France : de nombreux incendies et tirs de mortiers d’artifices sur les policiers pour le 14 juillet, pas de chiffres officiels.

France. Ni la Place Beauvau ni la préfecture de police de Paris n’ont souhaité cette année encore communiquer le bilan chiffré des dégâts de la soirée et de la nuit du 13 au 14 juillet. Les bilans chiffrés des violences urbaines du 14 juillet, de noêl ou du nouvel ans ne sont plus publics. La presse a cependant établi son propre bilan sur la base de sources policières locales et judiciaires. De nombreux affrontements avec les forces de l’ordre et des guets-apens ont eu lieu. Cette nuit, de nombreux assaillants ont usé de mortiers d’artifice contre les forces de l’ordre comme à Paris contre des CRS dans le 18ème, le 20èm et le 19e arrondissement où une personne a été interpellée suite au fait que le mortier a atterri sur un balcon. Dans le 18e arrondissement et le 20e, les policiers ont fait face aux mêmes armes. Au moins quatre gardiens de la paix ont été blessés. Un scooter a foncé sur un barrage de police. La BAC 75-nuit a fait usage du LBD à 114 reprises et utilisé plusieurs dizaines de grenades lacrymogènes et de désencerclement. Selon le parquet de Paris, sept personnes ont été placées en garde à vue cette nuit, dans le cadre de trois procédures distinctes pour violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique. En banlieue parisienne, un gymnase a été incendié à Nanterre suite à des tirs de mortiers d’artifice et un bus de la RATP a été entièrement brûlé, une vingtaine de voitures ont été détruites par les flammes ainsi qu’une dizaine de deux-roues. Dans le Val-de-Marne, une vingtaine de véhicules a été incendiée. La police a procédé à près d’une soixantaine d’interpellations. Trois policiers ont été blessés légèrement, dont un par des éclats de mortier. Dans les Yvelines cinq policiers ont été blessés et plus de vingt véhicules brûlés. En Seine-Saint-Denis, outre les voitures incendiées, les sapeurs-pompiers ont été pris à partie à plusieurs reprises notamment à Bagnolet où ils intervenaient pour des incendies de poubelles. A Bondy un nombre important de voitures ont brûlé – entre quinze et vingt – et le véhicule personnel du nouveau maire a fait l’objet d’un jet de projectile qui a atteint la vitre arrière. À Montreuil, vers 3 heures, un policier de la BAC a reçu un tir en plein visage, à la cité de l’Amitié. Dans l’Essonne, un policier a été mis KO par un mortier d’artifice tiré à bout portant.

#1191 vu sur amp.lepoint.fr