Etats Unis : Google propose désormais aux entrepreneurs de s’identifier en tant qu’entreprise dirigée ou tenue par des Noirs et présente cette mesure comme un soutien à la lutte contre le racisme

Etats Unis. Google propose désormais aux entrepreneurs de s’identifier en tant qu’entreprise dirigée ou tenue par des Noirs et présente cette mesure comme un soutien à la lutte contre le racisme. Un nouveau badge représentant un cœur noir a été créé pour l’occasion. Il apparaîtra sur la fiche Google du commerce dans les résultats de recherche et sur Google Maps. Google aurait constaté ces derniers mois une augmentation des recherches en ligne visant à trouver des établissements tenus par des afro-américain. Début juin, Google avait déjà annoncé plusieurs mesures pour soutenir la communauté noire, notamment le versement de plus de 12 millions de dollars à des organisations “qui s’efforcent de lutter contre les inégalités raciales”. Il y a deux ans, la firme avait dévoilé des badges de la même nature, à afficher pour indiquer que le commerce est “LGBTQ+ friendly” – y compris en France – ou s’il est dirigé par des femmes.

#1343 vu sur bfmtv.com

Etats Unis, Californie : de plus en plus de locataires sont en procédures d’expulsion, en pleine augmentation des cas de Covid : les propriétaires recourent à des méthodes de plus en plus expéditives et illégales

Etats Unis, Californie. De plus en plus de locataires sont en procédures d’expulsion, en pleine augmentation des cas de Covid. Les propriétaires recourent à des méthodes de plus en plus expéditives et illégales pour menacer les locataires et obtenir le paiement des loyers. Des associations affirment que la situation du logement est pire que dans les années 30. Lorsque la Californie est devenue l’un des premiers États à être confiné en mars et que des millions de personnes ont perdu leur emploi, le gouverneur a ordonné un moratoire sur les expulsions pour les personnes qui ne pouvaient pas payer de loyer et le système judiciaire de l’État a arrêté de traiter les expulsions en avril. Mais certains propriétaires ont continué à poursuivre les expulsions dans tout l’État et la fin des délais et moratoires annonce une catastrophe. Dans le même temps, les républicains du Congrès cherchent à réduire les allocations de chômage supplémentaires, ce qui pourrait être particulièrement difficile pour la Californie, où le taux de chômage a oscillé autour de 15%. Les experts prévoient donc un «tsunami d’expulsions» estimant par exemple que 495 000 ménages risquent d’être expulsés dans le comté de Los Angeles. Dans la Silicon Valley, l’une des régions les plus riches du monde, 43 000 ménages courent un risque élevé d’expulsion, et même si seulement 10% d’entre eux se retrouvent sans abri, cela pourrait tripler la population sans logement de la région. Un projet de loi pour interdire les expulsions jusqu’en avril 2021, ou 90 jours après la fin de l’urgence, est en cours d’examen mais ce que demandent les collectifs de locataires, c’est l’annulation pure et simple des loyers.

#1342 vu sur theguardian.com

France, Nantes : des élèves infirmiers mobilisés et sous-rémunérés pour le Covid refusent de payer leurs frais d’inscription ; le CHU intervient auprès de Pôle emploi pour qu’ils soient déduits de leurs indemnités

France, Nantes. Des élèves infirmiers refusent de payer leurs frais d’inscription pour protester contre le fait qu’un tiers d’entre eux ont été mobilisés pendant le Covid en tant qu’aide-soignants tout en restant dans l’obligation de poursuivre les travaux nécessaires à la validation de leur année, puis de passer des partiels dans des conditions des conditions déplorables. Le CHU, qui a envoyé des huissiers pour percevoir les sommes dûes qui s’élève à un peu plus de 200 euros par élève, est même intervenu auprès de Pôle Emploi, afin qu’il retienne le montant de ces frais sur leurs indemnités chômage…

#1340 vu sur mediacites.fr

Zimbabwé, Harare : des manifestations contre la corruption à la tête de l’État ont lieu malgré le couver-feu et les intimidations et arrestations préventives

Zimbabwé, Harare. L’opposition a appelé à braver le confinement pour manifester contre la corruption à la tête de l’État. Le gouvernement avait prévenu qu’il ne laisserait pas les manifestations se tenir, et le centre-ville de la capitale est resté bouclé, tout comme celui de la seconde ville du pays, Bulawayo. Depuis plusieurs jours, les forces de sécurités sont visibles dans les rues où personne ne circule. Le contexte est d’autant plus tendu que s’ouvre le procès de l’ex-ministre de la Santé, limogé il y a 3 semaines, accusé d’avoir détourné des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19. Ces derniers jours les cas d’intimidations et de violences envers leurs militants se sont multipliés. De petits rassemblements ont eu lieu dans les banlieues des deux villes, menant à de multiples arrestations. De nombreuses arrestations préventives ont eu lieu les jours qui ont précédé et des dizaines d’opposants ont préféré s’enfuir parce qu’ils étaient recherchés par la police. Face à cette répression, certains opposants demandent la poursuite des manifestations tout au long du weekend. Depuis plusieurs jours, les forces de sécurités sont visibles dans les rues où personne ne circule. Le contexte est d’autant plus tendu que s’ouvre le procès de l’ex-ministre de la Santé, limogé il y a 3 semaines, accusé d’avoir détourné des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19. Ces derniers jours les cas d’intimidations et de violences envers leurs militants se sont multipliés.

#1334 vu sur rfi.fr

Afrique du Sud, Cato Major : la municipalité a lancé une violente attaque contre les cabanes du terrain occupé d’eKhenana

Afrique du Sud, Cato Major. La municipalité a lancé une violente attaque contre les cabanes du terrain occupé d’eKhenana à Cato Manor. Les habitants sont pourtant protégés par une décision de justice qui a été rendue le 27 décembre de l’année dernière, puis réaffirmée le 24 avril de cette année. L’ANC a mené une guerre totale contre cette occupation. Il y a eu des attaques armées régulières de la part de la ville depuis 2008. Peu de temps après le début du confinement, le 24 avril de cette année, le chef de l’unité d’invasion terrestre de la ville, s’est rendu à eKhenana et a tiré à balles réelles sur les occupants, blessant gravement une personne. À plusieurs reprises pendant le confinement, l’armée a participé à ces attaques aux côtés de la police, de l’unité anti-invasion terrestre de la ville et du tristement célèbre Calvin & Family Security. C’est ce qui s’est à nouveau passé aujourd’hui. 13 maisons ont été détruites et des matériaux de construction ainsi que des biens personnels, de l’argent et beaucoup de téléphones portables ont été volés. Deux personnes ont été grièvement blessées lors de l’attaque et se trouvent maintenant à l’hôpital King Edward. Ils n’attaquent pas seulement les maisons de ce village auto-organisé, ils essaient également de détruire la coopérative que les habitants ont construite, qui produit de la nourriture et a financé des toilettes, des désinfectants, des masques faciaux et des frais de transport.

#1319 vu sur enoughisenough14.org

France, Niort : suite à une montée de la tension avec les forces de l’ordre dans ce quartier populaire de la ville, une soixantaine de CRS se sont déployés dans le quartier du Clou-Bouchet

France, Niort. Suite à une montée de la tension avec les forces de l’ordre dans ce quartier populaire de la ville, une soixantaine de CRS se sont déployés dans le quartier du Clou-Bouchet. La police parle de “montrer les muscles” pour éviter que la situation se détèriore et considère que les jeunes s’ennuient parce qu’ils n’ont pas pu “retourner voir leur famille à l’étranger” à cause de la fermeture des frontières : racisme et contrôles au faciès en perspective !

#1338 vu sur francebleu.fr

Irlande : l’administration irlandaise des prisons publie un rapport sur les conséquences de la pandémie et du confinement sur les détenus

Irlande. L’administration irlandaise des prisons vient de remettre à la ministre de la Justice un rapport sur les conséquences de la pandémie et du confinement sur les détenus, en particulier les plus vulnérables au Covid-19. Un détenu y décrit la situation dans la plupart des prisons du monde : « Les tribunaux m’ont condamné à la prison, le confinement m’a mis à l’isolement. » Un autre détenu décrit qu’il passe jusqu’à 30 heures dans sa minuscule cellule, sans sortir. Un troisième confie avoir des idées suicidaires. Même si aucun décès à l’intérieur des prisons n’a été enregistré, l’administration pénitentiaire indique qu’en cas de deuxième vague du virus, il ne sera pas possible de recourir à la même méthode, à cause des dégâts psychologiques. En cas de reconfinement, le rapport recommande, entre autres, d’élargir les critères de libération conditionnelle pour ces détenus, de répandre l’usage du masque pour multiplier les sorties et de faciliter les contacts entre détenus vulnérables, à l’écart du reste de la population carcérale.

#1337 vu sur rfi.fr

International : depuis le début du confinement, des milliardaires du monde entier achètent des permis de résidence et des passeports à prix d’or pour échapper à l’épidémie

International. Depuis le début du confinement, des milliardaires du monde entier achètent des permis de résidence et des passeports à prix d’or pour échapper à l’épidémie ou aux infrastructures de santé défaillantes de leur pays. Le prix des passeports dépend de leur “puissance”, c’est à dire du nombre de pays qu’ils permettent de visiter sans visa. Des sociétés, comme la société Astons à Londres, offrent des « solutions » en matière de citoyenneté, c’est à dire qu’elles facilitent l’obtention rapide de passeports partout où c’est possible pour des tarifs très importants. Et, quand les frontières sont fermées, il ne s’agit plus seulement d’avoir assez d’argent pour se déplacer en jet privé, il faut acheter un droit de résidence. Aujourd’hui, face à l’épidémie, c’est en Australie que les plus riches veulent majoritairement se rendre. Le passeport du Vanuatu présente quant à lui, l’un des meilleurs rapports qualité-prix. Livré par les services postaux en seulement un mois pour 130 000 euros, il est l’un des moins chers et l’un des plus rapides à obtenir. Les permis de résidence sont les plus prisés, en particulier ceux qui sont vendus par Chypre (les quotas de Malte ont déjà été atteints).

#1318 vu sur lemonde.fr

Italie, Sicile : en moins d’une semaine, plus de 200 migrants se sont évadés des centres de rétention où ils étaient enfermés en quarantaine

Italie, Sicile. En moins d’une semaine, plus de 200 migrants se sont évadés des centres de rétention où ils étaient enfermés en quarantaine. Les autorités envisagent de recourir à des navires-prisons le long des côtes pour empêcher les évasions, comme c’est déjà le cas au port d’empédocle et à Malte. 125 d’entre eux ont été interpellés suite à plusieurs évasions de groupe. Le maire de la ville a demandé la fermeture du centre d’accueil de Pian del Lago, d’où un groupe de migrants s’est échappé en courant pieds nus dans les champs, qu’il juge “inadapté” pour accueillir des personnes en quarantaine. Des dizaines d’autres migrants, eux aussi placés en quarantaine, se sont glissés hors d’une tente surveillée par une unité de protection civile à Empedocle, sur la côte ouest de la Sicile. Plus de 500 personnes se trouvaient sous une cabane en tôle sans fenêtres, installée pour accueillir 100 migrants, et dans laquelle il fait plus de 50 degrés.

#1322 vu sur infomigrants.net

Lybie, Khums : deux migrants d’origine qui ont été interceptés par les autorités Lybiennes et ramenés au port d’embarquement ont été tués par les gardes-côtes à leur arrivée et trois autres ont été blessés.

Lybie, Khums. Deux migrants d’origine soudanaise qui tentaient de traverser la méditerranée et ont été interceptés par les autorités Lybiennes ont été tués à leur arrivée au point de débarquement de Khums, trois autres ont aussi été blessés dans la fusillade. Les autorités locales ont commencé à tirer lorsque les migrants ont tenté de s’échapper du point de débarquement. La police Lybienne intervient en bonne entente avec Frontex et avec le soutien de l’Union Européenne qui contribue au financement de la sécurisation des frontières externes de l’UE.

#1320 vu sur iom.int

France : plusieurs Ehpad ont été reconfinés après la découverte de nouveaux clusters alors qu’on commence à peine à mesurer des dégâts physiques et psychiques de la première phase de confinement

France. Le nombre de cas positifs dans les Ehpad est considéré comme un « signal préoccupant », et plusieurs Ehpad ont été reconfinés après la découverte de nouveaux clusters. L’incidence augmente de nouveau (+ 24 %) depuis la semaine du 13 juillet et le nombre de signalements est revenu au niveau observé à la mi-mai, après la levée du confinement, et progresse depuis trois semaines avec 62, 98, puis 105 cas. Les maisons de retraite, et en particulier les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), ont constitué près de la moitié des plus de 30 000 décès enregistrés en France depuis le début de l’épidémie. Entre le 6 et le 19 juillet, cinquante-neuf établissements accueillant des personnes âgées ont déclaré au moins un nouveau cas confirmé de Covid-19 parmi les résidents, mais aussi les personnels. Ces signalements s’observent dans des régions épargnées jusqu’ici. Mais les Ehpad s’estiment désormais armés pour affronter une éventuelle deuxième vague. Pourtant, on commence à peine à mesurer l’effet du confinement sur les patients : amaigrissement et affaiblissement qui a de nombreuses conséquences en terme de perte d’autonomie, de nombreux patients ont perdu la possibilité de marcher ou de se nourrir seuls parce que sans la vigilance de leurs proches, ils se retrouvent définitivement en fauteuil roulant ou nourri avec une assistance alimentaire, sans parler des pertes cognitives qui s’avèrent aussi définitives.

#1333 vu sur lemonde.fr

Pérou, Lima : plus de 900 femmes, dont 70% sont mineures, ont disparu au Pérou pendant les trois mois et demi de confinement.

Pérou, Lima. Plus de 900 femmes, dont 70% sont mineures, ont disparu au Pérou pendant les trois mois et demi de confinement. Avant le confinement, ont dénombrait cinq disparitions par jour en moyenne, mais ce chiffre est monté à huit sur cette période. Certaines sont réapparues par la suite, mais les registres de la polices ne permettent pas de savoir combien sont toujours portées disparues et pour la plupart ces “disparitions” sont en fait des meurtres dans le contexte familial.

#1315 vu sur www.lavoixdelest.ca

France, Condom : une employée de lME de Moussaron “Terre d’Envol”, qui avait été licenciée parce qu’elle avait dénoncé à l’ARS en 2013 des maltraitances sur les enfants et jeunes adultes handicapés gagne son recours

France, Condom (Gers). Une employée de l’Institut Médico Educatif de Moussaron “Terre d’Envol”, qui avait été licenciée parce qu’elle avait dénoncé à l’ARS en 2013 des maltraitances sur les enfants et jeunes adultes handicapés résidant dans ce centre, gagne aujourd’hui son recours. Elle avait été licenciée pour inaptitude. Des images étaient alors sorties dans la presse, montrant des enfants enfermés dans des box vitrés dépourvus de poignée intérieure, des adolescents faisant leur toilette ou allant aux toilettes en présence d’autres résidents du centre. La personne qui a dénoncé ces abus de pouvoir était employée en tant qu’aide médico-psychologique. L’ARS, après enquête, avait de fait relevé des manquements graves dans l’accueil de ces enfants et jeunes adultes, évoquant notamment un non-respect de la dignité, de l’intimité et du bien-être physique et psychologique s’apparentant à de la maltraitance institutionnelle. Licenciée en 2014 pour inaptitude la salariée avait déposé un recours auprès du tribunal des prud’hommes, mais l’affaire n’avait été examinée qu’en 2019 et elle avait alors été déboutée de sa demande. Mais la cour d’appel d’Agen vient de reconnaître que le licenciement n’avait pas de causes réelles et sérieuses et que l’IME aurait dû mettre en place une cellule de soutien psychologique pour aider les employés à faire face à ces situations (sic !). En janvier 2020, 7 anciens dirigeants de l’IME Moussaron ont aussi été mis en examen pour harcèlement moral.

#1295 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Balkans : une organisation humanitaire documente et dénonce les expériences de 351 personnes qui ont subi divers actes de cruauté commis par des agents d’au moins dix autorités nationales européennes

Croatie, Serbie, et autres pays des Balkans. Une organisation humanitaire, Le Border Violence Monitoring Network (BVMN) dénonce des dizaines de cas de refoulements illégaux (20 pour le mois de juin) et a documenté les expériences de 351 personnes qui ont subi divers actes de cruauté commis par des agents d’au moins dix autorités nationales différentes lors de leur parcours migratoire vers l’Europe à travers les balkans. En Croatie, des policiers ont blessé des migrants lors de refoulement en leur infligeant des coupures au couteau dans les mains. Il s’agit apparemment de pratiques d’intimidation visant à dissuader d’autres migrants, sous les yeux desquels ces actes ont été commis, de franchir la frontière. Plusieurs migrants ont reçu des coups de crosse et ont vu ensuite leurs plaies badigeonnées de nourriture comme du ketchup. La ligne physique de la frontière n’est pas le seul endroit dangereux du parcours : au moins six personnes sont décédées en essayant de traverser les rivières Mrežnice et Korona. Leur nombre exact est difficile à déterminer, car les cadavres disparaissent souvent dans la rivière. En 2018, l’UE a accordé à la Croatie 6,8 millions d’euros pour la sécurité de ses frontières. Le système de contrôle qui était sensé se mettre en place pour garantir que les activités des autorités frontalières soient “proportionnées” et conformes aux droits fondamentaux et à la législation européenne en matière d’asile n’a jamais été mis en place. En Roumanie, des violences physiques et psychologiques sont également commises par les fonctionnaires des frontières. Des personnes ont été frappés avecdes câbles et des matraques. Les frontières sont sécurisées par la force afin d’éviter que des demandes d’asile ne soient faites dans le pays. Comme il est devenu presque impossible de demander l’asile en Hongrie, de plus en plus de personnes se rendent en Serbie, qui n’était jusqu’à présent pour beaucoup qu’un pays de transit. Actuellement, 6 000 personnes y vivent dans des camps. Il devient maintenant évident qu’il est extrêmement difficile d’y demander l’asile également : la procédure n’est pas claire, les délais sont courts, tous les documents doivent être remplis en serbe et seuls 3 % des migrants sont finalement enregistrés comme demandeurs. En outre, la “loi sur les étrangers” a été modifiée pour faciliter les expulsions et des accords de réadmission ont été conclus avec l’Irak, l’Afghanistan et le Pakistan. La Grèce et l’Italie sont partie prenante de ce fonctionnement répressif délirant. Le rapport peut être consulté dans son intégralité ici.

#1317 vu sur mars-infos.org

International, Chine : le label “éthique sur l’étiquette” (sic!) publie une liste d’entreprises internationales qui ont recours au travail forcé des Ouighours et autres minorités du Xinjiang en Chine ; un vêtement sur cinq passe par les camps de travail.

International, Chine. Le label “éthique sur l’étiquette” (sic !) fournit une liste (partielle) des entreprises internationales qui ont recours à un moment ou un autre de leur chaine de production, au travail forcé des Ouighours et autres minorités du Xinjiang en Chine. Abercrombie & Fitch, Adidas, C&A, Calvin Klein, Cerruti, Gap, H&M, Fila, Ikea, Lacoste, Muji, Nike, Patagonia, Puma, The North Face, Polo Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Uniqlo, Victoria’s Secret, Woolsworth… Il en ressort qu’environ un vêtement sur cinq vendu à travers le monde passe par les camps de travail du Xinjiang.

#1316 vu sur liberation.frliberation.fr

Allemagne, Manning : 480 employés d’une exploitation agricole, pour la plupart des saisonniers venus d’Europe de l’Est sont plaés en quarantaine sur l’exploitation où ils travaillent, suite à 174 tests positifs

Allemagne, Manning. 480 employés d’une exploitation agricole, pour la plupart des saisonniers venus de Hongrie, de Roumanie, de Bulgarie et d’Ukraine, sont placés en quarantaine après 174 cas positifs au coronavirus. Des campagnes de tests sont prévues dans d’autres exploitations de la région.

#1298 vu sur ouest-france.fr

Belgique : face à la hausse des cas de Covid19, le gouvernement impose aux habitants une ” bulle sociale” limitée à 5 personnes

Belgique, Anvers. Face à la hausse des cas de Covid19, le gouvernement impose aux habitants une ” bulle sociale” limitée à 5 personnes, dont chacun doit garder les coordonnées par écrit. Du traçage manuel, en somme. Dans les bars et restaurants, il faut signer une fiche d’identification pour pouvoir consommer.

#1294 vu sur sudinfo.be

Etats Unis, Austin : un manifestant a été abattu pendant une manifestation contre les violences policières et le racisme par le conducteur d’un véhicule qui roulait à travers la foule

Etats Unis, Austin (Texas). Un manifestant a été abattu pendant une manifestation contre les violences policières et le racisme par le conducteur d’un véhicule qui roulait à travers la foule. Plusieurs coups de feu ont éclaté alors qu’une centaine de personnes défilaient dans les rues de la ville. La police a arrêté un suspect. Avenue à 21h52. Un homme a été retrouvé blessé par balle et emmené à l’hôpital, où il a été déclaré mort peu après. “Les premiers rapports indiquent que la victime portait peut-être un fusil” quand il s’est approché d’un véhicule et que le suspect lui a tiré dessus, a déclaré Ratcliff.

#1292 vu sur axios.com

Maldives, Malé : 80 migrants du secteur de la construction ont été arrêtés depuis une quinzaine de jours alors qu’ils manifestaient pour réclamer leurs salaires impayés et dénoncer des formes de “traites d’êtres humains”

Maldives, Malé. 80 migrants du secteur de la construction ont été arrêtés depuis une quinzaine de jours alors qu’ils manifestaient pour réclamer leurs salaires impayés et dénoncer des formes de “traites d’êtres humains”. Les impayés de salaires datent de plus de six mois d’avant la crise sanitaire et le confinement du pays, et plusieurs manifestations avec des affrontements contre mes forces de l’ordre ont eu lieu. La police a confirmé avoir arrêté 41 travailleurs migrants à Hulhumale, juste à l’extérieur de la capitale, le 13 juillet. Plusieurs autres arrestations avaient eu lieu ailleurs, portant le nombre total de personnes détenues à un peu plus de 80. Les Maldives, connues comme lieu de tourisme de luxe, ont fermé leurs frontières depuis mars jusqu’au 15 juillet pour contenir la propagation du coronavirus qui a infecté 3175 et tué 15 personnes. La majorité des infections touchent les travailleurs bangladais qui vivent souvent dans des conditions sordides sur l’île de la capitale.

#1288 vu sur straitstimes.com

Panama : le mécontentement de la population se traduit par une vague de protestations qui défient la quarantaine contre une nouvelle modification du code du travail

Panama. Le mécontentement de la population panaméenne se traduit par une vague de protestations qui défient la quarantaine, les manifestants protestent contre une nouvelle modification du code du travail et exigent une aide économique et du matériel sanitaire pour les soignants. Les manifestants protestent contre le fait que l’aide mensuelle de solidarité promise par le gouvernement pour les zones défavorisées et les chômeurs, n’est pas versée.

#1335 vu sur rezonodwes.com

Kenya, Nairobi. Le couvre-feu dans les bidonvilles et la répression aveugle qui l’accompagne met beaucoup de femmes enceintes en danger de mort car elles ne peuvent pas sortir même pour l’accouchement

Kenya, Nairobi. La terreur engendrée par le couvre-feu dans les bidonvilles et la répression aveugle qui l’accompagne (au moins 23 personnes tuées par la police parce qu’elles circulaient dans les rues) met beaucoup de femmes enceintes en danger de mort car elles ne peuvent pas sortir même pour l’accouchement. Il n’y a aucun moyen de transport et la police frappe tous ceux qu’elle croise. Un médecin, alerté par le fait que presque aucune femme ne se présentait à l’hôpital pour accoucher, a créé un service d’urgence informel pour répondre à ce problème qu’il a appelé Wheels for Life. Il a partagé son numéro de téléphone sur Twitter, demandant aux femmes qui avaient besoin de consulter au sujet de leur grossesse de le contacter. Le tweet est rapidement devenu viral. Des taxis se sont proposés pour transporter les femmes enceintes qui appellent en urgence. Ce service pourrait se poursuive au-delà du couvre-feu, ciblant les résidents à faible revenu et se déplaçant au-delà du comté de Nairobi. En effet, la plupart des utilisateurs viennent de quartiers informels ou de zones à faible revenu. Le Kenya avait déjà l’un des pires taux de mortalité maternelle au monde, et les experts estiment que le nombre de femmes et de bébés qui meurent en couches a considérablement augmenté avec le confinement.

#1326 vu sur garconne-magazine.fr

Espagne, Huelva : suite à une série d’incendie touchant les logements de migrants saisonniers dans l’agriculture, l’ONU alerte sur leurs conditions de logements et de travail, ainsi que sur leur situation sanitaire

Espagne, Huelva. Suite à une série d’incendie touchant les logements des travailleurs saisonniers dans l’agriculture à Lepe et Lucena del Puerto qui laisse plus de 170 personnes à la rue, un expert indépendant des Nations Unies à Genève alerte sur le condition de vie et de travail des travailleurs saisonniers, particulièrement en période de pandémie et enjoint les gouvernements locaux espagnols à améliorer immédiatement « les conditions déplorables que les travailleurs migrants saisonniers endurent dans les bidonvilles autour des comtés de culture de fraises en Espagne avant que les gens ne meurent ». En juin dernier, le Rapporteur spécial avait déjà demandé aux autorités de veiller à ce que les travailleurs migrants se voient garantir des conditions décentes, notamment l’accès à des soins de santé adéquats, qui répondent aux normes internationales. Un mois plus tard, la situation ne cesse de se détériorer quotidiennement « de manière alarmante » et aggravée par la pandémie de Covid-19.

#1325 vu sur ledesk.ma

France, Paris : une plainte pour “délaissement de personnes vulnérables” dénonce le choix de laisser les malades mourir chez eux ou dans les structures où ils vivent

France, Paris. Une plainte criminelle pour « délaissement » de personnes vulnérables a été déposée à Paris par vingt-huit proches de victimes décédées du Covid19 soutenus par l’association Coronavictimes, mettant en cause la gestion de la crise sanitaire. C’est la première plainte criminelle déposée à ce sujet. Cette plainte s’appuie sur plusieurs cas concrets. – Un enseignant trentenaire, souffrant de dépression, a été contraint d’appeler une demi-douzaine de fois le SAMU en une semaine avant de parvenir à être hospitalisé et sera immédiatement placé en réanimation puis mourra très vite une fois son transfert à l’hôpital obtenu. Le SAMU lui avait répondu : « Les gens qui sont vraiment en grande détresse, en gêne respiratoire, ils parlent beaucoup moins bien » pour justifier de ne pas se déplacer. – Un couple de septuagénaires dans un Ehpad. La femme tente désespérément d’alerter le personnel sur l’état de son mari. L’établissement, jugeant son attitude « alarmiste » et « nuisible », propose de la renvoyer chez ses enfants pour la « séparer » de son époux. La famille finit par obtenir, de haute lutte, l’hospitalisation du vieil homme, atteint du Covid, puis de la femme, également malade. Les deux finissent par en mourir, à quinze jours d’intervalle. – Une nonagénaire autonome, en Ehpad, présente de graves symptômes du Covid-19. Son fils demande instamment l’hospitalisation. Une infirmière sollicite le SAMU et s’entend dire : « Elle a 93 ans, c’est ça ? (…) Donc elle ne sera pas hospitalisée. (…) Il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas, mais elle n’ira pas aux urgences. (…) Il faut contacter le médecin, qu’il vous donne des consignes pour qu’elle évolue dans le confort. » Dix autres épisodes qui illustre la gestion de la pénurie hospitalière et l’absurdité administrative sont consignés dans la plainte contre X avec constitution de partie civile pour « délaissement ayant provoqué la mort », « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner », « discrimination » et « entrave aux soins ». « En raison de leur âge, de leur isolement ou de leur condition physique ou psychique préexistante, ces treize personnes n’ont pas eu accès à des soins adaptés qui auraient pu les sauver », explique Me Anaïs Mehiri, l’avocate qui a déposé cette plainte collective.” Les plaignants dénoncent une « stratégie » consistant, selon eux, à « laisser les personnes souffrantes à leur domicile ou dans une structure d’accueil [Ehpad] jusqu’à ce qu’elles atteignent un état de santé critique ».

#1331 vu sur lemonde.fr

France, Strasbourg : un petit avion de la PAF est désormais utilisé pour lutter contre les rodéos urbains, en plus de la vidéosurveillance et des policiers déployés sur le terrain

France, Strasbourg. Un appui aérien est désormais utilisé pour lutter contre les rodéos urbains. Aux déploiements policiers et à la vidéosurveillance s’ajoute donc maintenant un petit avion pour repérer les contrevenants. Depuis le déconfinement, la police nationale dit constater une augmentation des signalements de rodéos urbains. Depuis la mi-mai, plusieurs interventions ciblées ont eu lieu en plus des signalements de riverains pour à identifier les amateurs de wheeling. Vendredi 17 juillet, pour sa treizième opération d’envergure sur cette question depuis le déconfinement, la police strasbourgeoise a utilisé pour la première fois un appui aérien de la police aux frontières (PAF), en plus d’une quarantaine de policiers de la formation motocycliste urbaine départementale (FMUD), des unités de sécurisation (US) et des brigades anticriminalité (BAC) déployés au sol. « Cela nous permet d’avoir une hauteur de vue, c’est un peu de la 3D », apprécie la directrice. Le tout se déroule en lien avec les opérateurs du centre de supervision vidéo de l’Eurométropole. « La vidéosurveillance nous permet d’avoir un signalement précis du contrevenant et sa localisation. L’avion nous donne la possibilité de voir où il s’est réfugié, afin de diriger efficacement les effectifs déployés sur le terrain et de l’intercepter en toute sécurité ». Les techniques d’interpellation sont adaptées au délit : “Lorsque les jeunes se montrent hostiles, on préfère différer les interpellations. Grâce à la vidéo, aux réseaux sociaux et aux renseignements, on dispose d’assez d’éléments pour les confondre par la suite. »

#1277 vu sur dna.fr

Irlande : la période de confinement semble avoir eu comme effet collatéral étonnant la chute du nombre de naissances prématurées

Irlande. La période de gestion de la pandémie semble avoir un effet collatéral étonnant : la chute des naissances prématurées. C’est un article de médecins irlandais qui le montre. L’Irlande a confiné sa populations du 12 mars au 18 mai 2020 et le nombre de bébés dont le poids est « très bas » (inférieur à 1,5 kg) et « extrêmement bas » (moins de 1 kg) – signes quantifiés de prématurité – chute de 73% relativement à la moyenne des 20 années précédentes, avec, en plus, aucune naissance de bébés de moins de 1 kg. Une équipe danoise observe les mêmes résultats pour le Danemark avec une chute de 90 % des naissances prématurées. Ce serait le cas dans tous les pays où la situation socio-économique est similaire. Le travail pendant la grossesse (et les transports qu’il implique le plus souvent) seraient donc responsables de la plupart des naissances prématurées, ce qui devrait conduire à augmenter la durée du congé maternité, si du moins il est considéré qu’avoir moins de naissance prématurées est plus rentable que la perte d’exploitation occasionnée par cette possibilité de repos supplémentaire.

#1265 vu sur www.lemonde.fr

Méditerranée, Espagne, Maroc : plus de 100 migrants ont été interceptés en mer en une seule nuit par la marine royale marocaine et renvoyés aux ports de Nador et Tanger, huit migrants sont morts au cours d’une de ces interventions menées par le Maroc ou l’Espagne

Méditerranée, Espagne, Maroc. Plus de 100 migrants ont été interceptés en mer Méditerranée en une seule nuit par la marine royale marocaine et renvoyés aux ports de Nador et Tanger, puis 107 deux jours plus tard. Huit personnes sont mortes la nuit suivante dans le détroit de Gibraltar alors qu’elles tentaient de rejoindre l’Espagne à bord d’embarcations de fortune. Une embarcation a chaviré pendant l’intervention de a marine marocaine, “deux migrants originaires du Sénégal sont morts à ce moment-là”, précise une militante. “De plus, six autres personnes ont perdu la vie la même nuit dans un autre canot secouru par les Espagnols”, ajoute-t-elle. Par ailleurs, les arrivées sur les îles Canaries continuent à une rythme important. Quatre-vingt onze personnes ont débarqué dans l’archipel pour la seule journée de mardi. Les flux migratoires, qui n’ont pas cessé pendant la pandémie, augmentent actuellement suite aux divers déconfinements.

#1256 vu sur infomigrants.net

Etats Unis, New York : le chef de la NYPD rassure les policiers en affirmant qu’aucun procureur ne poursuivra un policier utilisant la clé d’étranglement pourtant désormais interdite

Etats Unis, New York. Le chef du département de la police de New York, Terence Monahan, a rassuré les policiers de la ville lors d’une réunion du département à propos des nouvelles lois concernant les arrestations, en particulier l’interdiction de la clé d’étranglement. Les policiers auxquels il s’adressaient lui avaient fait part de leur crainte de se faire poursuivre pour “avoir accidentellement (sic) appuyé leur genou sur le dos d’une personne lors d’une arrestation”, en particulier lors de interpellations pour trafic de drogue. Sa réponse a été claire : aucun procureur ne poursuivra de policier pour l’usage de la clé d’étranglement pendant une arrestation.

#1276 vu sur nbcnewyork.com

France, Calais : suite à plusieurs opérations de “mises à l’abri”, c’est à dire d’expulsion des campements, beaucoup de migrants n’ont plus accès à l’eau potable ou aux distributions de repas

France, Calais. Suite à plusieurs opérations de “mises à l’abri”, c’est à dire d’expulsion des campements, beaucoup de migrants n’ont plus accès à l’eau potable ou aux distributions de repas depuis le démantèlement du camp des Dunes le 10 juillet. Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, plusieurs associations alertent sur la dégradation des conditions de vie pour les migrants présents à Calais, en particulier en période de pandémie. Le nombre de migrants à la rue serait d’au moins 1200 soit le double de l’an dernier. Les autorités contestent ce constat et se vante d’avoir mis en place un service de bus pour conduire les migrants dans un lieu où ils peuvent se doucher. Ce service est proposé à raison de deux bus, cinq jours par semaine, afin d’acheminer les migrants par groupe de 14 maximum jusqu’aux douches situées à l’autre bout de la ville.

#1270 vu sur www.infomigrants.net

France, Meaux : un juge a récemment rejeté environ 80 demandes de permissions de sortie de détenus parce que deux cas de covid ont été identifiés dans la prison

France, Meaux. Un juge du tribunal judiciaire de Meaux a récemment rejeté environ 80 demandes de permissions de sortie de détenus de la prison de Meaux-Chauconin “au regard du contexte sanitaire actuel”. La raison serait l’identification de deux cas de Covid-19 parmi les détenus, qui n’ont par d’ailleurs toujours pas les moyens de se protéger du virus malgré l’obligation du port du masque dans les lieux fermés.

#1254 vu sur leparisien.fr

Méditerranée, Italie : l’équipage de l’Océan Viking dénonce le harcèlement administratif cynique qui le maintient au port et entrave sa mission de sauvetage

Méditerranée, Italie. Dans un communiqué, l’équipage du bateau d’SOS MEDITERRANEE l’Océan Viking dénonce le harcèlement administratif cynique qui le maintient au port et entrave sa mission de sauvetage. Aujourd’hui, par exemple, après une inspection de 11 heures menée par les garde-côtes italiens dans le port de Porto Empedocle en Sicile, l’Ocean Viking est détenu par les autorités italiennes, pour une période indéterminée. Le motif est énoncée ainsi : “le navire a transporté plus de personnes que le nombre autorisé par le certificat de sécurité pour navire de charge”. L’équipage conteste le fait de désigner comme “passagers” des personnes rescapées qui périraient en mer s’i elles ne montaient pas à son bord, et assure avoir toujours assuré la sécurité des personnes recueillies. Au cours des trois derniers mois, le même argument sur la sécurité a été systématiquement utilisé par les autorités italiennes pour arrêter quatre navires d’ONG menant des opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale. Une convention, la convention Solas, établit d’ailleurs que les naufragés qui se trouvent à bord, conformément à l’obligation du capitaine de porter assistance, ne doivent pas être comptabilisés dans la vérification de la conformité du navire. La situation est d’autant plus critique que très peu de navires sont aujourd’hui autorisés à partir en mer et des corps flottant au milieu de la mer sont actuellement repérés qui laissent présager plusieurs naufrages.

#1251 vu sur sosmediterranee.fr

France, Toulouse : évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie, avec de prétendues “propositions de relogement” sous conditions de suivi social

France, Toulouse. Suite à l’évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie installé sur les bords de la Garonne, avec destruction des cabanes et des affaires des habitants qui se retrouvent sans rien, la mairie publie le communiqué suivant : “le mercredi 22 juillet 2020 à 8h00, les services de l’Etat et de la Ville de Toulouse ont procédé, en application d’une décision de justice, à l’évacuation du campement précaire installé sur les berges de la Garonne, propriété de la commune, dans le quartier d’Empalot. Tous les occupants se sont vus proposer une solution d’hébergement.” Quelques informations glanées dans la presse nous permettent de confirmer les doutes plausibles à la lecture de la propagande municipale : quelques familles (ménages avec enfants) ainsi que certains couples sans enfants (soit 11 personnes – 8 adultes et 3 enfants) se voient proposer une hébergement conditionné par un suivi social appelé “accompagnement global” “afin de favoriser leur inclusion socio-professionnelle”. Il est précisé que ce dispositif prévoit notamment l’apprentissage de la langue française et “l’accès aux droits, aux soins, à la scolarisation des enfants, à la formation et à l’emploi”. Les autres (familles et célibataires) se sont vu proposer une “solution” qui consiste en un hébergement d’urgence de quelques jours en fonction des places disponibles en hôtels sociaux… La préfecture de la Haute-Garonne et la mairie rappellent quand même face à toute cette “générosité” institutionnelle, que ” la réglementation prévoit que les ressortissants européens, restant sur le territoire national au-delà de 3 mois, doivent disposer de ressources propres pour satisfaire leurs propres besoins”, ce qui ajoute à la destruction du lieu de vie des personnes en question la menace de l’expulsion…

#1249 vu sur actu.fr

Brésil : l’hypothèse d’une contamination accrue des populations autochtones par les soignants de l’agence gouvernementale Sesai qui interviennent sans tests ni protections suffisantes se confirme

Brésil. Parmi d’autres causes identifiables, l’hypothèse d’une contamination accrue des populations autochtones vivant dans des zones très isolées par les soignants qui sont venu dans le cadre de la gestion de l’épidémie se confirme. En effet, beaucoup des personnels de santé affectés aux soins des autochtones étaient déjà infectés, sans disposer des tests qui leur aurait permis de le savoir ni des équipements de protection adéquats. Dans beaucoup de villages, les symptômes commencé environ une semaine après que le personnel médical du gouvernement ait effectué une visite de routine et plus de 1000 travailleurs du service fédéral de santé autochtone, connu sous le nom de Sesai, ont été testés positifs pour le coronavirus au début du mois de juillet. A ce jour, Plus de 15500 brésiliens autochtones ont été diagnostiqués positifs, dont au moins 10889 vivant dans des territoires protégés. Au moins 523 sont décédés. Dans un communiqué envoyé par courrier électronique, Sesai, qui est dirigé par un général de l’armée, a déclaré que les informations selon lesquelles des agents de santé avaient exposé des peuples autochtones au virus n’étaient «pas concluantes».

#1259 vu sur nytimes.com

Etats Unis, Sarasota (FL) : alors que le coronavirus continue de se propager rapidement, des personnes affirment avoir reçu des résultats positifs sans avoir été testées et sont obligées ensuite de prouver qu’elles ne sont pas contaminées

Etats Unis, Sarasota, Floride. Alors que le coronavirus continue de se propager rapidement à travers l’État, des personnes affirment avoir reçu des résultats positifs sans avoir été testées, à cause d’une mauvaise traçabilité des tests. «J’ai reçu un appel me demandant et ils m’ont dit que j’avais été testé positif. Je me suis dit: “Positif pour quoi ?” Ensuite, la dame a dit pour COVID, et j’ai dit: «C’est impossible. Je n’ai jamais été testé, madame » témoigne une habitante de la région, qui s’était présentée au centre de test mais n’avait pas pu l’effectuer car il était réservé aux personnes présentant des symptômes. Les nombreuses personnes qui se retrouvent dans cette situation doivent ensuite prouver qu’elles ne sont pas contaminées pour être retirée de la base de données des infectés et faire supprimer l’information de leur propre dossier médical.

#1258 vu sur msn.com

Pérou, Espinar : deux véhicules des sociétés minières qui refusent de fournir du matériel sanitaire et de la nourriture à leurs salariés dans un contexte social très confrontatif ont été incendiés

Pérou, Espinar (Cusco). Des manifestants ont incendié deux véhicules à proximité de la ville d’Espinar selon la société minière Las Bambas. Le contexte social est très confrontatif et une série de manifestations ont eu lieu depuis le 15 juillet au moment où une grève illimitée a commencé contre la société minière Antapaccay. Il s’agit de lutter contre l’impact de la pandémie de COVID-19 et les situations de pauvreté terrible qu’elle engendre, ainsi que contre l’absence de protection sanitaire des travailleurs contre la propagation du virus. Suite à la mobilisation, les autorités de la région ont accepté de fournir des bons alimentaires, des médicaments et du matériel sanitaire contre le COVID-19. Cependant, les sociétés minières ont jusqu’à présent refusé de se conformer à l’accord, ce qui a déclenché une nouvelle vague de mobilisation dans la région.

#1257 vu sur telesurenglish.net

Royaume Uni, Leicester : les contaminations repartent à la hausse en particulier dans les usines textiles où des milliers de personnes travaillent pour environ 3,50 livres sterling l’heure sans avoir cessé pendant la pandémie et sans protection

Royaume Uni, Leicester. Les contaminations repartent fortement à la hausse dans le pays, et en particulier dans les usines textiles de Leicester où des milliers de personnes travaillent pour environ 3,50 livres sterling l’heure (3,86 euros), c’est-à-dire bien moins que le minimum légal (8,72 livres sterling pour les salariés âgés de 25 ans et plus). Ces contaminations sont liées au fait que ces ateliers ont continué à fonctionner sans protection sanitaire efficace pendant toute la phase de pandémie. Une ONG dit même « avoir collecté des informations selon lesquelles on a demandé aux gens de venir au travail même s’ils montraient des symptômes du Covid-19, sinon ils perdraient leur poste ». Le gouvernement britannique a réimposé début juillet un confinement strict dans la ville. Beaucoup de ces travailleurs et travailleuses sont issus du continent indien (37 % de la population locale).

#1255 vu sur lemonde.fr

Inde, Bombay : les autorités promeuvent des “casques intelligents” utilisés par des organisations humanitaires pour “tester” les habitants des bidonvilles

Inde, Bombay. Les autorités de Bombay, ville indienne la plus touchée par la pandémie de coronavirus, promeuvent des “casques intelligents” pour lutter contre la flambée des cas dans les bidonvilles. Ces casques, qui ont déjà été utilisés à Dubaï, en Chine et en Italie, permettent de mesurer la température de dizaines de personnes par minute, ce qui est beaucoup plus rapide que les méthodes de dépistage. Ce sont des ONG qui les utilisent dans les bidonvilles : “Vous allez dans un bidonville de 20.000 personnes et cela vous prend trois heures pour dépister 300 personnes”, a expliqué à l’AFP Neelu Jain, un volontaire de l’ONG Bharatiya Jain Sanghatana. “Quand vous utilisez ces casques, tout ce que vous avez à faire c’est de demander aux gens de sortir de chez eux, vous mettre devant eux et vous pouvez dépister 6.000 personnes en deux heures et demie”. Quatre “casques intelligents”, d’une valeur estimée à 600.000 roupies (environ 7.000 euros) sont utilisés à Bombay et dans ville voisine de Pune, toutes deux confinées pour lutter contre la pandémie. L’Inde est devenue vendredi la troisième nation à franchir la barre du million de cas détectés de Covid-19, après les Etats-Unis et le Brésil. Mais nombre d’experts pensent que ce chiffre est très inférieur à la réalité, car le taux de dépistage demeure faible. Plus de 28.000 malades ont péri. L’Etat du Maharashtra (ouest), où se trouve Bombay et ses bidonvilles, est le plus touché, devant New Delhi et le Tamil Nadu (sud).

