France, Argenteuil : les amendes sont utilisées comme moyen de harcèlement répressif, avant et encore plus pendant le confinement

France, Argenteuil. Des jeunes gens qui ont tenté de porter plainte pour violence policières ont écopé d’une quarantaine d’amendes. D’autres ont été verbalisés 5 ou 6 fois en 15 minutes. « Je connais des jeunes qui ont 10.000 ou 12.000 euros d’amendes. Et ils ont 22 ans » témoigne un éducateur. Il s’agit d’un véritable harcèlement répressif et administratif qui s’est accentué avec les mesures de confinement. La police se justifie en disant que c’est leur seul moyen de coercition “pour tous les problèmes considérés comme déviants”, les policiers vont par exemple vont mettre plus d’amende là où ils soupçonnent des points de trafic de drogue, ce qui correspond précisément à une logique proactive. Parfois, les habitants découvrent les amendes après coup, le contrôle s’étant apparemment bien passé. Des habitants dénoncent aussi des pratiques particulièrement punitives qui consistent à faire en sorte que la personne ne soit pas au courant qu’elle a pris une amende (le papillon est jeté d’où l’expression “amende caniveaux”) et ne le savent que lorsque l’amende est majorée et une fois le délais de recours terminé.

#1109 vu sur www.streetpress.com