France, Mayenne : un des sept “foyers épidémiques” “en cours d’investigation” se situe un dans un ensemble de logements sociaux d’insertion, un dépistage ciblé dans des lieux “à risques” va commencer

France, Mayenne. Sept “foyers épidémiques” sont “en cours d’investigation” en Mayenne et un dépistage massif débute lundi. Les cas sont disséminés dans trois communes, dont principalement Laval, où les clusters sont en lien avec des hébergements d’insertion ou sociaux pour un public précaire et avec un abattoir. En plus des dépistages proposés à l’ensemble de la population, des “dépistages préventifs” vont être menés dans “des structures ou des hébergements ou des lieux collectifs dont on considère qu’ils peuvent être considérés à risque”, précise le “directeur de crise Covid-19” à l’Agence régionale de santé des Pays de la Loire.

#1172 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Calais : les services de l’Etat et de la police ont expulsé plus de 500 migrants d’une zone industrielle. Les associations humanitaires parlent de “chasse à l’homme”

France, Calais. Selon la préfecture, 516 migrants (plus de 1200 d’après une association locale) ont été expulsés d’une zone industrielle dans laquelle il avaient installé un campement, dans le cadre d’une opération de “mise à l’abri”, c’est-à-dire une opération de police menée par des CRS, des gendarmes et la police aux frontières pour détruire les habitations et contraindre les migrants à monter dans des bus pour les évacuer, soit en “centres d’accueil” ailleurs en France, soit directement en rétention administrative. La presse parle de 13 personnes (familles et mineurs) orientées vers des “centres d’hébergements” et de 20 personnes en centre de rétention. On ne connait pas la destination des autres (16 bus ont été déplacés pour l’occasion). Cette opération de répression policière s’est déroulée suite au fait que les propriétaires des terrains concernés ont saisi le Tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer qui a rendu deux ordonnances d’expulsion le 10 juin.. Les associations humanitaires proches ont toutes dénoncé l’opération, parlant de “chasse à l’homme”. Le matériel utile à la vie quotidienne présent (amassé jusque là par les habitants) sur place à été ramassé par une usine de nettoyage. C’est pratique, c’est propre et en plus ça donne moins envie de se réinstaller… Le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se rendra dimanche à Calais, sans doute pour vérifier que le “nettoyage” a été bien fait…

#1161 vu sur www.leparisien.fr

France, Champlitte : les services de protection des animaux découvrent un petit enfant vivant à l’abandon au milieu d’excréments et de cadavres d’animaux, alors que la famille était suivie par les services sociaux

France, Champlitte (Haute-Saône). Les services de protection des animaux découvrent un enfant qui vivait à l’abandon au milieu d’excréments et de cadavres d’animaux. La famille, comportant quatre adultes dont sa mère, était pourtant suivie par les services sociaux du département que les voisins ainsi que le maire avaient de nombreuses fois alertés sans qu’ils interviennent dans le logement. Il était scolarisé et faisait l’objet d’une mesure AEMO (action éducative en milieu ouvert), comprenant un suivi par un éducateur. Plusieurs adultes extérieurs à la famille, qui l’ont donc côtoyé régulièrement, avec pour mission de le protéger, n’ont rien perçu de sa situation… Les descriptions et images diffusées par le presse de cet appartement sont insoutenable. Les bas de porte sont défoncés, sans doute par les animaux qui ont essayé de fuir par tous les moyens : pour accéder à l’étage, la famille devait passer à côté d’un cadavre de rottweiler en putréfaction, quasiment momifié. C’est d’ailleurs les services de protection des animaux à l’appel de “30 Millions d’amis” qui interviennent finalement et découvrent l’enfant. Les services sociaux refusent de s’exprimer sur cette situation. Une ordonnance de placement provisoire de l’enfant a été délivrée à la suite de la saisie des animaux lundi mais la mesure n’a pas été appliquée car la mère et l’enfant se sont enfuis.

#1177 vu sur www.estrepublicain.fr

France, Tours : une patrouille de policiers municipaux a été attaquée à coup de mortiers et de projectiles dans le quartier du Sanitas dans un guet-apens,

France, Tours. Une patrouille de policiers municipaux a été attaquée par une vingtaine de personnes dans le quartier du Sanitas, par une vingtaine de jeunes dans un guet-apens au cours duquel les agents ont reçu des mortiers d’artifice et des projectiles. La police nationale est intervenue pour les sortir de la situation.

#1176 vu sur www.francebleu.fr

France : la police participe aux dites “vacances apprenantes” et des rencontres sont organisées entre des policiers et des enfants des écoles élémentaires

France. La police participe aux dites “vacances apprenantes” et des rencontres sont organisées entre des policiers et des enfants des écoles élémentaires. L’opération “vacances apprenantes” est un dispositif mis en place par le ministère de l’Éducation nationale “pour lutter contre le décrochage scolaire lié au confinement” pendant les 15 premiers jours de juillet et les 15 derniers jours d’août, associées aux “colos apprenantes” dans 200 000 quartiers populaires. La police de Corbeil (Essonne) se félicite que les enfants aient découvert le matériel des policiers et participé à un jeu des questions réponses.

#1168 vu sur réseaux sociaux et ladepeche.fr

France, Guyane : la diffusion de l’épidémie se poursuit, et engendre une tension sociale grandissante, en particulier à cause des pénuries alimentaires qui touchent les pus pauvres

France, Guyane. La diffusion de l’épidémie se poursuite et s’accroit et engendre une tension sociale grandissante, en particulier due aux pénuries alimentaires qui touchent les pus pauvres. L’état d’urgence est prolongé jusqu’au 30 octobre prochain. Les trois hôpitaux français voisins du Brésil ont annoncé avoir déclenché le “plan blanc” pour faire face à l’épidémie de coronavirus. 48 réservistes sanitaires doivent arriver en Guyane cette semaine pour renforcer l’équipe de 153 soignants déjà sur place. Le service de santé des armées va également envoyer 20 militaires spécialisés dans la réanimation. Dans les bidonvilles de Cayenne, les habitants ne trouvent plus de petits boulots et n’ont plus aucuns revenus. L’aide alimentaire est très insuffisante face à la gravité de la situation, et des problèmes de malnutrition commencent à se manifester. Dans ce territoire qui compte 300.000 habitants officiels et de nombreux citoyens en situation irrégulière, les services de l’État recensent depuis la mi-mars “30.000” bénéficiaires “réguliers” de l’aide alimentaire, soit six fois plus qu’habituellement. Les migrants d’origine haïtienne, souvent en situation irrégulière sont les plus touchés, en plus de l’ostracisme grandissant dont ils font l’objet.

#1144 vu sur clicanoo.re

France : le Défenseur des droits formule ses dernières recommandations à propos du maintien de l’ordre dont la dénonciation du LBD, et de l’usage abusif des gardes à vue et des nasses en manifestation.

France. Juste avant la fin de son mandat, le Défenseur des droits formule, à destination du ministère de l’intérieur, huit nouvelles recommandations qui concernent le maintien de l’ordre et en rappelle quatre autres déjà faites ces derniers mois, à commencer par l’interdiction du lanceur de balles de défense (LBD) dans un contexte de maintien de l’ordre. Il demande notamment « qu’il soit mis fin à la pratique conduisant à priver de liberté des personnes sans cadre juridique ». Un réquisitoire sévère contre l’usage abusif des gardes à vue, des interpellations de groupe, des contrôles délocalisés et des nasses en manifestation.

#1169 vu sur www.lemonde.fr

France, Toulouse : 25 urgentistes démissionnent et dénoncent le manque de moyens à l’hôpital

France, Toulouse. 25 urgentistes démissionnent et dénoncent le manque de moyens à l’hôpital. « La seule de nos revendications, celle de la sécurité de nos patients, est traitée avec le plus grand mépris », constatent les médecins. La direction du CHU de Toulouse vient de décider de suspendre les maigres moyens supplémentaires accordés pendant la crise sanitaire. « On se voit mal revenir à la situation de pénurie d’avant Covid, on est tous, à différents niveaux, à bout. On est tous fatigués, inflammables, désabusés », confie un des 25 signataires, qui préfère rester anonyme. Le mouvement pourrait s’étendre à d’autres villes.

#1154 vu sur www.lefigaro.fr

France, Perpignan : un détenu d’à peine 30 ans a été retrouvé mort, probablement étouffé, dans la cellule qu’il partageait avec deux autres personnes

France, Perpignan. Un détenu d’à peine 30 ans a été retrouvé mort, probablement étouffé, dans la cellule qu’il partageait avec deux autres personnes. C’est le 48ème mort en prison depuis le début de l’année en France. Quelles que soient les circonstances de ces décès, la cause c’est toujours la prison.

#1152 vu sur lindependant.fr

France, Isère : le parking des personnels de direction de la prison de Varces a été attaqué dans la nuit par armes à feu, les vitres de deux voitures du personnel ont été brisées par les balles

France, Isère. Le parking des personnels de direction de la prison de Varces (Isère), près de Grenoble, a été attaqué dans la nuit par armes à feu. Les vitres de deux voitures du personnel ont été brisées par les balles. L’enquête a été confiée à la brigade des recherches de Vif (Isère) et à la section de recherches de la gendarmerie de Grenoble.

#1129 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Toulouse : les deux infirmiers mis à pied fin pars pur avoir réclamé des masques dans un Ehpad ont été définitivement licenciés, accusés d’avoir instillé la peur parmi leurs collègues

France, Toulouse. Les deux infirmiers qui réclamaient des masques dans un Ehpad et qui avaient été mis à pied fin mars ont été définitivement licenciés. Ils sont accusés d’avoir instillé la peur parmi leurs collègues. L’un d’entre eux avait d’ailleurs dû sortir de l’Ehpad de La Cépière, géré par la société DomusVi, sous escorte policière, en plein milieu de son service. Ce n’est qu’après cinq semaines de crise sanitaire que les soignants ont pu porter des masques… Ils s’étaient aussi inquiétés du sort de cinq résidents, qui présentaient des symptômes de diarrhée, parfois associés à une infection au coronavirus.

#1126 vu sur www.leparisien.fr

France, Liancourt: une femme enceinte venue rendre visite à un détenu a été “oubliée” dans la nuit de dimanche à lundi dans un parloir du centre pénitentiaire

France, Liancourt (Oise). Une femme enceinte venue rendre visite à un détenu a été “oubliée” dans la nuit de dimanche à lundi dans un parloir du centre pénitentiaire. Elle y a passé la nuit entière avant d’être retrouvée à la réouverture des lieux. Une enquête pour négligence a été ouverte.

#1138 vu sur ladepeche.fr

France, Ile de France : les poursuites de véhicules en fuite par les policiers, “interdites” depuis 2015 pour leur dangerosité, sont à nouveaux autorisées par décret du préfet Lallement

France, Ile de France. Les poursuites de véhicules en fuite par les policiers, qui étaient “interdites” depuis 2015, en particulier pour les véhicules à deux roues pour éviter les nombreux accidents, sont à nouveaux autorisées par une note du préfet Lallement. Il est à noter que les policiers utilisaient un jargon euphémistique quand de telles courses-poursuites avaient lieu malgré l’interdiction, en parlant de « prise en charge » ou de « marquage » .

#1123 vu sur www.leparisien.fr

France, Coudray-Montceaux : lLe groupe X-Fab a subi une cyberattaque le lendemain de la visite du nouveau premier ministre Jean Castex dont c’était le premier déplacement

France, Coudray-Montceaux (Essonne). Le groupe X-Fab a subi une cyberattaque le lendemain de la visite du nouveau premier ministre Jean Castex dont c’était le premier déplacement. Le site, spécialisé dans la production de puces électroniques et de semi-conducteurs à destination notamment de l’industrie automobile et des télécommunications, est à l’arrêt, y compris ses usines situées en Allemagne, en Malaisie et aux Etats-Unis. La direction précise que cet arrêt total est lié à la crainte de dommages collatéraux et que la réouverture n’est pas encore programmée faute de savoir comment résoudre le problème.

#1137 vu sur leparisien.fr

France, Seine-Saint-Denis : la préfecture juge finalement illégale l’annulation des loyers HLM à Bobigny, qui avait été promise par la ville en pleine crise sanitaire

France, Seine-Saint-Denis. La préfecture de la Seine-Saint-Denis juge finalement illégale l’annulation des loyers HLM à Bobigny, qui avait été promise par la ville en pleine crise sanitaire, le 23 avril, la ville de Bobigny s’était engagée à annuler l’ensemble des loyers d’avril pour les 4 000 locataires de son office public pour l’habitat. La plupart des initiatives de grève des loyers qui avait commencé durant le confinement se voient réprimées par les institutions.

#1117 vu sur lemonde.fr

France, Seine Saint-Denis : bien qu’acceptés dans des cursus d’études supérieures, un collectif soutien plusieurs centaines de lycéens qui ne peuvent pas s’y inscrire, faute de papiers et risquent l’expulsion à leur majorité

France, Seine Saint-Denis. Bien qu’acceptés dans des cursus d’études supérieures, plusieurs centaines de lycéens ne peuvent pas s’y inscrire, faute de papiers et risquent l’expulsion à leur majorité. Un collectif de plus de 800 personnels de l’Education nationale de Seine-Saint-Denis demande toujours une procédure d’urgence pour leurs élèves étrangers sans papiers atteignant la majorité pour que leur situation soit régularisée avant septembre et qu’ils puissent poursuivre leur parcours scolaire.

#1165 vu sur www.liberation.fr

France, Calais : au CRA de Coquelles réouvert depuis mi-juin, un détenu à été déclaré positif au Covid19

France, Calais. Au Centre de Rétention Administratif de Coquelles, après sa réouverture récente à la mi-juin, les détenus ont été testés et un cas de covid19 est avéré, ce qui inquiète fortement les associations qui interviennent dans le centre. Dans des lieux d’enfermement comme Les Centres de Rétention Administratifs, si la contamination de l’endroit est théoriquement réduite à cause de la captivité et de l’isolement, une fois le virus à l’intérieur du bâtiment c’est l’insalubrité et le manque d’espace qui prennent le relais pour accélérer à sa diffusion.

#1112 vu sur www.nordlittoral.fr

France : la région Ile de France va financer un plan de rénovation, de construction et de sécurisation des établissements pénitentiaires dont Fresnes

France, Fresnes. La région Ile-de-France va financer un plan de rénovation, de construction et de sécurisation des établissements pénitentiaires franciliens pour un montant de 3 millions d’euros. A la prison de Fresnes par exemple il s’agit de la restructuration de l’entrée du domaine et du poste de police du centre pénitentiaire pour éviter les dégradations sur les véhicules des matons qui sont récurrentes, de renforcer le maillage de filins anti-hélicoptères de la prison, et la sécurisation des fenêtres en détention du centre pénitentiaire.
L’ensemble des opérations en Ile-de-France :
1/ Renforcement du maillage de filins anti-hélicoptère au sein du centre pénitentiaire de Fresnes (94) et de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (91) : 737 500 € ;
2/ Sécurisation du domaine de l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Porcheville (78) : 550 000 € ;
3/ Sécurisation des fenêtres en détention du centre pénitentiaire de Fresnes (94) : 592 500 € ;
4/ Sécurisation des accès de la direction interrégionale des services pénitentiaires de Paris (75) : 142 500 € ;
5/ Restructuration de l’entrée du domaine et du poste de police du centre pénitentiaire de Fresnes (94) : 925 000 €.

#1111 vu sur actu.fr

France, Argenteuil : les amendes sont utilisées comme moyen de harcèlement répressif, avant et encore plus pendant le confinement

France, Argenteuil. Des jeunes gens qui ont tenté de porter plainte pour violence policières ont écopé d’une quarantaine d’amendes. D’autres ont été verbalisés 5 ou 6 fois en 15 minutes. « Je connais des jeunes qui ont 10.000 ou 12.000 euros d’amendes. Et ils ont 22 ans » témoigne un éducateur. Il s’agit d’un véritable harcèlement répressif et administratif qui s’est accentué avec les mesures de confinement. La police se justifie en disant que c’est leur seul moyen de coercition “pour tous les problèmes considérés comme déviants”, les policiers vont par exemple vont mettre plus d’amende là où ils soupçonnent des points de trafic de drogue, ce qui correspond précisément à une logique proactive. Parfois, les habitants découvrent les amendes après coup, le contrôle s’étant apparemment bien passé. Des habitants dénoncent aussi des pratiques particulièrement punitives qui consistent à faire en sorte que la personne ne soit pas au courant qu’elle a pris une amende (le papillon est jeté d’où l’expression “amende caniveaux”) et ne le savent que lorsque l’amende est majorée et une fois le délais de recours terminé.

#1109 vu sur www.streetpress.com

France, Rennes : un détenu handicapé de 32 ans est en situation d’urgence absolue après un incendie dans sa cellule de la prison

France, Rennes. Un détenu de 32 ans est en situation d’urgence absolue après un incendie dans sa cellule de la prison de Rennes – Vezin. À l’arrivée des pompiers, d’épaisses fumées s’échappaient déjà du quartier disciplinaire où le détenu était incarcéré. Cette personne est en situation de handicap et en fauteuil roulant, dont la demande de transfert a été récemment refusée, a été escortée par le personnel pénitentiaire, inconscient, jusqu’à l’hôpital. Les autres cellules du rez-de-chaussée n’ont pas été évacuées.

#1107 vu sur www.ouest-france.fr

France, Mayotte : entre 6 et 9 cas confirmés de Covid19 au centre de rétention qui a réouvert le 15 mai sans tests jusqu’au 25 juin, 200 personnes pourraient avoir été en contact

France, Mayotte. Entre 6 et 9 cas confirmés de Covid19 ont été déclarés au Centre de Rétention Administratif de Mayotte, assurément en contact avec nombre de détenus déclare un policier. Ce CRA à réouvert ses portes, ses expulsions et ses incarcérations le 15 mai sans tests jusqu’au 25 juin, laissant libre-cours à une diffusion rapide et inquiétante du virus. 200 personnes auraient circulé dans les lieux entre-temps. Les personnes positives arrivantes sur place sont transférées au centre d’hébergement de Tsararano en attendant… On ne sait pas quoi.

#1113 vu sur www.mayottehebdo.com

France : le conseil d’Etat valide des frais d’inscription à l’université de trois à quatre mille euros pour les étudiants étrangers extracommunautaires

France. Le Conseil d’Etat valide des frais d’inscription plus élevés pour les étudiants étrangers extracommunautaires à l’université et considère que leur demander de payer plus que les autres étudiants ne s’oppose pas à « l’exigence constitutionnelle de gratuité » visant à assurer l’égal accès à l’instruction. Les étudiants extracommunautaires devront payer 2 770 euros pour s’inscrire à une licence (contre 170 euros aujourd’hui) et 3 770 euros pour un master ou un doctorat (contre 243 euros et 380 euros aujourd’hui).

#1110 vu sur www.lemonde.fr

France, Etats Unis : la société française de drones Parrot vend ses drones à la police américaine pour surveiller les manifestations émeutières suite à la mort de Georges Floyd, et sort une toute nouvelle version plus performante

France, Etats Unis. La société française de drones Parrot vend ses drones à la police américaine pour surveiller les manifestations émeutières suite à la mort de Georges Floyd. La dernière version de son drone Anafi vient d’être présentée. Plus performant que son prédécesseur, il est équipé de caméras d’imagerie thermique et de la possibilité de surveiller les gens à 5 km même sous la pluie. Il a été initialement développé pour un programme gouvernemental visant à construire de petits drones de reconnaissance pour les soldats, et trouve un nouveau débouché dans la surveillance des émeutes urbaines. Parrot utilise la technologie développée pour les smartphones – caméras, gyroscopes, GPS, puces Wi-Fi. Face à la question de savoir ce qu’il pense de l’utilisation de ses drones pour la surveillance des manifestants anti racistes, Henri Seydoux, le président de la firme affirme : ” Je ne suis personne pour vérifier l’éthique de la police d’une ville aux États-Unis. Ce n’est pas mon rôle. Nous vendons des drones, un outil moderne qui doit être utilisé de manière éthique.”

#1097 vu sur www.protocol.com

France, Rouen : un rassemblement a lieu devant l’hôpital psychiatrique du Rouvray pour soutenir un soignant qui passe en conseil de discipline pour avoir critiqué la gestion de la pénurie de masques par la direction de l’hôpital

France, Rouen. Un assemblement a lieu devant l’hôpital psychiatrique de Saint-Étienne-du-Rouvray, au sud de Rouen. Une centaine de soignants s’est réunie pour dénoncer le Ségur de la santé et pour soutenir un soignant du Rouvray, qui passe en conseil de discipline pour avoir critiqué la politique de masques de la direction de l’hôpital pendant la crise du Covid-19. Ce soignant proche du mouvement des “Blouses noires” a reconnu avoir critiqué la gestion de la pandémie par l’encadrement de la structure psychiatrique, alors qu’à l’hôpital du Rouvray, comme partout ailleurs, les soignants devaient faire à une pénurie de masques. Des manifestations de soignants ont aussi eu lieu dans d’autres villes comme au havre.

#1096 vu sur actu.fr

France : à la sortie de leur période d’hospitalisation les malades du Covid-19 qui n’ont pas de mutuelle, ou leurs déscendants s’ils sont décédés, se voient facturer un reste à charge de plusieurs milliers d’euros

France. A la sortie de leur période d’hospitalisation, les malades du Covid-19 qui n’ont pas de mutuelle, ou leurs descendants s’ils sont décédés, se voient facturer un reste à charge de plusieurs milliers d’euros. Depuis début mars, selon les derniers chiffres de la Direction générale de la santé, 104 144 malades du Covid-19 ont été hospitalisés en France, dont 18 321 en réanimation. Pour les cas les plus graves, le passage en réanimation a duré plusieurs jours voire plusieurs semaines. Or, dans ces unités spécialisées, la journée coûte plus de 3 000 €. Les patients guéris et les enfants de patients décédés sans mutuelles ont eu la mauvaise surprise de se voir réclamer par les hôpitaux 20% de cette somme (le “reste à charge”, c’est-à-dire ce que la sécurité sociale ne rembourse pas) donc 600 euros par jour, multipliée par le nombre de jour d’hospitalisation alors que trois millions de personnes sont sans complémentaire santé en France, qui sont évidemment les plus précaires puisqu’ils ne peuvent pas payer une mutuelle.

#1091 vu sur www.la-croix.com

France, lieu-dit du Vallon (Hautes-Alpes) : un campement de gens du voyage a été saccagé par une voiture bélier

France, lieu-dit du Vallon (Hautes-Alpes). Un campement de gens du voyage a été saccagé par une voiture bélier. Plusieurs caravanes ont été abîmées alors que le campement était momentanément désert. L’installation de ce campement suscite depuis quelques temps déjà une certaine tension raciste dans la commune. D’après le maire, le terrain occupé est en zone inondable ce qui engagerait la « responsabilité morale » des élus, il est sensé chercher une autre solution, mais, le temps qu’il réfléchisse, certains de ses concitoyens n’ont visiblement pas eu la patience d’attendre…

#1084 vu sur www.ledauphine.com

France, Rennes : pour entraver la remise en route de la machine à expulser, des manifestants ont bloqué la route menant au CRA de Saint-Jacques-de-la-Lande qui devait normalement ré-ouvrir ce lundi

France, Rennes. Afin d’empêcher la remise en route normale de la machine à expulser à Rennes, des manifestants ont bloqué la route menant au CRA de Saint-Jacques-de-la-Lande, qui devait normalement ré-ouvrir ce lundi. Sur place, la Cimade (qui cogère les centres de rétention) et des élus (qui cogèrent l’Etat) réclament un “véritable changement de cap de la politique menée à l’encontre des personnes étrangères”. (qu’ils cogèrent donc de concert…)

#1082 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Etats Unis, Détroit : le chef de la police reconnaît que la reconnaissance faciale utilisée dans la ville à partir d’un logiciel développé par la société DataWorks Plus se trompe à 96%, et qu’elle discrimine les afro-américains

Etats Unis, Détroit. Le chef de la police de Détroit lui-même reconnaît que la reconnaissance faciale utilisée dans la ville à partir d’un logiciel développé par la société DataWorks Plus se trompe à 96%, et qu’elle discrimine les afro-américains. Todd Pastorini, directeur général de DataWorks Plus, accuse la presse de manipulation et rétorque : ” Vous savez peut-être comment fonctionne une pelle – vous la collez le sol pour ramasser la saleté et vous pourriez l’utiliser comme une arme. La reconnaissance faciale a été militarisée dans une certaine mesure par les médias.” Il compare le logiciel DataWorks Plus aux systèmes d’identification d’empreintes digitales automatisés qui renvoie à des dizaines ou des centaines de correspondances potentielles. Depuis le début de l’année cette technologie a été utilisée 70 fois, selon des données publiées par le département de police de Détroit et, dans 68 des cas, la photo introduite dans le logiciel était celle d’un afro-américain.

#1102 vu sur vice.com

France : plusieurs académies proposent aux enseignants des badges “pour valoriser leur engagement” pendant l’épidémie de Covid19, leur donnant les valeureux titres de “explorateur-trice”, “utilisateur-trice”, “passeur-euse” ou “bâtisseur-euse”

France. Plusieurs académies proposent aux enseignants des badges “pour valoriser leur engagement” pendant l’épidémie de Covid19. Les enseignants peuvent être badgés “explorateur-trice”, “utilisateur-trice”, “passeur-euse” ou “bâtisseur-euse”. Sur la page “agilité pédagogique” de l’académie de Montpellier par exemple, l’académie explique, dans un langage ubuesque (il y a même une vidéo), le fonctionnement de ces badges qui matérialisent une sorte d’évaluation de compétence. Ces badges, qui sont qualifiés d'”objet sociaux”, sont “sécurisés” et existent aussi dans les entreprises. Ils donnent accès à une plateforme qui “fédère les détenteurs de badges sous la forme d’un réseau social”, avec la disposition d’un compte personnel avec tous les badges dont l’utilisateur dispose, et pas seulement ceux de l’académie (parce qu’il y a d’autres sortes de badges…). L’utilisateur peut ainsi gérer quels badges il veut rendre visible. Parce qu’elle est “soucieuse de donner la meilleure visibilité aux compétences des personnels”, l’académie met en place grâce à ces badges une “cartographie de ces compétences”. On sent bien qu’il y a du contrôle de ce côté-là mais il est difficile de se représenter ce qui est contrôlé et dans quel but… Apparemment il s’agirait de pouvoir rechercher des personnels en fonction de leurs badges pour pourvoir des postes par exemple. Il y a aussi d’autres “open badges” pour constituer un “territoire apprenant”, et ça vaut le coup d’œil, en cliquant ici. On peut être par exemple “classe inversée, explorateur-trice” et plein d’autres fonctions qui ont peut-être du sens dans une autre dimension.

#1088 vu sur www.ac-montpellier.fr

France, Ile-de-France : un policier de la PAF blesse sa collègue aux cervicales en lui faisant une démonstration de clé d’étranglement…

France, Ile de France. Après une discussion sur les gestes techniques d’intervention, un policier de la police aux frontières a fait une démonstration en immobilisant sa collègue par une clé d’étranglement alors qu’ils effectuaient une patrouille dans un TER en direction de Paris. Blessée aux cervicales, elle a porté plainte. « Il m’a serré très fort le cou, m’a mis son genou sur la colonne vertébrale et m’a entraînée au sol », raconte la victime (qui a simplement vécu ce que la police fait subir régulièrement à ceux qu’elle interpelle…). Selon elle, malgré ses demandes, la pression ne relâche pas, et même s’intensifie. Après une visite chez le médecin, la gardienne de la paix se fera diagnostiquer un « traumatisme du rachis cervical », une « discopathie » et une « position asymétrique de l’odontoïde ». L’enquête a été confiée à l’IGPN.

#1081 vu sur www.lepoint.fr

France. Le conseil d’Etat valide le délit de violation réïtérée du confinement. Selon la loi du 23 mars, quatre violations du confinement en trente jours sont passibles de six mois de prison et 3 750 euros d’amende

France. Le conseil d’Etat valide le délit de violation réïtérée du confinement dans une décision du 26 juin. Selon la loi du 23 mars, quatre violations du confinement en trente jours sont passibles de six mois de prison et 3 750 euros d’amende. Au cour du premier mois de confinement, Christophe Castaner, ministre de l’intérieur, avait déjà annoncé que 1 733 gardes à vue avaient eu lieu pour des cas de violations répétées du confinement. La mesure avait été attaquée pour son imprécision. Dans sa décision de vendredi, le Conseil constitutionnel estime que « ni la notion de verbalisation, qui désigne le fait de dresser un procès-verbal d’infraction, ni la référence aux “déplacements strictement indispensables aux besoins familiaux et de santé” ne présentent de caractère imprécis ou équivoque. Par ailleurs, en retenant comme élément constitutif du délit le fait que la personne ait été précédemment verbalisée “à plus de trois reprises”, le législateur n’a pas adopté des dispositions imprécises. » La décision de vendredi écarte un autre grief soulevé au sujet de la présomption d’innocence, les droits de la défense et le droit à un recours juridictionnel effectif. De fait, la loi fait passer la violation du confinement d’une simple contravention à un délit au bout de la quatrième violation dans les trente jours… sans laisser la possibilité de contester éventuellement la réalité des premières infractions devant un juge. Les avocats avaient rappelé que le délai légal de contestation d’une contravention, de quarante-cinq jours habituellement, avait été porté à quatre-vingt-dix jours pendant l’état d’urgence. Le Conseil constitutionnel leur rétorque qu’il n’y a aucune présomption de culpabilité, puisque le tribunal correctionnel saisi en comparution immédiate « apprécie les éléments constitutifs de l’infraction et notamment la régularité et le bien-fondé des précédentes verbalisations ». Si ce délit n’est plus en vigueur depuis le 11 mai et la fin du confinement, il reste inscrit dans la loi. Le gouvernement est donc en mesure de l’actionner de nouveau en cas de restrictions de déplacement imposées à une partie du territoire, comme l’y autorise jusqu’à l’automne la loi organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire.

#1078 vu sur lemonde.fr

France. Certaines communes ont pris l’initiative d’installer des caméras thermiques à l’entrée d’écoles et de bâtiments administratifs


France. Certaines communes ont pris l’initiative d’installer des caméras thermiques à l’entrée d’écoles et de bâtiments administratifs Des entreprises aussi ont fait installer de tels dispositifs. Le 22 mai, une décision du tribunal administratif de Versailles avait validé cette possibilité de contrôle automatique de la température de ceux et celles qui passent à proximité. Mais un référé en urgence au conseil d’Etat vient d’obtenir leur interdiction, au motif qu’elles saisissent des données personnelles sans le consentement des personnes, et qu’il y a traitement de ces données (puisque des décisions sont prises suite à leur prise en compte, comme le renvoi des enfants chez eux ou l’interdiction d’entrée dans un bâtiment) même si elles ne sont pas stockées. A la lecture de cette décision, il suffirait d’un formulaire par lequel les personnes qui passent sous une caméra acceptent individuellement le dispositif pour qu’il sorte du cadre de cette interdiction.

#1072 vu sur ouest-france.fr

France, Lesquin : plusieurs cas positifs au Covid-19 ont été avérés au centre de rétention alors que les expulsions reprennent à plein régime

France, Lesquin. Un test de dépistage du coronavirus a été réalisé sur plusieurs personnes, au centre de rétention administratif de Lesquin, qui a révélé que plusieurs étaient positifs au Covid-19, ce qui inquiète certains détenus quand aux conditions sanitaires exécrables auquel ils sont exposés au quotidien. Un détenu a dû s’occuper lui-même de s’occuper de désinfecter sa chambre, ce qui revient directement à le rendre responsable de son éventuelle contamination en cas de test positif futur.

#1083 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France. La France est condamnée par la cour européenne des droits de l’homme pour avoir placé des mineurs isolés en rétention

France. La France est condamnée par la cour européenne des droits de l’homme pour avoir placé des mineurs isolés en rétention. Elle avait été saisie en 2013 pour le placement en rétention et l’expulsion de deux enfants depuis Mayotte sans leurs parents. Les deux enfants de 5 et 3 ans étaient partis des Comores pour rejoindre leur père à Mayotte et avaient été interceptés parmi tout un groupe de migrants qui ont été mis en rétention puis expulsés, les enfants ayant été “rattachés arbitrairement” à un adulte du groupe pour que l’expulsion ait l’air légale. Le conseil d’Etat qui avait été saisi n’avait rien trouvé à redire à ce procédé, mais le père s’est tourné vers la CEDH qui vient, sept ans plus tard, de rendre son arrêt. Cette situation est d’ailleurs courante à Mayotte où il existe un droit dérogatoire qui prive les enfants de recours devant le juge administratif. « Soit il s’agit d’enfants interpellés quand ils arrivent sur le territoire, soit d’enfants qui sont là depuis longtemps déjà et sont rattachés à la procédure d’expulsion d’un adulte qui n’est ni leur père ni leur mère », détaille un avocat. L’Etat français se défend en arguant de la pression migratoire qu’il faut juguler par tous les moyens…

#1073 vu sur la-croix.com

France, Paris : deux école ferment après la détection de cas de covid chez des enseignants et des enfants, la mise en isolement demandée par l’ARS ne concerne que les enfants et les adultes travaillant dans l’école et pas leurs proches

France, Paris. Deux jours après la réinstauration de l’obligation de scolarisation, deux école ferment après la détection de cas de covid chez des enseignants et des enfants. Dans le 4ème arrondissement, où une enseignante est positive, la mise en isolement demandée par l’ARS ne concerne que les enfants et les adultes travaillant dans l’école et pas leurs proches. « Les autres membres de la famille ne sont pas concernés », précise le mail de la directrice. Une mesure qu’ont du mal à comprendre certains parents, une mère s’interroge par exemple sur le fait qu’elle doive mettre sa fille en quarantaine mais que son mari continue de travailler dans une entreprise de 4000 personnes. Dans le douzième arrondissement, trois cas ont été détectés, un enseignant et deux enfants mais la sutuation n’est pas traitée comme un cluster car “un cluster est défini par la détection simultanée de trois cas dans une communauté. Si l’école du 12ème arrondissement n’est pas étiquetée comme telle, c’est que les trois cas sont répartis dans le temps ». Ces situations mettent en évidence l’absurdité gestionnaire qui adapte sa logique aux nécessités du moment, en l’occurrence la validation coûte que coûte du bien fondé de la réouverture des écoles à tous les enfants.

#1066 vu sur leparisien.fr

France, Riotz : alors qu’il était extrait pour être auditionné, un détenu de 21 ans s’est évadé de la gendarmerie en défonçant une porte.

France, Riotz. Alors qu’il était extrait pour être auditionné, un détenu de 21 ans s’est évadé de la gendarmerie. Le détenu s’est retrouvé maintenu dans une pièce faisant office de cellule et, entre deux auditions, il a défoncé la porte de l’intérieur, arrachant l’encadrement en bois, avant de s’évanouir dans la nature par une fenêtre. Il a été malheureusement retrouvé le lendemain dans l’après-midi.