#1281 vu sur notretemps.com

Pérou, San Pedro : les personnes autochtones auxquelles un antiparasitaire vétérinaire a été injecté sous la menace de perdre leur emploi souffrent de nombreux effets secondaires

Pérou, San Pedro. Les personnes auxquelles un antiparasitaire vétérinaire a été injecté comme un médicament contre le coronavirus souffrent de nombreux effets secondaires comme des maux de tête, des étourdissements, des maux d’estomac et des difficultés à dormir. Une partie d’entre eux accusent l’administrateur et un contremaître d’une entreprise bananière appelée El Misionero. Le “vaccin” aurait été appliqué cet entreprise et présenté comme obligatoire pour continuer à travailler sur place. Deux personnes qui ont refusé l’injection ont finalement été renvoyés de leur travail. Une plainte a été déposée et un suivi sanitaire des personnes qui ont reçu l’injection se met en place

#1238 vu sur www.lanacion.com.py

Allemagne, Pologne : une clôture électrifiée est en cours d’installation sur 62 km pour empêcher les sangliers infectés par la peste porcine de passer, elle poursuit les 248 km de clôtures déjà construites pour lutter contre l’immigration illégale

Allemagne, Pologne. La frontière entre l’Allemagne et la Pologne, au niveau des régions allemandes du Brandeburg, du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et de la Saxe, qui jusqu’en 2019 était non matérialisée (on pouvait passer à pied d’une forêt à une autre des deux pays), est en train d’être érigée pour empêcher les sangliers infectés par la peste porcine africaine (inoffensive pour les humains) de la transmettre aux porcs d’élevage (une des productions agro-alimentaire principales de l’Allemagne). Lundi 13 juillet, les autorités du Land du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale ont annoncé la construction d’une clôture, haute de 1,50 m et longue de 62 km, qui suivra le tracé de la frontière. Cet ensemble de clôtures a été annoncé durer au moins cinq ans. Cela complète les quelque 248 km de clôtures partiellement électrifiées, bâtis en début d’année par les autorités régionales du Brandeburg et de la Saxe entre autres pour lutter contre l’immigration illégale. Les contrôles aux frontières ont en effet été de plus en plus nombreux cette année, du côté de la Pologne comme du côté de la République Tchèque (les deux étant frontaliers avec la Saxe). Il y a 5 jours, 31 migrants ont été arrêtés par la police frontalière alors qu’ils étaient cachés dans un camion réfrigérant, chacun disposant de moins d’un mètre d’espace parmi les marchandises transportées.

#1236 Source Le Monde, Das Bild, Freie Presse

Turquie, Iran : 59 corps ont été retrouvés à ce jour dans le lac de Van à l’est de la Turquie, après le naufrage d’un bateau de migrants fin juin


Turquie, Iran. 59 corps ont été retrouvés à ce jour dans le lac de Van à l’est de la Turquie, après le naufrage d’un bateau de migrants fin juin. Il s’agit de migrants originaires du Pakistan, d’Afghanistan et d’Iran retrouvés plus de trois semaines après le naufrage de leur embarcation. Jusqu’à 100 personnes se sont noyées dans le lac de Van le 27 juin au cours d’un orage. Des villageois avaient également trouvé deux survivants qui ont contesté le chiffre de 60 à 70 personnes disparues, assurant que le bateau était massivement surpeuplé. La province de Van est le premier point de contact sur le territoire turc pour les personnes qui veulent fuir vers l’Europe après les guerres au Moyen-Orient et en Asie. La frontière et la région sont fortement militarisées. Avec l’aide de l’aide à la reconstruction de l’UE, deux bases militaires ont été construites de part et d’autre. En moyenne, entre 1 000 et 1 500 personnes originaires d’Afghanistan, d’Iran, d’Irak et d’Asie centrale arrivent à Van chaque jour. Le 26 décembre 2019, sept personnes ont été tuées lorsqu’un bateau transportant des réfugiés a coulé sur son chemin vers Bitlis. 64 personnes ont été secourues avec l’aide de villageois des environs.

#1244 vu sur anfenglishmobile.com

Chine, Royaume Uni : l’ambassadeur de Chine a démenti les “mauvais traitements” infligés à la population ouïghoure face auxs images de centaines de prisonniers enchaînés tournées par drone en aout 2019

Chine, Royaume Uni. L’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni a démenti les “mauvais traitements” infligés à la population ouïghoure dans la région du Xinjiang, alors qu’il était confronté à des images de prisonniers enchaînés entassés dans des trains prises il y a un an par des drones, expliquant qu’il s’agit d’un simple transport de prisonniers. Il a défendu le bilan de son pays en matière de droits de l’homme, insistant sur le fait que le peuple ouïghour vit dans une «coexistence pacifique et harmonieuse avec d’autres groupes ethniques», alors qu’il était confronté à des images de prisonniers enchaînés étant parqués dans des trains en Xinjiang et que la Chine est mise cause pour sa politique génocidaire comportant entre autres le contrôle forcé des naissances et des stérilisations, et l’enfermement des prisonniers dans des camps de rééducation. Les images de drones montrent des centaines d’hommes aux yeux bandés et enchaînés, qui semblaient être des Ouïghours et d’autres groupes ethniques minoritaires. La vidéo, publiée de manière anonyme en ligne l’année dernière, a été rediffusée récemment.

#1234 vu sur www.theguardian.com

France, Roanne : un détenu de 27 ans, enfermé au quartier disciplinaire, s’est suicidé en mettant le feu à son matelas ; les suicides sont sept fois plus nombreux en quartier disciplinaire.

France, Roanne. Un détenu de 27 ans du centre de détention de Roanne, qui était enfermé dans le quartier disciplinaire, s’est suicidé dans la nuit de ce vendredi à samedi. Il a mis le feu à son matelas et est mort suite à l’inhalation des fumées, aux alentours de minuit à l’hôpital. Dans les quartiers disciplinaires des prisons, les personnes détenues n’ont droit à aucune activité, ni affaires personnelles. Elles sont placées dans des cellules de 5 à 6 m2, avec pour seul équipement, des WC non cloisonnés, une tablette et un lit scellé au sol, et ne peuvent en sortir qu’une heure par jour pour se rendre dans une petite cour de promenade surplombée de grillage. Selon l’OIP, les suicides sont sept fois plus nombreux en quartier disciplinaire qu’en détention normale.

#1213 vu sur www.francebleu.fr

France, Vosges : trente cas de Covid-19 ont été détectés dans une maison d’accueil spécialisée accueillant des patients ayant des troubles psychiatriques, ils sont tous maintenus en quarantaine sur place

France, Vosges. Trente cas de Covid-19 ont été détectés la semaine dernière dans la maison d’accueil spécialisée (MAS) de Mattaincourt, dans les Vosges, qui accueille des patients qui ayant des troubles psychiatriques. Des premiers signes de Covid-19 sont apparus en début de semaine. Les 40 résidents ont fait des tests PCR mercredi et jeudi. 22 d’entre eux sont contaminés par le coronavirus. Tous les résidents sont enfermés dans leur chambre, y compris les personnes contaminées qui sont maintenues dans l’établissement. Au début de la pandémie, on se rappelle que les circulaires du Ministère de la Santé et de la Solidarité précisaient justement que les cas de Covid-19 dans des structures psychiatriques type maisons d’accueil devaient le plus possible y être maintenus (et donc non transférés à l’hôpital).
Pourtant, une partie du personnel de cette maison d’accueil, qui a aussi été contaminée (8 personnes) est par conséquent absente de l’établissement sans qu’il y ait eu de remplacement immédiat.

#1235 vu sur www.francebleu.fr

France, Mattaincourt : 30 cas de Covid-19 ont été détectés dans la maison d’accueil spécialisée (MAS) qui accueille des patients qui ont des troubles psychiatriques, la quarantaine se déroule dans l’établissement

France, Mattaincourt (Vosges). Trente cas de Covid-19 ont été détectés la semaine dernière dans la maison d’accueil spécialisée (MAS) de Mattaincourt,, qui accueille des patients qui ont des troubles psychiatriques. Des premiers signes de Covid-19 sont apparus en début de semaine. Les 40 résidents ont fait des tests PCR mercredi et jeudi. 22 d’entre eux sont contaminés par le coronavirus. Tous les résidents sont enfermés dans leur chambre, y compris les personnes contaminées qui sont maintenues dans l’établissement. Au début de la pandémie, on se rappelle que les circulaires du Ministère de la Santé et de la Solidarité précisaient justement que les cas de Covid-19 dans des structures psychiatriques type maisons d’accueil devaient le plus possible y être maintenus (et donc non transférés à l’hôpital). Pourtant, une partie du personnel de cette maison d’accueil, qui a aussi été contaminée (8 personnes) est par conséquent absente de l’établissement sans qu’il y ait eu de remplacement immédiat.

#1237 Source .francebleu.fr

Cambodge : des milliers de travailleurs dans les usines de vêtements et de chaussures qui ont fermé pendant la pandémie se mobilisent parce que leurs salaires ne sont plus payés

Cambodge. Des milliers de travailleurs de vêtements et de chaussures fermées pendant la pandémie se mobilisent parce que leurs salaires ne sont plus payés, ni les indemnités auxquels ils ont droit. Au moins douze usines employant 15 000 personnes sont dans ce cas. Certains employeurs ont commencé à payer mais la plupart ne le font toujours pas. Le ministère du Travail avait envoyé une directive en juin stipulant que les usines qui suspendaient leurs activités ou fermaient en raison de Covid-19 n’avaient pas besoin de prévenir les travailleurs. ni de les payer ou de les indemniser.

#1246 vu sur cambojanews.com

Colombie, Tibu : l’Association des paysans de Catatumbo dénoncé le massacre de huit personnes attribué à un groupe armé, 120 personnes ont été déplacées

Colombie, Tibu. L’Association des paysans de Catatumbo dénonce un assacre dans le village de Totumito-Carboneras, dans la municipalité de Tibú ( au nord de Santander). L’action, attribuée au groupe armé Los Rastrojos, l’un des groupes qui se disputent le contrôle des cultures et des trafics de drogue près de la frontière avec le Venezuela. aurait fait environ huit morts. 120 personnes ont été déplacées suite à cette tuerie.

#1231 vu sur www.elpais.com.co

France, Aubervilliers : plus d’un millier de migrants campent sur les berges du canal Saint Denis, plusieurs cas suspect de Covid ont été détectés

France, Aubervilliers. Plus d’un millier de migrants campent sur les berges du canal Saint Denis. La semaine dernière, plusieurs cas suspect de Covid ont été détecté dans une situation particulièrement favorable à une contamination massive. L’association humanitaire pro-migrants Utopia 56 demande un dépistage de masse et des mesures sanitaires. La question devient vite de savoir comment un tel “cluster” éventuel serait traité et quelles mesures répressives seraient prises dans le cadre d’une mise en quarantaine. Le 5 juin dernier, l’Etat a été condamné à distribuer masques et gels hydroalcoolique. C’est la Croix Rouge, assistant gestionnaire de l’Etat pour les toutes formes d’enfermement administratif depuis des décennies, qui est supposé se charger des distributions, et sur place aucun masque n’est disponible et les migrants disent n’avoir eu aucune information à ce sujet. Depuis plusieurs jours, les associations sont obligées de distribuer « des petits-déjeuners en portion individuelle sous plastique », pour limiter les contacts entre les migrants

#1228 vu sur www.francetvinfo.fr

Etats Unis : une note interne des autorités fédérales s’inquiète du fait que les masques empêchent la reconnaissance faciale dès le début des d’émeutes qui suite à la mort de Georges Floyd

Etats Unis. Selon une note interne du département de la Sécurité intérieure datée du 22 mai et diffusée parmi les informations des Blueleaks, les autorités fédérales s’inquiètent du fait que les masques contre le virus empêchent la reconnaissance faciale de la police. Le texte en question, rédigé par le DHS Intelligence Enterprise Counterterrorism Mission Center en collaboration avec une variété d’autres agences, y compris les services des douanes, de la protection des frontières et de l’immigration “examine les impacts potentiels que l’utilisation généralisée des masques de protection pourrait avoir sur les opérations de sécurité qui intègrent des systèmes de reconnaissance faciale – tels que des caméras vidéo, du matériel et des logiciels de traitement d’image et des algorithmes de reconnaissance d’image – pour surveiller les espaces publics pendant l’urgence de santé publique Covid-19 en cours et dans les mois suivant la disparition de la pandémie.” Le Minnesota Fusion Center, une agence de renseignement post-11 septembre a fait circuler cette note le 26 mai auprès de certains services locaux, alors que des manifestations se formaient contre le meurtre de George Floyd. La note dit craindre que les contestataires “ne profitent de l’épidémie” pour se masquer lors des manifestations : « les extrémistes violents et autres criminels qui ont toujours maintenu un intérêt à éviter la reconnaissance faciale», indique le texte, «sont susceptibles de saisir de manière opportuniste les mesures de sécurité publique recommandant le port de masques faciaux pour nuire à l’efficacité des systèmes de reconnaissance faciale ». Pendant ce temps, des techos zélés, par exemple sur le site faceidmasks.com, proposent des masques imprimés avec la partie cachée du visage de la personne, qui seraient en mesure de permettre une reconnaissance faciale malgré la protection, ce qui est, a minima, douteux étant donné que la reconnaissance faciale fonctionne en 3D

#1226 vu sur theintercept.com

Etats Unis, Seagoville : sur les 1798 détenus de l’Institut correctionnel fédéral au moins 1072 ont contracté le virus

Etats Unis, Seagoville (Texas). Sur les 1798 détenus de l’Institut correctionnel fédéral de Seagoville, au moins 1072 ont contracté le virus, ce qui montre une augmentation très importante puisqu’ils étaient un peu plus de 600 la semaine dernière. Au nievau fédéral, les chiffres officiels donnent près de 3 600 détenus et plus de 300 membres du personnel pénitentiaire testés positifs. 97 détenus fédéraux et un employé sont décédés. La propagation très rapide du virus dans les lieux d’enfermement est une autre manière pour la prison de tuer.

#1223 vu sur www.nbcnews.com

France, Landes : des saisonniers, la plupart d’origine colombienne, travaillant sans contrats, saisissent l’Inspection du Travail et dénoncent les cadences, les conditions de logement et les violences verbales qu’ils subissent.

France, Landes. Des saisonniers, la plupart migrants (notamment depuis la Colombie) travaillant dans une exploitation de carottes des Landes (les Fermes Larrère à Liposthey) saisissent l’Inspection du Travail et dénoncent les cadences, les conditions de logement et les violences verbales qu’ils subissent. Pas de draps, pas de douche, de toutes petites chambres sales, des toilettes pleines de boue, des journées de travail de 12 heures en plein soleil, sans pause, avec des insultes. Ils sont employés sans contrat de travail, le seul contrat étant antidaté et envoyé a posteriori, une fois qu’ils sont de retour en Colombie. En pleine période de pandémie, les exploitations agricoles ressemblent véritablement à des camps de travail où les saisonniers peuvent être maintenus confinés, alors même qu’ils sont souvent logés dans des conditions précaires et que jusqu’à maintenant deux de ces lieux de travail et d’enfermement dans les Landes ont été identifiés comme des “clusters” (à Parentis-sur-Born et à Ychoux).

#1286 vu sur francebleu

Méditerranée : un corps non identifié a dérivé pendant près de 3 semaines, malgré les différentes alertes et demandes d’intervention sans aucune recherche sur ce qu’il est advenu des autres naufragés

Méditerranée. Un corps non identifié a dérivé en Méditerranée pendant près de 3 semaines malgré les demandes d’un groupe de secours en direction de la Libye, de l’Italie et de Malte. Le 29 juin, Seabird, un avion de surveillance exploité par le groupe de recherche et sauvetage Sea-Watch, montre le corps tourné vers le bas dans les eaux agitées de la Méditerranée, emmêlé dans un canot gris à demi coulé. Trois semaines plus tard, Sea-Watch a déclaré que le corps flottait encore, malgré les différentes alertes et demandes d’intervention. Les autres passagers de l’embarcation n’ont pas non plus été recherchés. Bien que chaque État ait la responsabilité de mener des opérations de recherche et de sauvetage dans une zone définie, la Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes stipule qu’il a l’obligation d’intervenir dans la zone d’un autre État s’il ne répond pas à une demande d’aide de cette zone. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), près de 400 personnes sont mortes en Méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe depuis les côtes africaines cette année. Une porte-parole de Sea-Watch a déclaré que cette situation met en évidence le manque croissant de collaboration des autorités dans la conduite des opérations de sauvetage. “Ils attendent des heures, laissant les gens à l’agonie avec la pensée qu’ils pourraient même mourir. Vendredi, les garde-côtes de Malte ont secouru 65 migrants qui étaient restés en mer pendant 30 heures malgré l’alerte d’AlarmPhone qui avait informé à plusieurs reprises les autorités maltaises et italiennes de la position du navire et de la panne du moteur. Au lieu de financer des opérations de sauvetage efficace, l’Union européenne aurait envoyé des centaines de millions de dollars en Libye, le principal point de départ pour les personnes essayant de rejoindre l’Europe depuis l’Afrique, finançant en particulier les manoeuvres de gardes côtes lybiens pour repousser les embarcations ainsi que la mise en place de centres de rétentions en Lybie. Jeudi, le Parlement italien a approuvé un financement supplémentaire pour les garde-côtes libyens. Cette décision intervient alors que la ministre italienne de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, était à Tripoli pour des entretiens de haut niveau visant à renforcer la collaboration entre les deux pays dans le contrôle des frontières.

#1230 vu sur www.aljazeera.com

France, Villepinte : des détenus déposent plainte suite au décès de l’un d’entre eux qui est mort dans l’incendie de sa cellule faute d’une intervention suffisamment rapide

France, Villepinte. Des détenus inquiets pour leur sécurité déposent plainte suite au décès de l’un d’entre eux dans l’incendie de sa cellule. Ils sont onze à avoir signé un texte dans lequel ils racontent leur sentiment d’insécurité, après l’incendie. Ils racontent avoir senti l’odeur du corps qui brûle et entendu ses cris, impuissants, alors que d’après plusieurs détenus, les secours auraient mis une heure à intervenir. L’alarme incendie ne se serait pas déclenchée dans le bon bâtiment. Une plainte contre X a été déposée pour “non-assistance à personne en danger” et “mise en danger de la vie délibérée d’autrui”. Deux autres plaintes devraient êtres déposées, dans les prochain jours. Le tribunal administratif de Montreuil a rejeté mercredi la requête des avocats. Il estime que le ministère de la Justice a apporté des garanties suffisantes sur la sécurité incendie de la maison d’arrêt. La direction interrégionale des services pénitentiaires confirme que “la commission incendie concernant la maison d’arrêt de Villepinte a émis un avis favorable en juin 2020”. La version officielle valide l’intervention comme ayant eu lieu moins de 10 minutes après l’alerte, version que contestent les détenus mais aussi certains membres du personnel, et un document confirme que les pompiers sont arrivés dans le bon bâtiment alors que le feu était déjà éteint, et le détenu déjà décédé.

#1217 vu sur www.francebleu.fr

France, Saint-Denis : le directeur du centre de loisirs de Gutenberg ainsi que quatre animateurs ont été licenciés pour avoir maltraité une petite fille de deux ans, et pour la diffusion de la video qui filmait la maltraitance

France, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). La mairie a destitué le directeur du centre de loisirs de Gutenberg ainsi que quatre animateurs pour avoir maltraité une petite fille de deux ans. Les faits ont été découverts grâce à une vidéo qui circulait sur Snapchat où on voit un des animateurs, agacé par les pleurs de la petite fille qui ne s’endort pas pour la sieste, s’approcher d’elle et la pousser violemment contre le sol. Dans la même vidéo, d’autres comportements violents envers les enfants sont visibles, sans que les personnes ne soient identifiables.

#1224 vu sur www.lefigaro.fr

Chine : une économie parallèle de vente illégale de données de reconnaissance faciale se développe, pour 0,06 euro, on peut acheter une image faciale

Chine. Alors que les systèmes fondés sur la reconnaissance faciale, présentés par le pouvoir comme garantie de la sécurité publique, se sont fortement développés pour sécuriser toutes sortes d’échanges ou de contrats, une économie parallèle de la vente illégale de ces données s’est aussi mise en place. Sur ce marché noir, pour cinquante centimes de yuans, soit 0,06 euro, on peut acheter une image faciale. Un vendeur a ainsi proposé “un total de 20 000 images, prix non négociable”, sur le réseau social WeChat, aux journalistes de l’agence de presse officielle qui enquêtent sur ce trafic. Les journalistes constatent que “de nombreuses personnes vendent ouvertement des données faciales” sur différentes plateformes de vente en ligne. Certains vendeurs proposent également un logiciel d’“animation des photos” pour transformer un portrait en animation 3D qui “cligne des yeux, ouvre la bouche, hoche la tête”, des expressions souvent demandées lors de l’identification dans les dispositifs sécurisés par ce procédé.

#1209 vu sur www.courrierinternational.com

Yemen : des milliers d’éthiopiens bloqués depuis le début de la pandémie et accusés d’être responsables de la propagation du virus, sont déplacés de force, pourchassés, harcelés et torturés

Yemen. Au moins 14 500 migrants africains, pour la plupart originaires d’Ethiopie, bloqués au Yémen depuis le début de la pandémie, ont été accusés d’être responsables de la propagation du virus et transférés de force à l’intérieur du pays. Les migrants se retrouvent stigmatisés en tant que porteurs potentiels du virus et sont pourchassés, harcelés, rassemblés et déplacés dans différentes provinces éloignées des principaux centres urbains selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Au cours des cinq années de guerre civile au Yémen, les migrants africains qui cherchent à atteindre l’Arabie saoudite sont particulièrement mis en danger lors de leur traversée du Yemen. Cette situation s’est grandement empirée avec la crise sanitaire. Un migrant a déclaré qu’il avait été détenu et torturé par des trafiquants pendant près de deux mois avant d’atteindre la capitale yéménite, Sanaa. “Parfois, les gens viennent nous donner des coups de pied ou nous frapper avec des bâtons pendant que nous essayons de dormir.” témoigne un autre migrant. En plus d’être déplacés de force, certains d’entre eux sont détenus dans des centres dans des conditions catastrophiques. Les autorités gouvernementales ont enregistré au moins 1 516 infections et 429 décès en quelques jours.

#1203 vu sur www.aljazeera.com

Méditerranée : la quarantaine imposée alors qu’aucun des membres de l’équipage n’a été testé positif au virus prend fin pour l’équipage du Mediterranea, les opérations de sauvetage empêchées vont reprendre

Méditerranée. La quarantaine ordonnée par les autorités sanitaires au port d’Augusta prend fin pour l’équipage du Mediterranea, après 50 jours en mer et 110 personnes récupérées. L’équipage témoigne : de nombreux cadavres ont été identifiés en mer par des avions humanitaires ou des bateaux de plaisance, et les garde-côtes libyens, en bonne entente avec l’agence Frontex de l’Union européenne,, capturent et repoussent ceux qui fuient la Libye. La mise en quarantaine qui a bloqué au port le navire pendant deux semaines, empêchant les intervention de sauvetage, a été imposée alors qu’aucun des membres de l’équipage n’a été testé positif au virus.

#1199 vu sur www.vita.it

Mexique, Mexico : en moins de deux jours le nombre d’infection a doublé dans les prisons, passant de 1100 à 2305, les proches ne sont pas informés

Mexique, Mexico. En moins de deux jours le nombre d’infection a doublé dans les prisons, passant de 1100 à 2305, avec 197 décès. L’opacité règne et les proches ne sont pas informés, alors que les prisons représentent désormais près de 50% des contagion au niveau national. La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a publié il y a à peine 10 jours un rapport spécial sur les centres pénitentiaires et le Covid19 où aucune mention n’est faite de ces contagions et de ces décès. L’organisation humanitaire Asilegal alerte sur la situation et demande que la commission nationale de prévention de la torture (MNPT) puisse se rende dans les centres pénitentiaires pour identifier les mesures prises pour gérer cette pandémie et constater celles qui constituent un traitement cruel inhumain ou dégradant envers les détenus.

#1198 vu sur asilegal.org.mx

Italie, Calabre : cédant aux pressions de la population locale, les autorités italiennes ont fait transférer 13 migrants malades du coronavirus depuis Amantea vers l’hôpital militaire à Rome

Italie, Calabre. Cédant aux pressions de la population locale, les autorités italiennes ont fait transférer 13 migrants malades du coronavirus depuis Amantea, en Calabre, vers l’hôpital militaire Celio à Rome. La gouverneure calabraise demande à ce que tous les migrants secourus en mer soit placés en quarantaine dans des bateaux au large des côtes italiennes. Les 13 migrants testés positifs faisaient, eux, partie d’un contingent de 70 Bangladais qui, après leur sauvetage, ont été répartis à travers la Calabre. A l’annonce des cas positifs au covid, des habitants d’Amantea ont alors commencé à protester contre l’arrivée de migrants, ils ont d’abord coupé une route nationale dimanche en formant une chaîne humaine puis se sont rassemblés pour manifester dans le centre de cette petite ville côtière de 14 000 habitants. Ils menacent de poursuivre les blocages et les manifestations si aucune mesure n’est prise pour éloigner les migrants malades. L’armée avait dû être appelée en renfort, mardi 14 juillet, pour maintenir le calme autour du bâtiment où se trouvaient les migrants.

#1323 vu infomigrants.net

Etats Unis, Pontiac : une adolescente de 15 ans qui n’avait pas fait ses devoirs en ligne est incarcérée depuis mi-mai en détention pour mineurs parce qu’un juge a décidé que ne pas faire ses devoirs violait sa probation

Etats Unis, Pontiac (Michigan). Une adolescente de 15 ans qui n’avait pas fait ses devoirs en ligne est incarcérée depuis mi-mai en détention pour mineurs pendant la pandémie de Covid parce qu’un juge a décidé que ne pas faire ses devoirs violait sa probation. C’est apparemment le seul cas de cette nature à être connu. Sa mère explique la situation par une discrimination liée au fait que la jeune fille es d’origine afro-américaine dans un quartier à prédominance blanche et dans un comté où un pourcentage disproportionné de jeunes noirs sont impliqués dans le système de justice pour mineurs. Sur l’ensemble du territoire, les districts scolaires ont recensé des dizaines de milliers d’élèves qui n’ont pas réussi à se connecter ou à terminer leurs travaux scolaires : 15000 élèves du secondaire à Los Angeles, un tiers des élèves des écoles publiques de Minneapolis et environ un quart des élèves des écoles publiques de Chicago. Par ailleurs plusieurs Etats ont donné des consignes visant à limiter le nombre de mineurs en détention en période de pandémie. Dans le Michigan, un décret exécutif a été publié en mars pour suspendre temporairement l’emprisonnement des mineurs qui violent la probation, sauf indication contraire d’une ordonnance du tribunal. Depuis deux mois, la situation reste inchangée et sa mère se voit refuser toute visite.

#1190 vu sur www.propublica.org

France, Paris : un jeune garçon de 16 ans a été grièvement blessé à la Goutte d’Or, par un tir de LBD à Paris la nuit du 13 au14 juillet alors qu’il fêtait l’obtention de son brevet

France, Paris. Un jeune garçon de 16 ans a été grièvement blessé à la Goutte d’Or, par un tir de LBD à Paris la nuit du 13 au14 juillet alors qu’il fêtait l’obtention de son brevet. Son oeil est détruit et sa machoire est fracassée ainsi que plusieurs os du visage, il sera opéré au début mois d’aout est reste hospitalisé jusque là. Alors qu’il avait le visage en sang, les policiers n’ont pas appelé les secours et c’est par des habitants du quartier qu’il a été secouru. L’adolescent dit avoir vu un flash avant de recevoir la balle en pleine figure, ce qui pourrait indiquer que son visage a été visé.

#1245 vu sur actu.fr

Espagne, Maroc : 7 200 travailleurs migrants, principalement des travailleuses saisonnières marocaines, sont bloquées en Espagne dans des conditions invivables, un groupe de 15 femmes a organisé une manifestation à Cartaya, Huelva

Espagne, Maroc. 7 200 travailleurs migrants, principalement des travailleuses saisonnières marocaines se considèrent comme « abandonnées » par le Maroc en Espagne et appellent à l’aide. Arrivées en Espagne pour cueillir des fruits en mars, elles sont prises au piège depuis la fin du mois de mai sans pouvoir rentrer chez elles parce que le Maroc a fermé ses frontières. Leurs conditions de vie sur place deviennent de plus en pus précaires. Jeudi, un groupe de 15 femmes a organisé une manifestation à Cartaya, Huelva.
Le ministère marocain des affaires étrangères a annoncé que ses frontières seraient rouvertes aux citoyens et aux résidents à partir du 14 juillet, mais on ne sait pas encore si ces mesures seront utiles aux femmes en détresse, car les ferries à destination du Maroc partiront exclusivement des ports de Sète, en France, et de Gênes, en Italie, qui sont tous deux à plus de 1 000 km de la province espagnole de Huelva. Les voyageurs, tant sur les ferries que sur les vols de retour vers le Maroc, devront également fournir un test de diagnostic du coronavirus datant de moins de 48 heures. Beaucoup de femmes travaillent dans des régions isolées et n’ont pas les moyens de se rendre dans les aéroports, de prendre l’avion ou de se faire tester. L’Espagne et le Maroc ont signé un accord en 2001 accordant aux travailleuses saisonnières des visas temporaires pour récolter des fruits en Espagne. Le gouvernement espagnol a prolongé les permis de séjour des femmes jusqu’en septembre mais sans rien faire pour rendre possible leur vie quotidienne. Depuis qu’elles se sont manifestées quelques mesures d’aide d’urgence ont été prises, sans résoudre la situation. Beaucoup habitent dans des lieux très précaires, des hangars où il fait une chaleur étouffante, sans eau.

#1194 vu sur moroccomail.fr

France, Paris : des policiers appelés pour tapage nocturne embarquent sept personnes sont interpellées pour “tapage nocturne” avec une grande violence, les policiers demandent à l’une d’entre elles de “laver son propre sang”

France, Paris. Une soirée d’anniversaire se transforme en cauchemar dans le 19ème arrondissement, les policiers appelés pour tapage nocturne interviennent avec violence contre des personnes qui réagissent lorsque la jeune fille verbalisée revient en sang dans l’appartement, et arrêtent sept personnes pour “outrage” et “violences”. Les policiers sont accusés de violences lors de l’interpellation et au commissariat, comme en témoigne l’un des interpellés : “Les policiers m’ont frappé et m’ont demandé de nettoyer mon propre sang”. Les sept personnes sont désormais toutes sorties de garde à vue. L’un d’entre souffre d’une fracture au niveau de l’arcade sourcilière. Pour d’autres, on parle aussi de “bleus”, de “coquards”, d’un “bras cassé”, d'”insultes homophobes”, d'”injures sexistes”. Cinq d’entre eux sont poursuivi mais le parquet de Paris a dessaisi le commissariat central du 19e arrondissement de l’affaire. L’enquête sera traitée par un autre service enquêteur.

#1192 vu sur www.francetvinfo.fr

Etats Unis : l’application LinkedIn de Microsoft est sous le coup d’une plainte parce qu’elle utilise un accès aux contenus detout ce que utilisateurs du Universal Clipboard d’Apple et les autres appareils à proximité auraient copient dans leur presse papier

Etats Unis. L’application LinkedIn de Microsoft est poursuivie en Californie pour avoir eu accès au contenu du presse-papiers des utilisateurs du Universal Clipboard d’Apple, l’avoir stocké et utilisé. Universal Clipboard permet aux utilisateurs de copier du texte, des images, des photos et des vidéos sur un appareil Apple, puis de coller le contenu sur un autre appareil Apple. 53 applications, dont TikTok et LinkedIn, auraient ainsi accès au contenu du presse-papiers des utilisateurs. Selon la plainte déposée, LinkedIn n’a pas seulement espionné ses utilisateurs, il a espionné leurs ordinateurs et autres appareils à proximité avec lesquels les ordinateurs communiquent.

#1176 vu sur www.reuters.com

France, Calais : les services de l’Etat et de la police ont expulsé plus de 500 migrants d’une zone industrielle. Les associations humanitaires parlent de “chasse à l’homme”

France, Calais. Selon la préfecture, 516 migrants (plus de 1200 d’après une association locale) ont été expulsés d’une zone industrielle dans laquelle il avaient installé un campement, dans le cadre d’une opération de “mise à l’abri”, c’est-à-dire une opération de police menée par des CRS, des gendarmes et la police aux frontières pour détruire les habitations et contraindre les migrants à monter dans des bus pour les évacuer, soit en “centres d’accueil” ailleurs en France, soit directement en rétention administrative. La presse parle de 13 personnes (familles et mineurs) orientées vers des “centres d’hébergements” et de 20 personnes en centre de rétention. On ne connait pas la destination des autres (16 bus ont été déplacés pour l’occasion). Cette opération de répression policière s’est déroulée suite au fait que les propriétaires des terrains concernés ont saisi le Tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer qui a rendu deux ordonnances d’expulsion le 10 juin.. Les associations humanitaires proches ont toutes dénoncé l’opération, parlant de “chasse à l’homme”. Le matériel utile à la vie quotidienne présent (amassé jusque là par les habitants) sur place à été ramassé par une usine de nettoyage. C’est pratique, c’est propre et en plus ça donne moins envie de se réinstaller… Le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se rendra dimanche à Calais, sans doute pour vérifier que le “nettoyage” a été bien fait…

#1161 vu sur www.leparisien.fr

France, Champlitte : les services de protection des animaux découvrent un petit enfant vivant à l’abandon au milieu d’excréments et de cadavres d’animaux, alors que la famille était suivie par les services sociaux

France, Champlitte (Haute-Saône). Les services de protection des animaux découvrent un enfant qui vivait à l’abandon au milieu d’excréments et de cadavres d’animaux. La famille, comportant quatre adultes dont sa mère, était pourtant suivie par les services sociaux du département que les voisins ainsi que le maire avaient de nombreuses fois alertés sans qu’ils interviennent dans le logement. Il était scolarisé et faisait l’objet d’une mesure AEMO (action éducative en milieu ouvert), comprenant un suivi par un éducateur. Plusieurs adultes extérieurs à la famille, qui l’ont donc côtoyé régulièrement, avec pour mission de le protéger, n’ont rien perçu de sa situation… Les descriptions et images diffusées par le presse de cet appartement sont insoutenable. Les bas de porte sont défoncés, sans doute par les animaux qui ont essayé de fuir par tous les moyens : pour accéder à l’étage, la famille devait passer à côté d’un cadavre de rottweiler en putréfaction, quasiment momifié. C’est d’ailleurs les services de protection des animaux à l’appel de “30 Millions d’amis” qui interviennent finalement et découvrent l’enfant. Les services sociaux refusent de s’exprimer sur cette situation. Une ordonnance de placement provisoire de l’enfant a été délivrée à la suite de la saisie des animaux lundi mais la mesure n’a pas été appliquée car la mère et l’enfant se sont enfuis.

#1177 vu sur www.estrepublicain.fr

International : une experte dénonce à l’ONU la généralisation de l’utilisation des drones armés sans dispositifs d’encadrement légaux

International. Une experte dénonce à l’ONU la généralisation de l’utilisation des drones armés et le fait que cet usage ne soit pas encadré par des dispositifs légaux internationaux. Environ 40 pays disposent ou sont en train de se procurer des drones armés. Le monde est, à ses yeux, entré dans une nouvelle « ère des drones » dans laquelle un « large éventail d’acteurs étatiques et non étatiques déploient des drones toujours plus avancés » sur le plan technologique. Elle estime qu’au moins 102 pays utilisent actuellement des drones militaires, et environ 40 disposent déjà ou sont en train de se procurer des drones armés. 35 d’entre eux sont dotés des drones armés considérés comme les plus meurtriers. Depuis 2015, au moins 11 pays (Israël, l’Iraq, l’Iran, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la Turquie, les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Egypte, le Nigéria et le Pakistan) auraient déployé des drones armés, y compris pour recourir à la force en commettant des assassinats ciblés. De tels drones ont aussi été déployés pour suivre les manifestations contre le racisme et la police aux Etats Unis. Elle estime par ailleurs qu’une vingtaine d’acteurs non étatiques disposeraient de systèmes de drones armés et non armés. Il s’agit notamment de « l’Armée nationale libyenne », du « Harakat Tahrir al-Sham », du « Djihad islamique palestinien », des transfuges militaires vénézuéliens, du « Partiya Karkerên Kurdistanê », du groupe « Maute », du cartel de « Jalisco Nueva Generación », des rebelles houthis et du groupe « Etat islamique ».

#1171 vu sur news.un.org

Etats Unis : foncer en voiture dans les manifestations contre le racisme et la police a été une pratique de “contre-manifestation” récurrente et défendue sur les réseaux sociaux par l’extrême droite depuis le début de la mobilisation

Etats Unis. Foncer en voiture dans les manifestations contre le racisme et la police a été une pratique de “contre manifestation” récurrente et défendue sur les réseaux sociaux depuis le début de la mobilisation aux Etats Unis. En effet au moins 68 personnes ont foncé en voiture dans des manifestants de Black Lives Matter depuis le 25 mai. La plupart du temps il s’agit de civils d’extrême droite, mais cinq fois il s’agit de policiers. Plusieurs manifestants ont été blessés et au moins une personne est décédée à Seattle alors que les manifestants avaient envahit l’autoroute. Selon une étude faite à Chicago, 18 des attaques sont avérées comme “délibérées”, mais la plupart sont encore sous enquête. Début juin, un scanner de la police de New York a diffusé des messages prônant le renversement des manifestants et en 2017, un officier de l’Oregon avait déjà posté sur le site de médias sociaux, disant: « Lors de la rencontre avec de telles foules rappelez-vous, il y a 3 pédales sur votre plancher.”

#1163 vu sur www.mic.com

Indonésie, Lombok : un responsable impose aux femmes fonctionnaires de sa région de porter le voile au lieu du masque contre la propagation du virus

Indonésie, Lombok. Un responsable impose aux femmes fonctionnaires de sa région de porter le voile au lieu du masque contre la propagation du virus. «C’est uniquement pour la prévention du Covid-19. Ce n’est pas fondé sur les enseignements religieux radicaux ou le fanatisme», s’est défendu Mohammad Suhaili Fadhil Thohir, régent du district central de Lombok, île indonésienne voisine de Bali. Il affirme que cette décision a été prise parce que des femmes se sont plaintes de l’obligation de porter le masque lors des exercices sportifs obligatoires. Environ 90% des quelque 4.000 femmes employées par l’administration de Lombok centre sont musulmanes, mais le voile se porte habituellement uniquement sur les cheveux en Indonésie et ne couvre pas le visage. La mesure fait donc polémique parce qu’elle apparaît comme une forme de propagande religieuse, dans la même logique que la mesure récente rendant le hidjab obligatoire pour les filles musulmanes dans les écoles publiques de l’archipel. d’autant plus que le voile ne protège pas du virus… Certaines régions parmi les plus conservatrices, comme Aceh sur l’île de Sumatra ont imposé le hidjab à toutes les femmes, tandis qu’à Lombok il ne se retrouve obligatoire que pour les fonctionnaires.

#1216 vu sur www.la-croix.com

Etats Unis : 5,5 fois plus de personnes infectées dans prison qu’en dehors, avec un taux de mortalité trois fois plus élevé

Etats Unis. Il y a 5,5 fois plus de personnes touchées par le virus en prison que dans le reste de la population, avec un taux de mortalité trois fois plus élevé, selon un rapport publié dans JAMA. Ces chiffres ont été établis par des chercheurs à partir des données officielles qui sont sujettes à caution, sans doute minimisées ne serait-ce que parce que certaines prisons ne signalent pas de cas, et d’autres ne testent pas du tout les détenus.. Au total, 42 107 des 1 295 285 détenus avaient été infectés par le nouveau coronavirus en juin, pour un taux de 3,25%, contre 0,59% dans la population générale américaine. Parmi les détenus infectés, 510 sont décédés. Le taux de cas de COVID-19 dans les prisons était inférieur à celui de la population générale jusqu’à la mi-avril. Mais depuis, certaines prisons ont connu des flambées impliquant 65% des détenus, comme à San Quentin en Californie.ou 7 prisonniers sont récemment décédés.

#1160 vu sur www.cidrap.umn.edu

Etats Unis, Floride : le dirigeant de la “Genesis II Church of Health and Healing” a été inculpé avec ses trois fils pour la vente d’un mélange toxique supposé guérir du Covid-19,

Etats Unis, Floride. Un partisan de Trump et dirigeant d’une église sectaire, la “Genesis II Church of Health and Healing”, a été inculpé avec ses trois fils pour avoir vendu un mélange toxique ressemblant à du désinfectant en prétendant qu’il guérissait plusieurs maladies, dont le Covid-19, mais aussi Alzheimer, l’autisme, le cancer du cerveau, le sida et la sclérose en plaques. Ils vantaient et ont commercialisé pour 500 000 dollars sur internet un produit baptisé la Solution Minérale Miracle (MMS). Plusieurs personnes ont dû être hospitalisées, et certaines sont mortes avoir bu du MMS.

#1159 vu sur www.laprovence.com

France, Guyane : la diffusion de l’épidémie se poursuit, et engendre une tension sociale grandissante, en particulier à cause des pénuries alimentaires qui touchent les pus pauvres

France, Guyane. La diffusion de l’épidémie se poursuite et s’accroit et engendre une tension sociale grandissante, en particulier due aux pénuries alimentaires qui touchent les pus pauvres. L’état d’urgence est prolongé jusqu’au 30 octobre prochain. Les trois hôpitaux français voisins du Brésil ont annoncé avoir déclenché le “plan blanc” pour faire face à l’épidémie de coronavirus. 48 réservistes sanitaires doivent arriver en Guyane cette semaine pour renforcer l’équipe de 153 soignants déjà sur place. Le service de santé des armées va également envoyer 20 militaires spécialisés dans la réanimation. Dans les bidonvilles de Cayenne, les habitants ne trouvent plus de petits boulots et n’ont plus aucuns revenus. L’aide alimentaire est très insuffisante face à la gravité de la situation, et des problèmes de malnutrition commencent à se manifester. Dans ce territoire qui compte 300.000 habitants officiels et de nombreux citoyens en situation irrégulière, les services de l’État recensent depuis la mi-mars “30.000” bénéficiaires “réguliers” de l’aide alimentaire, soit six fois plus qu’habituellement. Les migrants d’origine haïtienne, souvent en situation irrégulière sont les plus touchés, en plus de l’ostracisme grandissant dont ils font l’objet.

