France, Clichy/Paris : malgré l’interdiction préfectorale, plusieurs dizaines de milliers de personnes se rassemblent devant le Tribunal de Paris contre le racisme et la police, à l’appel de la famille d’Adama Traoré ; des manifestants bloquent le périphérique et le commissariat de police de Clichy est attaqué

France, Clichy / Paris. Plusieurs dizaines de milliers de personnes se rassemblent devant le Tribunal de Paris contre le racisme et la police, à l’appel de la famille Traoré, suite au versement au dossier judiciaire d’une expertise qui confirme qu’Adama Traoré est bien mort d’asphyxie sous le poids des policiers lors d’une interpellation par placage ventral. Dans le contexte des émeutes aux Etats Unis suite à la mort de Georges Floyd dans des circonstances similaires, une foule nombreuse se réunit malgré l’interdiction préfectorale et envahit le parvis du tribunal et les rues à l’entour. Aux environ de 21h, les premières tensions éclatent entre manifestants et forces de l’ordre et, très vite, la foule se disperse sous les gazs et les tirs de LBD, partant en manifestations sauvages dans des directions éparses, brûlant des barricades sommaires (notamment de trottinettes Lime…) sur son passage. Quelques magasins, banques, supermarchés et du mobiliers urbain, ainsi que le commissariat de la police municipale de Clichy sont attaqués dans la foulée. Des manifestants se dirigent vers le périphérique et le bloquent, d’autres tiennent le pavé et font fuir la BRAV sous une pluie de projectile divers, empêchant une arrestation en cours. Des motos de voltigeurs auraient été incendiées. Le lendemain, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, déclare à la presse que “chaque faute, chaque excès, chaque mot, y compris des expressions racistes” ferait “l’objet d’une enquête, d’une décision, d’une sanction”.

#857 Source anonyme