#1063 vu sur actupenit.com

France, Villefranche-sur-Saône : mise en place d’un nouveau mode de pacification des prisons, qui consiste à distribuer les clefs de leurs cellules aux détenus « les plus méritants »

France, Villefranche-sur-Saône. L’administration pénitentiaire essaye un nouveau mode de pacification des prisons à Villefranche sur Saône, qui consiste à distribuer les clefs de leurs cellules aux détenus « les plus méritants » avec un nouveau régime de détention, le « module respect ». 35 détenus du troisième étage de la maison d’arrêt sont sous ce régime, initié en Espagne. Les détenus sont autorisés à circuler en journée dans les couloirs et certains espaces (salle de sport, cour extérieure..) avec une clé de leur cellule, mais à la condition d’accepter un règlement plus strict par certains aspects. En contrepartie, ils doivent par exemple avoir un comportement irréprochable, participer à des activités obligatoires, se réveiller à la même heure, ou encore entretenir leurs locaux. ce régime de détention permet toutes sortes de transactions punitives et de chantages et exacerbe les tensions entre détenus. En 2015, le centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan était le premier à tester ce nouveau module. Le “régime Respect” correspond à toutes sortes d’obligations et à des évaluations matérialisé par une sorte de permis à points. A Mont-de-Marsan, Villepinte, Beauvais ou Liancourt, le détenu part de zéro : chaque bonne action peut lui valoir un point, chaque mauvaise lui en faire perdre un. Si le compteur tombe à moins trois, moins cinq ou moins dix selon les établissements, c’est le recadrage ou l’exclusion, qui vaut retour en régime « portes fermées ». Beaucoup de comportements font encourir des mauvais points : ne pas être levé à sept heures du matin, ne pas avoir fait son lit, parler aux fenêtres, crier lors d’un match de foot, être en retard, impoli… Les consignes à respecter sont quasi-militaires. A Mont-de-Marsan, « la cellule doit être impeccable, balayée et lavée quotidiennement ». Les chaussures, cintres et serviettes de toilettes doivent être « rangés sous le lit » et les vêtements « bien pliés ».

#1062 vu sur actupenit.com

France, Millau : des manifestants reçoivent une amende de 135€ pour rassemblement interdit suite à l’analyse des caméras de vidéo-surveillance.

France, Millau. Suite aux manifestations qui ont eu lieu dans la ville de Millau au mois de mai à la sortie du confinement, une cinquantaine de personnes ont reçu une ou plusieurs amendes de 135€ pour « rassemblement interdit sur la voie publique dans une circonscription territoriale où l’état d’urgence sanitaire est déclaré » sans qu’aucun contrôle de police n’ait eu lieu. Ils auraient été identifiés par les caméras de vidéosurveillance de la ville. La mairie a confirmé la saisine des enregistrements par la préfecture. Le samedi 12 juin, en réponse à une manifestation réunissant plusieurs centaines de personnes qui demandait des comptes à la mairie et à la préfecture, les autorités ont expliqué les identifications auraient été faites par les RG et que les caméras n’auraient servi qu’à les « confirmer ». La préfecture a déclaré : ” la vidéoprotection n’est qu’un support pour accréditer les destinataires du PV et non le contraire ». Pourtant les caméras ne sont pas censées être des outils d’identification, c’est en tout cas le discours qui avait été déployé pour faire accepter l’installation des caméras dans la ville depuis 2017 ( 48 caméras, dont trois “nomades”, c’est-à-dire déplaçables selon les envies de la municipalité) grâce auxquelles aujourd’hui le fichage des RG se transforme en sanction.

#1061 vu sur technopolice.fr

France, Mont de Marsan : par la magie de la reconnaissance préalable de culpabilité, un homme se retrouve condamné à 4 mois avec mandat de dépôt pour le vol de 3 euros 50 et d’une paire de lunettes

France, Mont de Marsan. Un homme de 54 ans condamné à de la prison ferme pour avoir fracturé deux voitures et volé une paire de lunette et 3 euros 50. Il a été reconnu sur les images de vidéosurveillance puis a accepté une condamnation sur reconnaissance préalable de culpabilité qui lui a valu quatre mois de prison ferme sans procès et une incarcération immédiate…

#1057 vu sur sudouest.fr

France, Paris : un quatrième fichier illégal de salariés au centre bus d’Asnières-Pleyel vient d’être révélé alors que la RATP voulait faire croire à des cas isolés pour les précédents

France, Paris. Un quatrième fichier illégal de salariés par la RATP sur le centre bus d’Asnières-Pleyel vient d’être révélé, embarrassant d’autant plus la direction qui voulait faire croire à des cas isolés. La RATP recensant notamment le nombre de jours de grève ou d’arrêts maladies ainsi que d’autres informations qui peuvent nuire à l’avancée de la carrière de ses salariés. La direction a d’abord suspendu le directeur du centre bus de Bords-de-Marne, premier à se faire épingler, puis des fichiers ont été révélés sur d’autres centres, au dépôt de bus d’Ivry-Lebrun puis à celui de Croix-Nivert-Point du Jour à Paris, montrant qu’il s’agissait bien d’une pratique courante. Pourtant, dans une note du 4 juin 2020 faisant suite à la fuite des fichiers de Bords-de-Marne, la RATP reconnaissait elle-même l’illégalité du fichier “au regard de la loi Informatique et Libertés et au règlement européen relatif à la protection des données (RGPD) ” : « Il va de soi que ce fichier est totalement contraire à la politique et aux règles de fonctionnement de la RATP ; il a été expressément retiré du processus de la commission de classement ». La RATP, qui a déjà été mise en demeure pour sa légèreté dans les mesures sanitaires prises dans les bus, se retrouve en mauvaise posture.

#1041 Source revolutionpermanente.fr

France : le ministre de l’éducation annonce des évaluations renforcées en septembre, faisant encore un peu plus de l’école un vaste parcours de bilan de compétences

France. Le ministre de l’éducation annonce des évaluations renforcées en septembre et promet “un plan ultra volontariste” contre le décrochage scolaire après le confinement lié au coronavirus. Des évaluations seraient mises en place pour les entrant en sixième et peut-être pour d’autres niveaux. Ces mesures ne font qu’étendre le principe des évaluations nationales déjà mises en place en début de primaire et dont les enseignants dénoncent largement l’absurdité. Des questions stéréotypées peu en lien avec ce que les enfants ont réellement fait, un temps énorme consacré à les faire passer avec un mode d’emploi extrêmement contraignant pour tout le monde, aucun usage pédagogique dans la progression de chaque enseignant : ces évaluations servent surtout à renseigner une lecture statistique globale utile aux experts auxquels sont confiées de plus en plus de décisions qui prétendent à l’objectivité. Par ailleurs, l’évaluation envahit le temps scolaire et devient une activité en soi, appuyée sur la notion de compétences dont on vérifie en permanence le niveau d’acquisition. Les enfants sont ainsi habitués depuis leur plus jeune âge et tout au long de leur scolarité à se retrouver en “bilan de compétence” comme ce sera le cas tout au long de leur vie.

#1047 Source huffingtonpost.fr

France, Uzerche : un à trois ans fermes pour les huit détenus en procès pour la révolte de la prison d’Uzerche, des procès à venir pour 47 autres personnes qui ont été transférées

France, Uzerche. Le jugement de huit détenus accusés pour la révolte de la prison d’Uzerche du 22 mars dernier a été rendu par le tribunal de Tulle, avec des peines de un à trois ans de prison ferme, donc un peu moins lourdes que les réquisitions du procureur. 47 autres détenus seront jugés dans les départements où ils ont été transférés après la mutinerie. En effet, 350 détenus avaient été transférés dès le milieu de la nuit après la fin de la mutinerie. Les travaux de réparation des bâtiments ont déjà commencé mais ils ne réouvriront que progressivement à partir début de 2021 pour un premier bâtiment avec le retour de 200 détenus puis un deuxième trois mois plus tard.

#1056 vu sur francebleu.fr

France : troisième phase du déconfinement dans les prisons, les restrictions restent inchangées pour les parloirs

France. Une circulaire régit la troisième phase du déconfinement dans les prisons. Les transferts sont à nouveaux autorisés sans mise en quarantaine et avec des phases d’accueil réduites à une semaine, sauf entre maisons d’arrêt où ils restent suspendus sauf cas exceptionnels. Les détenus arrivant sont placés en quarantaine pour deux semaines et seront testés au 7ème jours. Les restrictions et aménagements contraignants pour les parloirs sont maintenues jusqu’au 10 juillet. Les activités et les cultes reprennent avec des mesures de distanciation, ainsi que le sport en extérieur ou en gymnase mais la musculation reste interdite. Les bibliothèques restent fermées et les livres doivent être empruntés sur catalogue. Les vêtements peuvent à nouveau être apportés aux détenus.

#1055 vu sur la circulaire du 23 juin du ministère de la justice (legifrance)

France, Meaux : une jeune femme de 19 ans a été écrouée avec mandant de dépôt pour 3 mois faute de place en semi-liberté…

France, Meaux (Seine-et-Marne). Une jeune femme de 19 ans a été écrouée faute de place en semi-liberté par le tribunal correctionnel de Meaux qui l’a condamnée à trois mois de prison ferme avec mandat de dépôt, après avoir constaté qu’il n’existe aucune place dans une structure adaptée en région parisienne. Elle est accusée d’avoir commis des dégradations dans une chambre d’hôtel. Elle a été immédiatement écrouée à Fleury-Mérogis.

#1054 vu sur leparisien.fr

France, Villepinte. Un détenu de vingt ans est mort dans l’incendie de sa cellule sans que personne n’intervienne

France, Villepinte. Un détenu de vingt ans est mort mardi soir à la maison d’arrêt de Villepinte dans l’incendie de sa cellule. La scène insoutenable a été filmée et circule sur les réseaux sociaux, le jeune homme étant en train de mourir sans que personne n’intervienne. Les pompiers ont fini par intervenir vers 20 h et ont éteint l’incendie avant de découvrir le corps du jeune détenu qui occupait seul sa cellule. Trente-deux prisonniers ont été évacués en raison de la propagation de fumée dans un des étages.

#1071 vu sur ouest-france

France, Toulouse : le CRA continue de se remplir mais les mesures restrictives comme la visioconférence et les visites restreintes perdurent

France, Toulouse. Le CRA de Toulouse continue de se remplir progressivement depuis la fin du confinement, les arrestations suite aux contrôles au faciès ont repris et les sortants de prison continuent d’être enfermés en rétention pour subir la double peine. On retrouve peu à peu la situation d’avant le Covid, les différents secteurs se remplissent, dont celui des femmes. Les mesures restrictives du confinement sont en revanche maintenues puisque les audiences continuent d’avoir lieu depuis le centre en visioconférence, ce qui empêche la présence du public et détériore le contact que peut avoir la personne avec son avocat. L’État cherche visiblement à pérenniser ce nouveau système et limiter ainsi les moyens de la défense tout en s’épargnant la gestion des transferts. Comme dans les prisons et les Ehpad, les visites sont toujours limitées et encadrées par des mesures sanitaires : la PAF a installé dans les parloirs un film plastique au milieu de la table et une seule personne peut entrer dans le parloir pour chaque visite.

#1035 vu sur toulouseanticra.noblogs.org

France : l’assemblée a voté dans la nuit la proposition de loi controversée prévoyant des «mesures de sûreté» pour les condamnés pour terrorisme, à l’issue de leur peine

France. L’Assemblée nationale a voté dans la nuit la proposition de loi controversée prévoyant des «mesures de sûreté» pour les condamnés pour terrorisme, à l’issue de leur peine . L’autorité judiciaire pourra imposer durant cinq ou dix ans à ces personnes l’obligation de répondre aux convocations du juge d’application des peines, d’établir sa résidence en un lieu déterminé, des interdictions d’entrer en relation et de paraître dans certains lieux, et encore l’obligation de pointage ainsi que, sous réserve de l’accord de la personne, le port du bracelet électronique. Les socialistes et le front de gauche se sont abstenus. Une grande partie des députés qui ont voté pour trouvent le texte très insuffisant et ont cherché à prolonger et durcir ces mesures, agitant la sortie de prison prochaine d’islamistes radicaux arrêtés ces dernières années.

#1033 vu sur lefigaro.fr

France, Nantes : plusieurs centaines de personnes ont manifesté en hommage à Steve Maia Caniço, noyé l’an dernier suite à une intervention policière, des incidents et affrontements avec la police ont eu lieu

France, Nantes. Une manifestation a eu lieu en hommage à Steve Maia Caniço mort noyé suite à une intervention de la police lors de la fête de la musique il y a un an, et plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues en suivant un camion diffusant de la musique techno. La mairie avait interdit l’organisation d’un concert et la manifestation était interdite aussi par la préfecture. Les forces de l’ordre ont repoussé les participants à plusieurs reprises, que ce soit en centre-ville puis sur l’île de Nantes. La situation, parfois tendue avec des affrontements, des dégradations diverses et des feux de poubelles, a duré jusqu’à minuit environ. Quinze personnes ont été interpellées d’après la police nationale.

#1031 vu sur fr.news.yahoo.com

France : un logiciel de traçage Covid-19 est apparu dans les paramètres des téléphones Android et des iPhones dans le cadre d’une mise à jour de leur système d’exploitation sans que les utilisateurs n’aient fait de démarche particulière pour l’obtenir.

France. Un logiciel de traçage Covid-19 est apparu dans les paramètres des téléphones Android et des iPhones dans le cadre d’une mise à jour de leur système d’exploitation sans que les utilisateurs n’aient fait de démarche particulière pour l’obtenir. L’outil de “notification d’exposition” est désactivé par défaut et n’est pas considéré comme une application de traçage, même si il en a toutes les caractéristiques. L’application mesure la distance entre deux combinés et alerte le propriétaire du téléphone quelqu’un qu’il a approché est testé positif au Covid-19. Un informaticien précise : “Ce n’est pas une nouvelle application mais un élément supplémentaire ajouté aux systèmes d’exploitation des téléphones pour permettre aux développeurs agréés de créer des applications qui peuvent potentiellement avertir de la proximité de personnes infectées” espérant ainsi rassurer les utilisateurs qui ont pu penser que Stopcovid, qui n’est pas compatible avec ces logiciels, s’installait tout seul à leur insu sur leurs téléphones. Il reste quand même avéré que ces logiciels de traçage ont été installés par défaut sans que les utilisateurs aient fait une quelconque démarche pour les obtenir. Plusieurs entreprises développant ce type d’application se plaignent en outre des critiques contre les applications de traçage, qu’ils considèrent comme “de la désinformation”, en arguant du fait que l’accès à des données qui mettent en cause la vie privée n’est pas prouvé…

#1029 vu sur pressafrik.com

France, Grenoble : occupation du local de campagne de Eric Piolle en solidarité avec les jeunes majeurs étrangers, plusieurs manifestations de quelques centaines de personnes ont eu lieu dans différentes villes pour la “journée mondiale des réfugiés”

France, Grenoble. Plusieurs manifestations de quelques centaines de personnes ont eu lieu dans différentes villes pour la “journée mondiale des réfugiés”. A Grenoble, une centaine de soutiens aux jeunes majeurs étrangers ont investi le local de campagne d’Éric Piolle car la mairie refuse l’installation d’un campement sur le parvis du musée. la manifestation à l’issue de laquelle a eu lieu cette occupation a été autorisée par la préfecture mais interdite par la mairie.

#1028 vu sur francebleu.fr

Paris : l’audience d’un détenu de la prison de la Santé atteint de plusieurs pathologies chroniques pour sa libération dans le cadre du confinement, déposée le 5 avril, a été fixée au 17 juin ! Il a été infecté entre temps.

Paris. L’audience d’un détenu de la prison de la Santé atteint de plusieurs pathologies chroniques pour une demande de suspension de peine dans le cadre du confinement, déposée le 5 avril, a été fixée au 17 juin ! Il a été infecté par le Covid19 entre sa demande et l’audience. Les autorités pénitentiaires, avertie du fait qu’il avait été infecté et qu’il était malade, l’ont simplement mis en isolement pour éviter la contagion d’autres détenus…

#1018 vu sur oip.org

France, Paris : une nouvelle manifestation de policiers a eu lieu place d’Italie, plusieurs dizaines de Gilets Jaunes sont intervenus et le rassemblement a alors cessé immédiatement

France, Paris. Une nouvelle manifestation de policiers a eu lieu place d’Italie. Plusieurs dizaines de véhicules – fourgons, voitures banalisée – ont stationné sur la chaussée, gyrophares allumés. Des tensions ont eu lieu lorsque plusieurs dizaines de Gilets Jaunes sont intervenus. Les policiers ont alors cessé immédiatement le rassemblement. Des manifestations semblables ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs endroits à Paris, notamment au Trocadéro, sur l’avenue des Champs-Élysées, place de la République, ou encore dans le quartier de La Défense. C’est suite à ces mobilisations que la police a pu maintenir son “droit d’étrangler” pour interpeller…

#1008 vu sur www.lefigaro.fr

France : le conseil constitutionnel oblige le gouvernement à ce que le maintien à l’isolement ou en contention d’une personne hospitalisée sans son consentement soit contrôlé par un juge

France. Le conseil constitutionnel a ordonné au gouvernement de prendre des mesures pour que le maintien à l’isolement ou en contention en psychiatrie d’une personne hospitalisée sans son consentement soit contrôlé par un juge. Cet avis revient donc sur l’article du Code de la santé publique relatif à l’encadrement des mesures d’isolement et contention du 26 janvier 2016 qui ne prévoyait pas l’intervention d’un juge dans ces cas d’isolement ou de contention des d’hospitalisés sous contrainte. Le gouvernement a donc jusqu’au 31 mars pour modifier les dispositions légales Cette mesure concernerait plus de 92000 personnes (chiffre de 2017). L’annonce intervient juste après la diffusion d’un rapport alarmant sur l’utilisation de la contrainte en psychiatrie.

#1004 vu sur informations.handicap.fr

France : le conseil constitutionnel annule la disposition de la “loi contre la haine en ligne” qui visait à censurer immédiatement tout contenu “à caractère terroriste”

France. Le conseil constitutionnel vient de déclarer la quasi-intégralité de la “loi de lutte contre la haine en ligne” contraire à la Constitution. Le principe d’une censure sans juge des contenus considérés comme “à caractère terroriste” dans un délai imposé d’une heure pour la police ou de vingt-quatre heures pour les plate-formes elles-mêmes est refusé. La décision peut être comprise ainsi : seuls les contenus “manifestement illicites” peuvent être retirés sans passer par un juge et reconnaître qu’un contenu est manifestement illicite demande un minimum d’analyse, impossible en si peu de temps. Le gouvernement voulait imposer à l’ensemble de l’Internet le modèle de censure algorithmique de Facebook. Il s’agissait aussi de faire « adopter à l’avance » en France le règlement européen contre la propagande terroriste actuellement en discussion qui prévoit lui aussi une censure sans juge en une heure mais suscite de nombreuses oppositions.

#0990 Source laquadrature.net

France : les associations d’aide alimentaire font face à un « raz de marée de la misère »

France. Les associations d’aide alimentaire font face à un « raz de marée de la misère ». La crise économique et sanitaire a obligé un nouveau public à se tourner vers ces associations, qui commencent l’été avec des stocks au plus bas. Le “resto du coeur” de Paris 11ème connaît une hausse de fréquentation de 70 % par rapport à la même période l’année dernière.

#01002 vu sur lemonde.fr

France, La Rochelle : une jeune femme est arrêtée à son domicile pour des dizaines de tags, prétendument identifiée par une comparaison entre des images de la caméra d’une banque et des images de manifestations montrant des vêtements semblables…

France, La Rochelle. Une jeune femme est arrêtée à son domicile pour des dizaines de tags faits dans des rues sans caméras. Elle aurait été identifiée par une comparaison entre des images filmées par la caméra d’une banque cette nuit-là et des images de manifestations qui montreraient les mêmes chaussures et le même manteau… Selon la presse, elle se retrouve accusée d’une soixante tags comme “Brûlez les banques”, “un flic, une balle”, “à bas le capitalisme”, “la propriété, c’est du vol”, “les élus ne pensent qu’à eux-mêmes”, “stop féminicides” qui ont décoré la ville et sa mairie le 8 mai.

#1042 Source sudouest.fr

France : les expulsions de campement de “gens du voyage” reprennent en force avec la fin du confinement

France, Guidel et Locmiquélic (Morbihan). Les gendarmes mobiles expulsent un campement de “gens du voyage”. Partout en France, la fin du confinement marque le retour en force de ces expulsions, souvent appuyées par les riverains. Une constante : des territoires qui ne respectent pas les schémas d’accueil, des aires insalubres, des abus dans les périodes de fermetures administratives.

#0997 Source ouest-france.fr

France : le rapport “Identités numériques, clés de voûte de la citoyenneté numérique” prévoit une Carte Nationale d’Identité électronique (CNIe) dès 2021 avec une reconnaissance faciale via l’application Alicem

France. Le gouvernement prévoit une Carte Nationale d’Identité électronique (CNIe) dès 2021. Le programme s’appuie sur la reconnaissance faciale via l’application Alicem. Le rapport du Conseil national du numérique (CNnum) intitulé « Identités numériques, clés de voûte de la citoyenneté numérique » prévoit d’établir l’accès aux services de l’administration en ligne au travers de cette carte d’identité numérique. L’application Alicem est en phase de test sur FranceConnect depuis juin 2019. Elle impose à son utilisateur de passer par une étape de reconnaissance faciale pour prouver qu’il est le titulaire légitime du titre d’identité et à partir de là, sert à attester l’identité. Son expérimentation a été suspendue car elle n’offre pas d’alternative à la reconnaissance facile pour l’activation des comptes utilisateurs. Elle est relancée avec ce projet de carte d’identité numérique.

#0992 Source intelligence-artificielle.developpez.com

France, Rennes : un conseiller Pôle Emploi est convoqué pour une sanction pour avoir aidé des chômeurs à récupérer des allocations non versées.

France, Rennes. Un conseiller Pôle Emploi à Rennes est convoqué le 23 juin à un entretien préalable pour une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement pour avoir aidé des chômeurs à récupérer des allocations non versées. La direction évoque de son côté un dossier personnel. Il affirme d’ailleurs avoir découvert “de vraies anomalies couvertes par une chaîne de décideurs, par exemple des salaires exclus automatiquement par le système de calcul des allocations chômage” ou encore des informations “sur les droits des allocataires que l’on donne très peu, voire quasiment jamais aux intéressés”. Un collectif de soutien s’est constitué, à l’initiative d’organisations et de syndicats de l’intermittence de l’emploi, du spectacle, des arts et de la culture.

#01001 france3-regions.francetvinfo.fr

France : un rapport du “contrôleur des lieux de privation de liberté” s’alarme du recours de plus en plus systématique à l’enfermement des patients en psychiatrie

France. Dans un rapport rendu public mercredi le “contrôleur des lieux de privation de liberté” s’alarme du recours de plus en plus systématique à l’enfermement des patients en psychiatrie. On enferme en effet de plus en plus, et cela sans le consentement du malade. On isole aussi, voire on attache. En effet, depuis une vingtaine d’années, le nombre d’hospitalisations sans l’accord du patient a augmenté régulièrement, au point de les banaliser avec 25% des hospitalisations qui se font sous ce statut. Il y a vingt ans, c’était deux fois moins. Dans certains établissements, 40 % des hospitalisations se font sous contraintes. Il n’y a qu’en psychiatrie que l’on peut légalement soigner sans l’accord du patient. Cette contrainte aux soins va avec la possibilité d’exercer « une contrainte au corps se traduisant en une contrainte aux comportements : horaires, tabac, visites, etc. » Voire à isoler les patients dans des chambres spéciales, et parfois à les attacher pendant des jours, voire des mois. Le rapport note que « la culture de l’enfermement et des restrictions dans le champ psychiatrique est intériorisée par tous : soignants, famille et proches, patients aussi. L’ensemble perpétue le refus de s’interroger sur les pratiques, la compatibilité de l’enfermement et des restrictions qui l’accompagnent avec le soin ». Il s’agit d’une tendance lourde, accentuée par la gestion du confinement en milieu fermé, certains patients étant restés enfermés dans leur chambre 24h sur 24. Il semble cependant que ces pratiques commencent à être de plus en plus interrogées, voire discutées au sein des établissements, entre autre en réaction à ce qui a pu se passer pendant le confinement.

#0998 Source liberation.fr

Guyane : Cayenne est désormais le plus grand cluster de la région avec une augmentation fulgurante des cas Covid-19, incontrôlable dans les quartiers défavorisés

Guyane, Cayenne. Cayenne est désormais le plus grand Cluster de Guyane. On y enregistre une augmentation fulgurante des cas Covid-19 et la propagation du coronavirus semble incontrôlable dans les quartiers défavorisés. La mairie a commencé une opération de distribution de masques au porte à porte mais les conditions sanitaires dans les bidonvilles et les quartiers pauvres sont désastreuses, en particulier le manque d’eau courante. Un couvre-feu est instauré à Cayenne de 19h à 5h du matin en semaine.

France : la mobilisation des livreurs sans papiers de Frichti (la moitié des employés) se poursuit, le statut d’auto entrepreneur exigé par l’entreprise entrave leur régularisation

France. Le mouvement de grève des livreurs de Frichti débutée le 4 juin se poursuit. Près de la moitié des livreurs autoentrepreneurs employés par Frichti sont sans papiers. Ils manifestent presque tous les jours devant les dépôts de la plateforme. Après la publication d’un article de presse sur le quotidien d’un des «livreur de bonheur» non payé depuis le confinement, la firme avait privé de travail tous les autres livreurs sans papiers. 219 livreurs sont inscrits sur la liste exigeant la régularisation. Le statut d’autoentrepreneur exigé par l’entreprise pour l’embauche rend la régularisation difficile car aucun dossier de ce type n’a été validé en France ou ailleurs. De nouvelles manifestations sont prévues. Les sans-papiers représentent quasiment la moitié des livreurs employés par l’entreprise.

#0974 vu sur libération.fr

France : les policiers ont finalement le droit d’étrangler “avec mesure et discernement”…

France. Les policiers peuvent finalement continuer à étrangler pour interpeller. Une note du directeur de la police nationale annonce que la clé d’étranglement pourra continuer à être utilisée par les forces de l’ordre “avec mesure et discernement”, le temps qu’un groupe de travail sur cette technique d’interpellation controversée soit mis en place et qu’il rende ses conclusions en septembre. Ces derniers jours les syndicats de policiers avaient protesté contre l’annonce de l’interdiction de cette technique mortelle et le ministère de l’intérieur avait affirmé maintenir sa décision. L’entourage du ministre de l’Intérieur dément tout “rétropédalage”, et assure que ce qui a été supprimé, c’est uniquement l’enseignement de cette méthode en école de police.

#0960 vu sur www.bfmtv.com

France, Paris : en dépit de la réalité, les organisateurs de la manif des soignants se désolidarisent des affrontements qui ont animé les Invalides et accusent de prétendus “éléments extérieurs” liés aux mobilisations contre le racisme et la police.

France, Paris. 18 000 soignants et personnes solidaires manifestent en soutien aux soignants à Paris et 220 cortèges réunissant parfois plusieurs milliers de personnes défilent dans toute la France. Des incidents divers ont lieu pendant plusieurs heures sur la place des Invalide avec des affrontementscontre les forces de l’ordre et des feux de poubelles. Alors que les images de l’interpellation brutale d’une infirmière accusée d’avoir jeté des projectiles sur les policiers fait scandale, les organisateurs de la manifestation se désolidarisent en affirmant que les affrontements sont le fait “d’éléments extérieurs” aux manifestants. En dépit de la réalité, Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes hospitaliers de France s’illustre par des propos véhéments pour dissocier “bons” et “mauvais” manifestants en affirmant “ce ne sont absolument pas les soignants qui ont causé ces dégradations et provocations contre la force publique” et “cela reste des voyous, des grands crétins ultra violents” qui sont à l’origine des affrontements. Il va jusqu’à dénoncer ceux auxquels il attribue les débordements qui auraient commencé alors que : ” des groupuscules arrivaient, dont certains avec des tee-shirts Adama Traoré”, cherchant ainsi à dissocier la mobilisation des soignants des manifestations contre le racisme et la police. Il poursuit en appelant aussi au “dopage” des services d’ordre pour contrôler les manifestations à l’avenir. On apprend d’ailleurs dans la presse que les services d’ordre syndicaux, en particulier ceux de l’UNSA, de FO et de la CGT ont collaboré de manière serrée avec la police. Plus de trente personnes ont été interpellées.

France : contrairement à ce qui avait été annoncé aux professionnels de santé, la base de données créée à partir des fichiers santé SIDEP et AMELI-PRO pourrait perdurer au-delà de l’état d’urgence sanitaire

France. La base de données créée à partir des fichiers santé SIDEP et AMELI-PRO, à laquelle contribuent plusieurs professionnels de la santé dont les médecins, pourrait perdurer au-delà de l’état d’urgence sanitaire, contrairement à ce qu’annonçait au début le gouvernement aux professionnels de la santé pour les mobiliser. L’ordre des médecins exprime publiquement son inquiétude et demande au gouvernement de revenir sur l’accord de base (la limitation de la base de données à l’état d’urgence sanitaire finissant le 10 juillet).

#0970 vu sur www.conseil-national.medecin.fr

France, Lyon : une enquête a été ouverte après l’agression dans la nuit de samedi à dimanche d’un policier, blessé à la cheville « en raison de ses fonctions », a-t-on appris auprès du parquet de Lyon

France, Lyon. Une enquête a été ouverte après l’agression dans la nuit de samedi à dimanche d’un policier, blessé à la cheville « en raison de ses fonctions », a-t-on appris auprès du parquet de Lyon. Le policier n’était pas en service et rentrait chez lui lorsqu’une voiture s’est arrêtée devant lui et sa compagne, l’un des deux occupants l’insultant et le traitant de « sale flic ». Des jeunes du quartier se seraient alors joints à la scène en agressant et frappant le couple. Le fonctionnaire de police doit être opéré lundi de la cheville, précise encore le parquet. À ce stade, aucun détail n’était disponible sur le mobile de l’agression ni sur la question de savoir si la victime connaissait ses agresseurs.

#0956 vu sur ouest-france.fr

France : la manière de travailler a complètement et durablement changé suite au confinement dans les structures accueillant des personnes en situation de handicap

France. la manière de travailler a complètement et sans doute durablement changé dans les structures accueillant des personnes en situation de handicap, et notamment dans celles qui accueillent des personnes autistes. Certains proches ont vu apparaître chez des personnes atteintes d’autisme des troubles du comportement nouveau dans ce contexte particulièrement angoissant, ou constater une aggravation de ces troubles. Les contacs rassurants sont devenus impossibles, et, comme dans les prisons et les Ehpad, les visites des proches et les sorties sont toujours extrêmement limitées. En clair, dans le domaine du soin, toutes les situations de crises ou potentiellement de crises, d’angoisses, se sont vues amplifiées ou du moins chamboulées par le coronavirus et par la gestion de l’Etat de cette pandémie.

#0945 vu sur francebleu.fr

France : le conseil d’Etat oblige à autoriser les manifestation de plus de 10 personnes mais les dispositions concernant la “liberté de manifester” évoluent fondamentalement puisqu’il valide que tout rassemblement doit être soumis à autorisation

France. Les dispositions concernant la “liberté de manifester” évoluent fondamentalement : le conseil d’Etat oblige à autoriser les manifestation de plus de 10 personnes, mais valide que tout rassemblement doit être soumis à autorisation, ce qui n’était pas le cas précédemment. Quelques précisions. Le conseil d’Etat rétablit donc la “liberté de manifester” qui n’avait pas été rétablie par le décret du 11 mai sur le déconfinement qui maintenait une interdiction de tout rassemblement de plus de 10 personnes. Les décrets du 20 puis du 31 mai avaient confirmé cette interdiction. Dans les faits, la répression des rassemblement est soumis à l’arbitraire préfectoral et policier, avec des distributions d’amendes de 135 euros dont certaines ont été contestées avec succès, comme ces amendes infligées aux 20 personnes qui attendent la libération d’un manifestant en discutant avec son avocat devant le tribunal de Paris . Le 26 mai dernier, la Ligue des droits de l’homme a saisi le juge des référés du Conseil d’État pour obtenir la suspension de l’interdiction générale et absolue de manifester, suivie l e 3 juin par la CGT, la FSU, Solidaires, le syndicat de la magistrature et le syndicat des avocats de France. Alors que la loi l’oblige à statuer en 48h lorsqu’il est saisi par la voie d’un référé-liberté, il prendra 17 jours pour rendre sa décision. Il statue juste après la grande manifestation contre les violences policières, et affirme que l’interdiction des rassemblements mettant en présence de manière simultanée plus de dix personnes sur l’ensemble du territoire de la République porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’expression et de communication – dont la liberté de manifester ou de se réunir est une des formes d’exercice. En revanche, l’arrêt n’a pas remis en cause l’interdiction, jusqu’au 31 août 2020, de tout événement réunissant plus de 5 000 personnes prévu à l’article 3, V, du décret du 31 mai 2020. Le gouvernement publie donc un nouveau décret qui ne rétablit pas complètement la liberté de manifester. Pour bien comprendre, il faut savoir qu’en France, contrairement à une idée reçue – régulièrement répétée par les plus hautes autorités de la République –, il n’y a pas de « manifestations autorisées » : il n’y a qu’une liberté de manifester et des manifestations interdites, ce qui est très différent. C’est à dire qu’une fois une manifestation annoncée publiquement (pas forcément déclarée à la préfecture), le préfet peut décider de l’interdire, et s’il ne le fait pas, la manifestation peut avoir lieu (sans être particulièrement “autorisée”). Or, le décret paru au Journal officiel de ce matin modifie ce point : désormais, « les cortèges, défilés et rassemblement de personnes, et, d’une façon générale, toutes les manifestations sur la voie publique […] sont autorisés par le préfet de département si les conditions de leur organisation sont propres à garantir le respect [des « mesures barrières ». On passe donc d’un régime de déclaration des manifestations à un régime d’autorisation. C’est une très vieille revendication de la préfecture de police de soumettre à autorisation préalable toute manifestation. Jusqu’à présent, aucun gouvernement n’avait osé y donner suite, pas même en période d’état d’urgence « non sanitaire ».

#1017 vu sur academia.hypotheses.org

France, Toulouse : la façade des bureaux d’Apave qui collabore à l’enfermement a été dégradée, avec un tag “feu aux prisons” .

France, Toulouse. La façade des bureaux d’Apave qui collabore a l’enfermement a été dégradée, avec un tag “feu aux prisons” . Le communiqué en lien avec cette action est à lire ici. Apave est une société qui “évalue les risques généraux et environnementaux” des habitations et bâtimentspublics dont des prisons.

