Belgique : le ministère de l’Intérieur prévient qu’aucun rassemblement important ne sera toléré pour les fêtes de fin d’année et que “la police sonnera aux portes à Noël”

Belgique. Le ministère de l’Intérieur prévient qu’aucun rassemblement important ne sera toléré pour les fêtes de fin d’année et affirme : “Si nécessaire, la police sonnera aux portes à Noël”. Juste avant de préciser que la loi ne permet pas que la police rentre dans les domiciles privés pour ce type de contrôles. Chaque année, certains quartiers de Belgique s’adonnent pourtant à des célébrations pyrotechniques de qualités.

#1727 vu sur lesoir.be

Le confinement va perdurer avec des “assouplissements” minimes, pour maintenir une “normalité” de 5000 cas par jours; des mesures pour renforcer l’isolement des personnes positives sont envisagées

France. Dans ses dernières annonces, Macron prévoit que le confinement perdure, avec des “assouplissements” comme la réouverture des petits commerce samedi prochain et l’extension de la zone de promenade à 20 km pour 3 heures, mais le maintien des attestations de déplacement. Il a surtout validé que le taux de 5000 contaminations journalière considéré comme le taux à partir duquel des assouplissements sont possibles devait être désormais considéré comme un taux normal, qui permet aux hôpitaux de gérer le flux de patients. Comme on le voit depuis le début de ce confinement, la question n’est pas la protection des populations mais l’optimisation de la gestion avec le maximum possible de mise au travail. D’autre part, il a annoncé que la contrainte sur l’isolement des personnes positives devait être plus efficace, sans préciser les moyens qui seraient mis en oeuvre. Il vient d’ailleurs de demander au Parlement de se saisir du débat sur l’isolement des personnes positives au Covid-19 pour proposer des mesures plus coercitives. “Ces personnes”, a précisé Macron, “seront accompagnées sur le plan matériel, sanitaire et psychologique. Cette nouvelle stratégie associera, outre les services de l’État, les maires, leurs services, comme les associations concernées”.

#1724 vu sur lci.fr

France : la Cour nationale du droit d’asile considère désormais les migrants ayant fuit l’Afghanistan n’ont plus droit à une protection internationale, ce qui clôt de fait leurs demandes d’asile

France. La Cour nationale du droit d’asile considère désormais que la violence régnant en Afghanistan ne justifie pas d’octroyer une protection internationale, ce qui clôt de fait les demandes d’asile de migrants originaires de ce pays. Ces décisions mettent fin à la jurisprudence dite « Kaboul », en vigueur depuis 2018 qui facilitait l’octroi d’une protection temporaire aux demandeurs d’asile afghans. Les Afghans représentent 2,7 millions de réfugiés dans le monde. La majorité a fui vers le Pakistan voisin. Au sein de l’Union européenne (UE), ils sont les deuxièmes demandeurs d’asile, derrière les Syriens, avec environ 61 000 requêtes enregistrées en 2019. En France, les Afghans sont actuellement les premiers demandeurs d’asile.

#1707 Source Lemonde.fr

France, Calais : une opération de défrichage et de déboisement est menée dans le but d’empêcher les migrants de s’installer ou de se cacher dans les feuillages et les buissons

France, Calais. Une opération de défrichage et de déboisement est menée au Fort-Nieulay dans le but d’empêcher les migrants de s’installer ou de se cacher dans les feuillages et les buissons. Cette méthode est fréquemment employée dans la région. Rendre le territoire hostile est une démarche militaire : il s’agit de faire la guerre aux migrants à tout prix en leur retirant toute possibilité de se réfugier ou de s’abriter.

#1691 Source Nordlittoral.fr

France : la pression sur la mise au travail s’accentue pendant le confinement, Pôle Emploi annonce une opération spécifique de contrôle systématique de la recherche d’emploi

France. Contrairement au confinement du printemps, Pôle emploi va continuer à contrôler la recherche d’emploi sur les métiers en « tension » et même vérifier systématiquement l’acceptation de « l’offre raisonnable d’emploi ». La pression sur la mise au travail ne baisse pas d’un cran pendant ce nouveau confinement, et cherche même à s’accentuer puisque c’est une opération spécifique de contrôle systématique qui est invoquée. Le risque est la radiation pour un mois pour « incapacité à justifier ses recherches d’emploi » donc un mois sans allocations chômage.

#1686 Source Rapportsdeforce.fr

Etats-Unis, New York : La ville ferme ses écoles publiques face à une deuxième vague de covid

Etats Unis, New York. La ville ferme ses écoles publiques face à une deuxième vague de Covid. C’était la seule grande métropole à avoir rouvert ses classes à la rentrée. Contrairement à ce qui s’est passé en France, depuis la rentrée un protocole strict était appliqué avec la fermeture d’une école à partir de 3 cas détectés dans l’établissement. Mais le taux de tests positifs ayant dépassé les 3 % dans la ville, le maire a décidé de refermer tous les établissements scolaires.

#1700 Source Lemonde.fr

France : le “Livre blanc” de la sécurité intérieure a été publié avec, notamment, la préconisation de tripler le budget des missions de sécurité d’ici 2030 pour “porter le ministère à la frontière technologique” (sic)

France. Le « Livre blanc » de la sécurité intérieure a finalement été publié après avoir été retardé depuis février 2020. Ses préconisations donnent l’orientation du programme législatif dans ce domaine pour les dix-huit mois à venir. Une partie des propositions visant à l’élargissement des compétences de la police municipale, à la réglementation de la sécurité privée et à la protection des fonctionnaires et des militaires figurent déjà dans la loi de sécurité globale en cours d’adoption. Mais une autre partie du Livre blanc préfigure une loi pour la programmation de la sécurité intérieure (Lopsi), la troisième après celles de 2002 et de 2011, annoncée par le gouvernement « à échéance 2022 ». Il s’agirait de porter le budget des missions de sécurité à 1 % du produit intérieur brut (PIB) du pays en 2030, ce qui représenterait un triplement du montant actuel avec en particulier l’acquisition de moyens aériens et le financement d’un nouveau système d’alerte des populations. La formule employée (qui n’a que peu de sens) est qu’il faudrait « porter le ministère à la frontière technologique ».

#1714 Source Lemonde.fr

France, Pyrénées : 200 policiers et militaires, appuyés par un drone, contrôlent la frontière, et les contrôles à bord des trains sont systématiques à la gare de Perpignan

France, Pyrénées. Emmanuel Macron annonçait la semaine dernière un renforcement du contrôle aux frontières, et ce notamment à la frontière franco-espagnole, avec un doublement des effectifs policiers. C’est en effet ce qui est en train d’avoir lieu : 200 policiers et militaires, appuyés par un drone, contrôlent la frontière, et les contrôles à bord des trains sont maintenant systématiques à la gare de Perpignan. “Deux-cents hommes et femmes sont désormais quotidiennement engagés sur la frontière sur le département des Pyrénées-Orientales. Une compagnie de CRS, soit 60 hommes vont être positionnés au Perthus, à la barrière de péage qui voit passer environ 35 000 véhicules par jour. A Cerbère, des unités spécialisées et un drone pour la reconnaissance des chemins et une section sentinelle de 60 hommes appuyés par 60 militaires de la gendarmerie mobile pour les hauts cantons pour empêcher les gens de passer à travers les mailles du filet renforceront les effectifs”, précise Yannick Garden, commandant de la police aux frontières (PAF) des Pyrénées-Orientales. Il communique aussi que “Par rapport à 2019, on a constaté une hausse de 25% des interpellations sur les trois premiers mois de l’année et une augmentation de 50% entre juillet et septembre après le premier confinement”. Plus de 11 000 interpellations ont en effet eu lieu à la frontière depuis janvier, environ 60% se faisant à la gare de péage de Perthus. Deux sessions de deux-trois heures de surveillance téléguidée des chemins pyrénéens par drone sont réalisées tous les jours. En une semaine, six personnes ont été interpellées.

#1674 Source France3régions

France, Nice : le retrait des bancs publics sur la promenade des Anglais, ainsi que d’autres mobiliers urbains dans la ville fait polémique

France, Nice. Le retrait des bancs et sièges publics sur la promenade des Anglais, ainsi que d’autres mobiliers urbains dans la ville fait polémique. La Mairie, qui se dit favorable à un couvre feu dès 20h, présente cette mesure comme une manière d’enrayer l’épidémie de Covid-19 en évitant toute installation même temporaire en extérieur.

#1668 Source lanicoise.info

France : les mesures prises il y a quinze jours sont maintenues, seul un renforcement des contrôles et des verbalisations est annoncé

France. La réévaluation promise du confinement donne un maintien en l’état des mesures prises il y a quinze jours. Aucune mesure sanitaires nouvelle n’est prise dans les collèges, qui ne bénéficient pas des possibilités de dédoublement mises en place dans les lycées. La seule annonce concerne le renforcement des contrôles et des verbalisations pour non respect du confinement. On dénombre d’ailleurs 100 000 verbalisations depuis le reconfinement dont 12 000 dans les dernières 24 heures. Le gouvernement prévient aussi qu’une attestation de déplacement sera nécessaire même au delà du 1er décembre.

`#1667 Source Lavoixdunord.fr

France, Coquelles : un important campement de migrants a été démantelé au Fort-Nieulay avec 170 personnes évacuées

France, Coquelles. Un important campement de migrants a été démantelé au Fort-Nieulay avec 170 personnes évacuées. Une quarantaine de véhicules de CRS et de policiers nationaux ont été mobilisés avec une centaine de policiers déployés. La presse considère que c’est la première opération de police de grande envergure depuis 2015 dans le quartier. Deux bénévoles de l’association Human Rights Observer ont été verbalisés pour non-respect du confinement pendant l’évacuation, leurs attestations professionnelles n’étant pas considérées comme valables. Les migrants ont été emmenés dans des bus dont, d’après la préfecture, 70 vers des “structures d’hébergement”. Une partie des migrants aurait déménagé avant l’intervention. Plusieurs sites d’hébergement ont été réquisitionnés par la préfecture. Depuis le 5 novembre, deux fois par semaine, des “mises à l’abri” (alternative à la menace d’évacuation) sont proposées et 156 migrants “volontaires” ont accepté ce dispositif.

#1673 Source Lavoixdunord.fr

France, Auvergne-Rhônes-Alpes : 4 000 élèves infirmiers de la région vont être mobilisés un mois dans les hôpitaux et les EHPAD

France, Auvergne-Rhônes-Alpes. 4000 élèves infirmiers et élèves masseurs-kinésithérapeutes de la région, qui est la région la plus touchée par la pandémie actuellement, vont être sous peu temporairement mobilisés pour venir en renfort des soignants face à l’épidémie de covid-19, dans les hôpitaux et dans les maisons de retraite. Le président de la région Laurent Wauquiez a annoncé que les élèves seraient embauchés un mois au SMIC pour faire “face à l’imminence du pic hospitalier”, mais pas nécessairement affectés dans des services covid. Par ailleurs, il a annoncé l’interruption des formations continues des personnels infirmiers “pour deux mois”, comptant sur le fait que cela pourrait “rapatrier immédiatement 600 professionnels vers les hôpitaux et les Ehpad”, tandis qu’un partenariat entre la région et Pôle Emploi pour orienter les chômeurs vers des formations d’aide-soignants sera mise en place.

#1661 Source Challenges.fr

France : l’Unsa pénitentiaire demande la suspension de la distribution des colis de Noël aux détenus pour l’année 2020

France. L’Unsa pénitentiaire demande la suspension de la distribution des colis de Noël aux détenus pour l’année 2020, au motif que le contexte de la pandémie et l’alerte attentats vigipirate ne permettraient pas qu’ils soient suffisamment contrôlés. Cette mesure restreindrait encore plus les contacts avec l’extérieur des détenus, déjà fortement isolés par des mesures de “protection sanitaire” comme la limitation des parloirs, qui ne protègent pas les prisonniers de la diffusion du virus puisque 80 établissements pénitentiaires sont considérés comme des clusters…

#1675 Source www.ufap.fr

France : un décret élargit la liste des critères déterminant les “personnes à risque” pour le droit au chômage partiel mais réduit drastiquement son usage en le limitant aux cas où le poste de travail ne peut pas être adapté

France. Après l’annulation du précédent texte par le Conseil d’Etat, un nouveau décret renouvelle la liste des critères de vulnérabilité (les “personnes à risque”) ouvrant droit au chômage partiel pour les salariés concernés. La liste des critères est étendue puisqu’y sont rétablis des critères qui avaient été supprimés avant l’été, mais le droit au chômage partiel est en fait réduit parce qu’il n’est validé que si l’employeur ne peut garantir des mesures de protection renforcée sur le lieu de travail. C’est toujours la mise au travail qui prime sur la protection sanitaire.

#1665 Source egora.fr

Grèce : dans le cadre du confinement institué depuis le 7 novembre, les établissements scolaires sont fermés et tous les cours sont supposés se tenir en distanciel

Grèce. Dans le cadre du confinement institué depuis le 7 novembre, les établissements scolaires sont fermés et tous les cours sont supposés se tenir en distanciel. Alors que la France, l’Angleterre, l’Allemagne ou l’Irlande gardent les collèges et lycées ouverts, la Roumanie, l’Italie, la Slovaquie, la Belgique ou encore l’Autriche les ont déjà fermés. Seules les maternelles et écoles primaires resteront ouvertes en Grèce.

#1642 Source Lefigaro.fr

France : le gouvernement envisage un contrôle actif des mises en quarantaine avec une amende en cas de non-respect de l’isolement des personnes positives

France. Le gouvernement envisage un contrôle actif des mises en quarantaine avec une amende en cas de non-respect de l’isolement des personnes positives. Cette mesure est déjà en vigueur en Suisse, en Grande-Bretagne et dans plusieurs pays d’Asie. Des députés réclament aussi la réquisition de chambres d’hôtels avec obligation pour les malades de s’y confiner.

#1636 Source Ladepeche.fr

France : la nouvelle Loi de Programmation de la Recherche crée le délit d’occuper ou de pénétrer dans l’enceinte d’une université, puni d’un an de prison et de 7 500 euros d’amende

France. La nouvelle Loi de Programmation de la Recherche (LPR) vient d’être validée dans sa forme finale par la commission paritaire chargée de l’examiner. Elle suscite beaucoup d’oppositions, en particulier un amendement tardif qui vise à rendre illégale toute occupation d’université, y compris dans le cadre d’un mouvement social, avec la création d’un nouveau délit puni d’un an de prison et 7.500 euros d’amende et constitué par “le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement supérieur […] dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement”. Le ministère de l’Enseignement supérieur assure de son côté que “cette mesure ne concerne en aucun cas les étudiants, mais les personnes extérieures aux établissements universitaires.”

#1669 Source Franceinter.fr

France : pour justifier le maintien de l’ouverture des écoles en dépit de la pandémie, Blanquer promet de les doter “d’outils numériques nouveaux” et notamment de “robots conversationnels”

France. Pour justifier son refus de fermer les écoles bien qu’elles constituent des lieux importants de circulation du virus, Blanquer promeut le “grand chantier de concertations et de mobilisation pour doter l’éducation d’outils numériques nouveaux” et affirme qu’un appel à projets a été lancé pour créer des “robots conversationnels” en particulier pour aider à l’apprentissage des langues.

#1657 Source Franceculture.fr

France : La création de demi-groupes est finalement préconisée dans les lycées par le gouvernement ; une grève nationale est prévue pour protester contre les incohérences de la gestion sanitaire des établissements

France. Après plusieurs consignes contradictoires qui ont conduit à diverses refontes totales des emplois du temps depuis la rentrée des vacances, le gouvernement préconise finalement la création de demi-groupes dans les lycées, reconnaissant qu’aucune distanciation n’était jusque là possible. Le choix du dispositif précis est laissé à l’appréciation des chefs d’établissements (dont beaucoup avaient refusé cette solution aux syndicats quelques jours plus tôt). Face aux incohérences et aux incertitudes de plus en plus présentes (comment va s’organiser l’enseignement à distance ? Comment les programmes et épreuves vont-ils être adaptés ? etc.), une grève nationale dite “sanitaire” est prévue mardi 10 novembre, et on peut s’attendre à de nombreux blocages de lycées par les élèves eux-mêmes.

#1637 Source Lesechos.fr

Danemark : tous les visons élevés au Danemark (entre 15 et 17 millions) ont été abattus suite à des risques de transmission d’une forme mutante de coronavirus

Danemark. Entre 15 et 17 millions de visons, ce qui constitue l’ensemble des élevages du Danemark, ont été ou vont être abattus. Des images montrent des cadavres entassés dans des hangars par des tractopelles. Cette décision prise par les autorités danoises fait suite à des risques de transmission de l’animal à l’homme d’une forme mutante du coronavirus.

#1650 Source Libération.fr

France, Europe : Macron annonce un doublement des forces de sécurité aux frontières françaises et appelle à un renforcement du contrôle sécuritaire de l’espace Schengen

France, Europe. Emmanuel Macron, en déplacement à la frontière franco-espagnole, annonce un doublement des forces de sécurité aux frontières et appelle à refonder “en profondeur” l’espace Schengen, en prenant la lutte contre le terrorisme comme motif au contrôle des flux d’immigration. Il y aura un doublement des effectifs de police et de douane : ils passeront de 2 400 à 4 800. Par ailleurs, il s’est déclaré favorable à un renforcement du contrôle sécuritaire de l’espace Schengen, et a a annoncé qu’il en ferait une proposition au Conseil européen de décembre.

#1613 Source Francetvinfo

France : le gouvernement veut interdire la réduction de peine pour les détenus condamnés pour avoir attaqué les forces de l’ordre

France. Le gouvernement veut interdire la réduction de peine pour tous les détenus incarcérés pour avoir attaqué les forces de l’ordre. Cela correspond au régime exceptionnel de peines actuellement en vigueur pour les personnes condamnées pour terrorisme, qui s’étendrait donc, alors que jusqu’ici les incarcérations pour avoir attaqué les forces de l’ordre bénéficiaient des crédits accordés de façon automatique à toute incarcération définitive – le “régime normal”. “Il y aura l’interdiction de la réduction de peine pour ceux qui s’attaquent à des policiers et à des gendarmes”, a confirmé lundi 2 novembre sur BFMTV le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. “S’en prendre à un policier ou un gendarme c’est s’en prendre à la République”, a-t-il expliqué. Déjà abordée lors d’une rencontre avec les syndicats de police, cette mesure va être prise à l’initiative du ministre de la Justice, dans les prochains mois.

#1605 Source Francetv.info

Grèce, Lesbos : les autorités grecques ont commencé à évacuer le camp de Pikpa pour les personnes vulnérables au motif que l’occupation des lieux est illégale et que l’ONG qui le gère fonctionne sans aucun contrôle

Grèce, Lesbos. À Lesbos, le camp de Pikpa mis en place depuis 2012 par des bénévoles pour accueillir des “migrants vulnérables” (en majorité des femmes et des enfants ainsi que des personnes handicapées) est contraint de fermer ses portes et les autorités grecques ont commencé à l’évacuer, au motif que l’occupation des lieux est illégale et que l’ONG qui le gère fonctionne sans aucun contrôle. Les 74 personnes qui y étaient hébergées doivent été transférées dans un camp municipal près du port de Mytilène. Le gouvernement annonce la volonté de créer un camp fermé “d’ici l’été 2021” pour remplacer celui de Moria.

#1621 vu sur www.infomigrants.net

France : les expulsions de bidonvilles s’accélèrent, c’est le cas d’un campement de 400 personnes expulsé à Saint Denis

France. A l’approche de la trêve hivernale, les expulsions de bidonvilles s’accélèrent, comme à Saint Denis où un campement de quatre-vingt baraquements où vivaient environ quatre cent personnes a été expulsé le 22 octobre. La crise sanitaire ne change rien, voire accélère plutôt les procédures.

#1632 Source Lemonde.fr

France : un projet de loi “sur la sécurité globale” vise à élargir la répression policière, à étendre la surveillance, à laisser leurs armes aux agents en dehors de leurs horaires et à interdire toute diffusion d’images de la police en fonction

France. Le 20 octobre 2020, un projet de loi “sur la sécurité globale” a été déposé à l’Assemblée Nationale. Dans l’esprit, le projet de loi vise à renforcer la coopération des différents corps de sécurité (police judiciaire, police municipale, agents de sécurité privés) pour renforcer le contrôle et la répression non seulement du terrorisme, mais aussi des “nouveaux défis à relever pour la sécurité des Français”, “depuis les incivilités dans les transports jusqu’aux violences graves sur les personnes en passant par les trafics – notamment de stupéfiants – en bas des immeubles, les violences urbaines ou les rixes entre bandes” : il s’agit donc de renforcer le contrôle quotidien et diffus de la police dans les rues et les espaces publics (un grand classique des mesures post-attentats). Le projet de loi prévoit cinq grandes mesures : – L’extension des pouvoirs des polices municipales, dans le contexte de la répression du trafic de drogues commencé cet été. Le projet de loi prévoit la mise en place d’une “période d’expérimentation” de trois ans au cours de laquelle les policiers municipaux pourront constater de nouvelles infractions, disposeront d’un pouvoir de saisie sur la voie publique, et pourront faire des contrôles d’identité en l’absence de la police judiciaire : il s’agit en bref d’augmenter le nombre de policiers habilités à embarquer, contrôler et fouiller dans la rue. – Le projet de loi prévoit le renforcement de la coopération entre la police et les agents de sécurité privés, qui exercent de plus en plus, via le Conseil national de sécurité privée, des fonctions de police. Le projet de loi propose qu’ils soient autorisés à constater certaines infractions, mais aussi à faire des contrôles d’identité ; il prévoit également un renforcement du contrôle sur l’embauche des agents de sécurité privés. – Le projet de loi cherche également à autoriser l’usage par la police judiciaire de vidéos en temps réel, et surtout de drones, notamment “lorsque les circonstances font craindre des troubles graves à l’ordre public” et “pour assurer la surveillance des littoraux et des zones frontalières”. – Concernant la police, le projet de loi propose que les policiers et les gendarmes soient autorisés à porter leurs armes lorsqu’ils ne sont pas en service, au prétexte de renforcer la sécurité de la population contre le terrorisme. A ceci s’ajoute que le projet de loi prévoit l’interdiction de la diffusion publique d’images de policiers (passible d’un an de taule et de 45 000e d’amende), visant ici explicitement les vidéos, systématiquement diffusées ces dernières années, des divers actes de brutalité de la police. En bref, le projet de loi vise non seulement à autoriser la police à disposer de toutes les images qu’elle voudra de ce qu’elle considère comme “un danger à l’ordre public” (c’est-à-dire tout le monde, puisqu’il s’agit ici de réprimer “l’ennemi intérieur”), mais il implique également l’interdiction pure et simple de diffuser des images de la police dans l’exercice de ses fonctions. Enfin, le projet de loi vise à renforcer le contrôle et la répression de la vente, l’achat et l’usage de feux d’artifices, notamment sur Internet – lesdits feux d’artifice étant l’un des moyens les plus courus d’attaquer les policiers, commissariats, etc. La proposition de loi est en cours d’examen et sera discutée à l’Assemblée le 17 novembre.

#1607 Source assemblee-nationale.fr

France. A l’approche des vacances de la Toussaint, le ministère annonce la mise en place d’un couvre-feu dans 9 métropoles pour une durée d’au moins 4 semaines

France. A l’approche des vacances de la Toussaint, le ministère annonce la mise en place d’un couvre-feu dans 9 métropoles pour une durée d’au moins 4 semaines. A Lille, Paris et toute l’Ile de France, Lyon, Rouen, Saint Etienne, Toulouse, Montpellier, Grenoble et Aix-Marseille toute circulation est interdite entre 21h et 6h du matin. Par ailleurs, l’objectif étant de: « réduire les interactions dans la sphère privée. », les réunions de plus de 6 personnes y sont interdites. Les dérogations sont restreintes (travail, urgences médicales, secours à un proche). La priorité étant clairement donnée au maintien du travail et de l’activité économique, les compagnies de transport fonctionnent et on pourra sortir entre 21h et 6h pour prendre un train ou un avion qui partirait ou arriverait dans ce créneau avec le billet comme justificatif. L’amende sera de 135 euros la première fois et 1500 euros en cas de récidive.

#1604 vu sur lavoixdunord.fr

Australie. Les autorités annoncent que les australiens ne pourront pas voyager à l’étranger avant 2022 en raison de la pandémie de coronavirus

Australie. Les autorités annoncent que les australiens ne pourront pas voyager à l’étranger avant 2022 en raison de la pandémie de coronavirus, c’est-à-dire tant qu’un vaccin ne sera pas accessible à la population. Une campagne avec le slogan « Holiday Here This Year » (Les vacances ici cette année) est diffusée à l’approche de l’été.

#1603 vu sur lesoir.be

France, Breteuil : un contrôle anti-stupéfiants massif et spectaculaire a été effectué auprès de collégiens du Collège Compère-Morel

France, Breteuil. Suite à l’adoption de dispositions répressives visant les consommateurs de cannabis, un contrôle anti-stupéfiants massif et spectaculaire a été effectué auprès de collégiens du collège Compère-Morel . « 10 bus et plus de 200 élèves ont été contrôlés sans qu’aucune infraction ne soit relevée « , indique la préfète de l’Oise sur sa page Facebook. Les adolescents (entre 11 et 15 ans) ont donc été descendus du bus et fouillés par la police assistée de maîtres-chien à leur arrivée en cours.

#1592 Source Courrier-Picard.fr

Etats-Unis, Sioux Fall : Le Dakota du Sud connaît un nombre d’hospitalisations sans précédent qui touche surtout des Amérindiens transférés dans des hôpitaux hors de l’Etat

Etats Unis, Sioux Fall. Un petit hôpital desservant la tribu Sioux de Cheyenne River a envoyé deux patients atteints de coronavirus dans un hôpital hors de l’État alors même que les principaux responsables de la santé du Dakota du Sud insistent sur le fait que l’État a une grande capacité hospitalière pour les patients COVID-19. Le service de santé de Cheyenne River Sioux a rapporté que 14 établissements ont déclaré qu’ils détournaient également des patients COVID-19. Le nombre d’hospitalisations liées au coronavirus dans l’État a de nouveau atteint un sommet sans précédent mercredi avec 273 patients dans tout l’État. Les Amérindiens représentent près d’un quart des hospitalisations dans tout l’État, alors qu’ils représentent 9% de la population. Environ 19% des 258 personnes décédées du COVID-19 dans le Dakota du Sud sont des Amérindiens.

#1579 Source minnesota.cbslocal.com

France : un décret prévoit de baisser la contribution de l’Etat aux départements qui refuseraient de recenser les mineurs isolés dans un fichier biométrique

France. Un décret paru le 23 juin prévoit de baisser la contribution de l’État aux départements qui refuseraient de recenser les mineurs isolés dans un fichier biométrique dans le but qu’elles soient partagées sur tout le territoire pour faciliter les contrôles. La Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne ont déposé un recours auprès du Conseil d’État dénonçant un chantage financier. Il s’agit donc d’obliger à faire intervenir les préfectures dans le processus d’évaluation et d’identification de ces jeunes, qui doivent être ris en charge par l’Aide Sociale à l’enfance “en vue d’alimenter le fichier recueillant les informations biométriques” et de les comparer aux fichiers migratoires (Visabio et AGDREF).

#1578 Source infomigrants.net

France : le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit qu’à partir de 2021, tout passage aux urgences non suivi d’une hospitalisation soit facturé au patient

France. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit qu’à partir de 2021, tout passage aux urgences non suivi d’une hospitalisation soit facturé au patient selon un forfait qui remplacera l’actuel ticket modérateur et sera payé par tous, sauf quelques exceptions. Il s’agit de décourager les malades de passer par les urgences, ce qui risque de décourager beaucoup de patient et d’accroître les difficultés pour se soigner, puisque le patient ne peut pas lui-même évaluer si son état est grave au point d’être hospitalisé.

#1567 Source Leparisien.fr

France : l’Agence du travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle lance le label “produit en prison” (Pep’s) pour promouvoir l’exploitation des détenus…

France. L’Agence du travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle lance le label “produit en prison” (Pep’s) pour “favoriser l’insertion professionnelle des personnes condamnées et valoriser les entreprises qui apportent du travail en prison”. Le garde des sceaux Eric Dupont-Moretti inaugure une “boutique éphémère” pour la promotion de ce label honteux quand on connaît les conditions de travail en milieu carcéral.

#1568 Source Twitter du ministère de la justice

Italie, Méditerranée : au moins six navires humanitaires sont bloqués à quai par les autorités italiennes et les naufrages se poursuivent

Italie, Méditerranée. Au moins six navires humanitaires ont à nouveau été bloqués par les autorités italiennes en raison de chicaneries administratives diverses ou de mise en quarantaine liées à la présence de cas de covid parmi les migrants rescapés. À la date du 30 septembre, plus aucun navire humanitaire ne sillonne la zone de recherche et de sauvetage, ce qui induit forcément une hausse conséquente des décès en mer puisqu’il n’y a plus de navire pour secourir ceux qui font naufrage. L’Ocean Viking est ainsi bloqué au port sicilien de Porto Empedocle depuis le 22 juillet. Le Sea Watch 3 a été immobilisé le 8 juillet par les autorités italiennes. Le Sea Watch 4 est immobilisé au port sicilien de Palerme depuis le 19 septembre. “Il a fallu 11 heures d’inspection sur le Sea Watch 4 pour trouver suffisamment d’infractions pour empêcher le bateau de sortir du port”, a déclaré l’ONG allemande. L’équipage du navire humanitaire a été notamment accusé de “sauver systématiquement” les migrants même s’ils n’étaient pas en détresse. Un trop grand nombre de gilets de sauvetage à bord ou encore des lacunes dans le système d’évacuation ont aussi été invoqués. L’Open Arms est amarré au port de Palerme, en Sicile, où il subit une période de quarantaine. Le navire humanitaire de l’ONG espagnole ProActiva Open Arms a transféré le 18 septembre 140 migrants secourus en mer Méditerranée à bord d’un bateau italien. Les naufragés y ont été placés en quarantaine en raison des risques de propagation du coronavirus. Celle de l’équipage doit prendre fin vendredi 2 octobre, indique l’ONG mais l’Open Arms craint une nouvelle immobilisation par les autorités italiennes. L’Alan Kurdi est en quarantaine au port sarde d’Olbia depuis le 26 septembre. Le Mare Jonio est bloqué au port d’Augusta, en Sicile depuis le 24 septembre. Le Louise Michel, navire humanitaire affrété par Banksy est amarré au port espagnol de Burriana.

#1562 Source www.infomigrants.net

France : “L’école n’est pas le nid du virus” annonce le ministre de l’éducation alors que plusieurs indicateurs montrent bien le contraire

France. Alors que plusieurs indicateurs montrent que les établissements scolaires contribuent largement à la diffusion du virus, le ministre de l’éducation affirme que “L’école n’est pas le nid du virus” et que seuls 10 établissements sont fermés, alors même que tout est fait pour que les cas de Covid ne soient ni correctement détectés, ni répertoriés de manière à réagir rapidement. Il estime donc que la réouverture des écoles avec pour seule protection sanitaire le masque à partir du collège est une réussite. Pourtant Santé publique France dénombrait un tiers des foyers de contamination en milieu scolaire et universitaire. Le ministre fait une distinction entre les deux, accusant une contagiosité extérieure aux établissements, liée par exemple aux fêtes étudiantes. Il continue à affirmer par ailleurs que les enfants ont une faible contagiosité.

#1559 Source Bfmtv.com

France, Calais : un nouveau démantèlement d’un important campement de migrants a lieu

France, Calais. Un nouveau démantèlement d’un important campement de migrants a lieu dès 7 heures du matin rue des Dunes, concernant 700 et 800 personnes, ont constaté des journalistes de l’AFP. L’opération a donné lieu à 21 interpellations. La préfecture prétend qu’il s’agit de protéger les migrants des conditions climatiques qui vont se détériorer pendant l’hiver, et précise que 150 migrants seront « mis à l’abri » dans le Pas-de Calais, 150 dans les autres départements des Hauts-de-France et les 500 autres acheminés dans des centres d’accueil de différentes régions. La zone en question devrait être rendue inaccessible pour éviter toute nouvelle installation.

#1569 Source www.courrier-picard.fr

Etats-Unis, Dallas : le logiciel de Securus Technologies à destination des détenus permettrait d’envisager le remplacement des parloirs physiques par des “visites virtuelles” sur tablettes

Etats Unis, Dallas. L’entreprise Securus Technologies, filiale d’Aventiv Technologies, présente une offre numérique à l’administration pénitentiaire, la plateforme Securus Unity. Il s’agit d’un logiciel pour tablettes qui serait destiné aux détenus et permettrait un accès à des ressources pour la préparation de leur projet de réinsertion, mais surtout des “visites virtuelles” avec leur proche dans le but d’envisager la suppression des parloirs physiques, dans la suite des mesures sanitaires qui les ont limités ou le plus souvent supprimés temporairement. On peut s’inquiéter du caractère permanent que pourrait prendre une telle mesure, qui simplifie grandement la gestion carcérale et supprime une présence physique extérieur dans l’univers carcéral.

#1560 Source Prnewswire.com

Etats-Unis : le CIVVL, un “Uber des expulsions” propose de participer à des expulsions locatives en freelance

Etats Unis. Le Civvl, un “Uber des expulsions”, propose de réaliser des expulsions locatives en freelance. S’appuyant sur l’observation que «Les expulsions sont les prestations qui connaissent la plus forte croissance, en raison du Covid-19», cette application propose de jouer les huissiers ou les déménageuses en free-lance, pour déloger des locataires qui n’auraient pas payé leur loyer. Le business plan de l’entreprise OnQall qui possède cette application et propose l’ubérisation de toutes sortes de services, s’appuie sur le fait que des milliers d’huissiers et de déménageurs sont nécessaires afin d’exécuter les procédures d’expulsion qui se multiplient dans le pays, et de résoudre ce nouveau besoin avec la flexibilité d’une sous-traitance où chacun reste son propre patron. La hausse du chômage devrait, selon ses prévisions, pousser de plus en plus de pauvres à rechercher ce genre d’emploi pour pouvoir continuer à payer leur propre loyer…

#1556 Source www.korii.slate.fr

France, Biarritz : la mairie stigmatise “les punks à chien, qui sont des marginaux extrêmement dangereux qui viennent des pays de l’Est ou de Roumanie et qui créent de l’insécurité” et ferme un accueil de jour pour SDF

France, Biarritz. La mairie de la ville veut fermer le Point Accueil Jour (PAJ) pour les sans-abris pour “des raisons de sécurité” et veut ouvrir à la place un accueil pour les femmes victimes de violences. A l’occasion de cette annonce, la maire affirme qu’elle veut “faire la différence entre le SDF “traditionnel” si je peux dire, parce que je n’aime pas ce terme, de certains punks à chien, qui sont des marginaux extrêmement dangereux qui viennent des pays de l’Est ou de Roumanie et qui créent de l’insécurité. Donc le traitement de ces populations sous l’appellation SDF ne doit pas être le même”.

#1555 Source Francebleu.fr

Europe : la Commission européenne a publié son “Nouveau Pacte sur l’asile et la migration” qui remplace la notion “d’accueil” par celle “d’aide au retour”

Europe. La Commission européenne a publié son «Nouveau Pacte sur l’asile et la migration» qui propose un nouveau cadre politique et législatif aux politiques migratoires nationales et européennes. Le pacte remplace la notion d’accueil par celle “d’aide au retour”, donc propose comme si c’était dans l’intérêt des migrants, une série de mesures pour optimiser les expulsions. Il un système de «parrainage»: des pays de l’UE qui refusent d’accueillir des réfugiés tels que l’Autriche, la Pologne, la Hongrie ou la République tchèque pourront «parrainer» en aidant à financer l’expulsion des migrants vers leur pays d’origine, ce que le pacte assimile à une forme de solidarité. En dépit de toute considération sur “l’asile”, le pacte propose de faciliter l’expulsions de migrants potentiellement victimes de discrimination, de persécution et de torture dans leur pays de retour. Il incite aussi au renforcement de l’externalisation de la gestion des frontières en améliorant la coopération avec les pays tiers et en leur demandant de sceller leurs frontières et d’empêcher les gens de partir, ce qui se pratique déjà dans les balkans. Le pacte vise aussi à étendre les mécanismes d’évaluation des demandeurs d’asile et des migrants dans les pays où ils entrent pour la première fois pour permettre un «filtrage» effectué dans des camps de tri prévus à cet effet. Selon le nouveau système, les personnes seront identifiées dans un délai maximum de cinq jours et toute demande d’asile doit être traitée dans un délai de 12 semaines.

#1550 vu sur euromedrights.org

France, Plaisir : Le CRA de Plaisir va être transformé en “CRA Covid”

France, Plaisir. Le centre de rétention de Plaisir dans les Yvelines est réservé aux migrants positifs au Covid-19. Dans ce centre qui peut accueillir d’ordinaire un maximum de 26 exilés en situation irrégulière, “des places seront ouvertes” pour accueillir les migrants atteints du coronavirus et qui se trouvent dans d’autres CRA de la région parisienne a annoncé le ministère de l’Intérieur. La date de la transformation en “CRA Covid” de cet établissement du lieu n’est pas encore arrêtée. France Terre d’Asile, cogestionnaire du centre, participe à l’installation de cette unité spéciale. Ce n’est pas le premier CRA qui est exclusivement dédié aux personnes retenues positives. Depuis la mi-juillet, l’un des trois bâtiments du centre de rétention de Vincennes, à Paris, était utilisé comme tel, et a accueilli en septembre jusqu’à 17 retenus contaminés. Le choix du CRA de Plaisir, le plus petit de la région, pour supplanter celui de Vincennes, bien plus important, n’est pas innocent : il s’agit “de libérer de la place pour maintenir davantage en rétention”, d’après une intervenante dans le centre.

#1583 Source Bfmtv.com

France : un assouplissement du protocole sanitaire dans les écoles est annoncé alors que la pandémie se poursuit

France. Alors que 2000 classes sont fermées et que les indicateurs épidémiologiques sont inquiétants, le gouvernement annonce un assouplissement du protocole sanitaire dans les écoles. Désormais, il faudra trois cas testés positifs issus de familles différentes pour qu’une fermeture de classe soit éventuellement prononcée. On apprend par ailleurs de source directe que dans les collèges et lycées, la remontée de cas positifs chez les enseignants comme chez les élèves se fait désormais une fois par semaine et plus quotidiennement. Les préfectures ne veulent donc tout simplement plus savoir combien d’élèves ou d’enseignants positifs sont présents dans les établissements scolaires, ni faire quoi que soit pour empêcher les contagions. Face à l’inquiétude grandissante, ces mesures questionnent sur la politique sanitaire actuelle : la priorité serait avant tout le maintien au travail qui implique que les enfants soient à l’école, y compris au détriment de la santé. Ces mesures sont en totale contradiction avec le fameux “triptyque” “Protéger, tester et isoler” supposé permettre de “vivre avec le virus”, d’autant que dans les zones dites avec euphémisme “en tension”, les résultats des tests mettent de 4 à 8 jours pour être délivrés, ce qui ne permet justement pas de “tester et isoler” de manière à “protéger”.

#1557 Source LCI.fr

Etats-Unis : l’agence de contrôle de l’immigration américaine est accusée de pratiquer des stérilisations forcées de femmes migrantes dans ses centres de détention

Etats Unis. L’ICE (agence de contrôle de l’immigration qui cogère un grand nombre de prisons pour migrants) est accusée de faire pratiquer des stérilisations forcées de femmes migrantes dans ses centres de détention. L’information de départ a été diffusée par une infirmière d’une de ces prisons privées qui a dénoncé la pratique d’hystérectomies (ablation de l’utérus) sur des femmes détenues au centre de détention du comté d’Irwin, dans l’État américain de Géorgie. Elle précise que certaines d’entre elles n’étaient même pas informées de l’opération chirurgicale qu’elles avaient subi. La pandémie a débridé l’imaginaire xénophobe qui préside à ce genre d’actes terribles. Les responsables de l’ICE sont en effet aussi accusés d’avoir pris des mesures proactives qui ont mis en danger les détenus pendant la pandémie, comme la pulvérisation de désinfectants puissants – qui peuvent causer des brûlures, des saignements et des problèmes respiratoires et ont rendu les détenus malades – dans des zones surpeuplées et mal ventilées, parfois jusqu’à 50 fois par jour. En juin, afin d’envoyer des agents à Washington pour réprimer les manifestations, les responsables de l’ICE ont affrété un avion pour transférer un groupe d’immigrants dans un centre de détention en Virginie. La seule raison apparente du transfert était d’exploiter une faille dans une règle interdisant aux employés de l’ICE de voyager dans des avions affrétés à moins qu’ils ne soient accompagnés d’immigrants détenus. Le résultat a été une épidémie de Covid-19 qui a infecté plus de 300 détenus et en a tué au moins un.

#1554 Source www.amnesty.org

Chine : dans le cadre de l’opération « union des ethnies en une seule famille », l’Etat chinois envoie des cadres dormir une semaine par mois dans les foyers ouïgours pour soumettre le dernier espace d’intimité à sa surveillance

Chine. Depuis 2016, dans le cadre de l’opération « union des ethnies en une seule famille », l’Etat chinois envoie des cadres dormir une semaine par mois dans les foyers ouïgours pour soumettre le dernier espace d’intimité à sa surveillance. Les faux “cousins chinois” inspectent tous les aspects de la vie intime des familles ouigoures, allant jusqu’à dormir sur un matelas dans leur chambre. Les enfants sont interrogés pour tout connaître des habitudes familiales. Une femme réfugiée depuis aux Etats Unis témoigne : « pour eux, ça semblait comme un jeu, mais qui consistait à nous espionner », Sa famille était surveillée par un cousin pour chacun de ses membres (soit trois hommes et une femme), le père faisant exception à la règle car il était étranger (pakistanais). Plus de 100 000 cadres et fonctionnaires ont été affectés à cette opération en 2016 et cette surveillance expérimentale s’est depuis intensifiée et généralisée.

#1542 vu sur lemonde.fr

Maroc, Casablanca : en plus du couvre-feu, les forces de l’ordre patrouillent pour remettre en place le confinement et les établissements scolaires restent fermés

Maroc, Casablanca. La ville est verrouillée face à l’extension de la pandémie de coronavirus et les forces de l’ordre patrouillent pour remettre en place le confinement. Le ministre de la Santé estime que le pays « risque d’être submergé par le virus du Covid-19 ». Dimanche 6 septembre, le pays a enregistré plus de 2 000 nouveaux cas de contamination, dont 42% dans la région de Casablanca. En plus du couvre-feu, les établissements scolaires restent fermés pendant au moins quinze jours.

#1528 vu sur rfi.fr

Israël : un reconfinement national de trois semaines est annoncé par le gouvernement

Israël. Après avoir imposé un couvre-feu à une quarantaine de villes la semaine dernière, le gouvernement annonce un reconfinement national de trois semaines, qui entre en vigueur le jour de Rosh Hashana (nouvel an) et alors que plusieurs fêtes religieuses seront affectées par la mesure. Le pays devient ainsi la première “économie développée” à prendre une telle mesure pour freiner une seconde vague de contamination.

Israeli police officers clash with Ultra Orthodox Jewish men during a protest against the enforcement of coronavirus emergency regulations, in the Ultra Orthodox jewish neighborhood of Mea Shearim, Jerusalem, October 4, 2020

#1526 vu sur ouest-france.fr

Algérie : les autorités coupent l’accès aux réseaux sociaux dans tout le pays pour empêcher la triche aux examens

Algérie. L’accès aux réseaux sociaux est coupé dans tout le pays pour empêcher la triche aux examens, reportés pour cause de Covid. Le phénomène de fraude au brevet et au baccalauréat a pris de l’ampleur ces dernières années en Algérie, et les autorités ont adopté des sanctions pénales criminalisant la triche et la sanctionnant de prison ferme. Le code pénal, amendé en avril, criminalise “l’atteinte aux examens et concours” et toute personne impliquée dans la fraude aux examens encourt une peine allant d’un à 15 ans de prison. Selon le ministère de la Justice, les tribunaux du pays ont commencé à prononcer “les premières peines d’emprisonnement” pour des faits liés à la fuite de sujets du Brevet d’enseignement moyen (BEM), qui a eu lieu du 7 au 9 septembre, mais aussi à la diffusion de corrigés et à la “triche”. Un lycéen algérien s’est ainsi vu infliger une peine d’un an de prison pour avoir diffusé le corrigé d’une épreuve du brevet. Une autre personne, accusée d’avoir fait “fuiter le sujet de langue arabe par téléphone portable”, a été placée en détention provisoire par le tribunal de M’sila.

