Brésil : l’hypothèse d’une contamination accrue des populations autochtones par les soignants de l’agence gouvernementale Sesai qui interviennent sans tests ni protections suffisantes se confirme

Brésil. Parmi d’autres causes identifiables, l’hypothèse d’une contamination accrue des populations autochtones vivant dans des zones très isolées par les soignants qui sont venu dans le cadre de la gestion de l’épidémie se confirme. En effet, beaucoup des personnels de santé affectés aux soins des autochtones étaient déjà infectés, sans disposer des tests qui leur aurait permis de le savoir ni des équipements de protection adéquats. Dans beaucoup de villages, les symptômes commencé environ une semaine après que le personnel médical du gouvernement ait effectué une visite de routine et plus de 1000 travailleurs du service fédéral de santé autochtone, connu sous le nom de Sesai, ont été testés positifs pour le coronavirus au début du mois de juillet. A ce jour, Plus de 15500 brésiliens autochtones ont été diagnostiqués positifs, dont au moins 10889 vivant dans des territoires protégés. Au moins 523 sont décédés. Dans un communiqué envoyé par courrier électronique, Sesai, qui est dirigé par un général de l’armée, a déclaré que les informations selon lesquelles des agents de santé avaient exposé des peuples autochtones au virus n’étaient «pas concluantes».

#1259 vu sur nytimes.com