La Corée du Nord a abattu un pêcheur Sud-Coréen qui se trouvait à bord d’un navire qui naviguait à proximité de l’île frontalière occidentale de Yeonpyeong

Corée du Nord. La Corée du Nord a abattu un pêcheur Sud-Coréen qui se trouvait à bord d’un navire qui naviguait à proximité de l’île frontalière occidentale de Yeonpyeong. L’homme a été tué puis incinéré avec de l’essence enflammée dans l’eau pour éviter une épidémie de coronavirus. Le commandant des forces américaines en Corée du Sud a affirmé que les autorités nord-coréennes ont donné l’ordre d’abattre les personnes qui tenteraient d’entrer dans le pays depuis la Chine, afin d’empêcher tout risque d’épidémie de coronavirus. Une « zone tampon » à la frontière a été créée, avec des soldats des forces spéciales prêts à tirer. La Corée du Nord a fermé ses frontières fin janvier, au moment où l’épidémie explosait en Chine, et a imposé des restrictions drastiques à sa population, notamment un confinement strict à des milliers de personnes.

#1553 vu sur ouest-france.fr

Corée du Nord, Kaesong : Kim Jong Un ordonne l’isolement totalement la ville de Kaesong près de la frontière en annonçant qu’un premier cas de covid aurait été détecté

Corée du Nord, Kaesong. Selon les médias d’Etat, Kim Jong Un a ordonné d’isoler totalement la ville de Kaesong près de la frontière avec la Corée du Sud parce qu’une personne aurait été détectée comme susceptible d’être infectée par le coronavirus. D’après la propagande gouvernementale, il s’agirait d’une personne qui serait entrée illégalement en Corée du Nord à travers la ligne de démarcation avec la Corée du Sud. Le franchissement de cette frontière gardée par des dizaines de milliers de militaires en passant à travers des champs de mines antipersonnel sur 4 km est particulièrement périlleux, voire impossible. C’est le premier cas de Covid annoncé par le gouvernement qui se prétendait complètement protégé de la propagation du virus. Le dirigeant du pays annonce que face à ce premier cas suspect, il resserrera le contrôle sur la population. Le commandant des forces américaines en Corée a déclaré que le virus avait probablement en fait déjà atteint la Corée du Nord. Contrairement à la frontière fortement militarisée de la Corée du Nord avec la Corée du Sud, la frontière de 880 milles du pays avec la Chine est poreuse – et les commerçants du marché noir qui ont traversé pendant des années des deux côtés ont été considérés comme une source plus probable d’introduction du virus.

#1289 vu sur bloomberg.com

Corée du Nord : l’insécurité alimentaire a explosé alors que 40% de la population était déjà en grande précarité avant la crise sanitaire

Corée du Nord. Depuis l’épidémie du coronavirus l’insécurité alimentaire a explosé en Corée du Nord où une partie de la population souffre de la faim. La frontière avec la Chine est fermée depuis le 21 janvier, par où passent 80 % de ses approvisionnements. La terrible famine du milieu des années 1990 avait provoqué la mort de plus d’un million de Nord-Coréens. La situation alimentaire s’étant considérablement améliorée à la fin des années 2000, il n’y a plus de famine en Corée du Nord, mais l’insécurité alimentaire demeure dans certaines provinces du centre du pays. De nombreux témoignages de réfugiés au Sud font état d’une flambée des prix et d’une détérioration inquiétante de la situation alimentaire. Le Programme alimentaire mondial (PAM, agence de l’ONU) estime que 40 % de la population nord-coréenne était déjà en insécurité alimentaire avant la crise du coronavirus.

#0972 vu sur www.la-croix.com