#1525 vu sur ouest-france.frr

International : l’OMS recommande des mesures contraires à ce qui se passe en France (au moins un mètre entre les élèves et la possibilité d’imposer le port du masque entre 5 et 11 ans)

International. Dans un rapport “destinée à aider les décideurs et les éducateurs à prendre des décisions sur la gestion des écoles de manière aussi sûre que possible”, l’OMS recommande de prendre des mesures permettant une distanciation d’au moins un mètre entre les élèves, en plus du port du masque et de l’hygiène des mains, et la possibilité d’imposer le port du masque entre 5 et 11 ans. Par ailleurs le rapport insiste sur la nécessité d’une mise à l’écart avec test rapide en cas de suspicion de covid, actuellement largement impossible dans les zones rouges où les délais des tests sont de plus en plus importants. L’ensemble des préconisations de ce rapport sont contradictoire avec la politique actuelle menée en France concernant les établissements scolaires.

#1541 vu sur who.int

Etats Unis, Oregon : environ 1 300 détenues de la prison pour femme de Coffee Creek évacuées suite aux incendies qui menacent la banlieue sud de Portland

Etats Unis, Oregon. Alors que des incendies de forêt menaçaient les banlieues au sud de Portland, la Garde nationale de l’Oregon a évacué environ 1 300 détenues de la prison pour femme de Coffee Creek à Wilsonville. Coffee Creek est la seule prison pour femmes de l’État, ainsi que le site d’admission des délinquants masculins de l’État. Cette nuit-là, environ 1 000 détenues ont été transférées à Deer Ridge, un établissement à sécurité moyenne situé à six kilomètres à l’est de Madras. Pour faire de la place, tous les hommes détenus de Deer Ridge ont été transférés dans un bâtiment à sécurité minimale inutilisé de la prison, situé sur place et hors d’usage depuis 2016. Ces détenus ont protesté contre des conditions sanitaires invivables liées à l’insalubrité du bâtiment, avec la présence de souris, de moisissure noire signe d’une très mauvaise ventilation, l’absence de couchettes, etc. Les prisonniers sont sortis de leurs unités de logement et sont restés dans la cour en refusant de remonter en cellule. Ce n’est que suite à l’émeute que les responsables des services correctionnels de l’État ont déclaré samedi que des matelas avaient été apportés et que l’installation serait nettoyée.

#1539 vu sur pamplinmedia.com

France. Le retour à l’école des élèves porteurs du covid se feront sur une attestation sur l’honneur des parents

France. Alors que les cas de suspiscion covid se multiplient dans les écoles, le ministère de l’éducation indique que le retour à l’école des élèves ayant été identifiés comme cas contacts ou présentant des symptômes du Covid-19 se ferait sur la seule foi d’une attestation sur l’honneur des parents indiquant soit que l’enfant a obtenu un test PCR négatif, soit qu’un médecin a écarté le diagnostic Covid-19. Selon le nouveau protocole, pour retourner en cours, aucun certificat, ni preuve de dépistage négatif au Covid-19 ne devra être demandé à l’élève potentiellement contaminé. Ce protocole intervient après des plaintes des médecins, surchargés par les demandes de certificats médicaux pour des enfants et adolescents cas contacts ou présentant des symptômes du coronavirus. Pour résumer, si un enfant est cas contact, il doit faire un test PCR 7 jours après son dernier contact avec le cas confirmé. Si le résultat est négatif, l’enfant peut revenir à l’école avec une attestation sur l’honneur signée de ses parents, indiquant que le test est négatif, mais sans besoin d’apporter de preuve que ce test a été réalisé. Si un enfant a des symptômes évocateurs du Covid, il ne peut revenir à l’école qu’avec une attestation sur l’honneur signée de ses parents, indiquant qu’une consultation médicale a eu lieu et que le médecin a écarté le diagnostic Covid-19. Là aussi, pas besoin de preuve qu’un médecin a été consulté.

#1532 vu sur bfmtv.com

France : l’application de traçage StopCovid continue de se déployer sans qu’aucune évaluation de la part de la Cnil n’ait lieu

France. Des nouvelles de StopCovid, qui ne sert décidément pas à grand chose mais continue pourtant “son déploiement”. Fin août, StopCovid n’avait permis d’alerter que 72 personnes qu’elles étaient des cas contacts d’une personne contaminée et rien ne permet de savoir si parmi les 72 cas contacts notifiés en trois mois d’existence de StopCovid, se trouvaient bien un ou plusieurs cas de Covid-19. Un peu plus de 1 100 personnes s’étaient déclarées positives dans l’application. Par ailleurs, si le nombre de téléchargements cumulés de StopCovid est resté stable – autour de 2 millions –, on ne connaît pas le nombre de désinstallations… Le temps passe et la Cnil qui avait pourtant affirmé suspendre son jugement en fonction d’une évaluation de l’efficacité du dispositif ne prend pas acte de la situation, les organismes d’évaluation s’appuyant sur le faible nombre d’utilisateur pour considérer que cette évaluation n’est pas possible… Kafka n’est pas loin !

#1521 vu sur acteurspublics.fr

Royaume-Uni : le gouvernement interdit les rassemblements de plus de 6 personnes

Royaume Uni. Le gouvernement interdit les rassemblements de plus de 6 personnes alors qu’ils étaient jusque-là limités à 30. Il y a une poussée de cas de Covid dans le pays avec plus de 3 300 contaminations ces derniers jours, soit trois fois plus qu’il y a un mois. Comme partout en Europe, il s’agit d’éviter un second confinement général. Comme partout aussi cette limitation comporte des exceptions de taille : elle ne s’applique pas aux foyers qui comptent plus de six personnes, aux écoles, lieux de travail ou aux mariages et enterrements. Un Londonien témoigne : « Nous, on est une famille de cinq, ce qui veut dire qu’on peut voir une personne en plus, mais c’est un problème avec mes parents qui sont deux et du coup nos enfants craignent de ne pas pouvoir voir leurs grands-parents. Le problème, c’est que d’un côté le gouvernement nous dit “sortez, allez au pub, allez au travail, renvoyez vos enfants à l’école” et de l’autre, ils disent “oh, il faut tout changer”. C’est la panique et c’est vraiment contradictoire ». La mesure est d’autant plus impopulaire que les autorités ont prévu des amendes allant de 110 euros jusqu’à 3 500 euros en cas de récidive, et incitent les Britanniques à dénoncer les contrevenants en appelant une ligne spéciale.

#1520 vu sur rfi.fr

Singapour : des “vols vers nulle part” mis en place pour aider les compagnies aériennes

Singapour. Pour aider les compagnies aériennes à survivre à l’année 2020 le gouvernement évoque la possibilité d’affréter des vols qui décolleraient et atterriraient au même endroit 3 heures plus tard, soit… « des vols pour nulle part ». Une compagnie taïwanaise a déjà proposé cette année des « vols pour nulle part » mais Singapour songe à aller plus loin et à proposer des offres en partenariat avec des hôtels pour réaliser des “staycations”, un mot-valise anglais que l’on peut traduire par « vacances à la maison ». Une étude réalisée sur plus de 300 Singapouriens met en confiance la compagnie aérienne. Les trois quarts ont déclaré être prêts à payer pour un de ces « vols vers nulle part » et près de la moitié sont prêts à débourser 360 euros pour un siège en classe affaires.

#1522 vu sur rfi.fr

France : la ministre déléguée au Logement soutient un projet de loi qui devrait rendre bien plus rapides les procédures d’expulsion des squatteurs

France. La ministre déléguée au Logement soutient un projet de loi qui devrait rendre bien plus rapides les procédures d’expulsion des squatteurs. Après constatation du squat, les propriétaires devront déposer une plainte auprès du préfet en prouvant qu’ils sont les occupants légaux des lieux. Le préfet devra alors répondre à la demande sous 48 heures. Ensuite, le représentant de l’État informera les squatteurs et leur donnera 24 heures pour quitter les lieux. Il est aussi prévu de renforcer les peines encourues par les squatteurs qui seraient désormais fixées à 3 ans de prison.

#1535 vu sur rtl.fr

Royaume Uni, Londres : la “participation citoyenne” est utilisée pour faire respecter les règles sanitaires avec la mise en place de covid-marshalls

Royaume Uni, Londres. La “participation citoyenne” est utilisée pour faire respecter les règles sanitaires. Les “Covid-secure marshals” porteront des gilets réfléchissants, distribueront des masques, du gel désinfectant, et seront répartis autour de pubs, de restaurants et autres points de rendez-vous et devront s’assurer que clients et commerces respectent les mesures sanitaires. Dans les comtés du Devon et de Cornouailles les préfets ont déjà créé cet été une ‘équipe de sécurité’ s’appuyant sur des patrouilles et de la vidéosurveillance. Avec l’introduction de la “rule of six”, la limitation des rassemblements à six personnes, l’idée est d’étendre le concept de ces unités à l’ensemble du pays. Mais le pouvoir réel de ces patrouilles et les sanctions à leur disposition restent encore floues.

#1533 vu sur courrierinternational.com

France : l’ARS considère comme contacts à risque les profs qui portent les masques fournis à la rentrée et confirme qu’ils ne protègent pas du virus…

France. En considérant les enseignants porteurs de masques comme des “contacts à risque”, l’ARS confirme que les masques distribués aux enseignants lors de la pré-rentrée avec l’obligation d’un port permanent pendant toute la journée de cours ne protègent pas du virus. C’est pourtant la seule mesure finalement prise pour éviter les contaminations dans les établissements scolaires, en particulier dans les écoles maternelles et primaires où l’enseignant est le seul à le porter. Ces masques sont en effet en tissu très fin et sans pince-nez. L’ARS impose la quatorzaine les enseignants qui ont porté ces masques en tissu, et pas les autres. Les mesures prises en cas de contamination dans les classes sont d’ailleurs opaques et très variables selon les écoles. On met en quatorzaine des enseignants mais pas des animateurs, ou l’inverse, sans que les parents soient informés des résultats globaux des tests, comme dans les Ehpad où les proches ne sont informés que de la situation du patient qu’ils connaissent mais ne peuvent pas avoir de vision globale de la situation épidémique dans les établissements.

#1514 vu sur www.lemonde.fr

France : les annonces du gouvernement montrent une priorité donnée à la poursuite du fonctionnement économique et des institutions diverses en particulier les écoles au détriment de la protection sanitaire

France. Alors que le nombre de contaminations explose en France avec 42 département placés en zone rouge, les nouvelles annonces du gouvernement s’orientent clairement vers une priorité donnée à la poursuite du fonctionnement économique et des institutions diverses en particulier les écoles, avec une marge de manoeuvre importante laissée aux préfets pour décider ou nom de fermetures éventuelles. Jean Castex a d’ailleurs demandé aux préfets des « mesures complémentaires » pour Marseille, Bordeaux et la Guadeloupe, où est constaté une « évolution préoccupante des contaminations » : « Compte tenu des prévisions que nous pouvons faire à trois semaines sur l’occupation des lits de réanimation, j’ai demandé aux préfets concernés de me proposer lundi un ensemble de nouvelles mesures complémentaires, après avoir mené les concertations locales nécessaires. » Des établissements sont fermés, d’autres restent ouverts avec quelques classes confinées, dans une opacité totale, les enfants et leurs familles n’étant jamais informées de la situation épidémique. La seule mesure d’ampleur est la réduction de la quarantaine à 7 jours, avec promesse d’un renforcement des contrôles pour que cette quarantaine soit vraiment appliquée, ainsi que le renforcement des circuits de dépistages et de traçage avec l’embauche de 2000 personnes dédiées au traçage des “cas contacts”. La législation qui régit la quarantaine étant placée sous le statut de l’enfermement administratif, il est primordial d’être vigilant sur les mesures de contrôles et d’enfermement qui peuvent se mettre en place ici ou là au bon vouloir des préfets . Dans le même temps on apprend que les centres de dépistages sont pour la plupart saturés et qu’il faut parfois 10 à 15 jours pour obtenir des résultats qui s’avèrent du coup inutiles.

#1516 vu sur www.lemonde.fr

France, Calais : la distribution de repas aux migrants par les associations non-mandatées est interdite en raison de “troubles à l’ordre public” et du “non-respect des gestes barrière”

France, Calais. Sur instruction de Gérald Darmanin, le préfet interdit la distribution de repas aux migrants par les associations non-mandatées en raison de “troubles à l’ordre public” et du “non-respect des gestes barrière”. Les associations qui donnent des repas aux migrants protestent contre cette “mesure indigne” qui va priver de nourriture la plupart des migrants dont les conditions de survie empirent avec les nombreuses évacuations de campement qui ont lieu actuellement dans la région. Cette annonce fait suite à une réunion avec la maire de la ville qui demande des mesures dissuasives et répressives contre les migrants. Depuis sa nomination au ministère de l’Intérieur, Darmanin multiplie les opération de “démantèlement” des campement de migrants, comme le démantèlement zone des Dunes, puis autour du complexe Calypso. Il a aussi confirmé l’arrivée de trente nouveaux policiers, qui s’ajoutent à la compagnie de CRS supplémentaire arrivée cet été.

#1512 vu sur www.lavoixdunord.fr

Maroc, Safi, Kénitra : des reconfinements locaux sont instaurés mais les ouvriers continuent de travailler sans mesures de protection sanitaire

Maroc, Safi, Kénitra. Des reconfinements locaux sont instaurés face à une augmentation de la propagation du virus, mais les ouvriers continuent de travailler sans mesures de protection sanitaire. Tous les lieux de travail qui réunissent de nombreux employés deviennent des foyers de propagation épidémique dans le pays et de plus en plus d’ouvriers manifestent pour exiger des mesures de protection et des tests. A Safi; depuis près de quatre jours, les sardinières de l’usine Unimer à Safi manifestent sur leur lieu de travail, exigeant des tests PCR. En effet, cette demande a été réitérée après la découverte d’un premier cas au sein de ces ouvrières puis la nouvelle du fait que 253 des 534 derniers tests positifs dans tout le pays se concentrent dans ce nouveau foyer infectieux. Au soir de l’annonce de ce nouveau foyer, les autorités locales se sont empressées de fermer les accès à la ville, désormais reconfinée. Les quartiers où vivent principalement les ouvrières de l’entreprise ont par ailleurs été isolés. A l’issue d’une réunion tenue le soir-même, le wali de la région Marrakech-Safi, Karim Kassi-Lahlou, a insisté par ailleurs sur le renforcement des mesures de confinement pour reprendre le contrôle de la situation. Les employeurs refusent systématiquement les demandes de protection et de dépistage massif, certain cachant même une partie de leurs employés dans des camions à l’arrière de l’usine lors des visites de contrôle pour faire croire que la distanciation est respectée. A Kénitra, les ouvriers d’une des nombreuses usines de câblage de voiture de la région, toutes fortement touchées par le virus et qui travaillent sans aucunes protections sanitaires sont menacés de licenciement parce qu’ils demandent des tests. Plusieurs manifestations spontanées et grèves sauvages ont eu lieu face au refus de employeurs de fournir des équipement de protection et d’organiser des dépistages. «Il y a tout juste quatre jours, 165 cas ont été identifiés au sein d’une seule unité parmi les trois principales, près de 35 dans une deuxième et 70 dans une troisième, sachant que ce ne sont que les chiffres que nous avons pu obtenir.» affirme un syndicaliste. Les quelques tests (positifs) qui ont pu être faits ont été accompagnés de représailles et de menaces de licenciement et depuis juillet au moins 120 personnes ont été “remerciées sans motif sérieux”, affirme-t-il.

#1509 vu sur www.yabiladi.com

France (Auvergne Rhône-Alpes) : des caméras thermiques ont été installées dans 3 lycées “test”

France (Auvergne Rhône-Alpes). Trois lycées ont installé des caméras thermiques qui ont été inaugurées par le président de la région Laurent Wauquiez à la rentrée, contre l’avis de la CNIL. Si le test est jugé concluant, des appareils seront proposés aux 576 lycées de la région. Des caméras thermiques ont été mises en place dès la mi-mai à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle pour contrôler la température des voyageurs. Fin juillet, la SNCF en a également installé Gare de Lyon. Pour autoriser ces dispositifs, la Cnil veut que leur utilité soit démontrée au regard de l’impact qu’ils peuvent avoir sur la vie privée des personnes filmées, étant donnée que ces caméras accèdent à des données particulièrement privées. Pour la Cnil, il s’agit toujours d’une question de ratio entre le contrôle effectué et son “bénéfice”. La question de l’anonymat est aussi discuté dans la mesure où ces dispositifs pourraient servir à effectuer du traçage grâce à la reconnaissance faciale. La région affirme que dans ce cas les données ne sont pas stockées et que seul l’élève est informé de sa température, estimant que le dispositif reste “sur une base de volontariat”, affirmations largement contradictoires ! A l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle, où les caméras mises en place balayent un large champ de vision et où les voyageurs filmés ne peuvent donc pas “donner leur autorisation au préalable”, le dispositif est toujours en place. La Cnil va jusqu’à proposer de permettre aux personnes qui s’opposent au prélèvement de leurs données personnelles de l’exprimer par un «non» de la tête, pour autoriser le dispositif. Le Conseil d’État a pris une position plus ferme que la Cnil en interdisant fin juin l’installation de ces appareils dans une école de l’Essonne.

#1518 vu sur www.lefigaro.fr

France : une grande partie de personnes dites vulnérables à des risque de formes graves de Covid-19 ne peuvent plus bénéficier des dispositions de chômage partiel

France. Une grande partie de personnes dites vulnérables à des risque de formes graves de Covid-19 ne peuvent plus bénéficier des dispositions de chômage partiel à compter du 1er septembre. Un décret paru dimanche 30 août au Journal officiel durcit ces règles, en réduisant sensiblement la liste des personnes pouvant en bénéficier, dont les « salariés partageant le domicile d’une personne vulnérable ». Le chômage partiel n’est désormais pris en compte que « pour les personnes atteintes de certaines pathologies qui présentent un risque particulièrement élevé de formes graves de Covid ». Selon le décret, ce sont les personnes souffrant d’un cancer évolutif sous traitement, ceux qui sont atteints d’une immunodépression congénitale ou acquise, les personnes en dialyse ou présentant une insuffisance rénale chronique sévère, et celles âgées de 65 ans ou plus souffrant d’un diabète associé à une obésité ou des complications micro ou macrovasculaires. Les maladies pulmonaires sont désormais exclues de la liste. Pour justifier ces restrictions, le gouvernement s’appuie non pas sur des données médicales, mais sur le risque de “désinvestissement professionnel” des salariés. Le seul recours des salariés fragiles sera donc bientôt le congé maladie longue durée, avec une baisse conséquente de leur rémunération.

#1505 vu sur www.lemonde.fr

Kenya : le gouvernement a annoncé que tous les élèves du pays devraient obligatoirement redoubler cette année, par crainte d’une baisse du niveau scolaire suite à la fermeture des écoles pendant le confinement

Kenya. Le gouvernement a annoncé que tous les élèves du pays devraient obligatoirement redoubler cette année, par crainte d’une baisse du niveau scolaire à cause de la fermeture des écoles pendant le confinement. Pres de 18 millions d’élèves, répartis au sein de 90 000 écoles dans le pays, sont concernés, auxquels il faut ajouter les 150 000 enfants et adolescents vivant dans les camps de réfugiés dont la rentrée est prévue au mois de janvier. C’est la première fois qu’un pays prend ce type de décision depuis le début de la pandémie de coronavirus.

#1496 vu sur www.lepoint.fr

France : la rentrée scolaire est prétendument “normale”, les élèves s’entassent avec le masque comme seule protection sanitaire, le ministère ne communique pas sur les classes et écoles déjà refermées pour cause de covid

France. La rentrée scolaire “normale” d’après le ministère a lieu, avec une gestion grandement simplifiée puisque toutes les mesures de protection sanitaire ou d’éloignement ont été levées, y compris dans le zones rouges, excepté le port du masque, obligatoire pour tous les enseignants et les élèves à partir du collège. Les élèves s’entassent donc, en toute normalité, jusqu’à 35 par classes, avec des sanitaires la plupart du temps en très mauvais état. En cas de découverte d’un cas positif parmi les élèves ou le personnel, les mesures à prendre seront laissée à l’appréciation du préfet et, si les principaux et proviseurs assurent que tous les scénarios sont prévus, aucune information n’est donnée à part qu’ils en informeront les autorités sanitaires et les préfecture qui prendront alors une décision, probablement de confinement très ciblé puisqu’il s’agit de forcer le retour à la normal et d’éviter toute mesure de confinement généralisé, quel que soit le devenir de la pandémie, quitte à “habituer la population à une surmortalité”.

#1492 vu sur Le Monde et sources directes

Le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces publics à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne

France, Paris et petite couronne. Le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces publics à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne. Selon le gouvernement, il s’agit de “tout faire pour éviter un reconfinement généralisé”, qui serait dévastateur pour l’économie, alors que 29 départements sont désormais en “zone rouge” pour la transmission du virus. La mairie affirme que les contrôles seront pour l’instant préventifs et qu’une période de tolérance avant sanction s’ouvre pour une quinzaine de jours, ce qui n’empêche pas que le non port du masque devienne prétexte à répression plus ou moins ciblée en fonction des besoins, des lubies et des mauvaises humeurs policières. La préfecture de police de Paris, quant à elle, a confirmé que quand un riverain “est en train de boire, manger ou fumer”, “on ne va pas verbaliser”. “C’est une question de discernement”.

#1470 vu sur www.lexpress.fr

Etats Unis : les procureurs et les législateurs de plusieurs États multiplient les accusations criminelles contre les manifestants interpellés pendant les mobilisations suite à la mort de Georges Floyd

Etats Unis. Les procureurs et les législateurs de plusieurs États multiplient les accusations criminelles contre les manifestants interpellés pendant les mobilisations suite à la mort de Georges Floyd, ajoutant parfois la qualification de terrorisme. Les législations elles-mêmes sont en train d’être durcies, comme dans le Tennessee où une nouvelle loi criminalise le fait de participer à certains types de manifestations, y compris camper pendant la nuit sur la propriété de l’État, qui était auparavant un délit, avec la particularité que dans cet Etat, les personnes reconnues coupables de crimes perdent leur droit de vote. Dans d’autres Etats où la police a accusé en masse les manifestants de crimes, les procureurs ont rapidement abandonné ce type de charges pour les ramener à des délits de manifestation. La mobilisation se poursuit et retrouve régulièrement de l’intensité dans plusieurs Etats du pays. Lundi, les manifestants ont incendié un bâtiment du Département d’État des services correctionnels. La nuit suivante, des membres armés d’une milice suprémaciste blanche ont organisé des contre-manifestations pour protéger les bâtiments officiels.

#1502 vu sur theintercept.com

Brésil : le gouvernement durcit sa réglementation sur l’avortement en cas de viol suite à la mobilisation de l’extrême droite religieuse contre l’avortement d’une petite fille de 10 ans

Brésil. Suite à la mobilisation de l’extrême droite religieuse contre l’avortement d’une petite fille de 10 ans enceinte suite à un viol dans le cadre familial, le gouvernement durcit sa réglementation sur l’avortement en cas de viol, un des rares cas dans lequel il est autorisé. Le personnel médical sera obligé de proposer à la femme de voir l’embryon ou le fœtus par échographie avant l’opération. Celle-ci devra aussi « raconter en détail » ce qui s’est passé et sera avertie qu’elle risquera des poursuites si elle ne peut pas prouver ses dires. Enfin, le viol sera obligatoirement signalé à la police avec dépôt de plainte, que la femme le veuille ou non. Au Brésil, six enfants entre 10 et 13 ans avortent chaque jour.

#1487 vu sur www.lemonde.fr

Etats Unis : un cinquième prisonnier fédéral est exécuté après 17 ans de pause des exécutions, l’administration Trump a désormais procédé à plus d’exécutions qu’au cours des 57 années précédentes

Etats Unis. Un cinquième prisonnier fédéral est exécuté après une pause de 17 ans. Il s’agit de Keith Nelson, accusé de viol et meurtre sur un enfant, qui a reçu des injections létales de pentobarbital. C’était la deuxième exécution cette semaine après que Lezmond Mitchell, aussi accusé de meurtre, a été tué mercredi. L’administration du président Trump, fervent partisan de la peine capitale, a désormais procédé à plus d’exécutions fédérales qu’au cours des 57 années précédentes. Keith Nelson a mis environ neuf minutes à mourir.

#1477 vu sur www.reuters.com

Espagne : le gouvernement mobilise 2000 soldats pour renforcer ses opérations de traçage, mesure présentée comme un moyen d’éviter à tout prix le retour à un confinement généralisé

Espagne. Le gouvernement mobilise 2.000 soldats pour renforcer ses opérations de traçage, afin de pallier un manque de moyens humains dans les régions les plus touchées. Ce renforcement des possibilités de contrôle est présenté comme le moyen d’éviter à tout prix le retour à un confinement généralisé trop coûteux pour l’économie.

#1466 vu sur www.courrierinternational.com

France, Vitry-sur-seine : le bidonville du Parc des Lilas, où vivaient quelques 300 personnes, a été évacué et démoli par les forces de l’ordre

France, Vitry-sur-seine. Le bidonville du Parc des Lilas, où vivaient quelques 300 personnes, a été évacué et démoli par les forces de l’ordre. Les 300 personnes qui y vivaient, venant de Roumanie, de Moldavie ou d’Ukraine, avaient pour la plupart, fui quelques heures plus tôt et seules deux familles ont été prises en charge par les services sociaux et relogées très provisoirement (pour 7 jours) en hôtel. Pour bénéficier d’une telle “mise à l’abri”, il faut répondre à des critères très spécifiques : “avoir des enfants de moins de trois ans, être enceinte ou présenter une vulnérabilité apparente, être présent le jour de l’expulsion.” Et au bout d’une semaine, la prise en charge cesse… Selon l’association Romeurope, d’autres bidonvilles devraient être la cible d’expulsion « avant la fin de l’été », notamment à Drancy, Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Champs-sur-Marne, Noisiel (Seine-et-Marne) et Savigny-sur-Orge (Essonne).

#1459 vu sur actu.fr

Espagne, Madrid : la rentrée se prépare avec un ratio d’élèves par classe diminué de 25 à 20 et l’installation de 6 000 caméras à l’intérieur des établissements et des classes

Espagne, Madrid. La rentrée se prépare avec un ratio d’élèves par classe diminué de 25 à 20 et une rentrée échelonnée du 4 au 18 septembre, ce qui implique l’embauche de 11 000 enseignants. Le masque est obligatoire dès 6 ans et un coordinateur COVID sera nommé dans chaque établissement. La possibilité d’un enseignement à distance est aussi préparée par l’achat de 70 000 ordinateurs. Mais le plus frappant reste l’installation de 6 000 caméras à l’intérieur des établissements et des classes pour que les élèves confinés puissent suivre les cours en ligne.

#1463 vu sur www.telemadrid.es

France : suite aux dégradations, pillages et affrontements en marge de la finale de football, le ministre de l’Intérieur déclare vouloir utiliser des drones pour identifier “les casseurs” et ceux qui manifestent trop souvent (!)

France. Suite aux dégradations, pillages et affrontements en marge de la finale de la Ligue des Champions, le ministre de l’Intérieur déclare vouloir utiliser des drones pour identifier “les casseurs” et ceux et celles qui manifestent trop souvent (!). Il dit avoir demandé l’établissement d’un cadre réglementaire qui permette de «faire des identifications de ces personnes qui reviennent à chaque fois sur les manifestations». Au total, ce soir-là, 158 personnes ont été interpellées et 151 placées en garde à vue, dont 49 mineurs.

Illustrarion of a drone flying over Saint-Cloud near Paris on February 27, 2015. One of three Al-Jazeera journalists arrested for flying a drone in Paris’ Bois de Boulogne park on the western edge of the French capital, for the purposes of a television report, will appear in court next week after pleading guilty, a judicial source said on February 26, 2015. Flying drones over the capital is illegal under French law. AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET (Photo credit should read DOMINIQUE FAGET/AFP via Getty Images)

#1464 vu sur www.lefigaro.fr

Rwanda, Ouganda : ces deux pays qui avaient imposé un confinement strict avec des mesures extrêmement punitives menacent d’instaurer à nouveau un confinement strict face à une nouvelle augmentation des cas

Rwanda, Ouganda. Ces deux pays d’Afrique de l’est qui avaient imposé un confinement strict pour lutter contre le Covid-19 connaissent une nette augmentation de cas positifs au virus. « Un grand nombre de nouveaux (malades) du Covid-19 dans le pays sont infectés dans les espaces publics et les marchés et boutiques », a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué publié dimanche soir. Les autorités ont fait savoir qu’elles n’excluaient pas un nouveau confinement total, aussi strict que celui qui avait été mis en place le 22 mars dernier, possibilité qui inquiète les habitants.

#1457 vu sur afrique.lalibre.be

France, Rennes : à partir de septembre, la police municipale sera dotée de pistolets à impulsion électrique, le maire pense aussi aux “armes létales” pour les patrouilles de nuit

France, Rennes. A partir de septembre, la police municipale va être dotée de pistolets à impulsion électrique. Cette mesure, ainsi que le triplement des patrouilles nocturnes, est présentée comme une réponse à “une inquiétante montée de la délinquance”. De nombreuses polices municipales en sont déjà équipées. La maire de la ville, qui disait y être jusque là fermement opposé, semble maintenant enthousiaste, et n’exclut pas que certains policiers municipaux puissent aussi être équipés “d’armes létales” pour les patrouilles de nuit.

#1450 vu sur www.ouest-france.fr

Australie. Le gouvernement fait avancer un projet de loi qui donne au gouvernement fédéral des pouvoirs sans précédent comme celui d’envoyer des troupes sans l’autorisation d’un gouvernement d’État “en cas d’urgence ou de catastrophe nationale”

Australie. Le gouvernement fait avancer un projet de loi pour donner aux gouvernements fédéraux des pouvoirs sans précédent pour déclarer les situations d’urgence et appeler l’armée, avec ou sans accord du gouvernement de l’État. Ce projet institutionnalise certaines des mesures répressives d’urgence prises pendant la crise sanitaire. Comme aux États-Unis, les mesures proposées annuleraient la division constitutionnelle des pouvoirs des États fédéraux, afin de permettre aux premiers ministres d’envoyer des troupes sans l’autorisation d’un gouvernement d’État ou de territoire “en cas d’urgence ou de catastrophe nationale”. Dans le cadre de la crise du Covid, environ 3 500 militaires ont déjà été mobilisés pour «l’opération COVID-19 Assist», dont environ la moitié à la demande du gouvernement travailliste de l’État de Victoria, actuellement l’État le plus touché par le virus. Les soldats patrouillent dans les rues, frappent à la porte des maisons, s’occupent des postes de contrôle aux frontières, des aéroports et des quarantaines d’hôtels, et effectuent la recherche des contacts. Dans la capitale victorienne de Melbourne, ils aident la police à faire appliquer le couvre-feu de 20 heures à 5 heures. À Victoria, le gouvernement travailliste a en outre déclaré un «état de désastre», lui permettant de suspendre toute loi du Parlement et d’émettre des instructions qui prévalent sur toute loi ou loi. Ces pouvoirs peuvent être utilisés pour réprimer les troubles et interdire les grèves.

#1448 vu sur wsws.org

Royaume Uni : le gouvernement considère l’afflux de migrants par la Manche comme une menace nationale et depuis une semaine, un avion militaire patrouille pour effrayer les migrants

Royaume Uni. Le gouvernement considère l’afflux de migrants par la Manche comme une menace nationale et décrit la traversée de la Manche comme “stupide, dangereuse et criminelle”. Le ministre de l’intérieur a déclaré que tout serait fait pour “protéger” le pays de cette menace… Ces déclarations interviennent alors qu’à partir de 2021, les accords de Dublin sur le rapatriement vers d’autres pays de l’UE seront caducs et l’accès aux bases de données européennes sans aucune restriction ne sera plus possible. Depuis une semaine, un avion militaire traverse la Manche pour effrayer les migrants.

#1439 vu sur mars-infos.org

France : alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de villes, les masques envoyés aux bénéficiaires de la CMU sont de très mauvaise qualité et monocouches donc inefficaces…

France. Alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de villes, l’opération d’envoi de masques par la Poste pour les bénéficiaires de la CMU prend fin le 20 août. Le ministre de la santé avait annoncé en juillet que les personnes les plus précaires bénéficieraient de masques gratuits. Des distributions ont lieu pour les personnes sans domicile fixe. Cependant ces masques ne correspondent pas aux normes sanitaires et sont de tellement mauvaise qualité (une seule couche de tissu légère) qu’ils ne protègent pas du virus…

#1446 vu sur www.msn.com

Philippines : le président Duterte continue sa guerre contre toutes les formes de dissidence, avec des arrestations et emprisonnements, mais aussi l’exécution sommaire d’opposants

Philippines. Le président Duterte continue sa guerre contre toutes les formes de dissidence et d’opposition, avec des arrestations et emprisonnements, mais aussi des formes plus violentes encore d’intimidation. Un leader du mouvement paysan, ainsi qu’une militante de la défense des droits de l’homme, ancienne directrice de l’éducation de l’alliance des droits de l’homme Karapatan, ont été été abattus, cette dernière par deux hommes qui se sont enfui à moto malgré les contrôles et checkpoints nombreux mis en place depuis le confinement. Elle est le 13e membre de cette organisation tué depuis la mi-2016. Ces exécutions sommaires surviennent quelques semaines après que Duterte a promulgué une loi anti-terroriste controversée, qui permet des arrestations sans mandat et des détentions plus longues sans inculpation.

#1436 vu sur newsinfo.inquirer.net

Brésil, Campo do Meio : Quilombo campo Grande résiste à une tentative d’expulsion, des dizaines de policiers armés ont été amenés des villes voisines pour l’évacuer, avec des drones pour intimider les 450 occupants

Brésil, Campo do Meio. Depuis trois jours, le campement de Quilombo Campo Grande résiste à une tentative d’expulsion qui a débuté tôt le mercredi 12 août. Le campement situé dans la municipalité de Campo do Meio, dans l’état de Minas Gerais, abrite depuis 1998 450 familles. Des dizaines de policiers et de véhicules ont été amenés des villes voisines pour l’évacuer. Selon les habitants, les policiers sont entrés dans les maisons armés de fusils et de pistolets, cassant les portes et les fenêtres. Le MST (Mouvement des travailleurs ruraux sans terres) a affirmé que la veille de l’expulsion, la police avait encerclé le camp avec des véhicules et des drones, intimidant les familles.

#1411 vu sur www.brasildefato.com.br

Grèce : le gouvernement annonce un confinement sévère des prisons parce que des cas de Covid ont été détectés

Grèce. Le gouvernement annonce un confinement sévère des prisons parce que des cas de Covid ont été détectés. La Grèce présente un nombre de cas confirmés s’élevant à 6600 et un nombre de décès de près de 220, des chiffres relativement bas par rapport au reste des pays du monde que de nombreuses personnes remettent en cause, notamment par l’idée que le nombre de test effectués est trop faible et ne peut permettre une réelle évaluation du nombre du cas positifs au Covid-19.

#1407 vu sur les réseaux sociaux

Australie, Melbourne : un nouvel état d’urgence est déclaré, qui donne à la police le pouvoir d’entrer dans des maisons privées sans mandat ni permission des propriétaires pour des «contrôles ponctuels»

Australie, Melbourne. Les autorités de l’Etat de Victoria déclarent un nouvel état d’urgence pour gérer la crise sanitaire, qui donne à la police le pouvoir d’entrer dans les maisons privées, sans mandat ni permission des propriétaires, afin d’effectuer des «contrôles ponctuels». Un couvre-feu ne permettant pas aux personnes de quitter leur domicile entre 20 h 00 et 5 h 00, sauf pour «des raisons professionnelles et essentielles de santé, de soins ou de sécurité» est instauré et pendant le reste de la journée, les gens ne peuvent quitter leur domicile que pour acheter de la nourriture et des articles essentiels, recevoir ou donner des soins, faire de l’exercice quotidien ou travailler. Les églises sont fermées sauf pour les funérailles, avec un maximum de 10 personnes en deuil autorisées à y assister, avec permis requis. Les écoles sont fermées, sauf pour les enfants “vulnérables” et les enfants des travailleurs autorisés. Les masques faciaux sont obligatoires partout en dehors de chez soi, même dans les espaces ouverts lorsque l’on est seul. Nul ne peut aller dans un domicile autre que le sien, sauf pour y donner des soins. Les gens ne peuvent se réunir en public qu’avec une seule personne extérieure à leur domicile. Le commissaire en chef de la police de Victoria a affirmé publiquement que la police avait dans certains cas brisé les vitres de voiture parce que des personnes à l’intérieur des véhicules ne coopéraient pas ou ne suivaient pas les directives sanitaires nouvellement imposées. Une gamme d’amendes et de pénalités est en vigueur pour ceux qui enfreignent les règles, y compris une amende immédiate de 200 dollars pour “ne pas se couvrir le visage, sans excuse légitime“, une amende immédiate de 1.650 dollars pour ceux qui sortent de chez eux hors des motifs “valables” et une amende de près de 5 000 $ sur place pour ceux qui ont été testés positifs au coronavirus et enfreignent les règles de quarantaine. Toutes ces amendes peuvent être considérablement augmentées pour les récidivistes.

#1413 vu sur www.medias-presse.info

Russie : Poutine affirme que la Russie a développé le «premier» vaccin contre le coronavirus dont plus d’un milliard de doses auraient déjà été commandées par 20 pays, les spécialistes sont sceptiques

Russie. Vladimir Poutine affirme que la Russie a développé le «premier» vaccin contre le coronavirus, assurant qu’il donnait une «immunité durable», dont plus d’un milliard de doses auraient déjà été commandées par 20 pays. Moscou souhaite lancer sa production industrielle dès le mois de septembre pour débuter une campagne massive de vaccination le mois suivant. D’ici là, l’Etat russe compte vacciner au plus vite les professionnels de santé, les enseignants et d’autres groupes jugés à risque, ainsi que “des dizaines de milliers de volontaires” et certaines personnalités russes auraient déjà bénéficié de ces injections expérimentales depuis le mois d’avril. Mais les essais cliniques, effectués dans un délai très court et sur moins d’une centaine de personnes, rendent les spécialistes sceptiques. Les essais auraient concerné deux groupes de 38 personnes dont la plupart sont des militaires. En effet, le vaccin russe ne figure pas parmi les principaux candidats vaccins contre le Covid-19 officialisés par les instituts de recherche internationaux, dont plusieurs ont atteint une phase avancée d’essais cliniques.

#1391 vu sur www.rfi.fr

France, Paris : en pleine canicule, le port du masque devient obligatoire dans certains quartiers touristiques et commerçants de la ville ainsi que dans plusieurs villes de la petite couronne, l’amende est toujours de 135 euros.

France, Paris. En pleine canicule, le port du masque devient obligatoire dans certains quartiers touristiques et commerçants de la ville ainsi que dans plusieurs villes de la petite couronne, comme c’est déjà le cas à Bruxelles et Madrid ainsi que dans d’autres villes de France comme Nice, Marseille ou Lille. La mesure est prononcée pour un mois mais elle pourra être renouvelée. L’amende est toujours de 135 euros.

#1380 vu sur www.letemps.ch

France : le Conseil constitutionnel censure une grande partie de la loi concernant les « mesures de sûreté » pour les terroristes sortant de prison, le gouvernement insiste et veut proposer des modifications

France. Le Conseil constitutionnel censure une grande partie de la loi concernant les « mesures de sûreté » pour les terroristes sortant de prison, jugeant que nombre des dispositions du texte « portent atteinte » à plusieurs libertés fondamentales. Éric Dupond-Moretti, quant à lui, avait défendu le projet comme une « solution d’équilibre ». Dans sa décision, le Conseil constitutionnel a détaillé les mesures qu’il juge contraires aux libertés fondamentales : “tel est le cas en particulier de l’obligation d’établir sa résidence dans un lieu déterminé, de l’obligation de se présenter périodiquement aux services de police ou aux unités de gendarmerie, jusqu’à trois fois par semaine, de l’interdiction de se livrer à certaines activités, de l’interdiction d’entrer en relation avec certaines personnes ou de paraître dans certains lieux, catégories de lieux ou zones et de l’obligation de respecter les conditions d’une prise en charge sanitaire, sociale, éducative ou psychologique”. Le seul article de la proposition de loi non censuré par le Conseil porte sur le suivi socio-judiciaire des détenus sortis de prison et le Conseil constitutionnel n’a pas fermé la porte à l’instauration de mesures de sûreté, autres que celles votées par les parlementaires. La majorité a d’ailleurs annoncé dès vendredi sa volonté d’élaborer une nouvelle proposition.

#1372 vu sur www.ouest-france.fr

Grèce : 134 migrants irakiens ont “volontairement” quitté Athènes pour rejoindre leur pays d’origine, dans le cadre du plan des “retours volontaires” de “migrants économiques”

Grèce. La Grèce débute les “retours volontaires” de “migrants économiques”. Un premier vol est parti d’Athènes jeudi, dans le cadre d’un programme de l’Union européenne jusque là mis en suspend par la crise sanitaire. 134 migrants irakiens ont “volontairement” quitté Athènes pour rejoindre leur pays d’origine. Des photos de leur embarquement dans l’avion montrent des hommes aux visages masqués. Certains brandissent fièrement leur passeport et agitent les bras en guise d’adieu. Au total, 5 000 personnes se verront proposer des incitations au départ de 2 000 euros pour remplir ces nouveaux charters. Il s’agit du “plus important retour sur une base volontaire de migrants économiques jamais mis en oeuvre dans notre pays, et le plus important en Europe cette année”, a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement. Pour faire partie de ce programme, les candidats doivent être entrés en Grèce avant le 1er janvier 2020, et être toujours présents sur les îles de Leros, Samos, Lesbos, Kos et Chios en mer Egée. Ils disposent d’un mois pour faire leur demande. Ce délai peut être prolongé d’un mois supplémentaire pour atteindre le nombre requis de candidatures si celles-ci sont peu nombreuses. La situation dans les camps est telle que les migrants sont de plus en plus nombreux à se résigner à retour au pays, sans qu’il s’agisse en aucune manière de l’expression d’une volonté…

#1370 vu sur www.infomigrants.net

France, Lyon : le nouveau maire vert de la ville vient d’annoncer la mise en place d’une expérience de vidéo-verbalisation au prétexte de lutter contre les “rodéos urbains”…

France, Lyon. Le nouveau maire vert de la ville vient d’annoncer la mise en place d’une expérience de vidéo-verbalisation dans le bas des Pentes et à la Guillotière. Les thèmes de l’insécurité et du renforcement de la présence policière faisait effectivement partie des thématiques principales de sa campagne. Les lieux d’installations de ces premières caméras se justifient officiellement par la lutte contre les rodéos urbains. La vidéo-verbalisation, autorisée depuis 2008, “s’appuie sur les dispositifs de vidéosurveillance installés dans l’espace public et permet de sanctionner à distance une infraction au code de la route.” Ce sont des agents assermentés, c’est-à-dire des flics nationaux ou municipaux vissés derrière des écrans de contrôle, qui constatent l’infraction et dressent les procès verbaux. Les lieux d’installation de ces caméras ne sont pas choisis au hasard puisqu’il s’agit évidemment de quartiers populaires, qui doivent être “apaisés”.

#1365 vu sur rebellyon.info

Etats Unis, Californie : un projet de loi propose un système de contrôle basé sur la “blockchain” qui enregistrerait les résultats des tests COVID-19, les stockerait et les utiliserait pour donner accès ou non aux lieux publics

Etats Unis, Californie. Un projet de loi propose un système de contrôle basé sur la blockchain qui enregistrerait les résultats des tests COVID-19, les stockerait et les utiliserait pour donner accès ou non aux lieux publics. Ce programme pilote serait mis en place pour créer des «certificats de santé vérifiables» en temps réel au fur et à mesure que les tests sont effectués.

