France, Paris : les 100 livreurs sans papiers de Frichti qui n’ont rien obtenu suite à l’accord signé fin juillet entre la CGT et la direction continuent la mobilisation

France, Paris. A la fin du mois de juillet, la moitié des 200 livreurs sans-papiers de Frichti ont obtenu l’accès à une procédure de régularisation après une grève de six semaines, suite à un accord qui n’a satisfait que la CGT et la presse qui a aussitôt titré sur “la fin du conflit”. Pourtant, les cent coursiers, arbitrairement écartés de cette procédure, poursuivent grève et manifestations. La start-up, tout en dénonçant des cas isolés en provenance d’un sous-traitant, a fait intervenir de nombreux agents de sécurité pour bloquer l’accès à ses locaux à tous ceux qui ne disposaient pas de papiers ce qui n’a fait que démontrer qu’ils étaient en réalité beaucoup plus nombreux que la direction ne l’affirmait. Par ailleurs la question de l’obligation de se déclarer comme travailleur indépendant pour être employé, et le fait que ce statut n’ouvre pas de droit à la régularisation n’a pas été résolu par l’accord signé fin juillet.

#1434 vu sur www.nouvelobs.com