Espagne, Canaries : l’archipel est devenu une prison à ciel ouvert avec plus de 16 000 migrants arrivés depuis le début de l’année qui s’y retrouvent coincés

Espagne, Canaries. L’île de Grande Canarie fait face à un important afflux de migrants, avec plus de 16 000 arrivées depuis le début de l’année, six fois plus qu’en 2019 et des milliers de personnes se retrouvent coincées dans l’archipel parce que les expulsions sont de fait impossibles en raison de la fermeture des frontières. Les transferts vers le continent sont quasi inexistants et ne concernent que les personnes dites “vulnérables” (femmes, enfants, malades). En réalité les transferts sont très rares et aléatoires. Les Canaries sont devenues une prison à ciel ouvert. La Croix-Rouge gère l’accueil dans les hébergements où se retrouvent enfermés les migrants. Le gouvernement espagnol laisse pourrir la situation en attendant de pouvoir expulser une majorité des migrants débarqués récemment sur l’île.

#1711 Source infomigrants.net

Espagne, Barcelone. : la circulation a été bloquée sur la Gran Via par des barricades de pneus enflammées, en soutien aux prisonniers et prisonnières en grève de la faim tournante dans plusieurs prisons

Espagne, Barcelone. La circulation a été bloquée sur la Gran Via, une des entrées principales de la ville, par des barricades de pneus enflammées, en soutien aux prisonnier-e-s en grève de la faim tournante dans plusieurs prisons. Un texte solidaire est à lire ici.

#1721 vu sur barcelona.indymedia.org

Espagne : les manifestations émeutières contre le durcissement des mesures de gestion de la pandémie se multiplient dans plusieurs régions du pays

Espagne. Les manifestations émeutières contre le durcissement des mesures de gestion de la pandémie se multiplient dans plusieurs régions du pays. Les premiers affrontements et pillages ont eu lieu dans un quartier populaire de Séville, puis Burgos, Santander, Valence et Saragosse. Samedi des émeutes, affrontements et pillages se sont étendus à une vingtaine de villes au total dont Vitoria, Logroño, Madrid, Guadalajara, Séville, Grenade, Cartagène et Barcelone où 700 personnes ont manifesté contre les restrictions qui comprennent notamment un couvre-feu à partir de 22h00 et une interdiction de quitter la ville pour le week-end de la Toussaint. A Barcelone, les autorité font état d’une vingtaine de policiers blessés et de douze personnes, dont deux mineurs, interpellées.

#1608 Source Leparisien.fr

Espagne : le gouvernement mobilise 2000 soldats pour renforcer ses opérations de traçage, mesure présentée comme un moyen d’éviter à tout prix le retour à un confinement généralisé

Espagne. Le gouvernement mobilise 2.000 soldats pour renforcer ses opérations de traçage, afin de pallier un manque de moyens humains dans les régions les plus touchées. Ce renforcement des possibilités de contrôle est présenté comme le moyen d’éviter à tout prix le retour à un confinement généralisé trop coûteux pour l’économie.

#1466 vu sur www.courrierinternational.com

Espagne, Madrid : la rentrée se prépare avec un ratio d’élèves par classe diminué de 25 à 20 et l’installation de 6 000 caméras à l’intérieur des établissements et des classes

Espagne, Madrid. La rentrée se prépare avec un ratio d’élèves par classe diminué de 25 à 20 et une rentrée échelonnée du 4 au 18 septembre, ce qui implique l’embauche de 11 000 enseignants. Le masque est obligatoire dès 6 ans et un coordinateur COVID sera nommé dans chaque établissement. La possibilité d’un enseignement à distance est aussi préparée par l’achat de 70 000 ordinateurs. Mais le plus frappant reste l’installation de 6 000 caméras à l’intérieur des établissements et des classes pour que les élèves confinés puissent suivre les cours en ligne.