#1371 vu sur www.eff.org

France, Nancy : un cas de Covid-19 vient d’être confirmé parmi les prisonniers et les détenus de deux étages entiers ont été subitement confinés en cellule, sans aucune sortie possible, même en cours de promenade

France, Nancy. Alors qu’un cas de Covid-19 vient d’être confirmé parmi les prisonniers, les détenus de deux étages entiers ont été subitement confinés en cellule, sans aucune sortie possible, même en cours de promenade. Le confinement a été notifié par les gardiens aux détenus pour une pérode de 7 jours. Cette période de confinement pour tout le bâtiment signifie pour les détenus : pas de promenade, pas de travail, pas de cabine téléphonique, pas de parloirs. Les personnes qui ont déjà prévu un parloir pour ce week-end en sont privées sans possibilité de prévenir leurs proches de cette annulation, vu que la cabine est inaccessible. Un test systématique des détenus serait prévu pendant ce confinement. La mesure a été notifiée par écrit le lendemain aux détenus : « En raison d’un cas avéré de Covid au sein de la population pénale du centre de détention, les personnes détenues des deuxième et troisième étages sont confinées. Une campagne de tests sera réalisée le mercredi 12 août 2020 par les services de santé pour l’ensemble des personnes détenues des étages confinés. Dans l’attente, tous les mouvements sont bloqués (promenade, travail, parloirs, etc.). J’encourage toutes les personnes détenues à se soumettre aux tests ce qui permettra de revenir rapidement à une situation normale. Je suis conscient de la lourdeur de ces contraintes, mais ces mesures sont nécessaires afin d’éviter une propagation plus importante et un risque de confinement généralisé. » Les détenus qui ont manifesté leur colère en criant depuis leur cellule n’ont pas reçu leur cantine ce jour-là, et ce sans aucune explication, le repas n’a pas été pas apporté à midi, l’heure habituelle mais à 13h30 alors que les détenus finissaient par se demander s’ils pourraient se restaurer ou pas. Le repas a été livré dans des barquettes, dans des quantités deux fois moindre que d’habitude, et apporté par des surveillants cagoulés et casqués.

#1369 vu sur oip.org

France, Paris : alors que l’inquiétude d’un rebond de l’épidémie grandit, le gouvernement annonce pour la rentrée un assouplissement global des mesures dans les écoles si elles entravent la “bonne marche” des établissements scolaires

France, Paris. Alors que le masque devient obligatoire en extérieur dans certains quartiers de la capitale, le ministère de l’Education rend discrètement publiques les mesures de protections sanitaires prévues pour la rentrée scolaire et diffusées aux directeurs d’établissements depuis le 20 juillet : il s’agit d’un assouplissement global des mesures de protection, du moins quand elles pourraient entraver la “bonne marche” des établissements scolaires. Ainsi la distanciation physique sera à respecter dans les classes “quand elle est possible”, c’est-à-dire sûrement pas dans les classe surchargées à 30 ou 35 élèves… Le port du masque serait obligatoire et le ministère affirme avoir un stock suffisant jusqu’au mois de décembre pour en fournir aux enseignants, mais pas aux élèves. Les universités vont rouvrir, elles aussi avec des mesures assouplies. Alors qu’en Italie, des dizaines de milliers d’enseignants sont embauchés pour obtenir des demi-classes qui doivent permettre aux élèves de rester éloignés les uns des autres pendant les heures de cours, la France choisit… de ne rien changer finalement !

#1384 vu sur www.sudouest.fr

Brésil, Sao Paulo : un procès devant la cour suprême du pays met en débat la question de définir la politique actuelle vis à vis des populations autochtones comme un génocide

Brésil, Sao Paulo. Un procès devant la cour suprême du pays met en débat la question de définir la politique actuelle du gouvernement vis à vis des populations autochtones comme un génocide. «Il n’est pas exagéré d’avertir ce tribunal que nous avons un risque sérieux de génocide» affirme l’avocat Luiz Eloy Terena, lui-même autochtone, lors d’une audience en ligne de la Cour suprême. Il s’appuie sur le nombre alarmant de morts dans les populations autochtones et la politique gouvernementale qui ne permet pas de protection sanitaire pour ces populations et contribue au contraire sciemment à y favoriser la diffusion du virus. A ce constat s’ajoute le fait que, comme l’a montré un rapport de l’Institut socio-environnemental du Brésil en juin, pour les groupes isolés, le virus pose «un risque d’extermination de tout le groupe», avec un taux de mortalité bien supérieur au reste de la population. En réponse, la Cour suprême du Brésil a rendu une décision constatant le défaut de protection et forçant le gouvernement à protéger les peuples autochtones pendant la pandémie. Plus précisément, il a ordonné au gouvernement de

1) créer des barrières dites sanitaires, empêchant des tiers de pénétrer sur les terres autochtones;

2) créer une «salle de situation» où les responsables gouvernementaux et les représentants des peuples autochtones pourraient constamment discuter et actualiser un tel plan;

3) inclure dans le système de santé les terres autochtones qui ne sont pas encore officiellement reconnues comme telles par l’État;

et 4) adopter des mesures urgentes pour contenir et isoler les envahisseurs des terres autochtones, en particulier les mineurs illégaux.

Mais cette décision se fonde sur la possibilité de négociations et donc sur une relative “bonne volonté” supposée de Bolsonaro, hypothèse qui semble démentie par le fait que le jour suivant, le gouvernement a suspendu les actions répressives contre les mineurs illégaux dans les terres autochtones du nord-est de l’État de Pará. La décision de la cour suprême intervient quelques jours après que la Commission interaméricaine des droits de l’homme a également demandé à l’État brésilien de protéger les peuples autochtones pendant la pandémie, en particulier deux d’entre eux pour lesquels la situation est particulièrement critique : elle a recommandé «l’adoption des mesures nécessaires pour protéger les droits à la santé, à la vie et à l’intégrité personnelle des membres des peuples autochtones Yanomami et Ye’kwana» et a ordonné la mise en œuvre de “mesures préventives contre la propagation du COVID-19, en plus de leur fournir des soins médicaux adéquats”. Par ailleurs, cinq demandes sont déposées à la Cour pénale internationale pour ouvrir des enquêtes préliminaires pour “incitation au génocide” et “crimes contre l’humanité”.

#1400 vu sur www.americasquarterly.org

Rwanda : plus de 70 000 personnes ont été interpellées en deux semaines pour non respect des directives sanitaires, puis transférées dans un stade où elles ont dû rester plusieurs heures sans bouger à écouter les consignes à respecter

Rwanda. D’après les chiffres officiels, plus de 70 000 personnes ont été interpellées en l’espace de deux semaines pour avoir enfreint les directives du gouvernement concernant la lutte contre le Covid-19 (y compris le masque mal mis…). La plupart des contrevenants sont amenés dans des stades ou d’autre lieux ouverts où ils restent plusieurs heures à un endroit fixe sans pouvoir bouger, avec l’obligation d’écouter les consignes sanitaires diffusées par des haut parleurs, avant d’être relâchés. L’idée est que la punition serait plus efficace que l’amende. Des associations de défense des droits dénoncent des détentions sans procédure régulière ni autorité légale. Pour la police, il ne s’agit pas d’arrestation, mais de sensibilisation. Dans un tweet, le ministère de la gouvernance locale parle bien quant à lui de « punition ». Le Rwanda a enregistré environ 2000 cas de Covid-19 pour seulement 5 morts depuis le début de la pandémie, selon les données officielles du gouvernement. Depuis quatre mois, le pays a pris des mesures parmi les plus strictes du continent. Il est toujours le seul pays d’Afrique subsaharienne à être inscrit sur la liste des pays considérés comme « sûrs » par l’Union européenne.

#1382 vu sur www.rfi.fr

Portugal, Maroc : les deux Etats se sont entendus pour “renforcer et intensifier la coopération dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la migration irrégulière et la traite des êtres humains”

Portugal, Maroc. Les deux Etats se sont entendus lors d’une rencontre de leurs ministres de l’intérieur, pour “renforcer et intensifier la coopération dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la migration irrégulière et la traite des êtres humains”. Depuis décembre 2019, la police maritime et la garde nationale portugaises ont intercepté 69 migrants arrivant au Portugal depuis le Maroc.
Il s’agit s’empêcher que s’installe ce qui apparaît comme une nouvelle voie d’entrée en Europe.

#1367 vu sur www.infomigrants.net

Vénézuela, Tachira : les personnes qui enfreignent les règles sanitaires sont obligées de faire des travaux pénibles, avec parfois un panneau punitif dans le dos

Vénézuela, Tachira. Les personnes qui enfreignent les règles sanitaires sont obligées de faire des travaux pénibles. Des habitants ont ainsi été contraints de travailler à la construction d’une route surveillés par les forces de l’ordre, comme une forme de punition pour ne pas porter de masque, certains avec une pancarte dans le dos indiquant : « Je dois faire des travaux d’intérêt général pour ne pas porter de masque facial ». D’autres mesures de rétorsion sont aussi employées, comme l’obligation de faire des pompes, ou l’obligation de participer à la campagne de promotion des règles sanitaires en récitant un texte moralisateur.

#1379 vu sur news-24.fr

Italie, Vintimille : sur décision préfectorale, le camp de transit pour migrants Roya, géré par la Croix Rouge italienne, a été démantelé,

Italie, Vintimille. Sur décision préfectorale, le camp de transit pour migrants Roya de Vintimille, géré par la Croix Rouge italienne, a été démantelé. La trentaine de migrants restants dans les lieux ont été transférés vers d’autres centres d’accueil de la région. Les autorités italiennes ont mis en avant la crise du coronavirus pour justifier cette fermeture. À Vintimille, il n’est pas rare de voir des migrants trouver refuge dans des bâtiments abandonnés, au bord du fleuve qui traverse la ville ou sur les plages, pour passer la nuit. Selon les associations, entre 100 et 200 personnes sont dans ce cas chaque jour.

#1374 vu sur www.infomigrants.net

France, Paris : un campement qui abritait depuis plus d’un mois plus de 70 jeunes mineurs étrangers dans le square Jules Ferry a été évacué, certains au gymnase Japy et d’autres en hôtel sociaux

France, Paris. Un campement qui abritait depuis plus d’un mois plus de 70 jeunes mineurs étrangers dans le square Jules Ferry a été évacué. Quarante-huit d’entre eux ont été conduits vers le gymnase Japy, dans le XIe arrondissement. Trente autres, considérés comme plus vulnérables en raison de pathologies médicales – dont sept jeunes filles – ont été logés en hôtels sociaux. La plupart d’entre eux sont en attente de recours parce que l’administration de plusieurs département les considère comme majeurs (le plus souvent suite à des tests osseux plus que douteux) et aucun hébergement n’est prévu en attendant que leurs recours soient audiencés. Les associations, comme MSF, qui demandent que ces jeunes soient considérés comme mineurs le temps de leur recours disent “accepter” qu’ils soient logés transitoirement au gymnase Japy. Un accord a, par ailleurs, été trouvé avec la mairie de Paris pour qu’un dispositif destiné à ces jeunes en recours soit créé : un site a récemment “été trouvé” et l’État est en discussion avec une association susceptible de le gérer. Ce serait une première en France.

#1362 vu sur www.infomigrants.net

France, Paris : la préfecture de police a évacué un campement de plus de 200 migrants installés à l’initiative d’une association humanitaire,

France, Paris. La préfecture de police a évacué un campement de plus de 200 migrants installé à l’initiative de l’association humanitaire d’aide aux migrants Utopia 56 devant la mairie pour réclamer un hébergement. L’association avait choisi de mettre en avant uniquement des familles avec enfants, espérant ainsi obtenir plus facilement un relogement. On retrouve parmi celles-ci de nombreux migrants qui dormaient auparavant dans les campements qui ont été expulsés cet été à Aubervilliers et Saint Denis, où résidaient aussi un grand nombre de célibataires. S’opposant à l’évacuation une fois celle-ci terminée; la mairie profite de l’occasion pour annoncer que les familles “seront accueillies au chaud à la mairie dans l’attente de solutions d’hébergement”, ce qui ne propose en aucun cas une solution pérenne aux migrants sans logements (ces familles là et tous les autres….)

#1495 vu sur www.huffingtonpost.fr

Royaume Uni : le gouvernement britannique appelle la France à durcir ses mesures pour empêcher la traversée de la Manche par les migrants

Royaume Uni. Le gouvernement britannique appelle la France à durcir ses mesures pour empêcher la traversée de la Manche par les migrants alors que de plus en plus d’embarcations illégales arrivent chaque jour sur les côtes anglaises (202 en une seule journée la semaine dernière). Le secrétaire d’État britannique à l’immigration suggère notamment des interceptions en mer et un retour direct des bateaux sur le sol français.

#1352 vu sur www.rfi.fr

France : au moins 10 bidonvilles où habitaient 441 personnes ont déjà été expulsées depuis le 10 juillet, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire et de la trêve hivernale

France. Les expulsions de bidonvilles se multiplient. Au moins 10 bidonvilles où habitaient 441 personnes ont déjà été expulsées depuis le 10 juillet, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire et de la trêve hivernale, et au moins 36 autres (soit environ 2 000 personnes, principalement des Roms), risquent de l’être en août. Plusieurs associations alertent sur la situation qui empire encore la situation sanitaire des expulsés, et pointent le fait que ces populations ne sont pas couvertes par les instructions données par le ministère du logement début juillet concernant les sans abris.

#1357 vu sur www.leparisien.fr

France : les soignants intérimaires ne toucheront pas la prime Covid promise par Macron

France. Les soignants intérimaires ne toucheront pas la prime Covid promise par Emmanuel Macron. Les soignants employés en intérim viennent d’être bannis du dispositif de prime exceptionnelle créé pour les personnels ayant accompagné les malades du Covid-19. Patronat et syndicats de la branche du travail temporaire se sont mis d’accord pour envoyer une « lettre paritaire » au ministère des solidarités et de la santé dénonçant une « discrimination incompréhensible ».

#1355 vu sur www.lemonde.fr

Belgique : malgré la fermeture des frontières, 200 sans papiers sont maintenus en centres fermés jusqu’à 9 mois, grèves de la faim et actes de solidarités se multiplient

Belgique. 200 sans papiers sont maintenus en centres fermés (pour 600 places) et les règles Covid continuent à s’appliquer. Ils restent enfermés pour la plupart jusqu’à 9 mois, alors que les expulsions ne peuvent pas avoir lieu à cause de la fermeture des frontières et parce que les pays d’origines ne délivrent pas de laisser passer. Au centre fermé de Bruges, une grêve de la faim a commencé pour protester contre cet enfermement. Après 24 heures, sept grévistes ont été mis au cachot puis très rapidement transférés dans d’autres centres. Au centre fermé 127 bis, tous les détenus de l’aile R ont exigé d’être mis au cachot en solidarité avec l’un d’entre d’eux qui s’y était retrouvé pour s’être révolté.

#1341 vu sur gettingthevoiceout.org

Turquie : le gouvernement fait adopter une nouvelle loi de contrôle sur les réseaux sociaux

Turquie. Le gouvernement fait adopter une nouvelle loi de contrôle sur les réseaux sociaux. Les grandes plateformes, extrêmement populaires dans le pays, auront notamment 48 heures pour retirer tout contenu que les tribunaux jugent offensant. Elles doivent aussi tenir des registres précis sur les données de leurs utilisateurs. Si les réseaux sociaux s’opposent à ces règles, leur bande passante, soit leur vitesse de transmission, pourra être réduite de 50 voire de 90%. La situation du contrôle de ce qui circule sur le net est déjà tendue en Turquie : de nombreux internautes ont déjà été poursuivis pour de simples retweets ou des likes sur les réseaux sociaux.

#1332 vu sur rfi.fr

Etats Unis, Portland. Un accord a été établi pour prévoir le départ progressif des forces fédérales déployées dans la ville contre les manifestations émeutières

Etats Unis, Portland. Un accord a été établi entre la gouverneure démocrate et l’administration Trump, pour prévoir le départ progressif des forces fédérales déployées dans la ville contre les manifestations émeutières. De son côté, le ministre de la Sécurité intérieure par intérim a affirmé l’Etat de l’Oregon a finalement accepté de coopérer, que les agents fédéraux étaient « toujours là » et resteraient « jusqu’à ce que nous voyions que le plan fonctionne et que le tribunal n’est pas perpétuellement attaqué ». C’est police locale qui doit désormais assurer le maintien de l’ordre à l’extérieur des bâtiments. L’accord est intervenu juste après une déclaration de Trump qui parle de venir lui-même “nettoyer la ville” : ” S’ils ne sécurisent pas leur ville bientôt, nous n’aurons pas le choix, nous irons la nettoyer nous-mêmes. On fera ça très facilement ». Dans le même temps, le ministère de la Justice annonce l’envoi des forces fédérales à Milwaukee, Detroit et Cleveland dans les semaines à venir. Le procureur général a ordonné aux agents du FBI, du US Marshals Service, de la DEA et de l’ATF de se joindre aux autorités locales dans la lutte contre les crimes violents; 25 agents iront à Cleveland, 42 à Detroit et 25 à Milwuakee dans le cadre d’une extension de l'”opération legend” de Portland.

#1329 vu sur leparisien.fr et abc7chicago.com

France, Le Havre : opération de communication autour des “poney parloirs” (parloirs avec une activité poney pour certains pères détenus), qui ne fait pas oublier toutes les relations détruites par la prison, et que ces pères n’ont pas vu leurs enfants depuis 4 mois…

France, Le Havre. Une grosse opération de communication est relayée par la presse autour de cette initiative des “poney parloirs” qui existe depuis trois ans à la prison du Havre : des parloirs en extérieur avec une activité poney proposée aux pères détenus pour “renouer le lien” avec leurs enfants. On peut effectivement imaginer comment le lien parent-enfant pourrait se renouer en plein air autour d’une activité qui peut appartenir au quotidien des enfants dont les parents ne sont pas détenus. Sauf qu’on apprend au fil des articles et des témoignages de détenus émus de l’expérience (et on les comprend…) que la plupart n’ont pas pu voir leur enfants depuis quatre mois à cause des limitations de parloirs qui ont perduré après le déconfinement, qu’aujourd’hui il n’ont droit qu’à des parloirs vitrés qui empêchent tout contact, que l’activité est (évidemment…) surveillée par les matons, et que vu le peu de places proposées, les détenus sont “choisis” pour pouvoir y participer, très certainement au moins sur des critères de bonne conduite dans la prison. Les détenus qui en bénéficient doivent en outre payer cette “bouffée d’air frais” de deux semaines de mise en quarantaine. Ce n’est pas avec une journée “en famille” (tout en étant toujours en prison) et avec une heure de poney que peut être réparé ce que la prison détruit…

#1306 vu sur www.francebleu.fr

France, Aubervilliers : à la demande de la mairie pour satisfaire des riverains mécontents, 2013 migrants ont été évacués par la force du campement installé au bord du canal, des gymnases ont été réquisitionnés en Seine Saint Denis

France, Aubervilliers. 2013 migrants ont été évacués par la force du campement installé à Aubervilliers au bord du canal. Cette opération de “mise à l’abri” (certains bénéficieront de quelque nuits d’hébergement temporaires…) a été demandé par la nouvelle maire de la ville : « Cela fait partie des dossiers dont j’ai hérité et j’ai très rapidement alerté le préfet sur cette situation car il fallait mettre fin à cette situation humaine dramatique, explique-t-elle. Avec l’épidémie de Covid qui reprend, les règles sanitaires n’étaient pas respectées. Et on ne peut pas se satisfaire de voir 2 000 personnes sous des tentes, avec ces épisodes de chaleur. » Ces dernières semaines, de nombreux riverains s’étaient plaints de la croissance exponentielle du campement, et des conditions d’hygiène sur place. En Seine-Saint-Denis, des gymnases ont été réquisitionnés pour quatre semaines sur les communes de Tremblay‑en‑France, Livry-Gargan, Neuilly-Plaisance et Gagny, pour établir un recensement des migrants et un examen rapide de leur situation. Le maire de Tremblay-en-France retrouve une rhétorique digne du PCF à propos des bidonvilles dans les années 60 : « Je constate que les gymnases sont réquisitionnés principalement dans les villes populaires du nord et de l’est de la région parisienne, c’est-à-dire les villes qui assurent déjà l’essentiel des efforts de solidarité envers les publics les plus fragiles. », rhétorique qui contribue au racisme ambiant en constituant l’accueil des migrants en “problème”. Des bus sont aussi partis en direction des autres départements de la région, dont Paris. Fin mars, un premier camp d’environ 500 personnes avait été évacuées par les forces de l’ordre avant de se reformer début mai.

#1345 vu sur actu.fr

Etats Unis, Portland : alors que la mobilisation s’intensifie, le gouvernement envoie des dizaines d’agents fédéraux supplémentaires afin de procéder à d’avantages d’arrestations

Etats Unis, Portland. Alors que les mobilisations s’intensifient, en particulier devant le palais de justice fédéral en protestation contre la gestion répression par la police spéciale qui traque et enferme les manifestants, le gouvernement envoie plusieurs dizaines d’agents des forces de l’ordre fédéraux supplémentaires avec pour mission de procéder à d’avantage d’arrestations. Ils sont déjà 114 à être déployés sur place mais on ne sait pas de combien ce nombre va être augmenté. Les méthodes de ces forces de l’ordre, en particulier les détentions arbitraires qui s’apparentent à des kidnapping ont pourtant été fortement décriées, et la mobilisation en cours dans plusieurs autres villes du pays s’est aussi ranimée face à la menace d’envoyer ces troupes partout où la contestation s’exprime. En plus de leurs exactions quotidiennes, cette unité a déjà blessé gravement plusieurs manifestants, en particulier avec les munitions “non létales” utilisées en grand nombre lors des patrouilles nocturnes. Les manifestants développent des pratiques offensives pour contrer ces dispositifs répressifs. (masques à gaz, boucliers ou parapluies, et même des souffleurs de feuilles pour renvoyer les gaz lacrymogènes vers les forces de l’ordre).

#1301 vu sur opb.org

Maroc : quelque jours après l’annonce d’un relâchement du confinement, huit villes, dont Casablanca, Marrakech, Tanger et Fès, sont finalement confinées et isolées

Maroc. Quelque jours après l’annonce d’un relâchement du confinement, huit villes, dont Casablanca, Marrakech, Tanger et Fès, sont finalement confinées et isolées après une « hausse considérable » des cas de contamination. Cette mesure intervient à quelques jours de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha, traditionnellement marquée par des réunions familiales et pour laquelle beaucoup de déplacement à travers le pays ont lieu.

#1297 vu sur ouest-france.fr

Corée du Nord, Kaesong : Kim Jong Un ordonne l’isolement totalement la ville de Kaesong près de la frontière en annonçant qu’un premier cas de covid aurait été détecté

Corée du Nord, Kaesong. Selon les médias d’Etat, Kim Jong Un a ordonné d’isoler totalement la ville de Kaesong près de la frontière avec la Corée du Sud parce qu’une personne aurait été détectée comme susceptible d’être infectée par le coronavirus. D’après la propagande gouvernementale, il s’agirait d’une personne qui serait entrée illégalement en Corée du Nord à travers la ligne de démarcation avec la Corée du Sud. Le franchissement de cette frontière gardée par des dizaines de milliers de militaires en passant à travers des champs de mines antipersonnel sur 4 km est particulièrement périlleux, voire impossible. C’est le premier cas de Covid annoncé par le gouvernement qui se prétendait complètement protégé de la propagation du virus. Le dirigeant du pays annonce que face à ce premier cas suspect, il resserrera le contrôle sur la population. Le commandant des forces américaines en Corée a déclaré que le virus avait probablement en fait déjà atteint la Corée du Nord. Contrairement à la frontière fortement militarisée de la Corée du Nord avec la Corée du Sud, la frontière de 880 milles du pays avec la Chine est poreuse – et les commerçants du marché noir qui ont traversé pendant des années des deux côtés ont été considérés comme une source plus probable d’introduction du virus.

#1289 vu sur bloomberg.com

France : face à la recrudescence de cas positifs détectés, en particulier chez les 20-45 ans, le premier ministre réaffirme que “Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général.”

France. Face à la recrudescence de cas positifs détectés, en particulier chez les 20-45 ans, le premier ministre réaffirme que “Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général.”, en cohérence avec les préconisations du conseil scientifique covid19 du 2 juin. Pour éviter d’avoir à bloquer le travail de la plupart des habitants, la plus grande fermeté est prévue pour circonscrire les “clusters”. Plusieurs bars où des clients ont pu danser ont déjà été fermés administrativement pour deux mois, en particulier sur la presqu’île de Quiberon. Si reconfinement il doit y avoir, “ce peut être des reconfinements très localisés”, affirme Jean Castex. Des quarantaines administratives strictes sont donc à prévoir.

#1302 vu sur francetvinfo.fr

France, Nice : suite à des fusillades en plein jour liées au trafic de drogue, le premier ministre annonce un plan pour durcir la répression des usagers et pour renforcer les pouvoirs de la police municipale qui visent à être généralisés

France, Nice. Le premier ministre a annoncé à Nice, après des fusillades en plein jour liées au trafic de drogues selon les autorités, un plan pour durcir la répression des drogues et pour renforcer les dispositifs policiers et judiciaires en France. La forfaitisation des délits de stupéfiants sera généralisée à la rentrée : une sanction immédiate (une amende forfaitaire de 200 euros) pourra être appliquée en cas de flagrant délit d’usage de produits stupéfiants (n’importe quelle drogue). L’amende, si elle est réglée sous quinze jours, est minorée à 150 euros. Au-delà de 45 jours, le contrevenant devra s’acquitter d’une majoration fixée à 450 euros. Jean Castex a déclaré “nous allons renforcer les moyens de la police et de la gendarmerie, mais tout autant de la justice qui a trop longtemps été délaissée”, annonçant dès la fin de l’année 2020, la création de “150 emplois” “pour renforcer la justice de proximité”. Quant au niveau local lié à la ville de Nice, des policiers supplémentaires y seront affectés, les pouvoirs de la police municipale seront élargis (dans un cadre qui sera fixé plus tard par les ministres de l’intérieur et de la justice), l’hôtel de police sera réaménagé et une nouvelle prison de 650 places sera construite.

#1285 vu sur francetvinfo.fr

France, Janzé : un couvre-feu pour les mineurs est mis en place jusqu’au 31 décembre, pendant les vacances, les week ends et les jours fériés

France, Janzé (lIle et Vilaine). Un couvre-feu a été mis en place jusqu’au 31 décembre, pendant les vacances, les week ends et les jours fériés, pour les mineurs entre 23 h et 6 h du matin. La mesure a été prise par arrêté municipal pour lutter contre ” des faits de délinquance constatés part la gendarmerie” en plusieurs points de la ville, les dégradations étant chiffrées à 30 000 € pour l’année dernière. Cette année, les dégradations n’ont pas encore atteint le même niveau. « Mais on préfère anticiper, assure l’élu. Un bâtiment communal a été dégradé la semaine dernière. On a réparé et depuis l’arrêté, il a de nouveau été dégradé… » Un mineur en infraction avec cet arrêté sera reconduit à son domicile et ses parents du mineur concerné pourront faire l’objet de poursuites pénales.

#1280 vu sur ouest-france.f

France, Rouen : le conseil métropolitain annonce l’installation d’un système de vidéo-protection par analyse des comportements dans vingt bus circulant le soir et la nuit, en affirmant qu’il s’agit de protéger les femmes des agressions

France, Rouen. Le premier conseil métropolitain de Rouen vient de décider l’installation d’un système de vidéo-protection dans vingt bus circulant le soir et la nuit. Ces caméras, expérimentées sur un période de trois ans, alertent les services de police dès lors que les images montrent des “comportements anormaux”. Leur mise en place est supposé contribuer à “assurer la sécurité des femmes”. « Il s’agit de prévenir concrètement le harcèlement, jusqu’à l’acte le plus grave, l’agression », explique Myriam Mulot, vice-présidente en charge de la lutte contre les discriminations, de l’égalité homme/femme et du handicap à la Métropole. Le dispositif inclut un matériel de pointe, avec détection automatique de mouvements, visualisation en temps réel des situations à risque et retransmission instantanée au poste de commandement centralisé du réseau Astuce. Dans les véhicules, des “capteurs d’incivilité” (sic), par exemple, lanceront une alerte si le niveau sonore est trop élevé et une caméra intelligente détectera les objets abandonnés. La Métropole Rouen Normandie déboursera 254 000 euros pour cette expérimentation.

#1279 vu sur actu.fr

France : le gouvernement impose le test systématique des voyageurs à l’arrivée s’ils proviennent d’une liste de 16 pays, les personnes positives seront enfermées administrativement sous statut de quatorzaine


France. Face à la hausse constatée du nombre de cas de covid dans plusieurs pays (dont la France), le gouvernement met en place une mesure de tests systématiques des voyageurs provenant d’une liste de 16 pays considérés comme “à risque”, à leur arrivée sur le territoire. On trouve dans la liste les États-Unis, les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Panama, l’Afrique du Sud, le Koweït, le Qatar, Israël, le Brésil, le Pérou, la Serbie, l’Algérie, la Turquie, Madagascar, l’Inde et Oman. Le cas du Maroc est encore en discussion. Les aéroports sont donc dotés de nouvelles structures permettant plusieurs milliers de tests par jours. Les personnes testées positives seront soumises aux mesures de quatorzaine prévues dans les dispositifs législatifs du déconfinement, c’est-à-dire enfermés administrativement le temps estimé de la contagion, avec l’intervention d’un JLD pour un prolongement au delà de 15 jours.

#1284 vu sur paris-normandie.fr

Etats Unis : le gouvernement Trump aura réduit l’immigration légale de 49% d’ici l’année prochaine

Etats Unis. D’après les objectifs qu’il se donne, d’ici l’année prochaine, le gouvernement Trump aura réduit l’immigration légale de 49% depuis qu’il est devenu président. Même s’il se retrouve obligé de reculer sur certaines mesures allant dans ce sens (comme pour les étudiants étrangers menacés de ne pas poursuivre leurs études et d’être expulsés dans les universités fonctionnant à distance à la rentrée prochaine), la logique d’ensemble se maintient et s’accélère. En plus de quelques changements législatifs, le gouvernement utilise surtout la marge de manoeuvre administrative laissée aux autorités policières pour augmenter les performances répressives, quitte à ce que des recours soient parfois engagées contre ces procédures expéditives. Les trois mesures à l’origine de cette baisse sont des interdictions d’entrée prises contre les pays principalement musulmans pendant la crise sanitaire, la proclamation présidentielle du 22 avril pour empêcher l’entrée de parents étrangers de citoyens américains, et toutes les autres mesures qui entravent le regroupement familial en particulier la “nouvelle règle de charge publique”. Le nombre de réfugiés obtenant la résidence permanente (une carte verte) devrait diminuer considérablement, avec un nombre d’admission qui est déterminé à l’avance chaque année. Pour 2020, l’administration Trump a établi un plafond annuel pour les réfugiés de 84% inférieur à celui de la dernière année de l’administration Obama. L’administration Trump a empêché les Centraméricains de demander l’asile à la frontière et a apporté de nombreux autres changements de nature à réduire le nombre de demandeurs d’asile approuvés chaque année.

#1271 vu sur www.forbes.com

France : avant la fin du mois vont entrer en vigueur les mesures de sûreté pour les détenus condamnés pour infraction terroriste ayant purgé leur peine

France. Les mesures de sûreté pour les personnes condamnées pour une infraction rentrant dans le cadre du terrorisme ayant purgé leur peine de prison vont entrer en vigueur avant la fin du mois. Les détenus feront l’objet d’une évaluation à l’approche de leur sortie de prison, et des mesures restreignant leur liberté peuvent être prises à leur encontre pendant 10 ans après la fin de leur peine en fonction des résultats de cette évaluation. La loi sera définitivement adoptée le 27 juillet et les décrets d’application devraient être promulgués dans la foulée. Il s’agit de préparer le système judiciaire à la sortie de prison de 150 détenus condamnés pour terrorisme d’ici à 2022, car selon les “experts” en la matière, « les personnes condamnées pour des faits de terrorisme n’échappent pas au risque de récidive généralement estimé, toute infraction confondue, à 40 % dans les cinq ans suivant la sortie de prison ». La justice pourra donc ordonner des mesures de restriction de la liberté d’une personne pendant dix ans (assignation à résidence, pointage, bracelet électronique par exemple) non pas en raison d’actes commis, mais d’une évaluation de la “dangerosité” future d’un individu. Il s’agit d’une forme de justice assurancielle et proactive, dite “justice préventive”. Alors que les avocats s’entendent globalement pour dénoncer ce changement de paradigme autour de la notion de “dangerosité”, le nouveau ministre de la justice et ancien avocat affirme que sa conception de la rétention de sûreté pour les terroristes est “en cheminement”, et qu’il préfère de telles mesures à une surveillance classique par les services de renseignement “dans des conditions attentatoires aux libertés”.

#1264 vu sur www.lemonde.fr

France, Montpellier : deux squats ont été expulsés par la police, le centre social Bonnard, avec 51 personnes dont 5 mineurs, ainsi qu’un squat connu sous le nom de “Casa del Sol”


France, Montpellier. Deux squats ont été expulsés par la police. Le squat du centre social Bonnard, avec 51 personnes dont 5 mineurs, ainsi qu’un squat connu sous le nom de “Casa del Sol”, installé depuis plusieurs mois dans une bâtisse historique de la rue du Faubourg-Saint-Jaumes, moins de trois semaines après le squat de la Soucoupe. Le plus gros squat de Montpellier, dans un ancien centre de vaccination d’Euromédecine, occupé depuis janvier 2019 par 100 à 200 sans-papiers, est lui aussi sous la menace d’une expulsion qui avait été annoncée pour le 21 juillet 2020

#1262 vu sur midilibre.fr

Etats Unis, Portland : en plus des forces fédérales qui patrouillent dans la ville, un avion de surveillance de l’armée de l’air conçu pour transporter des capteurs à la pointe de la technologie circule autour de la ville

Etats Unis, Portland. En plus des forces fédérales qui circulent dans la ville, un avion de surveillance de l’armée de l’air conçu pour transporter des capteurs à la pointe de la technologie généralement réservés aux zones de guerre tourne autour de la ville. L’avion, un DO-328 «Cougar», a été repéré via le site Web open source de suivi des vols ADS-B Exchange qui a suivi ses vols serrés et circulaires en appui des opérations des forces fédérales à Portland et aux alentours. Il comporte d’un équipement de surveillance à longue portée adapté pour soutenir les commandos des opérations spéciales américaines au sol, selon la documentation de l’armée de l’air. Il était dans le Colorado au début du mois, en boucle au-dessus de Denver et de Boulder, avant de s’envoler pour Portland le 19 juillet, et il tourne au-dessus de Portland et de sa banlieue depuis le 21 juillet, selon les données de vol disponibles au public. Lors d’une conférence sur l’industrie des forces d’opérations spéciales en 2015, comme l’a rapporté pour la première fois le blog de défense War Is Boring, le colonel de l’armée de l’air Eric Forsyth a détaillé les capacités du Cougar pour le renseignement, la surveillance et la reconnaissance : «Ces systèmes pourraient potentiellement faire fonctionner des radars à longue portée, des caméras puissantes, des radios à haute puissance, des télémètres laser et plus encore.» Le mois dernier, des survols de surveillance similaires par la Garde nationale ont été signalés dans d’autres villes à la suite de manifestations. L’armée de l’air a nié que les vols surveillaient les manifestants, et déclare qu’il s’agit de tester l’appareil dans des vols d’essais qui étaient déjà prévus qui n’auraient rien à voir avec les opérations policières contre les manifestants se déroulant au sol au même moment.

#1292 vu sur theintercept.com

France : le chiffrage des décès du Covid en France est en cours, les notions de “surmortalité” et “d’effet moisson”en disent long sur la manière dont on se représente la mort et la vie…

France. Le chiffrage des décès du Covid en France est en cours. C’est une opération complexe qui en dit long sur la manière dont on considère aujourd’hui la vie, la mort, et dont on opère toutes sortes de tri pour gérer la réalité et les représentation du passage de l’une à l’autre. Santé Publique France estime entre 25.000 et 30.000 le nombre de décès liés au Covid-19 entre le 2 mars et le 31 mai 2020, ce qui donnerait une hausse de 60% de la mortalité au pic de l’épidémie. Se pose d’abord le problème de la comptabilisation des morts à domicile et d’une partie de ceux des Ehpad qui dépendent de la cause indiqué par le médecin et qui, en l’absence de tests, est longtemps resté aléatoire. Pour obtenir ces chiffres, Santé Publique France se base sur ce que l’on appelle la hausse des décès attendus. En clair, l’agence se base sur le nombre de décès moyen des années précédentes sur une période donnée, et compare ce chiffre avec le nombre de décès en France en 2020 pendant la même période. Du 2 mars au 31 mai 2020, il y a ainsi eu entre 25.000 et 30 000 décès supplémentaires, par rapport à la moyenne des années précédentes entre ces mêmes dates. Ainsi il s’agit d’évaluer parmi les morts du Covid, combien seraient morts de toutes manières d’autre chose, comme si c’était pareil… De plus on déduit aussi ce qui est appelé “l’effet moisson”, qui concernent les personnes “déjà fragilisées”, qui seraient mortes de toutes manières mais un peu plus tard, et auxquelles le Covid n’aurait enlevé qu’un peu de vie, moissonnés un peu plus tôt, donc… Il s’agit donc d’évaluer une “sur mortalité” par rapport à ce qui aurait dû se passer sans le Covid. Les calculs peuvent donc aller jusqu’à pendre en compte les personnes qui auraient dû mourir mais ne sont pas mortes “grâce au Covid”, par exemple les accidents de la route qui ont mathématiquement baissé en lien avec l’absence de circulation liée au confinement. Avec cette dernière mesure, on passe complètement du côté du décompte assuranciel puisqu’il ne s’agit plus de compter combien de personne sont mortes du virus, mais d’élaborer un chiffre supposé représenter une réalité (?) à partir de logiques de risque, appliquées au passé et non plus à la prévision de l’avenir. Toujours est-il qu’il faudra plusieurs mois pour affiner de tels calculs.

#1347 vu sur des sources diverses

France : le ministère de l’intérieur envoie un mail aux préfectures précisant les 28 pays vers lesquels il est envisageable d’expulser des personnes, dont les USA et le Brésil, les 2 pays les plus touchés par le COVID19

France. Le ministère de l’intérieur envoie un mail aux préfectures précisant les 28 pays vers lesquels il est envisageable d’expulser des personnes, dont les USA et le Brésil, les 2 pays les plus touchés par le COVID19. On y trouve aussi l’Egypte, la Turquie, l’Algérie et le Maroc, ainsi que la Tunisie même si cette dernière ne délivre pas de laissez-passer ce qui implique que les migrants doivent être “volontaires” pour se faire expulser. Dans une situation où malgré la réouverture des frontières le trafic aérien est encore compliqué par des restrictions diverses, les centres de rétentions continuent de se remplir et se retrouvent dans des situations sanitaires catastrophiques, sans compter la situation kafkaïenne des “dublinés” que l’Espagne et l’Italie continuent à refuser pour cause de pandémie.

#1272 vu sur canard enchainé

France : des “systèmes d’armes létaux autonomes” (SALA) pour l’armée autrement appelés “robots tueurs” ont été présentés dans un rapport parlementaire

France. Deux députés présentent un rapport parlementaire sur les SALA, les “systèmes d’armes létaux autonomes” autrement appelés “robots tueurs” dans l’armée. L’intelligence artificielle est de plus en plus présente sur les champs de batailles, comme dans les interventions de police. Opérationnellement il y a peu de chances que ces “robots tueurs” existent prochainement, “même si technologiquement, on pourrait y arriver dans un temps relativement bref”, explique un responsable du rapport mais pour le moment, “on n’est pas toujours capable de faire le cheminement qu’a fait la machine et d’expliquer pourquoi elle a réussi à trouver tel résultat” (en terme d’identification de la cible de tir par exemple). Les rapporteurs se veulent rassurants : il faut donc que le chef militaire puisse “reprendre la main sur une machine à tout moment, afin de lui donner de nouveaux ordres, d’annuler des ordres précédents ou encore de fixer de nouvelles règles, il y a là une règle fondamentale de l’engagement militaire”. Les rapporteurs estiment que la France doit pousser à une règlementation internationale très contraignante allant dans ce sens. Comme dans d’autres domaines la course entre grande puissance est en route, et la France compte visiblement bien s’inscrire dans le processus en finançant largement la recherche dans ce domaine.

#1268 vu sur www.francetvinfo.fr

Grèce : le confinement de tous les lieux d’accueil et d’enfermement de migrants est prolongé pour la sixième fois pour une période de quinze jours

Grèce. Le confinement des camps de migrants est prolongé pour la sixième fois pour une période de quinze jours, en même temps que le tourisme est encouragé, y compris de personnes venant de pays où la circulation du virus est bien plus forte qu’en Grèce. Ce confinement ciblé concerne cette fois toutes les structures accueillant ou enfermant des migrants, quelles qu’elles soient. Le confinement est d’autant plus insupportable que la chaleur monte et que l’accès à l’eau est le plus souvent très restreint dans ces camps. Plusieurs ONG protestent à propos de ces prolongations depuis début juillet, sans effet sur la politique gouvernementale.

#1278 vu sur plus.lesoir.be

Etats Unis, Washington : trois unités “de type paramilitaire” ont bien été déployées pour aider à la répression des manifestations contre la violence policière à Portland

Etats Unis, Washington. La division des douanes et de la protection des frontières du département américain de la Sécurité intérieure a confirmé qu’elle avait déployé des agents de trois unités “de type paramilitaire” pour se joindre à une répression fédérale contre les manifestations contre la violence policière à Portland, sans en donner le nombre. Selon le site Web du CBP, l’une de ces unités, l’Unité tactique de la patrouille frontalière, «offre une capacité de réaction immédiate aux incidents émergents et à haut risque nécessitant des compétences et des tactiques spécialisées.» Le CBP a déclaré qu’avait également été envoyés des agents de ses équipes de recherche, de traumatologie, de sauvetage et d’intervention spéciale de patrouille frontalière. De nombreuses vidéos vidéos publiées en ligne montrent en effet des officiers en tenue de camouflage sans badges d’identification utilisant des véhicules non marqués pour transporter des manifestants arrêtés. Suite à la polémique sur la légalité de ces arrestations qui ressemblent fort à du kidnapping, les autorités locales demandent leur retrait tandis que Trump appelle à leur déploiement dans d’autres villes où les manifestations émeutières se poursuivent.

#1267 vu sur www.reuters.com

Etats Unis : Trump déclare vouloir déployer dans d’autres villes et Etats les forces de sécurité fédérales qui sévissent déjà à Portland

Etats Unis. Trump déclare vouloir déployer dans d’autres villes et Etats, en particulier à New York, Chicago, Philadelphie, Detroit, Baltimore et Oakland, en Californie, des villes contrôlées par des «démocrates libéraux». les forces de sécurité fédérales qui sévissent déjà à Portland suite à la validation de son nouveau décret visant à protéger les monuments américains. Les maires et gouverneurs de ces ville ou Etats ont déjà annoncé qu’ils refusaient cette mesure et s’opposaient à ce déploiement, qui poseraient selon eux des problèmes juridiques car en vertu de la Constitution américaine, les gouverneurs d’État ont généralement le pouvoir de maintenir l’ordre à l’intérieur des frontières de leur État. Cependant, une autre loi, l’Insurrection Act, permet aux présidents de déployer des forces fédérales pour réprimer une insurrection nationale. Les deux cas cités, sous Eisenhower et Kennedy, concernent des épisodes où un Etat refusait d’appliquer des mesures décidées au niveau fédéral concernant le système universitaire, et non des manifestations ou des révoltes.

