France, Perpignan : l’œdicnème criard, une espèce d’oiseau protégée, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire…

France, Perpignan. Un couple de petits oiseaux d’une espèce protégée, des œdicnème criard, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire de Perpignan à proximité de Mas de la Guarrigue. Le site est déjà constructible, et les voix d’accès et les réseaux sont installés parce qu’Ikéa envisageait de s’y implanter il y a quelques années. La présence de ce petit oiseau a été détectée lors de l’inventaire obligatoire mené sur le site pour y recenser la faune et de la flore et, en tant qu’espèce protégée, il ne peut pas être tué ou chassé des lieux. La seule solution pour commencer le chantier est d’obtenir un arrêté qui autorise son élimination. La communauté urbaine de Perpignan aurait déjà fait des propositions auprès de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) pour proposer des “compensations environnementales” à cette destruction programmée, au nom de l’urgence de cette construction à cause de la vétusté de la prison actuelle.France, Perpignan. Un couple de petits oiseaux d’une espèce protégée, des œdicnème criard, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire de Perpignan à proximité de Mas de la Guarrigue. Le site est déjà constructible, et les voix d’accès et les réseaux sont installés parce qu’Ikéa envisageait de s’y implanter il y a quelques années. La présence de ce petit oiseau a été détectée lors de l’inventaire obligatoire mené sur le site pour y recenser la faune et de la flore et en tant qu’espèce protégée, il ne peut pas être tué ou chassé des lieux. La seule solution pour commencer le chantier est d’obtenir un arrêté qui autorise son élimination. La communauté urbaine de Perpignan aurait déjà fait des propositions auprès de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) pour proposer des “compensations environnementales” à cette destruction programmée, au nom de l’urgence de cette construction à cause de la vétusté de la prison actuelle.

#1363 vu sur www.francebleu.fr