Cambodge : les patrons de la confection demandent la suspension du salaire minimum alors que des chômeurs et chômeuses attendent tous les matins un travail pour la journée

Cambodge. Un groupe représentant les usines de confection au Cambodge trouve comme solution pour sortir de la crise liée à la gestion de la pandémie de coronavirus la suspension du salaire minimum et demande au gouvernement une mesure dans ce sens. Le secteur de l’habillement et des chaussures emploie 800 000 personnes dans le pays où plus de 250 usines employant quelque 130 000 travailleurs ont suspendu leurs activités. Le calcul est simple : les salaires représentent 70% des coûts, la solution est donc de les baisser. À l’heure actuelle, les travailleurs de l’habillement suspendus à cause de la crise ont droit à un paiement mensuel de 70 $, qui comprend une allocation gouvernementale de 40 $ et une contribution de 30 $ des employeurs. Mais ces aides tardent à être versées et des ouvriers et surtout beaucoup d’ouvrières au chômage forcé se rassemblent avant l’aube pour attendre d’être embauchées à la journée par des courtiers des usines. On trouve dans ces rassemblements beaucoup de mineurs mis au travail par leurs familles pour échapper à la misère.

#1064 vu sur asia.nikkei.com