu’une manifestation de soutien devant les grilles de la gendarmerie a réuni une centaine de personnes. L’interpellation a été filmée et la vidéo partagée plus de 3000 fois sur les réseaux sociaux. Le jeune homme a déposé plainte pour « violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique avec incapacité totale de travail n’excédant pas 8 jours ». Une enquête a été ouverte.

#1484 vu sur www.leparisien.fr

Le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces publics à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne

France, Paris et petite couronne. Le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces publics à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne. Selon le gouvernement, il s’agit de “tout faire pour éviter un reconfinement généralisé”, qui serait dévastateur pour l’économie, alors que 29 départements sont désormais en “zone rouge” pour la transmission du virus. La mairie affirme que les contrôles seront pour l’instant préventifs et qu’une période de tolérance avant sanction s’ouvre pour une quinzaine de jours, ce qui n’empêche pas que le non port du masque devienne prétexte à répression plus ou moins ciblée en fonction des besoins, des lubies et des mauvaises humeurs policières. La préfecture de police de Paris, quant à elle, a confirmé que quand un riverain “est en train de boire, manger ou fumer”, “on ne va pas verbaliser”. “C’est une question de discernement”.

#1470 vu sur www.lexpress.fr

France, Guadeloupe : au moins 20 cas de coronavirus ont été testés positifs à la prison de Baie-Mahault

France, Guadeloupe. Au moins 20 cas de coronavirus, onze détenus et neuf membres du personnel ont été testés positifs au Covid-19 à la prison de Baie-Mahault. Une campagne dépistage est toujours en cours et le nombre de nouveaux cas pourrait ainsi encore augmenter. Inquiétude dans une prison de Guadeloupe. Pour le moment “près de 120 tests ont déjà été effectués” dont “98 parmi les membres du personnel et une vingtaine sur les détenus” fait savoir la préfecture”…. L’ARS refuse encore de tester tout le monde et préfère plutôt cibler les cas contacts des personnes testées positives.

#1479 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Marseille : plusieurs dizaines de retenus du centre de rétention sont en grève de la faim pour protester contre leur enfermement et dénoncer l’attitude de Forum Refugiés qui cogère le CRA

France, Marseille. Plusieurs dizaines de retenus du centre de rétention à Marseille sont en grève de la faim pour protester contre leur enfermement en pleine crise du Covid-19, comme à Rennes, et au Mesnil Amelot, et dans d’autres centres de rétention en France. L’un d’entre eux à cessé de s’alimenter depuis 30 jours. Le communiqué des grévistes peut-être lu ici. Ils sont maintenus en rétention pour 60 jours, voire plus, alors que les frontières sont fermées, et sans précautions sanitaires suffisantes (même pas de masques…), alors que 4 cas de coronavirus ont été confirmés au sein de la PAF (Police aux frontières) qui garde le centre de rétention de Marseille, et pourtant rien n’est fait pour nous protéger. Le communiqué dénonce particulièrement l’association qui gère le CRA de Marseille, Forum Réfugiés, qui “ne s’occupe que des cas qu’elle considère défendables et laisse les autres dans la merde, par exemple ceux qui n’ont pas de famille dehors ni de visites en parloir”.

#1454 vu sur mars-infos.org

France, Vitry-sur-seine : le bidonville du Parc des Lilas, où vivaient quelques 300 personnes, a été évacué et démoli par les forces de l’ordre

France, Vitry-sur-seine. Le bidonville du Parc des Lilas, où vivaient quelques 300 personnes, a été évacué et démoli par les forces de l’ordre. Les 300 personnes qui y vivaient, venant de Roumanie, de Moldavie ou d’Ukraine, avaient pour la plupart, fui quelques heures plus tôt et seules deux familles ont été prises en charge par les services sociaux et relogées très provisoirement (pour 7 jours) en hôtel. Pour bénéficier d’une telle “mise à l’abri”, il faut répondre à des critères très spécifiques : “avoir des enfants de moins de trois ans, être enceinte ou présenter une vulnérabilité apparente, être présent le jour de l’expulsion.” Et au bout d’une semaine, la prise en charge cesse… Selon l’association Romeurope, d’autres bidonvilles devraient être la cible d’expulsion « avant la fin de l’été », notamment à Drancy, Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Champs-sur-Marne, Noisiel (Seine-et-Marne) et Savigny-sur-Orge (Essonne).

#1459 vu sur actu.fr

France, Lille : un jeune sans papiers est décédé pendant sa garde à vue, dans la cellule du commissariat où il avait été emmené parce qu’il s’est retrouvé soupçonné de “s’apprêter à commettre un vol à l’étalage”

France, Lille. Un jeune sans papiers est décédé pendant sa garde à vue, dans la cellule du commissariat où il avait été emmené parce qu’il s’est retrouvé soupçonné de “s’apprêter à commettre un vol à l’étalage” (!). Son état général avait été jugé “compatible avec la garde-à-vue” par le médecin qui l’avait examiné.

#1467 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Poissy : le local de l’association d’insertion LP Corneille a été détruit à la voiture-bélier

France, Poissy. Le local de l’association d’insertion LP Corneille a été détruit par une voiture-bélier. Le véhicule a été incendiée après avoir été encastré dans l’établissement. Cette association est spécialisée dans l’aide aux familles en difficulté et le domaine de l’insertion pour les personnes peu qualifiées.

#1465 vu sur www.leparisien.fr

France, Italie : Carla, arrêtée suite à un mandat d’arrêt européen dans le cadre de l’opération Scintilla, a été extradée en Italie pour y être jugée

France, Italie. Carla, arrêtée le 26 juillet à Saint Etienne, a été extradée en Italie pour y être jugée. Elle a été arrêtée suite à un mandat d’arrêt européen dans le cadre de l’opération Scintilla, initiée par les autorités italienne suite à la publication et à la diffusion de la brochure « I cieli bruciano » recensant les collabos de la machine à expulser italienne, cibles de nombreuses attaques au cours des dernières années, Elle est désormais incarcérée à la prison de Vigevano, près de Milan, en module AS3 (alta sicurezza 3). Elle a écrit une lettre depuis la prison de Fresnes avant son extradition qui peut être lue ici. Il est possible de lui écrire pour lui exprimer notre solidarité à l’adresse suivante :

Carla Tubeuf
casa circondariale di Vigevano Centralino
via Gravellona 240
27029 Vigevano (PV)

#1489 vu sur nantes.indymedia.org

France : suite aux dégradations, pillages et affrontements en marge de la finale de football, le ministre de l’Intérieur déclare vouloir utiliser des drones pour identifier “les casseurs” et ceux qui manifestent trop souvent (!)

France. Suite aux dégradations, pillages et affrontements en marge de la finale de la Ligue des Champions, le ministre de l’Intérieur déclare vouloir utiliser des drones pour identifier “les casseurs” et ceux et celles qui manifestent trop souvent (!). Il dit avoir demandé l’établissement d’un cadre réglementaire qui permette de «faire des identifications de ces personnes qui reviennent à chaque fois sur les manifestations». Au total, ce soir-là, 158 personnes ont été interpellées et 151 placées en garde à vue, dont 49 mineurs.

Illustrarion of a drone flying over Saint-Cloud near Paris on February 27, 2015. One of three Al-Jazeera journalists arrested for flying a drone in Paris’ Bois de Boulogne park on the western edge of the French capital, for the purposes of a television report, will appear in court next week after pleading guilty, a judicial source said on February 26, 2015. Flying drones over the capital is illegal under French law. AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET (Photo credit should read DOMINIQUE FAGET/AFP via Getty Images)

#1464 vu sur www.lefigaro.fr

France : le nombre de bénéficiaire de l’aide alimentaire a augmenté de près de 50 % depuis mars, de nouveaux profils de personnes sont passés dans la grande précarité, avec des baisses de revenus brutales liées au confinement

France. Suite à la crise sanitaire, le nombre de bénéficiaire de l’aide alimentaire a augmenté de près de 50 % depuis le mois de mars. Selon les chiffres de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), le nombre de demandeurs est passé de 5,5 millions avant le confinement à quelque 8 millions, une augmentation plus rapide et importante qu’après la crise économique de 2008. On constate aussi que de nouveaux profils de personnes sont passés dans la grande précarité, avec des baisses de revenus brutales liées au confinement.

#1451 vu sur www.ouest-france.fr

France, Rennes : à partir de septembre, la police municipale sera dotée de pistolets à impulsion électrique, le maire pense aussi aux “armes létales” pour les patrouilles de nuit

France, Rennes. A partir de septembre, la police municipale va être dotée de pistolets à impulsion électrique. Cette mesure, ainsi que le triplement des patrouilles nocturnes, est présentée comme une réponse à “une inquiétante montée de la délinquance”. De nombreuses polices municipales en sont déjà équipées. La maire de la ville, qui disait y être jusque là fermement opposé, semble maintenant enthousiaste, et n’exclut pas que certains policiers municipaux puissent aussi être équipés “d’armes létales” pour les patrouilles de nuit.

#1450 vu sur www.ouest-france.fr

France, Paris : l’ambassade biélorusse a été attaquée en réponse aux appels à solidarité internationale lancés depuis la Biélorussie et en soutien aux interpellés et aux incarcérés du mouvement actuel

France, Paris. L’ambassade biélorusse a été attaquée à coups de bouteilles en verre remplies de peinture, brisant quelques vitres au passage, en réponse aux appels à solidarité internationale lancés depuis la Biélorussie et en soutien aux interpellés et aux incarcérés du mouvement actuel. Le communiqué en lien avec cette attaque est à lire ici.

#1468 vu sur nantes.indymedia.org

France : alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de villes, les masques envoyés aux bénéficiaires de la CMU sont de très mauvaise qualité et monocouches donc inefficaces…

France. Alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de villes, l’opération d’envoi de masques par la Poste pour les bénéficiaires de la CMU prend fin le 20 août. Le ministre de la santé avait annoncé en juillet que les personnes les plus précaires bénéficieraient de masques gratuits. Des distributions ont lieu pour les personnes sans domicile fixe. Cependant ces masques ne correspondent pas aux normes sanitaires et sont de tellement mauvaise qualité (une seule couche de tissu légère) qu’ils ne protègent pas du virus…

#1446 vu sur www.msn.com

France, Toulouse : les locaux de la Croix Rouge qui participe à l’enfermement et à l’expulsion des sans papiers en veillant à ce que “tout se passe bien” ont été tagués

France, Toulouse. Les locaux de la Croix Rouge qui participe à l’enfermement et à l’expulsion des sans papiers ont été tagués : “Croix-Rouge : Alliée répressive et raciste des Etats, des frontières, de l’enfermement… Etouffe toi dans ta bonne conscience !”. Un communiqué à lire ici dénonce le rôle de cette organisation humanitaire qui veille “à ce que tout se passe bien” dans le fonctionnement de la machine à expulser au niveau européen.

#1437 vu sur iaata.info

France : plusieurs hôpitaux se sont mis en grève illimitée pour dénoncer un manque de moyens et réclamer plus d’effectifs, renforts qui font défauts face au nouveaux cas de Covid-19

France. Plusieurs hôpitaux se sont mis en grève illimitée. Les personnels des urgences à Saint-Brieuc, dans les Côtes-d’Armor, comme à Laval, en Mayenne, ont déposé des préavis de grève illimitée pour dénoncer un manque de moyens et réclamer plus d’effectifs. Les renforts alloués pendant la crise santaire ne sont plus là alors que de nouveaux cas de Covid nécessitent une hospitalisation.

#1442 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Marseille : 130 CRS supplémentaires ont été déployés pour surveiller le port du masque dans les sept arrondissements où il est obligatoire en extérieur, 80 amendes sont déjà tombées en une journée

France, Marseille. 130 CRS supplémentaires ont été déployés dans la ville pour surveiller le port du masque par les habitants dans les sept arrondissements où il est obligatoire en extérieur. Gabriel Attal, porte parole du gouvernement, a du mal à donner de la cohérence à la politique répressive à l’oeuvre et, sans craindre les contradictions, il affirme que les pouvoirs publics “continuent de faire de la pédagogie. Et on développe les moyens de contrôle. D’où cette annonce d’une compagnie de CRS supplémentaire à Marseille pour contrôler et sanctionner si nécessaire. Mais je vais être clair : il n’y aura jamais un gendarme ou un policier derrière chaque Français pour vérifier qu’il porte son masque. C’est avant tout une question de civisme et ce qu’il faut craindre, ce n’est pas l’amende, mais le virus qui guette et qui peut vous contaminer si vous ne portez pas votre masque.” 80 amendes sont déjà tombées en une journée dans le centre-ville.

#1422 vu sur www.francebleu.fr

Paris, Saint Denis : près de 400 migrants se sont installés sous le pont de l’autoroute A1, quinze jours après l’expulsion du campement d’Aubervilliers, le harcèlement policier est permanent

Paris, Saint Denis. Entre 300 et 400 migrants se sont installés sous le pont de l’autoroute A1 dans des conditions toujours aussi insalubres, quinze jours après l’expulsion du campement d’Aubervilliers. Il s’agit majoritairement d’hommes célibataires, originaires pour la plupart d’Afghanistan. Le harcèlement policier est permanent : «tous les jours, les policiers leur disent qu’ils viendront le lendemain à 6 heures du matin pour les déloger», explique un membre d’une des associations humanitaires qui dénoncent une situation absurde où expulsions et réinstallations se succèdent sans solution durable.

#1420 vu sur enoughisenough14.org

France, Beauvais : le syndicat FO pénitentiaire réclame un filet de sécurité pour la prison de Beauvais pour empêcher que des denrées et divers objets soient balancés par dessus les murs

France, Beauvais. Le syndicat FO (Forces Ouvrières) pénitentiaire réclame un filet de sécurité pour la prison de Beauvais, prison où jusque là une forme de solidarité trouvais le moyen de s’exprimer : de nombreux objets et colis étaient balancés depuis l’extérieur à l’intérieur de la prison. Les sources policières parlent de “fumigènes, des pinces coupantes, des lames de scies à métaux, de l’alcool, des tournevis, des substances illicites” et parle d’une administration pénitentiaire à bout, qui supplie par le biais des syndicats de réagir à cette situation “intolérable”. Surtout pendant cette pandémie de coronavirus, ces formes de solidarités diffuses ont un impact fort sur le quotidien insalubre et intolérable des détenus.

premium.courrier-picard.fr

France : suite à la mise en évidence de nouveaux “clusters” et alors que des mesures sanitaires spécifiques sont prises un peu partout, pas de mesures de protection dans les prisons ou les centres de rétention alors que des cas sont détectés

France. Suite à la mise en évidence de nouveaux “clusters”, souvent dans des entreprises qui n’ont pas instauré le port du masque comme les dernières dispositions sanitaires les y autorisent, et suite à l’augmentation globale et continue de nouveaux cas, de nouvelles mesures sont prises. Plusieurs régions sont à nouveau classées en rouge, ce qui permet aux préfets de prendre des arrêtés spécifiques (fermeture des bars et restaurants par exemple). Dans de plus en plus de quartiers de villes grandes et moyennes, le masque est obligatoire y compris en extérieur et on retourne à l’interdiction des rassemblements et manifestations de plus de dix personnes “qui ne garantiront pas le respect des mesures barrières”. De nombreux Ehpad sont reconfinés suite à la découverte de cas chez les soignants ou les résidents, les visites sont alors interdites et les résidents sont maintenus dans leurs chambres. Dans les lieux d’enfermement, comme les prisons et centres de rétention, en revanche, où les mesures restrictives n’ont jamais vraiment cessé, peu de mesures de protection sont prises alors que des cas sont détectés chez les détenus ou chez les forces de l’ordre.

#1412 vu sur www.leparisien.fr

France, Toul : plus d’une centaine de policiers ont procédé à la dispersion des 500 participants d’une rave party au motif que les gestes barrières n’y auraient pas été respectés

France, Toul. Plus d’une centaine de policiers ont procédé à la dispersion des 500 participants d’une rave party au motif que les gestes barrières n’y auraient pas été respectés, et l’ARS du Grand Est appelle les participants à se faire dépister, considérant “qu’il y a un grand risque que le virus ait circulé très activement entre les personnes au cours de ce rassemblement”. Le département de la Meurthe et Moselle a également pris la décision d’imposer le port du masque en extérieur pour tous les rassemblements de plus de dix personnes, ainsi que dans les marchés non-couverts, les brocantes, vide-greniers et fêtes foraines.

#1426 vu sur www.cnews.fr

France, Marseille : des détenus du centre de rétention administrative du Canet refusent collectivement de se rendre au réfectoire depuis deux jours

France, Marseille. Dans la suite des grèves de la faim qui ont commencé dans des centres de rétentions à Nîmes, Toulouse, où encore Vincennes, les personnes détenues au centre de rétention administrative du Canet refusent collectivement de se rendre au réfectoire depuis deux jours. Ils protestent contre le traitement administratif absurde de leur dossier. Il sont retenus alors qu’il ne seront pas expulsés à cause du Covid-19, ce qui les mets dans la situation de subir l’équivalent d’une peine de prison en restant enfermé le maximum du délai autoriser pour les expulser. De plus les conditions sanitaires sont déplorables, comme dans la plupart des centres de rétentions français, et les mettent directement en danger. La presse évoque des distances de sécurité qui ne sont pas “tolérables” au réfectoire comme dans les chambres, ainsi que le non-respect des gestes barrières les plus élémentaires. Ces grèves de la faim sont très inquiétantes, puisque les détenus se mettent en danger dans une situation de grande insalubrité, ce qui témoigne d’un désespoir et d’une gravité de la situation à ne pas prendre à la légère. La solidarité par rapport à ce que vivent les migrants dans le monde entier est plus que jamais nécessaire !

#1417 vu sur www.laprovence.com

France, Paris : les 100 livreurs sans papiers de Frichti qui n’ont rien obtenu suite à l’accord signé fin juillet entre la CGT et la direction continuent la mobilisation

France, Paris. A la fin du mois de juillet, la moitié des 200 livreurs sans-papiers de Frichti ont obtenu l’accès à une procédure de régularisation après une grève de six semaines, suite à un accord qui n’a satisfait que la CGT et la presse qui a aussitôt titré sur “la fin du conflit”. Pourtant, les cent coursiers, arbitrairement écartés de cette procédure, poursuivent grève et manifestations. La start-up, tout en dénonçant des cas isolés en provenance d’un sous-traitant, a fait intervenir de nombreux agents de sécurité pour bloquer l’accès à ses locaux à tous ceux qui ne disposaient pas de papiers ce qui n’a fait que démontrer qu’ils étaient en réalité beaucoup plus nombreux que la direction ne l’affirmait. Par ailleurs la question de l’obligation de se déclarer comme travailleur indépendant pour être employé, et le fait que ce statut n’ouvre pas de droit à la régularisation n’a pas été résolu par l’accord signé fin juillet.

#1434 vu sur www.nouvelobs.com

France, Marseille : malgré de multiples alertes que l’administration n’a pas prises en compte, un enseignant dépressif s’est donné la mort par pendaison dans sa cellule

France, Marseille. Un enseignant dépressif qui n’enseignait plus depuis 5 ans s’est donné la mort par pendaison dans sa cellule des Baumettes. Il avait été interpellé il y a peu pour avoir crevé les pneus d’un véhicule à sept ou huit reprises dans des conditions relativement obscures, qui ont motivé de prévoir une expertise psychiatrique. Le jour de l’audience, précise le quotidien La Marseillaise, son avocate avait mis en garde le tribunal sur les risques de suicide, ce qui avait suscité une vive réaction de la présidente qui avait fait observer qu’elle ne pouvait “admettre un chantage au suicide”. Pourtant divers signes auraient pu alerter l’administration sur la véracité de ce risque puisqu’après avoir quitté le box, le suspect s’était jeté violemment contre une cloison et avait dû être admis à l’hôpital Nord. L’homme s’était ensuite tailladé les avant-bras en prison. Le prévenu avait été examiné par un médecin psychiatre qui avait estimé qu’il serait préférable qu’il reste hospitalisé et, une fois le transfert en prison réalisé, un responsable de la détention aurait adressé un mail d’alerte à sa hiérarchie. Son codétenu aurait lui aussi affirmé qu’il allait passer à l’acte. Le père de la victime a déposé plainte. Il pointe aujourd’hui “une série d’incompétences”. Une enquête sur les “causes de la mort” est en cours, incluant les qualifications de “non-assistance à personne en danger” et d'”homicide involontaire par imprudence”.

#1403 vu sur www.laprovence.com

France : L’ARS saisi la justice après la diffusion sur Facebook par une médecin généraliste d’un certificat médical permettant d’invoquer une contre-indication au port du masque

France. L’Agence Régionale de Santé (ARS) du Grand Est a saisi la justice en début de semaine après la diffusion sur Facebook, par une médecin généraliste alsacienne, d’un certificat médical permettant à tout un chacun d’invoquer une contre-indication au port du masque. Le document “certifie que Mr, Mme… présente une contre indication médicale au port du masque en continu et ponctuel”. Elle aurait été depuis suspendue. “Le masque est une arnaque totale et fait peur”, a-t-elle affirmé, soutenant avoir diffusé son certificat sur Facebook pour que “chacun choisisse pour sa santé”.

#1399 vu sur www.huffingtonpost.fr

France, Rennes : huit sans-papiers enfermés au Centre de rétention sont en grève de la faim et décrivent des traitements dégradants et des propos racistes permanents de la part des policiers

France, Rennes. Huit sans papiers enfermés au Centre de rétention administrative de Rennes ont entamé une grève de la faim pour dénoncer un “manque de respect et d’hygiène” ainsi que leur enfermement malgré “l’absence de perspectives d’éloignement”. Dans une lettre adressée aux médias, ils font état de traitement dégradants et de propos racistes permanents de la part des policiers. Ils disent aussi ne pas avoir un accès suffisant à l’eau alors qu’on est en période de canicule. La préfecture d’Ille-et-Vilaine affirme avec cynisme que “sept personnes refusent les plateaux-repas mais continuent de s’alimenter via des distributeurs de boissons. Nous ne sommes pas très inquiets sur leur état de santé.” Par ailleurs, de plus en plus de cas sont détectés dans les centres de rétention, comme au Mesnil Amelot et à Toulouse, et les cours d’appel, qui refusent de considérer que la détection d’un cas de Covid est une situation nouvelle, refusent de libérer les retenus.

#1408 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Grenoble : la poste des Eaux Claires a été taguée avec des messages dénonçant la participation de cette institution à la traque des sans-papiers et évoquant la libération de Carla

France, Grenoble. La poste des Eaux Claires a été taguée avec des messages dénonçant la participation de cette institution à la traque des sans-papiers. L’attaque dont le communiqué peut être lu ici évoque la libération de Carla, arrêtée il y a deux semaines à Saint Etienne, qui était recherchée parce qu’elle était accusée d’avoir attaqué la poste italienne à Turin. En Italie comme en France, la Poste dénonce les sans-papiers aux flics et participe à leur enfermement et à leur expulsion.

#1388 vu sur nantes.indymedia.org

France, Pulnoy : les 84 résidents d’un Ehpad sont à nouveau confinés avec “prise des repas en chambre, arrêt des activités d’animations et suspension des interventions extérieures”

France, Pulnoy (Meurthe-et-Moselle). Les 84 résidents d’un Ehpad sont à nouveau confinés avec “prise des repas en chambre, arrêt des activités d’animations et suspension des interventions extérieures”, y compris des visites, après la découverte de cinq personnels et 29 pensionnaires contaminés par le coronavirus et le décès d’un nonagénaire (qui ne doit pas compter dans les statistiques…). Selon le président de cet Ehpad, “seulement quatre personnes ont des symptômes, toutes les autres n’ont pas de symptômes”, et aucun pensionnaire n’a été hospitalisé. Par ailleurs, un “recensement des personnes ayant rendu visite aux résidents au cours des derniers jours, et des intervenants extérieurs qui se sont rendus dans l’établissement” a été organisé “afin de transmettre les coordonnées de ces ‘cas contacts’ potentiels à l’Assurance Maladie en charge du contact tracing”, a annoncé l’ARS. L’Ehpad, situé dans une commune de 5000 habitants, n’avait pas connu antérieurement de cas positifs chez les résidents et les salariés.

#1385 vu sur www.lexpress.fr

France, Mesnil Amelot : un foyer épidémique de Covid-19 a été déclaré au sein du centre de rétention administrative, avec des agents de police au frontières et des détenus contaminés, les mesures prises sont tardives et insuffisantes

France, Mesnil Amelot. Un foyer épidémique de Covid-19 a été déclaré au sein du centre de rétention administrative. Trois agents de la police aux frontières en poste au CRA n°3 ont été testés positifs le 7 août. Des associations demandent la fermeture immédiate du centre par précaution. La Cimade a interrompu sa présence physique et mis en place une permanence téléphonique pour répondre aux demandes des personnes enfermées. Le 10 août, information a été donnée que deux personnes privées de liberté dans le CRA n°3 et un agent de la police aux frontières du CRA n°2 étaient également testés positifs. Les salariés de l’entreprise chargée du nettoyage ont exercé leur droit de retrait lorsqu’ils ont appris la propagation de l’épidémie. L’Unité médicale du CRA (UMCRA) prône une fermeture pour désinfection et considère le maintien en rétention des personnes comme incompatible avec les mesures d’isolement à respecter pour limiter la contagion. Malgré cette situation et la suspension des nouveaux enfermements prononcée à partir du 10 août, de nouvelles personnes ont été enfermées ce week-end au Mesnil-Amelot où les tensions, selon les témoignages recueillis, sont fortes. Les deux personnes testées positives au CRA n°3 ont été transférées lundi au CRA de Vincennes (alors que les résultats des tests sont disponibles depuis samedi), en cellules d’isolement disciplinaire qui ne sont pas équipées pour accueillir des malades. Plusieurs autres personnes suspectées d’être infectées ne peuvent être isolées faute d’espace adapté. Certaines d’entre elles sont en cours de transfert vers d’autres CRA.

#1392 vu sur www.lacimade.org

France, Paris : en pleine canicule, le port du masque devient obligatoire dans certains quartiers touristiques et commerçants de la ville ainsi que dans plusieurs villes de la petite couronne, l’amende est toujours de 135 euros.

France, Paris. En pleine canicule, le port du masque devient obligatoire dans certains quartiers touristiques et commerçants de la ville ainsi que dans plusieurs villes de la petite couronne, comme c’est déjà le cas à Bruxelles et Madrid ainsi que dans d’autres villes de France comme Nice, Marseille ou Lille. La mesure est prononcée pour un mois mais elle pourra être renouvelée. L’amende est toujours de 135 euros.

#1380 vu sur www.letemps.ch

France, Fresnes : des feux d’artifices ont été tirés devant la prison des femmes de Fresnes pour saluer Carla arrêtée à Saint Etienne dans le cadre de l'”opération Scintilla” de la police italienne, et en solidarité avec tous les détenus

France, Fresnes. Des feux d’artifices ont été tirés devant la prison des femmes de Fresnes pour saluer Carla, qui était recherchée dans le cadre de l’opération Scintilla qui visait la répression d’une campagne contre la machine à expulser et qui a été arrêtée il y a deux semaines à Saint Etienne, et en solidarité avec tous les détenus. Elle est accusé de participation à des attaques de la poste italienne qui participe (comme la poste française) aux arrestations de sans papiers et se retrouve enfermée à Fresnes dans le cadre d’une procédure d’extradition vers l’Italie. Le communiqué complet de cette action de solidarité est à lire ici.

#1405 vu sur antes.indymedia.org

France, Vincennes : la moitié des prisonniers du CRA de Vincennes commencent une grève de la faim alors que les expulsions continuent vers les pays où c’est possible, et que les détenus sont à nouveau enfermés à deux, voire à quatre par cellules

France, Vincennes. La moitié des prisonniers du CRA de Vincennes commencent une grève de la faim. Depuis la fin du confinement les retenus avaient obtenu le droit à des cellules individuelles le temps que la situation sanitaire s’améliore. Mais depuis quelques semaines, alors que les expulsions continuent vers les pays où c’est possible (principalement vers la Roumanie et l’Albanie), les détenus sont à nouveau enfermés à deux par cellules. La direction du CRA à même décidé d’enfermer tout le monde dans le même bâtiment (au CRA1) et les détenus se retrouvent à quatre en cellule. Très rapidement un mouvement collectif de résistance s’est donc mis en place. A l’extérieur, les policiers qui gèrent l’entrée et les parloirs essayent de faire partir les proches en parlant de “suspicion de covid” et “d’attente de résultats de tests pour rouvrir les parloirs”. Les parloirs se tiendront malgré tout.