#1144 vu sur clicanoo.re

France : 91,5% de reçus au bac, l’enseignement supérieur ne pouvant pas “absorber” cette quantité d’étudiant, l’algorithme de Parcours sup risque bien de proposer n’importe quoi aux candidats

France. 91,5% des candidats ont été déclarés reçus au bac. Avec ce taux record de réussite, qui n’empêche pas que certains fassent les frais d’une gestion arbitraire avec quelques classes entières recalées, la question se pose de savoir comment l’enseignement supérieur va pouvoir absorber le flot de nouveaux bacheliers. Les universités préviennent qu’elles ne sont pas prêtes, et les mystérieux algorithmes de Parcours sup risquent bien de proposer n’importe quoi à n’importe qui étant donné qu’ils sont supposés proposer une solution à chaque bachelier. On sait déjà que c’est plutôt l’ouverture de filières courtes type BTS qui est prévue dans l’urgence. Consigne est aussi donnée d’éviter les redoublement en première année de fac pour libérer des places.

#1343 vu sur huffingtonpost.fr

France : le Défenseur des droits formule ses dernières recommandations à propos du maintien de l’ordre dont la dénonciation du LBD, et de l’usage abusif des gardes à vue et des nasses en manifestation.

France. Juste avant la fin de son mandat, le Défenseur des droits formule, à destination du ministère de l’intérieur, huit nouvelles recommandations qui concernent le maintien de l’ordre et en rappelle quatre autres déjà faites ces derniers mois, à commencer par l’interdiction du lanceur de balles de défense (LBD) dans un contexte de maintien de l’ordre. Il demande notamment « qu’il soit mis fin à la pratique conduisant à priver de liberté des personnes sans cadre juridique ». Un réquisitoire sévère contre l’usage abusif des gardes à vue, des interpellations de groupe, des contrôles délocalisés et des nasses en manifestation.

#1169 vu sur www.lemonde.fr

France, Toulouse : 25 urgentistes démissionnent et dénoncent le manque de moyens à l’hôpital

France, Toulouse. 25 urgentistes démissionnent et dénoncent le manque de moyens à l’hôpital. « La seule de nos revendications, celle de la sécurité de nos patients, est traitée avec le plus grand mépris », constatent les médecins. La direction du CHU de Toulouse vient de décider de suspendre les maigres moyens supplémentaires accordés pendant la crise sanitaire. « On se voit mal revenir à la situation de pénurie d’avant Covid, on est tous, à différents niveaux, à bout. On est tous fatigués, inflammables, désabusés », confie un des 25 signataires, qui préfère rester anonyme. Le mouvement pourrait s’étendre à d’autres villes.

#1154 vu sur www.lefigaro.fr

Méditerranée : l’Italie immobilise le navire Sea Watch 3, l’Ocean Viking est en quarantaine, aucun bateau de sauvetage ne circule alors que 250 migrants en perdition ont été signalés en mer

Méditerranée. L‘Italie immobilise le navire Sea Watch 3 en raison d’« irrégularités de nature technique et opérationnelle » non précisées. Les gardes-côtes ne précisent pas la nature de ces irrégularités et ajoutent avoir relevé « certaines violations » – également non spécifiées – « des règles de protection de l’environnement marin ». Le navire a donc été placé en « immobilisation administrative », qui ne sera levée que lorsque les irrégularités auront été corrigées. L’Océan Viking est en quatorzaine depuis le 7 juillet quand enfin, après 11 jours d’attente, il a pu débarquer les migrants rescapés qui étaient à bord qui ont été enfermés sur le Moby Zaza dans le port d’Empédocle en Sicile. Les bateaux de sauvetage sont donc tous les deux à nouveaux bloqués dans les ports, les avions observent les bateaux de migrants en détresse mais aucun sauvetage n’a lieu. La dernière observation concerne un bateau surchargé de migrants à 76 kilomètres d’Abu Kammash, en Libye. Moonbird, l’avion de l’ONG Sea Watch laissé seul pour patrouiller en Méditerranée a observé un bateau de fortune avec au 250 personnes visibles sur le pont, et sans doute d’autres à l’intérieur en perdition en mer. Le Talia, navire de commerce, est quant à lui toujours bloqué en mer. En février dernier, la barre des 20 000 migrants morts en Méditerranée depuis 2014 a été franchie, sans compter ceux de la période de pandémie.

#1153 vu sur www.leparisien.fr

Brésil : le président Bolsonaro met son veto à ce qu’une obligation de fournir de l’eau et des lits d’hôpital aux populations autochtones soit indiquée dans la nouvelle loi sensée les protéger

Brésil. Le président Bolsonaro met son veto à ce qu’une obligation de fournir de l’eau et des lits d’hôpital aux populations autochtones soit indiquée dans la nouvelle loi sensée les protéger. La loi adoptée par le Congrès le 16 juin, a été publiée aujourd’hui avec les vetos au Journal officiel, dont un véto présidentiel aux articles qui auraient contraint le gouvernement brésilien à garantir aux peuples autochtones et aux quilombolas (descendants d’esclaves d’origines africaine qui ont fui et construit des communautés traditionnelles pendant l’esclavage) l’accès universel à l’eau potable et la distribution gratuite d’hygiène, de matériel de nettoyage et désinfection dans les villages ainsi que la fourniture de lits de soins intensifs dans les hôpitaux et de ventilateurs et de machines médicales d’oxygénation du sang.

#1146 vu sur 24.sapo.pt

France, Perpignan : un détenu d’à peine 30 ans a été retrouvé mort, probablement étouffé, dans la cellule qu’il partageait avec deux autres personnes

France, Perpignan. Un détenu d’à peine 30 ans a été retrouvé mort, probablement étouffé, dans la cellule qu’il partageait avec deux autres personnes. C’est le 48ème mort en prison depuis le début de l’année en France. Quelles que soient les circonstances de ces décès, la cause c’est toujours la prison.

#1152 vu sur lindependant.fr

Canada : selon un bilan récent, 81 % des décès survenus pendant la pandémie de Covid-19 ont eu lieu dans des Ehpad, soit près du double des autres pays…

Canada. Selon un bilan récent, 81 % des décès survenus pendant la pandémie de Covid-19 ont eu lieu dans Ehpad, soit près du double de la moyenne observée dans les pays de l’OCDE. D’après ce rapport, la pandémie “a révélé de nombreuses lacunes de longue date dans le système [de soins] qui ont causé des niveaux élevés de souffrance physique, mentale et émotionnelle pour les personnes âgées”.

#1142 vu sur courrierinternational.com

Etats Unis : environ 20 millions de locataires, soit 20% d’entre eux, pourraient être expulsés d’ici fin septembre en raison de la pandémie

Etats Unis. Environ 20 millions de locataires, soit 20% d’entre eux, pourraient être expulsés d’ici fin septembre en raison de la pandémie – avec un impact lourdement sur les locataires afro-américains et hispaniques. Selon un sondage, plus de 40% des locataires afro-américains et hispaniques disent ne plus pouvoir payer leur loyer. Une manifestation de klaxons et de véhicules a été organisée autour du bâtiment de la banque américaine. Le gouvernement fédéral prévoit de clore le moratoire sur les expulsions le 25 juillet et les mesures prises par les villes et les Etats pour assurer la protection des locataires ont commencé expirer en juin. Par ailleurs le rythme de propagation de la pandémie conduit à de nombreuses fermeture d’usines et d’entreprises et à un accroissement considérable du chômage. Dans le Wisconsin où les moratoires ont été levés dès le 27 mai, les expulsions ont augmenté de 42% les quinze premiers jours du mois de juin.

#1135 vu sur businessinsider.fr

France, Toulouse : les deux infirmiers mis à pied fin pars pur avoir réclamé des masques dans un Ehpad ont été définitivement licenciés, accusés d’avoir instillé la peur parmi leurs collègues

France, Toulouse. Les deux infirmiers qui réclamaient des masques dans un Ehpad et qui avaient été mis à pied fin mars ont été définitivement licenciés. Ils sont accusés d’avoir instillé la peur parmi leurs collègues. L’un d’entre eux avait d’ailleurs dû sortir de l’Ehpad de La Cépière, géré par la société DomusVi, sous escorte policière, en plein milieu de son service. Ce n’est qu’après cinq semaines de crise sanitaire que les soignants ont pu porter des masques… Ils s’étaient aussi inquiétés du sort de cinq résidents, qui présentaient des symptômes de diarrhée, parfois associés à une infection au coronavirus.

#1126 vu sur www.leparisien.fr

Inde : un riche homme d’affaire débourse 4.000 dollars pour se faire fabriquer un masque en or, réalisé sur mesure, supposé le protéger du coronavirus

Inde. Un riche homme d’affaire débourse environ 4.000 dollars pour se faire fabriquer un masque en or, réalisé sur mesure, supposé le protéger de l’épidémie de coronavirus qui frappe le pays. Huit jours ont été nécessaires pour permettre à des artisans de réaliser ce masque de 60 grammes. “C’est un masque fin qui a de petites pores qui m’aident à respirer”, a-t-il expliqué à l’AFP. “Je ne suis pas sûr qu’il soit efficace pour me protéger du coronavirus alors je prends d’autres précautions”, a-t-il cependant précisé.

#1158 vu sur www.huffingtonpost.fr

France, Liancourt: une femme enceinte venue rendre visite à un détenu a été “oubliée” dans la nuit de dimanche à lundi dans un parloir du centre pénitentiaire

France, Liancourt (Oise). Une femme enceinte venue rendre visite à un détenu a été “oubliée” dans la nuit de dimanche à lundi dans un parloir du centre pénitentiaire. Elle y a passé la nuit entière avant d’être retrouvée à la réouverture des lieux. Une enquête pour négligence a été ouverte.

#1138 vu sur ladepeche.fr

Congo : des mineurs sont enfermés dans un confinement qui dure depuis des semaines dans les mines de cuivre et de cobalt où ils travaillent

Congo. En RDC, des mineurs sont enfermés dans un confinement qui dure depuis des semaines dans les mines de cuivre et de cobalt où ils travaillent. Les autorités congolaises annoncent que des discussions entre les dirigeants des compagnies minières actives dans le pays et le ministre des Mines vont commencer pour envisager qu’ils puissent rentrer chez eux dans le cadre d’un “moratoire sur le confinement”. Plusieurs ONG dénoncent depuis le 11 juin les conditions dans lesquelles ce confinement a lieu (rations de nourriture et d’eaux insuffisantes, logements complètement insalubres, cadences de travail augmentées). L’enjeu est de poursuivre coûte que coûte l’extraction minière. Combien de personnes sont ainsi enfermées par la gestion de l’urgence sanitaire dans des confinement ciblés qui ont tout du camp de travail ?

#1167 vu sur www.agenceecofin.com

Méditerranée : l’Océan Viking débarque les 180 migrants sauvés en mers… qui seront enfermés en quarantaine sur le Moby Zaza

Méditerranée. Le navire humanitaire Ocean Viking a finalement reçu l’autorisation de débarquer les 180 migrants, qui attendaient depuis maintenant plus d’une semaine bloqués en mer. A leur arrivée en Sicile, ces 180 personnes seront transférées à bord d’un ferry du Port Empedocle, le Moby Zaza, pour y être placés en quarantaine pendant deux semaines. D’abord la mer comme zone d’attente, sur un bateau, bientôt le port, sur un autre bateau.

#1120 Source la-croix.com

France, Landes : 400 travailleurs agricoles dont 16 ont été testés positifs sont mis en quarantaine dans un camping tout en continuant à travailler

France, Landes. 400 travailleurs agricoles forment un cluster après que 16 aient été testés positifs et mis en quarantaine hors de l’exploitation. Ils sont testés au compte-goutte en continuant de travailler et en étant logés dans un camping. Quand l’un est testé positif, il est placé en quarantaine. On n’a pas d’informations à partir des médias sur les conditions de cet isolement, sur son rapport au contrat de travail ni sur la durée de l’isolement.

#1118 vu dans sudouest.fr

Japon, Kumamoto : en pleine période des crues, une maison de retraite a été envahie par les eaux d’un fleuve, quatorze personnes y ont été trouvées en “arrêt cardio-respiratoire”

Japon, Kumamoto. Alors que c’est la période des crues au Japon, une maison de retraite a été envahie par les eaux d’un fleuve en crue à Kuma, dans la région de Kumamoto. Quatorze personnes y ont été trouvées en “arrêt cardio-respiratoire”. Plus de 203 000 habitants des préfectures de Kumamoto et Kagoshima, sur l’île de Kyushu, dans le sud de l’archipel, ont reçu des recommandations d’évacuer leur domicile. L’armée est déployée pour l’évacuation des habitants. Les crues ont causé la mort de 57 personnes jusqu’a présent.

#1116 vu sur francetvinfo.fr

Etats-Unis : la fête nationale a été l’occasion de manifestations émeutières mais aussi de fusillades meurtrières, près de 160 personnes ont été tuées par balles et quelque 520 autres blessées au cours du week-end

Etats Unis. D’Atlanta en Géorgie, à Chicago dans l’Illinois, en passant par Philadelphie en Pennsylvanie, dans plusieurs grandes villes des Etats-Unis le week-end du 4-Juillet, jour de la fête nationale, a été l’occasion de manifestations émeutières mais aussi de fusillades meurtrières. Près de 160 personnes ont été tuées par balles et quelque 520 autres blessées au cours du week-end, selon l’organisation Gun Violence Archives. Plusieurs enfants figurent parmi les victimes, en particulier à Chicago. Entre le soir du jeudi 2 juillet et le dimanche 5 juillet, la police de Chicago a recensé quarante-sept fusillades avec au total quatre-vingt-sept victimes, dont treize mineurs. Un adolescent de 14 ans et une petite fille de 7 ans comptent parmi les dix-sept personnes tuées dans ces violences. « Vous ne pouvez pas rejeter la faute sur un policier ». A Atlanta, onze fusillades ont éclaté entre le 3 et le 5 juillet. Elles ont fait 31 victimes, dont cinq morts dont une petite fille de 8 ans morte sur le siège arrière de la voiture familiale, alors que sa mère était au volant et refusait de s’arrêter au barrage informel aux abords du fast-food Wendy’s où, quelques semaines plus tôt, Rayshard Brooks, un Afroaméricain de 27 ans, avait été tué de deux balles dans le dos par un policier. Depuis sa mort, un groupe de personnes armées occupaient les lieux. La Géorgie est par ailleurs un « open and carry State », en d’autres termes, les propriétaires d’armes à feu, détenteurs d’un permis, sont autorisés à les porter ouvertement dans l’espace public. Suite à ce week end meurtrier, le gouverneur de l’Etat vient de déclarer l’état d’urgence. La crise sanitaire a également été marquée par une ruée sur les armes et les munitions. Le site The Trace précise qu’entre mars et mai 2,1 millions d’armes en plus de la demande habituelle ont été vendues.

Photo prise lors d’une manifestation Black Lives Matter, en Avril 2020

#1150 vu sur lemonde.fr

Grèce : le gouvernement a annoncé une nouvelle prolongation des mesures de confinement dans les camps de migrants, ce qui cause tensions et révoltes


Grèce. Le gouvernement a annoncé le 4 juillet une nouvelle prolongation des mesures de confinement dans les camps de migrants du pays, alors que le reste de la population grecque est déconfinée depuis le 4 mai. Les camps sont désormais verrouillés jusqu’au 19 juillet et les migrants ne peuvent sortir de l’enceinte de leur camp qu’entre 7h et 21h, par petit groupe de moins de 10 et dans la limite de 150 personnes par heure. La Grèce ayant été peu touchée par l’épidémie (moins de 200 morts), plusieurs ONG y voient une excuse pour contrôler et les limiter les déplacements des migrants, d’autant plus que le déplacement des touristes, y compris ceux qui viennent de pays où l’épidémie sévit fortement, est autorisé voire encouragé. Cette prolongation du verrouillage a augmenté les tensions à l’intérieur des camps et un migrant d’origine africaine s’est fait poignarder dans le camp de la Moria sur l’île de Lesbos. Pour manifester leur mécontentement, un groupe de migrants enfermé à la Moria a commencé, lundi midi, à bloquer l’entrée des convois de ravitaillements alimentaires. Une autre manifestation a démarré mardi matin avant d’être dispersée par la police anti-émeute usant de gaz lacrymogène.

#1134 vu sur infomigrants.net

Brésil, Boa Vista : la communauté autochtone isolée des Yanomami proteste contre la mission militaire accompagnés de journalistes qui les a mis en danger pour produire des images de propagande

Brésil, Boa Vista. La communauté autochtone isolée des Yanomami proteste contre la mission militaire qui s’est déroulée récemment dans leur village, filmée par des journalistes. Mardi et mercredi, des soldats ont apporté des fournitures médicales par hélicoptère à des avant-postes à la frontière avec le Venezuela et ont réuni des familles yanomamis pour les tester, la scène étant filmée par un grand nombre de journalistes, sans doute pour dédouaner Bolsonaro de sa politique génocidaire envers les populations autochtones. “Nous ne voulons pas être utilisés comme propagande gouvernementale”, a déclaré Parana Yanomami. “Nous ne voulons pas que des étrangers viennent ici pour prendre des photos de nos enfants. La visite nous a pris par surprise.” Les Yanomami sont la dernière grande tribu à vivre dans un isolement relatif dans une vaste réserve sur la taille de l’État américain de l’Indiana et ont été envahis pendant des décennies par des mineurs d’or qui leur ont apporté plusieurs maladies mortelles. Mercredi, à la tête de la mission, le ministre de la Défense a déclaré aux journalistes que la pandémie était sous contrôle chez les Yanomami, car aucun cas n’avait été détecté alors que plus de 160 cas ont déjà été confirmés donc cinq décès.

#1132 vu sur www.swissinfo.ch

Méditerranée : un navire commercial, le Talia, a secouru 50 migrants au large de Malte, il est maintenant bloqué en pleine mer face au refus de Malte et de l’Italie de le voir débarquer

Méditerranée. Un navire commercial battant pavillon libanais, le Talia, a secouru 50 migrants en détresse au large de Malte. Seul navire situé à proximité de la zone, il a reçu le signal de détresse des migrants par Alarmphone et Seawatch, et a détourné sa route pour les secourir alors qu’une tempête approchait. Le bateau de marchandises est depuis bloqué en pleine mer, Malte refusant de laisser débarquer les rescapés tant qu’un accord de répartition n’est pas conclu au niveau européen. À bord, les conditions de vie des migrants sont catastrophiques, d’autant plus que les conditions météorologiques sont très mauvaises. Après le sauvetage, Malte a affirmé au capitaine qu’un navire arriverait rapidement sur les lieux pour prendre en charge ces migrants. Mais “ils ne sont jamais venus”, affirme le capitaine. Il s’est alors tourné vers l’Italie, mais les autorités italiennes lui ont également refusé l’entrée dans leurs eaux. Seul trois des migrants ont été finalement pris en charge par Malte à cause de leur état de santé catastrophique. Mais tous les naufragés souffrent d’insolation, de blessures, de déshydratation… Les conditions se dégradent. “Nous sommes 73 sur le bateau, or il n’est pas conçu pour accueillir autant de personnes en même temps”, alerte le capitaine. Les migrants dorment à même le sol, sans couvertures, dans l’espace réservé habituellement aux animaux. Si l’équipage distribue à l’heure actuelle nourriture et eau aux migrants, les vivres vont bientôt commencer à manquer et le navire commercial veut reprendre sa route vers l’Espagne. Si les migrants sont finalement débarqués, ce sera pour se retrouver enfermés dans un des bateaux transformé en zone d’attente dans le port d’Empédocle ou à Malte…

#1131 vu sur www.infomigrants.net

Méditerranée : au total, 180 migrants sont bloqués en mer depuis plus d’une semaine parce que l’Italie et Malte refusent toujours de leur ouvrir leurs ports

Méditerranée. Depuis une semaine qu’il circule à nouveau en Méditerranée entre Malte et la Lybie, l’Ocean Viking a secouru 81 personnes. Certaines sont à son bord depuis jeudi 25 juin et l’Italie et Malte refusent de les accueillir. ” Leur hantise est que nous les ramenions en Libye ” , explique un membre de l’équipage. ” Cette idée les terrifie “. Selon la réglementation maritime, c’est à ces deux pays, qui coordonnent le secours en mer dans les zones où les sauvetages ont eu lieu, de proposer un port d’accueil. ” Mais nous avons fait cinq demandes en six jours, et toutes sont restées lettre morte. ” Au total, 180 migrants sont bloqués depuis plus d’une semaine en Méditerranée parce que les gouvernements d’Italie et de Malte refusent d’ouvrir leurs ports. L’épisode qui s’appelle maintenant “la crise du sauvetage des migrants en Méditerranée” dans la presse a vu les différents Etats de l’UE se réunir pour essayer de gérer ces migrants, de les faire rentrer dans cette grande machine à exploiter et expulser, sans succès. La mer comme zone-d’attente et d’enfermement géante des sans-papiers donc.

#1106 vu sur www.ouest-france.fr

Italie, Naples : appel à solidarité pour Andréas Kebs qui est incarcéré depuis bientôt un an avec un cancer dans un état critique, et qui ne reçoit aucun soin et n’est toujours pas libéré

Italie, Naples. Un appel à solidarité pour Andréas Kebs, enfermé à la prison de Naples depuis maintenant un an, est diffusé. Son état de santé est catastrophique à cause d’un cancer qui lui à été diagnostiqué à son arrivée en prison, mais il ne fait qu’enchainer les allers-retours pour examen entre l’hôpital et sa cellule sans jamais être hospitalisé ni véritablement soigné. Cette situation terrible ne semble pas avoir de sortie heureuse, et l’appel à solidarité (consultable en entier ici) rappelle que c’est un meurtre qui se déroule sous nos yeux, derrière la froide gestion administrative et hospitalière d’un établissement pénitencier. Pour lui manifester sa solidarité, il est possible d’écrire à Andréas Krebs ici : Andreas Krebs Sez.4 /Stz.5 Mediterraneo Via Roma Verso Scampia 250 CAP 80144 Napoli (NA) Italy. Il est aussi possible de lui envoyer de l’argent l’aider à se soigner et à cantiner de la nourriture un peu plus mangeable que celle de la prison ici : Receiver Krebs, IBAN : DE 90 1005 0000 1067 1474 26, BIC: LOADED BEXXX Purpose: Donation / Andreas Krebs

#1143 vu sur anarchistsworldwide.noblogs.org

Iran : trois jeunes hommes qui avaient participé au soulèvement de Téhéran en 2019 ont été condamnés à mort


Iran. Trois jeunes qui avaient participé au soulèvement de Téhéran en 2019 ont été condamnés à mort. Ils ont été identifiés par des caméras de rue, arrêtés, mis en détention et sont aujourd’hui condamnés à être exécutés par le Tribunal révolutionnaire de Téhéran sous les accusations de «Participation à la destruction de biens publics et encouragement à l’insurrection contre la République islamique. »

#1140 vu sur anarchistcommunism.org

France, Seine-Saint-Denis : l’ASE refuse de prendre en charge un un mineur migrant qui se retrouve hospitalisé en psychiatrie à Ville Evrard après avoir réduit en esclavage en Lybie, MSF porte plainte contre l’administration

France, Seine Saint-Denis. Médecins sans frontières dépose une plainte contre la Seine-Saint-Denis pour mise en danger de la vie d’autrui, imputant à l’absence de prise charge adaptée les troubles psychiatriques déclarés par un migrant mineur atteint du VIH et positif au covid-19. Le jeune garçon, qui a fui la Côte d’Ivoire dans une situation de grave danger, et a été réduit en esclavage en Lybie au cours de son périple. MSF a déposé une plainte contre le département de Seine-Saint-Denis mercredi pour “délaissement d’une personne hors d’état de se protéger”, “mise en danger de la vie d’autrui” et “non-assistance à personne en danger”. C’est la première fois en France qu’une telle plainte est déposée contre l’administration dans ce genre de situation. L’hôpital Ville-Evrard où il a été hospitalisé pour des problèmes psychiatriques a effectivement adressé au département un signalement avec une demande de protection qui est restée sans suite. MSF et l’hôpital considèrent que les troubles dont il souffre sont indéniablement liés à son difficile parcours migratoire notamment en Libye, ainsi qu’à la précarité de sa situation actuelle. “Ce jeune homme est atteint d’une maladie chronique grave, il a été esclavagisé en Libye, il a un état dépressif caractérisé. Ce garçon est dans une situation de santé très préoccupante”, dénonce l’avocat de Médecins sans frontières. SI l’Aide sociale à l’enfance ne l’a pas pris en charge suite au signalement, c’est suite à un “test osseux” dont tout le monde connaît le caractère approximatif, et qui, comme la plupart du temps, a servi à décréter qu’il était peut-être en fait majeur, manoeuvre dilatoire qui permet aux autorités de ne rien faire en attendant que les adolescents soient effectivement majeurs pour ne pas avoir à les prendre en charge, voire de les expulser directement sur une suspicion de fraude sur leur âge. C’est d’ailleurs ainsi que se défossent les autorités : “Le Département de la Seine-Saint-Denis n’a pas procédé à une fin de prise en charge puisque ce jeune, au moment du signalement auprès de la CRIP de Seine-Saint-Denis, relevait tout simplement pas de son ressort.” Pendant ce temps, après son séjour en psychiatrie, il se retrouve à la rue sans aucune prise en charge, et il atteindra effectivement la majorité dans quelques mois, ce qui rendra possible son expulsion. “On joue la montre de façon délibérée et cynique. Ce n’est pas admissible”, dénonce l’avocat de MSF. Cette problématique concerne tous les départements de la région et bien d’autres situations similaires se produisent.

#1229 vu sur www.leparisien.fr

France, Calais : au CRA de Coquelles réouvert depuis mi-juin, un détenu à été déclaré positif au Covid19

France, Calais. Au Centre de Rétention Administratif de Coquelles, après sa réouverture récente à la mi-juin, les détenus ont été testés et un cas de covid19 est avéré, ce qui inquiète fortement les associations qui interviennent dans le centre. Dans des lieux d’enfermement comme Les Centres de Rétention Administratifs, si la contamination de l’endroit est théoriquement réduite à cause de la captivité et de l’isolement, une fois le virus à l’intérieur du bâtiment c’est l’insalubrité et le manque d’espace qui prennent le relais pour accélérer à sa diffusion.

#1112 vu sur www.nordlittoral.fr

France, Argenteuil : les amendes sont utilisées comme moyen de harcèlement répressif, avant et encore plus pendant le confinement

France, Argenteuil. Des jeunes gens qui ont tenté de porter plainte pour violence policières ont écopé d’une quarantaine d’amendes. D’autres ont été verbalisés 5 ou 6 fois en 15 minutes. « Je connais des jeunes qui ont 10.000 ou 12.000 euros d’amendes. Et ils ont 22 ans » témoigne un éducateur. Il s’agit d’un véritable harcèlement répressif et administratif qui s’est accentué avec les mesures de confinement. La police se justifie en disant que c’est leur seul moyen de coercition “pour tous les problèmes considérés comme déviants”, les policiers vont par exemple vont mettre plus d’amende là où ils soupçonnent des points de trafic de drogue, ce qui correspond précisément à une logique proactive. Parfois, les habitants découvrent les amendes après coup, le contrôle s’étant apparemment bien passé. Des habitants dénoncent aussi des pratiques particulièrement punitives qui consistent à faire en sorte que la personne ne soit pas au courant qu’elle a pris une amende (le papillon est jeté d’où l’expression “amende caniveaux”) et ne le savent que lorsque l’amende est majorée et une fois le délais de recours terminé.

#1109 vu sur www.streetpress.com

France, Rennes : un détenu handicapé de 32 ans est en situation d’urgence absolue après un incendie dans sa cellule de la prison

France, Rennes. Un détenu de 32 ans est en situation d’urgence absolue après un incendie dans sa cellule de la prison de Rennes – Vezin. À l’arrivée des pompiers, d’épaisses fumées s’échappaient déjà du quartier disciplinaire où le détenu était incarcéré. Cette personne est en situation de handicap et en fauteuil roulant, dont la demande de transfert a été récemment refusée, a été escortée par le personnel pénitentiaire, inconscient, jusqu’à l’hôpital. Les autres cellules du rez-de-chaussée n’ont pas été évacuées.

#1107 vu sur www.ouest-france.fr

France, Mayotte : entre 6 et 9 cas confirmés de Covid19 au centre de rétention qui a réouvert le 15 mai sans tests jusqu’au 25 juin, 200 personnes pourraient avoir été en contact

France, Mayotte. Entre 6 et 9 cas confirmés de Covid19 ont été déclarés au Centre de Rétention Administratif de Mayotte, assurément en contact avec nombre de détenus déclare un policier. Ce CRA à réouvert ses portes, ses expulsions et ses incarcérations le 15 mai sans tests jusqu’au 25 juin, laissant libre-cours à une diffusion rapide et inquiétante du virus. 200 personnes auraient circulé dans les lieux entre-temps. Les personnes positives arrivantes sur place sont transférées au centre d’hébergement de Tsararano en attendant… On ne sait pas quoi.

#1113 vu sur www.mayottehebdo.com

France : dans un contexte de hausse globale très forte du chômage, la société Bayes Impact reçoit 2 millions d’euros pour le déploiement de “Bob, service de retour à l’emploi” en France et ailleurs

France. Dans un contexte de hausse globale très forte du chômage en lien avec la gestion de la crise sanitaire, la société Bayes Impact reçoit 2 millions d’euros pour le déploiement de “Bob, service de retour à l’emploi”. Bob (anciennement Bob Emploi) fournit des conseils personnalisés de retour à l’emploi sous forme de “coaching personnalisé” fonctionnant sur la base de divers algorithmes. Le programme a remporté le premier prix de la fondation belge Degroof Petercam, d’une valeur d’un million d’euros, et a reçu la même somme de la part de la fondation Google.org. La société qui se déclare “philanthropique” prévoit grâce à cet argent de se déployer Belgique, au Royaume-Uni et en Europe de l’Est. Lors de sa création,Paul Duan avait déclaré : « J’ai lancé une ONG, Bayes Impact, avec l’idée qu’on peut se servir des algorithmes pour faire plus que du pognon pour des boîtes du web ». En parallèle de Bob, Bayes Impact nous apprend sur son site promotionnel que la société “a également développé un outil en ligne open source, URSUS, qui rassemble des données sur les violences policières, et a conçu des algorithmes pour Zidisha, outil permettant de réduire la fraude sur les micro-crédits aux entrepreneur·se·s ghanéen·ne·s. Plus récemment, Bayes Impact a lancé le site BriserLaChaine.org, alternative à StopCovid conçue sans technologie de traçage (sic).”

#1252 vu sur carenews.com

France, Etats Unis : la société française de drones Parrot vend ses drones à la police américaine pour surveiller les manifestations émeutières suite à la mort de Georges Floyd, et sort une toute nouvelle version plus performante

France, Etats Unis. La société française de drones Parrot vend ses drones à la police américaine pour surveiller les manifestations émeutières suite à la mort de Georges Floyd. La dernière version de son drone Anafi vient d’être présentée. Plus performant que son prédécesseur, il est équipé de caméras d’imagerie thermique et de la possibilité de surveiller les gens à 5 km même sous la pluie. Il a été initialement développé pour un programme gouvernemental visant à construire de petits drones de reconnaissance pour les soldats, et trouve un nouveau débouché dans la surveillance des émeutes urbaines. Parrot utilise la technologie développée pour les smartphones – caméras, gyroscopes, GPS, puces Wi-Fi. Face à la question de savoir ce qu’il pense de l’utilisation de ses drones pour la surveillance des manifestants anti racistes, Henri Seydoux, le président de la firme affirme : ” Je ne suis personne pour vérifier l’éthique de la police d’une ville aux États-Unis. Ce n’est pas mon rôle. Nous vendons des drones, un outil moderne qui doit être utilisé de manière éthique.”

#1097 vu sur www.protocol.com

Colombie, Quibdo : la population subit des intimidations de groupes armés, en particulier le groupe «Los mexicanos», qui circule à moto pour imposer le respect de la quarantaine

Colombie, Quibdo. La population mise en quarantaine subit des intimidations de groupes armés, en particulier le groupe «Los mexicanos», qui opère à moto et armé et qui impose le respect de la quarantaine en circulant dans divers quartiers. Un témoin anonyme a déclaré qu’une dizaine de motos circulent ainsi dans la région en criant “tout le monde à l’intérieur” et en intimidant avec des armes ceux qu’ils rencontrent. Le gouvernement désavoue ces interventions et semble dépassé. Au cours des jours précédents, à travers des brochures menaçantes, «Les Mexicains» se sont auto désignés comme la deuxième autorité de la capitale et ont annoncé que 24 motos patrouilleraient à Quibdó, avertissant qu’ils n’hésiteraient pas à tuer ceux qu’ils croiseraiet après huit heures du soir dans les rues.

#1095 vu sur www.radionacional.co

France : à la sortie de leur période d’hospitalisation les malades du Covid-19 qui n’ont pas de mutuelle, ou leurs déscendants s’ils sont décédés, se voient facturer un reste à charge de plusieurs milliers d’euros

France. A la sortie de leur période d’hospitalisation, les malades du Covid-19 qui n’ont pas de mutuelle, ou leurs descendants s’ils sont décédés, se voient facturer un reste à charge de plusieurs milliers d’euros. Depuis début mars, selon les derniers chiffres de la Direction générale de la santé, 104 144 malades du Covid-19 ont été hospitalisés en France, dont 18 321 en réanimation. Pour les cas les plus graves, le passage en réanimation a duré plusieurs jours voire plusieurs semaines. Or, dans ces unités spécialisées, la journée coûte plus de 3 000 €. Les patients guéris et les enfants de patients décédés sans mutuelles ont eu la mauvaise surprise de se voir réclamer par les hôpitaux 20% de cette somme (le “reste à charge”, c’est-à-dire ce que la sécurité sociale ne rembourse pas) donc 600 euros par jour, multipliée par le nombre de jour d’hospitalisation alors que trois millions de personnes sont sans complémentaire santé en France, qui sont évidemment les plus précaires puisqu’ils ne peuvent pas payer une mutuelle.

#1091 vu sur www.la-croix.com

Etats Unis, San Quentin : suite à des transferts sans précautions sanitaires, plus d’un millier de détenus de cette prison géante de 3500 prisonniers ont été testés positifs au coronavirus

Etats Unis, San Quentin (Californie). Plus d’un millier de détenus ont été testés positifs au coronavirus dans la plus vieille prison de Californie, alors que 42% des quelque 3500 détenus de la prison sont considérés comme “médicalement fragile”. Contrairement à d’autres prisons de l’État, San Quentin avait été épargnée par le coronavirus jusqu’au début du mois de juin, mais des transferts de prisonniers en provenance d’établissements très touchés, comme celui de Chino, ont vraisemblablement déclenché l’épidémie. Le centre de détention pour hommes de Chino, près de Los Angeles, était un foyer connu de Covid-19 au début de l’épidémie. Plus de 500 détenus à ce jour y ont été testés positifs à à la maladie, et seize en sont morts. Désormais, la prison de San Quentin représente la moitié de cas déclarés de Covid-19 dans les prisons de Californie, l’État le plus peuplé des États-Unis mais aussi l’un des plus touchés par l’épidémie avec plus de 200 000 cas confirmés et près de 6000 décès.

#1141 vu sur lexpress.fr

Espagne, Barcelone : deux nouvelles prisons vont être construites dans la zone franche de Barcelone.

Espagne, Barcelone. Deux nouvelles prisons vont être construites dans la zone franche de Barcelone. C’est le résultat d’un accord entre l’exécutif catalan et le consistoire de Barcelone. L’objectif de la concentration des prisons dans la zone de libre-échange est de faire disparaître ce type d’espace du centre de la ville.

#1124 vu sur metropoliabierta.com

Inde, Chennaï : pour dissuader les récalcitrants au confinement, la police s’est associée à un artiste local pour créer un casque en forme de virus supposé sensibiliser la population

Inde, Chennaï. Pour dissuader les plus récalcitrants de braver les interdictions du confinement en vigueur depuis le 24 mars et les sensibiliser aux dangers du coronavirus, la police s’est associée à un artiste local pour créer un casque en forme de virus. “Si vous sortez de chez vous, je rentre avec vous” dit un policier portant ce casque aux passants et aux automobilistes qui sortent sans masque de protection. Gowtham, l’artiste qui a créé l’objet, a choisi de travailler avec la police pour sensibiliser la population.

#1283 vu sur courrierinternational.com

France, lieu-dit du Vallon (Hautes-Alpes) : un campement de gens du voyage a été saccagé par une voiture bélier

France, lieu-dit du Vallon (Hautes-Alpes). Un campement de gens du voyage a été saccagé par une voiture bélier. Plusieurs caravanes ont été abîmées alors que le campement était momentanément désert. L’installation de ce campement suscite depuis quelques temps déjà une certaine tension raciste dans la commune. D’après le maire, le terrain occupé est en zone inondable ce qui engagerait la « responsabilité morale » des élus, il est sensé chercher une autre solution, mais, le temps qu’il réfléchisse, certains de ses concitoyens n’ont visiblement pas eu la patience d’attendre…

#1084 vu sur www.ledauphine.com

Guatemala, Chimay : un médecin et guérisseur traditionnel qui participait à un projet pharmaceutique avec l’University College de Londres a été brûlé vif par la foule après avoir été accusé de sorcellerie

Guatemala, Chimay. Un médecin et guérisseur traditionnel qui participait à un projet pharmaceutique avec l’University College de Londres a été brûlé vif par la foule après avoir été accusé de sorcellerie. Le projet auquel il participait étudie l’utilisation de la biodiversité sur la médecine maya au Guatemala en partenariat avec l’Université del Valle de Guatemala, aux côtés du Conseil des sages mayas, des autorités gouvernementales, de la biodiversité indigène et de la Convention sur le commerce des espèces menacées.

#1074 vu sur independant.co.uk

Etats Unis, Détroit : le chef de la police reconnaît que la reconnaissance faciale utilisée dans la ville à partir d’un logiciel développé par la société DataWorks Plus se trompe à 96%, et qu’elle discrimine les afro-américains

Etats Unis, Détroit. Le chef de la police de Détroit lui-même reconnaît que la reconnaissance faciale utilisée dans la ville à partir d’un logiciel développé par la société DataWorks Plus se trompe à 96%, et qu’elle discrimine les afro-américains. Todd Pastorini, directeur général de DataWorks Plus, accuse la presse de manipulation et rétorque : ” Vous savez peut-être comment fonctionne une pelle – vous la collez le sol pour ramasser la saleté et vous pourriez l’utiliser comme une arme. La reconnaissance faciale a été militarisée dans une certaine mesure par les médias.” Il compare le logiciel DataWorks Plus aux systèmes d’identification d’empreintes digitales automatisés qui renvoie à des dizaines ou des centaines de correspondances potentielles. Depuis le début de l’année cette technologie a été utilisée 70 fois, selon des données publiées par le département de police de Détroit et, dans 68 des cas, la photo introduite dans le logiciel était celle d’un afro-américain.

#1102 vu sur vice.com

Etats Unis, Louisville (Kentucky) : une personne a été tuée et une autre blessée par balle au cours d’une manifestation contre la police et le racisme

Etats Unis, Louisville (Kentucky). Une personne a été tuée et une autre blessée par balle au cours d’une manifestation contre la police et le racisme. Des rapports faisant état de coups de feu tirés au Jefferson Square Park sont arrivés vers 21h. Dans cette ville, la mort d’une femme noire de 26 ans, infirmière, tuée par la police en mars dans son appartement où les policiers étaient entrés par erreur, avait déjà provoqué une intense émotion. Des «groupes patriotes armés» avaient annoncé qu’ils comptaient se confronter aux manifestants.

#1086 vu sur www.20minutes.fr

Brésil, Manaus et Boa Vista : trois bébés d’origine Yanomami sont morts du Covid19 dans des hôpitaux publics sans que leurs parents ne soient informés de ce que sont devenus leurs enfants, dont les tombes viennent d’être localisées

Brésil, Manaus et Boa Vista. Une agence de journalistes indépendants a localisé les tombes de trois bébés de l’ethnie Yanomami , deux du sous-groupe Sanöma. Les nouveau-nés sont décédés du Covid19 entre le 29 avril et le 25 mai dans les hôpitaux publics de Roraima mais leurs parents n’ont pas été informés de ce que sont devenus leurs enfants. Un quatrième bébé a subi le même sort pour un décès qui serait dû à une autre cause. Il a fallu plusieurs jours de fouille pour retrouver les corps. Les parents demandent que les corps soient retirés de la fosse commune du cimetière de Boa Vista pour les ramener au territoire indigène et pouvoir les incinérer et accomplir le rituel funéraire dans leurs villages d’origine, ce qui leur est refusé pour des raisons sanitaires.

#1080 vu sur amazoniareal.com.br

France : plusieurs académies proposent aux enseignants des badges “pour valoriser leur engagement” pendant l’épidémie de Covid19, leur donnant les valeureux titres de “explorateur-trice”, “utilisateur-trice”, “passeur-euse” ou “bâtisseur-euse”

France. Plusieurs académies proposent aux enseignants des badges “pour valoriser leur engagement” pendant l’épidémie de Covid19. Les enseignants peuvent être badgés “explorateur-trice”, “utilisateur-trice”, “passeur-euse” ou “bâtisseur-euse”. Sur la page “agilité pédagogique” de l’académie de Montpellier par exemple, l’académie explique, dans un langage ubuesque (il y a même une vidéo), le fonctionnement de ces badges qui matérialisent une sorte d’évaluation de compétence. Ces badges, qui sont qualifiés d'”objet sociaux”, sont “sécurisés” et existent aussi dans les entreprises. Ils donnent accès à une plateforme qui “fédère les détenteurs de badges sous la forme d’un réseau social”, avec la disposition d’un compte personnel avec tous les badges dont l’utilisateur dispose, et pas seulement ceux de l’académie (parce qu’il y a d’autres sortes de badges…). L’utilisateur peut ainsi gérer quels badges il veut rendre visible. Parce qu’elle est “soucieuse de donner la meilleure visibilité aux compétences des personnels”, l’académie met en place grâce à ces badges une “cartographie de ces compétences”. On sent bien qu’il y a du contrôle de ce côté-là mais il est difficile de se représenter ce qui est contrôlé et dans quel but… Apparemment il s’agirait de pouvoir rechercher des personnels en fonction de leurs badges pour pourvoir des postes par exemple. Il y a aussi d’autres “open badges” pour constituer un “territoire apprenant”, et ça vaut le coup d’œil, en cliquant ici. On peut être par exemple “classe inversée, explorateur-trice” et plein d’autres fonctions qui ont peut-être du sens dans une autre dimension.

#1088 vu sur www.ac-montpellier.fr

France, Ile-de-France : un policier de la PAF blesse sa collègue aux cervicales en lui faisant une démonstration de clé d’étranglement…

France, Ile de France. Après une discussion sur les gestes techniques d’intervention, un policier de la police aux frontières a fait une démonstration en immobilisant sa collègue par une clé d’étranglement alors qu’ils effectuaient une patrouille dans un TER en direction de Paris. Blessée aux cervicales, elle a porté plainte. « Il m’a serré très fort le cou, m’a mis son genou sur la colonne vertébrale et m’a entraînée au sol », raconte la victime (qui a simplement vécu ce que la police fait subir régulièrement à ceux qu’elle interpelle…). Selon elle, malgré ses demandes, la pression ne relâche pas, et même s’intensifie. Après une visite chez le médecin, la gardienne de la paix se fera diagnostiquer un « traumatisme du rachis cervical », une « discopathie » et une « position asymétrique de l’odontoïde ». L’enquête a été confiée à l’IGPN.

