France : dans les foyers pour personnes handicapées, une directive a indiqué de placer sous sédatifs les résidents malades confinés sur place s’il n’était pas possible de leur faire respecter les mesures sanitaires

France. Dans un article qui fait le point sur la manière dont s’est déroulé le confinement et la crise sanitaire dans les foyers pour personnes handicapées, on apprend entre autre qu’une directive proposait de placer sous sédatifs les résidents malades confinés sur place s’il n’était pas possible de leur faire respecter le confinement. Par ailleurs, on peut lire aussi qu’au sein des foyers de l’Oise, des personnes sont « décédées à l’hôpital après avoir été accueillies là-bas » sans préciser s’il s’agit d’encadrants ou d’handicapés. « Je ne vous en dirais pas plus, je ne suis pas habilitée » poursuit la personne interrogée. Comme dans les Ehpad, il est très difficile, en particulier pour les proches, de savoir ce qui se passe globalement dans les structures où leurs proches sont confinées et le personnel a la consigne de ne pas divulguer ces informations. L’Unapei, la première fédération française d’associations de défense des intérêts de personnes handicapés mentale, a publié un communiqué face aux premiers cas graves et aux décès, fustigeant le Samu, pour qui « le niveau d’autonomie et de dépendance devient un critère d’admission ou non à l’hôpital » et un directeur de foyer affirme qu’il a été demandé ” de ne pas leur envoyer les personnes malades pour soulager les hôpitaux”. D’autre part, plus encore que les hôpitaux ou les Ehpads, le secteur du handicap a été fortement touché par le manque de matériel de protection sanitaire. Dans un autre communiqué fin mars, l’Unapei a dénoncé que 1.500 des « foyers de vie et d’hébergement » qu’elle gère ne sont pas répertoriés sur les listes des agences régionales de santé (ARS). « Ces foyers internalisés ne sont donc pas approvisionnés en matériel de protection », écrit l’association.

#1433 vu sur www.streetpress.com