France, Sottenville-lès-Rouen : une enquête administrative a été lancée à Sotteville-lès-Rouen pour « propos injurieux et diffamatoire » contre plusieurs agents de l’hôpital psychiatrique du Rouvray pour avoir dénoncé le manque de masques

France, Sottenville-lès-Rouen. Une enquête administrative a été lancée à Sotteville-lès-Rouen pour « propos injurieux et diffamatoire » contre plusieurs agents de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, en pleine crise du coronavirus. On leur reproche des posts et des likes sur les réseaux sociaux dénonçant le manque de masques. Tout est parti d’une publication Facebook datée du 30 mars et de prises de positions tenues sur média 76actu. La page des “Blouses noires” (groupe créé à l’occasion de précédents mouvements de protestation contre les réformes de l’hôpital) diffusait une note interne de la direction dans laquelle il était écrit que les masques portés par les soignants devaient être mis à sécher et réutilisés. Le port du masque pour les patients potentiellement atteints du Covid-19 y est jugé « inutile ». Des soignants se retrouvent très vite en procédure disciplinaire et judiciaire pour avoir diffusé et commenté cette page. « C’est une chasse aux sorcières menée à l’arrache pour nous faire taire. », constate un autre membre du personnel. Tous reconnaissent que la situation s’est améliorée depuis la divulgation de la note interne. Le centre psychiatrique affirme avoir, le 31 mars, « réceptionné une dotation de 25 300 masques chirurgicaux », « mais nos patients n’ont toujours pas de masques », s’inquiète une employée. Selon la presse, au 19 avril, trois patients ont été testés positifs au Covid-19 et une soixantaine d’agents du Rouvray présentent les symptômes de la maladie.

#0300 Source : actu.fr