#0975 vu sur Indymedia Nantes

France, Le Mans : malgré l’interdiction de manifestation, 500 personnes manifestent devant la Préfecture contre la police et le racisme mais aussi pour la régularisation de tous les sans papiers

France, Le Mans. Malgré l’interdiction de manifestation décrétée par le préfet, 500 personnes manifestent devant la Préfecture contre les violences policières et le racisme mais aussi pour la régularisation de tous les sans papiers. Un second appel avait également circulé sur les réseaux sociaux, pour un rassemblement à la même heure et au même endroit en hommage à Georges Floyd et Adama Traoré et contre les violences policières et le racisme. Un appel est lancé pour la semaine prochaine, samedi 20 juin 2020.

#0949 vu sur ouest-france.fr

France, Paris: une manifestation réunit plus de 15 000 personnes à l’appel du Comité pour Adama, Place de la République ; un important dispositif policier empêche le départ en manifestation, affrontements et pillages ont lieu.

France, Paris. Une manifestation réunit plus de 15 000 personnes à l’appel du Comité pour Adama, Place de la République. Un important dispositif policier empêche le déplacement de la manifestation, qui reste bloquée sur la place. Malgré les nombreux appels au calme provenant du camion des organisateurs de la manifestation, depuis lequel il est demandé de cesser les multiples jets de projectiles au nom du respect des volontés de la famille, et l’intervention d’un service d’ordre pour protéger les magasins et empêcher les manifestants de les piller, les affrontements avec la police durent longtemps, des arrestations sont empêchées par les manifestants, un bouclier anti-émeute est récupéré et brûlé et des vitrines sont brisées. 26 interpellations à Paris sont à déplorer ce jour-là (dont 14 proches de Génération Identitaire pour avoir déployé une banderole raciste du toit d’un immeuble).

#0947 vu sur leparisien.fr

France, Paris : un voisin qui voit une banderole de Génération Identitaire se dérouler devant sa fenêtre se met à la découper et à en jeter les morceaux dans la manifestation contre les violences policières

France, Paris. Un voisin qui voit une banderole de Génération Identitaire se dérouler devant sa fenêtre se met à la découper et à en jeter les morceaux dans la manifestation contre les violences policières appelée par le Commité Vérité et Justice pour Adama, sous les acclamations des manifestants. Des slogans en référence à l’extrême droite suprémaciste blanche américaine accompagnent le message. La banderole a ensuite été arrachée par un manifestant grimpeur.

#0946 vu sur les réseaux et de source directe.

France : un rapport propose l’élargissement des domaines d’application de l’algorithme utilisé par les services de renseignement pour traiter des masses de données numériques

France. Un rapport soumis à l’assemblée propose l’élargissement des domaines d’application de « l’algorithme » utilisé par les services de renseignement afin d’éplucher en temps réel un grand nombre de données numériques dans le but de détecter des “menaces terroristes”. Plutôt que de viser une personne identifiée, cet “algorithme” passe au tamis de très grandes quantités de données numériques à la recherche de « signaux de faible intensité ». Une fois des données repérées, les renseignements doivent demander une “levée d’anonymat” pour accéder aux informations personnelles de l’émetteur et du destinataire. On ne connaît pas le nombre de demande de “levée d’anonymat” qui ont été formulées depuis que cet algorithme est utilisé. Il s’agit d’un dispositif expérimental qui doit être réévalué avant le 31 décembre. Le rapport demande de développer son usage et de le prolonger pour cinq ans. « Le volume de données que l’algorithme permet d’appréhender ne peut pas l’être par des moyens classiques », écrivent-ils, craignant que la France se prive « d’une grande chance » et accuse « du retard par rapport aux puissances partenaires » si les espions français ne pouvaient plus faire usage de leur algorithme. En réalité, trois algorithmes sont actuellement à l’œuvre : le premier a été déployé le 12 octobre 2017, les deux autres courant 2018. Ils traitent des données téléphoniques et inspectent le trafic Internet mais ne peuvent conserver que des données dites « de connexion » (ou « métadonnées »), c’est-à-dire qui communique avec qui, quand et pendant combien de temps. Le rapport préconise un accès et une possibilité de conservation du contenu des messages. Les services de renseignement demandent un élargissement à d’autres missions, notamment le « contre-espionnage et de criminalité organisée ».

#0967 vu sur www.lemonde.fr

France : la police manifeste pour réclamer le droit d’étrangler !

France. En réaction à l’annonce gouvernementale de l’interdiction de l’utilisation de la clé d’étranglement intervenue suite aux manifestations contre les violences policières, des policiers se sont rassemblés dans plusieurs villes, et ont jeté symboliquement leurs menottes à terre pour réclamer le droit de pouvoir continuer à étrangler lors de leurs interventions. A l’appel d’Unsa police et d’Alliance, des policiers ont aussi défilé ce vendredi sur les Champs-Elysées.

#0935 Source 20minutes.fr

France, Urzeche : lourdes réquisitions (3 à 6 ans fermes) au procès les huit détenus accusés d’avoir participé à la mutinerie d’Uzerche

France, Urzeche. Pour les huit détenus accusés d’avoir participés à la mutinerie du centre de détention d’Uzerche, la procureur demande des peines de prison ferme de 3 à 6 ans. Le jugement a été mis en délibéré au 23 Juin. 47 autres détenus ont été mis en cause dans cette mutinerie et seront jugés par les tribunaux des départements où ils ont été transférés. Les déclarations des prévenus sont orientées vers la critique de la politique pénale mise en oeuvre depuis maintenant deux ans dans le centre et contre le comportement punitif et sadique des matons.

#0948 vu sur actupenit.com

France, Tulle : de nombreux tags en solidarité aux huit inculpés de la mutinerie du 22 mars à Uzerche ont été trouvés dans les rues de la ville où ils sont jugés aujourd’hui par visioconférence

France, Tulle. De nombreux tags en solidarité aux huit inculpés de la mutinerie qui a eu lieu le 22 mars à la prison d’Uzerche ont été trouvés dans les rues de la ville et sur la porte de l’église Saint-Jean. Le procès de cette mutinerie a lieu aujourd’hui par visioconférence dans le tribunal de Tulle. Dans cette mutinerie, entre autre, deux bâtiments pénitenciers ont été incendiés. On a donc pu lire aujourd’hui sur les murs « Solidarité avec les inculpés d’Uzerche et prisonniers anarchistes », « Feux aux prisons », « Liberté pour les inculpés d’Uzerche », « Crève la taule d’Uzerche et le tribunal de Tulle ». Ces tags font écho au procès des inculpés qui à lieu le jour même au tribunal de Tulle. Une enquête est en cours, qui ne dispose à l’heure actuelle d’aucun témoignage et une seule plainte, celle du chauffeur d’une entreprise dont la camionnette a été taguée. Lors de cette mutinerie, 88 détenus sont montés sur le toit de la prison qui a été fortement endommagée puisque deux bâtiments ont été dégradés au point de ne plus pouvoir accueillir de détenus : le bâtiment C et le bâtiment D qui a été, quant à lui, partiellement brûlé.

#0929 vu sur lamontagne.fr

France : une des recommandations du projet sur “la place du numérique dans la santé en France” est une “banque d’heures d’innovations” qui permettrait aux salariés d’y verser du temps de travail pouvant être utilisé par d’autres salariés

France. Le Conseil national du numérique (Cnnum) a publié une liste de recommandations sur “la place du numérique dans la santé en France”. Dans le cadre d’une réflexion sur “l’intégration des personnels de santé et des citoyens dans l’innovation”, le gouvernement prône la mise en place de mécanismes incitatifs tels qu’une “banque d’heures d’innovations” qui permettrait aux salariés d’y verser du temps de travail pouvant être utilisé par d’autres salariés investis dans des projets d’innovation dans le domaine de la santé, en échange d’un intéressement dans lesdits projets. On se souvient qu’au mois de mai le gouvernement avait déjà proposé que les salariés “reversent” aux soignants des jours de RTT…

#0954 vu sur usine-digitale.fr

France : le retour à la normale tarde dans les Ehpad, des proches craignent que certaines limitation d’accès de personnes extérieures perdurent dans ces structures, laissant les résidents seuls face à la maltraitance institutionnelle

France. À en croire le communiqué publié le 1er juin par le ministère de la Santé, la situation dans les Ehpad serait presque revenue à la normale, en particulier pour ce qui concerne les visites. Après une période d’interdiction puis d’encadrement très strict, période interminable pour les résidents et leurs familles, le gouvernement annonce aujourd’hui « un assouplissement supplémentaire » en adéquation avec « le respect du libre choix des personnes désirant voir leurs proches ». Or la réalité est toute autres puisque la plupart des Ehpad gardent une stricte limitation des visites qui ne permet pas au résidents de renouer le contact avec leurs proches et qui empêche, de fait, quiconque d’entrer dans les structures. Beaucoup de proches de personnes en Ehpad constatent les nombreuses conséquences désastreuses de cet isolement pour la santé morale et physique des résidents (amaigrissement, dépressions, perte d’autonomie physique et psychique). Des proches craignent que beaucoup d’Ehpad n’en profitent pour faire perdurer certaines interdictions d’accès aux personnes extérieures (accès aux salles de repas ou aux chambres), ce qui laisserait les résidents à la merci d’une gestion bien souvent maltraitante.

#0918 vu sur www.quechoisir.org

France : 76 % des français ont une bonne opinion de la police et 65% affirment qu’elle est raciste… combien sont-ils par la magie des sondages à avoir confiance dans une police qu’ils considèrent comme raciste ?

operation de securisation et de controle d’identite de voyageurs, fouille, palpation de securite, presentation des papiers d’identite, gare du Nord

France. Un sondage nous apprend que plus des trois quarts des sondés (76 %) affirment conserver une bonne opinion des forces de l’ordre. Mais dans le même temps, deux-tiers des Français (65%) estiment qu’en France les personnes de couleur ou d’origine étrangère sont victimes de discriminations ou de racisme de la part des policiers. Même sans être très fort en calculs, il est clair que selon cette représentation de “l’opinion publique”, un grand nombre de français considèreraient qu’il est normal que la police soit raciste…

#0936 Source midilibre.fr

France : le gouvernement annonce la fin de l’état d’urgence sanitaire pour le 10 juillet mais se réserve “la possibilité de limiter ou d’interdire les rassemblements sur la voie publique ainsi que les réunions de toute nature” pour quatre mois supplémentaires

France. Le gouvernement annonce la fin de l’état d’urgence sanitaire pour le 10 juillet mais se réserve “la possibilité de limiter ou d’interdire les rassemblements sur la voie publique ainsi que les réunions de toute nature” durant une période de quatre mois après cette date, ainsi que “la possibilité de réglementer les déplacements et l’accès aux moyens de transport, les établissements recevant du public comme les discothèques et de décider des jauges concernant les rassemblements sur la voie publique”. S’il voulait décider un nouveau confinement généralisé (ce que le gouvernement semble vouloir éviter à tout prix à cause des conséquences économiques), il faudrait néanmoins instaurer un nouvel état d’urgence sanitaire.

#0921 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Toulouse : la façade du palais de justice de la ville a été redécorée de tags contre le racisme, la justice et la police lors d’une manifestation de plusieurs milliers de personnes.

France, Toulouse. La façade du palais de justice de la ville a été redécorée de tags contre le racisme, la justice et la police lors d’une manifestation qui a réuni plusieurs milliers de personnes suite aux émeutes aux Etats Unis après la mort de Georges Floyd. Au moins une interpellation a eu lieu à cette occasion.

#0917 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France : alors que le nombre de chômeurs explose en lien avec la gestion de la crise sanitaire, les contrôles, les radiations et les récupération de “trop perçus” reprennent à Pôle emploi

France. Alors que le nombre de chômeurs explose en lien avec la gestion de la crise sanitaire, les contrôles, les radiations et les récupération de “trop perçus” reprennent dès le 18 mai à Pôle emploi, après un moratoire pendant le confinement. Malgré des consignes de “souplesse” données aux conseillers, le retour des sanctions va accentuer l’accroissement de la pauvreté, en pleine crise sociale.

#0899 vu sur www.alternatives-economiques.fr

France, Vitry : des kits “anti-Covid” sont distribués au 286 habitants d’un bidonville, ces interventions humanitaires sont accompagnées d’un recensement

France, Val de Marne. Des kits “anti-Covid” sont distribués au 286 habitants d’un bidonville à Vitry. Des ONG tentent d’organiser des “cliniques mobiles” dans les bidonvilles dans la crainte dune contagion rapide, même si elle est retardée par l’exclusion sociale des habitants. Ces interventions, financées par Sanofi, l’ARS et la fondation Abbé Pierre commencent par un recensement des habitants pour “évaluer les besoins”.

#0940 Source leparisien.fr

France : le ministre de l’intérieur annonce l’interdiction des techniques d’étranglement jusqu’ici enseignées dans les écoles de police pour lesinterpellations ; l’utilisation du Taser serait désormais privilégiée.

France. En réaction aux mobilisations suite au décès de Georges Floyd aux Etats Unis et de Adama Traoré en France, le ministre de l’intérieur annonce l’interdiction de l’utilisation des techniques d’étranglement jusqu’ici enseignées dans les écoles de police pour les arrestations. L’utilisation du pistolet à impulsion électrique, le Taser, serait désormais privilégiée. Le Taser fait partie des ces “armes non létales” dont l’usage est supposé remplacer les armes à feu, mais qui, de par sa facilité d’utilisation, est de fait employé beaucoup plus systématiquement. Comme les balles en caoutchouc et autres LBD, il peut provoquer de graves lésions, pouvant entraîner le décès notamment par fragilisation cardiaque.

#0909 vu sur www.Ici.fr

France, Montauban : les soignants de l’hôpital de la ville doivent participer à une tombola pour se répartir les dons recueillis par l’hôpital pendant la période de crise sanitaire

France, Montauban. Les soignants de l’hôpital de la ville doivent participer à une tombola pour se répartir les dons recueillis par l’hôpital pendant la période de crise sanitaire, sous forme de séjours à la montagne pour deux personnes ou de bons d’achat. Les syndicats proposent plutôt un tirage au sort…

#0906 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Metz : une cinquantaine de détenus ont été évacués parce qu’une fissure est apparue dans un mur de la prison

France, Metz. Une fissure est apparue dans la maison d’arrêt de Metz-Queuleu nécessitant l’évacuation d’une cinquantaine de détenus. La maison d’arrêt était connue pour son état sanitaire déplorable et début mars, une centaine de prisonniers avaient refusé de regagner leurs cellules pour protester contre les risques liés au covid-19 .

#0951 vu sur francebleu.fr

France, Paris : les livreurs sans papiers de Frichti sont en grèves et manifestent depuis plusieurs jours pour demander leur régularisation et leur réintégration dans les effectifs

France, Paris. Les livreurs sans papiers de Frichti sont en grèves et manifestent depuis plusieurs jours pour demander leur régularisation et leur réintégration dans les effectifs. Le premier blocage du hub de la plateforme a eu lieu a eu lieu après l’annonce de la décision de Frichti d’interdire l’accès aux coursiers ne disposant pas d’un passeport de l’espace économique européen. Les livreurs sont contraints au statut d’auto entrepreneurs, ce qui complique leurs possibilités de régularisation. Ils sont actuellement plus de 200 à se réunir et à manifester.

#0905 vu sur www.liberation.fr

France, Metz : plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues de Metz samedi contre le racisme et la police : divers incidents ont eu lieu, dont le caillassage d’un procureur par des manifestants qui s’étaient introduits dans le palais de justice

France, Metz. Comme dan sun grand nombre de villes en France, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues de Metz samedi contre le racisme et la police. Divers incidents ont eu lieu, dont le caillassage d’un procureur par des manifestants qui s’étaient introduits dans le palais de justice. “En secouant la grande porte du palais de justice, des manifestants ont réussi à forcer la petite porte pour les piétons”, a expliqué à l’AFP le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri, blessé à ce moment-là. “Je suis venu voir les dégâts et j’ai reçu un caillou sur le nez”, a précisé le magistrat, depuis l’hôpital où il allait être pris en charge, précisant que les manifestants étaient rapidement ressortis du palais de justice.

#0911 vu sur 5minutes.rtl

France, La Fière : un drone qui survolait la cérémonie a été abattu au fusil de chasse pendant les commémorations du 76e anniversaire du Débarquement

France, La Fière. Un drone qui survolait la cérémonie a été abattu au fusil de chasse pendant les commémorations du 76e anniversaire du Débarquement. Pendant la minute de silence, deux coups de fusil de chasse ont soudain retenti. Criblé de plombs, le drone a cependant pu être ramené au sol par son pilote qui n’a pu que constater les dégâts.

#0934 Source actu.fr

France, Ouistreham : un rassemblement en soutien aux sans-papiers retenus en CRA exige la fermeture de tout les centres de rétentions et la régularisation de tout les sans-papiers.

France, Ouistreham. Un rassemblement en soutien aux sans-papiers retenus en CRA a eu lieu, dénonçant aussi par la même leurs conditions de vies déplorables à tous points de vues, et notamment sanitaires. D’après la presse, 150 personnes se seraient retrouvées dans la rue ce jour-là, exigeant la fermeture de tout les centres de rétentions et la régularisation de tous les sans-papiers.

#0893 source actu.fr

France : l’entreprise de gestion de données Idemia est choisie pour la gestion des informations biométriques de tous les entrants dans l’union européennes qui constituera le plus gros fichier biométrique au monde

France. L’entreprise française de gestion de données Idemia devient “portier de l’Europe”. Elle a été choisie, avec Sopra Steria, par eu-LISA (L’Agence de l’Union européenne pour la gestion opérationnelle des systèmes d’information à grande échelle au sein de l’espace de liberté, de sécurité et de justice) pour développer le nouveau système partagé de correspondances biométriques permettant de sécuriser les contrôles aux frontières de l’espace Schengen. D’ici 2022, il s’agira de l’un des plus grands systèmes biométriques au monde, intégrant une base de données comprenant les empreintes digitales et les photos biométriques de plus de 400 millions de ressortissants de pays tiers. Ce nouveau système se combinera avec d’autres modes de fichage, comme le système d’information Schengen (SIS), le système d’information des visas (VIS), Eurodac (base de données européenne des empreintes digitales des demandeurs d’asile) et le futur ECRIS-TCN (système européen d’information sur les casiers judiciaires pour les ressortissants de pays tiers). Ses dirigeants se déclarent fiers de dépoyer « des technologies biométriques de pointe et s’engage fièrement à contribuer à l’une des bases de données biométriques à grande échelle les plus exigeantes au monde en matière de précision et de rapidité, au service d’une Europe plus sûre ».

#0890 Source onezero.medium.com

France, Ile de France : la région s’allie à l’application StaffMe faite pour proposer des petits boulots “de manière ludique” aux moins de 30 ans, dans le cadre de la gestion de la hausse du chômage liée à la gestion de la pandémie

France, Ile de France. La région Ile-de-France a annoncé s’allier à StaffMe, application supposée proposer des jobs de manière ludique pour préserver l’emploi des jeunes et endiguer la hausse du chômage liée à la gestion de la pandémie. Cette application propose aux moins de 30 ans des missions ponctuelles de petits boulots (nettoyage, manutention, livraison, vente…). «L’idée, c’est d’être très efficace pour que les demandeurs d’emploi puissent très vite accéder à de l’emploi», expliquait l’un des fondateurs de StaffMe interrogé par la presse. La plateforme exige le statut d’auto-entrepreneur pour réaliser ces missions, en lieu et place de celui d’intérimaire.

#0891 Source dawn.com

France, Massy : un jeune homme pris en flagrant délit lors de la destruction au marteau d’une caméra de vidéoprotection a été condamné à un an de prison ferme avec mandat de dépôt.

France, Massy. Un jeune de 23 ans, pris en flagrant délit lors de la destruction au marteau d’une caméra de vidéoprotection de la place de France à Massy, a été condamné à un an de prison ferme avec mandat de dépôt, les faits étant assimilés à de la criminalité organisée. Le commissariat local avait mis en place une surveillance de la caméra en place, ayant “eu vent” du projet de la détruire pour faciliter l’organisation d’un trafic de stupéfiants. Trois personnes munies d’une échelle auraient fait leur apparition peu après minuit et détruit la caméra. « Quand les policiers sont intervenus, deux d’entre eux ont pris la fuite, poursuit le juge en s’adressant au seul inculpé. Mais vous, vous êtes resté sur l’échelle. »

#0868 source www.leparisien.fr

France, Paris : un manifestant interpellé à la manifestation devant le palais de justice le 2 juin prend 8 mois ferme avec mandat de dépôt en comparution immédiate

France, Paris. Un manifestant interpellé à la manifestation du 2 juin devant le palais de justice à l’appel de la famille d’Adama Traoré a été condamné à 8 mois de prison ferme avec mandat de dépôt suite à une comparution immédiate pour violence contre les forces de l’ordre. Trois autres inculpés seront jugés le 22 septembre prochain, l’un avec un contrôle judiciaire lui interdisant de paraître dans les 17ème arrondissement.

#0889 Source 20minutes.fr

France, La Courtine : une infrastructure spécialement dédiée à l’entraînement pour la répression des épisodes de guerilla urbaine est construite dans la Creuse

France, La Courtine. Le camp militaire de La Courtine dans la Creuse poursuit son développement avec une infrastructure spécialement dédiée à l’entraînement pour la répression des épisodes de guerilla urbaine. Le plan « La Courtine 2030 » prévoit la réalisation d’infrastructures de préparation opérationnelles, avec le projet d’un MASTTAC, un “Module d’acquisition des savoir-faire techniques et tactiques en zone urbaine”, c’est-à-dire un “village de combat” avec 160 maisons, une ou deux grandes rues, des façades, des places, des commerces… Il n’existait jusque là qu’un seul MASTTAC en France, situé dans l’Aisne.

#0847 source www.lamontagne.fr

France, Nîmes : Un détenu s’est évadé de l’hôpital​ où il avait été conduit, après avoir avalé une lame, pour une opération en urgence.

France, Nîmes. Un détenu de la prison de Nîmes, qui purgeait une peine d’un an d’emprisonnement, s’est évadé de l’hôpital​ où il avait été conduit, après avoir avalé une lame, pour une opération en urgence. Tandis qu’il était encore hospitalisé, il aurait profité d’un moment d’inattention des forces de l’ordre pour prendre la fuite.

#0845 source 20minutes.fr

France, Clichy/Paris : malgré l’interdiction préfectorale, plusieurs dizaines de milliers de personnes se rassemblent devant le Tribunal de Paris contre le racisme et la police, à l’appel de la famille d’Adama Traoré ; des manifestants bloquent le périphérique et le commissariat de police de Clichy est attaqué

France, Clichy / Paris. Plusieurs dizaines de milliers de personnes se rassemblent devant le Tribunal de Paris contre le racisme et la police, à l’appel de la famille Traoré, suite au versement au dossier judiciaire d’une expertise qui confirme qu’Adama Traoré est bien mort d’asphyxie sous le poids des policiers lors d’une interpellation par placage ventral. Dans le contexte des émeutes aux Etats Unis suite à la mort de Georges Floyd dans des circonstances similaires, une foule nombreuse se réunit malgré l’interdiction préfectorale et envahit le parvis du tribunal et les rues à l’entour. Aux environ de 21h, les premières tensions éclatent entre manifestants et forces de l’ordre et, très vite, la foule se disperse sous les gazs et les tirs de LBD, partant en manifestations sauvages dans des directions éparses, brûlant des barricades sommaires (notamment de trottinettes Lime…) sur son passage. Quelques magasins, banques, supermarchés et du mobiliers urbain, ainsi que le commissariat de la police municipale de Clichy sont attaqués dans la foulée. Des manifestants se dirigent vers le périphérique et le bloquent, d’autres tiennent le pavé et font fuir la BRAV sous une pluie de projectile divers, empêchant une arrestation en cours. Des motos de voltigeurs auraient été incendiées. Le lendemain, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, déclare à la presse que “chaque faute, chaque excès, chaque mot, y compris des expressions racistes” ferait “l’objet d’une enquête, d’une décision, d’une sanction”.

#857 Source anonyme

France : nouvel avis du conseil scientifique Covid-19 qui décrit 4 scénarios possibles pour la période post-confinement ; la ligne directrice, c’est d’éviter un nouveau confinement généralisé pour sauvegarder l’économie, et ce même dans le pire des scénarios où l’impossibilité de tout contrôle de la propagation du virus est envisagé.

France. L’avis n°7 du conseil scientifique COVID-19 a été publié : “Quatre scénarios pour la période post-confinement, anticiper pour mieux protéger”. L’objectif principal énoncé par le conseil scientifique est de tout faire pour éviter un confinement généralisé, qui fait prendre le risque de paralyser l’économie. Même dans le cas du quatrième scénario, le pire – une perte de contrôle de l’épidémie – le conseil scientifique prévoit de faire le choix de maintenir l’activité économique en s’habituant à une surmortalité : “Si l’objectif est uniquement de diminuer la mortalité liée à COVID 19, un confinement permanent ou extrêmement précoce sera toujours préférable, mais cela ignore l’impact délétère du confinement sur la société française. Un objectif alternatif est d’assumer tout en la limitant une surmortalité hospitalière COVID 19 associée à la mise sous tension des services de réanimation”.

#0874 source Site du ministère de la santé

France, Toulouse : l’incendie d’un poste d’alimentation électrique a interrompu la circulation d’une partie de la ligne A du métro à Basso Cambo

France, Toulouse. L’incendie d’un poste d’alimentation électrique, à Basso Cambo a mis à l’arrêt forcé une partie de la ligne A du métro. L’incendie s’est déclenché alors que des tests de roulage étaient en cours peu avant 4h du matin, et les réparations sont annoncées pour durer au moins jusqu’au soir.

#0853 vu sur 20minutes.fr

France : des proches de prisonniers d’une dizaine d’établissements pénitentiaires dénoncent les conditions dans lesquelles reprennent les parloirs

France. Des proches de prisonniers d’une dizaine d’établissements pénitentiaires dénoncent les conditions dans lesquelles reprennent les parloirs dans le cadre d’un “déconfinement” qui est loin de revenir à la situation antérieur à l’épidémie. Leur texte est à lire ici. Ils affirment que “depuis le déconfinement du 11 mai, on entend dire que les parloirs sont rétablis mais c’est toujours le même mépris qui est subi par les prisonnier.es – et par nous-mêmes qui les visitons – depuis le début de la « gestion » de l’épidémie. Une gestion sécuritaire plus que sanitaire. Nous avons vécu la suppression des parloirs comme une mesure punitive et infantilisante ; leur pseudo rétablissement l’est tout autant. Et nous refusons que cela dure !”

#0861 source lenvolee.net

France, Marseille : l’opération COVIDep Homeless a été lancée début juin pour mesurer l’impact de la pandémie sur les personnes sans abri, elle commence par un recensement…

France, Marseille. L’opération COVIDep Homeless a été lancée début juin pour mesurer l’impact de la pandémie sur les personnes sans abri, elle est menée par les Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM) en partenariat avec Médecins du Monde et la coordination ASSAb qui regroupe des association humanitaires locales. 2 000 personnes sans-abri (vivant dans la rue, en hébergement d’urgence ou en habitat précaire : squats et bidonvilles) seront suivis pendant 3 mois avec un dépistage systématique par tests sérologiques rapides.

#0979 sur perelafouine.com

France : à Maubeuge et Paris ont lieu deux manifestations rassemblant des milliers de personnes pour la première fois depuis le début du confinement

France. Deux manifestations, qui sont considérées par la presse comme les premières majeures manifestations depuis le début du confinement se sont déroulés ce samedi. A Maubeuge, des milliers de personnes ont marché pour protester contre un plan social du constructeur Renault prévoyant la suppression de 15.000 emplois dont 4600 en France. A Paris, c’est une manifestation de solidarité avec les sans-papiers qui réunit une dizaine de millier de personnes. Les manifestants ont été nassés place de la République et ont subi un gazage conséquent jusqu’à ce qu’ils brisent les lignes de CRS pour s’extirper du dispositif. Les manifestants, dont un bon nombre de sans papiers, sont restés déterminés même après avoir passé les lignes et ont fait face aux policiers en attendant que tout le monde soit hors de danger.

 

#0813 vu sur francebleu.fr

France, Metz : des manifestants réunis devant le CRA de Metz se sont pris une amende punitive de 135 euros

France, Metz. Des manifestants, réunis devant le centre de rétention de Metz se sont pris une amende punitive de 135 euros. « Pas question de payer. On fera un recours » affirme un manifestant. Ces amendes pleuvent, en répression immédiate et quasiment systématiques des moindres tentatives d’établissement d’une solidarité en acte avec les sans-papiers ou les personnes arrêtées lors des manifestations.

#0808 vu sur republicain-lorrain.fr

France, Tonnay-Charente : on apprend dans la presse que seize résidents sont morts du Covid 19 dans un Ehpad de la ville, sans que les chiffres soient remontés par l’ARS

France, Tonnay-Charente. On apprend dans la presse que seize résidents sont morts du Covid 19 dans un Ehpad de la ville, sans que les chiffres soient remontés par l’ARS (les autorités locales l’ont elles-mêmes appris par la presse alors que ce “cluster” constitue un tiers des décès constatés dans le département), aucune information n’ayant filtré de l’établissement après les tests des résidents et du personnel (onze salariés et deux résidents déclarés positifs). Il est à craindre que les lieux enfermés pendant le confinement soient touchés en décalé et que les informations ne soient pas toujours diffusées. Les familles, par exemple, n’ont accès qu’aux informations concernant leur proche et ne peuvent pas savoir combien de personnes ont été testées positives, combien sont malades et combien sont décédées dans chaque établissement.

#0828 Source sudouest.fr

France, Brest : des policiers intervenant à la prison parce que plusieurs personnes tentaient de projeter des objets au dessus de la clôture se sont faits bloquer et caillasser dans le quartier de Pontanézen après une course-poursuite

France, Brest. Un équipage de police s’est rendu à la maison d’arrêt de Brest après avoir été appelé par le personnel de la prison parce que plusieurs personnes tentaient de projeter des objets au dessus de la clôture. À l’arrivée sur place des policiers, les personnes ont pris la fuite et la voiture de police qui les a poursuivis s’est retrouvée bloquée dans une cité. Une vingtaine de personnes ont alors commencé à la caillasser avec divers projectiles dont des pierres, un disque de frein, un pied de chaise parvenant même à perforer son pare-brise. Quatre personnes ont été interpellées au petit matin dans le quartier de Pontanézen.

#0800 Source actupenit.com

France : l’éditeur de logiciel Two-i basé en Moselle profite de la crise sanitaire pour proposer une application d’analyses par vidéosurveillance “spéciale covid” pour détecter port du masque et température corporelle

France. L’éditeur de logiciel Two-i basé en Moselle profite de la crise sanitaire pour se développer en s’associant avec le groupe international Konica Minolta dans le but de commercialiser un nouveau produit de “videoprotection intelligente” : Konitherm. Proposée aux entreprises pour détecter les cas d’infection parmi leurs salariés, il s’agit de caméras qui analyse les visages de manière à détecter le port du masque et une hausse éventuelle de la température corporelle. Selon la presse, 50 de ces dispositifs seraient déjà en cours d’installation pour fonctionner au mois de juin. L’entreprise de 21 employés a aussi profité du confinement pour lancer officiellement son produit appelé Vigilance, qui avait remporté les Milipol Innovation Awards en 2019. Vigilance est une technologie qui s’adresse aux villes et aux centres de supervision urbains en proposant en temps réel une possibilité de vision en 3D sur une carte, une capacité d’accélération de la vidéo fois 30 et un système d’analyse de vidéos enregistrées et de recherche d’objets.

#0903 vu sur lejournaldesentreprises.com

France, Valence : suite à une vidéo montrant l’interpellation violente d’une mineur, le bâtiment hébergeant les bureaux de l’agglo et un poste de police municipale a été incendié à coups de Molotov lors d’une nuit d’émeute, au point de rester fermé jusqu’au 15 juin

France, Valence. Le bâtiment hébergeant les bureaux de l’agglo et un poste de police municipale a été incendié à coups de Molotov lors d’une nuit d’émeute, au point de rester fermé jusqu’au 15 juin. Les policiers ont été temporairement déplacés dans d’autres commissariats à proximité. De nombreux incidents se sont déroulés dans le quartier Fontbarlettes cette même nuit, de multiples feux de poubelles et de barricades ont été allumés dans les rues du quartier. Sur décision de la préfecture, le quartier a été placé sous occupation des CRS pour une durée d’au moins quatre jours. Les incidents seraient partis d’une vidéo montrant un mineur de 17 ans se faisant violemment interpeller par deux policiers.

#0892 Source francebleu.fr

France, Paris : vingt-quatre heures seulement après l’installation d’un campement de migrants au bassin de la Villette sur le quai de Loire organisé par une association humanitaire dans le but d’attirer l’attention sur leur sort, 80 migrants ont été évacués et emmenés vers des places d’hébergement et les tentes ont été enlevées du bassin de la Villette.

France, Paris. Vingt-quatre heures seulement après l’installation d’un campement de migrants au bassin de la Villette sur le quai de Loire organisé par une association humanitaire dans le but d’attirer l’attention sur leur sort, 80 migrants ont été évacués et emmenés vers des places d’hébergement et les tentes ont été enlevées du bassin de la Villette. Ce campement était essentiellement composé de femmes isolées et de familles originaires d’Afrique subsaharienne, arrivées en France avant le confinement. “Depuis le début du confinement, quatre opérations de “mise à l’abri” (sic) ont permis à 1.100 personnes en situation de rue de bénéficier d’un hébergement d’urgence ainsi que d’un accompagnement social et sanitaire”, a indiqué l’administration dans un communiqué. “Il n’y a que les actions coup-de-poing et le rapport de force qui marchent”, déplore de son côté Florent Boyer, un responsable de l’association d’aide aux migrants Utopia56, qui a participé à l’installation du campement pour “rendre visible” ces personnes qui avaient été “oubliées” par les autorités. Les personnes prises en charge jeudi “sont passées sous les radars des maraudes, probablement parce qu’ils étaient dans des squats”, concède Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile, association qui a participé, aux côté de la préfecture, à l’opération. Il reste toutefois entre 200 et 400 exilés toujours dans la rue à la lisière de Paris et de la Seine-Saint-Denis, rappelle-t-il, “des chiffres qui recommencent à augmenter”.

#0803 Source lepoint.fr

France : dans la deuxième phase du déconfinement détaillée par le gouvernement, la situation reste inchangée dans les ephad, c’est-à-dire des visites très contraintes à un rythme qui ne permet pas de renouer véritablement le contact avec les résidents

France. Dans la deuxième phase du déconfinement détaillée par le gouvernement, la situation reste inchangée dans les ephad, c’est-à-dire des visites très contraintes à un rythme qui ne permet pas de renouer véritablement le contact, et toujours pas de possibilité pour les proches de pénétrer dans les établissements.

#0798 Source huffingtonpost.fr

France, Paris : des bars et restaurants chics envisagent de proposer des repas sous des cloches en plastiques individuelles pour rassurer les clients, ce qui n’empêchera pas les employés sous-payés de cracher dans la soupe !

