France, Calais : les services de l’Etat et de la police ont expulsé plus de 500 migrants d’une zone industrielle. Les associations humanitaires parlent de “chasse à l’homme”

France, Calais. Selon la préfecture, 516 migrants (plus de 1200 d’après une association locale) ont été expulsés d’une zone industrielle dans laquelle il avaient installé un campement, dans le cadre d’une opération de “mise à l’abri”, c’est-à-dire une opération de police menée par des CRS, des gendarmes et la police aux frontières pour détruire les habitations et contraindre les migrants à monter dans des bus pour les évacuer, soit en “centres d’accueil” ailleurs en France, soit directement en rétention administrative. La presse parle de 13 personnes (familles et mineurs) orientées vers des “centres d’hébergements” et de 20 personnes en centre de rétention. On ne connait pas la destination des autres (16 bus ont été déplacés pour l’occasion). Cette opération de répression policière s’est déroulée suite au fait que les propriétaires des terrains concernés ont saisi le Tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer qui a rendu deux ordonnances d’expulsion le 10 juin.. Les associations humanitaires proches ont toutes dénoncé l’opération, parlant de “chasse à l’homme”. Le matériel utile à la vie quotidienne présent (amassé jusque là par les habitants) sur place à été ramassé par une usine de nettoyage. C’est pratique, c’est propre et en plus ça donne moins envie de se réinstaller… Le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se rendra dimanche à Calais, sans doute pour vérifier que le “nettoyage” a été bien fait…

#1161 vu sur www.leparisien.fr