#1081 vu sur www.lepoint.fr

France. Certaines communes ont pris l’initiative d’installer des caméras thermiques à l’entrée d’écoles et de bâtiments administratifs


France. Certaines communes ont pris l’initiative d’installer des caméras thermiques à l’entrée d’écoles et de bâtiments administratifs Des entreprises aussi ont fait installer de tels dispositifs. Le 22 mai, une décision du tribunal administratif de Versailles avait validé cette possibilité de contrôle automatique de la température de ceux et celles qui passent à proximité. Mais un référé en urgence au conseil d’Etat vient d’obtenir leur interdiction, au motif qu’elles saisissent des données personnelles sans le consentement des personnes, et qu’il y a traitement de ces données (puisque des décisions sont prises suite à leur prise en compte, comme le renvoi des enfants chez eux ou l’interdiction d’entrée dans un bâtiment) même si elles ne sont pas stockées. A la lecture de cette décision, il suffirait d’un formulaire par lequel les personnes qui passent sous une caméra acceptent individuellement le dispositif pour qu’il sorte du cadre de cette interdiction.

#1072 vu sur ouest-france.fr

France. La France est condamnée par la cour européenne des droits de l’homme pour avoir placé des mineurs isolés en rétention

France. La France est condamnée par la cour européenne des droits de l’homme pour avoir placé des mineurs isolés en rétention. Elle avait été saisie en 2013 pour le placement en rétention et l’expulsion de deux enfants depuis Mayotte sans leurs parents. Les deux enfants de 5 et 3 ans étaient partis des Comores pour rejoindre leur père à Mayotte et avaient été interceptés parmi tout un groupe de migrants qui ont été mis en rétention puis expulsés, les enfants ayant été “rattachés arbitrairement” à un adulte du groupe pour que l’expulsion ait l’air légale. Le conseil d’Etat qui avait été saisi n’avait rien trouvé à redire à ce procédé, mais le père s’est tourné vers la CEDH qui vient, sept ans plus tard, de rendre son arrêt. Cette situation est d’ailleurs courante à Mayotte où il existe un droit dérogatoire qui prive les enfants de recours devant le juge administratif. « Soit il s’agit d’enfants interpellés quand ils arrivent sur le territoire, soit d’enfants qui sont là depuis longtemps déjà et sont rattachés à la procédure d’expulsion d’un adulte qui n’est ni leur père ni leur mère », détaille un avocat. L’Etat français se défend en arguant de la pression migratoire qu’il faut juguler par tous les moyens…

#1073 vu sur la-croix.com

Canada : les détenus inuits sont surreprésentés dans les données des contaminations recensés au sein des pénitenciers fédéraux depuis le début de la pandémie

Canada. Les détenus inuit sont surreprésentés dans les données des contaminations recensés au sein des pénitenciers fédéraux depuis le début de la pandémie. Ils constituent ainsi près de 5 % des cas de COVID-19 recensés dans les établissements correctionnels fédéraux*, alors qu’ils représentent en réalité moins de 1 % de la population carcérale. La majorité des Inuit ayant été déclarés positifs au nouveau coronavirus se trouvent dans un pénitencier du Québec en particulier. Plus largement, 21,5 % des détenus ayant attrapé la COVID-19 dans les prisons fédérales sont soit issus des Premières Nations, soit Inuit ou Métis, selon les données du bureau de l’enquêteur correctionnel du Canada. C’est par ailleurs au Québec que le plus grand nombre de cas de COVID-19 chez les détenus a été dénombré, soit 64,2 %. Des cinq établissements où l’on juge que l’éclosion est encore à ce jour “contenue”, trois se trouvent dans la province : l’établissement pour femmes de Joliette, l’établissement de Port-Cartier et le centre fédéral de formation, situé à Laval. Les deux autres pénitenciers identifiés par M. Zinger sont l’Établissement de Mission, en Colombie-Britannique, et l’Établissement pour femmes Grand Valley, en Ontario. Les autorités procèdent à des dépistages systématiques mais les cas d’infection auprès du personnel ne sont pas divulgués.

#1069 vu sur ici.radio-canada.ca

Cambodge : les patrons de la confection demandent la suspension du salaire minimum alors que des chômeurs et chômeuses attendent tous les matins un travail pour la journée

Cambodge. Un groupe représentant les usines de confection au Cambodge trouve comme solution pour sortir de la crise liée à la gestion de la pandémie de coronavirus la suspension du salaire minimum et demande au gouvernement une mesure dans ce sens. Le secteur de l’habillement et des chaussures emploie 800 000 personnes dans le pays où plus de 250 usines employant quelque 130 000 travailleurs ont suspendu leurs activités. Le calcul est simple : les salaires représentent 70% des coûts, la solution est donc de les baisser. À l’heure actuelle, les travailleurs de l’habillement suspendus à cause de la crise ont droit à un paiement mensuel de 70 $, qui comprend une allocation gouvernementale de 40 $ et une contribution de 30 $ des employeurs. Mais ces aides tardent à être versées et des ouvriers et surtout beaucoup d’ouvrières au chômage forcé se rassemblent avant l’aube pour attendre d’être embauchées à la journée par des courtiers des usines. On trouve dans ces rassemblements beaucoup de mineurs mis au travail par leurs familles pour échapper à la misère.

#1064 vu sur asia.nikkei.com

France, Millau : des manifestants reçoivent une amende de 135€ pour rassemblement interdit suite à l’analyse des caméras de vidéo-surveillance.

France, Millau. Suite aux manifestations qui ont eu lieu dans la ville de Millau au mois de mai à la sortie du confinement, une cinquantaine de personnes ont reçu une ou plusieurs amendes de 135€ pour « rassemblement interdit sur la voie publique dans une circonscription territoriale où l’état d’urgence sanitaire est déclaré » sans qu’aucun contrôle de police n’ait eu lieu. Ils auraient été identifiés par les caméras de vidéosurveillance de la ville. La mairie a confirmé la saisine des enregistrements par la préfecture. Le samedi 12 juin, en réponse à une manifestation réunissant plusieurs centaines de personnes qui demandait des comptes à la mairie et à la préfecture, les autorités ont expliqué les identifications auraient été faites par les RG et que les caméras n’auraient servi qu’à les « confirmer ». La préfecture a déclaré : ” la vidéoprotection n’est qu’un support pour accréditer les destinataires du PV et non le contraire ». Pourtant les caméras ne sont pas censées être des outils d’identification, c’est en tout cas le discours qui avait été déployé pour faire accepter l’installation des caméras dans la ville depuis 2017 ( 48 caméras, dont trois “nomades”, c’est-à-dire déplaçables selon les envies de la municipalité) grâce auxquelles aujourd’hui le fichage des RG se transforme en sanction.

#1061 vu sur technopolice.fr

Etats Unis : la société Mobilewalla, qui vend des données personnelles issues des téléphones portables diffuse des “informations” sur la répartition par “race”, âge et sexe des individus qui ont participé aux manifestations dans plusieurs villes américaines pendant le week-end du 29 mai

Etats Unis. La société Mobilewalla, qui “améliore la modélisation prédictive” des entreprises en utilisant “des données tierces” (c’est-à-dire qu’elle collecte des données personnelles pour les fournir à des entreprises qui les utilisent pour cibler leurs consommateurs par exemple) publie un rapport détaillant la répartition par “race”, âge et sexe des individus qui ont participé aux manifestations dans plusieurs villes américaines pendant le week-end du 29 mai. Cette société de technologie utilise les données de localisation recueillies sur leurs appareils sans que les utilisateurs puissent le savoir. Mobilewalla a récupéré les données de 16 902 appareils (1 866 à Atlanta, 4 527 à Los Angeles, 2 357 à Minneapolis et 8 152 à New York). Cette plateforme privée utilise l’IA pour déterminer statistiquement les données démographiques d’une personne (race, âge, sexe, code postal, etc.) en fonction des données de localisation, des identifiants des appareils et des historiques du navigateur. L’entreprise vend ensuite ces informations aux clients afin qu’ils puissent “mieux comprendre leur client cible”. “Ce rapport montre qu’un grand nombre d’Américains – probablement sans même le savoir – remettent leur historique complet de localisation à des courtiers de données de localisation sans aucune restriction sur ce que les entreprises peuvent en faire”, a déclaré un membre du Sénat. “Ces entreprises peuvent même vendre ces données au gouvernement, qui peut les utiliser pour l’application de la loi et de l’immigration.”

#1103 vu sur engadget.com

Brésil : la mairie de Rio mène une opération de destruction dans une favela près d’Uerj dans le nord de la ville.

 

Brésil. La mairie de Rio mène une opération de destruction dans une favela près d’Uerj dans le nord de la ville. La Coordination des opérations spéciales, qui est liée au Secrétariat municipal pour les infrastructures, le logement et la conservation, a démoli en très peu de temps une vingtaine de maisons. La sécurité a été renforcée par la police militaire et la garde municipale. Les constructions de fortune se sont multipliées depuis le début de la pandémie. Ces opérations sont souvent menée par les tristement célèbre unités du “BOPE” connus pour massacrer civils comme “délinquants” lors de sanglantes descentes.

Tireur d’élite du BOPE lors d’une opération de “pacification” dans la favela de Rocinha.

#1058 vu sur g1.globo.com

France, Mont de Marsan : par la magie de la reconnaissance préalable de culpabilité, un homme se retrouve condamné à 4 mois avec mandat de dépôt pour le vol de 3 euros 50 et d’une paire de lunettes

France, Mont de Marsan. Un homme de 54 ans condamné à de la prison ferme pour avoir fracturé deux voitures et volé une paire de lunette et 3 euros 50. Il a été reconnu sur les images de vidéosurveillance puis a accepté une condamnation sur reconnaissance préalable de culpabilité qui lui a valu quatre mois de prison ferme sans procès et une incarcération immédiate…

#1057 vu sur sudouest.fr

France, Paris : un quatrième fichier illégal de salariés au centre bus d’Asnières-Pleyel vient d’être révélé alors que la RATP voulait faire croire à des cas isolés pour les précédents

France, Paris. Un quatrième fichier illégal de salariés par la RATP sur le centre bus d’Asnières-Pleyel vient d’être révélé, embarrassant d’autant plus la direction qui voulait faire croire à des cas isolés. La RATP recensant notamment le nombre de jours de grève ou d’arrêts maladies ainsi que d’autres informations qui peuvent nuire à l’avancée de la carrière de ses salariés. La direction a d’abord suspendu le directeur du centre bus de Bords-de-Marne, premier à se faire épingler, puis des fichiers ont été révélés sur d’autres centres, au dépôt de bus d’Ivry-Lebrun puis à celui de Croix-Nivert-Point du Jour à Paris, montrant qu’il s’agissait bien d’une pratique courante. Pourtant, dans une note du 4 juin 2020 faisant suite à la fuite des fichiers de Bords-de-Marne, la RATP reconnaissait elle-même l’illégalité du fichier “au regard de la loi Informatique et Libertés et au règlement européen relatif à la protection des données (RGPD) ” : « Il va de soi que ce fichier est totalement contraire à la politique et aux règles de fonctionnement de la RATP ; il a été expressément retiré du processus de la commission de classement ». La RATP, qui a déjà été mise en demeure pour sa légèreté dans les mesures sanitaires prises dans les bus, se retrouve en mauvaise posture.

#1041 Source revolutionpermanente.fr

Inde, Amravati. Des infirmières font grève parce qu’elles n’ont par perçu leurs salaires au cours des trois derniers mois

Inde, Amravati. Des infirmières font grève parce qu’elles n’ont par perçu leurs salaires au cours des trois derniers mois. Leurs conditions de travail au plus près des malades du Covid19 sont par ailleurs déplorables. Elles affirment avoir dû travailler parfois 24h sur 24 sans même qu’on leur fournisse de nourriture.

#1075 vu sur timesofindia.indiatimes.com

Argentine, Fontana. : des policiers agressent et torturent des membres de la communauté autochtone de Qom, la scène est filmée et fait scandale

Argentine, Fontana. Des scènes choquantes d’agents de police agressant des membres de la communauté autochtone de Qom dans la ville de Fontana, province du Chaco (nord du pays) sont diffusées sur les réseaux sociaux. Face au scandale, les autorités locales sont intervenues en suspendant six officiers et en les plaçant sous enquête. Des policiers ont fait irruption pendant la nuit dans une maison du quartier de Banderas Argentinas, près de la ville de Fontana, et ont frappé les habitants, ont tiré sur eux des balles en caoutchouc et ont commis des agressions sexuelles. Selon la presse, les policiers ont arrêté et transféré deux femmes et deux hommes, en plus d’attaquer une autre femme qui se trouvait sur les lieux. Les proches de ces personnes affirment qu’elles ont été ensuite blessées et torturées au poste de police où elles ont été transférées. Un témoin raconte : “au poste de police, ils ont été torturés avec des méthodes qui rappellent des temps très sombres: les policiers ont éteint la lumière, les ont battus, les ont aspergés d’alcool au cri de” putains d’Indiens “et après, ils ont fait des blagues en allumant une cigarette à proximité.”

#1053 vu sur batimes.com.ar

Brésil : la mortalité due au virus est cinq fois supérieure en prison, le virus s’y diffuse sans aucune mesures sanitaires alors que la pandémie est en pleine expansion

Brésil. La situation catastrophique des prisonniers entassés sans aucune mesures sanitaires alors que la pandémie est en pleine expansion fait l’objet d’une dénonciation par 200 groupes et organisations qui veulent alerter l’ONU. Début mai déjà une vidéo prise dans la prison de Luziania montrait le corps d’un détenu qui n’avait reçu aucuns soins médicaux et dont l’administration pénitentiaire refusait de constater qu’il était mort du Covid. Depuis une soixantaine de prisonniers sont officiellement morts du Covid en détention, et le chiffre réel est certainement beaucoup plus élevé. La mortalité du virus est cinq fois plus importante dans les prisons que sur le reste du territoire (où elle est déjà beaucoup très forte à cause du manque de prise en charge sanitaire), et se protéger de la contagion est impossible.

#1051 vu sur ponte.org

Grèce, Lesbos : presque quotidiennement, des bateaux de fortune avec un grand nombre de migrants à leur bord sont repoussés par les gardes-côtes grecs, sans aucune considération pour la sécurité des personnes qui n’ont plus aucune possibilité de demander l’asile

Grèce, Lesbos. Presque quotidiennement, des bateaux de fortune avec un grand nombre de migrants à leur bord sont repoussés par les gardes-côtes grecs, sans aucune considération pour la sécurité des personnes qui n’ont plus aucune possibilité de demander l’asile. Le gouvernement a annoncé qu’il allait transformer tous les camps de réfugiés en structures fermées, ce qui commencent déjà avec la nouvelle prolongation de la quarantaine. Pour la Journée mondiale des réfugiés, des banderoles aux sigles de diverses organisations comme le HCR, EASOU et d’autres qui collaborent ouvertement avec le système d’asile européen ont été affichées. Le même jour un bateau a été perdu en mer et seulement trois corps ont été retrouvés.

#1049 vu sur enoughisenough14.org

Brésil, Amazonie : une organisation autochtone donne le chiffre à ce jour d’au moins 332 décès de Covid-19 et 7 208 cas dans 110 communautés, son représentant parle d’extermination sciemment orchestrée par le gouvernement

Brésil, Amazonie. L’organisation indigène Apib donne le chiffre d’au moins 332 décès de Covid-19 et 7 208 cas de coronavirus dans 110 communautés. “Nous sommes confrontés à l’extermination”, a déclaré son coordinateur exécutif. Le Covid décime en particulier les personnes les plus âgées qui ont une importance particulière dans la structuration sociale des communautés autochtones, détenant l’histoire et étant souvent chefs de tribus ou soignants. Certains accusent les agents de santé du gouvernement d’avoir amené le virus. Katia Silene Akrãtikatêjê, 51 ans, chef de la tribu Gavião dans l’État de Pará, pense qu’elle a attrapé Covid-19 après qu’une équipe de santé publique s’est rendue dans leur village pour donner des vaccins contre la grippe. Dans la plus grande réserve du Brésil – les Yanomami – quatre personnes sont mortes du Covid-19 et 146 cas de coronavirus ont été détectés. La tribu a déjà été décimée par des épidémies de rougeole et de grippe, et beaucoup craignent maintenant que le coronavirus soit propagé par les 20 000 orpailleurs illégaux – ou garimpeiros – qui envahissent la réserve. Chez les Kokama, dans la région amazonienne d’Alto Solimões, à 1000 km de Manaus, le Covid-19 a tué 57 personnes. Un homme de 64 ans, aurait contracté la maladie lorsqu’il s’est rendu dans une ville voisine pour percevoir un paiement d’aide d’urgence, ce qui est une contrainte imposée par le gouvernement. Quand il est tombé malade, on lui a promis un pont aérien médical à Manaus, mais cela ne s’est jamais concrétisé. Les Kokama qui tombent malades restent maintenant dans leurs villages, se soignant avec un thé à base de plantes amazoniennes, de citron vert, de gingembre, d’ail et d’aspirine. A la lutte désespérée contre le virus s’ajoute le manque de nourriture qui devient critique.

#1043 Source theguardian.com

Suède : 20 migrants sont en cours d’expulsion vers l’afghanistan, un vol groupé entre la Suède, l’Autriche et la Bulgarie vers Kaboul a déjà été organisé et financé par Frontex en mai

Suède. 20 migrants d’origine afghane doivent être expulsés aujourd’hui. La police suédoise résoud le problème posé par les expulsions en temps de pandémie en leur faisant signer un formulaire en anglais stipulant qu’ils sont volontaires. Le 28 mai, 25 migrants afghans ont été déjà renvoyés depuis Stockholm vers Kaboul sur un vol groupé entre la Suède, l’Autriche et la Bulgarie organisé et financé par l’agence Frontex. Ce vol a également fait escale en Autriche où 20 autres migrants sont montés dans l’avion, puis en Bulgarie, d’où deux migrants ont été expulsés. Ce type d’expulsion commune organisée entre plusieurs pays est courante depuis la signature des accords de Dublin. L’un des expulsés du 28 mai est marié à une Suédoise avec laquelle il attend un enfant. Les 25 migrants expulsés de Suède étaient pour la plupart de jeunes adultes dont la demande d’asile avait été rejetée, en raison de l’absence de documents d’identité afghans. Il semblerait que la Suède expulse souvent vers l’Afghanistan des personnes qui viennent d’Iran “parce que c’est leur appartenance ethnique”…

#1040 Source infomigrant.net et réseaux sociaux

France, Uzerche : un à trois ans fermes pour les huit détenus en procès pour la révolte de la prison d’Uzerche, des procès à venir pour 47 autres personnes qui ont été transférées

France, Uzerche. Le jugement de huit détenus accusés pour la révolte de la prison d’Uzerche du 22 mars dernier a été rendu par le tribunal de Tulle, avec des peines de un à trois ans de prison ferme, donc un peu moins lourdes que les réquisitions du procureur. 47 autres détenus seront jugés dans les départements où ils ont été transférés après la mutinerie. En effet, 350 détenus avaient été transférés dès le milieu de la nuit après la fin de la mutinerie. Les travaux de réparation des bâtiments ont déjà commencé mais ils ne réouvriront que progressivement à partir début de 2021 pour un premier bâtiment avec le retour de 200 détenus puis un deuxième trois mois plus tard.

#1056 vu sur francebleu.fr

France, Meaux : une jeune femme de 19 ans a été écrouée avec mandant de dépôt pour 3 mois faute de place en semi-liberté…

France, Meaux (Seine-et-Marne). Une jeune femme de 19 ans a été écrouée faute de place en semi-liberté par le tribunal correctionnel de Meaux qui l’a condamnée à trois mois de prison ferme avec mandat de dépôt, après avoir constaté qu’il n’existe aucune place dans une structure adaptée en région parisienne. Elle est accusée d’avoir commis des dégradations dans une chambre d’hôtel. Elle a été immédiatement écrouée à Fleury-Mérogis.

#1054 vu sur leparisien.fr

International : retour sur le mensonge des entreprises comme IBM, Google et Amazon qui déclarent arrêter la reconnaissance faciale pour son caractère discriminant, tout en développant la “vidéosurveillance automatisée”

International. Plusieurs entreprises ont annoncé arrêter (temporairement ou non) la reconnaissance faciale. D’abord IBM puis Google et Amazon qui affirme interdire l’utilisation par la police de son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition pendant un an. Microsoft dit vouloir arrêter de vendre de tels services tant qu’il n’y aura pas de cadre législatif plus précis. Or, ces entreprises sont celles qui ont inventé et développé ces technologies. Ainsi IBM a fait la promotion de la reconnaissance faciale depuis au moins 2012, en fournissant à la ville d’Atlanta, aux États-Unis, un programme de police prédictive avec les photos des criminels à haut risque. Outre le fait d’acquérir une pureté morale très discutable en instrumentalisant l’antiracisme, il s’agirait aussi d’un moyen pour les entreprises de se retirer d’un marché concurrentiel où elles ne font pas office de leader, comme à Toulouse, où la mairie de J.-L. Moudenc a conclu un contrat avec IBM pour équiper une trentaine de caméras de VSA, sans succès apparent. A chaque fois, il s’agit par ailleurs de refuser certains usages, mal encadrés, ou discriminants, de ces technologies. La reconnaissance faciale, un épouvantail qui rend la VSA acceptable. Par ailleurs la reconnaissance faciale n’est qu’un des aspects des technologies de contrôle en cours de développement. En parallèle en effet sont développés des outils de « vidéosurveillance automatisée » (reconnaissance de tenues vestimentaires, de démarches, de comportements, etc.) qui sont discrètement installés dans les rues, les transports en commun, les écoles.

#1046 Source laquadrature.net

Slovénie : la police slovène a annoncé avoir découvert 22 migrants originaires du Bangladesh, d’Inde, de Turquie et de Syrie, cachés dans des camion-citernes, “proches de la suffocation”, à la frontière croate

Slovénie. La police slovène a annoncé avoir découvert 22 migrants cachés dans des camion-citernes, “proches de la suffocation”, à la frontière croate. Un premier groupe de 13 migrants a été découvert lors d’un contrôle de police à la frontière. Le second groupe, composé de 9 personnes, a été trouvé peu après dans un autre camion appartenant à la même compagnie. Les migrants sont originaires du Bangladesh, d’Inde, de Turquie et de Syrie. Des milliers de migrants empruntent chaque année la route dite “des Balkans” malgré sa dangerosité. Un grand nombre d’entre eux font appel à des passeurs afin de traverser les frontières vers l’Europe occidentale dans des camions, plutôt que de tenter leur chance à pied. Craignant une recrudescence des passages clandestins à la suite de la réouverture des frontières intérieures de l’Europe, la Slovénie a annoncé, début juin, qu’elle envoyait 1 000 officiers de police en renfort à sa frontière avec la Croatie. Ces effectifs sont équipés de drones, de caméras thermiques et de détecteurs de mouvements.

#1045 Source infomigrants.net

France, Villepinte. Un détenu de vingt ans est mort dans l’incendie de sa cellule sans que personne n’intervienne

France, Villepinte. Un détenu de vingt ans est mort mardi soir à la maison d’arrêt de Villepinte dans l’incendie de sa cellule. La scène insoutenable a été filmée et circule sur les réseaux sociaux, le jeune homme étant en train de mourir sans que personne n’intervienne. Les pompiers ont fini par intervenir vers 20 h et ont éteint l’incendie avant de découvrir le corps du jeune détenu qui occupait seul sa cellule. Trente-deux prisonniers ont été évacués en raison de la propagation de fumée dans un des étages.

#1071 vu sur ouest-france

Méditerranée, l’Ocean-Viking, navire humanitaire de SOS Méditerranée, est reparti en mer après trois mois d’arrêt en raison de la crise sanitaire, pour reprendre ses sauvetages entre l’Europe et la Libye.

Méditerranée. L’Ocean-Viking, navire humanitaire de SOS Méditerranée, est reparti en mer après trois mois d’arrêt en raison de la crise sanitaire, pour reprendre ses sauvetages entre l’Europe et la Libye. L’équipage peut s’attendre à trouver de nombreux naufragés puisque les départs, qui n’ont pas cessé pendant les derniers mois malgré la fermeture des ports. Les dernières données du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) confortent ce constat : entre début janvier et fin mai, les tentatives de traversée au départ de la Libye ont augmenté de 150 %, comparé à la même période l’an dernier, soit 8 311 personnes qui ont pris la mer sur des embarcations de fortune, contre 3 712. La réouverture des ports et frontières intra européennes pourraient augmenter encore le nombre de départs. Le Sea-Watch 3, de l’ONG allemande Sea-Watch, et la Mare-Jonio, de l’italienne Mediterranea Saving Humans, sont les deux premiers bateaux à être retournés dans cette zone, respectivement les 8 et 10 juin. Dimanche, Sea-Watch a annoncé le transbordement de 211 naufragés sur un ferry dans un port sicilien, où ils observeront une quarantaine. Le même jour, la Mare-Jonio a annoncé avoir débarqué, également en Sicile, 67 personnes secourues la veille. Les migrants sauvés de la noyade, ne sont pas libres pour autant puisqu’ils se retrouvent ensuite en quarantaines et enfermés dans des camps ou des centres de tris en attendant que les états statuent sur leur demande d’asile. Dans les prochains jours, un nouveau “pacte migratoire” qui va déterminer le sort de ces migrants doit être dévoilé à Bruxelles.

#1039 vu sur lemonde.fr

Brésil, Amazonie : l’Etat néglige sciemment les zones habitées par des autochtone dans les interventions contre les incendies qui ravagent l’Amazonie

Brésil, Amazonie. L’Etat néglige sciemment les zones habitées par des autochtone dans les interventions contre les incendies qui ravagent l’Amazonie. Les Guaranis qui ont contenu un incendie à Jaraguá dénoncent ces négligences criminelles. Beaucoup d’habitants ont été blessés en intervenant seuls pour endiguer le feu. Le gouvernement a laissé le feu se propager et devenir impossible à maîtriser pendant plusieurs heures avant d’envoyer les hélicoptères malgré plus d’une centaine au service d’incendie de la police militaire de l’État de São Paulo et des transmissions en direct avec des demandes d’aide. Les hélicoptères sont intervenus seulement sept heures après le début de l’incendie, en versant 1 200 litres d’eau sur le site ce qui était largement insuffisant, et: l’incendie a continué pendant six heures de plus. Sur la page officielle du service d’incendie de la police militaire de l’État de São Paulo une intervention longue et efficace est décrite alors que les camions sont repartis avant même d’intervenir en constatant qu’il était difficile d’atteindre le lieu de l’incendie.

#1037 vu sur brasildefato.com.br

France, Toulouse : le CRA continue de se remplir mais les mesures restrictives comme la visioconférence et les visites restreintes perdurent

France, Toulouse. Le CRA de Toulouse continue de se remplir progressivement depuis la fin du confinement, les arrestations suite aux contrôles au faciès ont repris et les sortants de prison continuent d’être enfermés en rétention pour subir la double peine. On retrouve peu à peu la situation d’avant le Covid, les différents secteurs se remplissent, dont celui des femmes. Les mesures restrictives du confinement sont en revanche maintenues puisque les audiences continuent d’avoir lieu depuis le centre en visioconférence, ce qui empêche la présence du public et détériore le contact que peut avoir la personne avec son avocat. L’État cherche visiblement à pérenniser ce nouveau système et limiter ainsi les moyens de la défense tout en s’épargnant la gestion des transferts. Comme dans les prisons et les Ehpad, les visites sont toujours limitées et encadrées par des mesures sanitaires : la PAF a installé dans les parloirs un film plastique au milieu de la table et une seule personne peut entrer dans le parloir pour chaque visite.

#1035 vu sur toulouseanticra.noblogs.org

Canada : un troisième travailleur migrant saisonnier meurt du Covid19 alors qu’un rapport sorti le 8 juin dénonce les conditions sanitaires déplorables dans lesquels ils travaillent

Canada. Un troisième travailleur migrant saisonnier embauché dans l’agriculture meurt du Covid19 alors qu’un rapport du 8 juin établi par un groupe “représentant les travailleurs migrants au Canada” alertait sur les conditions sanitaires déplorables dans lesquelles les saisonniers travaillent. Des centaines d’infections et deux morts étaient alors déjà signalés. Le rapport pointe le manque de nourriture, d’eau chaude, de repos et d’équipement de protection individuelle. Il y est aussi mentionné les cas fréquents de salaires non payés ou volés. Au moins 164 travailleurs des fermes Scotlynn du comté de Norfolk ont reçu un diagnostic positif après avoir subi un test de dépistage de la COVID-19, selon les autorités locales de santé publique. Selon la Migrant Workers Alliance for Change, une ferme de pêches et de raisins à Niagara a demandé à ses employés de signer un contrat qui stipulait que le salaire versé pendant la période de quarantaine était un prêt qui devait être remboursé et un quart des travailleurs sondés pour ce rapport affirment ne pas avoir été payés pendant leur période de quarantaine alors que selon les lignes directrices établies par le gouvernement fédéral pour les employeurs de travailleurs étrangers temporaires concernant la COVID-19, “l’employeur doit les payer pour au moins 30 heures par semaine au taux de salaire horaire précisé […] dans l’offre d’emploi” pendant la période de quarantaine.

#1026 vu sur ici.radio-canada.ca

Etats Unis : le FBI surveille de près les réseaux sociaux pour réprimer les manifestations émeutières en cours. Récit d’une filature 2.0 grâce à Instagram, linkedIn et divers sites de vente en ligne

Etats Unis. Le FBI surveille de près les réseaux sociaux pour réprimer les manifestations émeutières en cours. Les messages sont traités et repérés dès lors que des positions en faveur de la mobilisation sont énoncées. Ces éléments servent aussi à cibler des arrestations. Les informations récoltées sur des réseaux comme Instagram et LinkedIn et à partir de sites de commerce en ligne ont servi pour arrêter une manifestante accusée d’être à l’origine de l’incendie de deux véhicules de police. Les informations utiles à la répression sont donc extraites de documents librement accessibles et apparemment anodins mais dont le recoupement et la lecture policière amène à des incriminations et des arrestations. Les personnes se retrouvent facilement identifiées à partir de la reconnaissance faciale sur diverses photos qui permettent de reconstituer leur parcours pendant une manifestation et de les identifier. En l’occurrence l’identification de cette jeune femme commence par une image prise d’hélicoptère sur laquelle la police à remarqué une femme portant un bandana en train de jeter un débris enflammé à travers la vitre brisée d’une voiture de police. Puis la police remonte la piste en recherchant des vidéos publiées sur Viméo ou Instagram ayant capturé la scène sur lesquelles ils repèrent la présence d’un tatouage sur l’avant-bras. Ils arrivent ensuite à identifier un tee-shirt avec l’inscription : « Gardez les migrants. Déportez les racistes » et enquêtent à partir de ce vêtement qui est disponible sur une boutique en ligne ouverte sur le site Etsy. Une personne avait laissé un commentaire sous cet article avec un pseudonyme qui a conduit la police jusqu’à un autre profil sur le site de vente en ligne « poshmark » contenant une partie du véritable prénom de la jeune femme. Grâce à ce prénom composé peu courant, ils ont fait une recherche sur LinkedIn où ils ont réussi à trouver le profil d’une personne portant ce prénom et travaillant dans un cabinet de massage de Philadelphie. Le site internet du cabinet contenant des vidéos montre une personne portant un tatouage apparemment identique à celui identifié sur les premiers clichés. Un numéro de téléphone et une adresse étaient associés au profil, et d’après les informations recueillies auprès de la boutique en ligne d’Etsy, suite à une assignation, un t-shirt identique à celui porté par la manifestante avait récemment été livré à la même adresse. Voilà comment une succession de recherches dont la plupart concernent des informations anodines et publiques a conduit à cette arrestation.

#1020 vu sur presse-citron.net

International : les attaques en ligne des fans de K-pop contre une application de délation de la police américaine et Donald Trump sont aussi amusantes qu’efficaces…

International. La guerre online menée par la communautée des fans de K-pop (Pop koréenne) est aussi amusante qu’efficace. Nous somme le 31 mai, dans la première semaine des révoltes liées à la mort de George Floyd et le Dallas Police Department lance un appel sur twitter pour que les bons citoyens filment et balancent toutes les activitées criminelles observée pendant les émeutes à travers un application de citoyen-keufs “I-watch Dallas”. Heureusement le tweet arrive vite aux oreilles de membres de la communautée virtuelle mondiale de K-pop qui lance à son tour un appel à spammer (innonder virtuellement) l’application de vidéos de pop-koréenne. Dans la même journée, la police de Dallas annonce que le service est désormais temporairement “indisponible”. C’est ensuite aux hashtags racistes et pro-flics que s’en prend la communautée, noyant les fils de suprémacistes blancs de vidéos ou les normes de genres sont quelques peu.. chamboulées. La deuxième victoire en date est le grand meeting de Trump à Tulsa, Oklahoma. Les fans ont réservé des milliers de tickets (gratuit mais sur reservation) sans aucune intention de s’y présenter. Le stade affiche de nombreuses tribunes vides tandisque que les supporter de trump on peiné à remplir la fosse.

#1016 vu sur insider.com

France : un logiciel de traçage Covid-19 est apparu dans les paramètres des téléphones Android et des iPhones dans le cadre d’une mise à jour de leur système d’exploitation sans que les utilisateurs n’aient fait de démarche particulière pour l’obtenir.

France. Un logiciel de traçage Covid-19 est apparu dans les paramètres des téléphones Android et des iPhones dans le cadre d’une mise à jour de leur système d’exploitation sans que les utilisateurs n’aient fait de démarche particulière pour l’obtenir. L’outil de “notification d’exposition” est désactivé par défaut et n’est pas considéré comme une application de traçage, même si il en a toutes les caractéristiques. L’application mesure la distance entre deux combinés et alerte le propriétaire du téléphone quelqu’un qu’il a approché est testé positif au Covid-19. Un informaticien précise : “Ce n’est pas une nouvelle application mais un élément supplémentaire ajouté aux systèmes d’exploitation des téléphones pour permettre aux développeurs agréés de créer des applications qui peuvent potentiellement avertir de la proximité de personnes infectées” espérant ainsi rassurer les utilisateurs qui ont pu penser que Stopcovid, qui n’est pas compatible avec ces logiciels, s’installait tout seul à leur insu sur leurs téléphones. Il reste quand même avéré que ces logiciels de traçage ont été installés par défaut sans que les utilisateurs aient fait une quelconque démarche pour les obtenir. Plusieurs entreprises développant ce type d’application se plaignent en outre des critiques contre les applications de traçage, qu’ils considèrent comme “de la désinformation”, en arguant du fait que l’accès à des données qui mettent en cause la vie privée n’est pas prouvé…

#1029 vu sur pressafrik.com

Grèce : nouvelle prolongation jusqu’au 5 juillet de la fermeture totale des camps de migrants, annoncée quelques heures après la manifestation de plusieurs milliers de personnes dans le centre d’Athènes

Grèce. Le gouvernement annonce une nouvelle prolongation jusqu’au 5 juillet de la fermeture totale des camps de migrants, quelques heures après la manifestation de plusieurs milliers de personnes dans le centre d’Athènes pour marquer la Journée mondiale des réfugiés et dénoncer le traitement réservé par le gouvernement aux migrants. Bien qu’aucun décès de coronavirus connu n’ait été enregistré jusqu’à présent dans les camps et que seules quelques dizaines d’infections soient apparues, les mesures de quarantaine strictes prises dès la fin du mois de mars ont depuis été prolongées à plusieurs reprises. Les autorités grecques prévoient toujours de déplacer plus de 11 000 personnes pour faire de la place à d’autres demandeurs d’asile dans les camps des îles. Il restreint aussi les droits de ceux qui parviennent à avoir le statut de réfugié, faisant passer de 6 mois à 1 mois le temps durant lequel ils peuvent être hébergés. Beaucoup d’entre eux se retrouvent à la rue.

#1022 vu sur france24.com

Paris : l’audience d’un détenu de la prison de la Santé atteint de plusieurs pathologies chroniques pour sa libération dans le cadre du confinement, déposée le 5 avril, a été fixée au 17 juin ! Il a été infecté entre temps.

Paris. L’audience d’un détenu de la prison de la Santé atteint de plusieurs pathologies chroniques pour une demande de suspension de peine dans le cadre du confinement, déposée le 5 avril, a été fixée au 17 juin ! Il a été infecté par le Covid19 entre sa demande et l’audience. Les autorités pénitentiaires, avertie du fait qu’il avait été infecté et qu’il était malade, l’ont simplement mis en isolement pour éviter la contagion d’autres détenus…

#1018 vu sur oip.org

Pérou, Loretao : un groupe évangélique injecte un vaccin antiparasitaire vétérinaire à des milliers de personnes en prétendant les protéger ainsi du Covid-19, avec l’appui du gouverneur.

Pérou, Loretao. Un groupe évangélique injecte un vaccin vétérinaire à des milliers de personnes en prétendant les protéger ainsi du Covid-19, avec l’appui du gouverneur. Au moins 5 000 habitants de l’Amazonie péruvienne ont reçu de l’ivermectine vétérinaire, un vaccin antiparasitaire pour animaux. Dans cette région isolée du Pérou, où vivent près d’un million de personnes, dont 300 000 indigènes, la peur de Covid-19 et le manque d’assistance de l’État ont conduit de nombreuses personnes à accepter l’injection de l’antiparasitaire, qui a été présenté dans une propagande radiophonique insistante, comme un palliatif à la maladie. Des injection ont eu lieu sur les points d’entrée des régions habitées par les populations autochtone de la rivière Marañon. Certains pasteurs évangéliques de Loretao ont lié le nouveau coronavirus au diable et à la fin du monde, offrant ces injections «comme salut». Des témoignages font état d’effets secondaires importants, comme une forte accélération cardiaque et de très fortes diarrhées. Dans la communauté de Cuninico, où une grande partie de la population avait des symptômes de covid-19, le technicien du module de santé a tenté en vain de s’opposer à ces injections. “L’explication des volontaires était claire et directe que [l’antiparasitaire] est approuvé par la loi et qu’il s’agit d’un traitement animal qui donne des résultats positifs en tant que vaccin”, a déclaré l’apu (chef indigène) de Cuninico, Wadson Trujillo Acosta. Les évangélistes ont prétendu qu’il était administré dans tout le pays. Dans cette région, 60% des plus de 18 ans ont reçu le médicament. «Presque tout le monde ici a des symptômes de Covid-19 et le traite avec des remèdes maison», explique Trujillo. «Nous avons des problèmes d’approvisionnement en médicaments. Nous avons reçu 27 tests de diagnostic rapide pour la communauté. Sept étaient positifs et nous en avons économisé sept en cas d’aggravation ». Des volontaires évangéliques ont également appliqué le médicament vétérinaire dans les communautés de Santa Rita de Castilla et Saramurillo, entre autres.

#1015 brasil.elpais.com

Etats-Unis : le président Trump à déclaré hier qu’il ralentirait le nombre de test de dépistage du virus car “plus vous testez de gens, plus il y a de cas identifiés”…

Etats-Unis. Le président Trump à déclaré hier qu’il ralentirais le nombre de test de dépistage du virus car c’est une stratégie à “double-tranchant” , il explique, : “plus vous testez de gens, plus il y a de cas identifiés.” Epatant. Au moins 25 millions de personnes ont été testées au Etats Unis et plus de 120 000 personnes sont décédées suite à la pandémie. La déclaration du POTUS s’accompagne de commentaires racistes sur l’origine du virus, qualifié de “Kung Flu”.

#1014 vu sur theguardian.com

Colombie, Chinu : des systèmes de piloris pour punir ceux et celles qui ne respectaient pas le confinement.

Colombie, Chinu. Les autorités colombiennes auraient mis en place des systèmes de piloris pour les gens qui ne respectaient pas le confinement. Les contrevenant se voyaient enfermer la jambe dans un système en bois afin de les punir publiquement. Le système serait aussi utilisé pour certains “délits” tel que l’adultère

#01003 vu sur wikipedia

France, Paris : une nouvelle manifestation de policiers a eu lieu place d’Italie, plusieurs dizaines de Gilets Jaunes sont intervenus et le rassemblement a alors cessé immédiatement

France, Paris. Une nouvelle manifestation de policiers a eu lieu place d’Italie. Plusieurs dizaines de véhicules – fourgons, voitures banalisée – ont stationné sur la chaussée, gyrophares allumés. Des tensions ont eu lieu lorsque plusieurs dizaines de Gilets Jaunes sont intervenus. Les policiers ont alors cessé immédiatement le rassemblement. Des manifestations semblables ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs endroits à Paris, notamment au Trocadéro, sur l’avenue des Champs-Élysées, place de la République, ou encore dans le quartier de La Défense. C’est suite à ces mobilisations que la police a pu maintenir son “droit d’étrangler” pour interpeller…

#1008 vu sur www.lefigaro.fr

Allemagne : plus de 700 des 5000 salariés du plus grand abattoir d’Europe ont été testés positifs au covid

Allemagne. Plus de 700 des 5000 salariés ont été testés positifs dans le plus grand abattoir d’Europe. Plusieurs abattoirs ont concentré des nombres importants de cas en France et en Allemagne. La raison avancée serait le manque d’hygiène, ce qui peut sembler inquiétant. Plusieurs journaux allemands n’hésitent pas à relayer une explication ouvertement raciste qui consiste à incriminer le fait que de nombreux travailleurs étrangers, notamment d’Europe de l’Est sont employés dans ces abattoirs.

#1007 vu sur www.huffingtonpost.fr

Etats Unis, New York : un rapport qui n’a jamais été publié montre que la police de la ville aurait tué deux fois plus de personnes que le décompte officiel

Etats Unis, New York. Un rapport qui n’a jamais été publié montre que la police aurait tué deux fois plus de personnes que le décompte officiel. Une ancienne commissaire à la santé de New York signale qu’au cours de son mandat en 2015 le service de santé de la ville avait commencé à effectuer un examen interne des rapports sur les décès impliquant des policiers. Les conclusions établies en 2017, étaient frappantes : bien que moins de personnes par habitant meurent aux mains de la police à New York que dans presque n’importe quel autre endroit aux États-Unis, la ville sous-déclarait considérablement les décès. L’examen révélait que le nombre de décès aux mains de la police était cinq fois plus élevée pour les afro-américains. 105 personnes auraient été tuées par la police ou des activités policières au cours de la période de 2010 à 2015, soit plus du double des 46 que l’agence avait signalées publiquement pour ces années. Parmi les décès non signalés, 13 étaient des passants touchés par des balles de la police ou des piétons tués par des accidents de voiture pendant des interventions policières. A son départ, ce rapport a été enterré et la police newyorkaise a continué à publier ses propres statistiques mensongères.

#1006 vu sur www.nytimes.com

Italie, Agrigente : un policier est accusé d’avoir violenté et humilié des migrants d’origine tunisienne dont un mineur dans un centre de détention pour migrants

Italie, Agrigente . Un policier est accusé d’avoir frappé des migrants d’origine tunisienne dans un centre de détention pour migrants clandestins où les détenus sont maintenus en quarantaine, et de les avoir obligés à se gifler entre eux, l’un d’entre eux étant mineur, jusqu’à ce qu’un des migrants s’écroule de douleur. Une video filmée par l’un des détenus fait scandale et aboutit à l’ouverture d’une enquête.

#1027 vu sur lecourrierdelatlas.com

France : les associations d’aide alimentaire font face à un « raz de marée de la misère »

France. Les associations d’aide alimentaire font face à un « raz de marée de la misère ». La crise économique et sanitaire a obligé un nouveau public à se tourner vers ces associations, qui commencent l’été avec des stocks au plus bas. Le “resto du coeur” de Paris 11ème connaît une hausse de fréquentation de 70 % par rapport à la même période l’année dernière.