France, Paris. Des restaurateurs chics envisagent de proposer à leurs clients de prendre leurs repas sous des cloches en plastiques individuelles pour éviter la contagion. Ce qui n’empêchera pas les cuisiniers sous payés de cracher dans la soupe… Une idée lumineuse où le client devient l’ampoule !

#0810 vu sur lapress.ca

France : le ministère précise que les travailleurs saisonniers étrangers qui seront prochainement recrutés par centaine de milliers resteront en quatorzaine enfermés sur leur lieu de travail pour éviter de contaminer le reste de la population !

France. Alors que des centaines de milliers de travailleurs saisonniers vont être recrutés pour venir travailler pour les agriculteurs français dans le contexte de la pandémie de coronavirus, le ministre de l’agriculture Didier Guillaume précise qu’à leur arrivée, “ils seront en quatorzaine sur l’exploitation agricole” et qu’ils “ne pourront vraisemblablement pas sortir”. Cette autorisation exceptionnelle de voyager dans l’espace Schengen malgré la fermeture des frontières est nécessaire parce qu’il “faut environ 100 000 travailleurs saisonniers par mois pour tenir toute la saison”. Le projet est donc clair : faire venir de la main d’oeuvre avec des contrats de travail précaires et un droit au séjour temporaire (quand il s’agit de travailleurs qui ne viennent pas de l’espace Shengen), et les enfermer administrativement pendant ce temps pour éviter tout contact avec le reste de la population !

#0771 Source francetvinfo.fr

France : l’application de traçage StopCovid destinée à repérer la propagation du coronavirus pourrait être lancée dès ce week-end, à condition que le Parlement l’approuve

France. Le secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O, annonce que l’application de traçage StopCovid destinée à repérer la propagation du coronavirus pourrait être lancée dès ce week-end, à condition que le Parlement l’approuve. Elle sera disponible dans chez Apple et d’Android ce week-end. Il s’agirait de permettre à chaque utilisateur qui apprend sa contamination de prévenir ceux qu’il a croisés dans les deux semaines précédentes, l’application garde donc la trace des contacts de l’utilisateur à moins d’un mètre pendant 15 minutes en utilisant la technologie bluetooth. Son utilisation est supposée rester basée sur le volontariat. La Cnil qui avait donné son accord de principe le 24 avril, a confirmé son avis favorable en demandant que l’utilité de l’application soit étudiée après son lancement.

#0776 vu sur lefigaro.fr

France. Des salariés du groupe KORIAN, groupe de gestion d’Ehpad gravement mis en cause dans sa gestion désastreuse de la crise sanitaire se mettent en grève.

France. Des salariés du groupe KORIAN, groupe de gestion d’Ehpad gravement mis en cause dans sa gestion désastreuse de la crise sanitaire (avec plusieurs plaintes en cours), se mettent en grève pour protester contre les tours de passe-passe de la direction au sujet des primes promises aux soignants. Les grévistes affirment leur soutien aux résidents.

#0789 vu sur lemonde.fr

France, Paris : trois personnes ont été arrêtées lors de la manifestation de soutien aux soignants devant l’hôpital Debré, les 16 personnes rassemblées en solidarité devant le TGI se sont faites verbaliser par la BRAV

France, Paris. Lors d’une manifestation de soutien aux soignants et soignantes devant l’hôpital Robert Debré, trois personnes ont été arrêtées après avoir été dénoncées suite à la prise à parti du journaliste d’extrême droite antisémite, Jimmy Leopold qui avait intégré la manifestation. Après 48 heures aux mains de la police et de la justice, les trois manifestants s’en sortent avec un simple rappel à la loi pour outrage et refus de signalétique, mais les 16 personnes rassemblées en solidarité devant le TGI pour attendre leur sortie le 23 mai se sont faites verbaliser par la BRAV, y compris leur avocate. Le texte qu’ils ont publié à ce sujet est à lire ici, on y voit à quel point dans les commissariats, les flics ajoutent l’absence de protection sanitaire aux humiliations et pressions diverses de la garde à vue.

#0764 Source nantes.indymedia.org

France, Mulhouse : des échauffourées ont lieu dans le quartier des Coteaux, des pompiers et des policiers ont été caillassés, un escadron de gendarmes mobiles a été déployé

France, Mulhouse. Des échauffourées ont lieu dans le quartier des Coteaux. Des caméras de surveillances avaient déjà été incendiées la nuit précédente. En fin d’après-midi, des pompiers et des policiers, qui intervenaient sur un incendie de voiture, ont été la cible de jets de pierres par une vingtaine de jeunes. Selon la police, ces incidents seraient intervenus suite à un accident survenu mercredi après-midi, où un adolescent de 17 ans en moto-cross a été gravement blessé après avoir heurté une voiture. Un policier a été blessé et un jeune homme interpellé et un escadron de gendarmes mobiles a pris position aux abords du quartier.

#0742 Source francebleu.fr

France, Avignon : un surveillant a été testé positif au Covid19, une campagne de dépistage de l’ensemble des agents de l’établissement est en cours mais pour ce qui est des détenus, seuls deux cas « contact » ont été repérés et placés dans le quartier dédié à l’isolement des personnes symptomatiques

France, Avignon. Un surveillant travaillant parmi le personnel de l’extraction judiciaire, a été testé positif au COVID-19. Une campagne de dépistage de l’ensemble des agents de l’établissement est en cours, mais pour ce qui est des détenus, seuls deux cas « contact » ont été repérés et placés dans le quartier dédié à l’isolement des personnes symptomatiques, à l’intérieur de l’établissement. Depuis le début de la crise, six détenus de la région ont été testés positifs. Ils ont été transférés vers l’unité de l’hôpital Nord dédiée à ces cas, indique la Direction interrégionale des services pénitentiaires. Le service hospitalier a aménagé une aile de son bâtiment pour l’accueil spécifique des prisonniers malades, surveillée par des agents pénitentiaires.

#0758 Source francetvinfo.fr

France, Dunkerque : une bulle en plastique fait office de parloir dans le hall de l’Ehpad

France, Dunkerque. Les visites dans les Ehpad sont autorisées depuis le 22 avril, mais, comme pour les parloirs en prison, la situation n’est pas revenue à la normale, ni en terme de conditions, ni en terme de fréquence, avec une visite par mois la plupart du temps, ce qui signifie qu’à ce jour les proches n’ont pu voir les résidents qu’une seule fois. Des “parloirs” ont été installés sous des formes variées dans les établissements. A Dunkerque, il s’agit d’une bulle en plastique qui sépare les résidents de leur proche dans le hall d’entrée.

#0757 Source bfmtv.com

France, Bobigny : deux personnes positives au Covid19 ont été remises en liberté parce que les policiers ont refusé de les conduire au palais de justice

France, Bobigny. Deux personnes ont été remises en liberté faute de présentation devant le tribunal de Bobigny, les policiers ayant refusé de les conduire au palais de justice car l’une des deux était positive au Covid19. Au moment des perquisitions menées au domicile du couple, les forces de l’ordre ont constaté que la femme était alitée et placée en quatorzaine suite à sa contamination au Covid-19. Elle avait été testée positive la veille de la perquisition. Le couple a malgré tout été placé en garde à vue au commissariat d’Aulnay-sous-Bois En effet « jamais une suspicion de Covid où un cas avéré n’a été incompatible avec une garde à vue, sauf si un médecin l’indique. Cela n’a pas été le cas dans ce dossier » a déclaré le parquet de Bobigny. Le couple a ensuite patienté pendant 20 heures au dépôt, avant d’être libéré.

#0759 Source actupenit.com

France : confusion dans les chiffres des décès dans les Ehpad à cause “d’erreur de saisie” du groupe Korian en Ile de France

France. Entre le 17 et le 19 mai, le bilan de la direction générale de la santé pour les Ehpad a fortement augmenté, puis diminué de 342 décès. En vingt-quatre heures 483 décès liés au Covid-19 étaient signalés, dont 429 dans les Ehpad. e bilan du lendemain voyait a résurrection de 342 personnes. La cause serait une erreur de saisie pour les Ehpad d’Ile de France. « Un très gros groupe d’Ehpad nous a annoncé beaucoup trop de morts dimanche », confirme l’ARS-IDF, en parlant du groupe Korian mis en cause à plusieurs reprises pour sa gestion désastreuse de l’épidémie dans ses établissements où les décès se comptent par dizaines dans chaque lieu. AU moins 71 plaintes ont été déposées par des proches, et leurs avocats demandent que toutes les plaintes soient regroupées dans un même tribunal, à Marseille, qui, avec Paris, est la seule juridiction à disposer d’un pôle spécialisé dans la santé.

#0756 Source Le Monde du 22 mai et l’Humanité du 23 mai

France : l’altérophobie qui fait le lit de la délation est flagrante dans ces sondages où plus de 90% des français pensent qu’ils respectent parfaitement les règles sanitaires, que leurs proches les respectent un peu moins bien mais surtout que tous ceux qu’ils ne connaissent pas font n’importe quoi

France. L’absurdité de certains sondages d’opinion publique où les personnes sont appelées à commenter le comportement général de la population peut néanmoins donner à réfléchir. Dans tous les sondages établis depuis les débuts de l’épidémie, une constante est remarquable : plus de 90% des personnes interrogées considèrent qu’elles respectent elles-mêmes parfaitement le confinement, que leurs proches le respectent moins bien qu’elles, mais quand même convenablement. En revanche tous ceux et celles qu’elles ne connaissent pas font n’importe quoi et sont complètement irresponsables. L’altérophobie qu’on peut lire dans ces résultats fait le lit de toutes les politiques fondées sur la délation et la surveillance généralisée.

#0729 Sources diverses

France, Paris : la RATP vient d’être sanctionnée par l’inspection du travail pour risque de contamination, les conducteurs doivent nettoyer eux-mêmes leurs postes de conduite

France, Paris. La RATP vient d’être sanctionnée par l’inspection du travail pour risque de contamination dans les bus. L’entreprise n’a pas garanti la santé des conducteurs de bus pendant l’épidémie, mettant par là-même les usagers également en danger. A ce jour, 9 salariés de la RATP sont décédés du Covid19. La RATP avait 8 jours pour agir. Mais alors que le délai imparti vient de s’écouler, malgré ses déclarations se voulant rassurantes à la presse, elle n’a toujours pas pris les mesures imposées, en particulier une désinfection efficace de la cabine du conducteur. Ce sont toujours les agents qui doivent nettoyer eux-mêmes leur poste de conduite.

#0748 Source mediapart.fr

France, Montpellier : un aide soignant frôle la mort après un contrôle routier au faciès pendant le confinement

France, Montpellier. Un aide soignant frôle la mort après un contrôle routier pendant le confinement. Dans la nuit du 21 au 22 mai dernier, un aide-soignant de 35 ans se fait contrôler par les gendarmes sur la route entre Montpellier et Vauvert et accuser d’excès de vitesse alors qu’il est arrêté sur le côté de la route pour téléphoner, par une patrouille de gendarmerie qui est à la recherche de deux véhicules qui faisaient une course-poursuite sur l’autoroute. Celui ci conteste, se fait plaquer au sol et matraquer. S’en suivront un hématome extra-dural, 60 points de sutures au niveau du crâne, une clavicule cassée, un œil et une oreille tuméfiés. Les gendarmes, qui ne l’ont pas pris au sérieux quand il a demandé à voir un médecin, l’accusent de rébellion et ont aussi prétendu qu’il n’y avait pas de permanence avocat à cause du Covid. « Ils lui ont crevé un pneu alors qu’il est aide soignant et qu’il a bien précisé qu’il avait besoin de son véhicule pour travailler ! » s’indigne son avocate qui a déposé plainte et considère qu’il s’agit d’un délit de faciès. Il a fini par être emmené à l’hôpital et opéré en urgence avec 45 jours d’ITT, son pronostic vital était alors engagé.

#1012 Source lepoing.net

L’Italie annonce la régularisation prochaine de 600 000 travailleurs migrants avec des titres de séjour temporaires, pour pallier au manque de main d’œuvre dans l’agriculture

Italie. Les besoins des économies européennes en terme de main d’œuvre fluctuent, et, au rythme de ces fluctuations, ces pays font venir des migrants, régularisent et expulsent. Ainsi, l’Italie veut régulariser 600 000 sans-papiers pour pallier le manque de main d’œuvre dans l’agriculture dû au fait que les 300 000 travailleurs étrangers saisonniers – principalement originaires d’Europe de l’est – qui viennent chaque année travailler aux récoltes n’ont pas pu rejoindre la péninsule comme ils le font chaque année, en raison de la pandémie de coronavirus. Les régularisations se font sur des statuts très précaires liés aux contrats de travail. L’extrême droite s’agite autour de ce qu’elle appelle l’arrivée d'”une armée de clandestins”.

#0702 Source infomigrants.net

France, Marseille : trois sans abris hébergés dans un centre social qui prend en charge 160 personnes ont été testés positifs au Covid19, la presse indique que des distributions de masques sont maintenant organisées, ce qui signifie que ce n’était pas le cas auparavant…

France, Marseille. Lors d’une opération de test systématique, trois sans abris ont été testés positifs au Covid19. Ils sont hébergés dans un centre social qui prend en charge 160 personnes dont seuls 38 ont accepté de se faire dépister pour l’instant. La presse indique que des distributions de masques sont maintenant organisées, ce qui signifie que ce n’était pas le cas auparavant… Les personnes malades ont eu le choix de s’isoler ou pas. Une nouvelle séance de dépistages est prévue cette semaine.

#0697 Source francebleu.fr

France : le Conseil d’Etat impose que cesse sans délai l’utilisation des drones à Paris pour surveiller le respect des règles du déconfinement, la décision doit être effective immédiatement et vaut pour l’ensemble du territoire.

France. Le Conseil d’Etat enjoint l’Etat de cesser sans délai d’utiliser des drones à Paris pour surveiller le respect des règles du déconfinement, en raison de l’absence de cadre juridique pour l’utilisation de ces dispositifs. La décision doit être effective immédiatement et vaut pour l’ensemble du territoire. Utilisés en temps normal pour la surveillance de manifestations publiques, une vingtaine de drones ont été mobilisés dans la capitale pour repérer les contrevenants et diffuser des messages de prévention, pendant le confinement. Ils ont également servi, depuis le déconfinement, pour surveiller que des attroupements ne se forment pas. Ils sont signalés actuellement dans plusieurs villes de France.

#0685 Source francetvinfo.fr

France, Nanterre : des incendies et affrontements nocturnes ont lieu suite à ce que la presse appelle “un guet-apens” dans la cité Pablo Picasso.

France, Nanterre. Des affrontements ont duré plus d’une heure dans la nuit suite à ce que les médias appellent “un guet-apens” dans la cité Pablo-Picasso. Un flics et un pompier ont été légèrement blessés, et une interpellation est à déplorer : un jeune homme de 29 ans , placé en garde à vue pour “violences en réunion avec arme sur personne dépositaire de l’autorité publique” et “rébellion”. Les camions des sapeurs-pompiers ont été abîmés par des pavés. Quelques heures plus tard, un incendie a touché un Carrefour Market situé à proximité.

#0674 Source fr.sputniknews.com

France : 70 écoles parmi celles qui ont rouvert dans des conditions intenables le 11 mai sont à nouveau fermées pour cause de Covid19, mais le ministère persiste et ouvre les collèges en zone verte.

France. La réalité du retour en classe des écoliers est bien différente de ce qui a été annoncé : peu d’élèves ont repris le chemin de l’école, avec des mesures hallucinantes, parqués dans des carrés dessinés dans la cour, ou enfermés dans des boîtes en carton en classe. 70 écoles ont déjà été fermées hier parce que des cas de Coronavirus y avaient été avérés, et le ministère refuse de donner la localisation de ces écoles. Néanmoins le déconfinement s’étend aux collèges de “zone verte” où 185.000 élèves de 6e et 5e doivent retourner en classe lundi en se pliant à un strict protocole sanitaire, dont le port obligatoire du masque. Rien n’a changé pour les collégiens des “zones rouges”, dont l’Ile-de-France, qui devront attendre fin mai pour savoir si les établissements rouvriront. Le gouvernement s’acharne à vouloir imposer une continuité scolaire qui ne peut pas fonctionner. “Il faut en quelque sorte réhabituer la société à aller à l’école”, a déclaré Jean-Michel Blanquer.

#0686 Source afp

Argenteuil, France : émeutes et tensions à Argenteuil après la mort d’un jeune homme de 18 ans en moto qui venait de croiser une voiture de la BAC…

Argenteuil, France. Emeutes et tensions à Argenteuil après la mort d’un jeune homme de 18 ans dont la moto a percuté un poteau électrique. Des témoins assurent que la voiture banalisée de la BAC qui était présente sur les lieux lui a coupé la route, l’obligeant à monter sur le trottoir. Des incendies ont eu lieu dans plusieurs points de la ville, et des affrontements avec les flics ont égayé la nuit.

#0671 Source francebleu.fr

France, Bagnolet : quatre personnes ont été arrêtées et déférées pour « participation à un groupement en vue de commettre des violences et fabrication d’engins explosifs » dans le cadre d’une comparution immédiate à délai différé qui permet au Parquet de continuer à enquêter sans juge d’instruction

France, Bagnolet. Quatre personnes ont été arrêtées par la police, avant d’être déférées au parquet de Bobigny pour « participation à un groupement en vue de commettre des violences et fabrication d’engins explosifs ». Des militants avaient été filés par des policiers en civil de la Brigade Anticriminalité (BAC), ce qui les a conduit à l’ancienne clinique de la Dhuys située à Bagnolet. Les policiers ont arrêté, dimanche, un couple sortant de ce squat et ils ont été placés en garde à vue. La veille, deux autres personnes avaient été arrêtées et également placées en garde à vue. La presse relaye que la police considère ce lieu comme “une cache des antifascistes” qui aurait enfin été “découverte” affirmant y avoir trouvé des dizaines de cocktails molotov et des feux d’artifice de type mortier. Le spectre de “l’ultragauche”, création médiatico-policière instaurée en ennemi de l’intérieur pour justifier la phase répressive des années 2010 et n’ayant pas grand chose à voir avec le courant révolutionnaire du même nom, refait surface dans les articles de presse. À l’issue des gardes à vue, les quatre personnes ont été déférées au parquet de Bobigny en vue d’une comparution immédiate à délai différé. Cette nouvelle procédure mise en œuvre depuis un an permet de continuer à enquêter et de placer un mis en cause en détention provisoire ou sous contrôle judiciaire en se passant du juge d’instruction. Le procureur saisit directement le juge des libertés et de la détention qui statue sur le sort de l’auteur présumé. Le principal mis en cause a été placé en détention provisoire. Les autres ont été laissés en liberté, sous contrôle judiciaire.

#0755 Source diverses, presse et indymedia nantes

France, Paris : la police tente d’empêcher une assemblée contre les CRA et verbalise ceux qu’elle identifie comme y ayant participé

France, Paris. Dans le 20ème arrondissement, à la Place de la Réunion, un appel circule pour une assemblée publique contre les centres de rétentions. A 14h, heure du rendez-vous, la place du marché est cernée par les flics. La discussion a donc lieu malgré tout dans une cour d’immeuble à proximité, jusqu’ç ce qu’elle soit interrompu par l’arrivée des flics. Les personnes présentes à l’AG parviennent à repartir sans problème. Une partie d’entre eux se dirige à nouveau vers la Place de la Réunion. Là, une dizaines de flics à vélo, un fourgon et une voiturent banalisée arrivent et parviennent à contrôler une dizaine de personnes qui se prennent tous des amendes. Certaines personnes ont même été verbalisées trois heures plus tard, à 20min de la place, parce que les flics les auraient reconnus comme ayant participé à l’assemblée. Un rendez-vous est proposé le lendemain pour discuter de la manière collective de réagir à ces amendes.

#0706 Source abaslescra.noblogs.org

Toulouse : le CRA de Cornebarrieu a repris à plein régime malgré la fermeture des frontières, des expulsions sont prévues pour le 3 juin

France, Toulouse. Alors que les frontières sont officiellement fermées, le CRA de Toulouse Cornebarrieu continue de se remplir au fil des arrestations et des sorties de prisons de personnes qui n’ont pas de papiers. Des retenus ont été transférés de Paris, Marseille et Perpignan. Deux ressortissants roumains risquent d’être expulsés. Des départs seraient prévus le 3 juin.

#0690 Source toulouseanticra.noblogs.org

France, Calais : dix-sept migrants, dont cinq enfants et un bébé qui tentaient de rejoindre l’Angleterre ont été récupérés en mer, ils vont devoir subir la mise en quarantaine administrative de quinze jours

France, Calais. La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord annonce avoir récupéré au large de Calais dix-sept migrants, dont cinq enfants et un bébé, qui tentaient de rejoindre l’Angleterre. Etant donné les nouvelles dispositions liées à la gestion de l’épidémie, ils devraient subir la mise en quarantaine administrative de quinze jours avant que la question de leur séjour irrégulier soit traitée.

#0667 Source ouest-france.fr

France : les mesures pour le déconfinement des établissements où vivent des personnes handicapées sont annoncées, comme dans les prisons et les Ephad, elles rendent le déconfinement très théorique…

France. Les mesures concernant le déconfinement pour les personnes handicapées vivant dans des établissements médico-sociaux ont été annoncée par le gouvernement, 5 jours après le 11 mai. Comme en prison et dans les Ephad, le déconfinement se limite quasiment à un effet d’annonce dans ces institutions. Les visites comme les sorties individuelles et collectives sont annoncées comme possibles, mais de nombreuses restrictions rendent ces activités presque irréalisables. Les contacts avec l’extérieur risquent de rester trop limités pour qu’un lien réel se reconstruise, alors que les patients n’ont pas vu leurs proches depuis deux mois. La responsabilité pratique des mesures pour respecter ces restrictions est laissée aux établissements, qui craignent d’être tenus pour responsables d’une contamination. Les retours en famille le week-end sont progressivement autorisés mais seulement après échange avec la famille afin de s’assurer de l’absence de symptômes ou cas contact. A leur retour, les personnes accueillies et leurs accompagnants feront l’objet d’une prise de température frontale et d’un questionnement adapté pour analyser tout risque éventuel de contamination. Une soignante affirme que « les protocoles sanitaires sont très durs à appliquer avec des adultes sévèrement handicapés », pour qui le port du masque est, selon elle, « d’une violence inouïe ». La présidente d’Autisme France déplore par ailleurs des « propositions choquantes » de la part de certains directeurs, comme l’exigence de tests pharyngés après chaque aller-retour, « ce qui peut être très invasif pour une personne autiste, par exemple, et donc traumatisant et qui ne servirait, de toute façon, à rien ». Les personnes en situation de handicap qui auront été détectées positives au Covid-19 devront rester en quarantaine, soit chez elles, soit dans leur établissement s’il s’agit de leur lieu d’habitation, soit dans un hôtel si nécessaire. Leur entourage sera également dépisté. Les “brigades Covid” bénéficieront si besoin d’un appui médico-social pour adapter leur intervention. Beaucoup de familles craignent la contamination et les effets de ces dispositifs d’éloignement, et préfèrent limiter les contacts avec leurs proches, d’autant plus au vu des informations qui ont largement circulé concernant le tri des malades en réanimation.

#0679 Source informations.handicap.fr

France : scandales autour de la rémunération des soignants, des stagiaires infirmiers contraints de renforcer les équipes covid pour autour d’un euro de l’heure, des hôpitaux exclus de la prime aux soignants, etc.

France. Les stagiaires infirmières et infirmiers, payés entre 0,80 et 1,40 euros de l’heure selon leur années, malgré leur plus de 45h hebdomadaire, se sont vus dans l’obligation de renforcer les équipes médicales durant l’épidémie, sans bénéficier des protections nécessaires à leur condition (masques, tests…), ni des systèmes de priorisation dans les transports. De plus certains hôpitaux du sud du pays sont exclus du dispositif de prime aux soignants comme ceux de Cannes et Grasse. Par ailleurs certains soignants, internes ou stagiaires, se sont vus facturer les tests Covid qu’ils ont dû effectuer dans le cadre de leur travail.

#0644 Source L’Humanité du 15/05 franceinfotv.fr

France : dans un grand nombre de prisons françaises, des détenus fabriquent des masques pour 0,05 euros l’unité, qu’ils n’ont pas le droit de porter… l’initiative vantée comme “un effort de solidarité des détenus” fait partie du “projet Résilience” (sic) présenté par le gouvernement le 5 mars

France. Dans un grand nombre de prisons françaises maintenant, des détenus fabriquent des masques, 5 000 par jour, à grand renfort de communication sur le thème “les détenus sont solidaires de l’effort national” et “ils se sentent utiles pour la nation”. Ce sont les seuls ateliers qui ont été maintenus et généralisé pendant le confinement. L’initiative s’inscrit dans le cadre du “projet résilience” présentée par le gouvernement le 25 mars. Comme toujours en prison, la réalité en toute autre : les détenus travaillent dans ces ateliers pour pour 5 euros bruts de l’heure soit à peu près 0,05€ par masque fabriqué et 26€ par journée pour un contremaître. Ils fabriquent des masques auxquels ils n’ont pas droit (20% d’entre eux sont pour… les surveillants), alors que le gouvernement se glorifie d’avoir baissé la surpopulation carcérale à 97% par quelques libérations de détenus en fin de peine et que les détenus sont toujours plusieurs par cellules à subir les conséquences du confinement, sans véritable changement avec le déconfinement du 11 mai (les parloirs n’ont pas véritablement repris par exemple). Dans la maison d’arrêt de Coutance dans la Manche, à partir de cette semaine, les détenus vont devoir laver au quotidien les masques que la direction fournit désormais aux surveillants ! Aux Etats Unis, c’est aussi la population carcérale qui est utilisée pour creuser les fosses communes et fabriquer les cercueils pour gérer l’épidémie…

#0639 Source divers articles de presse, actupenit et l’oip

France, Stains : un Macdonald’s incendié

France, Stains. Le McDonald’s situé avenue Stalingrad à Stains (Seine-Saint-Denis) a été détruit par un incendie. Les pompiers ont mis deux heures à éteindre e feu à cause de la structure qui menaçait de s’écrouler. Il n’y a eu aucun blessé.

#0648 Source actu.fr

Europe : la crise sociale et économique succède à la crise sanitaire, de plus en plus de catégories de personnes sont pris en charge pour des aides d’urgence

Europe. La crise sociale et économique prend le re­lais de la crise sanitaire, et elle n’épargne pas l’Europe. Médecins Sans Frontière intervient se voit pour la première fois depuis sa création en 1971, au Royaume­ Uni et en Allemagne. En Italie, en France, en Espa­gne et en Belgique, la demande d’aide d’urgence a déjà augmenté de 20 % à 25 %. Ces aides concernent dé­sormais des nouvelles populations qui ont perdu leur emploi – ou un job précaire – avec la fermeture des bars, restaurants et commerces, et dont les conditions de loge­ment sont devenues sour­ces aggravantes de contamination.

#0624 Source Le Monde du 14/05

France, Guadeloupe : des “comités de l’eau” manifestent et organisent des barrages sur les routes pour protester contre la pénurie d’eau potable et imposer une annulation définitive des factures pour la période du confinement.

France, Guadeloupe. Les pénuries d’eau potable perdurent depuis trois ans en Guadeloupe et prennent une dimension particulièrement inacceptable pendant l’épidémie. De nombreuses familles en sont régulièrement privées en raison d’un réseau vétuste et mal entretenu. Pourtant, les factures ont doublé alors que la pénurie s’aggrave de jour en jour. Des habitants manifestent et ont organisé des barrages sur les routes. Ces “comités de l’eau” demandent un moratoire et une annulation définitive des factures pour la période du confinement.

#0632 Source francetvinfo.fr

France : des manifestations de soignants ont lieu dans plusieurs villes de France pendant que le gouvernement demande aux salariés de donner des jours de congé aux soignants ! A Paris, le cortège circule à l’intérieur de l’hôpital Debré.

France, Paris. Une centaine de soignants ont manifesté devant l’hôpital Debré pour dénoncer les conditions de travail des médecins et soignants, et le manque de moyens dans les hôpitaux publics. Le cortège a circulé à l’intérieur de l’hôpital. Le même jour le gouvernement incite les salariés à donner une partie de leurs congés aux soignants… Les soignants du “Collectif Inter-Hôpitaux” se disent prêts à démissionner administrativement. Plusieurs médecin chef l’ont d’ailleurs déjà fait. Des manifestations semblables ont eu lieu dans plusieurs autres villes de France.

#0629 Source lexpress.fr

France : l’injonction de libérer de rétention les étrangers testés positifs au coronavirus dans les CRA n’est plus en vigueur et la machine à expulser, qui ne s’est jamais arrêté, se prépare à tourner à nouveau à plein régime

France. Le juge des référés du Conseil d’État a mis fin à l’injonction de lever la rétention des étrangers testés positifs au coronavirus dans le centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes. La machine à expulser, qui ne s’est jamais complètement interrompue, se prépare à tourner à nouveau à plein régime.

#0627 Source dalloz-actualite.fr

France, Corrèze : huit détenus devant la justice pour l’émeute de la prison d’Uzerche le 22 mars, leur procès est reporté au 11 juin

France, Corrèze. Huit détenus sont passés en comparution immédiate dans la salle de la cour d’assise, pour avoir participé à l’émeute du 22 mars au centre de détention d’Uzerche. La mutinerie s’était soldée par deux bâtiments saccagés et incendiés. Les dégâts matériels, très importants, ont réduit la capacité d’accueil de la prison de 590 à 230 places, entraînant de nombreux transferts de détenus dans d’autres centres de détention. Tous les huit ont demandé un délai supplémentaire pour préparer leur défense, leur procès a été fixé au 11 juin.

#0625 Source lamontagne.fr

France, Rouen : un surveillant du quartier pour mineurs de la maison d’arrêt a été violemment agressé par un détenu de moins de 16 ans.

France, Rouen. Un surveillant de la maison d’arrêt a été violemment agressé par un détenu mineur de moins de 16 ans. L’adolescent a attaqué l’agent alors qu’il se trouvait dans la cour de promenade du quartier pour mineurs. Il l’a frappé avec un objet métallique puis a continué son attaque à coups de poing. Il va faire l’objet d’une commission de discipline.

#0760 Source actupenit.com

France, Mulhouse : des échauffourées ont lieu dans le quartier de Bourtzwiller suite à un contrôle de police. Trois policiers ont été blessés, onze personnes ont été arrêtées

France, Mulhouse. Des échauffourées ont lieu dans le quartier de Bourtzwiller suite à un contrôle de police. Un attroupement d’une trentaine de personnes s’est rapidement formé, les forces de l’ordre disent avoir été caillassées. Une trentaine de policiers, avec le renfort d’éléments du service départemental d’intervention (SDI), ont tiré des grenades lacrymogènes. Sept personnes, quatre mineurs et trois majeurs, ont été interpellées et trois policiers ont été blessés, dont l’un au visage après avoir reçu “un pavé”, précisent les forces de l’ordre. Une surveillance renforcée a été mise en place et de nouvelles tensions ont éclaté après un nouveau contrôle le soir suivant. Quatre autres personnes ont été interpellées et un policier de la BAC a été blessé à la main. D’après la presse les personnes interpellées devraient être déférées jeudi au parquet de Mulhouse, qui pourrait décider l’ouverture d’une information judiciaire pour incitation à l’émeute et violences aggravées

#0636 Source laprovence.com

France : la police a tué au moins douze personnes pendant les deux mois de confinement

France. Durant ces deux mois de confinement, la police a tué au moins douze personnes. A Toulouse, Béziers, Sorgues, Cambrai, Angoulême, Rouen, La Courneuve, Clermont Ferrand, Albi, Saint Denis, Grenoble et Bordeaux, cinq personnes sont mortes dans des commissariats, trois personnes sont mortes suite à des tirs à balles réelles, deux personnes sont mortes suite à une poursuite routière, deux personnes mortes en sautant dans le vide pour échapper à un contrôle. Il n’est pas envisageable de considérer qu’il s’agit de “bavures” : ces décès sont la conséquences du fonctionnement normal des commissariats, des patrouilles et des brigades qui répriment, arrêtent et expulsent.

#0662 Source rebellyon.info

France, Paris : des soignantes et soignants du collectif de la pédopsychiatrie publique du 19e arrondissement déclarent se mettre en grève “des actes et des données”. Ils refusent le télétravail, la codification des données concernant les patients et de participer au recueil de ces données par le biais du logiciel Cortexte

France, Paris. Des soignantes et soignants du collectif de la pédopsychiatrie publique du 19e arrondissement déclarent se mettre en grève “des actes et des données”. Ils refusent le télétravail, la codification des données concernant les patients et de participer au recueil de ces données par le biais du logiciel Cortexte. Ils s’opposent aux politiques gestionnaires qui sont contradictoires avec toute perspective de soin. Leur communiqué est à lire ici.

#0647 Source blogs.mediapart.fr

France, Epinay-sous-Sénart : des habitants ont reçu des centaines d’amendes pour non respect du confinement sans avoir été contrôlés ; malgré les dénégations diverses, la vidéo-verbalisation semble bien avoir été utilisée en banlieue parisienne

France, Epinay-sous-Sénart. Plusieurs personnes ont reçu de nombreuses amendes pour non respect du confinement sans avoir été contrôlées. Des habitants font état de centaines de PV dont certains sont visiblement incohérents, montrent des PV malgré une attestation de sortie à cette heure-là, etc… Il s’agirait de vidéo-verbalisation, ce que la mairie dément en considérant que ces amendes sont liées au trafic de drogue (!). “La police municipale nous reconnaît sur les caméras de la ville et nous envoie les amendes sans même nous contrôler, nos attestations ne servent à rien, témoigne un habitant . Qu’on sorte pour aller à la boulangerie ou quoi que ce soit, on est verbalisé. Pourtant on n’a croisé aucune patrouille de la police municipale. De toute façon, ils n’en ont qu’une et ne peuvent pas dresser des amendes à la même heure à deux endroits de la ville. » Des habitants de cités de Seine-saint-Denis et des Yvelines se plaignent aussi d’avoir reçu des amendes qui seraient issues de la vidéo-verbalisation.

#0598 Source leparisien.fr

France, Calais : une “opération de mise à l’abri” de migrants, c’est à dire des contrôles et évacuations forcées, est en cours depuis ce matin, les migrants sont embarqués dans des cars.

France, Calais. Une “opération de mise à l’abri” de migrants, c’est à dire des contrôles et évacuations forcées, est en cours depuis ce matin. Les migrants sont embarqués dans des cars. Un important dispositif de forces de l’ordre est déployé. Une précédente opération similaire avait donné lieu le 22 avril à des confrontations entre migrants et policiers.

#0584 Source lavoixdunord.fr

France, Ermont (Val d’Oise) : trois mâts de vidéosurveillance du centre de surveillance urbain ont été sciés à la disqueuse dans la nuit, six ont été détruits depuis le 22 avril.

