Japon : les soignants et leurs enfants, ainsi que les malades, assimilés à la contagion du virus, sont ostracisés

Japon. Les soignants et leurs enfants, assimilés à la contagion du virus, se retrouvent ostracisés à travers tout le pays dans des proportions inouïes. En parallèle, le manque de personnel a poussé l’hôpi­tal Namihaya d’Osaka, qui compte une centaine de malades, à forcer deux infirmières, pourtant contaminées, à venir travailler. Beaucoup d’hôpitaux refusent des malades par peur d’avoir mauvaise réputation : durant le mois d’avril, presque 2 000 personnes se sont vues refuser l’accès à un établissement de soin et ont dû faire cinq hôpitaux différents avant de trouver une place. Un octogénaire a dû être hospita­lisé à 350 km de chez lui, à Tokyo, où il est mort. « Même si nous décidons à notre niveau d’accepter un patient, la di­rection peut refuser », explique un médecin des soins intensifs. Les établissements privés redou­tent de devoir fermer. L’hôpital Kosei de Tokyo a dû cesser toute activité pendant un mois pour désinfection, après la découverte d’un malade atteint du Covid­19. Les patients habituels pourraient ne plus revenir parce que l’image d’un hôpital qui a eu un cas de Covid se retrouve dégradée.

#0658 vu dans Le Monde du 16 mai 2020.