#01002 vu sur lemonde.fr

France : les expulsions de campement de “gens du voyage” reprennent en force avec la fin du confinement

France, Guidel et Locmiquélic (Morbihan). Les gendarmes mobiles expulsent un campement de “gens du voyage”. Partout en France, la fin du confinement marque le retour en force de ces expulsions, souvent appuyées par les riverains. Une constante : des territoires qui ne respectent pas les schémas d’accueil, des aires insalubres, des abus dans les périodes de fermetures administratives.

#0997 Source ouest-france.fr

Etats Unis : le « Distance Assistant » d’Amazon utilise désormais l’intelligence artificielle et le “machine learning” afin de faire respecter les règles de distanciation sociale entre ses employés.

Etats Unis. Amazon utilise désormais l’intelligence artificielle et le “machine learning” afin de faire respecter les règles de distanciation sociale entre ses employés. Dans une partie de ses entrepôts, le géant du commerce en ligne a en effet déployé un « Distance Assistant » capable de repérer si deux individus respectent bien les gestes barrière contre le Covid-19. Ce dispositif propriétaire est composé d’un moniteur de 50 pouces, d’une caméra de surveillance et de nombreux capteurs de profondeur et de distance. Placé dans un endroit de passage, il suit les déplacements des employés Amazon et affiche en temps réel sur l’écran des informations concernant la distance qui les sépare. Chaque employé repérée par les capteurs est mis en évidence par un cercle de couleur en réalité augmentée. Si le cercle s’affiche en vert, les salariés ont bien respecté les mesures de distanciation contre le Covid-19: ils se trouvent donc à une distance supérieure à 1,80 m l’un de l’autre. Si les employés sont trop proches, ils seront représentés dans un cercle rouge. Amazon s’est aussi engagé à partager le code de son intelligence artificielle en open source afin que « n’importe qui puisse créer leur propre Distant Assistant ».

#0994 Source phonandroid.com

France, Rennes : un conseiller Pôle Emploi est convoqué pour une sanction pour avoir aidé des chômeurs à récupérer des allocations non versées.

France, Rennes. Un conseiller Pôle Emploi à Rennes est convoqué le 23 juin à un entretien préalable pour une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement pour avoir aidé des chômeurs à récupérer des allocations non versées. La direction évoque de son côté un dossier personnel. Il affirme d’ailleurs avoir découvert “de vraies anomalies couvertes par une chaîne de décideurs, par exemple des salaires exclus automatiquement par le système de calcul des allocations chômage” ou encore des informations “sur les droits des allocataires que l’on donne très peu, voire quasiment jamais aux intéressés”. Un collectif de soutien s’est constitué, à l’initiative d’organisations et de syndicats de l’intermittence de l’emploi, du spectacle, des arts et de la culture.

#01001 france3-regions.francetvinfo.fr

Indonésie, Balikpapan : alors que le slogan “Papouan lives matter” se répand dans l’archipel, plusieurs militants papous ont été condamnés à de lourdes peines de prison pour trahison suite aux manifestations antiracistes en Papouasie l’an dernier.

Indonésie, Balikpapan. Alors que le slogan “Papouan lives matter” se répand dans l’archipel, sept militants papous ont été condamnés mercredi à de lourdes peines de prison pour trahison en liaison avec une vague de manifestations antiracistes qui avaient secoué la Papouasie, la province la plus à l’est de l’archipel d’Asie du Sud-Est, l’an dernier. Des manifestations et des émeutes avaient alors éclaté en Papouasie et d’autres régions d’Indonésie pendant plusieurs semaines, faisant des dizaines de morts, après l’arrestation d’étudiants papous et en réaction à des injures racistes proférées à leur encontre à Surabaya, la deuxième ville du pays.Trois militants indépendantistes ont été condamnés à 11 mois de prison ferme, et quatre étudiants jugés à leurs côtés ont écopé de 10 mois de prison. La sentence a été prononcée par visioconférence pour cause de pandémie. Jakarta a eu recours de façon croissante aux accusations de trahison contre les voix discordantes. Une cinquantaine de militants papous ont été accusés de trahison après les manifestations de l’an dernier. Des militants ont organisé des manifestations cette semaine pour dénoncer le racisme contre les Papous.

#0999 Source tahiti-infos.com

France : un rapport du “contrôleur des lieux de privation de liberté” s’alarme du recours de plus en plus systématique à l’enfermement des patients en psychiatrie

France. Dans un rapport rendu public mercredi le “contrôleur des lieux de privation de liberté” s’alarme du recours de plus en plus systématique à l’enfermement des patients en psychiatrie. On enferme en effet de plus en plus, et cela sans le consentement du malade. On isole aussi, voire on attache. En effet, depuis une vingtaine d’années, le nombre d’hospitalisations sans l’accord du patient a augmenté régulièrement, au point de les banaliser avec 25% des hospitalisations qui se font sous ce statut. Il y a vingt ans, c’était deux fois moins. Dans certains établissements, 40 % des hospitalisations se font sous contraintes. Il n’y a qu’en psychiatrie que l’on peut légalement soigner sans l’accord du patient. Cette contrainte aux soins va avec la possibilité d’exercer « une contrainte au corps se traduisant en une contrainte aux comportements : horaires, tabac, visites, etc. » Voire à isoler les patients dans des chambres spéciales, et parfois à les attacher pendant des jours, voire des mois. Le rapport note que « la culture de l’enfermement et des restrictions dans le champ psychiatrique est intériorisée par tous : soignants, famille et proches, patients aussi. L’ensemble perpétue le refus de s’interroger sur les pratiques, la compatibilité de l’enfermement et des restrictions qui l’accompagnent avec le soin ». Il s’agit d’une tendance lourde, accentuée par la gestion du confinement en milieu fermé, certains patients étant restés enfermés dans leur chambre 24h sur 24. Il semble cependant que ces pratiques commencent à être de plus en plus interrogées, voire discutées au sein des établissements, entre autre en réaction à ce qui a pu se passer pendant le confinement.

#0998 Source liberation.fr

Grèce : un bateau avec 67 migrants s’est signalé en détresse dans les eaux grecques, plusieurs navires grecs et un navire Allemand le “Berlin”, présents sur place, ne sont pas intervenus pour leur porter secours.

Grèce. Un bateau avec à bord 67 migrants s’est signalé en détresse dans les eaux grecques aux environs de Mytilene. Des navires grecs et un navire Allemand le “Berlin” qui étaient sur place ne sont pas intervenus pour leur porter secours. Le bateau a finalement été récupéré par les gardes-côtes turcs.

#0996 Source infomigrants.net

Guyane : Cayenne est désormais le plus grand cluster de la région avec une augmentation fulgurante des cas Covid-19, incontrôlable dans les quartiers défavorisés

Guyane, Cayenne. Cayenne est désormais le plus grand Cluster de Guyane. On y enregistre une augmentation fulgurante des cas Covid-19 et la propagation du coronavirus semble incontrôlable dans les quartiers défavorisés. La mairie a commencé une opération de distribution de masques au porte à porte mais les conditions sanitaires dans les bidonvilles et les quartiers pauvres sont désastreuses, en particulier le manque d’eau courante. Un couvre-feu est instauré à Cayenne de 19h à 5h du matin en semaine.

France : la mobilisation des livreurs sans papiers de Frichti (la moitié des employés) se poursuit, le statut d’auto entrepreneur exigé par l’entreprise entrave leur régularisation

France. Le mouvement de grève des livreurs de Frichti débutée le 4 juin se poursuit. Près de la moitié des livreurs autoentrepreneurs employés par Frichti sont sans papiers. Ils manifestent presque tous les jours devant les dépôts de la plateforme. Après la publication d’un article de presse sur le quotidien d’un des «livreur de bonheur» non payé depuis le confinement, la firme avait privé de travail tous les autres livreurs sans papiers. 219 livreurs sont inscrits sur la liste exigeant la régularisation. Le statut d’autoentrepreneur exigé par l’entreprise pour l’embauche rend la régularisation difficile car aucun dossier de ce type n’a été validé en France ou ailleurs. De nouvelles manifestations sont prévues. Les sans-papiers représentent quasiment la moitié des livreurs employés par l’entreprise.

#0974 vu sur libération.fr

Etats Unis : suite après le meurtre de Georges Floyd, le maire de New York annonce que les images filmées par les caméras individuelles des policiers devront être rendues publiques, mais la NYPD pourra faire des montages…

Etats Unis, New York. Suite à la mobilisation contre le racisme et la police après le meurtre de Georges Floyd, le maire de New York annonce que, dans certains cas, la police de la ville sera tenue de rendre accessibles en ligne dans les 30 jours suivant un événement les images de la caméra corporelle portée par les policiers en intervention. Cette annonce ne s’applique qu’aux images recueillies dans trois circonstances: si un policier décharge son arme à feu, décharge son Taser, ou si l’interpellation entraîne la mort ou “des lésions corporelles graves”. Cependant le NYPD conservera la possibilité de monter les images. Il faut savoir par ailleurs que ces caméras sont bien souvent éteintes lorsque les policiers se préparent à des interventions violentes. Le port de ces caméras a été imposé en 2014 et ce n’est qu’en 2019 que les policiers du NYPD en ont été équipés. Jusqu’à aujourd’hui, la police avait 30 jours pour envisager de publier ces images mais n’était pas tenue de le faire.

#0977 vu sur gothamist.com

Grèce : les attaques de gardes-côtes grecs masqués contre les embarcations de migrants pour les repousser vers les côtes turques sont avérées par des témoignages

Screenshots Animation von Report Mainz

Grèce. Plusieurs organes de presse internationaux enquêtent sur les agissement des gardes-côtes grecs. Le témoignage d’un jeune migrant d’origine palestinienne est publié dans la presse allemande. Il raconte comment, alors que son embarcation arrivait à proximité de la côte grecque de l’île de Samos, un grand bateau arborant un drapeau grec s’est approché, avec à son bord des hommes masqués qui ont heurté le bateau de fortune avec un crochet, ont détruit le moteur et ont embarqué de force les réfugiés sur un radeau pour les repousser vers la côte turque, les abandonnant à leur sort une fois en pleine mer.

#0976 vu sur De Spiegel (spiegel.de)

Cambodge : comme après la défaite des Khmers Rouges, les épouvantails portant des fusils en plastique sont de plus en plus nombreux dans les campagnes

Cambodge. Une armée d’épouvantails s’est déployé petit à petit au Cambodge. Beaucoup portent des fusils en plastique attachés à leurs bras en bois. La croyance est que si des esprits malfaisants voient un épouvantail tenir une veillée devant une maison, ils ne pourront pas y entrer. C’est la première fois que ces épouvantails, ou ting mong, sont aussi présents, depuis la chute du régime génocidaire des Khmers rouges en 1979. Cette année-là les gens se sont mis à représenter ainsi les soldats khmers rouges et ont ensuite brûlé les épouvantails dans des feux de joie. La pandémie de coronavirus a réactivé cette tradition.

#0969 vu sur foreignpolicy.com

Italie, Bologne : trois gardiens de prison sont accusés d’avoir torturé un détenu

Italie, Bologne. Trois gardiens de prison sont accusés d’avoir torturé un détenu dans sa cellule. Les faits remontent au 30 septembre et le détenu a depuis été transféré à Reggio Emilia. Deux matons sont également accusés de contrefaçon et de calomnie, pour des rapports sur l’affaire et une infirmière de la prison a également été accusée de fausses allégations.

#0968 vu sur www.ansa.it

Grèce : trente-six migrants originaires d’Iran et d’Afghanistan à bord d’une embarcation en provenance de la Turquie ont été laissés sans secours pendant 14 heures

Grèce. Trente-six migrants dont dix femmes, dix enfants et seize hommes, tous originaires d’Iran et d’Afghanistan à bord d’une embarcation en provenance de la Turquie ont été laissés sans secours pendant 14 heures. Une personne a dû être hospitalisée, les autres ont été transférés dans une installation temporaire pour migrants et placés en quarantaine pour sept jours en vertu des mesures actuelles concernant la lutte contre le Covid-19. Il s’agit de la troisième embarcation arrivée à Lesbos depuis le début du mois de juin. Au total 108 migrants ont été secourus au large de l’île ces quinze derniers jours.

#0965 vu sur www.infomigrants.net

Etats-Unis : de plus en plus de cas d’intimidations et de menaces de propriétaires contre des locataires qui ne payent pas leur loyer

Etats-Unis. Il y a de plus en plus de cas d’intimidations et de menaces de propriétaires contre des locataires qui ne payent pas leur loyer, comme des refus d’effectuer des réparations pourtant obligatoires, des actes de vandalisation pour rendre la vie quotidienne des locataires insupportable ou des tentatives d’expulsions illégales malgré le moratoire encore en vigueur pour quelques semaines.

#0964 vu sur www.nbcnews.com

France : la manière de travailler a complètement et durablement changé suite au confinement dans les structures accueillant des personnes en situation de handicap

France. la manière de travailler a complètement et sans doute durablement changé dans les structures accueillant des personnes en situation de handicap, et notamment dans celles qui accueillent des personnes autistes. Certains proches ont vu apparaître chez des personnes atteintes d’autisme des troubles du comportement nouveau dans ce contexte particulièrement angoissant, ou constater une aggravation de ces troubles. Les contacs rassurants sont devenus impossibles, et, comme dans les prisons et les Ehpad, les visites des proches et les sorties sont toujours extrêmement limitées. En clair, dans le domaine du soin, toutes les situations de crises ou potentiellement de crises, d’angoisses, se sont vues amplifiées ou du moins chamboulées par le coronavirus et par la gestion de l’Etat de cette pandémie.

#0945 vu sur francebleu.fr

Etats Unis : de plus en plus de personnes ne peuvent plus payer leur loyer, le moratoire fédéral sur les expulsions locatives expire dans quelques semaines ainsi que le relèvement fédéral des prestations de chômage qui prendra fin le 31 juillet

Etats Unis. Le moratoire fédéral sur les expulsions – qui ne s’applique qu’aux logements locatifs soutenus par le gouvernement – expire dans quelques semaines. En outre, le relèvement fédéral des prestations de chômage que de nombreux travailleurs licenciés ont utilisé pour payer leur loyer devrait prendre fin le 31 juillet. Le moratoire couvre les expulsions, pas les paiements de loyer, et près de 26 millions de personnes auront du mal à payer le loyer d’ici septembre au milieu de la crise économique causée par la pandémie. Ces problèmes de logement touchent surtout les plus pauvres et en particulier les communautés afro-américaines et latinos : selon le dernier instantané du recensement, réalisé la dernière semaine de mai, 44% des locataires afro-américains ont déclaré avoir peu ou pas confiance en leur capacité à payer leur prochain loyer. Environ 74% des ménages blancs sont propriétaires, pour 44% des ménages afro-américains et 49% des ménages latinos. Le gouvernement craint que les expulsion massives qui se profilent alimentent encore presque sûrement les révoltes émeutières suite à la mort de Georges Floyd, d’autant qu’un important mouvement pour la grève des loyers a débuté dans le pas sur tout le territoire.

#0933 Source politico.com

France, Le Mans : malgré l’interdiction de manifestation, 500 personnes manifestent devant la Préfecture contre la police et le racisme mais aussi pour la régularisation de tous les sans papiers

France, Le Mans. Malgré l’interdiction de manifestation décrétée par le préfet, 500 personnes manifestent devant la Préfecture contre les violences policières et le racisme mais aussi pour la régularisation de tous les sans papiers. Un second appel avait également circulé sur les réseaux sociaux, pour un rassemblement à la même heure et au même endroit en hommage à Georges Floyd et Adama Traoré et contre les violences policières et le racisme. Un appel est lancé pour la semaine prochaine, samedi 20 juin 2020.

#0949 vu sur ouest-france.fr

France, Paris : un voisin qui voit une banderole de Génération Identitaire se dérouler devant sa fenêtre se met à la découper et à en jeter les morceaux dans la manifestation contre les violences policières

France, Paris. Un voisin qui voit une banderole de Génération Identitaire se dérouler devant sa fenêtre se met à la découper et à en jeter les morceaux dans la manifestation contre les violences policières appelée par le Commité Vérité et Justice pour Adama, sous les acclamations des manifestants. Des slogans en référence à l’extrême droite suprémaciste blanche américaine accompagnent le message. La banderole a ensuite été arrachée par un manifestant grimpeur.

#0946 vu sur les réseaux et de source directe.

Etats-Unis, Atlanta : un jeune afro-américain de 27 ans se fait tirer dans le dos par la police dans le contexte de la mobilisation suite au décès de Georges Floyd, le restaurant à proximité duquel le meurtre a eu lieu est entièrement brûlé

Etats-Unis, Atlanta. Un jeune afro-américain de 27 ans se fait tirer dans le dos par la police dans le contexte de la mobilisation suite au décès de Georges Floyd, alors quil tente de fuir un contrôle devant un snack. La nuit suivante s’est alors transformé en émeute avec la destruction du restaurant devant lequel le meurtre a eu lieu. La Chef de la police Erika Shield a démissioné.

#0944 vu sur trussvilletribune

Brésil : le président Bolsonaro demande à la population de filmer des hôpitaux, en pleine expansion de la pandémie de Covid-19, pour vérifier les taux d’occupation qu’il met en doute

Brésil. Le président brésilien Jair Bolsonaro a suscité un tollé après avoir demandé à la population de filmer des hôpitaux, en pleine expansion de la pandémie de Covid-19, pour vérifier les taux d’occupation. «Ce serait bien que vous alliez dans un hôpital près de chez vous (…) et trouviez un moyen d’entrer pour filmer», a lancé le chef de l’Etat lors de sa transmission hebdomadaire en direct sur Facebook. «D’après mes informations, je me trompe peut-être, mais pratiquement personne n’a perdu la vie par manque de respirateur ou de lit en soins intensifs», a affirmé le président toujours dans le déni de l’épidémie. Depuis le début de la pandémie, les chiffres officiels ont fait état par moments d’une occupation de plus de 95% des lits en soins intensifs dans de nombreux Etats, même si ce taux a baissé ces derniers jours à Rio de Janeiro et Sao Paulo, où une réouverture graduelle des commerces a débuté. «Quand Jair Bolsonaro demande à des partisans d’envahir des hôpitaux, sous prétexte de filmer les lits, il met des vies en péril impunément», a protesté un député. Les courbes de la pandémie sont en pleine ascension au Brésil, qui a dépassé le seuil des 40.000 morts et des 800.000 contaminations.

#0941 Source cnews.fr

France : la police manifeste pour réclamer le droit d’étrangler !

France. En réaction à l’annonce gouvernementale de l’interdiction de l’utilisation de la clé d’étranglement intervenue suite aux manifestations contre les violences policières, des policiers se sont rassemblés dans plusieurs villes, et ont jeté symboliquement leurs menottes à terre pour réclamer le droit de pouvoir continuer à étrangler lors de leurs interventions. A l’appel d’Unsa police et d’Alliance, des policiers ont aussi défilé ce vendredi sur les Champs-Elysées.

#0935 Source 20minutes.fr

Etats-Unis : suite à la polémique de la note interdisant aux employés de porter des signes “BLM”, l’entreprise Starbuck crée un t-shirt “Black Lives Matter”

Etats Unis. Starbuck maîtrise le marketing anti-raciste. Face au scandale de la diffusion de la note dans laquelle l’entreprise interdit à ses employés de porter des signes de la mobilisation “Black Lives Matter”, Starbucks crée un T-shirt “Black Lives Matter” que les employés pourront porter s’ils le souhaitent. Le T-shirt représente des panneaux de protestation avec des phrases comme «Black Lives Matter», «Speak Up» et «Time for Change». Un signe montre un poing noir levé et le slogan “Ce n’est pas un moment, c’est un mouvement”, lit la chemise. La semaine dernière, la Fondation Starbucks s’est engagée à donner 1 million de dollars à des organisations qui promeuvent l’équité raciale et la justice sociale. Starbucks a déjà été mis en cause pour des problèmes liés au racisme En 2018, tous les magasins ont été fermé pour une formation antiraciste après l’arrestation de deux hommes noirs dans un Starbucks de Philadelphie parce qu’un directeur de magasin a appelé la police parce qu’un client s’était installé sans rien commander. En 2015 suite à une autre polémique, l’entreprise avait fait écrire ““Race Together” sur ses tasses.

#0957 vu sur news.yahoo.com

France, Urzeche : lourdes réquisitions (3 à 6 ans fermes) au procès les huit détenus accusés d’avoir participé à la mutinerie d’Uzerche

France, Urzeche. Pour les huit détenus accusés d’avoir participés à la mutinerie du centre de détention d’Uzerche, la procureur demande des peines de prison ferme de 3 à 6 ans. Le jugement a été mis en délibéré au 23 Juin. 47 autres détenus ont été mis en cause dans cette mutinerie et seront jugés par les tribunaux des départements où ils ont été transférés. Les déclarations des prévenus sont orientées vers la critique de la politique pénale mise en oeuvre depuis maintenant deux ans dans le centre et contre le comportement punitif et sadique des matons.

#0948 vu sur actupenit.com

Etats Unis : contrairement à ce qu’affirme le discours “antiraciste” d’Amazon, sa société de surveillance Ring a annoncé 29 nouveaux partenariats avec les services de police depuis le meurtre de George Floyd, dont certains à Minneapolis

Etats Unis. Alors que l’entreprise prétend dénoncer les violences et discriminations policières et soutenir le mouvement Black Lives Matter, son service d’alarme et de surveillance pour les particuliers, Amazon’s Ring, a annoncé 29 nouveaux partenariats avec les services de police depuis le meurtre de George Floyd, dont le Crystal Police Department, à quelques kilomètres de Minneapolis. La société a fait beaucoup de bruit autour du fait qu’elle ne vendrait pas sa technologie de reconnaissance faciale aux services de police pendant un an. Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, s’était dit alors “heureux de perdre” des clients qui ne prennent respectent pas Black Lives Matter. Amazone Ring a mis en place 1300 accords de partenariat avec la police qui permettent à cette dernière d’accéder à de grandes quantités de séquences vidéo, les utilisateurs étant incités à les mettre à disposition à travers l’application Neighbours. Ring se défend en affirmant que son objectif est d’aider les gens à “protéger leurs maisons et leurs communautés”, mais ces vidéos servent la plupart du temps à des formes de profilage racial. “Beaucoup d’endroits où Ring a des contrats(…) sont des zones d’embourgeoisement, des endroits où les blancs s’installent, et ensuite ils ne se sentent pas à l’aise parce qu’il y a des gens de couleur”, a déclaré Brandon Forester, de l’organisation de défense des droits numériques MediaJustice. La possibilité que des caméras Ring puissent être utilisées pour surveiller les manifestations à travers le pays est aussi évoquée.

#0973 protocol.com

Corée du Nord : l’insécurité alimentaire a explosé alors que 40% de la population était déjà en grande précarité avant la crise sanitaire

Corée du Nord. Depuis l’épidémie du coronavirus l’insécurité alimentaire a explosé en Corée du Nord où une partie de la population souffre de la faim. La frontière avec la Chine est fermée depuis le 21 janvier, par où passent 80 % de ses approvisionnements. La terrible famine du milieu des années 1990 avait provoqué la mort de plus d’un million de Nord-Coréens. La situation alimentaire s’étant considérablement améliorée à la fin des années 2000, il n’y a plus de famine en Corée du Nord, mais l’insécurité alimentaire demeure dans certaines provinces du centre du pays. De nombreux témoignages de réfugiés au Sud font état d’une flambée des prix et d’une détérioration inquiétante de la situation alimentaire. Le Programme alimentaire mondial (PAM, agence de l’ONU) estime que 40 % de la population nord-coréenne était déjà en insécurité alimentaire avant la crise du coronavirus.

#0972 vu sur www.la-croix.com

Croatie, Bosnie-Herzégovine : un rapport d’ONG évoque des cas de violences policières et de torture sur des migrants

Croatie, Bosnie-Herzégovine. Un rapport de l’ONG Amnesty International évoque des cas de violences policières et de torture sur des migrants, à la frontière de la Croatie avec la Bosnie-Herzégovine. Le rapport développe par exemple le cas d’un groupe de Pakistanais et d’Afghans interpellés par des policiers croates dans la nuit du 26 au 27 mai près de Lake Plitvice. Selon leurs récits et les témoignages de médecins les ayant pris en charge, ils ont été battus pendant plusieurs heures, et humiliés, avant d’être “rendus” à la police des frontières qui les a ramenés vers la Bosnie-Herzégovine. “Ils ont […] étalé du ketchup, de la mayonnaise et du sucre qu’ils avaient trouvé dans un des sacs à dos, sur les têtes ensanglantées des migrants, leurs cheveux et leurs pantalons.”.

#0927 vu sur infomigrant.fr

France : une des recommandations du projet sur “la place du numérique dans la santé en France” est une “banque d’heures d’innovations” qui permettrait aux salariés d’y verser du temps de travail pouvant être utilisé par d’autres salariés

France. Le Conseil national du numérique (Cnnum) a publié une liste de recommandations sur “la place du numérique dans la santé en France”. Dans le cadre d’une réflexion sur “l’intégration des personnels de santé et des citoyens dans l’innovation”, le gouvernement prône la mise en place de mécanismes incitatifs tels qu’une “banque d’heures d’innovations” qui permettrait aux salariés d’y verser du temps de travail pouvant être utilisé par d’autres salariés investis dans des projets d’innovation dans le domaine de la santé, en échange d’un intéressement dans lesdits projets. On se souvient qu’au mois de mai le gouvernement avait déjà proposé que les salariés “reversent” aux soignants des jours de RTT…

#0954 vu sur usine-digitale.fr

Tunisie, Lybie : le bilan du naufrage du bateau de fortune au large des côtes tunisiennes s’élève désormais à 34 morts, principalement des femmes et des enfants

Tunisie, Lybie. Le bilan du naufrage du bateau de fortune au large des côtes tunisiennes s’élève désormais à 34 morts, après la découverte de 20 corps. Il s’agit de 23 femmes, 9 hommes et 3 enfants. L’embarcation de 53 personnes avait à son bord une majorité de femmes et d’enfants qui ont été bloqués dans des camps lybiens pendant la quarantaine liée à l’épidémie, comme la plupart des embarcations actuellement interceptées en mer et refoulées vers la Lybie. En une journée, hier, 200 personnes dont plusieurs enfants ont été refoulés par les garde-côtes lybiens.

#0919 vu sur www.rtl.fr

France : le retour à la normale tarde dans les Ehpad, des proches craignent que certaines limitation d’accès de personnes extérieures perdurent dans ces structures, laissant les résidents seuls face à la maltraitance institutionnelle

France. À en croire le communiqué publié le 1er juin par le ministère de la Santé, la situation dans les Ehpad serait presque revenue à la normale, en particulier pour ce qui concerne les visites. Après une période d’interdiction puis d’encadrement très strict, période interminable pour les résidents et leurs familles, le gouvernement annonce aujourd’hui « un assouplissement supplémentaire » en adéquation avec « le respect du libre choix des personnes désirant voir leurs proches ». Or la réalité est toute autres puisque la plupart des Ehpad gardent une stricte limitation des visites qui ne permet pas au résidents de renouer le contact avec leurs proches et qui empêche, de fait, quiconque d’entrer dans les structures. Beaucoup de proches de personnes en Ehpad constatent les nombreuses conséquences désastreuses de cet isolement pour la santé morale et physique des résidents (amaigrissement, dépressions, perte d’autonomie physique et psychique). Des proches craignent que beaucoup d’Ehpad n’en profitent pour faire perdurer certaines interdictions d’accès aux personnes extérieures (accès aux salles de repas ou aux chambres), ce qui laisserait les résidents à la merci d’une gestion bien souvent maltraitante.

#0918 vu sur www.quechoisir.org

France : 76 % des français ont une bonne opinion de la police et 65% affirment qu’elle est raciste… combien sont-ils par la magie des sondages à avoir confiance dans une police qu’ils considèrent comme raciste ?

operation de securisation et de controle d’identite de voyageurs, fouille, palpation de securite, presentation des papiers d’identite, gare du Nord

France. Un sondage nous apprend que plus des trois quarts des sondés (76 %) affirment conserver une bonne opinion des forces de l’ordre. Mais dans le même temps, deux-tiers des Français (65%) estiment qu’en France les personnes de couleur ou d’origine étrangère sont victimes de discriminations ou de racisme de la part des policiers. Même sans être très fort en calculs, il est clair que selon cette représentation de “l’opinion publique”, un grand nombre de français considèreraient qu’il est normal que la police soit raciste…

#0936 Source midilibre.fr

Afrique de l’Ouest : la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) enregistre 30 000 migrants ivoiriens bloqués dans la zone par la fermeture des frontières du fait du Covid-19

Afrique de l’Ouest. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) enregistre 30 000 migrants ivoiriens bloqués dans la zone par la fermeture des frontières du fait du COVID-19. Plus de 1 500 personnes qui essayaient de contourner les barrages mis en place ont été refoulés, des centaines d’engins à deux ou trois roues interceptés, des dizaines de personnes interpellées. Ces barrages, “couloirs de passages”, ont été installés sur la demande de l’OMS, afin de laisser un passage pour du ravitaillement alimentaire et sanitaire. Ces barrages, maintenant que les mesures sanitaires s’assouplissent, servent aussi à trier les migrants qui restent de ceux qui partent et à mieux gérer le drame humain migratoire prévisible suite à la réouverture en cours des frontières.

#0915 vu sur aip.ci

Liban : un grand nombre femmes d’origine éthiopienne travaillant comme domestiques se retrouvent abandonnées par leurs employeurs, 35 d’entre elles, qui dormaient dans la rue, ont été évacuées

Liban. 35 employées de maison éthiopiennes qui dormaient dans la rue ont été évacuées dans un hôtel de la capitale par le ministère du Travail, en attendant d’être fixées sur leur sort. Un grand nombre femmes d’origine éthiopienne travaillant au Liban comme domestiques se retrouvent abandonnées par leurs employeurs qui ne peuvent plus les payer en raison de la crise économique que traverse le pays. La pandémie de coronavirus a envenimé la situation. Au Liban, les emplois domestiques ne sont pas réglementés par le code du travail. Le système dit de “Kafala” (garantie) fait de l’employeur le tuteur de son employée, ouvrant la voie à de graves abus. Des dizaines de jeunes femmes ont été ainsi abandonnées ou “jetées comme des sacs poubelles” devant le consulat éthiopien à Beyrouth, souligne une expatriée éthiopienne. Débordée par la situation, la représentation diplomatique éthiopienne a suspendu ses services, explique une ancienne travailleuse domestique. Côté éthiopien, le ministère des Affaires étrangères annonce que plus de 600 personnes ont été rapatriées fin mai et que d’autres opérations suivront, mais les modalités de retour restent très floues. Le vol de rapatriement vers Addis Abeba est facturé 1 450 dollars, dont 680 pour le billet d’avion et 770 pour l’hôtel où les employées de maison devront observer une quarantaine de 14 jours, selon un communiqué de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, et les ex employeurs refusent de payer. Des milliers de travailleuses éthiopiennes restent bloquées à l’étranger sans revenus et sans aides.

#0932 Source francetvinfo.fr

Etats Unis : face aux mobilisations anti-racistes, Adidas promet que 30% des nouvelles embauches seront désormais des personnes originaires des communautés noires et latinos

Etats Unis. Face aux émeutes et aux manifestations anti-racistes aux Etats-Unis, Adidas promet que 30% des nouvelles embauches seront désormais des personnes originaires des communautés noires ou latinos. “Les événements de ces quinze derniers jours nous ont tous forcés à réfléchir à ce que nous pouvons faire pour nous opposer aux forces culturelles et systémiques qui nourrissent le racisme”, a déclaré Kasper Rorsted, le PDG d’Adidas. Le groupe a également annoncé qu’il allait porter à 20 millions de dollars, dans les quatre ans à venir, les montants qu’il consacre à des programmes de soutien de la communauté noire aux Etats-Unis (un programme de basket pour communautés défavorisés, des fonds supplémentaires pour l’école de design de chaussures ou encore un programme de soutien de la communauté noire par le sport). Il a aussi promis 50 bourses d’études pour 50 de ses employés noirs par an pendant les cinq prochaines années. Adidas a annoncé ces mesures le jour même des obsèques de George Floyd.

#0924 vu sur capital.fr

Inde : le pays annonce 10 000 nouveaux cas de coronavirus en une journée suite à la levée de la quarantaine et à la réouverture des espaces publics après deux mois de confinement

Inde. L’Inde enregistre 10 000 nouveaux cas de coronavirus en une journée, ce constat aparait suite à la levée de la quarantaine et la réouverture des espaces publiques après deux mois de confinement. L’Inde est pour l’instant le 5eme pays avec le plus de cas au monde. Une deuxème vague épidémique est très redouté notamment au vu de la gestion de la crise dans les quartiers et bidonvilles les plus pauvres. comme ici, à dravi.

#0900 vu sur aljazeera.com

France, Vitry : des kits “anti-Covid” sont distribués au 286 habitants d’un bidonville, ces interventions humanitaires sont accompagnées d’un recensement

France, Val de Marne. Des kits “anti-Covid” sont distribués au 286 habitants d’un bidonville à Vitry. Des ONG tentent d’organiser des “cliniques mobiles” dans les bidonvilles dans la crainte dune contagion rapide, même si elle est retardée par l’exclusion sociale des habitants. Ces interventions, financées par Sanofi, l’ARS et la fondation Abbé Pierre commencent par un recensement des habitants pour “évaluer les besoins”.

#0940 Source leparisien.fr

Etats-Unis, Columbus : une jeune femme de 22 ans est décédée deux jours après avoir été aspergée de gaz lacrymogène par la police lors d’un rassemblement pour protester contre la mort de George Floyd

Etats-Unis, Columbus. Une jeune femme de 22 ans est décédée deux jours après avoir été aspergée de gaz lacrymogène par la police lors d’un rassemblement pour protester contre la mort de George Floyd à Columbus le 28 mai. La cause du décès de la jeune femme fait l’objet d’une enquête et pourrait être liée aux effets des gaz.

#0907 vu sur nypost.com

France, Montauban : les soignants de l’hôpital de la ville doivent participer à une tombola pour se répartir les dons recueillis par l’hôpital pendant la période de crise sanitaire

France, Montauban. Les soignants de l’hôpital de la ville doivent participer à une tombola pour se répartir les dons recueillis par l’hôpital pendant la période de crise sanitaire, sous forme de séjours à la montagne pour deux personnes ou de bons d’achat. Les syndicats proposent plutôt un tirage au sort…

#0906 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Etats Unis : IBM, accusée d’utiliser illégalement des millions de photos pour entraîner son IA sans autorisation, déclare mettre fin à ses programmes de développement de reconnaissance faciale et affirme que les technologies actuellement utilisées ne sont pas fiables

Etats Unis. La société IBM déclare mettre fin à ses programmes de développement de reconnaissance faciale et affirme que les technologies actuellement utilisées ne sont pas fiables. Cette décision s’affiche comme liée aux débats éthiques suite au déécès de Georges Floyd aux mins de la police : “Nous devons investir dans des technologies qui aident à atténuer la fracture numérique, pas des technologies qui créent un système de surveillance qui exacerbe les abus de la police et le racisme structurel”. La décision d’IBM intervient deux ans après que, pour la première fois, des chercheurs ont pu prouver que les algorithmes de détection des systèmes de reconnaissance faciale peuvent être influencés par des critères raciaux, y compris ceux proposés par IBM. Par ailleurs, plus récemment, IBM a été accusé d’utiliser plus d’un million de photos disponibles sur Flickr sous licence Creative Commons pour entraîner son IA de reconnaissance faciale, sans que les personnes à qui appartiennent ces photos aient été prévenues.

#0901 vu sur lesnumeriques.com

France, Metz : une cinquantaine de détenus ont été évacués parce qu’une fissure est apparue dans un mur de la prison

France, Metz. Une fissure est apparue dans la maison d’arrêt de Metz-Queuleu nécessitant l’évacuation d’une cinquantaine de détenus. La maison d’arrêt était connue pour son état sanitaire déplorable et début mars, une centaine de prisonniers avaient refusé de regagner leurs cellules pour protester contre les risques liés au covid-19 .

#0951 vu sur francebleu.fr

Brésil : alors que le déconfinement s’étend et que l’épidémie se propage toujours le ministère de la santé efface de ses sites le nombre total des décès et ne rend public désormais que ceux des dernières 24 heures

Brésil. Alors que le monde entier s’inquiète des ravages réels de l’épidémie dans le pays, et que Bolsonaro menace de quitter l’OMS, le ministère brésilien de la santé annonce qu’il rendra public désormais uniquement le nombre des morts des dernières 24 heures. Le site internet avec les statistiques depuis les débuts de la pandémie a aussi été pour revenir en ligne le lendemain avec seulement les chiffres sur le dernier jour, sans bilan régional ni antérieur. Le Brésil fait face à une propagation rapide du nouveau coronavirus, avec un taux de mortalité exceptionnellement élevé. Il compte plus de 600 000 cas de contamination pour 35 000 décès officiels mais les méthodes de décompte sont considérées comme très lacunaires. Malgré cette situation, le gouverneur de Rio de Janeiro a annoncé l’assouplissement à partir de samedi des mesures de confinement et la réouverture partielle des bars, restaurants, centres commerciaux et la reprise de certaines activités sportives.

#0883 Source lematin.ch

Brésil : les Guarani Kaiowá, le deuxième groupe ethnique autochtone du Brésil voient les cas graves de la maladie progresser de façon exponentielle

Brésil. L’épidémie s’étend dans les villages autochtones, en même temps que la pauvreté accrue par les mesures de gestion de la crise sanitaire. Les Guarani Kaiowá, le deuxième groupe ethnique du Brésil voient les cas graves de la maladie progresser de façon exponentielle. Dans la réserve de Dourados, dans le Mato Grosso do Sul, 74 personnes ont été infectées en 17 jours.

#0912 vu sur epoca.globo.com

Qatar : plus de 100 travailleurs migrants ont dû attendre l’intervention d’une ONG auprès de la FIFA pour être partiellement payés pour la construction d’un des stades de la coupe du monde de football 2022

Qatar. Plus de 100 travailleurs migrants ont dû attendre l’intervention d’une ONG auprès de la FIFA pour être partiellement payés pour la construction d’un des stades de la coupe du monde de football 2022. Ces travailleurs sont employés par l’entreprise Qatar Meta Coats (QMC) sur le grand stade Al-Bayt. Ils n’ont pas perçu de salaires sur une période de sept mois. Certains ont finalement reçu une paye partielle le 7 juin.

#0952 vu sur rfi.fr

France : l’entreprise de gestion de données Idemia est choisie pour la gestion des informations biométriques de tous les entrants dans l’union européennes qui constituera le plus gros fichier biométrique au monde

France. L’entreprise française de gestion de données Idemia devient “portier de l’Europe”. Elle a été choisie, avec Sopra Steria, par eu-LISA (L’Agence de l’Union européenne pour la gestion opérationnelle des systèmes d’information à grande échelle au sein de l’espace de liberté, de sécurité et de justice) pour développer le nouveau système partagé de correspondances biométriques permettant de sécuriser les contrôles aux frontières de l’espace Schengen. D’ici 2022, il s’agira de l’un des plus grands systèmes biométriques au monde, intégrant une base de données comprenant les empreintes digitales et les photos biométriques de plus de 400 millions de ressortissants de pays tiers. Ce nouveau système se combinera avec d’autres modes de fichage, comme le système d’information Schengen (SIS), le système d’information des visas (VIS), Eurodac (base de données européenne des empreintes digitales des demandeurs d’asile) et le futur ECRIS-TCN (système européen d’information sur les casiers judiciaires pour les ressortissants de pays tiers). Ses dirigeants se déclarent fiers de dépoyer « des technologies biométriques de pointe et s’engage fièrement à contribuer à l’une des bases de données biométriques à grande échelle les plus exigeantes au monde en matière de précision et de rapidité, au service d’une Europe plus sûre ».

#0890 Source onezero.medium.com

Nicaragua : des associations de médecins dénoncent les mensonges du gouvernement face à l’étendue de la catastrophe sanitaire en l’absence de confinement, en particulier chez les soignants qui travaillent avec des protections de fortune

Nicaragua. Des associations de médecins dénoncent le « culte du secret » du gouvernement du président Ortega, qui a licencié un infectiologue reconnu pour avoir critiqué l’absence de mesures contre la propagation de la maladie. Les associations signataires dénoncent l’absence de mesures adéquates de protection pour les soins aux patients infectés. Beaucoup de soignants doivent acheter eux-mêmes du matériel de protection ou en improviser avec du plastique, selon le communiqué. Selon les statistiques officielles, 1118 personnes ont été contaminées, dont 46 sont décédées entre le 18 mars et le 2 juin. Cependant, une ONG qui s’appuie sur les remontées de la société civile, d’un collectif de médecin et des acteurs des réseaux sociaux, a comptabilisé 4217 cas de contaminations et « 980 décès par pneumonie ou cas suspects de COVID-19 » jusqu’au 30 mai. Le Nicaragua est le seul pays d’Amérique centrale qui n’a ni adopté de mesures de confinement, ni fermé ses frontières, ni suspendu l’école en raison de la pandémie. Au contraire, le gouvernement a encouragé les rassemblements et manifestations.

#0884 Source lapresse.ca

Iran : la police aux frontières iranienne a mis le feu à une voiture dans laquelle trois réfugiés afghan se cachaient et les ont brûlés vivants.

Iran. la police aux frontières iranienne a mis le feu à une voiture dans laquelle trois réfugiés afghan se cachaient et les ont brûlés vivants. Cet incident fait écho à la mort par noyade que les policiers frontaliers ont infligé à des migrants. La situation sanitaire s’ajoute à la situation catastrophique des migrants afghan qui veulent s’enfuir vers l’Iran.

#0904 vu sur ARSAorg

Etats Unis, Buffalo : les 57 membres de l’équipe d’intervention d’urgence de la police démissionnent de l’unité pour protester contre le fait que deux d’entre eux soient suspendus pour avoir été filmé en train de pousser au sol un homme de 75 ans lors d’une intervention anti-émeute

Etats Unis, Buffalo. Moins de 24 heures après qu’un homme de 75 ans a été poussé au sol à l’extérieur de l’hôtel de ville par des membres de l’équipe d’intervention d’urgence du service de police de Buffalo, les 57 membres de l’équipe ont démissionné de l’unité pour protester contre le fait que deux d’entre eux ont été suspendus. Les membres de l’équipe d’intervention d’urgence n’ont pas quitté le service de police, mais ont démissionné de l’unité tactique. Le manifestant a été hospitalisé.

#0887 Source buffalonews.com

Algérie, Alger : après l’éradication de la majorité des bidonvilles dans la capitale avant et pendant le confinement, de nombreux nouveaux sites de baraquements ont vu récemment le jour, les autorités ne parvenant pas à faire face à la crise du logement

Algérie, Alger. Après l’éradication de la majorité des bidonvilles dans la capitale avant et pendant le confinement, de nombreux nouveaux sites de baraquements ont vu récemment le jour, les autorités ne parvenant pas à faire face à la crise du logement. Sur le prolongement de la RN24, à partir de la localité de Qahouet Chergui, des bidonvilles poussent comme des champignons, particulièrement au lieudit Chebcheb, où était installé, avant son évacuation, un bidonville tentaculaire. En face de l’ancien quartier de Bordj El Bahri, un hangar abandonné se trouvant en face d’une salle de sports a été transformé en lieu d’habitation pour des dizaines de familles qui ont ajouté des extensions en parpaings. Des immeubles à la cité «Diplomatique», dont la construction est inachevée, ont été récemment squattés par des dizaines de familles.

