Birmanie : les révoltes contre le coup d’Etat militaire et sa répression se poursuivent, 618 civils au moins ont été tués, le “mouvement rouge” badigeonne certaines rues de peinture rouge.

Birmanie. Les révoltes contre le Coup d’Etat militaire du 1er février dernier se poursuivent quotidiennement, bien que la répression sanglante ne fasse que se poursuivre et s’intensifier. 618 civils au moins ont été tués depuis le putsch, et la loi martiale continue d’être appliquée dans six zones du pays, alors que les restrictions imposées par la junte vis-à-vis de l’accès aux données mobiles et à Internet entravent la circulation des informations. Samedi 10 avril, certains opposants ont maculé de peinture rouge plusieurs artères du centre de Rangoun, capitale économique du pays, dans le cadre d’une initiative baptisée « Mouvement rouge ». Des détails filtraient, ce même jour, au sujet des violences survenues la veille à Bago (à 65 kilomètres au nord-est de Rangoun), avec 80 personnes qui auraient été tuées, ce qui a poussé de nombreux habitants à se réfugier dans les villages voisins. Plusieurs médias locaux ont relaté vendredi 9 avril la condamnation de 19 personnes à la peine capitale – dont 17 par contumace – pour des faits de droit commun, vol ou meurtre, à l’issue d’une salve d’arrestations survenues dans le bidonville d’Okkalapa Nord, dans la banlieue de Rangoun.

#1991 Source lemonde.fr