#1260 vu sur reuters.com

Grèce : le gouvernement intensifie ses préparatifs en vue d’une éventuelle augmentation du nombre de migrants, prévoyant de nouveaux camps/lieu de quarantaine sur les îles

Grèce. Le gouvernement intensifie ses préparatifs en vue d’une éventuelle augmentation du nombre de migrants et de réfugiés atteignant les îles de la mer Égée depuis la Turquie. La police a arrêté six passeurs présumés de personnes ce week-end, utilisant des voiliers pour faire passer les migrants. Alors que les relations avec la Turquie se détériorent, la Grèce prévoit que l’assouplissement des mesures contre la pandémie en Turquie va augmenter considérablement le nombre de migrant passant d’un pays à l’autre par la mer Egée et renforce les contrôles avec l’aide de Frontex. Des camps supplémentaires à double vocation (enfermement et quarantaine) sont prévus sur les îles. «Nous devons être préparés et avoir mis en place des camps supplémentaires sur toutes les îles qui serviront également de zones de quarantaine étant donné le risque de Covid-19», a déclaré Manos Logothetis, secrétaire général du ministère des migrations chargé de l’accueil des demandeurs d’asile. Au cours du week-end, deux bateaux transportant 90 hommes, femmes et enfants ont atterri sur les rives de Lesbos.

#1240 vu sur www.theguardian.com

La Chine utilise la main d’oeuvre des Ouïghours pour produire les masques faciaux utilisés dans le monde entier

Chine. Une enquête du Times révèle que la Chine utilise la main d’oeuvre des Ouïghours, qu’elle persécute et enferme, pour produire les masques faciaux utilisés ensuite aux Etats Unis et dans le monde entier pour limiter la propagation de l’épidémie. Des images, produites par la télévision d’Etat chinoise, montrent un groupe d’Ouïghours arrivant, joyeux, dans une entreprise textile qui a commencé à produire des masques en réponse à la pandémie. Il s’agit de la propagande autour du programme de travail gouvernemental, c’est-à-dire les camps de travail. Au Xinjiang, où vivent la plupart des Ouïghours, le nombre d’entreprises produisant des équipements de protection médicale est passé de 4 à 51 et au moins 17 d’entre elles participent au programme de “transfert de main-d’œuvre” des Ouighours. Mi-mars, le gouvernement a déplacé près de 2 000 Ouïghours de Hotan, dans le sud du Xinjiang. Leur destination est Urumqi, la capitale du Xinjiang au nord. Cinquante d’entre eux ont été envoyés à Tianshan Textile pour cette tâche. Les travailleurs sont ainsi déplacés au gré des besoins croissants sur les lieux de travail puis sont enfermés à proximité. Les images satellites de certaines usines où sont aussi employés des travailleurs chinois montrent des quartiers de travail et d’habitation séparés. La hausse soudaine de la demande liée à la pandémie favorise le recours à ce type de main d’oeuvre, utilisable au gré des besoins, et les Etats Unis et la France (entre autres) utilisent aussi le travail des prisonniers pour ces productions massives.

#1263 vu sur www.nytimes.com

France : le 20 ou 21 juillet, le port du masque sera obligatoire dans tous les établissements clos recevant du public, mais pas sur les lieux de travail qui fixent leurs propres règles sur la question

France. Le décret rendant obligatoire le port du masque dans tous les établissements clos recevant du public entrera en vigueur la semaine prochaine, lundi 20 ou mardi 21 juillet. Il ne sera par contre pas obligatoire sur les lieux de travail, qui fixent leurs propres règles là-dessus. S’agissant des mesures répressives pour encadrer cette obligation, c’est le ministère de l’intérieur qui doit s’en charger, en discussion avec les préfets, dont certains ont déjà mis en place de tels dispositifs. Si les moyens de contrôle ne sont pas encore précisés, le montant de l’amende en cas de non-respect devrait être identique à celui prévu pour les transports, c’est-à-dire 135 euros.

#1212 vu sur www.lemonde.fr

France, Royaume Uni : la marine anglaise teste l’utilisation de filets pour piéger les migrants dans la Manche, pour stopper les embarcations de fortune venant de France

France, Royaume Uni. La marine anglaise teste l’utilisation de filets pour piéger les migrants dans la Manche alors que les traversées sont très nombreuses depuis la fin du confinement. Des navires militaires ont travaillé avec la UK Border Force en mai et juin pour mettre au point des techniques pour stopper les embarcations de fortune venant de France. Plus de 2 750 migrants auraient ainsi atteint le Royaume-Uni de cette année, dont 90 qui seraient arrivés à Douvres pour la seule journée du 15 juillet. L’angleterre met en cause l’efficacité répressive des autorités françaises.

#1222 vu sur www.fr24news.com

Etats Unis : comme en réponse aux mobilisation Black Lives Matter, le secrétaire à la Défense américain diffuse un décret interdisant le déploiement du drapeau confédéré, symbole de ralliement aux idées racistes

Etats Unis. Le secrétaire à la Défense américain diffuse un décret interdisant le déploiement du drapeau confédéré, drapeau rouge barré d’une croix bleue avec 13 étoiles, adoptée pendant la guerre civile (1861-1865). Ce drapeau est devenu un symbole de ralliement aux idées racistes et certains Etats comme le Mississippi ont déjà la décision de retirer de leur drapeau le symbole confédéré début juillet. En effet cette décision, qui va à l’encontre des souhaits de Trump qui a affirmé que le drapeau confédéré appartient au patrimoine national, apparaît comme une réponse aux mobilisations Black Lives Matter. Trump avait aussi déclaré que la décision de faire flotter le drapeau confédéré relevait de la « liberté d’expression ».

#1218 vu sur www.ouest-france.fr

Allemagne : le gouvernement autorise des mesures de confinement renforcées avec des « interdictions de sortie » sur des zones très limitées, et l’appui de l’armée pour les faire respecter

Allemagne. Le gouvernement autorise des mesures de confinement renforcées face au risque de deuxième vague. Les autorités allemandes veulent ainsi instaurer « des interdictions de sortie » au niveau de zones géographiques limitées. La seule précision pour l’instant consiste à stipuler qu’il s’agira de zones plus restreintes qu’un canton. Le chancelier a précisé que l’armée allemande serait sollicitée lors de ces confinements locaux qui seront mis sur pied « plus vite, sur un espace plus restreint, et plus précisément ». Les soldats de la Bundeswehr seront par exemple mis à contribution pour tester la population confinée à un endroit donné et à faire respecte des confinement stricts, “pour quelques jours seulement”. On pense déjà à la situation intolérable contre laquelle s’étaiet révoltés des centaines d’habitants d’une résidence sociale à Göttingen au mois de juin, avec un “enfermement restreint” prolongé plusieurs semaines, de “quelques jours” en “quelques jours”…

#1211 vu sur www.20minutes.fr

Europe : l’U.E finance un projet de développement de drones pilotés par intelligence artificielle pour patrouiller de manière autonome aux frontières de l’Europe

Europe. L’Union Européenne finance depuis le mois de mai un projet de développement de drones pilotés par l’intelligence artificielle et conçus pour patrouiller de manière autonome aux frontières de l’Europe. Les drones devraient opérer en essaims, coordonnant et corroborant les informations diffusées ensuite dans les flottes de quadricoptères, de petits avions à voilure fixe, de véhicules terrestres, de sous-marins et de bateaux, en vue d’interventions. Les développeurs du projet, connus sous le nom de Roborder, affirment que les robots seront en mesure d’identifier les humains et de décider sans intervention humaine s’ils représentent une menace. S’ils déterminent que vous avez commis un crime, ils en informeront la police des frontières. Les caméras de drones n’utiliseront pas la technologie de reconnaissance faciale dans le cadre de ce projet, a expliqué Ioannidis, directeur technique de Roborder, et ne pourront pas non plus déterminer les caractéristiques humaines, telles que la taille, le poids, l’âge, la couleur de la peau ou le sexe perçu. Pourtant, Ioannidis a admis que l’ajout de la reconnaissance faciale au système Roborder plus tard serait «technologiquement possible». De la même manière ces drones auraient pour mission d’informer les autorités et ne seraient donc pas armés, sans que cet état de fait ne donne aucune garantie sur l’avenir.

#1221 vu sur theintercept.com

Etats Unis : le gouvernement Trump doit renoncer à priver de visa les étudiants étrangers dans les universités qui enseigneront à distance

Etats Unis. Le gouvernement Trump renonce à priver de visa les étudiants étrangers dont les cours resteront virtuels. La décision, qui avait été annoncée au début du mois de juillet, avait été attaquée en justice par l’université Harvard et le MIT ainsi que vingt Etats américains. Cette mesure faisaient risquer l’expulsion à un grand nombre d’étudiants étrangers en cours de scolarité. Elle s’inscrivait dans la suite de plusieurs mesures anti étrangers prises par le gouvernement américain, comme le gel jusqu’en 2021 de l’émission des cartes vertes – qui offrent un statut de résident permanent aux Etats-Unis – et de certains visas de travail, notamment ceux utilisés dans le secteur des nouvelles technologies, avec l’objectif affiché de réserver les postes aux Américains.

#1189 vu sur www.lemonde.fr

Chili, France, Grande Bretagne : des chiens sont entraînés pour détecter la présence du virus dans la transpiration ; des brigades canines”covidog” pourraient être déployées dans les gares et les aéroports dès le mois d’août

Chili, France, Grande Bretagne. La police chilienne a commencé à dresser des chiens pour repérer les malades du Covid-19 en détectant la présence du virus dans leur transpiration. Les chiens sélectionnés, trois golden retrievers et un labrador âgés de 4 à 5 ans, étaient jusqu’ici employés à rechercher des drogues, des explosifs ou des personnes disparues. Ce programme est né de la collaboration de la police nationale du Chili, les Carabineros et de spécialistes de l’Université catholique du Chili. Des initiatives similaires ont eu aussi en France et en Grande-Bretagne et les brigades canines anti covid pourraient être déployées dans les gares et les aéroports dès le mois d’août. En France, le CHU de Strasbourg associé au laboratoire des sciences de l’ingénieur, de l’informatique et de l’imagerie ainsi qu’à des chercheurs et virologues du CNRS ont lancé en mai le projet Covidog, dans le but de trouver des moyens “non invasifs et immédiat” de détecter le porteurs du virus. Il est développé grâce la startup strasbourgeoise Twistaroma, spécialiste de l’analyse des molécules organiques volatiles. Des expérimentations ont été aussi lancées fin mai à l’école vétérinaire de Maison Alfort, dans le Val-de-Marne, ainsi qu’en Corse. On peut imaginer ce que Covidog donnerait dans la réalité des contrôles une fois que les chiens seraient aux mains des policiers…

#1187 vu sur www.leparisien.fr

France, Montbéliard : la ville instaure un couvre-feu pour les mineurs dans le quartier de “la petite Hollande”, après les incendies de la nuit du 13 au 14 juillet

France, Montbéliard. La ville instaure un couvre-feu pour les mineurs dans un de ses quartiers, “la petite Hollande”, après des violences qui ont eu lieu dans la nuit du 13 au 14 juillet. Selon la presse, “une cinquantaine” de personnes “avec des cagoules” ont incendié dans la nuit sept voitures et plusieurs containers à poubelles. Un mineur a été interpellé pour outrages. Les forces de l’ordre, dont la présence avait été renforcée à la veille du 14-Juillet, ont également fait usage de flash-balls. Jusqu’au 31 juillet, les mineurs de moins de 16 ans “non accompagnés d’un adulte ayant autorité parentale”, n’ont plus le droit de sortir de chez eux entre 22 h et 07 h. Un arrêté similaire avait déjà été pris en juin.

#1207 vu sur www.ouest-france.fr

Mali, Bamako : onze morts dans les manifestations émeutières contre lesquelles a été déployée la FORSAT une unité d’élite anti terroriste entraînée entre autres par le RAID

Mali, Bamako. Les manifestations émeutières se poursuivent depuis plusieurs jours dans la capitale et leur répression a déjà fait onze morts et des dizaines de blessés. Le déploiement d’une unité d’élite antiterroriste, la Forsat, en plus des forces de sécurités serait à l’origine du caractère particulièrement meurtrier de cette répression. En effet, depuis trois jours, les forces de l’ordre tirent à balles réelles sur les manifestants et des journalistes disent avoir vu à plusieurs reprises des hommes encagoulés vêtus de noir, arme automatique à la main à l’arrière de pick-up dans les rues de Bamako, sans qu’il soit possible de déterminer leur unité. La Forsat a été créée en 2016 à la suite d’attentats meurtriers en 2015 dans la capitale Bamako, comme une force d’élite et de réaction rapide à toute forme de « terrorisme ». Elle est composée de 60 policiers, 60 gendarmes et 60 membres de la garde nationale, selon l’arrêté ministériel de sa création. Elle est supposé être exclusivement dédiée à la lutte antiterroriste. Cette unité d’élite est régulièrement formée par les partenaires internationaux du Mali, notamment la mission de formation de l’Union européenne, l’EUTM Mali, ou le RAID, l’unité d’élite de la police française. L’affectation de la Forsat à une mission de maintien de l’ordre « serait une violation claire de l’arrêté qui structure cette force, chargée exclusivement de lutter contre le terrorisme, et non de lever des barricades érigées par des manifestants », déclare Amnesty International.

#1204 vu sur www.lemonde.fr

Etats Unis, San Quentin : au nom de la protection contre le virus tous les appels téléphoniques sont interdits empêchant les proches d’être informés des ravages en cours de l’épidémie

Etats Unis, San Quentin (Californie). Le directeur de la prison géante de San Quentin dans laquelle le virus se propage depuis le mois de juin a annoncé l’interdiction de tous les appels téléphoniques, au nom de la protection contre le virus. En l’absence de raison sanitaire valable, cette mesure ressemble à une tentative pour empêcher les prisonniers de donner des nouvelles directes de l’avancée de la maladie, de leurs symptômes et de ceux des autres. Alors que les parloirs sont aussi interdits depuis plusieurs mois, les proches sont très inquiets de cette perte de toute possibilité de contact. A ce jour, sont décomptés 2 032 cas et 10 décès.Un détenu libéré le 6 juillet raconte ce qui se passe à l’intérieur et la rapidité de la propagation du virus, à propos duquel les détenus sont mieux informés par la télé que par l’administration pénitentiaire, y compris pour ce qui se passe dans la prison, le fait que beaucoup de détenus sont trop shootés par les médicaments pour respecter les mesures sanitaires, le fait qu’on lui ait donné un masque efficace à sa sortie mais pas avant. Un centre de commandement médical a été créé avec des tentes et un bâtiment transformé en un centre de soins de 220 lits. Les autorité prévoient que l’épidémie de COVID-19 à la prison de San Quentin doublera au cours des 10 prochains jours

#1197 vu sur abc7news.com

Espagne, Catalogne : le reconfinement d’une zone autour de la ville de Lérida, à 150 km de Barcelone, décidé par le gouvernement de Catalogne a été supendu

Espagne, Catalogne. Le reconfinement d’une zone autour de la ville de Lérida, à 150 km de Barcelone, décidé par le gouvernement de Catalogne a été supendu par la justice au niveau national en Catalogne. Selon ce jugement, la région outrepasse ses compétences en limitant la liberté de mouvement des citoyens, car cette décision relève de « la compétence de l’Etat » espagnol. C’est la première fois depuis la fin du confinement en Espagne qu’une décision de reconfinement était prise dans le pays. La zone concernée avait déjà été isolée du reste de la Catalogne samedi dernier, afin que les habitants n’en sortent pas.

#1183 vu sur www.20minutes.fr

Russie : sous la pression de l’OMS, le gouvernement revoie à la hausse les chiffres des décès liés au Covid-19 en avril et mai, avec un taux de mortalité trois fois plus élevé

Russie. Le gouvernement publie de nouvelles statistiques sur les décès liés au Covid-19 en avril et mai, avec un taux de mortalité trois fois plus élevé que les données officielles précédentes. 15 277 décès liés au virus au cours de cette période de deux mois, et non plus 4 831 décès qui était jusque là le chiffre officiel. Les données antérieures n’incluaient pas les cas où le virus était présent mais n’était pas considéré comme la cause principale, mais certaines régions, y compris la capitale Moscou, ont également commencé à communiquer ces chiffres. Le gouvernement a dû remettre à jour ses chiffres sous la pression de l’Organisation mondiale de la santé qui a déclaré avoir eu des discussions avec la Russie sur la façon dont les responsables calculent le taux de mortalité, qui était jusqu’à présent bien en dessous de la moyenne mondiale. Le taux de mortalité des personnes contaminées serait de plus de 1,5 en Russie.

#1173 vu sur www.bloomberg.com

France, Mayenne : un des sept “foyers épidémiques” “en cours d’investigation” se situe un dans un ensemble de logements sociaux d’insertion, un dépistage ciblé dans des lieux “à risques” va commencer

France, Mayenne. Sept “foyers épidémiques” sont “en cours d’investigation” en Mayenne et un dépistage massif débute lundi. Les cas sont disséminés dans trois communes, dont principalement Laval, où les clusters sont en lien avec des hébergements d’insertion ou sociaux pour un public précaire et avec un abattoir. En plus des dépistages proposés à l’ensemble de la population, des “dépistages préventifs” vont être menés dans “des structures ou des hébergements ou des lieux collectifs dont on considère qu’ils peuvent être considérés à risque”, précise le “directeur de crise Covid-19” à l’Agence régionale de santé des Pays de la Loire.

#1172 vu sur www.francetvinfo.fr

France : le gouvernement annonce la fin de la trêve hivernale qui se clôt en même temps que l’état d’urgence sanitaire parce qu’ “on ne peut pas prolonger éternellement les trêves pour les expulsions”

France. Le gouvernement annonce la fin de la trêve hivernale qui se clôt en même temps que l’état d’urgence sanitaire parce qu’ “on ne peut pas prolonger éternellement les trêves pour les expulsions” selon la ministre déléguée au Logement, avec la promesse vite faite que même si une expulsion est validée par le tribunal, les forces de l’ordre ne seront pas mandatées pour intervenir tant qu’une solution alternative n’est pas proposée. Les impayés de loyer sont en forte hausse depuis le début de la crise sanitaire et de nombreux locataires sont déjà en situation de risquer une expulsion. Le Samu social n’a jamais eu autant d’appels et refuse de l’aide faute de places d’hébergement à longueur de journées.

#1178 vu sur francetvinfo.fr

France : la police participe aux dites “vacances apprenantes” et des rencontres sont organisées entre des policiers et des enfants des écoles élémentaires

France. La police participe aux dites “vacances apprenantes” et des rencontres sont organisées entre des policiers et des enfants des écoles élémentaires. L’opération “vacances apprenantes” est un dispositif mis en place par le ministère de l’Éducation nationale “pour lutter contre le décrochage scolaire lié au confinement” pendant les 15 premiers jours de juillet et les 15 derniers jours d’août, associées aux “colos apprenantes” dans 200 000 quartiers populaires. La police de Corbeil (Essonne) se félicite que les enfants aient découvert le matériel des policiers et participé à un jeu des questions réponses.

#1168 vu sur réseaux sociaux et ladepeche.fr

Australie : le gouvernement reconfine pour six semaine les cinq millions d’habitants de Melbourne et ferme les frontières de l’Etat de Victoria

Australie. Le gouvernement reconfine les cinq millions d’habitants de Melbourne, deuxième ville du pays. Les habitants ont reçu l’ordre de rester confinés chez eux durant six semaines suite à ce qui est considéré comme un échec des mesures instaurées pour empêcher la propagation du virus. L’État de Victoria, où se trouve Melbourne, a fermé mercredi toutes ses frontières.

#1170 vu sur www.ledevoir.com

Syrie : Moscou et Pékin menacent des millions de personnes de famine en voulant imposer de confier la répartition de l’aide humanitaire au régime de Bachar Al Assad

Syrie. L’aide humanitaire est suspendue à la bonne volonté de Moscou et Pékin qui ont tenté de mettre leur véto à une reconduction du dispositif permettant aux agences onusiennes d’acheminer des denrées alimentaires nécessaires à la survie de plusieurs millions de personnes dans les régions qui échappent au contrôle du régime d’Al-Assad. Après avoir réussi à rétablir l’autorité du régime de Bachar al-Assad par les armes, la Russie veut l’imposer aux Syriens par une menace sur leurs vivres dont ils veulent confier à gestion au régime. Ils ont été depuis contraints à accepter une prolongation provisoire en limitant les points de passage. Les autorités kurdes et l’opposition syrienne accusent depuis des années le régime d’Al-Assad de détourner l’aide internationale à son profit en pointant sa corruption.

#1196 vu sur www.liberation.fr

Australie : en réaction à l’adoption de la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, l’Australie propose aux ressortissants de Hong Kong de prolonger leur séjour de cinq ans et annule les extraditions

Australie. En réaction à l’adoption de la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, l’Australie propose aux ressortissants de Hong Kong de prolonger leur séjour de cinq ans au delà de l’expiration de leur visa et annule les traités d’extraditions.Près de 10 000 titulaires de visa temporaires qualifiés, diplômés et étudiants en Australie seraient éligibles à ces nouvelles dispositions, ainsi que 2 500 autres en dehors de l’Australie et 1 250 demandes sont en cours.

##1145 vu sur theguardian.com

Seychelles : 83 marins pêcheurs travaillant sur des thoniers espagnols ont été testés positifs au covid, deux sont soignés à terre mais les autres sont placés en quarantaine à bord des thoniers

Seychelles. 83 marins pêcheurs travaillant sur des thoniers espagnols ont été testés positifs au covid19. Seulement deux marins sont soignés à terre dans un hôpital transformé pour l’occasion en centre de soins et d’isolement. Tous les autres sont placés en quarantaine à bord des thoniers, en présence de médecins. La décision de maintenir les porteurs du virus à bord de leurs bateaux serait un choix de sécurité sanitaire nationale visant à éviter l’engorgement des services de santé, selon le directeur de l’Agence de Santé des Seychelles, alors qu’il affirme en même temps que “le pays est en mesure de soigner plus d’une centaine de personnes atteintes de la Covid-19”.

#1130 Source la1ere.francetvinfo.fr

Israël : les ultra-orthodoxes refusent toujours les consignes sanitaires et le gouvernement ferme à nouveau les bars, boîtes de nuit et salles de sport face à une “seconde vague” de l’épidémie

Israël. Le gouvernement ferme à nouveau les bars, boîtes de nuit et salles de sport, en attendant un possible reconfinement total face à une “seconde vague” (ou une nouvelle flambée épidémique) considérée comme «hors de contrôle». C’est surtout chez les ultra-orthodoxes qui ont refusé toute mesure de protection sanitaire ou de distanciation sociale que l’épidémie s’est diffusée. A Jérusalem, les trois quart des contaminations ont été constatées dans les quartiers ultra-orthodoxes qui ont été bouclés par l’armée et la police pour Pessah. Après un déconfinement rapide à partir du 4 mai, le virus se répand aujourd’hui à nouveau de manière inquiétante dans l’ensemble de la population.

#1136 vu sur leparisien.fr

Philippines : 24 jours de détention pour terrorisme sans aucun chef d’accusation, possibilité d’arrestations sans mandat… la nouvelle loi antiterroriste adoptée par le gouvernement doit être examinée par la cour suprême

Philippines. La nouvelle loi antiterroriste promulguée en pleine crise sanitaire doit être examinée par la Cour suprême. Le nouveau texte prévoit l’institution d’un conseil dont les membres, issus du gouvernement, auront le pouvoir d’ordonner des arrestations sans mandat. Il autorise également les détentions de personnes suspectées de terrorisme jusqu’à 24 jours sans aucun chef d’accusation, alors que ce délai est fixé à 3 jours par la Constitution. La définition du terrorisme y est par ailleurs très élargie puisqu’il s’agit de toutes formes d’opposition au gouvernement.

#1127 vu sur www.20min.ch

Etats Unis : les étudiants étrangers inscrits dans des universités qui fonctionneront en ligne à la rentrée ne verront pas leur permis de séjour renouvelé et seront expulsables

Etats Unis. Le gouvernement annonce que les étudiants étrangers inscrits dans des universités qui fonctionneront en ligne à la rentrée ne verront pas leur permis de séjour renouvelé et seront expulsables. Plusieurs universités américaines dont Harvard ont déjà annoncé qu’elles fonctionneraient principalement en ligne. Les étudiants étrangers devront donc soit quitter le territoire, soit changer d’université. La mesure concerne les visas F1 (pour des études académiques) ou M1 (pour des formations professionnelles). Environ 1,2 million de personnes en étaient dotées en mars, dont une grande majorité d’Asiatiques (Chinois, Indiens, Sud-Coréens), selon les données officielles.

#1125 vu sur www.nbcnews.com

Australie : l’Etat de Victoria est isolé du reste du pays, à cause d’une inquiétante hausse des cas de Covid19 détectés, des centaines de policiers ont été déployés pour faire respecter ces mesures

Australie. L’Australie isole à partir d’aujourd’hui l’Etat de Victoria du reste du pays, et les autorités ont annoncé mettre en place des strictes mesures de confinement pour lutter contre une inquiétante hausse du nombre de cas de coronavirus. La limite séparant les deux Etats les plus peuplés de l’Australie – celui de Victoria et celui de Nouvelle-Galles du Sud – est fermée à compter de minuit dans la nuit de lundi à mardi, ont déclaré les autorités de ces deux Etats. Victoria a fait état lundi d’un nombre record de 127 cas en une journée alors que le virus s’est propagé dans la ville de Melbourne, notamment dans plusieurs immeubles densément peuplés. Plus de 300 000 habitants sont confinés à Melbourne. Seize des nouveaux cas enregistrés l’ont été dans neuf hautes tours de logements sociaux. Des centaines de policiers ont été déployés pour faire respecter ces mesures.

#1124 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Ile de France : les poursuites de véhicules en fuite par les policiers, “interdites” depuis 2015 pour leur dangerosité, sont à nouveaux autorisées par décret du préfet Lallement

France, Ile de France. Les poursuites de véhicules en fuite par les policiers, qui étaient “interdites” depuis 2015, en particulier pour les véhicules à deux roues pour éviter les nombreux accidents, sont à nouveaux autorisées par une note du préfet Lallement. Il est à noter que les policiers utilisaient un jargon euphémistique quand de telles courses-poursuites avaient lieu malgré l’interdiction, en parlant de « prise en charge » ou de « marquage » .

#1123 vu sur www.leparisien.fr

Maroc, Safi : après le signalement d’un important foyer épidémique dans une usine de transformation poissonnière, la ville est à nouveau placée en “quarantaine totale”, avec appel au patriotisme des habitants

Maroc, Safi. Après le signalement d’un important foyer épidémique dans une usine de transformation poissonnière, la ville est à nouveau placée sous un confinement strict, en “quarantaine totale”. Des barrages aux accès de la ville ont été renforcés et des campagnes de sensibilisation sont menées par des patrouilles des autorités locales, le ministère marocain de la Santé invite à faire preuve (entre autres) de patriotisme pour lutter contre la propagation du virus, ce qui doit surement vouloir dire se moucher dans des drapeaux marocains.

#1119 Source 2mutube.comma

France, Seine-Saint-Denis : la préfecture juge finalement illégale l’annulation des loyers HLM à Bobigny, qui avait été promise par la ville en pleine crise sanitaire

France, Seine-Saint-Denis. La préfecture de la Seine-Saint-Denis juge finalement illégale l’annulation des loyers HLM à Bobigny, qui avait été promise par la ville en pleine crise sanitaire, le 23 avril, la ville de Bobigny s’était engagée à annuler l’ensemble des loyers d’avril pour les 4 000 locataires de son office public pour l’habitat. La plupart des initiatives de grève des loyers qui avait commencé durant le confinement se voient réprimées par les institutions.

#1117 vu sur lemonde.fr

Espagne. La catalogne annonce le reconfinement de 200 000 personnes dans la région alentour à Lérida.

Espagne. La catalogne annonce le reconfinement de 200 000 personnes dans la région alentour à Lérida. Cette décision fait suite à une augmentation des cas recensés dans la zone. Les regroupements de plus de 10 personnes sont interdits ainsi que les visites dans les EHPADs. Les personnes arrivant se voient controlés par leur température et un fichage spécial.

#1115 vu sur ouest-france

France, Seine Saint-Denis : bien qu’acceptés dans des cursus d’études supérieures, un collectif soutien plusieurs centaines de lycéens qui ne peuvent pas s’y inscrire, faute de papiers et risquent l’expulsion à leur majorité

France, Seine Saint-Denis. Bien qu’acceptés dans des cursus d’études supérieures, plusieurs centaines de lycéens ne peuvent pas s’y inscrire, faute de papiers et risquent l’expulsion à leur majorité. Un collectif de plus de 800 personnels de l’Education nationale de Seine-Saint-Denis demande toujours une procédure d’urgence pour leurs élèves étrangers sans papiers atteignant la majorité pour que leur situation soit régularisée avant septembre et qu’ils puissent poursuivre leur parcours scolaire.

#1165 vu sur www.liberation.fr

France : la région Ile de France va financer un plan de rénovation, de construction et de sécurisation des établissements pénitentiaires dont Fresnes

France, Fresnes. La région Ile-de-France va financer un plan de rénovation, de construction et de sécurisation des établissements pénitentiaires franciliens pour un montant de 3 millions d’euros. A la prison de Fresnes par exemple il s’agit de la restructuration de l’entrée du domaine et du poste de police du centre pénitentiaire pour éviter les dégradations sur les véhicules des matons qui sont récurrentes, de renforcer le maillage de filins anti-hélicoptères de la prison, et la sécurisation des fenêtres en détention du centre pénitentiaire.
L’ensemble des opérations en Ile-de-France :
1/ Renforcement du maillage de filins anti-hélicoptère au sein du centre pénitentiaire de Fresnes (94) et de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (91) : 737 500 € ;
2/ Sécurisation du domaine de l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Porcheville (78) : 550 000 € ;
3/ Sécurisation des fenêtres en détention du centre pénitentiaire de Fresnes (94) : 592 500 € ;
4/ Sécurisation des accès de la direction interrégionale des services pénitentiaires de Paris (75) : 142 500 € ;
5/ Restructuration de l’entrée du domaine et du poste de police du centre pénitentiaire de Fresnes (94) : 925 000 €.

#1111 vu sur actu.fr

Chine, Hong-Kong : nouvelle loi sur la sécurité nationale, destinée à lutter contre « la sécession, la subversion, le terrorisme et la collusion avec des forces étrangères », le texte prévoit des peines allant jusqu’à la prison à perpétuité pour les ennemis du régime et une surveillance étendue par ses agences

Chine, Hong-Kong. Le régime chinois a adopté le 30 juin une loi sur la sécurité nationale à Hong-Kong, destinée à lutter contre « la sécession, la subversion, le terrorisme et la collusion avec des forces étrangères ». Le texte prévoit des peines allant jusqu’à la prison à perpétuité pour les ennemis du régime et une surveillance étendue par ses agences. Des manifestations ont eu lieu le lendemain. La police hongkongaise a fait usage d’un canon à eau pour disperser les petits groupes de manifestants rassemblés. Le camion, équipé d’un canon à eau, a tiré plusieurs rafales d’eau qui était mélangée à une solution de poivre irritant. Trente personnes ont en outre été arrêtées, selon l’agence Reuters reprenant une information des forces de l’ordre, pour violation de la nouvelle législation, rassemblement illégal, refus d’obtempérer et possession d’armes.

#1099 vu sur lemonde.fr

Allemagne : les Allemands peuvent télécharger une application de traçage, qui prévient le détenteur du téléphone si il a été en contact plus de 15min et à moins de 1m50 de quelqu’un ayant indiqué sur son téléphone via l’application qu’il est infecté

Allemagne. Depuis deux semaines les Allemands peuvent télécharger une application de traçage, qui, une fois que le bluetooth est activé, prévient le détenteur du téléphone si il a été en contact plus de 15min et à moins de 1m50 de quelqu’un ayant indiqué sur son téléphone via l’application qu’il est infecté. Elle a été téléchargée plus de 14 million de fois jusqu’à maintenant, avec 400 000 nouveaux utilisateurs par jour ces derniers temps.

#1098 vu sur Frankfurter Allgemeine Zeitung

France : le conseil d’Etat valide des frais d’inscription à l’université de trois à quatre mille euros pour les étudiants étrangers extracommunautaires

France. Le Conseil d’Etat valide des frais d’inscription plus élevés pour les étudiants étrangers extracommunautaires à l’université et considère que leur demander de payer plus que les autres étudiants ne s’oppose pas à « l’exigence constitutionnelle de gratuité » visant à assurer l’égal accès à l’instruction. Les étudiants extracommunautaires devront payer 2 770 euros pour s’inscrire à une licence (contre 170 euros aujourd’hui) et 3 770 euros pour un master ou un doctorat (contre 243 euros et 380 euros aujourd’hui).

#1110 vu sur www.lemonde.fr

Allemagne : une partie des forces spéciales (KSK) de l’armée vont être dissoutes à cause de liens avérés et rendus publics avec l’extrême droite

Allemagne. L’unité militaire d’élite de l’armée (les forces spéciales KSK) va être partiellement dissoute à cause de liens avérés et rendus publics avec l’extrême droite. Le gouvernement considère que les KSK ont “pris partiellement leur autonomie” par rapport au reste de l’armée allemande “en raison notamment d’une culture toxique de certaines personnes à leur tête”. 48.000 munitions et 62 kilos d’explosifs ont disparu des réserves de cette unité. Dans l’immédiat, la deuxième compagnie des forces spéciales allemandes, considérée comme le lieu où les dérapages d’extrême droite ont été les plus importants, sera dissoute sans être remplacée. Dans le même temps plusieurs des membres des forces spéciales ont été identifiés comme étant proches de la mouvance ultra-nationaliste, au moment où les autorités s’inquiètent d’une résurgence du terrorisme d’extrême droite, visant migrants, juifs et responsables politiques les soutenant.

#1094 vu sur www.lefigaro.fr

Singapour : le gouvernement distribue des dispositifs de traçage des contacts compatibles Bluetooth qui ne nécessitent pas d’avoir de smartphone puisqu’il s’agit d’un objet en plastique qui peut se porter autour du cou ou dans la poche

Singapour. Le gouvernement distribue des dispositifs de traçage des contacts compatibles Bluetooth qui ne nécessitent pas d’avoir de smartphone puisqu’il s’agit d’un objet en plastique qui peut se porter autour du cou ou dans la poche. Les “jetons TraceTogether”, qui ont une autonomie allant jusqu’à 9 mois, sont donc une alternative à l’application smartphone de suivi des contacts déjà mise en place par le gouvernement et posent les mêmes problèmes en ce qui concerne le recueil et la conservation de données personnelles et le contrôle de tout un chacun. Le premier lot d’appareils est distribué aux personnes âgées vulnérables qui ont peu ou pas de soutien familial ou qui ont des problèmes de mobilité. Les utilisateurs seront alertés par un agent de recherche des contacts s’ils sont détectés comme ayant été à proximité d’une personne infectée par le coronavirus. S’il est ensuite confirmé qu’ils ont contracté le Covid-19, les données personnelles seront téléchargées à partir de l’appareil et sont sensées être cryptées et détruites au bout de 25 jours. Le gouvernement singapourien a annoncé que son application pour smartphone TraceTogether a été téléchargée par 2,1 millions de personnes depuis le mois de mars, ce qu’il considère comme très insuffisant. Dimanche, les autorités ont signalé 213 nouvelles infections à Singapour, dont 202 dans les flyers de travailleurs étrangers.

#1087 vu sur www.bbc.com

Etats Unis : l’Etat de New York soumet désormais à une quarantaine les visiteurs de 16 autres Etats américains où monte la pandémie

Etats Unis, New York. Alors que le pays connait une recrudesence de l’épidémie qui conduit certains Etats comme le Texas à reconfiner, L’Etat de New York soumet désormais à une quarantaine les visiteurs de 16 autres Etats américains où monte la pandémie, dont la Floride et le Texas. La Californie, Etat le plus peuplé du pays figure dans la nouvelle liste. Les 16 Etats concernés représentent une population totale équivalente à près de la moitié de la population américaine. Le gouvernement tente d’imputer cette recrudescence aux mobilisations qui ont suivi la mort de Georges Floyd.

#1093 vu sur actucameroun.com

Inde. Face à l’accroissement de la pandémie, des hôtel de luxe sont réquisitionnés pour accueillir les malades

Inde. Face à l’accroissement de la pandémie, des hôtel de luxe sont réquisitionnés pour accueillir les malades. La levée du confinement accélère la circulation du virus, en particulier dans les grandes villes et les quartiers pauvres. A New Delhi, on compte désormais 73.000 malades et 2.400 morts depuis le début de la pandémie. La situation est telle que la ville est obligée d’employer les grands moyens pour faire face à l’afflux de patients : elle a ordonné la réquisition d’hôtels de luxe, de wagons de train et de salles de réception pour les accueillir. Et ce sont les employés de ces hôtels qui seront chargés de prêter main-forte au personnel hospitalier. “Nous avons reçu une formation de l’hôpital sur la manière de porter l’équipement de protection individuelle et de l’enlever. C’est quelque chose que je n’aurais jamais pensé avoir à faire au cours de ma carrière dans l’hôtellerie”, témoigne un manager de l’hôtel Suryaa, où les premiers malades arriveront sous peu. Dans son hôtel, deux cents lits sont prévus pour accueillir les malades les moins touchés : asymptomatiques ou patients présentant des symptômes modérés. Les patients devront payer pour ce séjour, et même si la somme est plafonnée à 60 euros par jour, repas compris, c’est inabordable pour la plupart des habitants. Des lignes rouges ont été tracées pour mettre en œuvre la distanciation physique. Pour développer leurs capacités d’accueil de malades, les autorités ont ainsi réquisitionné une trentaine d’hôtels, chaque établissement étant rattaché à un hôpital référent. Les hôtels réquisitionnés ont tenté de faire valoir que beaucoup de leurs employés avaient plus de 50 ans et étaient donc à risque, et que leur personnel n’avait aucune formation pour prodiguer des soins ou gérer des déchets bio-médicaux. Le tribunal ne leur a donné que partiellement raison : plutôt que de servir d’hôpitaux de campagne, les hôtels ne seront que des centres d’accueil pour les malades les moins graves.

#1076 vu sur lci.fr

France. Le conseil d’Etat valide le délit de violation réïtérée du confinement. Selon la loi du 23 mars, quatre violations du confinement en trente jours sont passibles de six mois de prison et 3 750 euros d’amende

France. Le conseil d’Etat valide le délit de violation réïtérée du confinement dans une décision du 26 juin. Selon la loi du 23 mars, quatre violations du confinement en trente jours sont passibles de six mois de prison et 3 750 euros d’amende. Au cour du premier mois de confinement, Christophe Castaner, ministre de l’intérieur, avait déjà annoncé que 1 733 gardes à vue avaient eu lieu pour des cas de violations répétées du confinement. La mesure avait été attaquée pour son imprécision. Dans sa décision de vendredi, le Conseil constitutionnel estime que « ni la notion de verbalisation, qui désigne le fait de dresser un procès-verbal d’infraction, ni la référence aux “déplacements strictement indispensables aux besoins familiaux et de santé” ne présentent de caractère imprécis ou équivoque. Par ailleurs, en retenant comme élément constitutif du délit le fait que la personne ait été précédemment verbalisée “à plus de trois reprises”, le législateur n’a pas adopté des dispositions imprécises. » La décision de vendredi écarte un autre grief soulevé au sujet de la présomption d’innocence, les droits de la défense et le droit à un recours juridictionnel effectif. De fait, la loi fait passer la violation du confinement d’une simple contravention à un délit au bout de la quatrième violation dans les trente jours… sans laisser la possibilité de contester éventuellement la réalité des premières infractions devant un juge. Les avocats avaient rappelé que le délai légal de contestation d’une contravention, de quarante-cinq jours habituellement, avait été porté à quatre-vingt-dix jours pendant l’état d’urgence. Le Conseil constitutionnel leur rétorque qu’il n’y a aucune présomption de culpabilité, puisque le tribunal correctionnel saisi en comparution immédiate « apprécie les éléments constitutifs de l’infraction et notamment la régularité et le bien-fondé des précédentes verbalisations ». Si ce délit n’est plus en vigueur depuis le 11 mai et la fin du confinement, il reste inscrit dans la loi. Le gouvernement est donc en mesure de l’actionner de nouveau en cas de restrictions de déplacement imposées à une partie du territoire, comme l’y autorise jusqu’à l’automne la loi organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire.

#1078 vu sur lemonde.fr

Chine : un rapport démontre une politique génocidaire de contrôle des naissances à l’encontre de la communauté musulmane des Ouïghour avec des stérilisations forcées sous la menace d’être interné en camps

Chine. Un rapport, dans lequel un expert allemand s’inquiète de la chute de naissance dans la communauté musulmane des Ouïghour en particulier depuis 2016, montre comment la Chine mène, dans sa région du Xinjiang (nord-ouest) à majorité musulmane, une politique de contrôle des naissances extrêmement coercitive avec des stérilisations forcées sous la menace d’être interné en camp. Ces pratiques sont génocidaires. Des organisations de défense des droits de l’Homme accusent la Chine d’avoir interné dans la région au moins un million de musulmans, dans ce qu’elles appellent des camps de rééducation politique. Pékin dément ce chiffre et parle de centres de formation professionnelle, destinés à aider la population à trouver un emploi et à l’éloigner ainsi de l’extrémisme et du terrorisme. La Chine fait savoir pour sa part que le Xinjiang est désormais “stable et harmonieux”.

#1108 vu sur lemonde.fr

France, Lesquin : plusieurs cas positifs au Covid-19 ont été avérés au centre de rétention alors que les expulsions reprennent à plein régime

France, Lesquin. Un test de dépistage du coronavirus a été réalisé sur plusieurs personnes, au centre de rétention administratif de Lesquin, qui a révélé que plusieurs étaient positifs au Covid-19, ce qui inquiète certains détenus quand aux conditions sanitaires exécrables auquel ils sont exposés au quotidien. Un détenu a dû s’occuper lui-même de s’occuper de désinfecter sa chambre, ce qui revient directement à le rendre responsable de son éventuelle contamination en cas de test positif futur.

#1083 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Egypte : intensification de la répression pendant la pandémie avec de nombreuses arrestations ces dernières semaines, y compris celles de plusieurs médecins ayant critiqué la gestion sanitaire de l’épidémie par les autorités

Egypte. La répression s’intensifie avec la gestion de la pandémie. De nombreuses arrestations ont été signalées ces dernières semaines, y compris celles de journalistes contestataires et de plusieurs médecins ayant critiqué la gestion sanitaire de l’épidémie par les autorités. Ces médecins sont accusés de «diffusion de fausses informations », « d’appartenance à un groupe terroriste » et de porter « atteinte à la sécurité de l’Etat ». Un grand nombre de militants ont aussi interpellés, dont Sanaa Seif qui est la sœur d’un opposant emprisonné Alaa Abdel Fattah, figure de la révolution égyptienne de 2011. Sanaa Seif a été arrêtée sur la base d’un mandat délivré le 21 juin pour avoir appelé à des manifestations, et pour avoir disséminé « des fausses nouvelles sur la détérioration de la situation sanitaire du pays et sur la propagation du coronavirus dans les prisons ». Ces dernières semaines, la militante LGBT Sara Hegazy, exilée au Canada, a mis fin à ses jours en expliquant qu’elle ne pouvait continuer à vivre avec le traumatisme qu’avait causé son incarcération en Egypte pour avoir brandi un drapeau arc-en-ciel, symbole des LGBT, lors d’un concert du groupe libanais Mashrou Leila en octobre 2017. Elle a passé trois mois en prison avant d’être relâchée et de s’exiler au Canada en 2018.

#1070 vu sur fr.news.yahoo.com

France, Paris : deux école ferment après la détection de cas de covid chez des enseignants et des enfants, la mise en isolement demandée par l’ARS ne concerne que les enfants et les adultes travaillant dans l’école et pas leurs proches

France, Paris. Deux jours après la réinstauration de l’obligation de scolarisation, deux école ferment après la détection de cas de covid chez des enseignants et des enfants. Dans le 4ème arrondissement, où une enseignante est positive, la mise en isolement demandée par l’ARS ne concerne que les enfants et les adultes travaillant dans l’école et pas leurs proches. « Les autres membres de la famille ne sont pas concernés », précise le mail de la directrice. Une mesure qu’ont du mal à comprendre certains parents, une mère s’interroge par exemple sur le fait qu’elle doive mettre sa fille en quarantaine mais que son mari continue de travailler dans une entreprise de 4000 personnes. Dans le douzième arrondissement, trois cas ont été détectés, un enseignant et deux enfants mais la sutuation n’est pas traitée comme un cluster car “un cluster est défini par la détection simultanée de trois cas dans une communauté. Si l’école du 12ème arrondissement n’est pas étiquetée comme telle, c’est que les trois cas sont répartis dans le temps ». Ces situations mettent en évidence l’absurdité gestionnaire qui adapte sa logique aux nécessités du moment, en l’occurrence la validation coûte que coûte du bien fondé de la réouverture des écoles à tous les enfants.

