Etats Unis : les procureurs et les législateurs de plusieurs États multiplient les accusations criminelles contre les manifestants interpellés pendant les mobilisations suite à la mort de Georges Floyd

Etats Unis. Les procureurs et les législateurs de plusieurs États multiplient les accusations criminelles contre les manifestants interpellés pendant les mobilisations suite à la mort de Georges Floyd, ajoutant parfois la qualification de terrorisme. Les législations elles-mêmes sont en train d’être durcies, comme dans le Tennessee où une nouvelle loi criminalise le fait de participer à certains types de manifestations, y compris camper pendant la nuit sur la propriété de l’État, qui était auparavant un délit, avec la particularité que dans cet Etat, les personnes reconnues coupables de crimes perdent leur droit de vote. Dans d’autres Etats où la police a accusé en masse les manifestants de crimes, les procureurs ont rapidement abandonné ce type de charges pour les ramener à des délits de manifestation. La mobilisation se poursuit et retrouve régulièrement de l’intensité dans plusieurs Etats du pays. Lundi, les manifestants ont incendié un bâtiment du Département d’État des services correctionnels. La nuit suivante, des membres armés d’une milice suprémaciste blanche ont organisé des contre-manifestations pour protéger les bâtiments officiels.

#1502 vu sur theintercept.com