#0940 Source elwatan.com

Hong Kong : des milliers de personnes ont bravé l’interdiction de rassemblement pour marquer le 31ème anniversaire de Tiananmen

Hong Kong. Des milliers de personnes ont bravé l’interdiction de rassemblement pour marquer le 31ème anniversaire de Tiananmen et des manifestations sous formes de veillées se sont organisées dans plusieurs quartiers. Pour la première fois en trente ans, la police n’avait pas autorisé l’hommage aux victimes qui se tient chaque année dans le Parc Victoria, en invoquant les restrictions liées au coronavirus. Les policiers ont annoncé avoir procédé à des arrestations en tentant de disperser un rassemblement dans un quartier commerçant de la ville, Mongkok, où ils ont accusé des “protestataires vêtus de noir” d’avoir bloqué des routes.

#0866 source afp.com

Etats Unis, Canada : Uber Eats mène une opération de com “antiraciste” en proposant de ne pas faire payer les frais de livraison si les commandes sont passées à des restaurateurs noirs

Etats Unis, Canada. Uber Eats mène une opération de communication antiraciste qualifiée dans la presse de “Black washing” en proposant de ne pas faire payer les frais de livraison si les commandes sont passées à des restaurateurs noirs. Surfer sur la vague de protestation contre les discriminations devient une technique de marketing, alors que la gestion des société de livraisons et en particulier d’Uber est fortement remise en question dans le cadre de la crise sanitaire.

#0913 vu sur www.franceculture.fr

Grèce : des migrants naufragés racontent s’être fait saboter leur embarcation et refouler par la police grecque

Grèce. Des migrants naufragés racontent qu’une embarcation d’hommes masqués les ont attaqués, ont arraché et coulé leur moteur, et auraient tenté de remorquer la barque jusqu’aux eau turques, faisant remous et vagues pour éloigner le bateau hors du territoire grec. Dans les eau turques, la police turque aurait agit de la même manière. Selon les naufragés, ces hommes feraient partie de la marine grecque, et ce mode opératoire ne serait pas nouveau et serait surtout de plus en plus fréquent. La quarantaine de migrants à bord, originaires d’Afghanistan et de différents pays africains, a fini par être secourue quelques heures plus tard par des garde-côtes turcs.

#0881 source blogs.médiapart.fr

Suisse, Basel : dans le centre fédéral pour requérants d’asile des témoins attestent de mauvais traitements, d’intimidations et de tabassages

Suisse, Basel. Des rapports de témoins attestent de mauvais traitements, d’intimidations voire de tabassages de la part des matons sur les migrants retenus dans le centre fédéral pour requérants d’asile de Basel. En Suisse, depuis le printemps 2019, les demandeurs d’asile sont maintenus dans ces centres en attente de régularisation ou d’expulsion. On trouvera plus d’information sur ces centres, qui les gère et quelles actions ont eu lieu contre ces derniers autant de l’intérieur qu’à l’extérieur ici

#0858 source 325.nostate.net

Australie, Sydney : à Surry Hills, dans la banlieue de la ville, un officier de police est sous enquête après avoir frappé un adolescent d’origine autochtone face contre terre sur le trottoir

Australie, Sydney. A Surry Hills, dans la banlieue de la ville, un officier de police est sous enquête après avoir frappé un adolescent de 16 ans d’origine autochtone face contre terre sur le trottoir. La scène a été filmée et a circulé sur les réseaux sociaux. Le jeune garçon a été arrêté et hospitalisé sans que ses jours soient en danger. Les autorités disent craindre un amalgame avec la mort de Georges Floyd.

#0840 Source urban-fusion.fr

Etats Unis, Portland : des policiers marquent les voitures avec des bombes de peintures afin de pouvoir traquer les personnes qui quittent les lieux des émeutes

Etats Unis, Portland. Lors de la manifestation en centre-ville, un groupe de personnes soignants, dont beaucoup portaient des blouses blanches, a conduit la foule en tête de cortège. Certains manifestants portaient des pancartes sur lesquelles était écrit «Manteaux blancs pour des vies noires». Après que la manifestation a tourné à l’émeute, la police a utilisé des grenades assourdissantes et lacrymogènes, et a aussi utilisé un procédé inquiétant : le marquage par bombe de peinture de certaines voitures quittant les lieux de la manifesation. Les autorités locales tentent de séparer bons et mauvais manifestants en justifiant une répression accrue sur ces derniers. En effet, le maire de la ville a refusé de prolonger le couvre-feu imposé depuis vendredi, multipliant les discours qui félicitent les manifestants pacifiques qu’il et les séparant des émeutiers qu’il appelle à réprimer. Lors d’une conférence de presse, le chef du bureau de la police a également défendu le recours à la force par les policiers après la diffusion de vidéos montrant les marquage de véhicules par aérosols ainsi que des policiers percutant une barricade très près des manifestants.

A noter que les policiers marquent les voitures d’une ligne bleue. La “thin blue line” est un symbole nationaliste américain pro-flic, carrément d’extrème-droite qui représenterait les policiers comme la fine ligne de défense entre le chaos et la “liberté”.

#0851 vu sur oregonlive.com

France, La Courtine : une infrastructure spécialement dédiée à l’entraînement pour la répression des épisodes de guerilla urbaine est construite dans la Creuse

France, La Courtine. Le camp militaire de La Courtine dans la Creuse poursuit son développement avec une infrastructure spécialement dédiée à l’entraînement pour la répression des épisodes de guerilla urbaine. Le plan « La Courtine 2030 » prévoit la réalisation d’infrastructures de préparation opérationnelles, avec le projet d’un MASTTAC, un “Module d’acquisition des savoir-faire techniques et tactiques en zone urbaine”, c’est-à-dire un “village de combat” avec 160 maisons, une ou deux grandes rues, des façades, des places, des commerces… Il n’existait jusque là qu’un seul MASTTAC en France, situé dans l’Aisne.

#0847 source www.lamontagne.fr

Italie : les refoulements collectifs et individuels de migrants vers la Slovénie sont de plus en plus nombreux

Italie, Slovénie. Les refoulements collectifs et individuels de migrants vers la Slovénie sont de plus en plus nombreux, alors même que des tribunaux administratifs comme celui de Gênes, reconnaissent les risques encourus par les migrants qui sont ensuite la plupart du temps expulsés vers la Croatie. Les rapports d’expulsions informelles quotidiennes à la frontière italo-slovène sont pourtant de plus en plus courants.

#0846 source medium.com

Malte. 75 personnes qui se sont signalées comme étant en détresse sur un bateau de fortune n’ont reçu pour l’instant aucuns secours et ont passé une nuit seuls en mer.

Malte. 75 personnes qui se sont signalées comme étant en détresse sur un bateau de fortune n’ont reçu pour l’instant aucuns secours et ont passé une nuit seuls en mer. Ces migrants qui ont fui la Lybie, se trouvent dans la zone de recherche et de sauvetage maltaise et se dirigent vers la zone de recherche italienne sans avoir été secourus.

#0835 vu sur alarmphone

Nouvelle Zélande, Pays Bas, Canada, Allemagne, … : de nombreuses manifestations ont lieu en hommage à Georges Floyd et contre la police et contre le racisme

International. En Nouvelle Zélande 4000 personnes ont manifesté devant l’ambassade américaine contre le racisme et en soutien aux émeutiers aux Etats Unis.

Pays Bas, Amsterdam. 5 000 manifestants se sont rassemblés place du Dam contre la police et le racisme suite à la mort de George Floyd aux États-Uni. De nombreuses critiques sont émises concernant l’absence de distanciation entre les participants, et les organisateurs précisent qu’ils attendaient au maximum 300 personnes.

Amsterdam le 1er juin.

Bolivie : la présidente par interim Jeanine Anez profite de la pandémie pour repousser les élections et maintenir en place son gouvernement qui mêle militarisation et zèle religieux et déverse de l’eau bénite sur les villes depuis des hélicoptères militaires

Bolivie. La présidente par interim Jeanine Anez profite de la pandémie pour repousser les élections et maintenir en place son gouvernement qui mêle militarisation et zèle religieux. L’une des premières mesures qu’elle a prise a été d’autoriser la police et l’armée à tuer les opposants. Le décret a ensuite été annulé, mais les forces de sécurité ont, entre temps, exécuté 28 personnes et de nombreux opposants au gouvernement ont été arrêtés et enfermés. Outre la quarantaine imposée depuis le 17 mars, les mesures contre l’épidémie consistent à appeler la population à «jeûner et prier» et à organiser des bénédictions spectaculaires avec arrosage d’eau bénite depuis des hélicoptères de l’armée au-dessus des principales villes du pays.

#0865 source theguardian.com

Japon : des bars et restaurants installent des cabines qui projettent une brume désinfectantes sur les clients pendant 30 seconde à leur entrée.

Japon. Des bars et restaurants installent des cabines, qui ressemblent au scanners de sécurité des aéroports, où une brume désinfectante est projetée durant 30 secondes sur les clients. Personne ne peut entrer dans ces établissements sans suivre ce protocole. “Nous voulons que les clients se sentent en sécurité lorsqu’ils entrent à l’intérieur” affirme un restaurateur.

#0811 news.yahoo.fr

Etats Unis : Trump déclare dans un tweet qu’il veut classer les “antifa” comme “organisation terroriste”

Etats Unis. Donald Trump cible la mouvance anti-fasciste et déclare dans un tweet qu’il veut classer les “antifa” comme “organisation terroriste”. Cette déclaration peut très bien n’avoir aucune conséquence légale car cette catégorie n’existe pas en tant que telle pour les groupes américains. Mais le ministre de la justice a assuré que les “antifascistes” faisaient l’objet d’une attention particulière du FBI dans le cadre des manifestations et émeutes en cours.

#0829 Source lemonde.fr

Grèce, Athènes : 500 personnes ont défilé dans le quartier d’Exarcheia contre la répression, en solidarité avec la lutte des réfugiés et avec tous les rebelles, dans les rues de Minneapolis et d’ailleurs !

Grèce, Athènes. 500 personnes ont défilé dans le quartier d’Exarcheia contre la répression, en solidarité avec la lutte des réfugiés et avec tous les rebelles, dans les rues de Minneapolis et d’ailleurs ! Des affrontements avec la police ont eu lieu.

#0804 vu sur les réseaux sociaux.

Etats Unis, Portland (Oregon) : des émeutiers ont pris d’assaut le Multnomah County Justice Center (qui abrite la prison du comté et le siège de la police), ont ravagé les bureaux et ont tenté d’y mettre le feu.

Etats Unis, Portland (Oregon). Les émeutes se multiplient dans plusieurs villes du pays suite à la mort de Georges Floyd tué par la police. A Portland, des émeutiers ont pris d’assaut le Multnomah County Justice Center qui abrite la prison du comté et le siège de la police, se sont introduits dans le bâtiment, ont brisé les vitres, ravagé les bureaux et ont tenté d’y mettre le feu.

#0805 vu sur www.opb.org

Etats Unis : à Minneapolis et New York, alors que la police tente de procéder à des arrestations massives, des conducteurs de bus refusent de collaborer et de transporter les émeutiers interpellés

Etats Unis, Minneapolis. Alors que la police tente de procéder à des arrestations massives, des conducteurs de bus refusent de collaborer avec la police et de transporter des émeutiers interpellés. Des scènes similaires se déroulent à New York, des conducteurs de bus refusent aussi de travailler pour la police, ils expriment leur solidarité avec ceux de Minneapolis et la foule les acclame.

#0806 vu sur leftvoice.org

Etats Unis, New York : des images tournées dans une manifestation émeutière suite à la mort de Georges Floyd montrent une voiture de police foncer sur la foule dans le quartier de Brooklyn.

Etats Unis, New York. Des images tournées dans une manifestation émeutière suite à la mort de Georges Floyd montrent une voiture de police qui fonce sur la foule dans le quartier de Brooklyn. Un véhicule de police se retrouve bloqué au milieu de la chaussée, visé par des huées et des jets d’objets. Les policiers à bord tentent d’avancer pour faire reculer les manifestants puis une seconde voiture arrive, se place à sa droite et accélère sirène hurlante en direction de la foule.

#0816 vu sur news.yahoo.fr

France : à Maubeuge et Paris ont lieu deux manifestations rassemblant des milliers de personnes pour la première fois depuis le début du confinement

France. Deux manifestations, qui sont considérées par la presse comme les premières majeures manifestations depuis le début du confinement se sont déroulés ce samedi. A Maubeuge, des milliers de personnes ont marché pour protester contre un plan social du constructeur Renault prévoyant la suppression de 15.000 emplois dont 4600 en France. A Paris, c’est une manifestation de solidarité avec les sans-papiers qui réunit une dizaine de millier de personnes. Les manifestants ont été nassés place de la République et ont subi un gazage conséquent jusqu’à ce qu’ils brisent les lignes de CRS pour s’extirper du dispositif. Les manifestants, dont un bon nombre de sans papiers, sont restés déterminés même après avoir passé les lignes et ont fait face aux policiers en attendant que tout le monde soit hors de danger.

 

#0813 vu sur francebleu.fr

France, Metz : des manifestants réunis devant le CRA de Metz se sont pris une amende punitive de 135 euros

France, Metz. Des manifestants, réunis devant le centre de rétention de Metz se sont pris une amende punitive de 135 euros. « Pas question de payer. On fera un recours » affirme un manifestant. Ces amendes pleuvent, en répression immédiate et quasiment systématiques des moindres tentatives d’établissement d’une solidarité en acte avec les sans-papiers ou les personnes arrêtées lors des manifestations.

#0808 vu sur republicain-lorrain.fr

Inde, Mumbaï : avec plus de 37 000 infections, la ville la plus riche d’Inde est en train de devenir celle qui est la plus touchée par le virus, les hôpitaux et les morgues sont débordés

Inde, Mumbaï. Avec plus de 37 000 infections soit plus d’un cinquième du total des cas de Covid19 dans le pays, la ville la plus riche d’Inde est en train de devenir celle qui est la plus touchée par le virus, qui ravage les bidonvilles et les quartiers les plus pauvres. Les hôpitaux, les crematoriums et les morgues peinent à suivre le rythme de l’augmentation du nombre de malades à traiter et de décès. Des vidéos circulent montrant des personnes décédées allongées à côté de malades encore vivants dans l’hôpital principal de la ville, et les corps restent stockés dans les couloirs. Beaucoup de patients font la queue pendant des journées entières pour entrer à l’hôpital et un grand nombre sont refusés faute de place, et quatre hôpitaux ont été placés en quarantaine après la découverte de cas de Covid parmi le personnel.

#0831 Source urban-fusions.fr

France, Tonnay-Charente : on apprend dans la presse que seize résidents sont morts du Covid 19 dans un Ehpad de la ville, sans que les chiffres soient remontés par l’ARS

France, Tonnay-Charente. On apprend dans la presse que seize résidents sont morts du Covid 19 dans un Ehpad de la ville, sans que les chiffres soient remontés par l’ARS (les autorités locales l’ont elles-mêmes appris par la presse alors que ce “cluster” constitue un tiers des décès constatés dans le département), aucune information n’ayant filtré de l’établissement après les tests des résidents et du personnel (onze salariés et deux résidents déclarés positifs). Il est à craindre que les lieux enfermés pendant le confinement soient touchés en décalé et que les informations ne soient pas toujours diffusées. Les familles, par exemple, n’ont accès qu’aux informations concernant leur proche et ne peuvent pas savoir combien de personnes ont été testées positives, combien sont malades et combien sont décédées dans chaque établissement.

#0828 Source sudouest.fr

Bosnie : la police bosniaque a annoncé que deux hommes avaient été poignardés à mort lors de ce qui semble être une bagarre entre migrants à Cazin près de la frontière avec la Croatie alors que 100 à 150 personnes tentent chaque jour de passer la frontière.


Bosnie. La police bosniaque a annoncé que deux hommes avaient été poignardés à mort lors de ce qui semble être une bagarre entre migrants à Cazin, un petit village du nord du pays, près de la frontière avec la Croatie. Ce drame survient alors que le nombre de migrants qui affluent sur la route migratoire dite des Balkans est en augmentation depuis que les mesures de confinement dues au coronavirus commencent à s’assouplir à travers l’Europe. Plusieurs milliers de migrants ont été bloqués le long de cette route réputée particulièrement dangereuse pendant des semaines à cause des différentes mesures de confinement et de la fermeture des frontières. Le flux semble reprendre peu à peu ces derniers jours et, en ce moment, entre 100 et 150 migrants arrivent quotidiennement dans cette région du nord-ouest, en provenance d’autres régions du pays, dans l’espoir d’entrer en Croatie et donc dans l’Union européenne. La police croate est régulièrement accusée de violences et de refoulements illégaux de migrants vers la Bosnie. Plus tôt cette semaine, la Cour européenne des droits de l’Homme a d’ailleurs demandé des comptes à la Croatie après trois plaintes déposées par des réfugiés syriens.

#0802 Source infomigrants.net

France : l’éditeur de logiciel Two-i basé en Moselle profite de la crise sanitaire pour proposer une application d’analyses par vidéosurveillance “spéciale covid” pour détecter port du masque et température corporelle

France. L’éditeur de logiciel Two-i basé en Moselle profite de la crise sanitaire pour se développer en s’associant avec le groupe international Konica Minolta dans le but de commercialiser un nouveau produit de “videoprotection intelligente” : Konitherm. Proposée aux entreprises pour détecter les cas d’infection parmi leurs salariés, il s’agit de caméras qui analyse les visages de manière à détecter le port du masque et une hausse éventuelle de la température corporelle. Selon la presse, 50 de ces dispositifs seraient déjà en cours d’installation pour fonctionner au mois de juin. L’entreprise de 21 employés a aussi profité du confinement pour lancer officiellement son produit appelé Vigilance, qui avait remporté les Milipol Innovation Awards en 2019. Vigilance est une technologie qui s’adresse aux villes et aux centres de supervision urbains en proposant en temps réel une possibilité de vision en 3D sur une carte, une capacité d’accélération de la vidéo fois 30 et un système d’analyse de vidéos enregistrées et de recherche d’objets.

#0903 vu sur lejournaldesentreprises.com

France, Paris : vingt-quatre heures seulement après l’installation d’un campement de migrants au bassin de la Villette sur le quai de Loire organisé par une association humanitaire dans le but d’attirer l’attention sur leur sort, 80 migrants ont été évacués et emmenés vers des places d’hébergement et les tentes ont été enlevées du bassin de la Villette.

France, Paris. Vingt-quatre heures seulement après l’installation d’un campement de migrants au bassin de la Villette sur le quai de Loire organisé par une association humanitaire dans le but d’attirer l’attention sur leur sort, 80 migrants ont été évacués et emmenés vers des places d’hébergement et les tentes ont été enlevées du bassin de la Villette. Ce campement était essentiellement composé de femmes isolées et de familles originaires d’Afrique subsaharienne, arrivées en France avant le confinement. “Depuis le début du confinement, quatre opérations de “mise à l’abri” (sic) ont permis à 1.100 personnes en situation de rue de bénéficier d’un hébergement d’urgence ainsi que d’un accompagnement social et sanitaire”, a indiqué l’administration dans un communiqué. “Il n’y a que les actions coup-de-poing et le rapport de force qui marchent”, déplore de son côté Florent Boyer, un responsable de l’association d’aide aux migrants Utopia56, qui a participé à l’installation du campement pour “rendre visible” ces personnes qui avaient été “oubliées” par les autorités. Les personnes prises en charge jeudi “sont passées sous les radars des maraudes, probablement parce qu’ils étaient dans des squats”, concède Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile, association qui a participé, aux côté de la préfecture, à l’opération. Il reste toutefois entre 200 et 400 exilés toujours dans la rue à la lisière de Paris et de la Seine-Saint-Denis, rappelle-t-il, “des chiffres qui recommencent à augmenter”.

#0803 Source lepoint.fr

Brésil, Sao Paulo : le lendemain de l’annonce de l’assouplissement du confinement au Brésil, la région de São Paulo a enregistré le record de 6 382 nouveaux cas confirmés de coronavirus en 24 heures avec près de 300 nouveau décès déclarés

Brésil, Sao Paulo. La région de São Paulo a enregistré le record de 6 382 nouveaux cas confirmés de coronavirus en 24 heures avec près de 300 nouveau décès déclarés, selon les données du Département d’État de la Santé. Ces chiffres sont annoncés le lendemain du jour où le gouvernement a annoncé l’assouplissement progressif du confinement dans cette région.

#0807 vu sur g1.globo.com

Yemen, Aden : la situation face à la pandémie est catastrophique ; les hôpitaux, sous équipés, sont pleins et un nombre incalculable de malades qui ont des formes graves du virus meurent à domicile en quelques heures en l’absence de soins.

Yemen, Aden. La situation sanitaire face à la pandémie est de plus en plus catastrophique. Les membres du personnel médical ainsi que les proches de soignants sont gravement touchés par le virus par manque de matériel de protection, et les hôpitaux mal équipés pour répondre à la pandémie sont pleins et n’acceptent plus de patients. Médecin Sans Frontières gère le seul établissement dédié au traitement des patients Covid19. Depuis fin avril, un peu plus de 200 patients ont été admis et près de 100 sont décédés, et un nombre incalculable de malades meurent à domicile. En l’absence d’oxygénothérapie, les malades touchés par des formes graves meurent en quelques heures.

#0867 source www.nrp.org

France, Paris : des bars et restaurants chics envisagent de proposer des repas sous des cloches en plastiques individuelles pour rassurer les clients, ce qui n’empêchera pas les employés sous-payés de cracher dans la soupe !

France, Paris. Des restaurateurs chics envisagent de proposer à leurs clients de prendre leurs repas sous des cloches en plastiques individuelles pour éviter la contagion. Ce qui n’empêchera pas les cuisiniers sous payés de cracher dans la soupe… Une idée lumineuse où le client devient l’ampoule !

#0810 vu sur lapress.ca

Iran, Turquie. De plus en plus de migrants meurent sur les routes des hautes montagnes de la frontière entre la Turquie et l’Iran, les dangers du trajets étant accrus par la pandémie.

Iran, Turquie. De plus en plus de migrants meurent sur les routes des hautes montagnes de la frontière entre la Turquie et l’Iran, les dangers du trajets étant accrus par la pandémie. un membre de la Migration Research Association à Van prévient : “S’il était difficile pour ces personnes de trouver un logement et de la nourriture dans des conditions normales, la situation est maintenant bien pire. Ils manquent de soins de santé et, comme les réfugiés sont toujours considéré comme secondaire à ce stade, personne n’écoute sa voix. ” Les migrants sont gérés comme un “problème de sécurité sanitaire”. Les migrants ne sont généralement pas admis dans les hôpitaux et le gouvernement ne pense même pas qu’il soit nécessaire de divulguer le nombre de réfugiés décédés.

#0794 vu sur anfenglishmobile.com

Koweit : des hashtags anti travailleurs étrangers se propagent et font porter la responsabilité du covid-19 sur les migrants d’origine égyptienne présents dans le pays.

Koweit. Les travailleurs étrangers, égyptiens notamment, sont accusés de propager le Covid-19 dans le pays, par des koweïtiens de plus en nombreux. Ils trouvent ainsi un bouc-émissaire, afin de pouvoir se plaindre du confinement qui leur est imposé pour lutter contre le coronavirus en rejetant la faute sur des migrants d’origine égyptienne. Les Egyptiens, par ailleurs pour la plupart bloqués sur place par la fermeture des frontières, représentent la plus grande communauté étrangère de la cité-Etat avec les Indiens, et se retrouvent être la cible privilégiée de cette poussée de xénophobie, qui se marie très bien avec cette époque du repli-sur-soi. Les hashtags appelant à leur expulsion pullulent sur les réseaux sociaux. Fin mars, la députée Safa Alhashem a déclaré que le renvoi de travailleurs illégaux permettrait de « purifier le pays ».

#0783 vu sur lemonde.fr

Belgique : un préavis de grève des matons menace l’ouverture des prisons aux visiteurs alors que cela fait plus de deux mois que les détenus sont privés de parloir

Belgique. Un préavis de grève des matons menace l’ouverture des prisons aux visiteurs alors que cela fait plus de deux mois que les détenus sont privés de leurs visites au parloir. Comme en France, les visites devaient reprendre à partir de ce lundi de manière très contraintes : une seule personne, toujours la même, et une seule visite par semaine. La grève des matons rend cette reprise sous conditions compromise, en particulier en Wallonie.

#0774 Source rtbf.be

Méditerranée, Tunisie : deux bateaux de migrants tentant de rejoindre l’Italie ont fait naufrage près de la côte tunisienne, l’un avec 70 personnes à bord, tous sains et saufs, mais 6 à 8 des 20 passagers de la deuxième embarcation ont disparu.

Méditerranée, Tunisie. Deux bateaux de migrants tentant de rejoindre l’Italie ont fait naufrage près de la côte tunisienne. Les deux bateaux ont chaviré, l’un avec 70 personnes à bord, qui ont pu être secourues (puis arrêtée), l’autre avec 20 personnes, dont 6 à 8 sont disparues, jusqu’à présent, un seul corps a été retrouvé.

#0769 Source alarmphone.org

Italie, Sicile : un important groupe de migrants débarque sur une plage de Sicile (la préfecture avance le chiffre de 400 personnes, puis 70), la plupart d’entre eux ont fini par être arrêtés.

Italie, Sicile. Un important groupe de migrants qui seraient d’origine tunisienne débarque sur une plage de Sicile. La préfecture avance le chiffre de 400 personnes, puis annonce finalement en dénombrer 70, en tous cas un nombre bien plus important que ce qui se passe habituellement. Les migrants arrivés sur la plage ont tenté de s’enfuir par petits groupes, le long des routes et à travers la campagne, demandant souvent de l’eau aux automobilistes et à monter dans les voitures. La plupart d’entre eux ont été arrêtés. Samedi, une vingtaine de personnes sont arrivées à bord d’un pneumatique, au milieu des baigneurs, sur une plage de Marsala, commune de l’est de la Sicile. En outre, six Tunisiens ont réussi à accoster avec une minuscule barque à Lampedusa samedi, tandis que 40 de leurs compatriotes étaient ensuite interceptés près du littoral de cette île et escortés jusqu’au port par les garde-côtes. Une barque a aussi réussi à accoster en Sardaigne.

#0768 Source leparisien.fr

Brésil, Amazonie : d’après une étude d’un organisme indépendant, le taux de mortalité pour les populations autochtones touchées par le virus serait de 12,6%, soit le double du taux de mortalité de l’ensemble de la population du pays

Brésil, Amazonie. D’après une étude d’un organisme indépendant, le taux de mortalité pour les populations autochtones touchées par le virus est le double de celui de l’ensemble de la population brésilienne. Cette organisation a enregistré plus de 980 cas de coronavirus officiellement confirmés et au moins 125 décès, avec un taux de mortalité de 12,6% – contre 6,4% au niveau national. L’Amazonie est la région du pays la plus touchée par l’épidémie et la région où le système hospitalier est le plus défaillant : la distance moyenne entre les villages autochtones et l’unité de soins intensifs la plus proche est de 315 kilomètres. Et pour 10% des villages, cette distance se situe entre 700 et 1 079 kilomètres.

#0765 Source

Etats Unis : la polémique sur le port ou non du masque prend des proportions délirantes, avec des agressions, des bagarre et altercations diverses de la part de ceux qui le refusent envers ceux qui le portent, allant jusqu’à un meurtre dans le Michigan

 

Etats Unis. La polémique sur le port ou non du masques prend des proportions délirantes, ceux qui refusent de le porter se mettant à agresser ceux qui le portent par des insultes, des coups de poing, des bagarre et altercations diverses. Le masque est érigé en symbole liberticide pour ses opposants et divise avec des allures de guerre de tous contre tous, dans un contexte où, avec le soutien de Trump qui refuse de le porter, la démonstration de la toute puissance américaine passe par la dénégation des ravages du virus. Cette division profonde entre pro et anti masques prend des allures d’avatar complètement dégénéré de guerre froide puisque on a pu entendre certains militants anti masques affirmer que le port du masque est communiste. Ces prises à parti violentes ont même abouti à un décès : début mai, un homme de 43 ans, vigile d’un supermarché dans le Michigan, a été tué après avoir refusé l’entrée du magasin à une famille dont la fille ne portait pas de masque. Il a été abattu peu de temps après. Le père de la jeune fille et un autre homme sont accusés de meurtre avec préméditation. Ce meurtre a eu lieu juste après l’occupation du Capitole en Californie par de nombreux manifestants armés qui exigeaient un assouplissement du confinement. Avec le déconfinement actuellement en cours, le port du masque est vivement recommandé par les médecins et même obligatoire dans de nombreux magasins et lieux ouverts au public.

#0775 vu sur ladepeche.fr

Canada : une émission de radio interroge un historien des prisons au sujet des épidémies et de la santé publique dans les prisons depuis le 19ème siècle, à écouter !

Canada. Pour donner un peu de champ à partir de ce qui se passe autour de la gestion de l’épidémie dans les prisons, une émission de radio interroge un historien des prisons au sujet des épidémies et de la santé publique dans les prisons canadiennes, principalement vers le 19ème et le début du 20ème siècle. On y voit comment des crises sanitaires ont abouti à la libération de prisonniers, à quoi ressemblaient les soins de santé à l’intérieur et à l’extérieur des murs de la prison, et dans quel genre de monde les prisonniers libérés retournaient. Le son est à écouter ici.

#0779 vu sur fromembers.libsyn.com

Madagascar : depuis jeudi, le pays a enregistré 122 nouveaux cas de contamination, des corps ont été ramassés dans les rues sans que les causes des décès soient établies, le gouvernement continue à recommander une tisane “Covid Organics”

Madagascar. Depuis jeudi, le pays a enregistré 122 nouveaux cas de contamination. Des corps ont été ramassés dans les rues sans que les causes des décès soient établies. Pour rappel le gouvernement malgache préconise de consommer une tisane appelés “Covid Organics” à base d’artemisia pour lutter contre le Sars-Cov-2.

#0788 vu sur ouest-france.fr

Russie, Moscou. Des milliers de moscovites protestent contre les conséquences de leur application “stopcovid”.

Russie, Moscou. Des milliers de moscovites protestent contre les conséquences de leur application “stopcovid”. L’application dite “de monitoring social” lancée à Moscou est obligatoire pour tous les habitants et surveille tous leurs déplacements et chacun doit pouvoir présenter un QR code pour franchir les barrages installés pour contrôler le confinement. L’application a dressé automatiquement des milliers d’amendes absurdes et les plaintes d’utilisateurs se multiplient. Par ailleurs, 100 000 caméras surveillent les confinés dans la ville.

#0792 vu sur franceculture.fr

Etats-Unis. Minneapolis. Un officier de police tue George Floyd, un afro-américain de 46 ans, en direct. Des émeutes se propagent et secouent la ville.

A man poses for photos in front of a fire at an AutoZone store, while protesters hold a rally for George Floyd in Minneapolis on Wednesday, May 27, 2020.

Etats-Unis. Minneapolis. Un officier de police tue George Floyd, un afro-américain de 46 ans, en direct. Le policier maintient l’homme à terre avec son genou sur sa nuque, une technique souvent pratiquée par les flics, des ghettos de Minneapolis aux commissariats de région parisienne. George suffoque et appelle aux secours alors que les autres officiers continuent comme si de rien n’était tandis que les gens interpellent les policiers sur son état de santé. Il tombe inconscient. La vidéo est difficilement soutenable. Au bout de longues minutes, le policier relâche son étreinte pour constater le décès du jeune afro-américain. Les meurtres de personnes noirs par des flics ou des fachos aux états unis sont malheureusement très courants. Cet évènement survient suite à la mort de Ahmaud Arbery, un afro-américain de 25 ans tué par deux fascistes notables (dont un ancien flic) le 23 février dernier à Brunswick, en Géorgie. Des Etats-Unis à la France, d’un pays à l’autre, la police est et sera à jamais notre ennemi. Des manifestations et émeutes ont éclatées dans la nuit qui a suivit la mort de Floyd. De nombreuses voitures de police ainsi que le commissariat du district en question sont attaquées. De nombreux feux sont allumés dans la nuit. Soutien à tous les émeutiers. Stay Safe !

#0791 vu sur de multiples sources.

Russie : 30% d’appels en plus vers les association de victimes de violences conjugales durant la pandémie

Russie. Chaque année, près de 16,5 millions de femmes sont victimes de violences domestiques en Russie, selon des chiffres établis par des militantes avant l’épidémie. Les lois favorisent la dépénalisation des violences domestiques et Entre février et fin avril, Marina Pisklakova-Parker indique que son association, ANNA, a reçu 30% d’appels en plus via son numéro d’urgence. Avant la pandémie, les femmes pouvaient partir, trouver un travail et mettre leurs enfants à l’école, mais aujourd’hui, la situation les contraint à prendre leur mal en patience. Le mois dernier, plusieurs militantes ont appelé le gouvernement à adopter des mesures d’urgence, notamment ouvrir des refuges et lancer une campagne de sensibilisation contre les violences conjugales. Mais leur appel est resté sans réponse.

#0781 trouvé sur l’AFP du 24 mai 2020

Inde, Gowainghat upazila : un ressortissant bangladais a été abattu par les forces de sécurité indiennes le long de la frontière de Jaflong

Inde, Gowainghat upazila (Sylhet). Un ressortissant bangladais a été abattu par les forces de sécurité indiennes le long de la frontière de Jaflong. “L’incident s’est produit dans la zone Zero Point de la frontière vers 11 h 20 lorsque l’homme est allé chercher des billes et des bambous dans la zone”, a déclaré le lieutenant-colonel des gardes-frontières du Bangladesh.

#0747 Source thedailystar.net

Pérou, Tanara : le maire de la ville a simulé sa mort en rentrant dans un cercueil avec un masque pour éviter un contrôle de police, alors qu’il bravait le confinement

Pérou, Tanara. Le maire de la ville a simulé sa mort en rentrant dans un cercueil pour éviter un contrôle de police, alors qu’il bravait le confinement. L’objectif était apparemment d’aller boire des coups dans un bar où a eu lieu une intervention policière pour tapage nocturne. Pour éviter d’être arrêté, le maire a décidé s’est installé dans un cercueil avec un masque sur la bouche afin de faire croire aux agents qu’il faisait partie des plus de 317 000 morts du coronavirus.

#0754 Source midilibre.fr

France, Avignon : un surveillant a été testé positif au Covid19, une campagne de dépistage de l’ensemble des agents de l’établissement est en cours mais pour ce qui est des détenus, seuls deux cas « contact » ont été repérés et placés dans le quartier dédié à l’isolement des personnes symptomatiques

France, Avignon. Un surveillant travaillant parmi le personnel de l’extraction judiciaire, a été testé positif au COVID-19. Une campagne de dépistage de l’ensemble des agents de l’établissement est en cours, mais pour ce qui est des détenus, seuls deux cas « contact » ont été repérés et placés dans le quartier dédié à l’isolement des personnes symptomatiques, à l’intérieur de l’établissement. Depuis le début de la crise, six détenus de la région ont été testés positifs. Ils ont été transférés vers l’unité de l’hôpital Nord dédiée à ces cas, indique la Direction interrégionale des services pénitentiaires. Le service hospitalier a aménagé une aile de son bâtiment pour l’accueil spécifique des prisonniers malades, surveillée par des agents pénitentiaires.

#0758 Source francetvinfo.fr

France, Dunkerque : une bulle en plastique fait office de parloir dans le hall de l’Ehpad

France, Dunkerque. Les visites dans les Ehpad sont autorisées depuis le 22 avril, mais, comme pour les parloirs en prison, la situation n’est pas revenue à la normale, ni en terme de conditions, ni en terme de fréquence, avec une visite par mois la plupart du temps, ce qui signifie qu’à ce jour les proches n’ont pu voir les résidents qu’une seule fois. Des “parloirs” ont été installés sous des formes variées dans les établissements. A Dunkerque, il s’agit d’une bulle en plastique qui sépare les résidents de leur proche dans le hall d’entrée.

#0757 Source bfmtv.com

Haïti, Port-au-Prince : une dizaine de détenus de la plus grande prison de la ville ont été testés positifs au Covid-19, chaque cellule contient jusqu’à 80 personnes

Haïti, Port-au-Prince. Une dizaine de détenus de la plus grande prison de la ville ont été testés positifs au Covid-19. La semaine dernière, une cinquantaine de détenus du plus grand centre carcéral du pays ont souffert de fièvre, incitant les autorités sanitaires à établir un diagnostic. Selon le dernier bilan officiel, l’épidémie a entraîné la mort de 22 personnes en Haïti. Mais la propagation du virus dans la prison, située au cœur de Port-au-Prince, pourrait rapidement aggraver ce bilan.  Les cellules sont des petites pièces aptes à recevoir 10 à 20 personnes mais jusqu’à 80 personnes y sont enfermées.

#0736 Source ouest-france.fr

Royaume Uni, Douvres : de plus en plus de migrants, dont beaucoup de mineurs, tentent la traversée par la mer face à la difficulté accrue de monter dans les camions en période de pandémie

Royaume Uni, Douvres. Monter dans un camion est devenu plus difficile avec les restrictions de circulation, alors les mineurs non accompagnés sont de plus en plus nombreux à tenter de prendre la mer depuis la France pour rejoindre le Royaume-Uni. Tandis que le comté de Kent (où se trouve Douvres, principal port d’entrée depuis le continent) gérait 230 à 250 jeunes migrants il y a un an, ce chiffre aurait presque doublé et approcherait les 47O. Selon l’administration, “de nouvelles arrivées continuent tout le temps”. Les tentatives de traverser se sont multipliées depuis fin 2018, malgré le danger lié à la densité du trafic, aux forts courants et à la faible température de l’eau. En 2019, 2.758 migrants ont ainsi été secourus par les autorités françaises et britanniques, soit quatre fois plus qu’en 2018, selon la préfecture maritime, côté français. La pandémie a renforcé cette tendance, la diminution du trafic de poids lourds poussant les migrants à tenter la traversée dans de petites embarcations. Au moins un millier de migrants sont arrivés au Royaume-uni de cette manière depuis l’annonce du confinement, le 23 mars, avec au moins 145 arrivées la journée du 8 mai. Depuis le début de l’année, 230 tentatives de traversées ont été recensées par la police, dont 79 en avril. Le confinement et la fermeture des plages ont permis au migrants de tenter des traversées avec moins de risques de se faire dénoncer aux autorités locales par les riverains. L’an dernier, la police a procédé à 418 arrestations pour des infractions liées à l’immigration et 111 passeurs ont été condamnés à des peines de prison. Pour dissuader les candidats à la traversée de la Manche, le Royaume-Uni travaille avec la France pour renvoyer davantage de migrants qui tentent la traversée.

#0719 Source AFP

Brésil : le pays est désormais considéré comme le deuxième pays au monde le plus touché par l’épidémie, après les États-Unis ; à Sao Paulo, des parcelles funéraires verticales sont construites dans trois cimetières pour enterrer près de 13 000 cercueils disposés verticalement.

Brésil. Le pays est désormais considéré comme le deuxième pays au monde le plus touché par l’épidémie, juste derrière les États-Unis. Les chiffres officiels donnent 330890 personnes infectées, 1 001 décès coronavirus par jour cette semaine, portant le nombre total de décès à 21 048. À Sao Paulo, la ville la plus touchée, une vidéo aérienne montre des rangées de parcelles ouvertes au cimetière de Formosa en prévision des décès du jour, et des parcelles funéraires verticales sont construites dans trois cimetières pour enterrer près de 13 000 cercueils disposés verticalement. Le nombre réel de cas et de décès est probablement beaucoup plus élevé que ne le suggèrent ces chiffres, et l’épidémie continue d’accélérer sa diffusion. Face aux incohérences de la politique de Bolsonaro, plusieurs experts de haut niveau en santé publique ont démissionné et ont été remplacés par des militaires.

#0740 Source reuters.com

Birmanie : un reporter birman prend deux ans de prison ferme pour avoir écrit qu’un réfugié Karen rapatrié de Thaïlande suite aux mesures de confinement était décédé du Covid19

Birmanie, Myawaddy. Pour avoir écrit qu’une personne était décédée du Covid-19, un reporter birman passera deux ans derrière les barreaux. Quand la Thaïlande a instauré ses mesures de confinement, la région de Myawaddy qui a une frontière commune avec la Thaïlande, a vu arriver un grand nombre de réfugiés birmans d’origine Karens qui vivaient dans des camps en Thaïlande. Enquêtant sur ces retours potentiellement risqués en terme de contagion, Zaw Ye Htet, le journaliste aujourd’hui incarcéré, a indiqué qu’“une personne était morte du Covid dans la ville de Myawaddy le 3 avril”.

#0738 Source courrierinternational.com

France, Bobigny : deux personnes positives au Covid19 ont été remises en liberté parce que les policiers ont refusé de les conduire au palais de justice

France, Bobigny. Deux personnes ont été remises en liberté faute de présentation devant le tribunal de Bobigny, les policiers ayant refusé de les conduire au palais de justice car l’une des deux était positive au Covid19. Au moment des perquisitions menées au domicile du couple, les forces de l’ordre ont constaté que la femme était alitée et placée en quatorzaine suite à sa contamination au Covid-19. Elle avait été testée positive la veille de la perquisition. Le couple a malgré tout été placé en garde à vue au commissariat d’Aulnay-sous-Bois En effet « jamais une suspicion de Covid où un cas avéré n’a été incompatible avec une garde à vue, sauf si un médecin l’indique. Cela n’a pas été le cas dans ce dossier » a déclaré le parquet de Bobigny. Le couple a ensuite patienté pendant 20 heures au dépôt, avant d’être libéré.

#0759 Source actupenit.com

France : confusion dans les chiffres des décès dans les Ehpad à cause “d’erreur de saisie” du groupe Korian en Ile de France

France. Entre le 17 et le 19 mai, le bilan de la direction générale de la santé pour les Ehpad a fortement augmenté, puis diminué de 342 décès. En vingt-quatre heures 483 décès liés au Covid-19 étaient signalés, dont 429 dans les Ehpad. e bilan du lendemain voyait a résurrection de 342 personnes. La cause serait une erreur de saisie pour les Ehpad d’Ile de France. « Un très gros groupe d’Ehpad nous a annoncé beaucoup trop de morts dimanche », confirme l’ARS-IDF, en parlant du groupe Korian mis en cause à plusieurs reprises pour sa gestion désastreuse de l’épidémie dans ses établissements où les décès se comptent par dizaines dans chaque lieu. AU moins 71 plaintes ont été déposées par des proches, et leurs avocats demandent que toutes les plaintes soient regroupées dans un même tribunal, à Marseille, qui, avec Paris, est la seule juridiction à disposer d’un pôle spécialisé dans la santé.

#0756 Source Le Monde du 22 mai et l’Humanité du 23 mai

France : l’altérophobie qui fait le lit de la délation est flagrante dans ces sondages où plus de 90% des français pensent qu’ils respectent parfaitement les règles sanitaires, que leurs proches les respectent un peu moins bien mais surtout que tous ceux qu’ils ne connaissent pas font n’importe quoi

France. L’absurdité de certains sondages d’opinion publique où les personnes sont appelées à commenter le comportement général de la population peut néanmoins donner à réfléchir. Dans tous les sondages établis depuis les débuts de l’épidémie, une constante est remarquable : plus de 90% des personnes interrogées considèrent qu’elles respectent elles-mêmes parfaitement le confinement, que leurs proches le respectent moins bien qu’elles, mais quand même convenablement. En revanche tous ceux et celles qu’elles ne connaissent pas font n’importe quoi et sont complètement irresponsables. L’altérophobie qu’on peut lire dans ces résultats fait le lit de toutes les politiques fondées sur la délation et la surveillance généralisée.