#1463 vu sur www.telemadrid.es

Espagne, les Canaries : au moins 20 personnes sont mortes en deux jours sur la route migratoire des Canaries

Espagne, Les Canaries. Au moins 20 personnes sont mortes en deux jours sur la route migratoire des Canaries. Les corps ont été récupérés dans le cayuco situé à 130 km de Grande Canarie ainsi que onze survivants qui ont été transférés au port d’Arguineguín. Jusqu’à présent ce mois-ci, 127 immigrants ont perdu la vie ou ont disparu lorsqu’ils voulaient rejoindre la côte des îles Canaries en bateau, et 359 y sont parvenus. En août, sept personnes sont mortes lors du naufrage d’un bateau à Tarfaya (Maroc); dix autres lorsqu’un autre bateau a fait naufrage à Dakhla (Sahara) et le 6 août, 27 personnes sont mortes de faim et de soif dans un bateau à la dérive situé à Nouadhibou (Mauritanie). Ce jour-là également, un bateau pneumatique avec 63 personnes à bord qui cherchaient depuis trois semaines a été porté disparu. Selon les données du ministère de l’Intérieur, au 15 août de cette année, 3448 immigrants sont arrivés aux îles Canaries à bord de 144 bateaux, contre 556 personnes arrivées de cette manière en 2019.

#1440 vu sur www.eldiario.es

Maroc/Epagne, Mellila : parmi les 300 migrants qui ont forcé la frontière, 50 ont réussi à passer et un migrant est mort en tombant de la clôture barbelée de 4 mètres de haut

Maroc/Epagne, Mellila. Un migrant tentant de passer en Espagne par la frontière marocaine est décédé alors que l’Espagne fait face à un nouvel afflux de migrants par l’enclave de Melilla. Il serait mort alors qu’il tentait avec environ 300 migrants en situation irrégulière, de passer du côté espagnol de la frontière en tombant de la clôture de barbelés de 4 mètres de haut qui fait office de frontière. Selon le rapport des autorités, 50 migrants ont réussi à passer du côté espagnol, et huit migrants et trois agents de la gendarmerie qui sont intervenus dans l’incident, ont été légèrement blessés.

#1445 vu sur www.aa.com.tr

Espagne, Madrid : des centaines de manifestants ont défilé contre le port obligatoire du masque et les autres mesures anti-Covid19, aux cris de «le virus n’existe pas»

Espagne, Madrid. Des centaines de manifestants ont défilé contre le port obligatoire du masque et les autres mesures anti-Covid19, aux cris de «Le virus n’existe pas», «Le masque tue» ou «Nous n’avons pas peur» et «Liberté !». De nombreux manifestants ne portaient pas de masques, bien que ce soit obligatoire en public en Espagne. Cette manifestation intervient deux jours après que le gouvernement a annoncé de nouvelles restrictions, dont la fermeture des discothèques et l’interdiction de fumer là où il est impossible de se tenir à moins de deux mètres les uns des autres.

#1427 vu sur www.cnews.fr

Espagne, Murcia : un migrant de 42 ans originaire du Nicaragua et travaillant comme saisonnier dans une plantation de pastèques est mort de déshydratation

Espagne, Murcia. Un migrant de 42 ans originaire du Nicaragua et travaillant comme saisonnier dans une plantation de pastèques est mort de déshydratation. Comme dans la plupart des ces exploitations agricoles, il devait travailler des heures sous un soleil de plomb, apparemment sans eau. Les patrons de l’exploitation n’ont pas appelé d’ambulance et ne l’ont secouru que très tardivement, attendant que tout le monde ait fini de travailler pour l’emmener. Il a ensuite été abandonné à l’extérieur d’un centre de soin alors qu’il était inconscient. Il est décédé peu après. Dans ces plantations de pastèques, le travail dure de 7 heures du matin à 18 heures en plein soleil et le salaire dépend du rendement de l’ouvrier et tourne autour de 5 euros de l’heure. Six euros sont déduits pour les frais de transport en camionnette… « On est humiliés ici. Ils me traitent d’âne, ils me crient dessus, ils me disent que je suis lent », s’était plaint la personne qui est décédée auprès de sa sœur lors d’un appel téléphonique. Les forces de l’ordre ont interpellé samedi soir un Équatorien de 50 ans, propriétaire de l’agence de travail temporaire qui avait engagé le défunt. Le propriétaire de l’exploitation comme les responsables sur place le jour du drame n’ont pour l’instant pas été inquiétés. Le rapatriement du corps coûtera quelques 5000 euros à sa femme et ses enfants restés au Nicaragua…

