Canada : les détenus inuits sont surreprésentés dans les données des contaminations recensés au sein des pénitenciers fédéraux depuis le début de la pandémie

Canada. Les détenus inuit sont surreprésentés dans les données des contaminations recensés au sein des pénitenciers fédéraux depuis le début de la pandémie. Ils constituent ainsi près de 5 % des cas de COVID-19 recensés dans les établissements correctionnels fédéraux*, alors qu’ils représentent en réalité moins de 1 % de la population carcérale. La majorité des Inuit ayant été déclarés positifs au nouveau coronavirus se trouvent dans un pénitencier du Québec en particulier. Plus largement, 21,5 % des détenus ayant attrapé la COVID-19 dans les prisons fédérales sont soit issus des Premières Nations, soit Inuit ou Métis, selon les données du bureau de l’enquêteur correctionnel du Canada. C’est par ailleurs au Québec que le plus grand nombre de cas de COVID-19 chez les détenus a été dénombré, soit 64,2 %. Des cinq établissements où l’on juge que l’éclosion est encore à ce jour “contenue”, trois se trouvent dans la province : l’établissement pour femmes de Joliette, l’établissement de Port-Cartier et le centre fédéral de formation, situé à Laval. Les deux autres pénitenciers identifiés par M. Zinger sont l’Établissement de Mission, en Colombie-Britannique, et l’Établissement pour femmes Grand Valley, en Ontario. Les autorités procèdent à des dépistages systématiques mais les cas d’infection auprès du personnel ne sont pas divulgués.

#1069 vu sur ici.radio-canada.ca