#1066 vu sur leparisien.fr

France, Villefranche-sur-Saône : mise en place d’un nouveau mode de pacification des prisons, qui consiste à distribuer les clefs de leurs cellules aux détenus « les plus méritants »

France, Villefranche-sur-Saône. L’administration pénitentiaire essaye un nouveau mode de pacification des prisons à Villefranche sur Saône, qui consiste à distribuer les clefs de leurs cellules aux détenus « les plus méritants » avec un nouveau régime de détention, le « module respect ». 35 détenus du troisième étage de la maison d’arrêt sont sous ce régime, initié en Espagne. Les détenus sont autorisés à circuler en journée dans les couloirs et certains espaces (salle de sport, cour extérieure..) avec une clé de leur cellule, mais à la condition d’accepter un règlement plus strict par certains aspects. En contrepartie, ils doivent par exemple avoir un comportement irréprochable, participer à des activités obligatoires, se réveiller à la même heure, ou encore entretenir leurs locaux. ce régime de détention permet toutes sortes de transactions punitives et de chantages et exacerbe les tensions entre détenus. En 2015, le centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan était le premier à tester ce nouveau module. Le “régime Respect” correspond à toutes sortes d’obligations et à des évaluations matérialisé par une sorte de permis à points. A Mont-de-Marsan, Villepinte, Beauvais ou Liancourt, le détenu part de zéro : chaque bonne action peut lui valoir un point, chaque mauvaise lui en faire perdre un. Si le compteur tombe à moins trois, moins cinq ou moins dix selon les établissements, c’est le recadrage ou l’exclusion, qui vaut retour en régime « portes fermées ». Beaucoup de comportements font encourir des mauvais points : ne pas être levé à sept heures du matin, ne pas avoir fait son lit, parler aux fenêtres, crier lors d’un match de foot, être en retard, impoli… Les consignes à respecter sont quasi-militaires. A Mont-de-Marsan, « la cellule doit être impeccable, balayée et lavée quotidiennement ». Les chaussures, cintres et serviettes de toilettes doivent être « rangés sous le lit » et les vêtements « bien pliés ».

#1062 vu sur actupenit.com

France : le ministre de l’éducation annonce des évaluations renforcées en septembre, faisant encore un peu plus de l’école un vaste parcours de bilan de compétences

France. Le ministre de l’éducation annonce des évaluations renforcées en septembre et promet “un plan ultra volontariste” contre le décrochage scolaire après le confinement lié au coronavirus. Des évaluations seraient mises en place pour les entrant en sixième et peut-être pour d’autres niveaux. Ces mesures ne font qu’étendre le principe des évaluations nationales déjà mises en place en début de primaire et dont les enseignants dénoncent largement l’absurdité. Des questions stéréotypées peu en lien avec ce que les enfants ont réellement fait, un temps énorme consacré à les faire passer avec un mode d’emploi extrêmement contraignant pour tout le monde, aucun usage pédagogique dans la progression de chaque enseignant : ces évaluations servent surtout à renseigner une lecture statistique globale utile aux experts auxquels sont confiées de plus en plus de décisions qui prétendent à l’objectivité. Par ailleurs, l’évaluation envahit le temps scolaire et devient une activité en soi, appuyée sur la notion de compétences dont on vérifie en permanence le niveau d’acquisition. Les enfants sont ainsi habitués depuis leur plus jeune âge et tout au long de leur scolarité à se retrouver en “bilan de compétence” comme ce sera le cas tout au long de leur vie.

#1047 Source huffingtonpost.fr

Colombie : alors que l’épidémie s’intensifie en Amérique latine, le confinement est prolongée jusqu’au 15 juillet, avec interdiction totale de sortie pour les plus de 70 ans

Colombie. Alors que l’épidémie s’intensifie en Amérique latine avec plus de 100 000 (dont plus de la moitié au Brésil), le confinement est prolongée jusqu’au 15 juillet, avec interdiction totale de sortie pour les plus de 70 ans. Les déplacements sont toujours limités sur le territoire national et réservé à certaines catégories de populations, les évènements publics et privés proscrits. En parallèle, la stigmatisation des malades du Covid-19 et du personnel soignant continue dans certaines régions, « au point que non seulement les personnes touchées préfèrent se cacher et souffrir en silence, mais que certaines communautés refusent aussi le dépistage » peut-on lire dans la presse où se multiplient les articles pour expliquer qu’être malade n’est pas honteux.

#1050 vu sur rfi.fr

Allemagne : le gouvernement reconfine 650 000 personnes en Rhénanie-du-Nord suite à 1600 tests positifs dans un abattoir

Allemagne. Le gouvernement reconfine 650.000 personnes dans deux grands arrondissements de Rhénanie-du-Nord, Gütersloh et Warendorf (entre Münster et Bielefeld) suite à l’explosion du nombre de contaminations dans un abattoir (près de 1600 salariés testés positifs). Beaucoup d’entre eux sont des travailleurs immigrés venus des pays de l’Est, ce qui alimente un racisme déjà présent par ailleurs. La politique de confinement ciblé est aussi toujours en cours, et des habitants se retrouvent enfermés en quarantaine dans plusieurs villes du pays parce que plusieurs personnes sont testées positives dans un immeuble par exemple, ce qui a causé à Göttingen conflits et affrontements avec les forces de l’ordre chargées de faire maintenir ces personnes dans leurs lieux de confinement, derrière des barrières qui les séparent du reste de la population.

#1048 Source plus.lesoir.be

Inde, New Dehli : un centre spirituel a été reconverti en gigantesque centre d’isolement de 10.000 lits gardé par des forces paramilitaires

Inde, New Dehli. Face à l’accroissement des décès dus à l’épidémie, un centre spirituel a été reconverti en gigantesque centre d’isolement de 10.000 lits. Sur les 10 000 lits prévus, 1000 seront dotés d’un accès à l’oxygène mais aucun ne sera équipé de respirateurs. Des forces paramilitaires vont être dépêchées pour prêter main-forte au «plus grand centre Covid du monde». Les soldats garderont notamment l’enceinte du campus afin d’empêcher la transmission du virus vers l’extérieur. La réouverture économique du pays s’accompagne d’une envolée inquiétante des cas de coronavirus, en dépit du confinement rapide et strict qui a été imposé durant près de deux mois par gouvernement. Rien qu’à Delhi, les autorités anticipent un demi-million de contagions à la fin du mois de juillet. Pour parer au choc, 80 000 lits vont être nécessaires, alors que la capitale n’en possède que 12 000. Le scénario qui se dessine est de plus en plus sombre et certaines ambassades ont prévenu leurs ressortissants sur l’éventualité d’être privés de soins en cas de nécessité. A l’heure actuelle, trouver une place pour être soigné relève du parcours du combattant. «Les hôpitaux de Delhi ne parviennent pas à faire face à la crise. Si on est malade, mieux vaut rester chez soi et mourir avec dignité» témoigne un habitant.

#1067 vu sur plus.lesoir.be

France : troisième phase du déconfinement dans les prisons, les restrictions restent inchangées pour les parloirs

France. Une circulaire régit la troisième phase du déconfinement dans les prisons. Les transferts sont à nouveaux autorisés sans mise en quarantaine et avec des phases d’accueil réduites à une semaine, sauf entre maisons d’arrêt où ils restent suspendus sauf cas exceptionnels. Les détenus arrivant sont placés en quarantaine pour deux semaines et seront testés au 7ème jours. Les restrictions et aménagements contraignants pour les parloirs sont maintenues jusqu’au 10 juillet. Les activités et les cultes reprennent avec des mesures de distanciation, ainsi que le sport en extérieur ou en gymnase mais la musculation reste interdite. Les bibliothèques restent fermées et les livres doivent être empruntés sur catalogue. Les vêtements peuvent à nouveau être apportés aux détenus.

#1055 vu sur la circulaire du 23 juin du ministère de la justice (legifrance)

France : l’assemblée a voté dans la nuit la proposition de loi controversée prévoyant des «mesures de sûreté» pour les condamnés pour terrorisme, à l’issue de leur peine

France. L’Assemblée nationale a voté dans la nuit la proposition de loi controversée prévoyant des «mesures de sûreté» pour les condamnés pour terrorisme, à l’issue de leur peine . L’autorité judiciaire pourra imposer durant cinq ou dix ans à ces personnes l’obligation de répondre aux convocations du juge d’application des peines, d’établir sa résidence en un lieu déterminé, des interdictions d’entrer en relation et de paraître dans certains lieux, et encore l’obligation de pointage ainsi que, sous réserve de l’accord de la personne, le port du bracelet électronique. Les socialistes et le front de gauche se sont abstenus. Une grande partie des députés qui ont voté pour trouvent le texte très insuffisant et ont cherché à prolonger et durcir ces mesures, agitant la sortie de prison prochaine d’islamistes radicaux arrêtés ces dernières années.

#1033 vu sur lefigaro.fr

Etats Unis, New York : l’administration Trump prend en charge au niveau fédéral la répression des manifestants et trois d’entre eux, Colinford Mattis, Urooj Rahman et Samantha Shader, risquent la prison à vie

Etats Unis, New York. L’administration Trump prend en charge au niveau fédéral la répression des manifestants : trois d’entre eux, Colinford Mattis, Urooj Rahman et Samantha Shader risquent la prison à vie pour leur participation aux émeutes. Ces trois personnes ont été arrêtées fin mai lors des manifestations qui ont éclaté à travers le pays. Les deux premiers ont été arrêtés pour avoir prétendument lancé un cocktail Molotov par la fenêtre d’une voiture NYPD déjà cassée et abandonnée dans la nuit du 29 mai, alors que les manifestations faisaient rage dans tout New York et en particulier dans le quartier de Fort Greene. Samantha Shader, qui a une longue histoire de rencontres et de résistance aux forces de l’ordre, a été arrêtée séparément la même nuit, également pour avoir prétendument lancé un cocktail Molotov. Celui-ci, qui ne s’est pas enflammé, visait une voiture avec des officier. Tous les trois sont toujours en prison sans caution et risquent la perpétuité avec un minimum obligatoire de 45 ans, pour divers délits fédéraux, y compris utilisation d’explosifs, incendie criminel, utilisation d’explosifs pour commettre un crime, complot d’incendie criminel, utilisation d’un appareil destructeur, troubles civils et fabrication ou possession d’un appareil destructeur. Le gouvernement fédéral, en se saisissant de ces cas au lieu de les laisser à l’Etat de New York, et en refusant toute possibilité de caution, cherche à intimider les manifestants les plus récalcitrants en créant des exemples. Ils ont besoin de toute notre solidarité.

#1032 vu sur leftvoice.org

Suède : les enfants doivent continuer de se rendre dans les écoles, quel que soit leur état de santé avec la menace de sanctions par les services sociaux si les parents gardent leurs enfants chez eux

Suède. Les enfants suédois doivent continuer de se rendre dans les écoles, quel que soit leur état de santé et le gouvernement menace de contacter les services sociaux si les parents gardent leurs enfants chez eux par crainte de la contagion. La Suède a gardé les écoles ouvertes aux enfants de moins de 15 ans, dans le cadre de sa politique visant à éviter un verrouillage généralisé pendant la pandémie de coronavirus, mais beaucoup de parents ont cessé de mettre leurs enfants à l’école face à cette gestion de la pandémie qui invite les élèves à aller à l’école dans presque toutes les circonstances, y compris ceux qui ont des pathologies qui peuvent les rendre plus à risque d’attraper COVID-19. Certains parents qui refusent cette scolarisation forcée en période d’épidémie et se retrouvent en conflit avec les autorités craignent que de se faire retirer la garde de leurs enfants. Une partie des enseignants sont inquiets de cette obligation scolaires et soutiennent les parents qui la refusent.

#1024 vu sur businessinsider.fr

Suisse : l’application de traçage SwissCovid sera disponible le 25 juin sur Apple Store et Google Play Store.

Suisse. L’application de traçage SwissCovid sera disponible le 25 juin sur Apple Store et Google Play Store. Destinée à retracer les chaînes de transmission du coronavirus, l’application fonctionne grâce à la technologie bluetooth. Les utilisateurs qui auront été en contact avec une personne infectée seront avertis. Le téléchargement de cette application est sensé rester facultatif. La Suisse et le Liechtenstein comptent désormais 31’292 cas confirmés en laboratoire. Au total, 507’736 tests ont été effectués, dont 7% étaient positifs.

#1030 vu sur rts.ch

France : le conseil constitutionnel oblige le gouvernement à ce que le maintien à l’isolement ou en contention d’une personne hospitalisée sans son consentement soit contrôlé par un juge

France. Le conseil constitutionnel a ordonné au gouvernement de prendre des mesures pour que le maintien à l’isolement ou en contention en psychiatrie d’une personne hospitalisée sans son consentement soit contrôlé par un juge. Cet avis revient donc sur l’article du Code de la santé publique relatif à l’encadrement des mesures d’isolement et contention du 26 janvier 2016 qui ne prévoyait pas l’intervention d’un juge dans ces cas d’isolement ou de contention des d’hospitalisés sous contrainte. Le gouvernement a donc jusqu’au 31 mars pour modifier les dispositions légales Cette mesure concernerait plus de 92000 personnes (chiffre de 2017). L’annonce intervient juste après la diffusion d’un rapport alarmant sur l’utilisation de la contrainte en psychiatrie.

#1004 vu sur informations.handicap.fr

France : le conseil constitutionnel annule la disposition de la “loi contre la haine en ligne” qui visait à censurer immédiatement tout contenu “à caractère terroriste”

France. Le conseil constitutionnel vient de déclarer la quasi-intégralité de la “loi de lutte contre la haine en ligne” contraire à la Constitution. Le principe d’une censure sans juge des contenus considérés comme “à caractère terroriste” dans un délai imposé d’une heure pour la police ou de vingt-quatre heures pour les plate-formes elles-mêmes est refusé. La décision peut être comprise ainsi : seuls les contenus “manifestement illicites” peuvent être retirés sans passer par un juge et reconnaître qu’un contenu est manifestement illicite demande un minimum d’analyse, impossible en si peu de temps. Le gouvernement voulait imposer à l’ensemble de l’Internet le modèle de censure algorithmique de Facebook. Il s’agissait aussi de faire « adopter à l’avance » en France le règlement européen contre la propagande terroriste actuellement en discussion qui prévoit lui aussi une censure sans juge en une heure mais suscite de nombreuses oppositions.

#0990 Source laquadrature.net

Chine : la police recueille actuellement des échantillons de sang d’hommes dans tout le pays pour construire une carte génétique de 700 millions de personnes de sexe masculin parce que “les hommes commettent plus de crimes que les femmes”

Chine. La police recueille des échantillons de sang d’hommes et de garçons de tout le pays pour construire une carte génétique de ses quelque 700 millions d’hommes, donnant aux autorités un nouvel outil puissant pour leur nouvel état de surveillance de haute technologie. Même les enfants sont obligés de donner des échantillons de sang pour construire une base de données génétiques qui s’ajoutera aux capacités de surveillance croissantes de Pékin. La collecte concerne des ADN masculin car les statistiques montrent que les hommes commettent plus de crimes que les femmes (sic). La Chine détient déjà la plus grande quantité de matériel génétique au monde, totalisant 80 millions de profils, selon les médias d’État. Les autorités ont pour objectif de prélever des échantillons d’ADN de 35 à 70 millions d’hommes et de garçons, soit environ 5 à 10% de la population masculine chinoise. Ils n’ont pas besoin d’échantillonner tous les hommes, car l’échantillon d’ADN d’une personne peut révéler l’identité génétique des parents masculins. Les collectes antérieures d’ADN étaient un peu plus ciblées, soit autour de certains types de personnes suspects pour un crime ou délit en particulier, soit sur des groupes identifiés comme “potentiellement criminels” comme les travailleurs migrants dans certains quartiers. La police a également recueilli l’ADN de groupes ethniques minoritaires comme les Ouïghours afin de resserrer le contrôle sur ces groupes spécifiques.

#1011 nytimes.com

France : le rapport “Identités numériques, clés de voûte de la citoyenneté numérique” prévoit une Carte Nationale d’Identité électronique (CNIe) dès 2021 avec une reconnaissance faciale via l’application Alicem

France. Le gouvernement prévoit une Carte Nationale d’Identité électronique (CNIe) dès 2021. Le programme s’appuie sur la reconnaissance faciale via l’application Alicem. Le rapport du Conseil national du numérique (CNnum) intitulé « Identités numériques, clés de voûte de la citoyenneté numérique » prévoit d’établir l’accès aux services de l’administration en ligne au travers de cette carte d’identité numérique. L’application Alicem est en phase de test sur FranceConnect depuis juin 2019. Elle impose à son utilisateur de passer par une étape de reconnaissance faciale pour prouver qu’il est le titulaire légitime du titre d’identité et à partir de là, sert à attester l’identité. Son expérimentation a été suspendue car elle n’offre pas d’alternative à la reconnaissance facile pour l’activation des comptes utilisateurs. Elle est relancée avec ce projet de carte d’identité numérique.

#0992 Source intelligence-artificielle.developpez.com

Belgique : les centaines de détenus qui avaient bénéficié de “congés élargis” pour diminuer de 10% la population carcérale en période de pandémie doivent revenir purger le restant de leur peine derrière les barreaux.

Belgique. La population carcérale belge avait chuté de 10% en trois mois suite à la crainte d’une propagation du virus. Mais les prisons sont déconfinées aujourd’hui et, outre la fin des consignes de limitation du nombre d’incarcérations, les centaines de détenus qui avaient bénéficié de congés élargis vont revenir purger le restant de leur peine derrière les barreaux. La population carcérale devrait donc bientôt repasser au-dessus de la barre symbolique des 10.000 prisonniers. “Le but n’était pas de diminuer la population carcérale pour la diminuer, mais bien d’éviter une crise sanitaire en prison”, indique le gouvernement. 24 prisonniers ont été officiellement contaminés par le Covid-19 en Belgique depuis le début de la crise sanitaire, ce qui est considéré comme un taux faible, mais le chiffre serait complètement sous-estimé car beaucoup de détenus sont allés à l’isolement sans avoir été testés. Pour ce qui est des visites, supposées avoir repris le 25 mai, elles ont toujours lieu dans des conditions très limitatives (une personne par semaine et les mineurs de moins de seize ans sont interdits).

#0980 vu sur lecho.be

Pérou : 1.500 détenus ont été libérés en deux mois, plusieurs mutineries ont eu lieu contre la gestion de la pandémie, 212 détenus sont morts du Covid et 67 sont actuellement hospitalisés

Pérou. Le gouvernement a libéré 1.500 détenus condamnés à des peines légères afin de réduire la surpopulation dans ses prisons, où ont eu lieu des mutineries suscitées par la crainte de la contamination au coronavirus. La révolte la plus importante a eu lieu fin avril dans la prison Miguel Castro, située à l’est de Lima. Neuf détenus sont morts et il y a eu 67 blessés, dont des détenus, des surveillants et des policiers. Ces libérations se sont étalées sur une période de deux mois. Le Pérou est actuellement le deuxième pays de la région derrière le Brésil en termes de contaminations au Covid-19, avec 229.736 contaminations enregistrées. En termes de décès, il est troisième avec 6.688 morts derrière le Brésil et le Mexique. Selon les autorités, 212 détenus sont morts du Covid-19 et au moins 67 autres sont actuellement hospitalisés après avoir été contaminés. Quinze surveillants sont eux aussi morts de la maladie et 17 autres sont en traitement.

#0988 Source 20minutes.fr

International : la Chine, l’Iran et la Corée du Sud reconfinent des zones de leur territoire face à une résurgence de cas de Covid19

International. La Chine, l’Iran et la Corée du Sud reconfinent des zones de leur territoire face à une résurgence de cas de Covid19. Pour la Chine, 21 quartiers de Pékin sont à nouveaux confinés suite à la découverte de 100 nouveaux cas et des tests à grande échelle sont organisés. Pour le reste de la ville, l’accès de tous les quartiers résidentiels va être de nouveau soumis à une prise de température et interdit aux non-résidents. Certains pays comme les Etats-Unis, le Pakistan, certains Etats d’Amérique du Sud ou encore l’Inde ne voient toujours pas refluer la première vague de contaminations.

#0961 vu sur www.francetvinfo.fr

France : les policiers ont finalement le droit d’étrangler “avec mesure et discernement”…

France. Les policiers peuvent finalement continuer à étrangler pour interpeller. Une note du directeur de la police nationale annonce que la clé d’étranglement pourra continuer à être utilisée par les forces de l’ordre “avec mesure et discernement”, le temps qu’un groupe de travail sur cette technique d’interpellation controversée soit mis en place et qu’il rende ses conclusions en septembre. Ces derniers jours les syndicats de policiers avaient protesté contre l’annonce de l’interdiction de cette technique mortelle et le ministère de l’intérieur avait affirmé maintenir sa décision. L’entourage du ministre de l’Intérieur dément tout “rétropédalage”, et assure que ce qui a été supprimé, c’est uniquement l’enseignement de cette méthode en école de police.

#0960 vu sur www.bfmtv.com

Etats Unis, Seattle : un vote du conseil municipal interdit que la police municipale utilise les étranglements et les armes de contrôle des foules comme les gaz lacrymogènes

Etats Unis, Seattle. Un vote du conseil municipal interdit à la police les étranglements et les armes de contrôle des foules comme les gaz lacrymogènes ainsi que la couverture des numéros de badge des officiers avec des bandeaux de deuil. Ces mesures concernent la police municipale et vont dans le sens de certaines revendications d’une partie des manifestants. Un des arguments avancé pour ces interdictions a été qu’il était à craindre que les gaz lacrymogènes ne puissent augmenter la propagation du COVID-19. Leur usage avait déjà été suspendu pour 3 semaines le 5 juin. En vertu de l’interdiction désormais votée sur les armes de foule, aucun service de la police municipale de Seattle ne peut posséder, acheter, louer, stocker ou utiliser des «projectiles à impact cinétique, des irritants chimiques, des armes acoustiques, des armes à énergie dirigée, des canons à eau, des dispositifs de désorientation, des canons à ultrasons ou tout autre périphérique » à usage similaire.

#0993 Source seattletimes.com

France : contrairement à ce qui avait été annoncé aux professionnels de santé, la base de données créée à partir des fichiers santé SIDEP et AMELI-PRO pourrait perdurer au-delà de l’état d’urgence sanitaire

France. La base de données créée à partir des fichiers santé SIDEP et AMELI-PRO, à laquelle contribuent plusieurs professionnels de la santé dont les médecins, pourrait perdurer au-delà de l’état d’urgence sanitaire, contrairement à ce qu’annonçait au début le gouvernement aux professionnels de la santé pour les mobiliser. L’ordre des médecins exprime publiquement son inquiétude et demande au gouvernement de revenir sur l’accord de base (la limitation de la base de données à l’état d’urgence sanitaire finissant le 10 juillet).

#0970 vu sur www.conseil-national.medecin.fr

France : le conseil d’Etat oblige à autoriser les manifestation de plus de 10 personnes mais les dispositions concernant la “liberté de manifester” évoluent fondamentalement puisqu’il valide que tout rassemblement doit être soumis à autorisation

France. Les dispositions concernant la “liberté de manifester” évoluent fondamentalement : le conseil d’Etat oblige à autoriser les manifestation de plus de 10 personnes, mais valide que tout rassemblement doit être soumis à autorisation, ce qui n’était pas le cas précédemment. Quelques précisions. Le conseil d’Etat rétablit donc la “liberté de manifester” qui n’avait pas été rétablie par le décret du 11 mai sur le déconfinement qui maintenait une interdiction de tout rassemblement de plus de 10 personnes. Les décrets du 20 puis du 31 mai avaient confirmé cette interdiction. Dans les faits, la répression des rassemblement est soumis à l’arbitraire préfectoral et policier, avec des distributions d’amendes de 135 euros dont certaines ont été contestées avec succès, comme ces amendes infligées aux 20 personnes qui attendent la libération d’un manifestant en discutant avec son avocat devant le tribunal de Paris . Le 26 mai dernier, la Ligue des droits de l’homme a saisi le juge des référés du Conseil d’État pour obtenir la suspension de l’interdiction générale et absolue de manifester, suivie l e 3 juin par la CGT, la FSU, Solidaires, le syndicat de la magistrature et le syndicat des avocats de France. Alors que la loi l’oblige à statuer en 48h lorsqu’il est saisi par la voie d’un référé-liberté, il prendra 17 jours pour rendre sa décision. Il statue juste après la grande manifestation contre les violences policières, et affirme que l’interdiction des rassemblements mettant en présence de manière simultanée plus de dix personnes sur l’ensemble du territoire de la République porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’expression et de communication – dont la liberté de manifester ou de se réunir est une des formes d’exercice. En revanche, l’arrêt n’a pas remis en cause l’interdiction, jusqu’au 31 août 2020, de tout événement réunissant plus de 5 000 personnes prévu à l’article 3, V, du décret du 31 mai 2020. Le gouvernement publie donc un nouveau décret qui ne rétablit pas complètement la liberté de manifester. Pour bien comprendre, il faut savoir qu’en France, contrairement à une idée reçue – régulièrement répétée par les plus hautes autorités de la République –, il n’y a pas de « manifestations autorisées » : il n’y a qu’une liberté de manifester et des manifestations interdites, ce qui est très différent. C’est à dire qu’une fois une manifestation annoncée publiquement (pas forcément déclarée à la préfecture), le préfet peut décider de l’interdire, et s’il ne le fait pas, la manifestation peut avoir lieu (sans être particulièrement “autorisée”). Or, le décret paru au Journal officiel de ce matin modifie ce point : désormais, « les cortèges, défilés et rassemblement de personnes, et, d’une façon générale, toutes les manifestations sur la voie publique […] sont autorisés par le préfet de département si les conditions de leur organisation sont propres à garantir le respect [des « mesures barrières ». On passe donc d’un régime de déclaration des manifestations à un régime d’autorisation. C’est une très vieille revendication de la préfecture de police de soumettre à autorisation préalable toute manifestation. Jusqu’à présent, aucun gouvernement n’avait osé y donner suite, pas même en période d’état d’urgence « non sanitaire ».

#1017 vu sur academia.hypotheses.org

Grèce : le Conseil de l’Europe a exigé de la Grèce qu’elle prenne “des mesures urgentes et adopte des politiques sur le long terme” à propos de la “crise migratoire” dont l’Europe prévoit l’intensification

Grèce. Le Conseil de l’Europe a exigé de la Grèce qu’elle prenne “des mesures urgentes et adopte des politiques sur le long terme” à propos de la “crise migratoire” dont l’Europe prévoit l’intensification. Au total, plus de 31 000 clandestins vivent sur les cinq îles de la mer Egée, dont Lesbos, alors que la capacité d’accueil maximale est de 6 000 places. Depuis le 1er juin, une nouvelle législation grecque sur l’asile a réduit de six mois à un mois la période pendant laquelle les migrants ayant obtenu l’asile peuvent rester dans des logements sociaux prévus dans ce but. Plus de 11 200 migrants seraient menacés par cette législation. Face à la vague migratoire qui semble s’annoncer à cause de la crise mondiale à venir, les pays se préparent : ils commencent à se renvoyer les migrants les uns aux autres, rendant leurs législations migratoires plus strictes et s’accusant les uns les autres de ne plus être assez accueillant.

#0928 vu sur valeursactuelles.com

France : un rapport propose l’élargissement des domaines d’application de l’algorithme utilisé par les services de renseignement pour traiter des masses de données numériques

France. Un rapport soumis à l’assemblée propose l’élargissement des domaines d’application de « l’algorithme » utilisé par les services de renseignement afin d’éplucher en temps réel un grand nombre de données numériques dans le but de détecter des “menaces terroristes”. Plutôt que de viser une personne identifiée, cet “algorithme” passe au tamis de très grandes quantités de données numériques à la recherche de « signaux de faible intensité ». Une fois des données repérées, les renseignements doivent demander une “levée d’anonymat” pour accéder aux informations personnelles de l’émetteur et du destinataire. On ne connaît pas le nombre de demande de “levée d’anonymat” qui ont été formulées depuis que cet algorithme est utilisé. Il s’agit d’un dispositif expérimental qui doit être réévalué avant le 31 décembre. Le rapport demande de développer son usage et de le prolonger pour cinq ans. « Le volume de données que l’algorithme permet d’appréhender ne peut pas l’être par des moyens classiques », écrivent-ils, craignant que la France se prive « d’une grande chance » et accuse « du retard par rapport aux puissances partenaires » si les espions français ne pouvaient plus faire usage de leur algorithme. En réalité, trois algorithmes sont actuellement à l’œuvre : le premier a été déployé le 12 octobre 2017, les deux autres courant 2018. Ils traitent des données téléphoniques et inspectent le trafic Internet mais ne peuvent conserver que des données dites « de connexion » (ou « métadonnées »), c’est-à-dire qui communique avec qui, quand et pendant combien de temps. Le rapport préconise un accès et une possibilité de conservation du contenu des messages. Les services de renseignement demandent un élargissement à d’autres missions, notamment le « contre-espionnage et de criminalité organisée ».

#0967 vu sur www.lemonde.fr

Belgique : les centres fermés se préparent à la réouverture des frontières internes à l’Europe prévue le 15 juin

Belgique. Les centres fermés se préparent à la réouverture des frontières internes à l’Europe prévue le 15 juin : rattrapage du temps perdu pour les expulsions et préparation à se remplir à nouveau. Les détenus restants sont enfermés pour la majorité depuis avant le confinement, pour beaucoup, depuis 5, 6, jusqu’à 10 mois et viennent d’Éthiopie, d’Algérie, de Guinée, du Bangladesh, du Maroc, du Cameroun, du Bénin, du Mali, de la Tunisie, de Gaza… et ils sont maintenus en attente de la reprise des vols. De nombreux détenus se questionnent sur cet acharnement alors qu’une partie d’entre eux a été libérée pendant la pandémie. A Bruges : il reste encore une bonne dizaine de personnes enfermées. Un homme qui se scarifie régulièrement a été déplacé depuis des mois du cachot au service médical et vice-versa. Trois d’entre eux ont été mis au cachot puis transférés dans d’autres centres suite à un début de grève de la faim. A Caricole, 26 personnes sont enfermées depuis le début de l’année, dont beaucoup de femmes arrêtées à l’aéroport en janvier 2020 avec une détention qui se prolonge de 2 mois en 2 mois.

#0925 vu sur www.gettingthevoiceout.org

Etats Unis, Portland : en réponse à la mobilisation actuelle suite au décès de Georges Floyd, la cheffe de la police de la ville démissionne en faveur d’un Afro-américain

Etats Unis, Portland. En réponse aux mobilisations “Black Lives Matter” suite aux décès de Georges Floyd, la cheffe de la police de la ville démissionne en faveur d’un Afro-américain six mois après sa prise de fonction. « La police de Portland a besoin d’être leader en matière de changements. Cela commence avec la confiance. Ce changement de leadership vient de mon cœur. Chuck Lovell a consacré sa vie à son service. Je suis sûre à 100% de lui et de son leadership », a écrit Mme Resch sur Twitter, à quoi le nouveau chef de la police, Chuck Lovell, a répondu « Je suis touché. Je vais écouter. Je vais me soucier de la communauté et je suis impatient de vivre cette aventure ».

#0922 vu sur l-frii.com

France : le gouvernement annonce la fin de l’état d’urgence sanitaire pour le 10 juillet mais se réserve “la possibilité de limiter ou d’interdire les rassemblements sur la voie publique ainsi que les réunions de toute nature” pour quatre mois supplémentaires

France. Le gouvernement annonce la fin de l’état d’urgence sanitaire pour le 10 juillet mais se réserve “la possibilité de limiter ou d’interdire les rassemblements sur la voie publique ainsi que les réunions de toute nature” durant une période de quatre mois après cette date, ainsi que “la possibilité de réglementer les déplacements et l’accès aux moyens de transport, les établissements recevant du public comme les discothèques et de décider des jauges concernant les rassemblements sur la voie publique”. S’il voulait décider un nouveau confinement généralisé (ce que le gouvernement semble vouloir éviter à tout prix à cause des conséquences économiques), il faudrait néanmoins instaurer un nouvel état d’urgence sanitaire.

#0921 vu sur www.francetvinfo.fr

France : alors que le nombre de chômeurs explose en lien avec la gestion de la crise sanitaire, les contrôles, les radiations et les récupération de “trop perçus” reprennent à Pôle emploi

France. Alors que le nombre de chômeurs explose en lien avec la gestion de la crise sanitaire, les contrôles, les radiations et les récupération de “trop perçus” reprennent dès le 18 mai à Pôle emploi, après un moratoire pendant le confinement. Malgré des consignes de “souplesse” données aux conseillers, le retour des sanctions va accentuer l’accroissement de la pauvreté, en pleine crise sociale.

#0899 vu sur www.alternatives-economiques.fr

République Dominicaine, Port-au-Prince : environ 1 200 militaires dominicains ont été appelés en renfort sur la frontière entre la République Dominicaine et Haïti afin de bloquer l’arrivée de migrants dans le pays

République Dominicaine, Port-au-Prince. Environ 1 200 militaires dominicains ont été appelés en renfort sur la frontière entre la République Dominicaine et Haïti. Au total 10.000 soldats dominicains ont été mobilisés pour contrôler 391 kilomètres de lignes de frontières entre les deux pays. Ce renfort vise à empêcher une deuxième vague de la pandémie du nouveau coronavirus dans la partie Est de l’île où plus de 20.000 personnes ont déjà été contaminé et fait 544 décès, selon les données officielles. Mais ce dispositif sert surtout à renforcer les frontières pour empêcher toute une masse migratoire haïtienne de passer, rendant encore plus précaire la situation de ces migrants qui quittent des situations sociales et sanitaires terribles pour des voyages dangereux et incertains et risquent de se retrouver bloquer dans des zones d’attentes insalubres. Un grand nombre d’Etats commencent dès maintenant à se préparer en prévision d’une vague migratoire qui risque d’être désastreuse pour les migrants, et d’autant plus désastreuse à cause du repli-sur-soi à toutes les échelles qui se généralise aujourd’hui.

#0916 vu sur www.vantbefinfo.com

France : le ministre de l’intérieur annonce l’interdiction des techniques d’étranglement jusqu’ici enseignées dans les écoles de police pour lesinterpellations ; l’utilisation du Taser serait désormais privilégiée.

France. En réaction aux mobilisations suite au décès de Georges Floyd aux Etats Unis et de Adama Traoré en France, le ministre de l’intérieur annonce l’interdiction de l’utilisation des techniques d’étranglement jusqu’ici enseignées dans les écoles de police pour les arrestations. L’utilisation du pistolet à impulsion électrique, le Taser, serait désormais privilégiée. Le Taser fait partie des ces “armes non létales” dont l’usage est supposé remplacer les armes à feu, mais qui, de par sa facilité d’utilisation, est de fait employé beaucoup plus systématiquement. Comme les balles en caoutchouc et autres LBD, il peut provoquer de graves lésions, pouvant entraîner le décès notamment par fragilisation cardiaque.

#0909 vu sur www.Ici.fr

Cambodge : le gouvernement annonce que les étrangers devront prendre en charge les frais de leurs tests et de leur quarantaine, soit de plus de 1 400 $ si quelqu’un est testé positif sur un vol, en supposant qu’ils n’ont pas besoin de traitement médical supplémentaire ou d’hospitalisation

Cambodge. Le gouvernement annonce que les étrangers voulant accéder au territoire cambodgien devront prendre en charge les frais de leurs tests et de leur quarantaine. À compter du 9 juin, les étrangers devront payer 5 $ pour un seul voyage entre l’aéroport et le centre d’attente pour les résultats des tests, suivis d’un test COVID-19 obligatoire d’un coût de 100 $. L’hébergement coûtera 30 $ aux étrangers pendant qu’ils attendent 24 heures pour les résultats, plus 30 $ supplémentaires pour trois repas par jour. Le ministère a confirmé que si un passager à bord des tests en vol est positif pour COVID-19, tous les passagers seront soumis à une période de quarantaine obligatoire de 14 jours, coûtant 84 $ par jour pour couvrir la nourriture, l’hébergement et les contrôles médicaux. Avant d’être libérés de la quarantaine, les étrangers devront payer 100 $ pour un test COVID-19 supplémentaire, ainsi que 30 $ supplémentaires pour un certificat les déclarant en bonne santé. Si un étranger doit être hospitalisé pour le traitement de COVID-19, un lit d’hôpital lui coûtera désormais 225 $ par jour. Au total, les étrangers arrivant au Cambodge dont le vol ne contient aucun cas de COVID-19 à bord peuvent s’attendre à payer 195 $ pour le transport, les tests, l’hébergement et la nourriture. Si quelqu’un à bord des tests en vol est positif pour COVID-19, les étrangers recevront une facture de plus de 1 400 $ en supposant qu’ils n’ont pas besoin de traitement médical supplémentaire ou d’hospitalisation.

#0920 vu sur cambodianess.com

Italie, Malte : suite à la menace d’un kidnapping, le gouvernement finit par autoriser à débarquer plusieurs centaines de migrants enfermés dans des bateaux de tourisme.

Italie, Malte. 425 migrants ont été autorisés à débarquer à Malte dans la nuit de samedi à dimanche 7 juin, a annoncé le gouvernement dans un communiqué. Ce débarquement met fin à plus d’un mois d’incertitude pour ces personnes venues de Libye, qui étaient jusqu’alors maintenues par les autorités maltaises à la limite des eaux territoriales à bord de bateaux de tourisme. Jusque là, les autorités avaient refusé le débarquement pour limiter la propagation du virus sur leur territoire, exigeant que d’autre pays les prennent en charge, en les laissant dans une situation de précarité dangereuse. Selon le premier ministre Robert Abela, le gouvernement aurait été forcé de débarquer les migrants sous la menace d’un kidnapping de l’équipage d’un des bateaux de tourisme.

#0895 source infomigrant.net

Grèce : les mesures contre la propagation du Covid-19 ont été prolongées jusqu’au 21 juin pour les résidents des “centres d’accueil et d’identification”

Grèce. Les mesures contre la propagation du Covid-19 ont été prolongées pour les résidents des” centres d’accueil et d’identification” jusqu’au 21 juin. Le gouvernement avait imposé le 21 mars un confinement aux camps de migrants installés sur les îles de la mer Egée comme à ceux de la partie continentale du pays. Il avait ensuite décidé un confinement général le 23 mars qui a été maintenu jusqu’au 4 mai. Le confinement des camps avait déjà été prolongé à deux reprises, le 10 mai puis le 21 mai, jusqu’au 7 juin. Pour les sans-papiers, la double-peine imposée par le confinement continue dans des conditions sanitaires invivables, et ce jusqu’à ce que la machine à expulser reprenne tout son aplomb et son tri morbide de qui reste travailler et qui part se faire exploiter (ou couler) plus loin.

#0894 source ouest-france.fr

Colombie, Bogota : 2000 migrants vénézueliens sont bloqués à 2 400 mètres d’altitude, dans des conditions sanitaires propices à la transmission du Covid-19

Colombie, Bogota. Quelques 2000 migrants vénézueliens sont bloqués à Bogota, à près de 2 400 mètres d’altitude, dans des conditions sanitaires propices à la transmission du Covid-19. Environ 69.000 Vénézuéliens sont rentrés depuis que la Colombie a fermé cette frontière dès le 14 mars, selon le bureau des migrations. Récemment, le gouvernement a restreint le passage des migrants d’environ 300 par jours à 100 tous les trois jours, décision administrative gestionnaire qui met en difficulté des milliers de personnes. La Colombie fait état d’un millier de morts du Covid-19, le Venezuela d’à peine vingt. Mais ce bilan est mis en cause par des experts et des ONG dans ce pays dont le système de santé est en faillite.

#0880 source www.challenges.fr

France, Ile de France : la région s’allie à l’application StaffMe faite pour proposer des petits boulots “de manière ludique” aux moins de 30 ans, dans le cadre de la gestion de la hausse du chômage liée à la gestion de la pandémie

France, Ile de France. La région Ile-de-France a annoncé s’allier à StaffMe, application supposée proposer des jobs de manière ludique pour préserver l’emploi des jeunes et endiguer la hausse du chômage liée à la gestion de la pandémie. Cette application propose aux moins de 30 ans des missions ponctuelles de petits boulots (nettoyage, manutention, livraison, vente…). «L’idée, c’est d’être très efficace pour que les demandeurs d’emploi puissent très vite accéder à de l’emploi», expliquait l’un des fondateurs de StaffMe interrogé par la presse. La plateforme exige le statut d’auto-entrepreneur pour réaliser ces missions, en lieu et place de celui d’intérimaire.

#0891 Source dawn.com

Sénégal : le député maire de Ziguinchor à déclaré vouloir entreprendre un assouplissement des mesures de sécurité sanitaire liées au Covid-19 pour calmer les émeutes

Sénégal. Suite à la vague émeutières des derniers jours qui protestait notamment contre le couvre-feu en vigueur dans le pays, le député maire de Ziguinchor à déclaré vouloir entreprendre un assouplissement des mesures de sécurité sanitaire liées au Covid-19. Face à la détermination des émeutiers, il a dit vouloir considérer les émeutes comme de la “désobéissance de survie”, tentant par la même de calmer les révoltes tout en rappelant chacun à ses obligations de respect de l’ordre social.

#0882 source www.teledakar.net

Philippines : le gouvernement dévoile le nouveau projet de loi anti-terroriste, dit “loi de sécurité humaine”, déjà approuvé par le sénat et deux commissions du Congrès.

Philippines. Le gouvernement dévoile le nouveau projet de loi anti-terroriste, dit “loi de sécurité humaine”, déjà approuvé par le sénat et deux commissions du Congrès. Il s’agit pour Duterte, qui vient de s’illustrer par un délire répressif hors du commun à l’occasion de la crise sanitaire , de verrouiller et d’étendre les possibilités de répression contre tous ceux qui s’opposent au régime. En effet, devient “terroriste” “toute organisation de personnes qui s’avère préjudiciable aux structures sociales, culturelles et économiques de la société, capable de causer des dommages à la propriété ou aux personnes et d’inciter d’autres personnes à rejoindre leur cause.” En vertu de la loi proposée, les «terroristes» présumés peuvent être détenus pendant 60 jours sans mandat d’arrêt. En plus de cela, une période de 60 jours peut également être accordée pour la surveillance numérique, ce qui signifie que tout gadget connecté à internet, un téléphone, un ordinateur et un appareil peut être espionné sur le simple soupçon de la police ou d’une autorité militaire.

#0852 vu sur anarchistsworldwide.noblogs.org

Etats Unis, Portland : des policiers marquent les voitures avec des bombes de peintures afin de pouvoir traquer les personnes qui quittent les lieux des émeutes

Etats Unis, Portland. Lors de la manifestation en centre-ville, un groupe de personnes soignants, dont beaucoup portaient des blouses blanches, a conduit la foule en tête de cortège. Certains manifestants portaient des pancartes sur lesquelles était écrit «Manteaux blancs pour des vies noires». Après que la manifestation a tourné à l’émeute, la police a utilisé des grenades assourdissantes et lacrymogènes, et a aussi utilisé un procédé inquiétant : le marquage par bombe de peinture de certaines voitures quittant les lieux de la manifesation. Les autorités locales tentent de séparer bons et mauvais manifestants en justifiant une répression accrue sur ces derniers. En effet, le maire de la ville a refusé de prolonger le couvre-feu imposé depuis vendredi, multipliant les discours qui félicitent les manifestants pacifiques qu’il et les séparant des émeutiers qu’il appelle à réprimer. Lors d’une conférence de presse, le chef du bureau de la police a également défendu le recours à la force par les policiers après la diffusion de vidéos montrant les marquage de véhicules par aérosols ainsi que des policiers percutant une barricade très près des manifestants.