#1376 vu sur abaslescra.noblogs.org

France : le Conseil constitutionnel censure une grande partie de la loi concernant les « mesures de sûreté » pour les terroristes sortant de prison, le gouvernement insiste et veut proposer des modifications

France. Le Conseil constitutionnel censure une grande partie de la loi concernant les « mesures de sûreté » pour les terroristes sortant de prison, jugeant que nombre des dispositions du texte « portent atteinte » à plusieurs libertés fondamentales. Éric Dupond-Moretti, quant à lui, avait défendu le projet comme une « solution d’équilibre ». Dans sa décision, le Conseil constitutionnel a détaillé les mesures qu’il juge contraires aux libertés fondamentales : “tel est le cas en particulier de l’obligation d’établir sa résidence dans un lieu déterminé, de l’obligation de se présenter périodiquement aux services de police ou aux unités de gendarmerie, jusqu’à trois fois par semaine, de l’interdiction de se livrer à certaines activités, de l’interdiction d’entrer en relation avec certaines personnes ou de paraître dans certains lieux, catégories de lieux ou zones et de l’obligation de respecter les conditions d’une prise en charge sanitaire, sociale, éducative ou psychologique”. Le seul article de la proposition de loi non censuré par le Conseil porte sur le suivi socio-judiciaire des détenus sortis de prison et le Conseil constitutionnel n’a pas fermé la porte à l’instauration de mesures de sûreté, autres que celles votées par les parlementaires. La majorité a d’ailleurs annoncé dès vendredi sa volonté d’élaborer une nouvelle proposition.

#1372 vu sur www.ouest-france.fr

France, Lyon : le nouveau maire vert de la ville vient d’annoncer la mise en place d’une expérience de vidéo-verbalisation au prétexte de lutter contre les “rodéos urbains”…

France, Lyon. Le nouveau maire vert de la ville vient d’annoncer la mise en place d’une expérience de vidéo-verbalisation dans le bas des Pentes et à la Guillotière. Les thèmes de l’insécurité et du renforcement de la présence policière faisait effectivement partie des thématiques principales de sa campagne. Les lieux d’installations de ces premières caméras se justifient officiellement par la lutte contre les rodéos urbains. La vidéo-verbalisation, autorisée depuis 2008, “s’appuie sur les dispositifs de vidéosurveillance installés dans l’espace public et permet de sanctionner à distance une infraction au code de la route.” Ce sont des agents assermentés, c’est-à-dire des flics nationaux ou municipaux vissés derrière des écrans de contrôle, qui constatent l’infraction et dressent les procès verbaux. Les lieux d’installation de ces caméras ne sont pas choisis au hasard puisqu’il s’agit évidemment de quartiers populaires, qui doivent être “apaisés”.

#1365 vu sur rebellyon.info

France, Nancy : un cas de Covid-19 vient d’être confirmé parmi les prisonniers et les détenus de deux étages entiers ont été subitement confinés en cellule, sans aucune sortie possible, même en cours de promenade

France, Nancy. Alors qu’un cas de Covid-19 vient d’être confirmé parmi les prisonniers, les détenus de deux étages entiers ont été subitement confinés en cellule, sans aucune sortie possible, même en cours de promenade. Le confinement a été notifié par les gardiens aux détenus pour une pérode de 7 jours. Cette période de confinement pour tout le bâtiment signifie pour les détenus : pas de promenade, pas de travail, pas de cabine téléphonique, pas de parloirs. Les personnes qui ont déjà prévu un parloir pour ce week-end en sont privées sans possibilité de prévenir leurs proches de cette annulation, vu que la cabine est inaccessible. Un test systématique des détenus serait prévu pendant ce confinement. La mesure a été notifiée par écrit le lendemain aux détenus : « En raison d’un cas avéré de Covid au sein de la population pénale du centre de détention, les personnes détenues des deuxième et troisième étages sont confinées. Une campagne de tests sera réalisée le mercredi 12 août 2020 par les services de santé pour l’ensemble des personnes détenues des étages confinés. Dans l’attente, tous les mouvements sont bloqués (promenade, travail, parloirs, etc.). J’encourage toutes les personnes détenues à se soumettre aux tests ce qui permettra de revenir rapidement à une situation normale. Je suis conscient de la lourdeur de ces contraintes, mais ces mesures sont nécessaires afin d’éviter une propagation plus importante et un risque de confinement généralisé. » Les détenus qui ont manifesté leur colère en criant depuis leur cellule n’ont pas reçu leur cantine ce jour-là, et ce sans aucune explication, le repas n’a pas été pas apporté à midi, l’heure habituelle mais à 13h30 alors que les détenus finissaient par se demander s’ils pourraient se restaurer ou pas. Le repas a été livré dans des barquettes, dans des quantités deux fois moindre que d’habitude, et apporté par des surveillants cagoulés et casqués.

#1369 vu sur oip.org

France, Paris : alors que l’inquiétude d’un rebond de l’épidémie grandit, le gouvernement annonce pour la rentrée un assouplissement global des mesures dans les écoles si elles entravent la “bonne marche” des établissements scolaires

France, Paris. Alors que le masque devient obligatoire en extérieur dans certains quartiers de la capitale, le ministère de l’Education rend discrètement publiques les mesures de protections sanitaires prévues pour la rentrée scolaire et diffusées aux directeurs d’établissements depuis le 20 juillet : il s’agit d’un assouplissement global des mesures de protection, du moins quand elles pourraient entraver la “bonne marche” des établissements scolaires. Ainsi la distanciation physique sera à respecter dans les classes “quand elle est possible”, c’est-à-dire sûrement pas dans les classe surchargées à 30 ou 35 élèves… Le port du masque serait obligatoire et le ministère affirme avoir un stock suffisant jusqu’au mois de décembre pour en fournir aux enseignants, mais pas aux élèves. Les universités vont rouvrir, elles aussi avec des mesures assouplies. Alors qu’en Italie, des dizaines de milliers d’enseignants sont embauchés pour obtenir des demi-classes qui doivent permettre aux élèves de rester éloignés les uns des autres pendant les heures de cours, la France choisit… de ne rien changer finalement !

#1384 vu sur www.sudouest.fr

France, Clichy Sous Bois : des caméras ont été installées dans la piscine Rosa Parks pour contrôler le respect de la distanciation sociale, elles alertent en temps réel les maîtres nageurs si les baigneurs sont trop proches

France, Clichy Sous Bois. Des caméras ont été installées dans la piscine Rosa Parks pour contrôler le respect de la distanciation sociale. 16 caméras perchées au dessus du grand bassin alertent en temps réel les maîtres nageurs si les baigneurs sont trop proches. Il s’agit du système inventé par l’entreprise Poséidon installée à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. L’écran électronique accroché au bout du bassin passe du vert au rouge si des nageurs sont à moins de 1,50 m les uns des autres. Un algorithme a été développé pour compter les nageurs et donc pour faire respecter la distance obligatoire. Il s’agit au départ d’un dispositif de détection de noyades qui a été adapté à la crise sanitaire en cours.

#1381 vu sur actu.fr

France, Paris : un campement qui abritait depuis plus d’un mois plus de 70 jeunes mineurs étrangers dans le square Jules Ferry a été évacué, certains au gymnase Japy et d’autres en hôtel sociaux

France, Paris. Un campement qui abritait depuis plus d’un mois plus de 70 jeunes mineurs étrangers dans le square Jules Ferry a été évacué. Quarante-huit d’entre eux ont été conduits vers le gymnase Japy, dans le XIe arrondissement. Trente autres, considérés comme plus vulnérables en raison de pathologies médicales – dont sept jeunes filles – ont été logés en hôtels sociaux. La plupart d’entre eux sont en attente de recours parce que l’administration de plusieurs département les considère comme majeurs (le plus souvent suite à des tests osseux plus que douteux) et aucun hébergement n’est prévu en attendant que leurs recours soient audiencés. Les associations, comme MSF, qui demandent que ces jeunes soient considérés comme mineurs le temps de leur recours disent “accepter” qu’ils soient logés transitoirement au gymnase Japy. Un accord a, par ailleurs, été trouvé avec la mairie de Paris pour qu’un dispositif destiné à ces jeunes en recours soit créé : un site a récemment “été trouvé” et l’État est en discussion avec une association susceptible de le gérer. Ce serait une première en France.

#1362 vu sur www.infomigrants.net

France, Perpignan : l’œdicnème criard, une espèce d’oiseau protégée, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire…

France, Perpignan. Un couple de petits oiseaux d’une espèce protégée, des œdicnème criard, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire de Perpignan à proximité de Mas de la Guarrigue. Le site est déjà constructible, et les voix d’accès et les réseaux sont installés parce qu’Ikéa envisageait de s’y implanter il y a quelques années. La présence de ce petit oiseau a été détectée lors de l’inventaire obligatoire mené sur le site pour y recenser la faune et de la flore et, en tant qu’espèce protégée, il ne peut pas être tué ou chassé des lieux. La seule solution pour commencer le chantier est d’obtenir un arrêté qui autorise son élimination. La communauté urbaine de Perpignan aurait déjà fait des propositions auprès de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) pour proposer des “compensations environnementales” à cette destruction programmée, au nom de l’urgence de cette construction à cause de la vétusté de la prison actuelle.France, Perpignan. Un couple de petits oiseaux d’une espèce protégée, des œdicnème criard, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire de Perpignan à proximité de Mas de la Guarrigue. Le site est déjà constructible, et les voix d’accès et les réseaux sont installés parce qu’Ikéa envisageait de s’y implanter il y a quelques années. La présence de ce petit oiseau a été détectée lors de l’inventaire obligatoire mené sur le site pour y recenser la faune et de la flore et en tant qu’espèce protégée, il ne peut pas être tué ou chassé des lieux. La seule solution pour commencer le chantier est d’obtenir un arrêté qui autorise son élimination. La communauté urbaine de Perpignan aurait déjà fait des propositions auprès de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) pour proposer des “compensations environnementales” à cette destruction programmée, au nom de l’urgence de cette construction à cause de la vétusté de la prison actuelle.

#1363 vu sur www.francebleu.fr

France, Paris : la préfecture de police a évacué un campement de plus de 200 migrants installés à l’initiative d’une association humanitaire,

France, Paris. La préfecture de police a évacué un campement de plus de 200 migrants installé à l’initiative de l’association humanitaire d’aide aux migrants Utopia 56 devant la mairie pour réclamer un hébergement. L’association avait choisi de mettre en avant uniquement des familles avec enfants, espérant ainsi obtenir plus facilement un relogement. On retrouve parmi celles-ci de nombreux migrants qui dormaient auparavant dans les campements qui ont été expulsés cet été à Aubervilliers et Saint Denis, où résidaient aussi un grand nombre de célibataires. S’opposant à l’évacuation une fois celle-ci terminée; la mairie profite de l’occasion pour annoncer que les familles “seront accueillies au chaud à la mairie dans l’attente de solutions d’hébergement”, ce qui ne propose en aucun cas une solution pérenne aux migrants sans logements (ces familles là et tous les autres….)

#1495 vu sur www.huffingtonpost.fr

Royaume Uni : le gouvernement britannique appelle la France à durcir ses mesures pour empêcher la traversée de la Manche par les migrants

Royaume Uni. Le gouvernement britannique appelle la France à durcir ses mesures pour empêcher la traversée de la Manche par les migrants alors que de plus en plus d’embarcations illégales arrivent chaque jour sur les côtes anglaises (202 en une seule journée la semaine dernière). Le secrétaire d’État britannique à l’immigration suggère notamment des interceptions en mer et un retour direct des bateaux sur le sol français.

#1352 vu sur www.rfi.fr

France, Rennes : les policiers se font attaquer à plusieurs reprises alors qu’ils sont en intervention, une voitures avec un policier à l’intérieur est caillassée et une autre vide est dégradée.

France, Rennes. Les policiers se font attaquer à plusieurs reprises alors qu’ils sont en intervention. Un groupe d’adolescents caillasse une voiture de police en stationnement avec un policier à l’intérieur, et une autre voiture subit des dégradations alors que les policiers sont en intervention dans le quartier du Blosne tout près d’un poste de police. « On s’attaque à la police sans aucune raison valable », déplore Magali Marquer, secrétaire départementale d’Unité SGP Police, au mépris de toute prise en compte de ce que fait quotidiennement la police et du contexte…

#1350 vu sur

France : au moins 10 bidonvilles où habitaient 441 personnes ont déjà été expulsées depuis le 10 juillet, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire et de la trêve hivernale

France. Les expulsions de bidonvilles se multiplient. Au moins 10 bidonvilles où habitaient 441 personnes ont déjà été expulsées depuis le 10 juillet, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire et de la trêve hivernale, et au moins 36 autres (soit environ 2 000 personnes, principalement des Roms), risquent de l’être en août. Plusieurs associations alertent sur la situation qui empire encore la situation sanitaire des expulsés, et pointent le fait que ces populations ne sont pas couvertes par les instructions données par le ministère du logement début juillet concernant les sans abris.

#1357 vu sur www.leparisien.fr

France : les soignants intérimaires ne toucheront pas la prime Covid promise par Macron

France. Les soignants intérimaires ne toucheront pas la prime Covid promise par Emmanuel Macron. Les soignants employés en intérim viennent d’être bannis du dispositif de prime exceptionnelle créé pour les personnels ayant accompagné les malades du Covid-19. Patronat et syndicats de la branche du travail temporaire se sont mis d’accord pour envoyer une « lettre paritaire » au ministère des solidarités et de la santé dénonçant une « discrimination incompréhensible ».

#1355 vu sur www.lemonde.fr

France, Nantes : des élèves infirmiers mobilisés et sous-rémunérés pour le Covid refusent de payer leurs frais d’inscription ; le CHU intervient auprès de Pôle emploi pour qu’ils soient déduits de leurs indemnités

France, Nantes. Des élèves infirmiers refusent de payer leurs frais d’inscription pour protester contre le fait qu’un tiers d’entre eux ont été mobilisés pendant le Covid en tant qu’aide-soignants tout en restant dans l’obligation de poursuivre les travaux nécessaires à la validation de leur année, puis de passer des partiels dans des conditions des conditions déplorables. Le CHU, qui a envoyé des huissiers pour percevoir les sommes dûes qui s’élève à un peu plus de 200 euros par élève, est même intervenu auprès de Pôle Emploi, afin qu’il retienne le montant de ces frais sur leurs indemnités chômage…

#1340 vu sur mediacites.fr

France, Niort : suite à une montée de la tension avec les forces de l’ordre dans ce quartier populaire de la ville, une soixantaine de CRS se sont déployés dans le quartier du Clou-Bouchet

France, Niort. Suite à une montée de la tension avec les forces de l’ordre dans ce quartier populaire de la ville, une soixantaine de CRS se sont déployés dans le quartier du Clou-Bouchet. La police parle de “montrer les muscles” pour éviter que la situation se détèriore et considère que les jeunes s’ennuient parce qu’ils n’ont pas pu “retourner voir leur famille à l’étranger” à cause de la fermeture des frontières : racisme et contrôles au faciès en perspective !

#1338 vu sur francebleu.fr

France, Sequedin : une voiture-bélier a forcé le parking du personnel de la prison, sept véhicules ont été incendiés au coktail molotov

France, Sequedin. Une voiture-bélier a forcé le grillage du parking du personnel de la prison et sept véhicules ont été incendiés au coktail molotov. Selon la presse, à 2h57 ce mercredi 29 juillet, “une grosse BMW noire” a défoncé le grillage du parking, puis trois individus “cagoulés” sont sortis du véhicule et ont lancé des cocktails molotov sur les voitures stationnées, incendiant la voiture privée d’un fonctionnaire et six véhicules administratifs. Les individus sont repartis à bord de leur berline à 3h02.

#1330 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Etats Unis, Portland. Un accord a été établi pour prévoir le départ progressif des forces fédérales déployées dans la ville contre les manifestations émeutières

Etats Unis, Portland. Un accord a été établi entre la gouverneure démocrate et l’administration Trump, pour prévoir le départ progressif des forces fédérales déployées dans la ville contre les manifestations émeutières. De son côté, le ministre de la Sécurité intérieure par intérim a affirmé l’Etat de l’Oregon a finalement accepté de coopérer, que les agents fédéraux étaient « toujours là » et resteraient « jusqu’à ce que nous voyions que le plan fonctionne et que le tribunal n’est pas perpétuellement attaqué ». C’est police locale qui doit désormais assurer le maintien de l’ordre à l’extérieur des bâtiments. L’accord est intervenu juste après une déclaration de Trump qui parle de venir lui-même “nettoyer la ville” : ” S’ils ne sécurisent pas leur ville bientôt, nous n’aurons pas le choix, nous irons la nettoyer nous-mêmes. On fera ça très facilement ». Dans le même temps, le ministère de la Justice annonce l’envoi des forces fédérales à Milwaukee, Detroit et Cleveland dans les semaines à venir. Le procureur général a ordonné aux agents du FBI, du US Marshals Service, de la DEA et de l’ATF de se joindre aux autorités locales dans la lutte contre les crimes violents; 25 agents iront à Cleveland, 42 à Detroit et 25 à Milwuakee dans le cadre d’une extension de l'”opération legend” de Portland.

#1329 vu sur leparisien.fr et abc7chicago.com

France, Ouistreham : des heurts ont éclaté dans la nuit alors que les gendarmes contrôlaient un groupe de migrants qui tentaient de rentrer dans un camion, deux gendarmes ont été blessés et un migrants aurait été blessé par un tir de LBD

France, Ouistreham. Des heurts ont éclaté dans la nuit alors que les gendarmes contrôlaient un groupe de migrants qui tentaient de rentrer dans un camion pour passer en Angleterre, deux militaires ont été blessés selon la gendarmerie nationale. Des associations affirment qu’un des migrant a été blessé par un tir de LBD, ce que la gendarmerie nie. Deux véhicules ont aussi été endommagés selon la gendarmerie nationale. Un des migrants a été interpellé et placé en centre de rétention administrative.

#1321 vu sur francebleu.fr

France, Le Havre : opération de communication autour des “poney parloirs” (parloirs avec une activité poney pour certains pères détenus), qui ne fait pas oublier toutes les relations détruites par la prison, et que ces pères n’ont pas vu leurs enfants depuis 4 mois…

France, Le Havre. Une grosse opération de communication est relayée par la presse autour de cette initiative des “poney parloirs” qui existe depuis trois ans à la prison du Havre : des parloirs en extérieur avec une activité poney proposée aux pères détenus pour “renouer le lien” avec leurs enfants. On peut effectivement imaginer comment le lien parent-enfant pourrait se renouer en plein air autour d’une activité qui peut appartenir au quotidien des enfants dont les parents ne sont pas détenus. Sauf qu’on apprend au fil des articles et des témoignages de détenus émus de l’expérience (et on les comprend…) que la plupart n’ont pas pu voir leur enfants depuis quatre mois à cause des limitations de parloirs qui ont perduré après le déconfinement, qu’aujourd’hui il n’ont droit qu’à des parloirs vitrés qui empêchent tout contact, que l’activité est (évidemment…) surveillée par les matons, et que vu le peu de places proposées, les détenus sont “choisis” pour pouvoir y participer, très certainement au moins sur des critères de bonne conduite dans la prison. Les détenus qui en bénéficient doivent en outre payer cette “bouffée d’air frais” de deux semaines de mise en quarantaine. Ce n’est pas avec une journée “en famille” (tout en étant toujours en prison) et avec une heure de poney que peut être réparé ce que la prison détruit…

#1306 vu sur www.francebleu.fr

France : plusieurs Ehpad ont été reconfinés après la découverte de nouveaux clusters alors qu’on commence à peine à mesurer des dégâts physiques et psychiques de la première phase de confinement

France. Le nombre de cas positifs dans les Ehpad est considéré comme un « signal préoccupant », et plusieurs Ehpad ont été reconfinés après la découverte de nouveaux clusters. L’incidence augmente de nouveau (+ 24 %) depuis la semaine du 13 juillet et le nombre de signalements est revenu au niveau observé à la mi-mai, après la levée du confinement, et progresse depuis trois semaines avec 62, 98, puis 105 cas. Les maisons de retraite, et en particulier les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), ont constitué près de la moitié des plus de 30 000 décès enregistrés en France depuis le début de l’épidémie. Entre le 6 et le 19 juillet, cinquante-neuf établissements accueillant des personnes âgées ont déclaré au moins un nouveau cas confirmé de Covid-19 parmi les résidents, mais aussi les personnels. Ces signalements s’observent dans des régions épargnées jusqu’ici. Mais les Ehpad s’estiment désormais armés pour affronter une éventuelle deuxième vague. Pourtant, on commence à peine à mesurer l’effet du confinement sur les patients : amaigrissement et affaiblissement qui a de nombreuses conséquences en terme de perte d’autonomie, de nombreux patients ont perdu la possibilité de marcher ou de se nourrir seuls parce que sans la vigilance de leurs proches, ils se retrouvent définitivement en fauteuil roulant ou nourri avec une assistance alimentaire, sans parler des pertes cognitives qui s’avèrent aussi définitives.

#1333 vu sur lemonde.fr

Corse, Lucciana : trois véhicules ont été incendiés au domicile d’un couple d’agents de la prison de Borgo

Corse, Lucciana. Trois véhicules ont été incendiés au domicile d’un couple d’agents de la prison de Borgo. Trois véhicules d’agents pénitentiaires avaient déjà été incendié à la prison début juillet. Suite à la fouille de plusieurs cellules au cours de laquelle des téléphones et des bouteilles de champagne ont été saisis après une fête d’anniversaire, le contexte est très tendu. Le directeur aurait aussi reçu une lettre de menaces et des tags ont été découverts sur la façade de la prison, visant nominativement deux agents et les incitant à partir.

#1328 vu sur lefigaro.fr

France, Aubervilliers : à la demande de la mairie pour satisfaire des riverains mécontents, 2013 migrants ont été évacués par la force du campement installé au bord du canal, des gymnases ont été réquisitionnés en Seine Saint Denis

France, Aubervilliers. 2013 migrants ont été évacués par la force du campement installé à Aubervilliers au bord du canal. Cette opération de “mise à l’abri” (certains bénéficieront de quelque nuits d’hébergement temporaires…) a été demandé par la nouvelle maire de la ville : « Cela fait partie des dossiers dont j’ai hérité et j’ai très rapidement alerté le préfet sur cette situation car il fallait mettre fin à cette situation humaine dramatique, explique-t-elle. Avec l’épidémie de Covid qui reprend, les règles sanitaires n’étaient pas respectées. Et on ne peut pas se satisfaire de voir 2 000 personnes sous des tentes, avec ces épisodes de chaleur. » Ces dernières semaines, de nombreux riverains s’étaient plaints de la croissance exponentielle du campement, et des conditions d’hygiène sur place. En Seine-Saint-Denis, des gymnases ont été réquisitionnés pour quatre semaines sur les communes de Tremblay‑en‑France, Livry-Gargan, Neuilly-Plaisance et Gagny, pour établir un recensement des migrants et un examen rapide de leur situation. Le maire de Tremblay-en-France retrouve une rhétorique digne du PCF à propos des bidonvilles dans les années 60 : « Je constate que les gymnases sont réquisitionnés principalement dans les villes populaires du nord et de l’est de la région parisienne, c’est-à-dire les villes qui assurent déjà l’essentiel des efforts de solidarité envers les publics les plus fragiles. », rhétorique qui contribue au racisme ambiant en constituant l’accueil des migrants en “problème”. Des bus sont aussi partis en direction des autres départements de la région, dont Paris. Fin mars, un premier camp d’environ 500 personnes avait été évacuées par les forces de l’ordre avant de se reformer début mai.

#1345 vu sur actu.fr

France, Condom : une employée de lME de Moussaron “Terre d’Envol”, qui avait été licenciée parce qu’elle avait dénoncé à l’ARS en 2013 des maltraitances sur les enfants et jeunes adultes handicapés gagne son recours

France, Condom (Gers). Une employée de l’Institut Médico Educatif de Moussaron “Terre d’Envol”, qui avait été licenciée parce qu’elle avait dénoncé à l’ARS en 2013 des maltraitances sur les enfants et jeunes adultes handicapés résidant dans ce centre, gagne aujourd’hui son recours. Elle avait été licenciée pour inaptitude. Des images étaient alors sorties dans la presse, montrant des enfants enfermés dans des box vitrés dépourvus de poignée intérieure, des adolescents faisant leur toilette ou allant aux toilettes en présence d’autres résidents du centre. La personne qui a dénoncé ces abus de pouvoir était employée en tant qu’aide médico-psychologique. L’ARS, après enquête, avait de fait relevé des manquements graves dans l’accueil de ces enfants et jeunes adultes, évoquant notamment un non-respect de la dignité, de l’intimité et du bien-être physique et psychologique s’apparentant à de la maltraitance institutionnelle. Licenciée en 2014 pour inaptitude la salariée avait déposé un recours auprès du tribunal des prud’hommes, mais l’affaire n’avait été examinée qu’en 2019 et elle avait alors été déboutée de sa demande. Mais la cour d’appel d’Agen vient de reconnaître que le licenciement n’avait pas de causes réelles et sérieuses et que l’IME aurait dû mettre en place une cellule de soutien psychologique pour aider les employés à faire face à ces situations (sic !). En janvier 2020, 7 anciens dirigeants de l’IME Moussaron ont aussi été mis en examen pour harcèlement moral.

#1295 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France : face à la recrudescence de cas positifs détectés, en particulier chez les 20-45 ans, le premier ministre réaffirme que “Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général.”

France. Face à la recrudescence de cas positifs détectés, en particulier chez les 20-45 ans, le premier ministre réaffirme que “Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général.”, en cohérence avec les préconisations du conseil scientifique covid19 du 2 juin. Pour éviter d’avoir à bloquer le travail de la plupart des habitants, la plus grande fermeté est prévue pour circonscrire les “clusters”. Plusieurs bars où des clients ont pu danser ont déjà été fermés administrativement pour deux mois, en particulier sur la presqu’île de Quiberon. Si reconfinement il doit y avoir, “ce peut être des reconfinements très localisés”, affirme Jean Castex. Des quarantaines administratives strictes sont donc à prévoir.

#1302 vu sur francetvinfo.fr

France, Nice : suite à des fusillades en plein jour liées au trafic de drogue, le premier ministre annonce un plan pour durcir la répression des usagers et pour renforcer les pouvoirs de la police municipale qui visent à être généralisés

France, Nice. Le premier ministre a annoncé à Nice, après des fusillades en plein jour liées au trafic de drogues selon les autorités, un plan pour durcir la répression des drogues et pour renforcer les dispositifs policiers et judiciaires en France. La forfaitisation des délits de stupéfiants sera généralisée à la rentrée : une sanction immédiate (une amende forfaitaire de 200 euros) pourra être appliquée en cas de flagrant délit d’usage de produits stupéfiants (n’importe quelle drogue). L’amende, si elle est réglée sous quinze jours, est minorée à 150 euros. Au-delà de 45 jours, le contrevenant devra s’acquitter d’une majoration fixée à 450 euros. Jean Castex a déclaré “nous allons renforcer les moyens de la police et de la gendarmerie, mais tout autant de la justice qui a trop longtemps été délaissée”, annonçant dès la fin de l’année 2020, la création de “150 emplois” “pour renforcer la justice de proximité”. Quant au niveau local lié à la ville de Nice, des policiers supplémentaires y seront affectés, les pouvoirs de la police municipale seront élargis (dans un cadre qui sera fixé plus tard par les ministres de l’intérieur et de la justice), l’hôtel de police sera réaménagé et une nouvelle prison de 650 places sera construite.

#1285 vu sur francetvinfo.fr

France, Janzé : un couvre-feu pour les mineurs est mis en place jusqu’au 31 décembre, pendant les vacances, les week ends et les jours fériés

France, Janzé (lIle et Vilaine). Un couvre-feu a été mis en place jusqu’au 31 décembre, pendant les vacances, les week ends et les jours fériés, pour les mineurs entre 23 h et 6 h du matin. La mesure a été prise par arrêté municipal pour lutter contre ” des faits de délinquance constatés part la gendarmerie” en plusieurs points de la ville, les dégradations étant chiffrées à 30 000 € pour l’année dernière. Cette année, les dégradations n’ont pas encore atteint le même niveau. « Mais on préfère anticiper, assure l’élu. Un bâtiment communal a été dégradé la semaine dernière. On a réparé et depuis l’arrêté, il a de nouveau été dégradé… » Un mineur en infraction avec cet arrêté sera reconduit à son domicile et ses parents du mineur concerné pourront faire l’objet de poursuites pénales.

