Bolivie : la présidente par interim Jeanine Anez profite de la pandémie pour repousser les élections et maintenir en place son gouvernement qui mêle militarisation et zèle religieux et déverse de l’eau bénite sur les villes depuis des hélicoptères militaires

Bolivie. La présidente par interim Jeanine Anez profite de la pandémie pour repousser les élections et maintenir en place son gouvernement qui mêle militarisation et zèle religieux. L’une des premières mesures qu’elle a prise a été d’autoriser la police et l’armée à tuer les opposants. Le décret a ensuite été annulé, mais les forces de sécurité ont, entre temps, exécuté 28 personnes et de nombreux opposants au gouvernement ont été arrêtés et enfermés. Outre la quarantaine imposée depuis le 17 mars, les mesures contre l’épidémie consistent à appeler la population à «jeûner et prier» et à organiser des bénédictions spectaculaires avec arrosage d’eau bénite depuis des hélicoptères de l’armée au-dessus des principales villes du pays.

#0865 source theguardian.com