A noter que les policiers marquent les voitures d’une ligne bleue. La “thin blue line” est un symbole nationaliste américain pro-flic, carrément d’extrème-droite qui représenterait les policiers comme la fine ligne de défense entre le chaos et la “liberté”.

#0851 vu sur oregonlive.com

Grèce : le ministre grec des migrations et de l’asile a annoncé une série de mesures visant à lutter contre les “migrants illégaux” notamment avec des contrôles d’accès renforcés dans les camps

Grèce. Le ministre grec des Migrations et de l’Asile a annoncé une série de mesures visant à lutter contre les “migrants illégaux”, avec un plan en trois étapes. Ce plan comprend le renforcement des contrôle aux frontières et la distinction entre réfugiés et migrants économiques, entre autres. Le ministre prévoit aussi de rendre les structures recevant des migrants “plus petites (…) et plus sûres avec des mesures de sécurité et des contrôles d’accès”. Le centre de Malakasa, à une trentaine de kilomètres d’Athènes, sera, dans les semaines à venir, le premier site à accès contrôlé en Grèce continentale.

#0848 vu sur infomigrants.net

Etats Unis : une mesure de verrouillage total des prisons, qui instaure les restrictions les plus sévères depuis 25 ans, est prise au niveau fédéral par crainte du contexte des émeutes suite à la mort de George Floyd.

Etats Unis. Une mesure de verrouillage total des prisons est prise au niveau fédéral par crainte du contexte des émeutes qui suivent la mort de George Floyd. Il s’agit des restrictions les plus sévères instaurées depuis 25 ans, qui interviennent juste après les mesures de confinement liées à la crise sanitaire. “Compte tenu des nombreuses activités de protestation qui se déroulent dans tout le pays, la BOP – avec une grande prudence – met en œuvre une mesure de sécurité temporaire supplémentaire pour assurer le bon ordre et la sécurité de nos établissements, ainsi que pour assurer la sécurité du personnel et des détenus”, ont indiqué les autorités dans un communiqué lundi soir.

#0838 Source eu.esatoday.com

France : nouvel avis du conseil scientifique Covid-19 qui décrit 4 scénarios possibles pour la période post-confinement ; la ligne directrice, c’est d’éviter un nouveau confinement généralisé pour sauvegarder l’économie, et ce même dans le pire des scénarios où l’impossibilité de tout contrôle de la propagation du virus est envisagé.

France. L’avis n°7 du conseil scientifique COVID-19 a été publié : “Quatre scénarios pour la période post-confinement, anticiper pour mieux protéger”. L’objectif principal énoncé par le conseil scientifique est de tout faire pour éviter un confinement généralisé, qui fait prendre le risque de paralyser l’économie. Même dans le cas du quatrième scénario, le pire – une perte de contrôle de l’épidémie – le conseil scientifique prévoit de faire le choix de maintenir l’activité économique en s’habituant à une surmortalité : “Si l’objectif est uniquement de diminuer la mortalité liée à COVID 19, un confinement permanent ou extrêmement précoce sera toujours préférable, mais cela ignore l’impact délétère du confinement sur la société française. Un objectif alternatif est d’assumer tout en la limitant une surmortalité hospitalière COVID 19 associée à la mise sous tension des services de réanimation”.

#0874 source Site du ministère de la santé

Corée du Sud, Srilanka : face à la recrudescence de cas de tests positifs au covid19, pour la plupart diagnostiqués en ville, les deux pays reprennent des mesures de confinement partiel.

Corée du Sud, Srilanka. Face à la recrudescence de cas de tests positifs au covid19, pour la plupart diagnostiqués en ville, les deux pays reprennent des mesures de confinement partiel. Pendant que l’Europe se déconfine, le virus continue à être de plus en plus meurtrier en Amérique du Sud et en Afrique, en particulier dans les zones de bidonvilles et les quartiers pauvres, et revient à la charge dans certains pays d’Asie.

Security guard guarded the close market in Dhaka city during government-imposed lockdown as a preventive measure against the COVID-19 coronavirus in Dhaka, Bangladesh on April 05, 2020.

#0830 Source leparisien.fr

France, Marseille : l’opération COVIDep Homeless a été lancée début juin pour mesurer l’impact de la pandémie sur les personnes sans abri, elle commence par un recensement…

France, Marseille. L’opération COVIDep Homeless a été lancée début juin pour mesurer l’impact de la pandémie sur les personnes sans abri, elle est menée par les Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM) en partenariat avec Médecins du Monde et la coordination ASSAb qui regroupe des association humanitaires locales. 2 000 personnes sans-abri (vivant dans la rue, en hébergement d’urgence ou en habitat précaire : squats et bidonvilles) seront suivis pendant 3 mois avec un dépistage systématique par tests sérologiques rapides.

#0979 sur perelafouine.com

Grèce : suite à une loi votée en novembre mais dont l’application a été repoussée en période de pandémie, près de 11 000 migrants ayant obtenu le statut de réfugiés vont être expulsés des logements sociaux qui leur ont été attribués

Grèce. Près de 11000 migrants ayant obtenu le statut de réfugiés vont êtres expulsés des logements sociaux qui leur ont été attribués. Ces expulsions, qui étaient programmées initialement en avril, ont été repoussées à cause de la crise sanitaire. En effet, une nouvelle législation, votée en novembre, a réduit de six à un mois la période pendant laquelle les migrants ayant obtenu l’asile de rester dans ces appartements.

#0823 Source francetvinfo.fr

Etats-Unis, Los Angeles : là où il a été refusé d’installer un centre de dépistage pour le Covid, une base militaire est opérationnelle en moins de deux jours

Etats-Unis, Los Angeles. Un internaute pointe du doigt la capacité de la ville à avoir transformer le Los Angeles Convention Center en base militaire opérationnelle en moins de deux jours après le déploiement de la garde nationale dans la ville. L’internaute interroge sur l’incapacité de mettre en place des centres de dépistage dans la ville durant le covid par soi-disant manque d’espaces et de logistique.

#0837 vu sur les réseaux sociaux.

Etats Unis : plusieurs villes décrètent l’état d’urgence suite aux manifestations émeutières qui se multiplient, dont le comté de Los Angeles.

Etats Unis, Los Angeles. Suite aux manifestations émeutières qui se généralisent et s’intensifient depuis la mort de Georges Floyd, plusieurs villes et comtés du pays dont Los Angeles décrètent l’état d’urgence. Cette mesure est en vigueur dans le Minnesota depuis le 28 mai.

#0820 Source yeclo.com

Chine, Hangzhou : la ville prévoit d’adopter de manière pérenne une application testant l’état de santé et le mode de vie de chaque habitant.

Chine, Hangzhou. Cette ville de 10 millions d’habitants prévoit de rendre l’application de suivi de la santé, introduite dans le cadre de la réponse au coronavirus, un dispositif permanent et obligatoire pour l’ensemble de sa population. C’est dans cette ville qui abrite le géant du commerce électronique Alibaba que l’application a été lancée pour la première fois. Des versions de l’application ont été utilisées dans toute la Chine continentale. Il s’agirait de vérifier en permanence l’état de santé de la population et de gérer des interdictions de déplacements et des mises en quarantaines à partir du code QR délivré en fonction de données très diverses (température, respiration, etc.). L’application intègrerait davantage d’indicateurs de santé pour développer des classements d’index individuels, c’est-à-dire évaluer les risques courus pour chaque individu, en fonction de son état de santé et de son mode de vie. Dans l’application proposée, le statut d’un individu serait noté sur 100 sur la base des dossiers médicaux, des résultats des tests physiques, du poids, de la taille, des niveaux d’activité et d’autres choix de style de vie tels que le tabagisme (avec le décompte journalier du nombre de cigarettes fumées), la consommation d’alcool ou de drogues, etc. Par exemple, boire un verre de vin blanc pourrait faire baisser votre score de 1,5 point, tandis que dormir pendant sept heures pourrait l’améliorer d’un point. Outre le contrôle délirant sur toutes les dimensions de la vie de chacun, cette application pourrait être utilisée par les compagnies d’assurances. L’application pourrait être mise à disposition pour la fin du mois de juin.

#0797 Source theguardian.com

Etats Unis, Minneapolis : un drone Prédator-B non armé, modèle utilisé par le Pentagone et la CIA pour des frappes aériennes dans le monde entier, a été utilisé pour surveiller les manifestations.

Etats Unis, Minneapolis. Un drone immatriculé CBP104 (Customs and border protection) de type Predator-B (large capacité d’armement) non armé, du modèle utilisé par le Pentagone et la CIA ces dernières années pour effectuer des frappes aériennes dans le monde entier, a été utilisé pour surveiller les manifestations à Minneapolis. Rappellons que ce modèle de drone à la capacitée de transporter des missiles de type “HellFire” (feu de l’enfer) qui est l’un des armement les plus terrifiant de l’arsenal dronique. pouvant frapper à travers les murs, batiments, bunkers, sous-sol, etc.

#0824 vu sur thedrive.com

France : dans la deuxième phase du déconfinement détaillée par le gouvernement, la situation reste inchangée dans les ephad, c’est-à-dire des visites très contraintes à un rythme qui ne permet pas de renouer véritablement le contact avec les résidents

France. Dans la deuxième phase du déconfinement détaillée par le gouvernement, la situation reste inchangée dans les ephad, c’est-à-dire des visites très contraintes à un rythme qui ne permet pas de renouer véritablement le contact, et toujours pas de possibilité pour les proches de pénétrer dans les établissements.

#0798 Source huffingtonpost.fr

Etats Unis, Minnesota : le contact tracing est utilisé pour retrouver d’autres émeutiers à partir des arrestations effectuées sur place

Etats Unis, Minnesota. La sécurité publique du Minnesota utilise le contact tracing, mis en avant par la plupart des gouvernements comme des outils de protection dans le cadre de la crise sanitaire, pour retracer les contacts des personnes arrêtées lors des manifestations. Le commissaire à la sécurité publique a déclaré avoir ainsi commencé à retrouver et arrêter des émeutiers.

#0817 Source bgr.com

Argentine, Villa Azul : les autorités argentines ont décrété lundi la mise en quarantaine totale du bidonville de Villa Azul pour tenter de freiner la propagation du coronavirus.

Argentine, Villa Azul. Les autorités argentines ont décrété lundi la mise en quarantaine totale du bidonville de Villa Azul pour tenter de freiner la propagation du coronavirus. «Le quartier a été encerclé par les forces de sécurité. Personne n’est autorisé à en sortir, sauf pour des raisons de santé». Situé à dix-sept kilomètres au sud de Buenos Aires, Villa Azul compte environ 3000 habitants. Un foyer de 53 cas de Covid-19 y a été détecté, et 50 cas suspects en cours d’analyses.

#0787 vu sur euronews.com

Qatar : l’application Ehteraz, obligatoire sous peine de prison, identifie l’état de santé de son porteur par des codes barres colorés contrôlés aux checkpoints installés sur les routes du pays, elle demande aussi l’accès aux vidéos et photos de la personne

Qatar. Le pays a mis en place en avril l’application Ehteraz (précaution en arabe) qui a été depuis rendue obligatoire. Selon des médias locaux, les forces de sécurité ont vérifié l’installation de l’application dimanche lors de contrôles aux checkpoints installés à travers le pays. L’interface de l’application présente des codes barres colorés contenant le numéro d’identité de l’utilisateur : le code vert pour les personnes en bonne santé, rouge pour les personnes positives au virus, jaune pour celles en quarantaine et gris pour celles suspectées d’être infectées ou ayant été en contact avec des personnes infectées. Cette application est fortement critiquée car elle exige notamment des utilisateurs d’Android qu’ils autorisent l’accès à leurs photos et vidéos. Les utilisateurs doivent ailleurs demander une autorisation avant d’émettre des appels. Toute personne ne l’ayant pas téléchargée peut écoper d’une peine allant jusqu’à trois ans de prison. Face à l’inquiétude des habitants, les autorités ont toutefois indiqué qu’elles feraient preuve «de compréhension».

#0773 Source lefigaro.fr

France : le ministère précise que les travailleurs saisonniers étrangers qui seront prochainement recrutés par centaine de milliers resteront en quatorzaine enfermés sur leur lieu de travail pour éviter de contaminer le reste de la population !

France. Alors que des centaines de milliers de travailleurs saisonniers vont être recrutés pour venir travailler pour les agriculteurs français dans le contexte de la pandémie de coronavirus, le ministre de l’agriculture Didier Guillaume précise qu’à leur arrivée, “ils seront en quatorzaine sur l’exploitation agricole” et qu’ils “ne pourront vraisemblablement pas sortir”. Cette autorisation exceptionnelle de voyager dans l’espace Schengen malgré la fermeture des frontières est nécessaire parce qu’il “faut environ 100 000 travailleurs saisonniers par mois pour tenir toute la saison”. Le projet est donc clair : faire venir de la main d’oeuvre avec des contrats de travail précaires et un droit au séjour temporaire (quand il s’agit de travailleurs qui ne viennent pas de l’espace Shengen), et les enfermer administrativement pendant ce temps pour éviter tout contact avec le reste de la population !

#0771 Source francetvinfo.fr

France : l’application de traçage StopCovid destinée à repérer la propagation du coronavirus pourrait être lancée dès ce week-end, à condition que le Parlement l’approuve

France. Le secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O, annonce que l’application de traçage StopCovid destinée à repérer la propagation du coronavirus pourrait être lancée dès ce week-end, à condition que le Parlement l’approuve. Elle sera disponible dans chez Apple et d’Android ce week-end. Il s’agirait de permettre à chaque utilisateur qui apprend sa contamination de prévenir ceux qu’il a croisés dans les deux semaines précédentes, l’application garde donc la trace des contacts de l’utilisateur à moins d’un mètre pendant 15 minutes en utilisant la technologie bluetooth. Son utilisation est supposée rester basée sur le volontariat. La Cnil qui avait donné son accord de principe le 24 avril, a confirmé son avis favorable en demandant que l’utilité de l’application soit étudiée après son lancement.

#0776 vu sur lefigaro.fr

Malte : le Bahari, troisième navire de la compagnie touristique Captain Morgan à servir de prison pour 300 migrants en période de pandémie.

Malte. Excepté 19 d’entre eux (principalement des enfants et leurs parents, ainsi que des femmes enceintes) qui ont été emmenés sur la terre ferme pour des raisons humanitaires, les 140 rescapés du naufrage qui a eu lieu le 21 mai ont été transférés le lendemain en dehors des eaux territoriales maltaises, sur un bateau de croisière, le Bahari, troisième navire de la compagnie touristique Captain Morgan à servir de prison pour les migrants en période de pandémie. Près de 300 migrants sont actuellement enfermés sur ces trois bateaux.

#0778 vu sur courrierinternational.com

Chypre : le ministère de l’intérieur a annoncé que 17 migrants soupçonnés d’activités terroristes allaient êtres expulsés

Chypre. Le ministère de l’intérieur à annoncé que 17 migrants allaient êtres expulsés, ils seraient soupçonnés d’activités terroristes. L’expulsion aura lieu lorsque le trafic aérien, interrompu depuis la fin du mois de mars par mesure sanitaire contre le Covid-19, aura repris. La machine à expulser, ralentie mais jamais complètement stoppée par le confinement, se prépare à reprendre un fonctionnement plus habituel dans toute l’Europe.

#0782 vu sur infomigrants.net

Espagne : 8.442 personnes ont été interpellées depuis le 14 mars pour non-respect des mesures de confinement, plus d’un million de sanctions ont été prononcées

Espagne. Le ministère de l’Intérieur indique que 8.442 personnes ont été interpellées du 14 mars au 20 mai pour non-respect des restrictions imposées par l’état d’urgence sanitaire dont 1.227 par la Garde civile, 2.548 par les polices locales, 547 par les Mossos d’Esquadra (police régionale de Catalogne), 320 par la police du Pays Basque, 26 par la police de Navarre, et une par la police des Canaries, a précisé le ministère dans un communiqué. Plus d’un million de sanctions ont été prononcées contre des personnes accusées d’avoir enfreint les règles de confinement. Les amendes oscillent entre 300 et 600.000 euros. Le port du masque est devenu obligatoire à partir de six ans, dans les espaces fermés, ainsi que sur la voie publique quand il n’est pas possible de garder la distance de sécurité de deux mètres minimum, sous peine d’une amende comprise entre 601 et 30.000 euros.

#0741 Source mapexpress.ma

Brésil : le projet de loi pour “soutenir les populations autochtones” dans la lutte contre l’épidémie finit par légaliser le séjour des missionnaires dans les territoires indiens isolés.

Brésil. Ce qui était censé être un projet de loi pour soutenir les populations autochtones dans la lutte contre les coronavirus (engagement du gouvernement à fournir de l’eau potable, des tests rapides pour détecter la contamination par le coronavirus, du matériel d’hygiène personnelle, la garantie d’une réserve de lits pour les populations autochtones contaminée) s’est changé en son inverse : une manœuvre du banc évangélique de la Chambre des députés a légalisé le séjour des missionnaires dans les territoires indiens isolés. Les populations autochtones demandaient expressément que ces incursions soient interdites à cause du danger de contamination qu’elles font courir aux habitants. Au départ, le texte prévoyait une peine de cinq ans de prison pour quiconque accédait aux territoires autochtones sans l’autorisation de la National Indian Foundation (Funai). Angela Amanakwa Kaxuyana, de la Coordination des organisations autochtones de l’Amazonie brésilienne (COIAB) a qualifié la mesure de «tragédie». Pour un autre de leurs représentants, ce texte revient à échanger la vie des habitants des villages les plus isolés contre une protection sanitaire très réduite et incertaine pour ceux qui le sont moins.

#0739 Source brasildefato.com.br

Etats Unis, Sans Francisco : “Pendant l’épidémie de coronavirus, la maire de San Francisco a décidé de ne pas abandonner les plus démunis”, c’est ainsi que la presse américaine évoque le “camp favorisant la distance sociale” dans lequel la ville de San Francisco a commencé à parquer les sans abris

Etats Unis, Sans Francisco. “Pendant l’épidémie de coronavirus, la maire de San Francisco a décidé de ne pas abandonner les plus démunis.” C’est ainsi que la presse américaine évoque le “camp favorisant la distance sociale” dans lequel la ville de San Francisco a commencé à parquer les sans abris, au centre de la ville, à proximité de la mairie. La ville souhaite mettre en place davantage d’espaces anti covid-19 semblables à ce premier camp dans les prochains jours.

#0737 Source huffingtonpost.fr

France : le Conseil d’Etat impose que cesse sans délai l’utilisation des drones à Paris pour surveiller le respect des règles du déconfinement, la décision doit être effective immédiatement et vaut pour l’ensemble du territoire.

France. Le Conseil d’Etat enjoint l’Etat de cesser sans délai d’utiliser des drones à Paris pour surveiller le respect des règles du déconfinement, en raison de l’absence de cadre juridique pour l’utilisation de ces dispositifs. La décision doit être effective immédiatement et vaut pour l’ensemble du territoire. Utilisés en temps normal pour la surveillance de manifestations publiques, une vingtaine de drones ont été mobilisés dans la capitale pour repérer les contrevenants et diffuser des messages de prévention, pendant le confinement. Ils ont également servi, depuis le déconfinement, pour surveiller que des attroupements ne se forment pas. Ils sont signalés actuellement dans plusieurs villes de France.

#0685 Source francetvinfo.fr

Serbie, Sid : l’armée a été déployée à proximité des trois camps de migrants de la ville alors qu’aucun incident n’a été signalé, il s’agirait de “sécuriser les camps” de manière spectaculaire dans le cadre de la campagne électorale en cours

Serbie, Sid. Des militaires sont déployés en grand nombre dans la ville de Sid qui abrite trois camps de migrants. Les associations humanitaires qui interviennent habituellement dans ces camps ne comprennent pas la raison de ce déploiement qui n’est lié à aucun incident particulier. Les autorités serbes disent vouloir “sécuriser” les trois camps. “Nous ne nous attendons pas à de gros problèmes, mais nous voulons aider nos citoyens à se sentir mieux, plus calmes, plus sûrs et surtout à ne pas permettre aux migrants qui pourraient être hors des camps de causer des problèmes”, a-t-il déclaré. La “question des migrants” est devenue un enjeu de la campagne électorale en cours, avec une stigmatisation des migrants qui seraient porteurs du virus, et certains partis d’opposition appellent le gouvernement à cesser d’autoriser toute entrée sur le territoire. Pendant l’état d’urgence imposé en raison de la pandémie de COVID-19, tous les camps en Serbie ont été placés sous la garde de l’armée pour s’assurer que personne n’y entrait ou n’en sortait. Des unités de l’armée et de la police spéciale sont intervenues à l’intérieur des camps quand les règles de la quarantaine n’étaient pas strictement respectées.

#0694 Source balkaninsight.com

Tanzanie : pendant que le président dénie la réalité de l’épidémie et incite la population à ne pas porter de masques, les proches des victimes organisent des enterrements clandestins…

Tanzanie. Le gouvernement essaye de cacher le nombre de morts lié au covid-19. Des gens rapportent des enterrement en pleine nuit, à la lumière de phares de motos. Après avoir encouragé les gens à ne pas mettre de masques et à continuer à se rendre à l’église car le virus ne pourrait y entrer, le président et son gouvernement explique désormais, à propos des vidéos, que les cercueils seraient vides et que les vidéos seraient destinées à faire paniquer les tanzaniens à propos du virus. Il s’en remet à Dieu : « C’est l’heure de consolider notre foi et de continuer à prier Dieu, plutôt que de dépendre de masques sur le visage. N’arrêtez pas d’aller dans les églises et les mosquées pour prier, a-t-il déclaré en mars. Je suis sûr que c’est juste le vent qui tourne et que (le virus) disparaîtra comme d’autres avant lui ont disparu. » Le dernier décompte du nombre de victimes du covid fait état de 509 décès, mais ce chiffre officiel n’a pas bougé depuis le 29 avril.

#0688 Source Courrier international

Etats Unis, Baltimore : dans le contexte répressif de l’épidémie, la ville teste l’adaptation à la surveillance des métropoles d’un système militaire de vidéosurveillance de masse par avion.

Etats Unis, Baltimore. Dans le contexte répressif de l’épidémie, la ville teste un système de vidéosurveillance de masse par avion. Des avions enregistrent chaque jour les déplacements des habitants. Trois petits avions avec à leur bord, douze caméras rotatives enregistrent en temps réel toute l’activité visible dans la ville. Ces images sont synchronisées, puis transmises aux forces de l’ordre. Sans le savoir, les 600 000 habitants de Baltimore sont suivis à la trace dès qu’ils mettent le nez dehors. Ce programme a été imaginé par Ross McNutt, un ancien ingénieur du Pentagone. L’armée américaine l’utilise depuis 2006 en Irak, afin de repérer les poseurs de bombes depuis le ciel, et de tracer leurs déplacements. Il s’agit d’adapter ce système militaire aux métropoles américaines. L”entreprise de surveillance aérienne de Ross McNutt, Persistent Surveillance Systems (PSS), a mené des tests de manière secrète à Baltimore en 2016, avant que leur révélation dans la presse ne fasse scandale. Quatre ans plus tard, il fait son retour, cette fois officiellement, pour des essais qui dureront cent quatre-vingts jours.

#0665 Source lexpress.fr

Qatar : une nouvelle loi punit de 3 ans de prison et une forte amende la circulation sans masque, et les chantiers de constructions continuent de fonctionner, en particulier ceux liés à la FIFA 2022, malgré le danger qu’ils constituent pour les travailleurs immigrés qui y sont exploités

Qatar. Des lois extrêmement répressives concernant le port du masque durant l’épidémie de covid19 viennent de se mettre en place au Qatar. Le port du masque est obligatoire dans tous les espaces publics sous peine de 3 ans d’emprisonnement et d’une lourde amende. Le Tchad et le Maroc appliquent des règles presque aussi strictes avec respectivement 15 jours et 3 mois de prison ferme pour non port du masque dans l’espace public. Au Qatar, les écoles, restaurants, supermarchés et mosquées restent fermées tandis que les immenses chantiers de construction continuent de fonctionner, mettant en péril la vie de nombreux travailleurs, notamment les travailleurs immigrés engagé pour la construction des stades et infrastructures de la coupe du monde FIFA 2022. De nombreux morts étaient déjà à déplorer sur ces chantiers pharaoniques qui emploient principalement des travailleurs migrants, et ceux dont les entreprises sont à l’arrêt sont parqués sur leur ancien lieu de travail.

#0669 Source trtworld.com

Togo, Lomé : suite à la mutinerie de la prison le 12 mai et pour que le virus n’y circule pas de manière trop rapide et trop visible, le gouvernement annonce 1800 libérations, qui libèreront des places pour les manifestants arrêtés récemment…

Togo, Lomé. Suite aux émeutes dans la prison de Lomé et par crainte d’une circulation trop rapide et trop visible du virus, le gouvernement annonce que 1800 détenus doivent être prochainement libérés. Cette mesure permettra surtout à l’Etat de poursuivre sa politique répressive en enfermant de nouvelles personnes arrêtées suite aux nombreuses manifestations qui ont eu lieu dans le pays récemment.

#0660 Source icilome.com

Italie, Lampedusa : un énorme Ferry a été transformé en prison pour mettre les migrants en quarantaine, il doit les emmener dans le port d’Empédocle à proximité d’Agrigente en Sicile.

Italie, Lampedusa : un énorme Ferry de la compagnie Moby Lines, le “Moby Zaza”, transformé en prison pour migrants mis en quarantaine, vient d’aborder à Lampedusa. 68 migrants, dont 26 femmes et 2 enfants, qui ont débarqué hier à Cala Madonna, doivent y être embarqués avant qu’il s’installe dans le port d’Empedocle à proximité d’Agrigente. En même temps, un bateau en détresse à proximité de Malte avec à son bord une centaine de personnes aurait été secouru par un bateau de pêche. Les rescapés embarqueront sans doute aussi sur le ferry. Comme tous les pays d’Europe en ce moment, le gouvernement italien cherche à la fois à éloigner et à enfermer les migrants, et la répression à leur encontre empire avec les mesures liées à la gestion de la pandémie.

#0670 Source rainews.it

France : les mesures pour le déconfinement des établissements où vivent des personnes handicapées sont annoncées, comme dans les prisons et les Ephad, elles rendent le déconfinement très théorique…

France. Les mesures concernant le déconfinement pour les personnes handicapées vivant dans des établissements médico-sociaux ont été annoncée par le gouvernement, 5 jours après le 11 mai. Comme en prison et dans les Ephad, le déconfinement se limite quasiment à un effet d’annonce dans ces institutions. Les visites comme les sorties individuelles et collectives sont annoncées comme possibles, mais de nombreuses restrictions rendent ces activités presque irréalisables. Les contacts avec l’extérieur risquent de rester trop limités pour qu’un lien réel se reconstruise, alors que les patients n’ont pas vu leurs proches depuis deux mois. La responsabilité pratique des mesures pour respecter ces restrictions est laissée aux établissements, qui craignent d’être tenus pour responsables d’une contamination. Les retours en famille le week-end sont progressivement autorisés mais seulement après échange avec la famille afin de s’assurer de l’absence de symptômes ou cas contact. A leur retour, les personnes accueillies et leurs accompagnants feront l’objet d’une prise de température frontale et d’un questionnement adapté pour analyser tout risque éventuel de contamination. Une soignante affirme que « les protocoles sanitaires sont très durs à appliquer avec des adultes sévèrement handicapés », pour qui le port du masque est, selon elle, « d’une violence inouïe ». La présidente d’Autisme France déplore par ailleurs des « propositions choquantes » de la part de certains directeurs, comme l’exigence de tests pharyngés après chaque aller-retour, « ce qui peut être très invasif pour une personne autiste, par exemple, et donc traumatisant et qui ne servirait, de toute façon, à rien ». Les personnes en situation de handicap qui auront été détectées positives au Covid-19 devront rester en quarantaine, soit chez elles, soit dans leur établissement s’il s’agit de leur lieu d’habitation, soit dans un hôtel si nécessaire. Leur entourage sera également dépisté. Les “brigades Covid” bénéficieront si besoin d’un appui médico-social pour adapter leur intervention. Beaucoup de familles craignent la contamination et les effets de ces dispositifs d’éloignement, et préfèrent limiter les contacts avec leurs proches, d’autant plus au vu des informations qui ont largement circulé concernant le tri des malades en réanimation.

#0679 Source informations.handicap.fr

France : scandales autour de la rémunération des soignants, des stagiaires infirmiers contraints de renforcer les équipes covid pour autour d’un euro de l’heure, des hôpitaux exclus de la prime aux soignants, etc.

France. Les stagiaires infirmières et infirmiers, payés entre 0,80 et 1,40 euros de l’heure selon leur années, malgré leur plus de 45h hebdomadaire, se sont vus dans l’obligation de renforcer les équipes médicales durant l’épidémie, sans bénéficier des protections nécessaires à leur condition (masques, tests…), ni des systèmes de priorisation dans les transports. De plus certains hôpitaux du sud du pays sont exclus du dispositif de prime aux soignants comme ceux de Cannes et Grasse. Par ailleurs certains soignants, internes ou stagiaires, se sont vus facturer les tests Covid qu’ils ont dû effectuer dans le cadre de leur travail.

#0644 Source L’Humanité du 15/05 franceinfotv.fr

Togo, Lomé : le gouvernement togolais vient d’entamer un dépistage massif de plus de 1.550 détenus, dans le but de mettre fin à la violente émeute qui a débuté le 12 mai

Togo, Lomé. Le gouvernement togolais vient d’entamer le test de dépistage au Covid-19 de plus de 1.550 détenus, dans le but de mettre fin à la violente émeute qui a éclaté dans la prison civile de Lomé le 12 mai. «Tous les détenus seront testés», a déclaré Idrissou Akibou, directeur de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion pensant ainsi répondre aux demandes des prisonniers.

#0656 paru sur sputniknews.com

Italie : un nouveau gadget connecté au nom ridicule, “IFeel-You”, un bracelet électronique qui contrôle la température et trace le respect des distances de sécurité, est actuellement en phase de test.

Italie. Un nouveau gadget connecté, “IFeel-You”, un bracelet électronique contrôle le respect des distances de sécurité, est actuellement en phase de test. Il s’assure qu’une distance de sécurité d’ un mètre est bien respectée et émet un signal d’alerte quand ce n’est pas le cas. Il est aussi capable de mesurer la température corporelle de son propriétaire pour prévenir d’éventuels symptômes et permet la surveillance des circulations. Ses caractéristiques semblent proches du bracelet avec lesquelles certains collégiens de Pékin ont fait leur rentrée récemment.

#0654 vu sur bfmtv.com

Hong Kong : plusieurs résidents de Hong Kong de retour d’Afrique du Sud cette semaine ont témoigné des conditions difficiles dans des camps de quarantaine où ils ont été enfermés à leur arrivée.

Hong Kong. Plusieurs résidents de Hong Kong de retour d’Afrique du Sud cette semaine ont témoigné des conditions difficiles dans des camps de quarantaine où ils ont été enfermés à leur arrivée. Ils sont facturés 200 HK $ par personne et par jour dans un complexe d’appartements sans eau chaude ni réfrigérateur, la nourriture qui leur est fournie est immangeable. Hong Kong exige que les résidents revenant d’Afrique du Sud, d’Inde et de trois autres pays restent dans ces camps pendant 14 jours parce que le gouvernement considère que les tests ne sont pas assez fiables dans ces pays. Les résidents en provenance de pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni, qui ont beaucoup plus de décès et de cas confirmés, sont autorisés à s’isoler chez eux.

#0684 Source bloomberg.com

Europe : la Commission euro­péenne décide que le virus n’atteint pas le niveau maximum de dangerosité prévu dans la lé­gislation sur la protection des tra­vailleurs, traitant le Covid comme s’il y avait un traitement et comme si la contagiosité était peu élevée !

Europe. Les États membres et la Commission euro­péenne ont décidé que le virus n’atteint pas le niveau maximum de dangerosité prévu dans la lé­gislation sur la protection des tra­vailleurs contre ce type de risque. Dans la directive européenne de 2000 sur la protection des tra­vailleurs contre les risques liés à l’exposition à des agents biologi­ques, l’échelle de gravité des ger­mes comporte quatre paliers. Le moins dangereux est non «sus­ceptible de provoquer une maladie chez l’homme» (groupe 1). Le plus dangereux (groupe 4), en sus de provoquer des maladies graves, « constitue un danger sérieux pour les travailleurs » et présente « un risque élevé de propagation dans la collectivité ». Pour cette catégo­rie, « il n’existe généralement pas de prophylaxie ni de traitement efficace ». Dans ce groupe, sont notamment rangés des virus cau­sant des fièvres hémorragiques comme Ebola ou Marburg. Fin avril, la Commission lance une procédure accélérée, afin de ranger le SARS­CoV­2 dans l’un de ces quatre groupes et de l’ajouter à la liste des « agents biologiques » – virus, bactéries, parasites et champignons – faisant l’objet de mesures de protection des tra­vailleurs dans l’Union européenne (UE). Puis, le 7 mai, elle propose qu’il intègre le groupe 3. Pour ce dernier, pourtant, la directive sti­pule qu’« il existe généralement une prophylaxie ou un traitement efficace» – ce qui n’est pas encore le cas pour le coronavirus causant le Covid­19. Mais aussi que le risque de propagation n’est pas « élevé », comme dans le groupe 4. Plus de 40 % de l’humanité a pourtant été confinée pendant plusieurs semai­nes pour freiner sa dissémination. Malgré ça, la Commission se défend de vouloir remettre la population au travail à tout prix…

#0642 Source Le Monde du 15/05

France : l’injonction de libérer de rétention les étrangers testés positifs au coronavirus dans les CRA n’est plus en vigueur et la machine à expulser, qui ne s’est jamais arrêté, se prépare à tourner à nouveau à plein régime

France. Le juge des référés du Conseil d’État a mis fin à l’injonction de lever la rétention des étrangers testés positifs au coronavirus dans le centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes. La machine à expulser, qui ne s’est jamais complètement interrompue, se prépare à tourner à nouveau à plein régime.

#0627 Source dalloz-actualite.fr

Nouvelle Zélande : le gouvernement fait adopter une loi qui permet à la police de pénétrer dans les habitations et les lieux livrés sans autorisation préalable et sans mandat.

Nouvelle Zélande. Le gouvernement vient de faire adopter une loi qui permet à la police de pénétrer dans les habitations et les lieux livrés sans autorisation préalable et sans mandat. Il s’agirait de pouvoir interrompre les rassemblements qui ne respecteraient pas les mesures de distanciation sociales, y compris dans les domiciles. Ce dispositif ultra répressif est complété par l’appel à la délation dans ce pays où un site a été ouvert par le gouvernement pour dénoncer les “violations aux règles du confinement”.

#0620 Source lepetitjournal.com

Chine, Wuhan : une gigantesque campagne de dépistage des onze millions d’habitants de la ville sur dix jours est mise en œuvre

Chine, Wuhan. Après l’apparition de nouveaux cas de coronavirus, les 11 millions d’habitants de Wuhan vont être testés en dix jours au cours d’une gigantesque campagne de dépistage. Ce dépistage, annoncé par une circulaire de la mairie, est engagé après l’annonce de six nouveaux cas de contamination ce week-end. Il s’agit des premiers déclarés depuis un mois, en l’occurrence des personnes âgées habitant la même résidence du district de Dongxihu. Seize autres cas ont été signalés par ailleurs ces derniers jours à Shulan, qui a été placée en quarantaine.

#0590 Source ladepeche.fr

Congo : alors que le virus commence à circuler dans les prisons, le gouvernement affirme avoir libéré 2000 prisonniers mais 650 prisonniers supplémentaires ont été incarcérés récemment dans la prison de Malaka.

Congo. Le gouvernement affirme avoir libéré plus de 2000 prisonniers depuis mars mais la seule prison de Makala a vu au contraire arriver 650 nouveaux prisonniers. Mi avril le taux de surpopulation moyen était évalué à plus de 400% dans les prisons du pays. La grande majorité des prisonniers sont en attente de jugement et de nombreux autres restent enfermés après leur peine faute de pouvoir donner de l’argent aux gardiens et aux greffiers. Aucune mesure de protection sanitaire n’est envisageable. Les prisonniers sont entassés à plus de cinquante dans les cellules et partagent à plusieurs un même lit. L’eau ne coule que tous les 3 ou 4 jours et le savon dépend des organisations caritatives. Depuis la proclamation de l’Etat d urgence sanitaire en mars, les visites sont interdites, ce qui empêche tout approvisionnement supplémentaire. Depuis le mois de janvier, plusieurs dizaines de prisonniers sont morts de faim. Les prisonniers doivent payer les médicaments dont ils ont besoin. Le virus commence à circuler dans d’autres prisons du pays, tout aussi surpeuplées que Makala.

#0593 Source lemonde.fr

Algérie, Oran : durant les seize premiers jours de ramadan, 2937 personnes ont été interpellées pour violation des mesures de confinement et du couvre-deu en vigueur de 17h à 7h

Algérie, Oran. Durant les seize premiers jours de ramadan 2937 personnes ont été interpellées par les services de la sûreté de la ville pour violation des mesures de confinement, c’est-à-dire, en plus du fait que les habitants doivent rester chez eux, un couvre feu de 17h à 7h. Depuis le 28 mars, 4000 policiers en civil et en uniforme de toutes les unités (judiciaires, sécurité routière, sûreté urbaine, etc.) sillonnent la ville et la quadrillent de barrages fixes et mouvants.

#0587 Source lequotidien-oran.com

Islande : les applications de traçage ne donnent pas les résultats escomptés, ni en terme d’endiguement de la pandémie, ni en terme d’obéissance à la consigne de téléchargement

Islande. Les applications de traçage ne donnent pas les résultats escomptés, ni en terme d’endiguement de la pandémie, ni en terme de quantité de téléchargement. Même quand l’application est imposée comme en Inde ou dans certains pays d’Asie, les habitants ne se pressent pas pour l’utiliser et se méfient du contrôle qu’elle permet. En Islande, pays considéré comme ayant le “taux de pénétration” le plus élevé de toutes les applications de recherche de contacts automatisées au monde, seulement 40% des habitants l’ont téléchargée, et un haut responsable affirme que «cela n’a pas changé la donne» en terme de lutte contre l’épidémie.

#0655 paru sur technologyreview.com

Chine, Pékin : des collégiens ont effectué leur rentrée munis d’un bracelet électronique qui donne l’alerte en cas de fièvre.

Chine, Pékin. Des collégiens ont effectué leur rentrée munis d’un bracelet électronique qui donne l’alerte en cas de fièvre. Ce dispositif est le dernier exemple en date du recours massif du pays aux nouvelles technologies pour tenter de maîtriser l’épidémie. Ces bracelets “intelligents” fournissent en temps réel la température des élèves. Leurs parents et les établissements scolaires peuvent ensuite la surveiller via une application pour téléphone portable. En cas de température anormale – supérieure à 37,2 degrés – le bracelet envoie une alerte aux enseignants qui doivent prévenir la police. Ce dispositif est en phase de test dans cinq districts de la capitale chinoise.

#0601 Source nouvelobs.com

Thaïlande : le gouvernement va lancer une application de traçage, six groupes identifiés comme “à risque” seront étroitement surveillés : les travailleurs migrants, les personnel de santé, les personnes infectées, les opérateurs de transports, les livreurs, les personnes travaillant dans les bars.

Thaïlande. Le gouvernement thaïlandais lancera bientôt une application de suivi des contacts. Le traçage géographique des déplacements de toute la population s’affine et se concentre sur le contrôle de six groupes identifiés comme “à risque” qui seront étroitement surveillés et régulièrement testés : les personnel de santé, les personnes nouvellement suspectées d’être infectées ou déjà mises en quarantaine, les opérateurs de transports publics, les livreurs, les travailleurs migrants, les personnes travaillant dans les bars et pubs ou endroits de divertissement. Ce changement de tactique est lié à l’assouplissement du confinement qui intensifie, comme dans tous les pays qui déconfinent, le contrôle sur certaines catégories de population (parmi lesquelles se trouvent toujours les migrants). Le deuxième volet du plan de déconfinement commencera en Thaïlande le 17 mai si le nombre d’infections reste faible.

#0586 Source fr.vietnamplus.vn

Indonésie : parmi les trois priorités indiquées par le président indonésien pour faire face à la pandémie, le renforcement de la surveillance des travailleurs migrants qui vont revenir dans le pays vient en deuxième position après la généralisation des tests.

Indonésie. Parmi les trois priorités indiquées par le président indonésien pour faire face à la pandémie de COVID-19, le renforcement de la surveillance des travailleurs migrants qui vont revenir dans le pays vient en deuxième position après la généralisation des tests. En effet le retour de 34.000 travailleurs migrants est prévu en mai et juin, en raison des conséquences économiques du confinement imposé dans leurs pays d’accueil. “Chacun d’entre eux doit subir un examen complet et rester en quarantaine pendant 14 jours”. Des discriminations diverses et agressions sont à craindre dans la mesure où ces travailleurs migrants sont considérés comme potentiellement porteurs du virus.

#0585 Source missionsetrangeres.com

Grèce : le gouvernement annonce la prolongation jusqu’au 21 mai du confinement imposé depuis mars aux camps de migrants ; pas d’assouplissement, pour les migrants la double-peine perdure.

Grèce. Le gouvernement annonce la prolongation jusqu’au 21 mai du confinement imposé depuis mars aux camps de migrants, qui devait initialement être levé le 11. Cela fait six jours que les mesures de confinement mises en place s’assouplissent dans le pays, la machine économique reprenant le pas, mais pour les camps de migrants, la double-peine perdure.

#0565 Source 20minutes.fr

France : ce que le déconfinement va changer pour les prisonniers ? Presque rien… toutes les mesures sont subordonnées à des limitations qui vont de fait rendre leur application dérisoire.

France. Ce que le déconfinement va changer dans les prisons : presque rien… toutes les mesures sont subordonnées à des limitations qui vont de fait rendre leur application dérisoire.

  • Les parloirs sont sensés redémarrer mais tout est mis en oeuvre pour entraver leur réouverture : la nouvelle organisation tiendra compte de «l’évolution différenciée de l’épidémie», précise la note administrative, c’est-à-dire que les établissements situés dans les «zones rouges» ou ceux présentant de nombreux cas de contamination, pourraient être soumis à un régime plus strict que les autres. D’autres part de nombreuses limitations sont imposées, sur le modèle de ce qui se passe déjà dans les Ehpad : un seul visiteur de plus de 16 ans sera autorisé par détenu et chaque détenu ne pourra bénéficier que d’un seul parloir par semaine pour une durée d’une heure. Les visiteurs devront signer une “charte de bonne conduite”, certifiant qu’ils ne sont pas malades du Covid-19 et qu’ils n’ont eu aucun contact avec des personnes infectées les deux dernières semaines et devront s’engager également à respecter les gestes barrières.
  • Concernant les permissions de sortie, il est préconisé de répondre défavorablement aux demandes de permission de sortie «en raison du risque qu’elles représentent sur le plan sanitaire» et «en priorisant seulement les demandes liées à des événements majeurs, notamment familiaux». La responsabilité repose sur les magistrats qui préfèreront probablement ne pas la prendre…
  • Concernant l’enseignement et les activités, les cours reprendront uniquement pour les mineurs dans des salles de classe aménagées pour garantir des distances d’un mètre entre les élèves. Pour les majeurs, il faudra attendre le 2 juin, notamment pour les établissements en zone rouge, car ce n’est pas «un objectif prioritaire». De même, pour la formation professionnelle, les différentes activités socioculturelles, les cultes ou activités sportives.