France, Ermont (Val d’Oise). Trois mâts de vidéosurveillance du centre de surveillance urbain ont été sciés dans la nuit à la disqueuse dans le quartier des Chênes. Cela fait six depuis le 22 avril. Un adolescent de 17 ans a été interpellé.

#0579 Source leparisien.fr

France, Saint-Brévin-les-pins : une enquête est ouverte après l’incendie de quatre véhicules sur le parking de la gendarmerie, qui ont pris feu pendant la nuit

France, Saint-Brévin-les-pins. Une enquête est ouverte après l’incendie de quatre véhicules sur le parking de la gendarmerie, qui ont pris feu pendant la nuit. En janvier un véhicule s’était déjà enflammé au même endroit, incendie qui avait été attribué alors à un problème électrique. Cette fois encore, la thèse de l’accident (à répétition) est à nouveau examinée mais aucune explication n’est encore privilégiée. Deux adolescents ont été entendus mais ils ont été mis hors de cause et relâchés.

#0608 Source ouest-france.fr

France, Voisenon : le maire diffuse un “tract” pour se vanter d’empêcher l’installation de gens du voyage sur sa commune avec l’aides d’agriculteurs locaux et appelle les habitants à la délation

France, Voisenon (Seine et Marne). Le maire empêche des gens du voyage de s’installer sur un terrain qui leur est normalement autorisé et fait diffuser par des associations un “tract” aux habitants pour promouvoir cette initiative et affirmer que malgré le fait que ces installations soient légales, il a mis en œuvre tous les moyens possibles pour les empêcher, dont le blocage des lieux avec l’aide d’agriculteurs locaux. Il termine son “tract” par un appel à la délation : « j’en appelle à votre vigilance et à votre solidarité pour que dès que vous voyez une caravane circuler dans notre village pour contacter les services compétents (sic sur le fond et la forme…)”.

#0569 Source Réseaux sociaux

France : ce que le déconfinement va changer pour les prisonniers ? Presque rien… toutes les mesures sont subordonnées à des limitations qui vont de fait rendre leur application dérisoire.

France. Ce que le déconfinement va changer dans les prisons : presque rien… toutes les mesures sont subordonnées à des limitations qui vont de fait rendre leur application dérisoire.

  • Les parloirs sont sensés redémarrer mais tout est mis en oeuvre pour entraver leur réouverture : la nouvelle organisation tiendra compte de «l’évolution différenciée de l’épidémie», précise la note administrative, c’est-à-dire que les établissements situés dans les «zones rouges» ou ceux présentant de nombreux cas de contamination, pourraient être soumis à un régime plus strict que les autres. D’autres part de nombreuses limitations sont imposées, sur le modèle de ce qui se passe déjà dans les Ehpad : un seul visiteur de plus de 16 ans sera autorisé par détenu et chaque détenu ne pourra bénéficier que d’un seul parloir par semaine pour une durée d’une heure. Les visiteurs devront signer une “charte de bonne conduite”, certifiant qu’ils ne sont pas malades du Covid-19 et qu’ils n’ont eu aucun contact avec des personnes infectées les deux dernières semaines et devront s’engager également à respecter les gestes barrières.
  • Concernant les permissions de sortie, il est préconisé de répondre défavorablement aux demandes de permission de sortie «en raison du risque qu’elles représentent sur le plan sanitaire» et «en priorisant seulement les demandes liées à des événements majeurs, notamment familiaux». La responsabilité repose sur les magistrats qui préfèreront probablement ne pas la prendre…
  • Concernant l’enseignement et les activités, les cours reprendront uniquement pour les mineurs dans des salles de classe aménagées pour garantir des distances d’un mètre entre les élèves. Pour les majeurs, il faudra attendre le 2 juin, notamment pour les établissements en zone rouge, car ce n’est pas «un objectif prioritaire». De même, pour la formation professionnelle, les différentes activités socioculturelles, les cultes ou activités sportives.

#0556 Source actupenit.com

France, Bapaume : des détenus se révoltent et inondent leurs cellules ainsi que des bureaux de l’administration.

France, Bapaume. Des détenus du centre de détention se révoltent et inondent leurs cellules pour protester contre leur placement au quartier d’isolement, inondant bureaux et cellules. Le système électrique d’ouverture des portes a été mis hors service ainsi que le la vidéosurveillance. Trois cellules ont été entièrement détruites et trois détenus ont été mis en quartier disciplinaire.

#0555 Source actupenit.com

France : l’assemblée vote la création d’un “système d’information” destiné à identifier des personnes infectées » et « à collecter des informations » sur les personnes en contact avec elles, afin qu’elles soient mises en quarantaine si besoin.

France. La création d’un « système d’information » en lien avec l’Assurance-maladie, été voté. Il est « destiné à identifier des personnes infectées » et « à collecter des informations » sur les personnes en contact avec elles, afin qu’elles soient mises en quarantaine si besoin. Il s’agit du complément au dispositif Covisan : des « brigades » appelées dans la presse « anges gardiens », constituées notamment d’agents de la Sécurité sociale, seront chargés de faire remonter la liste des cas contacts aux brigades sanitaires qui interviennent au domicile des personnes identifiées. Le projet de loi peut être consulté ici.

#0567 Le Monde du 09/05

France, Grenoble : un homme meurt en tombant du 13ème étage pour tenter d’échapper à une intervention anti-squat de la police

France, Grenoble. Deux personnes ont tenté d’échapper à un contrôle de police dans le cadre d’une intervention anti-squat, alors que le gouvernement vient de prolonger l’interdiction des expulsions locatives jusqu’à juillet, mesure qui n’est valable que pour les locataires dits “de bonne foi”. Des policiers étaient intervenus vers midi à la demande du bailleur social Grenoble Habitat pour un squat au 13e étage, dans un logement dont les serrures avaient été changées, selon la police. Les deux hommes ont tenté de sauter sur le balcon de l’étage d’en-dessous. L’un d’entre eux a chuté du 13e étage et est décédé. Le second a été interpellé et placé en garde à vue. Il faisait l’objet d’un mandat de recherches.

#0526 Source rtl.fr

France, Anjou : une radio locale qui ouvre habituellement son antenne aux proches des prisonniers fait de même avec les proches des patients en Ehpad où les visites ne reprennent pas vraiment

France, Anjou. RCF Anjou donne, depuis 1996, la parole aux proches des détenus de la maison d’arrêt d’Angers pour permettre d’autres contacts que les parloirs entre extérieur et intérieur des prisons. La radio ouvre désormais son antenne aux proches des résidents des Ehpad, avec parfois plus de cinquante appels sur le temps de l’émission. Désormais, cette radio locale le fait aussi pour les familles des résidents des maisons de retraite de la région que la pandémie prive cruellement de visites. En effet, les résidents de ces établissements souvent affectés de pathologies dégénératives qui affectent leur mémoire ont été totalement privés de visites de début mars à partir du 19 avril, ce qui risque de les couper irrémédiablement de leurs proches et ont été totalement livré à la gestion des institutions. Comme la plupart des mesures du déconfinement, “l’autorisation des visites” est surtout un effet d’annonce : elles n’ont lieu que de manière exceptionnelle, toutes les trois semaines ou tous les mois, et de manière très contraintes, ce qui ne permet pas de renouer le contact.

#0554 Source lemonde.fr

France, Yvelines : des émeutes ont éclaté dans la nuit à Sartrouville, Saint-Cyr-L’Ecole, Conflans-Sainte-Honorine, La Verrière et Maurepas, une voiture de police a été attaquée.

France, Yvelines. Des émeutes ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi à Sartrouville, Saint-Cyr-L’Ecole, Conflans-Sainte-Honorine, La Verrière et Maurepas. Une voiture de police a été encerclée par une vingtaine d’émeutiers qui l’ont caillassée jusqu’à ce qu’elle tombe en panne. La bac est intervenue pour protéger la sortie des policiers du véhicule sous les tirs de mortiers d’artifice, tirant à cinq reprises au LBD. Un homme a été interpellé et une policière a été légèrement blessée.

#0552 Source leparisien.fr

France, Paris : expérimentation de la détection par caméra du port du masque dans la station Châtelet-les-Halles grâce au dispositif développé par la startup Datakalab déjà mis en place à Cannes.

France, Paris. Le gouvernement et la Ratp expérimentent la détection par caméra du port du masque dans la station Châtelet-les-Halles. Il s’agit de préparer le déconfinement du 11 mai et la reprise du fonctionnement des transports publics. Avec six caméras reliées à des ordinateurs dans un premier temps, douze ensuite, cette technologie utilisant la reconnaissance visuelle permet de repérer la présence ou l’absence de masques, avec un taux de précision annoncé à 99,5%. Xavier Fischer, le cofondateur de Datakalab, la start-up qui a mis au point cet algorithme fonctionnant avec du «deep learning» (apprentissage profond, une forme d’intelligence artificielle), explique : «l’analyse de l’image se fait en temps réel avec des statistiques fournies toutes les quinze minutes. Il ne s’agit en aucun cas de flicage puisque les usages sont contrôlés.» D’après les autorités, il s’agirait seulement de contrôler la proportion de personnes portant des masques, mais on peut craindre que le dispositif ne soit utilisé comme une manière d’automatiser les contrôles puisqu’il est prévu que les voyageurs sans masques soient sanctionnés par une amende de 135 euros, qui pourra être décidée par les forces de l’ordre, ou par les agents de sécurité de la SNCF et de la RATP. Le dispositif Datakalab a déjà été utilisé à Cannes depuis le 27 avril.

#0523 Source parismatch.com

France, Mayotte : les émeutes et pillages lors des combats de boxes se poursuivent alors que le déconfinement est reporté à cause de la situation sanitaire liée à la fois au Covid19 et à l’épidémie de Dingue

France, Mayotte. Le déconfinement est reporté sur l’île à cause de la situation sanitaire liée à la fois au Covid19 et à l’épidémie de Dingue. L’île connaît de nombreuses pénuries et plusieurs manifestations émeutières s’y sont déroulées. Le couvre-feu instauré n’y est plus du tout respecté. Les incidents lors des « murengués » (combats de boxe) se multiplient depuis trois jours. 32 de ces événements ont eu lieu depuis le début du ramadan et la plupart du temps ils sont l’occasion de pillages et d’affrontement avec la police (200 émeutiers le 22 mai, voir brève). À l’est de l’île, du côté de Dzaoudzi, les gendarmes ont aussi été ciblés par des jets de pierres pendant qu’une autre unité ne tombe dans un guet-apens. Le lendemain, les militaires à nouveau fait usage de grenades de désencerclement. Dans la nuit de lundi à mardi, de nouveaux affrontements ont éclaté, faisant plusieurs blessés. Un porte-hélicoptères amphibie (PHA) de la Marine nationale doit amener sur l’île 500 tonnes de fret pour ravitailler l’île qui fait face à de nombreuses pénuries alimentaires et médicales.

#0518 Source le figaro du 06/05

France : la commission des lois approuve une proposition de loi qui donne la possibilité aux “gardes particuliers” de contrôler certaines règles sanitaires et de dresser des procès-verbaux, ce qui légalise l’organisation de milices privées.

France. La commission des lois approuve une proposition de loi qui donne la possibilité aux “gardes particuliers” de contrôler l’application de certaines règles sanitaires et de dresser des procès-verbaux. Au niveau légal, “les gardes particuliers sont commissionnés par le propriétaire ou tout autre titulaire de droits sur la propriété qu’ils sont chargés de surveiller. Ils doivent être agréés par le préfet du département dans lequel se situe la propriété désignée”. Cette disposition apparaît comme la légalisation de la possibilité d’organisation de milices privées.

#0582 Source huffingtonpost.fr

France : le sénat valide un amendement qui vise à dédouaner la responsabilité des patrons pour les contaminations éventuelles de leurs employés

France. Le sénat valide un amendement qui stipule que, sous le régime de l’état d’urgence sanitaire, « nul ne peut voir sa responsabilité pénale engagée » pour des contaminations par le coronavirus, sauf en cas d’intention délibérée, imprudence ou négligence (qui resteront à démontrer…). Cette disposition s’applique entre autres aux employeurs et vise à rendre difficile pour les employés de reprocher à leur patron de ne pas avoir pris les mesures sanitaires nécessaires. Le parapluie assurantiel est déplié pour protéger le retour obligé au travail et les contaminations qu’il risque d’occasionner. Ce texte de loi est voué à protéger les employeurs, élus et les fonctionnnaires.

#0531 Source L’Humanité du 06/05

France : faute de mesures de protections suffisantes, les soignants seraient onze fois plus touchés par l’épidémie que le reste de la population

France. Une nouvelle enquête portant sur 550 000 salariés du secteur de la santé montre que ces derniers ont onze fois plus de chance d’être contaminés par le Covid19 que le reste de la population, ce qui est assurément dû au manque de matériel de protection, ainsi qu’à la rapidité avec laquelle les soignants malades sont renvoyés au travail. Les autorités françaises ne communiquent pas sur les chiffres globaux des soignants malades depuis le début de l’épidémie, alors que l’Assistance publique ­Hôpitaux de Paris (AP­HP) publie régulièrement ses statistiques de professionnels infectés. Au pointage du 20 avril, l’APHP annonçait 4 275 professionnels de l’AP­HP qui ont été ou sont atteints de Covid­19, sur 100 000 personnels, dont la moitié de soignants. Ils étaient 3 800, huit jours plus tôt. . Plus de la moitié des soignants qui ont répondu à l’enquête font aussi état de personnels que l’on a contraints à travailler alors qu’ils étaient porteurs du virus et les délais d’éviction d’un soignant positif au Covid sont désormais de sept jours seulement après le début des symptômes et de deux jours après la fin des symptômes, ce qui est beaucoup trop court pour éviter une propagation du virus.

#0507 Source Le Monde du 05/04

France, Ivry. Plusieurs câbles à fibres optiques ont été sectionnés à Ivry-sur-Seine et Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, causant d’importantes perturbations dans tout le réseau de fibre Orange

France, Ivry. Plusieurs câbles à fibres optiques ont été sectionnés à Ivry-sur-Seine et Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, causant d’importantes perturbations dans tout le réseau de fibre Orange dans plusieurs communes, dont Maisons-Alfort, Ivry-sur-Seine et Charenton-le-Pont ou encore Saint-Maurice ainsi que toute la partie sud-est de Paris. Les commissariats de Villeneuve-Saint-Georges et d’Alfortville sont aussi concernés. Le « retour à la normale », qui concernera d’abord les “clients prioritaires” que sont les commissariats, les hôpitaux et entreprises, n’interviendrait pas avant plusieurs jours.

#0510 Source lemonde.fr

France. On ne dit pas “il n’y a pas assez de tests pour tester systématiquement résidents et personnels dans les Ephad” mais “l’opération annoncée est en cours d’optimisation et d’harmonisation”…

France. La pénurie de tests perdure et entrave localement la mise en place de plans de dépistages préventifs, en particulier dans de nombreux Ehpad. Plusieurs ARS font aussi une interprétation étrange des directives nationales et refusent le dépistage systématique des personnels, même lorsqu’un cas de Covid­19 a été confirmé dans l’établissement. L’ARS interdit aux Ehpad de contacter eux-­mêmes les laboratoires de biologie de leur territoire pour passer directement commande, dans l’optique de gérer elle-même à moindres frais la pénurie. Dans les courriers administratifs, la pénurie de tests qui rend impossible la mise en place concrète des annonces du gouvernement, est camouflée derrière des litotes : on y parle d’« optimisation » ou d’« harmonisation » pour justifier les refus.

#0506 Source Le Monde du 05/05

France : hausse journalière de 31,5% de la mortalité par rapport aux années précédentes, la mortalité a doublé en Ile de France.

France. La mortalité enregistre une hausse journalière de 31% sur l’année 2020 par rapport aux moyennes journalières entre 2000 et 2019 sur cette période de l’année. Le pic de mortalité est d’autant plus grand en Ile de France ou il à quasiment doublé. De la morgue installée à Rungis aux caissons réfrigérés installés en urgence dans les hôpitaux, l’épidémie de covid, de par sa rapidité et son ampleur, a pris de court les systèmes de gestion post mortem et a créé, comme dans de nombreux autres pays, une incapacité à disposer des corps dans des temps et des conditions acceptables.

#0495 Source Le Monde du 05/05

France, Lille : révolte dans un bâtiment du CRA, qui est toujours rempli avec 45 retenus

France, Lille. Le Centre de rétention de Lille-Lesquin est toujours rempli. Plus de 45 personnes y sont actuellement enfermées, les conditions sont toujours aussi désastreuses et les tensions se sont exacerbées avec le début du Ramadan : la nourriture rentre de façon arbitraire dans certains bâtiments et pas dans d’autres. Les retenus du bâtiment B se sont révolté pour protester contre les conditions pendant le Ramadan. Trois personnes, désignées comme les leaders de la révolte, ont été transférées à Metz pour l’un d’entre eux après avoir été mis à l’isolement et tabassé pendant la nuit. Une 4e personne du bâtiment C est transférée de la même manière avec les autres prisonniers, parce qu’il “restait une place” et parce qu’il aurait été accusé d’avoir menti à un des policier.

#0548 Source abaslescra.noblogs.org

France, Clichy-la-garenne : de lourdes peine dont une incarcération immédiate pour les sept inculpés des émeutes du 21 avril

France, Clichy-la-garenne. Sept jeunes hommes passent en procès pour avoir participé à des émeutes urbaines à Clichy­-la-­Garenne suite au fait qu’une voiture de police ait percuté un motard à Villeneuve-la-garenne, le 21 avril. Les sept inculpés ont été interpellés suite à l’identification d’une vingtaine de personnes sur les caméras de vidéosurveillance. Cinq d’entre eux ont été placés en détention provisoire le 22 avril quand le procès a été renvoyé, les deux autres ont été libérés sous contrôle judiciaire. A la barre, alors que leur présence sur les lieux pendant la nuit est, en soi, incriminé par la juge, l’un d’entre eux, qui se voit reprocher les faits les plus graves, affirme « Sur Snapchat, il y avait un message parlant d’un gros rassemblement pour faire une émeute contre la police. C’est des gens de Villeneuve qui l’ont posté pour foutre le bordel. » La présidente : « Donc vous aviez l’intention de participer à l’émeute ? » Lui : « Ben oui». La juge suit les réquisitions du procureur et les condamne à des peines de prison allant de cinq mois avec sursis à neuf mois ferme, peine aménageable. Un seul d’entre eux, qui a gardé le silence, prend ses sept mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Il est donc reparti en détention. Voilà pour ce qui est d’une justice supposée fonctionner “au ralenti” et des prisons sensées se “désengorger” !

La brève concernant l’accident qui à déclenché les émeutes se trouve ici

#0517 Source Le Monde du 06/05

France : au moins 138 mois de prison ferme déjà distribués en France pour “violation habituelle des règles du confinement”.

France. A la mi-avril, au moins 138 mois de prison ferme avaient déjà été distribués en France pour« violation habituelle des règles de confinement » car après trois arrestations en trente jours, la contravention devient un délit qui fait encourir jusqu’à six mois de prison. Certains inculpés sont immédiatement incarcérés, alors même que le gouvernement est supposé se préoccuper de baisser la population carcérale : une quarantaine de personnes ont été condamnées avec mandat de dépôt. C’est à Melun que les deux premiers cas de prison ferme pour non-respect du confinement ont été annoncés début avril. Mais pour savoir combien de personnes sont actuellement enfermées suite à des violations du confinement, il faut y ajouter le nombre de détentions provisoires en cours (sachant que le délai de détention provisoire a été augmenté dans le cadre des mesures pour faciliter le travail de la justice pendant le confinement). Il faut aussi faire avec l’arbitraire des tribunaux, certains juges appliquant les dispositions de manière plus drastique que d’autres.

#0501 cqfd-journal.org

France : les expulsions continuent avec, entre autres, un charter affrété pour la Roumanie et au moins quatre personnes expulsées vers l’Albanie

France. Les expulsions (et donc aussi l’enfermement en centres de rétention) continuent malgré la ” fermeture des frontières”. Les audiences se tiennent en visio-conférence. Un charter est parti de Paris vers la Roumanie avec plus d’une trentaine de prisonniers à l’intérieur, notamment du Mesnil-Amelot et de Lille. Le 24 avril, quatre personnes ont aussi été expulsées vers l’Albanie. A Toulouse, parmi les deux ressortissants roumains expulsés la semaine dernière, l’un venait de faire une tentative de suicide par pendaison.

#0546 Source toulouseanticra.noblogs.org

France, Nivillac (Morbihan) : deux véhicules de la gendarmerie ont été incendiés au sein de la caserne de la ville

France, Nivillac (Morbihan). Deux véhicules de la gendarmerie ont été incendiés au sein de la caserne de la ville. « La piste criminelle est l’hypothèse privilégiée, confirme François Touron, le procureur de la République de Vannes. Selon les premiers éléments de l’enquête, les véhicules ont été incendiés à l’aide de carburant. »

#0488 Source leparisien.fr

France, Noisy-le-Grand. Un contrôle d’attestation de confinement a dégénéré en affrontement entre la police et une quinzaine de personnes

France, Noisy-le-Grand. Un contrôle d’attestation de confinement a dégénéré à Noisy-le-Grand en Seine-Saint-Denis, entraînant un affrontement entre la police et une quinzaine de personnes. Les flics ont essuyé des jets de projectiles et des tirs de mortiers d’artifice, cinq policiers ont été blessés, et deux personnes ont été placées en garde à vue. Cela fait écho aux nombreuses émeutes qui ont éclatées et éclatent encore en région parisienne et ailleurs, en solidarité avec un motard percuté par une voiture de police.

#0483 Source sputniknews.com

France : les mesures de contrôle, de fichage et de traçage de la population ont été annoncées pour l’après 11 mai.

France. Point sur les mesures de contrôle, de fichage et de traçage de la population annoncées pour l’après 11 mai.

Le gouvernement prévoit une prorogation jusqu’au 24 juillet de l’état d’urgence sanitaire instauré depuis le 22 mars. De nouvelles mesures sont annoncées concernant les mises en quarantaines, la “mise en quarantaine” devenant très proche d’une mesure de rétention administrative (avec intervention du JLD après 14 jours).

  • Quarantaine obligatoire pour les arrivants sur le territoire. Cette quarantaine, qui pourra durer trente jours concerne tout le monde, y compris les gens qui n’ont pas de symptômes. Pour ceux qui développeraient des symptômes, l’isolement sera obligatoire.
  • Isolement pour les personnes malades déjà sur le sol français, mais sans contrainte. –
  • isolement imposé pour les personnes testées positives, mais sans dispositions coercitives en cas de non-respect de cet isolement. Edouard Philippe avait expliqué le 28 avril : « Nous laisserons le choix à la personne testée positive de s’isoler chez elle, ce qui entraînera le confinement de tout le foyer pendant quatorze jours, ou bien de s’isoler dans un lieu mis à sa disposition, notamment dans des hôtels réquisitionnés. »
  • Lorsque ces mesures de quarantaine seront assorties d’une interdiction de sortie, le juge des libertés et des détentions pourrait être saisi ou se saisir lui-même à tout moment, et le sera systématiquement après quatorze jours de quarantaine.
  • Pas d’utilisation d’une application type STopCovid. Le traçage des contacts reposera sur les personnels autorisés à le faire par le gouvernement. « Ce qui nécessite le recours à la loi est de pouvoir permettre à des gens qui ne sont pas médecins d’accéder à ces informations, à titre exceptionnel, dans le cadre de la lutte que nous menons contre l’épidémie, a précisé M. Véran.”

Le ministre de la santé a distingué plusieurs types de « contact tracing » :

  • Le tracing de niveau 1, « exercé par les médecins, les professionnels de santé de premier recours en ville comme à l’hôpital, pour définir le premier cercle des cas, contacts potentiels de malades, ce qui a été fait d’ailleurs dans notre pays pendant le stade 1 ».
  • Le tracing de niveau 2, « organisé par l’Assurance-maladie. Il vise à enrichir la liste des contacts potentiels au-delà de ce premier cercle, de vérifier qu’aucune personne potentiellement malade n’ait pu échapper aux premier tracing et donner des consignes aux intéressés ».
  • Le tracing de niveau 3, « organisé, comme c’est le cas depuis le début de l’épidémie, par les Agences régionales de santé. Il s’agit d’aller identifier des chaînes de contamination des chaînes de transmission, ce qu’on appelait à un moment donné les clusters ».
  • La surveillance locale et nationale, « organisée, comme c’est déjà le cas par Santé publique France et par la direction générale de la santé ».
  • Le ministre a confirmé qu’un nouveau fichier national sera créé pour recenser toutes les personnes testées positives au SARS-CoV-2 par les laboratoires de biologie médicale, le fichier Sidep. L’autre base de données s’appellera Contact Covid ; elle sera inspirée du site de l’Assurance-maladie et « permettra notamment d’avoir les coordonnées des personnes à contacter ».

Les “brigades” du dispositif Covisan devraient être développées et mobilisées pour tracer les personnes contacts des infectés et les faire rentrer dans ce dispositif.

Pour ce qui est de la levée du confinement, elle va avec le fait d’étendre les pouvoirs de verbalisation à plusieurs catégories d’agents qui pourront, dès le 11 mai, « constater le non-respect des règles de l’urgence sanitaire et le sanctionner » : les adjoints de sécurité, les gendarmes adjoints volontaires, les réservistes de la police et de la gendarmerie nationale, les agents de sécurité assermentés dans les transports, les agents des services de l’autorité de la concurrence pour les commerces.

#0470 Source lemonde.fr

France, Toulouse : le tribunal administratif refuse de rouvrir les points d’eau de la ville pour les personnes sans abris

France, Toulouse. En pleine crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, cinq associations caritatives qui dénonçaient le manque d’accès à l’eau et à des sanitaires, pour les personnes vivant dans des bidonvilles ont vu leur demande refusée par le tribunal administratif. Selon leurs constatations, près de 2 500 personnes vivent actuellement dans la rue ou dans des habitats précaires à Toulouse. Les associations demandaient de rouvrir “toutes les bornes fontaines et celles des sanisettes publiques, nettoyées et désinfectées régulièrement, avec savons ou désinfectants à l’intérieur”. Elles demandaient aussi pour les squats et les bidonvilles le “raccordement à un point d’eau avec des robinets en nombre suffisant et espacés” et “le ramassage régulier des ordures ménagères et des encombrants” .

#0482 Source francetvinfo.fr

France, Vienne : les préfectures continuent à délivrer des OQTF

France, Vienne. Pandémie ou pas, les préfectures poursuivent leur travail administratif d’examen des dossiers d’immigration et distribuent des Obligations de quitter le territoire français (OQTF). Ainsi, dans la Vienne, quatre jeunes majeurs, tous africains, viennent de se voir refuser leur titre de séjour. Certains centres de rétention continuent par ailleurs à fonctionner malgré la fermeture des frontières et les cas de Covid19 qui y sont constatés.

#0479 Source france3-regions.francetvinfo.fr

France, Cholet : le tribunal administratif annule pour la deuxième fois le couvre-feu que le maire de la ville, Gilles Bourdouleix, connu pour avoir dit qu’Hitler n’avait «peut-être pas tué assez» de tziganes, tient absolument à instituer en plus du confinement

France, Cholet. Le tribunal administratif annule pour la deuxième fois le couvre-feu entre 21h, puis 22h et 5h du matin que le maire de la ville tient absolument à instituer en plus du confinement. Ce même maire, Gilles Bourdouleix (ex-UDI) avait été condamné en 2014 pour apologie de crime contre l’Humanité, après avoir dit que Hitler n’avait «peut-être pas tué assez» de tziganes alors qu’il intervenait sur un terrain occupé par plus d’une centaine de caravanes de gens du voyage. Plusieurs maires de Vendée ont également pris des arrêtés de couvre-feu, à La Roche-sur-Yon, Fontenay-le-Comte et Luçon. Le Conseil d’État avait désavoué le maire de Sceaux dans les Hauts-de-Seine le 17 avril. Ce maire voulait imposer le port du masque à la population. Mais dans le cadre de la pandémie de coronavirus, le Conseil d’État avait indiqué que “les maires ne peuvent, de leur propre initiative, prendre d’autres mesures que celles décidées par l’État”.

#0450 Source france3-regions.francetvinfo

France, Mamoudzou (Mayotte) : nuit d’émeute après la répression d’un mourengué (boxe traditionnelle mahoraise) sans autorisation

France, Mamoudzou (Mayotte). Nuit d’émeute après la répression d’un mourengué (boxe traditionnelle mahoraise) sans autorisation. Selon la presse, neuf gendarmes et un policier ont notamment été blessés par des jets de pierre face à une foule de 200 personnes. Une supérette a aussi été pillée, selon des témoignages recueillis sur place, et un camion est venu récupérer la marchandise volée. Les propriétaires estiment les pertes à 50 000 euros. Des poubelles, des bennes pour les tris sélectifs et un panneau solaire ont aussi été brûlés. Le mobilier brulé a été utilisé pour construire des barricades dans la nuit. Ce n’est pas la première émeute qui secoue mayotte, des magasins alimentaires avaient déjà été pillés début avril. “L’objectif principal est de piller les magasins en organisant des mrengués pour attirer les forces de l’ordre. Une fois arrivées sur place, elles sont caillassées pour faire diversion et permettre un autre groupe de s’attaquer aux commerces” déclare un élu de la ville.

#0475 Source francetvinfo.fr

France, Seine Saint-Denis : depuis le confinement, des psychiatres de Seine-Saint-Denis voient arriver à l’hôpital beaucoup jeunes sans antécédents atteints de “bouffées délirantes aiguës”

France, Seine Saint-Denis. Depuis le confinement, des psychiatres de Seine-Saint-Denis voient arriver à l’hôpital des jeunes sans antécédents atteints de “bouffées délirantes aiguës”, des profils auxquels ces soignants “ne s’attendaient pas du tout”. Il y a ceux qui clament “avoir trouvé le traitement contre le coronavirus”, ceux qui pensent que “tout est de leur faute”, ceux qui “partent dans des délires messianiques”. Et ceux qui affirment carrément “être le virus”. “On s’attendait à une vague d’admissions de patients fragiles en rupture de traitement, et de décompensations de patients déjà suivis. La surprise, ça a été de voir apparaître tout d’un coup beaucoup de premiers épisodes, chez de jeunes patients [18-35 ans] qui arrivent dans un contexte d’urgence”, explique un médecin.

#0617 Source ouest-france.fr

France, May-sur-Evre: un incendie a dégradé le hall d’entrée de la mairie de la ville située à proximité de Cholet

France, May-sur-Evre. Un incendie a dégradé le hall d’entrée de la mairie de la ville située à proximité de Cholet. Un engin incendiaire a été jeté par un trou dans une vitre de la porte d’entrée. Même si le feu s’est éteint de lui-même, les dégâts sont importants puisque la mairie ne rouvrira que dans une semaine.

#0469 Source Ouest France

France, Angleterre : de plus en plus de migrants tentent la traversée de la Manche

France, Angleterre. L’épidémie de coronavirus n’arrête pas les traversées de migrants de la France jusqu’à l’Angleterre. Au contraire, leur nombre explose depuis le début du confinement. Plus de 1 200 migrants ont été interceptés en mer selon les dernières données de la préfecture de la Manche et de la mer du Nord. De plus en plus de migrants s’installent provisoirement à Calais dans l’espoir de traverser et l’Angleterre confirme le rythme soutenu des débarquements sur son territoire, ainsi que le nombre croissant de migrants en quarantaine à cause de l’épidémie.

#0480 Source valeursactuelles.com

France : un arsenal de dispositifs de contrôle délirants sont proposés aux universités pour organiser la télésurveillance des examens.

France. Dans le contexte de la pandémie, le gouvernement recommande officiellement aux établissements d’enseignement supérieur la télésurveillance des examens à l’aide de dispositifs invasifs et discriminants : reconnaissance faciale, vidéosurveillance par webcam et smartphone, détection de bruits suspects… La fiche n°6 du document transmis aux université en mars 2020 pour gérer le télétravail dans les université, intitulée « Évaluer et surveiller à distance », indique que « les examens écrits nécessitent une télé-surveillance particulière qui permet de vérifier l’identité de l’étudiant et d’éviter les fraudes. Ils nécessitent donc un recours à des services de télésurveillance ». Le document recommande ensuite aux établissements une liste de fournisseurs de services « qui ont l’habitude de travailler avec des établissements d’enseignement supérieur ». Quelques exemples de l’arsenal préconisé :

  • Managexam propose des solutions de surveillance audio et vidéo, avec « prise de photos fréquentes, régulières ou aléatoires » ou « vidéo captée en continue ». Sur son site, l’entreprise promet de repérer « automatiquement les anomalies pouvant survenir dans la session d’évaluation grâce à une recherche et une classification visuelle de l’environnement des candidats
  • Proctorexam, qui propose une « technologie avec deux prises de vues simultanées sur l’étudiant (webcam+appli smartphone) » et Evalbox, qui propose « des algorithmes d’analyse comportementale pour détecter les comportements suspicieux »
  • TestWe, solution qui revient souvent dans les média, offre un système de photographie de la carte d’étudiant ou d’identité par webcam « pour vérifier que la bonne personne est en face de l’écran ». Son PDG, Benoît Sillard, se vante également de mettre « en place actuellement un système à double caméras, celle de l’ordinateur qui filme par l’avant, et celle de votre smartphone qui filme l’ensemble de la pièce, pour vérifier qu’il n’y a pas un deuxième ordinateur ou quelqu’un en train de vous souffler »
  • Smowl qui « utilise un algorithme de reconnaissance automatique des visages pour vérifier l’identité de l’utilisateur en ligne et un système qui détecte les comportements incorrects ».

L’Université de Caen-Normandie utilise ce genre de dispositifs depuis 2017, ainsi que la Sorbonne. Le contexte de la pandémie provoque une démultiplication leur utilisation et plus de 50 universités et écoles seraient en train d’envisager ce type de procédés.

#0415 laquatradure.net

France, Fresnes : quelques jours après l’incendie des cuisines désaffectées de la prison, le véhicule personnel d’un gardien a été incendié.

France, Fresnes. Quelques jours après l’incendie des cuisines désaffectées de la prison, suite auquel 16 prisonniers ont été transférés, le véhicule personnel d’un des gardiens a été incendié au niveau d’une résidence qui longe le domaine pénitentiaire. Un homme qui habite tout près, dans un foyer, a été interpellé peu de temps après par les policiers de L’Haÿ-les-Roses. Durant l’arrestation, les forces de l’ordre ont été caillassées.

#0431 Source leparisien.fr

France : le géant des Ehpad privés Korian renonce à verser des dividendes à ses actionnaires face à la pression médiatique et judiciaire

France. Le géant des Ehpad privés Korian est remis en question et attaqué en justice sur sa gestion de la crise du Covid-19, avec, à la date de dimanche soir 26 avril, 606 victimes du virus parmi les résidents de ses 308 maisons de retraite médicalisées. Le nombre de décès chez Korian pose la question d’une éventuelle “surmortalité » liée à une mauvaise gestion sanitaire, et de nombreuses plaintes ont été déposées. Face à la pression médiatique et judiciaire, Korian renonce à verser ses dividendes à ses actionnaires, ce qui ne rend la vie à personne !

