France : dans un grand nombre de prisons françaises, des détenus fabriquent des masques pour 0,05 euros l’unité, qu’ils n’ont pas le droit de porter… l’initiative vantée comme “un effort de solidarité des détenus” fait partie du “projet Résilience” (sic) présenté par le gouvernement le 5 mars

France. Dans un grand nombre de prisons françaises maintenant, des détenus fabriquent des masques, 5 000 par jour, à grand renfort de communication sur le thème “les détenus sont solidaires de l’effort national” et “ils se sentent utiles pour la nation”. Ce sont les seuls ateliers qui ont été maintenus et généralisé pendant le confinement. L’initiative s’inscrit dans le cadre du “projet résilience” présentée par le gouvernement le 25 mars. Comme toujours en prison, la réalité en toute autre : les détenus travaillent dans ces ateliers pour pour 5 euros bruts de l’heure soit à peu près 0,05€ par masque fabriqué et 26€ par journée pour un contremaître. Ils fabriquent des masques auxquels ils n’ont pas droit (20% d’entre eux sont pour… les surveillants), alors que le gouvernement se glorifie d’avoir baissé la surpopulation carcérale à 97% par quelques libérations de détenus en fin de peine et que les détenus sont toujours plusieurs par cellules à subir les conséquences du confinement, sans véritable changement avec le déconfinement du 11 mai (les parloirs n’ont pas véritablement repris par exemple). Dans la maison d’arrêt de Coutance dans la Manche, à partir de cette semaine, les détenus vont devoir laver au quotidien les masques que la direction fournit désormais aux surveillants ! Aux Etats Unis, c’est aussi la population carcérale qui est utilisée pour creuser les fosses communes et fabriquer les cercueils pour gérer l’épidémie…

#0639 Source divers articles de presse, actupenit et l’oip