#1389 vu sur www.lematin.ch

Espagne, Huelva : suite à une série d’incendie touchant les logements de migrants saisonniers dans l’agriculture, l’ONU alerte sur leurs conditions de logements et de travail, ainsi que sur leur situation sanitaire

Espagne, Huelva. Suite à une série d’incendie touchant les logements des travailleurs saisonniers dans l’agriculture à Lepe et Lucena del Puerto qui laisse plus de 170 personnes à la rue, un expert indépendant des Nations Unies à Genève alerte sur le condition de vie et de travail des travailleurs saisonniers, particulièrement en période de pandémie et enjoint les gouvernements locaux espagnols à améliorer immédiatement « les conditions déplorables que les travailleurs migrants saisonniers endurent dans les bidonvilles autour des comtés de culture de fraises en Espagne avant que les gens ne meurent ». En juin dernier, le Rapporteur spécial avait déjà demandé aux autorités de veiller à ce que les travailleurs migrants se voient garantir des conditions décentes, notamment l’accès à des soins de santé adéquats, qui répondent aux normes internationales. Un mois plus tard, la situation ne cesse de se détériorer quotidiennement « de manière alarmante » et aggravée par la pandémie de Covid-19.

#1325 vu sur ledesk.ma

Espagne, Catalogne : le reconfinement d’une zone autour de la ville de Lérida, à 150 km de Barcelone, décidé par le gouvernement de Catalogne a été supendu

Espagne, Catalogne. Le reconfinement d’une zone autour de la ville de Lérida, à 150 km de Barcelone, décidé par le gouvernement de Catalogne a été supendu par la justice au niveau national en Catalogne. Selon ce jugement, la région outrepasse ses compétences en limitant la liberté de mouvement des citoyens, car cette décision relève de « la compétence de l’Etat » espagnol. C’est la première fois depuis la fin du confinement en Espagne qu’une décision de reconfinement était prise dans le pays. La zone concernée avait déjà été isolée du reste de la Catalogne samedi dernier, afin que les habitants n’en sortent pas.

#1183 vu sur www.20minutes.fr

Espagne, Maroc : 7 200 travailleurs migrants, principalement des travailleuses saisonnières marocaines, sont bloquées en Espagne dans des conditions invivables, un groupe de 15 femmes a organisé une manifestation à Cartaya, Huelva

Espagne, Maroc. 7 200 travailleurs migrants, principalement des travailleuses saisonnières marocaines se considèrent comme « abandonnées » par le Maroc en Espagne et appellent à l’aide. Arrivées en Espagne pour cueillir des fruits en mars, elles sont prises au piège depuis la fin du mois de mai sans pouvoir rentrer chez elles parce que le Maroc a fermé ses frontières. Leurs conditions de vie sur place deviennent de plus en pus précaires. Jeudi, un groupe de 15 femmes a organisé une manifestation à Cartaya, Huelva.
Le ministère marocain des affaires étrangères a annoncé que ses frontières seraient rouvertes aux citoyens et aux résidents à partir du 14 juillet, mais on ne sait pas encore si ces mesures seront utiles aux femmes en détresse, car les ferries à destination du Maroc partiront exclusivement des ports de Sète, en France, et de Gênes, en Italie, qui sont tous deux à plus de 1 000 km de la province espagnole de Huelva. Les voyageurs, tant sur les ferries que sur les vols de retour vers le Maroc, devront également fournir un test de diagnostic du coronavirus datant de moins de 48 heures. Beaucoup de femmes travaillent dans des régions isolées et n’ont pas les moyens de se rendre dans les aéroports, de prendre l’avion ou de se faire tester. L’Espagne et le Maroc ont signé un accord en 2001 accordant aux travailleuses saisonnières des visas temporaires pour récolter des fruits en Espagne. Le gouvernement espagnol a prolongé les permis de séjour des femmes jusqu’en septembre mais sans rien faire pour rendre possible leur vie quotidienne. Depuis qu’elles se sont manifestées quelques mesures d’aide d’urgence ont été prises, sans résoudre la situation. Beaucoup habitent dans des lieux très précaires, des hangars où il fait une chaleur étouffante, sans eau.