#0729 Sources diverses

France, Paris : la RATP vient d’être sanctionnée par l’inspection du travail pour risque de contamination, les conducteurs doivent nettoyer eux-mêmes leurs postes de conduite

France, Paris. La RATP vient d’être sanctionnée par l’inspection du travail pour risque de contamination dans les bus. L’entreprise n’a pas garanti la santé des conducteurs de bus pendant l’épidémie, mettant par là-même les usagers également en danger. A ce jour, 9 salariés de la RATP sont décédés du Covid19. La RATP avait 8 jours pour agir. Mais alors que le délai imparti vient de s’écouler, malgré ses déclarations se voulant rassurantes à la presse, elle n’a toujours pas pris les mesures imposées, en particulier une désinfection efficace de la cabine du conducteur. Ce sont toujours les agents qui doivent nettoyer eux-mêmes leur poste de conduite.

#0748 Source mediapart.fr

France, Montpellier : un aide soignant frôle la mort après un contrôle routier au faciès pendant le confinement

France, Montpellier. Un aide soignant frôle la mort après un contrôle routier pendant le confinement. Dans la nuit du 21 au 22 mai dernier, un aide-soignant de 35 ans se fait contrôler par les gendarmes sur la route entre Montpellier et Vauvert et accuser d’excès de vitesse alors qu’il est arrêté sur le côté de la route pour téléphoner, par une patrouille de gendarmerie qui est à la recherche de deux véhicules qui faisaient une course-poursuite sur l’autoroute. Celui ci conteste, se fait plaquer au sol et matraquer. S’en suivront un hématome extra-dural, 60 points de sutures au niveau du crâne, une clavicule cassée, un œil et une oreille tuméfiés. Les gendarmes, qui ne l’ont pas pris au sérieux quand il a demandé à voir un médecin, l’accusent de rébellion et ont aussi prétendu qu’il n’y avait pas de permanence avocat à cause du Covid. « Ils lui ont crevé un pneu alors qu’il est aide soignant et qu’il a bien précisé qu’il avait besoin de son véhicule pour travailler ! » s’indigne son avocate qui a déposé plainte et considère qu’il s’agit d’un délit de faciès. Il a fini par être emmené à l’hôpital et opéré en urgence avec 45 jours d’ITT, son pronostic vital était alors engagé.

#1012 Source lepoing.net

Argentine : forte hausse des cas de Covid19 due à la diffusion du virus dans les bidonvilles avec un certain décalage étant donné l’isolement social des personnes qui y vivent.

Argentine. Les cas de coronavirus détectés jeudi ont bondi pour atteindre les 648 sur les dernières 24 heures, soit plus du double des bilans quotidiens d’il y a deux semaines. Cette hausse serait due à la diffusion du virus dans les bidonvilles avec un certain décalage étant donné l’isolement social des personnes qui y vivent. Ce décalage dans les ravages du virus dans les espaces isolés du reste de la population, quelle qu’en soit la raison, est à craindre partout dans le monde.

#0762 Source ouest-france.fr

Canada, Montréal : un détenu de 72 ans est mort du Covid19 à la prison de Bordeaux qui est une des plus touchée du pays, les détenus y sont confinés en cellule 24h sur 24 depuis début avril.

Canada, Montréal. Un détenu de 72 ans est mort du Covid19 à la prison de Bordeaux (Montréal, QC), cette prison est une des plus touchée du Canada, les détenus y sont confinés en cellule 24h sur 24 depuis début avril ce qui signifie pas de TV, pas de douche, pas de lecture, pas d’appels possibles. Ils se sont révoltés le 13 mai face à cette situation.

#0728 Source itsgoingdown.org

Belgique : les “traceurs Covid” de N-Allo qui tracent “manuellement” les contacts des infectés constatent 20 à 30% de refus de collaborer, l’usage d’une application est envisagée.

I

Belgique. En attendant une application de traçage, N-Allo, un des “call centers” partenaires de l’opération initiée par le gouvernement, appelle les malades récemment testés positifs au coronavirus qui sont interrogés par téléphone pour retracer leurs contacts sur une période d’une dizaine de jours, depuis l’avant-veille des premiers symptômes jusqu’à sept jours après. Si le contact a dépassé quinze minutes à moins d’1,50 mètre, la personne est considérée comme “à haut risque”, et un autre “traceur” sera alors chargé de la prévenir. Si au bout de 24 heures la personne jugée “à haut risque” – censée s’isoler quatorze jours – n’a pu être jointe au téléphone, une visite à domicile est organisée, confiée à des travailleurs sociaux, personnels paramédicaux ou ambulanciers. Sur les 340 visites effectuées en région bruxelloise depuis le lancement de l’opération le 11 mai, 20 à 30% se seraient traduites par des refus de collaborer. L’application mobile verrait le jour “en complément” du traçage physique, car ce dernier “reste parcellaire et ne permet pas d’identifier les contacts dans les lieux publics ou les transports en commun”.

#0718 Source AFP

France, Argenteuil : troisième nuit d’émeute consécutive à Argenteuil, un important dispositifs de police a été déployé

France, Argenteuil. Troisième nuit d’émeute consécutive à Argenteuil, avec des affrontements avec les forces de l’ordre. Les CRS ont été la cible de tirs de feu d’artifice, de bouteilles ou de pavés et des poubelles ont été incendiées. Un important dispositif de police avait été déployé. ” Près de 250 effectifs dynamiques sont déployés pour la soirée “, rapporte une source policière. ” Des CRS, des gendarmes mobiles, mais aussi des renforts conséquents de policiers venant de différentes circonscriptions du département “. La section d’intervention du Val d’Oise, une unité de maintien de l’ordre, a été renforcée notamment par un hélicoptère. Une “marche blanche” à la mémoire du jeune homme décédé est prévue. Quatre personnes ont été interpellées.

#0705 Source francetvinfo.fr

France : les enfants handicapés ne peuvent pas retourner à l’école alors qu’ils font partie de ceux pour lesquelles les écoles rouvrent, l’incohérence est flagrante

France. Les enfants handicapés sont de fait exclus de la reprise scolaire alors qu’ils sont supposé faire partie des enfants pour lesquelles cette mesure a été prise. En effet les mesures de distanciations sociales sont bien souvent impossibles à mettre en œuvre quand il faut aider les enfants dans les gestes du quotidien. Beaucoup de parents sont déroutés par l’absence d’aide et de prise en charge depuis le début du confinement, qui se poursuite malgré les effets d’annonce.

#0703 Source la-croix.com

Etats Unis : la population des indiens Navajo qui représente environ 175000 personnes installés aux frontières de l’Arizona, de l’Utah et du Nouveau-Mexique montre un taux d’infection par habitants 10 fois plus élevé que le reste de la population

Etats Unis. La population des indiens Navajo qui représente environ 175000 personnes installés aux frontières de l’Arizona, de l‘Utah et du Nouveau-Mexique montre un taux d’infection par habitants 10 fois plus élevé que le reste de la population de l’Arizona, et le nombre de cas a dépassé celui de la ville de New York. La région ne compte que 12 établissements de soins de santé sur 27000 miles carrés, et de nombreux navajos souffrent de problèmes de santé chroniques comme le diabète, les maladies cardiaques et l’obésité qui les expose ceux qui contractent le coronavirus à un risque plus élevé de maladie grave. Face au manque de place dans les hôpitaux (6 lits de soins intensifs), un tri est effectué sous des “tentes de dépistage” et les patients sont transférés dans d’autres régions. Les navajos ont d’autant moins les moyens de respecter les mesures sanitaires qu’il ont rarement l’eau courante et que les entreprises où ils travaillent, comme le casino et la mine de charbon sont à l’arrêt.

#0953 vu sur people.com

Etats Unis : depuis le début de l’épidémie, l’administration Trump a expulsé des centaines d’enfants et d’adolescents migrants seuls – dans certains cas, sans en informer leurs familles et sans qu’ils puissent faire de demande d’asile

Etats Unis. Depuis le début de l’épidémie, l’administration Trump a expulsé des centaines d’enfants et d’adolescents migrants seuls – dans certains cas, sans en informer leurs familles et sans qu’ils puissent faire de demande d’asile ou être vus par un travailleur social. Le nombre des expulsions a explosé ces dernières semaines à la frontière sud-ouest. L’administration est supposée fournir aux jeunes migrants qui se présentent à la frontière sans tuteurs adultes un abri, une éducation et des soins médicaux. Maintenant certains sont réveillés au milieu de la nuit pour être expulsés de l’autre côté de la frontière sans pouvoir prévenir personne. L’administration Trump justifie ces nouvelles pratiques en vertu d’une loi de 1944 qui accorde au président un large pouvoir d’empêcher les étrangers d’entrer dans le pays afin de prévenir la “menace grave” d’une maladie dangereuse. Certains des jeunes ont été renvoyés au Mexique, où des milliers de migrants vivent dans des camps de tentes dans des conditions terribles.

#0713 Source nytimes.com

Grèce, Athènes : 27 migrants, expulsés du 58 rue Themistocleous, qui s’étaient installés sur la place d’Exarcheia ont été soudainement emmenés par la police au camp Eleonas à proximité d’Athènes.

Grèce, Athènes. 27 migrants, expulsés du 58 rue Themistocleous, qui s’étaient installés sur la place d’Exarcheia et avaient été temporairement hébergés par des personnes solidaires, ont été soudainement emmenés par la police au camp Eleonas à proximité d’Athènes. Ils avaient refusé de s’installer dans les deux conteneurs prévus par le gouvernement.

#0725 Source Radio Fragmata

Inde, Bangladesh : face à l’arrivée du cyclone Amphan, des millions de personnes sont en cours d’évacuation alors que les abris sont utilisés comme centres de quarantaine.

Inde, Bangladesh. Des millions de personnes vont être évacuées dans le contexte de la pandémie suite à l’arrivée prochaine du cyclone Amphan qui s’annonce très violent et va en particulier toucher Calcutta. La situation est compliquée par le fait qu’une partie des centres d’évacuation sont utilisés comme lieu de quarantaine, et par la difficulté de maintenir les mesures de distanciation sanitaire dans les abris. Entre leurs habitations qui risquent d’être détruites et les évacuations au cours desquelles les mesures sanitaires vont être très peu efficaces, les habitants font face à un choix impossible.

#0705 Source rfi.fr

International : les selfies avec masques collectés sur les réseaux sociaux sont utilisés pour améliorer l’efficacité des dispositifs de reconnaissance faciale mis en difficultés par la généralisation du port du masque et le constructeur chinois Huami travaille sur un masque compatible avec ces dispositifs de contrôle

International. Le port du masque, parfois obligatoire, gène le fonctionnement des dispositifs de reconnaissance faciale. C’est pourquoi des chercheurs travaillent sur l’amélioration des algorithmes, en collectant les selfies avec masques qui pullulent sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, le constructeur chinois Huami, surtout connu pour ses montres connectées Amazfit, travaille sur un masque transparent de type N95 (l’équivalent américain des masques FFP2) qui peut également s’auto-désinfecter et serait compatible avec les dispositifs de reconnaissance faciale.

#0701 Source cnet.com

Etats Unis, Susanville : un détenu de l’High Desert State Prison en Californie décrit la situation des détenus handicapés : pas d’assistance quotidienne, ce qui veut dire pas de douche, les même draps pendant des semaines, pas de lessive, et galérer à manger seuls.

Etats Unis, Susanville (Californie). Un détenu de l’High Desert State Prison en Floride décrit la situation des détenus handicapés : pas d’assistance quotidienne ce qui veut dire qu’ils ne peuvent pas prendre de douche, gardent les même draps pendant des semaines, ne peuvent pas faire de lessive, ou encore galérer à manger seuls. Cette situation, particulièrement terrible en période de pandémie, semble se retrouver un peu partout dans les prisons américaines.

#0763 Source réseaux sociaux

Etats Unis, Dakota : une entreprise de construction, Fisher Sand & Gravel, a remporté le contrat de construction du mur frontalier prévu sur 42 miles en Arizona, de Nogales à la frontière orientale de la réserve Tohono O’odham

Etats Unis, Dakota. Une entreprise de construction du Dakota du Nord, Fisher Sand & Gravel, a remporté le contrat de construction du mur frontalier pour 1,28 milliard de dollars. Environ 42 miles de mur de frontière son prévus en Arizona, de Nogales à la frontière orientale de la réserve Tohono O’odham. Environ 180 miles ont été construits depuis janvier 2017, et le secrétaire par intérim du département de la Sécurité intérieure, Chad Wolf, a déclaré la semaine dernière qu’il s’attend à voir jusqu’à 400 miles de mur achevé cette année, ce qui fait de cet édifice du contrôle et de la répression le plus grand édifice américain.

#0712 Source upi.com

France, Marseille : trois sans abris hébergés dans un centre social qui prend en charge 160 personnes ont été testés positifs au Covid19, la presse indique que des distributions de masques sont maintenant organisées, ce qui signifie que ce n’était pas le cas auparavant…

France, Marseille. Lors d’une opération de test systématique, trois sans abris ont été testés positifs au Covid19. Ils sont hébergés dans un centre social qui prend en charge 160 personnes dont seuls 38 ont accepté de se faire dépister pour l’instant. La presse indique que des distributions de masques sont maintenant organisées, ce qui signifie que ce n’était pas le cas auparavant… Les personnes malades ont eu le choix de s’isoler ou pas. Une nouvelle séance de dépistages est prévue cette semaine.

#0697 Source francebleu.fr

Etats Unis : Uber licencie 3500 employés par visioconférence ; comme dans les tribunaux, les patrons profitent de l’épidémie pour accélérer les procédures…

Etats Unis. L’entreprise Uber licencie 3 500 personnes en même temps (soit 14% de ses effectifs) par visioconférence sur Zoom. La directrice du département clientèle d’Uber a annoncé leur licenciement aux employés concernés en trois minutes. La mesure concerne des membres du personnel administratif. La direction s’est justifiée de ce procédé par le fait que les employés étaient de toutes manières en télétravail. UberEats a en revanche fortement bénéficié de l’épidémie avec un chiffre d’affaires en hausse de 53%. D’autres entreprises ont déjà utilisé ce procédé pour licencier massivement du personnel, comme la start-up américaine TripActions, basée à Palo Alto, qui a mis fin au contrat de travail d’une centaine de ses employés lors d’une visioconférence qui s’est également tenue sur Zoom. Comme dans les tribunaux, les patrons profitent de l’épidémie pour accélérer les procédures…

#0681 Source bfmtv.com

Brésil, Brasilia : 300 membres d’un groupe d’extrême droite qui soutient Bolsonaro, “les 300 de Brasilia” mènent leur “bataille des Thermopyles” en campant à proximité de la Plaza de los Tres Poderes, à côté de la Cour fédérale supérieure qu’ils ont choisie comme cible.

Brésil, Brasilia. 300 membres d’un groupe d’extrême droite qui soutient Bolsonaro, “les 300 de Brasilia” mènent leur “bataille des Thermopyles” en campant à proximité de la Plaza de los Tres Poderes, à côté de la Cour fédérale supérieure qu’ils ont choisie comme cible. Leur porte-parole, Sara Giromin, se fait appeler Sara Winter en l’honneur d’une militante de l’Union britannique des fascistes décédée en 1944. Le groupe exhibe des armes “pour la protection des membres du camp”. La gauche les considèrent comme une milice armée. Il reçoivent régulièrement des visites de membres du Congrès conservateurs, du PLS (Parti social libéral) ou de divers groupes d’extrême droite qui les soutiennent.

#0676 Source pagina12.com.ar

Nicaragua : la presse révèle une dissimulation intentionnelle des décès liés au Covid19, alors que le président continue à minimiser l’épidémie

Nicaragua. Une enquête la presse locale et internationale a mis au jour un plan de dissimulation du nombre réel de décès du covid-19. Le président, Daniel Ortega a toujours minimisé l’ampleur de la pandémie dans le pays. Les décès sont attribués à d’autres pathologies, et des soignants et médecins relatent des voyages d’ambulance nocturnes pour enterrer clandestinement les corps des victimes. Le gouvernement se targue d’avoir contré la pandémie avec seulement 309 victimes officielles à ce jour. Une situation similaire a lieu en Tanzanie.

#0708 Source Courrier International

Grèce, Lesbos : avec 1400 refus dans la matinée, le fonctionnement du Bureau Régional d’Asile a repris à plein régime.

Grèce, Lesbos. Le fonctionnement du Bureau Régional d’Asile a repris à plein régime avec 1400 refus de décisions d’asile en une matinée, après deux mois de “suspension” en raison de la pandémie. Pendant la “suspension”, le Bureau régional de l’asile de Lesbos a rendu des décisions de rejet à 1 789 demandeurs d’asile. La police a infligé des amendes de 150 euros aux personnes qui se sont rendues dans la ville de Mytilène à la recherche d’une assistance juridique gratuite qui n’est pas fournie dans le camp. Le ministère de l’Immigration et de l’Asile annonce qu’il a l’intention de renvoyer immédiatement 11 000 demandeurs d’asile en Turquie.

#0698 Source réseaux sociaux

France : 70 écoles parmi celles qui ont rouvert dans des conditions intenables le 11 mai sont à nouveau fermées pour cause de Covid19, mais le ministère persiste et ouvre les collèges en zone verte.

France. La réalité du retour en classe des écoliers est bien différente de ce qui a été annoncé : peu d’élèves ont repris le chemin de l’école, avec des mesures hallucinantes, parqués dans des carrés dessinés dans la cour, ou enfermés dans des boîtes en carton en classe. 70 écoles ont déjà été fermées hier parce que des cas de Coronavirus y avaient été avérés, et le ministère refuse de donner la localisation de ces écoles. Néanmoins le déconfinement s’étend aux collèges de “zone verte” où 185.000 élèves de 6e et 5e doivent retourner en classe lundi en se pliant à un strict protocole sanitaire, dont le port obligatoire du masque. Rien n’a changé pour les collégiens des “zones rouges”, dont l’Ile-de-France, qui devront attendre fin mai pour savoir si les établissements rouvriront. Le gouvernement s’acharne à vouloir imposer une continuité scolaire qui ne peut pas fonctionner. “Il faut en quelque sorte réhabituer la société à aller à l’école”, a déclaré Jean-Michel Blanquer.

#0686 Source afp

Colombie : l’horreur gestionnaire trouve une solution pratique pour faire face à l’épidémie et invente le lit d’hôpital en carton qui se transforme en cercueil en quelques secondes.

Colombie. L’entreprise ABC Displays commercialise à Bogota un lit d’hôpital en carton qui peut se transformer en cercueil en quelques secondes. Ce lit répond à trois problématiques liées à la gestion de la pandémie : le nombre de lits d’hôpitaux disponibles, la propagation du virus et les coûts d’enterrement. Par ailleurs, en cas de décès du patient, aucun transfert du corps n’est nécessaire, limitant les contacts avec le virus. On peut donc désormais passer de la vie à la mort dans une boîte en carton.

#0661 Source fr.news.yahoo.com

Philippines : face à l’application de la loi martiale qui a conduit à 30 000 arrestations et 4 000 incarcérations, le solgan «tulong, hindi kulong» [«aide, pas détentions»] se répand dans les manifestations

Philippines. L’application de la loi martiale a conduit à près de 30 000 arrestations, dont plus de 4 000 incarcérés, selon un rapport daté du 18 avril 2020. La police s’attaque violemment aux personnes qui ne portent pas de masques. Des gens qui demandaient de l’aide alimentaire ont été massivement arrêtées. Le solgan «tulong, hindi kulong» [«aide, pas détentions»] se répand dans les manifestations pour protester contre la gestion gouvernementale. L’État fait appeler ceux qui ne respectent pas les règles sanitaires des «pasaway» [têtus et volontaires] ou des «tigas-ulo» [très têtus], installant un climat de peur et de culpabilité.

#0664 Source enoughisenough14.org

Brésil, Amazonie : avec 92 décès, 446 cas identifiés, et 38 villages touchés, le virus est en train de se propager parmi les populations autochtone qui sont contraints d’aller en ville pour récupérer les aides gouvernementales

Brésil, Amazonie. Avec 92 décès, 446 cas identifiés et38 villages touchés, le virus est en train de se propager parmi les populations autochtone. Il faut dire que l’aide gouvernementale n’est pas acheminée sur place et que des habitants des villages reculés se rendent en ville pour ramener des vivres, ce qui a beaucoup contribué à la propagation du virus. Les habitants des villages barrent eux-même les routes d’accès pour limiter la propagation.

#0678 Source aljazeera.com

Brésil : beaucoup d’hôpitaux n’ont plus de respirateurs disponibles à cause de la gestion du gouvernement qui minimise l’épidémie, dans un des hôpitaux de campagne, il n’y a pas d’unité de soins intensifs !

Brésil. Dans ce pays qui est très fortement touché par l’épidémie, beaucoup d’hôpitaux n’ont plus de respirateurs disponibles. La gestion du gouvernement qui minimise l’épidémie est mise en cause : dans un des hôpitaux de campagne ouvert spécifiquement pour les patients atteint par le virus, il n’y a pas d’unité de soins intensifs ! La politique sanitaire du ministère de la santé est incohérente : après avoir acheté 15 000 respirateurs en Chine, il a ensuite annulé le contrat au milieu du mandat éclair du ministre Nelson Teich, affirmant que le fabricant ne livrerait pas à temps. La production locale devait en fournir 14 000 respirateurs mais, la matière première étant importée, la production s’avère impossible à réaliser.

#0675 Source brasil.elpais.com

France, Bagnolet : quatre personnes ont été arrêtées et déférées pour « participation à un groupement en vue de commettre des violences et fabrication d’engins explosifs » dans le cadre d’une comparution immédiate à délai différé qui permet au Parquet de continuer à enquêter sans juge d’instruction

France, Bagnolet. Quatre personnes ont été arrêtées par la police, avant d’être déférées au parquet de Bobigny pour « participation à un groupement en vue de commettre des violences et fabrication d’engins explosifs ». Des militants avaient été filés par des policiers en civil de la Brigade Anticriminalité (BAC), ce qui les a conduit à l’ancienne clinique de la Dhuys située à Bagnolet. Les policiers ont arrêté, dimanche, un couple sortant de ce squat et ils ont été placés en garde à vue. La veille, deux autres personnes avaient été arrêtées et également placées en garde à vue. La presse relaye que la police considère ce lieu comme “une cache des antifascistes” qui aurait enfin été “découverte” affirmant y avoir trouvé des dizaines de cocktails molotov et des feux d’artifice de type mortier. Le spectre de “l’ultragauche”, création médiatico-policière instaurée en ennemi de l’intérieur pour justifier la phase répressive des années 2010 et n’ayant pas grand chose à voir avec le courant révolutionnaire du même nom, refait surface dans les articles de presse. À l’issue des gardes à vue, les quatre personnes ont été déférées au parquet de Bobigny en vue d’une comparution immédiate à délai différé. Cette nouvelle procédure mise en œuvre depuis un an permet de continuer à enquêter et de placer un mis en cause en détention provisoire ou sous contrôle judiciaire en se passant du juge d’instruction. Le procureur saisit directement le juge des libertés et de la détention qui statue sur le sort de l’auteur présumé. Le principal mis en cause a été placé en détention provisoire. Les autres ont été laissés en liberté, sous contrôle judiciaire.

#0755 Source diverses, presse et indymedia nantes

Toulouse : le CRA de Cornebarrieu a repris à plein régime malgré la fermeture des frontières, des expulsions sont prévues pour le 3 juin

France, Toulouse. Alors que les frontières sont officiellement fermées, le CRA de Toulouse Cornebarrieu continue de se remplir au fil des arrestations et des sorties de prisons de personnes qui n’ont pas de papiers. Des retenus ont été transférés de Paris, Marseille et Perpignan. Deux ressortissants roumains risquent d’être expulsés. Des départs seraient prévus le 3 juin.

#0690 Source toulouseanticra.noblogs.org

Japon : les soignants et leurs enfants, ainsi que les malades, assimilés à la contagion du virus, sont ostracisés

Japon. Les soignants et leurs enfants, assimilés à la contagion du virus, se retrouvent ostracisés à travers tout le pays dans des proportions inouïes. En parallèle, le manque de personnel a poussé l’hôpi­tal Namihaya d’Osaka, qui compte une centaine de malades, à forcer deux infirmières, pourtant contaminées, à venir travailler. Beaucoup d’hôpitaux refusent des malades par peur d’avoir mauvaise réputation : durant le mois d’avril, presque 2 000 personnes se sont vues refuser l’accès à un établissement de soin et ont dû faire cinq hôpitaux différents avant de trouver une place. Un octogénaire a dû être hospita­lisé à 350 km de chez lui, à Tokyo, où il est mort. « Même si nous décidons à notre niveau d’accepter un patient, la di­rection peut refuser », explique un médecin des soins intensifs. Les établissements privés redou­tent de devoir fermer. L’hôpital Kosei de Tokyo a dû cesser toute activité pendant un mois pour désinfection, après la découverte d’un malade atteint du Covid­19. Les patients habituels pourraient ne plus revenir parce que l’image d’un hôpital qui a eu un cas de Covid se retrouve dégradée.

#0658 vu dans Le Monde du 16 mai 2020.

Bosnie-Herzégovine, Sarajevo : des milliers de personnes ont manifesté contre une messe en hommage aux bourreaux oustachis alliés d’Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale.

Bosnie-Herzégovine, Sarajevo. Des milliers de personnes ont bravé l’interdiction de la police pour manifester contre une messe qui avait lieu en même temps à proximité en hommage aux bourreaux oustachis alliés d’Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale.

#0669 Source rfi.fr

France, Calais : dix-sept migrants, dont cinq enfants et un bébé qui tentaient de rejoindre l’Angleterre ont été récupérés en mer, ils vont devoir subir la mise en quarantaine administrative de quinze jours

France, Calais. La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord annonce avoir récupéré au large de Calais dix-sept migrants, dont cinq enfants et un bébé, qui tentaient de rejoindre l’Angleterre. Etant donné les nouvelles dispositions liées à la gestion de l’épidémie, ils devraient subir la mise en quarantaine administrative de quinze jours avant que la question de leur séjour irrégulier soit traitée.

#0667 Source ouest-france.fr

Malte : suite à la fermeture des ports en méditerranée, les bateaux de migrants qui ont été laissés à la dérive étaient surveillés par Malte et Frontex depuis des avions, plusieurs personnes ont été ainsi laissées pour mortes ou en détresse, affamées, en passe de se noyer…

Malte. Peu de temps après que l’Italie et Malte ont déclaré leurs ports «dangereux» et se sont efforcés de les fermer pour les débarquements de migrants, des bateaux de migrants ont été laissés à la dérive tout en étant surveillés par les autorités européennes depuis les airs. Plusieurs personnes en détresse ont été laissées pour mortes, affamées ou noyées tout en étant étroitement surveillées par Malte et Frontex. Quatre bateaux se sont signalés à Alarm Phone autour de Pâques, du 10 au 13 avril 2020. Un bateau avec 47 personnes à bord a été laissé à la dérive dans la zone maltaise pendant plusieurs jours, ils ont fini par être secourus le 13 avril. Un deuxième bateau avec 77 personnes à bord est arrivé de façon autonome à Portopalo di Capopassero, en Sicile le même jour. Un troisième bateau avec 63 personnes à bord a été illégalement repoussé en Libye les 14 et 15 avril. Au moins 12 personnes sont décédées en raison de l’absence d’assistance de Malte. Un quatrième bateau avec 101 personnes à bord a atteint Pozzallo, en Sicile, le 12 avril.

Carte établie par Alarmphone à partir des signalements des migrants en détresse qui informent de leur position, de leur situation et du nombre de personnes sur le bateau

#0770 Source alarmphone.org

France : dans un grand nombre de prisons françaises, des détenus fabriquent des masques pour 0,05 euros l’unité, qu’ils n’ont pas le droit de porter… l’initiative vantée comme “un effort de solidarité des détenus” fait partie du “projet Résilience” (sic) présenté par le gouvernement le 5 mars

France. Dans un grand nombre de prisons françaises maintenant, des détenus fabriquent des masques, 5 000 par jour, à grand renfort de communication sur le thème “les détenus sont solidaires de l’effort national” et “ils se sentent utiles pour la nation”. Ce sont les seuls ateliers qui ont été maintenus et généralisé pendant le confinement. L’initiative s’inscrit dans le cadre du “projet résilience” présentée par le gouvernement le 25 mars. Comme toujours en prison, la réalité en toute autre : les détenus travaillent dans ces ateliers pour pour 5 euros bruts de l’heure soit à peu près 0,05€ par masque fabriqué et 26€ par journée pour un contremaître. Ils fabriquent des masques auxquels ils n’ont pas droit (20% d’entre eux sont pour… les surveillants), alors que le gouvernement se glorifie d’avoir baissé la surpopulation carcérale à 97% par quelques libérations de détenus en fin de peine et que les détenus sont toujours plusieurs par cellules à subir les conséquences du confinement, sans véritable changement avec le déconfinement du 11 mai (les parloirs n’ont pas véritablement repris par exemple). Dans la maison d’arrêt de Coutance dans la Manche, à partir de cette semaine, les détenus vont devoir laver au quotidien les masques que la direction fournit désormais aux surveillants ! Aux Etats Unis, c’est aussi la population carcérale qui est utilisée pour creuser les fosses communes et fabriquer les cercueils pour gérer l’épidémie…

#0639 Source divers articles de presse, actupenit et l’oip

Brésil, Rio de Janeiro : massacre dans les favelas du Complexo do Alemão au nord de la ville, au moins treize personnes ont été tuées au cours d’une opération de l’unité des forces spéciales Batalhão de Operações Especiais (BOPE)

Brésil, Rio de Janeiro. Au moins treize personnes ont été tuées au cours d’une opération de l’unité des forces spéciales Batalhão de Operações Especiais (BOPE) menée avec des officiers de Desarme (poste de police spécialisé pour les armes, les munitions et les explosifs) dans les favelas du Complexo do Alemão au nord de la ville. Les BOPE sont connues pour la brutalité de leurs interventions souvent meurtrières. Les forces de l’ordre sont rentrées dans le quartier à 6 heures du matin dans des chars blindés appelés caveirões, ou “Gros crânes.” «Nous nous sommes réveillés au son des coups de feu et des grenades», a déclaré un habitant de Nova Brasilia. «Ils sont venus tout détruire.» Dans la favela de Fazendinha, également à Complexo do Alemão, un autre habitant a raconté que les policiers portaient des masques intégraux et opéraient sans porter d’identité officielle. Les téléphones portables ont été fouillés pour détruire toute photo ou vidéo qui auraient été prises de l’intervention, mais de nombreuses captations et photos circulent.

#0682 Source rioonwatch.org

Argentine : le nombre de cas de Covid-19 explose dans le bidonville Villa 31 où vivent 40 000 personnes en plein cœur de Buenos Aires

Argentine, Buenos Aires. Le nombre de cas de Covid-19 explose à Villa 31, un bidonville situé au cœur de a ville où vivent 40 000 personnes. Fin avril un premier cas avait été positif, 511 personnes ont été testées positives mardi. Une femme de 84 ans, mère du premier habitant contaminé, est décédée. Une bonne partie du bidonville a été privée d’eau pendant huit jour récemment. Beaucoup d’habitants travaillent dans l’économie informelle, qui représente plus de 25% du marché du travail dans le pays et qui est à l’arrêt depuis le début du confinement. « La consigne était de rester à la maison, mais si tu restes confiné, tu n’as rien à manger; alors, soit tu meurs du coronavirus, soit tu meurs de faim » témoigne un habitant. Les autorités ont lancé des campagnes de tests dans les bidonvilles de l’agglomération de Buenos Aires. A Villa 31, plus de 50% des tests réalisés se sont révélés positifs.

#0631 Source journaldemontreal.com

Nigeria, Kano : la ville est particulièrement touchée par le virus avec 600 morts en une semaine, toute la région est concernée par cette hausse de mortalité.

Nigeria, Kano. Cela fait quelques semaines que les fossoyeurs de Kano sont dépassés par le nombre de mort qui affluent. Plus de de 600 personnes sont mortes dans la semaine dans cette ville du Nord du pays qui est particulièrement touchée. Les autorités ont commencé par attribuer ces décès à d’autres causes telles que le diabète, l’hypertension et le paludisme, mais les résultats d’une mission officielle ont finalement conclu qu’ils étaient liés, pour la plupart d’entre eux, au coronavirus. Un employé du cimetière raconte être passé de deux à quarante tombes par jours en quelques jours et les foyers de «morts mystérieuses» se multiplient dans les États voisins : Jigawa, Yobe, et dernièrement dans la ville d’Azare, dans l’État de Bauchi, où une équipe d’épidémiologistes a été envoyée après le décès concomitant de 110 personnes. Des milliers d’enfants des rues ont été renvoyés par camions dans leur village au début du confinement, et on peut craindre qu’ils aient pu disséminer le coronavirus dans les régions voisines.

#0628 Source courrierinternational.com

Italie, Florence : un collier qui sonne et s’allume quand les visiteurs ne respectent pas la “distanciation sociale” est mis en place pour la réouverture du Duomo

Italie, Florence. La cathédrale de Florence met en place un système pour permettre aux touristes de respecter la distanciation sociale lors de la réouverture : un collier qui sonne quand les personnes se rapprochent de trop près. “Il s’agit d’un dispositif (…) fourni gratuitement aux touristes au début de la visite qui signale avec un son, des vibrations et des lumières que la distance minimale autorisée n’a pas été respectée”, indique un communiqué du Duomo.

#0716 Source sudouest.fr

Canada : la propagation du virus se poursuit au Canada et touche particulièrement la population pauvre et immigrée

Canada. La propagation du virus se poursuit au Canada et touche particulièrement la population pauvre et immigrée. A Montréal le virus se développe surtout dans les arrondissements les plus pauvres dont Montréal-Nord, Mercier – Hochelaga-Maisonneuve et Ahuntsic-Cartierville. Les premières contaminations dans les régions plus riches ont été mieux maîtrisées. «Quiconque voit ces inégalités en matière de santé se manifester n’a rien de surprenant», a déclaré Nicholas King, professeur à l’Université McGill à Montréal, qui effectue des recherches sur l’éthique et les politiques de santé publique. Au Québec ce sont des centaines de demandeurs d’asile qui se retrouvent en soins de longue durée. Beaucoup d’entre eux occupent des emplois où ils sont susceptibles d’être exposés à la maladie, en particulier dans les épiceries, ou au bas de l’échelle du secteur des soins de santé.

#0649 Source cbc.ca

Croatie : des policiers marquent des migrants à la peinture avec une croix orange peinte à la bombe sur le crane.

Croatie. Des ONG ont signalé que des policiers ont marqué à la peinture des migrants refoulés à la frontière entre la Serbie et la Croatie, avec une croix orange peinte à la bombe sur le crane. Plus tôt dans le mois, avait déjà été relevé que la police des frontières croates rackettait les migrants qui passaient, humiliant, volant argent et portables, et encore une fois les aspergeant de peinture, afin de les marquer visuellement comme migrants, la bonne vielle technique de la marque au tison ardent ou autre signe spécifique d’identification des indésirables n’est pas si loin…

#0646 Source fr.news.yahoo.com

Hong Kong : un premier nouveau cas de contamination dans un quartier pauvre de la ville où les gens vivent entassés dans des “appartements cercueils”, une nouvelle campagne de dépistage commence.

Hong Kong. Les autorités ont annoncé la découverte d’un premier nouveau cas de contamination dans un quartier défavorisé de la ville depuis près d’un mois. Dans certains de ces quartiers, les habitant vivent dans des multiples réduits étriqués, des appartements divisés en un maximum d’espaces où s’entassent des familles ou des personnes seules. Ces logement sont si petits qu’on leur donne le nom d’ “appartements-cercueils”, car on ne peut que s’y allonger. En 2016, les autorités estimaient à 200.000 le nombre de personnes vivant dans des réduits de moins de 50 pieds carrés (4,6 mètres carrés). Les autorités ont commencé à tester des centaines d’habitants des environs.

#0640 Source afp.com

Canada, Barton (Ontario) : beaucoup de détenus restent incarcérés depuis plus de 18 mois car ils refusent de plaider coupable dans des procès indéfiniment ajournés en période de pandémie.

Canada, Barton (Ontario). Un prisonnier du Hamilton-Wentworth Detention Centre (HWDC) explique que la réduction du nombre de prisonniers est surtout due au nombre grandissant de peines arrangées, seul moyen de sortir de prison et d’éviter de devoir attendre un jugement en détention provisoire. Beaucoup de personnes sont incarcérées à la prison de Barton depuis plus de 18 mois car elles refusent de plaider coupable et les procès sont indéfiniment ajournés. Plusieurs cas de Covid19 on été détectés chez des membres du personnels de la prison et des détenus. Une campagne #freethemall s’organise dans l’Ontario.

#0731 Source itsgoingdown.org

Europe : la crise sociale et économique succède à la crise sanitaire, de plus en plus de catégories de personnes sont pris en charge pour des aides d’urgence

Europe. La crise sociale et économique prend le re­lais de la crise sanitaire, et elle n’épargne pas l’Europe. Médecins Sans Frontière intervient se voit pour la première fois depuis sa création en 1971, au Royaume­ Uni et en Allemagne. En Italie, en France, en Espa­gne et en Belgique, la demande d’aide d’urgence a déjà augmenté de 20 % à 25 %. Ces aides concernent dé­sormais des nouvelles populations qui ont perdu leur emploi – ou un job précaire – avec la fermeture des bars, restaurants et commerces, et dont les conditions de loge­ment sont devenues sour­ces aggravantes de contamination.

#0624 Source Le Monde du 14/05

Colombie, Bogota : expulsion d’un bidonville dans le quartier Altos de la Estancia, la police anti-émeute intervient violemment pour empêcher tout débordement

Colombie, Bogota. Près de 700 familles pauvres vivant dans le quartier Altos de la Estancia ont été expulsées violemment en pleine diffusion de la pandémie. Le terrain était occupé par des sans-abri, des migrants, des paysans, des indigènes et des chômeurs depuis plus de 20 ans. Le bidonville abritait 1000 familles quand les expulsions ont commencé. Le ministre du Logement avait interdit les expulsions jusqu’en juin, mais des responsables ont déclaré que les maisons d’Altos de la Estancia étaient illégales et que la région était menacée de glissements de terrain. Les expulsions se font avec la participation de la police antiémeute de l’ESMAD qui réprime violemment tous ceux qui s’y opposent, plusieurs personnes ont été blessées.

#0651 Source breakingnews.fr

Hongrie, Serbie : quatre migrants bloqués dans la zone de transit de Röszke à la frontière avec la Serbie, dans le contexte de la pandémie, aucun des deux pays ne veut les récupérer.

Hongrie, Serbie. Quatre migrants originaires d’Iran et d’Afghanistan sont bloqués dans la zone de transit de Röszke, à la frontière hongro-serbe. Une demande d’asile rejetée par la Hongrie et un refus de récupérer les quatre personnes par la Serbie, finissent par coincer quatre personnes dans des conditions plus qu’insalubre à cause du cauchemar administratif. La Hongrie à érigé une clôture partiellement électrifiée tout le long de sa frontière avec la Serbie et de celle avec la Croatie.

#0645 Source infomigrants.net

France, Corrèze : huit détenus devant la justice pour l’émeute de la prison d’Uzerche le 22 mars, leur procès est reporté au 11 juin

France, Corrèze. Huit détenus sont passés en comparution immédiate dans la salle de la cour d’assise, pour avoir participé à l’émeute du 22 mars au centre de détention d’Uzerche. La mutinerie s’était soldée par deux bâtiments saccagés et incendiés. Les dégâts matériels, très importants, ont réduit la capacité d’accueil de la prison de 590 à 230 places, entraînant de nombreux transferts de détenus dans d’autres centres de détention. Tous les huit ont demandé un délai supplémentaire pour préparer leur défense, leur procès a été fixé au 11 juin.

#0625 Source lamontagne.fr

Etats Unis, New York : la situation des plus pauvres empire avec la gestion de l’épidémie, les banques alimentaires sont débordées.

Etats Unis, New York. Les banques alimentaires sont débordées. Depuis l’annonce de la fermeture des école à la mi-mars et pour compenser le fait que la cantine de midi était parfois le seul repas pris par les enfants, un système a été mis en place pour fournir des repas : un repas à emporter à 7 h 30 et 13 h 30, disponibles pour tout enfant de moins de 18 ans. De 2 000 repas la première semaine après l’annonce, on est passé à 450 points de distribution dans les écoles des quartiers les plus défavorisés. Les services de la ville ont fini par ajouter la distribution d’un dîner. Sur 8,5 millions de New-Yorkais, 1,1 million sont considérés actuellement comme étant en insécurité alimentaire, auxquels s’ajoutent les 500 000 personnes au moins qui ont perdu leur emploi.

#0622 Source lemonde.fr

France : la police a tué au moins douze personnes pendant les deux mois de confinement

France. Durant ces deux mois de confinement, la police a tué au moins douze personnes. A Toulouse, Béziers, Sorgues, Cambrai, Angoulême, Rouen, La Courneuve, Clermont Ferrand, Albi, Saint Denis, Grenoble et Bordeaux, cinq personnes sont mortes dans des commissariats, trois personnes sont mortes suite à des tirs à balles réelles, deux personnes sont mortes suite à une poursuite routière, deux personnes mortes en sautant dans le vide pour échapper à un contrôle. Il n’est pas envisageable de considérer qu’il s’agit de “bavures” : ces décès sont la conséquences du fonctionnement normal des commissariats, des patrouilles et des brigades qui répriment, arrêtent et expulsent.

#0662 Source rebellyon.info

Grèce, Fylakio : une révolte a eu lieu dans le centre de rétention de Fylakio, à la frontière greco-turque, où certains migrants sont retenus depuis plus de six mois, deux personnes ont été condamnées le lendemain à six ans et huit mois de prison ferme.

Grèce, Fylakio. Des demandeurs d’asile ont manifesté dans le centre de rétention de Fylakio, à la frontière greco-turque, mettant le feu à des matelas et jetant des pierres contre les policiers pour protester contre la durée d’examen de leur dossier. Plusieurs conteneurs dans lesquels ils vivaient ont ainsi été endommagés ainsi que d’autres installations. Plusieurs dizaines de personnes ont été interpellées, la police affirmant avoir essuyé des attaques avec des tournevis, des lames métalliques et des haches. Deux demandeurs d’asile afghans ont été condamnés dès le lendemain à six ans et huit mois de prison ferme pour “violences”, vingt-six autres personnes seront jugés ultérieurement. Une centaine de migrants sont enfermées dans ce camp, dont des mineurs non accompagnés, certains depuis plus de six mois, dans l’attente d’une réponse à leur demande d’asile.

#0700 Source infomigrants.net

Belgique : plusieurs services psychiatriques constatent une forte hausse des admissions de personnes qui n’ont aucuns antécédents psychiatriques et n’ont pas supporté le confinement

Belgique. Plusieurs services psychiatriques constatent une forte hausse des admissions, en particulier de patients en observation pour des hospitalisations sous contrainte en situation de crise, qui concernent souvent des personnes qui n’ont aucuns antécédents psychiatriques et n’ont pas supporté le confinement. Dans la région du centre, un psychiatre constate une augmentation de 50% des hospitalisations.

