Grèce, Nea Smyrni : les habitants d’un campement Rom résistent à une ordonnance de quarantaine, et refusent que les personnes testées positives soient évacuées par la police

Grèce, Nea Smyrni (Larissa). Les habitants d’un campement Rom situé en Grèce centrale près de Larissa résistent à une ordonnance de quarantaine, et organisent de violentes manifestations en réponse aux mesures prises à leur encontre et contre la stigmatisation dont ils font l’objet. Depuis que 35 personnes y ont été testées positives, le gouvernement a ordonné une quarantaine du campement et l’évacuation des personnes infectées par le coronavirus. Les habitants ont résisté en érigeant des barricades enflammées et des bennes à ordures ont été incendiées. Un journaliste local a été caillassé et frappé au visage. Les responsables de la santé qui se sont déplacés sur place ont été chassés. Le gouvernement déclare qu’une nouvelle opération sera menée prochainement pour évacuer les personnes infectées et ont renforcé les patrouilles autour du campement pour faire respecter la quarantaine. Un des manifestants a expliqué que des tests sérologiques avaient montré que les autres personnes sur le campement ont développé les anticorps pour résister au virus, mais les responsables de la santé rejettent les résultats, considérant que les dépistages ne sont pas fiables. La police fait le siège du campement et menace de faire des arrestations si les malades ne sont pas évacués. Ce camp avait déjà été mis en quarantaine pour 15 jours le 11 avril dernier.

#0663 Source voanews.com