#1194 vu sur moroccomail.fr

Espagne. La catalogne annonce le reconfinement de 200 000 personnes dans la région alentour à Lérida.

Espagne. La catalogne annonce le reconfinement de 200 000 personnes dans la région alentour à Lérida. Cette décision fait suite à une augmentation des cas recensés dans la zone. Les regroupements de plus de 10 personnes sont interdits ainsi que les visites dans les EHPADs. Les personnes arrivant se voient controlés par leur température et un fichage spécial.

#1115 vu sur ouest-france

Espagne, Barcelone : deux nouvelles prisons vont être construites dans la zone franche de Barcelone.

Espagne, Barcelone. Deux nouvelles prisons vont être construites dans la zone franche de Barcelone. C’est le résultat d’un accord entre l’exécutif catalan et le consistoire de Barcelone. L’objectif de la concentration des prisons dans la zone de libre-échange est de faire disparaître ce type d’espace du centre de la ville.

#1124 vu sur metropoliabierta.com

Espagne, Mellila : des familles de migrants tunisiens bloqués dans cette enclave espagnole ont fait un sit-in devant l’ambassade d’Espagne en Tunisie pour exiger que leurs proches soient autorisés à pénétrer en Espagne.

Espagne, Mellila. Des familles de migrants tunisiens bloqués dans cette enclave espagnole en Afrique du Nord, ont fait un sit-in devant l’ambassade d’Espagne en Tunisie pour exiger que leurs proches soient autorisés à pénétrer en Espagne. Elles dénoncent le « traitement humiliant » qu’ils subissent dans le centre de Melilla où plus de 800 migrants d’origine tunisienne sont en détention, dont certains depuis plus d’un an, dans des conditions déplorables. Certains d’entre eux ont entamé une grève de faim, d’autres se sont automutilés en se cousant la bouche. Les proches dénoncent l’absence d’intervention de la Tunisie face à cette situation.

#0981 vu sur leconomistemaghrebin.com

Espagne : 8.442 personnes ont été interpellées depuis le 14 mars pour non-respect des mesures de confinement, plus d’un million de sanctions ont été prononcées

Espagne. Le ministère de l’Intérieur indique que 8.442 personnes ont été interpellées du 14 mars au 20 mai pour non-respect des restrictions imposées par l’état d’urgence sanitaire dont 1.227 par la Garde civile, 2.548 par les polices locales, 547 par les Mossos d’Esquadra (police régionale de Catalogne), 320 par la police du Pays Basque, 26 par la police de Navarre, et une par la police des Canaries, a précisé le ministère dans un communiqué. Plus d’un million de sanctions ont été prononcées contre des personnes accusées d’avoir enfreint les règles de confinement. Les amendes oscillent entre 300 et 600.000 euros. Le port du masque est devenu obligatoire à partir de six ans, dans les espaces fermés, ainsi que sur la voie publique quand il n’est pas possible de garder la distance de sécurité de deux mètres minimum, sous peine d’une amende comprise entre 601 et 30.000 euros.

#0741 Source mapexpress.ma

International : un mot d’ordre de grève internationale des livreurs de Glovo, Uber Eats, Rappi et d’autres applications de services de livraison à domicile a débuté le 22 avril, les débrayages sont toujours en cours

