International : une experte dénonce à l’ONU la généralisation de l’utilisation des drones armés sans dispositifs d’encadrement légaux

International. Une experte dénonce à l’ONU la généralisation de l’utilisation des drones armés et le fait que cet usage ne soit pas encadré par des dispositifs légaux internationaux. Environ 40 pays disposent ou sont en train de se procurer des drones armés. Le monde est, à ses yeux, entré dans une nouvelle « ère des drones » dans laquelle un « large éventail d’acteurs étatiques et non étatiques déploient des drones toujours plus avancés » sur le plan technologique. Elle estime qu’au moins 102 pays utilisent actuellement des drones militaires, et environ 40 disposent déjà ou sont en train de se procurer des drones armés. 35 d’entre eux sont dotés des drones armés considérés comme les plus meurtriers. Depuis 2015, au moins 11 pays (Israël, l’Iraq, l’Iran, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la Turquie, les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Egypte, le Nigéria et le Pakistan) auraient déployé des drones armés, y compris pour recourir à la force en commettant des assassinats ciblés. De tels drones ont aussi été déployés pour suivre les manifestations contre le racisme et la police aux Etats Unis. Elle estime par ailleurs qu’une vingtaine d’acteurs non étatiques disposeraient de systèmes de drones armés et non armés. Il s’agit notamment de « l’Armée nationale libyenne », du « Harakat Tahrir al-Sham », du « Djihad islamique palestinien », des transfuges militaires vénézuéliens, du « Partiya Karkerên Kurdistanê », du groupe « Maute », du cartel de « Jalisco Nueva Generación », des rebelles houthis et du groupe « Etat islamique ».

#1171 vu sur news.un.org