#1280 vu sur ouest-france.f

France, Rouen : le conseil métropolitain annonce l’installation d’un système de vidéo-protection par analyse des comportements dans vingt bus circulant le soir et la nuit, en affirmant qu’il s’agit de protéger les femmes des agressions

France, Rouen. Le premier conseil métropolitain de Rouen vient de décider l’installation d’un système de vidéo-protection dans vingt bus circulant le soir et la nuit. Ces caméras, expérimentées sur un période de trois ans, alertent les services de police dès lors que les images montrent des “comportements anormaux”. Leur mise en place est supposé contribuer à “assurer la sécurité des femmes”. « Il s’agit de prévenir concrètement le harcèlement, jusqu’à l’acte le plus grave, l’agression », explique Myriam Mulot, vice-présidente en charge de la lutte contre les discriminations, de l’égalité homme/femme et du handicap à la Métropole. Le dispositif inclut un matériel de pointe, avec détection automatique de mouvements, visualisation en temps réel des situations à risque et retransmission instantanée au poste de commandement centralisé du réseau Astuce. Dans les véhicules, des “capteurs d’incivilité” (sic), par exemple, lanceront une alerte si le niveau sonore est trop élevé et une caméra intelligente détectera les objets abandonnés. La Métropole Rouen Normandie déboursera 254 000 euros pour cette expérimentation.

#1279 vu sur actu.fr

France : le gouvernement impose le test systématique des voyageurs à l’arrivée s’ils proviennent d’une liste de 16 pays, les personnes positives seront enfermées administrativement sous statut de quatorzaine


France. Face à la hausse constatée du nombre de cas de covid dans plusieurs pays (dont la France), le gouvernement met en place une mesure de tests systématiques des voyageurs provenant d’une liste de 16 pays considérés comme “à risque”, à leur arrivée sur le territoire. On trouve dans la liste les États-Unis, les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Panama, l’Afrique du Sud, le Koweït, le Qatar, Israël, le Brésil, le Pérou, la Serbie, l’Algérie, la Turquie, Madagascar, l’Inde et Oman. Le cas du Maroc est encore en discussion. Les aéroports sont donc dotés de nouvelles structures permettant plusieurs milliers de tests par jours. Les personnes testées positives seront soumises aux mesures de quatorzaine prévues dans les dispositifs législatifs du déconfinement, c’est-à-dire enfermés administrativement le temps estimé de la contagion, avec l’intervention d’un JLD pour un prolongement au delà de 15 jours.

#1284 vu sur paris-normandie.fr

Pologne, Varsovie : des milliers de personnes manifestent contre la décision annoncée par le gouvernement de retirer la signature de la Pologne du traité européen sur les violences faites aux femmes

Pologne, Varsovie. Des milliers de personnes manifestent contre la décision annoncée par le gouvernement de retirer la signature de la Pologne du traité européen sur les violences faites aux femmes, parce que le texte irait à l’encontre des droits des parents en demandant aux écoles d’enseigner l’égalité homme-femme. Adopté en 2011 par le Conseil de l’Europe, ce texte connu sous le nom de “convention d’Istanbul” (version pdf) se donne comme objectif de prévenir les violences sexistes. La Pologne a signé ce traité en 2012 puis ratifié, trois ans plus tard, la Convention d’Istanbul. Les manifestants considèrent que retirer cette signature, c’est légalisr les violences domestiques.

#1287 vu sur francetvinfo.fr

France, Paris : une plainte pour “délaissement de personnes vulnérables” dénonce le choix de laisser les malades mourir chez eux ou dans les structures où ils vivent

France, Paris. Une plainte criminelle pour « délaissement » de personnes vulnérables a été déposée à Paris par vingt-huit proches de victimes décédées du Covid19 soutenus par l’association Coronavictimes, mettant en cause la gestion de la crise sanitaire. C’est la première plainte criminelle déposée à ce sujet. Cette plainte s’appuie sur plusieurs cas concrets. – Un enseignant trentenaire, souffrant de dépression, a été contraint d’appeler une demi-douzaine de fois le SAMU en une semaine avant de parvenir à être hospitalisé et sera immédiatement placé en réanimation puis mourra très vite une fois son transfert à l’hôpital obtenu. Le SAMU lui avait répondu : « Les gens qui sont vraiment en grande détresse, en gêne respiratoire, ils parlent beaucoup moins bien » pour justifier de ne pas se déplacer. – Un couple de septuagénaires dans un Ehpad. La femme tente désespérément d’alerter le personnel sur l’état de son mari. L’établissement, jugeant son attitude « alarmiste » et « nuisible », propose de la renvoyer chez ses enfants pour la « séparer » de son époux. La famille finit par obtenir, de haute lutte, l’hospitalisation du vieil homme, atteint du Covid, puis de la femme, également malade. Les deux finissent par en mourir, à quinze jours d’intervalle. – Une nonagénaire autonome, en Ehpad, présente de graves symptômes du Covid-19. Son fils demande instamment l’hospitalisation. Une infirmière sollicite le SAMU et s’entend dire : « Elle a 93 ans, c’est ça ? (…) Donc elle ne sera pas hospitalisée. (…) Il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas, mais elle n’ira pas aux urgences. (…) Il faut contacter le médecin, qu’il vous donne des consignes pour qu’elle évolue dans le confort. » Dix autres épisodes qui illustre la gestion de la pénurie hospitalière et l’absurdité administrative sont consignés dans la plainte contre X avec constitution de partie civile pour « délaissement ayant provoqué la mort », « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner », « discrimination » et « entrave aux soins ». « En raison de leur âge, de leur isolement ou de leur condition physique ou psychique préexistante, ces treize personnes n’ont pas eu accès à des soins adaptés qui auraient pu les sauver », explique Me Anaïs Mehiri, l’avocate qui a déposé cette plainte collective.” Les plaignants dénoncent une « stratégie » consistant, selon eux, à « laisser les personnes souffrantes à leur domicile ou dans une structure d’accueil [Ehpad] jusqu’à ce qu’elles atteignent un état de santé critique ».

#1331 vu sur lemonde.fr

France, Strasbourg : un petit avion de la PAF est désormais utilisé pour lutter contre les rodéos urbains, en plus de la vidéosurveillance et des policiers déployés sur le terrain

France, Strasbourg. Un appui aérien est désormais utilisé pour lutter contre les rodéos urbains. Aux déploiements policiers et à la vidéosurveillance s’ajoute donc maintenant un petit avion pour repérer les contrevenants. Depuis le déconfinement, la police nationale dit constater une augmentation des signalements de rodéos urbains. Depuis la mi-mai, plusieurs interventions ciblées ont eu lieu en plus des signalements de riverains pour à identifier les amateurs de wheeling. Vendredi 17 juillet, pour sa treizième opération d’envergure sur cette question depuis le déconfinement, la police strasbourgeoise a utilisé pour la première fois un appui aérien de la police aux frontières (PAF), en plus d’une quarantaine de policiers de la formation motocycliste urbaine départementale (FMUD), des unités de sécurisation (US) et des brigades anticriminalité (BAC) déployés au sol. « Cela nous permet d’avoir une hauteur de vue, c’est un peu de la 3D », apprécie la directrice. Le tout se déroule en lien avec les opérateurs du centre de supervision vidéo de l’Eurométropole. « La vidéosurveillance nous permet d’avoir un signalement précis du contrevenant et sa localisation. L’avion nous donne la possibilité de voir où il s’est réfugié, afin de diriger efficacement les effectifs déployés sur le terrain et de l’intercepter en toute sécurité ». Les techniques d’interpellation sont adaptées au délit : “Lorsque les jeunes se montrent hostiles, on préfère différer les interpellations. Grâce à la vidéo, aux réseaux sociaux et aux renseignements, on dispose d’assez d’éléments pour les confondre par la suite. »

#1277 vu sur dna.fr

France, Bordeaux : des tirs de mortier et des jets de pierre ont visé avec succès un véhicule de police, cinq personnes auraient été interpellées et deux policiers blessés

France, Bordeaux. Des tirs de mortier et des jets de pierre ont visé avec succès un véhicule de police, Cinq personnes auraient été interpellées et deux policiers blessés (brûlures aux jambes et aux poignets). “On est vraiment monté d’un cran sur notre belle ville de Bordeaux”, dénonce le secrétaire régional du syndicat Unité SGP Police de la Nouvelle-Aquitaine. Il demande au ministre de l’intérieur d’envoyer des renforts à Bordeaux.

#1275 vu sur www.francetvinfo.fr

France : avant la fin du mois vont entrer en vigueur les mesures de sûreté pour les détenus condamnés pour infraction terroriste ayant purgé leur peine

France. Les mesures de sûreté pour les personnes condamnées pour une infraction rentrant dans le cadre du terrorisme ayant purgé leur peine de prison vont entrer en vigueur avant la fin du mois. Les détenus feront l’objet d’une évaluation à l’approche de leur sortie de prison, et des mesures restreignant leur liberté peuvent être prises à leur encontre pendant 10 ans après la fin de leur peine en fonction des résultats de cette évaluation. La loi sera définitivement adoptée le 27 juillet et les décrets d’application devraient être promulgués dans la foulée. Il s’agit de préparer le système judiciaire à la sortie de prison de 150 détenus condamnés pour terrorisme d’ici à 2022, car selon les “experts” en la matière, « les personnes condamnées pour des faits de terrorisme n’échappent pas au risque de récidive généralement estimé, toute infraction confondue, à 40 % dans les cinq ans suivant la sortie de prison ». La justice pourra donc ordonner des mesures de restriction de la liberté d’une personne pendant dix ans (assignation à résidence, pointage, bracelet électronique par exemple) non pas en raison d’actes commis, mais d’une évaluation de la “dangerosité” future d’un individu. Il s’agit d’une forme de justice assurancielle et proactive, dite “justice préventive”. Alors que les avocats s’entendent globalement pour dénoncer ce changement de paradigme autour de la notion de “dangerosité”, le nouveau ministre de la justice et ancien avocat affirme que sa conception de la rétention de sûreté pour les terroristes est “en cheminement”, et qu’il préfère de telles mesures à une surveillance classique par les services de renseignement “dans des conditions attentatoires aux libertés”.

#1264 vu sur www.lemonde.fr

France, Montpellier : deux squats ont été expulsés par la police, le centre social Bonnard, avec 51 personnes dont 5 mineurs, ainsi qu’un squat connu sous le nom de “Casa del Sol”


France, Montpellier. Deux squats ont été expulsés par la police. Le squat du centre social Bonnard, avec 51 personnes dont 5 mineurs, ainsi qu’un squat connu sous le nom de “Casa del Sol”, installé depuis plusieurs mois dans une bâtisse historique de la rue du Faubourg-Saint-Jaumes, moins de trois semaines après le squat de la Soucoupe. Le plus gros squat de Montpellier, dans un ancien centre de vaccination d’Euromédecine, occupé depuis janvier 2019 par 100 à 200 sans-papiers, est lui aussi sous la menace d’une expulsion qui avait été annoncée pour le 21 juillet 2020

#1262 vu sur midilibre.fr

France : le chiffrage des décès du Covid en France est en cours, les notions de “surmortalité” et “d’effet moisson”en disent long sur la manière dont on se représente la mort et la vie…

France. Le chiffrage des décès du Covid en France est en cours. C’est une opération complexe qui en dit long sur la manière dont on considère aujourd’hui la vie, la mort, et dont on opère toutes sortes de tri pour gérer la réalité et les représentation du passage de l’une à l’autre. Santé Publique France estime entre 25.000 et 30.000 le nombre de décès liés au Covid-19 entre le 2 mars et le 31 mai 2020, ce qui donnerait une hausse de 60% de la mortalité au pic de l’épidémie. Se pose d’abord le problème de la comptabilisation des morts à domicile et d’une partie de ceux des Ehpad qui dépendent de la cause indiqué par le médecin et qui, en l’absence de tests, est longtemps resté aléatoire. Pour obtenir ces chiffres, Santé Publique France se base sur ce que l’on appelle la hausse des décès attendus. En clair, l’agence se base sur le nombre de décès moyen des années précédentes sur une période donnée, et compare ce chiffre avec le nombre de décès en France en 2020 pendant la même période. Du 2 mars au 31 mai 2020, il y a ainsi eu entre 25.000 et 30 000 décès supplémentaires, par rapport à la moyenne des années précédentes entre ces mêmes dates. Ainsi il s’agit d’évaluer parmi les morts du Covid, combien seraient morts de toutes manières d’autre chose, comme si c’était pareil… De plus on déduit aussi ce qui est appelé “l’effet moisson”, qui concernent les personnes “déjà fragilisées”, qui seraient mortes de toutes manières mais un peu plus tard, et auxquelles le Covid n’aurait enlevé qu’un peu de vie, moissonnés un peu plus tôt, donc… Il s’agit donc d’évaluer une “sur mortalité” par rapport à ce qui aurait dû se passer sans le Covid. Les calculs peuvent donc aller jusqu’à pendre en compte les personnes qui auraient dû mourir mais ne sont pas mortes “grâce au Covid”, par exemple les accidents de la route qui ont mathématiquement baissé en lien avec l’absence de circulation liée au confinement. Avec cette dernière mesure, on passe complètement du côté du décompte assuranciel puisqu’il ne s’agit plus de compter combien de personne sont mortes du virus, mais d’élaborer un chiffre supposé représenter une réalité (?) à partir de logiques de risque, appliquées au passé et non plus à la prévision de l’avenir. Toujours est-il qu’il faudra plusieurs mois pour affiner de tels calculs.

#1347 vu sur des sources diverses

France : le ministère de l’intérieur envoie un mail aux préfectures précisant les 28 pays vers lesquels il est envisageable d’expulser des personnes, dont les USA et le Brésil, les 2 pays les plus touchés par le COVID19

France. Le ministère de l’intérieur envoie un mail aux préfectures précisant les 28 pays vers lesquels il est envisageable d’expulser des personnes, dont les USA et le Brésil, les 2 pays les plus touchés par le COVID19. On y trouve aussi l’Egypte, la Turquie, l’Algérie et le Maroc, ainsi que la Tunisie même si cette dernière ne délivre pas de laissez-passer ce qui implique que les migrants doivent être “volontaires” pour se faire expulser. Dans une situation où malgré la réouverture des frontières le trafic aérien est encore compliqué par des restrictions diverses, les centres de rétentions continuent de se remplir et se retrouvent dans des situations sanitaires catastrophiques, sans compter la situation kafkaïenne des “dublinés” que l’Espagne et l’Italie continuent à refuser pour cause de pandémie.

#1272 vu sur canard enchainé

France, Calais : suite à plusieurs opérations de “mises à l’abri”, c’est à dire d’expulsion des campements, beaucoup de migrants n’ont plus accès à l’eau potable ou aux distributions de repas

France, Calais. Suite à plusieurs opérations de “mises à l’abri”, c’est à dire d’expulsion des campements, beaucoup de migrants n’ont plus accès à l’eau potable ou aux distributions de repas depuis le démantèlement du camp des Dunes le 10 juillet. Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, plusieurs associations alertent sur la dégradation des conditions de vie pour les migrants présents à Calais, en particulier en période de pandémie. Le nombre de migrants à la rue serait d’au moins 1200 soit le double de l’an dernier. Les autorités contestent ce constat et se vante d’avoir mis en place un service de bus pour conduire les migrants dans un lieu où ils peuvent se doucher. Ce service est proposé à raison de deux bus, cinq jours par semaine, afin d’acheminer les migrants par groupe de 14 maximum jusqu’aux douches situées à l’autre bout de la ville.

#1270 vu sur www.infomigrants.net

France : des “systèmes d’armes létaux autonomes” (SALA) pour l’armée autrement appelés “robots tueurs” ont été présentés dans un rapport parlementaire

France. Deux députés présentent un rapport parlementaire sur les SALA, les “systèmes d’armes létaux autonomes” autrement appelés “robots tueurs” dans l’armée. L’intelligence artificielle est de plus en plus présente sur les champs de batailles, comme dans les interventions de police. Opérationnellement il y a peu de chances que ces “robots tueurs” existent prochainement, “même si technologiquement, on pourrait y arriver dans un temps relativement bref”, explique un responsable du rapport mais pour le moment, “on n’est pas toujours capable de faire le cheminement qu’a fait la machine et d’expliquer pourquoi elle a réussi à trouver tel résultat” (en terme d’identification de la cible de tir par exemple). Les rapporteurs se veulent rassurants : il faut donc que le chef militaire puisse “reprendre la main sur une machine à tout moment, afin de lui donner de nouveaux ordres, d’annuler des ordres précédents ou encore de fixer de nouvelles règles, il y a là une règle fondamentale de l’engagement militaire”. Les rapporteurs estiment que la France doit pousser à une règlementation internationale très contraignante allant dans ce sens. Comme dans d’autres domaines la course entre grande puissance est en route, et la France compte visiblement bien s’inscrire dans le processus en finançant largement la recherche dans ce domaine.

#1268 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Meaux : un juge a récemment rejeté environ 80 demandes de permissions de sortie de détenus parce que deux cas de covid ont été identifiés dans la prison

France, Meaux. Un juge du tribunal judiciaire de Meaux a récemment rejeté environ 80 demandes de permissions de sortie de détenus de la prison de Meaux-Chauconin “au regard du contexte sanitaire actuel”. La raison serait l’identification de deux cas de Covid-19 parmi les détenus, qui n’ont par d’ailleurs toujours pas les moyens de se protéger du virus malgré l’obligation du port du masque dans les lieux fermés.

#1254 vu sur leparisien.fr

France, Toulouse : évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie, avec de prétendues “propositions de relogement” sous conditions de suivi social

France, Toulouse. Suite à l’évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie installé sur les bords de la Garonne, avec destruction des cabanes et des affaires des habitants qui se retrouvent sans rien, la mairie publie le communiqué suivant : “le mercredi 22 juillet 2020 à 8h00, les services de l’Etat et de la Ville de Toulouse ont procédé, en application d’une décision de justice, à l’évacuation du campement précaire installé sur les berges de la Garonne, propriété de la commune, dans le quartier d’Empalot. Tous les occupants se sont vus proposer une solution d’hébergement.” Quelques informations glanées dans la presse nous permettent de confirmer les doutes plausibles à la lecture de la propagande municipale : quelques familles (ménages avec enfants) ainsi que certains couples sans enfants (soit 11 personnes – 8 adultes et 3 enfants) se voient proposer une hébergement conditionné par un suivi social appelé “accompagnement global” “afin de favoriser leur inclusion socio-professionnelle”. Il est précisé que ce dispositif prévoit notamment l’apprentissage de la langue française et “l’accès aux droits, aux soins, à la scolarisation des enfants, à la formation et à l’emploi”. Les autres (familles et célibataires) se sont vu proposer une “solution” qui consiste en un hébergement d’urgence de quelques jours en fonction des places disponibles en hôtels sociaux… La préfecture de la Haute-Garonne et la mairie rappellent quand même face à toute cette “générosité” institutionnelle, que ” la réglementation prévoit que les ressortissants européens, restant sur le territoire national au-delà de 3 mois, doivent disposer de ressources propres pour satisfaire leurs propres besoins”, ce qui ajoute à la destruction du lieu de vie des personnes en question la menace de l’expulsion…

#1249 vu sur actu.fr

France, Paris : la moitié des livreurs sans papiers en lutte de Frichti pourraient obtenir la régularisation de leur situation en France, à condition d’occuper un emploi salarié dans les mois à venir…

France, Paris. Le conflit prend fin, après plus d’un mois de bataille, sur une bien maigre “victoire”. La moitié des livreurs sans papiers de Frichti pourraient obtenir la régularisation de leur situation en France, à condition d’occuper un emploi salarié dans les mois à venir. C’est l’engagement qu’ont obtenu les représentants des livreurs sans papiers, la CGT et un membre de la direction de Frichti qui étaient réunis pour l’annoncer à la presse. Environ la moitié des 200 travailleurs mobilisés vont donc entamer une procédure qui devraient les mener à une régularisation s’ils trouvent un emploi salarié, car une telle procédure impliquant des autoentrepreneurs n’existe pas pour le moment, et ce conflit est loin d’avoir régler cette situation. Les autres livreurs devraient être indemnisés par Frichti qui a abondé un fonds de solidarité. La start-up a aussi annoncé, par l’intermédiaire de son cofondateur Quentin Vacher, qu’elle allait embaucher quinze de ces livreurs en tant que salariés dans ses cuisines. Les participants aux négociations se disent plutôt satisfaits du résultat. Le Collectif des livreurs autonomes de Paris (Clap) souligne quant à lui qu’il laisse de côté au moins une quarantaine des livreurs qui ont été, selon lui, exclus injustement de la procédure avant la signature de l’accord. La CGT considère que ce sont des livreurs qui n’ont pas fait grève (sic) et que c’est donc normal qu’ils ne bénéficient pas du résultat.

#1273 vu sur www.liberation.fr

France, Guyane : suite à un appel syndical à la grève générale, une manifestation a eu lieu pour dénoncer les effets de gestion de crise sanitaire

France, Guyane. Suite à un appel syndical à la grève générale une manifestation a eu lieu pour dénoncer les effets de gestion de crise sanitaire qui touche particulièrement la Guyane, toujours sous couvre-feu. Les manifestants ont brandi des pancartes blanches barrées d’une croix rouge symbolisant les victimes de la Covid-19 (38 décès comptabilisés au 20.07.20). Des palettes ont été enflammées devant la façade de la préfecture.

#1269 vu sur www.franceguyane.fr

France, Monclar-de-Quercy (Tarn et Garonne) : le personnel d’un Ehpad se met en grève contre son directeur, dénonçant sa manière de traiter les salariés et les résidents

France, Monclar-de-Quercy (Tarn et Garonne). Le personnel de l’Ehpad des Trois lacs se met en grève contre son directeur qu’ils accusent de harcèlement à leur encontre. Les soixante salariés sont en grève. Ils dénonce sa manière de traiter les salariés mais aussi les résidents, le mépris qu’il exprime, parfois les insultes. Le personnel lui reproche aussi d’avoir détourné l’usage des caméras de sécurité, pour espionner les salariés en permanence, leur téléphonant chaque fois que quelque chose ne lui convenait pas. Les familles soutiennent cette protestation et considèrent que depuis la mise à pied du directeur le 3 juin le temps de l’enquête, la situation s’est quelque peu améliorée.

#1266 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Fort-de-France (Martinique) : un manifestant est violemment arrêté, frappé puis mis en examen pour violence sur des gendarmes lors d’une manifestation, il a dû être hospitalisé deux fois pendant sa GAV

Fort-de-France (Martinique). Un manifestant est violemment arrêté puis mis en examen pour avoir frappé des gendarmes lors d’une manifestation à Fort-de-France, l’Inspection générale de la Gendarmerie est saisie. Il a été blessé à la tête et a abondamment saigné comme le montrent des vidéos qui circulent en ligne. “Ils m’ont donné des coups à la tête, au dos, sur les bras, ils ont piétiné mes parties intimes, un des gendarmes qui a enfoncé son pouce dans mon œil alors que j’étais menotté. Je pleurais du sang ”, témoigne le jeune homme qui a dû être hospitalisé deux fois au cours de sa garde-à-vue et qui veut porter plainte.

#1274 vu sur www.ouest-france.fr

France, Dunkerque : le bâtiment d’une école maternelle a été détruit par un incendie volontaire

France, Dunkerque. Une école maternelle a été détruite par un incendie volontaire (d’après les premiers éléments d’enquête fournis par la presse) qui a ravagé l’un des bâtiment de 600 m2 d’un groupe scolaire de la ville. Le toit du bâtiment s’est effondré. L’incendie n’a fait aucun blessé.

#1242 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Lons-le-Saunier : deux personnes ont été condamnées à trois et quatre ans de prison ferme et à de lourds dommages et intérêts pour avoir attaqué au cocktail molotov une antenne-relais et tenté d’incendié un restaurant mac donald’s

France, Lons-le-Saunier. Deux personnes ont été très lourdement condamnées, à quatre ans et trois ans de prison ferme avec mandat de dépôt et à des dommages et intérêts très importants, pour avoir attaqué au cocktail molotov une antenne-relais dans le Jura français et tenté d’incendié un restaurant mac donald’s. D’après la presse, l’un d’eux a clairement revendiqué son opposition à la 5G parce qu’elle nuit à l’environnement.

#1241 vu sur www.rts.ch

France, Yvelines : depuis le 14 juillet, les policiers ne cessent pas d’être pris à partie et visés, eux_mêmes ou les commissariats, par des tirs de mortiers d’artifice

France, Yvelines. Les policiers continuent à être pris à partie et visés, eux_mêmes ou les commissariats, par des tirs de mortiers depuis le 14 juillet, par exemple à Mantes-La-Jolie ou au commissariat de Meaux. Un jeune garçon de 17 ans a été interpellé à Bois d’Arcy.

#1243 vu sur leparisien.fr

France, Roanne : un détenu de 27 ans, enfermé au quartier disciplinaire, s’est suicidé en mettant le feu à son matelas ; les suicides sont sept fois plus nombreux en quartier disciplinaire.

France, Roanne. Un détenu de 27 ans du centre de détention de Roanne, qui était enfermé dans le quartier disciplinaire, s’est suicidé dans la nuit de ce vendredi à samedi. Il a mis le feu à son matelas et est mort suite à l’inhalation des fumées, aux alentours de minuit à l’hôpital. Dans les quartiers disciplinaires des prisons, les personnes détenues n’ont droit à aucune activité, ni affaires personnelles. Elles sont placées dans des cellules de 5 à 6 m2, avec pour seul équipement, des WC non cloisonnés, une tablette et un lit scellé au sol, et ne peuvent en sortir qu’une heure par jour pour se rendre dans une petite cour de promenade surplombée de grillage. Selon l’OIP, les suicides sont sept fois plus nombreux en quartier disciplinaire qu’en détention normale.

#1213 vu sur www.francebleu.fr

France : le 20 ou 21 juillet, le port du masque sera obligatoire dans tous les établissements clos recevant du public, mais pas sur les lieux de travail qui fixent leurs propres règles sur la question

France. Le décret rendant obligatoire le port du masque dans tous les établissements clos recevant du public entrera en vigueur la semaine prochaine, lundi 20 ou mardi 21 juillet. Il ne sera par contre pas obligatoire sur les lieux de travail, qui fixent leurs propres règles là-dessus. S’agissant des mesures répressives pour encadrer cette obligation, c’est le ministère de l’intérieur qui doit s’en charger, en discussion avec les préfets, dont certains ont déjà mis en place de tels dispositifs. Si les moyens de contrôle ne sont pas encore précisés, le montant de l’amende en cas de non-respect devrait être identique à celui prévu pour les transports, c’est-à-dire 135 euros.

#1212 vu sur www.lemonde.fr

France, Mattaincourt : 30 cas de Covid-19 ont été détectés dans la maison d’accueil spécialisée (MAS) qui accueille des patients qui ont des troubles psychiatriques, la quarantaine se déroule dans l’établissement

France, Mattaincourt (Vosges). Trente cas de Covid-19 ont été détectés la semaine dernière dans la maison d’accueil spécialisée (MAS) de Mattaincourt,, qui accueille des patients qui ont des troubles psychiatriques. Des premiers signes de Covid-19 sont apparus en début de semaine. Les 40 résidents ont fait des tests PCR mercredi et jeudi. 22 d’entre eux sont contaminés par le coronavirus. Tous les résidents sont enfermés dans leur chambre, y compris les personnes contaminées qui sont maintenues dans l’établissement. Au début de la pandémie, on se rappelle que les circulaires du Ministère de la Santé et de la Solidarité précisaient justement que les cas de Covid-19 dans des structures psychiatriques type maisons d’accueil devaient le plus possible y être maintenus (et donc non transférés à l’hôpital). Pourtant, une partie du personnel de cette maison d’accueil, qui a aussi été contaminée (8 personnes) est par conséquent absente de l’établissement sans qu’il y ait eu de remplacement immédiat.

