France (Auvergne Rhône-Alpes) : des caméras thermiques ont été installées dans 3 lycées “test”

France (Auvergne Rhône-Alpes). Trois lycées ont installé des caméras thermiques qui ont été inaugurées par le président de la région Laurent Wauquiez à la rentrée, contre l’avis de la CNIL. Si le test est jugé concluant, des appareils seront proposés aux 576 lycées de la région. Des caméras thermiques ont été mises en place dès la mi-mai à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle pour contrôler la température des voyageurs. Fin juillet, la SNCF en a également installé Gare de Lyon. Pour autoriser ces dispositifs, la Cnil veut que leur utilité soit démontrée au regard de l’impact qu’ils peuvent avoir sur la vie privée des personnes filmées, étant donnée que ces caméras accèdent à des données particulièrement privées. Pour la Cnil, il s’agit toujours d’une question de ratio entre le contrôle effectué et son “bénéfice”. La question de l’anonymat est aussi discuté dans la mesure où ces dispositifs pourraient servir à effectuer du traçage grâce à la reconnaissance faciale. La région affirme que dans ce cas les données ne sont pas stockées et que seul l’élève est informé de sa température, estimant que le dispositif reste “sur une base de volontariat”, affirmations largement contradictoires ! A l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle, où les caméras mises en place balayent un large champ de vision et où les voyageurs filmés ne peuvent donc pas “donner leur autorisation au préalable”, le dispositif est toujours en place. La Cnil va jusqu’à proposer de permettre aux personnes qui s’opposent au prélèvement de leurs données personnelles de l’exprimer par un «non» de la tête, pour autoriser le dispositif. Le Conseil d’État a pris une position plus ferme que la Cnil en interdisant fin juin l’installation de ces appareils dans une école de l’Essonne.

#1518 vu sur www.lefigaro.fr