France : les prisonniers fabriquent des masques de protection… auxquels ils n’ont pas droit !

France. Depuis le début du confinement, toutes les activités professionnelles et de formation ainsi que les parloirs ont cessé dans les prisons. Certains ateliers ont néanmoins rouvert pour la fabrication de masques de protection. Dans les prisons d’Arles (Bouches-du-Rhône) et Moulins-Izeure (Allier), les machines à coudre ont repris du service fin mars. Ensuite ont suivi les établissements pénitentiaires de Val-de-Reuil (Eure), Saint-Martin de Ré (Charente-Maritime), Valence (Drôme), Châteauroux (Indre) et Muret (Haute-Garonne). Aujourd’hui, 140 établissements confectionnent des masques. Dans les prochains jours, un atelier de couture ouvrira au sein de la prison de Perpignan (Pyrénées-Orientales), alors qu’un autre projet similaire est prévu à la prison marseillaise des Baumettes. “La participation du monde carcéral à la mobilisation nationale était à la fois une mesure exemplaire et un geste souhaité à la fois par les encadrants mais aussi par les détenus”, affirme Albin Heuman, directeur de l’agence de Agence du travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle des personnes placées sous main de justice.

Il est évident pour tout le monde que ce que souhaitent les détenus, c’est travailler à produire des masques auxquels ils n’auront pas accès, et pas être libéré de ces lieux d’enfermement avec le virus ! !

#0104 Source : francetv.info 09/04/2020