Etats Unis, Houston : un plus grand nombre de migrants traversent la frontière avec le Mexique avec le changement de présidence et les détentions prolongées dans des établissements de courte durée se multiplient.

Etats Unis, Houston. Un plus grand nombre de migrants ont traversé la frontière américano-mexicaine au cours des premières semaines de l’administration Biden et les détentions prolongées dans des établissements de courte durée se multiplient. Beaucoup ont attendu un an ou plus dans le cadre du programme «Rester au Mexique» de Trump qui oblige les demandeurs d’asile à rester au sud de la frontière pendant qu’un juge examine leur cas. La plupart des postes de la patrouille frontalière ne sont pas conçus pour servir les enfants et les familles ou pour retenir les gens à long terme. Pour faire face à ce nouvel afflux, l’agence a rouvert mardi une grande installation de tentes dans le sud du Texas pour accueillir les familles et les enfants d’immigrants. Dans un communiqué la semaine dernière, les douanes américaines et la protection des frontières ont déclaré que certaines de ses installations avaient atteint la «capacité maximale de rétention de sécurité». Un femme et son nouveau né ont par exemple été emmenés par des agents fédéraux le lendemain de l’accouchement dans un centre de détention que les immigrants appellent souvent la «glacière» qui regroupent beaucoup de femmes et d’enfants, dormant sur des tapis au sol, sans précautions sanitaires suffisantes et avec les lumières allumées 24 heures sur 24. Les centres de détention à long terme pour les enfants qui traversent seuls la frontière sont pleins à 80%. US Health and Human Services, qui gère ces centres, rouvrira dès lundi une installation de pointe dans un ancien camp pour les travailleurs des champs pétrolifères à Carrizo Springs, au Texas pour environ 700 adolescents. Une loi est entrée en vigueur au Mexique pour interdire la détention d’enfants dans les centres de détention pour migrants, mais le ministère mexicain des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que les accords avec les États-Unis pendant la pandémie restaient «aux mêmes conditions».

#1909 vu sur apnews.com