International. Une grève internationale des livreurs de Glovo, Uber Eats, Rappi et d’autres applications de services de livraison à domicile a débuté le 22 avril. Des livreurs d’Équateur, du Brésil, d’Argentine, du Pérou, du Costa Rica, du Guatemala, du Mexique et d’Espagne y participent déjà. Avec les quarantaines dues au coronavirus, l’achat de repas en ligne a augmenté, tout comme le taux de chômage. Être livreur est devenu l’une des rares options d’emploi disponibles, car c’est l’un des rares marchés du travail qui se développe actuellement, dans des conditions de plus en plus inacceptables. Rien qu’en mars, l’application iFood a reçu 175 000 candidatures, soit deux fois plus qu’en février. Au Brésil, ces mobilisations sont étroitement liées aux grèves d’autres travailleurs qui doivent continuer de travailler pendant la pandémie, comme les opérateurs de centres d’appels et les professionnels de la santé, dont les emplois ont été décrétés services essentiels mais qu’on prive de conditions de travail sûres. Les débrayages sont toujours en cours. Le 14 mai, des livreurs de repas de Vitória, la capitale de l’État d’Espírito Santo, ont organisé une manifestation pour fermer l’application iFood pendant deux heures. À Jundiaí, dans l’intérieur de l’État de São Paulo, des travailleurs appellent leurs collègues de tout le Brésil à se joindre à une grève le 30 mai.

#0753 Source wsw.org

Europe : la crise sociale et économique succède à la crise sanitaire, de plus en plus de catégories de personnes sont pris en charge pour des aides d’urgence

Europe. La crise sociale et économique prend le re­lais de la crise sanitaire, et elle n’épargne pas l’Europe. Médecins Sans Frontière intervient se voit pour la première fois depuis sa création en 1971, au Royaume­ Uni et en Allemagne. En Italie, en France, en Espa­gne et en Belgique, la demande d’aide d’urgence a déjà augmenté de 20 % à 25 %. Ces aides concernent dé­sormais des nouvelles populations qui ont perdu leur emploi – ou un job précaire – avec la fermeture des bars, restaurants et commerces, et dont les conditions de loge­ment sont devenues sour­ces aggravantes de contamination.

#0624 Source Le Monde du 14/05

Espagne : aucun véritable bilan national officiel sur les décès dans les ehpad, les informations qui sortent sont inquiétantes, par exemple 71 décès dans un seul ehpad près de Madrid

Espagne. Les informations sur les décès dans les ehpad sortent au compte goutte, sans véritable bilan national. Ces décès ajouteraient environ un tiers au nombre total des morts. Dans beaucoup d’établissement, le bilan est catastrophique, on apprend par exemple aujourd’hui dans la presse qu’à Nuestra Señora del Carmen, au nord de Madrid, 71 pensionnaires morts depuis le début de l’épidémie.

#0505 Source Le Monde du 05/04

Espagne, Madrid : la vitrine d’une succursale de Bankia a été brisée et une voiture de la compagnie de sécurité privée “Sécuritas direct” a été incendiée.

Espagne, Madrid. Deux attaques contre le contrôle et la répression ont eu lieu à Madrid : le 29 avril, la vitrine d’une succursale de Bankia dans le quartier d’Entrevías a été brisée et la même semaine une voiture de la compagnie de sécurité privée «Securitas Direct» a été incendiée. Les communiqués respectifs de ces attaques sont à lire ici et ici.

#0612 Source contramadriz.espivblogs.net

International : le site Crimethinc propose un recueil d’autocollants, affiches et tags provenant d’Autriche, du Brésil, du Chili, de France, d’Allemagne, de Grèce, du Mexique, de Slovénie, d’Espagne et des États-Unis, en lutte contre la pandémie et sa gestion.

International. Le site Crimethinc propose un recueil d’autocollants, affiches et tags provenant d’Autriche, du Brésil, du Chili, de France, d’Allemagne, de Grèce, du Mexique, de Slovénie, d’Espagne et des États-Unis, en lutte contre la pandémie et sa gestion. On peut le consulter ici.

#0726 Source fr.crimethinc.com

Espagne : les décès des Ehpad sont très mal comptabilisés, les évaluations des régions s’élèvent à près de 12 000 décès depuis le 8 mars.