#1237 Source .francebleu.fr

Israël, Tel Aviv, Jérusalem : des manifestations rassemblent à nouveau des milliers de personnes contre le gouvernement et sa gestion de la pandémie, des affrontements ont lieu avec les forces de l’ordre

Israël, Tel Aviv, Jérusalem. Des manifestations rassemblent à nouveau des milliers de personnes pour dénoncer la corruption du gouvernement et la gestion de la pandémie de Covid-19 et de ses conséquences. Les affrontements avec les forces de l’ordre se multiplient et l’utilisation du canon à eau contre les manifestants est récurrente. De nouvelles restrictions ont été imposée face à la résurgence de l’épidémie. Pour “éviter un confinement général”, les autorités ont annoncé vendredi que la plupart des commerces non essentiels et lieux publics seraient fermés le week-end jusqu’à nouvel ordre, alors que les restaurateurs venaient à peine de refaire leur stock suite à la promesse d’une réouverture durable. L’incohérence des déconfinements et reconfinements cause un fort mécontentement, comme la mesure de fermeture des restaurants et bars alors qu’ils ne servaient déjà qu’en terrasse et que, d’après des épidémiologistes locaux, les foyers de contamination se trouvent plutôt dans les collèges, rouverts trop vite, les salles des fêtes et, désormais, les maisons et appartements des «familles nombreuses» (comprendre les ultra-religieux). Le taux de taux de chômage a fortement augmenté ces derniers mois, dépassant les 20%. A ce jour, Israël a officiellement enregistré plus de 49.000 contaminations et 400 décès. A la critique de la politique de gestion des conséquences économiques de la pandémie s’ajoutent les protestations contre le traçage des contamination par la sécurité intérieure qui utilise ses anti-terroristes pour identifier et tracer les personnes contaminées. En plus des moyens de contrôle que ces mesures renforcent, elles sont dénoncées comme globalement inefficace du point de vue de l’avancée de l’épidémie.

#1248 vu sur liberation.fr

France, Aubervilliers : plus d’un millier de migrants campent sur les berges du canal Saint Denis, plusieurs cas suspect de Covid ont été détectés

France, Aubervilliers. Plus d’un millier de migrants campent sur les berges du canal Saint Denis. La semaine dernière, plusieurs cas suspect de Covid ont été détecté dans une situation particulièrement favorable à une contamination massive. L’association humanitaire pro-migrants Utopia 56 demande un dépistage de masse et des mesures sanitaires. La question devient vite de savoir comment un tel “cluster” éventuel serait traité et quelles mesures répressives seraient prises dans le cadre d’une mise en quarantaine. Le 5 juin dernier, l’Etat a été condamné à distribuer masques et gels hydroalcoolique. C’est la Croix Rouge, assistant gestionnaire de l’Etat pour les toutes formes d’enfermement administratif depuis des décennies, qui est supposé se charger des distributions, et sur place aucun masque n’est disponible et les migrants disent n’avoir eu aucune information à ce sujet. Depuis plusieurs jours, les associations sont obligées de distribuer « des petits-déjeuners en portion individuelle sous plastique », pour limiter les contacts entre les migrants

#1228 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Nanterre : plusieurs mises en examen et des détentions provisoires suite aux affrontements et incendies qui ont eu lieu dans les nuits du 13 au 15 juillet dans les Hauts-de-Seine

France, Nanterre. Le parquet de Nanterre annonce plusieurs mises en examen et placements en détention provisoire suite aux affrontements et incendies qui ont eu lieu dans les nuits du 13 au 15 juillet dans les Hauts-de-Seine (à Nanterre, La Garenne Colombes, Villeneuve La Garenne, Suresnes et Châtenay-Malabry). Un mineur de 17 ans déjà connu de la justice a été mis en examen et placé en détention provisoire pour “destruction par un moyen dangereux pour les personnes” et “participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou de dégradations ou de destructions de bien”, suite à l’incendie d’un bus RATP à Nanterre. Cinq déferrements ont été décidés pour cinq personnes (trois mineurs de 14 à 16 ans, et deux majeurs placés en détention provisoire) suite à l’incendie d’un abribus et de poubelles, et jets de mortier à la Garenne-Colombes. Trois autres prévenus ont été condamnés à huit mois de prison avec mandat de dépôt et placement sous bracelet électronique suite au caillassage de deux bus vides et stationnés de la RATP à Châtenay-Malabry, ainsi qu’à des jets de projectiles et des tirs de mortiers. A Suresnes, l’incendie d’un bus de la RATP avait également eu lieu, avec des tirs de mortiers. Neuf gardes à vue ont été levées ; l’enquête, confiée à la Sûreté Territoriale des Hauts-de-Seine, est encore en cours. A Villeneuve-la-Garenne, une barricade en feu et des jets de projectiles sur les forces de l’ordre ont conduit au déferrement d’un jeune de 13 ans pour “participation à un attroupement armé”.

#1227 vu sur www.francebleu.fr

France, Landes : des saisonniers, la plupart d’origine colombienne, travaillant sans contrats, saisissent l’Inspection du Travail et dénoncent les cadences, les conditions de logement et les violences verbales qu’ils subissent.

France, Landes. Des saisonniers, la plupart migrants (notamment depuis la Colombie) travaillant dans une exploitation de carottes des Landes (les Fermes Larrère à Liposthey) saisissent l’Inspection du Travail et dénoncent les cadences, les conditions de logement et les violences verbales qu’ils subissent. Pas de draps, pas de douche, de toutes petites chambres sales, des toilettes pleines de boue, des journées de travail de 12 heures en plein soleil, sans pause, avec des insultes. Ils sont employés sans contrat de travail, le seul contrat étant antidaté et envoyé a posteriori, une fois qu’ils sont de retour en Colombie. En pleine période de pandémie, les exploitations agricoles ressemblent véritablement à des camps de travail où les saisonniers peuvent être maintenus confinés, alors même qu’ils sont souvent logés dans des conditions précaires et que jusqu’à maintenant deux de ces lieux de travail et d’enfermement dans les Landes ont été identifiés comme des “clusters” (à Parentis-sur-Born et à Ychoux).

#1286 vu sur francebleu

France, Royaume Uni : la marine anglaise teste l’utilisation de filets pour piéger les migrants dans la Manche, pour stopper les embarcations de fortune venant de France

France, Royaume Uni. La marine anglaise teste l’utilisation de filets pour piéger les migrants dans la Manche alors que les traversées sont très nombreuses depuis la fin du confinement. Des navires militaires ont travaillé avec la UK Border Force en mai et juin pour mettre au point des techniques pour stopper les embarcations de fortune venant de France. Plus de 2 750 migrants auraient ainsi atteint le Royaume-Uni de cette année, dont 90 qui seraient arrivés à Douvres pour la seule journée du 15 juillet. L’angleterre met en cause l’efficacité répressive des autorités françaises.

#1222 vu sur www.fr24news.com

France, Villepinte : des détenus déposent plainte suite au décès de l’un d’entre eux qui est mort dans l’incendie de sa cellule faute d’une intervention suffisamment rapide

France, Villepinte. Des détenus inquiets pour leur sécurité déposent plainte suite au décès de l’un d’entre eux dans l’incendie de sa cellule. Ils sont onze à avoir signé un texte dans lequel ils racontent leur sentiment d’insécurité, après l’incendie. Ils racontent avoir senti l’odeur du corps qui brûle et entendu ses cris, impuissants, alors que d’après plusieurs détenus, les secours auraient mis une heure à intervenir. L’alarme incendie ne se serait pas déclenchée dans le bon bâtiment. Une plainte contre X a été déposée pour “non-assistance à personne en danger” et “mise en danger de la vie délibérée d’autrui”. Deux autres plaintes devraient êtres déposées, dans les prochain jours. Le tribunal administratif de Montreuil a rejeté mercredi la requête des avocats. Il estime que le ministère de la Justice a apporté des garanties suffisantes sur la sécurité incendie de la maison d’arrêt. La direction interrégionale des services pénitentiaires confirme que “la commission incendie concernant la maison d’arrêt de Villepinte a émis un avis favorable en juin 2020”. La version officielle valide l’intervention comme ayant eu lieu moins de 10 minutes après l’alerte, version que contestent les détenus mais aussi certains membres du personnel, et un document confirme que les pompiers sont arrivés dans le bon bâtiment alors que le feu était déjà éteint, et le détenu déjà décédé.

#1217 vu sur www.francebleu.fr

France, Saint-Denis : le directeur du centre de loisirs de Gutenberg ainsi que quatre animateurs ont été licenciés pour avoir maltraité une petite fille de deux ans, et pour la diffusion de la video qui filmait la maltraitance

France, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). La mairie a destitué le directeur du centre de loisirs de Gutenberg ainsi que quatre animateurs pour avoir maltraité une petite fille de deux ans. Les faits ont été découverts grâce à une vidéo qui circulait sur Snapchat où on voit un des animateurs, agacé par les pleurs de la petite fille qui ne s’endort pas pour la sieste, s’approcher d’elle et la pousser violemment contre le sol. Dans la même vidéo, d’autres comportements violents envers les enfants sont visibles, sans que les personnes ne soient identifiables.

#1224 vu sur www.lefigaro.fr

France, Alès : des véhicules ont été vandalisés, avec des vitres et pare-brises brisés, sur le parking fermé du palais de justice de la ville

France, Alès. Des véhicules ont été vandalisés, avec des vitres et pare-brises brisés, sur le parking fermé du palais de justice de la ville. Deux voitures de l’administration judiciaire ont été particulièrement visées, ainsi que différents objets se trouvant sur ce parking qui est situé à l’arrière du tribunal de la ville. Une enquête est en cours.

#1210 vu sur www.objectifgard.com

Chili, France, Grande Bretagne : des chiens sont entraînés pour détecter la présence du virus dans la transpiration ; des brigades canines”covidog” pourraient être déployées dans les gares et les aéroports dès le mois d’août

Chili, France, Grande Bretagne. La police chilienne a commencé à dresser des chiens pour repérer les malades du Covid-19 en détectant la présence du virus dans leur transpiration. Les chiens sélectionnés, trois golden retrievers et un labrador âgés de 4 à 5 ans, étaient jusqu’ici employés à rechercher des drogues, des explosifs ou des personnes disparues. Ce programme est né de la collaboration de la police nationale du Chili, les Carabineros et de spécialistes de l’Université catholique du Chili. Des initiatives similaires ont eu aussi en France et en Grande-Bretagne et les brigades canines anti covid pourraient être déployées dans les gares et les aéroports dès le mois d’août. En France, le CHU de Strasbourg associé au laboratoire des sciences de l’ingénieur, de l’informatique et de l’imagerie ainsi qu’à des chercheurs et virologues du CNRS ont lancé en mai le projet Covidog, dans le but de trouver des moyens “non invasifs et immédiat” de détecter le porteurs du virus. Il est développé grâce la startup strasbourgeoise Twistaroma, spécialiste de l’analyse des molécules organiques volatiles. Des expérimentations ont été aussi lancées fin mai à l’école vétérinaire de Maison Alfort, dans le Val-de-Marne, ainsi qu’en Corse. On peut imaginer ce que Covidog donnerait dans la réalité des contrôles une fois que les chiens seraient aux mains des policiers…

#1187 vu sur www.leparisien.fr

France, Montbéliard : la ville instaure un couvre-feu pour les mineurs dans le quartier de “la petite Hollande”, après les incendies de la nuit du 13 au 14 juillet

France, Montbéliard. La ville instaure un couvre-feu pour les mineurs dans un de ses quartiers, “la petite Hollande”, après des violences qui ont eu lieu dans la nuit du 13 au 14 juillet. Selon la presse, “une cinquantaine” de personnes “avec des cagoules” ont incendié dans la nuit sept voitures et plusieurs containers à poubelles. Un mineur a été interpellé pour outrages. Les forces de l’ordre, dont la présence avait été renforcée à la veille du 14-Juillet, ont également fait usage de flash-balls. Jusqu’au 31 juillet, les mineurs de moins de 16 ans “non accompagnés d’un adulte ayant autorité parentale”, n’ont plus le droit de sortir de chez eux entre 22 h et 07 h. Un arrêté similaire avait déjà été pris en juin.

#1207 vu sur www.ouest-france.fr

France : de nombreux incendies et tirs de mortiers d’artifices sur les policiers pour le 14 juillet, pas de chiffres officiels.

France. Ni la Place Beauvau ni la préfecture de police de Paris n’ont souhaité cette année encore communiquer le bilan chiffré des dégâts de la soirée et de la nuit du 13 au 14 juillet. Les bilans chiffrés des violences urbaines du 14 juillet, de noêl ou du nouvel ans ne sont plus publics. La presse a cependant établi son propre bilan sur la base de sources policières locales et judiciaires. De nombreux affrontements avec les forces de l’ordre et des guets-apens ont eu lieu. Cette nuit, de nombreux assaillants ont usé de mortiers d’artifice contre les forces de l’ordre comme à Paris contre des CRS dans le 18ème, le 20èm et le 19e arrondissement où une personne a été interpellée suite au fait que le mortier a atterri sur un balcon. Dans le 18e arrondissement et le 20e, les policiers ont fait face aux mêmes armes. Au moins quatre gardiens de la paix ont été blessés. Un scooter a foncé sur un barrage de police. La BAC 75-nuit a fait usage du LBD à 114 reprises et utilisé plusieurs dizaines de grenades lacrymogènes et de désencerclement. Selon le parquet de Paris, sept personnes ont été placées en garde à vue cette nuit, dans le cadre de trois procédures distinctes pour violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique. En banlieue parisienne, un gymnase a été incendié à Nanterre suite à des tirs de mortiers d’artifice et un bus de la RATP a été entièrement brûlé, une vingtaine de voitures ont été détruites par les flammes ainsi qu’une dizaine de deux-roues. Dans le Val-de-Marne, une vingtaine de véhicules a été incendiée. La police a procédé à près d’une soixantaine d’interpellations. Trois policiers ont été blessés légèrement, dont un par des éclats de mortier. Dans les Yvelines cinq policiers ont été blessés et plus de vingt véhicules brûlés. En Seine-Saint-Denis, outre les voitures incendiées, les sapeurs-pompiers ont été pris à partie à plusieurs reprises notamment à Bagnolet où ils intervenaient pour des incendies de poubelles. A Bondy un nombre important de voitures ont brûlé – entre quinze et vingt – et le véhicule personnel du nouveau maire a fait l’objet d’un jet de projectile qui a atteint la vitre arrière. À Montreuil, vers 3 heures, un policier de la BAC a reçu un tir en plein visage, à la cité de l’Amitié. Dans l’Essonne, un policier a été mis KO par un mortier d’artifice tiré à bout portant.

#1191 vu sur amp.lepoint.fr

France, Paris : un jeune garçon de 16 ans a été grièvement blessé à la Goutte d’Or, par un tir de LBD à Paris la nuit du 13 au14 juillet alors qu’il fêtait l’obtention de son brevet

France, Paris. Un jeune garçon de 16 ans a été grièvement blessé à la Goutte d’Or, par un tir de LBD à Paris la nuit du 13 au14 juillet alors qu’il fêtait l’obtention de son brevet. Son oeil est détruit et sa machoire est fracassée ainsi que plusieurs os du visage, il sera opéré au début mois d’aout est reste hospitalisé jusque là. Alors qu’il avait le visage en sang, les policiers n’ont pas appelé les secours et c’est par des habitants du quartier qu’il a été secouru. L’adolescent dit avoir vu un flash avant de recevoir la balle en pleine figure, ce qui pourrait indiquer que son visage a été visé.

#1245 vu sur actu.fr

France, Rennes : une trentaine de personnes ont occupé la basilique Saint-Sauveur en solidarité avec les sans papiers

France, Rennes. Une trentaine de personnes ont occupé la basilique Saint-Sauveur et au moins une quinzaine de sans-papiers s’apprêtent à dormir dans la basilique. Cette action a été organisée par plusieurs associations rennaises, et s’inscrit dans toute une série d’occupations, la première ayant eu lieu le 8 juillet avec l’occupation de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC).

#1185 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Le Mans : une quarantaine d’aides à domicile manifestent devant la préfecture, pour réclamer les mêmes primes que les personnels des Ehpad

France, Le Mans. Une quarantaine d’aides à domicile ont manifesté devant la préfecture de la Sarthe au Mans. Elles ne comprennent pas pourquoi elles n’ont pas perçu une prime de 1.000 euros comme les infirmières ou les personnels des Ehpad par exemple, alors qu’elles ont pris les mêmes risques dans des conditions parfois plus difficiles encore (pénuries de matériel de protection sanitaire, conditions de travail rendue plus difficiles dans le contexte de l’épidémie).

#1206 vu sur www.francebleu.fr

France, Paris : des policiers appelés pour tapage nocturne embarquent sept personnes sont interpellées pour “tapage nocturne” avec une grande violence, les policiers demandent à l’une d’entre elles de “laver son propre sang”

France, Paris. Une soirée d’anniversaire se transforme en cauchemar dans le 19ème arrondissement, les policiers appelés pour tapage nocturne interviennent avec violence contre des personnes qui réagissent lorsque la jeune fille verbalisée revient en sang dans l’appartement, et arrêtent sept personnes pour “outrage” et “violences”. Les policiers sont accusés de violences lors de l’interpellation et au commissariat, comme en témoigne l’un des interpellés : “Les policiers m’ont frappé et m’ont demandé de nettoyer mon propre sang”. Les sept personnes sont désormais toutes sorties de garde à vue. L’un d’entre souffre d’une fracture au niveau de l’arcade sourcilière. Pour d’autres, on parle aussi de “bleus”, de “coquards”, d’un “bras cassé”, d'”insultes homophobes”, d'”injures sexistes”. Cinq d’entre eux sont poursuivi mais le parquet de Paris a dessaisi le commissariat central du 19e arrondissement de l’affaire. L’enquête sera traitée par un autre service enquêteur.

#1192 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Mayenne : un des sept “foyers épidémiques” “en cours d’investigation” se situe un dans un ensemble de logements sociaux d’insertion, un dépistage ciblé dans des lieux “à risques” va commencer

France, Mayenne. Sept “foyers épidémiques” sont “en cours d’investigation” en Mayenne et un dépistage massif débute lundi. Les cas sont disséminés dans trois communes, dont principalement Laval, où les clusters sont en lien avec des hébergements d’insertion ou sociaux pour un public précaire et avec un abattoir. En plus des dépistages proposés à l’ensemble de la population, des “dépistages préventifs” vont être menés dans “des structures ou des hébergements ou des lieux collectifs dont on considère qu’ils peuvent être considérés à risque”, précise le “directeur de crise Covid-19” à l’Agence régionale de santé des Pays de la Loire.

#1172 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Calais : les services de l’Etat et de la police ont expulsé plus de 500 migrants d’une zone industrielle. Les associations humanitaires parlent de “chasse à l’homme”

France, Calais. Selon la préfecture, 516 migrants (plus de 1200 d’après une association locale) ont été expulsés d’une zone industrielle dans laquelle il avaient installé un campement, dans le cadre d’une opération de “mise à l’abri”, c’est-à-dire une opération de police menée par des CRS, des gendarmes et la police aux frontières pour détruire les habitations et contraindre les migrants à monter dans des bus pour les évacuer, soit en “centres d’accueil” ailleurs en France, soit directement en rétention administrative. La presse parle de 13 personnes (familles et mineurs) orientées vers des “centres d’hébergements” et de 20 personnes en centre de rétention. On ne connait pas la destination des autres (16 bus ont été déplacés pour l’occasion). Cette opération de répression policière s’est déroulée suite au fait que les propriétaires des terrains concernés ont saisi le Tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer qui a rendu deux ordonnances d’expulsion le 10 juin.. Les associations humanitaires proches ont toutes dénoncé l’opération, parlant de “chasse à l’homme”. Le matériel utile à la vie quotidienne présent (amassé jusque là par les habitants) sur place à été ramassé par une usine de nettoyage. C’est pratique, c’est propre et en plus ça donne moins envie de se réinstaller… Le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se rendra dimanche à Calais, sans doute pour vérifier que le “nettoyage” a été bien fait…

#1161 vu sur www.leparisien.fr

France, Champlitte : les services de protection des animaux découvrent un petit enfant vivant à l’abandon au milieu d’excréments et de cadavres d’animaux, alors que la famille était suivie par les services sociaux

France, Champlitte (Haute-Saône). Les services de protection des animaux découvrent un enfant qui vivait à l’abandon au milieu d’excréments et de cadavres d’animaux. La famille, comportant quatre adultes dont sa mère, était pourtant suivie par les services sociaux du département que les voisins ainsi que le maire avaient de nombreuses fois alertés sans qu’ils interviennent dans le logement. Il était scolarisé et faisait l’objet d’une mesure AEMO (action éducative en milieu ouvert), comprenant un suivi par un éducateur. Plusieurs adultes extérieurs à la famille, qui l’ont donc côtoyé régulièrement, avec pour mission de le protéger, n’ont rien perçu de sa situation… Les descriptions et images diffusées par le presse de cet appartement sont insoutenable. Les bas de porte sont défoncés, sans doute par les animaux qui ont essayé de fuir par tous les moyens : pour accéder à l’étage, la famille devait passer à côté d’un cadavre de rottweiler en putréfaction, quasiment momifié. C’est d’ailleurs les services de protection des animaux à l’appel de “30 Millions d’amis” qui interviennent finalement et découvrent l’enfant. Les services sociaux refusent de s’exprimer sur cette situation. Une ordonnance de placement provisoire de l’enfant a été délivrée à la suite de la saisie des animaux lundi mais la mesure n’a pas été appliquée car la mère et l’enfant se sont enfuis.

#1177 vu sur www.estrepublicain.fr

France, Tours : une patrouille de policiers municipaux a été attaquée à coup de mortiers et de projectiles dans le quartier du Sanitas dans un guet-apens,

France, Tours. Une patrouille de policiers municipaux a été attaquée par une vingtaine de personnes dans le quartier du Sanitas, par une vingtaine de jeunes dans un guet-apens au cours duquel les agents ont reçu des mortiers d’artifice et des projectiles. La police nationale est intervenue pour les sortir de la situation.

#1176 vu sur www.francebleu.fr

France : le gouvernement annonce la fin de la trêve hivernale qui se clôt en même temps que l’état d’urgence sanitaire parce qu’ “on ne peut pas prolonger éternellement les trêves pour les expulsions”

France. Le gouvernement annonce la fin de la trêve hivernale qui se clôt en même temps que l’état d’urgence sanitaire parce qu’ “on ne peut pas prolonger éternellement les trêves pour les expulsions” selon la ministre déléguée au Logement, avec la promesse vite faite que même si une expulsion est validée par le tribunal, les forces de l’ordre ne seront pas mandatées pour intervenir tant qu’une solution alternative n’est pas proposée. Les impayés de loyer sont en forte hausse depuis le début de la crise sanitaire et de nombreux locataires sont déjà en situation de risquer une expulsion. Le Samu social n’a jamais eu autant d’appels et refuse de l’aide faute de places d’hébergement à longueur de journées.

#1178 vu sur francetvinfo.fr

France : la police participe aux dites “vacances apprenantes” et des rencontres sont organisées entre des policiers et des enfants des écoles élémentaires

France. La police participe aux dites “vacances apprenantes” et des rencontres sont organisées entre des policiers et des enfants des écoles élémentaires. L’opération “vacances apprenantes” est un dispositif mis en place par le ministère de l’Éducation nationale “pour lutter contre le décrochage scolaire lié au confinement” pendant les 15 premiers jours de juillet et les 15 derniers jours d’août, associées aux “colos apprenantes” dans 200 000 quartiers populaires. La police de Corbeil (Essonne) se félicite que les enfants aient découvert le matériel des policiers et participé à un jeu des questions réponses.

#1168 vu sur réseaux sociaux et ladepeche.fr

France, Guyane : la diffusion de l’épidémie se poursuit, et engendre une tension sociale grandissante, en particulier à cause des pénuries alimentaires qui touchent les pus pauvres

France, Guyane. La diffusion de l’épidémie se poursuite et s’accroit et engendre une tension sociale grandissante, en particulier due aux pénuries alimentaires qui touchent les pus pauvres. L’état d’urgence est prolongé jusqu’au 30 octobre prochain. Les trois hôpitaux français voisins du Brésil ont annoncé avoir déclenché le “plan blanc” pour faire face à l’épidémie de coronavirus. 48 réservistes sanitaires doivent arriver en Guyane cette semaine pour renforcer l’équipe de 153 soignants déjà sur place. Le service de santé des armées va également envoyer 20 militaires spécialisés dans la réanimation. Dans les bidonvilles de Cayenne, les habitants ne trouvent plus de petits boulots et n’ont plus aucuns revenus. L’aide alimentaire est très insuffisante face à la gravité de la situation, et des problèmes de malnutrition commencent à se manifester. Dans ce territoire qui compte 300.000 habitants officiels et de nombreux citoyens en situation irrégulière, les services de l’État recensent depuis la mi-mars “30.000” bénéficiaires “réguliers” de l’aide alimentaire, soit six fois plus qu’habituellement. Les migrants d’origine haïtienne, souvent en situation irrégulière sont les plus touchés, en plus de l’ostracisme grandissant dont ils font l’objet.

#1144 vu sur clicanoo.re

France : 91,5% de reçus au bac, l’enseignement supérieur ne pouvant pas “absorber” cette quantité d’étudiant, l’algorithme de Parcours sup risque bien de proposer n’importe quoi aux candidats

France. 91,5% des candidats ont été déclarés reçus au bac. Avec ce taux record de réussite, qui n’empêche pas que certains fassent les frais d’une gestion arbitraire avec quelques classes entières recalées, la question se pose de savoir comment l’enseignement supérieur va pouvoir absorber le flot de nouveaux bacheliers. Les universités préviennent qu’elles ne sont pas prêtes, et les mystérieux algorithmes de Parcours sup risquent bien de proposer n’importe quoi à n’importe qui étant donné qu’ils sont supposés proposer une solution à chaque bachelier. On sait déjà que c’est plutôt l’ouverture de filières courtes type BTS qui est prévue dans l’urgence. Consigne est aussi donnée d’éviter les redoublement en première année de fac pour libérer des places.

#1343 vu sur huffingtonpost.fr

France : le Défenseur des droits formule ses dernières recommandations à propos du maintien de l’ordre dont la dénonciation du LBD, et de l’usage abusif des gardes à vue et des nasses en manifestation.

France. Juste avant la fin de son mandat, le Défenseur des droits formule, à destination du ministère de l’intérieur, huit nouvelles recommandations qui concernent le maintien de l’ordre et en rappelle quatre autres déjà faites ces derniers mois, à commencer par l’interdiction du lanceur de balles de défense (LBD) dans un contexte de maintien de l’ordre. Il demande notamment « qu’il soit mis fin à la pratique conduisant à priver de liberté des personnes sans cadre juridique ». Un réquisitoire sévère contre l’usage abusif des gardes à vue, des interpellations de groupe, des contrôles délocalisés et des nasses en manifestation.

#1169 vu sur www.lemonde.fr

France : face aux taux records de réussite au bac, les universités préviennent qu’elles ne sont pas prêtes, et les mystérieux algorithmes de Parcours sup risquent bien de proposer n’importe quoi puisqu’ils sont supposés proposer une solution à chaque bachelier

France. 91,5% des candidats ont été déclarés reçus au bac. Avec ce taux record de réussite, qui n’empêche pas que certains fassent les frais d’une gestion approximative avec quelques classes entières recalés, la question se pose de savoir comment l’enseignement supérieur va pouvoir absorber le flot de nouveaux bacheliers. Les universités préviennent qu’elles ne sont pas prêtes, et les mystérieux algorithmes de Parcours sup risquent bien de proposer n’importe quoi à n’importe qui étant donné qu’ils sont supposés proposer une solution à chaque bachelier. Parmi les solutions proposées, plus de 3600 places dans des filières courtes post-bac (comme des BTS) seront d’ores et déjà créées cette année, selon la rue de Grenelle. Consigne est aussi donnée d’éviter les redoublement en première année de fac pour libérer des places.

#1344 vu sur www.huffingtonpost.fr

France, Toulouse : 25 urgentistes démissionnent et dénoncent le manque de moyens à l’hôpital

France, Toulouse. 25 urgentistes démissionnent et dénoncent le manque de moyens à l’hôpital. « La seule de nos revendications, celle de la sécurité de nos patients, est traitée avec le plus grand mépris », constatent les médecins. La direction du CHU de Toulouse vient de décider de suspendre les maigres moyens supplémentaires accordés pendant la crise sanitaire. « On se voit mal revenir à la situation de pénurie d’avant Covid, on est tous, à différents niveaux, à bout. On est tous fatigués, inflammables, désabusés », confie un des 25 signataires, qui préfère rester anonyme. Le mouvement pourrait s’étendre à d’autres villes.

