France. Le Conseil d’Etat refuse de fermer les CRA durant la période de confinement

France. Le Conseil d’Etat refuse la fermeture des CRA durant la période (un recours allant dans ce sens a été fait par le GISTI, la Cimade, l’ADDE, le syndicat des avocats et le conseil national des barreaux). Le Conseil d’Etat refuse la demande en indiquant : “Le nombre des personnes nouvellement placées en rétention s’est très substantiellement réduit et devrait être marginal dans la période à venir. Alors que les 26 centres de rétention ont une capacité d’accueil totale d’un peu plus de 1 800 places, ils ne comptaient ainsi que de l’ordre de 350 personnes retenues à la fin de la semaine du 16 mars 2020 et seulement 152 personnes à la date du 26 mars 2020. A cette dernière date, 9 centres de rétention ne comptaient aucun étranger retenu, 5 centres comptaient moins de 5 étrangers retenus et 5 centres comptaient entre 6 et 16 étrangers retenus. Seuls deux centres dépassaient ce dernier effectif, avec 37 personnes retenues au Mesnil-Amelot, pour une capacité de 120 places si elles sont regroupées dans un seul des deux centres situés dans cette localité, et 53 personnes retenues à Vincennes, pour une capacité de 237 places.” Alors que la demande de fermeture temporaire des CRA était liée au fait que les expulsions du territoire ne sont de toute façon pas possible en ce moment (pas d’avions, frontières fermées, transports limités, etc), le Conseil d’Etat répond quand même que “l’autorité administrative a pu procéder, dans la période récente, à des éloignements du territoire, en dépit des restrictions mises par de nombreux Etats à l’entrée sur leur territoire de ressortissants de pays tiers et de la très forte diminution des transports aériens.”

Le Mesnil-Amelot et Vincennes, ainsi que d’autres centres encore ouverts, sont déjà en train, à ce moment-là, de devenir des foyers actifs de contagion…

#0041 Source : www.conseil-etat.fr