Liban : des banques et des commerces ont été attaqués et pillés au cours de manifestations émeutières qui se poursuivent depuis plusieurs jours

Liban. Le soulèvement entamé le 17 octobre a repris depuis la fin du confinement avec plus de vigueur encore. Tout le week-end, les affrontements ont été violents entre manifestants et forces de l’ordre alors que la population a de plus en plus de mal à se nourrir. À Tripoli, la révolution qui avait commencé en chansons se poursuit désormais à coups de cocktails Molotov et de balles en caoutchouc. À Beyrouth aussi, des dizaines de personnes ont défilé pacifiquement dans le centre-ville, reprenant les slogans du mouvement déclenché le 17 octobre 2019 contre une classe dirigeante presque inchangée depuis des décennies, avant que des centaines de jeunes hommes arrivés sur des scooters ne se mettent à jeter pierres et panneaux de signalisation sur les forces de l’ordre. Des banques et des commerces ont été attaqués et pillés au cours de manifestations émeutières qui se poursuivent depuis plusieurs jours. L’armée libanaise a annoncé lundi avoir arrêté 36 personnes pour des actes de vandalisme.

#0962 vu sur AFP, réseaux sociaux