#1154 vu sur www.lefigaro.fr

France, Perpignan : un détenu d’à peine 30 ans a été retrouvé mort, probablement étouffé, dans la cellule qu’il partageait avec deux autres personnes

France, Perpignan. Un détenu d’à peine 30 ans a été retrouvé mort, probablement étouffé, dans la cellule qu’il partageait avec deux autres personnes. C’est le 48ème mort en prison depuis le début de l’année en France. Quelles que soient les circonstances de ces décès, la cause c’est toujours la prison.

#1152 vu sur lindependant.fr

France, Isère : le parking des personnels de direction de la prison de Varces a été attaqué dans la nuit par armes à feu, les vitres de deux voitures du personnel ont été brisées par les balles

France, Isère. Le parking des personnels de direction de la prison de Varces (Isère), près de Grenoble, a été attaqué dans la nuit par armes à feu. Les vitres de deux voitures du personnel ont été brisées par les balles. L’enquête a été confiée à la brigade des recherches de Vif (Isère) et à la section de recherches de la gendarmerie de Grenoble.

#1129 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Toulouse : les deux infirmiers mis à pied fin pars pur avoir réclamé des masques dans un Ehpad ont été définitivement licenciés, accusés d’avoir instillé la peur parmi leurs collègues

France, Toulouse. Les deux infirmiers qui réclamaient des masques dans un Ehpad et qui avaient été mis à pied fin mars ont été définitivement licenciés. Ils sont accusés d’avoir instillé la peur parmi leurs collègues. L’un d’entre eux avait d’ailleurs dû sortir de l’Ehpad de La Cépière, géré par la société DomusVi, sous escorte policière, en plein milieu de son service. Ce n’est qu’après cinq semaines de crise sanitaire que les soignants ont pu porter des masques… Ils s’étaient aussi inquiétés du sort de cinq résidents, qui présentaient des symptômes de diarrhée, parfois associés à une infection au coronavirus.

#1126 vu sur www.leparisien.fr

France, Liancourt: une femme enceinte venue rendre visite à un détenu a été “oubliée” dans la nuit de dimanche à lundi dans un parloir du centre pénitentiaire

France, Liancourt (Oise). Une femme enceinte venue rendre visite à un détenu a été “oubliée” dans la nuit de dimanche à lundi dans un parloir du centre pénitentiaire. Elle y a passé la nuit entière avant d’être retrouvée à la réouverture des lieux. Une enquête pour négligence a été ouverte.

#1138 vu sur ladepeche.fr

France, Ile de France : les poursuites de véhicules en fuite par les policiers, “interdites” depuis 2015 pour leur dangerosité, sont à nouveaux autorisées par décret du préfet Lallement

France, Ile de France. Les poursuites de véhicules en fuite par les policiers, qui étaient “interdites” depuis 2015, en particulier pour les véhicules à deux roues pour éviter les nombreux accidents, sont à nouveaux autorisées par une note du préfet Lallement. Il est à noter que les policiers utilisaient un jargon euphémistique quand de telles courses-poursuites avaient lieu malgré l’interdiction, en parlant de « prise en charge » ou de « marquage » .

#1123 vu sur www.leparisien.fr

France, Coudray-Montceaux : lLe groupe X-Fab a subi une cyberattaque le lendemain de la visite du nouveau premier ministre Jean Castex dont c’était le premier déplacement

France, Coudray-Montceaux (Essonne). Le groupe X-Fab a subi une cyberattaque le lendemain de la visite du nouveau premier ministre Jean Castex dont c’était le premier déplacement. Le site, spécialisé dans la production de puces électroniques et de semi-conducteurs à destination notamment de l’industrie automobile et des télécommunications, est à l’arrêt, y compris ses usines situées en Allemagne, en Malaisie et aux Etats-Unis. La direction précise que cet arrêt total est lié à la crainte de dommages collatéraux et que la réouverture n’est pas encore programmée faute de savoir comment résoudre le problème.

#1137 vu sur leparisien.fr

France, Landes : 400 travailleurs agricoles dont 16 ont été testés positifs sont mis en quarantaine dans un camping tout en continuant à travailler

France, Landes. 400 travailleurs agricoles forment un cluster après que 16 aient été testés positifs et mis en quarantaine hors de l’exploitation. Ils sont testés au compte-goutte en continuant de travailler et en étant logés dans un camping. Quand l’un est testé positif, il est placé en quarantaine. On n’a pas d’informations à partir des médias sur les conditions de cet isolement, sur son rapport au contrat de travail ni sur la durée de l’isolement.

#1118 vu dans sudouest.fr

France, Seine-Saint-Denis : la préfecture juge finalement illégale l’annulation des loyers HLM à Bobigny, qui avait été promise par la ville en pleine crise sanitaire

France, Seine-Saint-Denis. La préfecture de la Seine-Saint-Denis juge finalement illégale l’annulation des loyers HLM à Bobigny, qui avait été promise par la ville en pleine crise sanitaire, le 23 avril, la ville de Bobigny s’était engagée à annuler l’ensemble des loyers d’avril pour les 4 000 locataires de son office public pour l’habitat. La plupart des initiatives de grève des loyers qui avait commencé durant le confinement se voient réprimées par les institutions.

#1117 vu sur lemonde.fr

France, Seine-Saint-Denis : l’ASE refuse de prendre en charge un un mineur migrant qui se retrouve hospitalisé en psychiatrie à Ville Evrard après avoir réduit en esclavage en Lybie, MSF porte plainte contre l’administration

France, Seine Saint-Denis. Médecins sans frontières dépose une plainte contre la Seine-Saint-Denis pour mise en danger de la vie d’autrui, imputant à l’absence de prise charge adaptée les troubles psychiatriques déclarés par un migrant mineur atteint du VIH et positif au covid-19. Le jeune garçon, qui a fui la Côte d’Ivoire dans une situation de grave danger, et a été réduit en esclavage en Lybie au cours de son périple. MSF a déposé une plainte contre le département de Seine-Saint-Denis mercredi pour “délaissement d’une personne hors d’état de se protéger”, “mise en danger de la vie d’autrui” et “non-assistance à personne en danger”. C’est la première fois en France qu’une telle plainte est déposée contre l’administration dans ce genre de situation. L’hôpital Ville-Evrard où il a été hospitalisé pour des problèmes psychiatriques a effectivement adressé au département un signalement avec une demande de protection qui est restée sans suite. MSF et l’hôpital considèrent que les troubles dont il souffre sont indéniablement liés à son difficile parcours migratoire notamment en Libye, ainsi qu’à la précarité de sa situation actuelle. “Ce jeune homme est atteint d’une maladie chronique grave, il a été esclavagisé en Libye, il a un état dépressif caractérisé. Ce garçon est dans une situation de santé très préoccupante”, dénonce l’avocat de Médecins sans frontières. SI l’Aide sociale à l’enfance ne l’a pas pris en charge suite au signalement, c’est suite à un “test osseux” dont tout le monde connaît le caractère approximatif, et qui, comme la plupart du temps, a servi à décréter qu’il était peut-être en fait majeur, manoeuvre dilatoire qui permet aux autorités de ne rien faire en attendant que les adolescents soient effectivement majeurs pour ne pas avoir à les prendre en charge, voire de les expulser directement sur une suspicion de fraude sur leur âge. C’est d’ailleurs ainsi que se défossent les autorités : “Le Département de la Seine-Saint-Denis n’a pas procédé à une fin de prise en charge puisque ce jeune, au moment du signalement auprès de la CRIP de Seine-Saint-Denis, relevait tout simplement pas de son ressort.” Pendant ce temps, après son séjour en psychiatrie, il se retrouve à la rue sans aucune prise en charge, et il atteindra effectivement la majorité dans quelques mois, ce qui rendra possible son expulsion. “On joue la montre de façon délibérée et cynique. Ce n’est pas admissible”, dénonce l’avocat de MSF. Cette problématique concerne tous les départements de la région et bien d’autres situations similaires se produisent.

#1229 vu sur www.leparisien.fr

France, Seine Saint-Denis : bien qu’acceptés dans des cursus d’études supérieures, un collectif soutien plusieurs centaines de lycéens qui ne peuvent pas s’y inscrire, faute de papiers et risquent l’expulsion à leur majorité

France, Seine Saint-Denis. Bien qu’acceptés dans des cursus d’études supérieures, plusieurs centaines de lycéens ne peuvent pas s’y inscrire, faute de papiers et risquent l’expulsion à leur majorité. Un collectif de plus de 800 personnels de l’Education nationale de Seine-Saint-Denis demande toujours une procédure d’urgence pour leurs élèves étrangers sans papiers atteignant la majorité pour que leur situation soit régularisée avant septembre et qu’ils puissent poursuivre leur parcours scolaire.

#1165 vu sur www.liberation.fr

France, Calais : au CRA de Coquelles réouvert depuis mi-juin, un détenu à été déclaré positif au Covid19

France, Calais. Au Centre de Rétention Administratif de Coquelles, après sa réouverture récente à la mi-juin, les détenus ont été testés et un cas de covid19 est avéré, ce qui inquiète fortement les associations qui interviennent dans le centre. Dans des lieux d’enfermement comme Les Centres de Rétention Administratifs, si la contamination de l’endroit est théoriquement réduite à cause de la captivité et de l’isolement, une fois le virus à l’intérieur du bâtiment c’est l’insalubrité et le manque d’espace qui prennent le relais pour accélérer à sa diffusion.

#1112 vu sur www.nordlittoral.fr

France : la région Ile de France va financer un plan de rénovation, de construction et de sécurisation des établissements pénitentiaires dont Fresnes

France, Fresnes. La région Ile-de-France va financer un plan de rénovation, de construction et de sécurisation des établissements pénitentiaires franciliens pour un montant de 3 millions d’euros. A la prison de Fresnes par exemple il s’agit de la restructuration de l’entrée du domaine et du poste de police du centre pénitentiaire pour éviter les dégradations sur les véhicules des matons qui sont récurrentes, de renforcer le maillage de filins anti-hélicoptères de la prison, et la sécurisation des fenêtres en détention du centre pénitentiaire.
L’ensemble des opérations en Ile-de-France :
1/ Renforcement du maillage de filins anti-hélicoptère au sein du centre pénitentiaire de Fresnes (94) et de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (91) : 737 500 € ;
2/ Sécurisation du domaine de l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Porcheville (78) : 550 000 € ;
3/ Sécurisation des fenêtres en détention du centre pénitentiaire de Fresnes (94) : 592 500 € ;
4/ Sécurisation des accès de la direction interrégionale des services pénitentiaires de Paris (75) : 142 500 € ;
5/ Restructuration de l’entrée du domaine et du poste de police du centre pénitentiaire de Fresnes (94) : 925 000 €.

#1111 vu sur actu.fr

France, Argenteuil : les amendes sont utilisées comme moyen de harcèlement répressif, avant et encore plus pendant le confinement

France, Argenteuil. Des jeunes gens qui ont tenté de porter plainte pour violence policières ont écopé d’une quarantaine d’amendes. D’autres ont été verbalisés 5 ou 6 fois en 15 minutes. « Je connais des jeunes qui ont 10.000 ou 12.000 euros d’amendes. Et ils ont 22 ans » témoigne un éducateur. Il s’agit d’un véritable harcèlement répressif et administratif qui s’est accentué avec les mesures de confinement. La police se justifie en disant que c’est leur seul moyen de coercition “pour tous les problèmes considérés comme déviants”, les policiers vont par exemple vont mettre plus d’amende là où ils soupçonnent des points de trafic de drogue, ce qui correspond précisément à une logique proactive. Parfois, les habitants découvrent les amendes après coup, le contrôle s’étant apparemment bien passé. Des habitants dénoncent aussi des pratiques particulièrement punitives qui consistent à faire en sorte que la personne ne soit pas au courant qu’elle a pris une amende (le papillon est jeté d’où l’expression “amende caniveaux”) et ne le savent que lorsque l’amende est majorée et une fois le délais de recours terminé.

#1109 vu sur www.streetpress.com

France, Rennes : un détenu handicapé de 32 ans est en situation d’urgence absolue après un incendie dans sa cellule de la prison

France, Rennes. Un détenu de 32 ans est en situation d’urgence absolue après un incendie dans sa cellule de la prison de Rennes – Vezin. À l’arrivée des pompiers, d’épaisses fumées s’échappaient déjà du quartier disciplinaire où le détenu était incarcéré. Cette personne est en situation de handicap et en fauteuil roulant, dont la demande de transfert a été récemment refusée, a été escortée par le personnel pénitentiaire, inconscient, jusqu’à l’hôpital. Les autres cellules du rez-de-chaussée n’ont pas été évacuées.

#1107 vu sur www.ouest-france.fr

France, Mayotte : entre 6 et 9 cas confirmés de Covid19 au centre de rétention qui a réouvert le 15 mai sans tests jusqu’au 25 juin, 200 personnes pourraient avoir été en contact

France, Mayotte. Entre 6 et 9 cas confirmés de Covid19 ont été déclarés au Centre de Rétention Administratif de Mayotte, assurément en contact avec nombre de détenus déclare un policier. Ce CRA à réouvert ses portes, ses expulsions et ses incarcérations le 15 mai sans tests jusqu’au 25 juin, laissant libre-cours à une diffusion rapide et inquiétante du virus. 200 personnes auraient circulé dans les lieux entre-temps. Les personnes positives arrivantes sur place sont transférées au centre d’hébergement de Tsararano en attendant… On ne sait pas quoi.

#1113 vu sur www.mayottehebdo.com

France : le conseil d’Etat valide des frais d’inscription à l’université de trois à quatre mille euros pour les étudiants étrangers extracommunautaires

France. Le Conseil d’Etat valide des frais d’inscription plus élevés pour les étudiants étrangers extracommunautaires à l’université et considère que leur demander de payer plus que les autres étudiants ne s’oppose pas à « l’exigence constitutionnelle de gratuité » visant à assurer l’égal accès à l’instruction. Les étudiants extracommunautaires devront payer 2 770 euros pour s’inscrire à une licence (contre 170 euros aujourd’hui) et 3 770 euros pour un master ou un doctorat (contre 243 euros et 380 euros aujourd’hui).

#1110 vu sur www.lemonde.fr

France : dans un contexte de hausse globale très forte du chômage, la société Bayes Impact reçoit 2 millions d’euros pour le déploiement de “Bob, service de retour à l’emploi” en France et ailleurs

France. Dans un contexte de hausse globale très forte du chômage en lien avec la gestion de la crise sanitaire, la société Bayes Impact reçoit 2 millions d’euros pour le déploiement de “Bob, service de retour à l’emploi”. Bob (anciennement Bob Emploi) fournit des conseils personnalisés de retour à l’emploi sous forme de “coaching personnalisé” fonctionnant sur la base de divers algorithmes. Le programme a remporté le premier prix de la fondation belge Degroof Petercam, d’une valeur d’un million d’euros, et a reçu la même somme de la part de la fondation Google.org. La société qui se déclare “philanthropique” prévoit grâce à cet argent de se déployer Belgique, au Royaume-Uni et en Europe de l’Est. Lors de sa création,Paul Duan avait déclaré : « J’ai lancé une ONG, Bayes Impact, avec l’idée qu’on peut se servir des algorithmes pour faire plus que du pognon pour des boîtes du web ». En parallèle de Bob, Bayes Impact nous apprend sur son site promotionnel que la société “a également développé un outil en ligne open source, URSUS, qui rassemble des données sur les violences policières, et a conçu des algorithmes pour Zidisha, outil permettant de réduire la fraude sur les micro-crédits aux entrepreneur·se·s ghanéen·ne·s. Plus récemment, Bayes Impact a lancé le site BriserLaChaine.org, alternative à StopCovid conçue sans technologie de traçage (sic).”

#1252 vu sur carenews.com

France, Etats Unis : la société française de drones Parrot vend ses drones à la police américaine pour surveiller les manifestations émeutières suite à la mort de Georges Floyd, et sort une toute nouvelle version plus performante

France, Etats Unis. La société française de drones Parrot vend ses drones à la police américaine pour surveiller les manifestations émeutières suite à la mort de Georges Floyd. La dernière version de son drone Anafi vient d’être présentée. Plus performant que son prédécesseur, il est équipé de caméras d’imagerie thermique et de la possibilité de surveiller les gens à 5 km même sous la pluie. Il a été initialement développé pour un programme gouvernemental visant à construire de petits drones de reconnaissance pour les soldats, et trouve un nouveau débouché dans la surveillance des émeutes urbaines. Parrot utilise la technologie développée pour les smartphones – caméras, gyroscopes, GPS, puces Wi-Fi. Face à la question de savoir ce qu’il pense de l’utilisation de ses drones pour la surveillance des manifestants anti racistes, Henri Seydoux, le président de la firme affirme : ” Je ne suis personne pour vérifier l’éthique de la police d’une ville aux États-Unis. Ce n’est pas mon rôle. Nous vendons des drones, un outil moderne qui doit être utilisé de manière éthique.”

#1097 vu sur www.protocol.com

France, Rouen : un rassemblement a lieu devant l’hôpital psychiatrique du Rouvray pour soutenir un soignant qui passe en conseil de discipline pour avoir critiqué la gestion de la pénurie de masques par la direction de l’hôpital

France, Rouen. Un assemblement a lieu devant l’hôpital psychiatrique de Saint-Étienne-du-Rouvray, au sud de Rouen. Une centaine de soignants s’est réunie pour dénoncer le Ségur de la santé et pour soutenir un soignant du Rouvray, qui passe en conseil de discipline pour avoir critiqué la politique de masques de la direction de l’hôpital pendant la crise du Covid-19. Ce soignant proche du mouvement des “Blouses noires” a reconnu avoir critiqué la gestion de la pandémie par l’encadrement de la structure psychiatrique, alors qu’à l’hôpital du Rouvray, comme partout ailleurs, les soignants devaient faire à une pénurie de masques. Des manifestations de soignants ont aussi eu lieu dans d’autres villes comme au havre.

#1096 vu sur actu.fr

France : à la sortie de leur période d’hospitalisation les malades du Covid-19 qui n’ont pas de mutuelle, ou leurs déscendants s’ils sont décédés, se voient facturer un reste à charge de plusieurs milliers d’euros

France. A la sortie de leur période d’hospitalisation, les malades du Covid-19 qui n’ont pas de mutuelle, ou leurs descendants s’ils sont décédés, se voient facturer un reste à charge de plusieurs milliers d’euros. Depuis début mars, selon les derniers chiffres de la Direction générale de la santé, 104 144 malades du Covid-19 ont été hospitalisés en France, dont 18 321 en réanimation. Pour les cas les plus graves, le passage en réanimation a duré plusieurs jours voire plusieurs semaines. Or, dans ces unités spécialisées, la journée coûte plus de 3 000 €. Les patients guéris et les enfants de patients décédés sans mutuelles ont eu la mauvaise surprise de se voir réclamer par les hôpitaux 20% de cette somme (le “reste à charge”, c’est-à-dire ce que la sécurité sociale ne rembourse pas) donc 600 euros par jour, multipliée par le nombre de jour d’hospitalisation alors que trois millions de personnes sont sans complémentaire santé en France, qui sont évidemment les plus précaires puisqu’ils ne peuvent pas payer une mutuelle.

#1091 vu sur www.la-croix.com

France, lieu-dit du Vallon (Hautes-Alpes) : un campement de gens du voyage a été saccagé par une voiture bélier

France, lieu-dit du Vallon (Hautes-Alpes). Un campement de gens du voyage a été saccagé par une voiture bélier. Plusieurs caravanes ont été abîmées alors que le campement était momentanément désert. L’installation de ce campement suscite depuis quelques temps déjà une certaine tension raciste dans la commune. D’après le maire, le terrain occupé est en zone inondable ce qui engagerait la « responsabilité morale » des élus, il est sensé chercher une autre solution, mais, le temps qu’il réfléchisse, certains de ses concitoyens n’ont visiblement pas eu la patience d’attendre…

#1084 vu sur www.ledauphine.com

France, Rennes : pour entraver la remise en route de la machine à expulser, des manifestants ont bloqué la route menant au CRA de Saint-Jacques-de-la-Lande qui devait normalement ré-ouvrir ce lundi

France, Rennes. Afin d’empêcher la remise en route normale de la machine à expulser à Rennes, des manifestants ont bloqué la route menant au CRA de Saint-Jacques-de-la-Lande, qui devait normalement ré-ouvrir ce lundi. Sur place, la Cimade (qui cogère les centres de rétention) et des élus (qui cogèrent l’Etat) réclament un “véritable changement de cap de la politique menée à l’encontre des personnes étrangères”. (qu’ils cogèrent donc de concert…)

#1082 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Etats Unis, Détroit : le chef de la police reconnaît que la reconnaissance faciale utilisée dans la ville à partir d’un logiciel développé par la société DataWorks Plus se trompe à 96%, et qu’elle discrimine les afro-américains

Etats Unis, Détroit. Le chef de la police de Détroit lui-même reconnaît que la reconnaissance faciale utilisée dans la ville à partir d’un logiciel développé par la société DataWorks Plus se trompe à 96%, et qu’elle discrimine les afro-américains. Todd Pastorini, directeur général de DataWorks Plus, accuse la presse de manipulation et rétorque : ” Vous savez peut-être comment fonctionne une pelle – vous la collez le sol pour ramasser la saleté et vous pourriez l’utiliser comme une arme. La reconnaissance faciale a été militarisée dans une certaine mesure par les médias.” Il compare le logiciel DataWorks Plus aux systèmes d’identification d’empreintes digitales automatisés qui renvoie à des dizaines ou des centaines de correspondances potentielles. Depuis le début de l’année cette technologie a été utilisée 70 fois, selon des données publiées par le département de police de Détroit et, dans 68 des cas, la photo introduite dans le logiciel était celle d’un afro-américain.

#1102 vu sur vice.com

France : plusieurs académies proposent aux enseignants des badges “pour valoriser leur engagement” pendant l’épidémie de Covid19, leur donnant les valeureux titres de “explorateur-trice”, “utilisateur-trice”, “passeur-euse” ou “bâtisseur-euse”

France. Plusieurs académies proposent aux enseignants des badges “pour valoriser leur engagement” pendant l’épidémie de Covid19. Les enseignants peuvent être badgés “explorateur-trice”, “utilisateur-trice”, “passeur-euse” ou “bâtisseur-euse”. Sur la page “agilité pédagogique” de l’académie de Montpellier par exemple, l’académie explique, dans un langage ubuesque (il y a même une vidéo), le fonctionnement de ces badges qui matérialisent une sorte d’évaluation de compétence. Ces badges, qui sont qualifiés d'”objet sociaux”, sont “sécurisés” et existent aussi dans les entreprises. Ils donnent accès à une plateforme qui “fédère les détenteurs de badges sous la forme d’un réseau social”, avec la disposition d’un compte personnel avec tous les badges dont l’utilisateur dispose, et pas seulement ceux de l’académie (parce qu’il y a d’autres sortes de badges…). L’utilisateur peut ainsi gérer quels badges il veut rendre visible. Parce qu’elle est “soucieuse de donner la meilleure visibilité aux compétences des personnels”, l’académie met en place grâce à ces badges une “cartographie de ces compétences”. On sent bien qu’il y a du contrôle de ce côté-là mais il est difficile de se représenter ce qui est contrôlé et dans quel but… Apparemment il s’agirait de pouvoir rechercher des personnels en fonction de leurs badges pour pourvoir des postes par exemple. Il y a aussi d’autres “open badges” pour constituer un “territoire apprenant”, et ça vaut le coup d’œil, en cliquant ici. On peut être par exemple “classe inversée, explorateur-trice” et plein d’autres fonctions qui ont peut-être du sens dans une autre dimension.

#1088 vu sur www.ac-montpellier.fr

France, Ile-de-France : un policier de la PAF blesse sa collègue aux cervicales en lui faisant une démonstration de clé d’étranglement…

France, Ile de France. Après une discussion sur les gestes techniques d’intervention, un policier de la police aux frontières a fait une démonstration en immobilisant sa collègue par une clé d’étranglement alors qu’ils effectuaient une patrouille dans un TER en direction de Paris. Blessée aux cervicales, elle a porté plainte. « Il m’a serré très fort le cou, m’a mis son genou sur la colonne vertébrale et m’a entraînée au sol », raconte la victime (qui a simplement vécu ce que la police fait subir régulièrement à ceux qu’elle interpelle…). Selon elle, malgré ses demandes, la pression ne relâche pas, et même s’intensifie. Après une visite chez le médecin, la gardienne de la paix se fera diagnostiquer un « traumatisme du rachis cervical », une « discopathie » et une « position asymétrique de l’odontoïde ». L’enquête a été confiée à l’IGPN.

#1081 vu sur www.lepoint.fr

France. Le conseil d’Etat valide le délit de violation réïtérée du confinement. Selon la loi du 23 mars, quatre violations du confinement en trente jours sont passibles de six mois de prison et 3 750 euros d’amende

France. Le conseil d’Etat valide le délit de violation réïtérée du confinement dans une décision du 26 juin. Selon la loi du 23 mars, quatre violations du confinement en trente jours sont passibles de six mois de prison et 3 750 euros d’amende. Au cour du premier mois de confinement, Christophe Castaner, ministre de l’intérieur, avait déjà annoncé que 1 733 gardes à vue avaient eu lieu pour des cas de violations répétées du confinement. La mesure avait été attaquée pour son imprécision. Dans sa décision de vendredi, le Conseil constitutionnel estime que « ni la notion de verbalisation, qui désigne le fait de dresser un procès-verbal d’infraction, ni la référence aux “déplacements strictement indispensables aux besoins familiaux et de santé” ne présentent de caractère imprécis ou équivoque. Par ailleurs, en retenant comme élément constitutif du délit le fait que la personne ait été précédemment verbalisée “à plus de trois reprises”, le législateur n’a pas adopté des dispositions imprécises. » La décision de vendredi écarte un autre grief soulevé au sujet de la présomption d’innocence, les droits de la défense et le droit à un recours juridictionnel effectif. De fait, la loi fait passer la violation du confinement d’une simple contravention à un délit au bout de la quatrième violation dans les trente jours… sans laisser la possibilité de contester éventuellement la réalité des premières infractions devant un juge. Les avocats avaient rappelé que le délai légal de contestation d’une contravention, de quarante-cinq jours habituellement, avait été porté à quatre-vingt-dix jours pendant l’état d’urgence. Le Conseil constitutionnel leur rétorque qu’il n’y a aucune présomption de culpabilité, puisque le tribunal correctionnel saisi en comparution immédiate « apprécie les éléments constitutifs de l’infraction et notamment la régularité et le bien-fondé des précédentes verbalisations ». Si ce délit n’est plus en vigueur depuis le 11 mai et la fin du confinement, il reste inscrit dans la loi. Le gouvernement est donc en mesure de l’actionner de nouveau en cas de restrictions de déplacement imposées à une partie du territoire, comme l’y autorise jusqu’à l’automne la loi organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire.

#1078 vu sur lemonde.fr

France. Certaines communes ont pris l’initiative d’installer des caméras thermiques à l’entrée d’écoles et de bâtiments administratifs


France. Certaines communes ont pris l’initiative d’installer des caméras thermiques à l’entrée d’écoles et de bâtiments administratifs Des entreprises aussi ont fait installer de tels dispositifs. Le 22 mai, une décision du tribunal administratif de Versailles avait validé cette possibilité de contrôle automatique de la température de ceux et celles qui passent à proximité. Mais un référé en urgence au conseil d’Etat vient d’obtenir leur interdiction, au motif qu’elles saisissent des données personnelles sans le consentement des personnes, et qu’il y a traitement de ces données (puisque des décisions sont prises suite à leur prise en compte, comme le renvoi des enfants chez eux ou l’interdiction d’entrée dans un bâtiment) même si elles ne sont pas stockées. A la lecture de cette décision, il suffirait d’un formulaire par lequel les personnes qui passent sous une caméra acceptent individuellement le dispositif pour qu’il sorte du cadre de cette interdiction.

#1072 vu sur ouest-france.fr

France, Lesquin : plusieurs cas positifs au Covid-19 ont été avérés au centre de rétention alors que les expulsions reprennent à plein régime

France, Lesquin. Un test de dépistage du coronavirus a été réalisé sur plusieurs personnes, au centre de rétention administratif de Lesquin, qui a révélé que plusieurs étaient positifs au Covid-19, ce qui inquiète certains détenus quand aux conditions sanitaires exécrables auquel ils sont exposés au quotidien. Un détenu a dû s’occuper lui-même de s’occuper de désinfecter sa chambre, ce qui revient directement à le rendre responsable de son éventuelle contamination en cas de test positif futur.

