France, Marseille : des détenus du centre de rétention administrative du Canet refusent collectivement de se rendre au réfectoire depuis deux jours

France, Marseille. Dans la suite des grèves de la faim qui ont commencé dans des centres de rétentions à Nîmes, Toulouse, où encore Vincennes, les personnes détenues au centre de rétention administrative du Canet refusent collectivement de se rendre au réfectoire depuis deux jours. Ils protestent contre le traitement administratif absurde de leur dossier. Il sont retenus alors qu’il ne seront pas expulsés à cause du Covid-19, ce qui les mets dans la situation de subir l’équivalent d’une peine de prison en restant enfermé le maximum du délai autoriser pour les expulser. De plus les conditions sanitaires sont déplorables, comme dans la plupart des centres de rétentions français, et les mettent directement en danger. La presse évoque des distances de sécurité qui ne sont pas “tolérables” au réfectoire comme dans les chambres, ainsi que le non-respect des gestes barrières les plus élémentaires. Ces grèves de la faim sont très inquiétantes, puisque les détenus se mettent en danger dans une situation de grande insalubrité, ce qui témoigne d’un désespoir et d’une gravité de la situation à ne pas prendre à la légère. La solidarité par rapport à ce que vivent les migrants dans le monde entier est plus que jamais nécessaire !

#1417 vu sur www.laprovence.com