#0422 Source nouvelobs.com

France, Livry-Gargan. Une soignante de l’Ehpad Emile Gérard révèle que dans le 93 : “le Samu a refusé de prendre des résidents en réanimation”

France, Livry-Gargan. Une soignante de l’Ehpad Emile Gérard révèle que dans le 93 : “le Samu a refusé de prendre des résidents en réanimation”. Elle confirme donc l’effectivité de la circulaire du ministère de la santé du 19 mars révélée par le « Canard Enchaîné » qui appelle les hôpitaux à limiter l’accès des personnes « fragiles » à la réanimation.

#0420 Source revolutionpermanente.fr

France : l’état d’urgence serait prolongé jusqu’à fin juillet, des associations et syndicats s’inquiètent que les mesures prises perdurent au delà de cette date.

France. L’état d’urgence sanitaire serait prolongé au moins jusqu’à fin juillet. Dans une note d’alerte rendue publique le 29 avril, un réseau de veille, qui regroupe des dizaines d’universitaires, d’avocats, d’associations, ainsi que le syndicat de la magistrature et le syndicat des avocats de France, alerte sur le risque que l’état d’urgence ne se termine jamais. « Le risque de pérennisation des mesures attentatoires aux libertés au-delà de l’état d’urgence sanitaire est élevé », écrivent-ils. « La dernière expérience de l’état d’urgence, déclenché à la suite des attentats de novembre 2015, a illustré de manière particulièrement vive la problématique de la banalisation du registre de l’exception dans les réponses des pouvoirs publics à des situations de crise », souligne, dans la note, Stéphanie Hennette-Vauchez, professeure de droit à Nanterre.

#0414 Source bastamag.fr

International : le site Crimethinc propose un recueil d’autocollants, affiches et tags provenant d’Autriche, du Brésil, du Chili, de France, d’Allemagne, de Grèce, du Mexique, de Slovénie, d’Espagne et des États-Unis, en lutte contre la pandémie et sa gestion.

International. Le site Crimethinc propose un recueil d’autocollants, affiches et tags provenant d’Autriche, du Brésil, du Chili, de France, d’Allemagne, de Grèce, du Mexique, de Slovénie, d’Espagne et des États-Unis, en lutte contre la pandémie et sa gestion. On peut le consulter ici.

#0726 Source fr.crimethinc.com

France, Mesnil-Esnard : un homme de 23 ans aurait crié aux policiers « Vous puez la mort, vous puez la peste… » après avoir vandalisé des panneaux de signalisation. Il a été hospitalisé en psychiatrie

France, Mesnil-Esnard. Un homme de 23 ans a été interpellé après avoir vandalisé des panneaux de signalisation. « Vous puez la mort, vous puez la peste… » aurait-il dit aux policiers. Il a été immédiatement transféré dans en psychiatrie dans l’hôpital du Rouvray.

#0423 Source infonormandie.com

France : le ministère de la justice affirme que pour la première fois depuis 20 ans les prisons ne sont pas “surpeuplées”, les chiffres de la situation réelle dans les prisons le démentent.

France. Selon le ministère de la justice, les prisons françaises ne seraient “plus surpeuplées pour la première fois depuis 20 ans”. Elle affirme qu’il y aurait à l’heure actuelle 61 100 détenus pour 61 109 places. Or les chiffres donnés par chaque prison démentent cette situation de “confort” très relatif (!) puisque par exemple à Villepinte on est à 143%, à Bois d’Arcy 146%, à Meaux 157%, à Nanterre 139%, à Fresnes 124% pour les hommes et 138% pour les femmes, à Osny 120%. On est loin de pouvoir isoler les prisonniers en cellules individuelles pour éviter la propagation du virus !

#0417 Source OIP

France, Clermont-Ferrant: un adolescent de 14 ans, placé en février dernier dans un centre d’éducation fermé, meurt au volant en cherchant à fuir un contrôle de police

France, Clermont-Ferrant. Un adolescent de 14 ans meurt au volant en cherchant à fuir un contrôle de police. Son passager de 16 ans est grièvement blessé. L’adolescent décédé, avait été placé dans un centre d’éducation fermé (CEF) le 17 février.

#0413 Source 20minutes.fr

France, Seine-Saint-Denis : trois fois plus d’amendes distribuées dans le département pour avoir enfreint les mesures de confinement que la moyenne nationale française

France, Seine-Saint-Denis. Les habitants de Seine-Saint-Denis ont reçu trois fois plus d’amendes pour avoir enfreint les mesures de confinement que la moyenne nationale française, en comparant le nombre de contrôles qui ont donné lieu à une verbalisation. Le département a vu un total de 41 103 amendes délivrées pour des infractions au confinement sur 24 2259 contrôles de police, un taux de réservation de 17%, contre une moyenne nationale de 5,9%.

#0472 Source breakingnews.fr

France, Aubervilliers : les bailleurs sociaux constatent 20 à 30% de loyers impayés

France, Aubervilliers. Face aux difficultés financières, de nombreux locataires partout en France ont décidé de ne pas payer leur loyer. Dans cette ville de Seine Saint Denis, certains bailleurs sociaux constatent 20 à 30 % de loyers impayés. L’Office public de l’habitat d’Aubervilliers accuse ainsi 700 000 euros de pertes par rapport à la même période de l’an passé.

#0391 Source Libération du 28/04

France, Bobigny : l’OPH annonce qu’il n’annulera pas les loyers d’avril contrairement à ce qu’avait promis la mairie

France, Bobigny. Dans un courrier qui doit être distribué aux locataires, le président de l’OPH de Bobigny (Seine-Saint-Denis) explique qu’il ne va pas annuler les loyers d’avril, comme l’annonçait la mairie de la ville en une sur son site. Le bailleur fait état de ses difficultés financières et de “difficultés juridiques” prétextant que la préfecture pourrait annuler cette décision s’il la prenait. Les appels à une grève des loyers continuent à se diffuser en France et ailleurs.

#0428 leparisien.fr

France : incendie volontaire à l’AFPA de Saint-Herblain

France, Saint-Herblain. Un incendie volontaire a eu lieu à l’Afpa (centre de formation professionnelle pour adultes) de Saint-Herblain. Un homme a mis le feu à des branchages avant de s’enfuir. Le feu s’est ensuite propagé à la toiture du bâtiment de 400 m2. L’incendie n’a pas fait de victimes.

#Source ouest-france.fr

France, Cannes : dans les rues et sur les marchés de Cannes, des caméras vérifient si les passants sont bien masqués.

France, Cannes. Dans les rues et sur les marchés de Cannes, des caméras vérifient si les passants sont bien masqués. La mairie fait appel à la technologie de la start-up Datakalab, qui sera aussi déployée dans les bus, pour « évaluer le port du masque avant la sortie du confinement ». La surveillance dure déjà de manière expérimentale depuis trois jours sans information préalable des habitants : depuis le 23 avril, des algorithmes sur de petites caméras comptabilisent le nombre de porteurs de masques et ceux qui en sont dépourvus. Sur un des dispositifs, un petit texte indique : « Vous pouvez vous opposer au traitement en faisant un ‘non’ de la tête ». Datakalab, société spécialisée dans l’intelligence artificielle, déclare être prête à proposer ses services « partout, dans l’espace public, les hôpitaux, les transports, les gares, les aéroports, les centres commerciaux ou les stades ».

#0389 Source 20minutes.fr

France, Haute garonne : la préfecture interdit la vente de carburant dans des jerricans et bidons après les incendies volontaires et incidents de ces derniers jours dans l’agglomération toulousaine

France, Haute garonne. La préfecture annonce l’interdiction de vente de carburant dans des jerricans et bidons après les incendies volontaires et incidents de ces derniers jours dans l’agglomération toulousaine. L’arrêté préfectoral précise que “l’achat et la vente au détail, l’enlèvement ou le transport de tout carburant, par jerricans, cubitainers, bidons, flacons ou récipients divers, sont interdits” dans toutes les stations-service de Haute-Garonne. Seule exception à cette règle : la vente de carburant pour les appareils de chauffage individuels.

#0387 Source ladepeche.fr

France, Créteil : un incendie suspect détruit une fourgonnette de la pénitentiaire à Créteil.

France, Créteil. Un incendie suspect détruit une fourgonnette de l’administration pénitentiaire à Créteil. Le véhicule a pris feu dans une concession de poids lourds. L’incendie s’est déclaré au niveau de l’atelier du garage, près de l’entrepôt principal d’une surface de 1 000 m2. Les pompiers travaillent en particulier sur une fourgonnette, dont on apprendra plus tard qu’elle appartient à l’administration pénitentiaire et une remorque remplie de pièces détachées pour poids lourds. Le feu a également gagné le bâtiment, l’endommageant partiellement. A l’intérieur, il y avait notamment 15 m3 de pneus.

#0385 Source : leparisien.fr

France : la Cnil donne un avis favorable à l’application StopCovid avant même que le dispositif soit abouti.

France. En prévision du déconfinement, l’application StopCovid, supposée permettre le traçage des contacts des personnes infectées sur des modalités encore floues, fait polémique, à la fois au sujet de son efficacité, mais aussi et surtout du contrôle de tous et toutes qu’elle implique. Alors que le projet n’est pas encore abouti, la Cnil a déjà donné un avis favorable tout en demandant de “rester prudent” (?!). Ce projet de traçage à la française devrait être complété par la généralisation du dispositif Covisan. Jusqu’à 10 000 “enquêteurs sanitaires” seraient nécessaires pour faire fonctionner ce dispositif de “surveillance épidémique” qui vise à contrôler, de fait,toute la population.

#0395 Source Libération du 28/04

France : mise en place d’Allocovid, numéro gratuit de consultation à distance automatisée

France. Des chercheurs de l’Inserm et de l’université de Paris ainsi que la filiale digitale d’une grande entreprise de la SNCF “e. Voyageurs”, et la start­up “Allo­Media” ont mis en place un numéro national gratuit, le 0 806 800 540, baptisé AlloCovid, accessible 24 heures su 24 et 7 jours sur 7, pour les plus de 15 ans qui veulent vérifier si leur état de santé nécessite une attention particulière. Son usage pourrait se généraliser après le déconfinement. « AlloCovid pourrait aider à détecter en temps réel les foyers de résurgence », espère un de ses concepteurs. En effet les appelants donnent le code postal de leur commune de résidence. « La puissance de résolution de cet outil devrait permettre de déceler des foyers déjà assez conséquents ». Originalité du dispositif : les appelants sont mis en relation, non pas avec des êtres humains, mais « avec un agent virtuel “intelligent”, capable de synthétiser les informations médicales transmises, et de les orienter sur leur susceptibilité d’être atteints ou non par le Covid-19 ». Un diagnostic 2.0 taylorisé sans aucun contact humain dedans, en somme…

#0394 Source Libération du 28/04

France, Amiens : un office religieux comme au temps de la peste a eu lieu pour protéger l’humanité de l’épidémie…

France, Amiens. Un office religieux comme au temps de la peste s’est déroulé à Amiens. L’évêque d’Amiens, seul (confinement oblige), va vénérer la Sainte Relique du Chef de Saint Jean-Baptiste présente dans la ville depuis le 13ème siècle, et lui demander d’intercéder en faveur des Hommes en pleine épidémie de coronavirus.

#0378 Source francebleu.fr

France, Fresnes : un important incendie éclate qui serait causé par des jets de projectiles inflammables depuis des cellules

France, Fresnes. Un incendie s’est déclaré dans la prison de Fresnes (Val-de-Marne), dimanche soir, aux alentours de 23 heures. Il a mobilisé les pompiers jusque tard dans la nuit. Le feu a éclaté à l’extérieur de la zone de détention, au niveau d’anciennes cuisines qui servent de zones de stockage depuis plusieurs années mais aurait été provoqué par des jets de projectiles inflammables lancés par des détenus depuis leurs cellules. L’incendie a fait beaucoup de dégâts mais apparemment aucuns blessés. Plusieurs détenus considérés comme responsables d’avoir mis le feu ont été transférés.

#0374 Source leparisien.fr

France, Nimes : le centre de rétention est encore ouvert pour onze détenus, encore parfois à deux par cellules

France, Nimes. Le centre de rétention administrative de Nîmes fait partie des CRA encore ouverts à l’heure actuelle. Normalement il y a 140 places, sept bâtiments de dix cellules pour deux personnes. Un témoignage montre que dans la zone B1 ,quatre des cellules ne devraient pas être occupées à cause du lavabo bouché et de fuites d’eau, mais malgré les risques que cela représente, avant hier il y avait des gens qui étaient 2 par cellule, des nouveaux arrivants notamment. Aux dernières informations, onze prisonniers y sont encore détenus.

#0356 Paru sur abaslescra.noblogs.org le 23 avril 2020

France, Nord. Des soignants des établissements publics de santé mentale dénoncent l’interdiction qui leur a été faite par leur direction de porter des masques.

France, Nord. Des soignants des établissements publics de santé mentale dénoncent l’interdiction qui leur a été faite par leur direction de porter des masques. Ils sont inquiets pour leur santé, celle de leurs patients et de leurs proches. “On nous interdit de porter des masques, qu’ils soient chirurgicaux ou FFP2. Ils nous avaient d’abord expliqué que c’était une question de gestion des stocks, mais parallèlement, ils nous interdisent de porter nos masques personnels sous prétexte que ça créerait de l’inégalité entre les soignants”, déplore un soignant. Face à cette interdiction qu’il ne comprend pas, il voulait en porter, mais il a changé d’avis : “Certains collègues ont subi des pressions de la hiérarchie.” L’annonce du port de masque obligatoire dans ces structures à partir du 11 mai fait un effet ubuesque : pourquoi ne pas avoir protégé depuis le début soignants et patients de structures de soin psychiatriques ?

#0361 vu sur /france3-regions.francetvinfo.fr

France, Maurs (Cantal) : vers 4 heures du matin, la gendarmerie de Maurs a été la cible de jets de cocktails Molotov

France, Maurs (Cantal). Vers 4 heures du matin, la gendarmerie de Maurs a été la cible de jets de cocktails Molotov. Ils sont tombés près des voitures des gendarmes mais aucun véhicule n’a pris feu. Une partie de la façade a été noircie par la fumée. Outre les services de la gendarmerie, il y a aussi 6 appartements où vivent des gendarmes, et certains étaient présents au moment des faits.

#0386 Source actu.fr

France, Gennevilliers : un livreur d’Amazon accusé de vendre et de livrer des cocktails Molotov

France, Gennevilliers. Un livreur d’Amazon est soupçonné d’alimenter des cités de Gennevilliers en cocktails Molotov. La police a repéré sur des images de vidéosurveillance une fourgonnette “livrant une caisse à des émeutiers”. Il aurait utilisé le véhicule de son entreprise pour livrer les émeutiers lors des récentes violences urbaines. Il est accusé de proposer à la vente sur les réseaux sociaux ses “cocktails Molotov prêts à l’emploi” (des bouteilles de bière remplies d’essence et équipées d’une mèche) : “six euros les cinq et dix euros les dix”. Il a été mis en examen et écroué samedi soir.

#0372 Source sudouest.fr

France, La Châtre. Les personnels soignants des ehpad Jean-Louis-Boncoeur et la Petite Fadette reçoivent une facture leur demandant de payer de leur poche pour les tests Covid19 qu’il ont dû passer.

France, La Châtre. Les personnels soignants des ehpad Jean-Louis-Boncoeur et la Petite Fadette reçoivent une facture leur demandant de payer de leur poche pour les tests Covid19 qu’il ont dû passer. Ils ont reçu chacun une facture de 66, 78 €.

#0365 vu sur lanouvellerepublique.fr

France, Paris : la mairie de Paris demande de déployer davantage de forces de police dans le nord-est de la capitale pour lutter contre l’augmentation de la délinquance

France, Paris. La mairie de Paris demande au ministère de l’Intérieur de déployer davantage de policiers dans le nord-est de la capitale où la délinquance persisterait en dépit du confinement, selon une lettre datée de mardi dont l’AFP a eu connaissance ce vendredi. Pour répondre à ce besoin d’effectifs supplémentaires, Anne Hidalgo propose notamment d’avoir recours aux réservistes de la Garde nationale pour épauler les forces de sécurité dans la lutte contre la délinquance.

#0337 Source lexpress.fr

France. Beaucoup d’ehpad refusent d’autoriser les visites des résidents.

France. Beaucoup d’ehpad refusent d’autoriser les visites des résidents. Elles sont désormais autorisées par le gouvernement mais les directions de nombreux ehpad s’appuient sur l’absence de directives de l’ARS, instance qui a déclaré leur interdiction, pour ne pas les organiser. Pourtant l’absence de tout contact avec leurs proches met les résidents dans une détresse psychique qui risque d’avoir de lourdes conséquences.

#0360 vu sur lechorepublicain.fr

France, Toulouse : onze véhicules de Toulouse Métropole Habitat ont été incendiés.

France, Toulouse. Onze voitures de Toulouse Métropole Habitat ont été incendiées, faisant, d’après la presse, pour plus de 100 000 € de dégâts. Toulouse Métropole Habitat est le plus important des bailleurs sociaux de la ville. Le communiqué intitulé “Non on s’est pas trompé de cible : social ou pas mort à l’état ” publié quelques jours plus tard est à lire ici.

#0379 Source indymedia nantes

France : expérimentation du dispositif Covisan faire des tests à domiciles aux personnes identifiées comme potentiellement contaminantes

France. L’AP­HP expérimente le dispositif Covisan pour identifier et isoler les personnes potentiellement contaminantes, à partir de quatre sites pilotes. Des unités mobiles testent les familles et les individus à domicile, à partir des contacts que les personnes identifiées comme infectées ont pu avoir. Lancé mercredi 15 avril à la Pitié ­Salpêtrière, il est désormais également testé à Bichat (18e) et Louis ­Mourier à Colombes, et depuis le 22 avril à Avicenne à Bobigny. Robert ­Debré (19e) et l’Hôtel­ Dieu (4e) doivent le rejoindre en fin de semaine.

Continuer la lecture de « France : expérimentation du dispositif Covisan faire des tests à domiciles aux personnes identifiées comme potentiellement contaminantes »

France, Matoury (Guyane). Malgré le contexte de crise sanitaire du Covid-19 et la quasi impossibilité d’effectuer les reconduites aux frontières, les placements au centre de rétention administratif de Matoury n’ont jamais cessé.

France, Matoury (Guyane). Malgré le contexte de crise sanitaire du Covid-19 et la quasi impossibilité d’effectuer les reconduites aux frontières, les placements au centre de rétention administratif de Matoury n’ont jamais cessé. Le 17 mars, jour d’instauration du confinement, une dizaine de personnes enfermées au CRA avaient été libérées mais, en un peu plus d’un mois, 41 personnes y ont été placées. Sept d’entre elles étaient encore en rétention lundi. « Nous avons fait en sorte, malgré les difficultés liées au confinement et à la fermeture des frontières, de continuer à procéder à deux types de placements au CRA : les sortants de prison et les personnes représentants un risque pour l’ordre public » explique Daniel Fermon, sous-préfet directeur général de la sécurité, de la réglementation et des contrôles. La machine à expulser se démène pour faire perdurer son fonctionnement.

#0357 vu sur www.franceguyane.fr

France, Paris : une messe clandestine nocturne organisée chez les intégristes de Saint Nicolas du Chardonneret, avec la bénédiction de la préfecture

France, Paris. Une messe clandestine nocturne, organisée par des catholiques intégristes pour Pâques, a eu lieu à Saint Nicolas du Chardonnet, une église proche du groupe d’extrême droite Civitas. En plein confinement, la police est venue sur place alertée par des voisins, mais quand ils ont présenté « leur rapport oralement à l’état-major de la Préfecture de Police », dirigée par le préfet Didier Lallement, « il leur a été ordonné de rentrer à leur base ». Personne des 20 à 40 intégristes présents n’a été verbalisé, seule le prêtre a finalement écopé d’une amende. A Nantes, le 22 mars, en plein confinement également, des catholiques intégristes s’étaient déjà rassemblés dans la chapelle du Christ-Roi et ils avaient même organisé une procession en pleine rue.

#0406 Source lahorde.samizdat.net

France, Besançon : quatre matons attaqués par deux détenus

France, Besançon. Quatre matons de la prison de Besançon ont été violemment attaqués par deux détenus qui n’ont pas supporté le changement de cellule qui leur était imposé suite à une sanction disciplinaire. La situation est très tendue dans cette prison comme dans beaucoup d’autres à cause des restrictions liées au confinement.

#0368 Source estrepublicain.fr

Grèce, Lesbos : deux migrants du camp de la Moria se sont fait tirer dessus pour ne pas avoir respecté le confinement.

Grèce, Lesbos. Deux demandeurs d’asiles, un Iranien et un Afghan se sont fait tirer dessus par les autorités grecques pour être sorti du camp de Moria et donc « enfreint » les règles du confinement autoritaire. Plusieurs dizaines de demandeurs d’asile ont organisé une manifestation devant le camp, du fait de l’aggravation de leurs conditions de vie depuis le début de la pandémie, le camp étant un endroit ou bien évidemment le Covid-19 se répand particulièrement facilement.

#0410 Source lefigaro.fr

France, Vincennes : feu d’artifice devant le centre de rétention

France, Vincennes. Dans la soirée, des feux d’artifice ont été tirés devant le centre de rétention administrative, et les prisonniers racontent qu’ils ont entendu crier “Liberté” pendant quelques minutes. Les flics à l’intérieur n’ont visiblement pas apprécié le spectacle et ont voulu mettre les retenus qui se manifestaient à l’isolement : les prisonniers ont résisté et ont réussi à empêcher les flics de les diviser. Feu aux CRA !

#0398 Source abaslescra.noblogs.org

France, Lille : des premiers cas de covid19 dans le bidonville d’Hellemmes

France, Lille. Un homme de 53 ans, originaire de Roumanie, qui vivait dans un bidonville d’Hellemmes, près de Lille, est mort ce lundi du coronavirus. Sa femme est également atteinte. Selon le collectif Solidarité Roms, c’est le premier décès depuis le début de l’épidémie dans la communauté Rom dans la métropole lilloise, qui compte environ 900 personnes. Le collectif s’inquiète, et dénonce les conditions d’hygiène sur les terrains, dont certains n’auraient pas accès à l’eau.

#0307 Source : francebleu.fr

France : une note du 19 mars suggère aux hôpitaux de limiter fortement l’admission en réanimation des personnes les plus fragiles.

France. La presse révèle une note du 19 mars dans laquelle le gouvernement suggère de limiter fortement l’admission en réanimation des personnes les plus fragiles. L’application de cette consigne est visible dans les chiffres : à Paris, au 21 mars 19% des patients admis en réanimation avaient plus de 75 ans, ils n’étaient plus que 7% le 5 avril, et pour les plus de 80 ans, le taux est passé en quinze jours de 9 à 2%, alors que dans le même temps l’épidémie a explosé dans les tranches d’âge élevées.

#0330 Source Canard enchaîné du 22 avril

France, Calais : affrontements entre migrants et forces de l’ordre lors d’une tentative de démantèlement de campement.

France, Calais. Des affrontements ont lieu entre migrants et forces de l’ordre. Deux gendarmes et deux CRS ont été blessés et un véhicule associatif de l’Auberge des migrants utilisé par l’association britannique Collective Aid a fini en cendres. C’est suite à une opération d’évacuation d’un campement que les affrontements ont débuté. « Des migrants ont refusé de quitter le terrain illégalement occupé, détaille le service communication de la préfecture du Pas-de-Calais. Ils ont dû alors être évincés par les forces de l’ordre. Un peu plus tard, une quarantaine de migrants (en fait au moins une soixantaine) ont jeté des projectiles sur les forces de police et de gendarmerie mobile. » Un migrant raconte : « Comme tous les deux jours, les gendarmes sont venus retirer les tentes (pour un démantèlement). Mais là, ils en ont réveillé certains qui étaient encore en train de dormir et ça a dégénéré. »

#0328 Source nordlittoral.fr

France, Seine Saint Denis : le préfet s’inquiète de la possibilité d’émeutes de la faim.

France, Seine-Saint-Denis. Le préfet de Seine-Saint-Denis redoute une pénurie alimentaire qui pourrait mener à des “émeutes de la faim”. Il écrit dans un mail du 18 avril révélé dans la presse : “Mon principal risque dans les quinze jours qui viennent est, si l’on excepte le risque sanitaire, le risque alimentaire.” Il évoque la situation dramatique de 15 à 20 000 personnes vivant dans les bidonvilles, les hébergements d’urgence et les foyers de travailleurs migrants.

Continuer la lecture de « France, Seine Saint Denis : le préfet s’inquiète de la possibilité d’émeutes de la faim. »

France, Bron : une centaine de personnes manifestent devant l’hôpital psychiatrique Le Vinatier pour dénoncer la politique de fermeture de lits

France, Bron. Manifestation d’une centaine de personnes devant l’hôpital psychiatrique Le Vinatier pour dénoncer la politique de fermeture de lits depuis le début du confinement. “On vient d’apprendre la semaine dernière, et pas du tout de la direction, que 25 nouveaux lits pour adultes allaient fermer. Au total, on arrive à 120 lits en moins”, explique un représentant syndical. Des patients renvoyés chez eux sans soins, des patients suivis en hôpital de jour qui se retrouvent seuls et confrontés à l’angoisse du virus qui les fragilise encore plus, voilà la situation de la plupart des hôpitaux psychiatriques actuellement.

#0312 Source actu.fr

France, le Mesnil Amelot : un retenu a été condamné pour des menaces, outrages et violences contre un gardien

France, Le Mesnil Amelot. Un sans-papiers a été condamné à quatre mois de prison ferme, avec mandat de dépôt, pour des menaces, outrages et violences contre un policier du centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot. Il a déclaré pour se défendre : « Si j’avais voulu être violent, je l’aurais découpé. Dans mon pays, j’ai vu des gens se faire découper devant moi. Je n’ai pas aimé qu’il m’attrape par le vêtement ». Il reste une cinquantaine de sans-papiers au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, toujours retenus dans des conditions intenables

#0322 Source : leparisien.fr

France : le conseil d’Etat décide qu’aucun nouveau sans papiers ne doit être incarcéré dans le centre de vincennes, et que les retenus malades doivent être orientés vers un centre de l’ARS après la levée de leur rétention

France. Saisi en référé-liberté, le tribunal administratif de Paris décide que le centre de rétention de Vincennes ne sera plus utilisé pour des placements en rétention pour les quinze prochains jours, et oblige à isoler et confiner les personnes symptomatiques présentes dans le centre. Les personnes testées positives au covid-19 doivent être orientés vers un centre de l’Agence régionale de Santé après la levée de la rétention. La gestion de l’Etat suit son cours, y compris quand elle se retrouve contrainte d’aller dans le sens des diverses associations demandant la remise en liberté et la fermeture de CRA, et la préoccupation gestionnaire reste bien évidemment la suivante : comment ne laisse t-on surtout pas de répit aux détenus ?

#0321 Source : dalloz-actualite.fr

France : 25 personnes sont encore retenues au centre de rétention de Vincennes.

France, Vincennes. Il reste 25 personnes retenues au centre de Rétention Administratif de Vincennes, Parmi les cas recensés, certains ont étés transférés au CRA de Mesnil-Amelot en Seine-et-Marne, certains ont étés hospitalisés, et d”autres ont étés libérés. L’insalubrité de la rétention continue donc à Vincennes, même si que les expulsions ne sont plus d’actualités.

#0319 Source : leparisien.fr

France, Sottenville-lès-Rouen : une enquête administrative a été lancée à Sotteville-lès-Rouen pour « propos injurieux et diffamatoire » contre plusieurs agents de l’hôpital psychiatrique du Rouvray pour avoir dénoncé le manque de masques

France, Sottenville-lès-Rouen. Une enquête administrative a été lancée à Sotteville-lès-Rouen pour « propos injurieux et diffamatoire » contre plusieurs agents de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, en pleine crise du coronavirus. On leur reproche des posts et des likes sur les réseaux sociaux dénonçant le manque de masques. Tout est parti d’une publication Facebook datée du 30 mars et de prises de positions tenues sur média 76actu. La page des “Blouses noires” (groupe créé à l’occasion de précédents mouvements de protestation contre les réformes de l’hôpital) diffusait une note interne de la direction dans laquelle il était écrit que les masques portés par les soignants devaient être mis à sécher et réutilisés. Le port du masque pour les patients potentiellement atteints du Covid-19 y est jugé « inutile ». Des soignants se retrouvent très vite en procédure disciplinaire et judiciaire pour avoir diffusé et commenté cette page. « C’est une chasse aux sorcières menée à l’arrache pour nous faire taire. », constate un autre membre du personnel. Tous reconnaissent que la situation s’est améliorée depuis la divulgation de la note interne. Le centre psychiatrique affirme avoir, le 31 mars, « réceptionné une dotation de 25 300 masques chirurgicaux », « mais nos patients n’ont toujours pas de masques », s’inquiète une employée. Selon la presse, au 19 avril, trois patients ont été testés positifs au Covid-19 et une soixantaine d’agents du Rouvray présentent les symptômes de la maladie.

#0300 Source : actu.fr

France, Toulouse : deux infirmiers mis pied dans un Ehpad pour avoir réclamé des masques.

France, Toulouse. Deux infirmiers ont été mis à pied fin mars d’un Ehpad de Toulouse car ils réclamaient des masques. Ils expliquent avoir froissé leur hiérarchie en réclamant régulièrement des protections pour soigner des cas suspects de Covid-19. L’un d’eux a dû quitter son poste en plein service, escorté par la police. “Ils nous reprochent d’être allés à l’encontre des préconisations installées par le groupe, d’instiller la peur chez les soignants et les résidents.” Un troisième infirmier de cette structure a démissionné.

#0299 Source ladepeche.fr

France, Strasbourg : incendie devant un poste de police et divers incidents à Meinau

Dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 mars, des incidents se sont produits dans les quartiers voisins de la Meinau et de Port du Rhin, respectivement au sud et à l’est de Strasbourg. A la Meinau, une poubelle a été brûlée devant un poste de police  tandis qu’à Port du Rhin, des poubelles et une voiture ont été incendiées. Une voiture de police aurait également été visée par un tir de mortier à la Meinau. Quatre personnes ont été interpellées lors de ces échauffourées qui n’ont fait aucun blessé. La presse relie ces incidents à laccident entre un motard et un véhicule de police à Villeneuve la Garenne le 18 avril.

#0471 Source 20minutes.fr

France, Villeneuve les Maguelone : un détenu de 63 ans est réincarcéré à sa sortie d’hôpital

France, Villeneuve les Maguelone. Un détenu de 63 ans qui se trouve être le deuxième détenu français testé positif au Covid-19 vient de sortir de l’hôpital… pour retourner en prison. “Il est entré à l’hôpital de Toulouse le 25 mars et ressorti le 3 avril. Et quand il est revenu à la prison, ils lui ont refait le test et il est toujours positif “, raconte sa compagne. “Ces derniers jours, il a recommencé à faire de la fièvre, et il s’est remis à tousser. On ne comprend pas qu’ils ne l’aient pas gardé à l’hôpital s’il est toujours malade “. Son avocat a fait une demande de suspension de peine, sans se faire trop d’illusions. “J’entends dire qu’il y a beaucoup de libérations. Mais j’ai des clients qui sont à trois ou quatre mois de leur fin de peine, qui n’ont pas eu leur demande de libération audiencée, et qu’on ne traite pas. Avec leur ordonnance du 25 mars, les juges pourraient les libérer directement. Mais depuis le confinement, on n’arrive à joindre personne, ni les juges d’application des peines, ni les procureurs. ” L’avocat, qui continue ses visites aux détenus dans plusieurs prisons constate : “dans la plupart, il n’y a aucune consigne de précaution qui soit appliquée par rapport à la pandémie “.

#0293 Source : midilibre.fr

France, Dijon : contradiction entre les annonces de l’administration pénitentiaire et la réalité de la situation carcérale

France, Dijon. Dans la presse, l’Administration pénitentiaire s’enorgueillit d’avoir libéré 1 détenu sur cinq dans la prison de Dijon. Pourtant, l’OIP constate qu’avec deux détenus testés positif au covid et deux cas suspects, il n’y a toujours pas d’encellulement individuel et la surpopulation dans le quartier des hommes est toujours de 145%.

#0292 Source : francebleu.fr et l’OIP

France, Paris : dans un ehpad à Paris on demande aux soignants de ne pas porter de masques et on n’informe pas les proches pour ne pas les inquiéter…

France, Paris. Dans un ehpad à Paris, on demande aux soignants de ne pas porter de masques et on n’informe pas les proches pour ne pas les inquiéter… Une plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui » est déposée contre un ehpad parisien, Les Parentèles de la rue blanche, dans le 9ème arrondissement, où une infirmière avait démissionné en informant les familles par une lettre des raisons de sa décision. « C’est une hécatombe qu’on cache aux familles, la direction ne donne pas le nombre de disparitions, aucun des parents ayant perdu un proche depuis début mars ne sait de quoi il est décédé », affirme l’une des personnes qui est à l’origine de cette plainte. « Sur 65 résidents début mars, 20 sont morts, accuse-t-elle. Jusqu’au 10 avril, la direction n’annonçait officiellement que trois cas de décès à cause du Covid-19, chaque famille concernée pensait que son mort était l’un de ces trois cas. »

Continuer la lecture de « France, Paris : dans un ehpad à Paris on demande aux soignants de ne pas porter de masques et on n’informe pas les proches pour ne pas les inquiéter… »

France : certains ehpad n’autorisent les visites que sur demande explicite des résidents

France. Les visites sont désormais possibles dans les Ehpad, qui doivent s’organiser pour qu’elles se fassent dans des conditions sanitaires satisfaisantes. De nombreux soignants ont alerté sur les conséquences parfois désastreuses d’un confinement total pour la plupart des résidents et sur l’urgence du rétablissement d’un contact des résidents avec leurs proches. Néanmoins, prenant au mot le ministre qui a annoncé que ces visites se feraient “à la demande des résidents”, certains Ehpad ne les autorisent que sur la demande explicite du résident, ce qui est complètement absurde pour des personnes avec des maladies dégénératives qui les rendent parfois aphasiques ou conduisent à des pertes de mémoire importantes.

#0287 Source directes diverses

France : suite à l’accident du motard à Villeneuve-la-garenne percuté par une voiture de la BAC, des émeutes animent la nuit du 19 avril notamment à Villeneuve-la-garenne, Fontenay, Toulouse, Saint-ouen, Aulnay-sous-bois, Suresnes, Villepinte ainsi que d’autres villes à travers la France.