#0556 Source actupenit.com

Italie : la libération de 373 détenus âgés ou en mauvaise santé fait polémique car il y aurait parmi eux des maffieux connus, par ailleurs les incarcérations se poursuivent et la machine judiciaire tourne à plein régime

Italie. 373 détenus âgés ou en mauvaise santé ont été libérés depuis le début du mois de mars. La justice examine actuellement 456 autres demandes de libération, pendant que des centaines d’autres sont jugés et emprisonnés. La machine judiciaire continue donc de tourner à plein régime. Ces libérations font polémique car elles concerneraient entre autres des membres de la mafia, dont la figure principale de Cosa Nostra (la mafia sicilienne) Francesco Bonura, 78 ans, et Franco Cataldo, 85 ans, qui faisait partie du gang ayant tué le fils adolescent d’un repenti en 1996 et dissous son corps dans de l’acide. Ces quelques mesures de libération ont été prise à la suite de plusieurs émeutes de détenus craignant d’être contaminés dans les prisons surpeuplées, qui ont eu lieu en mars dans une situation générale critique au niveau sanitaire. Face au scandale causé par la libération de détenus issus de la mafia, les juges anti mafia contrôleront désormais les remises en liberté, qui vont être d’autant plus limitées que l’épidémie est considérée comme endiguée.

Inmates stage a protest against new rules to cope with coronavirus emergency, as they stand on the roof of the San Vittore prison in Milan, Italy, Monday, March 9, 2020.

#0538 Source actu17.fr

France : l’assemblée vote la création d’un “système d’information” destiné à identifier des personnes infectées » et « à collecter des informations » sur les personnes en contact avec elles, afin qu’elles soient mises en quarantaine si besoin.

France. La création d’un « système d’information » en lien avec l’Assurance-maladie, été voté. Il est « destiné à identifier des personnes infectées » et « à collecter des informations » sur les personnes en contact avec elles, afin qu’elles soient mises en quarantaine si besoin. Il s’agit du complément au dispositif Covisan : des « brigades » appelées dans la presse « anges gardiens », constituées notamment d’agents de la Sécurité sociale, seront chargés de faire remonter la liste des cas contacts aux brigades sanitaires qui interviennent au domicile des personnes identifiées. Le projet de loi peut être consulté ici.

#0567 Le Monde du 09/05

Salvador : 4 236 personnes accusées de ne pas respecter les mesures sanitaires seraient retenues actuellement pour trente jours dans 87 « centres de confinement »; le président décide de mélanger à nouveau les gangs dans les prisons en espérant ouvertement que les prisonniers s’entretuent

Salvador. Ceux qui sont accusés de ne pas respecter le confinement sont nombreux à être enfermés. 4 236 personnes seraient retenues actuellement dans 87 « centres de confinement » avec interdiction d’en sortir pendant trente jours, dans ce pays où la population est strictement confinée depuis le 11 mars. L’armée a aussi l’autorisation de pénétrer dans les maisons pour vérifier l’état de santé des habitants. Après avoir diffusé des photos terribles d‘humiliations collectives dans les prisons, le président a pris la décision, le 26 avril, de mélanger à nouveau les différents gangs dans les centres pénitentiaires (qui étaient séparés depuis 2002) espérant ouvertement qu’ils s’entretuent.

#530 Source Le Figaro du 06/05

Afrique du Sud : le gouvernement annonce la remise en liberté sous contrôle judiciaire de 19.000 détenus sur les 160.000, beaucoup d’entre eux sont déjà malades.

Afrique du Sud. Le gouvernement annonce la remise en liberté sous contrôle judiciaire de 19.000 détenus sur les 160.000 qui sont incarcérés dans les 243 établissements pénitentiaires du pays. Les prisons sont déjà un foyer de contamination et beaucoup des prisonniers libérés sont probablement malades : dans la prison de East London par exemple, 65 détenus et 35 gardiens ont été déclarés positifs et deux prisonniers y sont morts.

#0549 Source voaafrique.com

Pays bas : fermeture de quatre prisons, la justice continue de punir par de plus en plus de bracelets électroniques et de peines alternatives

Pays Bas. Les Pays-Bas annoncent la fermeture prochaine de quatre prisons, faute de détenus. Un tiers des cellules devrait être inoccupée dans les 5 ans à venir. Il ne s’agit donc pas d’une libération massive liée au coronavirus : c’est un choix de politique de gestion du système judiciaire mis en place depuis plusieurs années. La justice ne cesse évidemment pas de punir. Ces baisses du nombre d’incarcérations s’explique par le recours massif aux peines alternatives. Ces mesures risquent fort de concerner des personnes qui n’auraient pas été incarcérées, parce que les juges ont tendance à les distribuer avec plus de “largesse”. La surveillance des prévenus au moyen de bracelets électroniques est devenue monnaie courante. Par ailleurs, les juges néerlandais prononcent davantage de peines de substitution, comme les travaux d’intérêt général. Il y a quelques années les Pays-Bas avaient loué des cellules vides de leurs prisons à la Belgique et la Norvège, toutes deux confrontées à une pénurie de cellules.

#0539 Source rtl.fr

Singapour : un robot à quatre pattes est testé pour rappeler les règles de distanciation sociale dans les parcs.

Singapour. Un robot à quatre pattes nommé Spot est testé pour rappeler la distanciation sociale dans les parcs. L’essai pilote est mené conjointement par NParks et le Smart Nation and Digital Government Group (SNDGG). Le robot diffuse un message enregistré rappelant aux visiteurs du parc les règles en vigueur. Il est équipé de caméras, activées par l’analyse vidéo développée par GovTech, pour l’aider à estimer le nombre de visiteurs dans les parcs. Il est précisé que ces caméras ne seront pas en mesure de suivre ou de reconnaître des individus spécifiques, ni de collecter des données personnelles. Pur l’instant, en tous cas. Développé à l’origine par la société américaine Boston Dynamics, le robot à quatre pattes est capable de surmonter les obstacles plus efficacement que les robots à roues, ce qui le rend adapté à différents terrains. Il est également équipé de capteurs de sécurité pour détecter les objets et les personnes à moins de 1 m afin d’éviter les collisions.

#0536 Source straitstimes.com

Etats Unis : le gouvernement confirme l’expulsion de 20 000 migrants en avril à la frontière mexicaine au nom de l’ordre de santé publique émis le 20 mars

Etats Unis. Le gouvernement américain a confirmé que des responsables de la frontière avec le Mexique ont expulsé massivement plus de 20 000 adultes, familles et enfants, y compris des mineurs isolés, en vertu d’un vaste ordre de santé publique émis fin mars en réponse à la pandémie de coronavirus. Plus de 90% des adultes, des familles et des enfants non accompagnés rencontrés par la patrouille frontalière en avril ont été expulsés. L’Office of Refugee Resettlement, chargé de s’occuper de mineurs migrants non accompagnés, n’a reçu en avril que 58 enfants des autorités frontalières, alors qu’il y en a eu 1 852 pour le mois de mars. Les autorités affirment qu’“il ne s’agit pas d’immigration” mais de lutte contre la pandémie. L’ordonnance qui permet ces reconduites massives vient d’être renouvelée à la fin du mois dernier pour 30 jours supplémentaires.Etats Unis : le gouvernement confirme l’expulsion de 20 000 migrants en avril à la frontière mexicaine au nom de l’ordre de santé publique émis le 20 mars

#0521 breakingnews.fr

Turquie, Hesekê : pour la sixième fois en pleine diffusion de la pandémie, l’État turc coupe les approvisionnements en eau en interdisant aux employés de la station d’Elok d’aller travailler .

Turquie, Hesekê. L’État turc a coupé les approvisionnements en eau dans cette ville kurde située au sud de Diyarbakir, pour la sixième fois en pleine diffusion de la pandémie. L’eau de la ville est fournie par la station Elok à Serêkaniyê. La station alimente en eau les camps de Hol, Washokani et Erisha, ainsi que le district de Til Temir et la ville de Hesekê. Des responsables de la direction de l’eau de Hesekê ont déclaré que l’État turc n’avait pas autorisé les employés de la station d’Elok à aller travailler depuis 10 jours.

#0528 Source anfenglishmobile.com

France, Paris : expérimentation de la détection par caméra du port du masque dans la station Châtelet-les-Halles grâce au dispositif développé par la startup Datakalab déjà mis en place à Cannes.

France, Paris. Le gouvernement et la Ratp expérimentent la détection par caméra du port du masque dans la station Châtelet-les-Halles. Il s’agit de préparer le déconfinement du 11 mai et la reprise du fonctionnement des transports publics. Avec six caméras reliées à des ordinateurs dans un premier temps, douze ensuite, cette technologie utilisant la reconnaissance visuelle permet de repérer la présence ou l’absence de masques, avec un taux de précision annoncé à 99,5%. Xavier Fischer, le cofondateur de Datakalab, la start-up qui a mis au point cet algorithme fonctionnant avec du «deep learning» (apprentissage profond, une forme d’intelligence artificielle), explique : «l’analyse de l’image se fait en temps réel avec des statistiques fournies toutes les quinze minutes. Il ne s’agit en aucun cas de flicage puisque les usages sont contrôlés.» D’après les autorités, il s’agirait seulement de contrôler la proportion de personnes portant des masques, mais on peut craindre que le dispositif ne soit utilisé comme une manière d’automatiser les contrôles puisqu’il est prévu que les voyageurs sans masques soient sanctionnés par une amende de 135 euros, qui pourra être décidée par les forces de l’ordre, ou par les agents de sécurité de la SNCF et de la RATP. Le dispositif Datakalab a déjà été utilisé à Cannes depuis le 27 avril.

#0523 Source parismatch.com

L’Inde est un des premiers Etats à imposer le traçage de la population, à travers Aarogya Setu, une application développée sur place qui contient de nombreuses données personnelles dont la géolocalisation.

Inde. L’Inde est parmi les premiers Etats à imposer une application de traçage du Covid19. Baptisée Aarogya Setu, l’application est proposée en téléchargement depuis le début d’avril, mais l’Inde a seulement commencé son déconfinement lundi dernier ce qui rend l’application nécessaire pour toute la population. Même si la politique officielle du pays est que l’adoption de l’application est facultative, tout le personnel gouvernemental est obligé de la télécharger et de nombreuses grandes entreprises privées, des commerces et certains territoires particulièrement touchés par le virus l’exigent aussi. Les personnes obligées de télécharger Aarogya Setu qui refusent de le faire pourraient perdre leur emploi, être mises à l’amende ou même aller en prison. Le pays a plutôt décidé de développer sa propre application qui se sert des données de la géolocalisation et qui demande des informations personnelles. Le gouvernement est, jusqu’à maintenant, peu transparent sur la manière dont les données sont stockées.

#0545 Source ici.radio-canada.ca

Italie, Castellanza : un jardin d’enfants expérimente des bracelets électroniques qui vibrent et s’allument en cas de contacts trop rapprochés, une entreprise d’automobile française en a déjà commandé à LABBI LIGHT pour sa garderie.

Italie, Castellanza. En vue de la réouverture des écoles et des crèches, un jardin d’enfant expérimente des bracelets électroniques qui vibrent et s’allument en cas de contacts trop rapprochés, conçus pour les enfants de 4 à 6 ans. Deux cents bracelets intelligents pour les élèves et le personnel scolaire ont été achetés auprès d’une entreprise italienne LABBI LIGHT. La presse atténue la dystopie en parlant de “gadget” et en comparant ces bracelets à “des montres”. “L’initiative sera développée et expliquée comme s’il s’agissait d’un jeu, en évitant tout risque d’anxiété pour les mesures anti-contagion, grâce à nos psychologues et pédagogues”, souligne Fabio Morandi, directeur de l’école. Le jeu sera donc d’obtenir que le bracelet ne s’allume pas. Le système permet de surveiller à distance les contacts entre les enfants de l’école et il sera utilisé pour tracer les contacts d’infectés éventuels, y compris pour le personnel. Les familles devront contribuer à l’achat des “gadgets” en payant dix euros par mois, dont l’école déclare qu’elle les reversera à des associations bénévoles (!). Cette mesure pourrait se développer aussi en France puisqu’une garderie d’entreprise d’une grande marque automobile en a déjà commandé des centaines. «Nous avons reçu des commandes d’une chaîne d’hôtels à Brescia, de quelques établissements balnéaires et de grandes entreprises de santé – explique Antonello Barracane, propriétaire de l’entreprise “. L’idée de ce produit, qui est d’abord née pour l’entraînement en piscine, trouve un débouché inespéré avec le traçage du Covid.

#0540 Source anza.it

Philippines, Manille : le président Duterte déploie l’armée pour faire respecter le couvre-feu sanitaire et menace d’ouvrir le feu sur les récalcitrants.

Philippines, Manille. Le président Duterte déploie l’armée pour faire respecter le couvre-feu sanitaire, et menace d’ouvrir le feu sur les récalcitrants. « Tirez leur dessus », a-t-il intimé aux forces de l’ordre. Il mène par ailleurs une politique d’intimidation musclée à l’encontre de celles et ceux qui manifestent leur opposition à ses mesures. Cinq jeunes opposants ont même été enfermés dans des cages à chiens, à Santa Cruz, dans la province de Laguna. Officiellement, le virus a fait 623 victimes, et contaminé 10 000 personnes parmi les 100 millions de Philippins, mais ces chiffres sont jugés sous-évalués du fait de la faiblesse du nombre de tests conduits dans l’archipel. Pour empêcher une révolte dans les bidonvilles, le pouvoir multiplie les distributions de nourriture, mais la situation sanitaire et alimentaire reste critique.

#0520 Source Le Figaro du 06/05

France, Mayotte : les émeutes et pillages lors des combats de boxes se poursuivent alors que le déconfinement est reporté à cause de la situation sanitaire liée à la fois au Covid19 et à l’épidémie de Dingue

France, Mayotte. Le déconfinement est reporté sur l’île à cause de la situation sanitaire liée à la fois au Covid19 et à l’épidémie de Dingue. L’île connaît de nombreuses pénuries et plusieurs manifestations émeutières s’y sont déroulées. Le couvre-feu instauré n’y est plus du tout respecté. Les incidents lors des « murengués » (combats de boxe) se multiplient depuis trois jours. 32 de ces événements ont eu lieu depuis le début du ramadan et la plupart du temps ils sont l’occasion de pillages et d’affrontement avec la police (200 émeutiers le 22 mai, voir brève). À l’est de l’île, du côté de Dzaoudzi, les gendarmes ont aussi été ciblés par des jets de pierres pendant qu’une autre unité ne tombe dans un guet-apens. Le lendemain, les militaires à nouveau fait usage de grenades de désencerclement. Dans la nuit de lundi à mardi, de nouveaux affrontements ont éclaté, faisant plusieurs blessés. Un porte-hélicoptères amphibie (PHA) de la Marine nationale doit amener sur l’île 500 tonnes de fret pour ravitailler l’île qui fait face à de nombreuses pénuries alimentaires et médicales.

#0518 Source le figaro du 06/05

Bangladesh : le gouvernement met en service le camp de détention cauchemardesque qu’il a fait construire sur l’îlot insalubre de Bhasan Char (“l’île qui flotte”) pour y mettre des migrants Rohingya en quarantaine.

le camp..

Bangladesh. Le gouvernement profite de la pandémie pour enfermer des migrants Rohingya sur un îlot submersible, l’île de Bhasan Char (« l’île qui flotte », en bengali). Alors que, face aux protestations de l’ONU, il avait renoncé au projet d’installer 103 000 réfugiés rohingya sur cet îlot perdu dans le golfe du Bengale, le gouvernement vient de faire débarquer sur place 29 membres de cette minorité ethnique, au nom du risque de contagion qu’ils représenteraient. Il s’agit de migrants rescapés du bateau qui a erré depuis début mars entre le golfe du Bengale et la mer d’Andaman. Un autre navire où s’entasseraient entre 500 et 800 « boat people » a été repéré dans les eaux territoriales birmanes. Arguant de la pandémie de Covid­19, Kuala Lumpur a interdit tout accostage sur ses côtes, et les deux embarcations, après une autre tentative avortée en Thaïlande, ont rebroussé chemin pour regagner le Bangladesh, d’où elles étaient parties. Les quarante rescapés de la première embarcation ont échoué sur le rivage, à proximité de la piste de l’aéroport. Une dizaine d’entre eux se sont échappés, tandis que les autres, huit hommes, quinze femmes et cinq enfants affamés, ainsi qu’un homme qui sera accusé plus tard d’être un trafiquant d’êtres humains, ont été arrêtés par la police. Tous ont été remis aux gardes-­côtes qui les ont transportés sur l’île de Bhasan Char, à trois heures de navigation de là. Il s’agit d’une terre insalubre, apparue il y a une vingtaine d’années par accumulation de sédiments charriés depuis l’Himalaya par le Gange et le Brahmapoutre. L’île menacée par les cyclones a été entourée de digues en terre de 3 mètres de haut, qui n’empêchent pas le risque qu’elle soit submergée pendant la mousson. Le gouvernement y a fait bâtir un camp de rétention de la taille d’une ville, avec plusieurs centaines d’immeubles collectifs, des dispensaires, des écoles, des mosquées et de nombreuses caméras de surveillance dans la perspective d’y enfermer les Rohingya. L’utilisation à des fins de mises en quarantaine de ces lieux présage de leur mise en service pérennes malgré les diverses protestations internationales. « Si les migrants arrivés par la mer en avril ont été placés en quarantaine dans des lieux prévus à cet effet à Cox’s Bazar (sur le continent), on se demande bien pourquoi, soudain, les nouveaux arrivants ne pourraient pas rester sur la terre ferme et devraient être envoyés dans cette île qui est un véritable camp de concentration », estime Rezaur Rahman Lenin, un consultant indépendant spécialiste de la question des Rohingya.

#0514 Source Le Monde du 06/06

France : la commission des lois approuve une proposition de loi qui donne la possibilité aux “gardes particuliers” de contrôler certaines règles sanitaires et de dresser des procès-verbaux, ce qui légalise l’organisation de milices privées.

France. La commission des lois approuve une proposition de loi qui donne la possibilité aux “gardes particuliers” de contrôler l’application de certaines règles sanitaires et de dresser des procès-verbaux. Au niveau légal, “les gardes particuliers sont commissionnés par le propriétaire ou tout autre titulaire de droits sur la propriété qu’ils sont chargés de surveiller. Ils doivent être agréés par le préfet du département dans lequel se situe la propriété désignée”. Cette disposition apparaît comme la légalisation de la possibilité d’organisation de milices privées.

#0582 Source huffingtonpost.fr

Etats Unis, New York : plus de 1000 policiers affectés à l’évacuation des sans abris des stations de métro tous les soirs pour procéder à des opérations de désinfection

Etats Unis, New York. Plus de 1000 policiers ont envahi le réseau de métro de la ville à 1 heure du matin pour en faire partir les sans-abri et nettoyer les trains. Le MTA, qui gère le métro, complète les effectifs avec ses propres policiers et sous-traitants. Le gouverneur a déclaré que ces fermetures du métro de 1 h à 5 h du matin, avec opérations de polices et désinfection, se poursuivront pendant la durée de la pandémie. Dans les gares terminales, les membres de l’unité de sensibilisation des sans-abri du NYPD – qui comprend des policiers et des infirmières – seront rejoints par des agents de proximité de la ville, pour gérer ces évacuations forcées. la semaine dernière, avant la mise en place de ce dispositif, la ville n’avait convaincu qu’une vingtaine de personnes chaque nuit de rejoindre un refuge ou un hôpital. Les sans abris seront désormais contraints d’obtempérer.

#0513 Source nypost.com

Grèce, Lesbos : opération de communication du président autour de l’inauguration d’une “zone médicale” en même temps que s’implante une nouvelle “installation de police autonome” pour réprimer les révoltes des migrants.

Grèce, Lesbos. Le président est venu faire une opération de communication au camp de La Moria pour inaugurer une “zone médicale” dans le camp. Dans le même temps l’implantation d’une nouvelle “installation de police autonome” a été annoncée. Il s’agit de monter d’un cran la répression contre les migrants qui sont déjà harcelés dès qu’il sortent du campement, ont été de nombreuses fois verbalisés et ont organisé plusieurs manifestations pour protester contre leur situation. L’assouplissement des conditions des restructions de confinement risque par ailleurs de permettre aux militants racistes présents sur l’île d’attaquer plus facilement les migrants. Des militants de la No Border Kitchen Lesvos craignent que ces mesures annoncent une fermeture imminente du camp. Leur communiqué est à lire ici.

#0509 Source enoughisenough14.org

France : le sénat valide un amendement qui vise à dédouaner la responsabilité des patrons pour les contaminations éventuelles de leurs employés

France. Le sénat valide un amendement qui stipule que, sous le régime de l’état d’urgence sanitaire, « nul ne peut voir sa responsabilité pénale engagée » pour des contaminations par le coronavirus, sauf en cas d’intention délibérée, imprudence ou négligence (qui resteront à démontrer…). Cette disposition s’applique entre autres aux employeurs et vise à rendre difficile pour les employés de reprocher à leur patron de ne pas avoir pris les mesures sanitaires nécessaires. Le parapluie assurantiel est déplié pour protéger le retour obligé au travail et les contaminations qu’il risque d’occasionner. Ce texte de loi est voué à protéger les employeurs, élus et les fonctionnnaires.

#0531 Source L’Humanité du 06/05

Tchétchénie : le président Kadyriv se met en scène dans des vidéos où il menace de tuer les personnes infectées par le virus et enferme un grand nombre de personnes pour non respect du confinement.

Tchétchénie. Le président Kadyriv se met en scène dans des vidéo menaçantes pour contraindre au confinement de la population dont il estime qu’il n’est pas assez respecté. « Messieurs du FSB, faites quelque chose avec ces sous-hommes qui nous provoquent. Vous voulez que nous devenions des criminels, c’est ça ? L’un d’entre nous endossera la responsabilité et ira en prison pour tout le monde. Ne nous forcez pas à devenir des assassins !» ou encore «Je préfère frapper une personne qu’en enterrer 1 000. C’est pour ça que je prends des mesures très dures. S’il faut, je frappe à coups de matraque. S’il le faut, je jette en prison dans une cave, mais je défendrai mon peuple.» . Un grand nombre de personnes sont détenues par les forces de sécurité pour avoir violé le « régime d’auto-isolement ». Dès la fin mars, alors que la Tchétchénie ne compte que trois cas, – le dernier bilan officiel est de 615 cas et 8 morts – Kadyrov a pris publiquement à partie l’une des personnes infectées en l’accusant de n’avoir pas observé la quarantaine. « Celui qui a créé ce problème, si vous voulez mon avis, il aurait dû être tué, car non seulement il tombe malade lui-même mais il infecte aussi sa famille et ses voisins ». Pourtant le 3 mai, en cette période qui est aussi celle du Ramadan, le président tchétchène a réuni les dirigeants des institutions médicales du pays, dont le ministre de la santé, sans aucune précautions sanitaires, pour un dîner de la rupture du jeûne qu’il fait filmer et diffuser. Il se déclare fier de sa stratégie de communication à laquelle il accorde beaucoup d’attention.

#0529 Source Le Figaro du 06/05

Royaume Uni : le gouvernement a lancé sur l’île de Wight les tests d’une application de traçage en prévision de l’assouplissement du confinement

Royaume Uni. Le gouvernement a lancé sur l’île de Wight les tests d’une application de traçage en prévision de l’assouplissement du confinement. L’application, d’abord disponible pour les personnels de santé, doit être étendue aux 80 000 foyers de Wight. Elle doit notamment permettre de prévenir quiconque aurait été en contact avec une personne testée positive, en utilisant une technologie Bluetooth. Londres veut se diriger vers une stratégie à la coréenne, suivant le modèle « tester, tracer, isoler ». L’application utilise la géolocalisation des personnes.

#0519 Source Le Figaro du 06/05

France. On ne dit pas “il n’y a pas assez de tests pour tester systématiquement résidents et personnels dans les Ephad” mais “l’opération annoncée est en cours d’optimisation et d’harmonisation”…

France. La pénurie de tests perdure et entrave localement la mise en place de plans de dépistages préventifs, en particulier dans de nombreux Ehpad. Plusieurs ARS font aussi une interprétation étrange des directives nationales et refusent le dépistage systématique des personnels, même lorsqu’un cas de Covid­19 a été confirmé dans l’établissement. L’ARS interdit aux Ehpad de contacter eux-­mêmes les laboratoires de biologie de leur territoire pour passer directement commande, dans l’optique de gérer elle-même à moindres frais la pénurie. Dans les courriers administratifs, la pénurie de tests qui rend impossible la mise en place concrète des annonces du gouvernement, est camouflée derrière des litotes : on y parle d’« optimisation » ou d’« harmonisation » pour justifier les refus.

#0506 Source Le Monde du 05/05

Allemagne, Autriche : plus de 100 000 travailleurs roumains amenés par charter ou en train pour travailler dans l’agriculture ou les services à la personne, à travers des ponts aériens (pendant que d’autres sont expulsés dans d’autres charters…)

Allemagne, Autriche. En pleine épidémie, les travailleurs roumains continuent à être corvéables à merci, amenés en charters pour travailler à travers des ponts aériens malgré la fermeture des frontières, ou expulsés d’Europe par d’autres charters… Depuis début avril, 80 000 ressortissants roumains ont ainsi « bénéficié » d’une ouverture exceptionnelle des frontières pour être conduits en Allemagne pour aller cueillir des asperges. L’agriculture et le bâtiment sont principalement concernés, mais pas seulement : 33 000 aides-soignants roumains feront le voyage en train pour l’Autriche à partir du 9 mai. La contamination de 300 employés dont plus de la moitié sont roumains dans un abattoir allemand souligne la précarité des employés des secteurs agricole et alimentaire, souvent issus des pays de l’Est.

#0547 Source ouest-france.fr

France : au moins 138 mois de prison ferme déjà distribués en France pour “violation habituelle des règles du confinement”.

France. A la mi-avril, au moins 138 mois de prison ferme avaient déjà été distribués en France pour« violation habituelle des règles de confinement » car après trois arrestations en trente jours, la contravention devient un délit qui fait encourir jusqu’à six mois de prison. Certains inculpés sont immédiatement incarcérés, alors même que le gouvernement est supposé se préoccuper de baisser la population carcérale : une quarantaine de personnes ont été condamnées avec mandat de dépôt. C’est à Melun que les deux premiers cas de prison ferme pour non-respect du confinement ont été annoncés début avril. Mais pour savoir combien de personnes sont actuellement enfermées suite à des violations du confinement, il faut y ajouter le nombre de détentions provisoires en cours (sachant que le délai de détention provisoire a été augmenté dans le cadre des mesures pour faciliter le travail de la justice pendant le confinement). Il faut aussi faire avec l’arbitraire des tribunaux, certains juges appliquant les dispositions de manière plus drastique que d’autres.

#0501 cqfd-journal.org

France : les expulsions continuent avec, entre autres, un charter affrété pour la Roumanie et au moins quatre personnes expulsées vers l’Albanie

France. Les expulsions (et donc aussi l’enfermement en centres de rétention) continuent malgré la ” fermeture des frontières”. Les audiences se tiennent en visio-conférence. Un charter est parti de Paris vers la Roumanie avec plus d’une trentaine de prisonniers à l’intérieur, notamment du Mesnil-Amelot et de Lille. Le 24 avril, quatre personnes ont aussi été expulsées vers l’Albanie. A Toulouse, parmi les deux ressortissants roumains expulsés la semaine dernière, l’un venait de faire une tentative de suicide par pendaison.

#0546 Source toulouseanticra.noblogs.org

Cuba : 6500 prisonniers libérés mais les prisons se remplissent à nouveau de personnes accusées de “répandre l’épidémie”

Cuba. Le régime castriste libère 6 158 prisonniers en liberté anticipée et 420 autres dans l’attente de leur procès pour faire baisser la surpopulation carcérale alors que le virus n’est apparemment pas constaté dans les prisons qui comptent 57 300 détenus. Mais dans le même temps le gouvernement incarcère de nombreuses personnes, accusées de “répandre l’épidémie”, pour un an de travail forcé “correctionnel”, au terme de procès expéditifs, parce qu’elles n’auraient pas respecté les restrictions, entre autres de déplacement, imposées pour lutter contre la maladie.

#0494 Source francetvinfo.fr

Grèce : transfert de près de 400 migrants de l’île de Lesbos vers les camps installés sur le continent pour réduire la surpopulation dans les camps des îles.

Grèce. La Grèce transfère près de 400 migrants de l’île de Lesbos vers le continent pour réduire la surpopulation dans les camps des îles. Le mois dernier, les autorités ont annoncé leur intention de transférer progressivement 2 380 demandeurs d’asile et leurs familles des îles vers les installations du continent après le 19 avril. Près de 37 000 personnes sont actuellement enfermées dans des camps sur les îles grecques, tandis que la Moria à Lesbos enferme à elle seule près de 19 000 personnes dans un espace conçu pour environ 3 000 personnes. Le virus est présents dans les camps installés sur le continent qui se transforment de plus en plus en centres de rétention. En avril, 150 personnes hébergées dans un hôtel pour migrants de la ville de Kranidi ont été testées positives et le camp de Malakasa, situé près d’Athènes, a été complètement bouclé après qu’un résident a été trouvé infecté par le virus, ainsi que celui de Ritsona en Grèce continentale où 20 personnes ont été testées positives.

#0491 Source news-24.fr

L’Inde déclare qu’elle va envoyer une marine et une flotte d’avions pour rapatrier les travailleurs migrants bloqués en quarantaine par le coronavirus dans les Etats du Golfe.

Inde. L’Inde déclare qu’elle va envoyer une marine et une flotte d’avions pour rapatrier les travailleurs migrants bloqués en quarantaine par le coronavirus dans les Etats du Golfe. Les économies y sont au point mort depuis début mars, laissant les chantiers vacants et les travailleurs migrants confinés dans des camps, où le nombre de cas de Covid-19 dépasse de loin celui des citoyens des pays de la région, notamment Oman, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Bahreïn, le Qatar et le Koweït. Après des semaines de pression de la part de ses ressortissants, l’Inde a annoncé lundi qu’elle avait lancé un plan de rapatriement de masse. Cependant, cette décision a suscité des critiques immédiates car l’Inde veut que la plupart des migrants paient pour leur voyage et veut leur imposer une quarantaine obligatoire de deux semaines à leur arrivée. Le plan d’évacuation concerne jusqu’à 200 000 Indiens actuellement bloqués. Des centaines de milliers d’autres migrants travaillent dans la région, des travailleurs pakistanais, sri lankais, népalais, soudanais et arabes bangladais, y compris des Égyptiens, occupant presque tous les postes non qualifiés mais aussi des postes qualifiés dans les États producteurs de gaz et de pétrole.

#0485 urban-fusions.fr

France : les mesures de contrôle, de fichage et de traçage de la population ont été annoncées pour l’après 11 mai.

France. Point sur les mesures de contrôle, de fichage et de traçage de la population annoncées pour l’après 11 mai.

Le gouvernement prévoit une prorogation jusqu’au 24 juillet de l’état d’urgence sanitaire instauré depuis le 22 mars. De nouvelles mesures sont annoncées concernant les mises en quarantaines, la “mise en quarantaine” devenant très proche d’une mesure de rétention administrative (avec intervention du JLD après 14 jours).

  • Quarantaine obligatoire pour les arrivants sur le territoire. Cette quarantaine, qui pourra durer trente jours concerne tout le monde, y compris les gens qui n’ont pas de symptômes. Pour ceux qui développeraient des symptômes, l’isolement sera obligatoire.
  • Isolement pour les personnes malades déjà sur le sol français, mais sans contrainte. –
  • isolement imposé pour les personnes testées positives, mais sans dispositions coercitives en cas de non-respect de cet isolement. Edouard Philippe avait expliqué le 28 avril : « Nous laisserons le choix à la personne testée positive de s’isoler chez elle, ce qui entraînera le confinement de tout le foyer pendant quatorze jours, ou bien de s’isoler dans un lieu mis à sa disposition, notamment dans des hôtels réquisitionnés. »
  • Lorsque ces mesures de quarantaine seront assorties d’une interdiction de sortie, le juge des libertés et des détentions pourrait être saisi ou se saisir lui-même à tout moment, et le sera systématiquement après quatorze jours de quarantaine.
  • Pas d’utilisation d’une application type STopCovid. Le traçage des contacts reposera sur les personnels autorisés à le faire par le gouvernement. « Ce qui nécessite le recours à la loi est de pouvoir permettre à des gens qui ne sont pas médecins d’accéder à ces informations, à titre exceptionnel, dans le cadre de la lutte que nous menons contre l’épidémie, a précisé M. Véran.”

Le ministre de la santé a distingué plusieurs types de « contact tracing » :

  • Le tracing de niveau 1, « exercé par les médecins, les professionnels de santé de premier recours en ville comme à l’hôpital, pour définir le premier cercle des cas, contacts potentiels de malades, ce qui a été fait d’ailleurs dans notre pays pendant le stade 1 ».
  • Le tracing de niveau 2, « organisé par l’Assurance-maladie. Il vise à enrichir la liste des contacts potentiels au-delà de ce premier cercle, de vérifier qu’aucune personne potentiellement malade n’ait pu échapper aux premier tracing et donner des consignes aux intéressés ».
  • Le tracing de niveau 3, « organisé, comme c’est le cas depuis le début de l’épidémie, par les Agences régionales de santé. Il s’agit d’aller identifier des chaînes de contamination des chaînes de transmission, ce qu’on appelait à un moment donné les clusters ».
  • La surveillance locale et nationale, « organisée, comme c’est déjà le cas par Santé publique France et par la direction générale de la santé ».
  • Le ministre a confirmé qu’un nouveau fichier national sera créé pour recenser toutes les personnes testées positives au SARS-CoV-2 par les laboratoires de biologie médicale, le fichier Sidep. L’autre base de données s’appellera Contact Covid ; elle sera inspirée du site de l’Assurance-maladie et « permettra notamment d’avoir les coordonnées des personnes à contacter ».

Les “brigades” du dispositif Covisan devraient être développées et mobilisées pour tracer les personnes contacts des infectés et les faire rentrer dans ce dispositif.

Pour ce qui est de la levée du confinement, elle va avec le fait d’étendre les pouvoirs de verbalisation à plusieurs catégories d’agents qui pourront, dès le 11 mai, « constater le non-respect des règles de l’urgence sanitaire et le sanctionner » : les adjoints de sécurité, les gendarmes adjoints volontaires, les réservistes de la police et de la gendarmerie nationale, les agents de sécurité assermentés dans les transports, les agents des services de l’autorité de la concurrence pour les commerces.

#0470 Source lemonde.fr

France, Toulouse : le tribunal administratif refuse de rouvrir les points d’eau de la ville pour les personnes sans abris

France, Toulouse. En pleine crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, cinq associations caritatives qui dénonçaient le manque d’accès à l’eau et à des sanitaires, pour les personnes vivant dans des bidonvilles ont vu leur demande refusée par le tribunal administratif. Selon leurs constatations, près de 2 500 personnes vivent actuellement dans la rue ou dans des habitats précaires à Toulouse. Les associations demandaient de rouvrir “toutes les bornes fontaines et celles des sanisettes publiques, nettoyées et désinfectées régulièrement, avec savons ou désinfectants à l’intérieur”. Elles demandaient aussi pour les squats et les bidonvilles le “raccordement à un point d’eau avec des robinets en nombre suffisant et espacés” et “le ramassage régulier des ordures ménagères et des encombrants” .

#0482 Source francetvinfo.fr

France, Vienne : les préfectures continuent à délivrer des OQTF

France, Vienne. Pandémie ou pas, les préfectures poursuivent leur travail administratif d’examen des dossiers d’immigration et distribuent des Obligations de quitter le territoire français (OQTF). Ainsi, dans la Vienne, quatre jeunes majeurs, tous africains, viennent de se voir refuser leur titre de séjour. Certains centres de rétention continuent par ailleurs à fonctionner malgré la fermeture des frontières et les cas de Covid19 qui y sont constatés.

#0479 Source france3-regions.francetvinfo.fr

France, Cholet : le tribunal administratif annule pour la deuxième fois le couvre-feu que le maire de la ville, Gilles Bourdouleix, connu pour avoir dit qu’Hitler n’avait «peut-être pas tué assez» de tziganes, tient absolument à instituer en plus du confinement

France, Cholet. Le tribunal administratif annule pour la deuxième fois le couvre-feu entre 21h, puis 22h et 5h du matin que le maire de la ville tient absolument à instituer en plus du confinement. Ce même maire, Gilles Bourdouleix (ex-UDI) avait été condamné en 2014 pour apologie de crime contre l’Humanité, après avoir dit que Hitler n’avait «peut-être pas tué assez» de tziganes alors qu’il intervenait sur un terrain occupé par plus d’une centaine de caravanes de gens du voyage. Plusieurs maires de Vendée ont également pris des arrêtés de couvre-feu, à La Roche-sur-Yon, Fontenay-le-Comte et Luçon. Le Conseil d’État avait désavoué le maire de Sceaux dans les Hauts-de-Seine le 17 avril. Ce maire voulait imposer le port du masque à la population. Mais dans le cadre de la pandémie de coronavirus, le Conseil d’État avait indiqué que “les maires ne peuvent, de leur propre initiative, prendre d’autres mesures que celles décidées par l’État”.

#0450 Source france3-regions.francetvinfo

Bangladesh : deux millions de migrants bangladais, ballottés au gré des besoins économiques, pourraient être rapatriés depuis divers pays où il émigrent pour trouver du travail.

Bangladesh. Deux millions de migrants bangladais pourraient être rapatriés par divers pays où il émigrent pour trouver du travail. Ils sont douze millions de Bangladais à travailler à l’étranger. Déjà, l’Arabie saoudite et le Koweït ont procédé, par charter, au retour d’un millier d’entre eux. « Des États qui emploient ces migrants ont demandé au gouvernement bangladais d’envoyer des avions pour rapatrier ceux dont ils n’ont plus besoin. Si le Bangladesh ne le fait pas, ils ont menacé de ne plus faire appel à l’avenir à ses travailleurs », l’ONG Okup qui aide les migrants. Certains pays gèrent la question autrement : le Bahreïn a promis de légaliser temporairement ceux qui n’avaient pas de visas de travail. Singapour se serait engagé à payer le salaire des migrants sans emploi tout en les enfermant dans des foyers avec une assistance médicale. L’Italie a décidé de donner des papiers ( très provisoires !) aux 600 migrants bangladais arrivés sur ses côtes. Elle va les employer pour les récoltes, car l’Italie n’a plus de travailleurs saisonniers venant de l’Europe de l’Est.

#0435 Source lacroix.com

France : un arsenal de dispositifs de contrôle délirants sont proposés aux universités pour organiser la télésurveillance des examens.

France. Dans le contexte de la pandémie, le gouvernement recommande officiellement aux établissements d’enseignement supérieur la télésurveillance des examens à l’aide de dispositifs invasifs et discriminants : reconnaissance faciale, vidéosurveillance par webcam et smartphone, détection de bruits suspects… La fiche n°6 du document transmis aux université en mars 2020 pour gérer le télétravail dans les université, intitulée « Évaluer et surveiller à distance », indique que « les examens écrits nécessitent une télé-surveillance particulière qui permet de vérifier l’identité de l’étudiant et d’éviter les fraudes. Ils nécessitent donc un recours à des services de télésurveillance ». Le document recommande ensuite aux établissements une liste de fournisseurs de services « qui ont l’habitude de travailler avec des établissements d’enseignement supérieur ». Quelques exemples de l’arsenal préconisé :

  • Managexam propose des solutions de surveillance audio et vidéo, avec « prise de photos fréquentes, régulières ou aléatoires » ou « vidéo captée en continue ». Sur son site, l’entreprise promet de repérer « automatiquement les anomalies pouvant survenir dans la session d’évaluation grâce à une recherche et une classification visuelle de l’environnement des candidats
  • Proctorexam, qui propose une « technologie avec deux prises de vues simultanées sur l’étudiant (webcam+appli smartphone) » et Evalbox, qui propose « des algorithmes d’analyse comportementale pour détecter les comportements suspicieux »
  • TestWe, solution qui revient souvent dans les média, offre un système de photographie de la carte d’étudiant ou d’identité par webcam « pour vérifier que la bonne personne est en face de l’écran ». Son PDG, Benoît Sillard, se vante également de mettre « en place actuellement un système à double caméras, celle de l’ordinateur qui filme par l’avant, et celle de votre smartphone qui filme l’ensemble de la pièce, pour vérifier qu’il n’y a pas un deuxième ordinateur ou quelqu’un en train de vous souffler »
  • Smowl qui « utilise un algorithme de reconnaissance automatique des visages pour vérifier l’identité de l’utilisateur en ligne et un système qui détecte les comportements incorrects ».

L’Université de Caen-Normandie utilise ce genre de dispositifs depuis 2017, ainsi que la Sorbonne. Le contexte de la pandémie provoque une démultiplication leur utilisation et plus de 50 universités et écoles seraient en train d’envisager ce type de procédés.

#0415 laquatradure.net

Malawi : une décision judiciaire annule le confinement de la population décrété le 15 avril par le président

Malawi. Une décision judiciaire annule le confinement de la population décrété par le président le 15 avril, qui a suscité des manifestations et affrontements, en particuliers de la part des commerçants pauvres. Ce pays d’Afrique australe a été l’un des derniers du continent à détecter des malades du Covid-19 avec officiellement une vingtaine de cas en date du 30 avril. Saisie par la Coalition pour la défense des droits de l’homme (HRDC), le 17 avril, “la haute cour de justice a pris la décision inédite de suspendre la décision du gouvernement tant que rien ne serait fait pour les plus pauvres”.

#0452 courrierinternational.com

Amérique du Sud : plusieurs Etats en appellent à Dieu et aux prières collectives pour endiguer le Coronavirus

Brésil, Bolivie, Nicaragua, Mexique, Vénézuela, Salvador. En Amérique du Sud, plusieurs Etats appellent Dieu à la rescousse et invitent à des réunions de prière qui peuvent encourager le développement de la pandémie. Le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé la nomination d’André de Almeida Mendoça, avocat et pasteur presbytérien, comme nouveau ministre de la Justice et de la Sécurité publique, à la place de Luz Henrique Mandetta, qui a préconisé la quarantaine dans les grandes villes, et voulu interdire les réunions organisées par les églises évangéliques. Il a aussi appelé la population à des journées de jeûne collectif et de prière pour libérer le Brésil de l’épidémie de coronavirus. Au Nicaragua, les appels au sacré sont quotidiens. Le président, le 15 avril, a déclaré que la pandémie était « un signe de Dieu » pour changer le monde et son épouse et vice-présidente Rosario Murillo, apparaît chaque jour pour appeler à la protection divine de l’au-delà. Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador a demandé aux habitants de porter sur eux des amulettes et des images pieuses pour arrêter le coronavirus. Le président du Salvador, Nayhid Bukele, a déclaré en février qu’il avait parlé directement à Dieu. Le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a encouragé il y a quelques semaines l’organisation d’une chaîne de prière pour l’obtention d’un vaccin définitif contre le covid-19.

#0450 Source 14ymedio

Sierra Leone, Freetown : émeute et incendie dans la prison centrale ainsi que dans la prison de Pademba Road

Sierra Leone, Freetown. Une émeute au cours de laquelle un incendie s’est déclaré a éclaté dans la prison centrale de la capitale après la confirmation d’un cas de coronavirus. Plus tôt mercredi, des détenus de la prison de Pademba Road avaient incendié des bâtiments pour protester contre la police et les forces de sécurité, selon le ministre de l’information du pays.

#0426 Source aljazeera.com

Etats Unis : les migrants qui se présentent à la frontière avec le Mexique sont systématiquement refoulés

Etats Unis. Les États Unis refoulent vers le Mexique tous les migrants qui se présentent à la frontière entre les deux pays. Ce procédé, justifié par la lutte contre la pandémie de Covid-19, contredit les accords conclus en 2019 et qui faisait du Mexique l’antichambre de l’examen des demandes d’asile aux États-Unis.

#0403 courrierinternational.com

Lybie : l’ONU estime que la Lybie a refoulé près de 1500 migrants depuis début janvier.

Lybie. L’Onu estime que la Libye a refoulé près de 1500 migrants depuis début janvier, en violation de ses obligations internationales. Les près de 1500 migrants et réfugiés refoulés ont été acheminés vers au moins quatre pays, a précisé à la presse un porte-parole du HCDH. Il explique qu’il n’a pas été clarifié qui est migrant ou demandeur d’asile. L’Onu redoute davantage de refoulements à l’avenir. Comme les ports sont fermés et les opérations de sauvetage suspendues, la plupart de ces refoulement conduisent les migrants à errer en méditerranée dans des conditions souvent fatales.