#0600 Source rtbf.be

Qatar : des centaines de milliers de travailleurs migrants licenciés suite au confinement sont enfermés dans une zone industrielle et n’ont plus de quoi se nourrir

Qatar, Doha. Des travailleurs migrants, enfermés depuis le début de l’épidémie dans une zone industrielle dont les entrées sont contrôlées par les forces de l’ordre, n’ont plus de quoi se nourrir. Ils sont sans ressources et ne peuvent pas rentrer dans leurs pays d’origine à cause de la fermeture des frontières. Ils se retrouvent enfermés dans une vaste zone d’usines et d’entrepôts où ils travaillaient et étaient logés, à la périphérie de Doha, et dont une grande partie a été totalement mise à l’arrêt en mars. Cette zone industrielle est devenue une sorte de camp pendant l’épidémie : des centaines de milliers de personnes, logées dans des dortoirs délabrés et surpeuplés y ont été enfermées, la police gardant les accès fermées par de lourdes barrières métalliques. Le gouvernement ravitaille la zone mais de manière très insuffisante et prétend avoir débloqué une somme pour venir en aide aux travailleurs privés d’emploi par l’épidémie mais la plupart ont été licenciés et n’en bénéficient donc pas. Une directive du gouvernement a autorisé mi-avril les entreprises qui ont cessé leurs activités en raison des restrictions liées aux coronavirus à mettre les travailleurs en congé sans solde ou à résilier leur contrat. Les employeurs ont aussi cessé de fournir nourriture et logement. Ce sont les domestiques qui sont particulièrement vulnérables. Un groupe de domestiques originaires du Népal, qui travaillent dans des maisons privées pendant la journée mais retournent dans leurs propres chambres la nuit, ont déclaré qu’elles avaient été laissées sans ressources après avoir refusé d’emménager avec les familles qu’elles servaient, craignant à la fois le virus et le risque d’abus, qui est courant chez les travailleurs et travailleuses domestiques dans les pays du Golfe. Le Qatar fait travailler plus de 2 millions de travailleurs migrants et son taux d’infection par habitant est désormais l’un des plus élevés au monde avec près de 18 000 cas sur une population d’à peine 2,8 millions d’habitants. La grande majorité de ceux qui ont été testés positifs au virus sont des travailleurs migrants. Les migrants vivent ce genre de situation dans tous les pays du golfe. Au Koweït, des migrants ont aussi été «piégés» sans travail ni moyen de rentrer dans leur pays d’origine, et certains se sont révoltés contre cette situation, tandis que l’Arabie saoudite a expulsé des milliers de travailleurs domestiques vers l’Ethiopie.

#0599 Source theguardian.com

France, Epinay-sous-Sénart : des habitants ont reçu des centaines d’amendes pour non respect du confinement sans avoir été contrôlés ; malgré les dénégations diverses, la vidéo-verbalisation semble bien avoir été utilisée en banlieue parisienne

France, Epinay-sous-Sénart. Plusieurs personnes ont reçu de nombreuses amendes pour non respect du confinement sans avoir été contrôlées. Des habitants font état de centaines de PV dont certains sont visiblement incohérents, montrent des PV malgré une attestation de sortie à cette heure-là, etc… Il s’agirait de vidéo-verbalisation, ce que la mairie dément en considérant que ces amendes sont liées au trafic de drogue (!). “La police municipale nous reconnaît sur les caméras de la ville et nous envoie les amendes sans même nous contrôler, nos attestations ne servent à rien, témoigne un habitant . Qu’on sorte pour aller à la boulangerie ou quoi que ce soit, on est verbalisé. Pourtant on n’a croisé aucune patrouille de la police municipale. De toute façon, ils n’en ont qu’une et ne peuvent pas dresser des amendes à la même heure à deux endroits de la ville. » Des habitants de cités de Seine-saint-Denis et des Yvelines se plaignent aussi d’avoir reçu des amendes qui seraient issues de la vidéo-verbalisation.

#0598 Source leparisien.fr

Grèce, Samos : des gardes-côtes ont été filmés en train de remorquer un radeau de sauvetage pour l’expulser illégalement

Grèce, Samos. La semaine dernière, des gardes-côtes grecs ont été filmés en train de remorquer un radeau de sauvetage au sud-est de Samos. Il n’y a pas eu d’arrivées officiellement enregistrées sur Samos depuis le 12 mars et malgré ses dénégations, la police portuaire de Samos expulse illégalement des migrants.

#0591 groupe facebook aegean boat report

France, Calais : une “opération de mise à l’abri” de migrants, c’est à dire des contrôles et évacuations forcées, est en cours depuis ce matin, les migrants sont embarqués dans des cars.

France, Calais. Une “opération de mise à l’abri” de migrants, c’est à dire des contrôles et évacuations forcées, est en cours depuis ce matin. Les migrants sont embarqués dans des cars. Un important dispositif de forces de l’ordre est déployé. Une précédente opération similaire avait donné lieu le 22 avril à des confrontations entre migrants et policiers.

#0584 Source lavoixdunord.fr

Corée du Sud, Séoul : le traçage des personnes infectées oblige plusieurs milliers de personnes à faire savoir qu’elles fréquentent des boîtes de nuit gay.

Corée du Sud, Séoul. Le traçage des personnes infectées et de leurs trajets en Corée rend public qu’un jeune homme porteur du virus a parcouru les boutiques du quartier branché d’Itaewon à Séoul et circulé dans différentes boîtes de nuit gay avant de recevoir mercredi un diagnostic de covid-19. Les lieux de vie nocturne qu’il a visités ont été publiés en ligne, et les personnes qui les ont fréquentés sont appelées à se faire tester. Le maire de Séoul s’inquiète du fait qu’environ 3000 personnes sur plus de 5500 personnes identifiées comme ayant visité les boîtes de nuit d’Itaewon pendant cette semaine-là ont fourni de faux numéros de téléphone ou n’ont pas répondu aux appels des autorités. Ceux qui n’ont pas pu ou pas voulu être contactés seront recherchés grâce aux données de localisation des enregistrements de cartes de crédit et aux images des caméras de sécurité. Le maire a déclaré que les forces de l’ordre iraient les chercher chez eux.

#0580 Source ledevoir.com

Etats Unis, Nouvelle Orléans : des grévistes des services d’assainissement se font licencier et remplacer par des détenus

Etats Unis, Nouvelle Orléans. Des dizaines de travailleurs des services d’assainissement, employés par le service temporaire People Ready, se sont mis en grève pour exiger un équipement sanitaire adéquat. Ils réclament aussi une prime de risque et un congé de maladie payé. Les grévistes ont été licenciés en masse dans la semaine, et remplacés par les détenus de la prison de Livingston située à proximité. Les services d’assainissement ont déclaré que ce recrutement se faisait dans le cadre de l’aide aux personnes incarcérées pour préparer leur réinsertion et que c’était une démarche citoyenne. Selon les règles de cet État, les détenus ne seront payés que 13% du salaire des éboueurs (soit 10% de 10,25 $ de l’heure).

#0571 Source paydayreport.com

International, Etats Unis : un grand nombre de salariés des compagnies de croisières sont enfermés depuis plus de deux mois sur les bateaux, certains ne sont plus payés; une grève de la faim a débuté et trois suicides ont eu lieu

International, Etats Unis. Sur certains bateaux de croisière, des marins et employés sont confinés depuis deux mois sans avoir pu en sortir. Au lieu de les rapatrier en avion, les compagnies choisissent le moyen le moins coûteux, c’est-à-dire de les faire naviguer pendant des mois vers leurs pays d’origine, certains restent aussi bloqués dans des ports. La moitié d’entre eux ne sont même plus payés. Selon les garde-côtes américains, 104 bateaux de croisière se trouvent actuellement au large des États-Unis, avec près de 72 000 membres d’équipage à bord au total. A bord du Navigator of the Seas, bloqué au port de Miami, des marins ont entamé une grève de la faim afin de pouvoir retourner à terre. « Nous avons le sentiment d’être tous pris en otage », a confié l’un d’eux à la presse. « La compagnie (Royal Caribbean) doit comprendre que nous ne sommes pas des cartons de nourriture que l’on peut bouger ici et là. » Trois employés confinés sur des navires se seraient récemment suicidés. Une Ukrainienne de 39 ans s’est jetée par-dessus bord, au large de Rotterdam. Elle était confinée sur le Regal Princess, de la compagnie Princess Cruises, propriété du géant des croisières Carnival. Le navire s’apprêter à rapatrier son personnel à bord. Deux autres membres d’équipage de bateaux de croisière sont morts ces derniers jours dans des circonstances floues. Un homme s’est apparemment suicidé samedi à bord du Carnival Breeze, qui naviguait entre les Bahamas et l’Europe, où son équipage devait débarquer. « Sa mort n’est pas liée au Covid-19, mais par respect pour sa famille, nous ne donnerons pas plus de détails », a commenté un porte-parole du groupe Carnival. Un employé d’un autre bateau, le Jewel of the Seas, est mort le 2 mai après être passé par-dessus bord.

#0719 Source fr.news.yahoo.com

France, Voisenon : le maire diffuse un “tract” pour se vanter d’empêcher l’installation de gens du voyage sur sa commune avec l’aides d’agriculteurs locaux et appelle les habitants à la délation

France, Voisenon (Seine et Marne). Le maire empêche des gens du voyage de s’installer sur un terrain qui leur est normalement autorisé et fait diffuser par des associations un “tract” aux habitants pour promouvoir cette initiative et affirmer que malgré le fait que ces installations soient légales, il a mis en œuvre tous les moyens possibles pour les empêcher, dont le blocage des lieux avec l’aide d’agriculteurs locaux. Il termine son “tract” par un appel à la délation : « j’en appelle à votre vigilance et à votre solidarité pour que dès que vous voyez une caravane circuler dans notre village pour contacter les services compétents (sic sur le fond et la forme…)”.

#0569 Source Réseaux sociaux

Erratum : erreur dans la brève #0510

ERRATUM : ERREUR DANS LA BREVE #0510

Une erreur s’est glissée, durant un peu moins d’une journée, dans la brève #0510 du 5 mai 2020, publiée sur notre blog le 7 mai et intitulée “France, Ivry. Plusieurs câbles à fibres optiques ont été sectionnés […]“. Nous l’avons corrigée dès qu’une de nos relectures nous a permis de nous en rendre compte, le 8 mai à 13h16, et nous tenons à nous en excuser auprès de nos lecteurs. Par souci de bonne foi, on pourra consulter la version erronée de la brève qui a depuis été corrigée, ici.

Continuer la lecture de « Erratum : erreur dans la brève #0510 »

Etats-Unis, Chino (CA) : le covid-19 fait sa cinquième victime dans la prison pour homme de Chino en Californie, de nombreux matons et détenus ont été testés positifs

Etats-Unis, Chino (CA). Le covid-19 fait sa cinquième victime dans la prison pour homme de Chino en Californie, de nombreux matons et détenus ont été testés positifs lors d’une campagne de tests massive au sein de l’institution. La pandémie commence à toucher de plus en plus sévèrement les lieux d’enfermement aux Etats Unis.

#0559 Source dailybulletin.com

Salvador : 4 236 personnes accusées de ne pas respecter les mesures sanitaires seraient retenues actuellement pour trente jours dans 87 « centres de confinement »; le président décide de mélanger à nouveau les gangs dans les prisons en espérant ouvertement que les prisonniers s’entretuent

Salvador. Ceux qui sont accusés de ne pas respecter le confinement sont nombreux à être enfermés. 4 236 personnes seraient retenues actuellement dans 87 « centres de confinement » avec interdiction d’en sortir pendant trente jours, dans ce pays où la population est strictement confinée depuis le 11 mars. L’armée a aussi l’autorisation de pénétrer dans les maisons pour vérifier l’état de santé des habitants. Après avoir diffusé des photos terribles d‘humiliations collectives dans les prisons, le président a pris la décision, le 26 avril, de mélanger à nouveau les différents gangs dans les centres pénitentiaires (qui étaient séparés depuis 2002) espérant ouvertement qu’ils s’entretuent.

#530 Source Le Figaro du 06/05

France, Grenoble : un homme meurt en tombant du 13ème étage pour tenter d’échapper à une intervention anti-squat de la police

France, Grenoble. Deux personnes ont tenté d’échapper à un contrôle de police dans le cadre d’une intervention anti-squat, alors que le gouvernement vient de prolonger l’interdiction des expulsions locatives jusqu’à juillet, mesure qui n’est valable que pour les locataires dits “de bonne foi”. Des policiers étaient intervenus vers midi à la demande du bailleur social Grenoble Habitat pour un squat au 13e étage, dans un logement dont les serrures avaient été changées, selon la police. Les deux hommes ont tenté de sauter sur le balcon de l’étage d’en-dessous. L’un d’entre eux a chuté du 13e étage et est décédé. Le second a été interpellé et placé en garde à vue. Il faisait l’objet d’un mandat de recherches.

#0526 Source rtl.fr

Belgique : deux ans de prison requis pour un inculpé arrêté lors des émeutes d’Anderlecht le 11 avril, il est aussi poursuivi pour avoir enfreint les mesures de confinement

Belgique. Deux ans de prison ont été requis contre un inculpé arrêté suite aux émeutes qui ont éclaté à Anderlecht le 11 avril. L’inculpé est prévenu pour avoir jeté un pavé sur un véhicule de police. Il aurait été reconnu sur des images de vidéosurveillance. Il est également poursuivi pour avoir enfreint à cinq reprises les mesures de confinement, édictées pour ralentir la propagation du Covid-19.

#0557 Source sudinfo.be

France, Anjou : une radio locale qui ouvre habituellement son antenne aux proches des prisonniers fait de même avec les proches des patients en Ehpad où les visites ne reprennent pas vraiment

France, Anjou. RCF Anjou donne, depuis 1996, la parole aux proches des détenus de la maison d’arrêt d’Angers pour permettre d’autres contacts que les parloirs entre extérieur et intérieur des prisons. La radio ouvre désormais son antenne aux proches des résidents des Ehpad, avec parfois plus de cinquante appels sur le temps de l’émission. Désormais, cette radio locale le fait aussi pour les familles des résidents des maisons de retraite de la région que la pandémie prive cruellement de visites. En effet, les résidents de ces établissements souvent affectés de pathologies dégénératives qui affectent leur mémoire ont été totalement privés de visites de début mars à partir du 19 avril, ce qui risque de les couper irrémédiablement de leurs proches et ont été totalement livré à la gestion des institutions. Comme la plupart des mesures du déconfinement, “l’autorisation des visites” est surtout un effet d’annonce : elles n’ont lieu que de manière exceptionnelle, toutes les trois semaines ou tous les mois, et de manière très contraintes, ce qui ne permet pas de renouer le contact.

#0554 Source lemonde.fr

Brésil, Amazonie : alors que le président Bolsonaro a nommé un ancien missionnaire de l’organisation chrétienne fondamentaliste New Tribes à la direction de l’agence censée protéger les populations isolées du Brésil, des tribus indigènes veulent faire cesser les interventions de missions évangélistes qui perdurent malgré les risques de transmission du Covid19 face auxquels ces populations seraient particulièrement fragiles.

Brésil, Amazonie. La récente épidémie de coronavirus a exacerbé des tensions entre tribus indigènes et missionnaires chrétiens évangéliques. Dans les régions les plus reculées de l’Amazonie brésilienne, les tribus avertissent de l’hécatombe que peut engendrer le virus parmi les leurs et militent pour interdire l’accès à leurs terres à des groupes religieux d’évangélisation qui pourraient apporter le covid19 (en plus de la foi !). Le 17 mars, alors que l’épidémie de coronavirus se propageait au Brésil, les ministères de la justice et de la santé du pays ont recommandé aux Brésiliens non indigènes d’éviter tout contact avec les tribus, afin de les protéger de l’épidémie. New Tribes Mission au Brésil a cependant continué d’envoyer son hélicoptère dans la vallée du Javar. Mi-avril, un juge a énoncé l’interdiction aux missionnaires de pénétrer dans la vallée du Javari, une région reculée située le long de la frontière qui sépare le Brésil du Pérou, et où vivent de nombreuses tribus autochtones – dont au moins 16 groupes isolés n’ayant jamais eu aucun contact avec d’autres communautés. La décision de justice nomme expressément trois missionnaires, ainsi que l’organisation chrétienne fondamentaliste New Tribes Mission au Brésil, affiliée à une œuvre missionnaire évangélique de plus grande ampleur aux États-Unis. En février dernier, le président Bolsonaro a nommé Ricardo Lopes Dias, un ancien missionnaire de New Tribes, à la direction de l’agence censée protéger les populations isolées du Brésil. Selon Joenia Wapichana, première femme indigène élue au congrès brésilien en 2018, “si le coronavirus devait frapper des terres indigènes, ce serait une tragédie. Nous ne disposons d’aucune zone protégée, et l’investissement dans la santé et les équipements de protection pour les indigènes est inexistant.” Les autorités sanitaires ont annoncé le 15 avril qu’un adolescent de 15 ans membre de la tribu des Yanomami avait succombé au Covid-19 à l’hôpital de la ville de Boa Vista.

#0527 Source huffingtonpost.fr

Brésil, Région de Para : les domestiques feraient apparemment partie des professions indispensables autorisées à fonctionner pendant le confinement !

Brésil, Para. Dans la ville de Para qui vient d’être mise en confinement total, les domestiques feraient apparemment partie des professions indispensables autorisées à fonctionner ! Le Brésil est le pays qui compte le plus grand nombre au monde de domestiques, avec 6,3 millions d’« empregadas ». Si certains sont forcées de continuer le travail, d’autres ont été brutalement remerciés.

#0525 réseaux sociaux

Etats Unis, San diego : un premier décès annoncé dans la prison pour migrants d’Otay Mesa, 705 cas de contamination sont actuellement recensés dans ces prisons privées sur tout le territoire, dont 105 dans cet établissement

Etats Unis, San Diego (Californie). La police de l’immigration américaine a annoncé un premier décès d’un migrant sans-papiers des suites du Covid-19 dans l’un de ses centres de détention réservés aux migrants, au centre Otay Mesa près de San Diego en Californie. 705 cas sont officiellement recensés dans ces prisons privées sous contrat, dont 132 pour le seul centre d’Otay Mesa. Respecter les règles de distanciation physique est quasiment impossible dans ces centres, où la surface disponible est de seulement 110 m2 pour 100 détenus, d’après des témoignages de migrants. Saisi par l’ACLU, un juge fédéral a ordonné la semaine dernière la remise en liberté immédiate des détenus les plus vulnérables dans ces centres. Selon l’organisation, la police de l’immigration (ICE) avait identifié 130 personnes répondant à ces critères mais n’en a libéré que deux. De nombreuses révoltes ont lieu dans ces prisons depuis le début de l’épidémie.

#0522 Source lefigaro.fr

Philippines, Manille : le président Duterte déploie l’armée pour faire respecter le couvre-feu sanitaire et menace d’ouvrir le feu sur les récalcitrants.

Philippines, Manille. Le président Duterte déploie l’armée pour faire respecter le couvre-feu sanitaire, et menace d’ouvrir le feu sur les récalcitrants. « Tirez leur dessus », a-t-il intimé aux forces de l’ordre. Il mène par ailleurs une politique d’intimidation musclée à l’encontre de celles et ceux qui manifestent leur opposition à ses mesures. Cinq jeunes opposants ont même été enfermés dans des cages à chiens, à Santa Cruz, dans la province de Laguna. Officiellement, le virus a fait 623 victimes, et contaminé 10 000 personnes parmi les 100 millions de Philippins, mais ces chiffres sont jugés sous-évalués du fait de la faiblesse du nombre de tests conduits dans l’archipel. Pour empêcher une révolte dans les bidonvilles, le pouvoir multiplie les distributions de nourriture, mais la situation sanitaire et alimentaire reste critique.

#0520 Source Le Figaro du 06/05

Maroc : les migrants sub-sahariens se retrouvent souvent sans abris et ne bénéficient d’aucune mesure de protection face à l’épidémie.

Maroc. Des associations humanitaires décrivent depuis plus d’un mois une situation de détresse humanitaire sans précédent chez les migrants subsahariens souvent sans abris, majeurs comme mineurs, due à l’absence de protection sanitaire face au COVID-19 et dénoncent l’absence de mesures gouvernementales pour leur venir en aide. Si 3000 d’entre eux ont été hébergés depuis le début de l’épidémie, ce sont essentiellement suite à des opérations de contrôle auxquels ces personnes essayent d’échapper car elles sont le plus souvent sans papiers. De nombreux migrants subsahariens ont été expulsés de leurs logements faute d’avoir pu s’acquitter de leurs loyers, ou simplement parce que les propriétaires profitent de l’état d’urgence sanitaire pour les mettre dehors.

#0515 Source ecoactu.ma

Bangladesh : le gouvernement met en service le camp de détention cauchemardesque qu’il a fait construire sur l’îlot insalubre de Bhasan Char (“l’île qui flotte”) pour y mettre des migrants Rohingya en quarantaine.

le camp..

Bangladesh. Le gouvernement profite de la pandémie pour enfermer des migrants Rohingya sur un îlot submersible, l’île de Bhasan Char (« l’île qui flotte », en bengali). Alors que, face aux protestations de l’ONU, il avait renoncé au projet d’installer 103 000 réfugiés rohingya sur cet îlot perdu dans le golfe du Bengale, le gouvernement vient de faire débarquer sur place 29 membres de cette minorité ethnique, au nom du risque de contagion qu’ils représenteraient. Il s’agit de migrants rescapés du bateau qui a erré depuis début mars entre le golfe du Bengale et la mer d’Andaman. Un autre navire où s’entasseraient entre 500 et 800 « boat people » a été repéré dans les eaux territoriales birmanes. Arguant de la pandémie de Covid­19, Kuala Lumpur a interdit tout accostage sur ses côtes, et les deux embarcations, après une autre tentative avortée en Thaïlande, ont rebroussé chemin pour regagner le Bangladesh, d’où elles étaient parties. Les quarante rescapés de la première embarcation ont échoué sur le rivage, à proximité de la piste de l’aéroport. Une dizaine d’entre eux se sont échappés, tandis que les autres, huit hommes, quinze femmes et cinq enfants affamés, ainsi qu’un homme qui sera accusé plus tard d’être un trafiquant d’êtres humains, ont été arrêtés par la police. Tous ont été remis aux gardes-­côtes qui les ont transportés sur l’île de Bhasan Char, à trois heures de navigation de là. Il s’agit d’une terre insalubre, apparue il y a une vingtaine d’années par accumulation de sédiments charriés depuis l’Himalaya par le Gange et le Brahmapoutre. L’île menacée par les cyclones a été entourée de digues en terre de 3 mètres de haut, qui n’empêchent pas le risque qu’elle soit submergée pendant la mousson. Le gouvernement y a fait bâtir un camp de rétention de la taille d’une ville, avec plusieurs centaines d’immeubles collectifs, des dispensaires, des écoles, des mosquées et de nombreuses caméras de surveillance dans la perspective d’y enfermer les Rohingya. L’utilisation à des fins de mises en quarantaine de ces lieux présage de leur mise en service pérennes malgré les diverses protestations internationales. « Si les migrants arrivés par la mer en avril ont été placés en quarantaine dans des lieux prévus à cet effet à Cox’s Bazar (sur le continent), on se demande bien pourquoi, soudain, les nouveaux arrivants ne pourraient pas rester sur la terre ferme et devraient être envoyés dans cette île qui est un véritable camp de concentration », estime Rezaur Rahman Lenin, un consultant indépendant spécialiste de la question des Rohingya.

#0514 Source Le Monde du 06/06

Etats Unis, New York : plus de 1000 policiers affectés à l’évacuation des sans abris des stations de métro tous les soirs pour procéder à des opérations de désinfection

Etats Unis, New York. Plus de 1000 policiers ont envahi le réseau de métro de la ville à 1 heure du matin pour en faire partir les sans-abri et nettoyer les trains. Le MTA, qui gère le métro, complète les effectifs avec ses propres policiers et sous-traitants. Le gouverneur a déclaré que ces fermetures du métro de 1 h à 5 h du matin, avec opérations de polices et désinfection, se poursuivront pendant la durée de la pandémie. Dans les gares terminales, les membres de l’unité de sensibilisation des sans-abri du NYPD – qui comprend des policiers et des infirmières – seront rejoints par des agents de proximité de la ville, pour gérer ces évacuations forcées. la semaine dernière, avant la mise en place de ce dispositif, la ville n’avait convaincu qu’une vingtaine de personnes chaque nuit de rejoindre un refuge ou un hôpital. Les sans abris seront désormais contraints d’obtempérer.

#0513 Source nypost.com

Colombie : à travers le pays, des habitants accrochent des vêtements et des drapeaux rouges à leurs fenêtres et balcons pour protester et montrer qu’ils ont faim.

Colombie. À travers le pays, des habitants accrochent des vêtements et des drapeaux rouges à leurs fenêtres et balcons pour protester et montrer qu’ils ont faim. La gestion de la pandémie et l’impossibilité de travailler cause des pénuries qui pèsent de plus en plus sur l’ensemble de la population et les aides alimentaires promises ne sont pas distribuées

#0496 New York Times du 05/05

Grèce, Lesbos : opération de communication du président autour de l’inauguration d’une “zone médicale” en même temps que s’implante une nouvelle “installation de police autonome” pour réprimer les révoltes des migrants.

Grèce, Lesbos. Le président est venu faire une opération de communication au camp de La Moria pour inaugurer une “zone médicale” dans le camp. Dans le même temps l’implantation d’une nouvelle “installation de police autonome” a été annoncée. Il s’agit de monter d’un cran la répression contre les migrants qui sont déjà harcelés dès qu’il sortent du campement, ont été de nombreuses fois verbalisés et ont organisé plusieurs manifestations pour protester contre leur situation. L’assouplissement des conditions des restructions de confinement risque par ailleurs de permettre aux militants racistes présents sur l’île d’attaquer plus facilement les migrants. Des militants de la No Border Kitchen Lesvos craignent que ces mesures annoncent une fermeture imminente du camp. Leur communiqué est à lire ici.

#0509 Source enoughisenough14.org

Kenya, Nairobi : la destruction d’un bidonville fait 5000 sans abris alors que la situation dans les quartiers les plus pauvres est de plus en plus tendue. A Kibera une bagarre lors d’une distribution alimentaire fait deux morts et des dizaines de blessés.

Kenya, Nairobi. En pleine épidémie, la destruction au bulldozer du bidonville de Kariobangi fait, du jour au lendemain, 5000 sans-abris. Ce serait le propriétaire, la compagnie des eaux Nairobi Water and Sewerage Company qui aurait initié cette opération pour récupérer le terrain. Alors que Nairobi fait face à une forte diffusion du virus, se déplacer ailleurs pour trouver où loger est rendu très difficile par les restrictions de circulation liées au confinement autour de la capitale. La situation est de plus en plus tendue dans les bidonvilles de la région : à Kibera, le plus grand bidonville de Nairobi, une bagarre générale lors d’une distribution de farine et d’huile, a fait des dizaines de blessés et deux morts.

#503 et 496 Sources Le Monde du 05/05 et the-star.co.ke

France : faute de mesures de protections suffisantes, les soignants seraient onze fois plus touchés par l’épidémie que le reste de la population

France. Une nouvelle enquête portant sur 550 000 salariés du secteur de la santé montre que ces derniers ont onze fois plus de chance d’être contaminés par le Covid19 que le reste de la population, ce qui est assurément dû au manque de matériel de protection, ainsi qu’à la rapidité avec laquelle les soignants malades sont renvoyés au travail. Les autorités françaises ne communiquent pas sur les chiffres globaux des soignants malades depuis le début de l’épidémie, alors que l’Assistance publique ­Hôpitaux de Paris (AP­HP) publie régulièrement ses statistiques de professionnels infectés. Au pointage du 20 avril, l’APHP annonçait 4 275 professionnels de l’AP­HP qui ont été ou sont atteints de Covid­19, sur 100 000 personnels, dont la moitié de soignants. Ils étaient 3 800, huit jours plus tôt. . Plus de la moitié des soignants qui ont répondu à l’enquête font aussi état de personnels que l’on a contraints à travailler alors qu’ils étaient porteurs du virus et les délais d’éviction d’un soignant positif au Covid sont désormais de sept jours seulement après le début des symptômes et de deux jours après la fin des symptômes, ce qui est beaucoup trop court pour éviter une propagation du virus.

#0507 Source Le Monde du 05/04

Philippines : répression violente des opposants au régime, deux anarchistes abattus dans la rue par des “escadrons de la mort” ainsi que la femme de l’un d’entre eux [brève annulée suite à une enquête et clarification d’un groupe local]

Un communiqué du “Local Autonomous Network (LAN)” affirme que l’appel à soutien publié sur enoughisenough14.org qui a servi de source à cette brève est, après enquête, une mystification probablement crapuleuse. La politique répressive menée aux Philippines est effectivement très dure, mais il n’y a pas de groupe anarchiste dont les membres auraient été assassinés dans ces circonstances dernièrement. Le but serait de récupérer de l’argent sur le dos de la solidarité, ce qui est inacceptable. enoughisenough14.org l’a donc dépublié le 14 mai et a publié une clarification salutaire que nous invitons à lire ici.

Philippines. Des anarchistes alertent sur la situation répressive dans le pays. Des anarchistes et communistes jusqu’aux partis de gauche non institutionnels, en passant par les punks révoltés, la répression s’abat violemment sur ceux et celles qui s’opposent au gouvernement. Plusieurs personnes ont été emprisonnées et trois personnes dont deux militants ont été abattus. Le président Rodrigo Duterte utilise la crise sanitaire pour accroître son pouvoir répressif et a menacé le 24 avril de déclarer la Loi Martiale contre ceux et celles qui s’opposent à sa politique. Au cours des derniers mois, de nombreuses perquisitions ont eu lieu avec confiscation des livres et des ordinateurs, des réunions ont été interrompues par des descentes de police, des militants ont été harcelés et arrêtés. Juste avant le 1er mai, plusieurs personnes soupçonnées des préparer des actions ont été emprisonnées. Les DDS (Dutertres Death Squad, les escadrons de la mort de Dutertre), un groupe paramilitaire “secret” composé d’ex-policiers et soldats masqués avec des masques de ski, mènent des raids officieux, appelés des “raids silencieux”, généralement à l’aube. Ils menacent une première fois, puis interviennent violemment la deuxième. Les gens ont peur et ne parlent pas de ce qui se passe. Des anarchistes ont alerté l’Anarchist Communist Group, qui relaye : ” L’un de nos camarades a été abattu ainsi que sa femme, hier 2 mai à 19 h à bout portant à un poste de contrôle alors qu’il rentrait chez lui avec sa femme et leur fils de 6 ans. Il a reçu cinq balles dans la tête et sa femme a également été abattue de deux balles dans la tête tandis que leur fils a été touché par une balle perdue.” Les policiers du poste de contrôle ont dit avoir vu deux personnes à moto portant des masques de ski. Un autre militant proche des personnes qui témoignent a été abattue le 5 mai à 17h de cinq balles dans la tête par les mêmes “escadrons de la morts”. L’intégralité de ce récit est à lire ici.

#0508 Source enoughisenough14.org

Espagne : aucun véritable bilan national officiel sur les décès dans les ehpad, les informations qui sortent sont inquiétantes, par exemple 71 décès dans un seul ehpad près de Madrid

Espagne. Les informations sur les décès dans les ehpad sortent au compte goutte, sans véritable bilan national. Ces décès ajouteraient environ un tiers au nombre total des morts. Dans beaucoup d’établissement, le bilan est catastrophique, on apprend par exemple aujourd’hui dans la presse qu’à Nuestra Señora del Carmen, au nord de Madrid, 71 pensionnaires morts depuis le début de l’épidémie.

#0505 Source Le Monde du 05/04

France : hausse journalière de 31,5% de la mortalité par rapport aux années précédentes, la mortalité a doublé en Ile de France.

France. La mortalité enregistre une hausse journalière de 31% sur l’année 2020 par rapport aux moyennes journalières entre 2000 et 2019 sur cette période de l’année. Le pic de mortalité est d’autant plus grand en Ile de France ou il à quasiment doublé. De la morgue installée à Rungis aux caissons réfrigérés installés en urgence dans les hôpitaux, l’épidémie de covid, de par sa rapidité et son ampleur, a pris de court les systèmes de gestion post mortem et a créé, comme dans de nombreux autres pays, une incapacité à disposer des corps dans des temps et des conditions acceptables.

#0495 Source Le Monde du 05/05

France, Clichy-la-garenne : de lourdes peine dont une incarcération immédiate pour les sept inculpés des émeutes du 21 avril

France, Clichy-la-garenne. Sept jeunes hommes passent en procès pour avoir participé à des émeutes urbaines à Clichy­-la-­Garenne suite au fait qu’une voiture de police ait percuté un motard à Villeneuve-la-garenne, le 21 avril. Les sept inculpés ont été interpellés suite à l’identification d’une vingtaine de personnes sur les caméras de vidéosurveillance. Cinq d’entre eux ont été placés en détention provisoire le 22 avril quand le procès a été renvoyé, les deux autres ont été libérés sous contrôle judiciaire. A la barre, alors que leur présence sur les lieux pendant la nuit est, en soi, incriminé par la juge, l’un d’entre eux, qui se voit reprocher les faits les plus graves, affirme « Sur Snapchat, il y avait un message parlant d’un gros rassemblement pour faire une émeute contre la police. C’est des gens de Villeneuve qui l’ont posté pour foutre le bordel. » La présidente : « Donc vous aviez l’intention de participer à l’émeute ? » Lui : « Ben oui». La juge suit les réquisitions du procureur et les condamne à des peines de prison allant de cinq mois avec sursis à neuf mois ferme, peine aménageable. Un seul d’entre eux, qui a gardé le silence, prend ses sept mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Il est donc reparti en détention. Voilà pour ce qui est d’une justice supposée fonctionner “au ralenti” et des prisons sensées se “désengorger” !

La brève concernant l’accident qui à déclenché les émeutes se trouve ici

#0517 Source Le Monde du 06/05

Grèce, Arnissa : des manifestations et attaques xénophobes accueillent les migrants rapatriés de Lesbos sur le continent.

Grèce, Arnissa. Des scènes d’une xénophobie hallucinante se sont déroulées dans le nord de la Grèce lors du rapatriement des migrants de Lesbos. Des habitants d’une région où des migrants doivent être hébergés ont tenté d’empêcher leur arrivée et ont attaqué les infrastructures où ils doivent être installés. Des barrages routiers ont été mis en place pour empêcher l’accès aux hôtels prévus pour les migrants, forçant les convois à changer de destination. Des dizaines de manifestants racistes dont, d’après des témoins locaux, des groupes d’extrême droite de Macédoine, se sont rassemblés devant l’hôtel où les migrants ont finalement été installés après deux nuits passées dans les bus. Ils ont investi le bâtiment, ravagé les chambres, et ont tenté d’y mettre le feu. La police anti-émeute est intervenue faisant plusieurs arrestations.

#0502 Source omniatv.com

France : au moins 138 mois de prison ferme déjà distribués en France pour “violation habituelle des règles du confinement”.

France. A la mi-avril, au moins 138 mois de prison ferme avaient déjà été distribués en France pour« violation habituelle des règles de confinement » car après trois arrestations en trente jours, la contravention devient un délit qui fait encourir jusqu’à six mois de prison. Certains inculpés sont immédiatement incarcérés, alors même que le gouvernement est supposé se préoccuper de baisser la population carcérale : une quarantaine de personnes ont été condamnées avec mandat de dépôt. C’est à Melun que les deux premiers cas de prison ferme pour non-respect du confinement ont été annoncés début avril. Mais pour savoir combien de personnes sont actuellement enfermées suite à des violations du confinement, il faut y ajouter le nombre de détentions provisoires en cours (sachant que le délai de détention provisoire a été augmenté dans le cadre des mesures pour faciliter le travail de la justice pendant le confinement). Il faut aussi faire avec l’arbitraire des tribunaux, certains juges appliquant les dispositions de manière plus drastique que d’autres.

#0501 cqfd-journal.org

Congo : le Covid-19 commence à circuler dans les prisons, les tests sont en cours et 43 détenus ont déjà été positifs dans la prison de Ndolo qui compte 1900 à 2000 détenus.

Congo. Le Covid-19 a commencé à circuler dans les prisons en République démocratique du Congo, avec des risques d’hécatombe dans des prisons insalubres et surpeuplées, où des détenus meurent par dizaines chaque année. 43 détenus ont été testés positifs à la prison militaire de Ndolo en plein centre de la capitale Kinshasa. Les «prélèvements de tous les détenus sont en cours» d’après le dernier bulletin épidémiologique des autorités sanitaires vendredi, le bilan pourrait donc gravement s’alourdir. La prison militaire de Ndolo compte 1900 à 2000 prisonniers.

#0492 Source letemps.ch

Canada, Montréal : un deuxième détenu décède du Covid19, cette fois au Centre fédéral de formation de Laval. De nombreux détenus sont testés positifs dans cette prisons et dans d’autres.

Canada, Montréal. Un deuxième détenu est mort du Covid19 dans une prison fédérale canadienne, au Centre fédéral de formation de Laval, juste au nord de Montréal, qui enferme 400 personnes. Le dernier bilan faisait état de 63 cas actifs de COVID-19 dans cette prison. La prison de la Mission dans la vallée du Fraser en Colombie-Britannique est l’autre principal foyer d’épidémie en milieu cacéral dans le pays, avec un premier décès le 15 avril, et 119 détenus testés positifs sur les 300 tests effectués. L’isolement cellulaire a été imposé et de nouveaux protocoles de nettoyage et de désinfection ont été introduits. Les visites dans les prisons avaient déjà été suspendues depuis plusieurs semaines. La Commission des libérations conditionnelles du Canada doit examiner les cas des personnes les plus vulnérables, mais, même dans ces cas-là, aucune libération n’a encore été annoncée.

#0512 Source montreal.ctvnews.ca

Etats Unis : l’épidémie s’étend dans les prisons américaines, avec jusqu’à plus de 80% de détenus touchés dans certaines prisons

Etats Unis. L’épidémie s’étend dans les prisons américaines. C’est une prison à Marion, dans l’Etat de l’Ohio, qui arrive au sommet des établissements américains les plus touchés, maisons de retraite comprises, avec plus de 80% de ses quelque 2.500 détenus et 175 employés pénitentiaires testés positifs au coronavirus. Le cas d’Andrea Circle Bear, une Amérindienne de 30 ans fait scandale. Enceinte, elle a été incarcérée dans une prison fédérale du Texas pour trafic de drogue. Rapidement touchée par le coronavirus, elle est tombée malade, puis a été placée sous respirateur avant d’accoucher par césarienne. Elle est décédée mardi dernier. Selon Covid Prison Data, un groupe de chercheurs universitaires, 13.436 détenus et 5.312 employés pénitentiaires ont été testés positifs au nouveau coronavirus. Le bureau fédéral des prisons, en charge dans le pays de 152.000 détenus et 36.000 employés pénitentiaires, a détecté des foyers de contagion dans plus de la moitié de ses 122 établissements. Sur la seule journée de jeudi, le bureau fédéral a annoncé trois morts à la prison de Terminal Island, près de Los Angeles, où quelque 60% des 1.050 détenus ont été contaminés. Dans certains Etats du pays la situation est complètement opaque. Un nombre minime de libérations ont eu lieu pour limiter la surpopulation carcérale : sur les plus de 10.000 prisonniers du Kansas, par exemple, “seuls six détenus ont été relâchés”, a regretté une avocate.

#0477 Source challenges.fr

Argentine, Buenos Aires : un premier décès du au coronavirus dans le bidonville de la villa 31

Argentine, Buenos Aires. Un premier décès dû au coronavirus a été annoncé à la Villa 31, bidonville de Buenos Aires. Nacho Levy, membre du mouvement social d’appui aux bidonvilles La Poderosa a annoncé la mort de Torobia Balbuena, 84 ans, résidant à Villa 31, morte sans avoir reçu les soins nécessaires et une lettre ouverte a été écrite par la présidente de l’Association des Mères de la place de Mai au chef du gouvernement de la ville de Buenos Aires, exigeant que « l’on n’abandonne pas le bidonville Villa 31 ». D’autres habitants dénoncent l’absence de soin pour les malades des bidonvilles, le manque d’eau (8 jours sans eau à la Villa 31) et s’inquiètent des conséquences de la diffusion de la maladie. La Poderosa écrit : “elle n’est pas morte, elle a été tuée par abandon ! Ils l’ont tuée par négligence, ils l’ont tuée par indifférence, ils l’ont tuée par mesquinerie”.

#0481 et #0473 Source pressenza.com

France, Nivillac (Morbihan) : deux véhicules de la gendarmerie ont été incendiés au sein de la caserne de la ville

France, Nivillac (Morbihan). Deux véhicules de la gendarmerie ont été incendiés au sein de la caserne de la ville. « La piste criminelle est l’hypothèse privilégiée, confirme François Touron, le procureur de la République de Vannes. Selon les premiers éléments de l’enquête, les véhicules ont été incendiés à l’aide de carburant. »

#0488 Source leparisien.fr

Suisse, Genève : les situations de grande pauvreté augmentent et deviennent visibles en Suisse

Suisse, Genève. La grande pauvreté augmente et devient visible avec les restrictions liées à la gestion de la pandémie. Plus de 2500 personnes ont fait la queue sur plusieurs centaines de mètres et environ trois heures d’attente à la patinoire des Vernets pour obtenir un colis alimentaire d’une valeur de 20 francs suisses, une situation inédite dans le pays. « Cette crise a révélé une précarité invisible, sous le radar des institutions. Celle de familles qui s’en sortaient juste-juste et qui ont soudainement basculé dans la pauvreté », explique Alain Bolle, directeur du Centre social protestant.

#0486 Source lecourrier.ch

France, Noisy-le-Grand. Un contrôle d’attestation de confinement a dégénéré en affrontement entre la police et une quinzaine de personnes

France, Noisy-le-Grand. Un contrôle d’attestation de confinement a dégénéré à Noisy-le-Grand en Seine-Saint-Denis, entraînant un affrontement entre la police et une quinzaine de personnes. Les flics ont essuyé des jets de projectiles et des tirs de mortiers d’artifice, cinq policiers ont été blessés, et deux personnes ont été placées en garde à vue. Cela fait écho aux nombreuses émeutes qui ont éclatées et éclatent encore en région parisienne et ailleurs, en solidarité avec un motard percuté par une voiture de police.

#0483 Source sputniknews.com

Brésil : hécatombe de cas et de décès, les chiffres réels seraient 12 à 18 fois supérieurs aux données du ministère de la santé

Sao Paulo

Brésil. Avec 5 901 décès et 85 380 cas confirmés jeudi 30 avril, beaucoup plus si l’on en crois d’autres observateurs, le Brésil est en train de devenir l’un des pays du monde les plus touchés au monde par le coronavirus. Selon les chiffres divulgués par le ministère de la santé, le nombre de victimes aurait doublé en un peu plus d’une semaine. Ces chiffres seraient par ailleurs fortement sous-estimés, plusieurs municipalité déclarant ouvrir des fosses communes pour gérer l’augmentation rapide des décès. Le groupe COVID-19 BRASIL, réunissant chercheurs et épidémiologiste du pays, a estimé le nombre de cas entre 1,1 et 1,6 million, soit 12 à 18 fois plus que les données du ministère de la santé. A Sao Paulo, épicentre de l’épidémie, 13 000 sépultures doivent être creusées dans les prochaines semaines pour accueillir les décès à venir, liés en particulier au coronavirus.

#0457 Source lemonde.fr