France. Suite à l’accident du motard à Villeneuve-la-garenne percuté par une voiture de la BAC, des émeutes animent la nuit du 19 avril notemment à Villeneuve-la-garenne, Fontenay, Toulouse, Saint-ouen, Aulnay-sous-bois, Suresnes et Villepinte. Les émeutiers ont brûlé des voitures, des poubelles et se sont affrontés avec les keufs à coup de feux d’artifices, de mortier et de pierres. D’autres affrontements ont eu lieu dans les villes de Mulhouse, Sevran, Amiens, Chanteloup, Grigny, Bordeaux, Epinay et Strasbourg.

#0700 Sources diverses

France, Guyane : les affrontements se multiplient dans les quartiers pauvres.

France, Guyane. Les confrontations entre les jeunes et les gendarmes se multiplient en guyane. Les quartier de Cayenne Mont-Lucas et Pepite connu des affrontements. A Matoury, Macouria et Kourou, les gendarmes ont pris l’habitude d’essuyer des jets de cailloux et de bouteilles et de faire face à de nombreux départ d’incendies de poubelles ou de voitures.

#0335 Source francetvinfo.fr

France : plusieurs membres de la cellule anticovid de l’Etat infectés

France. De l’efficacité de la bureaucratie et des ravages de l autorité : plusieurs membres de la cellule anti-covid de l’Etat infectés. Malgré une “grippe”, il semblerait qu’il n était pas question pour le préfet et chef de la protection civile de ne pas gérer la crise et qu’il n a pas su accompagner son obstination des gestes barrières…

#0282 Source lemonde.fr

France, Clichy-sous-bois : de plus en plus de personnes font la queue lors des distributions alimentaires

France, Clichy-sous-bois. En Ile de France, on assiste à des files d’attente de lla faim de plus en plus longues. Ce matin, devant la Maison de la jeunesse de Clichy-sous-Bois qui distribue de la nourriture, les premières personnes sont arrivés à 8 heures, soit trois heures avant l’ouverture des portes, à 11 heures, la file d’attente s’étirait sur 300 mètres. Cette distribution alimentaire était la troisième en huit jours, 190 personnes se sont présentées la première fois, 490 la deuxième, puis 750.

#0325 Source lemonde.fr

France, La-Membrolle-sur-Choisille : les résidents d’un ehpad manifestent leur mécontentement en brandissant des panneaux de carton, face au prolongement du confinement envisagé pour les personnes âgées

France, La-Membrolle-sur-Choisille. Face à l’annonce d’un prolongement du confinement pour les personnes âgées, les résidents d’un ehpad protestent en écrivant leur indignation sur des panneaux de carton. « Nous savons nous exprimer. C’est ce que semblent oublier quelques personnes. »

#0249 Source : lanouvellerepublique.fr

France, Ecrouves : révolte et incendie dans la prison

France, Ecrouves. Révolte et incendie au centre de détention d’Ecrouves près de Toul. Selon les syndicats de police, une quarantaine de détenus se sont révoltés et ont incendié leurs matelas, le feu a pris dans l’un des bâtiments. Après extinction de l’incendie, trente détenus ont été isolés dans un étage du bâtiment.

#0253 Source : francebleu.fr

France, Vincennes : le virus continue de se propager au CRA de Vincennes

France, Vincennes. Le virus continue de se propager au CRA de Vincennes, où cinq nouveaux cas de covid chez les retenus et deux chez les policiers ont été identifiés lors d’une opération de test des détenus et des matons. Les conditions sanitaires sont évidemment déplorables. Le centre de rétention enferme encore une cinquantaine de personnes, alors que le Conseil d’Etat a refusé la fermeture des CRA demandées par plusieurs associations. « Le centre de rétention de Vincennes est un cluster. La configuration des locaux est telle que le confinement y est impossible », a rappelé ce vendredi Me Henri Braun, avocat de l’une des associations.

#0245 Source : leparisien.fr

France : l’état commande 650 drones pour un total de 4 millions d’euros pour les besoins de “la sécurité intérieure”.

France. L’état commande 650 drones pour un total de 4 millions d’euros pour les besoins de “la sécurité intérieure”. On peut être certain que les machines seront utilisées durant le confinement du COVID-19 mais également pour la gestion des manifestations, des mouvements sociaux ou des révoltes urbaines.

#0232 Paru dans le parisien du 16 avril 2020

France, La courneuve : les policiers abattent un homme de 25 ans dans un parc et causent un accident grave.

France, La courneuve. Les policiers abattent un homme de 25 ans dans un parc. Selon les flics, il les aurait chargés avec un couteau avant de tenter d’en blesser un. Les flics l’ont tué de trois balles. Parallèlement cette nuit, à Villeneuve-la-garenne, une voiture de la BAC ouvre sa portière afin de percuter un jeune motard. Des tensions se cristallisent dans les rues.

#0270 vu sur twitter et sur le parisien.fr le 16 avril 2020

France : début de l’opération de dépistage systématique des personnes vulnérables dans les ehpad.

France. Début des opérations de dépistage massif des personnes vulnérables dans les ehpad. Ces dépistages des pensionnaires et des soignants deviennent systématiques, mais les établissements n’informent que les proches du résident concerné, sans informations générales sur la situation de l’établissement où il se trouve.

#0250 Source : francebleue.fr

France, Les echelles. Un robot prêté à l’Ehpad Résidence Béatrice pour s’adresser aux pensionnaires la durée du confinement.

France, Les echelles. Un robot, ou “service de télé-présence Beam”, autrement nommé “Gégé”, a été prêté à l’Ehpad Résidence Béatrice par la région Auvergne-Rhônes-Alpes pour la durée du confinement. Il est supposé permettre “aux résidents de rester actifs et de maintenir leurs relations malgré le confinement”… Il s’agit d’un écran sur roulettes qui déambule dans l’Ehpad et à travers lequel il est possible de s’adresser aux résidents depuis l’extérieur. Déjà que skype peut être très déroutant pour des personnes qui ont des difficultés cognitives, on se demande bien comment ce visage sur un écran sur roulettes pourrait relier qui que ce soit !

#0242 Source : ledauphine.com

France : de nombreux ehpad informent les proches d’un amaigrissement inquiétant des résidents

France. Dans de nombreux ehpad, les personnels constatent un amaigrissement important des résidents, lié au confinement en chambre et au manque de personnel pour s’assurer que les personnes mangent effectivement ce qui leur est apporté. La situation devient inquiétante et une supplémentation en protéines est parfois mise en place. On voit là un des premiers effet collatéral, dangereux à relativement court terme, de la gestion de l’épidémie dans les ehpad.

#0213 Sources directes diverses

France : alors que la situation semble se stabiliser ou s’améliorer un peu au niveau des malades hospitalisés, le nombre de malades et de décès dans les Ehpad augmente notablement

France. Alors que la situation semble se stabiliser ou s’améliorer un peu au niveau des malades hospitalisés, le nombre de malades et de décès dans les Ehpad augmente notablement. 41 657 personnes âgées en Ehpad et en établissements médico-sociaux (EMS) sont considérés comme porteurs de symptômes du Covid19, soit presque 2000 de plus que le jour précédent, et 6524 décès soit 924 de plus que la veille. Les Ehpad comptent ce jour pour 40% de la mortalité globale en France.

#0227 Source : linternaute.com

France, Merville : la direction de l’Ehpad de la ville décide d’autoriser à nouveau les visites des proches des résidents en extérieur et avec des précautions sanitaires

France, Merville. La direction de l’Ehpad de la ville décide d’autoriser à nouveau les visites des proches des résidents en extérieur et avec des précautions sanitaires. Ce sont des aides-soignantes de l’EHPAD qui ont alerté sur la situation de délaissement des résidents : « on a vu des résidents qui avaient un syndrome de glissement, explique Perrine Poulain, cadre de santé. Des personnes âgées qui n’ont plus leurs repères et refusent de s’alimenter. » « On s’est dit qu’on allait les sauver du Covid mais les perdre autrement », explique Jean-Luc Puthoste, médecin coordinateur de la maison de retraite.

#0226 Source : lavoixdunord.com

France, Bouër : des soignants du personnel d’un ehpad dorment dans un camion devant leur lieu de travail.

France, Bouër (Mayenne). Des soignants du personnel d’un ehpad dorment dans un camion devant leur lieu de travail. « Je trouve ça bien d’être semi-confinée auprès des résidents. Ça limite la propagation du virus (…) et ça limite aussi la fatigue parce qu’il faut savoir que, maintenant, on fait des journées de 12 heures », explique Isabelle Communeau, aide-soignante.

#0224 Source : 20minutes.fr

France, Bagnolet : vingt et une familles locataires d’un même immeuble ont décidé de suspendre le paiement de leurs loyers, Lokalis (le bailleur) leur op­pose une fin de non ­recevoir.

France, Bagnolet. Fin avril, les vingt et une familles locataires d’un immeuble situé 10 rue de la liberté ont unanimement décidé de suspendre le paiement des loyers à leur propriétaire. Une banderole sur l’immeuble proclame « Revenus 0 = Loyers 0 ». Dans sa réponse écrite aux loca­taires, datée du 4 mai, Lokalis (le bailleur) op­pose une fin de non ­recevoir, considérant que « les loyers ne fe­ront pas l’objet d’une suspension ou d’une annulation », mais ouvre la porte à d’éventuels délais de paiement accordés au cas par cas.”

#0744 Le Monde du 22/05

France, Oissel : grève de la faim dans le centre de rétention à la suite de la révolte du CRA du Mesnil AMelot

France, Oissel. Le CRA de Oissel est isolé dans une école de flics au milieu d’une foret à 20 km de Rouen et a 4 km de la gare de Oissel. Les prisonniers racontent souvent que c’est l’un des pires à la fois pour la violence des équipes de flics et aussi pour le peu d’aide que fournit l’association humanitaire sensée faire du soutien juridique (France terre d’Asile) qui est à l’intérieur. Le 12 Avril, le lendemain de la révolte au Mesnil-Amelot, les retenus de Oissel commencent une grève de la faim pour demander leur libération.

#0205 Source : abaslescra.noblog.org

France : inquiétude pour les habitants des 120 bidonvilles recensés en région parisienne qui craignent

France, Ile de France. Selon la préfecture d’Ile-de-France, 20% des 7.000 habitants des 120 bidonvilles recensés ont quitté la région durant la première semaine du confinement. Si les bidonvilles ne sont pas encore notablement touchés par l’épidémie du fait de l’exclusion réelle des personnes qui y vivent, une contagion fulgurante est à craindre de manière décalée dans le temps. Le manque d’accès à l’eau et la précarité des habitats empêche partout dans le monde les populations concernées de mettre en place les “gestes barrières” préconisés. Si le virus fait peur aux habitants, la crainte principale actuelle est la faim, dans la mesure où les sources habituelles de revenus des personnes qui y habitent sont impraticables.

#0129 Source : h24info.ma

France, Ile de France : le tribunal administratif de Paris interdit l’accueil de nouveaux retenus durant les 14 prochains jours

France, Ile de France. Alors que plusieurs cas de coronavirus ont été détectés au CRA de Vincennes, le tribunal administratif de Paris, saisi par plusieurs associations, interdit l’accueil de nouveaux retenus durant les 14 prochains jours. A ce jour, 48 personnes sont encore retenues au CRA de Vincennes dont l’un des deux bâtiments a été fermé dans le contexte de l’épidémie.

#0217 Source : infomigrants.net

France, Ile de France : à l’heure actuelle, il est impossible de faire de demande d’asile

France, Ile de France. Avec plusieurs autres associations de soutien aux sans-papiers, le Gisti proteste, contre la fermeture de la plate-forme téléphonique de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), tandis que les guichets des préfectures sont fermés. Il n’est actuellement plus possible de déposer une demande d’asile en Ile-de-France, ce qui empêche aussi les personnes en attente d’asile de bénéficier des droits associés.

#0215 Source : gisti.org

Royaume Uni : les ehpad alertent sur l’absence des chiffres des décès qui ont lieu en leur sein dans les bilans nationaux et sur le manque d’équipement de protection

Royaume Uni. Les représentants des maisons de retraite au Royaume-Uni ont lancé mardi un cri d’alarme sur la situation de leurs établissements, dénonçant de nombreuses “morts silencieuses” qui ne sont pas prises en compte dans les bilans officiels, ainsi qu’un manque d’équipement de protection pour les résidents et les soignants. La fédération Care England ayant évoqué la semaine dernière un millier de morts. Une étude réalisée dans cinq pays, Royaume-Uni non inclus, indique que près de la moitié des victimes du virus se trouvent dans les maisons de retraite : selon les données recueillies par une équipe de la London School of Economics en Italie, Espagne, Irlande, Belgique et France, entre 42 et 57 % de l’ensemble des décès liés au virus concernaient des résidents de maisons de retraite (ces chiffres étant bien au dessus que ce que ces pays annoncent).

#0380 Source ouest-france.fr

France, Saint Maurice : un site d’accueil «Covid précaire» ouvre dans l’enceinte de l’hôpital Esquirol pour héberger les sans abris ou résidents des foyers atteints du Covid19

France, Saint Maurice (Val de Marne). Un site d’accueil «Covid précaire» ouvre dans l’enceinte de l’hôpital Esquirol à Saint-Maurice pour héberger les sans abris ou résidents des foyers atteints du Covid19. Dans le département du Val-de-Marne, près de 8000 personnes sont logées dans des structures collectives de type centres d’hébergement d’urgence, centres d’accueil de demandeurs d’asile ou encore foyers de travailleurs migrants. «Depuis la semaine dernière, une équipe mobile de médecins déployée par l’Agence régionale de santé d’Île-de-France intervient dans les structures d’hébergement collectif où des individus présentant des symptômes de Covid 19 sont signalés», explique la directrice de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement du 94, Catherine Larrieu.

#0223 Source : 94.citoyens.com

France. La situation des foyers, centres d’hébergement, gymnases ou squats suscite l’attention des autorités sanitaires, particulièrement en Ile-de-France, où se concentrent les difficultés

France. La presse affirme que “La situation des foyers, centres d’hébergement, gymnases ou squats suscite l’attention des autorités sanitaires, particulièrement en Ile-de-France, où se concentrent les difficultés. ” L’Etat a mis au point une stratégie dite “de desserrement” des structures jugées à risque – c’est-à-dire où l’isolement des malades est impossible –, et réquisitionné à cet effet 8 200 places d’hôtel dans la France entière, dont 5 500 en Ile-de-France. Quatre-vingts centres d’hébergement Covid, pour l’accueil des malades sans-abri ou provenant des centres d’hébergement mais n’ayant pas besoin d’être hospitalisés ont aussi été ouverts. En Ile-de-France, 150 des 445 places “Covid” sont occupées. Deux grands centres sportifs, l’Insep, dans le bois de Vincennes, et le Creps, à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), jouent aussi le rôle de sas pour extraire au plus vite les suspectés malades, le temps de les tester.

#0194 Paru Le Monde du 12-13-14/04/2020

France : dans le CRA de Vincennes, les prisonniers se révoltent après l’annonce du 4ème cas officiel de Covid19

France, Vincennes. Au CRA de Vincennes alors qu’un quatrième cas de corona virus est déclaré, l’état continue dans sa logique d’enfermement, sans aucune considération pour la vie des retenues, alors même que les frontières sont fermées. Les prisonniers se sont révoltés ce dimanche 12 avril au soir pour exiger l’hospitalisation de quelqu’un de très malade ayant les symptômes du coronavirus.

#206 Source abaslescra.noblog.org

France, Ile de France : la préfecture annonce le chiffre très minimisé de 737 cas suspects de covid19 sur les 90 000 résidents des foyers.

France, Ile de France. Le préfet de la région Ile-de-France annonce le chiffre probablement très minimisé de « 737 cas suspects ou avérés » sur 90 000 résidents dans « les 300 structures collectives et centres d’hébergement de la région ». Ces chiffres sont obtenus suite à des “visites sanitaires” imposées dans les foyers, que les résidents refusent souvent par peur d’être transférés dans d’autres lieux d’hébergements.

#0222 Source : valeursactuelles.com

France, Mesnil-Amelot. 8 prisonniers du Mesnil-Amelot ont été transférés dans d’autres CRA suite à la révolte

France, Mesnil-Amelot. 8 prisonniers du Mesnil-Amelot ont été transférés dans d’autres CRA suite à la révolte (visiblement pas de GAV). Au CRA de Lesquen (près de Lille) ils sont 5 et isolés du reste du centre : les flics ont rouvert un bâtiment qui était fermé juste pour les y enfermer. Les 3 autres auraient été transférés au CRA de Oissel (près de Rouen) où les prisonniers sont en grève de la faim depuis hier soir. En plus de la violence qu’ils ont subie, la répression, c’est aussi l’isolement loin des autres et loin des proches dans un bâtiment ou les cabines sont hors service.

#0189 Paru sur abaslescra.noblogs.org

France, Lavaur : une surveillante a été agressée par une détenue âgée de 14 ans dans l’Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs (EPM) de Lavaur.

France, Lavaur. Une surveillante a été agressée par une détenue âgée de 14 ans dans l’Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs (EPM) de Lavaur. “Cette nuit déjà, cette détenue de 14 ans avait tenté d’agresser le gradé de nuit en lui lançant au visage un morceau de verre de 20 cm après avoir cassé sa fenêtre”, indique David Desoutter, secrétaire local de l’Ufap unsa Justice. (…) Une fois de plus, nous posons la question du profilage des mineurs”, déclare Mathieu Vasseur, secrétaire adjoint de ce syndicat. Actuellement, 49 mineurs sont emprisonnés à l’EPM. “Le climat est tendu depuis trois jours au sein de l’établissement avec des incidents avec des mineurs non accompagnés”, précise Mathieu Vasseur. Mais il indique aussi que cette situation n’aurait rien à voir avec le confinement…

#0276 Paru sur ladepeche.fr le 11 avril 2020

France, Mesnil Amelot : les prisonniers du CRA 2 occupent la cour du bâtiment et bloquent la promenade aux cris de “liberté !”

France, Mesnil Amelot. A 20h, les prisonniers du CRA 2 du Mesnil-Amelot occupent la cour du bâtiment et bloquent la promenade aux cris de “liberté !” Depuis le début de l’urgence sanitaire les personnes enfermées demandent à être libérées face à la fermeture des frontières et à la situation sanitaire catastrophique dans ces lieux d’enfermement. Ils sont restés ensemble pour exiger leur libération, jusqu’à ce matin quand la police a chargé. Sept personnes ont été emmenées en garde-à-vue. Le communiqué des révoltés est à lire ici

#0188 Paru sur abaslescras.noblogs.org le 11 avril 2020.

Russie, Angarsk : les prisonniers de la colonie pénitentiaire de haute sécurité N-15 ont affronté les matons et la situation a tourné à l’émeute.

Russie, Angarsk. Les prisonniers de la colonie pénitentiaire de haute sécurité N-15 ont affronté et la situation a tourné à l’émeute. Beaucoup de bâtiments sont en flammes, plus de 800 détenus ont participé à l’émeute avant que les forces spéciales n’interviennent. Des détenus font état de plus d’une quinzaine de suicide.

#0196 Paru sur le twitter du Siberian Time le 10 avril 2020

France : ouverture d’un centre pour les SDF contaminés par le covid19 à Saint Menoux géré par la Croix Rouge

France, Saint Menoux (Allier). Un centre pour les SDF contaminés par le Covid-19 ouvrira le 14 avril dans les locaux d’un centre de vacances appartenant à la ville de Bobigny et sera géré par la Croix Rouge. Il pourra accueillir jusqu’à 75 personnes. D’autres centres semblables sont actuellement en train de s’organiser dans d’autres départements.

#0156 Source : francebleu.fr

France : on apprend qu’un centre a ouvert début avril dans un collège Noisy-le Grand pour regrouper les enfants placés atteints du Covid19

France, Noisy-le-Grand. Ouverture d’un centre pour regrouper des enfants placés atteints du Covid-19. Des éducateurs craignent une « stigmatisation » et s’inquiètent, par ailleurs, des effets du confinement pour les jeunes : maltraitance, fragilisation des familles d’accueil, etc. Des recrutements d’animateurs ont eu lieu pour travailler dans un « internat de confinement pour des enfants symptomatiques ou malades » du Covid-19.” Le problème, c’est pas le Covid à l’ASE, c’est l’ASE” précise une animatrice. Depuis, le département a fait savoir que le centre, créé dans un collège de Noisy-le-Grand, avait ouvert ses portes début avril, afin de « prendre en charge dans un premier temps jusqu’à 10 enfants […] ne nécessitant pas une hospitalisation », avec un accompagnement éducatif, médical et psychologique. La situation des enfants placés est en effet catastrophique, même si la création de ce centre pose beaucoup de questions. Ainsi dans le département, deux enfants placés en famille d’accueil se sont retrouvés seuls parce que les adultes de leur famille d’accueil ont été hospitalisés. Un éducateur de l’ASE 93 est resté sidéré par cette situation : « Une famille d’accueil a dû être hospitalisée car atteinte du Covid-19. Elle hébergeait deux enfants et avait dit que les petits étaient pris en charge par les voisins. Or quand les collègues de permanence sont allés sur place, ils se sont rendu compte que les voisins leur donnaient juste à manger, mais qu’ils étaient seuls à la maison. »

#0154 Source : mediapart.fr

France : alerte concernant la situation des mineurs pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance

France. Alerte concernant la situation des enfants placés par l’Aide sociale à l’enfance qui se retrouvent soit aux prises avec des familles d’accueil sans aucun suivi, soit restitués à leur famille d’où ils ont été retiré pour maltraitance. “On les abandonne à ceux qui ont été leurs bourreaux” affirme Lyes Louffok. La situation des mineurs condamnés est aussi alarmantes, certains ont été libérés et sont remis à leur famille dans des situation souvent catastrophiques, les autres restent confinés dans des centres fermés où la situation est “explosive” d’après des responsables.

#0152 Source : revuefarouest.fr

France : à Calais, 263 migrants évacués dans des centres d’hébergement du département

France, Calais. 263 migrants de Calais ont été « mis à l’abri » dans des centres d’hébergement du département, notamment dans un centre de vacances de Merlimont, dans un hôtel à Fouquières-les-Béthune et dans un centre sportif de Liévin, dans le Pas-de-Calais. Dans le même temps des opérations continuent d’être réalisées sous l’autorité du procureur de Boulogne-sur-Mer ayant pour but « d’éviter la constitution de campements insalubres qui deviendraient en peu de temps des bidonvilles », a expliqué la préfecture, assurant que chaque opération était « accompagnée de propositions de mise à l’abri », c’est-à-dire de déplacement forcé vers divers lieux d’hébergement. D’autres départs doivent être organisés la semaine prochaine. Dans une lettre ouverte, plusieurs associations ont alerté mardi le préfet du Pas-de-Calais « sur la situation matérielle désastreuse des personnes exilées qui survivent à Calais », pointant notamment les repas distribués par l’État et la quantité d’eau mise à disposition des réfugiés qu’ils jugent insuffisants. Les associations ont aussi exprimé leur « incompréhension totale » face « aux opérations d’expulsions quotidiennes qui sont en incohérence avec le contexte sanitaire actuel ». Entre 650 migrants, selon la préfecture, et un millier, selon les associations, vivent actuellement à Calais dans l’espoir de rejoindre l’Angleterre, en majorité des personnes originaires du Soudan, d’Erythrée, d’Afghanistan et d’Iran.

#0145 Source : Le Parisien du 10/04/2020

France : avec le confinement, les violences familiales explosent

France. La ligne téléphonique « Allô enfance en danger » a reçu 20 % d’appels en plus depuis le début du confinement, a annoncé ce jeudi 9 avril à l’AFP le secrétaire d’Etat à la Protection de l’enfance Adrien Taquet. Avec le confinement, les violences familiales explosent. Les appels au 119 considérés comme urgents ont même augmenté de 60%, selon des données issues d’une comparaison entre les trois premières semaines du confinement (du 18 mars au 6 avril) et une période équivalente en février (du 12 février au 2 mars), a précisé Adrien Taquet. Dans le détail, le nombre d’appels au 119 émanant de mineurs voulant alerter sur leur propre situation a augmenté de 34 %. On compte également 36 % d’appels en plus émanant de « camarades » d’enfants maltraités (probablement mis au courant car les enfants communiquent entre eux pendant le confinement par SMS et via les réseaux sociaux), et 30% en plus émanant de voisins. « Plus de 50 000 enfants et adolescents sont chaque jour victimes de violences physiques, sexuelles et psychologiques, enfermés à huis clos avec leurs bourreaux », selon les organisateurs d’une campagne sur les réseaux sociaux pour faire connaître l’existence du numéro d’appel d’urgence.

#0109 Source : nouvelobs.com

France : des associations humanitaires demandent que les sans-abris soient inclus dans la gestion préventive du coronavirus.

France. Amnesty International, la Ligue des droits de l’homme, Médecins sans Frontières et 89 autres associations ou ONG ont saisi ce jeudi sept rapporteurs spéciaux des Nations unies pour que le gouvernement français « inclue » mieux les plus démunis dans la gestion du coronavirus. « Cette saisine fait état de ce que les personnes vivant à la rue, dans des squats ou des bidonvilles ne bénéficient pas pleinement des mesures de prévention du Covid-19​ », expliquent les 92 associations, ONG et collectifs signataires, dont Amnesty International, la Ligue des droits de l’homme ou Médecins sans Frontières. On se demande bien quelles seront les modalités de cette “inclusion” !

#0108 Source : 20minutes.fr

France, Châteauneuf-sur-Loire : un adolescent de 13 ans qui avait fait le mur pour aller chez un voisin a été gravement blessé lors de son interpellation par les gendarmes du PSIG d’Orléans

France, Châteauneuf-sur-Loire. Un adolescent de 13 ans a été violemment arrêté dans la nuit du 8 au 9 avril par les gendarmes du PSIG d’Orléans. Résultat : des hématomes au bras, des « dermabrasions » à l’abdomen, une côte cassée, et cinq jours d’incapacité totale de travail. Le père explique que son fils a fait le mur pour aller jouer à la Playstation chez un copain ; en voyant les gendarmes, il a eu peur de se faire punir et de prendre une amende. Une plainte pour violences aggravées sur mineur de moins de 15 ans a été déposée. Le procureur de la République d’Orléans a expliqué : « Il s’agit d’une interpellation après course poursuite pédestre d’un jeune homme, qui, en violation du confinement, a refusé d’être contrôlé par les gendarmes et a pris la fuite après avoir mis sa capuche sur la tête ». L’adolescent de 13 ans devient « un jeune homme », et le port de la capuche est présenté comme une circonstance incriminante.

#Source Libération du 20/04

France, Tarn : une femme de 79 ans prend une amende pour être venu saluer son mari de 93 depuis l’extérieur de l’ehpad où il est pensionnaire

France, Tarn. Une femme de 79 ans prend une amende pour être venu saluer son mari de 93 ans depuis les pelouses extérieures d’un Ephad. Tous les jours elle vient lui écrire un mot sur une ardoise qu’elle tend devant se fenêtre. L’amende sera toutefois annulée quelques jours plus tard, sans doute face à la publicisation de cette verbalisation honteuse.

#0203 Source : lefigaro.fr

France : un cas de Covid19 annoncé au CRA de Vincennes, mobilisation des retenus.

France, Vincennes. Annonce d’un cas de COVID19 au centre de rétention de Vincennes. Les conditions de la rétention se sont énormément dégradées depuis le début du confinement, et les révoltes, à Vincennes comme ailleurs, sont quotidiennes, grèves de la faim, mobilisations collectives pour la libération de tous les retenus et dénonciation des conditions sanitaires.

#0119 Source : abaslescras.noblogs.org

France : les prisonniers fabriquent des masques de protection… auxquels ils n’ont pas droit !

France. Depuis le début du confinement, toutes les activités professionnelles et de formation ainsi que les parloirs ont cessé dans les prisons. Certains ateliers ont néanmoins rouvert pour la fabrication de masques de protection. Dans les prisons d’Arles (Bouches-du-Rhône) et Moulins-Izeure (Allier), les machines à coudre ont repris du service fin mars. Ensuite ont suivi les établissements pénitentiaires de Val-de-Reuil (Eure), Saint-Martin de Ré (Charente-Maritime), Valence (Drôme), Châteauroux (Indre) et Muret (Haute-Garonne). Aujourd’hui, 140 établissements confectionnent des masques. Dans les prochains jours, un atelier de couture ouvrira au sein de la prison de Perpignan (Pyrénées-Orientales), alors qu’un autre projet similaire est prévu à la prison marseillaise des Baumettes. “La participation du monde carcéral à la mobilisation nationale était à la fois une mesure exemplaire et un geste souhaité à la fois par les encadrants mais aussi par les détenus”, affirme Albin Heuman, directeur de l’agence de Agence du travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle des personnes placées sous main de justice.

Il est évident pour tout le monde que ce que souhaitent les détenus, c’est travailler à produire des masques auxquels ils n’auront pas accès, et pas être libéré de ces lieux d’enfermement avec le virus ! !

#0104 Source : francetv.info 09/04/2020

France : l’Etat dans un souci de réactivité étend à l’ensemble des préfets un droit de dérogation.

France. L’Etat, dans un souci de réactivité, a étendu à l ensemble des préfets un droit de dérogation. Expérimenté depuis 2 ans et demi sur une partie du territoire, il permet à ces hauts représentants de L’Etat en région de déroger ponctuellement aux réglementations nationales dans des domaines spécifiques : aménagement du territoire et politique de la ville, emploi et activité économique, environnement, agriculture, forêt. Ces dérogations peuvent avoir beaucoup d’importance en période d’urgence sanitaire, quand le pouvoir gestionnaire au plus près de chacun s’intensifie…

#0271 Paru sur le monde.fr le 8 avril 2020

France : la morgue de Rungis est confiée au groupe privé OGF, leader français des services funéraires.

France. La gestion de la morgue provisoire de Rungis a été confiée par l’Etat au groupe privé OGF, leader français du marché des services funéraires – et concurrent de PFF. Selon un document révélé par l’Agence France-presse (AFP), un « forfait de six jours » à 159 euros est prévu par OGF pour « l’admission et le séjour en condition de conservation du cercueil fermé et scellé ». En cas de dépassement du délai légal de six jours – récemment étendu à vingt et un jours par décret – pour inhumer un défunt, dépassement fréquent ces temps-ci, « la journée supplémentaire est facturée 35 euros ». En outre, un espace de recueillement est à la disposition des familles au prix de 55 euros pour « une heure maximum ».

#0119 Source : Le Monde du 08/04

France : 34 décès pour l’instant et 33 malades à l’Ehpad de Mougins, le groupe Korian fortement mis en cause.

France, Mougins. La tragédie annoncée à l’EHPAD “La Riviéra” de Mougins est en cours :34 personnes y sont mortes à ce jour. Parmi les personnes survivantes, 33 sont atteintes par le virus. Cet établissement est géré par le groupe Korian fortement mis en cause pour son absence de réaction et de protection des résidents et du personnel, ainsi que de l’absence d’information des familles. Le premier décès a lieu le 15 mars et pendant quinze jours, les personnes âgées meurent en silence à La Riviera. Rien ne filtre du drame qui se joue à l’intérieur. Jusqu’à ce que Nice Matin, alerté par des riverains, mène l’enquête et se fasse confirmer par l’ARS des informations sur le nombre de décès…

#0101 Source : mediapart.fr

France : mise en cause de la gestion des Ehpad du groupe Korian suite au décès d’une aide-soignante

France, Mulhouse. Une aide-soignante, âgée de 48 ans et mère de trois enfants, qui travaillait à l’Ehpad Korian La Filature à Mulhouse, est décédée dans la nuit de lundi à mardi. Bouleversés par ce drame, trois de ses collègues ont voulu témoigner. « Pour le 1er et le 2e étage, là où soi-disant, il y a les malades du Covid, on a une surblouse pour la journée et deux masques FFP2. Mais le souci, c’est que les résidents contaminés du 3e, 4e et 5e étages, ils attendent d’abord qu’ils aient 38-39 de fièvre avant de les descendre. Les filles qui sont dans les étages, elles sont confrontées au Covid sans équipement. Quand on demande à la directrice pourquoi, elle nous dit qu’elle n’en a pas suffisamment et qu’il faut en garder pour les filles du 1er et du 2e. Toute la maison est infectée. Même si la majorité des cas sont rassemblés au 1er et au 2e. Tous les personnels devraient être équipés à tous les étages. La situation est terrible et personne ne nous écoute. »

#0099 Source : lalsace.fr

France : situation alarmante dans les bidonvilles

France. Manque de nourriture, pas d’accès à l’eau : la situation sociale et sanitaire des 19 000 personnes vivant dans des bidonvilles s’aggrave. « il y a une véritable crise alimentaire, alerte Jean-Luc Tari, responsable de la mission bidonvilles de Médecins du monde . Environ 500 personnes, parmi lesquelles il y a des enfants et des femmes enceintes, n’ont plus rien à manger. Les gens vont mourir de faim, pas du coronavirus ». « Près de 80 % des personnes vivant en bidonville n’ont pas accès à l’eau, dénonce Clémentine Sinquin. Sans eau, les populations ne peuvent pas boire, se laver les mains, cuisiner, etc. C’est donc impossible de respecter les mesures d’hygiène et de prévention. » À Montreuil (Seine-Saint-Denis), l’annonce du confinement a vidé deux campements. Et deux autres, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), ont connu un scénario identique.

#0096 Source : L’humanité du 08/04/2020

France, Nimes : situation inquiétante au centre éducatif fermé où toutes les activités sont déjà suspendues depuis 4 mois

France, Nimes. La suspension totale des activités proposés aux jeunes incarcérés au centre éducatif fermé est prolongée alors qu’elle dure déjà depuis 4 mois. Durant l’état d’urgence sanitaire, les juges pour enfant peuvent prolonger jusque quatre mois les enfermements de mineurs qui arriveraient à terme…

#0080 Paru dans La Gazette de Nimes et sur Légifrance. 

France : suicide d’un étudiant étrangers de 23 ans sur le Campus d’HEC

France, Jouy-en-Josas. Un étudiant étranger de 23 ans s’est donné la mort durant la nuit de lundi en sautant du quatrième étage d’un bâtiment du campus d’HEC Paris. Au-delà de ce drame, les pompiers et premiers secours notent un changement de comportement de la population avec l’instauration du confinement. « Nous avons secouru une personne qui a tenté de se jeter du pont de Bougival et des mouvements d’agressivité dans la rue ou à domicile. On voit bien que cette situation est difficile à vivre pour tout le monde mais encore plus compliqué à gérer pour les plus faible d’entre nous ».

#0140 Source : leparisien.fr

France, Ile de France : inquiétude face à la situation sanitaire dans les foyers, des habitants du hangar squatté par d’anciens résidents du foyer Bara alertent sur leur situation sanitaire.