#0401 www.rtbf.be

France, Cannes : dans les rues et sur les marchés de Cannes, des caméras vérifient si les passants sont bien masqués.

France, Cannes. Dans les rues et sur les marchés de Cannes, des caméras vérifient si les passants sont bien masqués. La mairie fait appel à la technologie de la start-up Datakalab, qui sera aussi déployée dans les bus, pour « évaluer le port du masque avant la sortie du confinement ». La surveillance dure déjà de manière expérimentale depuis trois jours sans information préalable des habitants : depuis le 23 avril, des algorithmes sur de petites caméras comptabilisent le nombre de porteurs de masques et ceux qui en sont dépourvus. Sur un des dispositifs, un petit texte indique : « Vous pouvez vous opposer au traitement en faisant un ‘non’ de la tête ». Datakalab, société spécialisée dans l’intelligence artificielle, déclare être prête à proposer ses services « partout, dans l’espace public, les hôpitaux, les transports, les gares, les aéroports, les centres commerciaux ou les stades ».

#0389 Source 20minutes.fr

France, Haute garonne : la préfecture interdit la vente de carburant dans des jerricans et bidons après les incendies volontaires et incidents de ces derniers jours dans l’agglomération toulousaine

France, Haute garonne. La préfecture annonce l’interdiction de vente de carburant dans des jerricans et bidons après les incendies volontaires et incidents de ces derniers jours dans l’agglomération toulousaine. L’arrêté préfectoral précise que “l’achat et la vente au détail, l’enlèvement ou le transport de tout carburant, par jerricans, cubitainers, bidons, flacons ou récipients divers, sont interdits” dans toutes les stations-service de Haute-Garonne. Seule exception à cette règle : la vente de carburant pour les appareils de chauffage individuels.

#0387 Source ladepeche.fr

Salvador, Izalco : quand la pénitentiaire passe de l’inhumain à l’innommable…

Salvador, Izalco. Des images profondément choquantes montrent ce qui se passe dans les prisons du pays. Les détenus de la prison ont été entassés l’un à côté de l’autre après que le président Nayib Bukele a ordonné un verrouillage de 24 heures des prisons contenant des membres de gangs. Les prisons du pays sont placés en état d’urgence, avec des mesures répressives accentuées : « dès ce moment, nous allons travailler à la mise en place d’un nouveau régime pénitentiaire dans tous les centres pénitentiaires du pays », a prévenu Osiris Luna Meza, vice-ministre de la Justice en charge des prisons. Le gouvernement affirme qu’il s’agit de lutter contre les gangs qui profiteraient de la situation liée à l’épidémie pour commanditer des meurtres depuis les prisons. Vendredi 24 avril par exemple, 22 personnes auraient été tuées par les gangs dans les rues du pays. Des organisations de défense des droits de l’homme du pays ont fait campagne contre les mesures prises dénonçant en particulier le fait que certaines détentions ont lieu sans passage devant un tribunal. La Cour constitutionnelle du pays a décidé de libérer certaines personnes détenues illégalement mais le président continue à défendre le fait que la police puisse de son propre chef détenir des personnes les envoyer en quarantaine… en prison.

#0405 Source rfi.fr

Ukraine, Dnipro : pour inciter les habitants de sa ville à respecter le confinement, le maire leur fait creuser des centaines de tombes

Ukraine, Dnipro. Pour inciter les habitants de sa ville à respecter le confinement, le maire leur fait creuser des centaines de tombes et prépare ostensiblement 2000 sacs mortuaires. La ville compte 13 cas et pour l’instant aucun décès mais le maire veut faire comprendre qu’il se prépare au pire.

#0353 Source ouestfrance.fr

Singapour : explosion du nombre de cas d’infection dans les dortoirs pour travailleurs étrangers qui se retrouvent confinés dans des conditions épouvantables

Singapour. Explosion du nombre de personnes infectées par le coronavirus dans les dortoirs des travailleurs étrangers qui vivent dans des conditions sanitaires déplorables et se retrouvent confinés donc enfermés dans leurs logements surpeuplés. Les tests effectués ont révélé, lundi 20 avril, que 1 400 ouvriers étaient porteurs du virus. Le lendemain, 1 111 cas de plus étaient décelés, portant à 10 141 le nombre de cas positifs sur le territoire. Le premier ministre Lee Hsien Loong a annoncé le 21 avril, que les mesures de restrictions au commerce, aux affaires et à la scolarité seraient prolongées jusqu’au 1er juin. Il en a profité pour faire passer un message en dépit de la réalité : « Je voudrais insister à nouveau, à l’adresse des travailleurs étrangers, que nous prenons soin d’eux comme nous prenons soin des Singapouriens. »

#0341 Source Le Monde du 24/04

Maroc : l’état d’urgence est prolongé jusqu’au 20 mai, recensement de force des sans abris dont 3000 sont placés en confinement

Maroc. L’état d’urgence vient d’être prolongé jusqu’au 20 mai. Trois mille personnes sans domicile fixe, considérées comme les plus exposées à la pandémie liée au coronavirus ont été placés en confinement. Un recensement des sans abris a commencé, qui cause des résistances dans la mesure où beaucoup sont sans papiers et refusent de se faire contrôler. « Je sais que le coronavirus peut me tuer, mais si je me rends aux autorités, j’ai peur qu’elles me rapatrient une fois le confinement terminé », témoigne un jeune Malien sans papiers.

#0340 Source Le Monde du 24/04

Hongrie : 10 000 patients non Covid brutalement mis à la porte des hôpitaux pour libérer des lits

Hongrie. Dans ce pays peu touché jusqu’ici par l’épidémie, le gouvernement multiplie les mesures spectaculaires face à un premier pic de mortalité en particulier dans les Ehpad. Des militaires ont été déployés auprès des directeurs d’hôpitaux et dans les directions d’entreprises jugées stratégiques, comme les supermarchés Auchan ou le pétrolier MOL. Avant le week­end de Pâques, les hôpitaux ont reçu l’ordre de libérer du jour au lendemain plus de 10 000 lits. Cette décision a déclenché des situations dramatiques avec des personnes en maladies chroniques brutalement mises à la porte d’hôpitaux. Le 30 mars, le gouvernement a fait voter un état d’urgence lui permettant de légiférer par décret sans limite de durée.

#0339 Source Le Monde du 24/04

France : expérimentation du dispositif Covisan faire des tests à domiciles aux personnes identifiées comme potentiellement contaminantes

France. L’AP­HP expérimente le dispositif Covisan pour identifier et isoler les personnes potentiellement contaminantes, à partir de quatre sites pilotes. Des unités mobiles testent les familles et les individus à domicile, à partir des contacts que les personnes identifiées comme infectées ont pu avoir. Lancé mercredi 15 avril à la Pitié ­Salpêtrière, il est désormais également testé à Bichat (18e) et Louis ­Mourier à Colombes, et depuis le 22 avril à Avicenne à Bobigny. Robert ­Debré (19e) et l’Hôtel­ Dieu (4e) doivent le rejoindre en fin de semaine.

Continuer la lecture de « France : expérimentation du dispositif Covisan faire des tests à domiciles aux personnes identifiées comme potentiellement contaminantes »

Singapour : le traçage devient surveillance de masse avec le nouveau dispositif SafeEntry qui devient obligatoire pour pénétrer dans les bâtiments publics et devrait être utilisée dans les centres commerciaux, les entreprises, les gares et les parcs, alors que TraceTogether n’a pas eu le succès escompté puisque seulement 20% de la population l’a téléchargé.

Singapour. Dans le premier pays à avoir lancé le pistage par smartphone, le traçage s’intensifie en surveillance de masse avec un nouveau dispositif baptisé SafeEntry. Le programme TraceTogether utilisé jusque là n’était pas obligatoire et, malgré le fait qu’il soit rendu nécessaire pour certains déplacements, peu de personnes se sont finalement soumis à le télécharger et à l’utiliser, puisque seulement 20% des 5,6 millions habitants de la cité-Etat l’avaient utilisé alors que le gouvernement espérait un téléachargement par 60%grâce au chantage à la pandémie. Avec SafeEntry, la contrainte et le contrôle s’intensifient puisqu’il devient obligatoire de s’enregistrer, pour pénétrer dans un bâtiment public ou en sortir, en scannant, sur un smartphone, un QR code. Cette obligation sera étendue aux centres commerciaux et aux entreprises dès le 12 mai, et le gouvernement veut aussi que les gares et les parcs soient équipés de tels lecteurs de codes QR. Cette application, qui devient obligatoire, permet le recueil des coordonnées complètes – du nom au numéro de téléphone – ainsi que des déplacements de l’ensemble de la population.

#0524 Source letemps.ch

Afrique du Sud : 73 000 soldats supplémentaires doivent être déployés pour faire respecter le confinement dans les bidonvilles

Afrique du Sud. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa prévoit de déployer plus de 73.000 soldats supplémentaires pour faire respecter le confinement, en particulier dans les bidonvilles et les quartiers les plus pauvres. Depuis le 27 mars, les 57 millions de Sud-Africains sont soumis à un confinement très strict contrôlé par la police et l’armée. Faire du jogging, promener son chien et vendre de l’alcool sont interdits jusqu’à fin avril.

#0311 Paru sur today.rtl.lu le 15 avril 2020

Kenya : généralisation des procès “connectés” à la place des audiences classiques grâce à un logiciel produit par Microsoft.

Kenya. Depuis le début de l’épidémie dans le pays en mars, la Justice ne s’arrête pas. Le président de la Cour Suprême David Maraga se réjouit dans sa dernière conférence de presse de l’utilisation depuis le 15 mars par les cours de justice de vidéo-conférences et emails pour maintenir les procès. Il ordonne la généralisation des procès connectés. L’entreprise Microsoft a donné accès à son logiciel Microsoft Word pour six mois au Ministre de la Justice pour aider à l’informatisation des procédures pénales.

#0332 Source thebrief.co.ke

Mexique : loi d’amnistie pour désengorger les prisons

Mexique. Une loi d’amnistie est votée pour désengorger les prisons afin d’éviter les contagions. La crise du Covid-19 accélère la libération de milliers de condamnés mais seulement ceux qui le sont pour des délits mineurs. Sont exclus les homicides, les enlèvements, le trafic d’êtres humains et les usages d’armes à feu. Seuls seront libérés les détenus non récidivistes de délits de « vol sans violence », de « production, transport ou possession de drogue, sans visée de distribution » et d’« interruption volontaire de grossesse ».

#0309 Source : lemonde.fr

Royaume-Uni. L’un des plus grands fournisseurs de produits frais du Royaume-Uni, G’s Fresh, a déclaré qu’il avait affrété un avion pour amener des travailleurs au Royaume-Uni depuis la Roumanie.

Royaume-Uni. L’un des plus grands fournisseurs de produits frais du Royaume-Uni, G’s Fresh, a déclaré qu’il avait affrété un avion pour amener des travailleurs au Royaume-Uni depuis la Roumanie jeudi “afin de s’assurer que nous avons suffisamment de travailleurs agricoles saisonniers pour continuer à nourrir notre nation”, a déclaré Air Charter Service à CNN. Les précautions sanitaire de ces vols et les conditions des emplois promis sont honteuses…

#0275 Paru sur ze-mag.info

Italie : dans l’optique d’un déconfinement prochain, l’application “Immuni” est choisie par le gouvernement italien pour tracer les contacts des personnes infectées.

Italie. Dans l’optique d’un déconfinement prochain, l’application “Immuni” est choisie par le gouvernement italien pour tracer les contacts des personnes infectées. Elle sera, d’après la novlangue en cours, “presque obligatoire”, puisque le fait de ne pas l’utiliser interdirait certains déplacements. Il est question que l’application prenne la forme d’un bracelet pour les personnes âgées, peu habituées aux smartphones mais plus exposées aux risques de Covid 19.

#0279 Paru sur corrierer.it le 19 avril 2020

Italie, Campo Roya : double enfermement pour 200 personnes confinées dans un camp pour migrants à la frontière italienne

Italie, Campo Roya. Dans ce camps pour migrants, géré par la Croix Rouge italienne avec le soutien de la Croix-Rouge monégasque, situé à la frontière franco-italienne près de Nice, plus de 200 personnes sont complètement confinées, en plus d’être enfermées. Cela fait suite au fait qu’un des demandeurs d’asile a été testé positif au COVID-19.

#0274 Paru sur france3-regions.francetvinfo.fr

Grèce : plusieurs mesures viennent d’être décidées pour éviter la catastrophe sanitaire d’une diffusion du virus dans les camps de migrants où la situation est critique.

Grèce. Plusieurs mesures viennent d’être décidées pour éviter la catastrophe sanitaire d’une diffusion du virus dans les camps de migrants où la situation est critique. A partir de dimanche, la Grèce va transférer vers sa partie continentale des centaines de migrants hors des camps surpeuplés de Lesbos , Chios et Samos. Le ministère en charge des migrations a précisé qu’il s’agissait d’évacuer 2.380 personnes vers des appartements, des hôtels ou d’autres camps de réfugiés. L’opération qui vise « à réduire le risque d’une flambée » de contaminations, selon le ministère, concerne les plus « vulnérables », soit 200 demandeurs d’asile âgés de plus de 60 ans mais aussi un ensemble de 1.730 personnes souffrant de maladies antérieures à l’épidémie avec leurs proches. Une goutte d’eau au regard de la masse des 36.000 migrants qui survivent depuis des années sur ces îles dans des conditions d’hygiène désastreuses.

#0278 Paru sur lesechos.fr le 17 avril 2020

France : l’état commande 650 drones pour un total de 4 millions d’euros pour les besoins de “la sécurité intérieure”.

France. L’état commande 650 drones pour un total de 4 millions d’euros pour les besoins de “la sécurité intérieure”. On peut être certain que les machines seront utilisées durant le confinement du COVID-19 mais également pour la gestion des manifestations, des mouvements sociaux ou des révoltes urbaines.

#0232 Paru dans le parisien du 16 avril 2020

Corée du Sud : contrôle avec bracelets électroniques des personnes infectées qui ne respectent pas le confinement.

Corée du Sud. Les personnes qui ne respectent pas l’auto-confinement imposé aux individus infectés seront équipés de bracelets électroniques connectés à leur téléphone portable via une application pour s’assurer qu’ils respectent le couvre-feu et restent à proximité de leur téléphone portable.

#0208 Source : 20minutes.fr

Chili : 800 boliviens sont enfermés en quarantaine à Colchane dans le Nord du pays.

Chili, Colchane. 800 Boliviens, coincés à la frontière chilienne depuis plusieurs jours, vont être placés en quarantaine au Chili avant de pouvoir rentrer dans leur pays, conformément à un accord conclu entre les deux pays. Ils sont depuis une semaine bloqués dans des campements de fortune dans la petite localité frontalière de Colchane (nord du Chili). Il y a plusieurs jours, certains avaient tenté de forcer le passage pour entrer en Bolivie, mais des militaires boliviens les en avaient empêchés. Des affrontements avaient fait au moins deux blessés. Le Chili et la Bolivie ont conclu un accord prévoyant que ces migrants soient placés en quarantaine dans la ville côtière chilienne de Iquique, à 250 km à l’ouest de Colchane.

#0220 Source : voaafrique.com

France, Ile de France : le tribunal administratif de Paris interdit l’accueil de nouveaux retenus durant les 14 prochains jours

France, Ile de France. Alors que plusieurs cas de coronavirus ont été détectés au CRA de Vincennes, le tribunal administratif de Paris, saisi par plusieurs associations, interdit l’accueil de nouveaux retenus durant les 14 prochains jours. A ce jour, 48 personnes sont encore retenues au CRA de Vincennes dont l’un des deux bâtiments a été fermé dans le contexte de l’épidémie.

#0217 Source : infomigrants.net

Etats-Unis, Florida. Le gouverneur de Floride, DeSanti, assure par décret que la machine à expulser américaine fonctionnera bien à plein régime même durant l’épidémie.

Etats-Unis, Florida. Le gouverneur de Floride, DeSanti, assure par décret que la machine à expulser américaine fonctionnera bien à plein régime même durant l’épidémie. Le décret améliore la coordination entre l’agence de répression de l’immigration (ICE) et les shérifs des différentes région de l’Etat. Le gouverneur de Floride est responsable de 58 prisons dont 49 sont privées.

#0195 Paru sur orlandoweekly.com le 14 avril 2020

Turquie : le gouvernement de l’AKP annonce la mise en place d’un décret qui pourrait permettre la “libération” d’environs 90 000 prisonniers. Libération soumise à condition qui exclue de fait les opposants politiques.

Turquie. Le gouvernement de l’AKP annonce la mise en place d’un décret qui pourrait permettre la “libération” de 90 000 prisonniers. Nombre de prisonniers, notemment les opposant politiques du régime sont incarcérés pour des faits dit de “terrorisme” et sont donc non libérable par ce décret.

#0269 Paru sur france24.com le 14 avril 2020

France, Saint Maurice : un site d’accueil «Covid précaire» ouvre dans l’enceinte de l’hôpital Esquirol pour héberger les sans abris ou résidents des foyers atteints du Covid19

France, Saint Maurice (Val de Marne). Un site d’accueil «Covid précaire» ouvre dans l’enceinte de l’hôpital Esquirol à Saint-Maurice pour héberger les sans abris ou résidents des foyers atteints du Covid19. Dans le département du Val-de-Marne, près de 8000 personnes sont logées dans des structures collectives de type centres d’hébergement d’urgence, centres d’accueil de demandeurs d’asile ou encore foyers de travailleurs migrants. «Depuis la semaine dernière, une équipe mobile de médecins déployée par l’Agence régionale de santé d’Île-de-France intervient dans les structures d’hébergement collectif où des individus présentant des symptômes de Covid 19 sont signalés», explique la directrice de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement du 94, Catherine Larrieu.

#0223 Source : 94.citoyens.com

Allemagne, Berlin : mise en place de vols aériens spéciaux pour les travailleurs étrangers saisonniers

Allemagne, Berlin. Mise en place de vols aériens spéciaux pour les travailleurs étrangers saisonniers en provenance de Roumanie et de Bulgarie qui viennent travailler dans l’agriculture, et qui sont soupçonnés d’être potentiellement infectés du Covid19 mais dont le travail est nécessaire pour l’agriculture allemande. Après le scandale des images d’un vol où aucune précaution sanitaire n’est prise, l’Allemagne déclare limiter à 80 000 le nombre de saisonniers qui pourront venir travailler en Allemagne en avril et en mai, et met en place quelques mesures sanitaires (essentiellement une prise de température à l’arrivée). Des syndicats de paysans protestent contre le fait que les saisonniers sont logés à plusieurs par chambre et demandent qu’on leur interdise l’entrée du pays et qu’on recrute des saisonniers allemands.

France. La situation des foyers, centres d’hébergement, gymnases ou squats suscite l’attention des autorités sanitaires, particulièrement en Ile-de-France, où se concentrent les difficultés

France. La presse affirme que “La situation des foyers, centres d’hébergement, gymnases ou squats suscite l’attention des autorités sanitaires, particulièrement en Ile-de-France, où se concentrent les difficultés. ” L’Etat a mis au point une stratégie dite “de desserrement” des structures jugées à risque – c’est-à-dire où l’isolement des malades est impossible –, et réquisitionné à cet effet 8 200 places d’hôtel dans la France entière, dont 5 500 en Ile-de-France. Quatre-vingts centres d’hébergement Covid, pour l’accueil des malades sans-abri ou provenant des centres d’hébergement mais n’ayant pas besoin d’être hospitalisés ont aussi été ouverts. En Ile-de-France, 150 des 445 places “Covid” sont occupées. Deux grands centres sportifs, l’Insep, dans le bois de Vincennes, et le Creps, à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), jouent aussi le rôle de sas pour extraire au plus vite les suspectés malades, le temps de les tester.

#0194 Paru Le Monde du 12-13-14/04/2020

Irlande du Nord : un formulaire pour dénoncer le non respect du confinement

Irlande du Nord. La police nord-irlandaise lance un formulaire en ligne où les citoyens peuvent dénoncer les personnes enfreignant les consignes officielles de distanciation sociale en pleine pandémie. Ce formulaire permet de signaler des personnes effectuant des déplacements « non essentiels », des réunions publiques ou privées de personnes n’appartenant pas au même ménage ou des bars restant ouverts malgré les interdictions en vigueur depuis le 28 mars. La police nord-irlandaise peut infliger une amende de 60 livres (environ 68 euros) en cas de non-respect des consignes de distanciation sociale, un montant qui peut être doublé si la violation se répète, avec un maximum de 960 livres.

#0336 Source lavoixdunord.fr

Allemagne, Saxe : La Saxe veut interner en clinique psychiatrique quiconque refuse de respecter la mise en quarantaine à domicile

Allemagne, Saxe. La Saxe veut interner en clinique psychiatrique quiconque refuse de respecter la mise en quarantaine à domicile. 22 chambres dans les cliniques psychiatriques d’Altscherbitz, Arnsdorf, Großschweidnitz et Rodewischauraient été réquisitionnées et préparées pour interner les réfractaires au confinement. “Il est important pour toute notre santé et notre vie que les gens respectent les ordres de mise en quarantaine des autorités sanitaires”, a expliqué la ministre des Affaires sociales, Petra Köpping (SPD). Cette initiative est couverte par l’article 30 de la loi fédérale sur la protection contre les infections. Cette disposition stipule que toute personne qui ne respecte pas ces ordres ou qui, sur la base d’un comportement antérieur, est censée ne pas les respecter, doit être “séparée de force par enfermement dans un hôpital fermé ou une partie fermée d’un hôpital”. L’homme politique et avocat des Verts de Leipzig Jürgen Kasek se prononce également en faveur de cette mesure, mais avec des réserves : “Et surtout, elle doit être proportionnée”. Le 11 avril, le chef du gouvernement revient sur cette décision “car ça a réveillé de fausses inquiétudes chez trop de personnes”. Le gouvernement réfléchit à d’autres mesures de placement. A suivre…

#0244 Source : welt.de

France : l’Etat dans un souci de réactivité étend à l’ensemble des préfets un droit de dérogation.

France. L’Etat, dans un souci de réactivité, a étendu à l ensemble des préfets un droit de dérogation. Expérimenté depuis 2 ans et demi sur une partie du territoire, il permet à ces hauts représentants de L’Etat en région de déroger ponctuellement aux réglementations nationales dans des domaines spécifiques : aménagement du territoire et politique de la ville, emploi et activité économique, environnement, agriculture, forêt. Ces dérogations peuvent avoir beaucoup d’importance en période d’urgence sanitaire, quand le pouvoir gestionnaire au plus près de chacun s’intensifie…

#0271 Paru sur le monde.fr le 8 avril 2020

France, Nimes : situation inquiétante au centre éducatif fermé où toutes les activités sont déjà suspendues depuis 4 mois

France, Nimes. La suspension totale des activités proposés aux jeunes incarcérés au centre éducatif fermé est prolongée alors qu’elle dure déjà depuis 4 mois. Durant l’état d’urgence sanitaire, les juges pour enfant peuvent prolonger jusque quatre mois les enfermements de mineurs qui arriveraient à terme…

#0080 Paru dans La Gazette de Nimes et sur Légifrance. 

Royaume Uni, Oxford. Des travaux ont commencé dans la base militaire désaffectée de la RAF Upper Heyford, dans l’Oxfordshire, au Royaume-Uni.

Royaume Uni, Oxford. Des travaux ont commencé dans la base militaire désaffectée de la RAF Upper Heyford, dans l’Oxfordshire, au Royaume-Uni. Deux hangars sont d’ores et déjà prêts à stocker chacun 600 corps, mais le lieu pourrait être agrandi pour accueillir plus de 5.000 corps, d’après un ouvrier travaillant sur ce chantier.

#0072 Paru sur sudinfo.be le 6 avril 2020

Maroc. Annonce de la “Libération” de plus de 5000 détenus dans les prisons marocaines.

Maroc. Annonce de la “Libération” de plus de 5000 détenus dans les prisons marocaines. Ces “libérations” ont évidement été choisies sur des critères de bonnes conduites et d’état de santé et seront assortis d’une “surveillance particulière” et une assignation à résidence . La libération se fera “par étapes” ce qui laisse à penser que certaines de ces “libérations” peuvent ne pas être effectives avant un bout de temps.

#0049 Source : senego.com

France. Le conseil d’Etat valide la prolongation de la détention provisoire sans intervention d’un juge.

France. Le conseil d’Etat valide la prolongation de la détention provisoire sans intervention d’un juge. Cette disposition exceptionnelle de l’état d’urgence sanitaire permet que les détenus non jugés, et donc présumés innocents, puissent ainsi être maintenus en prison au-delà du temps jusque là limité, deux ou trois mois de plus selon les cas, et six mois pour les procédures criminelles. Il s’agit d’éviter des annulations de procédures liées au retard pris dans les audiences à cause du manque de personnel en fonction, tout en maintenant refusant de libérer les prévenus…

#0047 Source : Le Monde du 04/04/2020

France, Ile de France. Depuis le début de la crise du coronavirus, 29 personnes âgées ont trouvé la mort dans les 15 Ehpad gérés par la Ville de Paris

France, Ile de France. Depuis le début de la crise du coronavirus, 29 personnes âgées ont trouvé la mort dans les 15 Ehpad gérés par la Ville de Paris. Hier, la municipalité recensait 223 personnes malades du virus sur 2000 pensionnaires. Par ailleurs, chez le personnel, il manque une centaine de personnes (garde d’enfants, maladie) ce qui complique le fonctionnement des structures. Le préfet de la région Ile-de-France et préfet de Paris, Michel Cadot, sur proposition de la présidente LR de la région, Valérie Pécresse, vient de décider de réquisitionner le lycée Guillaume-Tirel pour “héberger et confiner dignement des personnes vulnérables et contribuer au desserrement des centres d’hébergements d’urgence franciliens”. Le lieu pourra accueillir une cinquantaine de personnes.

#0026 Le Parisien IDF du 03/04/2020

Pérou, Panama : les deux pays ont mis en place pendant le confinement des sorties alternées selon que les habitants sont des hommes ou des femmes, la communauté des personnes transgenres craint des arrestations

Pérou, Panama. Pour restreindre les circulation en période d’épidémie, les deux pays mettent en place des sorties alternées selon que les habitants sont des hommes ou des femmes. Au Panama, la communauté des personnes transgenres craint des arrestations. Les contrôles se sont multipliés dans les rues de la capitale. Des vigiles contrôlent aussi l’identité des clients à l’entrée des supermarchés. Le président du Pérou a souligné que les militaires et policiers qui patrouillent devraient “respecter les homosexuels et transsexuels”.

#0963 vu sur www.voaafrique.com

France : une ordonnance du ministère de la Justice prolonge les délais maximum de détention provisoire de trois à six mois selon la gravité des infractions.

France. Une ordonnance du ministère de la Justice prolonge les délais maximum de détention provisoire de trois à six mois selon la gravité des infractions. Nicole Belloubet, dans sa circulaire d’interprétation de l’ordonnance a décidé qu’en fait, “toutes” les détentions provisoires étaient “de plein droit” prolongées. D’un claquement de doigts, une circulaire vient de prolonger le titre de détention de 21000 détenus.

#0031 Source : Libération du 03/04/2020, “Qui es-tu, Nicole Belloubet, blablabla”

France, Ile de France. Réquisition d’un batiment de Rungis.

France, Ile de France. Face au grand nombre de décès survenus et à venir en Ile-de-France à cause du coronavirus, la préfecture de police de Paris a pris la décision de réquisitionner un bâtiment du marché de Rungis, dans le Val-de-Marne, pour le transformer en morgue. Les premiers cercueil seront accueillis le 3 avril. Lors de la canicule de l’été 2003, un entrepôt réfrigéré de Rungis avait déjà été réquisitionné, pour faire face au grand nombre de décès. Il s’agissait d’un lieu fermé de 4000 mètres carrés où la température ne dépasse pas les 5°C.

# 0023Paru sur BFM le 2 avril 2020

Indonésie, Java : dans le département de Sragen, ceux qui ne respectent pas le confinement sont mis en quarantaine dans des “maisons hantées”.

Indonésie, Java. Les Indonésiens du département de Sragen qui ne respectent pas le confinement sont condamnés à être enfermés dans des “maison hantée”. Les responsables locaux ont été chargés d’identifier les maisons abandonnées qui sont considérées comme hantées, mettant à profit les croyances bien ancrées en des êtres surnaturels qui peuplent le folklore indonésien.

#0344 Source francetvinfo.fr

France, Valdoie : premier ehpad à être mis sous tutelle suite à la découverte d’un nombre très élevés de décès

France, Valdoie. L’affaire de la Rosemontoise, ehpad de Valdoie près de Belfort éclate dans la presse. Le virus a coûté la vie à dix ­sept de ses résidents, et l’hécatombe s’est poursuivie par onze nouveaux décès pendant le mois d’avril. L’établissement devient le premier en France placé sous tutelle dans le cadre d’une procédure d’urgence sanitaire.

#0342 Source Le Monde du 24/04

Grèce : le nouveau système d’accès au soin entre en vigueur, il exclut les migrants de l’accès au soin.

Grèce. Le nouveau système d’accès au soin, voté en novembre et dont les décrets d’application ont été signés en janvier, entre en vigueur. Le numéro d’identification sociale pour les migrants est supprimé, ce qui leur enlève aussi le droit aux services de santé. Seuls les demandeurs d’asile enregistrés ou les personnes ayant déjà obtenu l’asile sont couverts. « Ceux qui sont arrivés sur les îles, qui sont pré-enregistrés ou ne sont pas encore enregistrés, n’ont aucune couverture », déplore Apostolos Veizis, directeur de MSF Grèce.

#0261 paru sur bastamag.net le 15 avril 2020

Royaume Uni : entrée en vigueur du Coronavirus Act pour une durée de deux ans

Royaume Uni. La loi Coronavirus Act 2020 entre vigueur pour une durée de deux ans. Outre ce qui concerne le droit pénal (facilitation des arrestations, des fouilles et perquisitions, etc. ), le droit de manifestation et de rassemblement est fortement restreint. Il devient très simple d’assermenter des personnes pour leur ouvrir la possibilité de jouer le rôle d’auxiliaires de police (soignants, travailleurs sociaux, “groupes de citoyens”, etc.). De plus cette loi facilite l’hospitalisation d’office, ainsi que le transfert de prisonniers en hôpital psychiatrique et facilite l’incarcération des personnes sous main de justice. La notion de “personnes potentiellement contagieuses” (PIP) est incluse dans les nouvelles dispositions.

#0212 Source : 325.nostate.net

France, Charente maritime : mise en place du dispositif « Main-d’œuvre saisonnière, les réfugiés en renfort ! »

France, Charente maritime. Mise en place du dispositif « Main-d’œuvre saisonnière, les réfugiés en renfort ! » : on propose à des migrants ayant le statut de réfugiés de se porter volontaires pour travailler dans les champs, en échange… d’une expérience (et un peu d’argent, c’est à dire pas un salaire !). Il s’agit de faire face à la pénurie de main d’œuvre liée à la crise du coronavirus et à la fermeture des frontières qu’elle induit, en exploitant à moindre frais les plus précaires, auquel on refuse par ailleurs des titres de séjour pérennes. Tout le monde est supposé être content, surtout le dieu Travail qui gagne encore du terrain sur ” les assistés”. Chaque année, des Portugais, des Algériens, des Marocains ou des citoyens des pays de l’Est rejoignent habituellement les exploitations françaises pour le ramassage printanier des fruits et légumes. Avec la fermeture des frontières due au Covid-19, les effectifs sont affaiblis. Une soixantaine d’hommes, principalement originaires de la Corne de l’Afrique et des pays avoisinants se disent prêts à participer à l’opération. Ils ont manifesté leur intérêt auprès des cinq centres d’hébergement provisoires que compte la Seine-et-Marne.

#0453 Source la croix.com

France. Le Conseil d’Etat refuse de fermer les CRA durant la période de confinement

France. Le Conseil d’Etat refuse la fermeture des CRA durant la période (un recours allant dans ce sens a été fait par le GISTI, la Cimade, l’ADDE, le syndicat des avocats et le conseil national des barreaux). Le Conseil d’Etat refuse la demande en indiquant : “Le nombre des personnes nouvellement placées en rétention s’est très substantiellement réduit et devrait être marginal dans la période à venir. Alors que les 26 centres de rétention ont une capacité d’accueil totale d’un peu plus de 1 800 places, ils ne comptaient ainsi que de l’ordre de 350 personnes retenues à la fin de la semaine du 16 mars 2020 et seulement 152 personnes à la date du 26 mars 2020. A cette dernière date, 9 centres de rétention ne comptaient aucun étranger retenu, 5 centres comptaient moins de 5 étrangers retenus et 5 centres comptaient entre 6 et 16 étrangers retenus. Seuls deux centres dépassaient ce dernier effectif, avec 37 personnes retenues au Mesnil-Amelot, pour une capacité de 120 places si elles sont regroupées dans un seul des deux centres situés dans cette localité, et 53 personnes retenues à Vincennes, pour une capacité de 237 places.” Alors que la demande de fermeture temporaire des CRA était liée au fait que les expulsions du territoire ne sont de toute façon pas possible en ce moment (pas d’avions, frontières fermées, transports limités, etc), le Conseil d’Etat répond quand même que “l’autorité administrative a pu procéder, dans la période récente, à des éloignements du territoire, en dépit des restrictions mises par de nombreux Etats à l’entrée sur leur territoire de ressortissants de pays tiers et de la très forte diminution des transports aériens.”

Le Mesnil-Amelot et Vincennes, ainsi que d’autres centres encore ouverts, sont déjà en train, à ce moment-là, de devenir des foyers actifs de contagion…

#0041 Source : www.conseil-etat.fr

France. Le transport et la mise en bière d’un cadavre peuvent être réalisés sans déclaration préalable

France. Le transport et la mise en bière d’un cadavre peuvent être réalisés sans déclaration préalable, les délais d’inhumation peuvent ne pas être respectés par les pompes funèbres, il est désormais intégré dans la loi qu’un cadavre puisse être mis “dans un dépositoire” (et donc non plus seulement un crématorium ou lieu habituel) jusque six mois.
Ce décret est complété le 1er avril 2020 par le décret n°2020-384 qui interdit définitivement les soins de conservation et les toilettes mortuaires des corps des morts du coronavirus.

#0040 Source : décret n° 2020-352 portant adaptation des règles funéraires

France : recommandations de confinement renforcé dans les Ehpad

France. Le Gouvernement recommande très fortement aux directrices et directeurs d’EHPAD de renforcer les mesures de protection prévues par les premiers décrets de confinement, même en l’absence de cas suspects ou confirmés au sein de l’établissement. Dans le cadre de leur pouvoir d’organisation de leur service, les directrices et directeurs peuvent ainsi, après analyse avec le personnel soignant de l’état de santé des personnes et des risques encourus, décider d’une limitation des déplacements des résidents au sein de l’établissement, allant de l’interdiction des activités collectives et des prises de repas collectives à une limitation de l’accès aux espaces communs y compris les ascenseurs, jusqu’à un confinement individuel en chambre.

#0097 Source : solidarites-sante.gouv.fr.

France. Une ordonnance assouplit les conditions d’accueil des mineurs en centre d’hébergement

France. Une ordonnance assouplit les conditions d’accueil des mineurs en centre d’hébergement, en augmentant jusqu’à 120% la capacité d’accueil des centres et en diminuant le nombre d’encadrants nécessaires, avec les conséquences que l’on imagine pour les conditions de vies des enfants et adolescents qui se retrouvent dans cette situation.

#0037 Source : legifrance.gouv.fr

France. Des dérogations aux procédures pénales habituellement en vigueur permettent durant toute la durée de l’état d’urgence sanitaire


France. Des dérogations aux procédures pénales habituellement en vigueur permettent durant toute la durée de l’état d’urgence sanitaire :

  • des jugements rendus à juge unique au tribunal correctionnel, au tribunal pour enfants, et au tribunal de l’application des peines.
    • une augmentation des durées habituelles de détention provisoire – jusqu’à six mois en plus du maximum existant (et ce aussi pour les mineurs de plus de seize ans).
    • l’augmentation d’un mois des délais pour qu’une demande de mise en liberté soit examinée.
    • des aménagements de peine peuvent être décidés sans la présence physique de l’accusé.
    • des détenus condamnés à une peine inférieure ou égale à 5 ans, et qui n’ont plus que deux mois ou moins en prison à faire sont assignés à leur domicile en sortie anticipée et levée d’écrou (…sauf si ils ont participé/participent à une révolte en prison liée au contexte actuel) ; mais ils seront réincarcérés à la moindre contravention liée au confinement, voir avec une nouvelle peine d’emprisonnement en plus de la durée initiale.
    • le juge des enfants peut prolonger toute décision de justice qui se serait finie en ce moment concernant les mineurs poursuivis et condamnés, et ce sans aucune audience : soit prolonger jusque quatre mois les mesures de placement, jusque sept mois toute autre mesure

#0039 Source : ordonnance n° 2020-303 du 25 mars 2020 portant adaptation de règles de procédure pénale

Inde : déplacements de population et camps en Inde suite au confinement brutal de l’ensemble du pays

Inde. A 20 heures, le premier ministre Narendra Modi annonce à la télévision qu’à partir de minuit, l’Inde tout entière entre en confinement. En 4 heures, les marchés se retrouvent fermés, tous les moyens de transport publics et privés supprimés et interdits. Des millions de personnes appauvries, affamées, assoiffées, congédiées, pour un grand nombre d’entre elles, par leurs employeurs et propriétaires, jeunes et vieux, hommes, femmes, enfants, malades, aveugles, handicapés n’ayant plus nulle part où aller, sans moyen de transport public en vue, ont entamé une longue marche de retour vers leurs villages. Ils ont marché des jours durant à destination de Badaun, Agra, Azamgarh, Aligarh, Lucknow, Gorakhpur – à des centaines de kilomètres de leur point de départ. Certains d’entre eux sont morts en cours de route. En chemin, certains ont été brutalement frappés et humiliés par la police chargée de faire respecter scrupuleusement le couvre-feu. Des jeunes hommes ont été forcés à s’accroupir et à avancer en sautillant comme des grenouilles sur la route. Un groupe, arrêté aux environs de Bareilly, a été rassemblé et aspergé de désinfectant chimique au tuyau d’arrosage. Quelques jours plus tard, inquiet à l’idée que cette population puisse répandre le virus dans les campagnes, le gouvernement a donné l’ordre de fermer les frontières interétatiques, y compris aux piétons, et ceux qui marchaient depuis si longtemps ont été obligés de rebrousser chemin vers des camps dans les villes qu’ils avaient été forcés de quitter.

#0095 Source : Le Monde du 06/04/2020.

France. Le gouvernement décide que les résidents des Ephad seront confinés individuellement dans leur chambre

France. Le gouvernement décide que les résidents des Ephad seront confinés individuellement dans leur chambre, alors que les moyens humains font défaut et que les moyens nécessaires pour que la sécurité sanitaire des établissement soit envisageable ne sont pas distribués (masques, liquides de désinfection, etc.)

#0034 Source : alliancevita.org

France: des consignes gouvernementales données aux hébergements d’urgence médicalisés (les LHSS et les LAM) pour SDF font cesser toute activité autre que médicale,

France. Des consignes gouvernementales données aux hébergements d’urgence médicalisés (les LHSS et les LAM) pour SDF font cesser toute activité autre que médicale et toute possibilité de visite. Est préconisé si possible un isolement des patients atteints en chambres individuelles, ce qui n’est pas faisable dans certains centres. Un contaminé qui ne présente pas de risques trop graves doit être au maximum pris en charge au centre d’hébergement, plutôt que transféré dans un établissement de soin.

#0044 Source : solidarites-sante.gouv.fr

France, Mayotte : le centre de rétention administrative de Mayotte est désormais transformé en zone de quarantaine pour les ressortissants arrivant des Comores par “voie légale ou clandestine”.

France, Mayotte. Le centre de rétention administrative de Mayotte est désormais transformé en zone de quarantaine pour les ressortissants arrivant des Comores par “voie légale ou clandestine”. En effet, le virus vient de commencer à se répandre sur l’île et il est supposé avoir été amené par des ressortissants des autres îles des Comores.

#0358 Paru sur secours-catholique.org

Grèce : ouverture d’un camp supplémentaire pour les migrants à Klidi dans le Nord de la Grèce, près de Serres

Grèce. Ouverture d’un camp supplémentaire pour les migrants à Klidi dans le Nord de la Grèce, près de Serres, alors que les camps de la Moria à Lesbos, et ceux de Malakasa et Ritsona à proximité d’Athènes sont strictement confinés depuis trois jours dans des conditions sanitaire épouvantables. Une médecin raconte ainsi ce qu’elle y a vu : « Le camp est entouré de fils barbelés. Il est en zone inondable. Il n’est relié ni au réseau électrique, ni à l’eau courante. Les tentes de la Croix rouge n’ont pas de lit, mais juste des palettes et des matelas pneumatiques ! Que va-t-il se passer à la fonte des neiges ? La rivière risque de quitter son lit… Ce sera une catastrophe ! » Elle dénombre beaucoup d’enfants, de personnes vulnérables, de femmes, certaines enceintes ou malades. En plus de la propagation du virus, les associations humanitaires craignent que le confinement ne serve de prétexte pour transformer définitivement ces camps en centres fermés.

#0260 paru sur bastamag.net le 15 avril 2020

France: le “Plan Bleu”, créé suite à la canicule de 2003, est activé dans les EHPAD.

France. Le “Plan Bleu”, créé suite à la canicule de 2003, est activé dans les EHPAD. La mise en place est progressive et décidée au niveau régional en liaison avec les directeurs des structures d’accueil des personnes âgées. Ce “Plan Bleu”, qui accompagne le “Plan Blanc” dans les hôpitaux, prévoit des renforts de personnels et un réapprovisionnement de matériel sanitaire (qui tardera à venir, voire ne viendra pas…), et surtout la limitation des visites (qui deviendra très vite interdiction totale). Certains EHPAD se ferment dès cette date aux proches des résidents, d’autres limitent les visites à une après-midi par semaine, parfois avec interdiction d’entrée des enfants.

#0009 Source: Or Gris

France, Cornebarrieu. Le juge des libertés et de la détention vient d’ordonner la libération de 10 personnes étrangères retenues au CRA (Centre de Rétention Administrative ) de Cornebarrieu, près de Toulouse.

France, Cornebarrieu. Le juge des libertés et de la détention vient d’ordonner la libération de 10 personnes étrangères retenues au CRA (Centre de Rétention Administrative ) de Cornebarrieu, près de Toulouse.

#0087 paru sur france3-regions.francetvinfo.fr le 10 mars 2020

France : conduite à tenir en cas de Covid19 dans les Ehpad

France. Le Gouvernement transmet aux établissements médico-sociaux accueillant des personnes âgées et handicapées une conduite à tenir prévoyant notamment qu’en cas d’apparition de cas suspect ou confirmé de malades du COVID 19 au sein des établissements, des mesures d’organisation internes doivent être adoptées immédiatement : structuration d’un secteur dédié et isolé pour les résidents concernés ; si le bâtiment ne le permet pas, organisation d’un confinement des résidents en chambre.

#0096 Source : solidarité-santé.gouv.fr

Argentine : mise en place d’un numéro pour dénoncer ceux qui ne respectent pas le confinement, plus de 100 000 appels reçus en un mois et demi

Argentine. Un numéro gratuit pour dénoncer ceux qui ne respectent pas le confinement est mis en place. Plus de 100 000 appels ont été reçus en un mois et demi. Les récalcitrants s’exposent à des peines de 3 à 15 ans de prison pour “propagation d’une maladie dangereuse et contagieuse”. Les appels restent anonymes et chaque dénonciation est vérifiée. Différentes agences de l’Etat partagent et comparent leurs informations, notamment avec la direction des migrations si les personnes dénoncées reviennent de l’étranger. Si la transgression est avérée, un groupe d’experts appelé le “Commando unifié” se met au travail. Ministère de la Sécurité, police, gendarmerie, renseignements et préfecture sont chargés d’interpeller les récalcitrants. En un mois (jusqu’au 29 avril), la police de la capitale a arrêté près de 1 000 personnes, en a raccompagné 12 000 chez elles et a confisqué 236 véhicules.

#0425 Source francetvinfo.fr