International, Etats Unis : un grand nombre de salariés des compagnies de croisières sont enfermés depuis plus de deux mois sur les bateaux, certains ne sont plus payés; une grève de la faim a débuté et trois suicides ont eu lieu

International, Etats Unis. Sur certains bateaux de croisière, des marins et employés sont confinés depuis deux mois sans avoir pu en sortir. Au lieu de les rapatrier en avion, les compagnies choisissent le moyen le moins coûteux, c’est-à-dire de les faire naviguer pendant des mois vers leurs pays d’origine, certains restent aussi bloqués dans des ports. La moitié d’entre eux ne sont même plus payés. Selon les garde-côtes américains, 104 bateaux de croisière se trouvent actuellement au large des États-Unis, avec près de 72 000 membres d’équipage à bord au total. A bord du Navigator of the Seas, bloqué au port de Miami, des marins ont entamé une grève de la faim afin de pouvoir retourner à terre. « Nous avons le sentiment d’être tous pris en otage », a confié l’un d’eux à la presse. « La compagnie (Royal Caribbean) doit comprendre que nous ne sommes pas des cartons de nourriture que l’on peut bouger ici et là. » Trois employés confinés sur des navires se seraient récemment suicidés. Une Ukrainienne de 39 ans s’est jetée par-dessus bord, au large de Rotterdam. Elle était confinée sur le Regal Princess, de la compagnie Princess Cruises, propriété du géant des croisières Carnival. Le navire s’apprêter à rapatrier son personnel à bord. Deux autres membres d’équipage de bateaux de croisière sont morts ces derniers jours dans des circonstances floues. Un homme s’est apparemment suicidé samedi à bord du Carnival Breeze, qui naviguait entre les Bahamas et l’Europe, où son équipage devait débarquer. « Sa mort n’est pas liée au Covid-19, mais par respect pour sa famille, nous ne donnerons pas plus de détails », a commenté un porte-parole du groupe Carnival. Un employé d’un autre bateau, le Jewel of the Seas, est mort le 2 mai après être passé par-dessus bord.

#0719 Source fr.news.yahoo.com