#1083 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France. La France est condamnée par la cour européenne des droits de l’homme pour avoir placé des mineurs isolés en rétention

France. La France est condamnée par la cour européenne des droits de l’homme pour avoir placé des mineurs isolés en rétention. Elle avait été saisie en 2013 pour le placement en rétention et l’expulsion de deux enfants depuis Mayotte sans leurs parents. Les deux enfants de 5 et 3 ans étaient partis des Comores pour rejoindre leur père à Mayotte et avaient été interceptés parmi tout un groupe de migrants qui ont été mis en rétention puis expulsés, les enfants ayant été “rattachés arbitrairement” à un adulte du groupe pour que l’expulsion ait l’air légale. Le conseil d’Etat qui avait été saisi n’avait rien trouvé à redire à ce procédé, mais le père s’est tourné vers la CEDH qui vient, sept ans plus tard, de rendre son arrêt. Cette situation est d’ailleurs courante à Mayotte où il existe un droit dérogatoire qui prive les enfants de recours devant le juge administratif. « Soit il s’agit d’enfants interpellés quand ils arrivent sur le territoire, soit d’enfants qui sont là depuis longtemps déjà et sont rattachés à la procédure d’expulsion d’un adulte qui n’est ni leur père ni leur mère », détaille un avocat. L’Etat français se défend en arguant de la pression migratoire qu’il faut juguler par tous les moyens…

#1073 vu sur la-croix.com

France, Paris : deux école ferment après la détection de cas de covid chez des enseignants et des enfants, la mise en isolement demandée par l’ARS ne concerne que les enfants et les adultes travaillant dans l’école et pas leurs proches

France, Paris. Deux jours après la réinstauration de l’obligation de scolarisation, deux école ferment après la détection de cas de covid chez des enseignants et des enfants. Dans le 4ème arrondissement, où une enseignante est positive, la mise en isolement demandée par l’ARS ne concerne que les enfants et les adultes travaillant dans l’école et pas leurs proches. « Les autres membres de la famille ne sont pas concernés », précise le mail de la directrice. Une mesure qu’ont du mal à comprendre certains parents, une mère s’interroge par exemple sur le fait qu’elle doive mettre sa fille en quarantaine mais que son mari continue de travailler dans une entreprise de 4000 personnes. Dans le douzième arrondissement, trois cas ont été détectés, un enseignant et deux enfants mais la sutuation n’est pas traitée comme un cluster car “un cluster est défini par la détection simultanée de trois cas dans une communauté. Si l’école du 12ème arrondissement n’est pas étiquetée comme telle, c’est que les trois cas sont répartis dans le temps ». Ces situations mettent en évidence l’absurdité gestionnaire qui adapte sa logique aux nécessités du moment, en l’occurrence la validation coûte que coûte du bien fondé de la réouverture des écoles à tous les enfants.

#1066 vu sur leparisien.fr

France, Riotz : alors qu’il était extrait pour être auditionné, un détenu de 21 ans s’est évadé de la gendarmerie en défonçant une porte.

France, Riotz. Alors qu’il était extrait pour être auditionné, un détenu de 21 ans s’est évadé de la gendarmerie. Le détenu s’est retrouvé maintenu dans une pièce faisant office de cellule et, entre deux auditions, il a défoncé la porte de l’intérieur, arrachant l’encadrement en bois, avant de s’évanouir dans la nature par une fenêtre. Il a été malheureusement retrouvé le lendemain dans l’après-midi.

#1063 vu sur actupenit.com

France, Villefranche-sur-Saône : mise en place d’un nouveau mode de pacification des prisons, qui consiste à distribuer les clefs de leurs cellules aux détenus « les plus méritants »

France, Villefranche-sur-Saône. L’administration pénitentiaire essaye un nouveau mode de pacification des prisons à Villefranche sur Saône, qui consiste à distribuer les clefs de leurs cellules aux détenus « les plus méritants » avec un nouveau régime de détention, le « module respect ». 35 détenus du troisième étage de la maison d’arrêt sont sous ce régime, initié en Espagne. Les détenus sont autorisés à circuler en journée dans les couloirs et certains espaces (salle de sport, cour extérieure..) avec une clé de leur cellule, mais à la condition d’accepter un règlement plus strict par certains aspects. En contrepartie, ils doivent par exemple avoir un comportement irréprochable, participer à des activités obligatoires, se réveiller à la même heure, ou encore entretenir leurs locaux. ce régime de détention permet toutes sortes de transactions punitives et de chantages et exacerbe les tensions entre détenus. En 2015, le centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan était le premier à tester ce nouveau module. Le “régime Respect” correspond à toutes sortes d’obligations et à des évaluations matérialisé par une sorte de permis à points. A Mont-de-Marsan, Villepinte, Beauvais ou Liancourt, le détenu part de zéro : chaque bonne action peut lui valoir un point, chaque mauvaise lui en faire perdre un. Si le compteur tombe à moins trois, moins cinq ou moins dix selon les établissements, c’est le recadrage ou l’exclusion, qui vaut retour en régime « portes fermées ». Beaucoup de comportements font encourir des mauvais points : ne pas être levé à sept heures du matin, ne pas avoir fait son lit, parler aux fenêtres, crier lors d’un match de foot, être en retard, impoli… Les consignes à respecter sont quasi-militaires. A Mont-de-Marsan, « la cellule doit être impeccable, balayée et lavée quotidiennement ». Les chaussures, cintres et serviettes de toilettes doivent être « rangés sous le lit » et les vêtements « bien pliés ».

#1062 vu sur actupenit.com

France, Millau : des manifestants reçoivent une amende de 135€ pour rassemblement interdit suite à l’analyse des caméras de vidéo-surveillance.

France, Millau. Suite aux manifestations qui ont eu lieu dans la ville de Millau au mois de mai à la sortie du confinement, une cinquantaine de personnes ont reçu une ou plusieurs amendes de 135€ pour « rassemblement interdit sur la voie publique dans une circonscription territoriale où l’état d’urgence sanitaire est déclaré » sans qu’aucun contrôle de police n’ait eu lieu. Ils auraient été identifiés par les caméras de vidéosurveillance de la ville. La mairie a confirmé la saisine des enregistrements par la préfecture. Le samedi 12 juin, en réponse à une manifestation réunissant plusieurs centaines de personnes qui demandait des comptes à la mairie et à la préfecture, les autorités ont expliqué les identifications auraient été faites par les RG et que les caméras n’auraient servi qu’à les « confirmer ». La préfecture a déclaré : ” la vidéoprotection n’est qu’un support pour accréditer les destinataires du PV et non le contraire ». Pourtant les caméras ne sont pas censées être des outils d’identification, c’est en tout cas le discours qui avait été déployé pour faire accepter l’installation des caméras dans la ville depuis 2017 ( 48 caméras, dont trois “nomades”, c’est-à-dire déplaçables selon les envies de la municipalité) grâce auxquelles aujourd’hui le fichage des RG se transforme en sanction.

#1061 vu sur technopolice.fr

France, Mont de Marsan : par la magie de la reconnaissance préalable de culpabilité, un homme se retrouve condamné à 4 mois avec mandat de dépôt pour le vol de 3 euros 50 et d’une paire de lunettes

France, Mont de Marsan. Un homme de 54 ans condamné à de la prison ferme pour avoir fracturé deux voitures et volé une paire de lunette et 3 euros 50. Il a été reconnu sur les images de vidéosurveillance puis a accepté une condamnation sur reconnaissance préalable de culpabilité qui lui a valu quatre mois de prison ferme sans procès et une incarcération immédiate…

#1057 vu sur sudouest.fr

France, Paris : un quatrième fichier illégal de salariés au centre bus d’Asnières-Pleyel vient d’être révélé alors que la RATP voulait faire croire à des cas isolés pour les précédents

France, Paris. Un quatrième fichier illégal de salariés par la RATP sur le centre bus d’Asnières-Pleyel vient d’être révélé, embarrassant d’autant plus la direction qui voulait faire croire à des cas isolés. La RATP recensant notamment le nombre de jours de grève ou d’arrêts maladies ainsi que d’autres informations qui peuvent nuire à l’avancée de la carrière de ses salariés. La direction a d’abord suspendu le directeur du centre bus de Bords-de-Marne, premier à se faire épingler, puis des fichiers ont été révélés sur d’autres centres, au dépôt de bus d’Ivry-Lebrun puis à celui de Croix-Nivert-Point du Jour à Paris, montrant qu’il s’agissait bien d’une pratique courante. Pourtant, dans une note du 4 juin 2020 faisant suite à la fuite des fichiers de Bords-de-Marne, la RATP reconnaissait elle-même l’illégalité du fichier “au regard de la loi Informatique et Libertés et au règlement européen relatif à la protection des données (RGPD) ” : « Il va de soi que ce fichier est totalement contraire à la politique et aux règles de fonctionnement de la RATP ; il a été expressément retiré du processus de la commission de classement ». La RATP, qui a déjà été mise en demeure pour sa légèreté dans les mesures sanitaires prises dans les bus, se retrouve en mauvaise posture.

#1041 Source revolutionpermanente.fr

France : le ministre de l’éducation annonce des évaluations renforcées en septembre, faisant encore un peu plus de l’école un vaste parcours de bilan de compétences

France. Le ministre de l’éducation annonce des évaluations renforcées en septembre et promet “un plan ultra volontariste” contre le décrochage scolaire après le confinement lié au coronavirus. Des évaluations seraient mises en place pour les entrant en sixième et peut-être pour d’autres niveaux. Ces mesures ne font qu’étendre le principe des évaluations nationales déjà mises en place en début de primaire et dont les enseignants dénoncent largement l’absurdité. Des questions stéréotypées peu en lien avec ce que les enfants ont réellement fait, un temps énorme consacré à les faire passer avec un mode d’emploi extrêmement contraignant pour tout le monde, aucun usage pédagogique dans la progression de chaque enseignant : ces évaluations servent surtout à renseigner une lecture statistique globale utile aux experts auxquels sont confiées de plus en plus de décisions qui prétendent à l’objectivité. Par ailleurs, l’évaluation envahit le temps scolaire et devient une activité en soi, appuyée sur la notion de compétences dont on vérifie en permanence le niveau d’acquisition. Les enfants sont ainsi habitués depuis leur plus jeune âge et tout au long de leur scolarité à se retrouver en “bilan de compétence” comme ce sera le cas tout au long de leur vie.

#1047 Source huffingtonpost.fr

France, Uzerche : un à trois ans fermes pour les huit détenus en procès pour la révolte de la prison d’Uzerche, des procès à venir pour 47 autres personnes qui ont été transférées

France, Uzerche. Le jugement de huit détenus accusés pour la révolte de la prison d’Uzerche du 22 mars dernier a été rendu par le tribunal de Tulle, avec des peines de un à trois ans de prison ferme, donc un peu moins lourdes que les réquisitions du procureur. 47 autres détenus seront jugés dans les départements où ils ont été transférés après la mutinerie. En effet, 350 détenus avaient été transférés dès le milieu de la nuit après la fin de la mutinerie. Les travaux de réparation des bâtiments ont déjà commencé mais ils ne réouvriront que progressivement à partir début de 2021 pour un premier bâtiment avec le retour de 200 détenus puis un deuxième trois mois plus tard.

#1056 vu sur francebleu.fr

France : troisième phase du déconfinement dans les prisons, les restrictions restent inchangées pour les parloirs

France. Une circulaire régit la troisième phase du déconfinement dans les prisons. Les transferts sont à nouveaux autorisés sans mise en quarantaine et avec des phases d’accueil réduites à une semaine, sauf entre maisons d’arrêt où ils restent suspendus sauf cas exceptionnels. Les détenus arrivant sont placés en quarantaine pour deux semaines et seront testés au 7ème jours. Les restrictions et aménagements contraignants pour les parloirs sont maintenues jusqu’au 10 juillet. Les activités et les cultes reprennent avec des mesures de distanciation, ainsi que le sport en extérieur ou en gymnase mais la musculation reste interdite. Les bibliothèques restent fermées et les livres doivent être empruntés sur catalogue. Les vêtements peuvent à nouveau être apportés aux détenus.

#1055 vu sur la circulaire du 23 juin du ministère de la justice (legifrance)

France, Meaux : une jeune femme de 19 ans a été écrouée avec mandant de dépôt pour 3 mois faute de place en semi-liberté…

France, Meaux (Seine-et-Marne). Une jeune femme de 19 ans a été écrouée faute de place en semi-liberté par le tribunal correctionnel de Meaux qui l’a condamnée à trois mois de prison ferme avec mandat de dépôt, après avoir constaté qu’il n’existe aucune place dans une structure adaptée en région parisienne. Elle est accusée d’avoir commis des dégradations dans une chambre d’hôtel. Elle a été immédiatement écrouée à Fleury-Mérogis.

#1054 vu sur leparisien.fr

France, Villepinte. Un détenu de vingt ans est mort dans l’incendie de sa cellule sans que personne n’intervienne

France, Villepinte. Un détenu de vingt ans est mort mardi soir à la maison d’arrêt de Villepinte dans l’incendie de sa cellule. La scène insoutenable a été filmée et circule sur les réseaux sociaux, le jeune homme étant en train de mourir sans que personne n’intervienne. Les pompiers ont fini par intervenir vers 20 h et ont éteint l’incendie avant de découvrir le corps du jeune détenu qui occupait seul sa cellule. Trente-deux prisonniers ont été évacués en raison de la propagation de fumée dans un des étages.

#1071 vu sur ouest-france

France, Toulouse : le CRA continue de se remplir mais les mesures restrictives comme la visioconférence et les visites restreintes perdurent

France, Toulouse. Le CRA de Toulouse continue de se remplir progressivement depuis la fin du confinement, les arrestations suite aux contrôles au faciès ont repris et les sortants de prison continuent d’être enfermés en rétention pour subir la double peine. On retrouve peu à peu la situation d’avant le Covid, les différents secteurs se remplissent, dont celui des femmes. Les mesures restrictives du confinement sont en revanche maintenues puisque les audiences continuent d’avoir lieu depuis le centre en visioconférence, ce qui empêche la présence du public et détériore le contact que peut avoir la personne avec son avocat. L’État cherche visiblement à pérenniser ce nouveau système et limiter ainsi les moyens de la défense tout en s’épargnant la gestion des transferts. Comme dans les prisons et les Ehpad, les visites sont toujours limitées et encadrées par des mesures sanitaires : la PAF a installé dans les parloirs un film plastique au milieu de la table et une seule personne peut entrer dans le parloir pour chaque visite.

#1035 vu sur toulouseanticra.noblogs.org

France : l’assemblée a voté dans la nuit la proposition de loi controversée prévoyant des «mesures de sûreté» pour les condamnés pour terrorisme, à l’issue de leur peine

France. L’Assemblée nationale a voté dans la nuit la proposition de loi controversée prévoyant des «mesures de sûreté» pour les condamnés pour terrorisme, à l’issue de leur peine . L’autorité judiciaire pourra imposer durant cinq ou dix ans à ces personnes l’obligation de répondre aux convocations du juge d’application des peines, d’établir sa résidence en un lieu déterminé, des interdictions d’entrer en relation et de paraître dans certains lieux, et encore l’obligation de pointage ainsi que, sous réserve de l’accord de la personne, le port du bracelet électronique. Les socialistes et le front de gauche se sont abstenus. Une grande partie des députés qui ont voté pour trouvent le texte très insuffisant et ont cherché à prolonger et durcir ces mesures, agitant la sortie de prison prochaine d’islamistes radicaux arrêtés ces dernières années.

#1033 vu sur lefigaro.fr

France, Nantes : plusieurs centaines de personnes ont manifesté en hommage à Steve Maia Caniço, noyé l’an dernier suite à une intervention policière, des incidents et affrontements avec la police ont eu lieu

France, Nantes. Une manifestation a eu lieu en hommage à Steve Maia Caniço mort noyé suite à une intervention de la police lors de la fête de la musique il y a un an, et plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues en suivant un camion diffusant de la musique techno. La mairie avait interdit l’organisation d’un concert et la manifestation était interdite aussi par la préfecture. Les forces de l’ordre ont repoussé les participants à plusieurs reprises, que ce soit en centre-ville puis sur l’île de Nantes. La situation, parfois tendue avec des affrontements, des dégradations diverses et des feux de poubelles, a duré jusqu’à minuit environ. Quinze personnes ont été interpellées d’après la police nationale.

#1031 vu sur fr.news.yahoo.com

France : un logiciel de traçage Covid-19 est apparu dans les paramètres des téléphones Android et des iPhones dans le cadre d’une mise à jour de leur système d’exploitation sans que les utilisateurs n’aient fait de démarche particulière pour l’obtenir.

France. Un logiciel de traçage Covid-19 est apparu dans les paramètres des téléphones Android et des iPhones dans le cadre d’une mise à jour de leur système d’exploitation sans que les utilisateurs n’aient fait de démarche particulière pour l’obtenir. L’outil de “notification d’exposition” est désactivé par défaut et n’est pas considéré comme une application de traçage, même si il en a toutes les caractéristiques. L’application mesure la distance entre deux combinés et alerte le propriétaire du téléphone quelqu’un qu’il a approché est testé positif au Covid-19. Un informaticien précise : “Ce n’est pas une nouvelle application mais un élément supplémentaire ajouté aux systèmes d’exploitation des téléphones pour permettre aux développeurs agréés de créer des applications qui peuvent potentiellement avertir de la proximité de personnes infectées” espérant ainsi rassurer les utilisateurs qui ont pu penser que Stopcovid, qui n’est pas compatible avec ces logiciels, s’installait tout seul à leur insu sur leurs téléphones. Il reste quand même avéré que ces logiciels de traçage ont été installés par défaut sans que les utilisateurs aient fait une quelconque démarche pour les obtenir. Plusieurs entreprises développant ce type d’application se plaignent en outre des critiques contre les applications de traçage, qu’ils considèrent comme “de la désinformation”, en arguant du fait que l’accès à des données qui mettent en cause la vie privée n’est pas prouvé…

#1029 vu sur pressafrik.com

France, Grenoble : occupation du local de campagne de Eric Piolle en solidarité avec les jeunes majeurs étrangers, plusieurs manifestations de quelques centaines de personnes ont eu lieu dans différentes villes pour la “journée mondiale des réfugiés”

France, Grenoble. Plusieurs manifestations de quelques centaines de personnes ont eu lieu dans différentes villes pour la “journée mondiale des réfugiés”. A Grenoble, une centaine de soutiens aux jeunes majeurs étrangers ont investi le local de campagne d’Éric Piolle car la mairie refuse l’installation d’un campement sur le parvis du musée. la manifestation à l’issue de laquelle a eu lieu cette occupation a été autorisée par la préfecture mais interdite par la mairie.

#1028 vu sur francebleu.fr

Paris : l’audience d’un détenu de la prison de la Santé atteint de plusieurs pathologies chroniques pour sa libération dans le cadre du confinement, déposée le 5 avril, a été fixée au 17 juin ! Il a été infecté entre temps.

Paris. L’audience d’un détenu de la prison de la Santé atteint de plusieurs pathologies chroniques pour une demande de suspension de peine dans le cadre du confinement, déposée le 5 avril, a été fixée au 17 juin ! Il a été infecté par le Covid19 entre sa demande et l’audience. Les autorités pénitentiaires, avertie du fait qu’il avait été infecté et qu’il était malade, l’ont simplement mis en isolement pour éviter la contagion d’autres détenus…

#1018 vu sur oip.org

France, Paris : une nouvelle manifestation de policiers a eu lieu place d’Italie, plusieurs dizaines de Gilets Jaunes sont intervenus et le rassemblement a alors cessé immédiatement

France, Paris. Une nouvelle manifestation de policiers a eu lieu place d’Italie. Plusieurs dizaines de véhicules – fourgons, voitures banalisée – ont stationné sur la chaussée, gyrophares allumés. Des tensions ont eu lieu lorsque plusieurs dizaines de Gilets Jaunes sont intervenus. Les policiers ont alors cessé immédiatement le rassemblement. Des manifestations semblables ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs endroits à Paris, notamment au Trocadéro, sur l’avenue des Champs-Élysées, place de la République, ou encore dans le quartier de La Défense. C’est suite à ces mobilisations que la police a pu maintenir son “droit d’étrangler” pour interpeller…

#1008 vu sur www.lefigaro.fr

France : le conseil constitutionnel oblige le gouvernement à ce que le maintien à l’isolement ou en contention d’une personne hospitalisée sans son consentement soit contrôlé par un juge

France. Le conseil constitutionnel a ordonné au gouvernement de prendre des mesures pour que le maintien à l’isolement ou en contention en psychiatrie d’une personne hospitalisée sans son consentement soit contrôlé par un juge. Cet avis revient donc sur l’article du Code de la santé publique relatif à l’encadrement des mesures d’isolement et contention du 26 janvier 2016 qui ne prévoyait pas l’intervention d’un juge dans ces cas d’isolement ou de contention des d’hospitalisés sous contrainte. Le gouvernement a donc jusqu’au 31 mars pour modifier les dispositions légales Cette mesure concernerait plus de 92000 personnes (chiffre de 2017). L’annonce intervient juste après la diffusion d’un rapport alarmant sur l’utilisation de la contrainte en psychiatrie.

#1004 vu sur informations.handicap.fr

France : le conseil constitutionnel annule la disposition de la “loi contre la haine en ligne” qui visait à censurer immédiatement tout contenu “à caractère terroriste”

France. Le conseil constitutionnel vient de déclarer la quasi-intégralité de la “loi de lutte contre la haine en ligne” contraire à la Constitution. Le principe d’une censure sans juge des contenus considérés comme “à caractère terroriste” dans un délai imposé d’une heure pour la police ou de vingt-quatre heures pour les plate-formes elles-mêmes est refusé. La décision peut être comprise ainsi : seuls les contenus “manifestement illicites” peuvent être retirés sans passer par un juge et reconnaître qu’un contenu est manifestement illicite demande un minimum d’analyse, impossible en si peu de temps. Le gouvernement voulait imposer à l’ensemble de l’Internet le modèle de censure algorithmique de Facebook. Il s’agissait aussi de faire « adopter à l’avance » en France le règlement européen contre la propagande terroriste actuellement en discussion qui prévoit lui aussi une censure sans juge en une heure mais suscite de nombreuses oppositions.

#0990 Source laquadrature.net

France : les associations d’aide alimentaire font face à un « raz de marée de la misère »

France. Les associations d’aide alimentaire font face à un « raz de marée de la misère ». La crise économique et sanitaire a obligé un nouveau public à se tourner vers ces associations, qui commencent l’été avec des stocks au plus bas. Le “resto du coeur” de Paris 11ème connaît une hausse de fréquentation de 70 % par rapport à la même période l’année dernière.

#01002 vu sur lemonde.fr

France, La Rochelle : une jeune femme est arrêtée à son domicile pour des dizaines de tags, prétendument identifiée par une comparaison entre des images de la caméra d’une banque et des images de manifestations montrant des vêtements semblables…

France, La Rochelle. Une jeune femme est arrêtée à son domicile pour des dizaines de tags faits dans des rues sans caméras. Elle aurait été identifiée par une comparaison entre des images filmées par la caméra d’une banque cette nuit-là et des images de manifestations qui montreraient les mêmes chaussures et le même manteau… Selon la presse, elle se retrouve accusée d’une soixante tags comme “Brûlez les banques”, “un flic, une balle”, “à bas le capitalisme”, “la propriété, c’est du vol”, “les élus ne pensent qu’à eux-mêmes”, “stop féminicides” qui ont décoré la ville et sa mairie le 8 mai.

#1042 Source sudouest.fr

France : les expulsions de campement de “gens du voyage” reprennent en force avec la fin du confinement

France, Guidel et Locmiquélic (Morbihan). Les gendarmes mobiles expulsent un campement de “gens du voyage”. Partout en France, la fin du confinement marque le retour en force de ces expulsions, souvent appuyées par les riverains. Une constante : des territoires qui ne respectent pas les schémas d’accueil, des aires insalubres, des abus dans les périodes de fermetures administratives.

#0997 Source ouest-france.fr

France : le rapport “Identités numériques, clés de voûte de la citoyenneté numérique” prévoit une Carte Nationale d’Identité électronique (CNIe) dès 2021 avec une reconnaissance faciale via l’application Alicem

France. Le gouvernement prévoit une Carte Nationale d’Identité électronique (CNIe) dès 2021. Le programme s’appuie sur la reconnaissance faciale via l’application Alicem. Le rapport du Conseil national du numérique (CNnum) intitulé « Identités numériques, clés de voûte de la citoyenneté numérique » prévoit d’établir l’accès aux services de l’administration en ligne au travers de cette carte d’identité numérique. L’application Alicem est en phase de test sur FranceConnect depuis juin 2019. Elle impose à son utilisateur de passer par une étape de reconnaissance faciale pour prouver qu’il est le titulaire légitime du titre d’identité et à partir de là, sert à attester l’identité. Son expérimentation a été suspendue car elle n’offre pas d’alternative à la reconnaissance facile pour l’activation des comptes utilisateurs. Elle est relancée avec ce projet de carte d’identité numérique.

#0992 Source intelligence-artificielle.developpez.com

France, Rennes : un conseiller Pôle Emploi est convoqué pour une sanction pour avoir aidé des chômeurs à récupérer des allocations non versées.

France, Rennes. Un conseiller Pôle Emploi à Rennes est convoqué le 23 juin à un entretien préalable pour une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement pour avoir aidé des chômeurs à récupérer des allocations non versées. La direction évoque de son côté un dossier personnel. Il affirme d’ailleurs avoir découvert “de vraies anomalies couvertes par une chaîne de décideurs, par exemple des salaires exclus automatiquement par le système de calcul des allocations chômage” ou encore des informations “sur les droits des allocataires que l’on donne très peu, voire quasiment jamais aux intéressés”. Un collectif de soutien s’est constitué, à l’initiative d’organisations et de syndicats de l’intermittence de l’emploi, du spectacle, des arts et de la culture.

#01001 france3-regions.francetvinfo.fr

France : un rapport du “contrôleur des lieux de privation de liberté” s’alarme du recours de plus en plus systématique à l’enfermement des patients en psychiatrie

France. Dans un rapport rendu public mercredi le “contrôleur des lieux de privation de liberté” s’alarme du recours de plus en plus systématique à l’enfermement des patients en psychiatrie. On enferme en effet de plus en plus, et cela sans le consentement du malade. On isole aussi, voire on attache. En effet, depuis une vingtaine d’années, le nombre d’hospitalisations sans l’accord du patient a augmenté régulièrement, au point de les banaliser avec 25% des hospitalisations qui se font sous ce statut. Il y a vingt ans, c’était deux fois moins. Dans certains établissements, 40 % des hospitalisations se font sous contraintes. Il n’y a qu’en psychiatrie que l’on peut légalement soigner sans l’accord du patient. Cette contrainte aux soins va avec la possibilité d’exercer « une contrainte au corps se traduisant en une contrainte aux comportements : horaires, tabac, visites, etc. » Voire à isoler les patients dans des chambres spéciales, et parfois à les attacher pendant des jours, voire des mois. Le rapport note que « la culture de l’enfermement et des restrictions dans le champ psychiatrique est intériorisée par tous : soignants, famille et proches, patients aussi. L’ensemble perpétue le refus de s’interroger sur les pratiques, la compatibilité de l’enfermement et des restrictions qui l’accompagnent avec le soin ». Il s’agit d’une tendance lourde, accentuée par la gestion du confinement en milieu fermé, certains patients étant restés enfermés dans leur chambre 24h sur 24. Il semble cependant que ces pratiques commencent à être de plus en plus interrogées, voire discutées au sein des établissements, entre autre en réaction à ce qui a pu se passer pendant le confinement.

#0998 Source liberation.fr

Guyane : Cayenne est désormais le plus grand cluster de la région avec une augmentation fulgurante des cas Covid-19, incontrôlable dans les quartiers défavorisés

Guyane, Cayenne. Cayenne est désormais le plus grand Cluster de Guyane. On y enregistre une augmentation fulgurante des cas Covid-19 et la propagation du coronavirus semble incontrôlable dans les quartiers défavorisés. La mairie a commencé une opération de distribution de masques au porte à porte mais les conditions sanitaires dans les bidonvilles et les quartiers pauvres sont désastreuses, en particulier le manque d’eau courante. Un couvre-feu est instauré à Cayenne de 19h à 5h du matin en semaine.

