Etats Unis, Portland : des policiers marquent les voitures avec des bombes de peintures afin de pouvoir traquer les personnes qui quittent les lieux des émeutes

Etats Unis, Portland. Lors de la manifestation en centre-ville, un groupe de personnes soignants, dont beaucoup portaient des blouses blanches, a conduit la foule en tête de cortège. Certains manifestants portaient des pancartes sur lesquelles était écrit «Manteaux blancs pour des vies noires». Après que la manifestation a tourné à l’émeute, la police a utilisé des grenades assourdissantes et lacrymogènes, et a aussi utilisé un procédé inquiétant : le marquage par bombe de peinture de certaines voitures quittant les lieux de la manifesation. Les autorités locales tentent de séparer bons et mauvais manifestants en justifiant une répression accrue sur ces derniers. En effet, le maire de la ville a refusé de prolonger le couvre-feu imposé depuis vendredi, multipliant les discours qui félicitent les manifestants pacifiques qu’il et les séparant des émeutiers qu’il appelle à réprimer. Lors d’une conférence de presse, le chef du bureau de la police a également défendu le recours à la force par les policiers après la diffusion de vidéos montrant les marquage de véhicules par aérosols ainsi que des policiers percutant une barricade très près des manifestants.

A noter que les policiers marquent les voitures d’une ligne bleue. La “thin blue line” est un symbole nationaliste américain pro-flic, carrément d’extrème-droite qui représenterait les policiers comme la fine ligne de défense entre le chaos et la “liberté”.

#0851 vu sur oregonlive.com