Espagne. La presse révèle que les décès du Covid19 dans les Ehpad ne sont pas pour l’instant sérieusement comptabilisés dans les décomptes officiels. Les estimations fournies par les régions autonomes, qui en assument la gestion, montent à près de 12 000 pensionnaires qui seraient morts du Covid19 dans ces centres depuis le 8 mars. Des « chantage et menaces » ont été rapportés par une soignante de la résidence Orpea Loreto, à Madrid, qui assurait avoir recensé 16 morts depuis le 8 mars dans l’Ehpad où elle travaille, pour un seul décès de Covid­19 alors reconnu par le centre. Début avril, la région de Madrid a d’ailleurs pris le contrôle de treize centres privés se trouvant dans « une situation critique ». La région de Valence a fait de même avec le centre Domus Vi d’Alcoy au sujet duquel des proches de résidents se sont plaints de n’avoir aucune information.

#0343 Source Le Monde du 24/04

Espagne, Barcelone : tags en solidarité avec les prisonnières de la prison Wad Ras

Espagne, Barcelone. Tags en solidarité avec les prisonnières de la prison Wad Ras. Wad Ras est une prison où sous prétexte du Coronavirus des mesures restrictives ont été prises contre les détenues, mais pas les mesures sanitaires suffisantes pour prévenir les contagions des matons envers les prisonnières. La situation à l’intérieur est particulièrement dure. Le texte intégral du communiqué est à lire ici.

#0178 Source : paru sur Indymedia Barcelone le 3 avril 2020

Espagne, Madrid: les militaires sont chargés de pénétrer dans les chambres de l’hôpital et d’emporter les cadavres des malades qui s’y trouvent

Espagne, Madrid. Les militaires sont chargés de pénétrer dans les chambres de l’hôpital et d’emporter les cadavres des malades qui s’y trouvent (et ainsi de libérer des lits), avant de les transporter vers ce qui est devenu la nouvelle grande morgue de Madrid : la patinoire.

#0075 Sourcer libération.fr le 24 mars 2020

Espagne : un convoi de personnes âgées atteintes du Coronavirus ainsi que son escorte policière attaqué par de habitants

Espagne, La Linea de la Concepcion. Dans le sud du pays, des incidents ont eu lieu au passage de plusieurs ambulances transportant des personnes âgées atteintes du coronavirus. Les ambulances transportant 28 personnes âgées atteintes du coronavirus vers une résidence où elles devaient être prises en charge ont été caillassées. “Plusieurs jeunes se sont rassemblés dans la ville pour empêcher l’arrivée du convoi d’ambulances qui amenait les personnes âgées”, selon la police. “Ils ont lancé des pierres et insulté les ambulances à leur passage et ont mis une voiture en travers de la route pour empêcher leur passage’, a ajouté la police qui a interpellé deux personnes de 32 et 25 ans. “Les agents ont dû établir un périmètre autour de la résidence pour contrôler un groupe d’une cinquantaine de personnes”, a ajouté la police, selon laquelle deux engins explosifs artisanaux ont été lancés sur les forces de l’ordre et des poubelles ont été brûlées.

#0093 Source : Sudouest.fr.

Espagne : révolte au centre de rétention d’Aluche (Madrid)

Espagne, Madrid. Révolte au CIE (Centre de rétention) de Aluche. Les retenus font sortir le communiqué suivant : ” Aux juges, à la presse, aux journalistes, aux citoyen.ne.s de Madrid, par la présente nous vous informons de notre situation actuelle, aujourd’hui 17 mars 2020, dans un moment de pandémie mondiale. Notre état de santé est en grand danger, parce qu’il y a beaucoup de détenus avec des symptômes de cette pandémie qu’on appelle Coronavirus.” Lire l’intégralité du communiqué ici

#0114 Source : abaslescras.noblogs.org

Espagne: plusieurs mouvements de révolte éclatent dans de nombreuses prisons espagnoles à l’annonce des mesures de confinement

Espagne. Plusieurs mouvements de révolte éclatent dans de nombreuses prisons espagnoles à l’annonce des mesures de confinement (notamment l’annulation des visites). À Brians, plus de cent prisonniers ont entamé une grève de la faim. À la prison de Fontcalent (Alicante), un important groupe de prisonniers, après s’être vu refuser du matériel de protection, se sont barricadés dans la cours et ont brulé des objets divers en criant “Liberté!”, refusant de quitter la cour et attaquant les gardiens.

#0059 Source : actforfree.nostate.net