France : la mobilisation des livreurs sans papiers de Frichti (la moitié des employés) se poursuit, le statut d’auto entrepreneur exigé par l’entreprise entrave leur régularisation

France. Le mouvement de grève des livreurs de Frichti débutée le 4 juin se poursuit. Près de la moitié des livreurs autoentrepreneurs employés par Frichti sont sans papiers. Ils manifestent presque tous les jours devant les dépôts de la plateforme. Après la publication d’un article de presse sur le quotidien d’un des «livreur de bonheur» non payé depuis le confinement, la firme avait privé de travail tous les autres livreurs sans papiers. 219 livreurs sont inscrits sur la liste exigeant la régularisation. Le statut d’autoentrepreneur exigé par l’entreprise pour l’embauche rend la régularisation difficile car aucun dossier de ce type n’a été validé en France ou ailleurs. De nouvelles manifestations sont prévues. Les sans-papiers représentent quasiment la moitié des livreurs employés par l’entreprise.

#0974 vu sur libération.fr

France : les policiers ont finalement le droit d’étrangler “avec mesure et discernement”…

France. Les policiers peuvent finalement continuer à étrangler pour interpeller. Une note du directeur de la police nationale annonce que la clé d’étranglement pourra continuer à être utilisée par les forces de l’ordre “avec mesure et discernement”, le temps qu’un groupe de travail sur cette technique d’interpellation controversée soit mis en place et qu’il rende ses conclusions en septembre. Ces derniers jours les syndicats de policiers avaient protesté contre l’annonce de l’interdiction de cette technique mortelle et le ministère de l’intérieur avait affirmé maintenir sa décision. L’entourage du ministre de l’Intérieur dément tout “rétropédalage”, et assure que ce qui a été supprimé, c’est uniquement l’enseignement de cette méthode en école de police.

#0960 vu sur www.bfmtv.com

France, Paris : en dépit de la réalité, les organisateurs de la manif des soignants se désolidarisent des affrontements qui ont animé les Invalides et accusent de prétendus “éléments extérieurs” liés aux mobilisations contre le racisme et la police.

France, Paris. 18 000 soignants et personnes solidaires manifestent en soutien aux soignants à Paris et 220 cortèges réunissant parfois plusieurs milliers de personnes défilent dans toute la France. Des incidents divers ont lieu pendant plusieurs heures sur la place des Invalide avec des affrontementscontre les forces de l’ordre et des feux de poubelles. Alors que les images de l’interpellation brutale d’une infirmière accusée d’avoir jeté des projectiles sur les policiers fait scandale, les organisateurs de la manifestation se désolidarisent en affirmant que les affrontements sont le fait “d’éléments extérieurs” aux manifestants. En dépit de la réalité, Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes hospitaliers de France s’illustre par des propos véhéments pour dissocier “bons” et “mauvais” manifestants en affirmant “ce ne sont absolument pas les soignants qui ont causé ces dégradations et provocations contre la force publique” et “cela reste des voyous, des grands crétins ultra violents” qui sont à l’origine des affrontements. Il va jusqu’à dénoncer ceux auxquels il attribue les débordements qui auraient commencé alors que : ” des groupuscules arrivaient, dont certains avec des tee-shirts Adama Traoré”, cherchant ainsi à dissocier la mobilisation des soignants des manifestations contre le racisme et la police. Il poursuit en appelant aussi au “dopage” des services d’ordre pour contrôler les manifestations à l’avenir. On apprend d’ailleurs dans la presse que les services d’ordre syndicaux, en particulier ceux de l’UNSA, de FO et de la CGT ont collaboré de manière serrée avec la police. Plus de trente personnes ont été interpellées.

France : contrairement à ce qui avait été annoncé aux professionnels de santé, la base de données créée à partir des fichiers santé SIDEP et AMELI-PRO pourrait perdurer au-delà de l’état d’urgence sanitaire

France. La base de données créée à partir des fichiers santé SIDEP et AMELI-PRO, à laquelle contribuent plusieurs professionnels de la santé dont les médecins, pourrait perdurer au-delà de l’état d’urgence sanitaire, contrairement à ce qu’annonçait au début le gouvernement aux professionnels de la santé pour les mobiliser. L’ordre des médecins exprime publiquement son inquiétude et demande au gouvernement de revenir sur l’accord de base (la limitation de la base de données à l’état d’urgence sanitaire finissant le 10 juillet).

#0970 vu sur www.conseil-national.medecin.fr

France, Lyon : une enquête a été ouverte après l’agression dans la nuit de samedi à dimanche d’un policier, blessé à la cheville « en raison de ses fonctions », a-t-on appris auprès du parquet de Lyon

France, Lyon. Une enquête a été ouverte après l’agression dans la nuit de samedi à dimanche d’un policier, blessé à la cheville « en raison de ses fonctions », a-t-on appris auprès du parquet de Lyon. Le policier n’était pas en service et rentrait chez lui lorsqu’une voiture s’est arrêtée devant lui et sa compagne, l’un des deux occupants l’insultant et le traitant de « sale flic ». Des jeunes du quartier se seraient alors joints à la scène en agressant et frappant le couple. Le fonctionnaire de police doit être opéré lundi de la cheville, précise encore le parquet. À ce stade, aucun détail n’était disponible sur le mobile de l’agression ni sur la question de savoir si la victime connaissait ses agresseurs.

#0956 vu sur ouest-france.fr

France : la manière de travailler a complètement et durablement changé suite au confinement dans les structures accueillant des personnes en situation de handicap

France. la manière de travailler a complètement et sans doute durablement changé dans les structures accueillant des personnes en situation de handicap, et notamment dans celles qui accueillent des personnes autistes. Certains proches ont vu apparaître chez des personnes atteintes d’autisme des troubles du comportement nouveau dans ce contexte particulièrement angoissant, ou constater une aggravation de ces troubles. Les contacs rassurants sont devenus impossibles, et, comme dans les prisons et les Ehpad, les visites des proches et les sorties sont toujours extrêmement limitées. En clair, dans le domaine du soin, toutes les situations de crises ou potentiellement de crises, d’angoisses, se sont vues amplifiées ou du moins chamboulées par le coronavirus et par la gestion de l’Etat de cette pandémie.

#0945 vu sur francebleu.fr

France : le conseil d’Etat oblige à autoriser les manifestation de plus de 10 personnes mais les dispositions concernant la “liberté de manifester” évoluent fondamentalement puisqu’il valide que tout rassemblement doit être soumis à autorisation

France. Les dispositions concernant la “liberté de manifester” évoluent fondamentalement : le conseil d’Etat oblige à autoriser les manifestation de plus de 10 personnes, mais valide que tout rassemblement doit être soumis à autorisation, ce qui n’était pas le cas précédemment. Quelques précisions. Le conseil d’Etat rétablit donc la “liberté de manifester” qui n’avait pas été rétablie par le décret du 11 mai sur le déconfinement qui maintenait une interdiction de tout rassemblement de plus de 10 personnes. Les décrets du 20 puis du 31 mai avaient confirmé cette interdiction. Dans les faits, la répression des rassemblement est soumis à l’arbitraire préfectoral et policier, avec des distributions d’amendes de 135 euros dont certaines ont été contestées avec succès, comme ces amendes infligées aux 20 personnes qui attendent la libération d’un manifestant en discutant avec son avocat devant le tribunal de Paris . Le 26 mai dernier, la Ligue des droits de l’homme a saisi le juge des référés du Conseil d’État pour obtenir la suspension de l’interdiction générale et absolue de manifester, suivie l e 3 juin par la CGT, la FSU, Solidaires, le syndicat de la magistrature et le syndicat des avocats de France. Alors que la loi l’oblige à statuer en 48h lorsqu’il est saisi par la voie d’un référé-liberté, il prendra 17 jours pour rendre sa décision. Il statue juste après la grande manifestation contre les violences policières, et affirme que l’interdiction des rassemblements mettant en présence de manière simultanée plus de dix personnes sur l’ensemble du territoire de la République porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’expression et de communication – dont la liberté de manifester ou de se réunir est une des formes d’exercice. En revanche, l’arrêt n’a pas remis en cause l’interdiction, jusqu’au 31 août 2020, de tout événement réunissant plus de 5 000 personnes prévu à l’article 3, V, du décret du 31 mai 2020. Le gouvernement publie donc un nouveau décret qui ne rétablit pas complètement la liberté de manifester. Pour bien comprendre, il faut savoir qu’en France, contrairement à une idée reçue – régulièrement répétée par les plus hautes autorités de la République –, il n’y a pas de « manifestations autorisées » : il n’y a qu’une liberté de manifester et des manifestations interdites, ce qui est très différent. C’est à dire qu’une fois une manifestation annoncée publiquement (pas forcément déclarée à la préfecture), le préfet peut décider de l’interdire, et s’il ne le fait pas, la manifestation peut avoir lieu (sans être particulièrement “autorisée”). Or, le décret paru au Journal officiel de ce matin modifie ce point : désormais, « les cortèges, défilés et rassemblement de personnes, et, d’une façon générale, toutes les manifestations sur la voie publique […] sont autorisés par le préfet de département si les conditions de leur organisation sont propres à garantir le respect [des « mesures barrières ». On passe donc d’un régime de déclaration des manifestations à un régime d’autorisation. C’est une très vieille revendication de la préfecture de police de soumettre à autorisation préalable toute manifestation. Jusqu’à présent, aucun gouvernement n’avait osé y donner suite, pas même en période d’état d’urgence « non sanitaire ».

#1017 vu sur academia.hypotheses.org

France, Toulouse : la façade des bureaux d’Apave qui collabore à l’enfermement a été dégradée, avec un tag “feu aux prisons” .

France, Toulouse. La façade des bureaux d’Apave qui collabore a l’enfermement a été dégradée, avec un tag “feu aux prisons” . Le communiqué en lien avec cette action est à lire ici. Apave est une société qui “évalue les risques généraux et environnementaux” des habitations et bâtimentspublics dont des prisons.

#0975 vu sur Indymedia Nantes

France, Le Mans : malgré l’interdiction de manifestation, 500 personnes manifestent devant la Préfecture contre la police et le racisme mais aussi pour la régularisation de tous les sans papiers

France, Le Mans. Malgré l’interdiction de manifestation décrétée par le préfet, 500 personnes manifestent devant la Préfecture contre les violences policières et le racisme mais aussi pour la régularisation de tous les sans papiers. Un second appel avait également circulé sur les réseaux sociaux, pour un rassemblement à la même heure et au même endroit en hommage à Georges Floyd et Adama Traoré et contre les violences policières et le racisme. Un appel est lancé pour la semaine prochaine, samedi 20 juin 2020.

#0949 vu sur ouest-france.fr

France, Paris: une manifestation réunit plus de 15 000 personnes à l’appel du Comité pour Adama, Place de la République ; un important dispositif policier empêche le départ en manifestation, affrontements et pillages ont lieu.

France, Paris. Une manifestation réunit plus de 15 000 personnes à l’appel du Comité pour Adama, Place de la République. Un important dispositif policier empêche le déplacement de la manifestation, qui reste bloquée sur la place. Malgré les nombreux appels au calme provenant du camion des organisateurs de la manifestation, depuis lequel il est demandé de cesser les multiples jets de projectiles au nom du respect des volontés de la famille, et l’intervention d’un service d’ordre pour protéger les magasins et empêcher les manifestants de les piller, les affrontements avec la police durent longtemps, des arrestations sont empêchées par les manifestants, un bouclier anti-émeute est récupéré et brûlé et des vitrines sont brisées. 26 interpellations à Paris sont à déplorer ce jour-là (dont 14 proches de Génération Identitaire pour avoir déployé une banderole raciste du toit d’un immeuble).

#0947 vu sur leparisien.fr

France, Paris : un voisin qui voit une banderole de Génération Identitaire se dérouler devant sa fenêtre se met à la découper et à en jeter les morceaux dans la manifestation contre les violences policières

France, Paris. Un voisin qui voit une banderole de Génération Identitaire se dérouler devant sa fenêtre se met à la découper et à en jeter les morceaux dans la manifestation contre les violences policières appelée par le Commité Vérité et Justice pour Adama, sous les acclamations des manifestants. Des slogans en référence à l’extrême droite suprémaciste blanche américaine accompagnent le message. La banderole a ensuite été arrachée par un manifestant grimpeur.

#0946 vu sur les réseaux et de source directe.

France : un rapport propose l’élargissement des domaines d’application de l’algorithme utilisé par les services de renseignement pour traiter des masses de données numériques

France. Un rapport soumis à l’assemblée propose l’élargissement des domaines d’application de « l’algorithme » utilisé par les services de renseignement afin d’éplucher en temps réel un grand nombre de données numériques dans le but de détecter des “menaces terroristes”. Plutôt que de viser une personne identifiée, cet “algorithme” passe au tamis de très grandes quantités de données numériques à la recherche de « signaux de faible intensité ». Une fois des données repérées, les renseignements doivent demander une “levée d’anonymat” pour accéder aux informations personnelles de l’émetteur et du destinataire. On ne connaît pas le nombre de demande de “levée d’anonymat” qui ont été formulées depuis que cet algorithme est utilisé. Il s’agit d’un dispositif expérimental qui doit être réévalué avant le 31 décembre. Le rapport demande de développer son usage et de le prolonger pour cinq ans. « Le volume de données que l’algorithme permet d’appréhender ne peut pas l’être par des moyens classiques », écrivent-ils, craignant que la France se prive « d’une grande chance » et accuse « du retard par rapport aux puissances partenaires » si les espions français ne pouvaient plus faire usage de leur algorithme. En réalité, trois algorithmes sont actuellement à l’œuvre : le premier a été déployé le 12 octobre 2017, les deux autres courant 2018. Ils traitent des données téléphoniques et inspectent le trafic Internet mais ne peuvent conserver que des données dites « de connexion » (ou « métadonnées »), c’est-à-dire qui communique avec qui, quand et pendant combien de temps. Le rapport préconise un accès et une possibilité de conservation du contenu des messages. Les services de renseignement demandent un élargissement à d’autres missions, notamment le « contre-espionnage et de criminalité organisée ».

#0967 vu sur www.lemonde.fr

France : la police manifeste pour réclamer le droit d’étrangler !

France. En réaction à l’annonce gouvernementale de l’interdiction de l’utilisation de la clé d’étranglement intervenue suite aux manifestations contre les violences policières, des policiers se sont rassemblés dans plusieurs villes, et ont jeté symboliquement leurs menottes à terre pour réclamer le droit de pouvoir continuer à étrangler lors de leurs interventions. A l’appel d’Unsa police et d’Alliance, des policiers ont aussi défilé ce vendredi sur les Champs-Elysées.

#0935 Source 20minutes.fr

France, Urzeche : lourdes réquisitions (3 à 6 ans fermes) au procès les huit détenus accusés d’avoir participé à la mutinerie d’Uzerche

France, Urzeche. Pour les huit détenus accusés d’avoir participés à la mutinerie du centre de détention d’Uzerche, la procureur demande des peines de prison ferme de 3 à 6 ans. Le jugement a été mis en délibéré au 23 Juin. 47 autres détenus ont été mis en cause dans cette mutinerie et seront jugés par les tribunaux des départements où ils ont été transférés. Les déclarations des prévenus sont orientées vers la critique de la politique pénale mise en oeuvre depuis maintenant deux ans dans le centre et contre le comportement punitif et sadique des matons.

#0948 vu sur actupenit.com

France, Tulle : de nombreux tags en solidarité aux huit inculpés de la mutinerie du 22 mars à Uzerche ont été trouvés dans les rues de la ville où ils sont jugés aujourd’hui par visioconférence

France, Tulle. De nombreux tags en solidarité aux huit inculpés de la mutinerie qui a eu lieu le 22 mars à la prison d’Uzerche ont été trouvés dans les rues de la ville et sur la porte de l’église Saint-Jean. Le procès de cette mutinerie a lieu aujourd’hui par visioconférence dans le tribunal de Tulle. Dans cette mutinerie, entre autre, deux bâtiments pénitenciers ont été incendiés. On a donc pu lire aujourd’hui sur les murs « Solidarité avec les inculpés d’Uzerche et prisonniers anarchistes », « Feux aux prisons », « Liberté pour les inculpés d’Uzerche », « Crève la taule d’Uzerche et le tribunal de Tulle ». Ces tags font écho au procès des inculpés qui à lieu le jour même au tribunal de Tulle. Une enquête est en cours, qui ne dispose à l’heure actuelle d’aucun témoignage et une seule plainte, celle du chauffeur d’une entreprise dont la camionnette a été taguée. Lors de cette mutinerie, 88 détenus sont montés sur le toit de la prison qui a été fortement endommagée puisque deux bâtiments ont été dégradés au point de ne plus pouvoir accueillir de détenus : le bâtiment C et le bâtiment D qui a été, quant à lui, partiellement brûlé.

#0929 vu sur lamontagne.fr

France : une des recommandations du projet sur “la place du numérique dans la santé en France” est une “banque d’heures d’innovations” qui permettrait aux salariés d’y verser du temps de travail pouvant être utilisé par d’autres salariés

France. Le Conseil national du numérique (Cnnum) a publié une liste de recommandations sur “la place du numérique dans la santé en France”. Dans le cadre d’une réflexion sur “l’intégration des personnels de santé et des citoyens dans l’innovation”, le gouvernement prône la mise en place de mécanismes incitatifs tels qu’une “banque d’heures d’innovations” qui permettrait aux salariés d’y verser du temps de travail pouvant être utilisé par d’autres salariés investis dans des projets d’innovation dans le domaine de la santé, en échange d’un intéressement dans lesdits projets. On se souvient qu’au mois de mai le gouvernement avait déjà proposé que les salariés “reversent” aux soignants des jours de RTT…

#0954 vu sur usine-digitale.fr

France : le retour à la normale tarde dans les Ehpad, des proches craignent que certaines limitation d’accès de personnes extérieures perdurent dans ces structures, laissant les résidents seuls face à la maltraitance institutionnelle

France. À en croire le communiqué publié le 1er juin par le ministère de la Santé, la situation dans les Ehpad serait presque revenue à la normale, en particulier pour ce qui concerne les visites. Après une période d’interdiction puis d’encadrement très strict, période interminable pour les résidents et leurs familles, le gouvernement annonce aujourd’hui « un assouplissement supplémentaire » en adéquation avec « le respect du libre choix des personnes désirant voir leurs proches ». Or la réalité est toute autres puisque la plupart des Ehpad gardent une stricte limitation des visites qui ne permet pas au résidents de renouer le contact avec leurs proches et qui empêche, de fait, quiconque d’entrer dans les structures. Beaucoup de proches de personnes en Ehpad constatent les nombreuses conséquences désastreuses de cet isolement pour la santé morale et physique des résidents (amaigrissement, dépressions, perte d’autonomie physique et psychique). Des proches craignent que beaucoup d’Ehpad n’en profitent pour faire perdurer certaines interdictions d’accès aux personnes extérieures (accès aux salles de repas ou aux chambres), ce qui laisserait les résidents à la merci d’une gestion bien souvent maltraitante.

#0918 vu sur www.quechoisir.org

France : 76 % des français ont une bonne opinion de la police et 65% affirment qu’elle est raciste… combien sont-ils par la magie des sondages à avoir confiance dans une police qu’ils considèrent comme raciste ?

operation de securisation et de controle d’identite de voyageurs, fouille, palpation de securite, presentation des papiers d’identite, gare du Nord

France. Un sondage nous apprend que plus des trois quarts des sondés (76 %) affirment conserver une bonne opinion des forces de l’ordre. Mais dans le même temps, deux-tiers des Français (65%) estiment qu’en France les personnes de couleur ou d’origine étrangère sont victimes de discriminations ou de racisme de la part des policiers. Même sans être très fort en calculs, il est clair que selon cette représentation de “l’opinion publique”, un grand nombre de français considèreraient qu’il est normal que la police soit raciste…

#0936 Source midilibre.fr

France : le gouvernement annonce la fin de l’état d’urgence sanitaire pour le 10 juillet mais se réserve “la possibilité de limiter ou d’interdire les rassemblements sur la voie publique ainsi que les réunions de toute nature” pour quatre mois supplémentaires

France. Le gouvernement annonce la fin de l’état d’urgence sanitaire pour le 10 juillet mais se réserve “la possibilité de limiter ou d’interdire les rassemblements sur la voie publique ainsi que les réunions de toute nature” durant une période de quatre mois après cette date, ainsi que “la possibilité de réglementer les déplacements et l’accès aux moyens de transport, les établissements recevant du public comme les discothèques et de décider des jauges concernant les rassemblements sur la voie publique”. S’il voulait décider un nouveau confinement généralisé (ce que le gouvernement semble vouloir éviter à tout prix à cause des conséquences économiques), il faudrait néanmoins instaurer un nouvel état d’urgence sanitaire.

#0921 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Toulouse : la façade du palais de justice de la ville a été redécorée de tags contre le racisme, la justice et la police lors d’une manifestation de plusieurs milliers de personnes.

France, Toulouse. La façade du palais de justice de la ville a été redécorée de tags contre le racisme, la justice et la police lors d’une manifestation qui a réuni plusieurs milliers de personnes suite aux émeutes aux Etats Unis après la mort de Georges Floyd. Au moins une interpellation a eu lieu à cette occasion.

#0917 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France : alors que le nombre de chômeurs explose en lien avec la gestion de la crise sanitaire, les contrôles, les radiations et les récupération de “trop perçus” reprennent à Pôle emploi

France. Alors que le nombre de chômeurs explose en lien avec la gestion de la crise sanitaire, les contrôles, les radiations et les récupération de “trop perçus” reprennent dès le 18 mai à Pôle emploi, après un moratoire pendant le confinement. Malgré des consignes de “souplesse” données aux conseillers, le retour des sanctions va accentuer l’accroissement de la pauvreté, en pleine crise sociale.

#0899 vu sur www.alternatives-economiques.fr

France, Vitry : des kits “anti-Covid” sont distribués au 286 habitants d’un bidonville, ces interventions humanitaires sont accompagnées d’un recensement

France, Val de Marne. Des kits “anti-Covid” sont distribués au 286 habitants d’un bidonville à Vitry. Des ONG tentent d’organiser des “cliniques mobiles” dans les bidonvilles dans la crainte dune contagion rapide, même si elle est retardée par l’exclusion sociale des habitants. Ces interventions, financées par Sanofi, l’ARS et la fondation Abbé Pierre commencent par un recensement des habitants pour “évaluer les besoins”.

#0940 Source leparisien.fr

France : le ministre de l’intérieur annonce l’interdiction des techniques d’étranglement jusqu’ici enseignées dans les écoles de police pour lesinterpellations ; l’utilisation du Taser serait désormais privilégiée.

France. En réaction aux mobilisations suite au décès de Georges Floyd aux Etats Unis et de Adama Traoré en France, le ministre de l’intérieur annonce l’interdiction de l’utilisation des techniques d’étranglement jusqu’ici enseignées dans les écoles de police pour les arrestations. L’utilisation du pistolet à impulsion électrique, le Taser, serait désormais privilégiée. Le Taser fait partie des ces “armes non létales” dont l’usage est supposé remplacer les armes à feu, mais qui, de par sa facilité d’utilisation, est de fait employé beaucoup plus systématiquement. Comme les balles en caoutchouc et autres LBD, il peut provoquer de graves lésions, pouvant entraîner le décès notamment par fragilisation cardiaque.

#0909 vu sur www.Ici.fr

France, Montauban : les soignants de l’hôpital de la ville doivent participer à une tombola pour se répartir les dons recueillis par l’hôpital pendant la période de crise sanitaire

France, Montauban. Les soignants de l’hôpital de la ville doivent participer à une tombola pour se répartir les dons recueillis par l’hôpital pendant la période de crise sanitaire, sous forme de séjours à la montagne pour deux personnes ou de bons d’achat. Les syndicats proposent plutôt un tirage au sort…

#0906 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Metz : une cinquantaine de détenus ont été évacués parce qu’une fissure est apparue dans un mur de la prison

France, Metz. Une fissure est apparue dans la maison d’arrêt de Metz-Queuleu nécessitant l’évacuation d’une cinquantaine de détenus. La maison d’arrêt était connue pour son état sanitaire déplorable et début mars, une centaine de prisonniers avaient refusé de regagner leurs cellules pour protester contre les risques liés au covid-19 .

#0951 vu sur francebleu.fr

France, Paris : les livreurs sans papiers de Frichti sont en grèves et manifestent depuis plusieurs jours pour demander leur régularisation et leur réintégration dans les effectifs

France, Paris. Les livreurs sans papiers de Frichti sont en grèves et manifestent depuis plusieurs jours pour demander leur régularisation et leur réintégration dans les effectifs. Le premier blocage du hub de la plateforme a eu lieu a eu lieu après l’annonce de la décision de Frichti d’interdire l’accès aux coursiers ne disposant pas d’un passeport de l’espace économique européen. Les livreurs sont contraints au statut d’auto entrepreneurs, ce qui complique leurs possibilités de régularisation. Ils sont actuellement plus de 200 à se réunir et à manifester.

#0905 vu sur www.liberation.fr

France, Metz : plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues de Metz samedi contre le racisme et la police : divers incidents ont eu lieu, dont le caillassage d’un procureur par des manifestants qui s’étaient introduits dans le palais de justice

France, Metz. Comme dan sun grand nombre de villes en France, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues de Metz samedi contre le racisme et la police. Divers incidents ont eu lieu, dont le caillassage d’un procureur par des manifestants qui s’étaient introduits dans le palais de justice. “En secouant la grande porte du palais de justice, des manifestants ont réussi à forcer la petite porte pour les piétons”, a expliqué à l’AFP le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri, blessé à ce moment-là. “Je suis venu voir les dégâts et j’ai reçu un caillou sur le nez”, a précisé le magistrat, depuis l’hôpital où il allait être pris en charge, précisant que les manifestants étaient rapidement ressortis du palais de justice.

#0911 vu sur 5minutes.rtl

France, La Fière : un drone qui survolait la cérémonie a été abattu au fusil de chasse pendant les commémorations du 76e anniversaire du Débarquement

France, La Fière. Un drone qui survolait la cérémonie a été abattu au fusil de chasse pendant les commémorations du 76e anniversaire du Débarquement. Pendant la minute de silence, deux coups de fusil de chasse ont soudain retenti. Criblé de plombs, le drone a cependant pu être ramené au sol par son pilote qui n’a pu que constater les dégâts.

#0934 Source actu.fr

France, Ouistreham : un rassemblement en soutien aux sans-papiers retenus en CRA exige la fermeture de tout les centres de rétentions et la régularisation de tout les sans-papiers.

France, Ouistreham. Un rassemblement en soutien aux sans-papiers retenus en CRA a eu lieu, dénonçant aussi par la même leurs conditions de vies déplorables à tous points de vues, et notamment sanitaires. D’après la presse, 150 personnes se seraient retrouvées dans la rue ce jour-là, exigeant la fermeture de tout les centres de rétentions et la régularisation de tous les sans-papiers.

#0893 source actu.fr

France : l’entreprise de gestion de données Idemia est choisie pour la gestion des informations biométriques de tous les entrants dans l’union européennes qui constituera le plus gros fichier biométrique au monde

France. L’entreprise française de gestion de données Idemia devient “portier de l’Europe”. Elle a été choisie, avec Sopra Steria, par eu-LISA (L’Agence de l’Union européenne pour la gestion opérationnelle des systèmes d’information à grande échelle au sein de l’espace de liberté, de sécurité et de justice) pour développer le nouveau système partagé de correspondances biométriques permettant de sécuriser les contrôles aux frontières de l’espace Schengen. D’ici 2022, il s’agira de l’un des plus grands systèmes biométriques au monde, intégrant une base de données comprenant les empreintes digitales et les photos biométriques de plus de 400 millions de ressortissants de pays tiers. Ce nouveau système se combinera avec d’autres modes de fichage, comme le système d’information Schengen (SIS), le système d’information des visas (VIS), Eurodac (base de données européenne des empreintes digitales des demandeurs d’asile) et le futur ECRIS-TCN (système européen d’information sur les casiers judiciaires pour les ressortissants de pays tiers). Ses dirigeants se déclarent fiers de dépoyer « des technologies biométriques de pointe et s’engage fièrement à contribuer à l’une des bases de données biométriques à grande échelle les plus exigeantes au monde en matière de précision et de rapidité, au service d’une Europe plus sûre ».

