Corée du Sud, Séoul : un syndicat dénombre quatorze livreurs morts de surmenage cette année parce qu’ils ont dû gérer un volume de colis nettement plus élevé en raison de la pandémie de coronavirus

Corée du Sud, Séoul. Un syndicat dénombre quatorze livreurs qui sont morts de surmenage cette année parce qu’ils ont dû gérer un volume de colis nettement plus élevé en raison de la pandémie de coronavirus, le dernier décès ayant eu lieu cette semaine avec le décès d’un employé de CJ Logistics Corp qui s’est effondré alors qu’il faisait une courte pause entre deux courses. Un livreur s’est aussi récemment suicidé après avoir laissé une note sur les conditions difficiles dans lesquelles il avait travaillé. Ces décès sont décrits comme «kwarosa» par les familles, un terme coréen utilisé pour désigner la mort subite due à une insuffisance cardiaque ou à un accident vasculaire cérébral résultant d’un travail acharné. L’entreprise, qui compte 20 000 livreurs, a présenté des excuses publiques pour la mort de cinq de ses employés, promettant d’améliorer les conditions de ses coursiers et d’indemniser les familles. Le gouvernement envisage de réglementer davantage les conditions de travail des livreurs, mais la plupart des contrats signés par les travailleurs le sont avec des agents indépendants qui agissent comme intermédiaires, plutôt qu’avec l’entreprise elle-même, les laissant hors du droit du travail.

#1625 vu sur www.straitstimes.com

Corée du Sud : des employés payent 80 euros par jour pour être enfermés dans des conditions carcérales dans le but d’éviter le burn out

Corée du Sud. Des employés payent 80 euros par jour pour être enfermés dans des conditions carcérales dans le but d’éviter le burn out. La Corée du Sud est un de pays où les salariés cumulent le plus grand nombre d’heures de travail au monde et comme c’est mauvais pour la santé, des méthodes expéditives pour éviter le burn out sont mises en place, comme l’isolement volontaire du travail et de la vie sociale dans des cellules de 4 m2 équipées à cet effet. Les règles y sont dignes de l’univers carcéral. Les portes sont fermées à double tour pour éviter toute tentation. Le téléphone est confisqué et aucun contact avec l’extérieur n’est autorisé.

#1481 vu sur www.francetvinfo.fr

Corée du Sud, Srilanka : face à la recrudescence de cas de tests positifs au covid19, pour la plupart diagnostiqués en ville, les deux pays reprennent des mesures de confinement partiel.

Corée du Sud, Srilanka. Face à la recrudescence de cas de tests positifs au covid19, pour la plupart diagnostiqués en ville, les deux pays reprennent des mesures de confinement partiel. Pendant que l’Europe se déconfine, le virus continue à être de plus en plus meurtrier en Amérique du Sud et en Afrique, en particulier dans les zones de bidonvilles et les quartiers pauvres, et revient à la charge dans certains pays d’Asie.

Security guard guarded the close market in Dhaka city during government-imposed lockdown as a preventive measure against the COVID-19 coronavirus in Dhaka, Bangladesh on April 05, 2020.

#0830 Source leparisien.fr

Corée du Sud, Séoul : le traçage des personnes infectées oblige plusieurs milliers de personnes à faire savoir qu’elles fréquentent des boîtes de nuit gay.

Corée du Sud, Séoul. Le traçage des personnes infectées et de leurs trajets en Corée rend public qu’un jeune homme porteur du virus a parcouru les boutiques du quartier branché d’Itaewon à Séoul et circulé dans différentes boîtes de nuit gay avant de recevoir mercredi un diagnostic de covid-19. Les lieux de vie nocturne qu’il a visités ont été publiés en ligne, et les personnes qui les ont fréquentés sont appelées à se faire tester. Le maire de Séoul s’inquiète du fait qu’environ 3000 personnes sur plus de 5500 personnes identifiées comme ayant visité les boîtes de nuit d’Itaewon pendant cette semaine-là ont fourni de faux numéros de téléphone ou n’ont pas répondu aux appels des autorités. Ceux qui n’ont pas pu ou pas voulu être contactés seront recherchés grâce aux données de localisation des enregistrements de cartes de crédit et aux images des caméras de sécurité. Le maire a déclaré que les forces de l’ordre iraient les chercher chez eux.

#0580 Source ledevoir.com

Corée du Sud : contrôle avec bracelets électroniques des personnes infectées qui ne respectent pas le confinement.

Corée du Sud. Les personnes qui ne respectent pas l’auto-confinement imposé aux individus infectés seront équipés de bracelets électroniques connectés à leur téléphone portable via une application pour s’assurer qu’ils respectent le couvre-feu et restent à proximité de leur téléphone portable.

#0208 Source : 20minutes.fr

Hongkong, Taïwan, Singapour, Chine, Corée du Sud : dans plusieurs pays d’Asie, des dispositifs de traçage et de contrôle de la population sont mis en place pour lutter contre la propagation du virus

Hongkong, Taïwan, Singapour, Chine, Corée du Sud. Dans plusieurs pays d’Asie, des dispositifs de traçage et de contrôle de la population sont mis en place pour lutter contre la propagation du virus comme des bracelets électroniques contrôlant les déplacements des personnes en quarantaine ou des SMS d’avertissement permettant la recherche des itinéraires des cas suspects. Ces dispositifs se présentent soit comme complémentaires au confinement de l’ensemble de la population, soit comme des alternatives à cette solution.

““`Lire la suite