France, Ile de France. Inquiétude face à la situation sanitaire dans les foyers. A Montreuil des habitants du hangar squatté par d’anciens résidents du foyer Bara alertent sur leur situation sanitaire. « Un médecin du centre municipal de santé est passé les 26 et 30 mars, puis le 7 avril, explique Anne-Claire Mialot, préfète déléguée pour l’égalité des chances de Seine-Saint-Denis. Il a recensé trente personnes fragiles, parce que malades et-ou âgées, et huit suspectées d’être contaminées par le Covid, immédiatement “mises à l’abri” dans un hôtel à Bondy. » Mais, lors du dernier passage de ce médecin, aucun résident n’a accepté d’être examiné, car la crise du Covid réveille la crainte d’expulsion du squat, voire du pays, et parce que les résidents refusent d’être dispersés dans d’autres lieux d’hébergements . Le neuropsychologue Sébastien Bogajewski, responsable d’un collectif local de médecins libéraux qui a visité cinq des treize foyers de la ville, demande que le désir des résidents de rester ensemble soit respecté et que leur soient fournis les moyens de contrôler et d’améliorer leur situation sanitaire (masques, gel désinfectant, thermomètres et saturomètres). Selon le  préfet de la région, « sur 90 000 résidents dans les 300 structures collectives et centres d’hébergement de la région, seuls 737 cas suspects ou avérés ont été recensés. Il n’y a pas d’accélération », rassure-t-il en minimisant une situation très inquiétante. L’isolement des malades est prévu à travers la réquisition de 8 200 places d’hôtels dans la France entière, dont 5 500 en Ile-de-France. Quatre-vingts centres d’hébergement Covid, pour l’accueil des malades sans-abri ou provenant des centres d’hébergement mais n’ayant pas besoin d’être hospitalisés ont aussi été ouverts. En Ile-de-France, 150 des 445 places “Covid” sont occupées. Deux grands centres sportifs, l’Insep, dans le bois de Vincennes, et le Creps, à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), jouent aussi le rôle de sas pour extraire au plus vite les malades suspectés d’être infectés, le temps de les tester. Dans les foyers gérés par Adoma (88000 résidents) et Coallia (30 000), toutes les structures collectives ont été fermées.

#0162 paru sur lemonde.fr le 11 avril 2020

Allemagne, Brunswick. Une femme de 101 ans s’échappe de sa résidence pour personnes âgées pour fêter l’anniversaire de sa fille.

Allemagne, Brunswick. Une femme de 101 ans s’échappe de sa résidence pour personnes âgées pour fêter l’anniversaire de sa fille. La centenaire a pu s’échapper lundi après-midi en empruntant la sortie de secours, a précisé la police de Brunswick, ville du nord du pays, dans un communiqué. Retrouvée errant dans la rue par une patrouille de police, elle a commencé par nier vivre dans cette résidence située à proximité, affirmant habiter chez sa fille.

#0089 Paru sur cnews.fr le 7 avril 2020

Témoignages depuis les prisons américaines.

Etats-Unis. Deux témoignages depuis les prisons américaines :
Waupun CI : un médecin est atteint du COVID, les douches ont été réduites de 4 à 2 par semaine, il n’y a pas de nettoyage spécifique des espaces contrairement à ce qui avait été annoncé.

Columbia CI : deux gardiens sont infectés par le Covid-19 et les malades chroniques sont réunis dans la même unité sans possibilité d’appel des gardiens.

#0065 Paru sur Conforum.org le 4 mars 2020

France : le gouvernement étudie la possibilité d’utiliser l’intelligence artificielle pour éviter la deuxième vague de l’épidémie

France. Le gouvernement étudie la possibilité d’utiliser l’intelligence artificielle pour éviter la deuxième vague de l’épidémie. Ces procédés de traçage visent à établir une cartographie précise de l’épidémie en France, retraçant sa progression géographique et temporelle. Pour être efficace, cette intelligence artificielle a besoin d’être alimentée par des tests, qu’ils soient PCR (pour savoir si une personne souffre du Covid-19 à l’instant T) ou sérologiques (pour savoir si la personne a été touchée par le virus), et des données émanant de la géolocalisation dans les téléphones mobiles. L’autorisation de la Cnil est donc requise, et on sait combien de mesures de contrôle elle a déjà autorisé pour divers motifs supposés être plus important que la question des dites “libertés individuelles”. Le traçage se retrouve même considéré comme ayant la même fonction qu’un vaccin, sans effets secondaires… mais alors seulement pour l’organisme !

#0314 Paru sur Courrier International

France : situation inquiétante dans un ehpad proche de Belfort, la gestion sanitaire de la direction mise en cause

France, Belfort. La direction d’un EHPAD, situé près de Belfort, a été écartée par le département et l’agence régionale de santé (ARS). En cause, une gestion jugée trop légère face à l’épidémie. Deux visites de contrôle ont été réalisées en mars, mais l’établissement dénombre désormais 17 victimes. Les 115 résidents n’auraient pas été suffisamment confinés. L’établissement était dirigé par une association évangélique, Servir, qui n’a pas répondu aux sollicitations de la presse. Beaucoup craignent une hécatombe dans cet Ehpad. Selon le département, cinq résidents seraient entre la vie et la mort, tandis qu’une vingtaine d’autres présenteraient les symptômes du Covid-19.

#0092 Source : francetvinfo.fr

France : situation pour les mineurs gérés par l’Aide Sociale à l’Enfance

France. Plusieurs foyers d’hébergement de l’Aide sociale à l’enfance ont dû fermer leurs portes par manque de personnel. Dans les autres foyers, la situation qui concerne plus de 90 000 mineurs, est de plus en plus tendue. “Ce sont des enfants qui sont déjà fragiles, qui ont tendance à être instables ou violents. Donc, sans aucune activité et avec moins d’éducateurs que d’habitude, c’est explosif” reconnaît un éducateur référent de l’ASE dans le sud-ouest de la France. “Si un cas de Covid-19 est avéré dans l’un des foyers d’hébergement, on ne sait pas comment gérer”, avoue cet éducateur. Certains professionnels ont même décidé de dormir au travail pour éviter de contaminer leurs proches. Aucun chiffre national n’existe pour l’instant concernant le nombre de mineurs de l’ASE touchés par le Covid-19. Mais certains départements, comme ceux de l’Île-de-France font état de plus d’une vingtaine d’enfants diagnostiqués ou suspectés d’avoir le coronavirus. L’autre problème pour l’ASE, ce sont les visites à domicile dans les familles potentiellement violentes. D’habitude les éducateurs vont régulièrement sur place pour vérifier que tout va bien, mais avec le confinement le lien est totalement rompu. “Il n’y a plus l’école, qui pouvait faire remonter [des cas de violence familiale] et nous ne pouvons plus aller sur place pour sonder la situation. Dans les huis-clos familiaux, quand on va sortir du confinement, on va se rendre compte que des horreurs se sont passées.”

#0091 Source : francetvinfo.fr

France, Bordeaux : émeutes dans le quartier des Aubiers suite aux contrôles du confinement, les policiers sont attaqués et caillassés à coup de pavés.

France, Bordeaux. Emeutes dans le quartier des Aubiers suite aux contrôles du confinement, les policiers arrivés sur place sont attaqués et caillassés à coup de pavés. Ils finissent par devoir se retirer et avant de revenir avec une compagnie de CRS qui mettra trois bonnes heures à rétablir la situation. Un frigo jeté du toit manquera aussi de tomber sur les forces de l’ordre.

#0281 Source : valeurs actuelles.

La famille d’un résident de l’EHPAD porte plainte après son décès alors que 29 personnes sur 110 sont décédés du COVID19 depuis le début de l’épidémie

France, Mougins (Alpes Maritimes). La famille d’un résident de l’EHPAD “La Riviéra” tenue par le groupe KORIAN porte plainte après son décès alors que 29 personnes sur 110 sont décédés du COVID19 depuis le début de l’épidémie, sans qu’aucune mesure de dépistage du personnel ou des pensionnaires n’ait été mise en place. Le maire envisage de réquisitionner un hôtel pour y évacuer les résidents valides.

#0046 Source : rtl.fr/actu/bien-être

France, Montreuil. Un trentaine de personnes manifestent malgré le confinement depuis l’immeuble occupé par d’anciens résidents du foyer Bara, installés là après plusieurs expulsions

France, Montreuil. Un trentaine de personnes manifestent malgré le confinement depuis l’immeuble occupé par d’anciens résidents du foyer Bara, installés là après plusieurs expulsions. Derrière une banderole “Nous voulons des papiers et des logements”, la manif rejoint une boulangerie pour réceptionner 250 baguettes fournies en solidarité avec leur lutte. Ils dénoncent la précarité de leur situation, renforcée par les mesures de confinement et les difficultés sanitaires qu’ils vivent au quotidien.

#0158 Paru sur autonomiedeclasse.org

France. Le conseil d’Etat valide la prolongation de la détention provisoire sans intervention d’un juge.

France. Le conseil d’Etat valide la prolongation de la détention provisoire sans intervention d’un juge. Cette disposition exceptionnelle de l’état d’urgence sanitaire permet que les détenus non jugés, et donc présumés innocents, puissent ainsi être maintenus en prison au-delà du temps jusque là limité, deux ou trois mois de plus selon les cas, et six mois pour les procédures criminelles. Il s’agit d’éviter des annulations de procédures liées au retard pris dans les audiences à cause du manque de personnel en fonction, tout en maintenant refusant de libérer les prévenus…

#0047 Source : Le Monde du 04/04/2020

France. “La grande préoccupation, en ce moment, est la situation dans les foyers pour travailleurs migrants.”

France, Seine Saint Denis. Pierre-Etienne Manuellan, médecin depuis 1988 à Montreuil, explique : «Nous avons décidé, avec l’hôpital de la ville, que les personnes qui n’ont pas des logements décents ou qui n’ont pas les moyens de s’isoler resteraient à l’hôpital. Cela risque de faire du monde.» Sa grande préoccupation, en ce moment, est la situation dans les foyers pour travailleurs migrants. «C’est dramatique, s’énerve Manuellan. Vous pouvez imaginer l’état de ces établissements, où le virus circule alors qu’ils vivent à six dans des chambres conçues pour trois.»

#0027 Source : liberation.fr

France, Ile de France. Depuis le début de la crise du coronavirus, 29 personnes âgées ont trouvé la mort dans les 15 Ehpad gérés par la Ville de Paris

France, Ile de France. Depuis le début de la crise du coronavirus, 29 personnes âgées ont trouvé la mort dans les 15 Ehpad gérés par la Ville de Paris. Hier, la municipalité recensait 223 personnes malades du virus sur 2000 pensionnaires. Par ailleurs, chez le personnel, il manque une centaine de personnes (garde d’enfants, maladie) ce qui complique le fonctionnement des structures. Le préfet de la région Ile-de-France et préfet de Paris, Michel Cadot, sur proposition de la présidente LR de la région, Valérie Pécresse, vient de décider de réquisitionner le lycée Guillaume-Tirel pour “héberger et confiner dignement des personnes vulnérables et contribuer au desserrement des centres d’hébergements d’urgence franciliens”. Le lieu pourra accueillir une cinquantaine de personnes.

#0026 Le Parisien IDF du 03/04/2020

France, Jossigny. Des camions frigorifiques stationnent 24h/24 à proximité de l’entrée de la morgue de l’hôpital de Jossigny

France, Jossigny. Des camions frigorifiques stationnent 24h/24 à proximité de l’entrée de la morgue de l’hôpital de Jossigny. En milieu de semaine, deux camions sont arrivés et, depuis ce matin, vendredi 3 avril, les corps de victimes du coronavirus commencent à s’y entasser, faute de place dans la chambre mortuaire de l’établissement.

#0074 Paru sur magjournal77.fr vendredi 3 avril 2020

France : une ordonnance du ministère de la Justice prolonge les délais maximum de détention provisoire de trois à six mois selon la gravité des infractions.

France. Une ordonnance du ministère de la Justice prolonge les délais maximum de détention provisoire de trois à six mois selon la gravité des infractions. Nicole Belloubet, dans sa circulaire d’interprétation de l’ordonnance a décidé qu’en fait, “toutes” les détentions provisoires étaient “de plein droit” prolongées. D’un claquement de doigts, une circulaire vient de prolonger le titre de détention de 21000 détenus.

#0031 Source : Libération du 03/04/2020, “Qui es-tu, Nicole Belloubet, blablabla”

France, Ile de France. Réquisition d’un batiment de Rungis.

France, Ile de France. Face au grand nombre de décès survenus et à venir en Ile-de-France à cause du coronavirus, la préfecture de police de Paris a pris la décision de réquisitionner un bâtiment du marché de Rungis, dans le Val-de-Marne, pour le transformer en morgue. Les premiers cercueil seront accueillis le 3 avril. Lors de la canicule de l’été 2003, un entrepôt réfrigéré de Rungis avait déjà été réquisitionné, pour faire face au grand nombre de décès. Il s’agissait d’un lieu fermé de 4000 mètres carrés où la température ne dépasse pas les 5°C.

# 0023Paru sur BFM le 2 avril 2020

France : environ 9000 décès à domicile ne seraient pas comptabilisés dans les bilans nationaux

France. Environ 9 000 décès à domicile du Covid-19 ne sont pas comptabilisés dans les bilans nationaux, chiffre induit par le nombre très réduit de tests effectués, selon le syndicat des médecins généralistes. Ce chiffre vient d’une enquête menée auprès de plus de 2 300 généralistes sur l’occurrence, parmi leurs patients, de décès dus au Covid-19. Comme les tests ne sont pas effectués, il ne s’agit que de “suspicion” de la maladie.

#0371 Source francetvinfo.fr

France. Les premiers chiffres annoncés comme “encore partiels” des décès en comptabilisant les décès dans les EHPAD

France. Les premiers chiffres annoncés comme “encore partiels” des décès en comptabilisant les décès dans les EHPAD sont donnés par le ministère : 16638 cas et 884 décès, la région Grand Est est particulièrement touchée avec 411 EHPAD dans lesquels la présence du virus est avérée sur 620 établissements (soit 66 %).

#0035 Source : yahoo.news du 02/04

France, Douai. Un détenu est mort à la prison de Douai

France, Douai. Un détenu est mort à la prison de Douai. Selon le syndicat Ufap, il présentait des difficultés respiratoires et de la fièvre. Le SAMU a été appelé jeudi, mais ils n’ont pas pu le ranimer. Une autopsie doit être réalisée pour vérifier s’il est décédé du Covid 19 ou non.

#0016 Paru dans France Bleu début avril 2020

France. Un enfant de 6 ans est mort dans la nuit, deux jours après avoir été frappé par son père.

France. Un enfant de 6 ans est mort dans la nuit, deux jours après avoir été frappé par son père. Dans la presse, la maltraitance à l’origine du décès est liée à la situation de confinement. On ne saura jamais les scènes de terreur que des enfants subissent dans cette situation de confinement encore plus qu’à l’accoutumée, et sans recours extérieurs.

#0038 Source : Le Monde du 01/04/2020

France. Le chiffre (certainement sous-évalué) d’une hausse de plus de 30% des signalements pour violences conjugales circule dans la presse française.

France. Le chiffre (certainement sous-évalué) d’une hausse de plus de 30% des signalements pour violences conjugales circule dans la presse française. (Et personne ne peut évaluer les violences subies par les enfants dans le contexte du confinement).

#0036 Source : Europe 1, “comment aider les victimes de violences conjugales”

France, Guyane. Une mutinerie est survenue mercredi dans la prison de Remire-Montjoly en Guyane mais a été maîtrisée sans faire de blessés

France, Remire-Montjoly. Une mutinerie est survenue mercredi dans la prison de Remire-Montjoly (Guyane) mais a été maîtrisée sans faire de blessés, ni parmi la population carcérale ni le personnel. La mutinerie a eu lieu dans deux bâtiments de détention. 70 détenus ont refusé de réintégrer leur cellule et ont mis le feu à des matelas. Une centaine de gendarmes ont été dépêchés sur place, dont l’antenne locale du GIGN. Un agent a été “choqué d’avoir été enfermé dans un local après s’être fait dérober ses clefs”.

#0013 Paru dans Outre-mer360 en Avril 2020

France, Valdoie : premier ehpad à être mis sous tutelle suite à la découverte d’un nombre très élevés de décès

France, Valdoie. L’affaire de la Rosemontoise, ehpad de Valdoie près de Belfort éclate dans la presse. Le virus a coûté la vie à dix ­sept de ses résidents, et l’hécatombe s’est poursuivie par onze nouveaux décès pendant le mois d’avril. L’établissement devient le premier en France placé sous tutelle dans le cadre d’une procédure d’urgence sanitaire.

#0342 Source Le Monde du 24/04

France, Amiens : tags et incendie de plusieurs véhicules du SPIP (Service pénitentiaire d’insertion et de probation).

France, Amiens. Dans la nuit du 31 mars au 1er avril, plusieurs véhicules du SPIP (Service pénitentiaire d’insertion et de probation) sont incendiés (d’après la presse, deux fourgons permettant d’emmener les détenus au palais de justice et cinq voitures qui permettaient aux agents de se rendre chez les détenus placés en milieu ouvert). On retrouve aussi des tags : « Crève la justice, crève la taule, crève l’Etat et crève » ainsi qu’un A cerclé.

#0121 Source : France bleue du 01/04/2020

France, Charente maritime : mise en place du dispositif « Main-d’œuvre saisonnière, les réfugiés en renfort ! »

France, Charente maritime. Mise en place du dispositif « Main-d’œuvre saisonnière, les réfugiés en renfort ! » : on propose à des migrants ayant le statut de réfugiés de se porter volontaires pour travailler dans les champs, en échange… d’une expérience (et un peu d’argent, c’est à dire pas un salaire !). Il s’agit de faire face à la pénurie de main d’œuvre liée à la crise du coronavirus et à la fermeture des frontières qu’elle induit, en exploitant à moindre frais les plus précaires, auquel on refuse par ailleurs des titres de séjour pérennes. Tout le monde est supposé être content, surtout le dieu Travail qui gagne encore du terrain sur ” les assistés”. Chaque année, des Portugais, des Algériens, des Marocains ou des citoyens des pays de l’Est rejoignent habituellement les exploitations françaises pour le ramassage printanier des fruits et légumes. Avec la fermeture des frontières due au Covid-19, les effectifs sont affaiblis. Une soixantaine d’hommes, principalement originaires de la Corne de l’Afrique et des pays avoisinants se disent prêts à participer à l’opération. Ils ont manifesté leur intérêt auprès des cinq centres d’hébergement provisoires que compte la Seine-et-Marne.

#0453 Source la croix.com

France. Plusieurs associations demandent la remise en liberté urgente des quelque 900 personnes présentes dans les centres de rétention administrative en France.

France. Plusieurs associations demandent la remise en liberté urgente des quelque 900 personnes présentes dans les centres de rétention administrative en France. Des lieux, qu’elles jugent inadaptés aux mesures de protection contre le coronavirus prônées par le gouvernement.

#0031 Source : infomigrants.net

France. Pénurie de matériel de protection dans les services de psychiatrie

France. Pénurie de matériel de protection dans les services de psychiatrie. Les différentes agences régionales de santé qui fixent les priorités de distribution du matériel de protection sont chargés de la répartition. Or, “Pour les agences régionales de santé la psychiatrie n’est pas prioritaire”, “dans plusieurs régions la répartition des masques, solutions hydroalcooliques et kits de dépistage ne prévoit délibérément aucune attribution à la psychiatrie.”

#0043 Source : www.cglpl.fr

France. Le transport et la mise en bière d’un cadavre peuvent être réalisés sans déclaration préalable

France. Le transport et la mise en bière d’un cadavre peuvent être réalisés sans déclaration préalable, les délais d’inhumation peuvent ne pas être respectés par les pompes funèbres, il est désormais intégré dans la loi qu’un cadavre puisse être mis “dans un dépositoire” (et donc non plus seulement un crématorium ou lieu habituel) jusque six mois.
Ce décret est complété le 1er avril 2020 par le décret n°2020-384 qui interdit définitivement les soins de conservation et les toilettes mortuaires des corps des morts du coronavirus.

#0040 Source : décret n° 2020-352 portant adaptation des règles funéraires

France : recommandations de confinement renforcé dans les Ehpad

France. Le Gouvernement recommande très fortement aux directrices et directeurs d’EHPAD de renforcer les mesures de protection prévues par les premiers décrets de confinement, même en l’absence de cas suspects ou confirmés au sein de l’établissement. Dans le cadre de leur pouvoir d’organisation de leur service, les directrices et directeurs peuvent ainsi, après analyse avec le personnel soignant de l’état de santé des personnes et des risques encourus, décider d’une limitation des déplacements des résidents au sein de l’établissement, allant de l’interdiction des activités collectives et des prises de repas collectives à une limitation de l’accès aux espaces communs y compris les ascenseurs, jusqu’à un confinement individuel en chambre.

#0097 Source : solidarites-sante.gouv.fr.

France. Une ordonnance assouplit les conditions d’accueil des mineurs en centre d’hébergement

France. Une ordonnance assouplit les conditions d’accueil des mineurs en centre d’hébergement, en augmentant jusqu’à 120% la capacité d’accueil des centres et en diminuant le nombre d’encadrants nécessaires, avec les conséquences que l’on imagine pour les conditions de vies des enfants et adolescents qui se retrouvent dans cette situation.

#0037 Source : legifrance.gouv.fr

France, Lyon : les services de la mairie et la police expulsent des personnes qui avaient monté un campement sommaire sur la presqu’île de Lyon.

France, Lyon. Les services de la mairie et la police expulsent des personnes qui avaient monté un campement sommaire sur la presqu’île de Lyon. Les personnes sans abri ont été réveillés à 8 heures pour « une désinfection nécessaire liée au covid 19 », mais c’est en fait une opération d’expulsion. Les forces de l’ordre leur signalent l’existence de lieux d’hébergements, qui sont situés loin du centre et ne répondent à aucune garantie sanitaire puisque les personnes sont trois par chambre. Le collectif “Hébergement en Danger” avait alerté le 24 mars sur la situation des sans-abris à Lyon, en montrant comment les mesures liées au confinement empirent les conditions de vie concrète des les populations vivant à la rue ou en hébergement précaire (fermeture des accueils de jour, fermetures des permanences d’accès aux soins et au droits, suspension des équipes mobiles de psychiatrie et d’addictologie, arrêt de certaines maraudes alimentaire, fin des hébergements à la nuitée).

#0164 paru sur rebellyon.info le 11 avril 2020

France, Alsace : les patients sélectionnés en fonction de leur âge quand ils ont besoin d’être intubés

France, Alsace. “Les patients de plus de 80 ans, de plus de 75, certains jours même de plus de 70 ans ne peuvent plus être intubés car nous manquons tout simplement de respirateurs” regrette Brigitte Klinkert, présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin. En Alsace, sans fard, la gestion donne à voir la réalité du tri qu’elle opère : les patients atteints de convid19 bénéficiant de soins intensifs sont sélectionnés en fonction de leur âge.

#0367 Source courrierinternational.com

France. Des dérogations aux procédures pénales habituellement en vigueur permettent durant toute la durée de l’état d’urgence sanitaire


France. Des dérogations aux procédures pénales habituellement en vigueur permettent durant toute la durée de l’état d’urgence sanitaire :

  • des jugements rendus à juge unique au tribunal correctionnel, au tribunal pour enfants, et au tribunal de l’application des peines.
    • une augmentation des durées habituelles de détention provisoire – jusqu’à six mois en plus du maximum existant (et ce aussi pour les mineurs de plus de seize ans).
    • l’augmentation d’un mois des délais pour qu’une demande de mise en liberté soit examinée.
    • des aménagements de peine peuvent être décidés sans la présence physique de l’accusé.
    • des détenus condamnés à une peine inférieure ou égale à 5 ans, et qui n’ont plus que deux mois ou moins en prison à faire sont assignés à leur domicile en sortie anticipée et levée d’écrou (…sauf si ils ont participé/participent à une révolte en prison liée au contexte actuel) ; mais ils seront réincarcérés à la moindre contravention liée au confinement, voir avec une nouvelle peine d’emprisonnement en plus de la durée initiale.
    • le juge des enfants peut prolonger toute décision de justice qui se serait finie en ce moment concernant les mineurs poursuivis et condamnés, et ce sans aucune audience : soit prolonger jusque quatre mois les mesures de placement, jusque sept mois toute autre mesure

#0039 Source : ordonnance n° 2020-303 du 25 mars 2020 portant adaptation de règles de procédure pénale

France, Mansle (Charente): une partie du personnel d’une maison de retraite reste enfermé en permanence avec les 57 résidents dont aucun ne présente de symptôme du COVID19.

France, Mansle (Charente). Une partie du personnel d’une maison de retraite reste enfermé en permanence avec les 57 résidents dont aucun ne présente de symptôme du COVID19. Le directeur et 17 des salariés affirment dans la presse avoir décidé de rester confinés sur leur lieu de travail. Plusieurs autres EHPAD expérimentent cette situation.

#0025 Source : Le Parisien du 24 mars 2020

France. Le gouvernement décide que les résidents des Ephad seront confinés individuellement dans leur chambre

France. Le gouvernement décide que les résidents des Ephad seront confinés individuellement dans leur chambre, alors que les moyens humains font défaut et que les moyens nécessaires pour que la sécurité sanitaire des établissement soit envisageable ne sont pas distribués (masques, liquides de désinfection, etc.)

#0034 Source : alliancevita.org

France. Premières annonces officielles concernant les décès dus au COVID19 dans les EHPAD.

France. Premières annonces officielles concernant les décès dus au Covid19 dans les Ehpad. L’Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est et la préfecture des Vosges ont annoncé hier la mort de vingt résidents d’un Ehpad de Cornimont (Vosges) « en lien possible avec le Covid-19 », depuis le début de l’épidémie. A Thise (Doubs), près de Besançon, quinze résidents d’un Ehpad sont décédés depuis le dépistage des premiers cas le 5 mars. « Vingt-cinq résidents sur 70 ont de la fièvre et sont confinés dans leur chambre selon le maire », rapporte France 3 Bourgogne Franche Comté. A Saint-Dizier (Haute-Marne), ce serait treize personnes qui seraient mortes, selon un le média local PTV. Dans Le XIIe arrondissement de Paris, l’Ehpad Rothschild compterait une cinquantaine de cas confirmés et aurait déploré cinq décès. A Mauguio (Hérault), près de Montpellier, la presse locale faisait également état de cinq décès depuis le 10 mars, ainsi que d’une cinquantaine de cas suspects parmi les résidents. Dans l’Aisne, la presse faisait part d’un décès à l’Ehpad de la Mèche d’argent, à Coucy-le-château. Les principales fédérations du secteur (Fédération hospitalière de France, Fehap, Synerpa, AD-PA…) avaient adressé vendredi à Olivier Véran un courrier alarmiste, expliquant que l’épidémie « pourrait se traduire par plus de 100 000 décès dans l’éventualité d’une généralisation que nous n’osons imaginer » mais « qui n’est cependant pas exclue, en l’état actuel de notre organisation ».

#0004 Paru dans Libération le 24 mars 2020

France : alerte du personnel soignant à propos de la situation dans les hôpitaux psychiatriques

France. Alors le “plan Blanc” a été déclenché dans les hôpitaux dès le 6 mars, il a fallu attendre le 23 mars pour que des consignes soient élaborées à l’attention des établissements psychiatriques, sans donner de moyens concrets pour leur mise en œuvre. Pourtant, en France, près de 2,5 millions de personnes sont prises en charge en psychiatrie, en ambulatoire ou en hospitalisation. L’histoire nous invite malheureusement à la plus grande vigilance. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’abandon des populations psychiatriques avait entraîné la mort d’au moins 76 000 personnes au sein des hôpitaux psychiatriques censés les protéger, morts de faim, de froid et d’abandon. Les soignants alertent sur l’évolution de la situation, ainsi que sur l’extrême fragilité des patients, sujets à de nombreuses comorbidités qui rendent l’application des mesures sanitaires difficiles. Ils s’inquiètent aussi des conséquences à plus long terme de cette période de confinement, où les “gestes barrières” font revenir à une psychiatrie beaucoup moins humaine.

#0112 Source : Le Parisien du 23/03

France: des consignes gouvernementales données aux hébergements d’urgence médicalisés (les LHSS et les LAM) pour SDF font cesser toute activité autre que médicale,

France. Des consignes gouvernementales données aux hébergements d’urgence médicalisés (les LHSS et les LAM) pour SDF font cesser toute activité autre que médicale et toute possibilité de visite. Est préconisé si possible un isolement des patients atteints en chambres individuelles, ce qui n’est pas faisable dans certains centres. Un contaminé qui ne présente pas de risques trop graves doit être au maximum pris en charge au centre d’hébergement, plutôt que transféré dans un établissement de soin.

#0044 Source : solidarites-sante.gouv.fr

France, Uzerche: des dizaines d’incidents se sont de nouveau produits dans plusieurs établissements pénitenciers.

France, Uzerche. Des dizaines d’incidents se sont de nouveau produits dans plusieurs établissements pénitenciers. Au centre de détention d’Uzerche (Corrèze), une quarantaine de détenus ont brûlé des matelas sur le toit de la prison, a indiqué l’administration pénitencière à l’AFP, précisant que ce mouvement s’apparente à “une mutinerie”.

#0021 Source LCI

France, Mayotte : le centre de rétention administrative de Mayotte est désormais transformé en zone de quarantaine pour les ressortissants arrivant des Comores par “voie légale ou clandestine”.

France, Mayotte. Le centre de rétention administrative de Mayotte est désormais transformé en zone de quarantaine pour les ressortissants arrivant des Comores par “voie légale ou clandestine”. En effet, le virus vient de commencer à se répandre sur l’île et il est supposé avoir été amené par des ressortissants des autres îles des Comores.

#0358 Paru sur secours-catholique.org

France: des révoltes ont lieu dans plusieurs prisons, des détenus refusant de réintégrer leur cellule à l’issue des promenades.

France. Des révoltes ont lieu dans plusieurs prisons, des détenus refusant de réintégrer leur cellule à l’issue des promenades. Comme le mercredi précédent, des « refus de réintégrer » les cellules ont été notés à Béziers, à Sequedin près de Lille, aux Baumettes à Marseille, à Draguignan, au Mans, à Varenne-le-Grand (Saône-et-Loire), ou encore à Nanterre (Hauts-de-Seine), a indiqué la direction de l’administration pénitentiaire à l’AFP. D’autres prisons ont aussi connu des incidents ce jour-là, comme celle d’Aix-en-provence.

#0018 Source Ouest France le 22 mars 2020

France: on apprend que les chiffres des décès annoncés chaque soir ne prennent pas en compte les décès dans les Ehpad.

France. Chaque jour depuis le début du confinement, le Directeur général de la Santé, le Professeur Jérôme Salomon, fait un point sur la propagation de l’épidémie du Covid-19 en France, égrainant en particulier le nombre de morts quotidien. Le vendredi 20 mars, il précise que les chiffres annoncés concernaient uniquement les décès “en milieu hospitalier”, tandis que la presse et des témoignages de soignants faisaient chaque jour état de décès constatés dans les EHPAD et non comptabilisés, dans des proportions inquiétantes.

#0032 Source : L’Humanité du 20/03/2020, “Ephad – Chroniques d’une catastrophe annoncée”

France: le “Plan Bleu”, créé suite à la canicule de 2003, est activé dans les EHPAD.

France. Le “Plan Bleu”, créé suite à la canicule de 2003, est activé dans les EHPAD. La mise en place est progressive et décidée au niveau régional en liaison avec les directeurs des structures d’accueil des personnes âgées. Ce “Plan Bleu”, qui accompagne le “Plan Blanc” dans les hôpitaux, prévoit des renforts de personnels et un réapprovisionnement de matériel sanitaire (qui tardera à venir, voire ne viendra pas…), et surtout la limitation des visites (qui deviendra très vite interdiction totale). Certains EHPAD se ferment dès cette date aux proches des résidents, d’autres limitent les visites à une après-midi par semaine, parfois avec interdiction d’entrée des enfants.

#0009 Source: Or Gris

France, Cornebarrieu. Le juge des libertés et de la détention vient d’ordonner la libération de 10 personnes étrangères retenues au CRA (Centre de Rétention Administrative ) de Cornebarrieu, près de Toulouse.

France, Cornebarrieu. Le juge des libertés et de la détention vient d’ordonner la libération de 10 personnes étrangères retenues au CRA (Centre de Rétention Administrative ) de Cornebarrieu, près de Toulouse.

#0087 paru sur france3-regions.francetvinfo.fr le 10 mars 2020

France : conduite à tenir en cas de Covid19 dans les Ehpad

France. Le Gouvernement transmet aux établissements médico-sociaux accueillant des personnes âgées et handicapées une conduite à tenir prévoyant notamment qu’en cas d’apparition de cas suspect ou confirmé de malades du COVID 19 au sein des établissements, des mesures d’organisation internes doivent être adoptées immédiatement : structuration d’un secteur dédié et isolé pour les résidents concernés ; si le bâtiment ne le permet pas, organisation d’un confinement des résidents en chambre.

#0096 Source : solidarité-santé.gouv.fr

France, Grasse: la suspension des parloirs déclenche une mutinerie à la prison de Grasse.

France, Grasse. La suspension des parloirs déclenche une mutinerie à la prison de Grasse. D’après la presse, deux groupes de prisonniers ont réussi à se rejoindre en cassant des portes et se sont retrouvés dans des zones intermédiaires de la prison d’où ils ont pu accéder aux toits et jeter des pierres sur les surveillants. Les gardiens ont tiré, tirs considérés par la presse comme “de sommation” . Vers 14h, les détenus avaient réintégré leur cellule.

#0014 Paru dans 20Minutes le 17 mars 2020

France : révolte des retenus du centre de rétention de Lille-Lesquin

France, Lille-Lesquin. Les retenus du centre de rétention de Lille-Lesquin font parvenir le communiqué suivant : ” Vendredi, le 13/03/2020, nous avons appris qu’au moins un cas de coronavirus a été confirmé au sein du CRA. Si la personne a été évacuée, aucune mesure n’a été prise pour notre sécurité vis-à-vis de l’épidémie. Les policiers de la Police aux Frontières (PAF) ont des gants et des masques, et nous, rien. Nous avons donc décidé d’arrêter de fréquenter les espaces collectifs du centre de rétention, afin de nous protéger, ce qui implique le réfectoire. Nous ne mangeons donc plus depuis maintenant trois jours pour beaucoup d’entre nous.” et “Pour notre survie et le respect de nos droits, nous exigeons la liberté immédiate de toutes les personnes enfermées au CRA de Lesquin et dans tous les centres de rétention !” Le communiqué est à lire ici.

#0115 Source : abaslescras.noblogs.org

France: le Gouvernement décide de la suspension intégrale des visites de personnes extérieures dans les EHPAD

France. Le gouvernement décide de la suspension intégrale des visites de personnes extérieures à l’établissement dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPAD, USLD, résidences autonomies, résidences services) et les établissements d’hébergement pour personnes en situation de handicap.

#0045 Source : solidarites-sante.gouv.fr