#0890 Source onezero.medium.com

France, Ile de France : la région s’allie à l’application StaffMe faite pour proposer des petits boulots “de manière ludique” aux moins de 30 ans, dans le cadre de la gestion de la hausse du chômage liée à la gestion de la pandémie

France, Ile de France. La région Ile-de-France a annoncé s’allier à StaffMe, application supposée proposer des jobs de manière ludique pour préserver l’emploi des jeunes et endiguer la hausse du chômage liée à la gestion de la pandémie. Cette application propose aux moins de 30 ans des missions ponctuelles de petits boulots (nettoyage, manutention, livraison, vente…). «L’idée, c’est d’être très efficace pour que les demandeurs d’emploi puissent très vite accéder à de l’emploi», expliquait l’un des fondateurs de StaffMe interrogé par la presse. La plateforme exige le statut d’auto-entrepreneur pour réaliser ces missions, en lieu et place de celui d’intérimaire.

#0891 Source dawn.com

France, Massy : un jeune homme pris en flagrant délit lors de la destruction au marteau d’une caméra de vidéoprotection a été condamné à un an de prison ferme avec mandat de dépôt.

France, Massy. Un jeune de 23 ans, pris en flagrant délit lors de la destruction au marteau d’une caméra de vidéoprotection de la place de France à Massy, a été condamné à un an de prison ferme avec mandat de dépôt, les faits étant assimilés à de la criminalité organisée. Le commissariat local avait mis en place une surveillance de la caméra en place, ayant “eu vent” du projet de la détruire pour faciliter l’organisation d’un trafic de stupéfiants. Trois personnes munies d’une échelle auraient fait leur apparition peu après minuit et détruit la caméra. « Quand les policiers sont intervenus, deux d’entre eux ont pris la fuite, poursuit le juge en s’adressant au seul inculpé. Mais vous, vous êtes resté sur l’échelle. »

#0868 source www.leparisien.fr

France, Paris : un manifestant interpellé à la manifestation devant le palais de justice le 2 juin prend 8 mois ferme avec mandat de dépôt en comparution immédiate

France, Paris. Un manifestant interpellé à la manifestation du 2 juin devant le palais de justice à l’appel de la famille d’Adama Traoré a été condamné à 8 mois de prison ferme avec mandat de dépôt suite à une comparution immédiate pour violence contre les forces de l’ordre. Trois autres inculpés seront jugés le 22 septembre prochain, l’un avec un contrôle judiciaire lui interdisant de paraître dans les 17ème arrondissement.

#0889 Source 20minutes.fr

France, La Courtine : une infrastructure spécialement dédiée à l’entraînement pour la répression des épisodes de guerilla urbaine est construite dans la Creuse

France, La Courtine. Le camp militaire de La Courtine dans la Creuse poursuit son développement avec une infrastructure spécialement dédiée à l’entraînement pour la répression des épisodes de guerilla urbaine. Le plan « La Courtine 2030 » prévoit la réalisation d’infrastructures de préparation opérationnelles, avec le projet d’un MASTTAC, un “Module d’acquisition des savoir-faire techniques et tactiques en zone urbaine”, c’est-à-dire un “village de combat” avec 160 maisons, une ou deux grandes rues, des façades, des places, des commerces… Il n’existait jusque là qu’un seul MASTTAC en France, situé dans l’Aisne.

#0847 source www.lamontagne.fr

France, Nîmes : Un détenu s’est évadé de l’hôpital​ où il avait été conduit, après avoir avalé une lame, pour une opération en urgence.

France, Nîmes. Un détenu de la prison de Nîmes, qui purgeait une peine d’un an d’emprisonnement, s’est évadé de l’hôpital​ où il avait été conduit, après avoir avalé une lame, pour une opération en urgence. Tandis qu’il était encore hospitalisé, il aurait profité d’un moment d’inattention des forces de l’ordre pour prendre la fuite.

#0845 source 20minutes.fr

France, Clichy/Paris : malgré l’interdiction préfectorale, plusieurs dizaines de milliers de personnes se rassemblent devant le Tribunal de Paris contre le racisme et la police, à l’appel de la famille d’Adama Traoré ; des manifestants bloquent le périphérique et le commissariat de police de Clichy est attaqué

France, Clichy / Paris. Plusieurs dizaines de milliers de personnes se rassemblent devant le Tribunal de Paris contre le racisme et la police, à l’appel de la famille Traoré, suite au versement au dossier judiciaire d’une expertise qui confirme qu’Adama Traoré est bien mort d’asphyxie sous le poids des policiers lors d’une interpellation par placage ventral. Dans le contexte des émeutes aux Etats Unis suite à la mort de Georges Floyd dans des circonstances similaires, une foule nombreuse se réunit malgré l’interdiction préfectorale et envahit le parvis du tribunal et les rues à l’entour. Aux environ de 21h, les premières tensions éclatent entre manifestants et forces de l’ordre et, très vite, la foule se disperse sous les gazs et les tirs de LBD, partant en manifestations sauvages dans des directions éparses, brûlant des barricades sommaires (notamment de trottinettes Lime…) sur son passage. Quelques magasins, banques, supermarchés et du mobiliers urbain, ainsi que le commissariat de la police municipale de Clichy sont attaqués dans la foulée. Des manifestants se dirigent vers le périphérique et le bloquent, d’autres tiennent le pavé et font fuir la BRAV sous une pluie de projectile divers, empêchant une arrestation en cours. Des motos de voltigeurs auraient été incendiées. Le lendemain, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, déclare à la presse que “chaque faute, chaque excès, chaque mot, y compris des expressions racistes” ferait “l’objet d’une enquête, d’une décision, d’une sanction”.

#857 Source anonyme

France : nouvel avis du conseil scientifique Covid-19 qui décrit 4 scénarios possibles pour la période post-confinement ; la ligne directrice, c’est d’éviter un nouveau confinement généralisé pour sauvegarder l’économie, et ce même dans le pire des scénarios où l’impossibilité de tout contrôle de la propagation du virus est envisagé.

France. L’avis n°7 du conseil scientifique COVID-19 a été publié : “Quatre scénarios pour la période post-confinement, anticiper pour mieux protéger”. L’objectif principal énoncé par le conseil scientifique est de tout faire pour éviter un confinement généralisé, qui fait prendre le risque de paralyser l’économie. Même dans le cas du quatrième scénario, le pire – une perte de contrôle de l’épidémie – le conseil scientifique prévoit de faire le choix de maintenir l’activité économique en s’habituant à une surmortalité : “Si l’objectif est uniquement de diminuer la mortalité liée à COVID 19, un confinement permanent ou extrêmement précoce sera toujours préférable, mais cela ignore l’impact délétère du confinement sur la société française. Un objectif alternatif est d’assumer tout en la limitant une surmortalité hospitalière COVID 19 associée à la mise sous tension des services de réanimation”.

#0874 source Site du ministère de la santé

France, Toulouse : l’incendie d’un poste d’alimentation électrique a interrompu la circulation d’une partie de la ligne A du métro à Basso Cambo

France, Toulouse. L’incendie d’un poste d’alimentation électrique, à Basso Cambo a mis à l’arrêt forcé une partie de la ligne A du métro. L’incendie s’est déclenché alors que des tests de roulage étaient en cours peu avant 4h du matin, et les réparations sont annoncées pour durer au moins jusqu’au soir.

#0853 vu sur 20minutes.fr

France : des proches de prisonniers d’une dizaine d’établissements pénitentiaires dénoncent les conditions dans lesquelles reprennent les parloirs

France. Des proches de prisonniers d’une dizaine d’établissements pénitentiaires dénoncent les conditions dans lesquelles reprennent les parloirs dans le cadre d’un “déconfinement” qui est loin de revenir à la situation antérieur à l’épidémie. Leur texte est à lire ici. Ils affirment que “depuis le déconfinement du 11 mai, on entend dire que les parloirs sont rétablis mais c’est toujours le même mépris qui est subi par les prisonnier.es – et par nous-mêmes qui les visitons – depuis le début de la « gestion » de l’épidémie. Une gestion sécuritaire plus que sanitaire. Nous avons vécu la suppression des parloirs comme une mesure punitive et infantilisante ; leur pseudo rétablissement l’est tout autant. Et nous refusons que cela dure !”

#0861 source lenvolee.net

France, Marseille : l’opération COVIDep Homeless a été lancée début juin pour mesurer l’impact de la pandémie sur les personnes sans abri, elle commence par un recensement…

France, Marseille. L’opération COVIDep Homeless a été lancée début juin pour mesurer l’impact de la pandémie sur les personnes sans abri, elle est menée par les Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM) en partenariat avec Médecins du Monde et la coordination ASSAb qui regroupe des association humanitaires locales. 2 000 personnes sans-abri (vivant dans la rue, en hébergement d’urgence ou en habitat précaire : squats et bidonvilles) seront suivis pendant 3 mois avec un dépistage systématique par tests sérologiques rapides.

#0979 sur perelafouine.com

France : à Maubeuge et Paris ont lieu deux manifestations rassemblant des milliers de personnes pour la première fois depuis le début du confinement

France. Deux manifestations, qui sont considérées par la presse comme les premières majeures manifestations depuis le début du confinement se sont déroulés ce samedi. A Maubeuge, des milliers de personnes ont marché pour protester contre un plan social du constructeur Renault prévoyant la suppression de 15.000 emplois dont 4600 en France. A Paris, c’est une manifestation de solidarité avec les sans-papiers qui réunit une dizaine de millier de personnes. Les manifestants ont été nassés place de la République et ont subi un gazage conséquent jusqu’à ce qu’ils brisent les lignes de CRS pour s’extirper du dispositif. Les manifestants, dont un bon nombre de sans papiers, sont restés déterminés même après avoir passé les lignes et ont fait face aux policiers en attendant que tout le monde soit hors de danger.

 

#0813 vu sur francebleu.fr

France, Metz : des manifestants réunis devant le CRA de Metz se sont pris une amende punitive de 135 euros

France, Metz. Des manifestants, réunis devant le centre de rétention de Metz se sont pris une amende punitive de 135 euros. « Pas question de payer. On fera un recours » affirme un manifestant. Ces amendes pleuvent, en répression immédiate et quasiment systématiques des moindres tentatives d’établissement d’une solidarité en acte avec les sans-papiers ou les personnes arrêtées lors des manifestations.

#0808 vu sur republicain-lorrain.fr

France, Tonnay-Charente : on apprend dans la presse que seize résidents sont morts du Covid 19 dans un Ehpad de la ville, sans que les chiffres soient remontés par l’ARS

France, Tonnay-Charente. On apprend dans la presse que seize résidents sont morts du Covid 19 dans un Ehpad de la ville, sans que les chiffres soient remontés par l’ARS (les autorités locales l’ont elles-mêmes appris par la presse alors que ce “cluster” constitue un tiers des décès constatés dans le département), aucune information n’ayant filtré de l’établissement après les tests des résidents et du personnel (onze salariés et deux résidents déclarés positifs). Il est à craindre que les lieux enfermés pendant le confinement soient touchés en décalé et que les informations ne soient pas toujours diffusées. Les familles, par exemple, n’ont accès qu’aux informations concernant leur proche et ne peuvent pas savoir combien de personnes ont été testées positives, combien sont malades et combien sont décédées dans chaque établissement.

#0828 Source sudouest.fr

France, Brest : des policiers intervenant à la prison parce que plusieurs personnes tentaient de projeter des objets au dessus de la clôture se sont faits bloquer et caillasser dans le quartier de Pontanézen après une course-poursuite

France, Brest. Un équipage de police s’est rendu à la maison d’arrêt de Brest après avoir été appelé par le personnel de la prison parce que plusieurs personnes tentaient de projeter des objets au dessus de la clôture. À l’arrivée sur place des policiers, les personnes ont pris la fuite et la voiture de police qui les a poursuivis s’est retrouvée bloquée dans une cité. Une vingtaine de personnes ont alors commencé à la caillasser avec divers projectiles dont des pierres, un disque de frein, un pied de chaise parvenant même à perforer son pare-brise. Quatre personnes ont été interpellées au petit matin dans le quartier de Pontanézen.

#0800 Source actupenit.com

France : l’éditeur de logiciel Two-i basé en Moselle profite de la crise sanitaire pour proposer une application d’analyses par vidéosurveillance “spéciale covid” pour détecter port du masque et température corporelle

France. L’éditeur de logiciel Two-i basé en Moselle profite de la crise sanitaire pour se développer en s’associant avec le groupe international Konica Minolta dans le but de commercialiser un nouveau produit de “videoprotection intelligente” : Konitherm. Proposée aux entreprises pour détecter les cas d’infection parmi leurs salariés, il s’agit de caméras qui analyse les visages de manière à détecter le port du masque et une hausse éventuelle de la température corporelle. Selon la presse, 50 de ces dispositifs seraient déjà en cours d’installation pour fonctionner au mois de juin. L’entreprise de 21 employés a aussi profité du confinement pour lancer officiellement son produit appelé Vigilance, qui avait remporté les Milipol Innovation Awards en 2019. Vigilance est une technologie qui s’adresse aux villes et aux centres de supervision urbains en proposant en temps réel une possibilité de vision en 3D sur une carte, une capacité d’accélération de la vidéo fois 30 et un système d’analyse de vidéos enregistrées et de recherche d’objets.

#0903 vu sur lejournaldesentreprises.com

France, Valence : suite à une vidéo montrant l’interpellation violente d’une mineur, le bâtiment hébergeant les bureaux de l’agglo et un poste de police municipale a été incendié à coups de Molotov lors d’une nuit d’émeute, au point de rester fermé jusqu’au 15 juin

France, Valence. Le bâtiment hébergeant les bureaux de l’agglo et un poste de police municipale a été incendié à coups de Molotov lors d’une nuit d’émeute, au point de rester fermé jusqu’au 15 juin. Les policiers ont été temporairement déplacés dans d’autres commissariats à proximité. De nombreux incidents se sont déroulés dans le quartier Fontbarlettes cette même nuit, de multiples feux de poubelles et de barricades ont été allumés dans les rues du quartier. Sur décision de la préfecture, le quartier a été placé sous occupation des CRS pour une durée d’au moins quatre jours. Les incidents seraient partis d’une vidéo montrant un mineur de 17 ans se faisant violemment interpeller par deux policiers.

#0892 Source francebleu.fr

France, Paris : vingt-quatre heures seulement après l’installation d’un campement de migrants au bassin de la Villette sur le quai de Loire organisé par une association humanitaire dans le but d’attirer l’attention sur leur sort, 80 migrants ont été évacués et emmenés vers des places d’hébergement et les tentes ont été enlevées du bassin de la Villette.

France, Paris. Vingt-quatre heures seulement après l’installation d’un campement de migrants au bassin de la Villette sur le quai de Loire organisé par une association humanitaire dans le but d’attirer l’attention sur leur sort, 80 migrants ont été évacués et emmenés vers des places d’hébergement et les tentes ont été enlevées du bassin de la Villette. Ce campement était essentiellement composé de femmes isolées et de familles originaires d’Afrique subsaharienne, arrivées en France avant le confinement. “Depuis le début du confinement, quatre opérations de “mise à l’abri” (sic) ont permis à 1.100 personnes en situation de rue de bénéficier d’un hébergement d’urgence ainsi que d’un accompagnement social et sanitaire”, a indiqué l’administration dans un communiqué. “Il n’y a que les actions coup-de-poing et le rapport de force qui marchent”, déplore de son côté Florent Boyer, un responsable de l’association d’aide aux migrants Utopia56, qui a participé à l’installation du campement pour “rendre visible” ces personnes qui avaient été “oubliées” par les autorités. Les personnes prises en charge jeudi “sont passées sous les radars des maraudes, probablement parce qu’ils étaient dans des squats”, concède Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile, association qui a participé, aux côté de la préfecture, à l’opération. Il reste toutefois entre 200 et 400 exilés toujours dans la rue à la lisière de Paris et de la Seine-Saint-Denis, rappelle-t-il, “des chiffres qui recommencent à augmenter”.

#0803 Source lepoint.fr

France : dans la deuxième phase du déconfinement détaillée par le gouvernement, la situation reste inchangée dans les ephad, c’est-à-dire des visites très contraintes à un rythme qui ne permet pas de renouer véritablement le contact avec les résidents

France. Dans la deuxième phase du déconfinement détaillée par le gouvernement, la situation reste inchangée dans les ephad, c’est-à-dire des visites très contraintes à un rythme qui ne permet pas de renouer véritablement le contact, et toujours pas de possibilité pour les proches de pénétrer dans les établissements.

#0798 Source huffingtonpost.fr

France, Paris : des bars et restaurants chics envisagent de proposer des repas sous des cloches en plastiques individuelles pour rassurer les clients, ce qui n’empêchera pas les employés sous-payés de cracher dans la soupe !

France, Paris. Des restaurateurs chics envisagent de proposer à leurs clients de prendre leurs repas sous des cloches en plastiques individuelles pour éviter la contagion. Ce qui n’empêchera pas les cuisiniers sous payés de cracher dans la soupe… Une idée lumineuse où le client devient l’ampoule !

#0810 vu sur lapress.ca

France : le ministère précise que les travailleurs saisonniers étrangers qui seront prochainement recrutés par centaine de milliers resteront en quatorzaine enfermés sur leur lieu de travail pour éviter de contaminer le reste de la population !

France. Alors que des centaines de milliers de travailleurs saisonniers vont être recrutés pour venir travailler pour les agriculteurs français dans le contexte de la pandémie de coronavirus, le ministre de l’agriculture Didier Guillaume précise qu’à leur arrivée, “ils seront en quatorzaine sur l’exploitation agricole” et qu’ils “ne pourront vraisemblablement pas sortir”. Cette autorisation exceptionnelle de voyager dans l’espace Schengen malgré la fermeture des frontières est nécessaire parce qu’il “faut environ 100 000 travailleurs saisonniers par mois pour tenir toute la saison”. Le projet est donc clair : faire venir de la main d’oeuvre avec des contrats de travail précaires et un droit au séjour temporaire (quand il s’agit de travailleurs qui ne viennent pas de l’espace Shengen), et les enfermer administrativement pendant ce temps pour éviter tout contact avec le reste de la population !

#0771 Source francetvinfo.fr

France : l’application de traçage StopCovid destinée à repérer la propagation du coronavirus pourrait être lancée dès ce week-end, à condition que le Parlement l’approuve

France. Le secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O, annonce que l’application de traçage StopCovid destinée à repérer la propagation du coronavirus pourrait être lancée dès ce week-end, à condition que le Parlement l’approuve. Elle sera disponible dans chez Apple et d’Android ce week-end. Il s’agirait de permettre à chaque utilisateur qui apprend sa contamination de prévenir ceux qu’il a croisés dans les deux semaines précédentes, l’application garde donc la trace des contacts de l’utilisateur à moins d’un mètre pendant 15 minutes en utilisant la technologie bluetooth. Son utilisation est supposée rester basée sur le volontariat. La Cnil qui avait donné son accord de principe le 24 avril, a confirmé son avis favorable en demandant que l’utilité de l’application soit étudiée après son lancement.

#0776 vu sur lefigaro.fr

France. Des salariés du groupe KORIAN, groupe de gestion d’Ehpad gravement mis en cause dans sa gestion désastreuse de la crise sanitaire se mettent en grève.

France. Des salariés du groupe KORIAN, groupe de gestion d’Ehpad gravement mis en cause dans sa gestion désastreuse de la crise sanitaire (avec plusieurs plaintes en cours), se mettent en grève pour protester contre les tours de passe-passe de la direction au sujet des primes promises aux soignants. Les grévistes affirment leur soutien aux résidents.

#0789 vu sur lemonde.fr

France, Paris : trois personnes ont été arrêtées lors de la manifestation de soutien aux soignants devant l’hôpital Debré, les 16 personnes rassemblées en solidarité devant le TGI se sont faites verbaliser par la BRAV

France, Paris. Lors d’une manifestation de soutien aux soignants et soignantes devant l’hôpital Robert Debré, trois personnes ont été arrêtées après avoir été dénoncées suite à la prise à parti du journaliste d’extrême droite antisémite, Jimmy Leopold qui avait intégré la manifestation. Après 48 heures aux mains de la police et de la justice, les trois manifestants s’en sortent avec un simple rappel à la loi pour outrage et refus de signalétique, mais les 16 personnes rassemblées en solidarité devant le TGI pour attendre leur sortie le 23 mai se sont faites verbaliser par la BRAV, y compris leur avocate. Le texte qu’ils ont publié à ce sujet est à lire ici, on y voit à quel point dans les commissariats, les flics ajoutent l’absence de protection sanitaire aux humiliations et pressions diverses de la garde à vue.

#0764 Source nantes.indymedia.org

France, Mulhouse : des échauffourées ont lieu dans le quartier des Coteaux, des pompiers et des policiers ont été caillassés, un escadron de gendarmes mobiles a été déployé

France, Mulhouse. Des échauffourées ont lieu dans le quartier des Coteaux. Des caméras de surveillances avaient déjà été incendiées la nuit précédente. En fin d’après-midi, des pompiers et des policiers, qui intervenaient sur un incendie de voiture, ont été la cible de jets de pierres par une vingtaine de jeunes. Selon la police, ces incidents seraient intervenus suite à un accident survenu mercredi après-midi, où un adolescent de 17 ans en moto-cross a été gravement blessé après avoir heurté une voiture. Un policier a été blessé et un jeune homme interpellé et un escadron de gendarmes mobiles a pris position aux abords du quartier.

#0742 Source francebleu.fr

France, Avignon : un surveillant a été testé positif au Covid19, une campagne de dépistage de l’ensemble des agents de l’établissement est en cours mais pour ce qui est des détenus, seuls deux cas « contact » ont été repérés et placés dans le quartier dédié à l’isolement des personnes symptomatiques

France, Avignon. Un surveillant travaillant parmi le personnel de l’extraction judiciaire, a été testé positif au COVID-19. Une campagne de dépistage de l’ensemble des agents de l’établissement est en cours, mais pour ce qui est des détenus, seuls deux cas « contact » ont été repérés et placés dans le quartier dédié à l’isolement des personnes symptomatiques, à l’intérieur de l’établissement. Depuis le début de la crise, six détenus de la région ont été testés positifs. Ils ont été transférés vers l’unité de l’hôpital Nord dédiée à ces cas, indique la Direction interrégionale des services pénitentiaires. Le service hospitalier a aménagé une aile de son bâtiment pour l’accueil spécifique des prisonniers malades, surveillée par des agents pénitentiaires.

#0758 Source francetvinfo.fr

France, Dunkerque : une bulle en plastique fait office de parloir dans le hall de l’Ehpad

France, Dunkerque. Les visites dans les Ehpad sont autorisées depuis le 22 avril, mais, comme pour les parloirs en prison, la situation n’est pas revenue à la normale, ni en terme de conditions, ni en terme de fréquence, avec une visite par mois la plupart du temps, ce qui signifie qu’à ce jour les proches n’ont pu voir les résidents qu’une seule fois. Des “parloirs” ont été installés sous des formes variées dans les établissements. A Dunkerque, il s’agit d’une bulle en plastique qui sépare les résidents de leur proche dans le hall d’entrée.

#0757 Source bfmtv.com

France, Bobigny : deux personnes positives au Covid19 ont été remises en liberté parce que les policiers ont refusé de les conduire au palais de justice

France, Bobigny. Deux personnes ont été remises en liberté faute de présentation devant le tribunal de Bobigny, les policiers ayant refusé de les conduire au palais de justice car l’une des deux était positive au Covid19. Au moment des perquisitions menées au domicile du couple, les forces de l’ordre ont constaté que la femme était alitée et placée en quatorzaine suite à sa contamination au Covid-19. Elle avait été testée positive la veille de la perquisition. Le couple a malgré tout été placé en garde à vue au commissariat d’Aulnay-sous-Bois En effet « jamais une suspicion de Covid où un cas avéré n’a été incompatible avec une garde à vue, sauf si un médecin l’indique. Cela n’a pas été le cas dans ce dossier » a déclaré le parquet de Bobigny. Le couple a ensuite patienté pendant 20 heures au dépôt, avant d’être libéré.

#0759 Source actupenit.com

France : confusion dans les chiffres des décès dans les Ehpad à cause “d’erreur de saisie” du groupe Korian en Ile de France

France. Entre le 17 et le 19 mai, le bilan de la direction générale de la santé pour les Ehpad a fortement augmenté, puis diminué de 342 décès. En vingt-quatre heures 483 décès liés au Covid-19 étaient signalés, dont 429 dans les Ehpad. e bilan du lendemain voyait a résurrection de 342 personnes. La cause serait une erreur de saisie pour les Ehpad d’Ile de France. « Un très gros groupe d’Ehpad nous a annoncé beaucoup trop de morts dimanche », confirme l’ARS-IDF, en parlant du groupe Korian mis en cause à plusieurs reprises pour sa gestion désastreuse de l’épidémie dans ses établissements où les décès se comptent par dizaines dans chaque lieu. AU moins 71 plaintes ont été déposées par des proches, et leurs avocats demandent que toutes les plaintes soient regroupées dans un même tribunal, à Marseille, qui, avec Paris, est la seule juridiction à disposer d’un pôle spécialisé dans la santé.

#0756 Source Le Monde du 22 mai et l’Humanité du 23 mai

France : l’altérophobie qui fait le lit de la délation est flagrante dans ces sondages où plus de 90% des français pensent qu’ils respectent parfaitement les règles sanitaires, que leurs proches les respectent un peu moins bien mais surtout que tous ceux qu’ils ne connaissent pas font n’importe quoi

France. L’absurdité de certains sondages d’opinion publique où les personnes sont appelées à commenter le comportement général de la population peut néanmoins donner à réfléchir. Dans tous les sondages établis depuis les débuts de l’épidémie, une constante est remarquable : plus de 90% des personnes interrogées considèrent qu’elles respectent elles-mêmes parfaitement le confinement, que leurs proches le respectent moins bien qu’elles, mais quand même convenablement. En revanche tous ceux et celles qu’elles ne connaissent pas font n’importe quoi et sont complètement irresponsables. L’altérophobie qu’on peut lire dans ces résultats fait le lit de toutes les politiques fondées sur la délation et la surveillance généralisée.

#0729 Sources diverses

France, Paris : la RATP vient d’être sanctionnée par l’inspection du travail pour risque de contamination, les conducteurs doivent nettoyer eux-mêmes leurs postes de conduite

France, Paris. La RATP vient d’être sanctionnée par l’inspection du travail pour risque de contamination dans les bus. L’entreprise n’a pas garanti la santé des conducteurs de bus pendant l’épidémie, mettant par là-même les usagers également en danger. A ce jour, 9 salariés de la RATP sont décédés du Covid19. La RATP avait 8 jours pour agir. Mais alors que le délai imparti vient de s’écouler, malgré ses déclarations se voulant rassurantes à la presse, elle n’a toujours pas pris les mesures imposées, en particulier une désinfection efficace de la cabine du conducteur. Ce sont toujours les agents qui doivent nettoyer eux-mêmes leur poste de conduite.

#0748 Source mediapart.fr

France, Montpellier : un aide soignant frôle la mort après un contrôle routier au faciès pendant le confinement

France, Montpellier. Un aide soignant frôle la mort après un contrôle routier pendant le confinement. Dans la nuit du 21 au 22 mai dernier, un aide-soignant de 35 ans se fait contrôler par les gendarmes sur la route entre Montpellier et Vauvert et accuser d’excès de vitesse alors qu’il est arrêté sur le côté de la route pour téléphoner, par une patrouille de gendarmerie qui est à la recherche de deux véhicules qui faisaient une course-poursuite sur l’autoroute. Celui ci conteste, se fait plaquer au sol et matraquer. S’en suivront un hématome extra-dural, 60 points de sutures au niveau du crâne, une clavicule cassée, un œil et une oreille tuméfiés. Les gendarmes, qui ne l’ont pas pris au sérieux quand il a demandé à voir un médecin, l’accusent de rébellion et ont aussi prétendu qu’il n’y avait pas de permanence avocat à cause du Covid. « Ils lui ont crevé un pneu alors qu’il est aide soignant et qu’il a bien précisé qu’il avait besoin de son véhicule pour travailler ! » s’indigne son avocate qui a déposé plainte et considère qu’il s’agit d’un délit de faciès. Il a fini par être emmené à l’hôpital et opéré en urgence avec 45 jours d’ITT, son pronostic vital était alors engagé.

#1012 Source lepoing.net